Les parcs de logements et leur occupation. dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence. Situation 2005 et évolution

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les parcs de logements et leur occupation. dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence. Situation 2005 et évolution 1999-2005"

Transcription

1 Les parcs de logements et leur occupation dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence Situation 2005 et évolution Décembre 2008

2 Le territoire d étude 2 Agence de développement et d urbanisme de Lille Métropole

3 Préambule En 2007, une première étude sur les parcs de logements et leur occupation, réalisée par l Atelier d Etude des Marchés de l Habitat (ATEMHA), cofinancée par Lille Métropole Communauté Urbaine et l état, a été publiée par l Agence de Développement et d Urbanisme de Lille Métropole. L objectif de ce premier travail, était de développer un outil de suivi du Programme Local de l Habitat de Lille Métropole permettant de mesurer et de qualifier l évolution des marchés du logement et l évolution sociale du territoire à une échelle fine, celle des quartiers, celle ou se situe les enjeux de mixité sociale. Dans cette perspective, une carte des profils sociaux des quartiers (en fait des sections cadastrales) de l aire urbaine de Lille et sa zone d influence (bassin d habitat), a été établi par un traitement spécifique du fichier Filocom 1999 mis à disposition par le ministère de l Ecologie, de l Environnement, du Développement Durable et de l Aménagement du Territoire. Les évolutions par rapport à cette situation de référence ont été mesurées en analysant tous les deux ans le profil des emménagés récents dans ces quartiers : en 1999, 2001,2003. Le présent document en propose une actualisation à partir du traitement du fichier Filocom Il ressort que les spécificités de l agglomération lilloise restent les mêmes par rapport aux autres grandes aires urbaines auxquelles on se compare : ménages de plus grande taille ; revenus moins élevés. Mais, la situation aurait tendance à stagner voir même à se dégrader légèrement dans les grandes agglomérations comme Lyon, Marseille et Lille et au contraire, à s améliorer notablement dans les agglomération de taille moyenne. Au sein de la métropole lilloise, l analyse 2005 révèle peu de changements par rapport aux profils sociaux du territoire établi en Cependant, les écarts se creusent entre les quartiers en propriété occupante ou habitent les ménages aisés ou des catégories intermédiaires et les quartiers à dominante locatif privé et surtout locatif social ou les nouveaux arrivants ont des revenus plus faibles qu il y a quelques années, avec un écart plus net pour les plus modestes. Agence de développement et d urbanisme de Lille Métropole 3

4 1- La structure sociale des ménages en Lille : une agglomération plutôt «modeste» En 2005, les écarts de revenus entre les ménages de la métropole lilloise et les autres grandes agglomérations comme Marseille, Lyon, Bordeaux, Nantes, Rennes et Toulouse persistent. La métropole lilloise reste, en 2005 comme en 1999, celle qui abrite le plus de ménages modestes. Elle est à cet égard proche de l agglomération marseillaise, mais s en distingue par une plus faible part des ménages aisés et une catégorie intermédiaire plus importante. A l opposé, Lyon est toujours l agglomération qui abrite le plus de ménages aisés et le moins de ménages modestes. Entre ces deux extrêmes, Bordeaux, Nantes et Rennes présentent une situation équilibrée, caractérisée par une nette dominante de la catégorie intermédiaire, une part relativement élevée des ménages aisés et inversement plutôt faible des ménages modestes. Enfin, Toulouse connaît une situation particulière. Elle est à la fois aisée et modeste au détriment de la catégorie intermédiaire. Typologie des revenus dans quelques agglomérations françaises Aire métropolitaine Marseillaise Aire urbaine de Bordeaux Aire urbaine de Lille Aire urbaine de Lyon Aire urbaine de Nantes Aire urbaine de Rennes Aire urbaine de Toulouse Modestes Intermédiaires Aisés 1.2. Des couples «aisés», des monoparentales «modestes» Les couples sans enfant (25% des ménages de LMCU) perçoivent les revenus les plus élevés par unité de consommation. 38% sont aisés (27% des ménages en moyenne sur LMCU) et 43% appartiennent à la catégorie intermédiaire (40% en moyenne sur LMCU). Cette situation s explique par le fait que les revenus perçus sont répartis sur un moins grand nombre de personnes dans le ménage et qu il s agit souvent de ménages plus âgés, bi actifs, plus avancés dans leur cursus professionnel. Ils sont suivis par les couples avec 1 ou 2 enfants (5,4% et 6,3% des ménages de LMCU) avec respectivement 31% et 32% de ménages aisés et surtout 46% et 44% de ménages intermédiaires. En revanche, la situation financière se dégrade nettement pour les couples avec 3 enfants et plus, dont 50% se retrouvent dans la catégorie modeste et 30% seulement dans la catégorie intermédiaire. Enfin, 64% des monoparentales, de plus en plus nombreuses (10,8% des ménages de LMCU en 2005), perçoivent de faibles revenus (modestes), 28% des revenus intermédiaires et 8% seulement des revenus élevés (aisés) soit trois fois moins que la moyenne de l agglomération. Typologie des revenus des ménages selon la composition familiale Autre Famille monoparentale Personne seule Couple sans enfant Couple 1 enfant Couple 2 enfants Couple 3 enfants et plus Total LMCU Modestes Intermédiaires Aisés 4 Agence de développement et d urbanisme de Lille Métropole

5 2- Les cycles de vie 2.1. Des jeunes locataires, des couples et des personnes âgées propriétaires Les personnes isolées de moins de 30 ans habitent essentiellement en locatif. En locatif privé (70%) pour la plupart, les autres en locatif HLM (22%). Très peu sont propriétaires occupants (6,8%). Les jeunes couples sont encore pour beaucoup en locatif (77%), mais déjà 21% sont propriétaires. Aussitôt qu ils ont des enfants, la propriété occupante devient le statut dominant : 56% pour les plus jeunes jusqu'à 73% pour les plus âgés. 24% des jeunes couples avec enfants habitent encore en HLM, mais ils ne sont plus que 17% lorsque les enfants ont grandi. Le parc locatif privé finit par ne jouer qu un rôle marginal dans l accueil de ce type de ménages (9% pour les plus âgés). A partir de 65 ans, on observe un regain d attractivité pour le parc HLM (23%) qui se confirme et s amplifie au-delà de 80 ans (28%) alors que la part du parc locatif privé reste faible (9%, puis 11%) pour les ménages âgés. Cycle de vie en fonction des statuts d'occupation Isolé moins de 30 ans Jeune couple sans enfant Couple enfant(s) jeune(s) Couple enfant(s) moyen(s) Couple enfant(s) grand(s) et adulte(s) 65 à 79 ans 80 ans et plus LMCU Parc en propriété occupante Parc locatif privé Parc locatif social Autre statut d'occupation 2.2. Les personnes seules au centre, les couples en périphérie Au regard des différents statuts d occupation choisis par les ménages tout au long de leur cycle de vie et de la spécialisation des territoires quand à la structure de l offre de logements (voir première étude), il n est pas étonnant que les personnes isolées de moins de 30 ans habitent pour plus de 50% d entres elles dans Lille, pour 42% dans le reste de LMCU, probablement en première couronne où le parc locatif est encore très présent et pour 5% seulement en périurbain hors LMCU. Peu à peu, les couples quittent Lille pour habiter majoritairement en périphérie, territoire de l accession à la propriété des. Ils restent pour la plupart dans LMCU (66% à 68%), mais 20% à 22% d entre eux s en vont de la Communauté Urbaine pour habiter dans des zones plus éloignées. A partir de 65 ans, on observe un léger retour des ménages sur Lille, qui s amplifie au delà de 80 ans. Cycle de vie en fonction des territoires Isolé moins de 30 ans Jeune couple sans enfant Couple enfant(s) jeune(s) Couple enfant(s) moyen(s) Couple enfant(s) grand(s) et adulte(s) 65 à 79 ans 80 ans et plus Lille LMCU hors Lille Aire d'influence hors LMCU Les classes de revenus Variables de classement regroupant les déciles nationaux de revenu par unité de consommation. Modestes : les 3 premiers déciles - Intermédiaires : les 4 déciles suivants - Aisés : les 3 derniers déciles Agence de développement et d urbanisme de Lille Métropole 5

6 3- Les types de parcs et leur occupation 3.1. Les ménages aisés propriétaires, les ménages modestes locataires On retrouve en 2005, comme en 1999, une très forte hiérarchie des revenus des ménages selon le type de parc occupé. On compte 39% de ménages aisés parmi les propriétaires occupants et 43% de ménages de la catégorie intermédiaire. Ils ne sont plus respectivement que 22% et 37% pour les occupants du parc locatif privé et la part des ménages aisés baisse encore fortement dans le parc HLM alors que la catégorie intermédiaire reste stable : 6,1% et 37%. Inversement, 57% des occupants du parc HLM sont des ménages modestes, 40% dans le parc locatif privé et 18% seulement dans le parc en propriété occupante. Il ressort : que les 27% de ménages aisés sont essentiellement propriétaires occupants ou habitent en locatif privé, que les 40% de ménages de la catégorie intermédiaire sont présents dans tous les types de parc, que les 33% de ménages modestes habitent principalement dans le parc HLM ou dans une moindre mesure dans le parc locatif privé, mais près de un sur cinq est quand même propriétaire. Revenus en fonction des statuts d'occupation Parc en propriété occupante Parc locatif privé Parc locatif social Total LMCU Modestes Intermédiaires Aisés 3.2. Une forte sélection des ménages selon les statuts d occupation Des propriétaires occupants plutôt famille et plutôt aisés même si 53,3% des ménages de LMCU sont propriétaires occupants. C est principalement le parc des couples avec et sans enfant (50%) et dans une moindre mesure des personnes seules (22%). C est aussi le parc ou les ménages aisés sont les plus présents (39%) ainsi que les ménages de la catégorie intermédiaire (43%). Plus précisément, les couples sans enfant sont les plus aisés (47%) suivi des couples avec 1 ou 2 enfants (43% et 40%). Les couples avec 3 enfants ou plus ont dans l ensemble, des revenus nettement plus faibles que les autres : 28% seulement de ménages aisés et 34% de ménages modestes. Les personnes seules sont proches de la répartition moyenne des propriétaires occupants, avec une légère sur représentation des ménages modestes. Enfin, même lorsqu elles sont propriétaires occupantes, les monoparentales appartiennent surtout aux catégories modestes (36%) soit le double de la moyenne des propriétaires modestes (18%) et intermédiaires (45%). Le parc des propriétaires occupants est donc plutôt celui des aisées et intermédiaires, mais il abrite aussi des ménages à plus faibles ressources, en particulier des monoparentales (2,6%) et des grandes (2,4%). Propriété occupante : revenus en fonction de la composition familiale Autre Famille monoparentale Personne seule Couple sans enfant Couple 1 enfant Couple 2 enfants Couple 3 enfants et plus Total LMCU Modestes Intermédiaires Aisés 6 Agence de développement et d urbanisme de Lille Métropole

7 Le locatif privé : de petits ménages aux revenus variables, mais aussi des monoparentales et de grandes modestes 21% des ménages habitent en locatif privé. C est le parc des personnes seules (48%), des couples sans enfant (21%) et des monoparentales (13%). C est un parc qui accueille toutes les catégories de ménages, même si les ménages modestes y sont plus présents (40% pour une moyenne métropolitaine de 33%) et les ménages aisés moins nombreux (22% au regard de 27%). Les couples sans enfant sont également les plus aisés (35%), suivi des couples avec 1 enfant (26%), des personnes seules (22%) et des couples avec 2 enfants (20%). Les monoparentales et les couples avec 3 enfants et plus qui habitent en locatif privé sont très majoritairement des ménages modestes (respectivement 66% et 67%). Au final, le parc locatif privé, est très hétérogène. Il accueille tous les types de ménages, à la fois certains ménages aisés et intermédiaires, mais aussi pour certaines catégories, massivement des ménages modestes. Locatif privé : revenus en fonction de la composition familiale Autre Famille monoparentale Personne seule Couple sans enfant Couple 1 enfant Couple 2 enfants Couple 3 enfants et plus Total LMCU Modestes Intermédiaires Aisés Le locatif social loge les ménages modestes 24,4% des ménages habitent dans le parc HLM de la métropole. C est le parc des personnes seules (37,2%), des couples sans enfant (19,6%) et des monoparentales (18,4%). C est aussi le parc des ménages intermédiaires (37%) et encore bien davantage que le parc locatif privé, le parc des ménages modestes (57%). Les ménages intermédiaires sont principalement des couples sans ou avec 1 ou 2 enfants, alors que massivement, les monoparentales et les grandes sont des ménages à faibles ressources (respectivement à 83% et 87%). Locatif social : revenus en fonction de la composition familiale Autre Famille monoparentale Personne seule Couple sans enfant Couple 1 enfant Couple 2 enfants Couple 3 enfants et plus Total LMCU Modestes Intermédiaires Aisés Agence de développement et d urbanisme de Lille Métropole 7

8 3.3. Une nette spécialisation des territoires au regard de l offre de logements L offre en logements se divise de manière relativement équilibrée entre un secteur en propriété occupante (50%) et un secteur locatif (48%) qui comprend deux composantes essentielles de même poids : le locatif privé (24%) et le locatif social (24%). Le parc en propriété occupante, de beaucoup le plus important, est très présent dans tous les territoires où il représente entre 50% et 88% de l offre locale. Une exception avec 29% : le territoire lillois où il est concurrencé par le locatif, mais derrière cette plus faible proportion on compte quand même logements soit le parc en propriété occupante le plus important de tous les territoires après celui du territoire roubaisien. Le parc locatif privé est très présent dans le territoire lillois où il représente 45% de l offre locale, mais aussi 52% de l offre totale en locatif privé de LMCU. C est une caractéristique importante du territoire lillois qui révèle bien la particularité de son marché immobilier, centré sur l accueil de petits ménages très mobiles. Le parc locatif privé restant se répartit de manière très équilibrée dans l ensemble des autres territoires où il représente entre 15% et 20% de l offre dans les secteurs les plus urbains de LMCU à l exception du territoire Est (12%) où, sur Villeneuve d Ascq, il est concurrencé par le locatif social et entre 9% et 13% au-delà, dans des zones périurbaines plus éloignées. Le parc locatif social se situe essentiellement dans les territoires centraux, en particulier dans les territoires Est (36%) et roubaisien (33%), mais aussi dans une proportion moindre, dans les territoires lillois (24%), tourquennois (22%) et Couronne Sud de Lille (21%). En revanche, à l inverse de la répartition très étale du parc locatif privé, il est vraiment peu implanté dans les zones périurbaines et en particulier dans les territoires de l arrondissement hors LMCU. Statuts d'occupation et territoires de l'arrondissement de Lille Territoire lillois Territoire roubaisien Territoire tourquennois Territoire Est Couronne nord Couronne sud Lys-Armentièrois Les Weppes Pays des Weppes Sud interurbain La Pévèle Lille Métropole CU Arrondissement de Lille Parc en propriété occupante Parc locatif privé Parc locatif social Autre statut d'occupation 8 Agence de développement et d urbanisme de Lille Métropole

9 4- Les écarts se creusent entre 1999 et Le profil social de la métropole se dégrade très légèrement En 1999 (voir première étude), il ressortait que les profils sociaux des agglomérations analysées étaient, à cette échelle, relativement proches. C est encore vrai en 2005, même si les agglomérations observées sont plus nombreuses puisque Bordeaux, Nantes et Toulouse sont venu s ajouter à Marseille, Lyon et Rennes. Malgré cette proximité, le positionnement légèrement différent des agglomérations dans l espace social français permettait de faire ressortir : que la taille des ménages de l agglomération lilloise était nettement supérieure à celles de tous les territoires observés. Plus qu à Rennes, Marseille, Nantes et Lyon, où elle est très proche de la moyenne nationale, et beaucoup plus qu à Bordeaux et Toulouse qui se caractérisent par des ménages de petite taille, que les ménages lillois avaient des revenus légèrement inférieurs à ceux de Marseille et de Nantes, deux autres agglomérations un peu en dessous de la moyenne nationale, nettement inférieurs à ceux de Rennes, Bordeaux et Toulouse un peu au dessus et surtout de Lyon ou les ménages ont les revenus les plus élevés de ce comparatif. En 2005, cette hiérarchie n est pas modifiée, mais certains écarts se creusent car toutes les agglomérations ne connaissent pas la même évolution : partout, la taille des ménages a baissé. C est dans l agglomération lilloise que cette diminution est la plus accentuée, mais en fin de compte, le nombre de personnes par ménage y reste encore nettement plus élevé qu ailleurs, dans les grandes agglomérations, les revenus des ménages ont stagné (Marseille) ou baissé (Lyon, Lille), mais, c est dans l agglomération lilloise que cette dégradation est la plus accentuée. Au contraire, dans les agglomérations de taille moyenne, les revenus des ménages ont augmenté, faiblement à Bordeaux et à Toulouse, plus fortement à Nantes et surtout à Rennes. Quelques aires urbaines françaises dans l'espace social national bas revenus Aire d'influence de Lille Familles nombreuses Aire métropolitaine Marseillaise Personnes isolées hauts revenus Aire urbaine de Nantes Aire urbaine de Bordeaux Aire urbaine de Rennes Aire urbaine de Toulouse Aire urbaine de Lyon Stock 1999 Stock 2005 Agence de développement et d urbanisme de Lille Métropole 9

10 4.2. La situation des quartiers les plus modestes ne s est pas améliorée Évolution des 9 secteurs socio-économiques bas revenus Parc à occupation précarisée Comment ont évolué les neuf secteurs socioéconomiques issus du traitement par analyse factorielle bas revenus du fichier Filocom 1999? Revenus modestes personnes seules Personnes isolées Revenus supérieurs personnes seules Stock 1999 Stock 2005 inférieurs Revenus intermédiaires supérieurs petits ménages Familles nombreuses Revenus intermédiaires supérieurs Revenus supérieurs hauts revenus Entre 1999 et 2005, tous les secteurs socio-économiques (voir note méthodologique) qui regroupent des quartiers Parc locatif social dont les ménages occupants ont des revenus au dessus de la moyenne du secteur d étude sont soit restés Familles stables : quartiers des grandes aisées, des nombreuses petits ménages intermédiaires, des petits ménages modestes soit ont connu une légère amélioration de leur situation : quartiers des grandes de la classe intermédiaire et des moyennes-modestes. Seuls, dans cette partie de l espace Parc locatif social privé métropolitain, les quartiers des petits ménages aisés ont connu une légère dégradation de leur situation. Parc en propriété occupante En revanche, Personnes tous les secteurs socio-économiques qui regroupent isolées les quartiers dont les ménages ont des revenus inférieurs à la moyenne du secteur d étude ont vu leur situation sociale se dégrader, en particulier les quartiers les plus modestes (quartiers des à occupation précarisée). hauts revenus 4.3. La distance sociale augmente entre les parcs de logements es ses es eurs Évolution des segments de parc Personnes isolées bas revenus Parc locatif social Parc locatif privé Familles nombreuses Parc en propriété occupante La même analyse effectuée sur les trois principaux types de parcs de logements, dont on a vu précédemment, qu ils constituaient un puissant filtre social vis-àvis des ménages qui les occupent, conduit aux mêmes conclusions. Les occupants du parc en propriété occupante ont en 2005, des revenus légèrement supérieurs aux ménages présents en Inversement, les revenus des ménages qui habitent en locatif privé et surtout en locatif social ont légèrement baissé entre 1999 et Les écarts sociaux, déjà importants entre les ménages logés dans les différents types de parcs, se sont encore légèrement creusés ces dernières années malgré les efforts de la puissance publique pour les réduire. hauts revenus Stock 1999 Stock Agence de développement et d urbanisme de Lille Métropole

11 5 Les emménagés récents 5.1. Le parc locatif privé reste le parc de la mobilité Comme en 1999, le parc locatif privé joue un rôle essentiel dans la mobilité des ménages sur le territoire lillois. 67% des mouvements observés en s opèrent dans ce parc qui certes est très important dans la ville centre mais ne représente cependant que 46% de l ensemble de l offre. Stock et mobilité récente Stock 05 Mobile Parc en propriété occupante Parc locatif social Stock 05 Mobile Stock 05 Parc locatif privé Mobile Lille LMCU hors Lille Aire d'influence hors LMCU Autre statut d'occupation Inversement, le parc HLM lillois avec 24% de l offre n assure que 18% des mouvements résidentiels pendant la même période. Ce décalage, déjà observé en 1999, révèle une situation particulière à la ville centre. Les occupants du parc locatif social, pour une part croissante vieillissants (voir paragraphe 2-1), bougent peu, dans un contexte de marché où la forte hausse des loyers du secteur privé ne favorise pas la fluidité entre les deux parcs locatifs. Enfin, la propriété occupante avec 28% de l offre n assure que 13% de la mobilité sur le territoire central. C est peu, mais c est plus qu en 1999 où les ménages propriétaires étaient encore bien plus stables (7%). Dans LMCU hors Lille, 40% des mouvements s opèrent dans le parc en propriété occupante qui dans ces territoires représente l essentiel de l offre (58%). Mais ici, contrairement à la ville centre, les deux parcs locatifs participent au-delà de leur propre poids à la mobilité des ménages : le parc locatif privé, moins présent avec 16% de l offre, accueille 31% des mobiles et le parc HLM avec, comme dans le territoire central 24% de l offre, en accueille 28%. En dehors de LMCU, la mobilité des ménages est assurée par le parc en propriété occupante qui accueille 58% des mobiles mais représente l essentiel du parc de logements (75%) et par le parc locatif privé qui bien que peu présent (14% des logements) accueille 30% des mobiles. Le parc HLM y est peu développé et ne joue qu un rôle marginal Dégradation des quartiers modestes et précarisés Évolution des emménagés récents Personnes isolées bas revenus Parc à occupation précarisée Revenus modestes Revenus intermédiaires supérieurs petits ménages personnes seules inférieurs Revenus supérieurs personnes seules Revenus supérieurs Familles nombreuses Revenus intermédiaires supérieurs hauts revenus Emménagé Emménagé Quel est le profil des nouveaux entrants en par rapport à ceux de dans les quartiers des neuf secteurs socio-économiques définis en 1999? Pour les quartiers occupés par des ménages aisés ou des catégories intermédiaires, dont les revenus sont supérieurs ou proches de la moyenne du secteur d étude, il y a peu de changements au cours de cette période. La taille des ménages aisés a légèrement baissée ainsi que leurs revenus. Les ménages des catégories intermédiaires sont de taille identique et ont des revenus soit stables, soit en légère hausse. En revanche, la situation s est dégradée dans les quartiers des ménages modestes ou pauvres. On avait déjà observé cette tendance en 2003 (voir première étude), elle se confirme en La taille des emménagés les plus récents est légèrement supérieure à celle des arrivants , ce qui est contraire à l évolution générale de la population et leurs revenus sont nettement plus faibles. En fin de compte, le processus de paupérisation de certains quartiers s est encore accentué. Agence de développement et d urbanisme de Lille Métropole 11

12 5.3. Des revenus souvent en hausse pour accéder à la propriété Propriété occupante : évolution des emménagés récents bas revenus Revenus modestes Familles nombreuses Revenus supérieurs intermédiaires supérieurs couples Une tendance générale pour les emménagés récents dans le parc en propriété occupante : une taille légèrement supérieure à ceux de et des revenus plus élevés, en particulier pour les catégories intermédiaires, ce qui n est pas étonnant, compte tenu de la forte hausse des prix d achat des biens immobiliers pendant cette période. La situation est un peu différente dans les quartiers aisés : taille des ménages arrivants en légère baisse par rapport aux précédents pour les secteurs des aisées ; petite diminution des revenus dans les quartiers des petits ménages aisés. Revenus supérieurs Personnes isolées Revenus supérieurs personnes seules Revenus supérieurs hauts revenus Emménagé Emménagé Des ménages de plus en plus petits et des revenus en baisse dans le parc locatif privé Locatif privé : évolution des emménagés récents bas revenus Revenus modestes personnes seules personnes seules Parc social de fait Revenus intermédiaires inférieurs Familles nombreuses Le parc en locatif privé confirme sa vocation dans l accueil des petits ménages. Dans tous les secteurs socio-économiques, la taille des ménages entrant a notablement baissé entre et , en particulier dans les quartiers ou elle était la plus élevée. Dans le même temps, leurs revenus sont soit au mieux stables, soit en légère diminution, en particulier pour les ménages des quartiers les plus modestes ou pauvres où elle est plus accentuée. Ainsi, malgré la forte hausse des loyers pendant cette période, le parc locatif privé accueille des ménages dont les revenus sont plutôt orientés à la baisse. Personnes isolées Parc de transition hauts revenus Emménagé Emménagé Agence de développement et d urbanisme de Lille Métropole

13 5.5. Un appauvrissement progressif des habitants du parc HLM Locatif social : évolution des emménagés récents bas revenus Revenus modestes Parc à occupation précarisée Revenus modestes Revenus modestes petits ménages inférieurs inférieurs Familles nombreuses Les ménages logés dans le parc HLM étaient déjà, en 1999, avec les habitants du parc locatif privé social de fait, ceux qui disposaient des revenus les plus faibles. Cette situation n a fait qu empirer au cours de ces dernières années car les revenus des emménagés récents ont encore nettement baissé par rapport à leurs prédécesseurs ( ). Tous les secteurs sont touchés, des catégories intermédiaires occupant le parc HLM valorisé jusqu aux plus pauvres qui habitent dans le parc précarisé. Parc valorisé Personnes isolées hauts revenus Emménagé Emménagé Agence de développement et d urbanisme de Lille Métropole 13

14 Méthodologie L objectif de cette étude est de proposer une analyse spatiale des profils sociaux des territoires de l aire urbaine de Lille et de sa zone d influence à une échelle fine, celle des quartiers, c est-à-dire celle ou se jouent les enjeux de mixité sociale, afin de voir si celle-ci s améliore ou si au contraire, les processus de ségrégation s amplifient. Dans cette perspective, un état des lieux, un «fond de plan» a été établi à partir du fichier Filocom 1999, puis les évolutions ont été mesurées à partir des fichiers Filocom 2001, 2003 et 2005 en regardant si les profils des emménagés récents venaient modifier le profil moyen des quartiers. Pour pouvoir faire ressortir l essentiel des phénomènes observés à partir d un grand nombre de données, peu lisibles à l état brut, c est l analyse factorielle qui a été retenue pour mener les investigations à cette échelle, car elle permet de dégager, de manière lisible, une vision synthétique des disparités du territoire en perdant le moins d informations possible, en particulier son aspect peu homogène à une échelle fine. La construction du référentiel d analyse La construction du référentiel d analyse s appuie sur la description des logements et de leur occupation au niveau des sections cadastrales (ou de leur regroupement) des aires urbaines françaises définies par l Insee. Les variables, relatives à l habitat et aux ménages occupants, renseignées dans le fichier Filocom 1999, qui ont été retenues pour cette analyse sont les suivantes : Variables relatives à l habitat (localisées à la section cadastrale ou leur regroupement, à défaut, la commune) : Statut juridique d occupation Parc en propriété occupante Parc locatif privé Parc locatif social Autres statuts Type d habitat Collectif Individuel Nombre de pièces du logement Variables relatives aux ménages fiscalement autonomes (localisées à la section cadastrale ou leur regroupement, à défaut, la commune) : Age de la personne de référence du ménage Nombre de personnes du ménage Structure familiale du ménage Personne isolée Famille monoparentale Couple sans enfant Couple avec enfant(s) Durée d occupation du logement par le ménage Revenus annuels imposables perçus en 1998 par UC (part des ménages appartenant aux déciles de revenus établis au niveau national) 1er décile inférieur à ème décile de à ème décile de à ème décile de à ème décile de à ème décile de à ème décile de à ème décile de à ème décile de à ème décile supérieur à Le traitement de ces variables du fichier Filocom par analyse statistique permet de décrire de manière synthétique les éléments structurants de «l espace social» de la France métropolitaine ainsi que celui de Lille Métropole. L espace social se stucture autour de 2 axes : les niveaux de revenus et la taille des ménages. Les secteurs socio-économiques La segmentation de l espace social de Lille métropole et de sa zone d influence permet de regrouper les sections cadastrales en classes homogènes : les secteurs socio-économiques, au regard des caractéristiques dominantes des logements qui s y trouvent et des ménages qui les occupent, décrits à partir des variables précédentes. Il s agit du meilleur «résumé» possible des profils d occupation des quartiers, par nature simplificateur, qui ne doit pas faire oublier que chaque quartier présente un profil plus complexe que celui qui est retenu pour l analyse. La segmentation de l ensemble des données relatives aux ménages et aux parcs de logements par analyse factorielle des correspondances, répartit les sections cadastrales de l espace métropolitain en neuf grands secteurs, positionnées dans le plan factoriel selon les niveaux des revenus et la composition des ménages résidants. La traduction spatiale de ces neufs secteurs socioéconomiques permet d établir une carte des profils sociaux des quartiers de l aire urbaine de Lille et sa zone d influence. 14 Agence de développement et d urbanisme de Lille Métropole

15 Méthodologie L espace social des relations habitats / habitants France métropolitaine 1er décile revenus par unité de consommation moins de 30 ans 1 personne 2è décile 3è décile 4è décile famille monoparentale 5è décile 6è décile 2 personnes 65 ans et + 5 personnes et + couple 1 à 2 enfants ans ans 3 personnes 7è décile ans couple sans enfant 8è décile couple 3 enfants et + 4 personnes 9è décile 10è décile Source : Filocom 1999 évolution des profils sociaux des quartiers On mesure l évolution des profils sociaux des quartiers en comparant les caractéristiques des emménagés récents aux différentes dates d obtention du fichier et par rapport au stock les emménagés récents sont les nouveaux arrivants dans les quartiers au cours des deux ans qui précèdent la date de livraison du fichier. Le fichier Filocom Filocom est un fichier constitué, à la demande du Ministère de l Equipement, à partir de renseignements issus de différents fichiers gérés par la Direction générale des Impôts pour assurer ses missions : le fichier de la propriété bâtie (FPB), la taxe d habitation (TH), le fichier des propriétaires et celui de l impôt sur les personnes physiques (IRPP). Il comprend à la fois des données sur les caractéristiques de l ensemble du parc de logements : âge, taille, surface, confort, type d habitat (appartement, maison), statut d occupation (propriétaire occupant, locataire du parc privé, locataire du parc Hlm) et sur celles des occupants (âge, taille des ménages, composition familiale, revenus). Ces données sont disponibles à une échelle relativement fine : celle de la section cadastrale, sous réserve du respect du secret statistique. Ce fichier est géré par le Ministère de l Equipement qui en demande une mise à jour à la DGI tous les deux ans. Jusqu ici, l Agence a demandé à ATHEMA de traiter les fichiers 1999, 2001, 2003 et Agence de développement et d urbanisme de Lille Métropole 15

16 Directeur de publication : Nathan Starkman Responsable d édition : Gérard Gabillard Rédaction : Benoit Filippi, Hervé Nabos : ATEMHA Gérard Gabillard, Sophie Clément Ziza, Luc-Benoit Deroo : ADULM Cartographie : Camille Guermonprez, Danièle Leblond Maquette : Jean-François Breitenbach Impression : Tanghe Printing Dépôt légal : Agence de développement et d urbanisme de Lille Métropole Décembre 2008 Agence de développement et d urbanisme de Lille Métropole Espace International - 299, boulevard de Leeds EURALILLE Tél. : (33) Fax : (33)

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS ATELIER PARISIEN D URBANISME - 17, BD MORLAND 75004 PARIS TÉL : 01 42 71 28 14 FAX : 01 42 76 24 05 http://www.apur.org Observatoire de l'habitat de Paris L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN

Plus en détail

Marché de l occasion et exigences de rénovation énergétique. Rencontre de l Observatoire 21 mai 2015

Marché de l occasion et exigences de rénovation énergétique. Rencontre de l Observatoire 21 mai 2015 Marché de l occasion et exigences de rénovation énergétique Rencontre de l Observatoire 21 mai 2015 Logements neufs / logements d occasion 7 700 logements d occasion vendus en 2013 dans l aire urbaine

Plus en détail

Le marché locatif privé sur Lille et la métropole lilloise Les loyers de marché à fin novembre 2014

Le marché locatif privé sur Lille et la métropole lilloise Les loyers de marché à fin novembre 2014 Le marché locatif privé sur Lille et la métropole lilloise Les loyers de marché à fin novembre 214 par Michel MOUILLART, Professeur d'economie à l'université Paris Ouest, FRICS CLAMEUR analyse chaque année

Plus en détail

Le baromètre. Dauphine-Crédit Foncier. de l immobilier résidentiel. Tendance globale

Le baromètre. Dauphine-Crédit Foncier. de l immobilier résidentiel. Tendance globale Le baromètre Dauphine-Crédit Foncier de l immobilier résidentiel Tendance globale N. 3 Juin 2011 Kevin Beaubrun-Diant, co-responsable de la chaire «Ville et Immobilier», Université Paris-Dauphine. Cette

Plus en détail

UNE ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ SÉCURISÉE

UNE ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ SÉCURISÉE CHIFFRES CLÉS DU LOGEMENT SOCIAL ÉDITION NATIONALE SEPTEMBRE 2011 UNE ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ SÉCURISÉE En 2010, les opérateurs Hlm ont également vendu 16 000 logements destinés à des accédants,

Plus en détail

L observation du parc existant et de ses évolutions récentes informe sur les équilibres sociaux et démographiques.

L observation du parc existant et de ses évolutions récentes informe sur les équilibres sociaux et démographiques. LE PARC DE LOGEMENTS À PARIS Le parc existant La construction neuve Le marché immobilier Juillet 2007 Préfecture de Paris / DULE / Bureau de l habitat Section analyse et prospective habitat 1. INTRODUCTION

Plus en détail

Compas études. compas. Les enjeux du vieillissement. n 7 - juin 2013

Compas études. compas. Les enjeux du vieillissement. n 7 - juin 2013 n 7 - juin 2013 Compas études compas Au service du sens Les enjeux du vieillissement La population française vieillit. Ce phénomène n est pas nouveau mais le processus va s accélérer dans les années à

Plus en détail

Les diplômes. Session 2012

Les diplômes. Session 2012 note d information 13.05 AVRIL À la session 2012, 557 600 diplômes de l enseignement des niveaux IV et V ont été délivrés en France, dont 90 % par le ministère de l éducation nationale. 40 % de ces diplômes

Plus en détail

Intervenant : Séverin Poutrel, BURGEAP

Intervenant : Séverin Poutrel, BURGEAP Capacités d accueil, aménagements commerciaux, mutabilité foncière : des outils concrets pour construire un SCOT intégrant les vulnérabilités énergétiques et climatique Intervenant : Séverin Poutrel, BURGEAP

Plus en détail

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007.

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. Edition 2008 LE PASS-TRAVAUX Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. A la demande de l ANPEEC, MV2 Conseil a réalisé, en 2007,

Plus en détail

les évolutions récentes

les évolutions récentes DE L ADEUS les évolutions récentes dans le BAS-RHIN : des territoires plus spécialisés et plus interdépendants 92 DéCEMBRE 2012 TRANSVERSAL Illustration : ADEUS, 2012 Depuis le milieu des années 1970,

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

Marchés immobiliers en régions. Marseille 9 avril 2015

Marchés immobiliers en régions. Marseille 9 avril 2015 Marchés immobiliers en régions Marseille 9 avril 2015 Le tour de France de l immobilier par le Crédit Foncier Plan de la présentation Le baromètre Crédit Foncier/CSA sur le moral des professionnels de

Plus en détail

L immobilier en centre ville

L immobilier en centre ville SCPI «Scellier BBC Intermédiaire*» L immobilier en centre ville Mise à jour - 31 janvier 2012 *Le dispositif fiscal «Scellier BBC Intermédiaire» offre au souscripteur une réduction d impôt en contrepartie

Plus en détail

L immobilier en centre ville

L immobilier en centre ville La note d information de la SCPI URBAN PATRIMOINE 2 a reçu le visa de l AMF n 11-37 en date du 18/10/2011 ; elle peut être obtenue gratuitement auprès de la Société de Gestion par demande adressée à :

Plus en détail

Le marché immobilier en France

Le marché immobilier en France Le marché immobilier en France Immobilier d entreprise, logement, immobilier de loisirs Jean-Claude GINISTY Notaire à Paris Juin 2013 1 L immobilier d entreprise dans le GRAND PARIS 2 L immobilier d entreprise

Plus en détail

FILIÈRE TRANSPORT-LOGISTIQUE. Enjeux et questionnements Paroles d'acteurs. Synthèse

FILIÈRE TRANSPORT-LOGISTIQUE. Enjeux et questionnements Paroles d'acteurs. Synthèse FILIÈRE TRANSPORT-LOGISTIQUE Enjeux et questionnements Paroles d'acteurs Synthèse avril 2004 Source : Agence de développement et d'urbanisme de Lille Métropole - 2004 2 L Agence de développement et d urbanisme

Plus en détail

I. Les dossiers de prêt à la fin de l année 1995 : un premier bilan encourageant. II. Élargissement du public et fréquentation en hausse dans les ADIL

I. Les dossiers de prêt à la fin de l année 1995 : un premier bilan encourageant. II. Élargissement du public et fréquentation en hausse dans les ADIL LA REFORME DE L AIDE A L ACCESSION Un premier bilan Résumé I. Les dossiers de prêt à la fin de l année 1995 : un premier bilan encourageant II. Élargissement du public et fréquentation en hausse dans les

Plus en détail

1 ER BAROMÈTRE DES PRIX DE L IMMOBILIER DE PARKING

1 ER BAROMÈTRE DES PRIX DE L IMMOBILIER DE PARKING 1 ER BAROMÈTRE DES PRIX DE L IMMOBILIER DE PARKING Inédit en France, MonsieurParking.com, société spécialisée dans l achat, la vente et la location de places de parking, crée le 1 er baromètre de l immobilier

Plus en détail

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014 L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS Juin 2014 Contacts BVA : Céline BRACQ Directrice BVA Opinion Lilas BRISAC Chargée d études 01 71 16 88 00

Plus en détail

SOMMAIRE 1 - INTRODUCTION GENERALE... 7 1.1 - LES SOURCES LEGISLATIVE ET REGLEMENTAIRE :...7. 1.6.1 - Deux grandes étapes...9

SOMMAIRE 1 - INTRODUCTION GENERALE... 7 1.1 - LES SOURCES LEGISLATIVE ET REGLEMENTAIRE :...7. 1.6.1 - Deux grandes étapes...9 CONSEIL GENERAL ET DIRECTION DEPARTEMENTALE DES TERRITOIRES DE LA MOSELLE PLAN DEPARTEMENTAL DE L HABITAT DE LA MOSELLE 2012-2017 SOMMAIRE 1 - INTRODUCTION GENERALE... 7 1.1 - LES SOURCES LEGISLATIVE

Plus en détail

5 Avril 2013. Evolution de la construction neuve dans l espace Rhône Avignon Vaucluse AURAV LES PUBLICATIONS DE L AGENCE

5 Avril 2013. Evolution de la construction neuve dans l espace Rhône Avignon Vaucluse AURAV LES PUBLICATIONS DE L AGENCE LES PUBLICATIONS DE L AGENCE Evolution de la construction neuve dans l espace Rhône-Avignon-Vaucluse La n de l «âge d or» de la maison individuelle? aurav agence d'urbanisme Rhône Avignon Vaucluse 5 Avril

Plus en détail

8 Certifications Minergie

8 Certifications Minergie 8 Chapitre 8 Être Minergie, est-ce aussi être «autrement»? Pour de nombreux acteurs du marché immobilier, un label de durabilité devrait s accompagner d une appréciation de la valeur de leur immeuble,

Plus en détail

Accession à la propriété : des acquéreurs plus nombreux mais prudents

Accession à la propriété : des acquéreurs plus nombreux mais prudents CONDITIONS DE VIE Accession à la propriété : des acquéreurs plus nombreux mais prudents Jean Bosvieux* Après une pause qui aura duré près de dix ans, la part de propriétaires occupants a de nouveau augmenté

Plus en détail

main-d oeuvr mploi Profil économique opulation active construction résidentielle logement

main-d oeuvr mploi Profil économique opulation active construction résidentielle logement Profil économique VILLE DE MONTRÉAL Arrondissement de Rivière-des-Prairies Pointe-aux-Trembles chômage mploi logement établissements d affaires localisation de l emploi revenus d emploi professions main-d

Plus en détail

Loyers et revenus depuis les années 1970

Loyers et revenus depuis les années 1970 J. Friggit CGEDD Juin 2013 1 Loyers et revenus depuis les années 1970 1 Cette note reprend une présentation effectuée devant le Collège Logement du CGEDD le 11 juillet 2012. Résumé Depuis les années 1970,

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE

IMMOBILIER D ENTREPRISE La transformation de bureaux en logements : un premier bilan PAR BRIGITTE JOUSSELLIN 1 Entre 1994 et 1998, plus de 500 000 m 2 de surfaces d activités ont été transformées en logements, permettant de résorber

Plus en détail

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Gérard Cornilleau Des inégalités contenues, des classes moyennes fragiles Le débat sur les salaires n est plus aujourd hui dominé

Plus en détail

1 - Salaires nets tous secteurs confondus

1 - Salaires nets tous secteurs confondus N 627 Résultats l enquête annuelle sur les s auprès s entreprises - Mai 2011 - L enquête annuelle sur les s auprès s entreprises, réalisée par voie postale par l ONS a donné les résultats présentés ci-ssous.

Plus en détail

Les très hauts revenus : des différences de plus en plus marquées entre 2004 et 2007

Les très hauts revenus : des différences de plus en plus marquées entre 2004 et 2007 Les très hauts revenus : des différences de plus en plus marquées entre 2004 et 2007 Julie Solard* En 2007, c est à partir de 84 500 euros de revenu déclaré annuel par unité de consommation qu une personne

Plus en détail

Les diplômes. Session 2008

Les diplômes. Session 2008 note d informationdécembre 09.28 À la session 2008, 444 0 diplômes de l enseignement professionnel des niveaux IV et V ont été délivrés en France par le ministère de l Éducation nationale. Ce nombre atteint

Plus en détail

GUIDE DU LOGEMENT ETUDIANT

GUIDE DU LOGEMENT ETUDIANT GUIDE DU LOGEMENT ETUDIANT Juin 2015 Guide du logement étudiant Acteurs majeurs et incontournables pour trouver et louer votre logement en France Sommaire Préambule 1 Les résidences étudiantes 2 Choisir

Plus en détail

«Vieillir en pavillon : mobilités et immobilités des personnes âgées dans l espace périurbain»

«Vieillir en pavillon : mobilités et immobilités des personnes âgées dans l espace périurbain» LADYSS (UMR 7533) CNRS - Université Paris 1 LISST-Cieu (UMR 5193) CNRS - Université Toulouse-Le Mirail CIRTA Institut d Aménagement Régional - Université Aix-Marseille 3 Programme de recherche Vieillissement

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX PERSPECTIVES CONJONCTURE ÉCONOMIQUE LE MARCHÉ DES BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE 1 er Semestre 212 PERSPECTIVES Un contexte de marché favorable aux utilisateurs La crise financière

Plus en détail

Immobilier de bureaux

Immobilier de bureaux Immobilier de bureaux Observatoire Nantais de l Immobilier Tertiaire L année en chiffres Nantes Métropole AURAN Édito 5 ans déjà! En 2009, le CINA décidait d organiser la collecte des transactions du marché

Plus en détail

Union. pour le Logement. des Entreprises. s engagent avec les salariés

Union. pour le Logement. des Entreprises. s engagent avec les salariés Les entreprises s engagent avec les salariés Union des Entreprises et des Salariés pour le Action Les missions d Action Le 1% (participation des employeurs à l effort de construction) a été institué en

Plus en détail

FICHE SIGNALETIQUE. Cœur de Flandre. 1. Profil Territoire. 2 Profil Fiscal

FICHE SIGNALETIQUE. Cœur de Flandre. 1. Profil Territoire. 2 Profil Fiscal FICHE SIGNALETIQUE Pays Cœur de Flandre Consultable sur www.sigale.nordpasdecalais.fr Le pays a été reconnu le 9 mars 2004 et le premier contrat a été signé le 15 décembre 2004. Il comporte 45 communes

Plus en détail

LILLE MÉTROPOLE. 4 ème trimestre. 2013 Chiffres-clés. Bureaux 1ER RÉSEAU PARTENAIRE

LILLE MÉTROPOLE. 4 ème trimestre. 2013 Chiffres-clés. Bureaux 1ER RÉSEAU PARTENAIRE MÉTROPOLE ème trimestre 03 Chiffres-clés Bureaux ER RÉSEAU PARTENAIRE LE MARCHÉ DE LA TRANSACTION Arthur Loyd er réseau national en immobilier d entreprise Analyse des transactions conclues au Transactions

Plus en détail

Etude statistique des données fournies par la CCIJP

Etude statistique des données fournies par la CCIJP Etude statistique des données fournies par la CCIJP Sommaire Introduction : Stagnation du nombre de cartes accordées en 2012... 4 1. Dans quels secteurs d activité les journalistes encartés travaillent-ils?

Plus en détail

À retenir... 1. Ce qu en disent les acteurs communautaires

À retenir... 1. Ce qu en disent les acteurs communautaires 1 Volet 4 : Ainé-e-s Table des matières À retenir... 1 Ce qu en disent les acteurs communautaires... 1 1. Un portrait des aîné e s du quartier... 2 1.1 Répartition des personnes âgées de 65 ans et plus...

Plus en détail

Atlas régional de l habitat

Atlas régional de l habitat Atlas régional de l habitat en Provence-Alpes-Côte d Azur I Année 2011 Atlas régional de l habitat en Provence-Alpes-Côte d Azur Direction régionale de l Environnement, de l Aménagement et du Logement

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 15 Janvier 2013 La mobilité en Île-de-France Modes La voiture L EGT 2010 marque une rupture de tendance importante par rapport aux enquêtes précédentes, en ce qui concerne les

Plus en détail

La création d entreprise en milieu rural

La création d entreprise en milieu rural La création d entreprise en milieu rural Une définition du milieu rural Définir le monde rural à partir de la taille des communes nous paraît insuffisant. En effet, il est important de prendre en compte

Plus en détail

Définitions. Définitions sur le logement

Définitions. Définitions sur le logement Définitions sur le logement Logement Un logement est défini par son utilisation : c est un local séparé et indépendant utilisé pour l habitation. Il doit être séparé d autres locaux par des murs ou cloisons

Plus en détail

performance environnementale Synthèse Décembre 2013 Analyse de la demande de bureaux «verts» EN ile-de-france

performance environnementale Synthèse Décembre 2013 Analyse de la demande de bureaux «verts» EN ile-de-france Étude réalisée en partenariat avec Immobilier tertiaire et performance environnementale Analyse de la demande de bureaux «verts» EN ile-de-france Synthèse Décembre 2013 Ce document synthétise les principaux

Plus en détail

HABITATS PARTICIPATIFS

HABITATS PARTICIPATIFS HABITATS PARTICIPATIFS habitats participatifs et coopératifs : de quoi parle t-on? CAUE 92-31.03.15 1. LES COOPERATIVES D HLM Un peu d histoire Une des trois familles composant le mouvement Hlm, issue

Plus en détail

L autopartage en trace directe : quelle alternative à la voiture particulière?

L autopartage en trace directe : quelle alternative à la voiture particulière? L autopartage en trace directe : quelle alternative à la particulière? Résultats de la première enquête sur l impact d un service d autopartage en trace directe (le cas d Autolib ) Cette étude réalisée

Plus en détail

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier UN MARCHÉ LOCATIF QUI TOURNE AU RALENTI 1 er trimestre 213 Direction des Études Point de conjoncture bureaux marché locatif UN MARCHÉ LOCATIF QUI TOURNE

Plus en détail

Sociologie des joueurs en ligne

Sociologie des joueurs en ligne Mars 2013 Sociologie des joueurs en ligne Enquête ARJEL 2012 Autorité de régulation des jeux en ligne 2 Propos introductifs à l enquête sur la sociologie des joueurs Au-delà de la publication trimestrielle

Plus en détail

Garder et faire garder son enfant

Garder et faire garder son enfant Garder et faire garder son enfant Nathalie Blanpain* L arrivée d un enfant au sein d un foyer est pour ses parents un événement majeur générateur de changements en termes de rythme de vie et d organisation,

Plus en détail

Mémoire de la Corporation de développement communautaire de Côte-des-Neiges portant sur le projet de Schéma d aménagement et de développement de l

Mémoire de la Corporation de développement communautaire de Côte-des-Neiges portant sur le projet de Schéma d aménagement et de développement de l Mémoire de la Corporation de développement communautaire de Côte-des-Neiges portant sur le projet de Schéma d aménagement et de développement de l agglomération de Montréal Novembre 2014 Mémoire sur le

Plus en détail

L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail

L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail Thème : Transport durable Orientation : Faire évoluer les pratiques de mobilité L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail par aire urbaine et département hors aires urbaines La part

Plus en détail

Implantation économique, foncier et immobilier d entreprise

Implantation économique, foncier et immobilier d entreprise Septembre 2014 Implantation économique, foncier et immobilier d entreprise Quelles sont les attentes des entreprises en Loire-Atlantique? Afin de mieux cerner globalement la demande des entreprises de

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

PROJET DE CHARTE DE LA VENTE HLM AUX LOCATAIRES 11/10/2010

PROJET DE CHARTE DE LA VENTE HLM AUX LOCATAIRES 11/10/2010 PROJET DE CHARTE DE LA VENTE HLM AUX LOCATAIRES 11/10/2010 Les enjeux de l accession sociale PREAMBULE DANS LE CADRE DES ORIENTATIONS DEFINIES PAR LE PROTOCOLE D ACCORD D NATIONAL INTERPROFESSIONNEL ET

Plus en détail

Les jeudis du patrimoine

Les jeudis du patrimoine Les jeudis du patrimoine Quelles solutions pouvez-vous envisager pour réduire votre impôt sur le revenu? Le 29 novembre 2012 19h30 07/12/2012 1 Présentation des héros du jour Couple : Sophie et Marc, 2

Plus en détail

SYNTHÈSE. En 2012, la province Sud compte 16 700 personnes. Le maintien à domicile : solution privilégiée des personnes âgées

SYNTHÈSE. En 2012, la province Sud compte 16 700 personnes. Le maintien à domicile : solution privilégiée des personnes âgées SYNTHÈSE BP 823-98845 Nouméa Nouvelle-Calédonie (687) 27 54 81 isee@isee.nc www.isee.nc Directeur de la publication Alexandre Gautier Conception et réalisation Département publications Synthèse N 3 Édition

Plus en détail

LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE

LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE Michel MOUILLART Directeur Scientifique de l Observatoire de l Endettement des Ménages

Plus en détail

Guide Prêt Locatif Social (PLS)

Guide Prêt Locatif Social (PLS) Investir dans un logement destiné à la location. Qu est-ceque c est? Le prêt locatif social (PLS) s adresse à tout investisseur qui achète un logement pour le louer. Le PLS est destiné à financer des appartements

Plus en détail

Les bénéficiaires de la CMU en Rhône-Alpes au 31 décembre 2003

Les bénéficiaires de la CMU en Rhône-Alpes au 31 décembre 2003 La Lettre de la DRASS N 2006-03-L Avril 2006 Les bénéficiaires de la CMU en Rhône-Alpes au 31 décembre 2003 Au 31 décembre 2003, 40 000 rhônalpins sont affi liés à l assurance maladie par le dispositif

Plus en détail

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs Séminaire CGTM Mercredi 19 mars 2008 Danielle LAPORT Sociologue Ingénieur Social Equipe de Recherche REV Université Paris XII Val-de-Marne Il me revient

Plus en détail

Le logement dans tous ses états. Définition : le logement et l'habitat

Le logement dans tous ses états. Définition : le logement et l'habitat Le logement dans tous ses états 17/10/ 2012 Définition : le logement et l'habitat Le logement est un produit : une maison, un appartement, un type 3, un duplex L'habitat est un service : l'espace produit

Plus en détail

Les mesures pour relancer la construction de logements

Les mesures pour relancer la construction de logements Les mesures pour relancer la construction de logements Janvier 2015 Le logement est devenu, pour la plupart des Français, cher et difficilement accessible. Le secteur de la construction traverse une grave

Plus en détail

URBAIN-RURAL : DE QUOI PARLE-T-ON?

URBAIN-RURAL : DE QUOI PARLE-T-ON? URBAIN-RURAL : DE QUOI PARLE-T-ON? B.H. Nicot 1 Juin 2005 «Entre 1990 et 1999, le rural en France métropolitaine a connu une croissance démographique de 4,2 % sur la période, tandis que l urbain ne croissait

Plus en détail

UN 1 ER SEMESTRE EN DEMI-TEINTE

UN 1 ER SEMESTRE EN DEMI-TEINTE 2015 UN 1 ER SEMESTRE EN DEMI-TEINTE Activité : reprise modérée Emploi : contraction des effectifs Contrairement à leurs prévisions de novembre dernier, les PME de la région anticipent un développement

Plus en détail

AMMONITIA Département Investissement Etude locative

AMMONITIA Département Investissement Etude locative AMMONITIA Département Investissement Etude locative PRESENTATION DE L ARRONDISSEMENT Démographie Paris 17 Paris Population en 2011 168 454 2 234 105 Variation population : taux annuel moyen entre 1999

Plus en détail

La motorisation des ménages continue de s accroître au prix d un vieillissement du parc automobile

La motorisation des ménages continue de s accroître au prix d un vieillissement du parc automobile La motorisation des ménages continue de s accroître au prix d un vieillissement du parc automobile Marina Robin, CGDD, SOeS Avec 32,7 millions de véhicules, le parc automobile des ménages métropolitains

Plus en détail

SCPI Scellier. Renovalor 2

SCPI Scellier. Renovalor 2 Renovalor 1 Historique INTER GESTION, société de gestion de SCI et de SCPI gère depuis plus de 20 ans les SCPI Malraux PIERRE INVESTISSEMENT 1, 2, 3, 4, 5 et 6. Forte de son expérience en opération de

Plus en détail

LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES

LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine. La durée de placement

Plus en détail

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Paris, le 15 octobre 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Un marché immobilier résidentiel caractérisé par une baisse

Plus en détail

L état de la pauvreté en France

L état de la pauvreté en France Notes de l Observatoire N 1, octobre 2013 L état de la pauvreté en France Combien compte-t-on de pauvres en France? Comment évolue leur nombre? Qui est le plus concerné par la crise? A l heure où une partie

Plus en détail

Saint-Vallier-de-Thiey Bar-sur-Loup. Grasse. Grasse-sud

Saint-Vallier-de-Thiey Bar-sur-Loup. Grasse. Grasse-sud PROVENCE-ALPES-COTE D'AZUR 17 rue Menpenti 13387 MARSEILLE CEDEX 1 Tél. : 4 91 17 57 57 Fax : 4 91 17 59 59 http://www.insee.fr TERRITOIRE CA POLE AZUR PROVENCE 5 communes, 2 chefs lieux de cantons, unité

Plus en détail

Québec. Société d habitation du Québec. Un portrait de la copropriété au Québec. Le bulletin d information de la société d habitation du québec

Québec. Société d habitation du Québec. Un portrait de la copropriété au Québec. Le bulletin d information de la société d habitation du québec Société d habitation du Québec HABITATION Québec Le bulletin d information de la société d habitation du québec Volume 3, numéro 4, ÉTÉ 29 Un portrait de la copropriété au Québec Par Dany Dutil CONTEXTE

Plus en détail

Evolution des risques sur les crédits à l habitat

Evolution des risques sur les crédits à l habitat Evolution des risques sur les crédits à l habitat n 5 février 2012 1/17 SOMMAIRE 1. PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES DE LA PRODUCTION... 4 2. ANALYSE DÉTAILLÉE DES INDICATEURS DE RISQUE... 8 2.1 Montant moyen

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 214 Accelerating success. PERSPECTIVES Une année 215 dans la continuité > Après le creux de 213, l activité sur le marché des bureaux francilien

Plus en détail

Le marché immobilier en France

Le marché immobilier en France Le marché immobilier en France Immobilier d entreprise, logement, immobilier de loisirs Notaires de Paris www.paris.notaires.fr Juin 2013 1 L immobilier d entreprise dans le GRAND PARIS 2 L immobilier

Plus en détail

Conférence de Presse Les Chiffres Clés de l immobilier d entreprise et du logement. 28 janvier 2010

Conférence de Presse Les Chiffres Clés de l immobilier d entreprise et du logement. 28 janvier 2010 Conférence de Presse Les Chiffres Clés de l immobilier d entreprise et du logement 28 janvier 2010 1 Conférence de Presse Les Chiffres Clés de l immobilier d entreprise et du logement UNE ANNEE CONTRASTEE

Plus en détail

CONCEPTION D UN MONITORING DES QUARTIERS COUVRANT L ENSEMBLE DU TERRITOIRE DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE

CONCEPTION D UN MONITORING DES QUARTIERS COUVRANT L ENSEMBLE DU TERRITOIRE DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE CONCEPTION D UN MONITORING DES QUARTIERS COUVRANT L ENSEMBLE DU TERRITOIRE DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE UITWERKING VAN EEN WIJKMONITORING DIE HET HELE GRONDGEBIED VAN HET BRUSSELS HOOFDSTEDELIJK

Plus en détail

Base de données sociales sur Paris

Base de données sociales sur Paris Base de données sociales sur Paris Fiches d identité sociale des 20 arrondissements - 2012 Apur - David Boureau Étude réalisée en collaboration avec le Centre d Action Sociale de la Ville de Paris (CASVP)

Plus en détail

Les seniors dans l agglomération nantaise et leurs modes d hébergement

Les seniors dans l agglomération nantaise et leurs modes d hébergement Les seniors dans l agglomération nantaise et leurs modes d hébergement Agence d urbanisme de la région nantaise AURAN - 88.07 n Le nombre de seniors dans l Agglomération nantaise progresse et plus particulièrement

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

Les SCPI. François Longin 1 www.longin.fr

Les SCPI. François Longin 1 www.longin.fr Programme ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire i «L investissement t immobilier» Les SCPI François Longin 1 www.longin.fr Généralités sur les SCPI SCPI Borloo Plan Processus d investissement (sélection

Plus en détail

SCPI. Pierre à pierre, tout est affaire de régularité

SCPI. Pierre à pierre, tout est affaire de régularité SCPI Pierre à pierre, tout est affaire de régularité Qu est-ce qu une SCPI? Une Société Civile de Placement Immobilier (SCPI) est la propriété collective de biens immobiliers exprimée en parts détenues

Plus en détail

LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES

LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES Enquête complémentaire mentaire de mars 2009 LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES présentée par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université de Paris X - Nanterre - Mercredi 22 juillet 2009 -

Plus en détail

L immobilier est il encore un placement intéressant? Wavre, le jeudi 03 avril 2014

L immobilier est il encore un placement intéressant? Wavre, le jeudi 03 avril 2014 L immobilier est il encore un placement intéressant? Wavre, le jeudi 03 avril 2014 SOMMAIRE Comportement de l immobilier belge Qui sommes-nous? Structure et méthodologie L investissement immobilier en

Plus en détail

Investissez indirectement dans l immobi

Investissez indirectement dans l immobi SCPI PRIMO 1 Investissez indirectement dans l immobi PRIMO 1 a pour objectif de constituer un patrimoine immobilier résidentiel, permettant l accès aux avantages fiscaux du nouveau dispositif Scellier.

Plus en détail

L année immobilière 2014

L année immobilière 2014 www. creditfoncier. com L année immobilière 2014 vue par le Crédit Foncier MARS 2015 synthèse Lors de sa traditionnelle conférence annuelle Les Marchés Immobiliers le 5 février 2015, le Crédit Foncier

Plus en détail

La qualité des services mobiles en France métropolitaine

La qualité des services mobiles en France métropolitaine Juin 2014 La qualité des services mobiles en France métropolitaine Synthèse de l enquête 2014 ISSN : 2258-3106 Synthèse des résultats de l enquête 2014 de l ARCEP sur la qualité des services mobiles Ce

Plus en détail

Cet article s attache tout d abord

Cet article s attache tout d abord Méthodes internationales pour comparer l éducation et l équité Comparaison entre pays des coûts de l éducation : des sources de financement aux dépenses Luc Brière Marguerite Rudolf Bureau du compte de

Plus en détail

Bellevue - Chantenay - Sainte-Anne

Bellevue - Chantenay - Sainte-Anne Mendès France Croix Bonneau - Bourderies auriers Mairie de Chantenay Plessis Cellier - Roche Maurice Boucardière - MallèveJean Macé Salorges - Cheviré - zone portuaire E QUARTIER Sainte- Anne, contrasté,

Plus en détail

Revenu national avant impôts: 2 800 (100%) Revenu disponible: 2 100 (74%) Revenu après impôts: 1 500 (51%)

Revenu national avant impôts: 2 800 (100%) Revenu disponible: 2 100 (74%) Revenu après impôts: 1 500 (51%) Séance n 8. TD Tableau n 1. La décomposition du revenu national en 2009 Montant (milliards d euros) Part (%) Revenus d activité salariaux 1014,3 73% Revenus de la propriété 281,1 20% Revenu d activité

Plus en détail

jçíçêáë~íáçå=éí=ãçäáäáí =W=ÇÉë= ÅçãéçêíÉãÉåíë=éäìë=ê~íáçååÉäë=\==

jçíçêáë~íáçå=éí=ãçäáäáí =W=ÇÉë= ÅçãéçêíÉãÉåíë=éäìë=ê~íáçååÉäë=\== = = ëééíéãäêé=omnm= Fiche n MQ= jçíçêáë~íáçå=éí=ãçäáäáí =W=ÇÉë= ÅçãéçêíÉãÉåíë=éäìë=ê~íáçååÉäë=\== = = L Enquête Nationale Trports et Déplacements (ENTD) réalisée en 27- est l occasion de faire le point

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

Lutter contre les exclusions

Lutter contre les exclusions D 2 COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS Si, globalement, la population vélizienne semble peu exposée au risque d exclusion (taux d emploi élevé, revenu médian moyen,

Plus en détail

OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE

OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE Edition 2013 Perception du risque et comportement d investissement (point 5) 16 octobre 2013 Pourquoi un Observatoire UFF/IFOP de la clientèle patrimoniale?

Plus en détail

LE MARCHE LOCATIF DES BUREAUX FRANCILIENS IL FAUT SAVOIR GARDER RAISON

LE MARCHE LOCATIF DES BUREAUX FRANCILIENS IL FAUT SAVOIR GARDER RAISON LE MARCHE LOCATIF DES BUREAUX FRANCILIENS IL FAUT SAVOIR GARDER RAISON Un vent d optimisme nouveau commence à souffler sur le marché francilien de la location de bureaux. Le volume des transactions s est

Plus en détail

LA SÉGRÉGATION SOCIALE A-T-ELLE AUGMENTÉ?

LA SÉGRÉGATION SOCIALE A-T-ELLE AUGMENTÉ? EDMOND PRÉTECEILLE LA SÉGRÉGATION SOCIALE A-T-ELLE AUGMENTÉ? LA MÉTROPOLE PARISIENNE ENTRE POLARISATION ET MIXITÉ RÉSUMÉ : L idée que la ségrégation sociale a augmenté et qu elle concerne avant tout les

Plus en détail

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 08 juillet 2015 à 9 h 30 «Le patrimoine des retraités et l épargne retraite» Document N 2 bis Document de travail, n engage pas le Conseil Le patrimoine

Plus en détail

Ce guide a pour objectif de vous

Ce guide a pour objectif de vous La défiscalisation des dons aux fondations et associations déclarées d utilité publique Ce guide a pour objectif de vous permettre de déterminer au mieux la répartition des imputations de vos dons sur

Plus en détail