8 Certifications Minergie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "8 Certifications Minergie"

Transcription

1 8

2 Chapitre 8 Être Minergie, est-ce aussi être «autrement»? Pour de nombreux acteurs du marché immobilier, un label de durabilité devrait s accompagner d une appréciation de la valeur de leur immeuble, générer plus de recettes et de moindres coûts ou bien accroître la compétitivité. La question reste posée de savoir si la construction durable est payante en termes purement financiers. Les surcoûts engendrés par le respect de standards clairement définis sont-ils compensés par une plus-value comparable? Des enseignements valables pour le marché suisse du logement peuvent maintenant être tirés de l étude du label de durabilité Minergie. Le marché révèle les préférences effectives La plus-value dont bénéficie le propriétaire grâce à une certification Minergie peut être chiffrée grâce aux données de marché relatives aux transactions de gré à gré, tant pour le logement en propriété que pour les baux initiaux et les relocations. L analyse du volume de transactions et du nombre d objets négociés permet de déterminer les préférences et la propension à payer des demandeurs. Toutefois, la propension à payer ne dépend pas uniquement de l infrastructure, mais aussi et surtout du bénéfice global escompté. Le cas échéant, ce bénéfice global inclut une utilisation plus efficace de l énergie et un confort plus élevé liés à la certification Minergie. C est dans le cadre d une évaluation d immeuble selon la méthode hédoniste qui se base sur des modèles de régression, qu il est possible d isoler et de quantifier la propension à payer pour certaines caractéristiques d un bien immobilier, une opération qui a été effectuée pour l attribut «Minergie» afin de fonder les analyses présentées ciaprès. Cela équivaut à un ajustement de qualité, une démarche indispensable pour que les données examinées soient réellement comparables. Données Depuis 1998, Wüest & Partner entretient et met à jour régulièrement une base de données sur les transactions de gré à gré portant sur plus de objets. Les certifications Minergie des immeubles y sont également relevées depuis Les analyses suivantes se basent sur un échantillon de 2426 maisons individuelles et 5532 logements en propriété, dont 11,7% des maisons individuelles et 12,1% des logements en propriété sont certifiés Minergie. La base de données pour le segment locatif est formée de 9227 appartements de la base de données «Investisseurs institutionnels», dont 418 sont des logements locatifs Minergie. Les objets Minergie correspondent au reste de l offre Les analyses devaient répondre à la question suivante: les objets Minergie se distinguent-ils des autres biens immobiliers négociés par d autres aspects que leur certification et les propriétés qui lui sont liées? Les résultats ont clairement montré que ces différences sont insignifiantes en ce qui concerne les logements en propriété. La surface habitable nette moyenne (quantile 50%) s élève à 125 mètres carrés pour les objets Minergie, contre 122 mètres carrés pour les objets conventionnels. L examen des autres caractéristiques, telles que l état général, le standard d aménagement et la situation locale au sein de la commune, ne révèle pas non plus d écarts significatifs. En termes territoriaux, il s avère que les logements en propriété certifiés Minergie sont nettement surreprésentés dans les centres moyens et sensiblement sous-représentés dans les communes périphériques. Les maisons individuelles Minergie sont aussi en moyenne plus grandes que les maisons individuelles conventionnelles: en termes de volume du bâtiment et de superficie de la parcelle, les différences s élèvent à 8,5 et 9,2%, respectivement. Toutefois, bien que le volume de bâtiment des maisons individuelles Minergie tende à être plus élevé, leur indice d utilisation effective correspond à celui des maisons individuelles conventionnelles. La superficie moyenne du terrain en valeur absolue (quantile 50%) s établit à 566 mètres carrés. On observe une part plus importante des maisons individuelles Minergie dans les petits centres, les centres moyens ainsi que dans les agglomérations des grands centres. À la différence des logements en propriétés, elles affichent également une présence moyenne dans les communes rurales. En outre, les maisons individuelles Minergie disposent plus souvent d équipements haut de gamme que les objets conventionnels et elles sont plus nombreuses, en comparaison, à jouir d une situation locale favorable. Minergie Minergie est une association de droit suisse, inscrite au Registre du commerce et qui compte actuellement environ 360 membres. La certification établit une distinction entre les standards Minergie, Minergie-P, Minergie-ECO et Minergie-P-ECO. Depuis 1998, un total de quelque bâtiments a été certifié; il s agit essentiellement d immeubles résidentiels neufs. Une présentation complète de l association et des activités de Minergie peut être consultée sur 78 Immo-Monitoring 2011 I 2

3 Chapitre Répartition des volumes de bâtiment des maisons individuelles (en mètres cubes; SIA 116) 8.2 Répartition des maisons individuelles selon l année de construction Quantile: 40% 50% 60% 70% 80% 90% < Répartition des surfaces habitables nettes des logements en propriété (en mètres carrés) 8.4 Répartition des logements en propriété selon l année de construction Quantile: 40% 50% 60% 70% 80% 90% < Immo-Monitoring 2011 I 2 79

4 Chapitre 8 Les surcoûts génèrent-ils une plus-value? En principe, la certification et le respect du standard Minergie engendrent des coûts supplémentaires. Il faut mentionner ici surtout les prescriptions d aération contrôlée et d optimisation de l enveloppe du bâtiment qui peuvent, selon le type de projet, causer des surcoûts de construction de plusieurs pour cent. Certes, l investissement additionnel entraîne aussi un bénéfice supplémentaire sous forme de confort accru et de frais d énergie réduits. Mais la question consiste à déterminer comment les acteurs du marché évaluent ces avantages supplémentaires. S agit-il vraiment pour eux d un investissement créant une plus-value? Ce serait le cas si, lors de la vente d un immeuble Minergie, une plus-value pouvait être constatée dans une comparaison directe avec un immeuble similaire mais sans certification Minergie. Pour pouvoir établir une telle comparaison, Wüest & Partner a évalué les données de transactions de gré à gré correspondantes. permet d atteindre une valorisation supplémentaire des maisons individuelles dans les communes où les prix de l immobilier sont élevés. Là, la plus-value potentielle peut même dépasser très nettement les surcoûts originaux. Dans les communes non touristiques de l espace alpin, du Jura ainsi que dans quelques autres communes, le standard Minergie n est en principe pas rentable par rapport au prix de vente escompté: les propriétaires doivent s attendre à une perte financière lors de la vente. En chiffrant les surcoûts à 6%, on rencontre cette situation dans quelque 400 communes (soit environ des 2588 communes suisses). La motivation à respecter le standard Minergie pour la construction d une maison individuelle dans ces communes devrait ici se fonder principalement sur les avantages supplémentaires attendus, une valorisation ou un maintien de valeur durable ne pouvant y être atteint que dans certaines conditions. Les villas Minergie génèrent une plus-value Les analyses des ventes de gré à gré montrent que pour les maisons familiales, les acheteurs sont prêts à payer 4,9% de plus pour un objet certifié Minergie. Cette propension à payer peut être expliquée en partie par le fait que les maisons individuelles modernes sur le plan énergétique sont encore relativement rares. Le marché reste dominé par des objets plus anciens. Mais à l avenir, avec l augmentation de l offre de maisons individuelles Minergie, il se pourrait, toutes choses restant égales par ailleurs, que la plus-value sur la valeur de marché dûe à la certification Minergie tende à reculer. Le renforcement des exigences énergétiques imposées aux nouvelles constructions aura également pour effet général de niveler les différences de valeur entre les maisons individuelles certifiées Minergie et les autres. mais le gain en capital dépend de la macrosituation Indépendamment de la certification, les dépenses d investissement engendrées par une maison individuelle sont déterminées d une part par les coûts d acquisition du terrain à bâtir et d autre part par les coûts de construction. Sur le territoire suisse, ces derniers ne présentent aucune variation notable en fonction de la situation géographique. C est pourquoi les surcoûts de construction générés par une réalisation conforme au standard Minergie sont en principe identiques dans toute la Suisse. En comparant ces surcoûts avec la plus-value pouvant être obtenue lors de la vente, on observe que le standard Minergie est rentable là où les prix de l immobilier ont atteint un certain niveau. Concrètement, cela signifie que le standard Minergie Aucun effet pour les logements en propriété Une analyse similaire pour les logements en propriété ne révèle aucune hausse significative des prix du marché, ce qui peut paraître surprenant à première vue. Mais la situation présente ici deux différences majeures avec les maisons individuelles. Premièrement, la construction de logements en propriété permet de réaliser des économies d échelle, car plusieurs logements sont construits en même temps. La différence entre le coût d un logement en propriété conventionnel et celui d un objet certifié Minergie est donc moins élevée que pour les maisons individuelles. Mais le principal argument réside certainement dans la nature du marché des transactions, car les nouvelles constructions constituent la majeure partie des objets vendus. Ainsi, la concurrence entre logements modernes au niveau énergétique est beaucoup plus prononcée, ce qui réduit d autant plus la propension à payer pour des logements en propriété certifiés Minergie. Le label Minergie ne représente donc pas toujours une plusvalue monétaire pour les propriétaires ou les maîtres d ouvrages. Mais ce résultat ne constitue pas un argument contre Minergie. Dans certaines conditions de marché et selon l importance des surcoûts, le label Minergie peut permettre d obtenir un produit supérieur lors de la vente de l objet. À long terme, toutefois, il faut s attendre à ce que les progrès technologiques entraînent une érosion de la hausse de valeur de marché constatée aujourd hui. 80 Immo-Monitoring 2011 I 2

5 Chapitre Rétribution monétaire de la certification Minergie pour les maisons individuelles Investissements supplémentaires: Rentabilité plutôt vraisemblable Rentabilité plutôt incertaine Source: Wüest & Partner Base cartographique: OFS GEOSTAT/swisstopo 8.6 Part des logements en propriété Minergie (nouvelles constructions par types de commune) 8.7 Part des maisons individuelles Minergie (nouvelles constructions par types de commune) Centres petits et moyens des centres petits et moyens des grands centres Centres petits et moyens des grands centres Grands centres Suisse Suisse Grands centres Périphérie 0% Périphérie des centres petits et moyens 0% Immo-Monitoring 2011 I 2 81

6 Chapitre 8 Deux perspectives pour les logements locatifs Le logement locatif Minergie typique compte 98 mètres carrés, soit 6% plus petit que le logement locatif conventionnel moyen. Seuls les grands logements locatifs certifiés Minergie offrent des surfaces légèrement supérieures. Les appartements certifiés Minergie se situent souvent sur des sites plus privilégiés et leur standard d aménagement est généralement de qualité supérieure. La probabilité que les surcoûts ne constituent qu un faible pourcentage des dépenses globales ou qu ils soient plus aisément rentabilisables augmente surtout pour les grands projets. Comme l a déjà montré l examen des logements en propriété, plus l immeuble est important, plus il permet de réaliser des économies d échelle, ce qui engendre une réduction des surcoûts. Un supplément de 6, sur le loyer net est possible Contrairement au logement en propriété, un effet Minergie potentiel ne se reflète pas directement dans la valeur de marché d un immeuble de rapport, mais seulement à travers la différence de niveau des loyers nets. En procédant à l ajustement de qualité nécessaire, par analogie avec le logement en propriété, on obtient un supplément engendré par Minergie équivalent à 6, du loyer net. Ce dernier est défini ici sans les frais d exploitation pouvant être répercutés selon le droit du bail. Outre le chauffage et l eau chaude, les frais d exploitation comprennent la conciergerie, les nettoyages, l entretien des abords et diverses taxes. Différents angles de vue Du point de vue du propriétaire, le standard Minergie est intéressant lorsque les investissements supplémentaires nécessaires vont de pair avec des loyers nets plus élevés. Pour le locataire, en revanche, l élément clé est l importance du loyer brut. Le standard Minergie lui paraît avantageux si son loyer brut est égal ou inférieur en dépit de l augmentation du loyer net. Par ailleurs, si un autre avantage est perceptible, par exemple l effet de l aération contrôlée, un loyer brut plus élevé peut être justifié. Contrairement au logement en propriété, l étude des logements locatifs ne permet pas de dire si et dans quelle mesure le standard Minergie influence la valeur de marché d un immeuble. La liquidité plus restreinte du marché des transactions d immeubles multifamiliaux et l arrivée relativement récente du standard Minergie empêchent d établir si les acheteurs ont une propension à payer plus élevée pour des immeubles multifamiliaux Minergie. En outre, il faut disposer d informations indiquant si et pendant combien de temps les acheteurs s attendent à percevoir des loyers nets plus élevés. Enfin, il faut tenir compte du fait que le standard Minergie entraîne des charges d entretien et de remise en état plus lourdes. Trois facteurs sont donc responsables de l importance de la valeur de marché: 1. Préférences et propension à payer des investisseurs. 2. Taux de répercussion admissible des (éventuels) surcoûts selon le droit du bail. 3. Importance desdits surcoûts relatifs causés par le standard Minergie. Locataires et propriétaires ont des motifs divergents Une évaluation complète de l effet du standard Minergie sur la valeur de marché des immeubles de rapport dans le secteur du logement manque encore. Les appréciations divergent selon la perspective et l importance donnée aux différents objectifs. Ainsi, du point de vue des locataires, qui doivent payer les loyers nets et les frais d exploitation, il reste un certain manque de clarté. Les résultats de la présente analyse suggèrent que la plus-value liée aux logements locatifs Minergie est plus prononcée dans les grands centres qu ailleurs. Les bénéficiaires en sont en principe tous les bailleurs de logements locatifs, y compris ceux offrant des logements certifiés Minergie. Pour les immeubles multifamiliaux, les éventuels surcoûts générés par l obtention et l entretien du standard Minergie doivent être comparés au rendement locatif net supplémentaire escompté. Le résultat est plus aisément positif sur les marchés immobiliers dont les sites jouissent d une grande attractivité que sur les marchés moins favorisés sur le plan structurel. Le bonus Minergie s estompe avec le temps En mars 2010, la Banque cantonale de Zurich (ZKB) a publié une enquête analogue sur la propension à payer des locataires en se basant sur les loyers de l offre. Cette étude concluait que les locataires sont prêts à payer un supplément de 6%. Les résultats de l enquête de la ZKB sont donc du même ordre de grandeur que ceux de l analyse de Wüest & Partner. Mais le bonus Minergie sur les loyers devrait s estomper à moyen terme et disparaître entièrement à long terme. Pour les immeubles multifamiliaux aussi, c est la composition qualitative et quantitative de l offre future de logements qui décidera si et dans quelle mesure les demandeurs accepteront de rétribuer le standard Minergie. Au plus tard lorsque ce dernier sera devenu la règle, plus personne ne sera prêt à payer un supplément de loyer pour sa certification. 82 Immo-Monitoring 2011 I 2

7 Chapitre Répartition de la surface habitable nette des logements locatifs (en mètres carrés) 8.9 Répartition des logements locatifs selon l année de construction Quantile: 40% 50% 60% 70% 80% 90% Source: base de données «Investisseurs institutionnels» Wüest & Partner < Source: base de données «Investisseurs institutionnels» Wüest & Partner 8.10 Répartition territoriale des logements locatifs Minergie (en pour cent) 8.11 Répartition des tailles d immeubles de logements locatifs 4 40% 3 2 des grands centres Centres petits et moyens des centres petits et moyens Sources: OFS; base de données «Investisseurs institutionnels» Wüest & Partner Moins de et plus Minergie Standard Source: base de données «Investisseurs institutionnels» Wüest & Partner Immo-Monitoring 2011 I 2 83

7 Immeubles liés à la santé

7 Immeubles liés à la santé 7 Immeubles liés à la santé Chapitre 7 Immeubles liés à la santé La santé: facteur d influence multiple Le groupe des retraitées et retraités devrait compter jusqu à 600 000 personnes supplémentaires d

Plus en détail

6 Immeubles de bureaux

6 Immeubles de bureaux 6 Chapitre 6 L immeuble de bureaux, cet inconnu Avec une part de quelque 70% de sa création de valeur, le secteur des services de notre pays constitue le pilier central de l économie suisse. Le besoin

Plus en détail

Fondation de placements immobiliers. Rapport semestriel 2007/2008

Fondation de placements immobiliers. Rapport semestriel 2007/2008 FREIHALTE-ZONE Fondation de placements immobiliers 2007/2008 2 FREIHALTE-ZONE Sommaire Introduction 4 Environnement général, immeubles d habitation et immeubles commerciaux 5 Généralités concernant le

Plus en détail

L'Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du... 1, arrête:

L'Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du... 1, arrête: Code des obligations (Bail à loyer) Modification du... L'Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du..., arrête: I. Le titre huitième (Du bail à loyer) du code des

Plus en détail

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA sur l économie par Frank Bodmer Economiste indépendant et chargé de cours, Université de Bâle Etude demandée par l Administration fédérale des

Plus en détail

Investir dans une villa Un bon placement

Investir dans une villa Un bon placement Investir dans une villa Un bon placement Considérations générales sur la maison individuelle L'acquisition d'une villa repose en 1 er lieu sur des critères émotionnels La villa sert prioritairement à se

Plus en détail

LE «logement idéal» vu par les consultants

LE «logement idéal» vu par les consultants LE «logement idéal» vu par les consultants de l ADIL-Espace Info Energie du Loiret 2012 Du 3 e trimestre 2011 au 1 er trimestre 2012, l ADIL-Espace Info Energie du Loiret a interrogé ses consultants, quel

Plus en détail

TECHNIQUES FINANCIERES. Présidée par Inès REINMANN

TECHNIQUES FINANCIERES. Présidée par Inès REINMANN 1 ère réunion du groupe de travail TECHNIQUES FINANCIERES Présidée par Inès REINMANN Contribution GREEN PROPERTY 1 Table des matières Le fonds de compensation page 3 PSE paiement des services environnementaux

Plus en détail

Documentation sur les indices des prix de transaction

Documentation sur les indices des prix de transaction Documentation Indice des prix de transaction 1/7 Wüest & Partner AG Gotthardstrasse 6 CH-8002 Zürich Telefon +41 44 289 90 00 Fax +41 44 289 90 01 www.wuestundpartner.com 1 Etat Décembre 2012 Documentation

Plus en détail

Guide de déclaration

Guide de déclaration Enquête sur les loyers commerciaux Division des prix à la production Guide de déclaration Le présent guide a été conçu pour vous aider à participer à l Enquête sur les loyers commerciaux. Si vous avez

Plus en détail

Grandes lignes de la stratégie de portefeuille et d investissement

Grandes lignes de la stratégie de portefeuille et d investissement Grandes lignes de la stratégie de portefeuille et d investissement Mai 2013 Pensimo Management SA Obstgartenstrasse 19 Case postale 246, CH-8042 Zurich T +41 43 255 21 00 E welcome@pensimo.ch www.pensimo.ch

Plus en détail

La maison individuelle, le rêve de 75% des Français.

La maison individuelle, le rêve de 75% des Français. INVESTISSEMENT LOCATIF ET DEFISCALISATION DANS LA MAISON INDIVIDUELLE La maison individuelle, le rêve de 75% des Français. C est indéniable, trois français sur quatre souhaitent vivre en maison individuelle.

Plus en détail

Valoriser durablement votre patrimoine immobilier en optimisant sa performance énergétique.

Valoriser durablement votre patrimoine immobilier en optimisant sa performance énergétique. Valoriser durablement votre patrimoine immobilier en optimisant sa performance énergétique. L audit de performance énergé Gérer son patrimoine, c est anticiper, analyser et agir! L immobilier représente

Plus en détail

Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C

Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C 26 août 2010 Sommaire Un constat : des plafonds de loyers parfois supérieurs aux loyers du marché Révision des

Plus en détail

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 En 1998, avec un chiffre d affaires proche de 109 milliards de francs, selon les estimations du ministère de l Équipement, des Transports

Plus en détail

Un autre regard sur l emprunteur. Résidence principale, primo-accédants et secundo-accédants : qui sont-ils, qu achètent-ils?

Un autre regard sur l emprunteur. Résidence principale, primo-accédants et secundo-accédants : qui sont-ils, qu achètent-ils? Un autre regard sur l emprunteur. Résidence principale, primo-accédants et secundo-accédants : qui sont-ils, qu achètent-ils? 09/02/2015 1 Introduction L emprunteur immobilier «type» n existe pas, il est

Plus en détail

Code des obligations. (Bail à loyer) Modification du 13 décembre 2002. Délai référendaire: 3 avril 2003

Code des obligations. (Bail à loyer) Modification du 13 décembre 2002. Délai référendaire: 3 avril 2003 Délai référendaire: 3 avril 2003 Code des obligations (Bail à loyer) Modification du 13 décembre 2002 L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 septembre 1999

Plus en détail

Les propriétaires bailleurs personnes physiques

Les propriétaires bailleurs personnes physiques Les propriétaires bailleurs personnes physiques Nb de logements locatifs détenus par des personnes physiques en hausse depuis la fin des années 1990. Entre 1988 et 1996, ce parc, qui comprend des logements

Plus en détail

SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES

SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES par Marion Steele Département d économie, Université de Guelph et Centre pour les études

Plus en détail

ETUDE SUR LA FISCALITE IMMOBILIERE EN EUROPE

ETUDE SUR LA FISCALITE IMMOBILIERE EN EUROPE FEDERATION DES PROMOTEURS IMMOBILIERS DE FRANCE ETUDE SUR LA FISCALITE IMMOBILIERE EN EUROPE 20 octobre 2014 Ce rapport contient 7 pages Exposé préalable Méthologie de l étude Cette étude vise à comparer

Plus en détail

Ordonnance du DEFR sur les coopératives d habitation du personnel de la Confédération

Ordonnance du DEFR sur les coopératives d habitation du personnel de la Confédération Ordonnance du DEFR sur les coopératives d habitation du personnel de la Confédération 842.18 du 19 mai 2004 (Etat le 1 er janvier 2013) Le Département fédéral de l économie, de la formation et de la recherche

Plus en détail

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots Aperçu des actions et des obligations Qu est-ce qu une action? Une action est une participation dans une entreprise. Quiconque détient une action est copropriétaire (actionnaire) de l entreprise (plus

Plus en détail

Évaluations statistiques

Évaluations statistiques 1 / 20 Évaluations statistiques Statistiques annuelles 2010, analyses pour l'ensemble de la Suisse Informations et formulaires de demande: www.leprogrammebatiments.ch 2 / 20 18.03.2011 Centre national

Plus en détail

Formules bancaires importantes

Formules bancaires importantes Formules bancaires importantes Ce formulaire sert d ouvrage de référence pour les principales formules en usage dans les opérations bancaires. Chacune des formules présentées est illustrée par un exemple

Plus en détail

InvestirLoiPinel.fr vous propose des conseils pour votre investissement immobilier en Loi Pinel. Au travers d un réseau de partenaires fiables et

InvestirLoiPinel.fr vous propose des conseils pour votre investissement immobilier en Loi Pinel. Au travers d un réseau de partenaires fiables et 1 InvestirLoiPinel.fr vous propose des conseils pour votre investissement immobilier en Loi Pinel. Au travers d un réseau de partenaires fiables et reconnus, InvestirLoiPinel.fr vous met en relation avec

Plus en détail

Warehouses Estates Belgium sca

Warehouses Estates Belgium sca Warehouses Estates Belgium sca We are building opportunities Communiqué de presse Information réglementée 30/07/2015 sous embargo jusqu à 17h40 RESTRUCTURATION DU PORTEFEUILLE IMMOBILIER DE WAREHOUSES

Plus en détail

Le patrimoine des ménages soutenu par la hausse des prix de l'immobilier

Le patrimoine des ménages soutenu par la hausse des prix de l'immobilier abcdefg Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 20 novembre 2009 Patrimoine des ménages en 2008 Le patrimoine des ménages soutenu par la hausse

Plus en détail

Immobilier en France : y a-t-il un pilote dans l avion? Taux, prix, pouvoir d achat immobilier où va le marché en 2013?

Immobilier en France : y a-t-il un pilote dans l avion? Taux, prix, pouvoir d achat immobilier où va le marché en 2013? Immobilier en France : y a-t-il un pilote dans l avion? Taux, prix, pouvoir d achat immobilier où va le marché en 2013? Conférence de presse - Paris, 24 septembre 2013 Deux expertises, deux éclairages

Plus en détail

OBSERVATOIRE UNPI DES TAXES FONCIERES sur les propriétés bâties 2007-2012

OBSERVATOIRE UNPI DES TAXES FONCIERES sur les propriétés bâties 2007-2012 OBSERVATOIRE UNPI DES TAXES FONCIERES sur les propriétés bâties 2007-2012 Conférence de presse 8 octobre 2013 OBSERVATOIRE UNPI DES TAXES FONCIERES sur les propriétés bâties Note méthodologique Comment

Plus en détail

Pour l optimisation des investissements de rénovation. L outil d aide à la décision

Pour l optimisation des investissements de rénovation. L outil d aide à la décision Pour l optimisation des investissements de rénovation L outil d aide à la décision Le secteur de la rénovation fourmille d idées reçues «Rénover fait plonger le rendement et provoque des pertes» «Il faut

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

OFFRES ET PRIX DE LOCATION DES

OFFRES ET PRIX DE LOCATION DES 4 note n 4, mars 2005 OFFRES ET PRIX DE LOCATION DES LOGEMENTS EN 2003-2004 I E DITORIAL I NTRODUCTION Selon l enquête «ménages» réalisée par le CEPS/Instead en 2003, le parc locatif représente moins de

Plus en détail

Déclaration intermédiaire du Conseil d administration portant sur la période du 1 er janvier 2014 au 31 mars 2014

Déclaration intermédiaire du Conseil d administration portant sur la période du 1 er janvier 2014 au 31 mars 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE INFORMATION RÉGLEMENTÉE EMBARGO 15 mai 2014 17h40 CREATING VALUE IN REAL ESTATE Déclaration intermédiaire du Conseil d administration portant sur la période du 1 er janvier 2014 au

Plus en détail

10 Cycle de vie des immeubles de bureaux

10 Cycle de vie des immeubles de bureaux 10 Cycle de vie des immeubles de bureaux Surfaces de bureaux et mutations structurelles Les immeubles de bureaux sont exposés à trois cycles distincts: premièrement, au cycle de vie de tout objet immobilier,

Plus en détail

valeur, c est-à-dire que le produit de cession diffère de la juste valeur de l actif, on comptabilise

valeur, c est-à-dire que le produit de cession diffère de la juste valeur de l actif, on comptabilise 2824RE_chap_EP4.qx:quark de base 7/16/09 7:27 PM Page 601 Chapitre : Les contrats de location 24. La sous-location d un actif loué ne pose selon nous aucun problème particulier : il faut évaluer la substance

Plus en détail

Loyer basé sur les coûts: mode d emploi

Loyer basé sur les coûts: mode d emploi Département fédéral de l économie, de la formation et de la recherche DEFR Office fédéral du logement OFL Loyer basé sur les coûts: mode d emploi 5 e Forum des coopératives suisses d habitation 27 septembre

Plus en détail

MINERGIE-ECO Quand la santé passe par la qualité de la construction

MINERGIE-ECO Quand la santé passe par la qualité de la construction Un article rédactionnel de Fribourg, le 04 août 2010 Un standard MINERGIE pour des constructions saines et écologiques MINERGIE-ECO Quand la santé passe par la qualité de la construction Construire une

Plus en détail

La construction de maisons individuelles en Champagne-Ardenne en 2012

La construction de maisons individuelles en Champagne-Ardenne en 2012 DREAL Champagne- Ardenne Juin 2014 OBSERVATION ET STATISTIQUES Le logement en chiffres La construction de maisons individuelles en Champagne-Ardenne en 2012 En 2012, 2 191 permis ont été délivrés en Champagne-Ardenne

Plus en détail

CLIENT INVESTISSEUR SCPI. Achète des parts de SCPI. Les locataires payent des LOYERS à la SCPI. Distribution de revenus, valorisation du patrimoine

CLIENT INVESTISSEUR SCPI. Achète des parts de SCPI. Les locataires payent des LOYERS à la SCPI. Distribution de revenus, valorisation du patrimoine Investir en SCPI Une SCPI ou Société Civile de Placement Immobilier est un produit d investissement collectif non coté investi en immobilier. L acquisition de parts de SCPI permet à l investisseur d effectuer

Plus en détail

des ménages en 2012 Montant moyen dépensé (en euros)

des ménages en 2012 Montant moyen dépensé (en euros) COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 645 Juin 2015 Consommations énergétiques des ménages en 2012 OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION En 2012, la dépense moyenne annuelle en

Plus en détail

Loueur en Meublé Non Professionnel (LMNP) Défiscaliser avec le statut LMNP

Loueur en Meublé Non Professionnel (LMNP) Défiscaliser avec le statut LMNP Immobilier Loueur en Meublé Non Professionnel (LMNP) Défiscaliser avec le statut LMNP Les loueurs en meublés non professionnels Ce sont les personnes qui donnent en location des locaux comportant tous

Plus en détail

Assainissement énergétique

Assainissement énergétique Assainissement énergétique Opportunités énergétiques et économiques Pierre Renaud, Directeur, Planair SA Conseiller en matière d énergie pour le Jura bernois Apéritif-énergie 1 2 Plan de la présentation

Plus en détail

SISTERON, UN MARCHE LOCATIF EN DEVENIR L OFFRE

SISTERON, UN MARCHE LOCATIF EN DEVENIR L OFFRE SISTERON, UN MARCHE LOCATIF EN DEVENIR L OFFRE Jusqu à la fin des années 90, le parc locatif privé Sisteronnais était essentiellement situé dans les quartiers anciens de la ville, dans des immeubles vétustes.

Plus en détail

UNE ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ SÉCURISÉE

UNE ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ SÉCURISÉE CHIFFRES CLÉS DU LOGEMENT SOCIAL ÉDITION NATIONALE SEPTEMBRE 2011 UNE ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ SÉCURISÉE En 2010, les opérateurs Hlm ont également vendu 16 000 logements destinés à des accédants,

Plus en détail

Résultats annuels 2003 26 février 2004

Résultats annuels 2003 26 février 2004 Résultats annuels 2003 26 février 2004 1 Des objectifs de croissance atteints (en m ) 2003 2002 Δ Excédent brut d'exploitation 383,4 219,1 +75,0% Cash flow courant 232,6 146,3 +58,9% Cash flow courant

Plus en détail

Fonds de placement de droit suisse relevant du type «fonds immobiliers»

Fonds de placement de droit suisse relevant du type «fonds immobiliers» POLYMEN FONDS IMMOBILIER Fonds de placement de droit suisse relevant du type «fonds immobiliers» PROSPECTUS SIMPLIFIE Août 2015 Direction SOLUFONDS SA Rue des Fléchères 1274 Signy-Avenex Banque dépositaire

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

Des conditions de négociation toujours très avantageuses pour les entreprises

Des conditions de négociation toujours très avantageuses pour les entreprises Perspectives Entreprises Ile-de-France 3 e trimestre 2013 Des conditions de négociation toujours très avantageuses pour les entreprises Alors qu ils «résistaient» jusque-là, les loyers faciaux sont en

Plus en détail

Conférence de presse 16 janvier 2013

Conférence de presse 16 janvier 2013 Conférence de presse 16 janvier 2013 Sommaire 1- Les attentes des Français en matière de logement par rapport à leur commune 2- Immoprêt : bilan 2013 et projets 2014 3- Marché : constats 2013 4 - Perspectives

Plus en détail

Orientations Budgétaires 2016

Orientations Budgétaires 2016 Conseil d'orientation et de Surveillance du 17 décembre 2015 Orientations Budgétaires 2016 «La tenue du débat d orientation budgétaire (DOB) est obligatoire dans les régions, les départements, les communes

Plus en détail

L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006

L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006 L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006 LE MARCHE DES BUREAUX EN ILE DE FRANCE Évolution annuelle de la demande placée 2 200 000 m 2 placés en 2005, soit une progression

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 2 - Juin 2009 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon : Echantillon de 402 dirigeants d entreprise, représentatif

Plus en détail

L IMPACT DES NOUVELLES MESURES EN FAVEUR DE L INVESTISSEMENT LOCATIF

L IMPACT DES NOUVELLES MESURES EN FAVEUR DE L INVESTISSEMENT LOCATIF L IMPACT DES NOUVELLES MESURES EN FAVEUR DE L INVESTISSEMENT LOCATIF Dès que les mesures destinées à encourager l investissement locatif seront arrêtées, les ADIL devront contribuer à les faire connaître.

Plus en détail

L E PORTEFEUILLE IMMOBILIER

L E PORTEFEUILLE IMMOBILIER TRADING UPDATE INFORMATION REGLEMENTEE EMBARGO 17 FÉVRIER 2009 17H40 DECLARATION INTERMEDIAIRE DU GERANT COUVRANT LA PERIODE DU 01.10.2008 AU 31.12.2008 Baisse limitée de la valeur du portefeuille ( 2,41%)

Plus en détail

Acquisition d une propriété

Acquisition d une propriété Direction de l habitation Acquisition d une propriété AIDE FINANCIÈRE Mars 2015 Vous rêvez d une propriété à Montréal? Grâce à ses nombreux avantages, le programme municipal d aide à l acquisition d une

Plus en détail

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation

Plus en détail

L immobilier en centre ville

L immobilier en centre ville L immobilier en centre ville Photos non contractuelles FACTEURS DE RISQUES Vous investissez dans une SCPI fiscale «Déficits fonciers», permettant au porteur de parts de bénéficier du régime fiscal dit

Plus en détail

UFFI REAM. Société de Gestion d Actifs SCPI, OPCI et Groupements Forestiers. Donnons plus de valeur au temps

UFFI REAM. Société de Gestion d Actifs SCPI, OPCI et Groupements Forestiers. Donnons plus de valeur au temps GESTION D ACTIFS IMMOBILIERS SCPI OPCI GROUPEMENTS FORESTIERS UFFI REAM Société de Gestion d Actifs SCPI, OPCI et Groupements Forestiers Donnons plus de valeur au temps UFFI REAM Historique UFFI Ream :

Plus en détail

IMMOBILIER À MONTRÉAL

IMMOBILIER À MONTRÉAL IMMOBILIER À MONTRÉAL PERSPECTIVES ET TENDANCES DU MARCHÉ DE L IMMOBILIER Automne Une publication de Montréal en statistiques Direction de l urbanisme Service de la mise en valeur du territoire FAITS SAILLANTS

Plus en détail

La Théorie de la relativité des Loyers Par Alain BECHADE

La Théorie de la relativité des Loyers Par Alain BECHADE La Théorie de la relativité des Loyers Par Alain BECHADE Depuis la fin des années 90 (au siècle dernier!) la financiarisation de l immobilier a apporté des méthodes mathématiques bien pratiques, mais qui

Plus en détail

Patrimoine des ménages en 2013 La hausse des cours des actions et des prix immobiliers a entraîné une nouvelle et nette progression du patrimoine

Patrimoine des ménages en 2013 La hausse des cours des actions et des prix immobiliers a entraîné une nouvelle et nette progression du patrimoine Communiqué de presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 20 novembre 2014 La hausse des cours des actions et des prix immobiliers a entraîné

Plus en détail

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements LES FONDS D INVESTISSEMENT La façon la plus accessible de diversifier vos placements Gestion professionnelle, diversification et liquidité De plus en plus de gens prennent conscience de la différence entre

Plus en détail

L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 septembre 1999 1, arrête:

L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 septembre 1999 1, arrête: (Bail à loyer et à ferme) Projet Modification du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 septembre 1999 1, arrête: Le code des obligations 2 est modifié

Plus en détail

TRANSGLOBE APARTMENT REAL ESTATE INVESTMENT TRUST DÉCLARATION D ACQUISITION D ENTREPRISE AUX TERMES DE LA PARTIE 8 DU RÈGLEMENT 51-102

TRANSGLOBE APARTMENT REAL ESTATE INVESTMENT TRUST DÉCLARATION D ACQUISITION D ENTREPRISE AUX TERMES DE LA PARTIE 8 DU RÈGLEMENT 51-102 TRANSGLOBE APARTMENT REAL ESTATE INVESTMENT TRUST DÉCLARATION D ACQUISITION D ENTREPRISE AUX TERMES DE LA PARTIE 8 DU RÈGLEMENT 51-102 DATE DE L ACQUISITION : LE 28 JANVIER 2011 TransGlobe Apartment Real

Plus en détail

Devenir propriétaire de son logement

Devenir propriétaire de son logement GUIDE PRATIQUE DES NOUVELLES MESURES Devenir propriétaire de son logement Photos Patrick Modé www.logement.gouv.fr www.cohesionsociale.gouv.fr www.anah.fr Accession à la propriété. Les règles ont changé.

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

COUR DES COMPTES. Synthèse. du Rapport public thématique Novembre 2009

COUR DES COMPTES. Synthèse. du Rapport public thématique Novembre 2009 COUR DES COMPTES Synthèse du Rapport public thématique Novembre 2009 Le transfert aux régions du transport express régional (TER) : un bilan mitigé et des évolutions à poursuivre Avertissement La présente

Plus en détail

Les marchés immobiliers

Les marchés immobiliers Éditorial de Me FEUILLETTE Frédérick Les marchés immobiliers Président de la Chambre interdépartementale des notaires des, des et des Pyrénées-Atlantiques Aborder l évolution du marché immobilier est un

Plus en détail

Best practice. Rapport de Thomas Eigenmann, ERR Raumplaner, St-Gall. pour la fondation assurer l avenir des gens du voyage.

Best practice. Rapport de Thomas Eigenmann, ERR Raumplaner, St-Gall. pour la fondation assurer l avenir des gens du voyage. Best practice Rapport de Thomas Eigenmann, ERR Raumplaner, St-Gall pour la fondation assurer l avenir des gens du voyage Sommaire 1 Quelques aires exemplaires 2 Procédure pour la création de nouvelles

Plus en détail

OBSERVATOIRE UNPI DES TAXES FONCIERES sur les propriétés bâties. Note méthodologique

OBSERVATOIRE UNPI DES TAXES FONCIERES sur les propriétés bâties. Note méthodologique OBSERVATOIRE UNPI DES TAXES FONCIERES sur les propriétés bâties Note méthodologique Comment est calculée la taxe foncière sur les propriétés bâties? Prenons l exemple d un avis d imposition pour un bien

Plus en détail

SOLUTIONS D INVESTISSEMENT EN IMMOBILIER D ENTREPRISE. 01 44 54 52 52 - www.cegerem.com

SOLUTIONS D INVESTISSEMENT EN IMMOBILIER D ENTREPRISE. 01 44 54 52 52 - www.cegerem.com SOLUTIONS D INVESTISSEMENT EN IMMOBILIER D ENTREPRISE NOTRE MÉTIER CEGEREM est une société de conseil et de gestion qui : met à disposition de l investisseur des locaux d entreprise neufs et polyvalents

Plus en détail

L OMI, l Observatoire du management immobilier, créé

L OMI, l Observatoire du management immobilier, créé 48 4 MANAGEMENT IMMOBILIER : COMMENT LES ENTREPRISES GÈRENT LEUR SIÈGE SOCIAl Par Ingrid Nappi-Choulet, professeur à l ESSEC, fondatrice et responsable de l Observatoire du management immobilier. 4.1 /

Plus en détail

SOLUTIONS D INVESTISSEMENT EN IMMOBILIER D ENTREPRISE. 01 44 54 52 52 - www.cegerem.com

SOLUTIONS D INVESTISSEMENT EN IMMOBILIER D ENTREPRISE. 01 44 54 52 52 - www.cegerem.com SOLUTIONS D INVESTISSEMENT EN IMMOBILIER D ENTREPRISE NOTRE MÉTIER CEGEREM est une société de conseil et de gestion qui : met à disposition de l investisseur des locaux d entreprise neufs et polyvalents

Plus en détail

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Etudes Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DECISIONS FINANCIERES Note de cours N 2

Plus en détail

Dossier n 24 L E S L OGEMENTS LOCAT I F S N E U FS?

Dossier n 24 L E S L OGEMENTS LOCAT I F S N E U FS? P É R I SSOL, BESSON, ROBIEN QUE SONT DEVENUS L E S L OGEMENTS LOCAT I F S N E U FS? 79 80 Dossier n 24 Introduction Cette partie résume une étude de l OLAP réalisée en 2010 pour la DRIHL (Direction Régionale

Plus en détail

Quelles propositions de réforme des politiques publiques françaises pour l efficacité énergétique des bâtiments existants?

Quelles propositions de réforme des politiques publiques françaises pour l efficacité énergétique des bâtiments existants? Concurrence Energie Econométrie Quelles propositions de réforme des politiques publiques françaises pour l efficacité énergétique des bâtiments existants? Yannick Perez 1, Vincent Rious 2 1. Supélec &

Plus en détail

APPLICATION DU SCHEMA PLURIANNUEL DE STRATEGIE IMMOBILIERE PENDANT LA PERIODE QUINQUENNALE COUVERTE PAR LES SPSI

APPLICATION DU SCHEMA PLURIANNUEL DE STRATEGIE IMMOBILIERE PENDANT LA PERIODE QUINQUENNALE COUVERTE PAR LES SPSI APPLICATION DU SCHEMA PLURIANNUEL DE STRATEGIE IMMOBILIERE PENDANT LA PERIODE QUINQUENNALE COUVERTE PAR LES SPSI Note de présentation des résultats : ayant pour référence 2011, atteints entre 2012 et 2014

Plus en détail

Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 2010

Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 2010 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 291 Février 212 Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 21 OBSERVATION ET STATISTIQUES LOGEMENT - CONSTRUCTION En 21, le parc social loge

Plus en détail

CONFERENCE DE PRESSE Cynthia Ligeard, Pascal Vittori et Annie Beustes Cession partielle du patrimoine locatif aidé de la SIC

CONFERENCE DE PRESSE Cynthia Ligeard, Pascal Vittori et Annie Beustes Cession partielle du patrimoine locatif aidé de la SIC INFO PRESSE Contact presse Tél. : (687) 25 81 92 Nouméa, le vendredi 5 octobre 2012 CONFERENCE DE PRESSE Cynthia Ligeard, Pascal Vittori et Annie Beustes Cession partielle du patrimoine locatif aidé de

Plus en détail

Perspectives sur le marché de nouvelles radios privées RÉSUMÉ. Prof. Dr. Klaus Goldhammer, Anja Martick, André Wiegand

Perspectives sur le marché de nouvelles radios privées RÉSUMÉ. Prof. Dr. Klaus Goldhammer, Anja Martick, André Wiegand Perspectives sur le marché de nouvelles radios privées RÉSUMÉ Prof. Dr. Klaus Goldhammer, Anja Martick, André Wiegand Office fédéral de la communication (OFCOM) Berlin, 18 juin 2004 Résumé L étude Perspectives

Plus en détail

STREETBOX REAL ESTATE FUND PROSPECTUS SIMPLIFIE. Fonds de placement de droit suisse relevant du type «fonds immobiliers» Août 2015.

STREETBOX REAL ESTATE FUND PROSPECTUS SIMPLIFIE. Fonds de placement de droit suisse relevant du type «fonds immobiliers» Août 2015. STREETBOX REAL ESTATE FUND Fonds de placement de droit suisse relevant du type «fonds immobiliers» PROSPECTUS SIMPLIFIE Août 2015 Direction SOLUFONDS SA Rue des Fléchères 1274 Signy-Avenex Gestionnaire

Plus en détail

Crédit hypothécaire Demande pour clients privés domiciliés en Suisse

Crédit hypothécaire Demande pour clients privés domiciliés en Suisse Crédit hypothécaire Demande pour clients privés domiciliés en Suisse 1. Requérant Premier emprunteur (prière de remplir en caractères d imprimerie) Prénom Nom Rue/N.. Date de naissance Tél. privé Tél.

Plus en détail

ACCESSIBILITÉ À LA PROPRIÉTÉ. Variation de la valeur foncière et des transactions ACCESSIBILITÉ À LA PROPRIÉTÉ PRIVÉ. Rôle d évaluation foncière

ACCESSIBILITÉ À LA PROPRIÉTÉ. Variation de la valeur foncière et des transactions ACCESSIBILITÉ À LA PROPRIÉTÉ PRIVÉ. Rôle d évaluation foncière F Variation de la valeur foncière et des transactions PRIVÉ Rôle d évaluation foncière Variation entre 2007 et 2011 2 Différence avec le prix de vente 3 Transactions 2000-2010 Vente de copropriétés et

Plus en détail

Glossaire. Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition

Glossaire. Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264067752-fr Glossaire Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE

Plus en détail

La fixation des loyers, la fiscalité des propriétaires et la rentabilité de l'immobilier MYTHES ET RÉALITÉS DE LA PÉNURIE DE LOGEMENTS LOCATIFS

La fixation des loyers, la fiscalité des propriétaires et la rentabilité de l'immobilier MYTHES ET RÉALITÉS DE LA PÉNURIE DE LOGEMENTS LOCATIFS IRIS Institut de recherche et d informations socio-économiques La fixation des loyers, la fiscalité des propriétaires et la rentabilité de l'immobilier MYTHES ET RÉALITÉS DE LA PÉNURIE DE LOGEMENTS LOCATIFS

Plus en détail

Présentation du Budget 2010

Présentation du Budget 2010 Présentation du Budget 2010 SOMMAIRE 1 UN BUDGET MARQUÉ PAR UNE AUGMENTATION DU NOMBRE DE PERSONNES À ASSISTER ET PAR LA RÉNOVATION DU PARC IMMOBILIER 2 2 ANALYSE PAR MÉTIER 3 2.1 Direction 3 2.2 Support

Plus en détail

Balance suisse des paiements et position extérieure: premier trimestre 2015. Aperçu de la balance des paiements et de la position extérieure

Balance suisse des paiements et position extérieure: premier trimestre 2015. Aperçu de la balance des paiements et de la position extérieure Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 22 juin 2015 Balance suisse des paiements et position extérieure: premier trimestre 2015 Aperçu de

Plus en détail

Guide 2013. de la nue-propriété

Guide 2013. de la nue-propriété Guide 2013 de la nue-propriété 2 Sommaire Le principe - La notion de nue-propriété - Le nu-propriétaire / L usufruitier Les bénéfices - Une acquisition à moindre coût - Exonération des charges - Zéro impôt

Plus en détail

Observatoire Local des Loyers. de l agglomération toulousaine

Observatoire Local des Loyers. de l agglomération toulousaine Observatoire Local des Loyers de l agglomération toulousaine Un loyer médian de 10,40 /m² sur l agglomération toulousaine en 2014 En dehors de la localisation, trois paramètres ont une forte influence

Plus en détail

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements 1 Les Placements Les placements sont des actifs détenus par une entreprise dans l objectif d en tirer des bénéfices sous forme d intérêts de dividendes ou de revenus assimilés, des gains en capital ou

Plus en détail

Rapport des statistiques 2004 Permis de construction et de rénovation TABLE DES MATIÈRES. Présentation... 1

Rapport des statistiques 2004 Permis de construction et de rénovation TABLE DES MATIÈRES. Présentation... 1 Préparé par : Samuel Gemme Inspecteur des bâtiments Le 11 janvier 2005 2005 Permis de construction et de rénovation i TABLE DES MATIÈRES Présentation... 1 Analyse des permis pour les constructions neuves...

Plus en détail

Energie. Panorama. Flux énergétique simplifié de la Suisse, en 2013. Reste Gaz. Pertes. Force hydraulique. Reste Gaz. Combustibles nucléaires

Energie. Panorama. Flux énergétique simplifié de la Suisse, en 2013. Reste Gaz. Pertes. Force hydraulique. Reste Gaz. Combustibles nucléaires Energie Panorama Flux énergétique Dans la nature, l énergie se présente sous forme de pétrole brut, de gaz naturel, d énergie hydraulique, d uranium, de rayonnement solaire, d énergie éolienne, etc. Avant

Plus en détail

Zurich, le 15 décembre 2005. Remarques introductives de Niklaus Blattner

Zurich, le 15 décembre 2005. Remarques introductives de Niklaus Blattner abcdefg Conférence de presse Zurich, le 15 décembre 2005 Remarques introductives de Niklaus Blattner Il est incontestable que la concurrence est devenue nettement plus vive, dans la période récente, sur

Plus en détail

déduction fiscale Monument historique Immeubles classés ou inscrits à l Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques (ISMH).

déduction fiscale Monument historique Immeubles classés ou inscrits à l Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques (ISMH). déduction fiscale Monument historique Immeubles classés ou inscrits à l Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques (ISMH). Réhabiliter et préserver le patrimoine architectural français. Les dépenses

Plus en détail

Depuis 2005 et l extension à l ancien sans travaux, le prêt à 0% connaît un succès sans précédent, alors que l ancien dispositif s essoufflait.

Depuis 2005 et l extension à l ancien sans travaux, le prêt à 0% connaît un succès sans précédent, alors que l ancien dispositif s essoufflait. Préambule Évoquée de façon générale dans la note de cadrage initiale (étude n 1 «L Habitat dans l Allier Constats et Enjeux» mars 2007), l accession sociale à la propriété (ou l accession aidée) fait ici

Plus en détail

L'INCIDENCE DE LA LOI PINEL SUR LES LOYERS COMMERCIAUX SAINSARD EXPERTS

L'INCIDENCE DE LA LOI PINEL SUR LES LOYERS COMMERCIAUX SAINSARD EXPERTS L'INCIDENCE DE LA LOI PINEL SUR LES LOYERS COMMERCIAUX La véritable incidence de la loi Pinel sur les loyers commerciaux ne pourra être constatée qu'au regard de la réaction du marché (analyse à postériori).

Plus en détail

3. QUELS SONT VOS OBJECTIFS DE PLACEMENT?

3. QUELS SONT VOS OBJECTIFS DE PLACEMENT? Quels sont vos objectifs de placement? 2 3. QUELS SONT VOS OBJECTIFS DE PLACEMENT? Les facteurs à prendre en compte Ils dépendent de votre personnalité, de votre âge, de votre situation de famille et de

Plus en détail

Initialement centrée sur le prix des terrains

Initialement centrée sur le prix des terrains Marchés fonciers L enquête sur le prix des terrains à bâtir Une enquête nationale annuelle permet de suivre le marché des terrains à bâtir pour maisons individuelles mais pas seulement. Quelles en sont

Plus en détail

Définition des données financières publiées par les sociétés civiles de placement immobilier (SCPI) Version valable au

Définition des données financières publiées par les sociétés civiles de placement immobilier (SCPI) Version valable au Définition des données financières publiées par les sociétés civiles de placement immobilier (SCPI) Version valable au 1 er octobre 2011 A compter du 1 er janvier 2012, les gestionnaires de SCPI, réunis

Plus en détail