1 - Salaires nets tous secteurs confondus

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1 - Salaires nets tous secteurs confondus"

Transcription

1 N 627 Résultats l enquête annuelle sur les s auprès s entreprises - Mai L enquête annuelle sur les s auprès s entreprises, réalisée par voie postale par l ONS a donné les résultats présentés ci-ssous. Les résultats sont relatifs au mois Mai 2011 et sont issus l exploitation 969 entreprises ayant répondu et représentant toutes les activités (toutes les sections 1 hormis l agriculture & l administration) et les secteurs juridiques suivants: entreprises publiques nationales; entreprises privées nationales 20 salariés et plus. L exploitation cette enquête permet déterminer le niveau s s nets mensuels ainsi que la structure du brut ( et primes inmnités) l ensemble du personnel par activité et qualification pour les secteurs juridiques: public et privé national. L information collectée par le biais s différents tableaux du questionnaire porte sur les effectifs par qualification s salariés permanents et non permanents ayant travaillé le mois d enquête (Mai 2011), les montants du, s primes et inmnités, du brut et du net perçu. 1 - Salaires nets tous secteurs confondus En 2011, le net moyen du mois Mai s élève à environ DA pour l ensemble s salariés. Ce correspond au montant effectivement perçu par le salarié. Il prend en compte le, les primes et inmnités ainsi que les différentes retenues 2. Plusieurs facteurs peuvent intervenir dans la détermination du niveau s s. Le secteur d activité s entreprises et la qualification s salariés en sont les plus discriminants. Par secteur d activité, les s nets moyens mensuels sont plus élevés dans les industries extractives (production et services d hydrocarbures, mines-carrières) et les activités financières (banques & assurances) avec respectivement DA et DA, soit 2,6 et 1,5 fois plus que le net moyen global (tableau n 1). Directeur la publication : Mounir Khaled BERRAH Ce numéro est élaboré par la Direction Technique chargée s statistiques sociales et s revenus ISSN Prix = 40 DA avril 2013 Site Web: courriel: ONS Avenue Belkacemi Mohamed- ravin la femme sauvage El Annasser Alger - : : Nomenclature s sections : d après la nomenclature algérienne s activités (NAA) actuellement en vigueur. 2 Impôt sur le revenu global (IRG), sécurité sociale et retraite. 1

2 Par contre, les secteurs la "construction", "l immobilier et services aux entreprises" se distinguent avec s s inférieurs à la moyenne avec respectivement DA et DA, soit 77% et 83% du net moyen global (tableau n 1). Ces écarts s s expliquent principalement par la particularité s entreprises appartenant à ces secteurs d activité : Il ya d une part, les secteurs qui se caractérisent par l emploi d un grand nombre salariés très qualifiés (secteur s hydrocarbures & banques) et un système rémunération spécifique. Et d autre part, les secteurs qui affichent une faiblesse relative s s dûe essentiellement à la prédominance du personnel d exécution, peu qualifié (secteur la construction). Tab 1: SALAIRES NETS MOYENS MENSUELS ET RAPPORTS A LA MOYENNE PAR QUALIFICATION EN SECTEURS PUBLIC & PRIVE NATIONAL d Exécution En DA Montant Rapport 1* Montant Rapport Montant Rapport Montant Rapport Industries extractives Industries Manufacturières Prod.Dist.elect.gaz.eau Construction Commerce et Réparation Hôtels et Restaurants Transports & Communications Activités Financières Immobilier,serv.entreprises Santé* Services collect.soc.pers * Rapport 1 = rapport à la moyenne globale la qualification. Par qualification, les résultats cette enquête montrent que globalement, un cadre perçoit un net moyen DA contre DA pour le personnel maîtrise et DA pour un salarié d exécution. Ainsi, on estime qu un cadre gagne en moyenne 1,9 fois le net moyen global (presque le double) alors que le personnel d exécution n en perçoit que 74% (tableau n 2). Cet écart s existe aussi à l intérieur chaque activité en particulier pour la section "immobilier et services fournis aux entreprises" où un cadre gagne en moyenne le double du net moyen la section contre 0,8 fois seulement ce pour le personnel d exécution (tableau n 2). * Il s agit structures santé du secteur privé (services marchands), celles du secteur public étant s services non marchands fournis à la collectivité (classées avec l administration) et ne font pas partie du champ d enquête. 2

3 Cette disparité s s par qualification est plus marquée dans certaines sections. Ainsi, le net moyen s cadres est plus élevé dans les industries extractives et la santé, avec respectivement DA et DA. Par contre, dans les secteurs "production, distribution électricité, gaz et eau" et "services collectifs sociaux personnels", les cadres ne perçoivent respectivement que DA et DA (tableau n 1). Tab 2 : SALAIRES NETS MOYENS MENSUELS ET RAPPORTS A LA MOYENNE PAR SECTION EN SECTEURS PUBLIC & PRIVE NATIONAL Agens Agens d Exécution En DA Montant Rapport 2* Montant Rapport Montant Rapport Montant Rapport Industries extractives Industries Manufacturières Prod.Dist.elect.gaz.eau Construction Commerce et Réparation Hôtels et Restaurants Transports et Communications Activités Financières Immobilier,serv.entreprises Santé Services collect.soc.pers* * Rapport 2 = rapport à la moyenne globale la section. 2 - Salaires nets dans le secteur public Les entreprises du secteur public affichent s s moyens élevés par rapport au secteur privé national. Ce net moyen mensuel est DA dans le secteur public (tableaux n 3 et 4), alors qu il n est que DA dans le secteur privé national (tableaux n 5 et 6), soit une différence DA. Ce niveau relativement élevé du dans le public est dû en partie à l existence certaines entreprises publiques importantes en termes d effectifs avec un système rémunération avantageux. C est l une s causes disparité importante s s. C est notamment le cas s entreprises dans les industries extractives (secteur s hydrocarbures et services pétroliers), les transports et communications et les activités financières. * Il s agit s services marchands fournis à la collectivité et aux personnes: activités récréatives, culturelles et sportives (Théâtres, complexes sportifs, parcs d attraction,...) et services personnels (location véhicules, blanchisserie, ) 3

4 La disparité s s entre les différentes activités reste relativement forte. Le net moyen global, pour l ensemble du personnel dans les industries extractives et l activité financière atteint respectivement DA et DA; alors qu il est relativement bas dans le secteur "s services collectifs sociaux personnels" et dans l activité "immobilière et services fournis aux entreprises", avec respectivement DA et DA (tableaux n 3 et 4). Tab 3 : SALAIRES NETS MOYEN MENSUELS ET RAPPORTS A LA MOYENNE PAR QUALIFICATION EN SECTEUR PUBLIC NATIONAL 4 d Exécution En DA Montant Rapport1* Montant Rapport Montant Rapport Montant Rapport Industries extractives Industries Manufacturières Prod.Dist.elect.gaz.eau Construction Commerce et Réparation Hôtels et Restaurants Transports & Communicat Activités Financières Immobilier,serv.entreprises Services collect.soc.pers * Rapport 1 = rapport à la moyenne globale la qualification. De même, la disparité salariale est apparente entre les différentes qualifications. Ainsi, un cadre dans le secteur public perçoit un net moyen DA, contre DA pour les agents maîtrise et DA pour le personnel d exécution, soit pour ce rnier 70% seulement du net moyen global (tableau n 4). Tab 4 : SALAIRES NETS MOYENS MENSUELS ET RAPPORTS A LA MOYENNE PAR SECTION EN SECTEUR PUBLIC NATIONAL - En DA d Exécution Montant Rapport 2* Montant Rapport Montant Rapport Montant Rapport Industries extractives Industries Manufacturières Prod.Dist.elect.gaz.eau Construction Commerce et Réparation Hôtels et Restaurants Transports & Communications Activités Financières Immobilier,serv.entreprises Services collect.soc.pers * Rapport 2 = rapport à la moyenne globale la section.

5 Par activité, cette dispersion salariale est plus prononcée pour les sections hôtelsrestaurants et construction. Ainsi, un cadre gagne en moyenne 1,7 fois le net moyen la section contre 0,8 fois seulement ce pour le personnel d exécution chacune s activités (tableau n 4). 3 - Salaires nets dans le secteur privé national Le net moyen mensuel l ensemble s salariés du secteur privé est d environ DA. Les secteurs les mieux rémunérateurs dans le secteur privé sont le secteur financier et celui la santé; les s mensuels nets moyens dans ces ux secteurs sont respectivement DA et DA, soit respectivement presque le double et 1,3 fois le net moyen global dans le privé national. Par contre, le personnel dans les industries extractives (mines & carrières) et la construction sont les moins bien payés, avec respectivement s s mensuels moyens DA et DA, soit 83% et 90% seulement du mensuel net moyen global dans le privé (tableau n 5). L emploi d un personnel d exécution peu qualifié dans ces ux secteurs explique en gran partie cet écart. Tab 5 : SALAIRES NETS MOYENS MENSUELS ET RAPPORTS A LA MOYENNE PAR QUALIFICATION EN SECTEUR PRIVE NATIONAL - 5 EN DA d Exécution Montant Rapport1* Montant Rapport Montant Rapport Montant Rapport Industries extractives Industries Manufacturières Construction Commerce et Réparation Hôtels et Restaurants Transports & Communications Activités Financières Immobilier,serv.entreprises Santé * Rapport 1 = rapport à la moyenne globale la qualification. Dans l ensemble, les s moyens, par qualification sont relativement plus dispersés dans le secteur privé. Ainsi, un cadre gagne un DA, soit 2 fois le net moyen global, les maîtrises DA, presque égal au net moyen global; alors que le salarié d exécution n en perçoit que DA, soit 81% (tableau n 6). Cette disparité salariale par rapport à la qualification est plus évinte dans certaines sections. Ainsi, le net moyen mensuel s cadres dans les activités "construction" et "immobilier et services aux entreprises" est respectivement DA et DA, soit 2 fois et 2,9 fois le moyen global respectif à chacun ces secteurs. Par contre, le net moyen du personnel d'exécution dans ces mêmes secteurs est relativement faible,

6 avec respectivement DA et DA, soit 85% et 88% du moyen global respectif à chaque section (tableau n 6). En outre, dans le secteur la santé, le personnel d exécution touche un relativement bas, soit DA (62% du moyen dans ce secteur) (tableau n 6). Tab 6 : SALAIRES NETS MOYENS MENSUELS ET RAPPORTS A LA MOYENNE PAR SECTION EN SECTEUR PRIVE NATIONAL EN DA d Exécution Montant Rapport2* Montant Rapport Montant Rapport Montant Rapport Industries extractives Industries Manufacturières Construction Commerce et Réparation Hôtels et Restaurants Transports & Communications Activités Financières Immobilier,serv.entreprises Santé * Rapport 2 = rapport à la moyenne globale la section. 4 - Structure du brut La structure moyenne globale du brut 2011 ne diffère pas tellement celle La rémunération brute est égale au augmenté s primes et inmnités. Pour l ensemble s secteurs public et privé, le reste la principale composante avec 63% et les primes et inmnités avec 38% la rémunération brute totale (tableau en annexe n 7). Cette tendance est maintenue par activité pour la majorité s sections, sauf pour l activité " hôtels et restaurants " où les proportions du et s primes et inmnités sont presque égales, soit 50% chacune du brut, que ce soit dans le secteur public ou privé. Par qualification et pour l ensemble s sections, la composition du brut est plus ou moins homogène, elle suit la même tendance que celle observée pour la structure globale : le reste la principale composante, il est représenté par les proportions suivantes : 64%, 60% et 63% pour respectivement les cadres, le personnel maîtrise et d exécution (tableau en annexe n 7). Dans le secteur public, le représente 49% du brut. Par contre, cette proportion est 69% dans le secteur privé. Il apparaît bien qu en terme structure, 6

7 que la part s primes et inmnités est plus importante dans le secteur public que dans le secteur privé: 51% contre 32% (tableaux en annexe n 8 et 9). Selon les activités, certaines sections affichent une tendance différente. Ainsi, la part du dans le public est plus importante dans l activité s finances et s industries extractives, soit plus 57% chacune. 5 Evolution s s nets Globalement, les s nets moyens mensuels en 2011 ont les mêmes tendances disparité que celles 2010 (tableau n 10). De 2010 à 2011, le mensuel net tous secteurs juridiques confondus a évolué en moyenne (+9,1%) en DA (tableau n 11). Tab 10 : SALAIRES NETS MOYENS MENSUELS PAR SECTION ET QUALIFICATION - SECTEURS PUBLIC & PRIVE NATIONAL - ( ) d Exécution EN DA Industries extractives Industries Manufacturières Prod.Dist.elect.gaz.eau Construction Commerce et Réparation Hôtels et Restaurants Transports & Communications Activités Financières Immobilier,serv.entreprises Santé Services collect.soc.pers Les hausses sont plus fortes dans les secteurs suivants : (+16,2%) dans " la santé " représenté uniquement par le secteur privé, (+13,6%) dans " l activité financière " et (+13,2%) dans " les industries manufacturières ". A l inverse, l évolution indique une faible augmentation du mensuel dans le secteur la "production et distribution d électricité, gaz et eau" avec (+3,3%) et dans celui "l immobilier et services aux entreprises" avec (+4,9%) (tableau n 11). Par qualification, cette hausse est légèrement au profit s moins qualifiés, à savoir le personnel d exécution (+10,4%) par rapport aux agents maîtrise et s cadres, avec respectivement (+9,2%) et (+6,9%) (tableau n 11). 7

8 Tab 11: EVOLUTION EN POURCENTAGE DES SALAIRES NETS SECTEURS PUBLIC & PRIVE ( ) d Exécution Total Industries extractives Industries Manufacturières Prod.Dist.elect.gaz.eau Construction Commerce et réparation Hôtels et restaurants Transports & Communications Activités Financières Immobilier, serv. entreprises Santé Services collect.soc.pers Par secteur juridique, l évolution globale s s est relativement plus forte dans le secteur privé avec (+10,8%) contre (+7%) pour le public (tableaux n 12 et 13). Tab 12: EVOLUTION EN POURCENTAGE DES SALAIRES NETS DU SECTEUR PUBLIC ( ) Exécution Total Industries extractives Industries Manufacturières Prod.Dist.elect.gaz.eau Construction Commerce et réparation Hôtels et restaurants Transports & Communications Activités Financières Immobilier, serv.entreprises Services collect.soc.pers

9 Tab 13: EVOLUTION EN POURCENTAGE DES SALAIRES NETS DU SECTEUR PRIVE ( ) Exécution Total Industries extractives Industries Manufacturières Construction Commerce et réparation Hôtels et restaurants Transports et communication Activités Financières Immobilier, serv.entreprises santé Par qualification, les s dans le secteur public suivent la même tendance d évolution que dans l ensemble. Ainsi, l évolution est relativement plus importante pour le personnel le moins qualifié (d exécution) avec (+9,3%), alors que dans le secteur privé cette évolution est beaucoup plus marquée pour les maîtrises (+15%). Par section, dans le secteur public, les industries manufacturières et les transports et communications connaissent une augmentation supérieure à la moyenne l ordre (+12,5%). Alors que dans le secteur privé, cette variation est la plus importante dans l activité financière (+24%) (tableaux n 12 et 13). Par secteur juridique toutes qualifications confondues, cette évolution du net mensuel moyen sur la pério est moins favorable pour les " activités s hôtels - restaurants " avec (+2,1%) dans le secteur public et pour " l immobilier et services aux entreprises " avec (+3,5%) dans le secteur privé. N.B : les activités s services collectifs sociaux et personnels et la production et distribution d électricité, gaz et eau et ne sont pas prises en compte dans le secteur juridique privé. 9

10 CONCLUSION En 2011, le niveau s s nets mensuels (hors Agriculture et hors Administration) en Algérie se situe à environ DA. Il est DA dans le public et DA dans le privé national. Tous secteurs juridiques confondus, le reste la principale composante avec 62,5% la rémunération brute totale. Les résultats l enquête 2011 confirment encore une fois que les secteurs les plus rémunérateurs sont les activités pétrolières (production et services d hydrocarbures) et financières (banques & assurances), avec respectivement s niveaux s relativement élevés avec DA et DA. A l inverse, les secteurs " la construction ", " l immobilier et services aux entreprises " se distinguent avec s s inférieurs à la moyenne, soit respectivement DA et DA. Les écarts s selon la qualification sont dans certains cas assez élevés. En effet, les s s agents maîtrise dans les activités liés aux hydrocarbures, (où le personnel est très qualifié) est DA contre DA dans le secteur " la construction" La qualification du salarié, le secteur juridique, la taille l entreprise ainsi que les spécificités rémunération sectorielles s entreprises certains secteurs sont les éléments les plus discriminants du niveau s s. Le niveau moyen s s dépend selon le secteur d activité, soit l importance la proportion s cadres (Industries extractives et activités financières), soit la prédominance du personnel d exécution (Construction). L évolution du net mensuel 2010 à 2011 est l ordre 9,1% en moyenne. La revalorisation qu a connue le SNMG en janvier 2010 et les augmentations salariales intervenues en 2010 ont contribué, en partie, à la hausse du moyen toutes les catégories. (Toutefois, ces augmentations qui n ont pu être appliquées par certaines entreprises au mois mai 2010 n ont été effectives qu en 2011). Globalement, les hausses salariales sont nettement au ssus la moyenne dans les secteurs " la santé " - représenté uniquement par le secteur privé avec (+16,2%), «l activité financière» (+13,6%) et " les industries manufacturières " (+13,2%). 10

11 NOTE METHODOLOGIQUE SUR L ENQUETE L enquête nationale sur les s relatifs au mois mai 2011 est réalisée par l ONS, par voie postale auprès d un échantillon d entreprises publiques et privées nationales figurant dans le répertoire s entreprises l ONS. C est une enquête qui touche l ensemble s activités à caractère économique (hors administration et hors agriculture). Le champ d enquête est constitué l exploitation 9 entreprises ayant répondu (toutes sections confondues) : - 6 entreprises publiques nationales; - entreprises privées nationales 20 salariés et plus. L objectif cette enquête est déterminer le niveau s s nets par qualification, activité (section) et secteurs juridiques, ainsi que la structure du brut ( et primes inmnités). Le suivi du taux réponse se fait par activité et secteur juridique. Pour les activités (sections) dont le taux réponses est jugé faible, s démarches (lettres rappel, contacts téléphoniques et déplacements) sont entreprises pour une meilleure représentativité dans les secteurs concernés. Les résultats l enquête sont présentés par qualification, secteur d activité (sections) et secteur juridique. Les structures s effectifs pour la pondération s s moyens par activités (sections) et secteurs juridiques ont été estimées à partir s rémunérations s salariés (données la comptabilité nationale) divisées par les s bruts correspondants tirés l enquête sur les s (Mai 2009). 11

12 Annexe TABLEAUX 2010 /

13 Tab 7 : STRUCTURE DU SALAIRE BRUT PAR SECTION ET QUALIFICATION EN SECTEURS PUBLIC & PRIVE NATIONAL - d Exécution primes & primes & primes & brut inmnités brut inmnités brut inmnités primes & inmnités Industries extractives Industries Manufacturières Prod.Dist.elect.gaz.eau Construction Commerce et Réparation Hôtels et Restaurants Transports et Communications Activités Financières Immobilier,serv.entreprises Santé Services collect.soc.pers Total brut Tab 8 : STRUCTURE DU SALAIRE BRUT PAR SECTION ET QUALIFICATION EN SECTEUR PUBLIC NATIONAL - d Exécution primes & primes & primes & primes & inmnités brut inmnités brut inmnités brut inmnités Industries extractives Industries Manufacturières Prod.Dist.elect.gaz.eau Construction Commerce et Réparation Hôtels et Restaurants Transports et Communications Activités Financières Immobilier,serv.entreprises Services collect.soc.pers Total brut

14 Tab 9 : STRUCTURE DU SALAIRE BRUT PAR SECTION ET QUALIFICATION EN SECTEUR PRIVE NATIONAL - d Exécution primes & primes & primes & primes & inmnités brut inmnités brut inmnités brut inmnités Industries extractives Industries Manufacturières Construction Commerce et Réparation Hôtels et Restaurants Transports et Communications Activités Financières Immobilier,serv.entreprises Santé Total brut 14

15 RESULTATS DE L ENQUÊTE NATIONALE SUR LES SALAIRES AUPRES DES ENTREPRISES - MAI 20 Tab 1 : SALAIRES NETS MOYENS MENSUELS ET RAPPORTS A LA MOYENNE PAR QUALIFICATION EN 20 - SECTEURS PUBLIC & PRIVE NATIONAL - d Exécution En DA Montant Rapport 1* Montant Rapport Montant Rapport Montant Rapport Industries extractives Industries Manufacturières Prod.Dist.elect.gaz.eau Construction Commerce et Réparation Hôtels et Restaurants Transports & Communications Activités Financières Immobilier,serv.entreprises Santé Services collect.soc.pers.* * Rapport 1 = rapport à la moyenne globale la qualification. Tab 2 : SALAIRES NETS MOYENS MENSUELS ET RAPPORTS A LA MOYENNE PAR SECTION EN SECTEURS PUBLIC & PRIVE NATIONAL d Exécution En DA Montant Rapport 2* Montant Rapport Montant Rapport Montant Rapport Industries extractives Industries Manufacturières Prod.Dist.elect.gaz.eau Construction Commerce et Réparation Hôtels et Restaurants Transports et Communications Activités Financières Immobilier,serv.entreprises Santé Services collect.soc.pers * Rapport 2 = rapport à la moyenne globale la section. 15

16 Tab 3 : SALAIRES NETS MOYENS MENSUELS ET RAPPORTS A LA MOYENNE PAR QUALIFICATION EN SECTEUR PUBLIC NATIONAL d Exécution En DA Montant Rapport1* Montant Rapport Montant Rapport Montant Rapport Industries extractives Industries Manufacturières Prod.Dist.elect.gaz.eau Construction Commerce et Réparation Hôtels et Restaurants Transports & Communications Activités Financières Immobilier,serv.entreprises Services collect.soc.pers * Rapport 1 = rapport à la moyenne globale la qualification. Tab 4 : SALAIRES NETS MOYENS MENSUELS ET RAPPORTS A LA MOYENNE PAR SECTION EN 20 - SECTEUR PUBLIC NATIONAL - d Exécution En DA Montant Rapport 2* Montant Rapport Montant Rapport Montant Rapport Industries extractives Industries Manufacturières Prod.Dist.elect.gaz.eau Construction Commerce et Réparation Hôtels et Restaurants Transports & Communications Activités Financières Immobilier,serv.entreprises Services collect.soc.pers * Rapport 2 = rapport à la moyenne globale la section. 16

17 Tab 5 : SALAIRES NETS MOYENS MENSUELS ET RAPPORTS A LA MOYENNE PAR QUALIFICATION EN SECTEUR PRIVE NATIONAL - d Exécution EN DA Montant Rapport1* Montant Rapport Montant Rapport Montant Rapport Industries extractives Industries Manufacturières Construction Commerce et Réparation Hôtels et Restaurants Transports & Communications Activités Financières Immobilier,serv.entreprises Santé * Rapport 1 = rapport à la moyenne globale la qualification. Tab 6 : SALAIRES NETS MOYENS MENSUELS ET RAPPORTS A LA MOYENNE PAR SECTION EN 2010 s - SECTEUR PRIVE NATIONAL EN DA d Exécution Montant Rapport2* Montant Rapport Montant Rapport Montant Rapport s Industries extractives Industries Manufacturières Construction Commerce et Réparation Hôtels et Restaurants Transports & Communications Activités Financières Immobilier,serv.entreprises Santé * Rapport 2 = rapport à la moyenne globale la section. 17

18 Tab 7 : STRUCTURE DU SALAIRE BRUT PAR SECTION ET QUALIFICATION EN 20 - SECTEURS PUBLIC & PRIVE NATIONAL - d Exécution primes & primes & primes & brut inmnités brut inmnités brut inmnités primes & inmnités Industries extractives Industries Manufacturières Prod.Dist.elect.gaz.eau Construction Commerce et Réparation Hôtels et Restaurants Transports et Communications Activités Financières Immobilier,serv.entreprises Santé Services collect.soc.pers Total brut 18

19 Tab 8 : STRUCTURE DU SALAIRE BRUT PAR SECTION ET QUALIFICATION EN 20 - SECTEUR PUBLIC NATIONAL - d Exécution primes & primes & primes & primes & inmnités brut inmnités brut inmnités brut inmnités Industries extractives Industries Manufacturières Prod.Dist.elect.gaz.eau Construction Commerce et Réparation Hôtels et Restaurants Transports et Communications Activités Financières Immobilier,serv.entreprises Services collect.soc.pers Total brut 19

20 Tab 9 : STRUCTURE DU SALAIRE BRUT PAR SECTION ET QUALIFICATION EN 20 - SECTEUR PRIVE NATIONAL - s d Exécution primes & primes & primes & primes & inmnités brut inmnités brut inmnités brut inmnités Industries extractives Industries Manufacturières Construction Commerce et Réparation Hôtels et Restaurants Transports et Communications Activités Financières Immobilier,serv.entreprises Santé Total brut 20

- Salaires nets tous secteurs confondus

- Salaires nets tous secteurs confondus N 675 Résultats l enquête annuelle sur les s auprès s entreprises - Mai 2013 - L enquête annuelle sur les s auprès s entreprises, réalisée par voie postale par l ONS a donné les résultats présentés ci-ssous.

Plus en détail

Le salaire net moyen en 2012 a été de DA, il était de l ordre de DA dans le secteur public et d environ DA dans le secteur privé.

Le salaire net moyen en 2012 a été de DA, il était de l ordre de DA dans le secteur public et d environ DA dans le secteur privé. N 643 Résultats de l enquête annuelle sur les s auprès des entreprises - Mai 2012 - L enquête annuelle sur les s auprès des entreprises, réalisée par voie postale par l ONS a donné les résultats présentés

Plus en détail

1- Salaires nets tous secteurs juridiques confondus

1- Salaires nets tous secteurs juridiques confondus N 708 Résultats l enquête annuelle sur les s auprès s entreprises - Mai 2014 - Les résultats l enquête annuelle sur les s auprès s entreprises présentés ci-ssous sont relatifs au mois mai 2014. C est une

Plus en détail

FORMABREF. L accès à la formation des salariés du secteur privé en 2012 PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014

FORMABREF. L accès à la formation des salariés du secteur privé en 2012 PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014 FORMABREF PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014 L accès à la formation des salariés du secteur privé en 2012 La collection FORMABREF «Pratiques de formation» porte sur l effort de formation des entreprises

Plus en détail

Notes méthodologiques

Notes méthodologiques Notes méthodologiques SUPERFICIE Service Public Fédéral Economie, PME, Classes moyennes et Energie, Direction générale Statistique et Information économique (SPF Economie / DGSIE), Statistiques Utilisation

Plus en détail

PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014

PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014 FORMABREF PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014 L effort de formation des entreprises du secteur privé en 2012 La collection FORMABREF «Pratiques de formation» porte sur l effort de formation des entreprises

Plus en détail

Ainsi, les utilisateurs auront à leur disposition une série cohérente et complète portant sur la période 1974 à 2013.

Ainsi, les utilisateurs auront à leur disposition une série cohérente et complète portant sur la période 1974 à 2013. N 688 Les Tableaux Economiques d Ensemble 2002 à 2013 Introduction Nous mettons à la disposition des divers utilisateurs une nouvelle série de Tableaux Economiques d Ensemble (TEE) pour les années 2002

Plus en détail

Caractérisation du travail saisonnier lié à la fréquentation touristique en Provence-Alpes-Côte d Azur en 2003

Caractérisation du travail saisonnier lié à la fréquentation touristique en Provence-Alpes-Côte d Azur en 2003 Caractérisation du travail saisonnier lié à la fréquentation touristique en Provence-Alpes-Côte d Azur en 2003 PROVENCE-ALPES-CÔTE D'AZUR RAPPORT D'ÉTUDE Septembre 2006 N 8 Cette étude a été réalisée dans

Plus en détail

Chapitre 25 : COMPTABILITE NATIONALE

Chapitre 25 : COMPTABILITE NATIONALE Chapitre 25 : COMPTABILITE NATIONALE SOMMAIRE I. LISTE DES GRAPHIQUES... 341 II. LISTE DES TABLEAUX... 341 III. PRESENTATION... 342 IV. METHODOLOGIE... 342 V. DÉFINITIONS... 342 VI. SOURCES DE DOCUMENTATION...

Plus en détail

L ACTIVITE. Evolution de l'activité industrielle secteur privé. Evolution de l'activité industrielle secteur public

L ACTIVITE. Evolution de l'activité industrielle secteur privé. Evolution de l'activité industrielle secteur public N 729 ENQUETE SUR LA SITUATION ET LES PERSPECTIVES DANS L INDUSTRIE AU - TROISIEME TRIMESTRE 215 - L enquête d opinion auprès des chefs d entreprise industrielle, initiée par les services de l ONS couvre

Plus en détail

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010 Gestion des cabinets d'expertise comptable Octobre 2010 Sommaire Avant-propos... 2 Synthèse en quelques chiffres... 2 Les cabinets sans salariés... 2 Les cabinets de 1 à 49 salariés... 2 Le chiffre d affaires

Plus en détail

N 731 Les comptes nationaux trimestriels au 3ème trimestre 2015 chainés.

N 731 Les comptes nationaux trimestriels au 3ème trimestre 2015 chainés. N 731 Les comptes nationaux trimestriels au 3 ème trimestre 2015 Cette publication est consacrée à la présentation du PIB trimestriel et des valeurs ajoutées sectorielles. Ces Comptes Nationaux Trimestriels

Plus en détail

Les femmes restent plus souvent au foyer, travaillent davantage à temps partiel, gagnent moins et sont plus exposées à la pauvreté

Les femmes restent plus souvent au foyer, travaillent davantage à temps partiel, gagnent moins et sont plus exposées à la pauvreté DIRECTION GÉNÉRALE STATISTIQUE ET INFORMATION ÉCONOMIQUE COMMUNIQUÉ DE PRESSE 7 mars 2008 Les femmes restent plus souvent au foyer, travaillent davantage à temps partiel, gagnent moins et sont plus exposées

Plus en détail

CHAPITRE 7. Économie des ménages

CHAPITRE 7. Économie des ménages CHAPITRE 7 Économie des ménages Les faits saillants Enquête sur les conditions de vie en Haïti Relations des ménages avec le marché du travail Rapport de dépendance économique des ménages Le rapport de

Plus en détail

Endettement des jeunes adultes

Endettement des jeunes adultes Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS 20 Situation économique et sociale de la population Neuchâtel, Août 2012 Endettement des jeunes adultes Analyses complémentaires

Plus en détail

Indicateur n 14 : Pension moyenne

Indicateur n 14 : Pension moyenne Programme «Retraites» 47 Indicateur n 14 : Pension moyenne Sous-indicateur n 14-1 : de l ensemble des retraités Les évolutions des pensions moyennes (avantage principal de droit direct) brutes en euros

Plus en détail

France. Création d'entreprises* de 2000 à 2010. 1) La création d'entreprises durant les cinq dernières années (2006-2010)

France. Création d'entreprises* de 2000 à 2010. 1) La création d'entreprises durant les cinq dernières années (2006-2010) France Création d'entreprises* de 2000 à 2010 1) La création d'entreprises durant les cinq dernières années (2006-2010) Nombre de créations annuelles Indicateurs annuels 2006 2007 2008 2009 2010 Taux de

Plus en détail

Statistiques structurelles sur les entreprises

Statistiques structurelles sur les entreprises 1 Statistiques structurelles sur les entreprises - Analyse Statistiques structurelles sur les entreprises Un aperçu de la structure de l'économie belge en 2011 et des possibilités offertes par cette source

Plus en détail

Rendement des entreprises et appartenance

Rendement des entreprises et appartenance Rendement des entreprises et appartenance 22 Les données sur le rendement des entreprises exploitées au Canada confirment la forte baisse des résultats concrets au dernier trimestre de 2008 et les années

Plus en détail

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 14 octobre 2015 à 9 h 30 «Le pouvoir d achat des retraités» Document n 3 Document de travail, n engage pas le Conseil Les évolutions de pouvoir d

Plus en détail

Article paru dans la Lettre d'information tef n 3/99. Le bilan social : une nouvelle source d informations sur l emploi

Article paru dans la Lettre d'information tef n 3/99. Le bilan social : une nouvelle source d informations sur l emploi Article paru dans la Lettre d'information tef n 3/99 Le bilan social : une nouvelle source d informations sur l emploi Esteban Martinez TEF-ULB L établissement par les entreprises d un bilan social est

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION DE L OBSERVATOIRE ECONOMIQUE N 2 - Avril 2011

LETTRE D INFORMATION DE L OBSERVATOIRE ECONOMIQUE N 2 - Avril 2011 LETTRE D INFORMATION DE L OBSERVATOIRE ECONOMIQUE N 2 - Avril 2011 En collaboration avec le laboratoire ERUDITE de l Université Paris-Est Marne-la-vallée, sous la direction scientifique de Marc Ferracci

Plus en détail

BILAN LES CRÉATIONS D ENTREPRISES EN

BILAN LES CRÉATIONS D ENTREPRISES EN Points 10 forts BILAN LES CRÉATIONS D ENTREPRISES EN 2013 STABILITÉ DES CRÉATIONS D ENTREPRISES INSTITUT DE LA STATISTIQUE DE LA POLYNÉSIE FRANÇAISE En 2013, les créations pures d entreprises dans les

Plus en détail

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Le salaire est une composante essentielle du contrat de travail. Dans les banques, les salaires sont en général négociés individuellement. Le fait de

Plus en détail

4 Les revenus salariaux

4 Les revenus salariaux 4 Les revenus salariaux 4 Les revenus salariaux SOeS Le bilan social annuel du transport routier de marchandises (2010) janvier 2012 41 4A Le pouvoir d achat du salaire horaire et les taux horaires conventionnels

Plus en détail

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE MINISTERE DELEGUE A LA COHESION SOCIALE ET A LA PARITE V E I L L E S T A T I S T I Q U E service des droits des femmes et de l'égalité V E I L L E S T A T I S T I Q U E LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

Plus en détail

PRATIQUES DE FORMATION JUILLET 2015

PRATIQUES DE FORMATION JUILLET 2015 FORMABREF PRATIQUES DE FORMATION JUILLET 2015 L effort de formation des entreprises du secteur privé en 2013 La collection FORMABREF «Pratiques de formation» porte sur l effort de formation des entreprises

Plus en détail

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Contact : Fabien LALLEMENT - 05 57 14 27 13 Avril 2012 Sommaire 1. Périmètre de l analyse... Page 1 2. Définition des termes utilisés...

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

Salaire brut annuel en équivalent temps plein annualisé des personnels titulaires du secteur public en France métropolitaine

Salaire brut annuel en équivalent temps plein annualisé des personnels titulaires du secteur public en France métropolitaine Les rémunérations Salaire annuel en équivalent temps plein annualisé des personnels titulaires du secteur public en métropolitaine Les personnels enseignants : Dans le premier degré : 31 280 (dont 5,0

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION DE L OBSERVATOIRE ECONOMIQUE N 1

LETTRE D INFORMATION DE L OBSERVATOIRE ECONOMIQUE N 1 LETTRE D INFORMATION DE L OBSERVATOIRE ECONOMIQUE N 1 En collaboration avec le laboratoire ERUDITE de l Université Paris-Est Marne-la-vallée, sous la direction scientifique de Marc Ferracci et avec la

Plus en détail

La Note. Mars 2015. Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social?

La Note. Mars 2015. Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social? 1 Sociale S La Note Sociale Mars 2015 Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social? L objectif de cette note est de faire le point sur le CICE, notamment à partir

Plus en détail

LES SALAIRES DES FEMMES CADRES

LES SALAIRES DES FEMMES CADRES DOCUMENT SOUS EMBARGO JUSQU AU 8/3/2013 00 h 01 LES SALAIRES DES FEMMES CADRES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2013-08 MARS 2013 Ecarts de salaires entre hommes et femmes cadres Influence des caractéristiques

Plus en détail

Avec 464 000 entreprises et un chiffre

Avec 464 000 entreprises et un chiffre 8.1 Chiffres clés de la construction Avec 464 entreprises et un chiffre d affaires de 272 milliards d euros en 211, la construction représente 16 % des entreprises et 7 % du chiffre d affaires de l ensemble

Plus en détail

Bilan annuel. des défaillances d entreprises en Lorraine

Bilan annuel. des défaillances d entreprises en Lorraine Bilan annuel des défaillances d entreprises en Lorraine 2013 (édito) Dans le cadre des opérations de recouvrement social que l Urssaf Lorraine est amenée à réaliser auprès des entreprises, elle dispose

Plus en détail

Méthodologie utilisée

Méthodologie utilisée Dossier spécial Juillet 2010 La carte d identité du de la mutualité Exploitation par le CEREQ des DADS 2007 L Observatoire de l Emploi et des Métiers en Mutualité (OEMM) a poursuivi son travail de collaboration

Plus en détail

Flash-Info O.P.E.I.P. Sortis de l université en 2005... Que deviennent les étudiants de Licence 3? 4641 étudiants inscrits en L3

Flash-Info O.P.E.I.P. Sortis de l université en 2005... Que deviennent les étudiants de Licence 3? 4641 étudiants inscrits en L3 N 13 : Sept. 2008 Flash-Info O.P.E.I.P. Observatoire des Parcours Etudiants et de l Insertion Professionnelle (OPEIP) Sortis de l université en 2005... Que deviennent les étudiants de Licence 3? (Promotion

Plus en détail

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012 Belgique Belgique : le système de retraite en 212 Le régime de retraite comporte deux volets : un régime public lié à la rémunération prévoyant une retraite minimum d une part et un filet de protection

Plus en détail

Achats publics dans les services : les PME font jeu égal avec les grandes entreprises

Achats publics dans les services : les PME font jeu égal avec les grandes entreprises Achats publics dans les services : les PME font jeu égal avec les grandes entreprises Yohan Baillieul* Lorsqu elles achètent des prestations de services, les administrations s adressent autant à des petites

Plus en détail

La présence syndicale au Québec en 2014

La présence syndicale au Québec en 2014 La présence syndicale au Québec en 2014 Alexis Labrosse Secrétariat du Travail Direction de l information sur le travail Mars 2015 1 Table des matières Introduction... 4 Les sources de données, la population

Plus en détail

Bulletin sur le marché du travail

Bulletin sur le marché du travail Bulletin sur le marché du travail Terre-Neuve-et-Labrador Octobre 2015 Ce Bulletin sur le marché du travail fournit une analyse des résultats de l Enquête sur la population active pour la province de Terre-Neuve-et-Labrador,

Plus en détail

Résultats comptables des entreprises à La Réunion en 2010

Résultats comptables des entreprises à La Réunion en 2010 Résultats comptables des entreprises à La Réunion en 010 Julie Boé, Chargée d études 05.1.13 Un nouveau dispositif d enquête, Esane Un nouveau dispositif d enquête depuis 008 : Esane Une nouvelle nomenclature

Plus en détail

Diplômés de Dauphine : 95% en poste et une rémunération en forte hausse

Diplômés de Dauphine : 95% en poste et une rémunération en forte hausse Communiqué de presse Enquête 2011 Apec / Université Paris-Dauphine sur l insertion professionnelle Diplômés de Dauphine : 95% en poste et une rémunération en forte hausse Paris, le 12 mai 2011 Pour la

Plus en détail

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Gérard Cornilleau Des inégalités contenues, des classes moyennes fragiles Le débat sur les salaires n est plus aujourd hui dominé

Plus en détail

Licence professionnelle Gestion opérationnelle et comptabilité de la paie

Licence professionnelle Gestion opérationnelle et comptabilité de la paie Promotion 213/214 Enquête à moins d'un an du diplôme Site : Clermont-Ferrand Licence professionnelle Gestion opérationnelle et comptabilité de la paie Objectif de cette licence professionnelle : Cette

Plus en détail

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Focus Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Introduction Le travailleur qui devient chômeur et qui est admissible sur base de prestations de travail se voit, en application du principe

Plus en détail

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse Q0Z-Employés de la banque et des assurances Synthèse Après avoir baissé au cours de la première moitié des années 1990, les effectifs d employés de la banque et des assurances se sont ensuite stabilisés

Plus en détail

Les non-salariés pluri-actifs permanents

Les non-salariés pluri-actifs permanents Les non-salariés pluri-actifs Franck Evain* Les pluri-actifs, c est-à-dire les personnes qui cumulent de manière permanente activité salariée (hors fonction publique d État) et activité non salariée, sont

Plus en détail

République Slovaque. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels

République Slovaque. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels République Slovaque République slovaque : le système de retraite en 212 Le régime de retraite public lié à la rémunération est analogue à un système à points, avec des prestations qui dépendent du salaire

Plus en détail

Arts visuels et design

Arts visuels et design Arts visuels et design Après les études, les nouveaux diplômés HES en arts visuels et en design travaillent avant tout dans le secteur des services privés, principalement au sein d ateliers de graphisme

Plus en détail

FORMASTAT 2007. * Section 2 du chapitre II du titre IV du livre V du Code du travail

FORMASTAT 2007. * Section 2 du chapitre II du titre IV du livre V du Code du travail rapport d analyse FORMASTAT 2007 Analyse quantitative de l activité de formation des entreprises bénéficiaires de l aide financière de l État en matière de formation professionnelle continue en 2007 I

Plus en détail

Licence professionnelle Comptabilité - Finance

Licence professionnelle Comptabilité - Finance Promotion 9/ Site : Clermont-Ferrand et Vichy Licence professionnelle Comptabilité - Finance Objectifs de cette licence professionnelle : Cette licence professionnelle doit permettre aux étudiants d'acquérir

Plus en détail

Master Entrepreneuriat et gestion de projets

Master Entrepreneuriat et gestion de projets Faculté des Sciences Economiques et de Gestion IAE 9/ Master Entrepreneuriat et gestion de projets Lieu de formation : Clermont Ferrand Vichy Ce spécialité entrepreneuriat et gestion de projets comporte

Plus en détail

Licence professionnelle Carrières de la banque et de l'assurance

Licence professionnelle Carrières de la banque et de l'assurance Faculté des Sciences Economiques et de Gestion IAE Licence professionnelle Carrières de la banque et de l'assurance 9/ Lieu de formation : Clermont Ferrand Objectifs de cette licence professionnelle Cette

Plus en détail

Les emplois salariés vacants en Belgique

Les emplois salariés vacants en Belgique 1 Les emplois salariés vacants en Belgique Les emplois salariés vacants en Belgique 1. Les emplois salariés vacants dans le secteur marchand principalement En 2013, 2,6 % des emplois salariés étaient vacants

Plus en détail

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique Rapport 2012 Table des matières Le rapport 2012... 6 1. Différences salariales générales... 7 1.1 L écart salarial en salaires horaires et annuels...

Plus en détail

Janvier 2013. Un point culminant en 2009

Janvier 2013. Un point culminant en 2009 Janvier 2013 Claude MALLEMANCHE Depuis janvier 2009, près de dix mille demandes d immatriculation d auto-entreprise ont été déposées en Limousin. Trois créateurs sur quatre déclarent qu ils n auraient

Plus en détail

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse Observatoire des métiers des Professions Libérales 52-56 rue Kléber - 92309 LEVALLOIS-PERRET

Plus en détail

Enquête sur les investissements dans l industrie

Enquête sur les investissements dans l industrie Note Méthodologique Dernière mise à jour : 30-08-2010 Enquête sur les investissements dans l industrie Avertissement : depuis mai 2010, les résultats de l enquête trimestrielle sur les investissements

Plus en détail

Guide de déclaration

Guide de déclaration Enquête sur les loyers commerciaux Division des prix à la production Guide de déclaration Le présent guide a été conçu pour vous aider à participer à l Enquête sur les loyers commerciaux. Si vous avez

Plus en détail

ÉDITORIAL. Chiffres Clés. 29% des emplois. 11% des établissements employeurs de la région

ÉDITORIAL. Chiffres Clés. 29% des emplois. 11% des établissements employeurs de la région ÉDITORIAL Les mutations environnementales, économiques et sociales n ont de cesse et depuis quelques années nous ressentons que cette vitesse d évolution tend à devenir exponentielle Que sera demain? Cette

Plus en détail

Le dossier. Les salaires en France

Le dossier. Les salaires en France Le dossier Les salaires en France Sommaire : I- Salaires un regard sur 2009 II- Les salaires du secteur privé et semi-public III- Les salaires des agents de l Etat en 2009 IV- Salaires dans l économie

Plus en détail

>> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi.

>> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi. 2 ème trimestre 20 Juillet 20 - N 21 >> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi. Alors que 20 s annonçait comme l année de la reprise, l évolution de l activité

Plus en détail

Enquête sur l industrie des ser. vices de taxi et de limousine. Système de documentation des données statistiques Numéro de référence 4707

Enquête sur l industrie des ser. vices de taxi et de limousine. Système de documentation des données statistiques Numéro de référence 4707 Enquête sur l industrie des ser vices de taxi et de services limousine Système de documentation des données statistiques Numéro de référence 4707 Concepts Énoncé de la qualité des données Enquête unifiée

Plus en détail

La clientèle locale, soutien du tourisme réunionnais Compte satellite du tourisme 2010. La clientèle locale, soutien du tourisme réunionnais

La clientèle locale, soutien du tourisme réunionnais Compte satellite du tourisme 2010. La clientèle locale, soutien du tourisme réunionnais La clientèle locale, soutien du tourisme réunionnais Compte satellite du tourisme 2010 La clientèle locale, soutien du tourisme réunionnais Sommaire Cadre d élaboration des comptes satellites du tourisme

Plus en détail

LES SALAIRES DANS LES FONCTIONS CADRES

LES SALAIRES DANS LES FONCTIONS CADRES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2015-68 septembre 2015 Les composantes de la rémunération des cadres Les salaires des cadres en poste Les salaires proposés dans les offres d emploi Les fiches salaires par

Plus en détail

Évolution de la rémunération des CADRES Édition 2012

Évolution de la rémunération des CADRES Édition 2012 Évolution de la rémunération des CADRES Édition 2012 Les études de l emploi cadre septembre 2012 les cadres et leur rémunération Les entreprises et la rémunération des cadres Enquête auprès de 15 000 cadres

Plus en détail

Licence professionnelle Gestion opérationnelle et comptabilité de la paie

Licence professionnelle Gestion opérationnelle et comptabilité de la paie Promotion 22/23 Situation au er mars 24 Site : Clermont-Ferrand / Aubière Licence professionnelle Gestion opérationnelle et comptabilité de la paie Objectif de cette licence professionnelle : L'objectif

Plus en détail

LES DÉPENSES ET L'ACCÈS À LA FORMATION CONTINUE DANS LES ENTREPRISES du Nord-Pas-de-Calais entre 2003 et 2005

LES DÉPENSES ET L'ACCÈS À LA FORMATION CONTINUE DANS LES ENTREPRISES du Nord-Pas-de-Calais entre 2003 et 2005 DRTEFP Direction Régionale du Travail, de l Emploi et de la Formation Professionnelle Nord-Pas de Calais Septembre 2007 LES DÉPENSES ET L'ACCÈS À LA FORMATION CONTINUE DANS LES ENTREPRISES du Nord-Pas-de-Calais

Plus en détail

Master Marketing et commercialisation

Master Marketing et commercialisation aculté des Sciences Economiques et de Gestion IAE 9/ Master Marketing et commercialisation Lieu de formation : Clermont errand Le Master spécialité marketing et commercialisation comporte parcours : -

Plus en détail

Licence professionnelle Gestion des ressources humaines & TIC

Licence professionnelle Gestion des ressources humaines & TIC IUT Institut Universitaire de Technologie Licence professionnelle Gestion des ressources humaines & TIC 9/ Lieu de formation : Aurillac Objectifs de cette licence professionnelle : Préparer en un an des

Plus en détail

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 L ÉTAT QUÉBÉCOIS EN PERSPECTIVE Les dépenses totales L Observatoire de l administration publique, hiver 2013 1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 Les dépenses totales,

Plus en détail

L emploi scientifique dans le secteur privé

L emploi scientifique dans le secteur privé L emploi scientifique dans le secteur privé LES CHERCHEURS DANS LE SECTEUR PRIVE L évolution des effectifs de chercheurs dans les entreprises En 2004, les entreprises emploient plus de 105 000 chercheurs

Plus en détail

PANORAMA. de l Economie Sociale en Haute-Normandie J U I N 2 0 1 0. 2 emplois nets sur 10 créés par l Economie Sociale entre 2005 et 2007

PANORAMA. de l Economie Sociale en Haute-Normandie J U I N 2 0 1 0. 2 emplois nets sur 10 créés par l Economie Sociale entre 2005 et 2007 PANORAMA de l Economie en Haute-Normandie J U I N 2 1 EDITO La Chambre Régionale de l Economie (CRES) de Haute- Normandie est heureuse de vous présenter ce premier Panorama de l Economie dans notre Région.

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 Baromètre annuel vague 7-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel

Plus en détail

Licence professionnelle Finances Comptabilité

Licence professionnelle Finances Comptabilité Faculté des Sciences Economiques et de Gestion IAE 29/2 Licence professionnelle Finances Comptabilité Lieu de formation : Clermont Ferrand, Vichy et Martinique Objectifs de cette licence professionnelle

Plus en détail

LE CLASSEMENT DES QUASI-SOCIÉTÉS EN CORÉE

LE CLASSEMENT DES QUASI-SOCIÉTÉS EN CORÉE A usage officiel STD/NA(99)47 STD/NA(99)47 Or. Ang. A usage officiel Organisation de Coopération et de Développement Economiques OLIS : 26-Aug-1999 Organisation for Economic Co-operation and Development

Plus en détail

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012 Suisse Suisse : le système de retraite en 212 Le système de retraite suisse comporte trois composantes.le régime public est lié à la rémunération, mais selon une formule progressive.il existe également

Plus en détail

PROFIL DE LA PROVINCE

PROFIL DE LA PROVINCE PROFIL DE LA PROVINCE Économie de l Ontario en 2013 Produit intérieur brut (PIB) : 695,7 milliards de dollars PIB par habitant : 51 300 $ Population : 13,6 millions d habitants Exportations et importations

Plus en détail

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL Rapport statistique des accidents du travail de 2012- Secteur privé 1 Diminution en 2012 de 7,7% des accidents du travail 157.131 accidents du travail sont survenus dans

Plus en détail

La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai

La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai 25-5-27 29-5-26 Liens: NBB.Stat Information générale Enquête mensuelle de conjoncture auprès des entreprises - mai 25 La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai Le baromètre de

Plus en détail

Profil au 31 décembre 2012 des bénéficiaires de la retraite au titre. de la pénibilité créée par la loi du 9 novembre 2010

Profil au 31 décembre 2012 des bénéficiaires de la retraite au titre. de la pénibilité créée par la loi du 9 novembre 2010 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 9 juillet 2014 à 9 h 30 «Carrières précaires, carrières incomplètes et retraite» Document N 14 Document de travail, n engage pas le Conseil Profil

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3090 Convention collective nationale IDCC : 1527. IMMOBILIER (Administrateurs de biens, sociétés immobilières,

Plus en détail

Etude sur les garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises

Etude sur les garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises Etude sur les garanties et services : les attentes des et des entreprises Résultats du 10 ème Baromètre de la Prévoyance réalisé par le Crédoc pour le CTIP Méthodologie Deux enquêtes téléphoniques auprès

Plus en détail

Informations Rapides Réunion

Informations Rapides Réunion Informations Rapides Réunion N 7 - Décembre 0 Analyse Résultats comptables des entreprises réunionnaises en 00 Les entreprises marchandes dégagent 6 milliards d euros de valeur ajoutée La valeur ajoutée

Plus en détail

Les salaires des dirigeants de société et leur évolution à moyen terme (1993-2003)

Les salaires des dirigeants de société et leur évolution à moyen terme (1993-2003) Les salaires des dirigeants de société et leur évolution à moyen terme (1993-2003) Frédéric Brouillet Les dirigeants salariés ne constituent pas un ensemble homogène en termes de revenus : le domaine d

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Institut CSA pour Metlife Novembre 2014 Sommaire Fiche technique 3 Profil de l échantillon

Plus en détail

1. Les comptes de dépôt et d épargne

1. Les comptes de dépôt et d épargne 1. Les comptes de dépôt et d épargne 1.1 Les comptes de dépôt 1.1.1 Le taux de possession d un compte de dépôt Le premier constat est celui d un accès important aux comptes de dépôt, quelle que soit la

Plus en détail

Etude sur l équipement des TPE / PME. en complémentaire santé

Etude sur l équipement des TPE / PME. en complémentaire santé Département Évaluation des Politiques Sociales Etude sur l équipement des TPE / PME en complémentaire santé Synthèse des résultats Léopold GILLES Pauline JAUNEAU Juillet 2012 1 Contexte et objectifs Dans

Plus en détail

Gestion des Ressources Humaines

Gestion des Ressources Humaines Promotion /3 Site : Clermont-Ferrand Gestion des Ressources Humaines Objectif de ce master : Ce master est destiné à former des spécialistes du domaine, cadres de haut niveau, aptes à occuper un emploi

Plus en détail

Etude 2014 sur le devenir des Actuaires de l Université de Strasbourg

Etude 2014 sur le devenir des Actuaires de l Université de Strasbourg l Université de Strasbourg Novembre 2014 L Union Strasbourgeoise des Actuaires a proposé à ses membres de remplir un court questionnaire sur leur situation professionnelle actuelle. Ce document s attache

Plus en détail

La formation professionnelle continue au Grand-Duché de Luxembourg

La formation professionnelle continue au Grand-Duché de Luxembourg Sommaire La formation professionnelle continue au Grand-Duché de Luxembourg Résumé 5 1. Introduction 6 2. Résultats de l enquête 7 2.1 La formation professionnelle continue (FPC) au niveau des entreprises

Plus en détail

Indicateur n 22 : Structure de financement des principaux régimes de retraite

Indicateur n 22 : Structure de financement des principaux régimes de retraite 68 Indicateur n 22 : Structure de financement des principaux régimes de retraite L indicateur retenu vise à apprécier la structure de financement des principaux régimes de retraites. Il se décline en quatre

Plus en détail

Titre de la présentation

Titre de la présentation Enquête sur les situations professionnelles et les aspirations de postulants sur le marché du travail Algérien Titre de la présentation Portrait d une génération Alger 2010 Objectifs de l enquête : Confronter

Plus en détail

Des facteurs persistants d inégalité salariale femmes-hommes

Des facteurs persistants d inégalité salariale femmes-hommes Numéro 153 : novembre 2013 Des facteurs persistants d inégalité salariale femmes-hommes En Midi-Pyrénées, le revenu annuel net des femmes salariées est inférieur de 28 % à celui des hommes en 2010. Elles

Plus en détail

Emploi. FRANCE ENTIÈRE (2003) (2001) Bénéficiaires en emploi (DOETH) 38 621 224 000 Poids région/national (2000) 12 16 % ILE-DE-FRANCE

Emploi. FRANCE ENTIÈRE (2003) (2001) Bénéficiaires en emploi (DOETH) 38 621 224 000 Poids région/national (2000) 12 16 % ILE-DE-FRANCE Emploi Rappel des dernières données disponibles Données clefs ILE-DE-FRANCE FRANCE ENTIÈRE (2003) (2001) Bénéficiaires en emploi (DOETH) 38 621 224 000 Poids région/national (2000) 12 16 % Evolution annuelle

Plus en détail

Produit intérieur brut par industrie au Québec

Produit intérieur brut par industrie au Québec INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC ÉCONOMIE Produit intérieur brut par industrie au Québec Janvier 2015 Pour tout renseignement concernant l ISQ et les données statistiques dont il dispose, s adresser

Plus en détail

Le profil socioprofessionnel du communicant territorial

Le profil socioprofessionnel du communicant territorial Enquête Métiers Cap Com - Occurrence 2011 en partenariat avec le 1 ère Partie Le profil socioprofessionnel du communicant territorial Formation, statut, mobilité, rémunération, motivation Introduction.

Plus en détail

Les ressorts de l économie des services : dynamique propre et externalisation

Les ressorts de l économie des services : dynamique propre et externalisation Les ressorts de l économie des services : dynamique propre et externalisation Xavier Niel et Mustapha Okham* Alors qu en 1978, le quart de l emploi était industriel, seulement 14 % des emplois sont désormais

Plus en détail