Les bénéficiaires de la CMU en Rhône-Alpes au 31 décembre 2003

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les bénéficiaires de la CMU en Rhône-Alpes au 31 décembre 2003"

Transcription

1 La Lettre de la DRASS N L Avril 2006 Les bénéficiaires de la CMU en Rhône-Alpes au 31 décembre 2003 Au 31 décembre 2003, rhônalpins sont affi liés à l assurance maladie par le dispositif de la couverture maladie universelle (CMU) de base seule et autres sont couverts par la CMU complémentaire avec ou sans la couverture de base. Les taux de couverture de la CMU complémentaire varient de 2,8% en Haute-Savoie à 7,2% dans la Drôme. Ils sont en baisse par rapport à décembre 2001 dans tous les départements, sauf dans le Rhône. En Rhône-Alpes fin 2003, personnes bénéfi cient 1 du dispositif de Couverture Maladie Universelle (CMU). Pour la plupart, il s agit de la CMU complémentaire (CMUC), accompagnée dans un cas sur quatre par la CMU de base. En complément du dispositif CMU, l Aide médicale d Etat (AME) couvre personnes ne présentant pas les conditions de stabilité de résidence en France permettant d accéder à la CMU. La moitié d entre elles se trouvent dans le Rhône bénéficiaires de la CMU fin 2003 Source : CPAM de Lyon, DRASS Les enfants sont les premiers bénéfi ciaires du dispositif, et parmi les médecins libéraux, ce sont les généralistes et les pédiatres qui reçoivent la plus forte proportion de patients bénéfi ciaires de la CMU complémentaire. Base 12% Base et CMUC 22% CMUC 66% 1 Les bénéficiaires de la CMU correspondent à l ensemble des personnes couvertes par le dispositif.

2 Les bénéficiaires de la CMU de base seule, s ils restent minoritaires, sont en augmentation sensible dans tous les départements de la région par rapport à 2001 (+55%) alors que la CMUC recule partout, excepté dans le Rhône (-5% pour la région). Le dispositif CMU dans son ensemble (base et/ou complémentaire) est en repli en Rhône- Alpes, sauf dans le Rhône qui fait exception avec une croissance importante (+16%). Il semble que le recul de la CMU en 2003 par rapport à 2001 ne traduise pas un recul significatif de la précarité dans la région, mais soit lié à des phénomènes de nature diverse et qui ne sont pas spécifiquement rhônalpins : 2001 avait été une année d adaptation, avec encore des mouvements importants du nombre de bénéficiaires pour des raisons administratives. En 2002, le nombre de bénéficiaires a baissé, en lien avec une stabilisation des règles et un contexte économique plutôt favorable. En 2003, la tendance s inverse, la hausse est quasi générale en France, surtout au dernier trimestre. On ne retrouve pas cette amplification du dispositif en Rhône-Alpes, sauf dans le département du Rhône ce qui laisse penser que la région a été touchée un peu moins fortement et plus tard que la moyenne française. On peut s attendre à trouver la traduction de ce retard en % des bénéficiaires de la CMUC sont des assurés du régime général. La MSA et la CMR gèrent respectivement 1,5% Baisse du taux de couverture (1) de la CMUC entre 2001 et 2003 dans tous les départements, sauf dans le Rhône Source : Cpam de Lyon - Insee - RPP99 - Drass Rhône-Alpes 9% 6% et 3,2% des dossiers. Les départements ruraux du sud de la région sont les plus concernés : 11,8% des bénéficiaires ardéchois et 10,3% des drômois dépendent de la MSA ou de la CMR. Par rapport à 2001, la part des dossiers gérés par la MSA baisse de moitié, y compris dans ces deux départements, en lien avec le recul du nombre d agriculteurs. La part de la CMR, en revanche, est partout orientée à la hausse. La CMUC concerne, en 2003, 5,3 % de la population de Rhône-Alpes. Ce taux de couverture est inférieur à celui de l ensemble de la France métropolitaine (6,8%) mais les taux moyens cachent d importants écarts entre les départements : la Haute-Savoie a le plus faible taux de couverture de tous les départements français (2,8%) et dans la région, le taux maximum est celui de la Drôme ( 7,2% ). L Ain et la Savoie sont en dessous de la moyenne régionale, l Isère, l Ardèche et la Loire proches de la moyenne et le Rhône est nettement au dessus. Comme les effectifs de bénéficiaires, les taux de couverture de la CMUC reculent par rapport à 2001 dans tous les départements, sauf dans le Rhône. 3% 0% Ain Ardèche Drôme Isère Loire Rhône Savoie Haute- Savoie (1) Le taux de couverture est la part des habitants couverte par la CMUC Rhône- Alpes CMUC et bas revenus dans les cantons rhônalpins : forte corrélation Source : Cpam de Lyon - Insee - RP99 - Drass Lecture : chaque point représente un canton, placé selon son taux de couverture de la CMUC en abscisse et son taux de couverture des bas revenus en ordonnés. Le fait que presque tous les cantons se trouvent proches de la droite illustre l intensité du lien entre les deux indicateurs. A l échelle cantonale, on distingue des zones de forte CMUC dans certains cantons ruraux souvent isolés et en situation économique difficile. Ainsi, les territoires du Diois et des Baronnies dans la Drôme, les hauts plateaux de l Ardèche, la vallée de la Valserine et son prolongement vers Belley, le canton de Saint-Marcellin malgré sa position sur la liaison entre Valence et Grenoble, et celui de La Tour-du-Pin entre Lyon, Chambéry et Grenoble... Mais si les taux de couverture de la CMUC y sont élevés, la population de ces cantons ruraux est peu nombreuse et le nombre de bénéficiaires du dispositif reste malgré tout limité. En revanche, dans les grandes villes et leurs banlieues, les taux de couverture élevés vont de pair avec des effectifs très importants. A l exception de Limonest, tous les cantons urbains fortement peuplés de la région ont des taux de couverture de la CMUC élevés. Les trois premiers sont Vaulx-en-Velin (23%), Vénissieux (16%) et Valence (16%). L axe joignant Rillieux-la-Pape au Chambon-Feugerolles en passant par Lyon et Saint-Etienne est aussi très concerné par la CMU. 2

3 On retrouve un schéma proche de la carte de la précarité et de la pauvreté dans la région. La corrélation entre taux de couverture de la CMU et taux de couverture des allocataires CAF à bas revenus est très forte comme l indique le graphique ci-contre. Le lien entre les taux de couverture de la CMU et du RMI est très étroit également. Sa représentation donnerait le même type de schéma. L analyse de la CMUC par âge montre que les enfants sont les premiers bénéfi ciaires : un tiers des personnes couvertes par la CMUC a moins de 15 ans alors que cette tranche d âge ne représente qu à peine 20 % de la population rhônalpine. Ceci traduit la forte représentation des familles nombreuses dans le dispositif. Le taux de couverture CMUC des plus jeunes enfants (moins de 5 ans) atteint 10%. Il décroît avec l âge ( un point de moins par tranche quinquennale) et n est plus que de 6% entre 20 et 25 ans. Il s élève nettement à 25 et 26 ans avec l entrée dans le dispositif des nouveaux bénéficiaires du RMI puis décroît à nouveau régulièrement ensuite. Au delà de 65 ans, moins de 1% de la population dépend de la CMUC. La structure d âge des bénéficiaires de la CMU de base est plus proche de celle de la population. Les taux de couverture varient peu avec l âge, les adultes de 25 à 40 ans étant un peu plus représentés que les autres. Nombre de bénéficiaires et taux de couverture de la CMUC Source : Drass Rhône-Alpes - Cpam - Insee RP 1999 Nombre de bønøficiaires de la CMU 1 point =300 Sources : DRASS - CPAM-MSA-CMR - RP 1999 Part bønøficiaires de la CMU en % Moins de 3% 3 5% 5 10% % Toutes spécialités confondues, la part de la clientèle bénéficiaire de la CMUC dans l ensemble des patients des médecins libéraux de la région s élève à 5,6%. Ce sont les généralistes et les pédiatres qui reçoivent la plus forte proportion de bénéficiaires de la CMUC (respectivement 7,1% et 6,8%). Ces proportions sont plus élevées que le poids de la CMUC dans la population ce qui indique que les bénéficiaires du dispositif dans leur ensemble recourent plus aux généralistes et aux pédiatres libéraux que le reste de la population, sans doute en lien avec la forte proportion d enfants dans la population couverte par la CMUC. Dans une moindre mesure, les ORL, psychiatres et neuro-psychiatres reçoivent également une part relativement élevée de patients couverts par la CMUC (5,7%). Le taux de couverture de la CMUC décroît avec l âge Taux de couverture de la CMU en 2003 Source : Cpam de Lyon - Insee - Estimation localisée de population - Drass 10% 9% 8% 7% 6% 5% 4% 3% 2% 1% 0% moins de 5 ans 5 à 9 ans 10 à 14ans 15 à 19 ans 20 à 24 ans 25 à 29 ans 30 à 34 ans 35 à 39 ans 40 à 44 ans 45 à 49 ans 50 à 54 ans 55 à 59 ans 60 à 64 ans 65 ans et plus Base CMUC 3

4 Le recours aux dentistes est le même pour les bénéficiaires de la CMUC que pour les autres assurés : la part de la clientèle CMUC chez ces professionnels est identique à son poids démographique. Dans toutes les autres spécialités, la clientèle CMUC est beaucoup moins importante que son poids démographique, les bénéficiaires du dispositif recourant peu aux soins de ville dans ces domaines. Pour être complète, l analyse devrait intégrer des indicateurs de recours aux soins hospitaliers, malheureusement non disponibles dans le cadre de la présente étude. Par rapport à 2001, on note un léger repli de la part de la clientèle CMUC, sauf chez les pédiatres. Le recul est particulièrement marqué chez les psychiatres (6,6% en 2001, 5,7% en 2003). La part de la clientèle CMUC chez les médecins ne reflète pas forcément l intensité des actes qui lui sont prodigués. On constate que chez les généralistes, la part en volume 1 des actes délivrés à la clientèle CMUC est moins élevée que la part de cette clientèle. Ceci traduit le fait que les volumes d actes délivrés aux patients CMUC sont moins importants que ceux des autres patients. Il n en va pas de même chez les pédiatres, psychiatres et neuro-psychiatres, ORL et gynécologues : dans ces spécialités, les actes délivrés à la clientèle CMUC sont plus lourds que ceux du reste de la clientèle. On retrouve ici vraisemblablement un effet lié à l âge de la clientèle CMUC. Dans les autres spécialités, relativement peu fréquentées par les bénéficiaires de la CMUC, les actes délivrés à ces derniers sont moins importants en volume que ceux des autres patients. Le secteur d exercice semble jouer un rôle discriminant chez les généralistes et les pédiatres Ceux qui exercent en secteur 1 sont plus concernés que ceux du secteur 2 par la clientèle CMUC, même si, théoriquement, les dépassements d honoraires ne doivent pas être appliqués à cette dernière. L explication est sans doute d abord géographique : les bénéficiaires de la CMUC résident majoritairement dans des zones où les médecins pratiquent moins de dépassements d honoraires qu ailleurs. Par ailleurs, quand les malades ont le choix, peutêtre préfèrent-ils se faire soigner en secteur 1 craignant, à tort ou à raison, d avoir à payer des dépassements en secteur 2. Dans les autres spécialités, le recours au secteur 2 est quasiment identique à celui du secteur 1. 1 Le volume des actes n est pas mesuré ici en nombre d actes mais en termes d importance des actes pratiqués (lettres clés). Part de la CMUC dans la clientèle et le volume d actes des médecins libéraux en Rhône-Alpes Année 2003 Source : Cpam de Lyon - Drass 8% 6% Part de la CMUC dans la population 4% 2% 0% Généralistes Pédiatres Neuro-psy. Psychiatres ORL Dentistes Dermato. Radiologues Ophtalmo. Anesthésistes Gynéco. Ana. cytopatho Part de la CMUC Part de la CMUC dans la clientèle dans le volume d actes Cardio. Autres spécialités 4 1

5 La Couverture Maladie Universelle La CMU est entrée en vigueur le 1 er janvier Le dispositif comporte deux volets : la CMU de base et la CMU complémentaire. La CMU de base permet d affilier automatiquement au régime général de l assurance maladie toute personne résidant en France de façon stable et régulière et n ayant pas de droits ouverts à un régime d assurance maladie à titre professionnel, d allocataire ou d ayant droit. La CMU complémentaire permet de fournir une couverture complémentaire à toute personne résidant en France de façon stable et régulière sous conditions de ressources fixées par décret. Elle remplace l aide médicale dispensée par les conseils généraux dans le cadre de l aide sociale décentralisée. Les allocataires du RMI sont éligibles de droit à la CMU complémentaire. L Aide médicale de l Etat est destinée à prendre en charge, sous conditions de ressources, les frais de santé des personnes qui ne remplissent pas les conditions de stabilité et de régularité de résidence pour bénéficier de la CMU et qui résident en France de manière ininterrompue depuis plus de trois mois. Pour en savoir plus : Les bénéficiaires de la CMU au 31 décembre 2003, DREES, Etudes et Résultats n 381, mars 2005 Monographie territoriale des bénéficiaires de la CMU, J.F.Fougnet, Lettre de la DRASS n L, juillet 2003 Sur le site internet de la DRASS Rhône-Alpes: Monographie territoriale des bénéficiaires de la CMU et analyse du recours aux soins et des consommations de soins en Rhône-Alpes, CAREPS. Se trouve dans la rubrique Le social, puis Protection sociale CMU. Les notes semestrielles de conjonctures sociales, CAF-DRASS, se trouvent dans la rubrique infos et statistiques du même site internet. Une large documentation est disponible sur le site internet du Fonds CMU : 1 5

6 Contact : Stéphanie Lemerle Tél. : Fax : Retrouvez ce document et autres publications sur le site internet DDASS/DRASS Rhône-Alpes URL : Rubrique : info-statistiques ISSN , rue Servient Lyon cedex 03 Téléphone Télécopie :

Diagnostic local de santé sur le territoire du Pays de Gex (Ain)

Diagnostic local de santé sur le territoire du Pays de Gex (Ain) Diagnostic local de santé sur le territoire du Pays de Gex (Ain) Une étude de l Observatoire régional de la santé Rhône-Alpes réalisée à la demande de la DDASS de l Ain et de la communauté de communes

Plus en détail

Introduction de la couverture maladie universelle (CMU) en France

Introduction de la couverture maladie universelle (CMU) en France Conférence internationale de recherche en sécurité sociale an 2000 Helsinki, 25-27 septembre 2000 La sécurité sociale dans le village global Introduction de la couverture maladie universelle (CMU) en France

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR POUR GUIDER NOS INTERLOCUTEURS DANS LE DOMAINE DE LA SANTE

CE QU IL FAUT SAVOIR POUR GUIDER NOS INTERLOCUTEURS DANS LE DOMAINE DE LA SANTE CE QU IL FAUT SAVOIR POUR GUIDER NOS INTERLOCUTEURS DANS LE DOMAINE DE LA SANTE SE SOIGNER A MOINDRE FRAIS... 2 La CMU de BASE... 3 LA CMU COMPLEMENTAIRE... 5 L ACS... 7 TABLEAU... 8 L'AME... 9 LE CMP...

Plus en détail

De nouveaux indicateurs pour suivre la construction de logements

De nouveaux indicateurs pour suivre la construction de logements COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n spécial Février 2015 De nouveaux indicateurs pour suivre la construction de logements OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION Le SOeS diffuse

Plus en détail

Projet de loi RSA et politiques d insertion Observations et propositions d amendements de l Uniopss

Projet de loi RSA et politiques d insertion Observations et propositions d amendements de l Uniopss Projet de loi RSA et politiques d insertion Observations et propositions d amendements de l Uniopss Modalités d attribution des droits connexes au RSA Instaurer une automaticité de fait et non de droit

Plus en détail

La Mutualité. Française. Rhône. dans le. Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire

La Mutualité. Française. Rhône. dans le. Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire La Mutualité Française Rhône dans le Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire Des valeurs qui font la différence Edito La Mutualité Française Responsabilité CHACUN

Plus en détail

0 - Début. État des lieux préalable à l élaboration du plan stratégique régional de santé Rhône-Alpes 2

0 - Début. État des lieux préalable à l élaboration du plan stratégique régional de santé Rhône-Alpes 2 Agence Régionale de Santé Éta t de s li e u x pr é a l a b l e à l é l a b o r a t i o n du pl a n s t r a t é gi q u e r é g i o n a l de sa n t é Rh ô n e -Al p e s Mars 2011 Observatoire Régional de

Plus en détail

Plus d un bénéficiaire sur quatre réside à Toulouse

Plus d un bénéficiaire sur quatre réside à Toulouse Caractéristiques et recours aux soins des populations bénéficiaires de la Couverture maladie universelle complémentaire (CMU_C) : plus jeunes, plutôt féminines et en moins bonne santé En Midi-Pyrénées,

Plus en détail

LA CMU COMPLÉMENTAIRE

LA CMU COMPLÉMENTAIRE Vous êtes artisan ou commerçant, le RSI est votre interlocuteur social unique pour toute votre protection sociale personnelle obligatoire. Vous exercez une profession libérale, le RSI gère votre assurance

Plus en détail

UN REGAIN D OPTIMISME

UN REGAIN D OPTIMISME 2015 UN REGAIN D OPTIMISME Activité : reprise en pente douce Emploi : renforcement des effectifs Comme pressenti en novembre dernier, les chefs d entreprise de la région Rhône- Alpes anticipent un développement

Plus en détail

L aide complémentaire santé en 2007

L aide complémentaire santé en 2007 L aide complémentaire santé en 2007 Rapport du Fonds CMU au Gouvernement sur l évolution du prix et du contenu des contrats ayant ouvert droit à l aide complémentaire santé en 2007 (en application de l

Plus en détail

Journée régionale d échanges sur le microcrédit personnel en Rhône-Alpes. 26 Novembre 2013 Lyon

Journée régionale d échanges sur le microcrédit personnel en Rhône-Alpes. 26 Novembre 2013 Lyon Journée régionale d échanges sur le microcrédit personnel en Rhône-Alpes 26 Novembre 2013 Lyon Ouverture Monsieur Patrick FRANCOIS Directeur régional Rhône-Alpes de la Caisse des dépôts Agence nouvelle

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE LʼADIE RHONE-ALPES 2014 25 ANS ET TOUJOURS + INNOVANTE

RAPPORT ANNUEL DE LʼADIE RHONE-ALPES 2014 25 ANS ET TOUJOURS + INNOVANTE RAPPORT ANNUEL DE LʼADIE RHONE-ALPES 2014 25 ANS ET TOUJOURS + INNOVANTE Les 3 missions de l Adie TROIS MISSIONS QUI TRADUISENT LES VALEURS DE L ADIE FONDÉES SUR LA CONFIANCE DANS LES CAPACITÉS DE CHACUN

Plus en détail

Offre et recours aux soins de premiers recours sur le Pays Sud Charente

Offre et recours aux soins de premiers recours sur le Pays Sud Charente Offre et recours aux soins de premiers recours sur le Pays Sud Charente Cette étude a été réalisée en collaboration entre les services de l Agence Régionale de Santé (ARS), Mme Anne ROUSSEL, statisticienne

Plus en détail

Article. Sylvie Le Laidier. M/S : médecine sciences, vol. 20, n 1, 2004, p. 105-108. Pour citer cet article, utiliser l'information suivante :

Article. Sylvie Le Laidier. M/S : médecine sciences, vol. 20, n 1, 2004, p. 105-108. Pour citer cet article, utiliser l'information suivante : Article «La couverture maladie universelle : l apport de la protection complémentaire / The universal health insurance coverage established in France in 2000» Sylvie Le Laidier M/S : médecine sciences,

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

Les guides pratiques de la MNT

Les guides pratiques de la MNT Les guides pratiques de la MNT Tout ce qu il faut savoir sur... Les aides à l acquisition d une complémentaire santé Les aides à l acquisition d une complémentaire santé : mode d emploi à l usage des agents

Plus en détail

Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes

Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes Un tissu d entreprises en mutation Edition 2012 Septembre 2012 1 SOMMAIRE I. Caractéristiques des Très Petites Entreprises du BTP en

Plus en détail

PROTECTION MALADIE LA COMPLÉMENTAIRE CMU

PROTECTION MALADIE LA COMPLÉMENTAIRE CMU LA COMPLÉMENTAIRE CMU La complémentaire CMU (Couverture maladie universelle) est une protection maladie complémentaire de service public, gratuite, sous condition de ressources, dont le contenu est défini

Plus en détail

La complémentaire santé : une généralisation qui

La complémentaire santé : une généralisation qui La complémentaire santé : une généralisation qui n efface pas les inégalités Thibaut De Saint Pol, François Marical To cite this version: Thibaut De Saint Pol, François Marical. La complémentaire santé

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE LE SYSTÈME DE SANTÉ POUR SE SOIGNER

MIEUX COMPRENDRE LE SYSTÈME DE SANTÉ POUR SE SOIGNER Pour en savoir plus, rendez-vous sur : www.cmu.fr www.ameli.fr www.securite-sociale.fr + 3646 MIEUX COMPRENDRE LE SYSTÈME DE SANTÉ POUR SE SOIGNER ACS CMU Caisse Primaire d Assurance Maladie 5, avenue

Plus en détail

n 8 Hépatites virales chroniques : faciliter mes démarches...

n 8 Hépatites virales chroniques : faciliter mes démarches... HépatiteC onseil n 8 Ma maladie Mon traitement Ma vie sociale Hépatites virales chroniques : faciliter mes démarches... Sommaire ( Qu est-ce 1 2 3 Les hépatites chroniques sont des affections de longue

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE LE SYSTÈME DE SANTÉ POUR SE SOIGNER

MIEUX COMPRENDRE LE SYSTÈME DE SANTÉ POUR SE SOIGNER Pour en savoir plus, rendez-vous sur : MIEUX COMPRENDRE LE SYSTÈME DE SANTÉ POUR SE SOIGNER www.cmu.fr www.ameli.fr www.securite-sociale.fr + 3646 ACS CMU Caisse Primaire d Assurance Maladie 657 boulevard

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE PROTECTION SOCIALE ASSURANCE MALADIE, MATERNITÉ, DÉCÈS MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION

Plus en détail

Couverture Maladie Universelle, de base et complémentaire Aide à la Complémentaire Santé L essentiel à retenir

Couverture Maladie Universelle, de base et complémentaire Aide à la Complémentaire Santé L essentiel à retenir Couverture Maladie Universelle, de base et complémentaire Aide à la Complémentaire Santé L essentiel à retenir Mai 2014 Présentation CCAS dans le cadre de la convention UDCCAS 21 /CPAM Côte d Or Le droit

Plus en détail

Etudier à l étranger FRANCE

Etudier à l étranger FRANCE Etudier à l étranger FRANCE Bienvenue en FRANCE 1 Si vous êtes étudiant belge venant en France dans le cadre d un programme d échange (type Erasmus) Quand suis-je considéré comme étudiant? Dès lors que

Plus en détail

Transports sanitaires

Transports sanitaires Observatoire régional de la santé des Pays de la Loire Juillet 2015 www.santepaysdelaloire.com La santé observée dans les Pays de la Loire Transports sanitaires L'essentiel En 2014, 5,6 millions de patients

Plus en détail

Besoin et offre de formation dans les métiers du Bâtiment en lien avec le Grenelle de l Environnement

Besoin et offre de formation dans les métiers du Bâtiment en lien avec le Grenelle de l Environnement Phase 2: Analyse du besoin des entreprises Besoin et offre de formation dans les métiers du Bâtiment en lien avec le Grenelle de l Environnement Les plus fortes demandes en «Construction durable» Estimation

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires L0Z-Secrétaires Synthèse En moyenne sur la période 2007-2009, 484 000 personnes exercent le métier de secrétaire, assurant des fonctions de support, de coordination, de gestion et de communication. Les

Plus en détail

Les dépassements d honoraires médicaux

Les dépassements d honoraires médicaux Les dépassements d honoraires médicaux Rapport présenté par : Pierre ABALLEA, Fabienne BARTOLI, Laurence ESLOUS et Isabelle YENI Membres de l Inspection générale des affaires sociales Rapport n RM 2007-054P

Plus en détail

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Édition 2015 ENVIRONNEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE Le déficit du régime général En milliards d 2012 2013 Prévisions 2014 0,6 0,2-0,2-2,5-3,2-2,9-5,9-6,8-6

Plus en détail

Accès aux soins, CMU et AME. Intervention DU Santé / Précarité 6 janvier 2011

Accès aux soins, CMU et AME. Intervention DU Santé / Précarité 6 janvier 2011 Accès aux soins, CMU et AME Intervention DU Santé / Précarité 6 janvier 2011 1. L accès aux soins : Possibilité à chacun de se faire soigner comme il convient. La Constitution garantit le droit à la protection

Plus en détail

Cet article s attache tout d abord

Cet article s attache tout d abord Méthodes internationales pour comparer l éducation et l équité Comparaison entre pays des coûts de l éducation : des sources de financement aux dépenses Luc Brière Marguerite Rudolf Bureau du compte de

Plus en détail

La protection sociale en France

La protection sociale en France 18 La protection sociale en France FONCTIONNEMENT La protection sociale peut fonctionner selon trois logiques. LA LOGIQUE D ASSURANCE SOCIALE La logique d assurance sociale a pour objectif de prémunir

Plus en détail

anté pharmacie La complémentaire santé des salariés de pharmacies d officine SANTÉ TRANSPORT

anté pharmacie La complémentaire santé des salariés de pharmacies d officine SANTÉ TRANSPORT anté pharmacie La complémentaire santé des salariés de pharmacies d officine SANTÉ TRANSPORT Santé Pharmacie, une offre conforme à vos obligations conventionnelles APRIL Entreprise Prévoyance vous propose

Plus en détail

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage éclairages ÉTUDES ET ANALYSES N 5 AVRIL 213 QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? L Unédic a réalisé une étude pour approfondir la compréhension de la population des allocataires

Plus en détail

MASSEUR-KINÉSITHÉRAPEUTE

MASSEUR-KINÉSITHÉRAPEUTE MASSEUR-KINÉSITHÉRAPEUTE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU MASSEUR-KINÉSITHÉRAPEUTE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU MASSEUR-KINÉSITHÉRAPEUTE... 5 L'ACTIVITÉ DU MASSEUR-KINÉSITHÉRAPEUTE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DU MASSEUR-KINÉSITHÉRAPEUTE...

Plus en détail

Lutter contre les exclusions

Lutter contre les exclusions D 2 COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS Si, globalement, la population vélizienne semble peu exposée au risque d exclusion (taux d emploi élevé, revenu médian moyen,

Plus en détail

La Couverture Maladie Universelle Complémentaire (CMU-C), instituée par la loi du 27 juillet 1999, s adresse aux

La Couverture Maladie Universelle Complémentaire (CMU-C), instituée par la loi du 27 juillet 1999, s adresse aux La gestion des bénéficiaires de la CMU-C par les organismes complémentaires agréés Par Ophélie BEAU, Amandine FLOTTES, Hélène MAGNON et Jonathan WINO, Anciens élèves de la 52 e promotion de l EN3S Et sous

Plus en détail

ETUDIER À L ÉTRANGER BELGIQUE

ETUDIER À L ÉTRANGER BELGIQUE ETUDIER À L ÉTRANGER BELGIQUE BIENVENUE EN BELGIQUE Vous avez décidé de venir étudier en Belgique, félicitations! Notre pays est reconnu pour la qualité de son accueil, son sens de l'humour, ses bières,

Plus en détail

Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins

Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins études résultats et N 603 octobre 2007 Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins Une enquête a été effectuée par la DREES au deuxième trimestre 2006 auprès de personnes

Plus en détail

Le baromètre. Dauphine-Crédit Foncier. de l immobilier résidentiel. Tendance globale

Le baromètre. Dauphine-Crédit Foncier. de l immobilier résidentiel. Tendance globale Le baromètre Dauphine-Crédit Foncier de l immobilier résidentiel Tendance globale N. 3 Juin 2011 Kevin Beaubrun-Diant, co-responsable de la chaire «Ville et Immobilier», Université Paris-Dauphine. Cette

Plus en détail

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Une réforme pour réduire le coût des crédits renouvelables et

Plus en détail

SOCIALES ENQUÊTES & OBSERVATIONS. Accès aux soins et à la santé : l action des CCAS. Sommaire. www.unccas.org JUIN 2014 N 7. Les enquêtes de l UNCCAS

SOCIALES ENQUÊTES & OBSERVATIONS. Accès aux soins et à la santé : l action des CCAS. Sommaire. www.unccas.org JUIN 2014 N 7. Les enquêtes de l UNCCAS www.unccas.org Sommaire ENQUÊTES & OBSERVATIONS SOCIALES Les enquêtes de l UNCCAS JUIN 2014 N 7 Accès aux soins et à la santé : l action des CCAS Page 2 Méthodologie de l étude Page 3 Principaux résultats

Plus en détail

jçíçêáë~íáçå=éí=ãçäáäáí =W=ÇÉë= ÅçãéçêíÉãÉåíë=éäìë=ê~íáçååÉäë=\==

jçíçêáë~íáçå=éí=ãçäáäáí =W=ÇÉë= ÅçãéçêíÉãÉåíë=éäìë=ê~íáçååÉäë=\== = = ëééíéãäêé=omnm= Fiche n MQ= jçíçêáë~íáçå=éí=ãçäáäáí =W=ÇÉë= ÅçãéçêíÉãÉåíë=éäìë=ê~íáçååÉäë=\== = = L Enquête Nationale Trports et Déplacements (ENTD) réalisée en 27- est l occasion de faire le point

Plus en détail

Protection sociale. 1 Les différents régimes de protection sociale en France

Protection sociale. 1 Les différents régimes de protection sociale en France Protection sociale La multiplicité des régimes de protection sociale conduit les pluriactifs à des situations administratives complexes : chacune de leurs activités les rattache à une caisse spécifique.

Plus en détail

Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques sociaux.

Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques sociaux. R4 = SÉCURITÉ SOCIALE, CMU, ABUS ET FRAUDES R4 = SÉCURITÉ SOCIALE, CMU, ABUS ET FRAUDES DÉFINITION : Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques

Plus en détail

Les parcs de logements et leur occupation. dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence. Situation 2005 et évolution 1999-2005

Les parcs de logements et leur occupation. dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence. Situation 2005 et évolution 1999-2005 Les parcs de logements et leur occupation dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence Situation 2005 et évolution 1999-2005 Décembre 2008 Le territoire d étude 2 Agence de développement et d urbanisme

Plus en détail

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins Observatoire National de la santé des jeunes Accès aux droits et aux soins Données septembre 2012 «Observatoire santé UNHAJ - accès aux droits et aux soins» La santé des jeunes sous observationerreur!

Plus en détail

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme?

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? par Alain Jacquot CNAF-Bureau des Prévisions Les CAF versent une trentaine de prestations (prestations familiales stricto sensu, aides au logement, et

Plus en détail

En 2013, 605 organismes pratiquent

En 2013, 605 organismes pratiquent j u i n Le marché de l assurance complémentaire santé : des excédents dégagés en 2013 En 2013, 33 milliards d euros de cotisations ont été collectés sur le marché de l assurance complémentaire santé en

Plus en détail

Typologie des contrats les plus souscrits auprès des complémentaires santé en 2006

Typologie des contrats les plus souscrits auprès des complémentaires santé en 2006 études résultats et N 663 octobre 2008 Typologie des contrats les plus souscrits auprès des complémentaires santé en 2006 L enquête annuelle de la DREES auprès des mutuelles, des institutions de prévoyance

Plus en détail

Baromètre France générosités- CerPhi Evolution des dons des particuliers et du profil des donateurs - 2010 & 2011

Baromètre France générosités- CerPhi Evolution des dons des particuliers et du profil des donateurs - 2010 & 2011 Baromètre France générosités- CerPhi Evolution des dons des particuliers et du profil des donateurs - 2010 & 2011 Baromètre établi à partir des sources suivantes: 2010 - Données transmises par la Direction

Plus en détail

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Focus Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Introduction Le travailleur qui devient chômeur et qui est admissible sur base de prestations de travail se voit, en application du principe

Plus en détail

Faciliter l adhésion à une complémentaire santé

Faciliter l adhésion à une complémentaire santé Faciliter l adhésion à une complémentaire santé la CPAM de l Oise aide financièrement les assurés qui en ont besoin 4 octobre 2011 Contacts presse : Françoise De Rocker 03 44 10 11 12 francoise.de-rocker@cpam-oise.cnamts.fr

Plus en détail

La Banque de Savoie, une année florissante

La Banque de Savoie, une année florissante Communiqué de presse le 15 mai 2014, à Chambéry, La Banque de Savoie, une année florissante A l occasion de son Assemblée Générale qui s est tenue au Siège Social, le 22 avril 2014, la Banque de Savoie

Plus en détail

ACCUEIL DE JOUR ET HEBERGEMENT TEMPORAIRE POUR PERSONNES AGEES EN POITOU-CHARENTES

ACCUEIL DE JOUR ET HEBERGEMENT TEMPORAIRE POUR PERSONNES AGEES EN POITOU-CHARENTES OBSERVATOIRE REGIONAL DE LA SANTE Poitou-Charentes ACCUEIL DE JOUR ET HEBERGEMENT TEMPORAIRE POUR PERSONNES AGEES EN POITOU-CHARENTES Enquête auprès des établissements de Poitou-Charentes Etude commanditée

Plus en détail

Guide. Frontalier. Suisse

Guide. Frontalier. Suisse Guide Frontalier du Suisse Sommaire A. Généralités 3 1. L accord sur la libre circulation des personnes 3 2. Le droit d option 5 B. Je pars travailler en Suisse et j habite en France 7 1. Quel est mon

Plus en détail

Prochaine rencontre: jeudi 15 mai, 10h00/12h00 Maison des Habitants Centre-ville - 2 rue du Vieux Temple - Grenoble

Prochaine rencontre: jeudi 15 mai, 10h00/12h00 Maison des Habitants Centre-ville - 2 rue du Vieux Temple - Grenoble Prochaine rencontre: jeudi 15 mai, 10h00/12h00 Maison des Habitants Centre-ville - 2 rue du Vieux Temple - Grenoble mortderuegrenoble.wordpress.com La «barque-mémoire» et «la passerelle», construits en

Plus en détail

La santé des jeunes Rhônalpins en insertion

La santé des jeunes Rhônalpins en insertion La santé des jeunes Rhônalpins en insertion Diagnostic commun et actions partenariales URML, URHAJ et MFRA CRDSU (centre de ressources et d'échanges pour le développement social urbain) 12 octobre 2012

Plus en détail

SYNTHÈSE. En 2012, la province Sud compte 16 700 personnes. Le maintien à domicile : solution privilégiée des personnes âgées

SYNTHÈSE. En 2012, la province Sud compte 16 700 personnes. Le maintien à domicile : solution privilégiée des personnes âgées SYNTHÈSE BP 823-98845 Nouméa Nouvelle-Calédonie (687) 27 54 81 isee@isee.nc www.isee.nc Directeur de la publication Alexandre Gautier Conception et réalisation Département publications Synthèse N 3 Édition

Plus en détail

la création d entreprise en nord-pas de calais

la création d entreprise en nord-pas de calais Nord-Pas de Calais N 184 SEPTEMBRE 2014 la création d entreprise en nord-pas de calais Près de 24 000 créations d entreprise en 2013 en Nord-Pas de Calais En 2013, les créations ont légèrement baissé en

Plus en détail

Tableau de bord VAE 2011. Statistiques des Points Relais Information Conseil et des valideurs

Tableau de bord VAE 2011. Statistiques des Points Relais Information Conseil et des valideurs Tableau de bord VAE 2011 Statistiques des Points Relais Information Conseil et des valideurs 1 Préambule Ce document rassemble des données relatives à l organisation de la VAE en région Rhône-Alpes pour

Plus en détail

La certification des entreprises de Bâtiment et de Travaux Publics en Rhône-Alpes : les enjeux

La certification des entreprises de Bâtiment et de Travaux Publics en Rhône-Alpes : les enjeux C.E.R.A. Cellule Économique Rhône-Alpes Observatoire Régional du BTP La certification des entreprises de Bâtiment et de Travaux Publics en Rhône-Alpes : les enjeux Edition décembre 2006 INTRODUCTION Les

Plus en détail

Ateliers Santé Ville de Marseille

Ateliers Santé Ville de Marseille Ateliers Santé Ville de Marseille QUESTIONS-REPONSES SUR LES DROITS A LA COUVERTURE MALADIE Dernière mise à jour : 07 mars 2011 Préambule Ce document est destiné aux professionnels concernés par les questions

Plus en détail

La qualité des services mobiles en France métropolitaine

La qualité des services mobiles en France métropolitaine Juin 2014 La qualité des services mobiles en France métropolitaine Synthèse de l enquête 2014 ISSN : 2258-3106 Synthèse des résultats de l enquête 2014 de l ARCEP sur la qualité des services mobiles Ce

Plus en détail

Chapitre VII. La gestion de la couverture maladie universelle complémentaire

Chapitre VII. La gestion de la couverture maladie universelle complémentaire 203 Chapitre VII La gestion de la couverture maladie universelle complémentaire LA GESTION DE LA COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE COMPLEMENTAIRE 205 PRESENTATION La loi du 27 juillet 1999 portant création

Plus en détail

Demandeurs d'emploi inscrits et offres collectées par Pôle emploi en Guadeloupe en février 2015

Demandeurs d'emploi inscrits et offres collectées par Pôle emploi en Guadeloupe en février 2015 DIECCTE DR Pôle emploi et Îles du Nord Demandeurs d'emploi inscrits et offres collectées par Pôle emploi en en février 2015 Demandeurs d'emploi inscrits en fin de mois à Pôle emploi Catégories A et A,

Plus en détail

Les diplômes. Session 2012

Les diplômes. Session 2012 note d information 13.05 AVRIL À la session 2012, 557 600 diplômes de l enseignement des niveaux IV et V ont été délivrés en France, dont 90 % par le ministère de l éducation nationale. 40 % de ces diplômes

Plus en détail

livret d accueil Frais de santé

livret d accueil Frais de santé www.verspieren.com livret d accueil Frais de santé Santé Prévoyance Ce document n a pas de valeur contractuelle. Télétransmission, tiers-payant, décompte frais de santé un langage parfois compliqué pour

Plus en détail

Le nombre de cotisants de solidarité agricoles diminue de 2 % entre 2010 et 2011.

Le nombre de cotisants de solidarité agricoles diminue de 2 % entre 2010 et 2011. Synthèses Mars 2012 L Observatoire Economique et Social Les cotisants de solidarité en 2011 Le nombre de cotisants solidaires s élève à 110 106 en 2011, en baisse de 2,3 % par rapport à 2010. Toutefois,

Plus en détail

Demandeurs d'emploi inscrits et offres collectées par Pôle emploi en Guyane en janvier 2015

Demandeurs d'emploi inscrits et offres collectées par Pôle emploi en Guyane en janvier 2015 DIECCTE DR Pôle emploi Demandeurs d'emploi inscrits et offres collectées par Pôle emploi en en janvier 2015 Demandeurs d'emploi inscrits en fin de mois à Pôle emploi Catégories A et A, B, C (en cvs) 24

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail

Professeur Patrice FRANCOIS

Professeur Patrice FRANCOIS UE7 - Santé Société Humanité Médecine et Société Chapitre 4 : Protection sociale Partie 2 : L assurance maladie Professeur Patrice FRANCOIS Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble

Plus en détail

ASSEMBLÉE DES COMMUNAUTÉS DE FRANCE

ASSEMBLÉE DES COMMUNAUTÉS DE FRANCE ASSEMBLÉE DES COMMUNAUTÉS DE FRANCE L évolution des effectifs intercommunaux NOTE TECHNIQUE Juillet 2012 1. Une augmentation des effectifs dans les collectivités locales La fonction publique territoriale

Plus en détail

Guide de la mutuelle d entreprise 2014 : Loi ANI, nouvelles règles du jeu

Guide de la mutuelle d entreprise 2014 : Loi ANI, nouvelles règles du jeu Guide de la mutuelle d entreprise 2014 : Loi ANI, nouvelles règles du jeu Ce guide est destiné à tous les responsables d entreprise désireux de comprendre les principes et les modalités de mise en place

Plus en détail

Le non-recours aux soins en région Rhône-Alpes

Le non-recours aux soins en région Rhône-Alpes Le non-recours aux soins en région Rhône-Alpes Caractéristiques des consultants examinés dans les CES de l Assurance Maladie Auteurs : Caroline Dupré, René Guéguen, Jean-Denis SIMO Remerciements : Jean-Jacques

Plus en détail

Octobre 2012. HABITAT PACT RHONE-ALPES une coopérative pour développer l offre de logements d insertion

Octobre 2012. HABITAT PACT RHONE-ALPES une coopérative pour développer l offre de logements d insertion Octobre 2012 HABITAT PACT RHONE-ALPES une coopérative pour développer l offre de logements d insertion 1 Notre projet Jean Jacques ARGENSON Président du Conseil de surveillance Dans le contexte de la crise

Plus en détail

Objectif. La capacité de l appareil de production à répondre à la demande. La demande client en matière d éco-rénovation.

Objectif. La capacité de l appareil de production à répondre à la demande. La demande client en matière d éco-rénovation. CERA Février 2011 Objectif Définir les stratégies les plus adéquates pour dynamiser rapidement le marché de l éco-rénovation au regard de : la demande client en matière d éco-rénovation l état du parc

Plus en détail

Évolution du tissu artisanal en Bretagne

Évolution du tissu artisanal en Bretagne du tissu artisanal en Bretagne Alors que le nombre d entreprises artisanales bretonnes a baissé depuis 1990, 28 000 emplois salariés supplémentaires ont été créés dans le secteur en 14 ans. La taille des

Plus en détail

4. L assurance maladie

4. L assurance maladie L ASSURANCE MALADIE 73 4. L assurance maladie Comme l assurance maladie est obligatoire, toute personne domiciliée en Suisse doit être convenablement couverte. C est actuellement le cas, avec un très large

Plus en détail

Startup Santé. Les avantages pour vous :

Startup Santé. Les avantages pour vous : Startup Santé. - Documentation commerciale MUTUALP est une Mutuelle régie par le Code de la Mutualité, de l économie sociale et solidaire. C est une mutuelle régionale à taille humaine, solide et performante.

Plus en détail

P.A.R.A.D.S. PÔLES D ACCUEIL EN RÉSEAU POUR L ACCÈS AUX DROITS SOCIAUX

P.A.R.A.D.S. PÔLES D ACCUEIL EN RÉSEAU POUR L ACCÈS AUX DROITS SOCIAUX P.A.R.A.D.S. PÔLES D ACCUEIL EN RÉSEAU POUR L ACCÈS AUX DROITS SOCIAUX MAI 2011 SOMMAIRE ADMINISTRATIF - DOMICILIATION - C.N.I Carte Nationale d Identité - EXTRAIT D ACTE DE NAISSANCE - DEMANDE D ASILE

Plus en détail

FIP Amundi France Développement 2015

FIP Amundi France Développement 2015 FIP Amundi France Développement 2015 Fonds d investissement de Proximité : Fonds de Capital Investissement Ile de France, Bourgogne, Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d Azur Parts A1 : éligibles à la

Plus en détail

E-ASSURÉS RECHERCHE LE PROFIL DES PERSONNES ASSURANCE SANTÉ DES A LA SUR INTERNET D UNE PUBLIÉ PAR. 2 e ÉDITION

E-ASSURÉS RECHERCHE LE PROFIL DES PERSONNES ASSURANCE SANTÉ DES A LA SUR INTERNET D UNE PUBLIÉ PAR. 2 e ÉDITION L OBSERVATOIRE PUBLIÉ PAR LE PROFIL DES PERSONNES A LA RECHERCHE DES D UNE E-ASSURÉS 2 e ÉDITION SEPTEMBRE NOVEMBRE ASSURANCE SANTÉ SUR INTERNET QUI SOMMES-NOUS? PRÉSENTATION DE cmonassurance est un e-courtier,

Plus en détail

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015 Conseil Economique, Social & Environnemental Régional Point d actualité Séance plénière 2 février 2015 Rapporteur général : Jean-Jacques FRANCOIS, au nom du Comité de Conjoncture CONTEXTE GÉNÉRAL A la

Plus en détail

Pour la santé des jeunes et des personnes âgées en Rhône-Alpes

Pour la santé des jeunes et des personnes âgées en Rhône-Alpes Pour la santé des jeunes et des personnes âgées en Rhône-Alpes R a p p o r t e u r M. Antoine QUADRINI 2 ème vice-président du CESER Rhône-Alpes Président sortant de la commission n 5 «Solidarités» C o

Plus en détail

Évaluation de la Loi CMU

Évaluation de la Loi CMU Évaluation de la Loi CMU RAPPORT N V NOVEMBRE 2011 réalisé en application de l article 34 de la loi n 99-641 du 27 juillet 1999 Tour Onyx 10, rue Vandrezanne 75013 PARIS 01 58 10 11 90 01 58 10 11 99 www.cmu.fr

Plus en détail

L évolution de l illettrisme en France

L évolution de l illettrisme en France une comparaison dans le temps établie avec les mêmes outils de mesure L évolution de l illettrisme en France Agence Nationale de Lutte Contre l Illettrisme Pour l accès de tous à la lecture, à l écriture

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITÉ FONDS DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION COMPLÉMENTAIRE DE LA COUVERTURE UNIVERSELLE DU RISQUE MALADIE

RAPPORT D ACTIVITÉ FONDS DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION COMPLÉMENTAIRE DE LA COUVERTURE UNIVERSELLE DU RISQUE MALADIE RAPPORT D ACTIVITÉ 2013 FONDS DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION COMPLÉMENTAIRE DE LA COUVERTURE UNIVERSELLE DU RISQUE MALADIE Sommaire AVANT-PROPOS 02 ÉDITO 04 1. Des effectifs en constante évolution mais

Plus en détail

E-ASSURÉS RECHERCHE LE PROFIL DES PERSONNES ASSURANCE SANTÉ DES A LA SUR INTERNET D UNE PUBLIÉ PAR. 23 e ÉDITION

E-ASSURÉS RECHERCHE LE PROFIL DES PERSONNES ASSURANCE SANTÉ DES A LA SUR INTERNET D UNE PUBLIÉ PAR. 23 e ÉDITION L OBSERVATOIRE PUBLIÉ PAR LE PROFIL DES PERSONNES A LA RECHERCHE DES D UNE E-ASSURÉS 23 e ÉDITION SEPTEMBRE NOVEMBRE 2014 ASSURANCE SANTÉ SUR INTERNET QUI SOMMES-NOUS? PRÉSENTATION DE cmonassurance est

Plus en détail

REPONSE AUX QUESTIONS PORTANT SUR LA MISE EN CONCURRENCE DES CONTRATS ACS. Document du 20 janvier 2015. I. Candidature

REPONSE AUX QUESTIONS PORTANT SUR LA MISE EN CONCURRENCE DES CONTRATS ACS. Document du 20 janvier 2015. I. Candidature REPONSE AUX QUESTIONS PORTANT SUR LA MISE EN CONCURRENCE DES CONTRATS ACS Document du 20 janvier 2015 I. Candidature Un organisme complémentaire qui ne dispose pas de l agrément dit «branche 2» peut-il

Plus en détail

santé le parcours de soins Mémento

santé le parcours de soins Mémento santé le parcours de soins Mémento Informations pratiques Qu est-ce que le parcours de soins? Le parcours de soins est un circuit que vous devez respecter pour bénéficier d un suivi médical coordonné,

Plus en détail

Mieux comprendre la protection sociale

Mieux comprendre la protection sociale Mieux comprendre la protection sociale www.cnrs.fr Direction des ressources humaines Service du développement social Septembre 2010 1 - En préambule Premier volet : ma protection sociale en quelques lignes

Plus en détail

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Dares Analyses FÉVRIER 2014 N 016 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques L EMPLOI DANS LES TRÈS PETITES ENTREPRISES EN DÉCEMBRE 2012 Les entreprises

Plus en détail

+ Les médecins concernés Activité libérale intégrale ou mixte

+ Les médecins concernés Activité libérale intégrale ou mixte + Unité REMES DEMOMED 75 Etude sur la démographie médicale parisienne RESTITUTION DES RESULTATS 28 janvier 2014 Hôtel de Ville de Paris + Les médecins concernés Activité libérale intégrale ou mixte CPAM

Plus en détail

La loi, Accord National Interprofessionnel (ANI) : contenu, objectifs Crédit Mutuel Groupama MAAF

La loi, Accord National Interprofessionnel (ANI) : contenu, objectifs Crédit Mutuel Groupama MAAF Mot d accueil Sommaire La loi, Accord National Interprofessionnel (ANI) : contenu, objectifs Crédit Mutuel Groupama MAAF La complémentaire santé : des échéances différentes selon les métiers Harmonie Mutuelle

Plus en détail

Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil Les durées d assurance validées par les actifs pour leur retraite

Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil Les durées d assurance validées par les actifs pour leur retraite CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 9 juillet 214 à 9 h 3 «Carrières précaires, carrières incomplètes et retraite» Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil Les durées

Plus en détail