La certification des entreprises de Bâtiment et de Travaux Publics en Rhône-Alpes : les enjeux

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La certification des entreprises de Bâtiment et de Travaux Publics en Rhône-Alpes : les enjeux"

Transcription

1 C.E.R.A. Cellule Économique Rhône-Alpes Observatoire Régional du BTP La certification des entreprises de Bâtiment et de Travaux Publics en Rhône-Alpes : les enjeux Edition décembre 2006

2 INTRODUCTION Les normes ISO sont la référence internationale des entreprises en matière de certification des systèmes de management de la qualité. La certification selon ces normes permet de garantir la confiance et la satisfaction des clients. Elle reconnaît l efficacité de l organisation lorsqu une entreprise : doit démontrer son aptitude à fournir régulièrement un produit conforme aux exigences des clients ainsi qu aux exigences réglementaires applicables, vise à accroître la satisfaction de ses clients par l application efficace du système. Cependant, dans le bâtiment et les travaux publics, il n est pas évident que la certification constitue un avantage concurrentiel. Elle reste souvent peu utilisée et notamment difficile à valoriser auprès des maîtres d ouvrages, dans le cadre de l attribution des marchés. suivants : L étude aura comme objectif d analyser et d expliquer cet état de fait en traitant les points 1 Combien d entreprises de Bâtiment et de Travaux Publics sont actuellement certifiées ISO? 2 Pourquoi? Quelles conclusions sont à tirer de ce premier constat? 3 Quelle est l utilité pour une entreprise de Bâtiment ou de Travaux Publics, en interne et en externe de la certification? 4 Comment les maîtres d ouvrages intègrent-ils ce critère dans l attribution des marchés? 5 Pourquoi les entreprises de Bâtiment ou de Travaux Publics ne peuvent-elles pas valoriser cette certification auprès des maîtres d ouvrages? Cellule Economique Rhône-Alpes - Décembre

3 SOMMAIRE I La certification 1. La certification ISO 2. Des disparités régionales et sectorielles 3. Les principaux organismes certificateurs II La certification vue par les maîtres d ouvrages publics 1. Une enquête réalisée auprès des maîtres d ouvrages 2. Comment les maîtres d ouvrages publics intègrent-ils ce critère dans l attribution des marchés? 3. Quelle est l utilité de la certification pour une entreprise de Bâtiment ou de Travaux Publics, en interne et en externe? 4. Pourquoi les entreprises de Bâtiment ou de Travaux Publics ne peuventelles pas, à priori, valoriser cette certification auprès des maîtres d ouvrages publics? III La certification vue par les entreprises de Bâtiment et de Travaux Publics 1. La certification Iso dans le Bâtiment et les Travaux Publics : état des lieux 2. Une enquête réalisée auprès des entreprises de Bâtiment et de Travaux Publics 3. Les raisons et motivations de la démarche de certification 4. L utilité de la certification 5. Les difficultés rencontrées 6. Les enjeux de la certification Cellule Economique Rhône-Alpes - Décembre

4 I La certification Cellule Economique Rhône-Alpes - Décembre

5 1. La certification ISO 1.1. Qu est-ce que la certification? La certification est une procédure volontaire par laquelle une tierce partie donne une assurance écrite qu un produit, un processus ou un service est conforme à des exigences spécifiées. Elle est délivrée par des organismes certificateurs indépendants des entreprises certifiées ainsi que des pouvoirs publics. La certification est la reconnaissance de la politique qualité menée depuis des années au sein des entreprises pour la satisfaction des clients mais également la reconnaissance officielle d une volonté collective d'améliorer constamment les performances. Toutes les professions du bâtiment et des travaux publics peuvent envisager la certification : maîtres d ouvrages, maîtres d œuvre ou entreprises de travaux Les normes ISO Le secteur du bâtiment et des travaux publics est concerné principalement par les normes ISO 9001 : 2000, ISO et ISO OHSAS Ces normes concernent aussi bien les TPE que les grandes entreprises. La norme ISO 9001 : 2000 est la plus répandue. Pour l AFAQ elle représente 88% des certificats délivrés en France en 2005 dans le secteur de la construction. Source AFAQ (2005) La norme ISO 9001 : 2000 La norme ISO 9001 : 2000 remplace les précédentes normes ISO 9001, 9002, Elle décrit les exigences relatives à un système de management de la qualité pour une utilisation soit interne, soit à des fins contractuelles ou de certification. La norme ISO 9001 : 2000 ne garantit pas la qualité d un produit ou d un service mais la conformité du processus face aux exigences de la norme et du client. Elle exige que l activité de l entreprise soit décomposée en processus qui devront être revus régulièrement afin de les améliorer. Cellule Economique Rhône-Alpes - Décembre

6 La norme ISO Cette norme revue en novembre 2004 s applique aux aspects environnementaux que l entreprise peut maîtriser et sur lesquels elle est censée avoir une influence. La norme ISO n'instaure pas de critères spécifiques de performance environnementale mais permet à l entreprise de faire attester la conformité de sa politique et de ses processus aux exigences relatives à l élaboration, la mise en œuvre, la maintenance et l évaluation d un système de management environnemental. La norme ISO OHSAS Cette norme éditée en 1999 évalue et certifie le système de management de la santé et de la sécurité du travail. La norme ISO OHSAS (Occupation Health and Safety Assessment Series) repose sur l amélioration continue de la maîtrise des risques. Cellule Economique Rhône-Alpes - Décembre

7 2. Des disparités régionales et sectorielles Selon une étude réalisée par l AFAQ (juillet 2005) sur la répartition des certificats qu elle a délivré au niveau national et tous secteurs d activité confondus, il apparaît que : la région Rhône-Alpes figure en seconde position concernant les normes ISO 9001 : 2000, avec 12% des certificats délivrés, la répartition des certificats AFAQ ISO 9001 : 2000 par type de marché place le secteur de la construction à la 8 ème position avec 7% des certificats délivrés, la région Rhône-Alpes détient la plus forte concentration de certificats AFAQ ISO soit 15%, la norme ISO OHSAS 18001, quelque soit l organisme certificateur, est majoritairement délivrée dans le secteur de la construction avec 23% des certificats, et la région Rhône-Alpes se situe à la seconde place. Cette concentration d entreprises certifiées ISO dans les régions Ile-de-France et Rhône- Alpes s explique par la forte densité d entreprises appartenant à de grands groupes. Répartition des certificats AFAQ ISO 9001 : 2000 par région (juillet 2005) Source Cellule Economique Rhône-Alpes - Décembre

8 Répartition des certificats AFAQ ISO par régions (juillet 2005) Source Source Répartition des certificats AFAQ ISO 9001:2000 par marché (juillet 2005) Source Cellule Economique Rhône-Alpes - Décembre

9 Répartition des certificats AFAQ ISO par marché (juillet 2005) Source Source Cellule Economique Rhône-Alpes - Décembre

10 2. Les principaux organismes certificateurs En France une vingtaine d organismes sont accrédités pour délivrer des certifications suivant les trois référentiels précités. Ils permettent à l entreprise de fournir une preuve objective qu elle met en application les exigences du référentiel. Le certificat a une validité de trois ans pendant lesquels l entreprise est soumise chaque année à un audit de suivi. La troisième année le système de management de l entreprise est audité dans sa globalité Certification et qualification Il est nécessaire de distinguer la certification, de la qualification. La qualification concerne les compétences d une entreprise, elle atteste de sa capacité technique à réaliser des travaux dans une activité donnée. La certification, elle, définit la conformité d un produit, d un service, du personnel ou de l organisation de l entreprise par rapport aux exigences du référentiel. Elle mesure l efficacité d un système d organisation au sein de l entreprise alors que la qualification mesure la capacité de réalisation d une prestation Les principaux organismes accrédités Les organismes sont accrédités par le COFRAC (Comité Français d Accréditation). Concernant les entreprises du secteur du Bâtiment et des Travaux Publics, la majorité des certificats sont délivrés par : AFAQ (Association Française pour l Assurance de la Qualité) L AFAQ dispose de quatre comités de certification spécialisés par métier : TP, travaux électriques, bâtiment, produits de la construction. L AFAQ AFNOR Certification a mis en place de nouvelles prestations d audits pour répondre aux attentes du marché comme les audits d opération ou de chantier. BVQI (Bureau Véritas Quality International) Cellule Economique Rhône-Alpes - Décembre

11 LRQA ( Lloyd s Register Quality Assurance) CERTIBAT CERTIBAT est une société dédiée à la certification du secteur de la construction détenue par l organisme de qualification QUALIBAT. CERTIBAT a été créée en 2003 et depuis, elle est accréditée par le COFRAC pour procéder à l évaluation et la certification de tous types de systèmes de management : ISO 9001 : 2000, ISO et ISO OHSAS La liste complète des organismes certificateurs accrédités par le COFRAC est disponible sur le site internet L objectif de cette étude est d identifier les enjeux de la certification pour une entreprise de Bâtiment et Travaux Publics vis à vis des maîtres d ouvrages publics. Deux enquêtes ont été réalisées en parallèle pour recueillir différents points de vue : maîtres d ouvrages publics/entreprises de Bâtiment et Travaux Publics, c est-à-dire clients/fournisseurs, et certifiés/non certifiés. Cellule Economique Rhône-Alpes - Décembre

12 II La certification vue par les maîtres d ouvrages publics Cellule Economique Rhône-Alpes - Décembre

13 I. L enquête réalisée auprès des maîtres d ouvrages Le champ d analyse : Certifiés Non certifiés Maîtres d'ouvrages publics 2 7 Méthodologie Réalisation d un guide d entretien à double entrée pour les maîtres d ouvrages publics certifiés et non certifiés, Recensement des maîtres d ouvrages publics de la région Rhône- Alpes, Prise de contact avec différents maîtres d ouvrages publics, Entretiens téléphoniques ou rencontres avec neuf maîtres d ouvrages publics : - Ville de Lyon (69) - Mairie de Vénissieux (69) - Lyon Confluence (69) - Saint-Étienne Métropole (42) - SERL (69) - Mairie de Saint-Étienne (42) - Conseil Général du Rhône (69) - Mairie d Annemasse (74) - OPAC du Grand Lyon (69) non 75% Etes-vous certifié ISO? oui 25% Neuf maîtres d ouvrages publics de la région Rhône-Alpes ont été interviewés. Deux d entre eux sont certifiés ISO 9001 : Cellule Economique Rhône-Alpes - Décembre

14 1.1 Les raisons de la mise en place d une démarche qualité pour la maîtrise d ouvrages sécuriser la passation des marchés homogénéiser les procédures être en phase avec les entreprises 1.2 Utilité reconnue de cette démarche qualité par les maîtres d ouvrages Formalisation des procédures en interne Homogénéisation des méthodes de travail en externe Création d un même état d esprit et d un même langage avec les entreprises Vue d ensemble sur l achat public Homogénéisation du traitement des réponses aux appels d offre Analyse des offres plus claires La certification entraîne une meilleure organisation des services. En revanche, elle n intervient pas au niveau des chantiers. Cellule Economique Rhône-Alpes - Décembre

15 1.4 Les difficultés rencontrées Difficultés rencontrées au départ / Résultats obtenus une fois la démarche qualité mise en place la démarche qualité demande beaucoup de temps et de travail formalisation de toute l activité - nomination d un responsable qualité - méthode de travail efficace, homogène la réticence des agents - la démarche qualité devient un outil pédagogique Cellule Economique Rhône-Alpes - Décembre

16 2. Comment les maîtres d ouvrages publics intègrent-ils ce critère dans l attribution des marchés? La certification des entreprises de Bâtiment et Travaux Publics est-elle prise en compte par les maîtres d ouvrages? Non, elle ne peut pas être prise en compte puisqu elle n apparaît pas dans le code des marchés publics 2004 comme critère de choix. Cependant, la certification peut être un plus dans la valeur technique et certains maîtres d ouvrages la prendront en compte pour départager deux entreprises à références et prix équivalents. Les maîtres d ouvrages publics, qui sont sous le régime du code des marchés publics, ne peuvent pas retenir la certification comme critère discriminant pour le choix d une entreprise. Le code des marchés publics de 2004 le précise les critères de sélection dans l article 53 : «Pour attribuer le marché au candidat qui a présenté l offre économiquement la plus avantageuse, la personne publique se fonde sur divers critères variables selon l objet du marché, notamment le coût d utilisation, la valeur technique de l offre, son caractère innovant, ses performances en matière de protection de l environnement, ses performances en matière d insertion professionnelle des publics en difficulté, le délai d exécution, les qualités esthétiques et fonctionnelles, le service après-vente et l assistance technique, la date et le délai de livraison, le prix des prestations.» Code des marchés publics (2004) section 7, article 53. Cellule Economique Rhône-Alpes - Décembre

17 3.Quelle est l utilité de la certification pour une entreprise de Bâtiment ou de Travaux Publics, en interne et en externe? non 62% La certification est-elle un avantage concurrentiel? oui 38% Certains maîtres d ouvrages publics estiment que la certification, en interne, permet un meilleur management. En externe, certains reconnaissent une meilleure présentation des dossiers constitués par les entreprises certifiées. Cependant il n est pas évident que la certification soit pour autant un avantage concurrentiel. L utilité de la certification est perçue différemment selon les maîtres d ouvrages publics interrogés : selon qu ils soient certifiés ou non, et selon leur idée de la démarche qualité. La norme ISO 9001 : 2000 qui concerne le management de la qualité, intervient seulement sur les processus mis en place par l organisme pour réaliser un produit ou un service. Pour la maîtrise d ouvrage publique il s agit par exemple du processus d obtention des autorisations administratives qui mettra l accent sur la qualité des dossiers présentés, le respect des délais... Les maîtres d ouvrage publics certifiés sont plus réceptifs à la certification d une entreprise, mais de manière générale son utilité n est pas toujours comprise. La norme ISO 9001 : 2000 n impose pas de résultats et de niveau de performance, il est donc difficile pour un maître d ouvrage public d en cerner concrètement l utilité. Elle reste pour une entreprise un moyen de rendre visible une démarche interne qui ne l est pas. ϑ Comment sont gérés les documents qualité produits par l entreprise Les maîtres d ouvrages ne gère pas de documents particuliers liés à la certification de l entreprise δ La certification permet-elle de définir des travaux à réaliser? La certification ne permet pas de définir les travaux Selon les maîtres d ouvrages, l utilité de la certification pour une entreprise de Bâtiment et Travaux Publics est interne. Cette démarche doit être comprise comme étant un moyen de rationaliser l organisation, d impliquer les salariés et de renforcer le potentiel de l entreprise. Les maîtres d ouvrages, pour la plupart, reconnaissent que l entreprise est sans doute mieux managée, mais pour eux cela ne garanti pas la qualité de la construction. Cellule Economique Rhône-Alpes Décembre

18 4. Pourquoi les entreprises de Bâtiment ou de Travaux Publics ne peuvent-elles pas, à priori, valoriser cette certification auprès des maîtres d ouvrage publics? 4.1 Selon les maîtres d ouvrages publics La prise en compte de la certification par les maîtres d ouvrages publics : APPEL D OFFRE Qualifications Prix Références techniques Certification Les premiers critères de sélection d une entreprise sont ses qualifications et le prix. Un maître d ouvrages public peut ensuite consulter les références techniques de l entreprise sur des chantiers équivalents achevés. Contrairement à la certification, les références témoignent de l exécution et de la qualité de l ouvrage réalisé. Ne faisant pas partie des critères retenus pour le choix des entreprises, la certification peut difficilement être valorisée. Cependant, lorsque les entreprises répondent à toutes les exigences, la certification peut être retenue par le maître d ouvrage comme sous critère. Des efforts de communication sur la certification doivent être réalisés. Plusieurs maîtres d ouvrages publics interrogés ont déclaré soit ne pas avoir suffisamment de connaissances sur la certification, soit en avoir une image négative suite à une mauvaise expérience. Cellule Economique Rhône-Alpes - Décembre

19 III. La certification vue par les entreprises de Bâtiment et Travaux Publics Cellule Economique Rhône-Alpes - Décembre

20 1. La certification ISO dans le Bâtiment et Travaux Publics en Rhône- Alpes : état des lieux Méthodologie consultation de l annuaire des certifiés par l AFAQ sur le site Internet de l AFAQ demande du listing des certifiés par mail à l organisme certificateur LRQA en passant par leur site Internet demande du listing des entreprises de Bâtiment et Travaux Publics certifiées à l organisme BVQI vérification et recherche d informations complémentaires directement sur les sites Internet des entreprises concernées ou sur des sites dédiés aux entreprises comme recherche d informations générales sur les normes ISO sur les sites institutionnels comme les sites des Chambres de Commerce et d Industrie, consultation des fichiers UNEDIC. Concernant le nombre d entreprises de Bâtiment et Travaux Publics certifiées dans la région Rhône-Alpes, les chiffres ne sont qu une estimation puisqu il n existe aucun organisme ou structure les répertoriant dans leur ensemble. Il s agit essentiellement des informations mises à disposition par les trois principaux organismes de certification (AFAQ, LRQA et BVQI). Les présentations qui suivent sont le résultat de trois analyses statistiques en terme : o de certificats : analyse réalisée sur l ensemble des certificats délivrés aux entreprises du secteur du bâtiment et des travaux publics en Rhône-Alpes. Il s agit des certificats ISO 9001 : 2000, et OHSAS Plusieurs certificats différents ou de même nature peuvent être délivrés à une même entreprise. o d entreprises : une partie de l analyse a été réalisée sur le nombre d entreprises unités économiques, juridiquement autonomes (INSEE) - certifiées ISO dans la région. o d établissements : de nombreux groupes du secteur du Bâtiment et des Travaux Publics sont certifiés ainsi que leurs filiales régionales. Une troisième analyse a donc été réalisée sur le nombre d établissements au sens d unité de production géographiquement individualisée, mais juridiquement dépendante de l entreprise (INSEE). Cellule Economique Rhône-Alpes - Décembre

21 Répartition des certificats délivrés par l'afcq, LRQA et BVQI aux entreprises de BTP en Rhône-Alpes LRQA 15% BVQI 10% En Rhône-Alpes 75% des certificats ISO concernant les entreprises de Bâtiment et de Travaux Publics ont été délivrés par l AFAQ, 15% par LRQA et 10% par BVQI. AFAQ 75% Source : CERA/AFAQ LRQA BVQI (mai 2006) De même qu au niveau national, la norme ISO la plus répandue dans le secteur du Bâtiment et des Travaux Publics est la norme ISO 9001 : 2000 puisqu elle représente, dans la région, 86% des certificats délivrés. La norme ISO représente 10% des certificats délivrés et la norme OHSAS 18001,4%. Répartition des certificats* par type de norme ISO concernant les entreprises de BTP en Rhône-Alpes ISO % ISO % Au total, 334 certificats sont en cours de validité concernant les entreprises de Bâtiment et Travaux Publics en Rhône-Alpes. ISO % Source : CERA/AFAQ LRQA BVQI (mai 2006) Répartition des entreprises de BTP certifiées par secteurs d'activité SECOND ŒUVRE 25% GROS ŒUVRE 14% Travaux Publics 61% Plus de la moitié des entreprises de Bâtiment et Travaux Publics certifiées ISO dans la région soit 61% - sont des entreprises de Travaux Publics. Source : CERA / AFAQ LRQA BVQI (mai 2006) Cellule Economique Rhône-Alpes Décembre

22 1.1 Répartition des établissements selon le type de norme 273 établissements sont certifiés ISO 9001 : 2000, 31 d entre eux sont également certifiés ISO 14001, 12 d entre eux sont certifiés suivant les référentiels des trois normes. 276 établissements de BÂTIMENT ET TRAVAUX PUBLICS sont certifiés ISO 9001 : 2000 en Rhône-Alpes ISO 9001 : ISO ISO Source : CERA/AFAQ LRQA BVQI (mai 2006) NB : cette représentation est vue sous l angle statistique, elle ne présente pas l imbrication des certificats qui peuvent être accordés de façon indépendante. Remarque : trois établissements seulement ne sont pas certifiés ISO 9001 : Un de ces établissements est uniquement certifié ISO 14001, les deux autres possèdent également la norme ISO OHSAS Répartition des entreprises selon le type de norme 128 entreprises de Bâtiment et Travaux Publics en Rhône-Alpes sont certifiées ISO 9001 : 2000, 17 d entre elles sont également certifiées norme ISO 14001, 5 d entre elles sont certifiées suivant les référentiels des trois normes ISO 9001 : 2000, et entreprises de BÂTIMENT ET TRAVAUX PUBLICS sont certifiées ISO 9001 : 2000 en Rhône-Alpes ISO 9001 : ISO ISO Source : CERA/AFAQ LRQA BVQI (mai 2006) Remarque : seules 2 entreprises ne sont pas certifiées ISO 9001 : L une d entre elles est certifiée ISO et OHSAS 18001, et l autre possède uniquement un certificat ISO OHSAS Cellule Economique Rhône-Alpes - Décembre

23 1.3 Part des établissements de Bâtiment et de Travaux Publics de 10 salariés et plus certifiés par départements Départements Nombre d'établissements certifiés Nombre d'établissements de Bâtiment et Travaux Publics Part des établissements de 10 salariés et +(*) en certifiés par département Rhône-Alpes AIN ,43 ARDECHE ,52 DROME ,23 ISERE ,99 LOIRE ,49 RHONE ,32 SAVOIE ,33 HAUTE-SAVOIE ,97 TOTAL ,29 Source : CERA / AFAQ LRQA BVQI / UNEDIC (mai 2006) (*) source UNEDIC : part des établissements de Bâtiment et Travaux Publics certifiés par rapport au nombre total d établissements de Bâtiment et Travaux Publics de 10 salariés et plus par département en Part des établissements de BTP de 10 salariés et plus certifiés par départements % 14,00 12,00 10,00 8,00 6,00 4,00 2,00 - AIN ARDECHE DROME ISERE LOIRE RHONE SAVOIE HAUTE- SAVOIE Source : CERA / AFAQ LRQA BVQI / UNEDIC (mai 2006) En Rhône-Alpes 9.29% des établissements de Bâtiment et Travaux Publics de 10 salariés et plus sont certifiés. C est dans le Rhône qu il y a le plus d établissements certifiés puisqu ils représentent 12.3% des établissements de 10 salariés et plus du département. La Haute-Savoie (9.97%), la Loire (9.49%) et la Drôme (9.23%) ont également une part importante d établissements de 10 salariés et plus certifiés. Cellule Economique Rhône-Alpes - Décembre

24 1.4 Part des établissements de Bâtiment et Travaux Publics avec au moins un salarié certifié par départements Départements Nombre d'établissements certifiées Nombre d'établissements de Part des établissements Bâtiment et Travaux Publics certifiées par département avec au moins un salarié(*) AIN ,97 ARDECHE ,83 DROME ,55 ISERE ,04 LOIRE ,56 RHONE ,18 SAVOIE ,23 HAUTE-SAVOIE ,39 TOTAL ,45 Source : CERA / AFAQ LRQA BVQI / UNEDIC (mai 2006) (*) source UNEDIC : part des établissements de Bâtiment et Travaux Publics certifiés par rapport au nombre total d établissements de Bâtiment et Travaux Publics avec au moins un salarié par département en Remarque : dans le secteur du bâtiment et des travaux publics, les établissements de moins de 10 salariés représentent, en 2004, 84.3% des établissements de Bâtiment et Travaux Publics en Rhône- Alpes. (source UNEDIC) 2,50 % 2,00 1,50 1,00 0,50 - AIN ARDECHE DROME ISERE LOIRE RHONE SAVOIE HAUTE- SAVOIE Source : CERA / AFAQ LRQA BVQI / UNEDIC (mai 2006) En Rhône-Alpes 1.45% des établissements de Bâtiment et Travaux Publics avec au moins un salarié sont certifiés aux normes ISO. C est le département du Rhône qui compte la part la plus importante d établissements certifiés, soit 2.18%. Dans le département de la Loire, 1.56% des établissements de Bâtiment et Travaux Publics avec au moins un salarié sont certifiés. Les départements les moins concernés par la certification ISO sont l Ardèche (0.83%), l Ain (0.97%) et l Isère (1.04%). Dans le secteur du Bâtiment et des Travaux Publics, il y a peu d établissements certifiés % des établissements de plus de 10 salariés en Rhône-Alpes - et moins de dix maîtres d ouvrages publics. Dans la relation client-entreprise la certification occupe une place peu importante, contrairement à d autres secteurs comme l automobile où la certification des clients impulse la certification des fournisseurs. La certification concerne très peu de maîtres d ouvrage publics et n est pas un critère de choix des entreprises retenu par le code des marchés publics, ce qui ne fait pas d elle un avantage concurrentiel évident. Cellule Economique Rhône-Alpes - Décembre

25 2. Une enquête réalisée auprès des entreprises de Bâtiment et de Travaux Publics Un questionnaire a été envoyé aux entreprises de plus de 50 salariés de Bâtiment et de Travaux Publics en Rhône-Alpes. 38 entreprises ont accepté de participer à l enquête : 36 entreprises sont certifiées, 2 ne le sont pas. 2.1 Caractéristique de l échantillon Les entreprises qui ont participé à l enquête comptent majoritairement entre 200 et 499 salariés. Répartition des effectifs des entreprises de l'échantillon moins de 50 de 50 à 199 de 200 à 499 Plus de 500 Les activités des entreprises de l'échantillon Travaux Publics 23 Gros Œuvre 6 Electricité Plomberie - Chauffage - Climatisation 3 4 Les entreprises qui ont accepté de participer à l enquête sont majoritairement des entreprises de Travaux Publics. Peinture- Aménagements-Finitions 1 Répartition des entreprises de l'échantillon par département Les entreprises interrogées sont principalement des entreprises du Rhône Ain Ardèche Drôme Isère Loire Rhône Savoie Haute- Savoie Cellule Economique Rhône-Alpes Décembre

26 95% des entreprises qui ont participé à l enquête sont certifiées. Entreprises non certifiées 5% 2.2 La certification Entreprises certifiées 95% Les certifications des entreprises ISO 9001 : ISO UIC ISO OSH 2001 ISO OHSAS BS8800 CEFRI MASE Marquage CE La quasi-totalité des entreprises certifiées possèdent la certification ISO Environ un tiers des entreprises interrogées sont certifiées ISO Les autres certifications sont plus spécifiques, et par conséquent moins représentées. Année de certification des entreprises En moyenne, les entreprises ayant participé à l enquête sont certifiées depuis Plus de la moitié des entreprises ont été certifiées entre 1997 et Cellule Economique Rhône-Alpes Décembre

27 61% des entreprises interrogées envisagent de mettre en place une nouvelle démarche de certification dans les années à venir, en complément de celle qu elles possèdent déjà. Les entreprises envisagent-elles une autre certification? Non 39% Oui 61% Les certifications envisagées par les entreprises ISO % MASE 9% ISO OHSAS % 59% des entreprises ayant participé à l enquête envisagent de mettre en place une certification ISO % souhaitent être prochainement certifiées ISO 18001, et 9% envisagent une certification MASE. Cellule Economique Rhône-Alpes Décembre

28 3. Les raisons et motivations de la démarche de certification Les raisons de la démarche de certification Mettre en place une meilleure organisation 15 Répondre aux attentes des clients Etre plus compétitif 7 7 Formaliser les procédures Améliorer certains services 4 4 Suivre une démarche du groupe 3 Répondre à la volonté du chef d'entreprise 2 Réduire les coûts de non-conformité Respecter la réglementation Promouvoir l'entreprise Les 3 principales raisons pour lesquelles les entreprises de Bâtiment et de Travaux Publics ont engagé une démarche de certification sont : la mise en place d une meilleure organisation : pour les entreprises, la certification permet d améliorer l organisation des différents services, au sein de l entreprise, la réponse aux attentes des clients : la certification permet de répondre aux exigences de leurs clients, notamment au niveau de la qualité, d améliorer leurs satisfaction et ainsi d être mieux positionnés. la compétitivité : la certification permet aux entreprises d être plus compétitives La démarche de certification a t-elle été engagée pour posséder un outil au service de la gouvernance de l'entreprise? Pour 61% des entreprises interrogées la démarche de certification a été engagée afin d avoir un outil au service de la gouvernance de l entreprise. Non 39% Oui 61% La démarche de certification a t-elle été engagée pour posséder un outil de maîtrise opérationnelle du produit? Non 23% La certification permet de posséder un outil de maîtrise opérationnelle du produit pour 77% des entreprises qui ont participé à l enquête. Oui 77% Cellule Economique Rhône-Alpes Décembre

29 63% des entreprises interrogées déclarent que la démarche de certification n a pas été mise en place pour aider l entreprise à détecter les enjeux majeurs. La démarche de certification a t-elle été engagée pour aider l'entreprise à détecter ses enjeux majeurs? Oui 37% Non 63% La démarche de certification a t-elle été engagée pour dégager des pistes de progrès? Oui 100% Pour l ensemble des entreprises, la démarche de certification a été engagée pour dégager des pistes de progrès La démarche de certification a t-elle été engagée pour détecter des risques? Pour 86% des entreprises interrogées, la certification a été mise en place dans le but de détecter des risques. Non 14% Oui 86% Cellule Economique Rhône-Alpes Décembre

30 3. L utilité de la certification Utilité de la démarche qualité Formalisation de procédures Amélioration continue 7 7 Démarche de progrès 5 Meilleure organisation de l'entreprise 4 Satisfaction du client 3 Environnement Amélioration de l'image Détection des anomalies Management Maîtrise des risques 1 Selon les entreprises enquêtées, la démarche qualité permet principalement une amélioration continue, aussi bien au niveau organisationnel que technique, ainsi qu une formalisation des procédures : la moitié des entreprises a évoqué une de ces deux options. La certification favorise aussi une véritable démarche de progrès à tous niveaux et permet une meilleure organisation de l entreprise. La certification procure t'elle un avantage en terme d'image de marque? Non 26% Pour 74% des entreprises ayant participé à l enquête, la certification procure un avantage en terme d image de marque. Oui 74% La certification procure-t-elle un avantage concurrentiel? La certification ne constitue par un avantage concurrentiel pour la grande majorité des entreprises interrogées (85%). Oui 15% Non 85% Cellule Economique Rhône-Alpes Décembre

31 La certification permet-elle une meilleure organisation de l'entreprise? Oui 100% Les entreprises s accordent toutes à dire que la certification permet une meilleure organisation de l entreprise. La certification permet-elle une meilleure organisation des chantiers? Pour la quasi-totalité des entreprises interrogées, la certification permet une meilleure organisation des chantiers. Non 3% Oui 97% La certification procure-t-elle des avantages à l'export? Oui 7% La certification ne procure aucun avantage à l export pour 93% des entreprises qui ont participé à l enquête. Non 93% La certification permet-elle de diminuer les coûts de "non-qualité"? Près de trois quarts des entreprises interrogées estiment que la certification ne permet pas de diminuer les coûts de nonqualité. Oui 26% Non 74% Cellule Economique Rhône-Alpes Décembre

32 4. Les difficultés rencontrées Les contraintes de la certification coût changement des méthodes de travail 6 6 augmentation des volumes papier motivation du personnel 5 5 formalisme 4 difficulté à répondre aux exigences de la norme 3 longueur de la mise en place 2 modification des habitudes aucune contrainte 2 2 Le coût de la mise en place d une démarche de certification et le changement des méthodes de travail sont les contraintes les plus rencontrées par les entreprises interrogées. L augmentation des volumes papier, et la motivation du personnel sont également des facteurs à problème. Les obstacles rencontrés changement des habitudes 7 formalisme 5 complexité de la mise en place 3 longueur de la mise en place 2 dispersion géographique maîtrise de l'outil informatique détection des dysfonctionnements Le changement des habitudes est l obstacle le plus souvent mentionné par les entreprises interrogées : le personnel doit s habituer à de nouvelles méthodes de travail. Le formalisme est également est un des obstacles assez fréquemment rencontré par les entreprises lors de la mise en place d une démarche de certification. Cellule Economique Rhône-Alpes Décembre

33 Les salariés ont-il été réticents à la démarche de certification? Non 31% Oui 69% 69% des entreprises ayant participé à l enquête déclarent que leurs salariés ont été réticents à la mise en place d une démarche de certification. Une large partie des entreprises mentionnent que les salariés ont émis des réticences au début de la mise en place de la certification, mais qu elles se sont par la suite effacées. Cellule Economique Rhône-Alpes Décembre

34 5. Les enjeux de la certification La certification est-elle valorisée auprès des maîtres d'ouvrages? Les entreprises interrogées ont un avis assez partagé concernant la valorisation de la certification auprès des maîtres d ouvrages. Non 50% Oui 50% La certification est-elle perçue comme un atout par les maîtres d'ouvrages? Oui 32% Pour 68% des entreprises ayant participé à l enquête, la certification n est pas perçue comme un atout par les maîtres d ouvrages. Non 68% La certification est-elle une aide pour l'attribution de marchés suite à un appel d'offre? La certification n apparaît pas comme une aide pour l attribution des marchés suite à un appel d offre pour 74% des entreprises interrogées. Oui 26% Non 74% Cellule Economique Rhône-Alpes Décembre

35 Conclusion / Synthèse Cellule Economique Rhône-Alpes Décembre

36 La certification La certification est la reconnaissance de la politique qualité menée depuis des années au sein des entreprises pour la satisfaction des clients mais également la reconnaissance officielle d une volonté collective d'améliorer constamment les performances. Toutes les professions du bâtiment et des travaux publics peuvent envisager la certification : maîtres d ouvrages, maîtres d œuvre ou entreprises de travaux. la région Rhône-Alpes figure en seconde position concernant les normes ISO 9001 : 2000, avec 12% des certificats délivrés, la répartition des certificats AFAQ ISO 9001 : 2000 par type de marché place le secteur de la construction à la 8 ème position avec 7% des certificats délivrés, la région Rhône-Alpes détient la plus forte concentration de certificats AFAQ ISO soit 15%, la norme ISO OHSAS 18001, quelque soit l organisme certificateur, est majoritairement délivrée dans le secteur de la construction avec 23% des certificats, et la région Rhône-Alpes se situe à la seconde place. Cette concentration d entreprises certifiées ISO dans les régions Ile-de-France et Rhône-Alpes s explique par la forte densité d entreprises appartenant à de grands groupes. Cellule Economique Rhône-Alpes Décembre

37 La certification vue par les maîtres d ouvrages Formalisation des procédures En interne Homogénéisation des méthodes de travail En externe Création d un même état d esprit et d un même langage avec les entreprises La certification entraîne une meilleure organisation des services. En revanche, elle n intervient pas au niveau des chantiers. Les maîtres d ouvrages publics, qui sont sous le régime du code des marchés publics, ne peuvent pas retenir la certification comme critère discriminant pour le choix d une entreprise. Selon les maîtres d ouvrages, l utilité de la certification pour une entreprise de Bâtiment et Travaux Publics est interne. Cette démarche doit être comprise comme étant un moyen de rationaliser l organisation, d impliquer les salariés et de renforcer le potentiel de l entreprise. Les maîtres d ouvrages, pour la plupart, reconnaissent que l entreprise est sans doute mieux managée, mais pour eux cela ne garanti pas la qualité de la construction. Cellule Economique Rhône-Alpes Décembre

38 La certification vue par les entreprises de Bâtiment et de Travaux Publics 273 établissements sont certifiés ISO 9001 : 2000, 31 d entre eux sont également certifiés ISO 14001, 12 d entre eux sont certifiés suivant les référentiels des trois normes 276 établissements de BÂTIMENT ET TRAVAUX PUBLICS sont certifiés ISO 9001 : 2000 en Rhône- Alpes ISO 9001 : ISO ISO Source : CERA/AFAQ LRQA BVQI (mai 2006) Dans le secteur du Bâtiment et des Travaux Publics, il y a peu d établissements certifiés % des établissements de plus de 10 salariés en Rhône-Alpes - et moins de dix maîtres d ouvrages publics. Dans la relation client-entreprise la certification occupe une place peu importante, contrairement à d autres secteurs comme l automobile où la certification des clients impulse la certification des fournisseurs. La certification concerne très peu de maîtres d ouvrages publics et n est pas un critère de choix des entreprises retenu par le code des marchés publics, ce qui ne fait pas d elle un avantage concurrentiel évident. Cellule Economique Rhône-Alpes Décembre

39 Les 3 principales raisons pour lesquelles les entreprises de Bâtiment et de Travaux Publics ont engagé une démarche de certification sont : la mise en place d une meilleure organisation : pour les entreprises, la certification permet d améliorer l organisation des différents services, au sein de l entreprise, la réponse aux attentes des clients : la certification permet de répondre aux exigences de leurs clients, notamment au niveau de la qualité, d améliorer leurs satisfaction et ainsi d être mieux positionnés. la compétitivité : la certification permet aux entreprises d être plus compétitives La démarche de certification est engagée afin d avoir un outil au service de la gouvernance de l entreprise. La certification permet de posséder un outil de maîtrise opérationnelle du produit. La certification favorise aussi une véritable démarche de progrès à tous niveaux et permet une meilleure organisation de l entreprise. La certification ne constitue par un avantage concurrentiel. La certification permet une meilleure organisation des chantiers. La certification procure un avantage en terme d image de marque. Les entreprises s accordent toutes à dire que la certification permet une meilleure organisation de l entreprise. La certification ne permet pas de diminuer les coûts de non-qualité. Selon les entreprises, la certification n est pas perçue comme un atout par les maîtres d ouvrages. La certification n apparaît pas comme une aide pour l attribution des marchés dans le cadre d un appel d offre. Cellule Economique Rhône-Alpes Décembre

Conduire les entretiens annuels d évaluation

Conduire les entretiens annuels d évaluation Ce guide s adresse aux dirigeants et aux responsables en charge de la fonction ressources humaines qui envisagent de mettre en place des entretiens annuels. Il constitue un préalable à l instauration d

Plus en détail

LA CERTIFICATION ISO/IEC 20000-1 QUELS ENJEUX POUR LES ENTREPRISES

LA CERTIFICATION ISO/IEC 20000-1 QUELS ENJEUX POUR LES ENTREPRISES LA CERTIFICATION ISO/IEC 20000-1 QUELS ENJEUX POUR LES ENTREPRISES Philippe Bourdalé AFAQ AFNOR Certification A2C dans le Groupe AFNOR Les métiers du groupe AFNOR Besoins Clients Normalisation Information

Plus en détail

Programme MOUSSANADA Axe : Organisation Action d Accompagnement à la certification ISO 14001 TERMES DE RÉFÉRENCE

Programme MOUSSANADA Axe : Organisation Action d Accompagnement à la certification ISO 14001 TERMES DE RÉFÉRENCE Programme MOUSSANADA Axe : Organisation Action d Accompagnement à la certification ISO 14001 TERMES DE RÉFÉRENCE OBJECTIF... 2 RESULTATS... 2 INDICATEURS D IMPACT... 2 PRE-REQUIS... 2 ACTIVITES ET LIVRABLES...

Plus en détail

CAP 2015 : Les Revision 2015 des normes QSE ISO 9001, ISO14001 & ISO 45001. By BVM. Juillet 2015

CAP 2015 : Les Revision 2015 des normes QSE ISO 9001, ISO14001 & ISO 45001. By BVM. Juillet 2015 CAP 2015 : Les Revision 2015 des normes QSE ISO 9001, ISO14001 & ISO 45001 By BVM Juillet 2015 La version 2015 de l ISO 9001 : de nouvelles exigences reliant qualité et stratégie La refonte de la structure

Plus en détail

formation professionnelle continue : des organismes et des actions de qualité

formation professionnelle continue : des organismes et des actions de qualité formation professionnelle continue : des organismes et des actions de qualité Le contexte réglementaire de la formation professionnelle évolue et prévoit que les organismes paritaires s assurent, lorsqu

Plus en détail

POURQUOI ET COMMENT MENER UNE DEMARCHE QUALITE?

POURQUOI ET COMMENT MENER UNE DEMARCHE QUALITE? POURQUOI ET COMMENT MENER UNE DEMARCHE QUALITE? Jeudi 25 Mars 2004 Quelques définitions... Label : mot anglais qui signifie étiquette. Marque spéciale créée par un syndicat professionnel et apposée sur

Plus en détail

Interprétations Validées des Règles pour la reconnaissance IATF - 3 ème édition

Interprétations Validées des Règles pour la reconnaissance IATF - 3 ème édition Interprétations Validées des Règles pour la reconnaissance IATF - 3 ème édition Les Règles pour la reconnaissance IATF - 3 ème Édition, ont été publiées en 2008. Les Interprétations Validées suivantes

Plus en détail

Diag Up Export Spécifications

Diag Up Export Spécifications Diag Up Export Spécifications Présentation Diag Up est une plate forme logicielle qui permet d élaborer des modèles de diagnostic dans des domaines aussi variés que la qualité, la transmission d entreprises,

Plus en détail

Direction générale de la modernisation de l Etat

Direction générale de la modernisation de l Etat Direction générale de la modernisation de l Etat Service projets de simplification AVIS Habilitation des organismes certificateurs Label Marianne * * * Sommaire Version 8 du 4 novembre 2009 1 Les conditions

Plus en détail

La certification de la qualité dans la Dépollution de sites,

La certification de la qualité dans la Dépollution de sites, Analyse, conception et mise en œuvre de solutions de dépollution, sur et hors sites. Sécurité sans compromis! La certification de la qualité dans la Dépollution de sites, sur et hors sites, est chose faite

Plus en détail

VALORISER LA QUALITE DE SERVICE par. AFAQ Service Confiance «QualiSécurité» ASC REF 215 (Édition du 26 mars 2009) Sommaire

VALORISER LA QUALITE DE SERVICE par. AFAQ Service Confiance «QualiSécurité» ASC REF 215 (Édition du 26 mars 2009) Sommaire VALORISER LA QUALITE DE SERVICE par AFAQ Service Confiance «QualiSécurité» ASC REF 215 (Édition du 26 mars 2009) Sommaire! Les démarches Qualité de service mises en œuvre par les professionnels de la surveillance

Plus en détail

CERTIBAT 30 rue Gabriel Péri 92707 COLOMBES Cedex Téléphone : 01 41 32 21 42 Télécopie : 01 47 85 99 17

CERTIBAT 30 rue Gabriel Péri 92707 COLOMBES Cedex Téléphone : 01 41 32 21 42 Télécopie : 01 47 85 99 17 1 - GÉNÉRALITÉS 1.1 CERTIBAT est un organisme de certification dans le domaine de la construction. Il a la fiabilité et la compétence nécessaires qui lui permettent de certifier les systèmes de management.

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES À L USAGE DES ORGANISMES RÉALISANT LA CERTIFICATION DE SYSTÈMES DE QUALITÉ POUR LES PROGRAMMES DE CONTRÔLE DU DOPAGE

LIGNES DIRECTRICES À L USAGE DES ORGANISMES RÉALISANT LA CERTIFICATION DE SYSTÈMES DE QUALITÉ POUR LES PROGRAMMES DE CONTRÔLE DU DOPAGE PROGRAMME MONDIAL ANTIDOPAGE LIGNES DIRECTRICES À L USAGE DES ORGANISATIONS ANTIDOPAGE DÉVELOPPANT DES BONNES PRATIQUES POUR LES PROGRAMMES DE CONTRÔLE DU DOPAGE LIGNES DIRECTRICES À L USAGE DES ORGANISMES

Plus en détail

Qualité, Sécurité, Environnement Systèmes de Management Intégrés

Qualité, Sécurité, Environnement Systèmes de Management Intégrés É V A L U A T I O N C E R T I F I C A T I O N Qualité, Sécurité, Environnement Systèmes de Management Intégrés Systèmes de Management de la Qualité selon la norme ISO 9001 Obtenir la reconnaissance de

Plus en détail

Atelier 84 - L approche d audit par les risques

Atelier 84 - L approche d audit par les risques Atelier 84 - L approche d audit par les risques 1 Plan Présentation des NEP 315, 320, 330, 500 et 501 Principales différences par rapport au référentiel de juillet 2003? 2 Présentation NEP 315, 320, 330,

Plus en détail

Culture d entreprise

Culture d entreprise SYSTEME DE MANAGEMENT DE LA QUALITE Culture d entreprise BP 5158 101 Antananarivo - MADAGASCAR (261) 32 11 225 25 culturedentreprise@univers.mg www.univers.mg www.univers.mg SYSTEME DE MANAGEMENT DE LA

Plus en détail

ISO 9001:2015 mode d emploi

ISO 9001:2015 mode d emploi ISO 9001 ISO 9001:2015 mode d emploi ISO 9001 est une norme qui établit les exigences relatives à un système de management de la qualité. Elle aide les entreprises et organismes à gagner en efficacité

Plus en détail

Expérience : Plus de 20 ans d expérience constante dans le domaine de l accompagnement de projet.

Expérience : Plus de 20 ans d expérience constante dans le domaine de l accompagnement de projet. Mme Sylvie LACOSTA Consultante confirmée Qualité Sécurité Environnement Auditrice Qualité certifiée : ICA (Institut de Certification des Auditeurs) ICAE (Institut de Certification des Auditeurs Environnement)

Plus en détail

La dématérialisation des procédures de marchés publics

La dématérialisation des procédures de marchés publics La dématérialisation des procédures de marchés publics Définition La dématérialisation des procédures de marchés publics consiste en l utilisation de la voie électronique pour les échanges d informations

Plus en détail

Démarche qualité. Responsabilité individuelle

Démarche qualité. Responsabilité individuelle Démarche qualité Réussite collective Basée sur la Responsabilité individuelle Les prophètes Taylor (1919) L inspection doit garantir la conformité 2 Les prophètes W. A. Shewhart (1931) Le contrôle statistique

Plus en détail

La Politique de Gestion des Preuves «K.WEBSIGN»

La Politique de Gestion des Preuves «K.WEBSIGN» La Politique de Gestion des Preuves «K.WEBSIGN» SOMMAIRE 1 QUEL EST LE ROLE DE LA POLITIQUE DE GESTION DES PREUVES? 3 2 COMMENT FONCTIONNE LE SERVICE K.WEBSIGN? 3 3 QUELS SONT LES USAGES ET APPLICATIONS

Plus en détail

Phase 1: Planifier. Les principes. Les principaux référentiels. R Collomp - D Qualité II.2. Cer5f ISO 9001

Phase 1: Planifier. Les principes. Les principaux référentiels. R Collomp - D Qualité II.2. Cer5f ISO 9001 Phase 1: Planifier Les principes Les principaux référentiels 1 Phase 1: Planifier Les principaux référentiels Principes des certifications - accréditations Certification HAS Certification ISO 9001 Certification

Plus en détail

ISO 9001:2015 ET ISO 14001:2015 ETES-VOUS PRÊT? *Avançons en confiance. Move Forward with Confidence*

ISO 9001:2015 ET ISO 14001:2015 ETES-VOUS PRÊT? *Avançons en confiance. Move Forward with Confidence* ISO 9001:2015 ET ISO 14001:2015 *Avançons en confiance. ETES-VOUS PRÊT? Move Forward with Confidence* POURQUOI UNE VERSION 2015? Le monde change. L économie, les enjeux environnementaux et technologiques

Plus en détail

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales La démarche d analyse et d accompagnement, constituée de 3 étapes telles qu elles sont

Plus en détail

Charte de déontologie. Janvier 2004

Charte de déontologie. Janvier 2004 Charte de déontologie Janvier 2004 Charte de déontologie Janvier 2004 1 Indépendance de jugement < Compétence < Adaptation des moyens Transparence < Qualité scientifique et technique < Devoir d information

Plus en détail

Audit Energétique Réglementaire 20/11/2014. Périmètre de l audit Compétence et qualification des auditeurs. Apave Nord Ouest - François COEVOET

Audit Energétique Réglementaire 20/11/2014. Périmètre de l audit Compétence et qualification des auditeurs. Apave Nord Ouest - François COEVOET Audit Energétique Réglementaire 20/11/2014 Périmètre de l audit Compétence et qualification des auditeurs Apave Nord Ouest - François COEVOET Périmètre de l audit Principe défini dans le projet de décret

Plus en détail

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse Observatoire des métiers des Professions Libérales 52-56 rue Kléber - 92309 LEVALLOIS-PERRET

Plus en détail

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Description de l étude Depuis 10 ans, la CCI de Troyes et de l Aube s est résolument engagée dans une démarche de progrès, concrétisée par une

Plus en détail

énergie Was ist das? C est quoi che cosa è? Qué es? ? Hablas ENERGIE? Do you speak Management de l énergie L ISO 50001 en 10 questions

énergie Was ist das? C est quoi che cosa è? Qué es? ? Hablas ENERGIE? Do you speak Management de l énergie L ISO 50001 en 10 questions énergie Kezako che cosa è? C est quoi donc? Qué es? Was ist das??? Hablas ENERGIE? Do you speak ENERGIE?? Management de l énergie L ISO 50001 en 10 questions ? Management de l énergie L ISO 50001? SOMMAIRE

Plus en détail

LA NORME ISO 9001:2008

LA NORME ISO 9001:2008 LA NORME ISO 9001:2008 Culture d entreprise (261) 32 11 225 25 culturedentreprise@univers.mg www.univers.mg www.univers.mg LA NORME ISO 9001:2008 Page 1 sur 11 Comprendre la norme ISO 9001 ne peut se faire

Plus en détail

Norme ISO 9001 version 2000

Norme ISO 9001 version 2000 Norme ISO 9001 version 2000 Page 1 Plan Introduction : QQOQCP «comprendre les enjeux pour l organisme» 1.Les 8 principes du Management de la Qualité 2.ISO 9001 : 2000 et cycle PDCA 3.Le système documentaire

Plus en détail

FIDELITY PERCO. Conférence de presse 22 mai 2008. Présentation F. Chassagne Résultats Enquête TNS Sofres

FIDELITY PERCO. Conférence de presse 22 mai 2008. Présentation F. Chassagne Résultats Enquête TNS Sofres FIDELITY PERCO Conférence de presse 22 mai 2008 Présentation F. Chassagne Résultats Enquête TNS Sofres Fiche technique Échantillon : Cible : DRH et DAF en entreprises d au moins 200 salariés Échantillon

Plus en détail

qualité des prestations des

qualité des prestations des Plateforme d appui aux entreprises et à la formation technique du BTP Renforcer la qualité des prestations des entreprises pour augmenter leurs opportunités de marché Renforcer la qualité des prestations

Plus en détail

OBJECTIFS et PROGRAMME. Formation Animateur/Coordinateur Qualité, Sécurité, Environnement. Contrat de Professionnalisation

OBJECTIFS et PROGRAMME. Formation Animateur/Coordinateur Qualité, Sécurité, Environnement. Contrat de Professionnalisation OBJECTIFS et PROGRAMME Formation Animateur/Coordinateur Qualité, Sécurité, Environnement Titre de niveau III enregistré au RNCP - arrêté publié au JO du 22/08/2012 497 heures Contrat de Professionnalisation

Plus en détail

SPECIFICATION TECHNIQUE

SPECIFICATION TECHNIQUE SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE QA SURVEILLANCE DES FOURNISSEURS DISPOSANT D'UN SYSTEME DE MANAGEMENT DE LA QUALITE EDITION: 02/2003 Index 1. OBJET...3 2. DOMAINE D

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

LE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL

LE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL Fiche n 10 ECO-Guide MÉTIERS DE L IMPRIMERIE LE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL Pour faire de l environnement une seconde nature Dans cette fiche sont présentés les objectifs du management environnemental ainsi

Plus en détail

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 2012 07 31 0297 Catégorie : C* Dernière modification : 31/07/2012 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Gestionnaire de configuration

Plus en détail

DEMANDE DE TRAVAUX PAR CODIFICATION D EXPERTISE. M. Lemaitre. Résumé

DEMANDE DE TRAVAUX PAR CODIFICATION D EXPERTISE. M. Lemaitre. Résumé DEMANDE DE TRAVAUX PAR CODIFICATION D EXPERTISE M. Lemaitre Résumé Cet article propose une solution permettant d optimiser le processus de demande d exécution de travaux de réfection de locaux tertiaires.

Plus en détail

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM)

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) 1 ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) CHARTE DU COMITÉ DES FINANCES, DE L AUDIT COMPTABLE ET DE LA GESTION DES RISQUES Mandat Le Comité des finances, de l audit

Plus en détail

Jean Pascal Chirat. Vice Président de la Fédération Française des Négociants en Appareils Sanitaires

Jean Pascal Chirat. Vice Président de la Fédération Française des Négociants en Appareils Sanitaires Jean Pascal Chirat Vice Président de la Fédération Française des Négociants en Appareils Sanitaires Intervention Fnas Plan de l intervention Etat énergétique du parc des logements français selon les: Etiquettes

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE

DOSSIER DE CANDIDATURE DOSSIER DE CANDIDATURE pour l entrée en matière de l obtention du Label Valais excellence PHASE 1 DOSSIER D ATTRIBUTION du label Valais excellence 2 qualité partage humain citoyenneté responsabilité environnement

Plus en détail

La Certification un outil au service des SDIS

La Certification un outil au service des SDIS La Certification un outil au service des SDIS 02 février 2012 Sommaire Présentation d AFNOR Qu est-ce que la certification Focus sur la certification de service Processus de développement Processus de

Plus en détail

pas d exception pour le secteur de la construction!

pas d exception pour le secteur de la construction! Loi sur l équité salariale : pas d exception pour le secteur de la construction! Souvent, les dirigeants d entreprises du secteur de la construction vont dire : «Nous sommes régis par la Commission de

Plus en détail

Audits de certification qualité dans différentes structures de santé: principes et retour d expérience

Audits de certification qualité dans différentes structures de santé: principes et retour d expérience Rencontre des métiers de la santé: management de la qualité et gestion des risques 28 et 29 mai 2009 - Strasbourg Audits de certification qualité dans différentes structures de santé: principes et retour

Plus en détail

Le Département de l Aisne améliore la sécurité informatique grâce aux capacités analytiques temps réel de Nexthink

Le Département de l Aisne améliore la sécurité informatique grâce aux capacités analytiques temps réel de Nexthink SUCCESS STORY Le améliore la sécurité informatique grâce aux capacités analytiques temps réel de Nexthink ENTREPRISE Le DOMAINE D ACTIVITÉ Secteur Public Nexthink a été sélectionnée par le pour fournir

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL AU PARLEMENT SUR L APPLICATION DE LA LOI SUR LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS

RAPPORT ANNUEL AU PARLEMENT SUR L APPLICATION DE LA LOI SUR LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS RAPPORT ANNUEL AU PARLEMENT SUR L APPLICATION DE LA LOI SUR LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS 1 ER AVRIL 2009 AU 31 MARS 2010 Ministre des Travaux publics et Services gouvernementaux 2010 n o

Plus en détail

PROJET DE MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE QUALITE A LA DU CONSEIL DU CAFE CACAO TERMES DE REFERENCE DECEMBRE 2015

PROJET DE MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE QUALITE A LA DU CONSEIL DU CAFE CACAO TERMES DE REFERENCE DECEMBRE 2015 DIRECTION GENERALE ADJOINTE CHARGEE DES OPERATIONS COMMERCIALES ------------- DIRECTION DES EXPORTATIONS ------------- PROJET DE MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE QUALITE A LA DIRECTION DES EXPORTATIONS DU

Plus en détail

QUALIPOL. La qualité de membre de l U.P.D.S. n est pas exigée pour l attribution du label «QUALIPOL».

QUALIPOL. La qualité de membre de l U.P.D.S. n est pas exigée pour l attribution du label «QUALIPOL». QUALIPOL PRESENTATION La labellisation «QUALIPOL» a pour but de distinguer les prestataires de services en dépollution des sols et de la ressource en eau par l assurance qu ils possèdent les éléments d

Plus en détail

MANUEL QUALITÉ. Formation. Audit. Conseil Accompagnement. L efficacité sur le terrain au service du client BR 2. Page 1 sur 9

MANUEL QUALITÉ. Formation. Audit. Conseil Accompagnement. L efficacité sur le terrain au service du client BR 2. Page 1 sur 9 MANUEL QUALITÉ Formation BR 2 Audit Conseil Accompagnement L efficacité sur le terrain au service du client BR2 CONSULTING EURL au capital de 1000 - Siret 528 787 294 0001 APE 8559 DIECCTE GUYANE 96 97

Plus en détail

La Politique de Gestion des Preuves «K.WEBSIGN»

La Politique de Gestion des Preuves «K.WEBSIGN» La Politique de Gestion des Preuves «K.WEBSIGN» SOMMAIRE 1 QUEL EST LE ROLE DE LA POLITIQUE DE GESTION DES PREUVES? 3 2 COMMENT FONCTIONNE LE SERVICE K.WEBSIGN? 3 3 QUELS SONT LES USAGES ET APPLICATIONS

Plus en détail

Démarche qualité. Certification de services de la Ville de Nancy

Démarche qualité. Certification de services de la Ville de Nancy Démarche qualité Certification de services de la Ville de Nancy 20 Novembre 2006 Lancée en 1996, la démarche qualité de la Ville de Nancy concernait jusqu à présent quatre activités principales : - l urbanisme

Plus en détail

DU RESPONSABLE DU CONSEIL EN MOBILITÉ ET CARRIERES

DU RESPONSABLE DU CONSEIL EN MOBILITÉ ET CARRIERES V.18 avril 2008 RÉFÉRENTIEL INTERMINISTÉRIEL DU RESPONSABLE DU CONSEIL EN MOBILITÉ ET CARRIERES (DOCUMENT DE BASE : FICHE RIME, 2006) Le protocole d accord du 21 novembre 2006 relatif à la formation professionnelle

Plus en détail

L ENTRETIEN de BILAN ET D EVOLUTION PROFESSIONNELLE GUIDE

L ENTRETIEN de BILAN ET D EVOLUTION PROFESSIONNELLE GUIDE L ENTRETIEN de BILAN ET D EVOLUTION PROFESSIONNELLE GUIDE Nom du salarié: Prénom, Nom : Direction/Service : Niveau de classification : Emploi : Année d entrée dans l entreprise : Nom du Responsable : Fonction

Plus en détail

Boîte à Questions et les réponses. 10 décembre 2013

Boîte à Questions et les réponses. 10 décembre 2013 Boîte à Questions et les réponses 10 décembre 2013 Questions Construction d un système qualité Quelles métriques sont utilisés pour mesurer l'avancée de la démarche qualité? Une DQ est gérée comme un projet,

Plus en détail

LA NORME ISO 14001 A RETENIR

LA NORME ISO 14001 A RETENIR A RETENIR La norme ISO 14001, publiée en 1996, est une norme internationale qui s'applique à tous les types d'organisations (entreprises industrielles, de services, etc.) quelles que soient leurs tailles

Plus en détail

Avantages économiques

Avantages économiques I. QU EST CE QUE LE SYSTEME DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL? Le SME est un outil de gestion interne qui favorise l intégration précoce d objectifs écologiques précis dans les autres systèmes de gestion et

Plus en détail

TPE/PME: salarié compétent en prévention des risques professionnels : Transformer une obligation réglementaire en opportunité

TPE/PME: salarié compétent en prévention des risques professionnels : Transformer une obligation réglementaire en opportunité TPE/PME: salarié compétent en prévention des risques professionnels : Transformer une obligation réglementaire en opportunité Objectif de la réunion Connaître et comprendre la nouvelle réglementation Intérêt

Plus en détail

MMQE. Manuel Management Qualité Environnement

MMQE. Manuel Management Qualité Environnement MMQE Manuel Management Qualité Environnement Objet et domaine d application Ce document décrit Les dispositions générales d organisation prises par Qualit Archi Idf pour assurer et gérer la qualité des

Plus en détail

Groupements d entreprises offre globale: retours d expériences

Groupements d entreprises offre globale: retours d expériences Groupements d entreprises offre globale: retours d expériences NORDBAT 2012 Qu est ce qu un groupement permanent d entreprises d offre globale? - Notion de groupement permanent Un certain nombre d entreprises

Plus en détail

Information et communication

Information et communication Information et communication Pour les nouveaux diplômés HES en information documentaire, en communication ainsi qu en traduction, l insertion professionnelle s avère difficile. Près de la moitié d entre

Plus en détail

AUDITS QUALITÉ INTERNES

AUDITS QUALITÉ INTERNES AUDITS QUALITÉ INTERNES 0 Ind. Date Etabli par Vérifié par Approuvé par observations 1/6 1. OBJET Cette procédure a pour objet de définir l'organisation, la planification, la réalisation et le suivi des

Plus en détail

Sommaire... 1. Introduction... 2. Méthodologie...3. L opération de prospection...3. Cible :... 3. Objectifs :... 4. Fichier client :...

Sommaire... 1. Introduction... 2. Méthodologie...3. L opération de prospection...3. Cible :... 3. Objectifs :... 4. Fichier client :... Sommaire Sommaire... 1 Introduction... 2 Méthodologie...3 L opération de prospection...3 Cible :... 3 Objectifs :... 4 Fichier client :... 5 Information nécessaire pour mieux vendre :...6 Les techniques

Plus en détail

Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits combinés

Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits combinés EA-7/05 Guide EA pour l application de la norme ISO/CEI 17021:2006 pour les audits combinés Référence de la publication Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits

Plus en détail

PRESENTATION DU PASS PERMIS CITOYEN

PRESENTATION DU PASS PERMIS CITOYEN PRESENTATION DU PASS PERMIS CITOYEN Qu est-ce que le Pass permis citoyen? Une aide forfaitaire de 600 octroyée par le Département aux jeunes qui souhaitent obtenir leur permis B, en contrepartie d une

Plus en détail

éq studio srl Gestion des informations pour un choix- consommation raisonnée - GUIDE EXPLICATIVE

éq studio srl Gestion des informations pour un choix- consommation raisonnée - GUIDE EXPLICATIVE Résumé PREFACE 2 INTRODUCTION 2 1. BUT ET CHAMP D APPLICATION 2 2. REFERENCES DOCUMENTAIRES ET NORMES 3 3. TERMES ET DEFINITIONS 3 4. POLITIQUE POUR UNE CONSOMMATION RAISONNEE (PCC) 3 5. RESPONSABILITE

Plus en détail

Livret de suivi du candidat(outil B)

Livret de suivi du candidat(outil B) A chaque étape du parcours CQP, son outil : Branche de la Miroiterie, Transformation et Négoce du Verre CQP Animateur d équipe de 1 er niveau Livret de suivi du candidat(outil B) Document à remplir par

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Contacts CSA Pôle Opinion-Corporate : Jean-Bernard LAINÉ Co-Directeur du Pôle Banque Assurances Services Industrie / jean-bernard.laine@csa.eu / 01 44 94 59 43 Yves-Marie CANN Directeur d études au Pôle

Plus en détail

Règlement de la Consultation

Règlement de la Consultation ACCORD-CADRE DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES Direction des Services Techniques Service des marchés publics 83316 GRIMAUD Tél: 0494556913 ACCORD CADRE POUR LES FOURNITURES DE MATERIEL INFORMATIQUE

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH Juillet 2012 Contexte Les prix et les bourses spéciales du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) forment

Plus en détail

ATSR 2010. Externalisation de la PCR : Un nouveau marché à la recherche de compétences et d éthiquethique

ATSR 2010. Externalisation de la PCR : Un nouveau marché à la recherche de compétences et d éthiquethique ATSR 2010 Externalisation de la PCR : Un nouveau marché à la recherche de compétences et d éthiquethique Jean-Paul Paul PIFERRER Responsable de la commission PCR externes de l ATSRl ATSR La Grande Motte

Plus en détail

LES CONSORTIUMS D EXPORTATION

LES CONSORTIUMS D EXPORTATION LES CONSORTIUMS D EXPORTATION Un outil pour la promotion des exportations des PME ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR LE DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL Qu est-ce qu un consortium d exportation? Les petites et

Plus en détail

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001-

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Forum QHSE - QUALITE Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Laurent GUINAUDY OC2 Consultants Atelier ISO 9001 1 Présentation du Cabinet OC2 Consultants Cabinet créé en 1996 Zone d

Plus en détail

ENQUETE DE CONJONCTURE COMMERCE PRINTEMPS-ETE 2014. Pays de Fougères. Octobre 2014 - NB

ENQUETE DE CONJONCTURE COMMERCE PRINTEMPS-ETE 2014. Pays de Fougères. Octobre 2014 - NB ENQUETE DE CONJONCTURE COMMERCE PRINTEMPS-ETE 2014 Pays de Fougères Octobre 2014 - NB METHODOLOGIE Enquête adressée par mail auprès de 2 445 commerces Envoyée le 9 septembre 2014, après la saison estivale

Plus en détail

Analyse du processus de décision des propriétaires rhônalpins en matière de rénovation énergétique :

Analyse du processus de décision des propriétaires rhônalpins en matière de rénovation énergétique : Analyse du processus de décision des propriétaires rhônalpins en matière de rénovation énergétique : des motivations à la réalisation des travaux Le contexte Suite au Grenelle de l Environnement, l Etat

Plus en détail

Qualité et Test des Logiciels ISO 9001. Moez Krichen. moez.krichen@gmail.com

Qualité et Test des Logiciels ISO 9001. Moez Krichen. moez.krichen@gmail.com ENIS 2010-2011 ISO 9001 Moez Krichen moez.krichen@gmail.com Série des normes ISO 9000 ISO 9000 désigne un ensemble de normes relatives à la gestion de la qualité publiées par l'organisation internationale

Plus en détail

Certification de produits

Certification de produits Certification de produits Eric ROUAIX Bureau Veritas Sommaire Introduction à Bureau Veritas Définition et principes de lévaluation de conformité Les enjeux de la certification Quid de la certification

Plus en détail

REGLEMENT DE LA CONSULTATION

REGLEMENT DE LA CONSULTATION Maître d Ouvrage Commune d ANDELAT Mairie REGLEMENT DE LA CONSULTATION Objet Rénovation et extension des bâtiments des écoles Architecte Philippe MAGENTIES Pagros Tél/Fax : 04 71 20 42 33 Port : 06 45

Plus en détail

Migration d un logiciel de gestion

Migration d un logiciel de gestion Auteur : David PERRET Publication : 01/11/2015 Toute société utilisatrice de logiciel de gestion est inéluctablement confrontée à des migrations de données. Ces migrations représentent des risques et un

Plus en détail

TITRE PROFESSIONNEL DU MINISTERE CHARGE DE L EMPLOI SECRETAIRE ASSISTANT(E) SPECIALISE(E) RESSOURCES HUMAINES

TITRE PROFESSIONNEL DU MINISTERE CHARGE DE L EMPLOI SECRETAIRE ASSISTANT(E) SPECIALISE(E) RESSOURCES HUMAINES TITRE PROFESSIONNEL DU MINISTERE CHARGE DE L EMPLOI SECRETAIRE ASSISTANT(E) SPECIALISE(E) RESSOURCES HUMAINES Le titre professionnel de : SECRETAIRE ASSISTANT(E) SPECIALISE(E) RESSOURCES HUMAINES1 niveau

Plus en détail

LES PRIORITES DE SIMPLIFICATION VUES PAR LES USAGERS LES ENTREPRISES I. EN BREF :

LES PRIORITES DE SIMPLIFICATION VUES PAR LES USAGERS LES ENTREPRISES I. EN BREF : LES PRIORITES DE SIMPLIFICATION VUES PAR LES USAGERS LES ENTREPRISES La Direction Général de la Modernisation de l Etat souhaite faire de l écoute des usagers (particuliers, entreprises, collectivités

Plus en détail

Normes d audit internes (Exercices + corrigés)

Normes d audit internes (Exercices + corrigés) A Exercices Normes d audit internes (Exercices + corrigés) 1 Le comité d audit est le plus susceptible de participer à l approbation A Des promotions et augmentations de salaire des auditeurs B Des observations

Plus en détail

REGLEMENT DE CONSULTATION MARCHE ART30 MARCHE N AAAA/FC/XX. Prestations de formation organisées par le service Formation Continue de la CCI

REGLEMENT DE CONSULTATION MARCHE ART30 MARCHE N AAAA/FC/XX. Prestations de formation organisées par le service Formation Continue de la CCI CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE SEINE ET MARNE REGLEMENT DE CONSULTATION MARCHE ART30 MARCHE N AAAA/FC/XX Prestations de formation organisées par le service Formation Continue de la CCI Ce document

Plus en détail

Groupe LAVIALE RAPPORT DE TRANSPARENCE

Groupe LAVIALE RAPPORT DE TRANSPARENCE Groupe LAVIALE RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos le 31/12/2014 1 SOMMAIRE Préambule... 3 1 Présentation du Cabinet... 3 1.1 Structure juridique et capital... 3 1.2 Description de la Gouvernance...

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale 1 Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSSS/15/043 DÉLIBÉRATION N 12/003 DU 10 JANVIER 2012, MODIFIÉE LE 7 AVRIL 2015, RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES

Plus en détail

Efficacité énergétique cadre normatif et évolutions à venir

Efficacité énergétique cadre normatif et évolutions à venir Efficacité énergétique cadre normatif et évolutions à venir Audits énergétiques et management de l énergie AFNOR Energies catherine.moutet@afnor.org Tél : 01 41 62 86 55 SOMMAIRE Panorama de la normalisation

Plus en détail

Certificat de Qualification Professionnelle Chargé(e) d accueil et de relation clients/adhérents. Dossier de recevabilité VAE

Certificat de Qualification Professionnelle Chargé(e) d accueil et de relation clients/adhérents. Dossier de recevabilité VAE COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE DE LA MUTUALITE Certificat de Qualification Professionnelle Chargé(e) d accueil et de relation clients/adhérents Dossier de

Plus en détail

JORF n 0103 du 4 mai 2010. Texte n 18

JORF n 0103 du 4 mai 2010. Texte n 18 Le 26 septembre 2011 JORF n 0103 du 4 mai 2010 Texte n 18 ARRETE Arrêté du 29 avril 2010 fixant les conditions de certification des installateurs de systèmes de vidéosurveillance NOR: IOCD0928681A Le ministre

Plus en détail

Le système documentaire

Le système documentaire Le système documentaire Sommaire : 3. PRESTATION DE SERVICE A DOMICILE... 4 3.1 : Principes et cadre d intervention... 6 Exemple 1 : Projet de service type d une entité adhérent à ADESSA.... 7 Exemple

Plus en détail

Préparation à Solvabilité II. Analyse des réponses au questionnaire 2013 sur la préparation des organismes d assurance. 18 mars 2014 version 1.

Préparation à Solvabilité II. Analyse des réponses au questionnaire 2013 sur la préparation des organismes d assurance. 18 mars 2014 version 1. Préparation à Solvabilité II Analyse des réponses au questionnaire sur la préparation des organismes d assurance 18 mars 2014 version 1.0 Sommaire 1 Introduction... 3 2 Principaux résultats... 3 3 Ce que

Plus en détail

Taxe sur la valeur ajoutée

Taxe sur la valeur ajoutée Taxe sur la valeur ajoutée Introduction La taxe sur la valeur ajoutée est une des questions incontournables pour une entreprise, qu elle soit starter ou déjà bien établie. La TVA concerne chaque opération

Plus en détail

curité Entreprises M A S E SYSTEME COMMUN MASE/UIC

curité Entreprises M A S E SYSTEME COMMUN MASE/UIC Manuel Amélioration SécuritS curité Entreprises M A S E SYSTEME COMMUN MASE/UIC SOMMAIRE MASE : c est c quoi? Création/objectifs Le référentielr rentiel L adhésion ; la certification Les résultats r :

Plus en détail

ISO 9001:2000. CHAPITRE par CHAPITRE

ISO 9001:2000. CHAPITRE par CHAPITRE ISO 9001:2000 PARTIE 2-3 CHAPITRE par CHAPITRE 9001:2000, domaine Satisfaction du client par la prévention des N.C. (ISO 9001:1994) Appliquer efficacement le système pour répondre aux besoins du client

Plus en détail

Méthodologie du mémoire

Méthodologie du mémoire Méthodologiedumémoire UFRCultureetcommunication LicenceInformationetcommunication Lesenjeuxdumémoire Un enjeu pédagogique: la préprofessionnalisation suppose de la part de l étudiant des facultésd adaptationenmilieuprofessionnel,etuncertainreculquidoitluipermettre,audelà

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

L image des banques auprès des TPE/PME

L image des banques auprès des TPE/PME Shanghai Paris Toronto Buenos Aires www.ifop.com L image des banques auprès des TPE/PME 1002 entreprises ont été interrogées en février 2008 : 377 micro-entreprises (0 à 5 salariés) 261 TPE (6 à 19 salariés)

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires L0Z-Secrétaires Synthèse En moyenne sur la période 2007-2009, 484 000 personnes exercent le métier de secrétaire, assurant des fonctions de support, de coordination, de gestion et de communication. Les

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE ANNEE 2013

RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE ANNEE 2013 RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE ANNEE 2013 Etabli en application de l article R. 823-21 du Code de Commerce SOMMAIRE 1. Présentation du Cabinet 2. Gestion des risques 3. Gouvernance 4. Déclarations - 1

Plus en détail

Analyse des visites énergie réalisées par les CCI de Rhône-Alpes en 2011 et 2012

Analyse des visites énergie réalisées par les CCI de Rhône-Alpes en 2011 et 2012 Analyse des visites énergie réalisées par les CCI de Rhône-Alpes en 2011 et 2012 Depuis 2006, les CCI de Rhône-Alpes, en partenariat avec l ADEME et le Conseil Régional, s attachent à promouvoir la maîtrise

Plus en détail