1 - Salaires nets tous secteurs confondus

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1 - Salaires nets tous secteurs confondus"

Transcription

1 N 627 Résultats l enquête annuelle sur les s auprès s entreprises - Mai L enquête annuelle sur les s auprès s entreprises, réalisée par voie postale par l ONS a donné les résultats présentés ci-ssous. Les résultats sont relatifs au mois Mai 2011 et sont issus l exploitation 969 entreprises ayant répondu et représentant toutes les activités (toutes les sections 1 hormis l agriculture & l administration) et les secteurs juridiques suivants: entreprises publiques nationales; entreprises privées nationales 20 salariés et plus. L exploitation cette enquête permet déterminer le niveau s s nets mensuels ainsi que la structure du brut ( et primes inmnités) l ensemble du personnel par activité et qualification pour les secteurs juridiques: public et privé national. L information collectée par le biais s différents tableaux du questionnaire porte sur les effectifs par qualification s salariés permanents et non permanents ayant travaillé le mois d enquête (Mai 2011), les montants du, s primes et inmnités, du brut et du net perçu. 1 - Salaires nets tous secteurs confondus En 2011, le net moyen du mois Mai s élève à environ DA pour l ensemble s salariés. Ce correspond au montant effectivement perçu par le salarié. Il prend en compte le, les primes et inmnités ainsi que les différentes retenues 2. Plusieurs facteurs peuvent intervenir dans la détermination du niveau s s. Le secteur d activité s entreprises et la qualification s salariés en sont les plus discriminants. Par secteur d activité, les s nets moyens mensuels sont plus élevés dans les industries extractives (production et services d hydrocarbures, mines-carrières) et les activités financières (banques & assurances) avec respectivement DA et DA, soit 2,6 et 1,5 fois plus que le net moyen global (tableau n 1). Directeur la publication : Mounir Khaled BERRAH Ce numéro est élaboré par la Direction Technique chargée s statistiques sociales et s revenus ISSN Prix = 40 DA avril 2013 Site Web: courriel: ONS Avenue Belkacemi Mohamed- ravin la femme sauvage El Annasser Alger - : : Nomenclature s sections : d après la nomenclature algérienne s activités (NAA) actuellement en vigueur. 2 Impôt sur le revenu global (IRG), sécurité sociale et retraite. 1

2 Par contre, les secteurs la "construction", "l immobilier et services aux entreprises" se distinguent avec s s inférieurs à la moyenne avec respectivement DA et DA, soit 77% et 83% du net moyen global (tableau n 1). Ces écarts s s expliquent principalement par la particularité s entreprises appartenant à ces secteurs d activité : Il ya d une part, les secteurs qui se caractérisent par l emploi d un grand nombre salariés très qualifiés (secteur s hydrocarbures & banques) et un système rémunération spécifique. Et d autre part, les secteurs qui affichent une faiblesse relative s s dûe essentiellement à la prédominance du personnel d exécution, peu qualifié (secteur la construction). Tab 1: SALAIRES NETS MOYENS MENSUELS ET RAPPORTS A LA MOYENNE PAR QUALIFICATION EN SECTEURS PUBLIC & PRIVE NATIONAL d Exécution En DA Montant Rapport 1* Montant Rapport Montant Rapport Montant Rapport Industries extractives Industries Manufacturières Prod.Dist.elect.gaz.eau Construction Commerce et Réparation Hôtels et Restaurants Transports & Communications Activités Financières Immobilier,serv.entreprises Santé* Services collect.soc.pers * Rapport 1 = rapport à la moyenne globale la qualification. Par qualification, les résultats cette enquête montrent que globalement, un cadre perçoit un net moyen DA contre DA pour le personnel maîtrise et DA pour un salarié d exécution. Ainsi, on estime qu un cadre gagne en moyenne 1,9 fois le net moyen global (presque le double) alors que le personnel d exécution n en perçoit que 74% (tableau n 2). Cet écart s existe aussi à l intérieur chaque activité en particulier pour la section "immobilier et services fournis aux entreprises" où un cadre gagne en moyenne le double du net moyen la section contre 0,8 fois seulement ce pour le personnel d exécution (tableau n 2). * Il s agit structures santé du secteur privé (services marchands), celles du secteur public étant s services non marchands fournis à la collectivité (classées avec l administration) et ne font pas partie du champ d enquête. 2

3 Cette disparité s s par qualification est plus marquée dans certaines sections. Ainsi, le net moyen s cadres est plus élevé dans les industries extractives et la santé, avec respectivement DA et DA. Par contre, dans les secteurs "production, distribution électricité, gaz et eau" et "services collectifs sociaux personnels", les cadres ne perçoivent respectivement que DA et DA (tableau n 1). Tab 2 : SALAIRES NETS MOYENS MENSUELS ET RAPPORTS A LA MOYENNE PAR SECTION EN SECTEURS PUBLIC & PRIVE NATIONAL Agens Agens d Exécution En DA Montant Rapport 2* Montant Rapport Montant Rapport Montant Rapport Industries extractives Industries Manufacturières Prod.Dist.elect.gaz.eau Construction Commerce et Réparation Hôtels et Restaurants Transports et Communications Activités Financières Immobilier,serv.entreprises Santé Services collect.soc.pers* * Rapport 2 = rapport à la moyenne globale la section. 2 - Salaires nets dans le secteur public Les entreprises du secteur public affichent s s moyens élevés par rapport au secteur privé national. Ce net moyen mensuel est DA dans le secteur public (tableaux n 3 et 4), alors qu il n est que DA dans le secteur privé national (tableaux n 5 et 6), soit une différence DA. Ce niveau relativement élevé du dans le public est dû en partie à l existence certaines entreprises publiques importantes en termes d effectifs avec un système rémunération avantageux. C est l une s causes disparité importante s s. C est notamment le cas s entreprises dans les industries extractives (secteur s hydrocarbures et services pétroliers), les transports et communications et les activités financières. * Il s agit s services marchands fournis à la collectivité et aux personnes: activités récréatives, culturelles et sportives (Théâtres, complexes sportifs, parcs d attraction,...) et services personnels (location véhicules, blanchisserie, ) 3

4 La disparité s s entre les différentes activités reste relativement forte. Le net moyen global, pour l ensemble du personnel dans les industries extractives et l activité financière atteint respectivement DA et DA; alors qu il est relativement bas dans le secteur "s services collectifs sociaux personnels" et dans l activité "immobilière et services fournis aux entreprises", avec respectivement DA et DA (tableaux n 3 et 4). Tab 3 : SALAIRES NETS MOYEN MENSUELS ET RAPPORTS A LA MOYENNE PAR QUALIFICATION EN SECTEUR PUBLIC NATIONAL 4 d Exécution En DA Montant Rapport1* Montant Rapport Montant Rapport Montant Rapport Industries extractives Industries Manufacturières Prod.Dist.elect.gaz.eau Construction Commerce et Réparation Hôtels et Restaurants Transports & Communicat Activités Financières Immobilier,serv.entreprises Services collect.soc.pers * Rapport 1 = rapport à la moyenne globale la qualification. De même, la disparité salariale est apparente entre les différentes qualifications. Ainsi, un cadre dans le secteur public perçoit un net moyen DA, contre DA pour les agents maîtrise et DA pour le personnel d exécution, soit pour ce rnier 70% seulement du net moyen global (tableau n 4). Tab 4 : SALAIRES NETS MOYENS MENSUELS ET RAPPORTS A LA MOYENNE PAR SECTION EN SECTEUR PUBLIC NATIONAL - En DA d Exécution Montant Rapport 2* Montant Rapport Montant Rapport Montant Rapport Industries extractives Industries Manufacturières Prod.Dist.elect.gaz.eau Construction Commerce et Réparation Hôtels et Restaurants Transports & Communications Activités Financières Immobilier,serv.entreprises Services collect.soc.pers * Rapport 2 = rapport à la moyenne globale la section.

5 Par activité, cette dispersion salariale est plus prononcée pour les sections hôtelsrestaurants et construction. Ainsi, un cadre gagne en moyenne 1,7 fois le net moyen la section contre 0,8 fois seulement ce pour le personnel d exécution chacune s activités (tableau n 4). 3 - Salaires nets dans le secteur privé national Le net moyen mensuel l ensemble s salariés du secteur privé est d environ DA. Les secteurs les mieux rémunérateurs dans le secteur privé sont le secteur financier et celui la santé; les s mensuels nets moyens dans ces ux secteurs sont respectivement DA et DA, soit respectivement presque le double et 1,3 fois le net moyen global dans le privé national. Par contre, le personnel dans les industries extractives (mines & carrières) et la construction sont les moins bien payés, avec respectivement s s mensuels moyens DA et DA, soit 83% et 90% seulement du mensuel net moyen global dans le privé (tableau n 5). L emploi d un personnel d exécution peu qualifié dans ces ux secteurs explique en gran partie cet écart. Tab 5 : SALAIRES NETS MOYENS MENSUELS ET RAPPORTS A LA MOYENNE PAR QUALIFICATION EN SECTEUR PRIVE NATIONAL - 5 EN DA d Exécution Montant Rapport1* Montant Rapport Montant Rapport Montant Rapport Industries extractives Industries Manufacturières Construction Commerce et Réparation Hôtels et Restaurants Transports & Communications Activités Financières Immobilier,serv.entreprises Santé * Rapport 1 = rapport à la moyenne globale la qualification. Dans l ensemble, les s moyens, par qualification sont relativement plus dispersés dans le secteur privé. Ainsi, un cadre gagne un DA, soit 2 fois le net moyen global, les maîtrises DA, presque égal au net moyen global; alors que le salarié d exécution n en perçoit que DA, soit 81% (tableau n 6). Cette disparité salariale par rapport à la qualification est plus évinte dans certaines sections. Ainsi, le net moyen mensuel s cadres dans les activités "construction" et "immobilier et services aux entreprises" est respectivement DA et DA, soit 2 fois et 2,9 fois le moyen global respectif à chacun ces secteurs. Par contre, le net moyen du personnel d'exécution dans ces mêmes secteurs est relativement faible,

6 avec respectivement DA et DA, soit 85% et 88% du moyen global respectif à chaque section (tableau n 6). En outre, dans le secteur la santé, le personnel d exécution touche un relativement bas, soit DA (62% du moyen dans ce secteur) (tableau n 6). Tab 6 : SALAIRES NETS MOYENS MENSUELS ET RAPPORTS A LA MOYENNE PAR SECTION EN SECTEUR PRIVE NATIONAL EN DA d Exécution Montant Rapport2* Montant Rapport Montant Rapport Montant Rapport Industries extractives Industries Manufacturières Construction Commerce et Réparation Hôtels et Restaurants Transports & Communications Activités Financières Immobilier,serv.entreprises Santé * Rapport 2 = rapport à la moyenne globale la section. 4 - Structure du brut La structure moyenne globale du brut 2011 ne diffère pas tellement celle La rémunération brute est égale au augmenté s primes et inmnités. Pour l ensemble s secteurs public et privé, le reste la principale composante avec 63% et les primes et inmnités avec 38% la rémunération brute totale (tableau en annexe n 7). Cette tendance est maintenue par activité pour la majorité s sections, sauf pour l activité " hôtels et restaurants " où les proportions du et s primes et inmnités sont presque égales, soit 50% chacune du brut, que ce soit dans le secteur public ou privé. Par qualification et pour l ensemble s sections, la composition du brut est plus ou moins homogène, elle suit la même tendance que celle observée pour la structure globale : le reste la principale composante, il est représenté par les proportions suivantes : 64%, 60% et 63% pour respectivement les cadres, le personnel maîtrise et d exécution (tableau en annexe n 7). Dans le secteur public, le représente 49% du brut. Par contre, cette proportion est 69% dans le secteur privé. Il apparaît bien qu en terme structure, 6

7 que la part s primes et inmnités est plus importante dans le secteur public que dans le secteur privé: 51% contre 32% (tableaux en annexe n 8 et 9). Selon les activités, certaines sections affichent une tendance différente. Ainsi, la part du dans le public est plus importante dans l activité s finances et s industries extractives, soit plus 57% chacune. 5 Evolution s s nets Globalement, les s nets moyens mensuels en 2011 ont les mêmes tendances disparité que celles 2010 (tableau n 10). De 2010 à 2011, le mensuel net tous secteurs juridiques confondus a évolué en moyenne (+9,1%) en DA (tableau n 11). Tab 10 : SALAIRES NETS MOYENS MENSUELS PAR SECTION ET QUALIFICATION - SECTEURS PUBLIC & PRIVE NATIONAL - ( ) d Exécution EN DA Industries extractives Industries Manufacturières Prod.Dist.elect.gaz.eau Construction Commerce et Réparation Hôtels et Restaurants Transports & Communications Activités Financières Immobilier,serv.entreprises Santé Services collect.soc.pers Les hausses sont plus fortes dans les secteurs suivants : (+16,2%) dans " la santé " représenté uniquement par le secteur privé, (+13,6%) dans " l activité financière " et (+13,2%) dans " les industries manufacturières ". A l inverse, l évolution indique une faible augmentation du mensuel dans le secteur la "production et distribution d électricité, gaz et eau" avec (+3,3%) et dans celui "l immobilier et services aux entreprises" avec (+4,9%) (tableau n 11). Par qualification, cette hausse est légèrement au profit s moins qualifiés, à savoir le personnel d exécution (+10,4%) par rapport aux agents maîtrise et s cadres, avec respectivement (+9,2%) et (+6,9%) (tableau n 11). 7

8 Tab 11: EVOLUTION EN POURCENTAGE DES SALAIRES NETS SECTEURS PUBLIC & PRIVE ( ) d Exécution Total Industries extractives Industries Manufacturières Prod.Dist.elect.gaz.eau Construction Commerce et réparation Hôtels et restaurants Transports & Communications Activités Financières Immobilier, serv. entreprises Santé Services collect.soc.pers Par secteur juridique, l évolution globale s s est relativement plus forte dans le secteur privé avec (+10,8%) contre (+7%) pour le public (tableaux n 12 et 13). Tab 12: EVOLUTION EN POURCENTAGE DES SALAIRES NETS DU SECTEUR PUBLIC ( ) Exécution Total Industries extractives Industries Manufacturières Prod.Dist.elect.gaz.eau Construction Commerce et réparation Hôtels et restaurants Transports & Communications Activités Financières Immobilier, serv.entreprises Services collect.soc.pers

9 Tab 13: EVOLUTION EN POURCENTAGE DES SALAIRES NETS DU SECTEUR PRIVE ( ) Exécution Total Industries extractives Industries Manufacturières Construction Commerce et réparation Hôtels et restaurants Transports et communication Activités Financières Immobilier, serv.entreprises santé Par qualification, les s dans le secteur public suivent la même tendance d évolution que dans l ensemble. Ainsi, l évolution est relativement plus importante pour le personnel le moins qualifié (d exécution) avec (+9,3%), alors que dans le secteur privé cette évolution est beaucoup plus marquée pour les maîtrises (+15%). Par section, dans le secteur public, les industries manufacturières et les transports et communications connaissent une augmentation supérieure à la moyenne l ordre (+12,5%). Alors que dans le secteur privé, cette variation est la plus importante dans l activité financière (+24%) (tableaux n 12 et 13). Par secteur juridique toutes qualifications confondues, cette évolution du net mensuel moyen sur la pério est moins favorable pour les " activités s hôtels - restaurants " avec (+2,1%) dans le secteur public et pour " l immobilier et services aux entreprises " avec (+3,5%) dans le secteur privé. N.B : les activités s services collectifs sociaux et personnels et la production et distribution d électricité, gaz et eau et ne sont pas prises en compte dans le secteur juridique privé. 9

10 CONCLUSION En 2011, le niveau s s nets mensuels (hors Agriculture et hors Administration) en Algérie se situe à environ DA. Il est DA dans le public et DA dans le privé national. Tous secteurs juridiques confondus, le reste la principale composante avec 62,5% la rémunération brute totale. Les résultats l enquête 2011 confirment encore une fois que les secteurs les plus rémunérateurs sont les activités pétrolières (production et services d hydrocarbures) et financières (banques & assurances), avec respectivement s niveaux s relativement élevés avec DA et DA. A l inverse, les secteurs " la construction ", " l immobilier et services aux entreprises " se distinguent avec s s inférieurs à la moyenne, soit respectivement DA et DA. Les écarts s selon la qualification sont dans certains cas assez élevés. En effet, les s s agents maîtrise dans les activités liés aux hydrocarbures, (où le personnel est très qualifié) est DA contre DA dans le secteur " la construction" La qualification du salarié, le secteur juridique, la taille l entreprise ainsi que les spécificités rémunération sectorielles s entreprises certains secteurs sont les éléments les plus discriminants du niveau s s. Le niveau moyen s s dépend selon le secteur d activité, soit l importance la proportion s cadres (Industries extractives et activités financières), soit la prédominance du personnel d exécution (Construction). L évolution du net mensuel 2010 à 2011 est l ordre 9,1% en moyenne. La revalorisation qu a connue le SNMG en janvier 2010 et les augmentations salariales intervenues en 2010 ont contribué, en partie, à la hausse du moyen toutes les catégories. (Toutefois, ces augmentations qui n ont pu être appliquées par certaines entreprises au mois mai 2010 n ont été effectives qu en 2011). Globalement, les hausses salariales sont nettement au ssus la moyenne dans les secteurs " la santé " - représenté uniquement par le secteur privé avec (+16,2%), «l activité financière» (+13,6%) et " les industries manufacturières " (+13,2%). 10

11 NOTE METHODOLOGIQUE SUR L ENQUETE L enquête nationale sur les s relatifs au mois mai 2011 est réalisée par l ONS, par voie postale auprès d un échantillon d entreprises publiques et privées nationales figurant dans le répertoire s entreprises l ONS. C est une enquête qui touche l ensemble s activités à caractère économique (hors administration et hors agriculture). Le champ d enquête est constitué l exploitation 9 entreprises ayant répondu (toutes sections confondues) : - 6 entreprises publiques nationales; - entreprises privées nationales 20 salariés et plus. L objectif cette enquête est déterminer le niveau s s nets par qualification, activité (section) et secteurs juridiques, ainsi que la structure du brut ( et primes inmnités). Le suivi du taux réponse se fait par activité et secteur juridique. Pour les activités (sections) dont le taux réponses est jugé faible, s démarches (lettres rappel, contacts téléphoniques et déplacements) sont entreprises pour une meilleure représentativité dans les secteurs concernés. Les résultats l enquête sont présentés par qualification, secteur d activité (sections) et secteur juridique. Les structures s effectifs pour la pondération s s moyens par activités (sections) et secteurs juridiques ont été estimées à partir s rémunérations s salariés (données la comptabilité nationale) divisées par les s bruts correspondants tirés l enquête sur les s (Mai 2009). 11

12 Annexe TABLEAUX 2010 /

13 Tab 7 : STRUCTURE DU SALAIRE BRUT PAR SECTION ET QUALIFICATION EN SECTEURS PUBLIC & PRIVE NATIONAL - d Exécution primes & primes & primes & brut inmnités brut inmnités brut inmnités primes & inmnités Industries extractives Industries Manufacturières Prod.Dist.elect.gaz.eau Construction Commerce et Réparation Hôtels et Restaurants Transports et Communications Activités Financières Immobilier,serv.entreprises Santé Services collect.soc.pers Total brut Tab 8 : STRUCTURE DU SALAIRE BRUT PAR SECTION ET QUALIFICATION EN SECTEUR PUBLIC NATIONAL - d Exécution primes & primes & primes & primes & inmnités brut inmnités brut inmnités brut inmnités Industries extractives Industries Manufacturières Prod.Dist.elect.gaz.eau Construction Commerce et Réparation Hôtels et Restaurants Transports et Communications Activités Financières Immobilier,serv.entreprises Services collect.soc.pers Total brut

14 Tab 9 : STRUCTURE DU SALAIRE BRUT PAR SECTION ET QUALIFICATION EN SECTEUR PRIVE NATIONAL - d Exécution primes & primes & primes & primes & inmnités brut inmnités brut inmnités brut inmnités Industries extractives Industries Manufacturières Construction Commerce et Réparation Hôtels et Restaurants Transports et Communications Activités Financières Immobilier,serv.entreprises Santé Total brut 14

15 RESULTATS DE L ENQUÊTE NATIONALE SUR LES SALAIRES AUPRES DES ENTREPRISES - MAI 20 Tab 1 : SALAIRES NETS MOYENS MENSUELS ET RAPPORTS A LA MOYENNE PAR QUALIFICATION EN 20 - SECTEURS PUBLIC & PRIVE NATIONAL - d Exécution En DA Montant Rapport 1* Montant Rapport Montant Rapport Montant Rapport Industries extractives Industries Manufacturières Prod.Dist.elect.gaz.eau Construction Commerce et Réparation Hôtels et Restaurants Transports & Communications Activités Financières Immobilier,serv.entreprises Santé Services collect.soc.pers.* * Rapport 1 = rapport à la moyenne globale la qualification. Tab 2 : SALAIRES NETS MOYENS MENSUELS ET RAPPORTS A LA MOYENNE PAR SECTION EN SECTEURS PUBLIC & PRIVE NATIONAL d Exécution En DA Montant Rapport 2* Montant Rapport Montant Rapport Montant Rapport Industries extractives Industries Manufacturières Prod.Dist.elect.gaz.eau Construction Commerce et Réparation Hôtels et Restaurants Transports et Communications Activités Financières Immobilier,serv.entreprises Santé Services collect.soc.pers * Rapport 2 = rapport à la moyenne globale la section. 15

16 Tab 3 : SALAIRES NETS MOYENS MENSUELS ET RAPPORTS A LA MOYENNE PAR QUALIFICATION EN SECTEUR PUBLIC NATIONAL d Exécution En DA Montant Rapport1* Montant Rapport Montant Rapport Montant Rapport Industries extractives Industries Manufacturières Prod.Dist.elect.gaz.eau Construction Commerce et Réparation Hôtels et Restaurants Transports & Communications Activités Financières Immobilier,serv.entreprises Services collect.soc.pers * Rapport 1 = rapport à la moyenne globale la qualification. Tab 4 : SALAIRES NETS MOYENS MENSUELS ET RAPPORTS A LA MOYENNE PAR SECTION EN 20 - SECTEUR PUBLIC NATIONAL - d Exécution En DA Montant Rapport 2* Montant Rapport Montant Rapport Montant Rapport Industries extractives Industries Manufacturières Prod.Dist.elect.gaz.eau Construction Commerce et Réparation Hôtels et Restaurants Transports & Communications Activités Financières Immobilier,serv.entreprises Services collect.soc.pers * Rapport 2 = rapport à la moyenne globale la section. 16

17 Tab 5 : SALAIRES NETS MOYENS MENSUELS ET RAPPORTS A LA MOYENNE PAR QUALIFICATION EN SECTEUR PRIVE NATIONAL - d Exécution EN DA Montant Rapport1* Montant Rapport Montant Rapport Montant Rapport Industries extractives Industries Manufacturières Construction Commerce et Réparation Hôtels et Restaurants Transports & Communications Activités Financières Immobilier,serv.entreprises Santé * Rapport 1 = rapport à la moyenne globale la qualification. Tab 6 : SALAIRES NETS MOYENS MENSUELS ET RAPPORTS A LA MOYENNE PAR SECTION EN 2010 s - SECTEUR PRIVE NATIONAL EN DA d Exécution Montant Rapport2* Montant Rapport Montant Rapport Montant Rapport s Industries extractives Industries Manufacturières Construction Commerce et Réparation Hôtels et Restaurants Transports & Communications Activités Financières Immobilier,serv.entreprises Santé * Rapport 2 = rapport à la moyenne globale la section. 17

18 Tab 7 : STRUCTURE DU SALAIRE BRUT PAR SECTION ET QUALIFICATION EN 20 - SECTEURS PUBLIC & PRIVE NATIONAL - d Exécution primes & primes & primes & brut inmnités brut inmnités brut inmnités primes & inmnités Industries extractives Industries Manufacturières Prod.Dist.elect.gaz.eau Construction Commerce et Réparation Hôtels et Restaurants Transports et Communications Activités Financières Immobilier,serv.entreprises Santé Services collect.soc.pers Total brut 18

19 Tab 8 : STRUCTURE DU SALAIRE BRUT PAR SECTION ET QUALIFICATION EN 20 - SECTEUR PUBLIC NATIONAL - d Exécution primes & primes & primes & primes & inmnités brut inmnités brut inmnités brut inmnités Industries extractives Industries Manufacturières Prod.Dist.elect.gaz.eau Construction Commerce et Réparation Hôtels et Restaurants Transports et Communications Activités Financières Immobilier,serv.entreprises Services collect.soc.pers Total brut 19

20 Tab 9 : STRUCTURE DU SALAIRE BRUT PAR SECTION ET QUALIFICATION EN 20 - SECTEUR PRIVE NATIONAL - s d Exécution primes & primes & primes & primes & inmnités brut inmnités brut inmnités brut inmnités Industries extractives Industries Manufacturières Construction Commerce et Réparation Hôtels et Restaurants Transports et Communications Activités Financières Immobilier,serv.entreprises Santé Total brut 20

Ainsi, les utilisateurs auront à leur disposition une série cohérente et complète portant sur la période 1974 à 2013.

Ainsi, les utilisateurs auront à leur disposition une série cohérente et complète portant sur la période 1974 à 2013. N 688 Les Tableaux Economiques d Ensemble 2002 à 2013 Introduction Nous mettons à la disposition des divers utilisateurs une nouvelle série de Tableaux Economiques d Ensemble (TEE) pour les années 2002

Plus en détail

à Master professionnel Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2013 des diplômés de Master professionnel promotion 2011

à Master professionnel Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2013 des diplômés de Master professionnel promotion 2011 observatoire régional #41 Synthèse régionale août 2014 à Master professionnel Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2013 des diplômés de Master professionnel promotion 2011 2 899 diplômés de M2 professionnel

Plus en détail

Notes méthodologiques

Notes méthodologiques Notes méthodologiques SUPERFICIE Service Public Fédéral Economie, PME, Classes moyennes et Energie, Direction générale Statistique et Information économique (SPF Economie / DGSIE), Statistiques Utilisation

Plus en détail

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Focus Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Introduction Le travailleur qui devient chômeur et qui est admissible sur base de prestations de travail se voit, en application du principe

Plus en détail

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique Rapport 2014 Table des matières Le rapport 2014... 5 1. Différences salariales générales... 6 1.1 L écart salarial en salaires horaires et annuels...

Plus en détail

L EMPLOI INTERMITTENT DANS LE SPECTACLE AU COURS DE L ANNÉE 2013

L EMPLOI INTERMITTENT DANS LE SPECTACLE AU COURS DE L ANNÉE 2013 Février 2015 - N 15.004 L EMPLOI INTERMITTENT DANS LE SPECTACLE AU COURS DE L ANNÉE 2013 En résumé : En 2013, l emploi intermittent du spectacle concerne 254 000 salariés, 111 000 employeurs relevant du

Plus en détail

Bulletin de service Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateurs de biens immobiliersetdes autres activités liées à l immobilier

Bulletin de service Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateurs de biens immobiliersetdes autres activités liées à l immobilier N o 63-238-X au catalogue. Bulletin de service Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateurs de biens immobiliersetdes autres activités liées à l immobilier 2012. Faits saillants Le revenu

Plus en détail

LES SALAIRES DES CADRES EN POSTE

LES SALAIRES DES CADRES EN POSTE LES SALAIRES DES CADRES EN POSTE les étus l emploi cadre - octobre 2007 PHOTOGRAPHIE DES SALAIRES DES CADRES QUELS PROFILS POUR QUELS SALAIRES? ÉLÉMENTS DÉTERMINANTS DU SALAIRE DES CADRES Enquête auprès

Plus en détail

En 2013, 605 organismes pratiquent

En 2013, 605 organismes pratiquent j u i n Le marché de l assurance complémentaire santé : des excédents dégagés en 2013 En 2013, 33 milliards d euros de cotisations ont été collectés sur le marché de l assurance complémentaire santé en

Plus en détail

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage?

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Etudes Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Table des matières Introduction...7 Objectif, méthodologie

Plus en détail

ÉDITORIAL. Chiffres Clés. 29% des emplois. 11% des établissements employeurs de la région

ÉDITORIAL. Chiffres Clés. 29% des emplois. 11% des établissements employeurs de la région ÉDITORIAL Les mutations environnementales, économiques et sociales n ont de cesse et depuis quelques années nous ressentons que cette vitesse d évolution tend à devenir exponentielle Que sera demain? Cette

Plus en détail

Les salariés de l économie sociale et solidaire

Les salariés de l économie sociale et solidaire L'Économie sociale et solidaire Les salariés de l économie sociale et solidaire L'EMPLOI SALARIÉ L ESS, un employeur déterminant de l économie régionale 20 Relative précarité de l emploi dans l ESS 22

Plus en détail

1. Les comptes de dépôt et d épargne

1. Les comptes de dépôt et d épargne 1. Les comptes de dépôt et d épargne 1.1 Les comptes de dépôt 1.1.1 Le taux de possession d un compte de dépôt Le premier constat est celui d un accès important aux comptes de dépôt, quelle que soit la

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

RELEVÉ DES TRANSACTIONS ÉCONOMIQUES AVEC DES NON-RÉSIDENTS RTE

RELEVÉ DES TRANSACTIONS ÉCONOMIQUES AVEC DES NON-RÉSIDENTS RTE RELEVÉ DES S ÉCONOMIQUES AVEC DES NON-RÉSIDENTS RTE Nomenclature générale des codes de transactions à produire par les Déclarants Directs Généraux Pour application à compter du 1 er juillet 2012 15 décembre

Plus en détail

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Gérard Cornilleau Des inégalités contenues, des classes moyennes fragiles Le débat sur les salaires n est plus aujourd hui dominé

Plus en détail

Endettement des jeunes adultes

Endettement des jeunes adultes Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS 20 Situation économique et sociale de la population Neuchâtel, Août 2012 Endettement des jeunes adultes Analyses complémentaires

Plus en détail

Les femmes restent plus souvent au foyer, travaillent davantage à temps partiel, gagnent moins et sont plus exposées à la pauvreté

Les femmes restent plus souvent au foyer, travaillent davantage à temps partiel, gagnent moins et sont plus exposées à la pauvreté DIRECTION GÉNÉRALE STATISTIQUE ET INFORMATION ÉCONOMIQUE COMMUNIQUÉ DE PRESSE 7 mars 2008 Les femmes restent plus souvent au foyer, travaillent davantage à temps partiel, gagnent moins et sont plus exposées

Plus en détail

Dares. Analyses PARTICIPATION, INTÉRESSEMENT ET ÉPARGNE SALARIALE EN 2008 : une baisse de près de 7 % des montants distribués

Dares. Analyses PARTICIPATION, INTÉRESSEMENT ET ÉPARGNE SALARIALE EN 2008 : une baisse de près de 7 % des montants distribués Dares Analyses Octobre 2 010 N 071 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques PARTICIPATION, INTÉRESSEMENT ET ÉPARGNE SALARIALE EN 2008 : une baisse de près

Plus en détail

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Dares Analyses FÉVRIER 2014 N 016 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques L EMPLOI DANS LES TRÈS PETITES ENTREPRISES EN DÉCEMBRE 2012 Les entreprises

Plus en détail

Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé

Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé Programme «Maladie» 47 Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé Sous-indicateur n 13-1 : Évolution des effectifs (en équivalent temps plein) de

Plus en détail

les derniers salaires qui comptent

les derniers salaires qui comptent 1Ce sont les derniers salaires qui comptent Le montant de l allocation d aide au retour à l emploi est calculé sur la base du «salaire journalier de référence» établi à partir des rémunérations perçues

Plus en détail

Chapitre 1 : La consommation et l épargne

Chapitre 1 : La consommation et l épargne Chapitre 1 : La consommation et l épargne - 7 - Dans ce chapitre vous allez : - Distinguer les différents types de consommation. - Découvrir de quels facteurs dépend la consommation. - Étudier ce qu est

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

Cet article s attache tout d abord

Cet article s attache tout d abord Méthodes internationales pour comparer l éducation et l équité Comparaison entre pays des coûts de l éducation : des sources de financement aux dépenses Luc Brière Marguerite Rudolf Bureau du compte de

Plus en détail

Nom de l agent : Fonctions : FORMULAIRE DE DEMANDE D AIDE SOCIALE

Nom de l agent : Fonctions : FORMULAIRE DE DEMANDE D AIDE SOCIALE DE FRANCE A Nom de l agent : Fonctions : FORMULAIRE DE DEMANDE D AIDE SOCIALE 1- Objet de la demande : O Allocation de solidarité O Allocation à durée déterminée O Allocation adulte ou enfant handicapé

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Royaume du Maroc La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Table des Matières 1. Données sur la masse salariale...2 1.1. Importance de la masse salariale...2 1.2. Aggravation

Plus en détail

Les infirmiers anesthésistes ont les plus hauts salaires, les préparateurs en pharmacie, ceux qui progressent le plus

Les infirmiers anesthésistes ont les plus hauts salaires, les préparateurs en pharmacie, ceux qui progressent le plus Communiqué de presse 2 ème édition du Baromètre Appel Médical des salaires de la santé Les infirmiers anesthésistes ont les plus hauts salaires, les préparateurs en pharmacie, ceux qui progressent le plus

Plus en détail

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION Depuis quelques années, on constate une grande évolution de la fonction vente ; avec le passage de la notion de l acte de vente à

Plus en détail

Encaissement moyen du distributeur sur une entrée en salle de cinéma (1998-2007)

Encaissement moyen du distributeur sur une entrée en salle de cinéma (1998-2007) Encaissement moyen du distributeur sur une entrée en salle de cinéma (1998-2007) Avril 2009 Centre national de la cinématographie Direction des études, des statistiques et de la prospective 12, rue de

Plus en détail

Evolution des risques sur les crédits à l habitat

Evolution des risques sur les crédits à l habitat Evolution des risques sur les crédits à l habitat n 5 février 2012 1/17 SOMMAIRE 1. PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES DE LA PRODUCTION... 4 2. ANALYSE DÉTAILLÉE DES INDICATEURS DE RISQUE... 8 2.1 Montant moyen

Plus en détail

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Synthèse Contrat d Objectifs Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Rédaction Christiane LAGRIFFOUL () Nadine COUZY (DR ANFA

Plus en détail

Rapport Enquête de Conjoncture 1 er et 2 ème trimestres 2013

Rapport Enquête de Conjoncture 1 er et 2 ème trimestres 2013 Rapport Enquête de Conjoncture 1 er et 2 ème trimestres 15, rue Maréchal Foch 56100 Lorient I Tél 0820 220 440 I Fax 02 97 21 88 85 I Email contact@fymconseil.com I Site www.fymconseil.com SA au capital

Plus en détail

Club AFIC avec Elles Etude sur la mixité dans le Capital Investissement. Novembre 2013

Club AFIC avec Elles Etude sur la mixité dans le Capital Investissement. Novembre 2013 Club AFIC avec Elles Etude sur la mixité dans le Capital Investissement Novembre 2013 Introduction L AFIC, qui souhaite promouvoir activement le rôle des femmes dans les métiers du capital investissement,

Plus en détail

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage éclairages ÉTUDES ET ANALYSES N 5 AVRIL 213 QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? L Unédic a réalisé une étude pour approfondir la compréhension de la population des allocataires

Plus en détail

Enquête sur les investissements dans l industrie

Enquête sur les investissements dans l industrie Note Méthodologique Dernière mise à jour : 30-08-2010 Enquête sur les investissements dans l industrie Avertissement : depuis mai 2010, les résultats de l enquête trimestrielle sur les investissements

Plus en détail

OBSERVATOIRE DES TARIFS BANCAIRES IEDOM

OBSERVATOIRE DES TARIFS BANCAIRES IEDOM OBSERVATOIRE DES TARIFS BANCAIRES IEDOM RAPPORT D ACTIVITÉ 2011 INSTITUT D ÉMISSION DES DÉPARTEMENTS D OUTRE-MER Établissement public national 164, rue de Rivoli - 75001 PARIS Tél. 01 53 44 41 41 Rapport

Plus en détail

Salary Plan. L assurance de groupe flexible pour salariés

Salary Plan. L assurance de groupe flexible pour salariés Salary Plan L assurance de groupe flexible pour salariés Une assurance de groupe : oui ou non? La question ne se pose plus. Mais choisissez la bonne formule. La pension complémentaire : plus que jamais

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

013 2 luxembourg : fiscalité des personnes physiques F R

013 2 luxembourg : fiscalité des personnes physiques F R 2013 LUXEMBOURG : FISCALITé des personnes physiques F R Classe d impôts sans enfant Avec enfant(s) à charge Âgé d au moins 64 ans au 1 er janvier Célibataire 1 1a 1a Marié/ Partenaire 2 2 2 Séparé 1 1a

Plus en détail

Intermédiaires de commerce non spécialisé. Echantillon : 1263 Données : 2014

Intermédiaires de commerce non spécialisé. Echantillon : 1263 Données : 2014 Intermédiaires de commerce non spécialisé Echantillon : 1263 Données : 2014 Recettes encaissées 45263 Débours 3 Honoraires rétrocédés 325 Montant net recettes 44935 Achats 0.4 Salaires nets 0.2 Charges

Plus en détail

Des TIC de plus en plus diversifiées dans les entreprises

Des TIC de plus en plus diversifiées dans les entreprises Des TIC de plus en plus diversifiées dans les entreprises Sonia Besnard, Pascale Chevalier, Patrice Victor, Insee Pays de la Loire Danièle Guillemot, Yusuf Kocoglu, Centre d études de l emploi En France,

Plus en détail

CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU

CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU 1. Le compte de production... 129 2. Le compte d exploitation... 129 3. Le compte de revenu d entreprise... 130 4. Les indicateurs de revenu

Plus en détail

main-d oeuvr mploi Profil économique opulation active construction résidentielle logement

main-d oeuvr mploi Profil économique opulation active construction résidentielle logement Profil économique VILLE DE MONTRÉAL Arrondissement de Rivière-des-Prairies Pointe-aux-Trembles chômage mploi logement établissements d affaires localisation de l emploi revenus d emploi professions main-d

Plus en détail

Les parcs de logements et leur occupation. dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence. Situation 2005 et évolution 1999-2005

Les parcs de logements et leur occupation. dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence. Situation 2005 et évolution 1999-2005 Les parcs de logements et leur occupation dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence Situation 2005 et évolution 1999-2005 Décembre 2008 Le territoire d étude 2 Agence de développement et d urbanisme

Plus en détail

Observation et Conjoncture Économique. Économie Nationale approche par les revenus

Observation et Conjoncture Économique. Économie Nationale approche par les revenus Observation et Conjoncture Économique Économie Nationale approche par les revenus qu est ce que le Revenu? La rémunération des facteurs de production? Le capital Le travail La consommation intermédiaire

Plus en détail

Gestion et animation de sites web. Synthèse

Gestion et animation de sites web. Synthèse A l usage exclusif des sociétés interrogées en ligne dans le cadre de l étude Gestion et animation de sites web Les métiers, les budgets, les projets L étude de référence Effectifs Budgets Chantiers et

Plus en détail

RÉSUMÉ DES MESURES FISCALES DU BUDGET DU QUÉBEC DU 26 MARS 2015

RÉSUMÉ DES MESURES FISCALES DU BUDGET DU QUÉBEC DU 26 MARS 2015 LE RÉSEAU DES SERVICES DE COMPTABILITÉ ET DE FISCALITÉ DE L'UPA RÉSUMÉ DES MESURES FISCALES DU BUDGET DU QUÉBEC DU 26 MARS 2015 AVIS Prenez note que les mesures fiscales du budget du Québec ne sont pas

Plus en détail

CONSULAT GENERAL DE FRANCE A ANNABA

CONSULAT GENERAL DE FRANCE A ANNABA Page 1 sur 5 CONSULAT GENERAL DE FRANCE A ANNABA BOURSES UNIVERSITAIRES AGREEE PAR LE MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORET ANNEE 2015/2016 LISTE DES DOCUMENTS A FOURNIR A L APPUI

Plus en détail

ACCORD RELATIF AU COMPTE EPARGNE TEMPS

ACCORD RELATIF AU COMPTE EPARGNE TEMPS ACCORD RELATIF AU COMPTE EPARGNE TEMPS Entre la Direction Générale de la société Herakles, représentée par Philippe BOULAN, en sa qualité de Directeur des Ressources Humaines, D une part, Et les organisations

Plus en détail

J AI PERÇU DES REVENUS EXCEPTIONNELS OU DIFFÉRÉS, comment les déclarer?

J AI PERÇU DES REVENUS EXCEPTIONNELS OU DIFFÉRÉS, comment les déclarer? DIRECTION DES SERVICES FISCAUX IMPÔT SUR LE REVENU ANNÉE 2014 J AI PERÇU DES REVENUS EXCEPTIONNELS OU DIFFÉRÉS, comment les déclarer? Pr vs aider à remplir votre déclaration, La cellule impôts service

Plus en détail

DISPOSITIF EN FAVEUR DU POUVOIR D ACHAT DES FONCTIONNAIRES GIPA 2008

DISPOSITIF EN FAVEUR DU POUVOIR D ACHAT DES FONCTIONNAIRES GIPA 2008 DISPOSITIF EN FAVEUR DU POUVOIR D ACHAT DES FONCTIONNAIRES GIPA 2008 Eric WOERTH Ministre du Budget, des Comptes publics et de la Fonction publique et André SANTINI Secrétaire d État chargé de la Fonction

Plus en détail

Le Bulletin de salaire

Le Bulletin de salaire Le Bulletin de salaire Mentions obligatoires : Le bulletin de salaire doit mentionner les éléments suivants : - Les coordonnés du Syndicat de copropriétaires dont dépend le salarié - Le numéro de SIRET

Plus en détail

1 ER BAROMÈTRE DES PRIX DE L IMMOBILIER DE PARKING

1 ER BAROMÈTRE DES PRIX DE L IMMOBILIER DE PARKING 1 ER BAROMÈTRE DES PRIX DE L IMMOBILIER DE PARKING Inédit en France, MonsieurParking.com, société spécialisée dans l achat, la vente et la location de places de parking, crée le 1 er baromètre de l immobilier

Plus en détail

Qui sont les enseignants?

Qui sont les enseignants? Extrait de : Regards sur l'éducation 2008 : Panorama Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264040649-fr Qui sont les enseignants? Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE (2009),

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire

L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire Contexte régional Créé en 2010 par l Atelier Centre de ressources régional de l économie sociale et solidaire et la Chambre régionale

Plus en détail

CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France

CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France Communiqué de presse Paris, le 20 novembre 2012 CDC Entreprises, filiale de la Caisse des Dépôts, gère dans

Plus en détail

Sociologie des joueurs en ligne

Sociologie des joueurs en ligne Mars 2013 Sociologie des joueurs en ligne Enquête ARJEL 2012 Autorité de régulation des jeux en ligne 2 Propos introductifs à l enquête sur la sociologie des joueurs Au-delà de la publication trimestrielle

Plus en détail

observatoire du Transport Sanitaire 2014 kpmg.fr

observatoire du Transport Sanitaire 2014 kpmg.fr observatoire du Transport Sanitaire 2014 kpmg.fr Edito Marc Basset, Associé, Responsable du secteur Transport sanitaire C est avec un grand plaisir que nous vous présentons l Observatoire du Transport

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance Septembre 2013 Contact: Frédéric Dabi 01 45 84 14 44 Frederic.dabi@ifop.com Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance pour Note méthodologique Etude réalisée pour:

Plus en détail

Principaux résultats de l enquête BMO 2011 dans les TPE Jeudi 12 mai 2011 Paris

Principaux résultats de l enquête BMO 2011 dans les TPE Jeudi 12 mai 2011 Paris Principaux résultats de l enquête BMO 2011 dans les TPE Jeudi 12 mai 2011 Paris Document pouvant être diffusé BMO 2011 : Deuxième année de l enquête rénovée Elargissement du champ Nomenclature des métiers

Plus en détail

Dares Analyses. PARTICIPATION, INTÉRESSEMENT ET ÉPARGNE SALARIALE EN 2012 Le plan d épargne entreprise devient le dispositif le plus répandu

Dares Analyses. PARTICIPATION, INTÉRESSEMENT ET ÉPARGNE SALARIALE EN 2012 Le plan d épargne entreprise devient le dispositif le plus répandu Dares Analyses JUILLET 2014 N 053 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques PARTICIPATION, INTÉRESSEMENT ET ÉPARGNE SALARIALE EN 2012 Le plan d épargne

Plus en détail

Le guide de l apprentissage 2014-2015. Page 1

Le guide de l apprentissage 2014-2015. Page 1 Le guide de l apprentissage 2014-2015 Page 1 Bienvenue au CFA Sport et Animation Rhône-Alpes Le CFA* Sport et Animation Rhône-Alpes est, depuis 1996, l acteur régional unique de la formation par l apprentissage

Plus en détail

12ème. *Source : Centre d Analyse Stratégique «Les secteurs de la nouvelle croissance : une projection à l horizon 2030», Rapport n 48, janvier 2012

12ème. *Source : Centre d Analyse Stratégique «Les secteurs de la nouvelle croissance : une projection à l horizon 2030», Rapport n 48, janvier 2012 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2013-T1 2013-T2 2013-T3 2013-T4 2014-T1 2014-T2 2014-T3 2014-T4 Fiche Synthèse Sectorielle juillet 2015 Activités juridiques, comptables,

Plus en détail

Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil Les durées d assurance validées par les actifs pour leur retraite

Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil Les durées d assurance validées par les actifs pour leur retraite CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 9 juillet 214 à 9 h 3 «Carrières précaires, carrières incomplètes et retraite» Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil Les durées

Plus en détail

Comment les entreprises anticipent-elles le vieillissement de l emploi?

Comment les entreprises anticipent-elles le vieillissement de l emploi? Emploi 3 Comment les entreprises anticipent-elles le vieillissement de l emploi? François Brunet* Inévitablement les générations nombreuses du baby-boom nées entre 1946 et 1973 s approchent de l âge légal

Plus en détail

Le profil socioprofessionnel du communicant territorial

Le profil socioprofessionnel du communicant territorial Enquête Métiers Cap Com - Occurrence 2011 en partenariat avec le 1 ère Partie Le profil socioprofessionnel du communicant territorial Formation, statut, mobilité, rémunération, motivation Introduction.

Plus en détail

Crédit à la consommation, un bon outil pour la rentrée?

Crédit à la consommation, un bon outil pour la rentrée? Crédit à la consommation, un bon outil pour la rentrée? Contexte Empruntis intervient sur le crédit depuis 15 ans 370 000 ménages nous sollicitent chaque année pour leur besoin en crédit à la consommation

Plus en détail

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 Les salaires minima applicables à compter du 1 er janvier 2015 CCN n 3241 En résumé : I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 L avenant n 21 sur les salaires minima

Plus en détail

Satisfaction des stagiaires de BRUXELLES FORMATION Résultats 2013

Satisfaction des stagiaires de BRUXELLES FORMATION Résultats 2013 Satisfaction des stagiaires de BRUXELLES FORMATION Résultats 2013 Cahier méthodologique, tableau récapitulatif 2009-2013 et Matrices importance/performance Mars 2014 Service Études et Statistiques Table

Plus en détail

Etude salariale. Pour le domaine des ressources humaines 2013/2014 www.careerplus.ch

Etude salariale. Pour le domaine des ressources humaines 2013/2014 www.careerplus.ch Pour le domaine des ressources humaines 2013/2014 B Sommaire 1. Editorial... 2 2. «La motivation passe par l égalité salariale»... 3 3. Résumé... 4 4. Faits et chiffres sur le marché suisse... 5/6 5. Méthode...

Plus en détail

BAROMÈTRE DE LA PROTECTION SOCIALE DES AGENTS TERRITORIAUX

BAROMÈTRE DE LA PROTECTION SOCIALE DES AGENTS TERRITORIAUX BAROMÈTRE DE LA PROTECTION SOCIALE DES AGENTS TERRITORIAUX Avril 2009 SOMMAIRE 1. La méthodologie 3 A. L évolution du système de protection sociale 5 B. Les pratiques en matière de protection sociale 9

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

Les Français et le pouvoir d achat

Les Français et le pouvoir d achat Contacts CSA Pôle Opinion Corporate : Jérôme Sainte-Marie, Directeur général adjoint Yves-Marie Cann, Directeur d études Les Français et le pouvoir d achat Sondage CSA pour Cofidis Septembre 2012 Sommaire

Plus en détail

OBSERVATOIRE DES TARIFS BANCAIRES IEOM

OBSERVATOIRE DES TARIFS BANCAIRES IEOM ÉDITION 2013 OBSERVATOIRE DES TARIFS BANCAIRES IEOM RAPPORT D ACTIVITÉ 2012 INSTITUT D ÉMISSION D OUTRE-MER Siège social 164, rue de Rivoli - 75001 Paris Tél. +33 1 53 44 41 41 Fax +33 1 44 87 99 62 Rapport

Plus en détail

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PÊCHE, DE LA RURALITÉ ET DE L AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PÊCHE, DE LA RURALITÉ ET DE L AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PÊCHE, DE LA RURALITÉ ET DE L AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord collectif national COMPTE ÉPARGNE-TEMPS DANS LES EXPLOITATIONS

Plus en détail

Baromètre: les Français et la confiance numérique Vague 2

Baromètre: les Français et la confiance numérique Vague 2 Baromètre: les Français et la confiance numérique Vague 2 Juin 2014 Contact - BVA Opinion Erwan LESTROHAN, directeur d études erwan.lestrohan@bva.fr - 01 71 16 90 9 Victor CHAPUIS, chargé d études Victor.chapuis@bva.fr

Plus en détail

Rédaction d un Plan d affaires

Rédaction d un Plan d affaires Rédaction d un Plan d affaires Catherine Raymond 2001 INTRODUCTION Raisons qui ont motivé la rédaction du plan d affaires Personnes ou organismes qui ont collaboré à l élaboration du plan d affaires Sommaire

Plus en détail

LE PERP retraite et protection

LE PERP retraite et protection LE PERP retraite et protection Benoit Rama http://www.imaf.fr Le PERP (Plan d Épargne Retraite Populaire) est une mesure d encouragement à la préparation de la retraite destinée aux salariés. Il copie

Plus en détail

Royaume-Uni. Conditions d ouverture des droits. Indicateurs essentiels. Royaume-Uni : le système de retraite en 2012

Royaume-Uni. Conditions d ouverture des droits. Indicateurs essentiels. Royaume-Uni : le système de retraite en 2012 Royaume-Uni Royaume-Uni : le système de retraite en 212 Le régime public comporte deux piliers (une pension de base forfaitaire et une retraite complémentaire liée à la rémunération), que complète un vaste

Plus en détail

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Depuis 25 ans, la structure de l épargne financière des ménages a été singulièrement modifiée par l essor

Plus en détail

Simulation d application des règles CNAV AGIRC ARRCO sur des carrières type de fonctionnaires d Etat

Simulation d application des règles CNAV AGIRC ARRCO sur des carrières type de fonctionnaires d Etat CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 avril 2014 à 9 h 30 «Carrières salariales et retraites dans les secteurs et public» Document N 9 Document de travail, n engage pas le Conseil Simulation

Plus en détail

q u estions santé d économie de la résultats Repères

q u estions santé d économie de la résultats Repères Bulletin d information en économie de la santée q u estions d économie de la santé résultats Repères Fin 2003, l Irdes a mené une enquête sur la protection sociale complémentaire d entreprise (PSCE) auprès

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

Article. Bien-être économique. par Cara Williams. Décembre 2010

Article. Bien-être économique. par Cara Williams. Décembre 2010 Composante du produit no 89-503-X au catalogue de Statistique Canada Femmes au Canada : rapport statistique fondé sur le sexe Article Bien-être économique par Cara Williams Décembre 2010 Comment obtenir

Plus en détail

Définitions. Définitions sur le logement

Définitions. Définitions sur le logement Définitions sur le logement Logement Un logement est défini par son utilisation : c est un local séparé et indépendant utilisé pour l habitation. Il doit être séparé d autres locaux par des murs ou cloisons

Plus en détail

Impact économique de l industrie canadienne du camping et analyse des tendances SOMMAIRE EXÉCUTIF. www.ccrvc.ca

Impact économique de l industrie canadienne du camping et analyse des tendances SOMMAIRE EXÉCUTIF. www.ccrvc.ca Impact économique de l industrie canadienne du camping et analyse des tendances SOMMAIRE EXÉCUTIF Le camping est une belle occasion de passer du temps en famille, de créer de beaux souvenirs qui dureront

Plus en détail

M. BONUS Louis. mercredi 15 octobre 2014. Le 10/11/2014

M. BONUS Louis. mercredi 15 octobre 2014. Le 10/11/2014 M. BONUS Louis mercredi 15 octobre 2014 1 Sommaire Sommaire... 2 La méthode de raisonnement... 3 Le graphique... 4 Le tableau de synthèse... 4 Les données saisies... 19 Les tableaux intermédiaires de calcul...

Plus en détail

France. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. France : le système de retraite en 2012

France. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. France : le système de retraite en 2012 France France : le système de retraite en 212 Dans le secteur privé, le système de retraite repose sur deux piliers obligatoires : un régime général lié à la rémunération et des dispositifs professionnels

Plus en détail

La rémunération de l apprenti :

La rémunération de l apprenti : F I C H E P R A T I Q U E N 2 R E M U N E R A T I O N E T A I D E S L I E E S A U C O N T R A T D A P P R E N T I S S A G E L apprenti est titulaire d un contrat de travail de type particulier : il est

Plus en détail

Les jeunes et l'argent Vague 2

Les jeunes et l'argent Vague 2 Les jeunes et l'argent Vague 2 Etude publiée pour Axa Banque Mars 2015 Sommaire 1 4 L argent, un univers d évocation ambivalent pour les jeunes 7 Des jeunes qui affichent un certain optimisme pour l avenir

Plus en détail

AUTO-ENTREPRENEUR ET PORTAGE SALARIAL L AUTO-ENTREPRENEUR

AUTO-ENTREPRENEUR ET PORTAGE SALARIAL L AUTO-ENTREPRENEUR AUTO-ENTREPRENEUR ET PORTAGE SALARIAL L AUTO-ENTREPRENEUR 1 LE REGIME C est un nouveau régime plus simplifié pour exercer une activité indépendante Ce n est pas un nouveau statut juridique car un auto-entrepreneur

Plus en détail

Foire aux questions. 1. Comment savoir quels ajustements s appliquent aux trois fonctions suivantes :

Foire aux questions. 1. Comment savoir quels ajustements s appliquent aux trois fonctions suivantes : Foire aux questions Mise à jour le 5 janvier 2011 Liste des questions 1. Comment savoir quels ajustements s appliquent aux trois fonctions suivantes : Technicien / Technicienne en coordination du travail

Plus en détail

LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN DÉCEMBRE 1997

LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN DÉCEMBRE 1997 LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN DÉCEMBRE Selon les données communiquées par les établissements participant à l enquête-titres de la Banque de France, l encours des capitaux placés

Plus en détail

Les Matinales de l Entreprise Jeudi 17 novembre 2011

Les Matinales de l Entreprise Jeudi 17 novembre 2011 Les Matinales de l Entreprise Jeudi 17 novembre 2011 Pôle Formation CCI COLMAR SOGEX Thème du jour animé par Giovanni TERRANA Consultant en droit social Associé INTRODUCTION Présentation du cabinet SOGEX:

Plus en détail

ENQUETE RH TIC Baromètre des Salaires

ENQUETE RH TIC Baromètre des Salaires 2011 ENQUETE RH TIC Baromètre des Salaires Note de Synthèse Présentation de l étude Réalisé par 1 SOMMAIRE Partie 1 : PRESENTATION DE L ENQUETE p. 3 Partie 2 : ENQUETE DES SALAIRE TIC : RESTITUTION DES

Plus en détail

Une évaluation à partir de l Échantillon interrégimes de cotisants de 2005

Une évaluation à partir de l Échantillon interrégimes de cotisants de 2005 ét udes résultats et N 692 mai 29 Les durées d assurance validées par les actifs pour leur retraite Une évaluation à partir de l Échantillon interrégimes de cotisants de 25 L Échantillon interrégimes de

Plus en détail