La certification des entreprises de Bâtiment et de Travaux Publics en Rhône-Alpes : les enjeux

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La certification des entreprises de Bâtiment et de Travaux Publics en Rhône-Alpes : les enjeux"

Transcription

1 C.E.R.A. Cellule Économique Rhône-Alpes Observatoire Régional du BTP La certification des entreprises de Bâtiment et de Travaux Publics en Rhône-Alpes : les enjeux Edition décembre 2006

2 INTRODUCTION Les normes ISO sont la référence internationale des entreprises en matière de certification des systèmes de management de la qualité. La certification selon ces normes permet de garantir la confiance et la satisfaction des clients. Elle reconnaît l efficacité de l organisation lorsqu une entreprise : doit démontrer son aptitude à fournir régulièrement un produit conforme aux exigences des clients ainsi qu aux exigences réglementaires applicables, vise à accroître la satisfaction de ses clients par l application efficace du système. Cependant, dans le bâtiment et les travaux publics, il n est pas évident que la certification constitue un avantage concurrentiel. Elle reste souvent peu utilisée et notamment difficile à valoriser auprès des maîtres d ouvrages, dans le cadre de l attribution des marchés. suivants : L étude aura comme objectif d analyser et d expliquer cet état de fait en traitant les points 1 Combien d entreprises de Bâtiment et de Travaux Publics sont actuellement certifiées ISO? 2 Pourquoi? Quelles conclusions sont à tirer de ce premier constat? 3 Quelle est l utilité pour une entreprise de Bâtiment ou de Travaux Publics, en interne et en externe de la certification? 4 Comment les maîtres d ouvrages intègrent-ils ce critère dans l attribution des marchés? 5 Pourquoi les entreprises de Bâtiment ou de Travaux Publics ne peuvent-elles pas valoriser cette certification auprès des maîtres d ouvrages? Cellule Economique Rhône-Alpes - Décembre

3 SOMMAIRE I La certification 1. La certification ISO 2. Des disparités régionales et sectorielles 3. Les principaux organismes certificateurs II La certification vue par les maîtres d ouvrages publics 1. Une enquête réalisée auprès des maîtres d ouvrages 2. Comment les maîtres d ouvrages publics intègrent-ils ce critère dans l attribution des marchés? 3. Quelle est l utilité de la certification pour une entreprise de Bâtiment ou de Travaux Publics, en interne et en externe? 4. Pourquoi les entreprises de Bâtiment ou de Travaux Publics ne peuventelles pas, à priori, valoriser cette certification auprès des maîtres d ouvrages publics? III La certification vue par les entreprises de Bâtiment et de Travaux Publics 1. La certification Iso dans le Bâtiment et les Travaux Publics : état des lieux 2. Une enquête réalisée auprès des entreprises de Bâtiment et de Travaux Publics 3. Les raisons et motivations de la démarche de certification 4. L utilité de la certification 5. Les difficultés rencontrées 6. Les enjeux de la certification Cellule Economique Rhône-Alpes - Décembre

4 I La certification Cellule Economique Rhône-Alpes - Décembre

5 1. La certification ISO 1.1. Qu est-ce que la certification? La certification est une procédure volontaire par laquelle une tierce partie donne une assurance écrite qu un produit, un processus ou un service est conforme à des exigences spécifiées. Elle est délivrée par des organismes certificateurs indépendants des entreprises certifiées ainsi que des pouvoirs publics. La certification est la reconnaissance de la politique qualité menée depuis des années au sein des entreprises pour la satisfaction des clients mais également la reconnaissance officielle d une volonté collective d'améliorer constamment les performances. Toutes les professions du bâtiment et des travaux publics peuvent envisager la certification : maîtres d ouvrages, maîtres d œuvre ou entreprises de travaux Les normes ISO Le secteur du bâtiment et des travaux publics est concerné principalement par les normes ISO 9001 : 2000, ISO et ISO OHSAS Ces normes concernent aussi bien les TPE que les grandes entreprises. La norme ISO 9001 : 2000 est la plus répandue. Pour l AFAQ elle représente 88% des certificats délivrés en France en 2005 dans le secteur de la construction. Source AFAQ (2005) La norme ISO 9001 : 2000 La norme ISO 9001 : 2000 remplace les précédentes normes ISO 9001, 9002, Elle décrit les exigences relatives à un système de management de la qualité pour une utilisation soit interne, soit à des fins contractuelles ou de certification. La norme ISO 9001 : 2000 ne garantit pas la qualité d un produit ou d un service mais la conformité du processus face aux exigences de la norme et du client. Elle exige que l activité de l entreprise soit décomposée en processus qui devront être revus régulièrement afin de les améliorer. Cellule Economique Rhône-Alpes - Décembre

6 La norme ISO Cette norme revue en novembre 2004 s applique aux aspects environnementaux que l entreprise peut maîtriser et sur lesquels elle est censée avoir une influence. La norme ISO n'instaure pas de critères spécifiques de performance environnementale mais permet à l entreprise de faire attester la conformité de sa politique et de ses processus aux exigences relatives à l élaboration, la mise en œuvre, la maintenance et l évaluation d un système de management environnemental. La norme ISO OHSAS Cette norme éditée en 1999 évalue et certifie le système de management de la santé et de la sécurité du travail. La norme ISO OHSAS (Occupation Health and Safety Assessment Series) repose sur l amélioration continue de la maîtrise des risques. Cellule Economique Rhône-Alpes - Décembre

7 2. Des disparités régionales et sectorielles Selon une étude réalisée par l AFAQ (juillet 2005) sur la répartition des certificats qu elle a délivré au niveau national et tous secteurs d activité confondus, il apparaît que : la région Rhône-Alpes figure en seconde position concernant les normes ISO 9001 : 2000, avec 12% des certificats délivrés, la répartition des certificats AFAQ ISO 9001 : 2000 par type de marché place le secteur de la construction à la 8 ème position avec 7% des certificats délivrés, la région Rhône-Alpes détient la plus forte concentration de certificats AFAQ ISO soit 15%, la norme ISO OHSAS 18001, quelque soit l organisme certificateur, est majoritairement délivrée dans le secteur de la construction avec 23% des certificats, et la région Rhône-Alpes se situe à la seconde place. Cette concentration d entreprises certifiées ISO dans les régions Ile-de-France et Rhône- Alpes s explique par la forte densité d entreprises appartenant à de grands groupes. Répartition des certificats AFAQ ISO 9001 : 2000 par région (juillet 2005) Source Cellule Economique Rhône-Alpes - Décembre

8 Répartition des certificats AFAQ ISO par régions (juillet 2005) Source Source Répartition des certificats AFAQ ISO 9001:2000 par marché (juillet 2005) Source Cellule Economique Rhône-Alpes - Décembre

9 Répartition des certificats AFAQ ISO par marché (juillet 2005) Source Source Cellule Economique Rhône-Alpes - Décembre

10 2. Les principaux organismes certificateurs En France une vingtaine d organismes sont accrédités pour délivrer des certifications suivant les trois référentiels précités. Ils permettent à l entreprise de fournir une preuve objective qu elle met en application les exigences du référentiel. Le certificat a une validité de trois ans pendant lesquels l entreprise est soumise chaque année à un audit de suivi. La troisième année le système de management de l entreprise est audité dans sa globalité Certification et qualification Il est nécessaire de distinguer la certification, de la qualification. La qualification concerne les compétences d une entreprise, elle atteste de sa capacité technique à réaliser des travaux dans une activité donnée. La certification, elle, définit la conformité d un produit, d un service, du personnel ou de l organisation de l entreprise par rapport aux exigences du référentiel. Elle mesure l efficacité d un système d organisation au sein de l entreprise alors que la qualification mesure la capacité de réalisation d une prestation Les principaux organismes accrédités Les organismes sont accrédités par le COFRAC (Comité Français d Accréditation). Concernant les entreprises du secteur du Bâtiment et des Travaux Publics, la majorité des certificats sont délivrés par : AFAQ (Association Française pour l Assurance de la Qualité) L AFAQ dispose de quatre comités de certification spécialisés par métier : TP, travaux électriques, bâtiment, produits de la construction. L AFAQ AFNOR Certification a mis en place de nouvelles prestations d audits pour répondre aux attentes du marché comme les audits d opération ou de chantier. BVQI (Bureau Véritas Quality International) Cellule Economique Rhône-Alpes - Décembre

11 LRQA ( Lloyd s Register Quality Assurance) CERTIBAT CERTIBAT est une société dédiée à la certification du secteur de la construction détenue par l organisme de qualification QUALIBAT. CERTIBAT a été créée en 2003 et depuis, elle est accréditée par le COFRAC pour procéder à l évaluation et la certification de tous types de systèmes de management : ISO 9001 : 2000, ISO et ISO OHSAS La liste complète des organismes certificateurs accrédités par le COFRAC est disponible sur le site internet L objectif de cette étude est d identifier les enjeux de la certification pour une entreprise de Bâtiment et Travaux Publics vis à vis des maîtres d ouvrages publics. Deux enquêtes ont été réalisées en parallèle pour recueillir différents points de vue : maîtres d ouvrages publics/entreprises de Bâtiment et Travaux Publics, c est-à-dire clients/fournisseurs, et certifiés/non certifiés. Cellule Economique Rhône-Alpes - Décembre

12 II La certification vue par les maîtres d ouvrages publics Cellule Economique Rhône-Alpes - Décembre

13 I. L enquête réalisée auprès des maîtres d ouvrages Le champ d analyse : Certifiés Non certifiés Maîtres d'ouvrages publics 2 7 Méthodologie Réalisation d un guide d entretien à double entrée pour les maîtres d ouvrages publics certifiés et non certifiés, Recensement des maîtres d ouvrages publics de la région Rhône- Alpes, Prise de contact avec différents maîtres d ouvrages publics, Entretiens téléphoniques ou rencontres avec neuf maîtres d ouvrages publics : - Ville de Lyon (69) - Mairie de Vénissieux (69) - Lyon Confluence (69) - Saint-Étienne Métropole (42) - SERL (69) - Mairie de Saint-Étienne (42) - Conseil Général du Rhône (69) - Mairie d Annemasse (74) - OPAC du Grand Lyon (69) non 75% Etes-vous certifié ISO? oui 25% Neuf maîtres d ouvrages publics de la région Rhône-Alpes ont été interviewés. Deux d entre eux sont certifiés ISO 9001 : Cellule Economique Rhône-Alpes - Décembre

14 1.1 Les raisons de la mise en place d une démarche qualité pour la maîtrise d ouvrages sécuriser la passation des marchés homogénéiser les procédures être en phase avec les entreprises 1.2 Utilité reconnue de cette démarche qualité par les maîtres d ouvrages Formalisation des procédures en interne Homogénéisation des méthodes de travail en externe Création d un même état d esprit et d un même langage avec les entreprises Vue d ensemble sur l achat public Homogénéisation du traitement des réponses aux appels d offre Analyse des offres plus claires La certification entraîne une meilleure organisation des services. En revanche, elle n intervient pas au niveau des chantiers. Cellule Economique Rhône-Alpes - Décembre

15 1.4 Les difficultés rencontrées Difficultés rencontrées au départ / Résultats obtenus une fois la démarche qualité mise en place la démarche qualité demande beaucoup de temps et de travail formalisation de toute l activité - nomination d un responsable qualité - méthode de travail efficace, homogène la réticence des agents - la démarche qualité devient un outil pédagogique Cellule Economique Rhône-Alpes - Décembre

16 2. Comment les maîtres d ouvrages publics intègrent-ils ce critère dans l attribution des marchés? La certification des entreprises de Bâtiment et Travaux Publics est-elle prise en compte par les maîtres d ouvrages? Non, elle ne peut pas être prise en compte puisqu elle n apparaît pas dans le code des marchés publics 2004 comme critère de choix. Cependant, la certification peut être un plus dans la valeur technique et certains maîtres d ouvrages la prendront en compte pour départager deux entreprises à références et prix équivalents. Les maîtres d ouvrages publics, qui sont sous le régime du code des marchés publics, ne peuvent pas retenir la certification comme critère discriminant pour le choix d une entreprise. Le code des marchés publics de 2004 le précise les critères de sélection dans l article 53 : «Pour attribuer le marché au candidat qui a présenté l offre économiquement la plus avantageuse, la personne publique se fonde sur divers critères variables selon l objet du marché, notamment le coût d utilisation, la valeur technique de l offre, son caractère innovant, ses performances en matière de protection de l environnement, ses performances en matière d insertion professionnelle des publics en difficulté, le délai d exécution, les qualités esthétiques et fonctionnelles, le service après-vente et l assistance technique, la date et le délai de livraison, le prix des prestations.» Code des marchés publics (2004) section 7, article 53. Cellule Economique Rhône-Alpes - Décembre

17 3.Quelle est l utilité de la certification pour une entreprise de Bâtiment ou de Travaux Publics, en interne et en externe? non 62% La certification est-elle un avantage concurrentiel? oui 38% Certains maîtres d ouvrages publics estiment que la certification, en interne, permet un meilleur management. En externe, certains reconnaissent une meilleure présentation des dossiers constitués par les entreprises certifiées. Cependant il n est pas évident que la certification soit pour autant un avantage concurrentiel. L utilité de la certification est perçue différemment selon les maîtres d ouvrages publics interrogés : selon qu ils soient certifiés ou non, et selon leur idée de la démarche qualité. La norme ISO 9001 : 2000 qui concerne le management de la qualité, intervient seulement sur les processus mis en place par l organisme pour réaliser un produit ou un service. Pour la maîtrise d ouvrage publique il s agit par exemple du processus d obtention des autorisations administratives qui mettra l accent sur la qualité des dossiers présentés, le respect des délais... Les maîtres d ouvrage publics certifiés sont plus réceptifs à la certification d une entreprise, mais de manière générale son utilité n est pas toujours comprise. La norme ISO 9001 : 2000 n impose pas de résultats et de niveau de performance, il est donc difficile pour un maître d ouvrage public d en cerner concrètement l utilité. Elle reste pour une entreprise un moyen de rendre visible une démarche interne qui ne l est pas. ϑ Comment sont gérés les documents qualité produits par l entreprise Les maîtres d ouvrages ne gère pas de documents particuliers liés à la certification de l entreprise δ La certification permet-elle de définir des travaux à réaliser? La certification ne permet pas de définir les travaux Selon les maîtres d ouvrages, l utilité de la certification pour une entreprise de Bâtiment et Travaux Publics est interne. Cette démarche doit être comprise comme étant un moyen de rationaliser l organisation, d impliquer les salariés et de renforcer le potentiel de l entreprise. Les maîtres d ouvrages, pour la plupart, reconnaissent que l entreprise est sans doute mieux managée, mais pour eux cela ne garanti pas la qualité de la construction. Cellule Economique Rhône-Alpes Décembre

18 4. Pourquoi les entreprises de Bâtiment ou de Travaux Publics ne peuvent-elles pas, à priori, valoriser cette certification auprès des maîtres d ouvrage publics? 4.1 Selon les maîtres d ouvrages publics La prise en compte de la certification par les maîtres d ouvrages publics : APPEL D OFFRE Qualifications Prix Références techniques Certification Les premiers critères de sélection d une entreprise sont ses qualifications et le prix. Un maître d ouvrages public peut ensuite consulter les références techniques de l entreprise sur des chantiers équivalents achevés. Contrairement à la certification, les références témoignent de l exécution et de la qualité de l ouvrage réalisé. Ne faisant pas partie des critères retenus pour le choix des entreprises, la certification peut difficilement être valorisée. Cependant, lorsque les entreprises répondent à toutes les exigences, la certification peut être retenue par le maître d ouvrage comme sous critère. Des efforts de communication sur la certification doivent être réalisés. Plusieurs maîtres d ouvrages publics interrogés ont déclaré soit ne pas avoir suffisamment de connaissances sur la certification, soit en avoir une image négative suite à une mauvaise expérience. Cellule Economique Rhône-Alpes - Décembre

19 III. La certification vue par les entreprises de Bâtiment et Travaux Publics Cellule Economique Rhône-Alpes - Décembre

20 1. La certification ISO dans le Bâtiment et Travaux Publics en Rhône- Alpes : état des lieux Méthodologie consultation de l annuaire des certifiés par l AFAQ sur le site Internet de l AFAQ demande du listing des certifiés par mail à l organisme certificateur LRQA en passant par leur site Internet demande du listing des entreprises de Bâtiment et Travaux Publics certifiées à l organisme BVQI vérification et recherche d informations complémentaires directement sur les sites Internet des entreprises concernées ou sur des sites dédiés aux entreprises comme recherche d informations générales sur les normes ISO sur les sites institutionnels comme les sites des Chambres de Commerce et d Industrie, consultation des fichiers UNEDIC. Concernant le nombre d entreprises de Bâtiment et Travaux Publics certifiées dans la région Rhône-Alpes, les chiffres ne sont qu une estimation puisqu il n existe aucun organisme ou structure les répertoriant dans leur ensemble. Il s agit essentiellement des informations mises à disposition par les trois principaux organismes de certification (AFAQ, LRQA et BVQI). Les présentations qui suivent sont le résultat de trois analyses statistiques en terme : o de certificats : analyse réalisée sur l ensemble des certificats délivrés aux entreprises du secteur du bâtiment et des travaux publics en Rhône-Alpes. Il s agit des certificats ISO 9001 : 2000, et OHSAS Plusieurs certificats différents ou de même nature peuvent être délivrés à une même entreprise. o d entreprises : une partie de l analyse a été réalisée sur le nombre d entreprises unités économiques, juridiquement autonomes (INSEE) - certifiées ISO dans la région. o d établissements : de nombreux groupes du secteur du Bâtiment et des Travaux Publics sont certifiés ainsi que leurs filiales régionales. Une troisième analyse a donc été réalisée sur le nombre d établissements au sens d unité de production géographiquement individualisée, mais juridiquement dépendante de l entreprise (INSEE). Cellule Economique Rhône-Alpes - Décembre

21 Répartition des certificats délivrés par l'afcq, LRQA et BVQI aux entreprises de BTP en Rhône-Alpes LRQA 15% BVQI 10% En Rhône-Alpes 75% des certificats ISO concernant les entreprises de Bâtiment et de Travaux Publics ont été délivrés par l AFAQ, 15% par LRQA et 10% par BVQI. AFAQ 75% Source : CERA/AFAQ LRQA BVQI (mai 2006) De même qu au niveau national, la norme ISO la plus répandue dans le secteur du Bâtiment et des Travaux Publics est la norme ISO 9001 : 2000 puisqu elle représente, dans la région, 86% des certificats délivrés. La norme ISO représente 10% des certificats délivrés et la norme OHSAS 18001,4%. Répartition des certificats* par type de norme ISO concernant les entreprises de BTP en Rhône-Alpes ISO % ISO % Au total, 334 certificats sont en cours de validité concernant les entreprises de Bâtiment et Travaux Publics en Rhône-Alpes. ISO % Source : CERA/AFAQ LRQA BVQI (mai 2006) Répartition des entreprises de BTP certifiées par secteurs d'activité SECOND ŒUVRE 25% GROS ŒUVRE 14% Travaux Publics 61% Plus de la moitié des entreprises de Bâtiment et Travaux Publics certifiées ISO dans la région soit 61% - sont des entreprises de Travaux Publics. Source : CERA / AFAQ LRQA BVQI (mai 2006) Cellule Economique Rhône-Alpes Décembre

22 1.1 Répartition des établissements selon le type de norme 273 établissements sont certifiés ISO 9001 : 2000, 31 d entre eux sont également certifiés ISO 14001, 12 d entre eux sont certifiés suivant les référentiels des trois normes. 276 établissements de BÂTIMENT ET TRAVAUX PUBLICS sont certifiés ISO 9001 : 2000 en Rhône-Alpes ISO 9001 : ISO ISO Source : CERA/AFAQ LRQA BVQI (mai 2006) NB : cette représentation est vue sous l angle statistique, elle ne présente pas l imbrication des certificats qui peuvent être accordés de façon indépendante. Remarque : trois établissements seulement ne sont pas certifiés ISO 9001 : Un de ces établissements est uniquement certifié ISO 14001, les deux autres possèdent également la norme ISO OHSAS Répartition des entreprises selon le type de norme 128 entreprises de Bâtiment et Travaux Publics en Rhône-Alpes sont certifiées ISO 9001 : 2000, 17 d entre elles sont également certifiées norme ISO 14001, 5 d entre elles sont certifiées suivant les référentiels des trois normes ISO 9001 : 2000, et entreprises de BÂTIMENT ET TRAVAUX PUBLICS sont certifiées ISO 9001 : 2000 en Rhône-Alpes ISO 9001 : ISO ISO Source : CERA/AFAQ LRQA BVQI (mai 2006) Remarque : seules 2 entreprises ne sont pas certifiées ISO 9001 : L une d entre elles est certifiée ISO et OHSAS 18001, et l autre possède uniquement un certificat ISO OHSAS Cellule Economique Rhône-Alpes - Décembre

23 1.3 Part des établissements de Bâtiment et de Travaux Publics de 10 salariés et plus certifiés par départements Départements Nombre d'établissements certifiés Nombre d'établissements de Bâtiment et Travaux Publics Part des établissements de 10 salariés et +(*) en certifiés par département Rhône-Alpes AIN ,43 ARDECHE ,52 DROME ,23 ISERE ,99 LOIRE ,49 RHONE ,32 SAVOIE ,33 HAUTE-SAVOIE ,97 TOTAL ,29 Source : CERA / AFAQ LRQA BVQI / UNEDIC (mai 2006) (*) source UNEDIC : part des établissements de Bâtiment et Travaux Publics certifiés par rapport au nombre total d établissements de Bâtiment et Travaux Publics de 10 salariés et plus par département en Part des établissements de BTP de 10 salariés et plus certifiés par départements % 14,00 12,00 10,00 8,00 6,00 4,00 2,00 - AIN ARDECHE DROME ISERE LOIRE RHONE SAVOIE HAUTE- SAVOIE Source : CERA / AFAQ LRQA BVQI / UNEDIC (mai 2006) En Rhône-Alpes 9.29% des établissements de Bâtiment et Travaux Publics de 10 salariés et plus sont certifiés. C est dans le Rhône qu il y a le plus d établissements certifiés puisqu ils représentent 12.3% des établissements de 10 salariés et plus du département. La Haute-Savoie (9.97%), la Loire (9.49%) et la Drôme (9.23%) ont également une part importante d établissements de 10 salariés et plus certifiés. Cellule Economique Rhône-Alpes - Décembre

24 1.4 Part des établissements de Bâtiment et Travaux Publics avec au moins un salarié certifié par départements Départements Nombre d'établissements certifiées Nombre d'établissements de Part des établissements Bâtiment et Travaux Publics certifiées par département avec au moins un salarié(*) AIN ,97 ARDECHE ,83 DROME ,55 ISERE ,04 LOIRE ,56 RHONE ,18 SAVOIE ,23 HAUTE-SAVOIE ,39 TOTAL ,45 Source : CERA / AFAQ LRQA BVQI / UNEDIC (mai 2006) (*) source UNEDIC : part des établissements de Bâtiment et Travaux Publics certifiés par rapport au nombre total d établissements de Bâtiment et Travaux Publics avec au moins un salarié par département en Remarque : dans le secteur du bâtiment et des travaux publics, les établissements de moins de 10 salariés représentent, en 2004, 84.3% des établissements de Bâtiment et Travaux Publics en Rhône- Alpes. (source UNEDIC) 2,50 % 2,00 1,50 1,00 0,50 - AIN ARDECHE DROME ISERE LOIRE RHONE SAVOIE HAUTE- SAVOIE Source : CERA / AFAQ LRQA BVQI / UNEDIC (mai 2006) En Rhône-Alpes 1.45% des établissements de Bâtiment et Travaux Publics avec au moins un salarié sont certifiés aux normes ISO. C est le département du Rhône qui compte la part la plus importante d établissements certifiés, soit 2.18%. Dans le département de la Loire, 1.56% des établissements de Bâtiment et Travaux Publics avec au moins un salarié sont certifiés. Les départements les moins concernés par la certification ISO sont l Ardèche (0.83%), l Ain (0.97%) et l Isère (1.04%). Dans le secteur du Bâtiment et des Travaux Publics, il y a peu d établissements certifiés % des établissements de plus de 10 salariés en Rhône-Alpes - et moins de dix maîtres d ouvrages publics. Dans la relation client-entreprise la certification occupe une place peu importante, contrairement à d autres secteurs comme l automobile où la certification des clients impulse la certification des fournisseurs. La certification concerne très peu de maîtres d ouvrage publics et n est pas un critère de choix des entreprises retenu par le code des marchés publics, ce qui ne fait pas d elle un avantage concurrentiel évident. Cellule Economique Rhône-Alpes - Décembre

25 2. Une enquête réalisée auprès des entreprises de Bâtiment et de Travaux Publics Un questionnaire a été envoyé aux entreprises de plus de 50 salariés de Bâtiment et de Travaux Publics en Rhône-Alpes. 38 entreprises ont accepté de participer à l enquête : 36 entreprises sont certifiées, 2 ne le sont pas. 2.1 Caractéristique de l échantillon Les entreprises qui ont participé à l enquête comptent majoritairement entre 200 et 499 salariés. Répartition des effectifs des entreprises de l'échantillon moins de 50 de 50 à 199 de 200 à 499 Plus de 500 Les activités des entreprises de l'échantillon Travaux Publics 23 Gros Œuvre 6 Electricité Plomberie - Chauffage - Climatisation 3 4 Les entreprises qui ont accepté de participer à l enquête sont majoritairement des entreprises de Travaux Publics. Peinture- Aménagements-Finitions 1 Répartition des entreprises de l'échantillon par département Les entreprises interrogées sont principalement des entreprises du Rhône Ain Ardèche Drôme Isère Loire Rhône Savoie Haute- Savoie Cellule Economique Rhône-Alpes Décembre

26 95% des entreprises qui ont participé à l enquête sont certifiées. Entreprises non certifiées 5% 2.2 La certification Entreprises certifiées 95% Les certifications des entreprises ISO 9001 : ISO UIC ISO OSH 2001 ISO OHSAS BS8800 CEFRI MASE Marquage CE La quasi-totalité des entreprises certifiées possèdent la certification ISO Environ un tiers des entreprises interrogées sont certifiées ISO Les autres certifications sont plus spécifiques, et par conséquent moins représentées. Année de certification des entreprises En moyenne, les entreprises ayant participé à l enquête sont certifiées depuis Plus de la moitié des entreprises ont été certifiées entre 1997 et Cellule Economique Rhône-Alpes Décembre

27 61% des entreprises interrogées envisagent de mettre en place une nouvelle démarche de certification dans les années à venir, en complément de celle qu elles possèdent déjà. Les entreprises envisagent-elles une autre certification? Non 39% Oui 61% Les certifications envisagées par les entreprises ISO % MASE 9% ISO OHSAS % 59% des entreprises ayant participé à l enquête envisagent de mettre en place une certification ISO % souhaitent être prochainement certifiées ISO 18001, et 9% envisagent une certification MASE. Cellule Economique Rhône-Alpes Décembre

28 3. Les raisons et motivations de la démarche de certification Les raisons de la démarche de certification Mettre en place une meilleure organisation 15 Répondre aux attentes des clients Etre plus compétitif 7 7 Formaliser les procédures Améliorer certains services 4 4 Suivre une démarche du groupe 3 Répondre à la volonté du chef d'entreprise 2 Réduire les coûts de non-conformité Respecter la réglementation Promouvoir l'entreprise Les 3 principales raisons pour lesquelles les entreprises de Bâtiment et de Travaux Publics ont engagé une démarche de certification sont : la mise en place d une meilleure organisation : pour les entreprises, la certification permet d améliorer l organisation des différents services, au sein de l entreprise, la réponse aux attentes des clients : la certification permet de répondre aux exigences de leurs clients, notamment au niveau de la qualité, d améliorer leurs satisfaction et ainsi d être mieux positionnés. la compétitivité : la certification permet aux entreprises d être plus compétitives La démarche de certification a t-elle été engagée pour posséder un outil au service de la gouvernance de l'entreprise? Pour 61% des entreprises interrogées la démarche de certification a été engagée afin d avoir un outil au service de la gouvernance de l entreprise. Non 39% Oui 61% La démarche de certification a t-elle été engagée pour posséder un outil de maîtrise opérationnelle du produit? Non 23% La certification permet de posséder un outil de maîtrise opérationnelle du produit pour 77% des entreprises qui ont participé à l enquête. Oui 77% Cellule Economique Rhône-Alpes Décembre

29 63% des entreprises interrogées déclarent que la démarche de certification n a pas été mise en place pour aider l entreprise à détecter les enjeux majeurs. La démarche de certification a t-elle été engagée pour aider l'entreprise à détecter ses enjeux majeurs? Oui 37% Non 63% La démarche de certification a t-elle été engagée pour dégager des pistes de progrès? Oui 100% Pour l ensemble des entreprises, la démarche de certification a été engagée pour dégager des pistes de progrès La démarche de certification a t-elle été engagée pour détecter des risques? Pour 86% des entreprises interrogées, la certification a été mise en place dans le but de détecter des risques. Non 14% Oui 86% Cellule Economique Rhône-Alpes Décembre

30 3. L utilité de la certification Utilité de la démarche qualité Formalisation de procédures Amélioration continue 7 7 Démarche de progrès 5 Meilleure organisation de l'entreprise 4 Satisfaction du client 3 Environnement Amélioration de l'image Détection des anomalies Management Maîtrise des risques 1 Selon les entreprises enquêtées, la démarche qualité permet principalement une amélioration continue, aussi bien au niveau organisationnel que technique, ainsi qu une formalisation des procédures : la moitié des entreprises a évoqué une de ces deux options. La certification favorise aussi une véritable démarche de progrès à tous niveaux et permet une meilleure organisation de l entreprise. La certification procure t'elle un avantage en terme d'image de marque? Non 26% Pour 74% des entreprises ayant participé à l enquête, la certification procure un avantage en terme d image de marque. Oui 74% La certification procure-t-elle un avantage concurrentiel? La certification ne constitue par un avantage concurrentiel pour la grande majorité des entreprises interrogées (85%). Oui 15% Non 85% Cellule Economique Rhône-Alpes Décembre

31 La certification permet-elle une meilleure organisation de l'entreprise? Oui 100% Les entreprises s accordent toutes à dire que la certification permet une meilleure organisation de l entreprise. La certification permet-elle une meilleure organisation des chantiers? Pour la quasi-totalité des entreprises interrogées, la certification permet une meilleure organisation des chantiers. Non 3% Oui 97% La certification procure-t-elle des avantages à l'export? Oui 7% La certification ne procure aucun avantage à l export pour 93% des entreprises qui ont participé à l enquête. Non 93% La certification permet-elle de diminuer les coûts de "non-qualité"? Près de trois quarts des entreprises interrogées estiment que la certification ne permet pas de diminuer les coûts de nonqualité. Oui 26% Non 74% Cellule Economique Rhône-Alpes Décembre

32 4. Les difficultés rencontrées Les contraintes de la certification coût changement des méthodes de travail 6 6 augmentation des volumes papier motivation du personnel 5 5 formalisme 4 difficulté à répondre aux exigences de la norme 3 longueur de la mise en place 2 modification des habitudes aucune contrainte 2 2 Le coût de la mise en place d une démarche de certification et le changement des méthodes de travail sont les contraintes les plus rencontrées par les entreprises interrogées. L augmentation des volumes papier, et la motivation du personnel sont également des facteurs à problème. Les obstacles rencontrés changement des habitudes 7 formalisme 5 complexité de la mise en place 3 longueur de la mise en place 2 dispersion géographique maîtrise de l'outil informatique détection des dysfonctionnements Le changement des habitudes est l obstacle le plus souvent mentionné par les entreprises interrogées : le personnel doit s habituer à de nouvelles méthodes de travail. Le formalisme est également est un des obstacles assez fréquemment rencontré par les entreprises lors de la mise en place d une démarche de certification. Cellule Economique Rhône-Alpes Décembre

33 Les salariés ont-il été réticents à la démarche de certification? Non 31% Oui 69% 69% des entreprises ayant participé à l enquête déclarent que leurs salariés ont été réticents à la mise en place d une démarche de certification. Une large partie des entreprises mentionnent que les salariés ont émis des réticences au début de la mise en place de la certification, mais qu elles se sont par la suite effacées. Cellule Economique Rhône-Alpes Décembre

34 5. Les enjeux de la certification La certification est-elle valorisée auprès des maîtres d'ouvrages? Les entreprises interrogées ont un avis assez partagé concernant la valorisation de la certification auprès des maîtres d ouvrages. Non 50% Oui 50% La certification est-elle perçue comme un atout par les maîtres d'ouvrages? Oui 32% Pour 68% des entreprises ayant participé à l enquête, la certification n est pas perçue comme un atout par les maîtres d ouvrages. Non 68% La certification est-elle une aide pour l'attribution de marchés suite à un appel d'offre? La certification n apparaît pas comme une aide pour l attribution des marchés suite à un appel d offre pour 74% des entreprises interrogées. Oui 26% Non 74% Cellule Economique Rhône-Alpes Décembre

35 Conclusion / Synthèse Cellule Economique Rhône-Alpes Décembre

36 La certification La certification est la reconnaissance de la politique qualité menée depuis des années au sein des entreprises pour la satisfaction des clients mais également la reconnaissance officielle d une volonté collective d'améliorer constamment les performances. Toutes les professions du bâtiment et des travaux publics peuvent envisager la certification : maîtres d ouvrages, maîtres d œuvre ou entreprises de travaux. la région Rhône-Alpes figure en seconde position concernant les normes ISO 9001 : 2000, avec 12% des certificats délivrés, la répartition des certificats AFAQ ISO 9001 : 2000 par type de marché place le secteur de la construction à la 8 ème position avec 7% des certificats délivrés, la région Rhône-Alpes détient la plus forte concentration de certificats AFAQ ISO soit 15%, la norme ISO OHSAS 18001, quelque soit l organisme certificateur, est majoritairement délivrée dans le secteur de la construction avec 23% des certificats, et la région Rhône-Alpes se situe à la seconde place. Cette concentration d entreprises certifiées ISO dans les régions Ile-de-France et Rhône-Alpes s explique par la forte densité d entreprises appartenant à de grands groupes. Cellule Economique Rhône-Alpes Décembre

37 La certification vue par les maîtres d ouvrages Formalisation des procédures En interne Homogénéisation des méthodes de travail En externe Création d un même état d esprit et d un même langage avec les entreprises La certification entraîne une meilleure organisation des services. En revanche, elle n intervient pas au niveau des chantiers. Les maîtres d ouvrages publics, qui sont sous le régime du code des marchés publics, ne peuvent pas retenir la certification comme critère discriminant pour le choix d une entreprise. Selon les maîtres d ouvrages, l utilité de la certification pour une entreprise de Bâtiment et Travaux Publics est interne. Cette démarche doit être comprise comme étant un moyen de rationaliser l organisation, d impliquer les salariés et de renforcer le potentiel de l entreprise. Les maîtres d ouvrages, pour la plupart, reconnaissent que l entreprise est sans doute mieux managée, mais pour eux cela ne garanti pas la qualité de la construction. Cellule Economique Rhône-Alpes Décembre

38 La certification vue par les entreprises de Bâtiment et de Travaux Publics 273 établissements sont certifiés ISO 9001 : 2000, 31 d entre eux sont également certifiés ISO 14001, 12 d entre eux sont certifiés suivant les référentiels des trois normes 276 établissements de BÂTIMENT ET TRAVAUX PUBLICS sont certifiés ISO 9001 : 2000 en Rhône- Alpes ISO 9001 : ISO ISO Source : CERA/AFAQ LRQA BVQI (mai 2006) Dans le secteur du Bâtiment et des Travaux Publics, il y a peu d établissements certifiés % des établissements de plus de 10 salariés en Rhône-Alpes - et moins de dix maîtres d ouvrages publics. Dans la relation client-entreprise la certification occupe une place peu importante, contrairement à d autres secteurs comme l automobile où la certification des clients impulse la certification des fournisseurs. La certification concerne très peu de maîtres d ouvrages publics et n est pas un critère de choix des entreprises retenu par le code des marchés publics, ce qui ne fait pas d elle un avantage concurrentiel évident. Cellule Economique Rhône-Alpes Décembre

39 Les 3 principales raisons pour lesquelles les entreprises de Bâtiment et de Travaux Publics ont engagé une démarche de certification sont : la mise en place d une meilleure organisation : pour les entreprises, la certification permet d améliorer l organisation des différents services, au sein de l entreprise, la réponse aux attentes des clients : la certification permet de répondre aux exigences de leurs clients, notamment au niveau de la qualité, d améliorer leurs satisfaction et ainsi d être mieux positionnés. la compétitivité : la certification permet aux entreprises d être plus compétitives La démarche de certification est engagée afin d avoir un outil au service de la gouvernance de l entreprise. La certification permet de posséder un outil de maîtrise opérationnelle du produit. La certification favorise aussi une véritable démarche de progrès à tous niveaux et permet une meilleure organisation de l entreprise. La certification ne constitue par un avantage concurrentiel. La certification permet une meilleure organisation des chantiers. La certification procure un avantage en terme d image de marque. Les entreprises s accordent toutes à dire que la certification permet une meilleure organisation de l entreprise. La certification ne permet pas de diminuer les coûts de non-qualité. Selon les entreprises, la certification n est pas perçue comme un atout par les maîtres d ouvrages. La certification n apparaît pas comme une aide pour l attribution des marchés dans le cadre d un appel d offre. Cellule Economique Rhône-Alpes Décembre

Besoin et offre de formation dans les métiers du Bâtiment en lien avec le Grenelle de l Environnement

Besoin et offre de formation dans les métiers du Bâtiment en lien avec le Grenelle de l Environnement Phase 2: Analyse du besoin des entreprises Besoin et offre de formation dans les métiers du Bâtiment en lien avec le Grenelle de l Environnement Les plus fortes demandes en «Construction durable» Estimation

Plus en détail

Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes

Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes Un tissu d entreprises en mutation Edition 2012 Septembre 2012 1 SOMMAIRE I. Caractéristiques des Très Petites Entreprises du BTP en

Plus en détail

Analyse du processus de décision des propriétaires rhônalpins en matière de rénovation énergétique :

Analyse du processus de décision des propriétaires rhônalpins en matière de rénovation énergétique : Analyse du processus de décision des propriétaires rhônalpins en matière de rénovation énergétique : des motivations à la réalisation des travaux Le contexte Suite au Grenelle de l Environnement, l Etat

Plus en détail

L Assurance Qualité DOSSIER L ASSURANCE QUALITE

L Assurance Qualité DOSSIER L ASSURANCE QUALITE DOSSIER L ASSURANCE QUALITE L Assurance Qualité DOSSIER N D4-2-GW0301 Satisfaction.fr 164 ter rue d Aguesseau 92100 Boulogne Billancourt 01.48.25.76.76 http://www.satisfaction.fr/ Page 1 Définition Normalisée.

Plus en détail

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI CONDITIONS D ACCREDITATION D ORGANISMES MULTISITES OU ORGANISES EN RESEAU OU METTANT EN COMMUN DES MOYENS GEN PROC 10 Révision 03 CONDITIONS D ACCREDITATION D ORGANISMES MULTISITES OU ORGANISES EN RESEAU

Plus en détail

Groupe AFNOR au service de votre performance

Groupe AFNOR au service de votre performance Groupe AFNOR au service de votre performance GROUPE AFNOR Les clés de votre différenciation et de votre développement AFNOR est un groupe de services organisé autour de 4 grands domaines de compétences

Plus en détail

OTT Observatoire du Travail Temporaire. L intérim dans le secteur du BTP

OTT Observatoire du Travail Temporaire. L intérim dans le secteur du BTP L intérim dans le secteur du BTP Septembre 2005 Sommaire Introduction page 3 I Données de cadrage du secteur du BTP page 4 A) Evolution du nombre de intérimaires et du taux de recours à l intérim pages

Plus en détail

INTERNET ET SANTÉ. Proposition de titre : La certification : un moyen d améliorer la qualité des sites dédiés à la santé

INTERNET ET SANTÉ. Proposition de titre : La certification : un moyen d améliorer la qualité des sites dédiés à la santé QUESTIONS REPONSES INTERNET ET SANTÉ Proposition de titre : La certification : un moyen d améliorer la qualité des sites dédiés à la santé LE CONTEXTE Dispose t-on de données relatives à la fréquentation

Plus en détail

Les signes de qualité des entreprises du bâtiment

Les signes de qualité des entreprises du bâtiment Les signes de qualité entreprises du bâtiment Partie 1 : Les Qualifications, les Appellations Les signes de reconnaissance de la qualité acteurs sont repères (marques de certification, de, appellations,

Plus en détail

Fiche conseil n 16 Audit

Fiche conseil n 16 Audit AUDIT 1. Ce qu exigent les référentiels Environnement ISO 14001 4.5.5 : Audit interne EMAS Article 3 : Participation à l'emas, 2.b Annexe I.-A.5.4 : Audit du système de management environnemental SST OHSAS

Plus en détail

FM/BS N 110157 Contact Ifop: Frédéric Micheau / Bénédicte Simon Département Opinion et Stratégies d'entreprise

FM/BS N 110157 Contact Ifop: Frédéric Micheau / Bénédicte Simon Département Opinion et Stratégies d'entreprise FM/BS N 110157 Contact Ifop: Frédéric Micheau / Bénédicte Simon Département Opinion et Stratégies d'entreprise 35 rue de la gare 75019 Paris Tél : 01 45 84 14 44 Fax : 01 45 85 59 39 pour Les Français

Plus en détail

ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI. Contribuer à la performance de l entreprise. Novembre 1999. GT015-rev octobre 2002

ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI. Contribuer à la performance de l entreprise. Novembre 1999. GT015-rev octobre 2002 GT015-rev octobre 2002 ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI Enquête IPSOS Novembre 1999 Contribuer à la performance de l entreprise 153 rue de Courcelles 75817 Paris cedex 17 Tél. 01 44 15 60

Plus en détail

MANUEL Q S E. Mise à jour : Mai 2014. Qualité - Sécurité - Environnement

MANUEL Q S E. Mise à jour : Mai 2014. Qualité - Sécurité - Environnement MANUEL Q S E Mise à jour : Mai 2014 Qualité - Sécurité - Environnement Editorial BÂTIMENTS - Privé - Public - Industriel La société RIVASI BTP est implantée dans la Drôme et les Bouches-du-Rhône. Elle

Plus en détail

Introduction à l ISO/IEC 17025:2005

Introduction à l ISO/IEC 17025:2005 Introduction à l ISO/IEC 17025:2005 Relation avec d autres normes de Management de la Qualité Formation Assurance Qualité LNCM, Rabat 27-29 Novembre 2007 Marta Miquel, EDQM-CoE 1 Histoire de l ISO/IEC

Plus en détail

ANALY ANAL S Y E S PR

ANALY ANAL S Y E S PR ANALYSE PROSPECTI IVE DES MÉTIERS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS AUDA BATIMENT MÉTIERS DE LA PLOMBERIE NOVEMBRE 2014 1 1. L emploi 1 086 plombiers en 20122 soit 4% des salariéss de la production du

Plus en détail

REGLES D ATTRIBUTION ET DE SUIVI DE LA CERTIFICATION AMIANTE 1552

REGLES D ATTRIBUTION ET DE SUIVI DE LA CERTIFICATION AMIANTE 1552 REGLES D ATTRIBUTION ET DE SUIVI DE LA CERTIFICATION AMIANTE 1552 Date d application : 4 février 2013 DOC-PC 024 version 02 1/13 SOMMAIRE PAGES 1 OBJET 3 2 TERMINOLOGIE 3 et 4 3 DOCUMENTS DE REFERENCE

Plus en détail

ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE

ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE Quel est leur profil (âge, localisation, situation familiale )? Quel est leur plan d action pour reprendre?... Quelles sont leurs motivations?

Plus en détail

ET LA DÉLIVRANCE DU CERTIFICAT

ET LA DÉLIVRANCE DU CERTIFICAT RÉFÉRENTIEL POUR L'ATTRIBUTION ET LE SUIVI D'UNE QUALIFICATION PROFESSIONNELLE D'ENTREPRISE ET LA DÉLIVRANCE DU CERTIFICAT Date d'application : 29 octobre 2014 DOCUMENT QUALIBAT 005 VERSION 06 OCTOBRE

Plus en détail

Evaluation Agi Son 2005. Agi son 2005. Evaluation de la campagne de sensibilisation aux risques auditifs liés à l écoute de musiques amplifiées

Evaluation Agi Son 2005. Agi son 2005. Evaluation de la campagne de sensibilisation aux risques auditifs liés à l écoute de musiques amplifiées Agi son Evaluation de la campagne de sensibilisation aux risques auditifs liés à l écoute de musiques amplifiées 1 Introduction p. 3 Méthode p.4 1. Le public p.5 A. Caractéristique des personnes interrogées

Plus en détail

Une réponse concrète et adaptée pour valoriser votre engagement pour l environnement. www.evaluation-envol-afnor.org

Une réponse concrète et adaptée pour valoriser votre engagement pour l environnement. www.evaluation-envol-afnor.org Une réponse concrète et adaptée pour valoriser votre engagement pour l environnement www.evaluation-envol-afnor.org Quelques mots à propos du groupe Afnor Opérateur central du système français de normalisation

Plus en détail

ETUDE COMPARATIVE DES REFERENTIELS RELATIFS AU MANAGEMENT DE LA SANTE ET DE LA SECURITE AU TRAVAIL APPLICABLES AUX ENTREPRISES EXTERIEURES

ETUDE COMPARATIVE DES REFERENTIELS RELATIFS AU MANAGEMENT DE LA SANTE ET DE LA SECURITE AU TRAVAIL APPLICABLES AUX ENTREPRISES EXTERIEURES RAPPORT D ÉTUDE JUIN 2006 N 35129 ETUDE COMPARATIVE DES REFERENTIELS RELATIFS AU MANAGEMENT DE LA SANTE ET DE LA SECURITE AU TRAVAIL APPLICABLES AUX ENTREPRISES EXTERIEURES Aide au transfert des acquis

Plus en détail

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales.

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales. Chapitre 11 LA FONCTION CONTRÔLE DE GESTION REPORTING AUDIT INTERNE Un système de reporting homogène dans toutes les filiales permet un contrôle de gestion efficace et la production d un tableau de bord

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION

PROGRAMME DE FORMATION Innovation - Prévention conseil - accompagnement - formation Innovation-Prévention 19 rue Paul Séramy 77300 Fontainebleau N SIRET : 48155965600030 Tel : 09.88.99.99.59 www.innoprev.com Contact Direct avec

Plus en détail

CHARTE R.S.E. Responsabilité Sociétale d'entreprise

CHARTE R.S.E. Responsabilité Sociétale d'entreprise CHARTE R.S.E. Responsabilité Sociétale d'entreprise ENVIRONNEMENT SOCIAL ETHIQUE des AFFAIRES ACHATS RESPONSABLES SERMA GROUP est historiquement sensibilisé par tout ce qui touche l environnement, la sphère

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION. Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile

CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION. Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile A.N.F.A. Département Ingénierie et Compétences Mars 2013 SOMMAIRE INFORMATIONS

Plus en détail

REFERENTIEL DE CERTIFICATION

REFERENTIEL DE CERTIFICATION REFERENTIEL DE CERTIFICATION Référentiel I4 NF 285 Edition : Janvier 2015 N de révision : 4 ORGANISMES CERTIFICATEURS CNPP Cert. Route de la Chapelle Réanville CD 64 - CS 22265 F- 27950 SAINT-MARCEL Tél.

Plus en détail

FICHE EXPLICATIVE Système de management de l Énergie (SMÉ)

FICHE EXPLICATIVE Système de management de l Énergie (SMÉ) Certificats d économies d énergie Fiche explicative n FE 50 FICHE EXPLICATIVE Système de management de l Énergie (SMÉ) Fiches d opérations standardisées concernées : N BAT-SE-02 et IND-SE-01. Ce document

Plus en détail

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat Objectifs : Être au plus près des entreprises et de leurs salariés en proposant des services et outils adaptés à leurs besoins. 12 fiches «service» synthétiques, répertoriées en 5 grands thèmes : PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

Audit interne. Audit interne

Audit interne. Audit interne Définition de l'audit interne L'Audit Interne est une activité indépendante et objective qui donne à une organisation une assurance sur le degré de maîtrise de ses opérations, lui apporte ses conseils

Plus en détail

Administration canadienne de la sûreté du transport aérien

Administration canadienne de la sûreté du transport aérien Administration canadienne de la sûreté du transport aérien Norme relative au système de gestion des fournisseurs de services de contrôle de l ACSTA Octobre 2009 La présente norme est assujettie aux demandes

Plus en détail

Les internautes et les comparateurs de prix

Les internautes et les comparateurs de prix FM N 19410 Contact L Atelier : Sandra Edouard Baraud Tél : 01 43 16 90 22 sandra.edouardbaraud@atelier.net, Contact Ifop : Frédéric Micheau Tél : 01 45 84 14 44 frederic.micheau@ifop.com pour Les internautes

Plus en détail

Parmi elles, deux ont accédé à un statut véritablement mondial et sont aujourd hui entièrement intégrées à l économie mondiale :

Parmi elles, deux ont accédé à un statut véritablement mondial et sont aujourd hui entièrement intégrées à l économie mondiale : Norme ISO ISO signifie International Standards Organization. Il s agit de l organisation internationale de normalisation, qui chapeaute tous les organismes de normalisation nationaux et internationaux.

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires L0Z-Secrétaires Synthèse En moyenne sur la période 2007-2009, 484 000 personnes exercent le métier de secrétaire, assurant des fonctions de support, de coordination, de gestion et de communication. Les

Plus en détail

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance Septembre 2013 Contact: Frédéric Dabi 01 45 84 14 44 Frederic.dabi@ifop.com Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance pour Note méthodologique Etude réalisée pour:

Plus en détail

performance environnementale Synthèse Décembre 2013 Analyse de la demande de bureaux «verts» EN ile-de-france

performance environnementale Synthèse Décembre 2013 Analyse de la demande de bureaux «verts» EN ile-de-france Étude réalisée en partenariat avec Immobilier tertiaire et performance environnementale Analyse de la demande de bureaux «verts» EN ile-de-france Synthèse Décembre 2013 Ce document synthétise les principaux

Plus en détail

> innovation. Action «Normalisation» descriptif

> innovation. Action «Normalisation» descriptif Action «Normalisation» descriptif > Pour répondre aux questionnements des entreprises, la CCI Paris Ile-de-France et AFNOR Normalisation proposent aux entreprises de réaliser un pré-diagnostic normalisation

Plus en détail

La qualité pour et par la pédagogie : exemple d animation du SMQ du Master QHSE de Valenciennes (France)

La qualité pour et par la pédagogie : exemple d animation du SMQ du Master QHSE de Valenciennes (France) La qualité pour et par la pédagogie : exemple d animation du SMQ du Master QHSE de Valenciennes (France) Jean-Luc Menet (ENSIAME-UVHC) Responsable Pédagogique Master QHSE Éric Winter (ENSIAME-UVHC) Responsable

Plus en détail

Etude sur l équipement des TPE / PME. en complémentaire santé

Etude sur l équipement des TPE / PME. en complémentaire santé Département Évaluation des Politiques Sociales Etude sur l équipement des TPE / PME en complémentaire santé Synthèse des résultats Léopold GILLES Pauline JAUNEAU Juillet 2012 1 Contexte et objectifs Dans

Plus en détail

ISO 27001 conformité, oui. Certification?

ISO 27001 conformité, oui. Certification? ISO 27001 conformité, oui. Certification? Eric Wiatrowski CSO Orange Business Services Lead Auditor ISMS Conférences normes ISO 27001 21 Novembre 2007 1 sommaire Conformité vs certification La démarche

Plus en détail

TROPHEE RSE DE LA PROFESSION COMPTABLE 2014 CATEGORIE MEILLEURE DEMARCHE RSE

TROPHEE RSE DE LA PROFESSION COMPTABLE 2014 CATEGORIE MEILLEURE DEMARCHE RSE TROPHEE RSE DE LA PROFESSION COMPTABLE 2014 CATEGORIE MEILLEURE DEMARCHE RSE Nom de la société : Adresse : INFORMATIONS GÉNÉRALES N téléphone : Adresse de messagerie : Etablissement(s) secondaire(s) ou

Plus en détail

MONTAGE ET REALISATION DU PROGRAMME SOFT-WHERE EXPORT 2013 CAHIER DES CHARGES

MONTAGE ET REALISATION DU PROGRAMME SOFT-WHERE EXPORT 2013 CAHIER DES CHARGES MONTAGE ET REALISATION DU PROGRAMME SOFT-WHERE EXPORT 2013 CAHIER DES CHARGES 1) Introduction Dans le cadre de son PDI (Plan de Développement International), le Cluster EDIT a mis en place une action nommée

Plus en détail

Les TPE françaises et les nouvelles technologies. Conférence du 30 octobre 2012

Les TPE françaises et les nouvelles technologies. Conférence du 30 octobre 2012 Les TPE françaises et les nouvelles technologies Conférence du 30 octobre 2012 SYNTHESE Une forte conscience des enjeux des nouvelles technologies Aujourd hui, la quasi-totalité des dirigeants de TPE est

Plus en détail

Données au 1 er janvier 2015

Données au 1 er janvier 2015 2015 Données au 1 er janvier 2015 Sommaire Chapitres ELEMENTS DE CADRAGE ALSACE - TOUS SECTEURS Etablissements et effectifs en 2015 pp. 3 à 7 pp. 5 à 6 Etablissements par tranche d effectifs salariés en

Plus en détail

Les compétences des permanents face à la nouvelle activité que constitue le recrutement en CDI et en CDD

Les compétences des permanents face à la nouvelle activité que constitue le recrutement en CDI et en CDD Les dossiers de l Obser vatoire du Travail Temporaire Juillet 2009 Les compétences des permanents face à la nouvelle activité que constitue le recrutement en CDI et en CDD Sommaire 1 Introduction 3 1.1

Plus en détail

Chapitre IV. La certification des comptes

Chapitre IV. La certification des comptes Chapitre IV La certification des comptes Aux termes de la Constitution, «les comptes des administrations publiques sont réguliers, sincères et donnent une image fidèle de leur gestion, de leur patrimoine

Plus en détail

Pour le Développement d une Relation Durable avec nos Clients

Pour le Développement d une Relation Durable avec nos Clients Pour le Développement d une Relation Durable avec nos Clients Prestation de Certification CERTIFICATION-D D-Indice 7 Applicable le 09//009 CERTIFICATION D Indice 7 Page /7 GLOBAL sas 8, rue du séminaire

Plus en détail

Mise en place d'une démarche qualité et maintien de la certification ISO 9001:2008 dans un système d'information

Mise en place d'une démarche qualité et maintien de la certification ISO 9001:2008 dans un système d'information Mise en place d'une démarche qualité et maintien de la certification ISO 9001:2008 dans un système d'information IMGT The international ImMunoGeneTics information system Joumana Jabado-Michaloud IE Bioinformatique,

Plus en détail

TABLE DE MATIERES. Pourquoi les Organisations doivent-elles être accréditées?...

TABLE DE MATIERES. Pourquoi les Organisations doivent-elles être accréditées?... TABLE DE MATIERES Qu est-ce que SADCAS? Pourquoi les Organisations doivent-elles être accréditées?... En quoi les Organismes d Accréditation peuvent être bénéfiques jusqu aux derniers utilisateurs?.. Le

Plus en détail

Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants

Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants PARCOURS COMPLET DE PROFESSIONNALISATION Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants proposer un ensemble de prestations liées à l amélioration de la performance thermique

Plus en détail

les travailleurs non-salari

les travailleurs non-salari Septembre 2013 Contact: Frédéric Dabi 01 45 84 14 44 Frederic.dabi@ifop.com Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salari salariés, s, la crise et l assurancel pour Note méthodologique Etude réalisée

Plus en détail

LIVRET DE QUALIFICATION PRESTATAIRE NETTOYAGE GARES ET LOCAUX

LIVRET DE QUALIFICATION PRESTATAIRE NETTOYAGE GARES ET LOCAUX A-DDSN-GP Dossier n Département A-DDSN- G-P LIVRET DE QUALIFICATION PRESTATAIRE NETTOYAGE GARES ET LOCAUX Page 1 / 31 L entreprise répondra très précisément aux différents points de ce Livret de qualification

Plus en détail

Fiche entreprise : E10

Fiche entreprise : E10 Fiche entreprise : E10 FONCTION ET CARACTÉRISTIQUES / PERSONNE INTERVIEWÉE La personne interviewée est le directeur de la mutuelle de formation 1 dans le secteur des entreprises adaptées dont 95 % gèrent

Plus en détail

LA QUALITE, L ASSURANCE DE LA QUALITE ET LA CERTIFICATION ISO 9001

LA QUALITE, L ASSURANCE DE LA QUALITE ET LA CERTIFICATION ISO 9001 LA QUALITE, L ASSURANCE DE LA QUALITE ET LA CERTIFICATION ISO 9001 I/ HISTORIQUE DE LA QUALITE La qualité est un souci permanent de l homme depuis longtemps. Jusqu au XIX ème siècle, c est l ère artisanale

Plus en détail

Mise en œuvre de la radioprotection dans les entreprises: Certification d'entreprise et formation du personnel.

Mise en œuvre de la radioprotection dans les entreprises: Certification d'entreprise et formation du personnel. Mise en œuvre de la radioprotection dans les entreprises: Certification d'entreprise et formation du personnel. Alain BONTEMPS, Directeur du CEFRI -NOMBRE DE TRAVAILLEURS EXPOSES (Nucléaire): Total: 60

Plus en détail

Groupements d entreprises offre globale: retours d expériences

Groupements d entreprises offre globale: retours d expériences Groupements d entreprises offre globale: retours d expériences NORDBAT 2012 Qu est ce qu un groupement permanent d entreprises d offre globale? - Notion de groupement permanent Un certain nombre d entreprises

Plus en détail

TUV Certification Maroc

TUV Certification Maroc Page 1 sur 7 Formation : Référence : Durée : Formation enregistrée IRCA Auditeur / Responsable d audit ISO 27001 :2005 IR07 5 jours TÜV Rheinland Akademie Page 2 sur 7 OBJECTIFS DE LA FORMATION Rappeler

Plus en détail

Portrait statistique des entreprises et des salariés

Portrait statistique des entreprises et des salariés Portrait statistique des entreprises et des salariés Commerce de détail de l Habillement et des articles textiles Comité Paritaire de Pilotage de l Observatoire Portrait statistique des entreprises et

Plus en détail

A1 GESTION DE LA RELATION AVEC LA CLIENTELE

A1 GESTION DE LA RELATION AVEC LA CLIENTELE Référentiel des Activités Professionnelles A1 GESTION DE LA RELATION AVEC LA CLIENTELE L assistant prend en charge l essentiel du processus administratif des ventes. Il met en place certaines actions de

Plus en détail

Responsabilité Civile Professionnelle et Décennale Architectes et Bureaux d Etudes QUESTIONNAIRE. 4. Forme sociale : Code APE : N SIRET :

Responsabilité Civile Professionnelle et Décennale Architectes et Bureaux d Etudes QUESTIONNAIRE. 4. Forme sociale : Code APE : N SIRET : Responsabilité Civile Professionnelle et Décennale Architectes et Bureaux d Etudes QUESTIONNAIRE 1. Assuré : Nom ou Raison sociale : 2. Adresse (siège social) : Téléphone : Fax : E-mail : 3. Date du début

Plus en détail

MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE CQP / CQPI AU SEIN D UNE BRANCHE

MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE CQP / CQPI AU SEIN D UNE BRANCHE MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE CQP / CQPI AU SEIN D UNE BRANCHE Guide méthodologique à usage des CPNE Guide validé par le CPNFP du 16 mars 2012 1 PLAN De quoi parle-t-on? Synthèse du processus d élaboration

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE 4 septembre 2013 à Paris

CONFÉRENCE DE PRESSE 4 septembre 2013 à Paris CONFÉRENCE DE PRESSE 4 septembre 2013 à Paris UNE PHOTOGRAPHIE DE L APPRENTISSAGE EN FRANCE EN 2013 À l occasion de la rentrée des jeunes en apprentissage Résultats et analyse du BAROMÈTRE DE LA VIE DE

Plus en détail

Débat national sur les valeurs, missions et métiers de la Fonction publique. Synthèse des contributions des participants au débat public 25/02/2008

Débat national sur les valeurs, missions et métiers de la Fonction publique. Synthèse des contributions des participants au débat public 25/02/2008 Débat national sur les valeurs, missions et métiers de la Fonction publique Synthèse des contributions des participants au débat public 25/02/2008 Sommaire 1. Périmètre du débat et méthodologie des contributions

Plus en détail

RÉSULTATS DE L'ENQUÊTE AUPRÈS DES CRÉATEURS D'ENTREPRISE

RÉSULTATS DE L'ENQUÊTE AUPRÈS DES CRÉATEURS D'ENTREPRISE Les notes de l Juin 2007 OBSERVATOIRE PARTENARIAL LYONNAIS EN ECONOMIE RÉSULTATS DE L'ENQUÊTE AUPRÈS DES CRÉATEURS D'ENTREPRISE L entrepreneuriat est une priorité pour le développement économique de l

Plus en détail

Cahier des charges à l'attention des organismes de formation

Cahier des charges à l'attention des organismes de formation PAGE 1/9 Cahier des charges à l'attention des organismes de formation Formation certifiante d'administrateur réseaux Action collective au profit des entreprises adhérentes de plus de 10 salariés Formations

Plus en détail

La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation

La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation (Synthèse) Enquête réalisée dans le cadre du projet Concert Action Septembre 2011 La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires

Plus en détail

Le Management de l Energie Rencontre ATEE du 17/06/2014

Le Management de l Energie Rencontre ATEE du 17/06/2014 Le Management de l Energie Rencontre ATEE du 17/06/2014 SOMMAIRE > La démarche de l entreprise DARVA > Performance du Système de Management de l Environnement et de l énergie La démarche de l entreprise

Plus en détail

Licence professionnelle Lean manufacturing

Licence professionnelle Lean manufacturing Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Lean manufacturing Université Claude Bernard Lyon 1 - UCBL Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES,

Plus en détail

LA FILIERE CAP-BREVET PROFESSIONNEL EN APPRENTISSAGE : Un modèle de formation adapté aux exigences des métiers du Bâtiment

LA FILIERE CAP-BREVET PROFESSIONNEL EN APPRENTISSAGE : Un modèle de formation adapté aux exigences des métiers du Bâtiment DOSSIER DE PRESSE LA FILIERE CAP-BREVET PROFESSIONNEL EN APPRENTISSAGE : Un modèle de formation adapté aux exigences des métiers du Bâtiment Dans son parcours scolaire, l élève en fin de 3 ème a trois

Plus en détail

Observatoire des métiers de la communication dans l enseignement supérieur Enquête auprès des membres de l ARCES

Observatoire des métiers de la communication dans l enseignement supérieur Enquête auprès des membres de l ARCES Observatoire des métiers de la communication dans l enseignement supérieur Enquête auprès des membres de l ARCES Vague 4 Mai 2011 Synthèse Occurrence est certifiée ISO 9001:2000 depuis 2004 Sommaire Page

Plus en détail

Mémoire technique Aide à la rédaction

Mémoire technique Aide à la rédaction Mémoire technique Aide à la rédaction Pour apprécier la valeur technique de l offre, le maître d ouvrage peut exiger des candidats la fourniture d un mémoire technique. Deux cas de figure s offrent alors

Plus en détail

MBA Spécialisé en Alternance

MBA Spécialisé en Alternance MBA Spécialisé en Alternance "Management de l Environnement" Diplôme d'etat de Niveau I enregistré au Registre National des Certifications Professionnelles JO du 13 octobre 2007 2 2013 / 2014 Groupe Sup

Plus en détail

Optimisez le potentiel de votre entreprise grâce à des certifications internationalement reconnues. Les Experts en Certification des Professionnels

Optimisez le potentiel de votre entreprise grâce à des certifications internationalement reconnues. Les Experts en Certification des Professionnels Professionnels Organismes de Formation Centres d Examens Les Experts en Certification des Professionnels Professional Certifications Optimisez le potentiel de votre entreprise grâce à des certifications

Plus en détail

E-ASSURÉS RECHERCHE LE PROFIL DES PERSONNES ASSURANCE SANTÉ DES A LA SUR INTERNET D UNE PUBLIÉ PAR. 23 e ÉDITION

E-ASSURÉS RECHERCHE LE PROFIL DES PERSONNES ASSURANCE SANTÉ DES A LA SUR INTERNET D UNE PUBLIÉ PAR. 23 e ÉDITION L OBSERVATOIRE PUBLIÉ PAR LE PROFIL DES PERSONNES A LA RECHERCHE DES D UNE E-ASSURÉS 23 e ÉDITION SEPTEMBRE NOVEMBRE 2014 ASSURANCE SANTÉ SUR INTERNET QUI SOMMES-NOUS? PRÉSENTATION DE cmonassurance est

Plus en détail

NF habitat & nf habitat hqe TM

NF habitat & nf habitat hqe TM NF habitat & nf habitat hqe TM Certification rénovation maison l essentiel pour les professionnels Applicatif NF 500-02 - Version 1.0 introduction Depuis 1999, CÉQUaMi, filiale de l association QUaLiteL

Plus en détail

Maîtrise des Fournisseurs. La CAEAR. Commission d Acceptation des Entreprises en Assainissement Radioactif

Maîtrise des Fournisseurs. La CAEAR. Commission d Acceptation des Entreprises en Assainissement Radioactif Maîtrise des Fournisseurs La CAEAR Commission d Acceptation des Entreprises en Assainissement Radioactif 1 La CAEAR : Définition Commission interne au CEA, Elle a pour mission la présélection des entreprises

Plus en détail

Le rôle d un SMI pour assurer une maîtrise globale des risques d une entreprise

Le rôle d un SMI pour assurer une maîtrise globale des risques d une entreprise Le Sytème de Management Intégré Le rôle d un SMI pour assurer une maîtrise globale des risques d une entreprise ISO 9001, ISO 14001 et OHSAS 18001...2 ISO 9001...3 ISO 14001...4 OHSAS 18001...5 Systèmes

Plus en détail

REF01 Référentiel de labellisation des laboratoires de recherche_v3

REF01 Référentiel de labellisation des laboratoires de recherche_v3 Introduction Le présent référentiel de labellisation est destiné aux laboratoires qui souhaitent mettre en place un dispositif de maîtrise de la qualité des mesures. La norme ISO 9001 contient essentiellement

Plus en détail

Eric CIOTTI Président du Conseil général des Alpes-Maritimes

Eric CIOTTI Président du Conseil général des Alpes-Maritimes A sa création, en 2005, la FORCE 06, rattachée à l ONF, constituait une unité de forestiers-sapeurs dédiée aux travaux d entretien des infrastructures de Défense des Forêts Contre l Incendie (DFCI) et

Plus en détail

When Recognition Matters

When Recognition Matters When Recognition Matters PROGRAMME DE PARTENARIAT DU PECB www.pecb.com A propos du PECB /// Le PECB (Professional Evaluation and Certification Board) est un organisme de certification des personnes pour

Plus en détail

Art. 2. Les vérificateurs environnementaux, tels que définis à l article 2, point 20) du règlement (CE), relèvent du régime suivant :

Art. 2. Les vérificateurs environnementaux, tels que définis à l article 2, point 20) du règlement (CE), relèvent du régime suivant : Projet de loi portant certaines modalités d application et sanction du règlement (CE) no 1221/2009 du Parlement européen et du Conseil du 25 novembre 2009 concernant la participation volontaire des organisations

Plus en détail

ASSURANCE DÉCENNALE: MODE D EMPLOI : GUIDE À USAGE DES CONSTRUCTEURS EUROPÉENS

ASSURANCE DÉCENNALE: MODE D EMPLOI : GUIDE À USAGE DES CONSTRUCTEURS EUROPÉENS ASSURANCE DÉCENNALE: MODE D EMPLOI : GUIDE À USAGE DES CONSTRUCTEURS EUROPÉENS Ce guide est destiné à vous aider à préparer votre entretien, en vue de souscrire un contrat d assurance de responsabilité

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA 1 APPEL D OFFRES ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA JUILLET 2013 2 1. OBJET DE L APPEL D OFFRE Réalisation d un accompagnement

Plus en détail

SOMMAIRE. I - Synthèse de l'activité 2014... 2. II - Secteur "Logement" métropole... 4

SOMMAIRE. I - Synthèse de l'activité 2014... 2. II - Secteur Logement métropole... 4 SOMMAIRE I - Synthèse de l'activité 2014... 2 II - Secteur "Logement" métropole... 4 ACTIVITE LOGEMENTS NEUFS + EXISTANTS... 4 ACTIVITE LOGEMENTS NEUFS... 9 ACTIVITE LOGEMENTS EXISTANTS... 13 ACTIVITE

Plus en détail

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier Etude réalisée par Médias sociaux L influence des médias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un

Plus en détail

Marquage CE des enrobés bitumineux à chaud QUESTIONS - REPONSES SUR LE MARQUAGE CE DES ENROBES BITUMINEUX A CHAUD

Marquage CE des enrobés bitumineux à chaud QUESTIONS - REPONSES SUR LE MARQUAGE CE DES ENROBES BITUMINEUX A CHAUD Marquage CE des enrobés bitumineux à chaud QUESTIONS - REPONSES SUR LE MARQUAGE CE DES ENROBES BITUMINEUX A CHAUD (Version 11 juillet 2008) 1- Quels enrobés doivent être marqués? Tous les enrobés bitumineux

Plus en détail

ESC SAINT-ETIENNE UN TREMPLIN VERS L EMPLOI DOSSIER DE PRESSE. Mars 2011

ESC SAINT-ETIENNE UN TREMPLIN VERS L EMPLOI DOSSIER DE PRESSE. Mars 2011 ESC SAINT-ETIENNE UN TREMPLIN VERS L EMPLOI DOSSIER DE PRESSE Mars 2011 1 SOMMAIRE Communiqué de presse Fiche d identité 2010-2011 Une Grande Ecole autrement qui travaille son ouverture et ses réseaux

Plus en détail

LES BASES DE LA QUALITE

LES BASES DE LA QUALITE LES BASES DE LA QUALITE Sommaire I.PREAMBULES A LA DEMARCHE DE CERTIFICATION II. LES REGLES POUR METTRE EN ŒUVRE UN SMQ III. LES ETAPES DU PROCESSUS DE CERTIFICATION IV. LA NORME ISO 9001 ET SES EXIGENCES

Plus en détail

Les bénéficiaires de la CMU en Rhône-Alpes au 31 décembre 2003

Les bénéficiaires de la CMU en Rhône-Alpes au 31 décembre 2003 La Lettre de la DRASS N 2006-03-L Avril 2006 Les bénéficiaires de la CMU en Rhône-Alpes au 31 décembre 2003 Au 31 décembre 2003, 40 000 rhônalpins sont affi liés à l assurance maladie par le dispositif

Plus en détail

Catalogue des services intégrés

Catalogue des services intégrés Responsabilité sociétale et reporting extra-financier Catalogue des services intégrés FORMATION, CONSEIL & ACCOMPAGNEMENT 2014 Pour en savoir plus Dolores.larroque@materiality-reporting.com Tel. 06 86

Plus en détail

Ce document est la propriété de la MAP. Il ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation. MECANIQUE AERONAUTIQUE PYRENEENNE

Ce document est la propriété de la MAP. Il ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation. MECANIQUE AERONAUTIQUE PYRENEENNE MANUEL MANAGEMENT QUALITE Révision janvier 2010 Ce document est la propriété de la MAP. Il ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation. MECANIQUE AERONAUTIQUE PYRENEENNE Place d

Plus en détail

CERTIFICATION CERTIPHYTO

CERTIFICATION CERTIPHYTO CONDITIONS GENERALES DE CERTIFICATION MONOSITE Indice 2 Page 1/12 «Distribution de produits phytopharmaceutiques, Application en prestation de service de produits phytopharmaceutiques, Conseil à l utilisation

Plus en détail

Les dirigeants face à l innovation

Les dirigeants face à l innovation Les dirigeants face à l innovation Vague 2 FACD N 111164 Contact Ifop : Flore-Aline Colmet Daâge Directrice d Etudes Département Opinion et Stratégies d'entreprise flore-aline.colmet-daage@ifop.com Mai

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES À L USAGE DES ORGANISMES RÉALISANT LA CERTIFICATION DE SYSTÈMES DE QUALITÉ POUR LES PROGRAMMES DE CONTRÔLE DU DOPAGE

LIGNES DIRECTRICES À L USAGE DES ORGANISMES RÉALISANT LA CERTIFICATION DE SYSTÈMES DE QUALITÉ POUR LES PROGRAMMES DE CONTRÔLE DU DOPAGE PROGRAMME MONDIAL ANTIDOPAGE LIGNES DIRECTRICES À L USAGE DES ORGANISATIONS ANTIDOPAGE DÉVELOPPANT DES BONNES PRATIQUES POUR LES PROGRAMMES DE CONTRÔLE DU DOPAGE LIGNES DIRECTRICES À L USAGE DES ORGANISMES

Plus en détail

ENQUÊTE DE SATISFACTION SUR LE RÉSEAU UNIVERSITAIRE ET PROFESSIONNEL DE L'UCP

ENQUÊTE DE SATISFACTION SUR LE RÉSEAU UNIVERSITAIRE ET PROFESSIONNEL DE L'UCP OBSERVATOIRE DE LA VIE ÉTUDIANTE ENQUÊTE DE SATISFACTION SUR LE RÉSEAU UNIVERSITAIRE ET PROFESSIONNEL DE L'UCP Étudiants et entreprises ANNÉE 2008 PLAN GÉNÉRAL INTRODUCTION p. 2 I. Étudiants p. 3 A. Statistiques

Plus en détail

Décision n 14-DCC-63 du 9 mai 2014 relative à la création de Pipeline Inspection Company par le groupe Onet et l Institut de Soudure Industrie

Décision n 14-DCC-63 du 9 mai 2014 relative à la création de Pipeline Inspection Company par le groupe Onet et l Institut de Soudure Industrie RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 14-DCC-63 du 9 mai 2014 relative à la création de Pipeline Inspection Company par le groupe Onet et l Institut de Soudure Industrie L Autorité de la concurrence, Vu le dossier

Plus en détail

Manuel Management Qualité ISO 9001 V2000. Réf. 20000-003-002 Indice 13 Pages : 13

Manuel Management Qualité ISO 9001 V2000. Réf. 20000-003-002 Indice 13 Pages : 13 Réf. 20000-003-002 Indice 13 Pages : 13 Manuel Management Qualité ISO 9001 V2000 EVOLUTIONS INDICE DATE NATURE DE L'EVOLUTION 00 09/06/2000 Edition Originale 01 29/09/2000 Modification suite à audit interne

Plus en détail

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ Manuel Qualité 5 place du Rosoir 21000 DIJON Tél. : 03.80.59.65.20 Fax : 03.80.53.09.50 Mèl : contact@bfc.experts-comptables.fr www.bfc.experts-comptables.fr SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE

Plus en détail

REGLEMENT DE CONSULTATION

REGLEMENT DE CONSULTATION REGLEMENT DE CONSULTATION Marché publics de fournitures et services CONCEPTION, EDITION, IMPRESSION des Livrets des Hauts de Calvisson Marché n 2015 08 Marché à Procédure Adaptée selon article 28 du Code

Plus en détail

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC Garantir une organisation performante pour satisfaire ses clients et ses partenaires, telle est la finalité d une certification «qualité». On dénombre de nombreux référentiels dont le plus connu et le

Plus en détail

MBA Spécialisé en Alternance

MBA Spécialisé en Alternance MBA Spécialisé en Alternance "Stratégie du Développement Durable" Diplôme d'etat de Niveau I enregistré au Registre National des Certifications Professionnelles JO du 14 Avril 2012 2 2013 / 2014 Groupe

Plus en détail