ETUDE SUR LE PRIX DE MARCHE DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE EN ZONES RURALES FRAGILES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ETUDE SUR LE PRIX DE MARCHE DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE EN ZONES RURALES FRAGILES"

Transcription

1 ETUDE SUR LE PRIX DE MARCHE DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE EN ZONES RURALES FRAGILES SYNTHESE JUILLET 2004

2 DATAR - AATEC / ARGUYL /07/04 OBJECTIF ET CONTEXTE L immobilier d entreprise est un enjeu très important pour les collectivités locales en zone rurale, qui conditionne le développement économique de ces territoires. En France, les Collectivités sont autorisées à vendre leurs biens immobiliers aux conditions du marché, sur l ensemble du territoire. Les aides qu elles peuvent en outre octroyer aux entreprises pour la vente ou la location de terrains et bâtiments sont, de plus, calculées sur la base de ce prix de marché (valeur vénale). Or, l évaluation d un prix de marché de l immobilier en zone rurale est délicate, compte tenu du faible nombre de transactions et de l absence d homogénéité des territoires et des biens immobiliers. En référence à ces trois constats, le Comité Interministériel sur l Aménagement et le Développement du Territoire (CIADT) de septembre 2003, a décidé du lancement d une étude sur l évaluation du prix du marché de l immobilier d entreprise en zone rurale. Cette étude a été confiée par la Délégation à l Aménagement du Territoire et à l Action Régionale (DATAR) à la société AATEC/ARGUYL. Elle vise à identifier les prix pratiqués en immobilier d entreprise dans ces zones et à apporter des éléments de justification des variations constatées entre les prix de vente et les prix de revient de l immobilier. A partir d un échantillon d étude correspondant aux objectifs de la DATAR, mais aussi aux exigences d une analyse immobilière (18 communes/communautés de communes, sur 11 régions), nous avons donc dans un premier temps recensé les prix pratiqués et collecté des informations structurelles sur les zones d étude (listées en annexe de la présente synthèse). Nous avons ensuite défini une méthode de comparaison des moyennes de prix à partir d un dénominateur commun : le coût de construction national. Sur cette base, nous avons procédé au classement des villes en fonction des facteurs structurels des zones étudiées, et des typologies des biens étudiés.

3 DATAR - AATEC / ARGUYL /07/04 RECUEIL D INFORMATION A/ Les sources. Principales sources d informations pour le recueil des prix : notaires, experts, banque des PME, missions spécialisées «commerces» des CCI, cellules de développement économique, mairies, Communautés de Communes et Ministère de l Equipement. D autres sources potentielles ont été exclues : les services des impôts (Hypothèques), la procédure d extraction de données nécessite une requête ministérielle, les données obtenues n auraient pas présenté de potentiel d analyse. Les conseils généraux : trop peu enclins à répondre. Certaines agences immobilières : elles sont localisées sur des territoires présentant des potentiels et non en zones rurales. (Même si certaines agences avaient eu une référence de transaction en zone rurales, elle n aurait pas été significative). Nos principales sources d informations pour les données structurelles : inventaires communaux de l INSEE, Chambres de Commerce et d Industrie, comités de développement économique. B/ Méthode d analyse. Consultation directe : ÿ Nous avons réalisé un questionnaire, adressé à 40 destinataires, Mairies et Communautés de Communes. Questionnaire déroulé et complété par téléphone. ÿ Nous avons contacté 70 notaires et cellules de développement économique. ÿ Nous avons interrogé les observatoires et bourses de locaux commerciaux des CCI : structure trans-commerce. Analyse des documentations existantes (INSEE, Experts, CCI ). C/ Sélection des données exploitables. Les zones étudiées ne présentent pas les caractères classiques d un marché immobilier, nous avons sélectionné parmi les informations recueillies, les données garantissant la fiabilité de notre analyse. La typologie des biens étudiée a été limitée ÿ Aux bureaux, ÿ Aux locaux d activité, locaux industriels et entrepôts, ÿ Aux terrains.

4 DATAR - AATEC / ARGUYL /07/04 Nous avons exclu ÿ Les commerces (pour manque de récurrence et valeurs intrinsèques non comparables), ÿ Les valeurs extrêmes, ÿ Les biens spécifiques du type stations services, garages, châteaux. Nous n avons pas pu observer : ÿ Les prix des loyers versés par des professions libérales, dont les cabinets sont implantés dans des logements. (situation très fréquente en zone rurale), ÿ Les cessions de part de SCI, fusions/acquisitions de sociétés et dépôts de bilan/reprises : ils les changements de locaux qu ils occasionnent, font partie d une opération juridique globale, qui échappe à notre visibilité. Nous avons effectué des moyennes des prix relevés et listé les facteurs structurels récurrents et comparables entre ces zones. ANALYSE. A/ Méthode Dans un contexte fluctuant en termes quantitatifs et qualitatifs, la comparaison brute des moyennes de prix entre les zones étudiées n est pas fiable. Seuls des ratios calculés à partir d un dénominateur commun sont comparables. Dans le domaine qui nous concerne, ce dénominateur commun est le coût de construction. Nous avons donc analysé les données 2003 du Ministère de l Equipement, qui présente le coût de construction à : pour les bureaux, pour les bâtiments industriels, pour les entrepôts. Puis nous avons effectué des ratios entre les moyennes de prix établies sur chaque zone étudiée et les coûts de construction nationaux pour chaque type de bâtiments étudié.

5 DATAR - AATEC / ARGUYL /07/04 B/ Classement. B1/ Bureaux : classement des zones en fonction de 4 critères structurels récurrents. D une manière générale, quel que soit leur âge, tous les locaux de bureaux 1 se situent en dessous du niveau du coût de construction : même neufs, les bureaux «valent moins chers qu ils n ont coûté». ÿ Prix de vente des bureaux non rénovés : atteignent 30 à 45% du coût de construction national (900, en 2002), ÿ Prix de vente des bureaux rénovés : atteignent 50 à 80% du coût de construction national (900, en 2002), ÿ Prix de vente des bureaux neufs : atteignent 65 à 99% du coût de construction national (900, en 2002), L analyse des facteurs structurels, mise en parallèle avec les relevés de prix permet de constituer 4 critères principaux d explication des positionnements de chaque ville : ÿ NIVEAU GLOBAL D ENCLAVEMENT, évalué en fonction des critères suivants : Proximité, et niveau d influence de la ville la plus fréquentée sur la zone (faible, significatif ou fort), Temps d accès à cette ville S ils ne sont pas présents sur la ville ciblée : attractivité et éloignement aux services, super/hypermarchés, établissements de santé, lieux de spectacles et services administratifs. Temps d accès, éloignement aux autoroutes. ÿ NIVEAU D EQUIPEMENTS ET COUVERTURE EN TÉLÉPHONIE MOBILE ET RESEAUX HAUT DEBIT (VOIRE TRÈS HAUT DÉBIT). ÿ DISPONIBILITÉS RESIDUELLES ET PROJETS DE CREATION DE ZAC OU IMMOBILIERS. ÿ DYNAMISME GENERAL & DIVERSIFICATION DES ACTIVITÉS. Seule la réunion de ces quatre critères permet un bon niveau de classement. Dans ce cas, on peut établir les ratios suivants sur les 8 villes de tête : ÿ Prix de vente bureaux non rénovés : atteignent 35 à 44% du Coût de construction. ÿ Prix de vente bureaux rénovés : atteignent 63 à 80% du Coût de construction. ÿ Prix de vente bureaux neufs : atteignent 82 à 99% du Coût de Construction. 1 Tableau de rapprochement détaillé en annexe 1 du présent rapport

6 DATAR - AATEC / ARGUYL /07/04 B2/ Locaux industriels et entrepôts : un classement plus délicat. Les dépréciations des bâtiments d activité - au sens large - sont très inférieures à celles constatées sur les bureaux. Dans de nombreux cas, les entrepôts s apprécient par rapport aux coûts de construction. L une des explications est que le tertiaire n est l activité principale sur aucune des zones étudiées. Par contre, l économie de ces zones est marquée par une industrie spécifique, l artisanat ou l agriculture. Que ces activités soient en expansion, ou en déclin, elles constituent l historique de ces villes. Ceci implique que l immobilier existant soit principalement d activité. ÿ Les locaux industriels peuvent atteindre des valeurs comprises entre 60 et 90% du coût de construction. ÿ Les prix de vente des entrepôts se situent globalement au niveau du coût de construction (étant compris entre 80 et 120% du coût de construction). Dans cette catégorie de bâtiments, les critères sont plus fluctuants que pour les bureaux. Si les 4 critères majeurs définis précédemment restent valables, on distingue deux éléments supplémentaires : ÿ LA PRESSION DU MARCHE, cette pression doit garantir le maintien de l équilibre entre l offre et da demande. Sinon, deux extrêmes sont possibles : ÿ Sur certaines zones (périurbaines), la pénurie de locaux d activité pourrait entraîner une hausse des prix sur des villes qui savent rester attractives ou qui sont périurbaines, bénéficiant ainsi de la saturation de leurs villes «phares» (c est le cas d Issoire par exemple, et peut être, à terme, de Sauxillanges). ÿ Sur d autres zones, (notamment des villes ayant un niveau d enclavement faible), la pénurie en locaux disponibles, le manque de fonds pour construire à neuf ou l impossibilité financière de réhabiliter des friches industrielles, pourrait à terme pénaliser des villes ou freiner leur mouvement de reprise, (Langres) ou entraîner une chute de l immobilier d activité (cas de Condom par exemple). ÿ On constate que LE CRITERE DE L ENCLAVEMENT est toujours aussi important mais qu il peut avoir un impact contraire à ce qui existe en bureaux.

7 DATAR - AATEC / ARGUYL /07/04 CONCLUSIONS En moyenne, les coûts de construction régionaux des zones étudiées se situent : ÿ 5% en dessous du coût de construction national, pour les bureaux. ÿ 10% en dessous du coût de construction régional, pour les locaux industriels. ÿ 11% en dessous du coût de construction national pour les entrepôts. Le niveau de prix constaté en bureaux est toujours inférieur au coût de construction. ÿ Prix de vente bureaux non rénovés : atteignent 35 à 44% du coût de construction.(900 /m2 en 2002). ÿ Prix de vente bureaux rénovés : atteignent 63 à 80% du coût de construction. ÿ Neufs, les bureaux ne valent qu entre 65 et 99% du coût de construction. Les besoins en bureaux sont rares sur ces zones. Souvent, les bureaux soit sont annexes à l implantation des locaux industriels, soit ils concernent de très petites surfaces, puisque les micro-entreprises constituent la majorité des cas sur ces zones. La construction de locaux purement tertiaires par les communes représente donc un poids conséquent, pourtant les besoins, mêmes limités, sont réels. Pour les locaux d activité, le prix du marché est quasiment toujours inférieur au prix de revient, mais les fluctuations sont plus fréquentes. L une des explications est que l économie de ces zones est marquée par une industrie spécifique, l artisanat ou l agriculture. En expansion, ou en déclin, ces activités constituent la trame historique. ÿ Les locaux industriels peuvent atteindre des valeurs comprises entre 60 et 90% du coût de construction. (446 /m2 en 2002). ÿ Les prix de vente des entrepôts se situent au niveau du coût de construction (étant compris entre 80 et 120% du coût de construction). (292 /m2 en 2002). Les locaux industriels présentent plus de spécificités que les entrepôts (cette différence se lit dans les coûts de construction). Or, la spécificité n est pas toujours un facteur de hausse des valeurs, au contraire, les entrepôts «standards» se vendent beaucoup plus facilement que des locaux spécifiques. Dans cette catégorie de bâtiments, les facteurs explicatifs sont plus fluctuants que pour les bureaux. Si le critère majeur est toujours le niveau d enclavement, ce dernier a une influence différente selon sa relation à la pression du marché.(cf tableau suivant). Par ailleurs, on notera que les villes disposent de peu de moyens pour lutter contre le déclin des commerces de proximité, le soutien au développement de multiples ruraux paraît donc judicieux.

Evolution des risques sur les crédits à l habitat

Evolution des risques sur les crédits à l habitat Evolution des risques sur les crédits à l habitat n 5 février 2012 1/17 SOMMAIRE 1. PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES DE LA PRODUCTION... 4 2. ANALYSE DÉTAILLÉE DES INDICATEURS DE RISQUE... 8 2.1 Montant moyen

Plus en détail

PRIX DE CESSION DES 100 DERNIERES TRANSACTIONS DE CABINETS DENTAIRES

PRIX DE CESSION DES 100 DERNIERES TRANSACTIONS DE CABINETS DENTAIRES PRIX DE CESSION DES 100 DERNIERES TRANSACTIONS DE CABINETS DENTAIRES étudiées par Interfimo Edition de janvier 2015 disponible sur www.interfimo.fr Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle,

Plus en détail

Portrait économique du secteur des activités immobilières

Portrait économique du secteur des activités immobilières Portrait économique du secteur des activités immobilières Branche professionnelle de l immobilier Service Observatoires AGEFOS PME 187, quai de Valmy 75010 PARIS agefos-pme.com Portrait économique de la

Plus en détail

Fiche synthétique. Caractéristiques du bien: Estimation de la rentabilité* : 18 rue du Puits Descazeaux 33000 Bordeaux. Rentabilité Année 1 Année 2

Fiche synthétique. Caractéristiques du bien: Estimation de la rentabilité* : 18 rue du Puits Descazeaux 33000 Bordeaux. Rentabilité Année 1 Année 2 Fiche synthétique T1 18 rue du Puits Descazeaux 33000 Bordeaux Caractéristiques du bien: Type de bien Neuf / Ancien T1 Ancien Date de construction 1900 Loué Date de fin de bail Non XXXXX Surface 27 m²

Plus en détail

CLIENT INVESTISSEUR SCPI. Achète des parts de SCPI. Les locataires payent des LOYERS à la SCPI. Distribution de revenus, valorisation du patrimoine

CLIENT INVESTISSEUR SCPI. Achète des parts de SCPI. Les locataires payent des LOYERS à la SCPI. Distribution de revenus, valorisation du patrimoine Investir en SCPI Une SCPI ou Société Civile de Placement Immobilier est un produit d investissement collectif non coté investi en immobilier. L acquisition de parts de SCPI permet à l investisseur d effectuer

Plus en détail

Les principaux crédits et les pièges à éviter

Les principaux crédits et les pièges à éviter Chapitre 1 Les principaux crédits et les pièges à éviter 1. Le crédit revolving Le crédit revolving (ou crédit permanent) est souvent vendu comme une réserve d argent permettant de financer des envies

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT.

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. -=-=-=- L étude porte sur la situation à la clôture de l exercice 2 (se reporter au compte administratif de 2). Il n est pas tenu compte du budget annexe du

Plus en détail

PRATIQUES ET USAGES DU NUMÉRIQUE DANS LES PME ET TPE

PRATIQUES ET USAGES DU NUMÉRIQUE DANS LES PME ET TPE PRATIQUES ET USAGES DU NUMÉRIQUE DANS LES PME ET TPE ETUDE RHÔNE Septembre 2015 CCI LYON - DIRECTION DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL ET TERRITORIAL Page 1 I CCI DDIT Page 2 I CCI DDIT ommaire Avant-propos page

Plus en détail

Formation ESSEC Gestion de patrimoine

Formation ESSEC Gestion de patrimoine Formation ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «Panorama de la gestion de patrimoine» 4 ème partie : L investissement immobilier Fiscalité de l immobilier François Longin 1 www.longin.fr Plusieurs niveaux

Plus en détail

Observatoire départemental de l habitat du Doubs

Observatoire départemental de l habitat du Doubs Habitat >>>>>>>>>> Note de conjoncture - N 8 - Mars 2013 Observatoire départemental de l habitat du Doubs La vacance dans le parc locatif du Doubs Situation au 31 août 2012 Contexte et objectifs Aujourd

Plus en détail

Programme ESSEC Gestion de patrimoine

Programme ESSEC Gestion de patrimoine Programme ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «L investissement immobilier» Fiscalité de l immobilier François Longin 1 www.longin.fr Fiscalité de l immobilier Plusieurs niveaux de fiscalité (investissement

Plus en détail

8 Certifications Minergie

8 Certifications Minergie 8 Chapitre 8 Être Minergie, est-ce aussi être «autrement»? Pour de nombreux acteurs du marché immobilier, un label de durabilité devrait s accompagner d une appréciation de la valeur de leur immeuble,

Plus en détail

Bijouterie 2012-2013

Bijouterie 2012-2013 Bijouterie 2012-2013 Sommaire Synthèse 5 Présentation de la profession 6 1. Définition...6 2. Accès à la profession...6 3. Typologie des intervenants...7 Analyse économique 9 1. Principales données économiques

Plus en détail

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Les pouvoirs publics ont attiré notre attention sur les enjeux de la transmission des entreprises, plus de 100

Plus en détail

ADIL 05 Agence Départementale d Information sur le logement -

ADIL 05 Agence Départementale d Information sur le logement - ADIL 05 Agence Départementale d Information sur le logement - Observatoire des Loyers du Parc Privé des Communes de Briançon, Embrun et Gap Cette étude, à destination des professionnels de l immobilier,

Plus en détail

TRAVAUX DE PLOMBERIE SOMMAIRE

TRAVAUX DE PLOMBERIE SOMMAIRE TRAVAUX DE PLOMBERIE SOMMAIRE LE MARCHÉ DES TRAVAUX DE PLOMBERIE... 2 LA RÉGLEMENTATION DES TRAVAUX DE PLOMBERIE... 5 L'ACTIVITÉ DES TRAVAUX DE PLOMBERIE... 8 LES POINTS DE VIGILEANCE DES TRAVAUX DE PLOMBERIE...

Plus en détail

Expertise immobilière

Expertise immobilière Bernard de Polignac Jean-Pierre Monceau Expertise immobilière Guide pratique Deuxième édition 2002 ISBN : 2-212-11158-4 SOMMAIRE Partie 1 1 L expert et la valeur 1 RÉFLEXIONS SUR LA VALEUR DES BIENS...

Plus en détail

Le tableau de bord. Ré g i o n Ce n t r e. de l observatoire régional de l habitat et du foncier de la région Centre. Édition octobre 2009.

Le tableau de bord. Ré g i o n Ce n t r e. de l observatoire régional de l habitat et du foncier de la région Centre. Édition octobre 2009. O bservatoire R H F égional abitat oncier Ré g i o n Ce n t r e Cher - Eure-et-Loir - Indre Indre-et-Loire - Loir-et-Cher - Loiret Le tableau de bord de l observatoire régional de l habitat et du foncier

Plus en détail

La Silver Normandie : une filière et des secteurs innovants

La Silver Normandie : une filière et des secteurs innovants Emploi... La Silver Normandie : une filière et des secteurs innovants La Basse-Normandie, première Silver région inaugurée en France, en janvier 2014, figure parmi les 7 régions françaises les plus attractives

Plus en détail

LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES

LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine. La durée de placement

Plus en détail

Edissimmo SCPI CLASSIQUE DIVERSIFIÉE

Edissimmo SCPI CLASSIQUE DIVERSIFIÉE Edissimmo SCPI CLASSIQUE DIVERSIFIÉE Valorisez votre patrimoine avec de l immobilier d entreprise de qualité en investissant dans la SCPI Edissimmo - Durée recommandée : 8 ans Augmentation de capital ouverte

Plus en détail

Investissement immobilier: la fin des SCPI?

Investissement immobilier: la fin des SCPI? Investissement immobilier: la fin des SCPI? La SCPI figure comme le premier véhicule structuré d investissement en immobilier. A l origine de ces investissements, des sociétés civiles se sont développées

Plus en détail

PRATIQUES ET USAGES DU NUMÉRIQUE DANS LES PME ET TPE

PRATIQUES ET USAGES DU NUMÉRIQUE DANS LES PME ET TPE PRATIQUES ET USAGES DU NUMÉRIQUE DANS LES PME ET TPE ETUDE RHÔNE Septembre 2015 CCI LYON - DIRECTION DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL ET TERRITORIAL Page 1 I CCI DDIT Page 2 I CCI DDIT ommaire Avant-propos page

Plus en détail

La valorisation financière d un terrain à bâtir dépend de son potentiel de

La valorisation financière d un terrain à bâtir dépend de son potentiel de Mobilisation et valorisation du foncier public Fiche n 3 Sept. 2013 De la comparaison au bilan Méthodes d évaluation des terrains Certu La valorisation financière d un terrain à bâtir dépend de son potentiel

Plus en détail

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010 Gestion des cabinets d'expertise comptable Octobre 2010 Sommaire Avant-propos... 2 Synthèse en quelques chiffres... 2 Les cabinets sans salariés... 2 Les cabinets de 1 à 49 salariés... 2 Le chiffre d affaires

Plus en détail

Point marché SCPI de rendement 2 e trimestre 2015

Point marché SCPI de rendement 2 e trimestre 2015 COMMUNIQUE DE PRESSE Mardi 1er septembre 2015 Point marché SCPI de rendement 2 e trimestre 2015 Le dynamisme affiché par les SCPI de rendement au 1er trimestre 2015 s est poursuivi au cours deuxième trimestre.

Plus en détail

Entreprendre avec la CCI de Bordeaux L AUTO ENTREPRENEUR

Entreprendre avec la CCI de Bordeaux L AUTO ENTREPRENEUR Entreprendre avec la CCI de Bordeaux L AUTO ENTREPRENEUR Actualisé le 06/01/2014 1 Sommaire Définition de l auto-entreprise Qui peut être auto-entrepreneur? Activités exclues du régime Seuils de chiffre

Plus en détail

Locaux d'activités et entrepôts. Stock. Locaux d'activités Entrepôts Ensemble. L'offre par secteur géographique. Ventilation des biens

Locaux d'activités et entrepôts. Stock. Locaux d'activités Entrepôts Ensemble. L'offre par secteur géographique. Ventilation des biens Observatoire Seine Aval Economie Bonnières-sur-Seine Mantes-la-Jolie Les Mureaux Conflans-Sainte-Honorine L'immobilier d'entreprise en Seine Aval Poissy n 2 Après une année en demi-teinte, le contexte

Plus en détail

L observation du parc existant et de ses évolutions récentes informe sur les équilibres sociaux et démographiques.

L observation du parc existant et de ses évolutions récentes informe sur les équilibres sociaux et démographiques. LE PARC DE LOGEMENTS À PARIS Le parc existant La construction neuve Le marché immobilier Juillet 2007 Préfecture de Paris / DULE / Bureau de l habitat Section analyse et prospective habitat 1. INTRODUCTION

Plus en détail

Avec près des deux tiers des

Avec près des deux tiers des Les Dossiers de l Observatoire Régional du Tourisme n 42 - mars 2012 Le poids économique de l hôtellerie de plein air en Pays de la Loire Plus de 600 campings Un chiffre d affaires annuel de 230 millions

Plus en détail

Sur la stratégie immobilière de la chambre de commerce et d industrie de Marseille Provence (CCIMP).

Sur la stratégie immobilière de la chambre de commerce et d industrie de Marseille Provence (CCIMP). 2014-25 Séance du 17 septembre 2014 AVIS Sur la stratégie immobilière de la chambre de commerce et d industrie de Marseille Provence (CCIMP). Vu le décret n 2011-1388 du 28 octobre 2011 modifiant le décret

Plus en détail

Portrait statistique des salariés de la branche professionnelle des Experts comptables et Commissaires aux comptes

Portrait statistique des salariés de la branche professionnelle des Experts comptables et Commissaires aux comptes Quadrat-Études 45 rue de Lyon, Paris 12 ème Contact : Laurent POUQUET Tél : 17551427-6 82 69 25 94 laurent.pouquet@quadrat-etudes.fr Portrait statistique des salariés de la branche professionnelle des

Plus en détail

DISPOSITIF RÉGIONAL ET DEPARTEMENTAL EN FAVEUR DES HOTELS D ENTREPRISES

DISPOSITIF RÉGIONAL ET DEPARTEMENTAL EN FAVEUR DES HOTELS D ENTREPRISES CAHIER DES CHARGES DISPOSITIF RÉGIONAL ET DEPARTEMENTAL EN FAVEUR DES HOTELS D ENTREPRISES Rappel du cadre général d intervention des 3 collectivités : Dans le prolongement du Schéma Régional de Développement

Plus en détail

AGENCE IMMOBILIÈRE SOMMAIRE

AGENCE IMMOBILIÈRE SOMMAIRE AGENCE IMMOBILIÈRE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'AGENCE IMMOBILIÈRE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'AGENCE IMMOBILIÈRE... 5 L'ACTIVITÉ DE L'AGENCE IMMOBILIÈRE... 8 LES POINTS DE VIGILANCE DE L'AGENCE IMMOBILIÈRE...

Plus en détail

DOL DE BRETAGNE ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011

DOL DE BRETAGNE ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011 DOL DE BRETAGNE ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011 Février 2011 1 LES ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011 1. L EVOLUTION DU BUDGET DE FONCTIONNEMENT 2. L ENDETTEMENT 3. LES PERSPECTIVES POUR LES ANNEES A VENIR 4.

Plus en détail

DIAGNOSTIC IMMOBILIER

DIAGNOSTIC IMMOBILIER DIAGNOSTIC IMMOBILIER SOMMAIRE LE MARCHÉ DU DIAGNOSTIC IMMOBILIER... 2 LA RÉGLEMENTATION DU DIAGNOSTIC IMMOBILIER... 5 L'ACTIVITÉ DU DIAGNOSTIC IMMOBILIER... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DU DIAGNOSTIC IMMOBILIER...

Plus en détail

Le DPE impacte la valeur des biens immobiliers et dévalorise les logements chauffés à l électricité

Le DPE impacte la valeur des biens immobiliers et dévalorise les logements chauffés à l électricité Communiqué de presse Paris. Le 17 février 2014 Le DPE impacte la valeur des biens immobiliers et dévalorise les logements chauffés à l électricité L étude menée par l association Dinamic, sous la direction

Plus en détail

Objet : Mesures en faveur du commerce de proximité dans la loi relative à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises du 18 juin 2014

Objet : Mesures en faveur du commerce de proximité dans la loi relative à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises du 18 juin 2014 SECRETARIAT D ETAT AU COMMERCE, A L ARTISANAT, A LA CONSOMMATION ET A L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE LA CHARGEE DE MISSION, MELANIE PAULI-GEYSSE Paris, le 6 mai 2015 Objet : Mesures en faveur du commerce

Plus en détail

Note expresse N 62 Novembre 2009

Note expresse N 62 Novembre 2009 Note expresse N 62 Novembre 29 L habitat à Saint-Pierre-et-Miquelon L habitat prédominant de l archipel est constitué de maisons individuelles d une surface moyenne relativement élevée par rapport à la

Plus en détail

Selon la charte de l expertise en évaluation immobilière, 3 ème édition Juin 2006, la valeur vénale est :

Selon la charte de l expertise en évaluation immobilière, 3 ème édition Juin 2006, la valeur vénale est : COMPAGNIE NATIONALE DES EXPERTS IMMOBILIERS * 1 Alain MANZON Expert Immobilier-Consultant JANVIER 2013 N d agrément - 1004 - Diplômé de l Enseignement Supérieur RD559 Beauvallon Guerre vieille 83310 GRIMAUD

Plus en détail

Méthodes de la gestion indicielle

Méthodes de la gestion indicielle Méthodes de la gestion indicielle La gestion répliquante : Ce type de gestion indicielle peut être mis en œuvre par trois manières, soit par une réplication pure, une réplication synthétique, ou une réplication

Plus en détail

LE MARCHÉ DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE

LE MARCHÉ DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE CONSEIL EN IMMOBILIER D ENTREPRISE LE MARCHÉ DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE Introduction Les surfaces disponibles Les prix La tendance Les axes de développement INTRO CONSEIL EN IMMOBILIER D ENTREPRISE Surface

Plus en détail

RENOVATION ENERGETIQUE

RENOVATION ENERGETIQUE RENOVATION ENERGETIQUE DES BATIMENTS DU TERTIAIRE : IL FAUT AGIR! Par le pôle Ecologie de Terra Nova Le 25 octobre 2013 La rénovation énergétique des bâtiments est une condition sine qua non de la réussite

Plus en détail

Implantation économique, foncier et immobilier d entreprise

Implantation économique, foncier et immobilier d entreprise Septembre 2014 Implantation économique, foncier et immobilier d entreprise Quelles sont les attentes des entreprises en Loire-Atlantique? Afin de mieux cerner globalement la demande des entreprises de

Plus en détail

INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS THERMIQUES ET DE CLIMATISATION

INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS THERMIQUES ET DE CLIMATISATION INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS THERMIQUES ET DE CLIMATISATION SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS THERMIQUES ET DE CLIMATISATION... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS THERMIQUES

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

Enquête sur le financement des PME en Suisse. réalisée pour le Secrétariat d Etat à l économie (SECO)

Enquête sur le financement des PME en Suisse. réalisée pour le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) Enquête sur le financement des PME en Suisse réalisée pour le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) Mai 200 Table des matières 2 Page 1. Descriptif de la recherche 3 2. Profil et mode de financement des

Plus en détail

A22 - Conforter l attractivité du Doubs afin de développer un tissu de TPE / PME / PMI performantes et créatrices d emplois

A22 - Conforter l attractivité du Doubs afin de développer un tissu de TPE / PME / PMI performantes et créatrices d emplois Objectifs à atteindre à long terme (jusqu à 2017) - Assurer une couverture haut débit pour l ensemble des zones d activités retenues dans le cadre du schéma des ZAE - Augmenter le nombre de bénéficiaires

Plus en détail

1 ère EDITION 2015 CLERMONT-FERRAND ENTREPRISES ESPACES ACTIVITÉS BUREAUX COMMERCES. 1 er Réseau PARTENAIRE

1 ère EDITION 2015 CLERMONT-FERRAND ENTREPRISES ESPACES ACTIVITÉS BUREAUX COMMERCES. 1 er Réseau PARTENAIRE 1 ère EDITION 2015 ESPACES ENTREPRISES ACTIVITÉS BUREAUX COMMERCES 1 er Réseau PARTENAIRE Chiffres clefs EDITO Nous vous présentons notre nouvelle édition de notre ESPACE ENTREPRISE dans laquelle vous

Plus en détail

Observatoire Immobilier des Entreprises (OBIE77)

Observatoire Immobilier des Entreprises (OBIE77) Observatoire Immobilier des Entreprises (OBIE77) 1 er semestre 211 Les tendances du marché immobilier en Seine-et-Marne 1er sem. 211 / 1er sem. 21 244 transactions 216 315 285 m² commercialisés 38 986

Plus en détail

COMMERCE DE DÉTAIL D ÉQUIPEMENTS AUTOMOBILES

COMMERCE DE DÉTAIL D ÉQUIPEMENTS AUTOMOBILES COMMERCE DE DÉTAIL D ÉQUIPEMENTS AUTOMOBILES SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COMMERCE DE DÉTAIL D ÉQUIPEMENTS AUTOMOBILES... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DE DÉTAIL D ÉQUIPEMENTS AUTOMOBILES... 5 L'ACTIVITÉ DU

Plus en détail

Conjuguez immobilier d entreprise et démarche environnementale

Conjuguez immobilier d entreprise et démarche environnementale L anticipation des nouvelles normes environnementales Lors de la constitution d un patrimoine immobilier à travers la création d une nouvelle SCPI, PERIAL Asset Management s efforcera de prendre en compte

Plus en détail

Durée d investissement recommandée de 8 ans. Lorsque vous investissez dans une SCPI, vous devez tenir compte des éléments et risques suivants :

Durée d investissement recommandée de 8 ans. Lorsque vous investissez dans une SCPI, vous devez tenir compte des éléments et risques suivants : SCPI Rivoli Avenir Patrimoine investir INDIRECTEMENT dans l immobilier d entreprise et bénéficier de revenus potentiels réguliers Durée d investissement recommandée de 8 ans AVERTISSEMENT Lorsque vous

Plus en détail

PROSPECTUS. PROSPECTUS 14 valable à compter du 01.01.2010

PROSPECTUS. PROSPECTUS 14 valable à compter du 01.01.2010 20 PROSPECTUS PROSPECTUS 14 valable à compter du 01.01.2010 Article 47 2 de la loi du 4 août 1992 relative aux Crédits Hypothécaires et l article 4 de l Arrêté royal du 5 février 1993 portant diverses

Plus en détail

Bonne tenue de l activité au premier semestre 2009

Bonne tenue de l activité au premier semestre 2009 Paris, le 27 août 2009 Bonne tenue de l activité au premier semestre 2009 Croissance organique hors essence et effet calendaire de +1,3% Quasi-stabilité de la marge d EBITDA en organique Résistance des

Plus en détail

AVIS. Vu la loi n 2009-967 du 3 août 2009 de programmatio n relative à la mise en œuvre du Grenelle de l environnement ;

AVIS. Vu la loi n 2009-967 du 3 août 2009 de programmatio n relative à la mise en œuvre du Grenelle de l environnement ; 2012-20 Séance du 10 octobre 2012 AVIS Sur le projet de regroupement de l administration centrale sur le site de la Défense des ministères de l Égalité, des Territoires et du Logement (METL) et de l Écologie,

Plus en détail

demandez plus à votre Banque Privée

demandez plus à votre Banque Privée demandez plus à votre Banque Privée 2009125E LCL_COUV_brochure.qxd 21/09/09 10:35 Page 2 Nos implantations Lcl Banque Privée Vous êtes unique demandez plus à votre Banque Privée Chez LCL Banque Privée,

Plus en détail

UFFI REAM. Société de Gestion d Actifs SCPI, OPCI et Groupements Forestiers. Donnons plus de valeur au temps

UFFI REAM. Société de Gestion d Actifs SCPI, OPCI et Groupements Forestiers. Donnons plus de valeur au temps GESTION D ACTIFS IMMOBILIERS SCPI OPCI GROUPEMENTS FORESTIERS UFFI REAM Société de Gestion d Actifs SCPI, OPCI et Groupements Forestiers Donnons plus de valeur au temps UFFI REAM Historique UFFI Ream :

Plus en détail

CIRCULAIRE N Mesdames et Messieurs les préfets de régions et de départements

CIRCULAIRE N Mesdames et Messieurs les préfets de régions et de départements Paris le, Le ministre de l'intérieur, le ministre de l'économie, des finances et de l'industrie et la ministre de l'aménagement du territoire et de l'environnement CIRCULAIRE N Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

IMMObILIER // dossier. dossier surchauffe immobilière. arc lémanique: état de SuRChAuFFE IMMObILIèRE

IMMObILIER // dossier. dossier surchauffe immobilière. arc lémanique: état de SuRChAuFFE IMMObILIèRE IMMObILIER // dossier dossier arc lémanique: état de SuRChAuFFE IMMObILIèRE 66 // 67 market.ch - mai 2012 Aurélia Brégnac L attractivité de l Arc lémanique n est plus à démontrer. De Genève à Montreux,

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Le tableau de bord, outil de pilotage de l association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône-Alpes) Difficile d imaginer la conduite d un bateau sans boussole

Plus en détail

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX PERSPECTIVES CONJONCTURE ÉCONOMIQUE LE MARCHÉ DES BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE 1 er Semestre 212 PERSPECTIVES Un contexte de marché favorable aux utilisateurs La crise financière

Plus en détail

Les principales méthodes d évaluation

Les principales méthodes d évaluation Attention : Cette fiche n a pas pour objet de fixer administrativement la valeur des biens. Elle ne doit pas être assimilée à une instruction administrative. Elle propose les principales méthodes d évaluation

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE DE LA BANQUE POSTALE 1 ER SEMESTRE 2015

RESULTATS ET ACTIVITE DE LA BANQUE POSTALE 1 ER SEMESTRE 2015 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 30 juillet 2015 RESULTATS ET ACTIVITE DE LA BANQUE POSTALE 1 ER SEMESTRE 2015 Croissance des résultats opérationnels Produit Net Bancaire : 2 929 millions d euros (+ 2.9

Plus en détail

SCPI Corum Convictions

SCPI Corum Convictions L investissement indirect dans l immobilier via une SCPI SCPI Corum Convictions Société Civile de Placement Immobilier SCPI Corum Convictions La SCPI : un placement immobilier indirect La Société Civile

Plus en détail

Un impact fort, mais contrasté

Un impact fort, mais contrasté 6 TOURISME Le tourisme en chiffres Un impact fort, mais contrasté 13,6 milliards de chiffre d affaires, 2,7 milliards de valeur ajoutée. Il est toujours difficile de mesurer le poids économique de l activité

Plus en détail

COMPRENDRE LA TAXE LOCALE SUR LA PUBLICITÉ EXTÉRIEURE

COMPRENDRE LA TAXE LOCALE SUR LA PUBLICITÉ EXTÉRIEURE COMPRENDRE LA TAXE LOCALE SUR LA PUBLICITÉ EXTÉRIEURE Votre mairie a mis en place la taxe locale sur la publicité extérieure (TLPE). En tant que commerçant, vous vous interrogez sur les fondements de cette

Plus en détail

Le marché immobilier en France

Le marché immobilier en France Le marché immobilier en France Immobilier d entreprise, logement, immobilier de loisirs Jean-Claude GINISTY Notaire à Paris Juin 2013 1 L immobilier d entreprise dans le GRAND PARIS 2 L immobilier d entreprise

Plus en détail

le bilan de l immobilier d entreprise année 2013

le bilan de l immobilier d entreprise année 2013 le bilan de l immobilier d entreprise année 2013 Le marché de l immobilier d entreprise sur le territoire de Plaine Commune en 2013 Le territoire de Plaine Commune s agrandit au 1 er janvier 2013 pour

Plus en détail

LE MARCHE LOCATIF DES BUREAUX FRANCILIENS IL FAUT SAVOIR GARDER RAISON

LE MARCHE LOCATIF DES BUREAUX FRANCILIENS IL FAUT SAVOIR GARDER RAISON LE MARCHE LOCATIF DES BUREAUX FRANCILIENS IL FAUT SAVOIR GARDER RAISON Un vent d optimisme nouveau commence à souffler sur le marché francilien de la location de bureaux. Le volume des transactions s est

Plus en détail

DISPOSITIF RÉGIONAL ET DEPARTEMENTAL EN FAVEUR DES PÉPINIÈRES D ENTREPRISES

DISPOSITIF RÉGIONAL ET DEPARTEMENTAL EN FAVEUR DES PÉPINIÈRES D ENTREPRISES CAHIER DES CHARGES DISPOSITIF RÉGIONAL ET DEPARTEMENTAL EN FAVEUR DES PÉPINIÈRES D ENTREPRISES Rappel du cadre général d intervention des 3 collectivités : Dans le prolongement du Schéma Régional de Développement

Plus en détail

Analyse du processus de décision des propriétaires rhônalpins en matière de rénovation énergétique :

Analyse du processus de décision des propriétaires rhônalpins en matière de rénovation énergétique : Analyse du processus de décision des propriétaires rhônalpins en matière de rénovation énergétique : des motivations à la réalisation des travaux Le contexte Suite au Grenelle de l Environnement, l Etat

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

- Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée

- Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée La loi n 2010-658 du 15 juin 2010 relative à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée (EIRL) : l essentiel à retenir pour procéder au dépôt de la déclaration d affectation du patrimoine auprès

Plus en détail

Négociation immobilière et Comptabilité des agences

Négociation immobilière et Comptabilité des agences 1. L étude de marché 1.1. L enquête par sondage La connaissance des besoins et du marché L enquête par sondage est une étude quantitative, elle permet de mesurer des opinions ou des comportements. C est

Plus en détail

L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire

L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire Contexte régional Créé en 2010 par l Atelier Centre de ressources régional de l économie sociale et solidaire et la Chambre régionale

Plus en détail

UNE FISCALITE MAROCAINE ATTRACTIVE

UNE FISCALITE MAROCAINE ATTRACTIVE UNE FISCALITE MAROCAINE ATTRACTIVE Le Maroc a mis en place un plan d action ambitieux dans le but de se convertir en une destination touristique attractive. Dans ce cadre, il s est doté d une législation

Plus en détail

Le marché immobilier en France

Le marché immobilier en France Le marché immobilier en France Immobilier d entreprise, logement, immobilier de loisirs Notaires de Paris www.paris.notaires.fr Juin 2013 1 L immobilier d entreprise dans le GRAND PARIS 2 L immobilier

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

Comment sortir l actif immobilier d une société commerciale à moindre coût?

Comment sortir l actif immobilier d une société commerciale à moindre coût? Comment sortir l actif immobilier d une société commerciale à moindre coût? Certaines sociétés commerciales soumises à l impôt sur les sociétés possèdent un actif immobilier à leur bilan. Il s agit le

Plus en détail

ING Turbos Infinis. Avantages des Turbos Infinis Potentiel de rendement élevé. Pas d impact de la volatilité. La transparence du prix

ING Turbos Infinis. Avantages des Turbos Infinis Potentiel de rendement élevé. Pas d impact de la volatilité. La transparence du prix ING Turbos Infinis Produit présentant un risque de perte en capital et à effet de levier. Les Turbos sont émis par ING Bank N.V. et sont soumis au risque de défaut de l émetteur. ING Turbos Infinis Les

Plus en détail

SECTION 6 : OPERATIONS DE CREDIT-BAIL ET DE LOCATION

SECTION 6 : OPERATIONS DE CREDIT-BAIL ET DE LOCATION SECTION 6 : OPERATIONS DE CREDIT-BAIL ET DE LOCATION 1 - DEFINITIONS 2 - COMPTABILISATION DES IMMOBILISATIONS DONNEES EN CREDIT-BAIL 3 - RESTRUCTURATION DES LOYERS IMPAYES 4 - COMPTABILISATION DES IMMOBILISATIONS

Plus en détail

Sommaire. BilanStat manuel de présentation et d utilisation Page 2

Sommaire. BilanStat manuel de présentation et d utilisation Page 2 BilanStat-Audit Sommaire Présentation... 3 Chapitre 0 : Gestion des bases de données... 5 Chapitre 0 : Gestion des missions... 12 Chapitre 1 : Eléments généraux... 17 Chapitre 2 : Capitaux propres... 28

Plus en détail

LE PARADOXE DUFLOT. ATELIER PRESSE Daniel Znaty Directeur immobilier

LE PARADOXE DUFLOT. ATELIER PRESSE Daniel Znaty Directeur immobilier LE PARADOXE DUFLOT Un dispositif incitatif, une perception négative des Français patrimoniaux, un décollage lent des résultats au rendez-vous pour l UFF ATELIER PRESSE Daniel Znaty Directeur immobilier

Plus en détail

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance Septembre 2013 Contact: Frédéric Dabi 01 45 84 14 44 Frederic.dabi@ifop.com Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance pour Note méthodologique Etude réalisée pour:

Plus en détail

ETUDE DE MARCHE DEPARTEMENTALE DIAGNOSTIC IMMOBILIER - 2010

ETUDE DE MARCHE DEPARTEMENTALE DIAGNOSTIC IMMOBILIER - 2010 ETUDE DE MARCHE DEPARTEMENTALE DIAGNOSTIC IMMOBILIER - 2010 Analyse du marché départementale : nombre de ventes et locations et chiffre d affaires, prix de la concurrence, attente des prescripteurs et

Plus en détail

Edissimmo. Valorisez votre patrimoine en investissant indirectement dans de l immobilier d entreprise avec la SCPI Edissimmo

Edissimmo. Valorisez votre patrimoine en investissant indirectement dans de l immobilier d entreprise avec la SCPI Edissimmo Edissimmo SCPI Immobilier d Entreprise classique diversifiée à capital variable Valorisez votre patrimoine en investissant indirectement dans de l immobilier d entreprise avec la SCPI Edissimmo Comporte

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Déclaration intermédiaire du conseil d administration

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Déclaration intermédiaire du conseil d administration INFORMATION REGLEMENTEE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Home Invest Belgium Housing life Déclaration intermédiaire du conseil d administration ACTUALISATION AU 31 MARS 2009 DE L ÉVALUATION DU PORTEFEUILLE Stabilisation

Plus en détail

Accès au crédit et foncier

Accès au crédit et foncier Réseau National des Chambres d'agriculture du Niger Note d information Accès au crédit et foncier RECA Réseau National des Chambres N d Agriculture du Niger iger 22 mai 2015 / Rédaction : Florence Bron-Saïdatou

Plus en détail

PERFORMANCE NETTE DES ACTEURS FRANÇAIS DU CAPITAL-INVESTISSEMENT À FIN 2014. Le 25 juin 2015

PERFORMANCE NETTE DES ACTEURS FRANÇAIS DU CAPITAL-INVESTISSEMENT À FIN 2014. Le 25 juin 2015 PERFORMANCE NETTE DES ACTEURS FRANÇAIS DU CAPITAL-INVESTISSEMENT À FIN 2014 Le 25 juin 2015 AFIC Etudes 2015 www.afic.asso.fr www.ey.com/fr L ORGANISATION DU PARTENARIAT AFIC - EY Objectifs du partenariat

Plus en détail

«Mécanismes» et contraintes budgétaires

«Mécanismes» et contraintes budgétaires Ville de Viry-Châtillon / Bilan 2008 2013 et prospective financière 2014-2020 Intervention du 25 septembre 2014 87 rue St-Lazare I 75009 Paris Tél. 01 55 34 40 00 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : fcl@fcl.fr

Plus en détail

Résultats annuels 2005

Résultats annuels 2005 Résultats annuels 2005 SOMMAIRE Chiffres clés Activité 2005 - Crédit-Bail Immobilier/Location Longue Durée - Location simple Résultats 2005 Structure financière LOCINDUS en bourse Perspectives pour 2006

Plus en détail

REF : 200415 VILLE : Toulouse

REF : 200415 VILLE : Toulouse REF : 200415 VILLE : Toulouse T1 29 M 2 Rue André Chamson, 31200 Toulouse INVESTISSEMENT POSSIBLE À PARTIR DE : 4 820 CARACTÉRISTIQUES DU BIEN T1 29 M 2 REF 200415 Type de bien... T1 Neuf / Ancien... Ancien

Plus en détail

Travaux d isolation et de finitions (peinture, revêtements, plâtrerie, ) Parc

Travaux d isolation et de finitions (peinture, revêtements, plâtrerie, ) Parc Activité Travaux d isolation et de finitions (peinture, revêtements, plâtrerie, ) Parc PNR Monts d Ardèche 1-Dynamique du marché Caractéristiques du secteur d activité et perspectives (au niveau national)

Plus en détail

FIP 123PATRIMOINE. un investissement. citoyen

FIP 123PATRIMOINE. un investissement. citoyen FIP 123PATRIMOINE un investissement citoyen PRéSENTATION D 123patrimoine DURÉE DE BLOCAGE & RISQUES DU PRODUIT - Les parts du FIP 123Patrimoine sont bloquées pendant 5 ans soit jusqu au 31 mars 2017, cette

Plus en détail

Ususphère en quelques mots

Ususphère en quelques mots Ususphère en quelques mots Que faisons-nous? Ususphère est une plateforme de mise en relation entre investisseurs à la recherche d un placement démembré en SCPI. Les demandes des investisseurs en usufruit

Plus en détail

La Planification Financière Fiscale Personnelle (PFFP) A nouveaux enjeux nouveaux comportements

La Planification Financière Fiscale Personnelle (PFFP) A nouveaux enjeux nouveaux comportements La Planification Financière Fiscale Personnelle (PFFP) A nouveaux enjeux nouveaux comportements Intervenants Véronique AUDRAIN Consultante Serge ANOUCHIAN Expert-comptable Sommaire Le contexte La mission

Plus en détail

LA LOI GIRARDIN POUR LES PARTICULIERS

LA LOI GIRARDIN POUR LES PARTICULIERS LA LOI GIRARDIN POUR LES PARTICULIERS (Article 199 undecies A et B du CGI) D un placement sécurisé à forte rentabilité...... à un investissement patrimonial très avantageux - 1 - La LODEOM (Loi pour le

Plus en détail

SCPI Scellier. Renovalor 2

SCPI Scellier. Renovalor 2 Renovalor 1 Historique INTER GESTION, société de gestion de SCI et de SCPI gère depuis plus de 20 ans les SCPI Malraux PIERRE INVESTISSEMENT 1, 2, 3, 4, 5 et 6. Forte de son expérience en opération de

Plus en détail