LES SALAIRES DES CADRES EN POSTE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES SALAIRES DES CADRES EN POSTE"

Transcription

1 LES SALAIRES DES CADRES EN POSTE les étus l emploi cadre - octobre 2007 PHOTOGRAPHIE DES SALAIRES DES CADRES QUELS PROFILS POUR QUELS SALAIRES? ÉLÉMENTS DÉTERMINANTS DU SALAIRE DES CADRES Enquête auprès d environ cadres en poste.

2 Cet ouvrage est créé à l initiative l Apec, Association pour l Emploi s Cadres, régie par la loi du 1 er juillet 1901 et publié sous sa direction et en son nom. Il s agit d une œuvre collective, l Apec en a la qualité d auteur. L Apec a été créée en 1966 et est administrée par les partenaires sociaux (Mef, CFE-CGC, CFDT Cadres, UGICA-CFTC, UCI-FO, UGICT-CGT). Toute reproduction totale ou partielle, par quelque procédé que ce soit, sans l autorisation expresse et conjointe l Apec, est strictement interdite et constituerait une contrefaçon (article L122-4 et L335-2 du co la propriété intellectuelle). L étu a été réalisée par le Département Étus et Recherche l Apec : Jocelyne Cazin, chargée d étus Sébastien Thernisien, chargé d étus Nathalie Bertrand, responsable d étus Raymond Pronier, manager du pôle Recherche et développement Octobre 2007

3 SOMMAIRE AVERTISSEMENT MÉTHODOLOGIQUE LES PRINCIPAUX ENSEIGNEMENTS DE L ÉTUDE PHOTOGRAPHIE DES SALAIRES DES CADRES La rémunération s cadres p. 9 Dispersion s salaires s cadres p. 9 Influence la partie variable p. 10 Les avantages p. 11 Caractéristiques personnelles du cadre et salaire p. 12 Influence l âge et du genre p. 12 Influence la formation p. 14 Influence du parcours professionnel du cadre p. 16 Les salaires selon le poste occupé p. 18 Rôle la fonction p. 18 La responsabilité hiérarchique p. 19 Conséquence la gestion d un budget p. 20 Conséquence la gestion d un chiffre d affaires p. 22 Impact la dimension internationale du poste p. 23 Salaires : dimensions liées à l entreprise p. 25 Influence la localisation géographique du poste p. 25 Influence la taille l entreprise p. 26 Impact du secteur d activité p. 27 Zoom sur la fonction commerciale p. 28 La rémunération variable à court terme p. 28 La gestion d un chiffre d affaires p. 28 QUELS PROFILS POUR QUELS SALAIRES? Les cadres qui gagnent moins 36 KEuros p. 31 Les cadres qui gagnent plus 58 KEuros p. 32 Tableaux récapitulatifs p. 33 Apec - Les étus l emploi cadre LES ÉLÉMENTS DÉTERMINANTS DU SALAIRE La notion d écart salarial «toutes choses égales par ailleurs» p. 39 Les éléments déterminants du salaire liés à l individu : l âge et la durée d expérience ont un rôle majeur p. 40 Les éléments déterminants du salaire liés à l emploi : l influence la fonction est déterminante p. 42 Les éléments déterminants du salaire liés à l entreprise : le lieu travail est le principal critère explicatif p. 43 Tableau s éléments déterminants du salaire s cadres p. 44 Apec - Les salaires s cadres en poste 1

4

5 AVERTISSEMENT MÉTHODOLOGIQUE L étu sur les Salaires s cadres en poste est issue d une enquête menée par le Département Étus et Recherche l Apec en Cette enquête a pour objectif recueillir s informations sur les salaires s cadres en poste. Elle s adresse à s personnes qui occupent actuellement un poste cadre ou ont occupé un poste cadre au cours s trois rnières années. Un questionnaire électronique a été envoyé par ing auprès d un échantillon personnes qui se sont intifiées à l Apec entre 2002 et Le terrain l enquête a eu lieu entre début novembre 2006 et fin janvier Les personnes ont été interrogées sur leur situation professionnelle, leur formation, leur carrière, le poste occupé en tant que cadre du secteur privé et l entreprise dans laquelle elles ont occupé ce poste. Au total, personnes ont été sollicitées : ont répondu au questionnaire, soit un taux réponses 36 %. Après «nettoyage» du fichier, l enquête a permis d obtenir plus questionnaires complets et exploitables. Les questions sur le salaire ont porté sur la partie fixe et la partie variable la rémunération (salaire variable, primes variables, intéressement et participation), ainsi que sur les avantages sociaux et en nature. Un redressement s résultats cette enquête a été réalisé à partir la répartition s cotisants Agirc (articles 4 et 4 bis) par âge et par sexe. Les résultats présentés dans cette enquête sont ainsi représentatifs s salaires s cadres en France. Les informations statistiques recueillies sont restituées sous plusieurs formes : le salaire moyen, le salaire médian et la fourchette salaires (1 er et 9 e déciles). Le salaire médian La médiane est la valeur qui partage une série ordonnée en ux sous-ensembles égaux. La médiane est une caractéristique position. Son avantage est ne pas être affectée par les observations extrêmes. La fourchette s salaires (1 er et 9 e déciles) Les déciles sont les valeurs qui partagent la série en dix sous-ensembles égaux (qui contiennent chacun 10 % s observations). Ce sont également s caractéristiques position. Quand on utilise ces positions en prenant en compte les intervalles, on dispose d une caractéristique dispersion (soit une «fourchette»). Apec - Les salaires s cadres en poste 3

6 AVERTISSEMENT MÉTHODOLOGIQUE DEUX APPROCHES COMPLÉMENTAIRES DES RÉSULTATS DE L ENQUÊTE La première présentation est une photographie s salaires s cadres qui mesure l écart «apparent» pour chacune s caractéristiques données. Ainsi, par exemple, l écart «apparent» entre les salaires s hommes et s femmes prend en compte la diversité s caractéristiques individuelles et s emplois occupés. La secon présentation, après avoir neutralisé les effets structure liés aux différentes caractéristiques, mesure les écarts «toutes choses égales par ailleurs». Ainsi, par exemple, l écart entre les salaires s hommes et s femmes considère que les caractéristiques individuelles et les emplois occupés sont intiques. NOMENCLATURES DE FONCTIONS La nomenclature fonctions utilisée dans l enquête sur les Salaires s cadres diffère, en partie, la nomenclature usuelle l Apec en 57 fonctions. Des fonctions ont été regroupées : les Cadres production, la Finance, comptabilité et la Gestion administrative, et notamment la fonction Direction, dans les Ressources humaines, la Formation initiale et continue. Des fonctions ont été détaillées : la Recherche, étus techniques réparties entre Conception, recherche et Test, essai, validation, expertise, le Recrutement, administration s RH réparti entre Développement s RH et Administration s RH. Dans la fonction Informatique, il a été décidé détailler par famille métiers : Maîtrise d ouvrage et fonctionnel, Développement et intégration, Exploitation et maintenance, Conseil détaillées pour certaines en métiers «types». Il n y a pas distinction entre l Informatique gestion et l Informatique industrielle. Certaines fonctions n apparaissent pas dans l enquête sur les Salaires s cadres, notamment les Activités tertiaires. Pour les spécialistes la Banque et l Assurance par exemple, ceuxci sont principalement répartis entre les fonctions commerciales et financières. 4 Apec - Les étus l emploi cadre

7 LES PRINCIPAUX ENSEIGNEMENTS DE L ÉTUDE UNE GRANDE DISPERSION DES SALAIRES DES CADRES Le salaire brut annuel médian s cadres en poste (basé sur la partie fixe du salaire) s élève à 42 keuros. 80 % s rémunérations sont comprises dans une fourchette 30 à 70 keuros. La gran dispersion s salaires est à l image la diversité s situations s cadres en France. Cette diversité tient aux caractéristiques liées à l individu, au poste occupé et à l entreprise. LE SALAIRE EST FORTEMENT LIÉ À L ÂGE ET À LA DURÉE D EXPÉRIENCE DU CADRE Parmi les caractéristiques personnelles, l âge et la durée l expérience, étroitement corrélés, font partie s principaux éléments déterminants du salaire s cadres. La croissance du salaire médian, plus rapi au cours s quinze premières années la vie professionnelle, voit son rythme ralentir par la suite. La dispersion s salaires augmente également avec l âge : la partie haute la fourchette rémunération progresse nettement, tandis que la partie basse meure proche la stabilité. Cette évolution la fourchette rémunération démontre qu une part non négligeable s cadres perçoit un salaire relativement faible, quel que soit l âge. Le salaire médian s hommes est 17 % plus élevé que celui s femmes. La situation est encore plus contrastée dans les haut salaires, avec un écart 25 %. Ces différences salaires augmentent avec l âge : très faibles en début carrière, elles atteignent 38 % à 55 ans et plus. Le niveau formation influence peu le salaire s cadres, hormis à partir bac + 6. Les diplômés d écoles d ingénieurs et commerce sont mieux rémunérés que les diplômés d universités. Peu importants en début carrière, les écarts constatés s accentuent notamment à partir 40 ans, ces formations favorisant certains parcours professionnels et l accès à s postes plus haut niveau. Le salaire médian s cadres qui ont accédé au statut cadre en début carrière est plus élevé que celui s cadres qui l ont eu en cours carrière, par promotion interne ou en changeant d entreprise. D ailleurs, la mobilité interentreprise ne paraît pas avoir réelle influence sur le salaire s cadres. C est l expérience qui compte, que le cadre ait passé l essentiel sa vie professionnelle au sein la même entreprise ou pas. LA RESPONSABILITÉ HIÉRARCHIQUE ET LA GESTION D UN BUDGET ONT UNE RÉELLE INFLUENCE SUR LE SALAIRE DES CADRES D une fonction à l autre, les écarts constatés s expliquent non seulement par la fonction elle-même, mais également par les compétences à mettre en œuvre et les caractéristiques du poste occupé. Parmi les missions qui sont à l origine s principaux écarts salaire se trouvent la responsabilité hiérarchique et la gestion d un budget, qui concernent respectivement 60 et 50% s cadres. La dimension internationale intervient également dans les différences constatées pour un peu plus 4 cadres sur 10. Apec - Les salaires s cadres en poste 5

8 LES PRINCIPAUX ENSEIGNEMENTS DE L ÉTUDE LA LOCALISATION GÉOGRAPHIQUE ET LE SECTEUR D ACTIVITÉ SONT LES PRINCIPAUX CRITÈRES DE VARIATION DES SALAIRES DES CADRES Parmi les caractéristiques associées à l entreprise, la plus déterminante est la localisation géographique. Le salaire médian s cadres dont le lieu travail est situé en Île-France est supérieur 13 % à celui s cadres travaillant en province. La taille l entreprise influence également les niveaux salaire, mais avec s écarts moindres. Toutes fonctions confondues, c est dans les secteur l Industrie et la Construction que se trouvent les salaires les plus élevés. L ANALYSE DE LA VARIANCE Dans cette étu, en plus cette approche photographique s salaires s cadres, est développée en troisième partie une approche par la métho statistique l analyse la variance qui permet neutraliser les effets structure liés aux caractéristiques s individus, s emplois et s entreprises et déterminer s écarts salaires «toutes choses égales par ailleurs». 6 Apec - Les étus l emploi cadre

9 PHOTOGRAPHIE DES SALAIRES DES CADRES LA RÉMUNÉRATION DES CADRES CARACTÉRISTIQUES PERSONNELLES DU CADRE ET SALAIRE LES SALAIRES SELON LE POSTE OCCUPÉ SALAIRES : DIMENSIONS LIÉES À L ENTREPRISE ZOOM SUR LA FONCTION COMMERCIALE Apec - Les étus l emploi cadres

10

11 I - LA RÉMUNÉRATION DES CADRES Cette photographie s salaires s cadres est basée sur la partie fixe du salaire. Il s agit la partie la rémunération brute annuelle qui est versée en un nombre constant mensualités. Ce salaire inclut les 13 e et 14 e mois contractuels ou versés régulièrement, les primes d ancienneté, congés payés, inmnités ou allocations mensuelles forfaitaires déclarées comme revenu taxable, ainsi que toute prime à caractère garanti. LA DISPERSION DES SALAIRES DES CADRES Les salaires s cadres sont dispersés : 80 % d entre eux sont compris dans une fourchette salaires 1 30 à 70 KEuros. Cette dispersion provient la gran diversité s situations s cadres en France. Le salaire médian s cadres s établit à 42 KEuros: la moitié s cadres perçoit un salaire annuel brut fixe inférieur à ce montant et l autre moitié un salaire supérieur. Le salaire moyen est 47 KEuros. La différence entre le salaire médian et le salaire moyen s explique par la présence salaires élevés, qui «tirent» le salaire moyen vers le haut. Ainsi (hors hauts cadres dirigeants non concernés par cette enquête), 10 % s cadres perçoivent un salaire supérieur à 70 KEuros et 5% un salaire supérieur à 83 KEuros. DISTRIBUTION DES SALAIRES DES CADRES (en KEuros) 1 er décile Médiane Moyenne 9 e décile RÉPARTITION DES SALAIRES PAR TRANCHE 20 % 15 % 10 % 5 % 0 <=20 KEuros 21 à à à à à à à à à à à à à à à > 100 à 100 KEuros La partie fixe la rémunération est, dans certains cas, complétée par une partie variable à court terme (salaire et primes variables), en particulier dans la fonction commerciale. Si on tient compte cette partie variable, alors le salaire médian s cadres s élève à 45 KEuros et la fourchette salaires varie 30 à 77 KEuros. 1. Fourchette salaires : intervalle interdécile ( 1er décile-9 e décile). Apec - Les salaires s cadres en poste 9

12 I - LA RÉMUNÉRATION DES CADRES INFLUENCE DE LA PARTIE VARIABLE La rémunération variable à court terme C est la partie la rémunération appelée «part variable». Il s agit toute forme rémunération individuelle ou collective, dont le montant peut croître ou diminuer en fonction d un critère performance. Elle inclut les primes discrétionnaires, les primes d objectifs individuelles qui récompensent l atteinte d objectifs quantitatifs et/ou qualitatifs, les commissions ou bonus versés sur la base résultats individuels, les primes d unité, à l exception l intéressement et la participation. La moitié s cadres perçoit une rémunération variable à court terme dans leur rémunération totale. Plus précisément, ce sont 12 % s cadres qui touchent un salaire variable et 44 % une ou plusieurs primes variables. Ils sont 6 % à bénéficier ces ux composantes la rémunération variable. Pour la moitié s bénéficiaires, le montant la rémunération variable à court terme représente moins 8 % la rémunération annuelle brute totale (fixe et variable). En revanche, pour 10 % d entre eux, la part variable représente près du quart la rémunération totale. PART DE LA RÉMUNÉRATION VARIABLE À COURT TERME DANS LA RÉMUNÉRATION ANNUELLE BRUTE TOTALE DES CADRES QUI PERÇOIVENT UN SALAIRE VARIABLE ET/OU DES PRIMES VARIABLES % 10 % s cadres perçoivent une part variable inférieure à 2 % 25 % s cadres perçoivent une part variable inférieure à 5 % Direction 50 % s générale cadres perçoivent une part variable 19 % inférieure à 8 % 25 % s cadres perçoivent une part variable supérieure à 14 % 10 % s cadres perçoivent une part variable inférieure à 24 % L intéressement et la participation L intéressement est un accord d entreprise à caractère collectif dont la mise en place est facultative et les montants dégagés aléatoires. Ce régime doit faire l objet d un accord entre l employeur et les salariés. Les sommes versées au titre l intéressement ne sont pas soumises aux charges sociales (patronales et salariales), mais supportent la CSG et la CRDS. Elles sont assujetties à l impôt sur le revenu à moins qu elles ne soient versées dans un Plan d Épargne d Entreprise. Dans ce cas, elles doivent être bloquées pendant cinq ans. Le régime la participation est obligatoire dans les entreprises plus 50 salariés. C est un système collectif qui concerne l ensemble s salariés. Une ancienneté minimum peut être exigée. Les montants issus la participation ne sont pas versés immédiatement aux salariés, ils doivent être bloqués pendant cinq ans, sauf cas exceptionnels prévus par la loi. Ces montants bénéficient d une exonération complète charges sociales hors CRDS et CSG et d impôts sur le revenu. La moitié s cadres bénéficie l intéressement et/ou la participation. 10 Apec - Les étus l emploi cadre

13 I - LA RÉMUNÉRATION DES CADRES LES AVANTAGES D autres éléments peuvent compléter la rémunération s cadres. Ainsi, la majorité s cadres déclare bénéficier d un ou plusieurs avantages. Cela peut correspondre à un avantage en nature (voiture, téléphone ) ou à un avantage social (retraite, santé ). L ordinateur portable et le téléphone portable sont loin les éléments complémentaires les plus cités par les cadres: la moitié d entre eux bénéficie en effet l un et/ou l autre ces avantages. PROPORTION DE CADRES CONCERNÉS PAR LES AVANTAGES SUIVANTS Téléphone portable 54 % Ordinateur portable 50 % Voiture 30 % Prime exceptionnelle 28 % Abonment du plan d épargne 23 % Retraite par capitalisation 10 % Stock-options 7 % Autre 7 % Logement 2 % Apec - Les salaires s cadres en poste 11

14 II - CARACTÉRISTIQUES PERSONNELLES DU CADRE ET SALAIRE La dispersion s salaires illustre la diversité la population s cadres en France. Celle-ci s exprime à travers les caractéristiques l individu (son âge, sa formation ), du poste occupé (fonction, missions du poste ) et l entreprise (sa taille, son secteur ). Ces différentes caractéristiques sont étroitement liées entre elles et influent simultanément sur les salaires. Ainsi, l écart s salaires hommes/femmes est un écart «apparent» sur lequel d autres critères interviennent (l âge, le niveau responsabilité s postes occupés ). Cet écart «apparent» prend en compte le fait que les femmes sont en moyenne moins âgées que les hommes et occupent moins souvent s postes à responsabilité. Parmi les caractéristiques personnelles du cadre, l âge et la durée d expérience ont une influence majeure sur le salaire. La formation joue aussi un rôle en favorisant l accès à s postes à responsabilité, qui sont les mieux rémunérés. INFLUENCE DE L ÂGE ET DU GENRE Remarque : les résultats suivants corresponnt à une approche «instantanée», c est-à-dire à une photographie au même moment s salaires cadres générations différentes. Il ne s agit pas d une approche longitudinale, qui permettrait suivre les salaires s cadres tout au long leur carrière. Le salaire est fortement lié à l âge du cadre: non seulement il progresse avec l âge, mais la dispersion s salaires s accroît. L âge et la durée l expérience, qui sont étroitement corrélés, se présentent ainsi comme ux s critères les plus déterminants du salaire. Globalement, la croissance du salaire médian est plus forte dans les quinze premières années la vie professionnelle ; au-là, le rythme progression ralentit. Dans le même temps, la dispersion s salaires augmente. La fourchette salaires 2 passe ainsi 10 KEuros pour les cadres âgés moins 25 ans à 55 KEuros pour les 55 ans et plus. Cette photographie s salaires en fonction l âge montre qu une part non négligeable cadres perçoit un salaire relativement faible, quelle que soit la tranche d âge à laquelle ils appartiennent. LES SALAIRES SELON L ÂGE (en KEuros) < 25 ans 25 a 29 ans 30 a 34 ans 35 a 39 ans 40 a 44 ans 45 a 49 ans 50 a 54 ans 55 ans et + 1 er décile médiane 9 e décile 2. Fourchette salaires : intervalle interdécile ( 1er décile-9 e décile). 12 Apec - Les étus l emploi cadre

15 II - CARACTÉRISTIQUES PERSONNELLES DU CADRE ET SALAIRE Le sexe a aussi une influence sur le salaire s cadres. Ainsi, le salaire médian s hommes est supérieur 17 % à celui s femmes (respectivement 45 contre 38 KEuros). L écart est d autant plus fort que les salaires aux extrêmes sont élevés: le 9 e décile est 75 KEuros chez les hommes, contre 60 KEuros chez les femmes, soit un écart 25 %. LES SALAIRES SELON LE SEXE (en KEuros) 1 er décile Médiane Moyenne 9 e décile Hommes Femmes er décile Médiane Moyenne 9 e décile L écart salaires entre les hommes et les femmes s accroît en fonction l âge. Il est faible chez les cadres moins 25 ans (+ 3 % en faveur s hommes), atteint 8 % chez les cadres 30 à 39 ans et 19 % chez les cadres 40 à 54 ans. Les cadres 55 ans et plus sont ceux pour lesquels les différences salaires sont les plus importantes : le salaire médian s hommes est supérieur 38 % à celui s femmes. L augmentation l écart entre hommes et femmes s explique conjointement par une croissance continue du salaire s hommes en fonction l âge, alors que le salaire s femmes est relativement stable à partir ans. Ce phénomène s explique en gran partie par la nature s postes occupés par les hommes et les femmes. Les hommes sont ainsi beaucoup plus nombreux à occuper s postes «haut» niveau, impliquant s responsabilités importantes et sont, fait, mieux rémunérés. LES SALAIRES SELON L ÂGE ET LE SEXE (en KEuros) < 25 ans 25 a 29 ans 30 a 34 ans 35 a 39 ans 40 a 44 ans 45 a 49 ans 50 a 54 ans 55 ans et + Homme Femme Apec - Les salaires s cadres en poste 13

16 II - CARACTÉRISTIQUES PERSONNELLES DU CADRE ET SALAIRE INFLUENCE DE LA FORMATION Le salaire s cadres augmente avec le niveau formation. Ainsi, les cadres titulaires d un diplôme niveau bac + 4/5, qui représentent à eux seuls plus la moitié la population étudiée, perçoivent un salaire légèrement supérieur à celui s cadres moins diplômés : le salaire médian est ainsi 43 KEuros pour cette catégorie diplômés, contre 41 KEuros pour les bac + 2/3 et 40 KEuros pour les non diplômés l enseignement supérieur. Si la différence entre ces catégories est assez faible, elle est beaucoup plus marquée pour les diplômés niveau supérieur à bac + 5, dont le salaire médian atteint 50 KEuros. LES SALAIRES SELON LE NIVEAU DE FORMATION (en KEuros) 1 er décile Médiane 9 e décile Répartition < Bac % Bac + 2/ % Bac + 4/ % Bac + 6 et plus % Globalement, les écarts augmentent avec l âge du cadre. Ainsi, le salaire médian s diplômés niveau bac + 4/5 âgés 50 ans et plus est supérieur 20 % à celui s diplômés niveau bac + 2/3 et près 30 % à celui s non-diplômés l enseignement supérieur. L établissement formation a également une influence sur le salaire. Ainsi, si on considère les diplômés niveau bac + 4/5, qui concentrent les 2/3 s diplômés l université et la quasi-totalité s diplômés d écoles commerce et d ingénieurs, on observe s écarts salaires selon l établissement formation. Les diplômés d école d ingénieurs et commerce sont ainsi mieux rémunérés que les diplômés l université. LES SALAIRES DES DIPLÔMÉS BAC + 4/5 SELON L ÉTABLISSEMENT DE FORMATION (en KEuros) 1 er décile Médiane 9 e décile Répartition Université % École commerce % École d ingénieurs % Autre école spécialité % Là encore, les écarts augmentent sensiblement avec l âge. Ainsi, le salaire médian s ingénieurs formation 50 ans et plus est 61 KEuros, soit 9 % plus que les diplômés d une école commerce et 25 % plus que les titulaires d un diplôme universitaire. Ainsi, que l on prenne en considération le niveau formation et/ou l établissement, l écart entre les salaires, plutôt faible en début carrière, s accentue avec l âge du cadre, notamment à partir 40 ans. La formation n est pas à l origine d écarts importants salaires en début carrière. Par contre, certaines formations comme les écoles d ingénieurs et commerce favorisent s parcours professionnels qui permettent d accér à s postes «haut» niveau qui sont, ce fait, les mieux rémunérés. 14 Apec - Les étus l emploi cadre

17 II - CARACTÉRISTIQUES PERSONNELLES DU CADRE ET SALAIRE LES SALAIRES DES DIPLÔMÉS BAC + 4/5 SELON L ÉTABLISSEMENT DE FORMATION ET L ÂGE (en KEuros) 40 à 50 ans 50 ans et < 30 ans à 40 ans Université École École d ingénieurs commerce Université École École d ingénieurs commerce Université École École d ingénieurs commerce Université École École d ingénieurs commerce 1 er décile médiane 9 e décile 43 % s cadres interrogés ont déclaré avoir une double formation. Globalement, cette double formation n apparaît pas comme un critère d influence notable sur le salaire s cadres. Seules quelques fonctions affichent un écart sensible, notamment s fonctions Direction : en Direction R & D, le salaire médian est 52 KEuros pour les cadres n ayant pas double formation et 63 KEuros pour ceux qui en possènt une ; en Direction gestion, finance, administrative, la différence est 56 à 64 KEuros. Une autre fonction présente également une différence notable : la Finance, trésorerie, 46 à 54 KEuros. Apec - Les salaires s cadres en poste 15

18 II - CARACTÉRISTIQUES PERSONNELLES DU CADRE ET SALAIRE INFLUENCE DU PARCOURS PROFESSIONNEL DU CADRE Dans le parcours professionnel du cadre, plusieurs éléments interviennent, notamment la durée l expérience du cadre (en lien avec son âge) et la nature son expérience. Le salaire est fortement lié à la durée l expérience du cadre 3, la même façon qu il est lié à son âge. On constate d ailleurs la même tendance à une progression régulière du salaire en début carrière, puis à un ralentissement après quelques années d expérience. Là encore, la dispersion s salaires s accroît considérablement avec la durée l expérience : la fourchette salaires s cadres moins 5 ans d expérience est 22 KEuros, alors qu elle atteint 50 KEuros pour les cadres ayant 20 ans d expérience et plus. De la même façon que pour l âge, la photographie s salaires en fonction la durée l expérience permet mettre en évince l existence d une population cadres qui perçoit un salaire relativement faible (inférieure à 30 KEuros) malgré une durée d expérience conséquente. LES SALAIRES SELON LA DURÉE D EXPÉRIENCE DU CADRE (en KEuros) Moins 5 ans d expérience 5 à 10 ans 10 à 15 ans 15 à 20 ans 20 ans d expérience et plus 1 er décile médiane 9 e décile 3. La durée l expérience a été calculée à partir la date d obtention du diplôme. 16 Apec - Les étus l emploi cadre

19 II - CARACTÉRISTIQUES PERSONNELLES DU CADRE ET SALAIRE En ce qui concerne l accès au statut cadre, l écart entre les salaires médians est 13 % : les cadres qui ont démarré leur carrière avec le statut cadre sont mieux rémunérés que ceux qui l ont obtenu au cours leur vie professionnelle, que ce soit en passant d une entreprise à une autre ou par promotion interne. Cela s explique essentiellement par la nature s postes auxquels les premiers auront eu accès tout au long leur carrière. LES SALAIRES SELON LES MODALITÉS D ACCÈS AU STATUT CADRE (EN KEUROS) 1 er décile Médiane 9 e décile Répartition Début carrière professionnelle % En cours carrière % En lien avec la durée l expérience professionnelle, la mobilité interentreprises ne paraît pas avoir véritable influence sur le salaire s cadres. Le nombre d entreprises au sein squelles le cadre a occupé ses différents postes n a pas d incince majeure sur sa rémunération. C est d autant plus vrai à partir quinze années d expérience : que le cadre ait passé l essentiel sa vie professionnelle au sein la même entreprise ou pas. Ce qui importe, c est avant tout l expérience acquise et non les changements d entreprise. D ailleurs, une gran ancienneté dans une entreprise va fréquemment pair avec une ou plusieurs mobilités internes : la carrière du cadre, qui n a certes pas été orientée vers une gran mobilité externe, peut néanmoins être marquée par la mobilité transversale et les promotions. Apec - Les salaires s cadres en poste 17

20 III - LES SALAIRES SELON LE POSTE OCCUPÉ Le poste se caractérise non seulement par la fonction, mais également par ses missions. Parmi celles-ci, la responsabilité hiérarchique et la gestion d un budget déterminent le plus les différences salaires constatées. RÔLE DE LA FONCTION Les écarts que l on constate d une fonction à l autre s expliquent non seulement par la fonction elle-même, mais également par les caractéristiques du poste occupé: niveau responsabilité du poste, compétences à mettre en œuvre (formation et expérience nécessaires)... Ainsi, dans une même fonction, les salaires peuvent varier considérablement d une situation à une autre. C est bien sûr le cas pour s postes différents d une même fonction (ex. dans la fonction Ressources humaines, entre un chargé recrutement et un responsable ressources humaines). C est le cas également pour un même poste (ex. ux responsables ressources humaines) occupé par s personnes aux caractéristiques individuelles différentes (ex. durée d expérience), évoluant dans s contextes différents (le type d entreprise, son secteur d activité, sa taille ) et aux contours différents (étendue s missions, nombre personnes encadrées ). LES SALAIRES SELON LA FONCTION (EN KEUROS) 1 er décile Médiane 9 e décile Direction générale Production Services techniques Recherche et développement Commercial, marketing Finance, comptabilité, gestion administrative Informatique Ressources humaines Santé, social, culture (cf. annexe: les salaires par fonction détaillée) Si on prend en compte la partie variable à court terme (salaires et primes variables), alors on constate qu elle est très présente dans la fonction Commerciale, avec un salaire médian (fixe + variable) 47 KEuros. Outre la fonction, les caractéristiques du poste ont une influence sur la rémunération. La responsabilité hiérarchique, la gestion d un budget, la gestion d un chiffre d affaires et la dimension internationale influent à s grés divers sur le salaire. 18 Apec - Les étus l emploi cadre

21 III - LES SALAIRES SELON LE POSTE OCCUPÉ LA RESPONSABILITÉ HIÉRARCHIQUE La responsabilité hiérarchique a une influence positive sur la rémunération du cadre. Le salaire médian s cadres «managers» (plus la moitié s cadres) est ainsi supérieur 15 % à celui s cadres qui n ont aucune responsabilité hiérarchique (respectivement 45 et 39 KEuros). L écart entre les «managers» et les «non-managers» s accroît avec l âge: il est 3 % pour les cadres moins 30 ans et atteint 18 % pour les 50 ans et plus. LES SALAIRES SELON LA RESPONSABILITÉ HIÉRARCHIQUE (EN KEUROS) 1 er décile Médiane 9 e décile Répartition Pas responsabilité hiérarchique % Responsabilité hiérarchique % LES SALAIRES SELON L ÂGE ET LA RESPONSABILITÉ HIÉRARCHIQUE (en KEuros) 50 ans et + < 30 ans à 40 ans à 50 ans Pas responsabilité hiérarchique Responsabilité hiérarchique Pas responsabilité hiérarchique Responsabilité hiérarchique Pas responsabilité hiérarchique Responsabilité hiérarchique Pas responsabilité hiérarchique Responsabilité hiérarchique 1 er décile médiane 9 e décile Quelle que soit la fonction, la responsabilité hiérarchique a un impact sur la rémunération, mais à s grés divers. C est dans la fonction Commerciale et les Services techniques que l on observe les plus faibles écarts (+ 13 %). Cela s explique certainement par le fait que les «managers» encadrent plus fréquemment que dans d autres fonctions s salariés non cadres. À l inverse, les écarts les plus importants concernent les fonctions Recherche et développement, Finance, comptabilité et Informatique (écarts supérieurs à 20 % en faveur s «managers»). Apec - Les salaires s cadres en poste 19

LES SALAIRES DANS LES FONCTIONS CADRES

LES SALAIRES DANS LES FONCTIONS CADRES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2015-68 septembre 2015 Les composantes de la rémunération des cadres Les salaires des cadres en poste Les salaires proposés dans les offres d emploi Les fiches salaires par

Plus en détail

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2014-11 MARS 2014 Situation professionnelle des femmes et des hommes cadres selon la génération Opinion des femmes

Plus en détail

Le métier de Credit Manager

Le métier de Credit Manager Le métier de Credit Manager 2012 2 Enquête 2012 SUR LE METIER DE CREDIT MANAGER Cette note de synthèse est le résultat de l enquête menée conjointement par Robert Half, spécialiste du recrutement temporaire

Plus en détail

LE MARCHÉ DE L EMPLOI CADRE DANS L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

LE MARCHÉ DE L EMPLOI CADRE DANS L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE LE MARCHÉ DE L EMPLOI CADRE DANS L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2013-78 NOVEMBRE 2013 Analyse de 12 600 offres publiées par l Apec en 2012. Quatre fonctions très recherchées.

Plus en détail

1 - Salaires nets tous secteurs confondus

1 - Salaires nets tous secteurs confondus N 627 Résultats l enquête annuelle sur les s auprès s entreprises - Mai 2011 - L enquête annuelle sur les s auprès s entreprises, réalisée par voie postale par l ONS a donné les résultats présentés ci-ssous.

Plus en détail

Enquête sur. rémunération

Enquête sur. rémunération Enquête sur les juristes d entreprise et leur rémunération Cette note de synthèse est le résultat d une enquête sur le métier de Juriste d entreprise, menée conjointement par l AFJE, Association Française

Plus en détail

Les salariés de l économie sociale et solidaire

Les salariés de l économie sociale et solidaire L'Économie sociale et solidaire Les salariés de l économie sociale et solidaire L'EMPLOI SALARIÉ L ESS, un employeur déterminant de l économie régionale 20 Relative précarité de l emploi dans l ESS 22

Plus en détail

Alors que les postes de contrôleurs. Carrières. de gestion : une rémunération à géométrie variable. ENQUÊTE - Contrôleurs

Alors que les postes de contrôleurs. Carrières. de gestion : une rémunération à géométrie variable. ENQUÊTE - Contrôleurs Carrières ENQUÊTE - Contrôleurs de gestion : une rémunération à géométrie variable Le baromètre des fonctions financières DFCG - Michael Page - Option Finance Combien d années d ancienneté avez-vous dans

Plus en détail

panorama des mobilités professionnelles des cadres édition 2012

panorama des mobilités professionnelles des cadres édition 2012 panorama des mobilités professionnelles des cadres édition 2012 DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 28 JUIN 2012 A 0H01 Les études de l emploi cadre juin 2012 Bilan de la mobilité des cadres en 2011 Perspectives

Plus en détail

La mobilité professionnelle revêt

La mobilité professionnelle revêt Mobilité professionnelle 17 Du changement de poste au changement d entreprise, en passant par la promotion : la mobilité des Franciliens Les salariés franciliens, notamment les cadres, ont une propension

Plus en détail

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Focus Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Introduction Le travailleur qui devient chômeur et qui est admissible sur base de prestations de travail se voit, en application du principe

Plus en détail

à Master professionnel Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2013 des diplômés de Master professionnel promotion 2011

à Master professionnel Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2013 des diplômés de Master professionnel promotion 2011 observatoire régional #41 Synthèse régionale août 2014 à Master professionnel Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2013 des diplômés de Master professionnel promotion 2011 2 899 diplômés de M2 professionnel

Plus en détail

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse Q0Z-Employés de la banque et des assurances Synthèse Après avoir baissé au cours de la première moitié des années 1990, les effectifs d employés de la banque et des assurances se sont ensuite stabilisés

Plus en détail

Etude statistique des données fournies par la CCIJP

Etude statistique des données fournies par la CCIJP Etude statistique des données fournies par la CCIJP Sommaire Introduction : Stagnation du nombre de cartes accordées en 2012... 4 1. Dans quels secteurs d activité les journalistes encartés travaillent-ils?

Plus en détail

Master 2 Professionnel Transports Urbains et Régionaux de Personnes

Master 2 Professionnel Transports Urbains et Régionaux de Personnes Master 2 Professionnel Transports Urbains et Régionaux de Personnes Bilan de l enquête carrière 2015 Le Master TURP, ancien DESS créé en 1992, est l une des rares formations spécialisées dans le domaine

Plus en détail

ACCORD RELATIF AU COMPTE EPARGNE TEMPS

ACCORD RELATIF AU COMPTE EPARGNE TEMPS ACCORD RELATIF AU COMPTE EPARGNE TEMPS Entre la Direction Générale de la société Herakles, représentée par Philippe BOULAN, en sa qualité de Directeur des Ressources Humaines, D une part, Et les organisations

Plus en détail

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010 Gestion des cabinets d'expertise comptable Octobre 2010 Sommaire Avant-propos... 2 Synthèse en quelques chiffres... 2 Les cabinets sans salariés... 2 Les cabinets de 1 à 49 salariés... 2 Le chiffre d affaires

Plus en détail

UFR Etudes Interculturelles de Langues Appliquées. Evolution professionnelle des anciens du DESS/Master 2 ILTS

UFR Etudes Interculturelles de Langues Appliquées. Evolution professionnelle des anciens du DESS/Master 2 ILTS UFR Etudes Interculturelles de Langues Appliquées Enquête sur le marché de la traduction Evolution professionnelle des anciens du DESS/Master 2 ILTS Méthodologie Les données de ce document sont issues

Plus en détail

Accord N 36 Le Compte Epargne Temps au GIE AtlantiCA En date du 25 septembre 2008

Accord N 36 Le Compte Epargne Temps au GIE AtlantiCA En date du 25 septembre 2008 Accord N 36 Le Compte Epargne Temps au GIE AtlantiCA En date du 25 septembre 2008 Les organisations syndicales signataires : CFDT, SNECA-CGC, SUD AtlantiCA TABLE DES MATIERES L ACCORD INDEX TABLE DES MATIERES

Plus en détail

DISPOSITIF EN FAVEUR DU POUVOIR D ACHAT DES FONCTIONNAIRES GIPA 2008

DISPOSITIF EN FAVEUR DU POUVOIR D ACHAT DES FONCTIONNAIRES GIPA 2008 DISPOSITIF EN FAVEUR DU POUVOIR D ACHAT DES FONCTIONNAIRES GIPA 2008 Eric WOERTH Ministre du Budget, des Comptes publics et de la Fonction publique et André SANTINI Secrétaire d État chargé de la Fonction

Plus en détail

Le profil socioprofessionnel du communicant territorial

Le profil socioprofessionnel du communicant territorial Enquête Métiers Cap Com - Occurrence 2011 en partenariat avec le 1 ère Partie Le profil socioprofessionnel du communicant territorial Formation, statut, mobilité, rémunération, motivation Introduction.

Plus en détail

SYNTHESE : LES LEVIERS DE LA REDISTRIBUTION JACQUES FONTANILLE

SYNTHESE : LES LEVIERS DE LA REDISTRIBUTION JACQUES FONTANILLE 29 janvier 212 EFFETS REDISTRIBUTIFS DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Résultats actualisés et simulations de l INSEE 1 SYNTHESE : LES LEVIERS DE LA REDISTRIBUTION JACQUES FONTANILLE 1 INTRODUCTION 1) Motivations

Plus en détail

NOTE CONJONCTURELLE. Les rémunérations dans les SSII : des niveaux peu attractifs pour les juniors et dissuasifs pour les plus 45 ans MAI 2013

NOTE CONJONCTURELLE. Les rémunérations dans les SSII : des niveaux peu attractifs pour les juniors et dissuasifs pour les plus 45 ans MAI 2013 MAI 2013 NOTE CONJONCTURELLE Les rémunérations dans les SSII : des niveaux peu attractifs pour les juniors et dissuasifs pour les plus 45 ans Sextant Expertise 27, Boulevard des Italiens 75002 Paris Tél.

Plus en détail

- NOTE. OBJET : Résultats consolidés de l enquête «jeunes diplômés», promotion 2009

- NOTE. OBJET : Résultats consolidés de l enquête «jeunes diplômés», promotion 2009 Paris, le 24 janvier 2011 - NOTE OBJET : Résultats consolidés de l enquête «jeunes diplômés», promotion 2009 L enquête réalisée sur l insertion des diplômés 2009 de Sciences Po a permis de recueillir des

Plus en détail

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique Rapport 2014 Table des matières Le rapport 2014... 5 1. Différences salariales générales... 6 1.1 L écart salarial en salaires horaires et annuels...

Plus en détail

Dares Analyses. Les bas salaires en France entre 1995 et 2011

Dares Analyses. Les bas salaires en France entre 1995 et 2011 Dares Analyses OCTObre 2012 N 068 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Les bas salaires en France entre 1995 et 2011 En 2011, sur 22,3 millions de

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. J0Z-Ouvriers non qualifiés de la manutention

Synthèse. Dynamique de l emploi. J0Z-Ouvriers non qualifiés de la manutention J0Z-Ouvriers non qualifiés de la manutention Synthèse Les ouvriers non qualifiés de la manutention assurent le chargement, le déchargement, le tri, l emballage et l expédition de marchandises. Ils sont

Plus en détail

LA RÉMUNÉRATION DES PERSONNELS MILITAIRES EN 2014

LA RÉMUNÉRATION DES PERSONNELS MILITAIRES EN 2014 # 73 OCTOBRE 215 LE BULLETIN DE L OBSERVATOIRE ÉCONOMIQUE DE LA DÉFENSE (SGA/DAF/OED) > STATISTIQUES < LA RÉMUNÉRATION DES PERSONNELS MILITAIRES EN 214 Le Recensement des Agents de l État permet de suivre

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires L0Z-Secrétaires Synthèse En moyenne sur la période 2007-2009, 484 000 personnes exercent le métier de secrétaire, assurant des fonctions de support, de coordination, de gestion et de communication. Les

Plus en détail

Tableau de bord de l'emploi et de la formation professionnelle. dans le spectacle vivant. Deuxième partie. La formation professionnelle continue

Tableau de bord de l'emploi et de la formation professionnelle. dans le spectacle vivant. Deuxième partie. La formation professionnelle continue Tableau de bord de l'emploi et de la formation professionnelle dans le spectacle vivant Deuxième partie La formation professionnelle continue - Données statistiques 2010 Troisième édition L'Observatoire

Plus en détail

L EMPLOI INTERMITTENT DANS LE SPECTACLE AU COURS DE L ANNÉE 2013

L EMPLOI INTERMITTENT DANS LE SPECTACLE AU COURS DE L ANNÉE 2013 Février 2015 - N 15.004 L EMPLOI INTERMITTENT DANS LE SPECTACLE AU COURS DE L ANNÉE 2013 En résumé : En 2013, l emploi intermittent du spectacle concerne 254 000 salariés, 111 000 employeurs relevant du

Plus en détail

GESTION, ADMINISTRATION

GESTION, ADMINISTRATION GESTION, ADMINISTRATION A vec 73 5 emplois et 9,8 % des actifs, les métiers de la gestion et de l administration des entreprises constituent le troisième domaine professionnel dans la région, un rang identique

Plus en détail

MODE D EMPLOI LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle...

MODE D EMPLOI LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle... MODE D EMPLOI Valérie Coutteron LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle... LA LOI N 2008-111 DU 8 FÉVRIER 2008 pour le pouvoir

Plus en détail

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage?

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Etudes Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Table des matières Introduction...7 Objectif, méthodologie

Plus en détail

Cotisations et points de la retraite complémentaire. n o 3

Cotisations et points de la retraite complémentaire. n o 3 Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco Cotisations et points de la retraite complémentaire Guide salariés n o 3 avril 2014 Cotisations et points de la retraite complémentaire Sommaire La retraite,

Plus en détail

Document d études. direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

Document d études. direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Document d études direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Numéro 170 Février 2012 LES TRAJECTOIRES SALARIALES DES JEUNES ENTRÉS SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL ENTRE 1995 ET 2002

Plus en détail

Sommaire. La rémunération des salariés. Les cotisations sociales applicables aux salariés FICHE 2 A B

Sommaire. La rémunération des salariés. Les cotisations sociales applicables aux salariés FICHE 2 A B Sommaire La rémunération des salariés FICHE 1 A B C D Les cotisations sociales applicables aux salariés FICHE 2 A B Les jeunes en contrat de professionnalisation FICHE 3 Les jeunes en contrat d apprentissage

Plus en détail

Information et communication

Information et communication Information et communication Pour les nouveaux diplômés HES en information documentaire, en communication ainsi qu en traduction, l insertion professionnelle s avère difficile. Près de la moitié d entre

Plus en détail

C2Z-Techniciens et agents de maîtrise de l'électricité et de l'électronique. Synthèse

C2Z-Techniciens et agents de maîtrise de l'électricité et de l'électronique. Synthèse C2Z-Techniciens et agents de maîtrise de l'électricité et de l'électronique Synthèse Les techniciens et agents de maîtrise de l électricité et de l électronique rassemblent les salariés qui participent

Plus en détail

Les jeunes et les métiers de l industrie

Les jeunes et les métiers de l industrie Novembre 2013 Institut Lilly N 111442 Contacts : Damien Philippot / Esteban Pratviel 01 45 84 14 44 jerome.fourquet@ifop.com Sommaire 1 - La méthodologie 2 - Les résultats de l étude A - B - C - D - Le

Plus en détail

ENQUETE RH TIC Baromètre des Salaires

ENQUETE RH TIC Baromètre des Salaires 2011 ENQUETE RH TIC Baromètre des Salaires Note de Synthèse Présentation de l étude Réalisé par 1 SOMMAIRE Partie 1 : PRESENTATION DE L ENQUETE p. 3 Partie 2 : ENQUETE DES SALAIRE TIC : RESTITUTION DES

Plus en détail

PERSPECTIVES DE L EMPLOI CADRE ILE-DE-FRANCE

PERSPECTIVES DE L EMPLOI CADRE ILE-DE-FRANCE PERSPECTIVES DE L EMPLOI CADRE ILE-DE-FRANCE LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 201-3 MARS 201 En 201, 1 91 entreprises franciliennes du secteur privé ont été interrogées, employant 19 0 salariés dont 10 cadres.

Plus en détail

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 Les salaires minima applicables à compter du 1 er janvier 2015 CCN n 3241 En résumé : I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 L avenant n 21 sur les salaires minima

Plus en détail

I ADAPTATION DU TEMPS DE TRAVAIL A LA DUREE LEGALE DE 35 HEURES. Les alinéas 6 à 9 inclus de l article 5 de l accord national sont supprimés.

I ADAPTATION DU TEMPS DE TRAVAIL A LA DUREE LEGALE DE 35 HEURES. Les alinéas 6 à 9 inclus de l article 5 de l accord national sont supprimés. ACCORD NATIONAL DU 3 MARS 2006 PORTANT AVENANT A L ACCORD NATIONAL DU 28 JUILLET 1998 MODIFIE SUR L ORGANISATION DU TRAVAIL DANS LA METALLURGIE, A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES INGENIEURS ET CADRES

Plus en détail

L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception

L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception Service des Études économiques et de la Prospective Délégation pour la planification Décembre 2006 L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception La mesure du pouvoir d achat des ménages

Plus en détail

RCBF EXECUTIVE SEARCH BANQUE FINANCE ASSURANCE DEPUIS 1995

RCBF EXECUTIVE SEARCH BANQUE FINANCE ASSURANCE DEPUIS 1995 RCBF EXECUTIVE SEARCH BANQUE FINANCE ASSURANCE DEPUIS 1995 vous présente les résultats de son ETUDE DE REMUNERATION DEDIEE AUX METIERS DE LA BANQUE FINANCE - ASSURANCE JANVIER FEVRIER 2012 Note : Tous

Plus en détail

CABINET. Audit & Expertise Comptable.

CABINET. Audit & Expertise Comptable. CABINET Audit & Expertise Comptable. ASSURANCE COLLECTIVE Prévoyance Santé Retraite 2 1/ Prévoyance a/ Prévoyance Classique b/ Prévoyance Conventionnelle c/ Prévoyance 1,50 Cadres d/ Prestations e/ Fiscalité

Plus en détail

Selon les prévisions actuelles,

Selon les prévisions actuelles, Qui épargne pour la retraite? Karen Maser Selon les prévisions actuelles, près de 23 % de la population aura 65 ans ou plus en 2031, ce qui représente une nette progression par rapport au pourcentage de

Plus en détail

AVANTAGES EN NATURE AU 1 ER JANVIER 2013

AVANTAGES EN NATURE AU 1 ER JANVIER 2013 AVANTAGES EN NATURE AU 1 ER JANVIER 2013 SG/SB Réf. :11-8-5 Pôle carrière / retraite Janvier 2013 05 63 60 16 59 INT/Base doc/z Indemnités-primes/Avantages en nature Sources : *Circulaire DSS/SDFSS/5B/N

Plus en détail

Article. Bien-être économique. par Cara Williams. Décembre 2010

Article. Bien-être économique. par Cara Williams. Décembre 2010 Composante du produit no 89-503-X au catalogue de Statistique Canada Femmes au Canada : rapport statistique fondé sur le sexe Article Bien-être économique par Cara Williams Décembre 2010 Comment obtenir

Plus en détail

Effectifs et taux de réponse par discipline

Effectifs et taux de réponse par discipline observatoire régional #36 Synthèse régionale août 2013 à Master mixte Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2012 des diplômés de Master mixte promotion 2010 349 diplômés de M2 mixte en 2010 sur 399 interrogés

Plus en détail

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Gérard Cornilleau Des inégalités contenues, des classes moyennes fragiles Le débat sur les salaires n est plus aujourd hui dominé

Plus en détail

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS)

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS) Analyse de l enquête sur le devenir professionnel des artistes issus des écoles supérieures d art dramatique signataires de la plateforme de l enseignement supérieur pour la formation du comédien Enquête

Plus en détail

Dares Analyses. PARTICIPATION, INTÉRESSEMENT ET ÉPARGNE SALARIALE EN 2012 Le plan d épargne entreprise devient le dispositif le plus répandu

Dares Analyses. PARTICIPATION, INTÉRESSEMENT ET ÉPARGNE SALARIALE EN 2012 Le plan d épargne entreprise devient le dispositif le plus répandu Dares Analyses JUILLET 2014 N 053 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques PARTICIPATION, INTÉRESSEMENT ET ÉPARGNE SALARIALE EN 2012 Le plan d épargne

Plus en détail

Synthèse des grandes tendances 2013

Synthèse des grandes tendances 2013 Synthèse des grandes tendances 2013 Le diplôme de Sciences Po préserve les jeunes de la dégradation du marché du travail Les résultats de l enquête annuelle d insertion professionnelle Jeunes Diplômés,

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 Juillet 11 OBJECTIF DE L ENQUÊTE Tous les six mois, l Apec interroge un échantillon représentatif de 1 cadres du secteur privé

Plus en détail

Responsable grands comptes / comptes clés

Responsable grands comptes / comptes clés Responsable grands comptes / comptes clés DEFINITION DE FONCTION ET ETUDE DE REMUNERATIONS Le responsable grands comptes assure le suivi commercial des comptes clients ayant une importance stratégique

Plus en détail

Code du Travail, Art. L6222-23 à L6222-33

Code du Travail, Art. L6222-23 à L6222-33 F I C H E P R A T I Q U E N 2 R E M U N E R A T I O N E T A I D E S L I E E S A U C O N T R A T D A P P R E N T I S S A G E L apprenti est titulaire d un contrat de travail de type particulier : il est

Plus en détail

PRIX DE CESSION DES 100 DERNIERES TRANSACTIONS DE CABINETS DENTAIRES

PRIX DE CESSION DES 100 DERNIERES TRANSACTIONS DE CABINETS DENTAIRES PRIX DE CESSION DES 100 DERNIERES TRANSACTIONS DE CABINETS DENTAIRES étudiées par Interfimo Edition de janvier 2015 disponible sur www.interfimo.fr Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle,

Plus en détail

Toute modification de l accord de Participation doit faire l objet d un avenant à l accord initial conclu selon les mêmes modalités et d un dépôt à

Toute modification de l accord de Participation doit faire l objet d un avenant à l accord initial conclu selon les mêmes modalités et d un dépôt à La Participation Dispositif d épargne collectif obligatoire dans les entreprises de 50 salariés qui consiste à distribuer une partie des bénéfices annuels. 1 Champ d application La participation est obligatoire

Plus en détail

Les ressources humaines

Les ressources humaines Avec une masse salariale s élevant à 4,3 milliards d euros en 2003, le secteur de l assurance est une «industrie de main-d œuvre» qui offre un produit en grande partie immatériel : la couverture d un risque.

Plus en détail

Observatoires de la vie étudiante. Les conditions de vie des étudiants universitaires toulousains

Observatoires de la vie étudiante. Les conditions de vie des étudiants universitaires toulousains Observatoires de la vie étudiante Les conditions de vie des étudiants universitaires toulousains Enquête menée dans quatre grands établissements d enseignements supérieur de Midi-Pyrénées : Toulouse 1

Plus en détail

Régime social et fiscal des primes d intéressement

Régime social et fiscal des primes d intéressement Régime social et fiscal des primes d intéressement Les primes d intéressement constituent pour le salarié un complément de rémunération. Cependant, afin de favoriser la mise en place d un régime d intéressement

Plus en détail

Le secteur de la logistique

Le secteur de la logistique Mai 2014 Le secteur de la logistique Service Etudes CCI Indre Le secteur de la logistique Toute reproduction interdite sans l autorisation de l auteur Page 1 SOMMAIRE SECTEUR DE LA LOGISTIQUE EN FRANCE

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces Famille professionnelle de l, Secrétaire / Assistant Assistant, assistant administratif Le secrétaire aide à la planification et à l organisation des activités afin de faciliter la gestion de l information.

Plus en détail

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Textes de référence : Article L242-1 et L 871-1 du code de la Sécurité sociale. Article D242-1, R 871-1 et R 871-2 du code de la Sécurité sociale. Loi

Plus en détail

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage éclairages ÉTUDES ET ANALYSES N 5 AVRIL 213 QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? L Unédic a réalisé une étude pour approfondir la compréhension de la population des allocataires

Plus en détail

Présentation des dispositifs d épargne retraite individuelle et collective

Présentation des dispositifs d épargne retraite individuelle et collective CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 juin 2010-9 h 30 «L épargne retraite individuelle et collective» Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil Présentation des dispositifs

Plus en détail

Dares Analyses. Participation, intéressement et épargne salariale en 2010 : une hausse de 14 % des montants distribués

Dares Analyses. Participation, intéressement et épargne salariale en 2010 : une hausse de 14 % des montants distribués Dares Analyses septembre 2012 N 055 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques, intéressement et épargne salariale en 2010 : une hausse de 14 % des montants

Plus en détail

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil Sommaire Introduction... 3 1. Evolution du nombre de travailleurs à temps partiel volontaire au chômage selon le sexe... 5. Evolution

Plus en détail

COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE

COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE SOYEZ PRO ACTIF! Anticipez et transformez cette contrainte en opportunité SALON DES ENTREPRENEURS 2015 5 février 2015 LA GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE DANS

Plus en détail

Le salaire des internes en DES de Médecine Générale

Le salaire des internes en DES de Médecine Générale Le salaire des internes en DES de Médecine Générale *************** «Le salaire est la contrepartie du travail fourni» Guide pratique du droit au travail, La Documentation Française. **************** (I)

Plus en détail

Les retraités non salariés agricoles

Les retraités non salariés agricoles Les retraités non salariés agricoles Patrick Le Bourhis et Céline Perraud* Au 1 er janvier 25, 1,9 million de personnes bénéficient d un avantage vieillesse auprès du régime des non-salariés agricoles,

Plus en détail

Guide pratique de l épargnant

Guide pratique de l épargnant Guide pratique de l épargnant Article 83 euro rendre votre contrat / Effectuer des versements individuels facultatifs / La vie de votre contrat en 8 questions / C otre complément de revenu / Consulter

Plus en détail

Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé

Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé Programme «Maladie» 47 Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé Sous-indicateur n 13-1 : Évolution des effectifs (en équivalent temps plein) de

Plus en détail

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1 ROYAUME-UNI Les dépenses de protection sociale au Royaume-Uni représentent 26,8% du PIB. Le système britannique est de logique beveridgienne. La principale réforme récente concerne le système de retraite

Plus en détail

COTISATIONS ET POINTS DE

COTISATIONS ET POINTS DE GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO COTISATIONS ET POINTS DE LA RETRAITE COMPLÉMENTAIRE Guide salariés n o 3 Cotisations et points de la retraite complémentaire Sommaire La retraite, en bref...

Plus en détail

LES CANDIDATS À DES POSTES CADRES DANS L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

LES CANDIDATS À DES POSTES CADRES DANS L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE LES CANDIDATS À DES POSTES CADRES DANS L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2014-60 NOVEMBRE 2014 - Un cadre sur cinq postule à des offres de l ESS. - Analyse de 92 000 candidats

Plus en détail

FICHE PRATIQUE N 4. Plan d Epargne pour la Retraite COllective (PERCO)

FICHE PRATIQUE N 4. Plan d Epargne pour la Retraite COllective (PERCO) FICHE PRATIQUE N 4 Plan d Epargne pour la Retraite COllective (PERCO) Principes Grâce à l adhésion à un dispositif facultatif, le PERCO offre la possibilité aux salariés de Thales de se constituer un capital

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > L'intéressement

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > L'intéressement L'intéressement Textes de référence : Loi n 2001-152 du 19 /02/2001 Lettre circulaire Acoss n 2001-056 du 10 avril 2001 rappelant les modifications apportées aux mécanismes de l épargne salariale Circulaire

Plus en détail

Etude sur l équipement des TPE / PME. en complémentaire santé

Etude sur l équipement des TPE / PME. en complémentaire santé Département Évaluation des Politiques Sociales Etude sur l équipement des TPE / PME en complémentaire santé Synthèse des résultats Léopold GILLES Pauline JAUNEAU Juillet 2012 1 Contexte et objectifs Dans

Plus en détail

Nord-Pas de Calais. 19 % des entreprises envisagent de recruter en 2014

Nord-Pas de Calais. 19 % des entreprises envisagent de recruter en 2014 Nord-Pas de Calais N 180 JUILLET 2014 Sommaire 02 Le recrutement 03 La gestion des ressources humaines 04 Le recours à la formation continue 07 L alternance La place des RESSOURCES HUMAINES et les pratiques

Plus en détail

LES NOUVEAUTES DU PLAN DE PAIE SAGE Décembre 2010

LES NOUVEAUTES DU PLAN DE PAIE SAGE Décembre 2010 LES NOUVEAUTES DU PLAN DE PAIE SAGE Décembre 2010 Version v19.50 DECEMBRE 2010... 4 TABLEAU RECAPITULATIF DES CHARGES SOCIALES ET FISCALES AU 01/12/2010... 4 ESTIMATION DES INDEMNITES JOURNALIERES DE SECURITE

Plus en détail

Bienvenue au Petit Déjeuner débat. Avenir de l Epargne Salariale Le PERCO, quels avantages, quelles évolutions? 20 juin 2013

Bienvenue au Petit Déjeuner débat. Avenir de l Epargne Salariale Le PERCO, quels avantages, quelles évolutions? 20 juin 2013 Bienvenue au Petit Déjeuner débat Avenir de l Epargne Salariale Le PERCO, quels avantages, quelles évolutions? 20 juin 2013 Les intervenants Izabela Sula Gonzalez Consultante Paye et RH - Bureau Social

Plus en détail

Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Boite à outils - Juridique Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations

Plus en détail

Fiche conseil DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions :

Fiche conseil DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Certifié ISO 9001 Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de

Plus en détail

Actualité Juridique Épargne Salariale

Actualité Juridique Épargne Salariale Actualité Juridique Épargne Salariale PRIME DE PARTAGE DES PROFITS - ACCORDS D INTÉRESSEMENT D UN AN La loi n 2011-894 du 28 juillet 2011 de financement rectificative de la Sécurité sociale pour 2011 a

Plus en détail

Rémunération du Dirigeant : Faut il transformer les SARL en SAS?

Rémunération du Dirigeant : Faut il transformer les SARL en SAS? Rémunération du Dirigeant : Faut il transformer les SARL en SAS? Quel est l'impact des nouvelles mesures au 1er janvier 2013 pour le DIRIGEANT TNS? Modifications sociales pour les TNS (Dirigeants assimilés

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE n 2015 0000045

LETTRE CIRCULAIRE n 2015 0000045 LETTRE CIRCULAIRE n 2015 0000045 GRANDE DIFFUSION Réf Classement 1;010;04 Montreuil, le 12/08/2015 12/08/2015 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE SOUS DIRECTION REGLEMENTATION

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 Montreuil, le 16/10/2008 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 OBJET : Loi n 2008-596 du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014 n 26 mai 2014 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 Sommaire 1.INTRODUCTION 4 2.LE MARCHÉ DE L ASSURANCE VIE INDIVIDUELLE 6 2.1.La bancassurance

Plus en détail

Dares. Analyses PARTICIPATION, INTÉRESSEMENT ET ÉPARGNE SALARIALE EN 2008 : une baisse de près de 7 % des montants distribués

Dares. Analyses PARTICIPATION, INTÉRESSEMENT ET ÉPARGNE SALARIALE EN 2008 : une baisse de près de 7 % des montants distribués Dares Analyses Octobre 2 010 N 071 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques PARTICIPATION, INTÉRESSEMENT ET ÉPARGNE SALARIALE EN 2008 : une baisse de près

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SARL

GUIDE PRATIQUE DE LA SARL PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable et Commissaire aux Comptes DESS en Banques et Finances GUIDE PRATIQUE DE LA SARL et de l EURL Création et gestion de la SARL, de l EURL, de la SELARL, de la SELU

Plus en détail

La validité du CET était limitée à 10 ans, courant à partir de la date où le compte comportait 20 jours.

La validité du CET était limitée à 10 ans, courant à partir de la date où le compte comportait 20 jours. LE NOUVEAU RÉGIME DU COMPTE ÉPARGNE-TEMPS Paris, le 13 décembre 2012 Pour analyser le décret relatif au compte épargne-temps dans la fonction publique hospitalière, paru au Journal officiel du 8 décembre

Plus en détail

Rémunération et Avantages Sociaux

Rémunération et Avantages Sociaux Rémunération et Avantages Sociaux Prime de médaille 1 Janvier 2012 SOMMAIRE Avant-propos 3 Dispositions générales Types de médaille Délivrance de la médaille d honneur du travail Attribution de la prime

Plus en détail

Héritages, donations et aides aux ascendants et descendants

Héritages, donations et aides aux ascendants et descendants Dossier Héritages, donations et aides aux ascendants et descendants Bertrand Garbinti, Pierre Lamarche, Laurianne Salembier* Le patrimoine d un ménage est constitué par la somme de tous les biens qu il

Plus en détail

SOURCING CADRES ÉDITION 2012

SOURCING CADRES ÉDITION 2012 SOURCING CADRES ÉDITION 2012 Les études de l emploi cadre juin 2012 COMMENT LES ENTREPRISES RECRUTENT LEURS CADRES 1 300 recruteurs interrogés Cet ouvrage a été créé à l initiative de l Apec, Association

Plus en détail