Wealth Effect on Labor Market Transitions

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Wealth Effect on Labor Market Transitions"

Transcription

1 Wealth Effect on Labor Market Transitions Yann Algan EUREQua - Université de Paris I Arnaud Chéron GAINS - Université du Maine & Cepremap Jean-Olivier Hairault EUREQua - Université de Paris I & Cepremap François Langot GAINS - Université du Maine & Cepremap 3 mars 2005 Address : EUREQua, Université de Paris I, MSE, Bd de l Hôpital, Paris Cedex 13. We thank M. Julliard and T. Weitzenblum for helpful comments. 1

2 Motivations (I) Comment expliquer les flux sur le marché du travail? Les modèles de recherche d emplois constituent un cadre théorique privilégié (Mortensen [1970], Lucas et Prescott [1974]) : la recherche constitue une activité dans laquelle les travailleurs investissent. Les moyens de financement de cette activité, publique et/ou privé, influent sur les transitions emploichômage, chômage-emploi. De récentes contributions théoriques tiennent compte d une interaction entre le comportement d épargne de précaution des ménages et leurs décisions sur le marché du travail. La prise en compte de l auto-assurance rétroagit sur les prescriptions normatives des modèles - assurance chômage optimale (Hansen et Imhrologlu [1992], Acemoglu et Shimer [1999], Joseph et Weitzenblum [2001]). Traditionnellement, deux représentations de cet effet richesse sont implicitement considérées. Le niveau de la richesse financière affecte la décision de refus d emplois, via son impact sur la valorisation du loisir, et via son influence sur la valorisation de l opportunité de chercher une meilleure offre. 2

3 Motivations (II) L objectif du papier se situe en amont : dans quelle mesure la richesse financière des ménages affecte-t-elle les flux sur le marché du travail? D une part, un travail économétrique : Idées : (i) Le stock d épargne permet de financer plus longtemps la recherche et diminue l aversion pour le risque : = relation positive entre la durée du chômage et l épargne de précaution pour des conditions macroéconomiques données. (ii) Impact positif de l épargne sur la probabilité de démissionner : investissement dans l activité de recherche d emploi pour trouver une meilleur offre = la richesse permet une mobilité salariale. Abondance de la littérature économétrique sur l impact de l assurance chômage sur la durée du chômage (Meyer [1990], Dormont, Fougère et Prieto [2000], mais absence de l effet richesse. D autre part, il s agit de déterminer la pertinence quantitative d un modèle structurel calibré qui incorpore l effet richesse. 3

4 Principaux résultats (I) : Econométriques (d après les données du Panel Européen concernant la France) Un accroissement du niveau de la richesse des chômeurs se traduit par une plus faible probabilité de sortie du chômage. L influence de l épargne n est significative qu à partir d un certain niveau ( 30000Frs), comparable au niveau annuel minimal des allocations chômage. L impact désincitatif des allocations chômage sur l offre de travail est surestimé lorsque l autre mécanisme assuranciel est ignoré. Un accroissement du niveau de la richesse des employés se traduit par une plus grande probabilité que leurs emplois se terminent par un départ volontaire. L impact de la richesse sur la décision des employés de quitter leurs emplois est plus important pour ceux qui ont une rémunération inférieure. = La richesse explique plus des comportements de recherche d emploi que de loisir. 4

5 Principaux résultats (II) : Théoriques (d après un modèle étalonné sur le cas Français) Le niveau de la richesse financière réduit, à partir d un certain seuil, les probabilités individuelles de sortie du chômage Le niveau de la richesse financière réduit également les probabilités de rester dans les emplois faiblement rémunérés. L introduction d une marge intensive dans les décisions d offre de travail accentue ces deux derniers phénomènes. A l équilibre, la distribution de la richesse est telle qu il existe des chômeurs et des travailleurs faiblement rémunérés qui sont en situation de refuser des offres. Le modèle de recherche d emploi avec effet richesse engendre des transitions sur le marché du travail réalistes. 5

6 Econométrie (I) Panel Européen, données françaises collectées par l INSEE : 3 vagues Richesse = Epargne de précaution moyen de financement des épisodes de chômage = Comptes Dépôts et Livrets (3 niveaux) 0 à 10000, à 30000, + de 30000Frs Explication de la durée d un épisode de chômage par le niveau d actifs détenu au début de l épisode. Sélection uniquement des durées de chômage sur la période Le niveau de Livret déclaré pour la fin de l année 1993 explique les épisodes commencés en Cylindrage des chefs de famille et conjoints présents lors des trois vagues d enquête et dont la structure du ménage est restée stable (le niveau du patrimoine est déclaré au niveau du ménage). Prise en compte uniquement de ménages disposant d un montant positif d épargne. Explication du taux de départ volontaire de l emploi par le niveau d actif : stratégie de recherche d un meilleur emploi (traitement des données : idem). 6

7 Econométrie (II) Estimateur de Kaplan Meyer Estimateur non-paramétrique Ŝ (t) = t j /t j t n j d j n j La probabilité de survivre dans l état de chômage s accroît avec le niveau d épargne : Periodes Niveau 1 Niveau 2 Niveau 3 de chômage

8 Econométrie (III) Modèle de durée sur les sorties du chômage : estimation semi-paramétrique de la fonction de hasard La probabilité qu un chômeur retrouve un emploi à la date t, conditionnellement à ses caractéristiques x i est : λ i (t x i ) = ε i λ 0 (t) exp {x iβ} où Estimation semi-paramétrique : Meyer [1990] - Estimation directe de la fonction de hasard plutôt que d imposer une spécification à priori de la loi de hasard. - Estimation par morceaux du hasard de base : λ 0 (t) = exp {α 1 γ α L γ L } Hasard de base constant pendant des périodes de 2 mois pour les 24 premiers mois puis constant pendant 6 mois du 24ème au 36ème mois. Hétérogénéité inobservée : ε i suit une loi Gamma de variance σ 2 (capture l hétérogénéité inobservée sur les propositions d emploi, par exemple). 8

9 Econométrie (IV) Modèle probit sur les départs vers le chômage : 1) modèle de durée non retenu, car durée maximale des emplois stables = 3ans 2) sélection des départs vers le chômage 3) distinction de la stratégie de départ des hauts et des bas salaires. Soit y une variable qualitative, avec y = 1 si le départ E U est volontaire et y = 0 sinon, alors : y t = α + βx t + ε t, t = 1994, 1995, 1996 y t = 1 si départ involontaire 0 si départ involontaire où x t est le vecteur des variables explicatives. 9

10 Tab. 1 Estimation of the hazard rate to leave unemployment Variables Female Age General Graduate Ungraduate Technical graduate Superior graduate Unemployment benefits Wealth 1 Wealth 2 Wealth 3 Constant.458 (.096).020 (.005) Reference.571 (.073).014 (.003).011 (.004).313 (.078) Reference.163 (.117).263 (.082).567 (.227) Sigma E 6 (4.274 E 6) Log-likelihood Number of monthly 4717 unemployment spells Note - Standard errors are in parentheses. 10

11 Tab. 2 Estimation of a wealth effect on transitions from employment to unemployment Variables HW workers LW workers Age (.022) (.041) Woman (.516) (.043) General graduate Reference Reference Technical graduate.030 (.611) Superior graduate.343 (.571) Wealth 1 Reference Reference Wealth (.665) (.852) Wealth (.671) (.979) Constant (1.077) (1.239) Log-likelihood Number of observations Note - Standard errors are in parentheses. 11

12 Théorie (I) Environnement économique : max E 0 t=0 β t U(c t, l t ) s.c. a t+1 = (1 + r)a t + y t h t c t a t 0 l t [0, 1] avec U(c t, l t ) = [cα t (1 χ t ) 1 α ] 1 σ 1 1 σ h où χ t = t si Emp. e si Unemp. y(ɛ j ) = µ j W for j = h, l, u P = π h,h 0 1 π h,h 0 π l,l 1 π l,l π u,h π u,l 1 π u,h π u,l 12

13 Théorie (II) Décision d accumulation des ménages : W (a) = max a 0;h {U (y(ɛ h)h + (1 + r)a a, 1 h) +β [π h,h max {W (a ), S (a )} + (1 π h,h )S (a )]} V (a) = max a 0;h {U (y(ɛ l)h + (1 + r)a a, 1 h) +β [π l,l max {V (a ), S (a )} + (1 π l,l )S (a )]} S (a) = max a 0 {U (y(ɛ u) + (1 + r)a a, 1 e) +β [π u,h max {W (a ), S (a )} +π u,l max {V (a ), S (a )} + (1 π u,l π u,h )S (a )]} Décision de statut sur le marché du travail des ménages : Φ(., ɛ u ) = 1 Φ(a, ɛ l ) = 1 if S (a) V (a) Φ(a, ɛ h ) = 1 if S (a) W (a) Règle de décision d accumulation des ménages conditionnelle à leurs stocks d actifs et leurs opportunités sur le marché du travail : A(a, ɛ) = Φ(a, ɛ)a u (a)+[1 Φ(a, ɛ l )]A l (a)+[1 Φ(a, ɛ h )]A h (a) 13

14 Théorie (III) Equilibre : Etant donné le vecteur de prix {r, w}, l équilibre est défini par : (i) Les règles de décision, A(a, ɛ), C(a, ɛ), H(a, ɛ) et Φ(a, ɛ), qui sont solution du problème des ménages. (ii) La distribution stationnaire λ(a, ɛ) induites par P et les règles de décision {A(a, ɛ), Φ(a, ɛ)} (iii) Le taux de taxe τ qui équilibre le budget de l Etat. 14

15 Etalonnage Tab. 3 Model Calibration β σ α r w µ u µ l µ h 0.5% π h,h 1 π l,l φ 0.69% 1.53% 45% Sachant que P = π h,h 0 1 π h,h 0 π l,l 1 π l,l φξ φ(1 ξ) 1 φ Etalonnage des paramètres inconnus : e et ξ t.q. Taux de chômage = 12%, Taux d emploi good = taux d emploi bad = 48%, d où ξ π u,l π u,h π u,u e 6.2% 42,2% 2,8% 55%

16 Wealth effect and the option value of unemployment 1.6 Fig. 1 Consumption rules Consumption of good employed Consumption of bad employed 0.95 Consumption t variable h constant h no disutility Consumption t Capital Grid (in thousands of francs) Capital Grid (in thousands of francs) 1.1 Consumption of unemployed Consumption t Capital Grid (in thousands of francs) 16

17 Fig. 2 Hours worked rules 0.37 Hours worked by good employed Hours worked by bad employed Hours t 0.34 Hours t Capital Grid (in thousands of francs) Capital Grid (in thousands of francs) Fig. 3 Unemployment Duration and Bad-Job Tenure A Quarterly Bad Employment Duration variable h constant h no disutility B Quarterly Unemployment Duration Quarters 20 Quarters Capital Grid (thousands of francs) Capital Grid (thousands of francs) 17

18 Wealth effect and the option value of unemployment 0.2 Fig. 4 Wealth Distribution A Aggregate Capital Distribution B Unemployed Capital Distribution Probability 0.1 Probability Capital Grid (in thousands of francs) Capital Grid (in thousands of francs) 0.1 C Bad Employed Capital Distribution 0.2 D Good Employed Capital Distribution Probability Probability Capital Grid (in thousands of francs) Capital Grid (in thousands of francs) 18

19 Wealth effect and the option value of unemployment Tab. 4 Model Predictions Bad Good Unemp. Emp. Emp. Transitions (quarters) Exogenous Durations Average Durations no disutility constant h variable h Population (percentages) Exogenous Rates Total Rates no disutility constant h variable h Mean of Assets (thousands of francs) no disutility constant h variable h

20 Tab. 5 Model Predictions : the impact of wage dispersion w g /w b Ref Unemployment Rates variable h (percentages) constant h no disutility Average durations variable h (quarters) constant h no disutility Mean of assets variable h (thousands of francs) constant h no disutility Bad employment Rates variable h (percentages) constant h no disutility Average durations variable h (quarters) constant h no disutility Mean of assets variable h (thousands of francs) constant h no disutility Average hours worked (in %) Good employment Rates variable h (percentages) constant h no disutility Average durations variable h (quarters) constant h no disutility Mean of assets variable h (thousands of francs) constant h no disutility Average hours worked (in %)

21 Tab. 6 Model Predictions : the impact of unemployment compensation θ Ref Unemployment Rates variable h (percentages) constant h no disutility Average durations variable h (quarters) constant h no disutility Mean of assets variable h (thousands of francs) constant h no disutility Bad employment Rates variable h (percentages) constant h no disutility Average durations variable h (quarters) constant h no disutility Mean of assets variable h (thousands of francs) constant h no disutility Average hours worked (in %) Good employment Rates variable h (percentages) constant h no disutility Average durations variable h (quarters) constant h no disutility Mean of assets variable h (thousands of francs) constant h no disutility Average hours worked (in %)

22 Tab. 7 Model Predictions : the impact of risk aversion σ Ref Unemployment Rates variable h (percentages) constant h no disutility Average durations variable h (quarters) constant h no disutility Mean of assets variable h (thousands of francs) constant h no disutility Bad employment Rates variable h (percentages) constant h no disutility Average durations variable h (quarters) constant h no disutility Mean of assets variable h (thousands of francs) constant h no disutility Average hours worked (in %) Good employment Rates variable h (percentages) constant h no disutility Average durations variable h (quarters) constant h no disutility Mean of assets variable h (thousands of francs) constant h no disutility Average hours worked (in %)

L influence de l épargne de précaution sur la recherche d emploi

L influence de l épargne de précaution sur la recherche d emploi REVENUS L influence de l épargne de précaution sur la recherche d emploi Yann Algan et Antoine Terracol* L étude de l incidence des dispositifs d assurance chômage sur l offre de travail s est limitée

Plus en détail

Epargne de précaution : quel potentiel d assurance contre le risque de chômage?

Epargne de précaution : quel potentiel d assurance contre le risque de chômage? Epargne de précaution : quel potentiel d assurance contre le risque de chômage? Audrey Desbonnet EUREQua-Université Paris I septembre 2004 Résumé L ambition de cet article est de fournir une analyse quantitative

Plus en détail

DEA Université de Paris 1. Equilibre général, chômage et assurance incomplète. Le Modèle d Aiyagari [QJE,1994]

DEA Université de Paris 1. Equilibre général, chômage et assurance incomplète. Le Modèle d Aiyagari [QJE,1994] DEA Université de Paris 1 Equilibre général, chômage et assurance incomplète Le Modèle d Aiyagari [QJE,1994] François Langot GAINS (Le Mans) & Cepremap 24 mars 2004 1 Risques spécifiques de revenu A chaque

Plus en détail

Réformer l'indémnisation des chômeurs : plus de redistribution et moins d'assurance

Réformer l'indémnisation des chômeurs : plus de redistribution et moins d'assurance EDHEC BUSINESS SCHOOL PÔLE DE RECHERCHE EN ÉCONOMIE, ÉVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES ET RÉFORME DE L'ÉTAT 393-400 promenade des Anglais 06202 Nice Cedex 3 Tél. : +33 (0)4 93 18 32 53 Fax : +33 (0)4

Plus en détail

ESSEC Cours Wealth management

ESSEC Cours Wealth management ESSEC Cours Wealth management Séance 9 Gestion de patrimoine : théories économiques et études empiriques François Longin 1 www.longin.fr Plan de la séance 9 Epargne et patrimoine des ménages Analyse macroéconomique

Plus en détail

THOMAS WEITZENBLUM. Situation courante : Professeur à l Université du Maine EMPLOIS FORMATION ET DIPLOMES

THOMAS WEITZENBLUM. Situation courante : Professeur à l Université du Maine EMPLOIS FORMATION ET DIPLOMES THOMAS WEITZENBLUM GAINS, Université du Maine Faculté de Droit, des Sciences Economiques et de Gestion Avenue Olivier Messiaen 72000 LE MANS E-mail : thomas.weitzenblum@univ-lemans.fr Né le 22 mai 1973

Plus en détail

De la modulation des subventions à la formation continue des salariés

De la modulation des subventions à la formation continue des salariés EDHEC BUSINESS SCHOOL PÔLE DE RECHERCHE EN ÉCONOMIE, ÉVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES ET RÉFORME DE L'ÉTAT 393-400 promenade des Anglais 06202 Nice Cedex 3 Tél. : +33 (0)4 93 18 32 53 Fax : +33 (0)4

Plus en détail

Négociation assurance-chômage

Négociation assurance-chômage Négociation assurance-chômage Proposition de document-cadre pour l accord national interprofessionnel relatif à l indemnisation du chômage 1 Eléments synthétiques de diagnostic Créé et géré par les partenaires

Plus en détail

Cours Marché du travail et politiques d emploi

Cours Marché du travail et politiques d emploi Cours Marché du travail et politiques d emploi L offre de travail Pierre Cahuc/Sébastien Roux ENSAE-Cours MTPE Pierre Cahuc/Sébastien Roux (ENSAE) L offre de travail 1 / 48 Introduction Introduction Examen

Plus en détail

Pour une réforme de l assurance chômage des 50 ans et plus

Pour une réforme de l assurance chômage des 50 ans et plus EDHEC BUSINESS SCHOOL PÔLE DE RECHERCHE EN ÉCONOMIE, ÉVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES ET RÉFORME DE L'ÉTAT 393-400 promenade des Anglais 06202 Nice Cedex 3 Tél. : +33 (0)4 93 18 32 53 Fax : +33 (0)4

Plus en détail

Les changements au programme d Assurance-emploi

Les changements au programme d Assurance-emploi Les changements au programme d Assurance-emploi Mémoire déposé à la Commission nationale d examen sur l Assurance-emploi Par Youri Chassin, en collaboration avec Yanick Labrie Juillet 2013 L Institut économique

Plus en détail

Trajectoires comparées des chômeurs en France et aux États-Unis

Trajectoires comparées des chômeurs en France et aux États-Unis COMPARAISONS INTERNATIONALES Trajectoires comparées des chômeurs en France et aux États-Unis Daniel Cohen et Pascaline Dupas* Le chômeur français met plus de temps à retrouver un emploi que le chômeur

Plus en détail

The Impact of Public Intervention on Self-Insurance and Insurance Activities in Risky Forest Management

The Impact of Public Intervention on Self-Insurance and Insurance Activities in Risky Forest Management The Impact of Public Intervention on Self-Insurance and Insurance Activities in isky Forest Management BUNETTE Marielle BETA-EGLES et LEF) : Marielle.Brunette@univ-nancy2.fr COUTUE Stéphane LEF) : couture@nancy-engref.inra.fr

Plus en détail

Peut on taxer les revenus du capital?

Peut on taxer les revenus du capital? Peut on taxer les revenus du capital? observatoire français des conjonctures économiques centre de recherche en économie de Sciences Po www.ofce.sciences po.fr xavier.timbeau@ofce.sciences po.fr 01 44

Plus en détail

Diane Patrimoine. L épargne salariale : outil d optimisation et de défiscalisation de la rémunération. Diane Patrimoine 1

Diane Patrimoine. L épargne salariale : outil d optimisation et de défiscalisation de la rémunération. Diane Patrimoine 1 Diane Patrimoine L épargne salariale : outil d optimisation et de défiscalisation de la rémunération Diane Patrimoine 1 Sommaire : Les dispositifs d épargne salariale et leurs principaux avantages Une

Plus en détail

Gestion quantitative de Portefeuille Allocation Dynamique d actifs

Gestion quantitative de Portefeuille Allocation Dynamique d actifs P R O D U I T S Gestion quantitative de Portefeuille Allocation Dynamique d actifs MEMBRE DE L'ASSOCIATION SUISSE DES BANQUIERS L environnement économique mondial actuel et ses modifications structurelles

Plus en détail

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Mars 2015 Luc Masure Plan de la présentation 1. Le Bureau fédéral du Plan 2. Cadre historique de la politique salariale et des dispositifs d exonération

Plus en détail

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie.

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Introduction Lors de la campagne sur le référendum du Traité constitutionnel européen en 2005, la figure du «plombier

Plus en détail

POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE

POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE Plan : 1) La structure du système bancaire européen 2) Les objectifs de la BCE Licence professionnelle Bancassurance 2010-2011 3) Les instruments de la politique monétaire

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

Attitude des ménages face au risque. M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2014

Attitude des ménages face au risque. M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2014 Attitude des ménages face au risque - M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2014 Plan du cours 1. Introduction : demande de couverture et comportements induits pa 2. Représentations

Plus en détail

L évolution des formes

L évolution des formes L évolution des formes d emploi 5 décembre 2014 Conseil d orientation pour l emploi Plan de la présenta-on I. Les formes d emploi: un paysage en évolution et de plus en plus complexe II. Les causes de

Plus en détail

Recherche d emploi : entre assurance et incitation 1

Recherche d emploi : entre assurance et incitation 1 Recherche d emploi : entre assurance et incitation 1 Solenne Tanguy 2 EUREQua, Université Paris 1 Mars 2004 1 Je tiens à remercier Pierre Cahuc, François Fontaine et André Zylberberg pour leurs précieux

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour les années 2014 et 2015 Mai 2014 1/14 Situation financière de l Assurance chômage pour les années 2014 et 2015 22 mai 2014 Cette note présente la prévision

Plus en détail

PARTIE I : LES DETERMINANTS DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE :

PARTIE I : LES DETERMINANTS DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE : PARTIE I : LES DETERMINANTS DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE : INTRODUCTION : Les différents moments d augmentation des richesses dans les groupes sociaux sont liés à différents phénomènes parfois difficilement

Plus en détail

1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs?

1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? Ménages et consommation 1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? question 1: comment le revenu des ménages est-il réparti? question 2: quelle est l influence

Plus en détail

Chapitre 1: Introduction à la théorie de l équilibre à prix fixes

Chapitre 1: Introduction à la théorie de l équilibre à prix fixes Chapitre 1: Introduction à la théorie de l équilibre à prix fixes L3 Eco-Gestion/ Faculté de Droit, Sciences Economiques et de Gestion Plan 1 Rappels sur l utilité espérée La représentation des événements

Plus en détail

mais on suppose maintenant que ses préférences sont représentées par la fonction

mais on suppose maintenant que ses préférences sont représentées par la fonction Ecole Nationale de la Statistique et de l Administration Economique 2ème année, 1er semestre, 2007/2008 Examen de Macroéconomie Stéphane Gauthier 2 heures, sans document ni calculatrice 1. Questions de

Plus en détail

Combiner anticipations et optimisation : le modèle Black-Litterman

Combiner anticipations et optimisation : le modèle Black-Litterman Combiner anticipations et optimisation : le modèle Black-Litterman Université Paris 1, Panthéon-Sorbonne, IAE (Sorbonne Graduate Business School) PLAN Les raisons du modèle 1 Les raisons du modèle 2 1.

Plus en détail

Enthousiasme? «Savoir ma prévoyance vieillesse entre de bonnes mains.»

Enthousiasme? «Savoir ma prévoyance vieillesse entre de bonnes mains.» Enthousiasme? «Savoir ma prévoyance vieillesse entre de bonnes mains.» Helvetia Solutions de libre passage. Placer son avoir de prévoyance selon ses besoins. Votre assureur suisse. Le libre passage dans

Plus en détail

D Expert en Finance et Investissements

D Expert en Finance et Investissements MODULES FINAL D Expert en Finance et Investissements Copyright 2014, AZEK AZEK, Feldstrasse 80, 8180 Bülach, T +41 44 872 35 35, F +41 44 872 35 32, info@azek.ch, www.azek.ch Table des matières 1. Modules

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

EPARGNE COLLECTIVE S ALARIALE E PARGNE PEI/PERCOI. gamme

EPARGNE COLLECTIVE S ALARIALE E PARGNE PEI/PERCOI. gamme EPARGNE COLLECTIVE gamme EPARGNE COLLECTIVE E PARGNE S ALARIALE PEI/PERCOI E P ARGNE S ALARIALE Confiez la gestion de votre épargne salariale à des professionnels APRIL Patrimoine est une société d APRIL

Plus en détail

MATTEO CACCIATORE LA MACROÉCONOMIE

MATTEO CACCIATORE LA MACROÉCONOMIE MATTEO CACCIATORE LA MACROÉCONOMIE DE LA RÉGLEMENTATION DES MARCHÉS La vague de crises qui a débuté en 2008 a relancé le débat sur la déréglementation des marchés comme outil pour améliorer la performance

Plus en détail

A VOTRE SITUATION PERSONNELLE ET PROFESSIONNELLE (1/5)

A VOTRE SITUATION PERSONNELLE ET PROFESSIONNELLE (1/5) A VOTRE SITUATION PERSONNELLE ET PROFESSIONNELLE (1/5) METTRE DANS CETTE POCHETTE LES PHOTOCOPIES DES DOCUMENTS SUIVANTS (et cocher à droite si vous avez bien fourni le document) DOCUMENTS À FOURNIR (photocopies)

Plus en détail

Interpréter correctement l évolution de la part salariale.

Interpréter correctement l évolution de la part salariale. Interpréter correctement l évolution de la part salariale. Gilles Saint-Paul Université de Toulouse I et Ministère de l Ecologie En, la part des salaires dans la valeur ajoutée (ou dans le PIB) est un

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

Mémoire d actuariat - promotion 2010. complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains.

Mémoire d actuariat - promotion 2010. complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains. Mémoire d actuariat - promotion 2010 La modélisation des avantages au personnel: complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains. 14 décembre 2010 Stéphane MARQUETTY

Plus en détail

Art. 83. Rente fiscalisée. Rente fiscalisée. Madelin. Epargne Salariale. Capital non fiscalisé

Art. 83. Rente fiscalisée. Rente fiscalisée. Madelin. Epargne Salariale. Capital non fiscalisé FOCUS RETRAITE 2011 2 Versements Prestations au terme Art. 83 Madelin Epargne Salariale Primes déductibles fiscalement. Exonération de charges sociales Primes déductibles fiscalement. Aucune exonération

Plus en détail

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage éclairages ÉTUDES ET ANALYSES N 5 AVRIL 213 QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? L Unédic a réalisé une étude pour approfondir la compréhension de la population des allocataires

Plus en détail

BAREME DES TRAITEMENTS AU 1 ER JANVIER 2013

BAREME DES TRAITEMENTS AU 1 ER JANVIER 2013 FF I CC HH EE PP RR AA TT I QQ UU EE CC DD GG 55 00 BAREME DES TRAITEMENTS AU 1 ER JANVIER 2013 NOUVEAUX MONTANTS A PRENDRE EN COMPTE A PARTIR DU 1 ER JANVIER 2013 F O N D E M E N T J U R I D I Q U E Décret

Plus en détail

Le risque Idiosyncrasique

Le risque Idiosyncrasique Le risque Idiosyncrasique -Pierre CADESTIN -Magali DRIGHES -Raphael MINATO -Mathieu SELLES 1 Introduction Risque idiosyncrasique : risque non pris en compte dans le risque de marché (indépendant des phénomènes

Plus en détail

Épargne de précaution et chômage : une évaluation quantitative de l'auto-assurance

Épargne de précaution et chômage : une évaluation quantitative de l'auto-assurance ANNALES D ÉCONOMIE ET DE STATISTIQUE. N 74 2004 Épargne de précaution et chômage : une évaluation quantitative de l'auto-assurance Yann ALGAN *, Arnaud CHÉRON **, Jean-Olivier HAIRAULT ***, François LANGOT

Plus en détail

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil Sommaire Introduction... 3 1. Evolution du nombre de travailleurs à temps partiel volontaire au chômage selon le sexe... 5. Evolution

Plus en détail

Programme «Société et Avenir»

Programme «Société et Avenir» Programme «Société et Avenir» Rapport final volet «Synthèse de recherche» 1 CONTRAT DE RECHERCHE : TA/00/23 ACRONYME DU PROJET : REFBARIN TITRE : «RÉFORME DU MARCHÉ DES BIENS ET SERVICES, NÉGOCIATION SALARIALE

Plus en détail

Septembre 2010-présent Professeur des Universités, Université d Angers

Septembre 2010-présent Professeur des Universités, Université d Angers ADRESSE PERSONNELLE 12 rue Bigot 72000 Le Mans France INFORMATION PERSONNELLE Date de naissance: 17 Avril 1977 Sexe: Femme Nationalité: Espagnole EVA MORENO GALBIS ADRESSE PROFESSIONNELLE Université du

Plus en détail

La fiscalité de l épargne salariale Entreprise

La fiscalité de l épargne salariale Entreprise Epargne Entreprise DOSSIER SPÉCIAL Juridique et Fiscalité La fiscalité de l épargne salariale Entreprise Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l entreprise Les versements de l entreprise

Plus en détail

Document d études. direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

Document d études. direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Document d études direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Numéro 171 Mars 2012 Évaluation de l impact du revenu de solidarité active (RSA) sur l offre de travail Philippe

Plus en détail

Objet : Présentation des résultats des recherches sélectionnées dans le cadre de l appel à projets de recherche «Mobilité Professionnelle».

Objet : Présentation des résultats des recherches sélectionnées dans le cadre de l appel à projets de recherche «Mobilité Professionnelle». Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi Ministère du Travail, des Relations Sociales, de la Famille, de la Solidarité et de la Ville Direction de l animation de la recherche, des études

Plus en détail

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Focus Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Introduction Le travailleur qui devient chômeur et qui est admissible sur base de prestations de travail se voit, en application du principe

Plus en détail

Chapitre 1 Quelles sont les sources de la croissance?

Chapitre 1 Quelles sont les sources de la croissance? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 mars 2015 à 13:38 Chapitre 1 Quelles sont les sources de la croissance? Notions : PIB, IDH, investissement, progrès technique, croissance endogène, productivité

Plus en détail

Livret d epargne SaLariaLe

Livret d epargne SaLariaLe Livret d Epargne Salariale Chère collaboratrice, Cher collaborateur, En tant que salarié(e) de PAGE PERSONNEL, vous bénéficiez de l accord de participation en vigueur dans l entreprise. En complément de

Plus en détail

Atelier des Chefs d entreprise MEDEF LYON-RHÔNE 17/04/2014 «Comment vous protéger?»

Atelier des Chefs d entreprise MEDEF LYON-RHÔNE 17/04/2014 «Comment vous protéger?» D irigeants d entreprise, un choix professionnel des incidences sur sa vie familiale Atelier des Chefs d entreprise MEDEF LYON-RHÔNE 17/04/2014 «Comment vous protéger?» LE CHOIX DU STATUT Travailleur non

Plus en détail

Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels

Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels Etab=MK3, Timbre=G430, TimbreDansAdresse=Vrai, Version=W2000/Charte7, VersionTravail=W2000/Charte7 Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels

Plus en détail

Réformes socio-économiques

Réformes socio-économiques Réformes socio-économiques Le 27 novembre 2011, suite à la dégradation de la note belge par l agence Standard & Poor s, les six partis ont conclu, dans l urgence, un accord sur le budget et sur la réforme

Plus en détail

Calcul d une provision technique en assurance vie dans le cadre de Solvabilité 2. Le cas des contrats d épargne : les approches «markedto model»

Calcul d une provision technique en assurance vie dans le cadre de Solvabilité 2. Le cas des contrats d épargne : les approches «markedto model» Calcul d une provision technique en assurance vie dans le cadre de Solvabilité 2 Le cas des contrats d épargne : les approches «markedto model» Luca De Dominicis formation Sepia 10 juin 2008 Sommaire 1.

Plus en détail

L ASSURANCE CHÔMAGE AUX ÉTATS-UNIS. Stéphane Auray et David L. Fuller

L ASSURANCE CHÔMAGE AUX ÉTATS-UNIS. Stéphane Auray et David L. Fuller L ASSURANCE CHÔMAGE AUX ÉTATS-UNIS Stéphane Auray et David L. Fuller Catalogage Électre-Bibliographie (avec le concours de la Bibliothèque de Sciences Po) L assurance chômage aux États-Unis / Stéphane

Plus en détail

Dépenses nationales totales 3.0 3.4 2.3

Dépenses nationales totales 3.0 3.4 2.3 Chiffres clés pour l'économie belge Pourcentages de variation en volume - sauf indications contraires Dépenses de consommation finale des particuliers 2.0 2.6 1.4 Dépenses de consommation finale des pouvoirs

Plus en détail

Modèle de troncature gauche : Comparaison par simulation sur données indépendantes et dépendantes

Modèle de troncature gauche : Comparaison par simulation sur données indépendantes et dépendantes de troncature gauche : Comparaison par simulation sur données indépendantes et dépendantes Zohra Guessoum 1 & Farida Hamrani 2 1 Lab. MSTD, Faculté de mathématique, USTHB, BP n 32, El Alia, Alger, Algérie,zguessoum@usthb.dz

Plus en détail

L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception

L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception Service des Études économiques et de la Prospective Délégation pour la planification Décembre 2006 L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception La mesure du pouvoir d achat des ménages

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE RETRAITE COLLECTIVE LA DIRECTION DU MARCHÉ DES ENTREPRISES 1

LES DISPOSITIFS DE RETRAITE COLLECTIVE LA DIRECTION DU MARCHÉ DES ENTREPRISES 1 LES DISPOSITIFS DE RETRAITE COLLECTIVE 1 Des solutions simples pour répondre à différents besoins Droits individualisés (compte individuel ouvert au nom de chaque salarié de l entreprise) 3 Contrat de

Plus en détail

Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures?

Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures? Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures? Benoît Pagès 1, Valérie Leveau 1 1 ARVALIS Institut du

Plus en détail

La BDP. Système financier International. La Balance des Paiements I- Le Compte courant. Identité du Revenu National.

La BDP. Système financier International. La Balance des Paiements I- Le Compte courant. Identité du Revenu National. La BDP Système financier International La Balance des Paiements I- Le Compte courant ESC-Février 2015 Balance des paiements = relevé statistique annuel de toutes les transactions de biens, services et

Plus en détail

Impact du mobile banking sur les comportements d épargne et de transferts à Madagascar. Florence Arestoff Baptiste Venet

Impact du mobile banking sur les comportements d épargne et de transferts à Madagascar. Florence Arestoff Baptiste Venet Impact du mobile banking sur les comportements d épargne et de transferts à Madagascar Florence Arestoff Baptiste Venet 1 Introduction : contexte du contrat de recherche Ce contrat de recherche fait suite

Plus en détail

I) L ouverture des économies à l international

I) L ouverture des économies à l international L autarcie s oppose au système du libreéchange. I) L ouverture des économies à l international A) La mesure des échanges de biens et services. La balance des transactions courantes. Cette balance retrace

Plus en détail

Vous bénéficiez d un dispositif d épargne dans votre entreprise. Il vous permet de vous constituer une épargne personnelle dans des conditions

Vous bénéficiez d un dispositif d épargne dans votre entreprise. Il vous permet de vous constituer une épargne personnelle dans des conditions Vous bénéficiez d un dispositif d épargne dans votre entreprise. Il vous permet de vous constituer une épargne personnelle dans des conditions financières particulièrement favorables : intéressement aux

Plus en détail

BASE DE DONNÉES DES ASPECTS SOCIOÉCONOMIQUES EN MÉDITERRANÉE OCCIDENTALE

BASE DE DONNÉES DES ASPECTS SOCIOÉCONOMIQUES EN MÉDITERRANÉE OCCIDENTALE BASE DE DONNÉES DES ASPECTS SOCIOÉCONOMIQUES EN MÉDITERRANÉE OCCIDENTALE CETMO-ASE Version 08.01 Année de référence 2008 Février 2013 BASE DE DONNÉES DES ASPECTS SOCIOÉCONOMIQUES EN MÉDITERRANÉE OCCIDENTALE

Plus en détail

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions TABLE DES MATIERES... 1 INTRODUCTION... 2 1 FINANCEMENT ET FINANCEMENT MINIMUM... 3 1.1 FINANCEMENT... 3 1.2 FINANCEMENT DE PLAN... 3 1.3 FINANCEMENT MÉTHODE

Plus en détail

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1 ROYAUME-UNI Les dépenses de protection sociale au Royaume-Uni représentent 26,8% du PIB. Le système britannique est de logique beveridgienne. La principale réforme récente concerne le système de retraite

Plus en détail

L allocation d aide au retour à l emploi (ARE)

L allocation d aide au retour à l emploi (ARE) indemnisation L allocation d aide au retour à l emploi (ARE) Pour les 50 ans et plus L allocation d aide au retour à l emploi (ARE) Pour les 50 ans et plus Pour qui? Pour vous si : vous n avez pas atteint

Plus en détail

La prise en charge du délai de carence des arrêts maladie en France: Déterminants et impact sur l absentéisme

La prise en charge du délai de carence des arrêts maladie en France: Déterminants et impact sur l absentéisme La prise en charge du délai de carence des arrêts maladie en France: Déterminants et impact sur l absentéisme Catherine Pollak DREES Séminaire Arrêts de travail 20 mai 2014 5/21/2014 1 Introduction Contexte

Plus en détail

Surveillance et maintenance prédictive : évaluation de la latence de fautes. Zineb SIMEU-ABAZI Univ. Joseph Fourier, LAG)

Surveillance et maintenance prédictive : évaluation de la latence de fautes. Zineb SIMEU-ABAZI Univ. Joseph Fourier, LAG) Surveillance et maintenance prédictive : évaluation de la latence de fautes Zineb SIMEU-ABAZI Univ. Joseph Fourier, LAG) SURVEILLANCE Analyser une situation et fournir des indicateurs! Détection de symptômes!

Plus en détail

Une décomposition du non-emploi en France

Une décomposition du non-emploi en France MARCHÉ DU TRAVAIL Une décomposition du non-emploi en France Guy Laroque et Bernard Salanié* «Grande est notre faute, si la misère de nos pauvres découle non pas de lois naturelles, mais de nos institutions».

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Stéphane Gallon Caisse des Dépôts stephane.gallon@caissedesdepots.fr https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 1 Macroéconomie : croissance à

Plus en détail

Lire et analyser son Bilan (14 H) à REIMS

Lire et analyser son Bilan (14 H) à REIMS Lire et analyser son Bilan (14 H) à REIMS Public : Artisans et conjoints collaborateurs, salarié(s). Objectifs : Analyser son bilan Extraire les chiffres clés de son entreprise Permettre une analyse financière

Plus en détail

The assessment of professional/vocational skills Le bilan de compétences professionnelles

The assessment of professional/vocational skills Le bilan de compétences professionnelles The assessment of professional/vocational skills Le bilan de compétences professionnelles 03/06/13 WHAT? QUOI? Subject Sujet The assessment of professional/vocational skills (3 hours) Bilan de compétences

Plus en détail

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée.

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. Il y a trois approches possibles du produit intérieur brut : Optique de la production Optique

Plus en détail

Quelles ressources pour vivre seul, en 2014, dans une commune du Doubs? Essai d évaluation

Quelles ressources pour vivre seul, en 2014, dans une commune du Doubs? Essai d évaluation 1 Septembre 2014 Quelles ressources pour vivre seul, en 2014, dans une commune du Doubs? Essai d évaluation Grand-Charmont est une commune de 5200 habitants qui compte 57 % de logements sociaux. Les revenus

Plus en détail

Hippolyte d Albis est Chercheur associé à la Chaire Transitions Démographiques, Transitions Économiques.

Hippolyte d Albis est Chercheur associé à la Chaire Transitions Démographiques, Transitions Économiques. Hippolyte d Albis est Chercheur associé à la Chaire Transitions Démographiques, Transitions Économiques. Il est Professeur de sciences économiques à l Université Paris I et à l École d Économie de Paris

Plus en détail

Assurance privée, Assurance sociale, retraite et santé

Assurance privée, Assurance sociale, retraite et santé 1/66 Assurance, retraite et santé - F. Langot Assurance privée, Assurance sociale, retraite et santé F. Langot Univ. Le Mans (GAINS & IRA) Banque de France & PSE & Cepremap & IZA 2013-2014 2/66 Assurance,

Plus en détail

Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale

Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale Janvier 2013 Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS 1. En

Plus en détail

MAT 2377 Solutions to the Mi-term

MAT 2377 Solutions to the Mi-term MAT 2377 Solutions to the Mi-term Tuesday June 16 15 Time: 70 minutes Student Number: Name: Professor M. Alvo This is an open book exam. Standard calculators are permitted. Answer all questions. Place

Plus en détail

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Les faits saillants Highlights L état financier du MAMROT est très complexe et fournit de nombreuses informations. Cette

Plus en détail

Pour préparer et vivre votre retraite, toutes les solutions sont là, au Crédit Mutuel. Ma retraite

Pour préparer et vivre votre retraite, toutes les solutions sont là, au Crédit Mutuel. Ma retraite Pour préparer et vivre votre retraite, toutes les solutions sont là, au Crédit Mutuel Ma retraite Pour préparer et vivre votre retraite, toutes les solutions sont là, au Crédit Mutuel. La retraite : certains

Plus en détail

WEKA, un logiciel libre d apprentissage et de data mining

WEKA, un logiciel libre d apprentissage et de data mining Approche Data Mining par WEKA WEKA, un logiciel libre d apprentissage et de data mining Yves Lechevallier INRIA-Rocquencourt E_mail : Yves.Lechevallier@inria.fr Yves Lechevallier Dauphine 1 1 WEKA 3.4

Plus en détail

Finance des matières premières (6b) De la formation des prix sur les marchés financiers à la possibilité d un équilibre (non walrasien)

Finance des matières premières (6b) De la formation des prix sur les marchés financiers à la possibilité d un équilibre (non walrasien) Finance des matières premières (6b) De la formation des prix sur les marchés financiers à la possibilité d un équilibre (non walrasien) Alain Bretto & Joël Priolon - 25 mars 2013 Question Dans un équilibre

Plus en détail

un environnement économique et politique

un environnement économique et politique Vision d un économiste sur le risque agricole et sa gestion un sol un climat un environnement économique et politique Jean Cordier Professeur Agrocampus Ouest Séminaire GIS GC HP2E Prise en compte du risque

Plus en détail

Épargne Salariale - Professions Libérales (ES-PL)

Épargne Salariale - Professions Libérales (ES-PL) Épargne Salariale - Professions Libérales (ES-PL) Optimisez votre épargne et votre retraite dans un cadre social et fiscal attractif. EN BREF Spécifiquement conçu pour les professionnels libéraux qui emploient

Plus en détail

Moduler les cotisations employeurs à l assurance - chômage: les expériences de bonus - malus aux Etats-Unis. *

Moduler les cotisations employeurs à l assurance - chômage: les expériences de bonus - malus aux Etats-Unis. * Moduler les cotisations employeurs à l assurance - chômage: les expériences de bonus - malus aux Etats-Unis. * David Margolis et Denis Fougère * Cet article étend et prolonge un texte publié dans le rapport

Plus en détail

EPARGNE SALARIALE : PEE PERCO

EPARGNE SALARIALE : PEE PERCO EPARGNE SALARIALE : FICHE CONSEIL Nom du Document : EPARGNE SALARIALE Page : 1/7 EPARGNE SALARIALE : Le plan d épargne salariale est un système d'épargne collectif ouvrant au personnel de l'entreprise

Plus en détail

Evaluer l ampleur des économies d agglomération

Evaluer l ampleur des économies d agglomération Pierre-Philippe Combes GREQAM - Université d Aix-Marseille Ecole d Economie de Paris CEPR Janvier 2008 Supports de la présentation Combes, P.-P., T. Mayer et J.-T. Thisse, 2006, chap. 11. Economie Géographique,

Plus en détail

LES RÈGLES D INDEMNISATION DE L ASSURANCE CHÔMAGE CONVENTION D ASSURANCE CHÔMAGE DU 14 MAI 2014

LES RÈGLES D INDEMNISATION DE L ASSURANCE CHÔMAGE CONVENTION D ASSURANCE CHÔMAGE DU 14 MAI 2014 LES RÈGLES D INDEMNISATION DE L ASSURANCE CHÔMAGE CONVENTION D ASSURANCE CHÔMAGE DU 14 MAI 2014 SOMMAIRE Page 04 QU EST-CE que l Assurance chômage? Page 06 QUI est assuré contre la perte d emploi? Page

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE

ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE Cours de M. Di Roberto Université Victor Segalen Bordeaux 2 Bibliographie Ce cours s inspire largement des ouvrages essentiels suivants. Merci à leurs auteurs. BOSSERELLE

Plus en détail

2- L'intermédiation financière comme surveillance déléguée

2- L'intermédiation financière comme surveillance déléguée 2- L'intermédiation financière comme surveillance déléguée Expliquer la place des banques comme intermédiaires dans les financements (Diamond, 1984). Intermédiaire financier : agent à qui est délégué l'investissement

Plus en détail

L emploi et les salaires des enfants d immigrés

L emploi et les salaires des enfants d immigrés TRAVAIL - EMPLOI L emploi et les salaires des enfants d immigrés Romain Aeberhardt*, Denis Fougère**, Julien Pouget*** et Roland Rathelot**** Les Français ayant au moins un parent immigré originaire du

Plus en détail

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Gérard Cornilleau Des inégalités contenues, des classes moyennes fragiles Le débat sur les salaires n est plus aujourd hui dominé

Plus en détail

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Royaume du Maroc La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Table des Matières 1. Données sur la masse salariale...2 1.1. Importance de la masse salariale...2 1.2. Aggravation

Plus en détail

EPARGNE SALARIALE : PEE PERCO FICHE CONSEIL

EPARGNE SALARIALE : PEE PERCO FICHE CONSEIL EPARGNE SALARIALE : FICHE CONSEIL EPARGNE SALARIALE : Le plan d épargne salariale est un système d'épargne collectif ouvrant au personnel de l'entreprise la faculté de participer, avec l'aide de celle-ci,

Plus en détail

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé L augmentation des salaires du personnel de l administration publique

Plus en détail