Objet : Présentation des résultats des recherches sélectionnées dans le cadre de l appel à projets de recherche «Mobilité Professionnelle».

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Objet : Présentation des résultats des recherches sélectionnées dans le cadre de l appel à projets de recherche «Mobilité Professionnelle»."

Transcription

1 Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi Ministère du Travail, des Relations Sociales, de la Famille, de la Solidarité et de la Ville Direction de l animation de la recherche, des études et des statistiques Mission Animation de la Recherche 39-43, quai André Citroën Paris Cedex 15 Date : 3 juin 2010 Affaire suivie par : Michaël Orand Courriel : Réf. : 2010 / n 52 Objet : Présentation des résultats des recherches sélectionnées dans le cadre de l appel à projets de recherche «Mobilité Professionnelle». Dans le cadre de l appel à projets de recherche concernant la mobilité professionnelle, quatre projets avaient été retenus, ceux des équipes du Centre Maurice Halbwachs (CMH), du Groupement de Recherche en Economie Quantitative d Aix-Marseille (GREQAM) du Groupe d Analyse et de Théorie Economique (GATE), et du Centre d Economie de la Sorbonne (CES). Cette note présente les résultats obtenus par les différentes équipes et disponibles depuis janvier Projet du Centre Maurice Halbwachs : «Fragilisation ou renforcement des plafonds de verre dans les restructurations?», coordonné par Sophie Pochic. Le travail du Centre Maurice Halbwachs porte sur la mobilité professionnelle des cadres au sein de Gaz de France et de ses filiales en Angleterre et en Hongrie, en s'intéressant en particulier au phénomène de «plafond de verre», qui empêche certaines catégories de salariés, notamment les femmes, d'accéder aux postes les plus élevés de la hiérarchie. Ce phénomène est étudié dans le contexte des fortes restructurations qui ont accompagné l ouverture à la concurrence du marché de l énergie dans ces trois pays. Les questions posées sont les suivantes : ces restructurations ont-elles renforcé les plafonds de verre existants? Ou au contraire ont-elles créé de nouvelles opportunités (via la mobilité internationale notamment) qui ont permis de réduire l importance de ces plafonds? À partir d une étude quantitative réalisée conjointement avec les services de gestion des Ressources Humaines de l entreprise et d une série d entretiens en face à face (73 en France, 21 en Angleterre, et 20 en Hongrie), les auteurs étudient les trajectoires de carrière des cadres au sein de l entreprise. Cette étude met en avant l existence de deux types de plafond de verre. Le premier concerne les femmes cadres. En effet, bien que la féminisation des cadres au sein de l entreprise soit un phénomène réel, il reste relativement limité. En particulier, l accès aux postes d encadrement supérieur reste très difficile pour les femmes. Une des explications de ce phénomène tient au modèle de carrière dominant en vigueur, qui exige une forte disponibilité et une mobilité géographique importante, en particulier dans les premières années de carrière.

2 Si ce modèle convient bien aux ingénieurs diplômés de Grandes Ecoles, souvent mariés à des femmes inactives, il est plus difficile pour les femmes, et en particulier pour celles ayant des enfants, de répondre à ces contraintes. Par ailleurs, même les femmes qui parviennent à se conformer à ce modèle de carrière font l expérience d un plafond de verre lorsqu il s agit d accéder à des postes de direction, dès lors qu entrent en jeu les normes informelles de carrière : phénomènes de cooptation, de réseaux etc. L autre type de plafond de verre mis en évidence par les auteurs est lié au diplôme initial. Celui-ci possède un poids encore très important dans la progression de la carrière des cadres et est un élément très fort d inégalité au sein de Gaz de France. Si le recrutement des cadres s est ouvert aux écoles de commerce, aux petites écoles d ingénieurs et à l Université, et n est plus comme auparavant essentiellement limité aux Grandes Ecoles d ingénieurs, il reste cependant plus difficile de progresser dans la hiérarchie sans un diplôme de Grande Ecole. La dérégulation des marchés de l énergie amorcée au début des années 1990 a renforcé les phénomènes de plafond de verre en Angleterre et en Hongrie. Dans ces deux pays, la principale conséquence de cette dérégulation des marchés de l énergie a été en effet la réduction des effectifs dans les entreprises de ce secteur 1 (près de 50% d effectifs en moins). Bien que ces réductions drastiques aient principalement touché les travailleurs les moins qualifiés, les cadres ont également subi des diminutions d effectifs importantes. Une des conséquences a été une élévation générale de l exigence en terme de niveau du diplôme, dont les premières victimes ont été les cadres issus de la promotion interne, tant en Hongrie qu en Angleterre. Une autre conséquence a été le renforcement des exigences en terme de disponibilité et de mobilité des cadres, qui a renforcé le modèle de carrière préexistant, aussi bien dans les filiales que dans la maison-mère. Mécaniquement, le phénomène de plafond de verre qu il provoquait s est vu lui aussi renforcé par ces restructurations. En outre, l apparition de nouveaux métiers, en particulier tertiaires, pourtant plus féminisés que les métiers traditionnels du secteur énergétique n a pas permis de lutter contre le plafond de verre. Les nouvelles opportunités offertes par les restructurations en cours dans le secteur de l énergie concernent les carrières internationales. Mais, ces nouvelles formes de mobilité sont fondées sur les mêmes schémas que ceux en vigueur pour la promotion sur le territoire national (phénomènes de réseaux, cooptation par les pairs) et elles reproduisent les inégalités professionnelles préexistantes : les cadres issus de la promotion et les femmes sont moins sélectionnés pour des postes à l étranger, notamment à cause des difficultés à se conformer aux contraintes familiales que cela implique. Une nouvelle forme d inégalité apparaît également avec les opportunités de carrière à l étranger, entre les salariés de la maison-mère et les salariés des filiales. Alors que les phénomènes d expatriation sont nombreux, en particulier pour des cadres en fin de carrière qui se voient ainsi offrir un «bâton de maréchal» ou pour des jeunes cadres intervenant sur des missions précises et plus courtes (pour un achat par exemple), les phénomènes d «impatriation 2», au contraire, restent très limités. Ces derniers se faisant sur des périodes souvent plus courtes que les expatriations, ils ne permettent pas aux cadres des filiales de se déplacer en famille et n offrent pas de réelles opportunités de carrière. Projet du GREQAM : «Mobilité résidentielle des locataires HLM d origine étrangère et emploi», coordonné par Pierre-Philippe Combes. Le travail de l équipe du GREQAM cherche à expliquer pourquoi le différentiel de taux de chômage entre les personnes d'origine africaine et le reste de la population augmente avec la densité de l'aire urbaine (à l'exception de l'agglomération parisienne). Ils mettent en évidence des pratiques discriminatoires à la fois sur le marché du logement et sur le 1 Cela n est pas aussi vrai en France, tout du moins en 2007, avant la fusion entre Gaz De France et Suez 2 Les auteurs parlent d «impatriation» lorsqu un salarié d une filiales vient travailler pour la maison mère.

3 marché du travail, dont la conjonction explique pourquoi les individus d'origine africaine connaissent une différence de taux de chômage accrue dans les grandes agglomérations. Dans un premier temps, les auteurs étudient le marché du logement. Les individus d origine africaine sont surreprésentés dans le parc locatif public par rapport au reste de la population, mais n expriment pas de préférence particulière pour ce type de logement. Les auteurs font donc l hypothèse que cette situation est liée à une discrimination qui empêcherait les individus d origine africaine de sortir des logements sociaux. La discrimination testée est dite «à la Becker» dans la mesure où les propriétaires de logements discriminent les personnes d origine africaine sur le marché privé, non pas parce qu ils ont des préjugés négatifs à leur égard, mais parce qu ils tiennent compte du fait que les autres habitants en ont. Les auteurs montrent, à l aide de l enquête Logement de l Insee, que les individus d origine africaine ont une probabilité moindre d occuper un logement dans un immeuble possédé par un propriétaire unique, ce qui est une conséquence de ce type de discrimination. Dans un deuxième temps, les auteurs analysent le marché du travail, où les individus d origine africaine ont des taux de chômage plus élevés avec un différentiel qui croît avec la densité de l aire urbaine (avec une exception pour l agglomération parisienne cependant). L hypothèse examinée pour expliquer ce phénomène est celle d une discrimination des employeurs reflétant les préjugés d une partie de la clientèle. Sous cette hypothèse, le modèle développé par les auteurs prédit que le taux de chômage de la population discriminée est positivement corrélé au produit de la proportion d emplois en contact avec la clientèle et la proportion d individus potentiellement discriminants dans la zone d emploi. En recourant aux données de l Enquête Formation et Qualification Professionnelle, ils trouvent bien une corrélation positive entre ces variables 3. Cette corrélation explique également l augmentation du différentiel de taux de chômage avec la densité de la zone d emploi : en effet, si la proportion d emplois en contact avec la clientèle augmente avec la densité, et la part de consommateurs potentiellement discriminants diminue avec la densité, le produit des deux variables augmente avec la densité et provoque donc une augmentation du taux de chômage. Dans un troisième temps, les auteurs étudient conjointement les deux marchés de l emploi et du logement, en observant les transitions entre différents états d activité (emploi / chômage) et différentes zones de résidence (grandes agglomérations, petites villes), pour les individus d origine africaine et le reste de la population. Ils obtiennent notamment les résultats suivants : les Français qui ont trouvé un emploi hors de leur zone de résidence ont deux fois plus de chances de trouver également un logement que les Africains dans la même situation ; les individus d origine africaine ont deux fois plus de chances d obtenir un logement dans une grande agglomération sans y avoir trouvé d emploi que les Français ; pour les petites agglomérations au contraire, les individus d origine africaine ont une probabilité moindre que le reste de la population de trouver un logement sans avoir également trouvé un emploi. Globalement, les auteurs trouvent des différences plus grandes sur le marché du logement que sur le marché de l emploi. Projet du GATE-Lyon II : «Statut résidentiel et Mobilité sur le marché du travail», coordonné par Nathalie Havet. Le rapport du GATE-Lyon II étudie d un point de vue général les liens entre le statut résidentiel (propriétaire ou locataire) et la mobilité professionnelle. L étude porte à la fois sur la France, à partir du Panel Européen des Ménages, et sur les Etats-Unis, à partir des données du Panel Study of Income Dynamics. La littérature sur le sujet de l influence de 3 Pour estimer la proportion d individus potentiellement discriminants, les auteurs utilisent plusieurs proxys (Français de naissance de plus de 50 ans qui occupent/occupaient des emplois d agriculteurs, artisans ou ouvriers, Français de naissance de plus de 50 ans qui n ont pas le baccalauréat, et électeurs du Front National pour les élections présidentielles de 2002) qui aboutissent à des résultats similaires.

4 la propriété immobilière sur la mobilité géographique et professionnelle est contradictoire. Oswald 4, à partir de données agrégées au niveau infra-national et national, obtient une corrélation positive entre taux de chômage et proportion de propriétaires. En revanche, des travaux plus récents (Munch et al. 5 pour le Danemark notamment) nuancent la vision négative d Oswald, en soulignant par exemple que les propriétaires sortent plus facilement du chômage lorsque l on regarde les emplois n impliquant pas de mobilité géographique. Le travail de l équipe du GATE fournit de nouveaux éléments pour alimenter ce débat, aussi bien pour la France que pour les Etats-Unis. Dans un premier temps, les auteurs étudient le lien entre propriété immobilière et durée du chômage. Lorsqu on observe la sortie globale vers l emploi, on ne constate pas d effet du fait d être propriétaire de son logement, aussi bien pour la France que pour les Etats- Unis. Ce résultat est en désaccord avec ceux obtenus par d autres études, notamment celle de Munch et al. sur le Danemark, qui concluait à une durée plus courte des épisodes de chômage pour les propriétaires, mais est compatible avec l absence de différence constatée par Battu et al. pour le Royaume-Uni 6. Les auteurs estiment ensuite l impact de la propriété immobilière en séparant les sorties vers un emploi impliquant une mobilité géographique et les sorties vers un emploi sans mobilité géographique associée (uniquement pour la France). Ils constatent un effet négatif de la variable «propriétaire» sur le taux de hasard pour les sorties avec mobilité et non significatif pour les sorties sans mobilité. Ce résulat est plus conforme aux résultats de Munch et al., mais la taille de l échantillon utilisé pour cette estimation est assez faible, et les résultats gagneraient à être confirmés par une estimation sur des échantillons plus importants. Dans un deuxième temps, les auteurs cherchent à évaluer l impact de la propriété immobilière sur la durée de l emploi. Ils observent pour cela différents types de transitions : emploi vers emploi, emploi vers chômage, ou emploi vers inactivité. Pour les Etats-Unis, le fait d être propriétaire n a d impact significatif sur aucun des trois types de transition. Pour la France en revanche, on observe des effets négatifs et statistiquement significatifs sur les transitions emploi-emploi et emploi-chômage. En observant uniquement les transitions emploi-emploi et en distinguant à nouveau les transitions associées à une mobilité géographique et celles n impliquant pas de mobilité, on constate une influence négative du fait d être propriétaire pour les transitions avec mobilité, et pas d effet significatif pour les transitions sans mobilité. Globalement, on constate donc que les propriétaires ont une mobilité plus réduite que le reste de la population, en particulier en ce qui concerne les transitions d un emploi vers un autre emploi. On peut donc s interroger sur le fait que cette mobilité réduite affecte la qualité des appariements à l emploi des propriétaires. Pour tester cela, les auteurs étudient l impact du fait d être propriétaire sur les salaires. Encore une fois, l effet obtenu est non significatif pour les Etats-Unis. Pour la France, l effet de la propriété immobilière sur les salaires est positif et statistiquement significatif : toutes choses égales par ailleurs, les propriétaires ont des salaires plus élevés que les locataires. En conclusion, le rapport présenté par le GATE montre que si aux Etats-Unis, les propriétaires et les locataires semblent avoir des comportements assez semblables sur le marché du travail, ce n est pas le cas pour la France. En particulier deux effets négatifs semblent associés à la propriété immobilière en France : les propriétaires au chômage sont moins enclins à déménager pour trouver un nouvel emploi et les propriétaires déjà en emploi déménagent moins que les locataires pour changer d emploi. Cependant, cette 4 Oswald, A. «A conjecture on the explanation for high unemployment in the industrialised nations : part 1» (1996), «The misssing piece of unemployment puzzle» (1998), «The Housing Market and Europe s Unemployment : a Non-Technical Paper» (1999) 5 Munch, J-R, Rosholm, M. & Svarer, M. (2006), «Are Home Owners really more unemployed?», The Economic Journal Battu, H., Ma, A. & Phimister, E. (2008) «Housing Tenure, Job Mobility and Unemployment in the UK», The Economic Journal 118

5 plus faible mobilité des propriétaires ne doit pas être perçue que négativement, puisque les salaires des propriétaires sont plus élevés que ceux des locataires, ce qui tendrait à montrer un appariement à l emploi de meilleure qualité. On peut expliquer cela en prenant la question dans l autre sens : devenir propriétaire étant un investissement coûteux et risqué, on ne décide de devenir propriétaire qu une fois que l on a un appariement à l emploi jugé suffisamment correct, ce qui est conforme avec le fait que la part de propriétaires croît avec l âge des individus. Projet du Centre d Economie de la Sorbonne : «Mobilité et inégalités de revenu de long terme», coordonné par Jean-Marc Robin. Le rapport du Centre d Economie de la Sorbonne est consacré à l étude de la mobilité salariale, et cherche en particulier à étudier la «force égalisatrice» de cette mobilité, c est-à-dire le fait que les évolutions différentes des individus dans l échelle des salaires (le passage par des épisodes de chômage notamment) réduisent les inégalités de salaire sur le long terme. L idée principale de ce travail est de comparer une mesure de l inégalité de salaire à un moment donné avec la même mesure effectuée à partir d une agrégation des revenus sur le long terme, afin d éviter des artefacts liés à l utilisation de données en coupe. Pour cela, les auteurs construisent des modèles de revenus intégrant notamment les mobilités au sein de l échelle des salaires et des transitions emploichômage. Ces modèles permettent ensuite de prolonger des trajectoires de revenus pour les individus observés et de construire des revenus de long terme, à différents horizons. Le rapport présente deux volets. Le premier volet est une étude de l impact de la mobilité salariale pour la France uniquement. A partir de l Enquête Emploi ( ), trois mesures de l inégalité salariale sont calculées : variance de la distribution, indice de Gini et ratio entre le 9 ème décile et le 1 er décile. Le rapport entre ces inégalités calculées à partir des revenus de long terme et à partir des données en coupe est inférieur à 1, ce qui prouve la force égalisatrice de la mobilité salariale. Les auteurs ont également simulé les revenus de long terme pour divers horizons : 1 an, 5 an, 10 ans et à horizon infini. La comparaison des indices d inégalité pour ces différents horizons montre que plus l on prend un horizon lointain, moins les inégalités sont fortes, ce qui confirme à nouveau la force égalisatrice de la mobilité dans l échelle des salaires. Le deuxième volet est une comparaison internationale entre la France, l Allemagne, le Royaume-Uni, le Canada et les Etats-Unis. Les données utilisées par les auteurs sont l Enquête Emploi ( ) pour la France, le Survey of Labour Income Dynamics ( ) pour le Canada, le Survey of Income and Program Participation ( ) pour les Etats-Unis, le German Socio-Economic Panel ( ) pour l Allemagne et le British Household Panel Survey ( ) pour la Grande-Bretagne. Les auteurs procèdent comme précédemment, en calculant deux statistiques d inégalité (ratio entre le 9 ème et le 1 er décile et indice de Gini) pour les données en coupe de l année 1998 d une part et pour les revenus calculés à un horizon infini d autre part. Ils constatent que si les différences entre pays sont fortes en 1998 (les Etats-Unis étant le pays le plus inégalitaire, suivi du Canada, puis de la Grande-Bretagne et enfin de l Allemagne et de la France), ces différences entre pays tendent à s estomper sur le long terme. Ainsi, les pays les plus inégalitaires sont aussi ceux pour lesquels la force égalisatrice de la mobilité salariale est la plus forte.

La mobilité professionnelle revêt

La mobilité professionnelle revêt Mobilité professionnelle 17 Du changement de poste au changement d entreprise, en passant par la promotion : la mobilité des Franciliens Les salariés franciliens, notamment les cadres, ont une propension

Plus en détail

Stéphanie Dupays. du fait de stratégies individuelles ou familiales ou bien de contraintes liées aux changements

Stéphanie Dupays. du fait de stratégies individuelles ou familiales ou bien de contraintes liées aux changements En un quart de siècle, la mobilité sociale a peu évolué Stéphanie Dupays En 2003, un homme âgé de 40 à 59 ans sur trois a une position sociale identique à celle de son père au même âge. Ce chiffre cache

Plus en détail

Comment va la vie en France?

Comment va la vie en France? Comment va la vie en France? L Initiative du vivre mieux, lancée en 2011, se concentre sur les aspects de la vie qui importent aux gens et qui ont un impact sur leur qualité de vie. L Initiative comprend

Plus en détail

Evaluer l ampleur des économies d agglomération

Evaluer l ampleur des économies d agglomération Pierre-Philippe Combes GREQAM - Université d Aix-Marseille Ecole d Economie de Paris CEPR Janvier 2008 Supports de la présentation Combes, P.-P., T. Mayer et J.-T. Thisse, 2006, chap. 11. Economie Géographique,

Plus en détail

Document d études. direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

Document d études. direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Document d études direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Numéro 170 Février 2012 LES TRAJECTOIRES SALARIALES DES JEUNES ENTRÉS SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL ENTRE 1995 ET 2002

Plus en détail

Niveau de scolarité et emploi : le Canada dans un contexte international

Niveau de scolarité et emploi : le Canada dans un contexte international N o 81-599-X au catalogue Issue n o 008 ISSN : 1709-8661 ISBN : 978-1-100-98615-9 Feuillet d information Indicateurs de l éducation au Niveau de scolarité et emploi : le dans un contexte international

Plus en détail

Héritages, donations et aides aux ascendants et descendants

Héritages, donations et aides aux ascendants et descendants Dossier Héritages, donations et aides aux ascendants et descendants Bertrand Garbinti, Pierre Lamarche, Laurianne Salembier* Le patrimoine d un ménage est constitué par la somme de tous les biens qu il

Plus en détail

L autopartage en trace directe : quelle alternative à la voiture particulière?

L autopartage en trace directe : quelle alternative à la voiture particulière? L autopartage en trace directe : quelle alternative à la particulière? Résultats de la première enquête sur l impact d un service d autopartage en trace directe (le cas d Autolib ) Cette étude réalisée

Plus en détail

La finance, facteur d inégalités

La finance, facteur d inégalités La finance, facteur d inégalités Olivier GODECHOT Cette étude montre que, contrairement aux idées reçues, les PDG et des superstars du sport ou du divertissement ne sont pas les premiers responsables de

Plus en détail

L endettement privé des ménages début 2010

L endettement privé des ménages début 2010 Dossier L endettement privé des ménages début 2010 Pierre Lamarche, Laurianne Salembier* Début 2010, 46 % des ménages sont endettés pour un motif privé, c est-à-dire sans lien avec l activité professionnelle,

Plus en détail

ESSEC Cours Wealth management

ESSEC Cours Wealth management ESSEC Cours Wealth management Séance 9 Gestion de patrimoine : théories économiques et études empiriques François Longin 1 www.longin.fr Plan de la séance 9 Epargne et patrimoine des ménages Analyse macroéconomique

Plus en détail

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Centre de Recherche pour l Etude et l Observation des Conditions de Vie LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Anne LOONES Marie-Odile SIMON Août 2004 Département «Evaluation des Politiques Sociales»

Plus en détail

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Communauté locale de la Vallée de la Missisquoi Nord MRC de Memphrémagog Ce que les chiffres

Plus en détail

Sociologie des joueurs en ligne

Sociologie des joueurs en ligne Mars 2013 Sociologie des joueurs en ligne Enquête ARJEL 2012 Autorité de régulation des jeux en ligne 2 Propos introductifs à l enquête sur la sociologie des joueurs Au-delà de la publication trimestrielle

Plus en détail

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique Rapport 2014 Table des matières Le rapport 2014... 5 1. Différences salariales générales... 6 1.1 L écart salarial en salaires horaires et annuels...

Plus en détail

L état de la pauvreté en France

L état de la pauvreté en France Notes de l Observatoire N 1, octobre 2013 L état de la pauvreté en France Combien compte-t-on de pauvres en France? Comment évolue leur nombre? Qui est le plus concerné par la crise? A l heure où une partie

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

Le travail est-il le meilleur antidote contre la pauvreté?

Le travail est-il le meilleur antidote contre la pauvreté? ISBN 978-92-64-6795- Perspectives de l emploi de l 29 Faire face à la crise de l emploi 29 Chapitre 3 Le travail est-il le meilleur antidote contre la pauvreté? L emploi réduit considérablement le risque

Plus en détail

LA QUESTION FINANCIÈRE : UNE PRÉOCCUPATION IMPORTANTE DES ACTIFS SANS ÊTRE PERÇUE COMME LE PRINCIPAL FREIN AU RETOUR À L EMPLOI

LA QUESTION FINANCIÈRE : UNE PRÉOCCUPATION IMPORTANTE DES ACTIFS SANS ÊTRE PERÇUE COMME LE PRINCIPAL FREIN AU RETOUR À L EMPLOI Juin 2008 - N 24.1 LA QUESTION FINANCIÈRE : UNE PRÉOCCUPATION IMPORTANTE DES ACTIFS SANS ÊTRE PERÇUE COMME LE PRINCIPAL FREIN AU RETOUR À L EMPLOI En 2007, la Dares et la Drees ont conduit une enquête

Plus en détail

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Gérard Cornilleau Des inégalités contenues, des classes moyennes fragiles Le débat sur les salaires n est plus aujourd hui dominé

Plus en détail

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage?

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Etudes Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Table des matières Introduction...7 Objectif, méthodologie

Plus en détail

Description des variables de la base de données. a. Attractivité démographique pour les différents types de population

Description des variables de la base de données. a. Attractivité démographique pour les différents types de population Description des variables de la base de données a. Attractivité démographique pour les différents types de population Sources : Recensements de 1962 à 2006 et Clap 2007 - a01_popmoy62, a01_popmoy68, a01_popmoy75,

Plus en détail

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs Séminaire CGTM Mercredi 19 mars 2008 Danielle LAPORT Sociologue Ingénieur Social Equipe de Recherche REV Université Paris XII Val-de-Marne Il me revient

Plus en détail

L emploi des seniors

L emploi des seniors L emploi des seniors dans la branche des laboratoires de biologie médicale Observatoire des métiers des Professions Libérales 52 56 rue Kléber 92309 LEVALLOIS PERRET Cedex Tél. 01 46 39 38 64 Fax 01 46

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

Être sans diplôme aujourd hui en France : quelles caractéristiques, quel parcours et quel destin?

Être sans diplôme aujourd hui en France : quelles caractéristiques, quel parcours et quel destin? ENSEIGNEMENT - ÉDUCATION Être sans diplôme aujourd hui en France : quelles caractéristiques, quel parcours et quel destin? Rachid Bouhia*, Manon Garrouste*, Alexandre Lebrère*, Layla Ricroch* et Thibaut

Plus en détail

LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE

LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE Michel MOUILLART Directeur Scientifique de l Observatoire de l Endettement des Ménages

Plus en détail

Evolution de l équipement technologique des ménages Bretons entre 2008 et 2012 : Chiffres clés Emilie Huiban et Adrien Souquet, OPSIS, M@rsouin.

Evolution de l équipement technologique des ménages Bretons entre 2008 et 2012 : Chiffres clés Emilie Huiban et Adrien Souquet, OPSIS, M@rsouin. Evolution de l équipement technologique des ménages Bretons entre 2008 et 2012 : Chiffres clés Emilie Huiban et Adrien Souquet, OPSIS, M@rsouin. Les principaux points à retenir La fracture numérique de

Plus en détail

Contexte - 2 - Colloque Santé et Société Mai 2015

Contexte - 2 - Colloque Santé et Société Mai 2015 www.irdes.fr Quel impact attendre de la généralisation de la complémentaire santé d entreprise sur le taux de non couverture en France? Une simulation à partir de l Enquête Santé et Protection Sociale

Plus en détail

Club AFIC avec Elles Etude sur la mixité dans le Capital Investissement. Novembre 2013

Club AFIC avec Elles Etude sur la mixité dans le Capital Investissement. Novembre 2013 Club AFIC avec Elles Etude sur la mixité dans le Capital Investissement Novembre 2013 Introduction L AFIC, qui souhaite promouvoir activement le rôle des femmes dans les métiers du capital investissement,

Plus en détail

LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES

LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES Enquête complémentaire mentaire de mars 2009 LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES présentée par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université de Paris X - Nanterre - Mercredi 22 juillet 2009 -

Plus en détail

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Dans la perspective de la première conférence franco-allemande sur l énergie qui se tiendra le 2 juillet prochain à Paris 1, il paraît

Plus en détail

Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins

Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins études résultats et N 603 octobre 2007 Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins Une enquête a été effectuée par la DREES au deuxième trimestre 2006 auprès de personnes

Plus en détail

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Focus Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Introduction Le travailleur qui devient chômeur et qui est admissible sur base de prestations de travail se voit, en application du principe

Plus en détail

CONFERENCE DE PRESSE > LANCEMENT DU «MANIFESTE POUR UNE SOCIÉTÉ POSITIVE»

CONFERENCE DE PRESSE > LANCEMENT DU «MANIFESTE POUR UNE SOCIÉTÉ POSITIVE» CONFERENCE DE PRESSE > LANCEMENT DU «MANIFESTE POUR UNE SOCIÉTÉ POSITIVE» > PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DE L INDICE DE LA PERFORMANCE ÉCONOMIQUE POSITIVE 2014 UNE INITIATIVE DE DÉROULÉ DE LA CONFÉRENCE

Plus en détail

Bellevue - Chantenay - Sainte-Anne

Bellevue - Chantenay - Sainte-Anne Mendès France Croix Bonneau - Bourderies auriers Mairie de Chantenay Plessis Cellier - Roche Maurice Boucardière - MallèveJean Macé Salorges - Cheviré - zone portuaire E QUARTIER Sainte- Anne, contrasté,

Plus en détail

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 08 juillet 2015 à 9 h 30 «Le patrimoine des retraités et l épargne retraite» Document N 2 bis Document de travail, n engage pas le Conseil Le patrimoine

Plus en détail

Sorties définitives de l emploi. Quels liens avec la santé, le parcours professionnel et les conditions de travail? Nicolas de Riccardis

Sorties définitives de l emploi. Quels liens avec la santé, le parcours professionnel et les conditions de travail? Nicolas de Riccardis Sorties définitives de l emploi avant60ans. Quels liens avec la santé, le parcours professionnel et les conditions de travail? Nicolas de Riccardis Plan I Problématique et champ de l étude II - Les caractéristiques

Plus en détail

Comment les entreprises anticipent-elles le vieillissement de l emploi?

Comment les entreprises anticipent-elles le vieillissement de l emploi? Emploi 3 Comment les entreprises anticipent-elles le vieillissement de l emploi? François Brunet* Inévitablement les générations nombreuses du baby-boom nées entre 1946 et 1973 s approchent de l âge légal

Plus en détail

8 Certifications Minergie

8 Certifications Minergie 8 Chapitre 8 Être Minergie, est-ce aussi être «autrement»? Pour de nombreux acteurs du marché immobilier, un label de durabilité devrait s accompagner d une appréciation de la valeur de leur immeuble,

Plus en détail

BIEN-ÊTRE @ TRAVAIL ÉTUDE IPSOS LOYALTY / STEELCASE SUR LE BIEN-ÊTRE AU TRAVAIL

BIEN-ÊTRE @ TRAVAIL ÉTUDE IPSOS LOYALTY / STEELCASE SUR LE BIEN-ÊTRE AU TRAVAIL Communiqué de presse Septembre 2014 UNE ÉTUDE STEELCASE EN COLLABORATION AVEC IPSOS BIEN-ÊTRE @ TRAVAIL Contact presse pour informations, photos, interviews : BENJAMIN GIRARD Agence Design Project Tél

Plus en détail

Dares Analyses. Les bas salaires en France entre 1995 et 2011

Dares Analyses. Les bas salaires en France entre 1995 et 2011 Dares Analyses OCTObre 2012 N 068 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Les bas salaires en France entre 1995 et 2011 En 2011, sur 22,3 millions de

Plus en détail

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1 LES SIIC et la retraite Étude réalisée par Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF Les SIIC et la retraite 1 23 juin 2014 2 Les SIIC et la retraite La retraite est, avec l emploi et

Plus en détail

Formations et emploi. Édition 2013

Formations et emploi. Édition 2013 Formations et emploi Édition 2013 Coordination Daniel Martinelli Contribution Insee : Sébastien Gossiaux, Daniel Martinelli Centre d études et de recherches sur les qualifications (Céreq) : Renaud Descamps,

Plus en détail

RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE

RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE La CFTC demande l organisation d un marathon social. Il s agira d élaborer une liste lors de cette réunion du 18

Plus en détail

Les Français et le pouvoir d achat

Les Français et le pouvoir d achat Contacts CSA Pôle Opinion Corporate : Jérôme Sainte-Marie, Directeur général adjoint Yves-Marie Cann, Directeur d études Les Français et le pouvoir d achat Sondage CSA pour Cofidis Septembre 2012 Sommaire

Plus en détail

Les investissements internationaux

Les investissements internationaux Conclusion : Doit-on réguler les IDE? Les investissements internationaux Introduction : Qu est ce qu un investissement direct à l étranger (IDE)? I) L évolution des IDE 1 Les IDE : une affaire entre riches

Plus en détail

Étude comparative sur les salaires et les échelles salariales des professeurs d université. Version finale. Présentée au

Étude comparative sur les salaires et les échelles salariales des professeurs d université. Version finale. Présentée au Étude comparative sur les salaires et les échelles salariales des professeurs d université Version finale Présentée au Syndicat général des professeurs et professeures de l Université de Montréal (SGPUM)

Plus en détail

La réforme des pensions expliquée

La réforme des pensions expliquée La réforme des pensions expliquée TABLE DES MATIÈRES 1. LA PENSION ANTICIPÉE... 2 1.1. SITUATION AVANT LA RÉFORME... 2 1.2. SITUATION À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2013... 2 1.3. LES MESURES DE TRANSITION...

Plus en détail

B Le diplôme est-il un bon passeport pour l'emploi?

B Le diplôme est-il un bon passeport pour l'emploi? B Le diplôme est-il un bon passeport pour l'emploi? a) Le diplôme facilite l'accès à l'emploi typique 1. Les sortants du système éducatif sont de plus en plus diplômés. En 1979, sur 742 000 sortants du

Plus en détail

Loyers et revenus depuis les années 1970

Loyers et revenus depuis les années 1970 J. Friggit CGEDD Juin 2013 1 Loyers et revenus depuis les années 1970 1 Cette note reprend une présentation effectuée devant le Collège Logement du CGEDD le 11 juillet 2012. Résumé Depuis les années 1970,

Plus en détail

Centre d Analyse Stratégique

Centre d Analyse Stratégique Centre d Analyse Stratégique Choix d une complémentaire santé Le regard des Assurés et des Entreprises 7 juillet 2009 Centre d Analyse Stratégique Tristan KLEIN Perrine FREHAUT Contacts TNS Sofres Emmanuel

Plus en détail

DES VŒUX D ORIENTATION EN SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE PLUS FRÉQUEMMENT SATISFAITS

DES VŒUX D ORIENTATION EN SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE PLUS FRÉQUEMMENT SATISFAITS note d informationnovembre 13.24 Au cours de la dernière décennie, la part d élèves qui bénéficient d une décision d orientation en seconde générale et technologique en fin de troisième a sensiblement

Plus en détail

L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne

L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne Sophie Morlaix To cite this version: Sophie Morlaix. L indice de SEN, outil de mesure de l équité

Plus en détail

L éducation au Québec : L état de la situation

L éducation au Québec : L état de la situation Préscolaire Primaire Secondaire Collégial Universitaire 43101 45 509 93969 68 331 110 297 151 845 241019 251 612 240 980 251 237 L éducation au Québec : L état de la situation L éducation est un des sujets

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

Définitions. Définitions sur le logement

Définitions. Définitions sur le logement Définitions sur le logement Logement Un logement est défini par son utilisation : c est un local séparé et indépendant utilisé pour l habitation. Il doit être séparé d autres locaux par des murs ou cloisons

Plus en détail

Les défauts et «fautes impardonnables» des candidats à l élection présidentielle

Les défauts et «fautes impardonnables» des candidats à l élection présidentielle COMMUNIQUE DE PRESSE Les défauts et «fautes impardonnables» des candidats à l élection présidentielle Sondage Harris Interactive pour M6-MSN-RTL Enquête réalisée en ligne par l'institut Harris Interactive

Plus en détail

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage éclairages ÉTUDES ET ANALYSES N 5 AVRIL 213 QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? L Unédic a réalisé une étude pour approfondir la compréhension de la population des allocataires

Plus en détail

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS ATELIER PARISIEN D URBANISME - 17, BD MORLAND 75004 PARIS TÉL : 01 42 71 28 14 FAX : 01 42 76 24 05 http://www.apur.org Observatoire de l'habitat de Paris L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN

Plus en détail

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS :

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : ÉLÉVATION DES PLAFONDS À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2002

Plus en détail

note D2DPE n 38 Dynamique des qualifications et mobilité intergénérationnelle dans la région Nord Pas de Calais

note D2DPE n 38 Dynamique des qualifications et mobilité intergénérationnelle dans la région Nord Pas de Calais note D2DPE n 38 Dynamique des qualifications et mobilité intergénérationnelle dans la région Nord Pas de Calais RESUME Cette note résume les travaux de Nicolas Fleury, Docteur en Sciences Economiques

Plus en détail

REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008 1

REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008 1 RÉGIME DES PERSONNES IMPATRIÉES REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008... 1 REGIME NOUVEAU... 4 A - Personnes concernées... 5 1 Salariés et mandataires sociaux... 5 2 Personnes non salariées... 6

Plus en détail

vous informer sur votre retraite

vous informer sur votre retraite vous informer sur votre retraite www.reunica.com points de repères Répartition : une retraite solidaire entre générations Notre système de retraite repose sur la répartition : les cotisations prélevées

Plus en détail

Le baromètre. Dauphine-Crédit Foncier. de l immobilier résidentiel. Tendance globale

Le baromètre. Dauphine-Crédit Foncier. de l immobilier résidentiel. Tendance globale Le baromètre Dauphine-Crédit Foncier de l immobilier résidentiel Tendance globale N. 3 Juin 2011 Kevin Beaubrun-Diant, co-responsable de la chaire «Ville et Immobilier», Université Paris-Dauphine. Cette

Plus en détail

CALCUL D UN SCORE ( SCORING) Application de techniques de discrimination LES OBJECTIFS DU SCORING

CALCUL D UN SCORE ( SCORING) Application de techniques de discrimination LES OBJECTIFS DU SCORING CALCUL D UN SCORE ( SCORING) Application de techniques de discrimination LES OBJECTIFS DU SCORING SÉLECTION DES RISQUES PRÉVISION DES DÉFAUTS SUIVI ET CONTRÔLE Pierre-Louis GONZALEZ Différents types de

Plus en détail

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Synthèse Contrat d Objectifs Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Rédaction Christiane LAGRIFFOUL () Nadine COUZY (DR ANFA

Plus en détail

Endettement, insolvabilité et prêts hypothécaires en souffrance : la situation québécoise

Endettement, insolvabilité et prêts hypothécaires en souffrance : la situation québécoise Endettement, insolvabilité et prêts hypothécaires en souffrance : la situation québécoise Le maintien de très faibles taux d intérêt depuis la dernière récession incite les ménages canadiens à s endetter

Plus en détail

Une famille, deux pensions

Une famille, deux pensions famille, deux pensions Susan Poulin Au cours du dernier quart de siècle, la proportion de familles composées de deux conjoints mariés ayant tous deux un emploi a augmenté de façon phénoménale. En 1994,

Plus en détail

Les chiffres essentiels des retraites Mis en ligne en mars 2011

Les chiffres essentiels des retraites Mis en ligne en mars 2011 Les chiffres essentiels des retraites Mis en ligne en mars 2011 Les bénéficiaires de retraites Nombre de retraités, selon les différents régimes (COR janvier 2010) : 16 millions dont : 11,3 millions :

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

LA LETTRE DE L EPARGNE ET DE LA RETRAITE DU CERCLE DE L EPARGNE. N 3 juillet 2014

LA LETTRE DE L EPARGNE ET DE LA RETRAITE DU CERCLE DE L EPARGNE. N 3 juillet 2014 LA LETTRE DE L EPARGNE ET DE LA RETRAITE DU CERCLE DE L EPARGNE N 3 juillet 2014 L Edito de Philippe Crevel L épargnant des temps nouveaux frappe à la porte En 2017, les «digital natives» auront pris le

Plus en détail

Surqualification et sentiment de déclassement : public-privé, des profils et des opinions proches

Surqualification et sentiment de déclassement : public-privé, des profils et des opinions proches MINISTÈRE DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE études, recherche et débats Janvier 2015 Surqualification et sentiment de déclassement : public-privé, des profils et des opinions proches Magali

Plus en détail

Saint-Vallier-de-Thiey Bar-sur-Loup. Grasse. Grasse-sud

Saint-Vallier-de-Thiey Bar-sur-Loup. Grasse. Grasse-sud PROVENCE-ALPES-COTE D'AZUR 17 rue Menpenti 13387 MARSEILLE CEDEX 1 Tél. : 4 91 17 57 57 Fax : 4 91 17 59 59 http://www.insee.fr TERRITOIRE CA POLE AZUR PROVENCE 5 communes, 2 chefs lieux de cantons, unité

Plus en détail

Les services à la personne : nouveaux marchés pour de nouveaux entrepreneurs

Les services à la personne : nouveaux marchés pour de nouveaux entrepreneurs C O L L E C T I O N F O C U S Les services à la personne : nouveaux marchés pour de nouveaux entrepreneurs C O L L E C T I O N F O C U S Les services à la personne : nouveaux marchés pour de nouveaux entrepreneurs

Plus en détail

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos»)

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Sommaire Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Novembre 2013 Table des matières 1. CONTEXTE ET OBJECTIFS... 3 2. MÉTHODES DE RECHERCHE...

Plus en détail

Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux

Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux Symposium international sur les services bancaires postaux John Anderson 613-290-0016 andersjs1@gmail.com «Ils sont des millions à ne pas avoir

Plus en détail

main-d oeuvr mploi Profil économique opulation active construction résidentielle logement

main-d oeuvr mploi Profil économique opulation active construction résidentielle logement Profil économique VILLE DE MONTRÉAL Arrondissement de Rivière-des-Prairies Pointe-aux-Trembles chômage mploi logement établissements d affaires localisation de l emploi revenus d emploi professions main-d

Plus en détail

Écarts de rémunérations entre les femmes et les hommes dans la fonction publique : sous le prisme des inégalités de genre

Écarts de rémunérations entre les femmes et les hommes dans la fonction publique : sous le prisme des inégalités de genre MINISTÈRE DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE études, recherche et débats Mars 2015 Écarts de rémunérations entre les femmes et les hommes dans la fonction publique : sous le prisme des inégalités

Plus en détail

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance Septembre 2013 Contact: Frédéric Dabi 01 45 84 14 44 Frederic.dabi@ifop.com Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance pour Note méthodologique Etude réalisée pour:

Plus en détail

Royaume-Uni. Conditions d ouverture des droits. Indicateurs essentiels. Royaume-Uni : le système de retraite en 2012

Royaume-Uni. Conditions d ouverture des droits. Indicateurs essentiels. Royaume-Uni : le système de retraite en 2012 Royaume-Uni Royaume-Uni : le système de retraite en 212 Le régime public comporte deux piliers (une pension de base forfaitaire et une retraite complémentaire liée à la rémunération), que complète un vaste

Plus en détail

Impact du mobile banking sur les comportements d épargne et de transferts à Madagascar. Florence Arestoff Baptiste Venet

Impact du mobile banking sur les comportements d épargne et de transferts à Madagascar. Florence Arestoff Baptiste Venet Impact du mobile banking sur les comportements d épargne et de transferts à Madagascar Florence Arestoff Baptiste Venet 1 Introduction : contexte du contrat de recherche Ce contrat de recherche fait suite

Plus en détail

Wealth Effect on Labor Market Transitions

Wealth Effect on Labor Market Transitions Wealth Effect on Labor Market Transitions Yann Algan EUREQua - Université de Paris I algan@univ-paris1.fr Arnaud Chéron GAINS - Université du Maine & Cepremap acheron@univ-lemans.fr Jean-Olivier Hairault

Plus en détail

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse Q0Z-Employés de la banque et des assurances Synthèse Après avoir baissé au cours de la première moitié des années 1990, les effectifs d employés de la banque et des assurances se sont ensuite stabilisés

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

Fiscalité du Grand Paris

Fiscalité du Grand Paris Fiscalité du Grand Paris Afin de financer le projet du métro automatique du Grand Paris Express et le plan de mobilisation pour les transports d IdF, l Etat a décidé de prélever de nouvelles recettes fiscales

Plus en détail

Diplômes et insertion professionnelle

Diplômes et insertion professionnelle Diplômes et insertion professionnelle Béatrice Le Rhun, Pascale Pollet* Les conditions d accès à l emploi des jeunes qui entrent sur le marché du travail varient beaucoup selon le niveau de diplôme. Les

Plus en détail

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie Les Français et les nuisances sonores Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie RB/MCP N 112427 Contacts Ifop : Romain Bendavid / Marion Chasles-Parot Département Opinion

Plus en détail

Hommes et femmes au travail Ni tout à fait les mêmes, ni tout à fait des autres. Etude Ipsos pour ELLE

Hommes et femmes au travail Ni tout à fait les mêmes, ni tout à fait des autres. Etude Ipsos pour ELLE Hommes et femmes au travail Ni tout à fait les mêmes, ni tout à fait des autres Etude Ipsos pour ELLE Pourquoi cette étude? Croiser le regard des hommes et des femmes sur le travail aujourd hui Le travail

Plus en détail

Les métiers de la banque et des assurances

Les métiers de la banque et des assurances 18 juin 2015 Les métiers de la banque et des assurances Auteure : Itto BEN HADDOU-MOUSSET 1. Un secteur en mutation depuis les années 1980 L Ile-de-France est la région qui abrite les effectifs bancaires

Plus en détail

La pratique du coaching en France. Baromètre 2010

La pratique du coaching en France. Baromètre 2010 SFCoach : crée du lien entre le monde du travail et les professionnels de l accompagnement La pratique du coaching en France Baromètre 2010 Fondée en 1996 22, Bd Sébastopol 75004 Paris Association 1901

Plus en détail

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014 L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS Juin 2014 Contacts BVA : Céline BRACQ Directrice BVA Opinion Lilas BRISAC Chargée d études 01 71 16 88 00

Plus en détail

performance environnementale Synthèse Décembre 2013 Analyse de la demande de bureaux «verts» EN ile-de-france

performance environnementale Synthèse Décembre 2013 Analyse de la demande de bureaux «verts» EN ile-de-france Étude réalisée en partenariat avec Immobilier tertiaire et performance environnementale Analyse de la demande de bureaux «verts» EN ile-de-france Synthèse Décembre 2013 Ce document synthétise les principaux

Plus en détail

Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction

Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction OFDT Note n 2010-12 Saint-Denis, le 09/08/2010 Introduction Les premières structures

Plus en détail

Tendances récentes dans les industries automobiles canadiennes

Tendances récentes dans les industries automobiles canadiennes N o 11 626 X au catalogue N o 26 ISSN 1927-548 ISBN 978--66-2984-5 Document analytique Aperçus économiques Tendances récentes dans les industries automobiles canadiennes par André Bernard Direction des

Plus en détail

Comment s établir aux États-unis?

Comment s établir aux États-unis? Comment s établir aux États-unis? Zara Law Offices 111 John Street Suite 510 New York, NY 10038 Tel: 1-212-619 45 00 Fax: 1-212-619 45 20 www.zaralawny.com 1 Introduction La récente baisse du dollar constitue

Plus en détail

CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU

CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU 1. Le compte de production... 129 2. Le compte d exploitation... 129 3. Le compte de revenu d entreprise... 130 4. Les indicateurs de revenu

Plus en détail