Les bénéficiaires de la CMU en Rhône-Alpes au 31 décembre 2003

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les bénéficiaires de la CMU en Rhône-Alpes au 31 décembre 2003"

Transcription

1 La Lettre de la DRASS N L Avril 2006 Les bénéficiaires de la CMU en Rhône-Alpes au 31 décembre 2003 Au 31 décembre 2003, rhônalpins sont affi liés à l assurance maladie par le dispositif de la couverture maladie universelle (CMU) de base seule et autres sont couverts par la CMU complémentaire avec ou sans la couverture de base. Les taux de couverture de la CMU complémentaire varient de 2,8% en Haute-Savoie à 7,2% dans la Drôme. Ils sont en baisse par rapport à décembre 2001 dans tous les départements, sauf dans le Rhône. En Rhône-Alpes fin 2003, personnes bénéfi cient 1 du dispositif de Couverture Maladie Universelle (CMU). Pour la plupart, il s agit de la CMU complémentaire (CMUC), accompagnée dans un cas sur quatre par la CMU de base. En complément du dispositif CMU, l Aide médicale d Etat (AME) couvre personnes ne présentant pas les conditions de stabilité de résidence en France permettant d accéder à la CMU. La moitié d entre elles se trouvent dans le Rhône bénéficiaires de la CMU fin 2003 Source : CPAM de Lyon, DRASS Les enfants sont les premiers bénéfi ciaires du dispositif, et parmi les médecins libéraux, ce sont les généralistes et les pédiatres qui reçoivent la plus forte proportion de patients bénéfi ciaires de la CMU complémentaire. Base 12% Base et CMUC 22% CMUC 66% 1 Les bénéficiaires de la CMU correspondent à l ensemble des personnes couvertes par le dispositif.

2 Les bénéficiaires de la CMU de base seule, s ils restent minoritaires, sont en augmentation sensible dans tous les départements de la région par rapport à 2001 (+55%) alors que la CMUC recule partout, excepté dans le Rhône (-5% pour la région). Le dispositif CMU dans son ensemble (base et/ou complémentaire) est en repli en Rhône- Alpes, sauf dans le Rhône qui fait exception avec une croissance importante (+16%). Il semble que le recul de la CMU en 2003 par rapport à 2001 ne traduise pas un recul significatif de la précarité dans la région, mais soit lié à des phénomènes de nature diverse et qui ne sont pas spécifiquement rhônalpins : 2001 avait été une année d adaptation, avec encore des mouvements importants du nombre de bénéficiaires pour des raisons administratives. En 2002, le nombre de bénéficiaires a baissé, en lien avec une stabilisation des règles et un contexte économique plutôt favorable. En 2003, la tendance s inverse, la hausse est quasi générale en France, surtout au dernier trimestre. On ne retrouve pas cette amplification du dispositif en Rhône-Alpes, sauf dans le département du Rhône ce qui laisse penser que la région a été touchée un peu moins fortement et plus tard que la moyenne française. On peut s attendre à trouver la traduction de ce retard en % des bénéficiaires de la CMUC sont des assurés du régime général. La MSA et la CMR gèrent respectivement 1,5% Baisse du taux de couverture (1) de la CMUC entre 2001 et 2003 dans tous les départements, sauf dans le Rhône Source : Cpam de Lyon - Insee - RPP99 - Drass Rhône-Alpes 9% 6% et 3,2% des dossiers. Les départements ruraux du sud de la région sont les plus concernés : 11,8% des bénéficiaires ardéchois et 10,3% des drômois dépendent de la MSA ou de la CMR. Par rapport à 2001, la part des dossiers gérés par la MSA baisse de moitié, y compris dans ces deux départements, en lien avec le recul du nombre d agriculteurs. La part de la CMR, en revanche, est partout orientée à la hausse. La CMUC concerne, en 2003, 5,3 % de la population de Rhône-Alpes. Ce taux de couverture est inférieur à celui de l ensemble de la France métropolitaine (6,8%) mais les taux moyens cachent d importants écarts entre les départements : la Haute-Savoie a le plus faible taux de couverture de tous les départements français (2,8%) et dans la région, le taux maximum est celui de la Drôme ( 7,2% ). L Ain et la Savoie sont en dessous de la moyenne régionale, l Isère, l Ardèche et la Loire proches de la moyenne et le Rhône est nettement au dessus. Comme les effectifs de bénéficiaires, les taux de couverture de la CMUC reculent par rapport à 2001 dans tous les départements, sauf dans le Rhône. 3% 0% Ain Ardèche Drôme Isère Loire Rhône Savoie Haute- Savoie (1) Le taux de couverture est la part des habitants couverte par la CMUC Rhône- Alpes CMUC et bas revenus dans les cantons rhônalpins : forte corrélation Source : Cpam de Lyon - Insee - RP99 - Drass Lecture : chaque point représente un canton, placé selon son taux de couverture de la CMUC en abscisse et son taux de couverture des bas revenus en ordonnés. Le fait que presque tous les cantons se trouvent proches de la droite illustre l intensité du lien entre les deux indicateurs. A l échelle cantonale, on distingue des zones de forte CMUC dans certains cantons ruraux souvent isolés et en situation économique difficile. Ainsi, les territoires du Diois et des Baronnies dans la Drôme, les hauts plateaux de l Ardèche, la vallée de la Valserine et son prolongement vers Belley, le canton de Saint-Marcellin malgré sa position sur la liaison entre Valence et Grenoble, et celui de La Tour-du-Pin entre Lyon, Chambéry et Grenoble... Mais si les taux de couverture de la CMUC y sont élevés, la population de ces cantons ruraux est peu nombreuse et le nombre de bénéficiaires du dispositif reste malgré tout limité. En revanche, dans les grandes villes et leurs banlieues, les taux de couverture élevés vont de pair avec des effectifs très importants. A l exception de Limonest, tous les cantons urbains fortement peuplés de la région ont des taux de couverture de la CMUC élevés. Les trois premiers sont Vaulx-en-Velin (23%), Vénissieux (16%) et Valence (16%). L axe joignant Rillieux-la-Pape au Chambon-Feugerolles en passant par Lyon et Saint-Etienne est aussi très concerné par la CMU. 2

3 On retrouve un schéma proche de la carte de la précarité et de la pauvreté dans la région. La corrélation entre taux de couverture de la CMU et taux de couverture des allocataires CAF à bas revenus est très forte comme l indique le graphique ci-contre. Le lien entre les taux de couverture de la CMU et du RMI est très étroit également. Sa représentation donnerait le même type de schéma. L analyse de la CMUC par âge montre que les enfants sont les premiers bénéfi ciaires : un tiers des personnes couvertes par la CMUC a moins de 15 ans alors que cette tranche d âge ne représente qu à peine 20 % de la population rhônalpine. Ceci traduit la forte représentation des familles nombreuses dans le dispositif. Le taux de couverture CMUC des plus jeunes enfants (moins de 5 ans) atteint 10%. Il décroît avec l âge ( un point de moins par tranche quinquennale) et n est plus que de 6% entre 20 et 25 ans. Il s élève nettement à 25 et 26 ans avec l entrée dans le dispositif des nouveaux bénéficiaires du RMI puis décroît à nouveau régulièrement ensuite. Au delà de 65 ans, moins de 1% de la population dépend de la CMUC. La structure d âge des bénéficiaires de la CMU de base est plus proche de celle de la population. Les taux de couverture varient peu avec l âge, les adultes de 25 à 40 ans étant un peu plus représentés que les autres. Nombre de bénéficiaires et taux de couverture de la CMUC Source : Drass Rhône-Alpes - Cpam - Insee RP 1999 Nombre de bønøficiaires de la CMU 1 point =300 Sources : DRASS - CPAM-MSA-CMR - RP 1999 Part bønøficiaires de la CMU en % Moins de 3% 3 5% 5 10% % Toutes spécialités confondues, la part de la clientèle bénéficiaire de la CMUC dans l ensemble des patients des médecins libéraux de la région s élève à 5,6%. Ce sont les généralistes et les pédiatres qui reçoivent la plus forte proportion de bénéficiaires de la CMUC (respectivement 7,1% et 6,8%). Ces proportions sont plus élevées que le poids de la CMUC dans la population ce qui indique que les bénéficiaires du dispositif dans leur ensemble recourent plus aux généralistes et aux pédiatres libéraux que le reste de la population, sans doute en lien avec la forte proportion d enfants dans la population couverte par la CMUC. Dans une moindre mesure, les ORL, psychiatres et neuro-psychiatres reçoivent également une part relativement élevée de patients couverts par la CMUC (5,7%). Le taux de couverture de la CMUC décroît avec l âge Taux de couverture de la CMU en 2003 Source : Cpam de Lyon - Insee - Estimation localisée de population - Drass 10% 9% 8% 7% 6% 5% 4% 3% 2% 1% 0% moins de 5 ans 5 à 9 ans 10 à 14ans 15 à 19 ans 20 à 24 ans 25 à 29 ans 30 à 34 ans 35 à 39 ans 40 à 44 ans 45 à 49 ans 50 à 54 ans 55 à 59 ans 60 à 64 ans 65 ans et plus Base CMUC 3

4 Le recours aux dentistes est le même pour les bénéficiaires de la CMUC que pour les autres assurés : la part de la clientèle CMUC chez ces professionnels est identique à son poids démographique. Dans toutes les autres spécialités, la clientèle CMUC est beaucoup moins importante que son poids démographique, les bénéficiaires du dispositif recourant peu aux soins de ville dans ces domaines. Pour être complète, l analyse devrait intégrer des indicateurs de recours aux soins hospitaliers, malheureusement non disponibles dans le cadre de la présente étude. Par rapport à 2001, on note un léger repli de la part de la clientèle CMUC, sauf chez les pédiatres. Le recul est particulièrement marqué chez les psychiatres (6,6% en 2001, 5,7% en 2003). La part de la clientèle CMUC chez les médecins ne reflète pas forcément l intensité des actes qui lui sont prodigués. On constate que chez les généralistes, la part en volume 1 des actes délivrés à la clientèle CMUC est moins élevée que la part de cette clientèle. Ceci traduit le fait que les volumes d actes délivrés aux patients CMUC sont moins importants que ceux des autres patients. Il n en va pas de même chez les pédiatres, psychiatres et neuro-psychiatres, ORL et gynécologues : dans ces spécialités, les actes délivrés à la clientèle CMUC sont plus lourds que ceux du reste de la clientèle. On retrouve ici vraisemblablement un effet lié à l âge de la clientèle CMUC. Dans les autres spécialités, relativement peu fréquentées par les bénéficiaires de la CMUC, les actes délivrés à ces derniers sont moins importants en volume que ceux des autres patients. Le secteur d exercice semble jouer un rôle discriminant chez les généralistes et les pédiatres Ceux qui exercent en secteur 1 sont plus concernés que ceux du secteur 2 par la clientèle CMUC, même si, théoriquement, les dépassements d honoraires ne doivent pas être appliqués à cette dernière. L explication est sans doute d abord géographique : les bénéficiaires de la CMUC résident majoritairement dans des zones où les médecins pratiquent moins de dépassements d honoraires qu ailleurs. Par ailleurs, quand les malades ont le choix, peutêtre préfèrent-ils se faire soigner en secteur 1 craignant, à tort ou à raison, d avoir à payer des dépassements en secteur 2. Dans les autres spécialités, le recours au secteur 2 est quasiment identique à celui du secteur 1. 1 Le volume des actes n est pas mesuré ici en nombre d actes mais en termes d importance des actes pratiqués (lettres clés). Part de la CMUC dans la clientèle et le volume d actes des médecins libéraux en Rhône-Alpes Année 2003 Source : Cpam de Lyon - Drass 8% 6% Part de la CMUC dans la population 4% 2% 0% Généralistes Pédiatres Neuro-psy. Psychiatres ORL Dentistes Dermato. Radiologues Ophtalmo. Anesthésistes Gynéco. Ana. cytopatho Part de la CMUC Part de la CMUC dans la clientèle dans le volume d actes Cardio. Autres spécialités 4 1

5 La Couverture Maladie Universelle La CMU est entrée en vigueur le 1 er janvier Le dispositif comporte deux volets : la CMU de base et la CMU complémentaire. La CMU de base permet d affilier automatiquement au régime général de l assurance maladie toute personne résidant en France de façon stable et régulière et n ayant pas de droits ouverts à un régime d assurance maladie à titre professionnel, d allocataire ou d ayant droit. La CMU complémentaire permet de fournir une couverture complémentaire à toute personne résidant en France de façon stable et régulière sous conditions de ressources fixées par décret. Elle remplace l aide médicale dispensée par les conseils généraux dans le cadre de l aide sociale décentralisée. Les allocataires du RMI sont éligibles de droit à la CMU complémentaire. L Aide médicale de l Etat est destinée à prendre en charge, sous conditions de ressources, les frais de santé des personnes qui ne remplissent pas les conditions de stabilité et de régularité de résidence pour bénéficier de la CMU et qui résident en France de manière ininterrompue depuis plus de trois mois. Pour en savoir plus : Les bénéficiaires de la CMU au 31 décembre 2003, DREES, Etudes et Résultats n 381, mars 2005 Monographie territoriale des bénéficiaires de la CMU, J.F.Fougnet, Lettre de la DRASS n L, juillet 2003 Sur le site internet de la DRASS Rhône-Alpes: Monographie territoriale des bénéficiaires de la CMU et analyse du recours aux soins et des consommations de soins en Rhône-Alpes, CAREPS. Se trouve dans la rubrique Le social, puis Protection sociale CMU. Les notes semestrielles de conjonctures sociales, CAF-DRASS, se trouvent dans la rubrique infos et statistiques du même site internet. Une large documentation est disponible sur le site internet du Fonds CMU : 1 5

6 Contact : Stéphanie Lemerle Tél. : Fax : Retrouvez ce document et autres publications sur le site internet DDASS/DRASS Rhône-Alpes URL : Rubrique : info-statistiques ISSN , rue Servient Lyon cedex 03 Téléphone Télécopie :

N 36. Isabelle GIRARD-LE GALLO

N 36. Isabelle GIRARD-LE GALLO D I R E C T I O N D E S S T A T I S T I Q U E S E T D E S É T U D E S N 36 Isabelle GIRARD-LE GALLO ÉVOLUTION DES DÉPENSES DE SOINS DE VILLE ENTRE 1999 ET 2001 DES PREMIERS BÉNÉFICIAIRES Entre 1999 et

Plus en détail

STABILISATION RELATIVE EN ATTENDANT LA REPRISE

STABILISATION RELATIVE EN ATTENDANT LA REPRISE Suivez l activité des entreprises du Rhône NOTE DE CONJONCTURE 1 er trimestre 2014 STABILISATION RELATIVE EN ATTENDANT LA REPRISE Malgré une fin d année 2013 conclue avec un regain d'activité et des perspectives

Plus en détail

Bilan descriptif relatif aux mesures de décote, surcote. et de cumul emploi retraite au régime général. Direction de la Sécurité sociale

Bilan descriptif relatif aux mesures de décote, surcote. et de cumul emploi retraite au régime général. Direction de la Sécurité sociale CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 26 janvier 2011-9 h 30 «Prolongation d'activité, liberté de choix et neutralité actuarielle : décote, surcote et cumul emploi retraite» Document N

Plus en détail

LA COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE (CMU) Introduction : Pourquoi cotise-t-on à des organismes complémentaires?

LA COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE (CMU) Introduction : Pourquoi cotise-t-on à des organismes complémentaires? LA COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE (CMU) Introduction : Pourquoi cotise-t-on à des organismes complémentaires? Un assuré doit cotiser auprès d un organisme d'assurance complémentaire, une mutuelle de santé,

Plus en détail

UNE DEMANDE DE RMI EN HAUSSE

UNE DEMANDE DE RMI EN HAUSSE Une année mitigée En 2008, en Poitou-Charentes, le bilan social est mitigé. Le nombre d allocataires de l ASS et de l API décline. De même, le nombre de bénéficiaires de la CMUc est en retrait. Cela peut

Plus en détail

Aide à l acquisition d une complémentaire

Aide à l acquisition d une complémentaire Les définitions présentées ci-dessous sont extraites du glossaire de l assurance complémentaire santé édité par l Union Nationale des Organismes d Assurance Maladie Complémentaire. Aide à l acquisition

Plus en détail

CMUc. Bénéficiaires de la Couverture maladie universelle complémentaire. En Poitou-

CMUc. Bénéficiaires de la Couverture maladie universelle complémentaire. En Poitou- Bénéficiaires de la Couverture maladie universelle complémentaire Depuis le 1 er janvier 2000, la loi sur la CMU (Couverture maladie universelle) permet, à toute personne résidant en France de façon stable

Plus en détail

Encadré 3. Graphique A Nombre de demandeurs d emploi de catégorie A et nombre de chômeurs au sens du BIT

Encadré 3. Graphique A Nombre de demandeurs d emploi de catégorie A et nombre de chômeurs au sens du BIT Encadré 3 Chômeurs au sens du BIT et demandeurs d emploi inscrits sur les listes de Pôle emploi Les différences conceptuelles entre chômage au sens du BIT et inscription à Pôle emploi Le chômage au sens

Plus en détail

Présentation de l Analyse de Besoins Sociaux

Présentation de l Analyse de Besoins Sociaux Présentation de l Analyse de Besoins Sociaux L'analyse des Besoins Sociaux (ABS) sur le territoire de la commune de la Bordeaux est une procédure annuelle qui doit permettre une appréhension globale des

Plus en détail

FOCUS «Les aînés et le CPAS»

FOCUS «Les aînés et le CPAS» FOCUS «Les aînés et le CPAS» Numéro 11 Mai 2015 1. Introduction En Belgique, 15,1% de la population vit sous le seuil de pauvreté. Ce pourcentage est encore plus important parmi les aînés : 18,4% des personnes

Plus en détail

Une Couverture Santé pour tous

Une Couverture Santé pour tous Une Couverture Santé pour tous Les dispositifs - la CMU (Couverture Maladie Universelle de base) - la CMU-C (Couverture Maladie Universelle Complémentaire) - l ACS (Aide pour une Complémentaire Santé)

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité LEGER REGAIN D ACTIVITE EN DEBUT D ANNEE 2015

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité LEGER REGAIN D ACTIVITE EN DEBUT D ANNEE 2015 Suivez l activité des entreprises de Rhône-Alpes NOTE DE CONJONCTURE N 11 - Janvier Edition Lyon Rhône LEGER REGAIN D ACTIVITE EN DEBUT D ANNEE Au cours des derniers mois de l année, le niveau d activité

Plus en détail

Le cumul emploi retraite au RSI, un an et demi après sa libéralisation. Caroline Gaudemer - RSI, Zoom n 52

Le cumul emploi retraite au RSI, un an et demi après sa libéralisation. Caroline Gaudemer - RSI, Zoom n 52 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 26 janvier 2011-9 h 30 «Prolongation d'activité, liberté de choix et neutralité actuarielle : décote, surcote et cumul emploi retraite» Document N

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires L0Z-Secrétaires Synthèse En moyenne sur la période 2007-2009, 484 000 personnes exercent le métier de secrétaire, assurant des fonctions de support, de coordination, de gestion et de communication. Les

Plus en détail

CMUC OU ACS PEUT-ÊTRE Y AVEZ VOUS DROIT?

CMUC OU ACS PEUT-ÊTRE Y AVEZ VOUS DROIT? Des aides existent pour financer votre complémentaire santé. CMUC OU ACS PEUT-ÊTRE Y AVEZ VOUS DROIT? Parlez-en avec votre conseiller. SANTÉ PRÉVOYANCE PRÉVENTION CMUC OU ACS LA MUTUELLE FAMILIALE VOUS

Plus en détail

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007 La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine Analyses 2001-2007 Nantes Métropole et l aire urbaine de Nantes Nantes Métropole - AURAN Le contexte général Une année

Plus en détail

UNE SITUATION ECONOMIQUE TOUJOURS TRES TENDUE

UNE SITUATION ECONOMIQUE TOUJOURS TRES TENDUE Suivez l activité des entreprises de Haute-Savoie NOTE DE CONJONCTURE 1 er trimestre UNE SITUATION ECONOMIQUE TOUJOURS TRES TENDUE Comme au 1 er trimestre, les indicateurs d activité sont en recul en ce

Plus en détail

AAH. Bénéficiaires de l Allocation aux adultes handicapés

AAH. Bénéficiaires de l Allocation aux adultes handicapés Bénéficiaires de l Allocation aux adultes handicapés L AAH (Allocation aux adultes handicapés) a été créée par la loi du 30 juin 1975, en remplacement de l AHA (ancienne Allocation aux handicapés adultes).

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. Suivez l activité. des entreprises de Rhône-Alpes UN NOUVEAU RECUL DE L ACTIVITE. 1 er trimestre 2014

NOTE DE CONJONCTURE. Suivez l activité. des entreprises de Rhône-Alpes UN NOUVEAU RECUL DE L ACTIVITE. 1 er trimestre 2014 Suivez l activité des entreprises de Rhône-Alpes NOTE DE CONJONCTURE 1 er trimestre UN NOUVEAU RECUL DE L ACTIVITE Après un relatif maintien fin, l ensemble des indicateurs économiques reculent en ce début

Plus en détail

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse Q0Z-Employés de la banque et des assurances Synthèse Après avoir baissé au cours de la première moitié des années 1990, les effectifs d employés de la banque et des assurances se sont ensuite stabilisés

Plus en détail

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Focus Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Introduction Le travailleur qui devient chômeur et qui est admissible sur base de prestations de travail se voit, en application du principe

Plus en détail

L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE SUR LE TERRITOIRE ARDECHE CENTRE. Document intermédiaire. Version Avril 2015

L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE SUR LE TERRITOIRE ARDECHE CENTRE. Document intermédiaire. Version Avril 2015 Document intermédiaire Sciences Po Grenoble L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE SUR LE TERRITOIRE ARDECHE CENTRE Document intermédiaire Version Avril 2015 Rédigé par Amélie Artis et Elise Chagot, Sciences

Plus en détail

Territoires de Loire-Atlantique

Territoires de Loire-Atlantique Territoires Agglomération Nantaise Le territoire l Agglomération Nantaise présente s caractéristiques sociales très contrastées. Ces différences opposent essentiellement la ville centre et une partie sa

Plus en détail

TABLEAU DE BORD COMMUNAL

TABLEAU DE BORD COMMUNAL TABLEAU DE BORD COMMUNAL DU SOCIAL ET DE LA PRECARITE A LA REUNION Mars 9 DIRECTION REGIONALE DES AFFAIRES SANITAIRES ET SOCIALES DE LA REUNION SERVICE ETUDES ET STATISTIQUES Introduction La plate forme

Plus en détail

Majeurs et mineurs mis en cause par les services de Police en 2013

Majeurs et mineurs mis en cause par les services de Police en 2013 La criminalité en France Rapport annuel 2014 de l ONDRP Premier ministre Majeurs et mineurs par les services de Police en 2013 Antoine le graët, Chargé d études statistiques à l ONDRP 2 Principaux enseignements

Plus en détail

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT 15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT Les aides au logement (allocation de logement familiale (ALF), allocation de logement sociale (ALS) et aide personnalisée au logement (APL)) permettent de

Plus en détail

CONTRAT URBAIN DE COHÉSION SOCIALE

CONTRAT URBAIN DE COHÉSION SOCIALE JUIN 2013 CONTRAT URBAIN DE COHÉSION SOCIALE D ANGERS, TRÉLAZÉ ET D AGGLOMÉRATION Santé (santé mentale) Orientation du CUCS sur la thématique santé Objectifs : 1. améliorer la connaissance des situations

Plus en détail

informations statistiques récentes n 6/2010 04/03/2010

informations statistiques récentes n 6/2010 04/03/2010 statnews informations statistiques récentes n 6/2010 04/03/2010 La reproduction totale ou partielle du présent bulletin d'information est autorisée à condition d'en citer la source Les femmes dans la société

Plus en détail

Une amélioration qui demande confirmation

Une amélioration qui demande confirmation JANVIER 2016 Une amélioration qui demande confirmation 2015 s avère plus favorable que prévu pour les TPE-PME de Rhône-Alpes. Contrairement aux années précédentes, les entreprises qui déclarent un chiffre

Plus en détail

Dossier de presse. Dans les Landes : un tiers payant social pour faciliter l accès aux soins

Dossier de presse. Dans les Landes : un tiers payant social pour faciliter l accès aux soins Dossier de presse Dans les Landes : un tiers payant social pour faciliter l accès aux soins Contact presse Dounia Zamani 05 58 06 62 03 dounia.zamani@cpam-montdemarsan.cnamts.fr «Se soigner : un droit

Plus en détail

Petit guide sur les droits de santé et les principales structures socio sanitaires de la Ville.

Petit guide sur les droits de santé et les principales structures socio sanitaires de la Ville. Petit guide sur les droits de santé et les principales structures socio sanitaires de la Ville. Ce guide à destination des professionnels locaux a été réalisé par l Atelier Santé Ville d Aubervilliers

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES

L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES 18ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES présenté par le professeur Michel Mouillart - Mercredi 12 avril 2006-1 Accueil de Monsieur Pierre Cortesse, Président du Conseil Scientifique

Plus en détail

Contrat Responsable de Complémentaire Santé

Contrat Responsable de Complémentaire Santé Contrat Responsable de Complémentaire Santé Commentaires accompagnant le diaporama On parle d un nouveau contrat responsable, car depuis quelques années maintenant nous connaissons les contrats responsables.

Plus en détail

Evolution du nombre de bénéficiaires de l assurance-chômage âgés de 50 ans et plus

Evolution du nombre de bénéficiaires de l assurance-chômage âgés de 50 ans et plus Evolution du nombre de bénéficiaires de l assurance-chômage âgés de 50 ans et plus Direction Statistiques et Publications Sommaire Introduction p. 4 1. Les bénéficiaires de l'assurance-chômage âgés de

Plus en détail

LES SERVICES DE SANTÉ AU TRAVAIL RHÔNE-ALPES 2004-2011

LES SERVICES DE SANTÉ AU TRAVAIL RHÔNE-ALPES 2004-2011 Inspection Médicale Régionale du Travail DIRECCTE Rhône-Alpes-Pôle Politique du Travail LES SERVICES DE SANTÉ AU TRAVAIL RHÔNE-ALPES 24-211 Les données présentées dans ce document sont issues des rapports

Plus en détail

AIDES au LOGEMENT. Bénéficiaires des aides au logement

AIDES au LOGEMENT. Bénéficiaires des aides au logement Bénéficiaires des aides au logement Le dispositif d aide au logement comprend trois allocations principales : l APL (Aide personnalisée au logement), l ALF (Allocation de logement dite «à caractère familial»)

Plus en détail

Les retraites des fonctionnaires à l étranger. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les retraites des fonctionnaires à l étranger. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 avril 2014 à 9 h 30 «Carrières salariales et retraites dans les secteurs privé et public» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

23ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES

23ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 23ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université Paris Ouest - Mercredi 6 avril 2011-1 La diffusion des crédits recule toujours

Plus en détail

Faciliter l adhésion à une complémentaire santé

Faciliter l adhésion à une complémentaire santé Faciliter l adhésion à une complémentaire santé la CPAM de l Oise aide financièrement les assurés qui en ont besoin 4 octobre 2011 Contacts presse : Françoise De Rocker 03 44 10 11 12 francoise.de-rocker@cpam-oise.cnamts.fr

Plus en détail

II. Les délais de paiement

II. Les délais de paiement -17- II. Les délais de paiement 1/ La négociation des délais de paiement Une bonne maîtrise du délai client impose une bonne compréhension du délai réel de crédit qui est accordé au client. Une condition

Plus en détail

Baromètre France générosités- CerPhi Evolution des dons des particuliers et du profil des donateurs - 2010 & 2011

Baromètre France générosités- CerPhi Evolution des dons des particuliers et du profil des donateurs - 2010 & 2011 Baromètre France générosités- CerPhi Evolution des dons des particuliers et du profil des donateurs - 2010 & 2011 Baromètre établi à partir des sources suivantes: 2010 - Données transmises par la Direction

Plus en détail

L insertion professionnelle des masseurs-kinésithérapeutes en 2015

L insertion professionnelle des masseurs-kinésithérapeutes en 2015 Observatoire régional des métiers du sanitaire et du social Enquêtes sur l insertion professionnelle des jeunes diplômés L insertion professionnelle des masseurs-kinésithérapeutes en 2015 - Diplômés 2014

Plus en détail

Les bénéficiaires de la Retraite Complémentaire Obligatoire (RCO) sont au nombre de 508 672 à fin juin 2012. Leur nombre diminue de 1 % sur un an.

Les bénéficiaires de la Retraite Complémentaire Obligatoire (RCO) sont au nombre de 508 672 à fin juin 2012. Leur nombre diminue de 1 % sur un an. Octobre L'Observatoire Economique et Social Note de conjoncture n 23 Volet 3 : Famille et retraite Le nombre de familles bénéficiaires d au moins une prestation familiale au régime agricole recule au premier

Plus en détail

Eco-prêts à taux zéro

Eco-prêts à taux zéro Eco-prêts à taux zéro Bilan de l éco-ptz en Midi-Pyrénées Septembre 211 CRC MIDI PYRÉNÉES Comité régional de concertation du bâtiment des travaux publics et des matériaux de construction 35B, boulevard

Plus en détail

Indices des prix à la consommation pour les ménages retraités ou âgés

Indices des prix à la consommation pour les ménages retraités ou âgés CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 14 octobre 2015 à 9 h 30 «Le pouvoir d achat des retraités» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil Indices des prix à la consommation

Plus en détail

DIECCTE Réunion Novembre 2015 - N 001

DIECCTE Réunion Novembre 2015 - N 001 DIECCTE Réunion Novembre 2015 - N 001 Etudes Publication de la Direction des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi de L activité des services à la personne 10 millions

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 15 Janvier 2013 La mobilité en Île-de-France Modes La voiture L EGT 2010 marque une rupture de tendance importante par rapport aux enquêtes précédentes, en ce qui concerne les

Plus en détail

N 35. Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000

N 35. Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000 D I R E C T I O N D E S S T A T I S T I Q U E S E T D E S É T U D E S N 35 Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000 En 2000, un patient bénéficiaire de la CMU

Plus en détail

Prix de l Immobilier constatés à la mise en vente en Février 2014

Prix de l Immobilier constatés à la mise en vente en Février 2014 Prix de l Immobilier constatés à la mise en vente en Les prix de l immobilier n augmenteront pas au second trimestre 2014 Notre indice SeLoger des prix affichés de mise en vente est stable depuis le mois

Plus en détail

L hôtellerie de tourisme en 2008

L hôtellerie de tourisme en 2008 Ministère de l économie, des finances et de l emploi Direction du Tourisme N 2008 2 Département de la stratégie, de la prospective, de l évaluation et des statistiques Mars 2008 L hôtellerie de tourisme

Plus en détail

Statistiques Indépendants et Professions libérales 2010 Focus sur les secteurs médical et paramédical

Statistiques Indépendants et Professions libérales 2010 Focus sur les secteurs médical et paramédical Aile profession libérale de l Union des classes moyennes Statistiques Indépendants et Professions libérales 2010 Focus sur les secteurs médical et paramédical PL statistiques2010 BD20111114 I. Travailleurs

Plus en détail

Départs en retraite avec décote : des situations contrastées entre les hommes et les femmes

Départs en retraite avec décote : des situations contrastées entre les hommes et les femmes n o 28 03 / 2015 études, recherches et statistiques de la Cnav étude Julie Vanriet- Margueron, Cnav Départs en retraite avec décote : des situations contrastées entre les hommes et les femmes Lorsqu un

Plus en détail

12.1. Le cumul emploi-retraite

12.1. Le cumul emploi-retraite 12.1. Le cumul emploi-retraite Le cumul emploi-retraite est un dispositif qui permet de cumuler le bénéfice d une pension avec la perception de revenus d activité. Dans un premier temps soumis à certaines

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Décret relatif au départ à la retraite à 60 ans

DOSSIER DE PRESSE. Décret relatif au départ à la retraite à 60 ans DOSSIER DE PRESSE Décret relatif au départ à la retraite à 60 ans 6 juin 2012 Fiche 1 : Présentation de la mesure Fiche 2 : Pourquoi cette mesure? Fiche 3 : Comment s appliquera-t-elle? A qui bénéficiera-t-elle?

Plus en détail

Modalités d application et calendriers de montée en charge des réformes

Modalités d application et calendriers de montée en charge des réformes Séance plénière 25 septembre 2013 Modalités d application et calendriers de montée en charge des réformes Les conséquences pour les assurés proches de l âge de la retraite Secrétariat général du COR 1

Plus en détail

en clinique privée suisse

en clinique privée suisse www.geneve-cliniques.ch Frontaliers, votre accès aux soins en clinique privée suisse Les conditions d accès en soins privés à Genève suite à la modification de la législation française du 1 er juin 2014

Plus en détail

Enquête réalisée par Centre Relations Clients - 6, avenue Jean Bertin - 21 000 DIJON - 03 80 40 72 35

Enquête réalisée par Centre Relations Clients - 6, avenue Jean Bertin - 21 000 DIJON - 03 80 40 72 35 Enquête réalisée par Centre Relations Clients - 6, avenue Jean Bertin - 21 000 DIJON - 03 80 40 72 35 Méthodologie Ce Baromètre est mis en place par la Chambre Régionale de Commerce et d Industrie de Bourgogne,

Plus en détail

Au cours des dernières années, la conjoncture des marchés locaux de l habitation a beaucoup changé, ce qui s est répercuté sur les prix des

Au cours des dernières années, la conjoncture des marchés locaux de l habitation a beaucoup changé, ce qui s est répercuté sur les prix des Au cours des dernières années, la conjoncture des marchés locaux de l habitation a beaucoup changé, ce qui s est répercuté sur les prix des logements. Par exemple, les prix des habitations ont fléchi d

Plus en détail

Niveau de vie des retraités selon la situation conjugale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Niveau de vie des retraités selon la situation conjugale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2015 à 9 h 30 «Structures familiales, transferts intergénérationnels, bien-être» Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

RMI. Bénéficiaires du Revenu minimum d insertion

RMI. Bénéficiaires du Revenu minimum d insertion Bénéficiaires du Revenu minimum d insertion Instauré par la loi du 1 er décembre 1988 renouvelée le 20 juillet 1992, le RMI (Revenu minimum d insertion) a un triple objectif : garantir un revenu minimum,

Plus en détail

Les jeunes voient plus leurs amis, les plus âgés leur famille

Les jeunes voient plus leurs amis, les plus âgés leur famille Les jeunes voient plus leurs amis, les plus âgés leur famille Michel Duée, Fella Nabli* On voit en moyenne un peu plus souvent sa famille que ses amis. En 2006, 51 % des personnes de 16 ans ou plus voient

Plus en détail

FEMMES & SOCIAL ACTIONS 2012-2016

FEMMES & SOCIAL ACTIONS 2012-2016 FEMMES & SOCIAL ACTIONS 2012-2016 AMÉLIORER RAPIDEMENT LES RETRAITES DES FEMMES La loi du 20 janvier 2014 garantissant l'avenir et la justice du système de retraites, portée par Marisol Touraine, a permis

Plus en détail

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007.

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. Edition 2008 LE PASS-TRAVAUX Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. A la demande de l ANPEEC, MV2 Conseil a réalisé, en 2007,

Plus en détail

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 L ÉTAT QUÉBÉCOIS EN PERSPECTIVE Les dépenses totales L Observatoire de l administration publique, hiver 2013 1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 Les dépenses totales,

Plus en détail

Versement de transport

Versement de transport les infos DAS - n 084 28 juillet 2015 Versement de transport Objectif : financer les transports en commun. Public : les entreprises de plus de 9 salariés en région parisienne ou dans le périmètre d une

Plus en détail

Le statut social. L agessa. p. 67

Le statut social. L agessa. p. 67 Le statut social L agessa p. 67 Les auteurs bénéficient d une couverture sociale sur les droits d auteur depuis 1977. En effet, les droits d auteur font l objet de prélèvements de cotisations sociales

Plus en détail

Simulation des durées d assurance validées par les salariés du secteur privé à l aide du modèle de microsimulation Destinie de l INSEE

Simulation des durées d assurance validées par les salariés du secteur privé à l aide du modèle de microsimulation Destinie de l INSEE CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Réunion plénière du 6 mars 2002 «Cycle de vie et retraite» Fiche n 5 Simulation des durées d assurance validées par les salariés du secteur privé à l aide du modèle

Plus en détail

Seuil d accès à l aide sociale Résultats de l évaluation partielle. Theres Egger, bureau d'études de politique du travail et de politique sociale BASS

Seuil d accès à l aide sociale Résultats de l évaluation partielle. Theres Egger, bureau d'études de politique du travail et de politique sociale BASS Mise en œuvre des nouvelles normes CSIAS dans le canton de Berne: évaluation partielle concernant le seuil d accès à l aide sociale Conférence de presse du 11 mai 2006 Seuil d accès à l aide sociale Résultats

Plus en détail

EN R H ÔNE-ALPES. L emploi en 2007. Cécile BAZIN Jean-Baptiste PIOCH AUD Jacques MALET

EN R H ÔNE-ALPES. L emploi en 2007. Cécile BAZIN Jean-Baptiste PIOCH AUD Jacques MALET ECONOMIE SOCIALE EN R H ÔNE-ALPES L emploi en 2007 Cécile BAZIN Jean-Baptiste PIOCH AUD Jacques MALET CHH IFFRES CLEFS : Plus de 22.300 établissements employeurs en 2007 Plus de 226.000 salariés, dont

Plus en détail

Diagnostic départemental : Création d entreprises, publics cible et dispositif nacre dans le département des Hauts-de-Seine

Diagnostic départemental : Création d entreprises, publics cible et dispositif nacre dans le département des Hauts-de-Seine Nouvel Accompagnement pour la Création et la Reprise d Entreprise (nacre) Direccte Ile-de-France Direction Régionale Ile-de-France de la Caisse des Dépôts Diagnostic départemental : Création d entreprises,

Plus en détail

PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE

PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE PROTECTION SOCIALE Note d information N 2012-22 du 6 avril 2012 PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE REFERENCES Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires (Journal officiel

Plus en détail

UNE MUTUELLE POUR TOUS

UNE MUTUELLE POUR TOUS Direction de la communication Tél. : 05 59 46 60 40 Courriel : communication@bayonne.fr Le 15 décembre 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE UNE MUTUELLE POUR TOUS LA PROPOSITION DE LA VILLE DE BAYONNE POUR UN EGAL

Plus en détail

Edition 2016. le Guide. La couverture sociale et les droits médicaux. Les aides au logement et les solutions d hébergement Si vous êtes mineure

Edition 2016. le Guide. La couverture sociale et les droits médicaux. Les aides au logement et les solutions d hébergement Si vous êtes mineure Edition 2016 JE SUIS ENCEINTE le Guide La couverture sociale et les droits médicaux Les démarches essentielles Les aides financières et matérielles Si vous êtes victime de violences Les aides au logement

Plus en détail

SITUATION DES ENFANTS 16

SITUATION DES ENFANTS 16 SITUATION DES ENFANTS 16 Soumaïla MARIKO et Ibrahim CHAIBOU La convention internationale relative aux Droits de l Enfant du 20 novembre 1989, en son article 3, alinéa 2, stipule que : «tous les États parties

Plus en détail

revenu de Solidarité active le rsa mode d emploi

revenu de Solidarité active le rsa mode d emploi et ses partenaires revenu de Solidarité active le rsa mode d emploi juin 2009 Qu est-ce que ça change pour vous? Michel - 42 ans est cariste à temps plein dans un entrepôt. Amina - 55 ans est auxiliaire

Plus en détail

PME Wallonie-Bruxelles

PME Wallonie-Bruxelles UCM National asbl Situation au 2 e trimestre 2015 PME Wallonie-Bruxelles Charlie TCHINDA Economiste - Statisticien Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses d un panel d indépendants

Plus en détail

Tableau de Bord Mobile

Tableau de Bord Mobile Instance Nationale des Télécommunications Tableau de Bord Mobile Suivi des principaux indicateurs du marché de la téléphonie mobile en Tunisie Sommaire 1. Parc global......... 2 2. Taux de pénétration......

Plus en détail

RAPPORT DE LA PRÉSIDENTE DU JURY du concours d agent territorial spécialisé des écoles maternelles de 1 ère classe session 2010

RAPPORT DE LA PRÉSIDENTE DU JURY du concours d agent territorial spécialisé des écoles maternelles de 1 ère classe session 2010 RAPPORT DE LA PRÉSIDENTE DU JURY du concours d agent territorial spécialisé des écoles maternelles de 1 ère classe session 2010 A- Les sessions précédentes I- LES PRINCIPALES DONNÉES COMPARÉES DE LA SESSION

Plus en détail

Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006

Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006 La Note de l Observatoire de l Habitat N 11 Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006 Introduction 1 Entre 1996 et 2006, le coût des logements s est

Plus en détail

État de santé des enfants de 3-4 ans en école maternelle dans l Yonne

État de santé des enfants de 3-4 ans en école maternelle dans l Yonne État de santé des enfants de 3-4 ans en école maternelle dans l Yonne Année scolaire 2009-2010 Service de Protection Maternelle et Infantile Exploitation des données statistiques : Observatoire de la santé

Plus en détail

LE LOGEMENT. Introduction

LE LOGEMENT. Introduction LE LOGEMENT Introduction Le logement est un facteur clé de la politique de lutte contre l exclusion. Aider les familles à bien vivre dans leur habitat (accès, maintien et amélioration du cadre de vie)

Plus en détail

santé AIDE POUR FINANCER VOTRE COMPLÉMENTAIRE SANTÉ

santé AIDE POUR FINANCER VOTRE COMPLÉMENTAIRE SANTÉ santé AIDE POUR FINANCER VOTRE COMPLÉMENTAIRE SANTÉ LE CHÈQUE SANTÉ, UNE DÉMARCHE SIMPLE ET IMMÉDIATE L AIDE POUR UNE COMPLÉMENTAIRE SANTÉ (A.C.S.), UN SOUTIEN POUR PROTÉGER VOTRE SANTÉ Il s agit d une

Plus en détail

Les prestations sociales LA COUVERTURE MALADIE

Les prestations sociales LA COUVERTURE MALADIE Fonds européen pour les réfugiés Les prestations sociales LA COUVERTURE MALADIE La Convention de Genève reconnaît aux réfugiés les mêmes droits qu'aux nationaux en matière d'assistance publique et de sécurité

Plus en détail

Enseignants titulaires du premier degré public : 6 200 58,2 ans 57,7 ans Enseignants titulaires du second degré public : 9 500 61,7 ans

Enseignants titulaires du premier degré public : 6 200 58,2 ans 57,7 ans Enseignants titulaires du second degré public : 9 500 61,7 ans Les retraites Enseignants titulaires du premier degré public : nombre de départs en retraite en 2012 : 6 200 âges moyens respectifs de départ des hommes et des femmes : 58,2 ans et 57,7 ans Enseignants

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009 L Tableau de bord mensuel Octobre 2009 Avertissement : les indications mensuelles reprises dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitives qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. V0Z-Aides-soignants

Synthèse. Dynamique de l emploi. V0Z-Aides-soignants V0Z-Aides-soignants Synthèse Les aides-soignants délivrent aux patients hospitalisés l ensemble des soins à caractère non médical. Les aides puéricultrices qui travaillent en crèche sont comprises dans

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 22ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université de Paris X - Nanterre - Mardi 16 mars 2010 - Les faits marquants en 2009

Plus en détail

Publication. 600 000 commerces de proximité en 2008

Publication. 600 000 commerces de proximité en 2008 Au 1 er janvier 2008, 600 000 commerces, sur un total de 830 000, peuvent être qualifiés de «commerces de proximité». Leur nombre a légèrement augmenté depuis 2002. Ces points de vente emploient la moitié

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE. N 12 - Edition Lyon Rhône Mai 2015

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE. N 12 - Edition Lyon Rhône Mai 2015 Suivez l activité des entreprises de Rhône-Alpes NOTE DE CONJONCTURE N 12 - Edition Lyon Rhône Mai UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE L activité économique des entreprises artisanales du Rhône rencontrent

Plus en détail

Présentation et analyse des impacts

Présentation et analyse des impacts Mars 2016 Institut national de la statistique et des études économiques Rénovation de la méthodologie de calcul des indices de chiffres d affaires Présentation et analyse des impacts Rénovation de la méthodologie

Plus en détail

La Convention de sécurité sociale franco-coréenne. Ses implications pour les ressortissants français

La Convention de sécurité sociale franco-coréenne. Ses implications pour les ressortissants français La Convention de sécurité sociale franco-coréenne Ses implications pour les ressortissants français i Les informations délivrées dans cette présentation le sont à titre indicatif et n engagent pas la responsabilité

Plus en détail

Les dépenses et les recettes de la Sécurité sociale : l exemple du régime général

Les dépenses et les recettes de la Sécurité sociale : l exemple du régime général Les dépenses et les recettes de la Sécurité sociale : l exemple du régime général Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I - Les dépenses du régime général... 4 II - Les recettes

Plus en détail

Le marché du travail en Belgique en 2012

Le marché du travail en Belgique en 2012 COMMUNIQUE DE PRESSE Bruxelles, le 28 mars 2013 Le marché du travail en Belgique en 2012 Nouveaux chiffres de l enquête sur les forces de travail Combien de personnes ont exercé un travail rémunéré? Combien

Plus en détail

Manque de formation : un risque de recourir à l aide sociale

Manque de formation : un risque de recourir à l aide sociale Département fédéral de l intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Département de la santé, des affaires sociales et des ressources humaine du canton du Jura Communiqué de presse Embargo: 04.04.2007

Plus en détail

La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles

La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles 6 La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles Orha Nord-Pas-de-Calais 54 Les Cahiers de l Orha - Avril 24 La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles

Plus en détail

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Édition 2016 ENVIRONNEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE Le déficit du régime général En milliards d 2013 2014 Prévisions 2015 0,7 0,6-0,6-3,2-2,7-1,6-4,6-6

Plus en détail

Absences au travail pour raison de santé dans les établissements hospitaliers en 2012 Décembre 2013 SOMMAIRE

Absences au travail pour raison de santé dans les établissements hospitaliers en 2012 Décembre 2013 SOMMAIRE ANALYSE CONJONCTURE Absences au travail pour raison de santé dans les établissements hospitaliers en 2012 Décembre 2013 ÉDITO En 2012, l augmentation de la gravité* des absences au travail pour raison

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

Les marchés de l'immobilier résidentiel entre crise du logement et crise de la construction

Les marchés de l'immobilier résidentiel entre crise du logement et crise de la construction Les marchés de l'immobilier résidentiel entre crise du logement et crise de la construction Jean-Claude Driant Lab Urba Université Paris Est Séminaire du GERI Mobilitas - le 26 mars 2015 Crise du logement?

Plus en détail

1. Document d information et Règlement général des Opérations

1. Document d information et Règlement général des Opérations Document d information relatif aux modalités de fonctionnement du compte d épargne réglementé épargneplus ACTION TEMPORAIRE du 1 er juin 2012 au 15 juillet 2012 inclus 1. Document d information et Règlement

Plus en détail