Investments Europe PERSPECTIVES D INVESTISSEMENT DES FACTEURS DE SOUTIEN CYCLIQUES. Deuxième trimestre

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Investments Europe PERSPECTIVES D INVESTISSEMENT DES FACTEURS DE SOUTIEN CYCLIQUES. Deuxième trimestre 2015. www.generali-investments-europe."

Transcription

1 Deuxième trimestre 2015 Investments Europe PERSPECTIVES D INVESTISSEMENT DES FACTEURS DE SOUTIEN CYCLIQUES RÉSERVÉ AUX INVESTISSEURS PROFESSIONNELS

2 PERSPECTIVES D' INVESTISSEMENT Vue d ensemble Les indicateurs économiques de la zone euro ont commencé à s améliorer en début d année, soutenus par la faiblesse de l euro et des cours du pétrole ainsi que par le démarrage du programme d achats d actifs à grande échelle de la BCE. Les mauvaises statistiques économiques publiées récemment aux États-Unis devraient n être que temporaires, car la solidité du marché du travail et l expansion rapide du crédit soutiennent encore le redressement. La politique monétaire devrait continuer à donner le ton aux marchés financiers dans la mesure où le démarrage du programme d assouplissement quantitatif de la BCE contraste avec la menace d un premier relèvement des taux directeurs par la Fed dans le courant de l année. Les actifs risqués devraient dans l ensemble continuer de bénéficier de l abondance des liquidités et de la bonne tenue des statistiques économiques Les actifs de la zone euro devraient selon nous surperformer les actifs américains au cours de l année, en grande partie grâce au soutien du programme d assouplissement quantitatif de la BCE. Perspectives macroéconomiques Quoique certains indicateurs macroéconomiques américains aient fléchi récemment, nous anticipons une croissance de l économie américaine supérieure à son potentiel et à celle des autres grands pays industrialisés. Dans ce contexte, la banque centrale américaine va probablement s engager dans un cycle de resserrement de sa politique monétaire, sans précipitation toutefois. Les perspectives pour la zone euro se sont améliorées récemment. La région a bénéficié du niveau bas des cours du pétrole, de la dépréciation de l euro et du programme d assouplissement quantitatif de la BCE. Nous avons revu à la hausse nos prévisions de croissance, avec des taux d inflation négatifs qui vont probablement disparaître au cours du second semestre. Le niveau bas des prix du pétrole est un élément favorable pour les pays importateurs de pétrole en termes de coût des facteurs de production et consommation intérieure. Parallèlement, l impact négatif sur l inflation globale a été moins bien accueilli par les pays déjà inquiets en raison de la déflation. Le Japon est toutefois sorti des problèmes liés à la répercussion de la hausse de la TVA et devrait poursuivre son redressement. La Chine a confirmé son objectif de croissance d environ 7 %. Parmi les principaux facteurs de risque figurent la sortie de la Grèce de la zone euro, intentionnelle ou accidentelle («Grexit» ou «Grexident»), qui alimenterait l incertitude économique, ainsi qu une nouvelle escalade dans le conflit ukrainien, accompagnée d une nouvelle série de sanctions à l égard de la Russie. 2 RÉSERVÉ AUX INVESTISSEURS PROFESSIONNELS

3 PERSPECTIVES D' INVESTISSEMENT Obligations Les taux des pays «core» de la zone euro ont continué de s écarter des taux américains au premier trimestre. Sous l effet d un programme d assouplissement quantitatif plus important que prévu, les taux ont chuté dans la zone euro, alors qu ils ont légèrement reculé aux États-Unis. L élargissement du spread entre les taux des deux côtés de l Atlantique devrait se poursuivre. Les achats de la BCE impacteront fortement les taux de la zone euro, malgré l amélioration des statistiques macroéconomiques. A l inverse, l approche du relèvement des taux directeurs et la tendance actuelle d un retour de la croissance entraîneront une hausse des taux américains sur l ensemble de la courbe. La recherche du rendement et l effet d éviction des mesures d assouplissement quantitatif viendront pour le moment soutenir les obligations des pays périphériques. Malgré les turbulences temporaires et les prises de bénéfices, les taux des pays périphériques continueront de baisser et les spreads de se contracter. Obligations d entreprises Malgré un récent élargissement, les spreads de crédit sont dans une tendance de resserrement et les taux ont atteint un nouveau point bas. Quoique les obligations d entreprises ne soient pas incluses dans le programme d assouplissement quantitatif de la BCE, les retombées du programme, associées à la faiblesse des taux, vont continuer à soutenir la classe d actifs. Par conséquent, les spreads se contracteront encore plus au deuxième trimestre. Les obligations financières Senior ont sous-performé au premier trimestre. Nous attribuons toutefois cette évolution principalement à des facteurs spécifiques et nous nous attendons à ce que la tendance à la contraction des spreads reprenne au deuxième trimestre. 3 RÉSERVÉ AUX INVESTISSEURS PROFESSIONNELS

4 PERSPECTIVES D' INVESTISSEMENT Devises L euro s est fortement déprécié face à un grand nombre de devises au cours du dernier trimestre, même s il a légèrement progressé récemment. Malgré la dépréciation de plus de 30 % de l euro face au dollar depuis mai dernier, nous anticipons la poursuite de la baisse de l euro. L une des principales raisons de cette dépréciation euro/dollar est la divergence importante, et qui se poursuit, entre les politiques monétaires. Tandis que la Fed remontera probablement ses taux directeurs cette année, la BCE démarre tout juste sa politique d assouplissement quantitatif et de taux négatif de rémunération des dépôts. Nous pensons qu il est exagéré de craindre une forte dévaluation du yuan chinois (CNY) à très court terme. Même si les autorités chinoises sont susceptibles d autoriser une certaine faiblesse de la devise face au dollar américain à court terme, le yuan résistera tant face à l euro qu en termes pondérés par les échanges commerciaux. Actions Nous restons optimistes à l égard des actions sur un horizon de trois mois. A plus court terme, nous anticipons la possibilité de rendements plus faibles, de manière temporaire : les valorisations sont moins attrayantes et les anticipations de croissance macro-économique ont déjà fortement progressé. Nous continuons à privilégier les actions de la zone euro, tant en Europe que par rapport aux actions américaines. La nouvelle orientation de la BCE, l appréciation du dollar et une meilleure dynamique de croissance sont des éléments positifs, en particulier pour les actions des pays périphériques de la zone euro. Au Japon, le Topix est soutenu par des facteurs domestiques et fait toujours l objet d une surpondération : une croissance soutenue des bénéfices et des salaires, des valorisations relativement faibles, la dépréciation du yen et la probabilité d un nouveau soutien monétaire. Marchés émergents: nous restons prudents à court terme dans la mesure où les prix des matières premières ne sont pas entièrement stabilisés et où l appréciation du dollar, combinée à l incertitude sur la hausse des taux directeurs par la Fed, pourrait encore avoir un impact négatif. 4 RÉSERVÉ AUX INVESTISSEURS PROFESSIONNELS

5 PERSPECTIVES D' INVESTISSEMENT Allocation d actifs Au premier trimestre 2015, les effets de sélection et d allocation se sont en partie équilibrés en termes de valeur ajoutée créée : choisir le bon marché est devenu aussi important que bien choisir les classes d actifs. Une fois de plus, ces effets proviennent avant tout des performances des marchés financiers de la zone euro, tant du côté des obligations que du côté des actions. Dans ce contexte, le fait que nous nous soyons favorables aux emprunts d Etats des pays périphériques, plutôt qu à ceux des pays «core», a eu, une fois encore, un impact positif. C est cependant la surpondération des actions de la zone euro et la sous-pondération des emprunts d État américains qui ont été les plus bénéfiques. L environnement favorable aux actifs risqués, en particulier dans la zone euro, devrait continuer d être soutenu par l amélioration des statistiques macroéconomiques et par le programme d assouplissement quantitatif de la BCE, qui apporte un appui solide et continu. Aux États-Unis, l amélioration des statistiques économiques devrait l emporter sur l impact négatif d un resserrement de la politique monétaire et soutenir les actifs risqués. 5 RÉSERVÉ AUX INVESTISSEURS PROFESSIONNELS

6 Investment View Q Forecasts Investment View Q Forecasts PERSPECTIVES D' INVESTISSEMENT Forecasts Forecasts Prévisions sur la croissance et l inflation Investments Europe Investments Europe GROWTH GROWTH GROWTH INFLATION INFLATION INFLATION e 2015f 2016f US US e f f 2.9 Euro US Area Euro Germany Area France - Germany Italy - France Non-EMU - Italy Non-EMU UK UK Switzerland - UK Japan- Switzerland Asia Japan ex ex Japan Asia China ex Japan Central/Eastern - China Europe Latin Central/Eastern America Europe World Latin America World e 2015f 2016f US US e f f 2.0 Euro US Area Euro Germany Area France - Germany Italy - France Non-EMU - Italy Non-EMU UK UK Switzerland - UK Japan- Switzerland Asia Japan ex ex Japan Asia China ex Japan Central/Eastern - China Europe Latin Central/Eastern America Europe World Latin America World Prévisions sur les marchés financiers FINANCIAL MARKETS* FINANCIAL MARKETS* FINANCIAL MARKETS* 3-month Money Market Current 3M 6M 12M US US 3-month Money Market 0.27 Current 0.403M 0.606M M Euro-Area US Japan Euro-Area UK UKJapan Switzerland UK Y Government Switzerland Bonds Current M M M US US 10Y Government Bonds 1.90 Current 2.253M 2.406M M Euro-Area US Japan Euro-Area UK UKJapan Switzerland UK Y Spreads Switzerland Current M M M0.10 Covered 10Y Spreads Bonds 50 Current M M M GIIPS Covered Bonds EM Gvt. GIIPS Bonds Spreads Current 108 3M100 6M90 12M80 Latin EM Gvt. America Bonds Spreads 524 Current 5103M 5006M M Asia Latin ex ex America Japan CEE Asia ex Japan Corporate CEE Bond Spreads Current 121 3M118 6M111 12M100 IBOXX Corporate Non-Financial Bond Spreads 114 Current 1053M M M IBOXX Sen-Financial Non-Financial Forex IBOXX Sen-Financial Current 97 3M85 6M80 12M75 USD/EUR Forex 1.09 Current 1.063M 1.036M M JPY/USD USD/EUR JPY/EUR JPY/USD USD/GBP JPY/EUR GBP/EUR USD/GBP CHF/EUR GBP/EUR Equities CHF/EUR Current M1.04 6M M1.06 S&P500 Equities 2086 Current M M M MSCI S&P500 EMU TOPIX MSCI EMU FTSE TOPIX SMI FTSE SMI *As *As of of 03/26/2015 *Données au 26/03/2015 *As of 03/26/ RÉSERVÉ AUX INVESTISSEURS PROFESSIONNELS 20 20

7 Investment View Q Forecasts PERSPECTIVES D' INVESTISSEMENT Investments Europe FORECAST-INTERVAL* 3-MONTHS HORIZON Equities Forex Spreads Government Bonds (10Y) US Germany UK Switzerland 10Y-GIIPS Spread EUR Covered Bond Spread EM Latin America Spread EM Asia Spread EM Europe Spread Euro Corporate Spread (Non-Fin) Euro Corporate Spread (Sen-Fin) USD/EUR JPY/USD GBP/EUR CHF/EUR S&P500 MSCI EMU TOPIX FTSE 100 SMI , ,485 6,782 8, , ,615 7,110 9, , ,745 7,438 9,881 FORECAST-INTERVAL* 12-MONTHS HORIZON Equities Forex Spreads Government Bonds (10Y) US Germany UK Switzerland 10Y-GIIPS Spread EUR Covered Bond Spread EM Latin America Spread EM Asia Spread EM Europe Spread Euro Corporate Spread (Non-Fin) Euro Corporate Spread (Sen-Fin) USD/EUR JPY/USD GBP/EUR CHF/EUR S&P500 MSCI EMU TOPIX FTSE 100 SMI , ,390 6,483 8, , ,655 7,225 9, , ,920 7,967 10,569 * The forecast range for the assets is predetermined by their historical volatility. The volatility calculation is based on a 5 year history of percentage changes, equally weighted in the case of the 12-month forecast and exponentially weighted in the case of the 1 month forecast. The length of the bars within each asset group is proportional to the relative deviations from their mean forecasts. 7 RÉSERVÉ AUX INVESTISSEURS PROFESSIONNELS 21

8 Investments Europe Directeur de la recherche Klaus Wiener, Ph.D. (Phone / ) Responsable de la recherche Dr. Thomas Hempell, CFA (Phone: / ) Equipe: dott. Luca Colussa, CFA (Phone: / ) dott. Federico Crecchi (Phone: / ) Thomas Directeur Jacob de la (Phone: recherche / ) Klaus Wiener, Ph.D. (Phone / ) dott. Michele Morganti (Phone: / ) Vladimir Oleinikov, CFA (Phone: / ) dott. Andrea Piovesana (Phone: / ) Frank Ruppel (Phone: / ) Dr. Thorsten Runde (Phone: / ) Dr. Christoph Siepmann (Phone: / ) Dr. Florian Späte, CIIA (Phone: / ) Dr. Martin Wolburg, CIIA (Phone: / ) s: dott. Michele Morganti (Phone: / ) Publié sous la direction de : Claudia Hartmann (Phone: / ) Distribué par : Generali Investments Europe Research Department Cologne, Germany Trieste, Italy Tunisstraße 19-23, D Cologne Sources des tableaux et graphiques: Thomson Reuters Datastream, own calculations Publié sous la direction de : Claudia Hartmann (Phone: / ) Vladimir Oleinikov, CFA (Phone: / ) dott. Andrea Piovesana (Phone: / ) Responsable de la recherche Frank Ruppel (Phone: / ) Distribué par : Dr. Thomas Hempell, CFA (Phone: /4203- Generali Investments, Cologne/Trieste 2015 Dr. Thorsten Runde (Phone: / ) Generali Investments Europe Research Department 5023) Dr. Christoph Siepmann (Phone: / ) Cologne, Germany Trieste, Italy Generali Investments a conduit des recherches Dr. Florian minutieuses Späte, CIIA (Phone: et vérifié / ) Tunisstraße 19-23, D Cologne Equipe: les informations contenues dans la présente publication. Néanmoins, Generali Investments décline toute responsabilité Dr. Martin Wolburg, quant CIIA (Phone: à lexactitude / ) dott. Luca Colussa, CFA (Phone: / ) et à lexhaustivité Sources des informations des tableaux et en graphiques: question. dott. Federico Crecchi (Phone: / ) s: Thomson Reuters Datastream, own calculations Thomas Ce document Jacob (Phone: a été traduit / ) dun document rédigé en anglais, en cas de doute, la version anglaise fait foi. Les informations contenues dans ce document sont fournies par Generali Investments Europe et sont données à titre purement indicatif. Elles reflètent les études et analyses conçues par Generali Investments Europe à partir de sources quelle estime fiables. Aucune décision dinvestissement Generali Investments, ne devra être Cologne/Trieste faite sur la seule 2015 base de celui-ci. Avant toute souscription, le souscripteur doit sassurer que sa situation financière et ses objectifs sont en adéquation avec le produit et consulter le prospectus complet et les derniers documents périodiques établis par la société Generali Investments a conduit des recherches minutieuses et vérifié les informations contenues dans la présente publication. de gestion. Ces documents sont disponibles sur le site Internet :. Néanmoins, Generali Investments décline toute responsabilité quant à lexactitude et à lexhaustivité des informations en question. Ce document a été traduit dun document rédigé en anglais, en cas de doute, la version anglaise fait foi. En Italie En France En Allemagne Les informations contenues dans ce document sont fournies par Generali Investments Europe et sont données à titre purement indicatif. Elles Branch France Branch France Branch Germany Via reflètent Hugo Bassi, les études 6 et analyses conçues par Generali 7 Boulevard Investments Haussmann Europe à partir de sources quelle Tunisstraße estime fiables. Aucune décision dinvestissement Milano ne -ITdevra être faite sur la seule base de F celui-ci. Paris Avant Cedex toute 09 souscription, le souscripteur doit Köln sassurer que sa situation financière et Phone: ses objectifs sont 5839 en adéquation avec le produit et Phone: consulter le 38 prospectus complet et les derniers Phone: documents / périodiques établis par la société de gestion. Ces documents sont disponibles sur le site Internet :. En Italie En France En Allemagne Branch France Branch France Branch Germany Via Hugo Bassi, 6 7 Boulevard Haussmann Tunisstraße Milano -IT F Paris Cedex Köln Phone: Phone: Phone: / Generali Investments Europe, Cologne/Trieste 2014 Generali Investments Europe a conduit des recherches minutieuses et vérifié les informations contenues dans la présente publication Néanmoins, Generali Investments Europe décline toute responsabilité quant à l exactitude et à l exhaustivité des informations en question. Ce document a été traduit d un document rédigé en anglais, en cas de doute, la version anglaise fait foi RÉSERVÉ RÉSERVÉ AUX INVESTISSEURS AUX INVESTISSEURS PROFESSIONNELS PROFESSIONNELS

Investments Europe PERSPECTIVES 2015 UNE ÉCONOMIE MONDIALE FRAGILISÉE QUI AVANCE MALGRÉ TOUT. www.generali-investments-europe.com

Investments Europe PERSPECTIVES 2015 UNE ÉCONOMIE MONDIALE FRAGILISÉE QUI AVANCE MALGRÉ TOUT. www.generali-investments-europe.com Investments Europe PERSPECTIVES 2015 UNE ÉCONOMIE MONDIALE FRAGILISÉE QUI AVANCE MALGRÉ TOUT RÉSERVÉ AUX INVESTISSEURS PROFESSIONNELS Vue d ensemble 2014 marque le septième anniversaire du déclenchement

Plus en détail

Investments Europe. LA LETTRE MENSUELLE Février 2015. www.generali-investments-europe.com RÉSERVÉ AUX INVESTISSEURS PROFESSIONNELS

Investments Europe. LA LETTRE MENSUELLE Février 2015. www.generali-investments-europe.com RÉSERVÉ AUX INVESTISSEURS PROFESSIONNELS Investments Europe LA LETTRE MENSUELLE Février 2015 Vue d'ensemble L événement majeur du mois de janvier a été la décision de la BCE de lancer son programme d'assouplissement quantitatif. Cette décision

Plus en détail

Investments Europe. LA LETTRE MENSUELLE Mai 2015. www.generali-investments-europe.com RÉSERVÉ AUX INVESTISSEURS PROFESSIONNELS

Investments Europe. LA LETTRE MENSUELLE Mai 2015. www.generali-investments-europe.com RÉSERVÉ AUX INVESTISSEURS PROFESSIONNELS Investments Europe LA LETTRE MENSUELLE Mai 2015 Vue d'ensemble Après un début d'année sur les chapeaux de roues, les marchés financiers s'essoufflent ces dernières semaines. En dehors de l ampleur du rebond,

Plus en détail

Stratégie d investissement 2015 AUTOMOBILE CLUB DE FRANCE MARDI 13 JANVIER 2015

Stratégie d investissement 2015 AUTOMOBILE CLUB DE FRANCE MARDI 13 JANVIER 2015 Stratégie d investissement 2015 AUTOMOBILE CLUB DE FRANCE MARDI 13 JANVIER 2015 PERFORMANCE DES MARCHÉS ACTIONS EN 2014 (EN EURO) PERFORMANCE DES MARCHÉS OBLIGATAIRES EN 2014 (DEVISES LOCALES) Monde 19,5%

Plus en détail

mars COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mars COMMENTAIRE DE MARCHÉ mars 2015 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 Contexte de marché en Europe 4 INTRODUCTION Après une courte accalmie sur le marché des taux en février, la chute des rendements a repris

Plus en détail

Rapport semestriel au 30 juin 2015

Rapport semestriel au 30 juin 2015 A nthologie Rapport semestriel au 30 juin 2015 Le fonds 1. L environnement économique et financier 2015 Au premier semestre 2015, l économie mondiale a globalement évolué à des niveaux légèrement inférieurs

Plus en détail

Mensuel. Février 2015. Actualité. Marchés

Mensuel. Février 2015. Actualité. Marchés AM Actualité Mensuel Marchés Février 2015 Vocation du document Le présent document a été produit par HSBC Global Asset Management afin de partager sa vision de long terme. Cette vision, présentée par classes

Plus en détail

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident

Plus en détail

Perspectives 2014 : le principal risque consiste à ne s exposer à aucun risque

Perspectives 2014 : le principal risque consiste à ne s exposer à aucun risque Perspectives Perspectives 2014 : le principal risque consiste à ne s exposer à aucun risque Une approche mesurée du risque s impose : la prise de risque maitrisée est la solution AUTEUR : STEFAN HOFRICHTER

Plus en détail

GENERALI INVESTMENTS EUROPE GF FIDELITE FR0010113894 15 juin 2015

GENERALI INVESTMENTS EUROPE GF FIDELITE FR0010113894 15 juin 2015 Sur la période 11 mai 2015 au 10 juin 2015, la performance du fonds est en retrait de -1.04% par rapport à son indicateur de référence*. Néanmoins, depuis le début d année, GF Fidélité surperforme son

Plus en détail

Rentabilité des actifs et allocation stratégique

Rentabilité des actifs et allocation stratégique Rentabilité des actifs et allocation stratégique LE CERCLE INVESCO : SESSION 2007 Eric Tazé-Bernard Directeur de la Gestion INVESCO Asset Management 2 Section 01 Section 02 Section 03 Un modèle de description

Plus en détail

STRATEGIE D INVESTISSEMENT 4ème trimestre 2014

STRATEGIE D INVESTISSEMENT 4ème trimestre 2014 STRATEGIE D INVESTISSEMENT 4ème trimestre 2014 Allocations d actifs Conseil en Investissements Financiers ORIAS 07 006 343 CIF E001949 1 Conjoncture déprimée en Europe, mais soutenue dans les zones US

Plus en détail

Perspectives 2015 Divergences

Perspectives 2015 Divergences NOVEMBRE 2014 Perspectives 2015 Divergences Jean-Sylvain Perrig, CIO Union Bancaire Privée, UBP SA Rue du Rhône 96-98 CP 1320 1211 Genève 1, Suisse Tél. +4158 819 21 11 Fax +4158 819 22 00 ubp@ubp.com

Plus en détail

Assemblée générale de la Caisse de Pensions des Interprètes et Traducteurs de Conférence (CPIT)

Assemblée générale de la Caisse de Pensions des Interprètes et Traducteurs de Conférence (CPIT) Réservé aux investisseurs professionnels Assemblée générale de la Caisse de Pensions des Interprètes et Traducteurs de Conférence (CPIT) Asset management Stéphane Scherer Client Relationship Manager 18

Plus en détail

Comment investir aujourd hui? Jan Vergote Head of Investment Strategy Belfius Banque 19-05-2015

Comment investir aujourd hui? Jan Vergote Head of Investment Strategy Belfius Banque 19-05-2015 Comment investir aujourd hui? Jan Vergote Head of Investment Strategy Belfius Banque 19-05-2015 Portefeuille de référence Obligations sous-pondérées Obligations d'état pay s non inv estment grade 7% Obligations

Plus en détail

Perspectives et stratégie de placement

Perspectives et stratégie de placement Perspectives et stratégie de placement Mars 2014 Independent Asset Managers since 1982 Environnement macro-économique Au niveau macro-économique, les chiffres économiques récents aux Etats-Unis indiquent

Plus en détail

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? juin KBC Groupe CONJONCTURE : situation internationale Retour de la confiance dans les pays développés, hésitations en Chine Indice de confiance de l industrie

Plus en détail

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015 Conjoncture économique et marchés financiers Octobre 215 Page 1 l 6/1/215 Une croissance mondiale pénalisée par les émergents Prévisions de croissance mondiale du FMI de 3,3% en 215 et 3,8% en 216 La croissance

Plus en détail

Fonds Granite Financière Sun Life multirisques axés sur une date d échéance

Fonds Granite Financière Sun Life multirisques axés sur une date d échéance Fonds Granite Financière Sun Life multirisques axés sur une date d échéance REVUE DES FONDS, T3 2015 - Opinions au 7 octobre 2015 POINTS SAILLANTS SOCIÉTÉ DE GESTION Placements mondiaux Sun Life Les Fonds

Plus en détail

A PLUS FINANCE FONDS DE FONDS

A PLUS FINANCE FONDS DE FONDS FINANCE FONDS DE FONDS A PLUS DYNAMIQUE A PLUS PATRIMOINE A PLUS TALENTS A PLUS OBLIGATIONS RAPPORT DE AU 31-12-2014 COMMENTAIRE DE 2 e SEMESTRE 2014 L année 2014 aura été marquée par des performances

Plus en détail

MMR Monthly Market Report Octobre 2010

MMR Monthly Market Report Octobre 2010 Contexte économique mondial Le ralentissement de l économie mondiale reste modéré L économie mondiale traverse actuellement une phase de ralentissement après la forte reprise initiée par les plans gouvernementaux

Plus en détail

Présentation Macro-économique. Mai 2013

Présentation Macro-économique. Mai 2013 Présentation Macro-économique Mai 2013 1 Rendement réel des grandes catégories d actifs Janvier 2013 : le «sans risque» n était pas une option, il l est moins que jamais Rendement réel instantané 2,68%

Plus en détail

Stratégie de placement

Stratégie de placement Très défensif ingsstrategie Climat d investissement Taux directeur : évolution et prévisions États-Unis 1,5 UEM 0,5 10-2010 10-2011 10-2012 10-2013 10-2014 10-2015 Taux à dix ans : évolution et prévisions

Plus en détail

PERSPECTIVES ALLOCATION

PERSPECTIVES ALLOCATION PERSPECTIVES ALLOCATION Document destiné aux clients professionnels Guerre des changes : fin de l acte II? Raphaël Gallardo Stratégiste - Investissement et Solutions Clients D ans un monde marqué par un

Plus en détail

Perspectives d investissement 2015

Perspectives d investissement 2015 Perspectives d investissement 2015 Henri Ghosn Président Club Finance HEC Laurent Geronimi Directeur de la Gestion taux SwissLife Banque Privée Auditorium de SCOR 12 décembre 2014 Perspectives d investissement

Plus en détail

A PLUS FINANCE FONDS DE FONDS

A PLUS FINANCE FONDS DE FONDS FINANCE FONDS DE FONDS A PLUS DYNAMIQUE A PLUS PATRIMOINE A PLUS TALENTS A PLUS OBLIGATIONS RAPPORT DE AU 30-06-2015 COMMENTAIRE DE 1 er SEMESTRE 2015 Le premier semestre 2015 a été caractérisé par le

Plus en détail

LE COMITÉ D INVESTISSEMENT DE LA GESTION PRIVÉE

LE COMITÉ D INVESTISSEMENT DE LA GESTION PRIVÉE DE LA GESTION PRIVÉE COMPTE RENDU DAVID DESOLNEUX DIRECTEUR DE LA GESTION SCÉNARIO ÉCONOMIQUE ACTIVITÉS La croissance économique redémarre, portée par les pays développés. Aux Etats-Unis, après une croissance

Plus en détail

INVESTMENT NEWSLETTER

INVESTMENT NEWSLETTER Chère cliente, Cher client, L objectif de notre bulletin d information est de communiquer sur deux points qui nous sont essentiels : 1. Environnement macro-économique 2. Notre stratégie d investissement

Plus en détail

Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance.

Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance. PARAMETRES DE MARCHE Rapport au 31 décembre 2013 Paramètres de marché au 31 décembre 2013 Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance.

Plus en détail

Perspectives des marchés financiers 2014 : le risque de ne pas s exposer aux actifs risqués

Perspectives des marchés financiers 2014 : le risque de ne pas s exposer aux actifs risqués Perspectives des marchés financiers 2014 : le risque de ne pas s exposer aux actifs risqués Stratégie et investissement Il est essentiel de prendre des risques mesurés : privilégiez une prise de risque

Plus en détail

Privilégier les actions et les emprunts d entreprise aux placements monétaires et aux emprunts d Etat AAA

Privilégier les actions et les emprunts d entreprise aux placements monétaires et aux emprunts d Etat AAA Swisscanto Asset Management SA Waisenhausstrasse 2 8021 Zurich Téléphone +41 58 344 49 00 Fax +41 58 344 49 01 assetmanagement@swisscanto.ch www.swisscanto.ch Politique de placement de Swisscanto pour

Plus en détail

DORVAL FLEXIBLE MONDE

DORVAL FLEXIBLE MONDE DORVAL FLEXIBLE MONDE Rapport de gestion 2014 Catégorie : Diversifié International/Gestion flexible Objectif de gestion : L objectif de gestion consiste à participer à la hausse des marchés de taux et

Plus en détail

Perspectives et stratégie de placement

Perspectives et stratégie de placement Perspectives et stratégie de placement 26 mars 2015 Independent Asset Managers since 1982 Environnement macro-économique Au niveau macro-économique, les chiffres de l économie américaine sont relativement

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

Fonds Granite Financière Sun Life multirisques axés sur une date d échéance

Fonds Granite Financière Sun Life multirisques axés sur une date d échéance Fonds Granite Financière Sun Life multirisques axés sur une date d échéance REVUE DES FONDS, T1 2015 - Opinions au 7 avril 2015 POINTS SAILLANTS SOCIÉTÉ DE GESTION Placements mondiaux Sun Life inc. GESTIONNAIRES

Plus en détail

Présentation au Cercle finance du Québec

Présentation au Cercle finance du Québec PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Québec, 19 janvier 1 Présentation au Cercle finance du Québec François Dupuis Vice-président et économiste en chef Mouvement des caisses Desjardins Matières premières

Plus en détail

L immobilier se porte mieux. En mai, l indice Case-Shiller du prix des maisons reste stable. En juin, les mises en chantier se redressent de 14.6 %.

L immobilier se porte mieux. En mai, l indice Case-Shiller du prix des maisons reste stable. En juin, les mises en chantier se redressent de 14.6 %. 08 Août 2011 Allocation tactique Lettre mensuelle juin-début juillet. Alors que la croissance est révisée de 3.1 à 2.3 % au 4ème trimestre 2010, et de 1.9 à 0.4 % au 1 er trimestre, elle s établit à 1.3

Plus en détail

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL Au cours de l année 2009, l économie mondiale est entrée dans une profonde récession qui a débuté à la fin de 2008. En effet, le taux de croissance du Produit Intérieur

Plus en détail

Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1

Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1 Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1 L économie belge s est raffermie de manière significative durant la première moitié de l année. Grâce au dynamisme de l économie américaine,

Plus en détail

de l'équipe de gestion diversifiée de Schroders

de l'équipe de gestion diversifiée de Schroders Publié en avril 2015 Réservé aux investisseurs et aux conseillers financiers professionnels Stratégie d'investissement mensuelle de l'équipe de gestion diversifiée de Schroders Section 1 : Opinions mensuelles

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.1. VUE D ENSEMBLE Après le vif redressement enregistré

Plus en détail

Perspectives d investissement 2015

Perspectives d investissement 2015 (traduction d extraits de la version anglaise Investment Perspectives 2015 ) Janvier 2015 PERSPECTIVES D INVESTISSEMENT 2015 Table des matières Pages RESUME SYNTHETIQUE 1 REVUE DE NOS THEMES D INVESTISSEMENT

Plus en détail

FLASH MARCHE - POINT SUR LA CHINE

FLASH MARCHE - POINT SUR LA CHINE FLASH MARCHE - POINT SUR LA CHINE RAPPEL DU CONTEXTE La baisse du marché actions chinois entamée depuis juin dernier a connu son plus violent épisode durant la journée de lundi et s est notamment propagée

Plus en détail

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques Economie et Marchés : Bilan 2010 et Perspectives 2011 Paris, le 27 décembre 2010 ECONOMIE Tendances 2010 : poursuite de la reprise dans les pays développés, signes de surchauffe dans certains pays émergents

Plus en détail

ACTIONS: PAR SECTEUR Nous continuons de privilégier les secteurs cycliques bon marché tels que la technologie, les financières et les industrielles.

ACTIONS: PAR SECTEUR Nous continuons de privilégier les secteurs cycliques bon marché tels que la technologie, les financières et les industrielles. CLASSES D ACTIFS Nous continuons de surpondérer les actions: la classe d actifs est moins chère que les obligations et les bénéfices des entreprises continuent de progresser. ACTIONS: PAR RÉGION ET PAR

Plus en détail

Stratégie de placement

Stratégie de placement Défensif ingsstrategie Climat d investissement Taux directeur : évolution et prévisions 2,0 2,0 1,5 États-Unis UEM 1,5 0,5 0,5 0,0 0,0 11-2010 11-2011 11-2012 11-2013 11-2014 11-2015 11-2016 Taux à dix

Plus en détail

Liste des 43 trackers disponibles dans le contrat Patrimea Premium

Liste des 43 trackers disponibles dans le contrat Patrimea Premium CAC 40 Françaises FR0007052782 Le FCP CAC 40 a pour objectif de reproduire l'évolution de l'indice CAC 40 GROSS TR en minimisant au maximum l'écart de suivi («tracking error») entre les performances du

Plus en détail

5 prévisions pour 2015

5 prévisions pour 2015 Mars 2015 Wim Meulemeester Expert placements L année 2014 a été une année surprenante en termes de placements. Même si un taux faible correspondait aux attentes, de nombreux experts ont été étonnés de

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2015 asdf Nations Unies New York, 2015 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial La croissance mondiale progressera légèrement

Plus en détail

1 MOIS EN 10 IMAGES. 1. L inflation au cœur des décisions de la BCE, de la BoJ et de la Fed? Novembre 2015. Sommaire

1 MOIS EN 10 IMAGES. 1. L inflation au cœur des décisions de la BCE, de la BoJ et de la Fed? Novembre 2015. Sommaire 1 MOIS EN 10 IMAGES Chaque mois, SYZ Wealth Management publie dans «1 mois en 10 images» un survol de l activité économique dans le monde. Une image valant parfois plus qu un long discours, nous choisissons

Plus en détail

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue!

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Boussole Juin 2015 Divergence des indicateurs avancés Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Les règles du placement financier - Partie III Votre patrimoine,

Plus en détail

L OBSERVATEUR FINANCIER

L OBSERVATEUR FINANCIER L OBSERVATEUR FINANCIER Services économiques TD TURBULENCES SUR LES MARCHÉS ÉMERGENTS: POSSIBLE REPORT DU RELÈVEMENT DU TAUX DIRECTEUR DE LA FED Faits saillants Pour un deuxième mois consécutif, les mouvements

Plus en détail

Rétrospective 2014. Performance des principaux indices en 2014 12.01.2014

Rétrospective 2014. Performance des principaux indices en 2014 12.01.2014 Rétrospective 2014 Comme attendu, l année 2014 n a pas été de tout repos pour les investisseurs. Une fois de plus les bonnes et surtout les moins bonnes surprises auront mis nos nerfs à rude épreuve en

Plus en détail

L amélioration des perspectives économiques soutient les actions. Pictet Asset Management Unité Stratégie

L amélioration des perspectives économiques soutient les actions. Pictet Asset Management Unité Stratégie CLASSES D ACTIFS Nous maintenons la surpondération des actions, sur fond de consolidation de la croissance dans les économies développées, alimentant les bénéfices des entreprises. ACTIONS: PAR RÉGION

Plus en détail

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014 LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie DONNÉES au 30 juin 2014 La garantie d un groupe solide AEP - Assurance épargne Pension AEP - Assurance épargne Pension, marque commerciale de BNP Paribas Cardif,

Plus en détail

Rapport annuel Exercice clos le 31 octobre 2014 SAFIR 1) Politique de gestion Le fonds finit l année à +2.19% contre +12.56% pour l indice composite 50% MSCI DM World Net Return (dividendes nets réinvestis)

Plus en détail

COMBIEN NOUS COÛTE L APPRÉCIATION DE L EURO?

COMBIEN NOUS COÛTE L APPRÉCIATION DE L EURO? COMBIEN NOUS COÛTE L APPRÉCIATION DE L EURO? Département analyse et prévision de l OFCE L année 2003 aura été assez désastreuse pour la zone euro sur le plan des échanges extérieurs, qui ont contribué

Plus en détail

UN FONDS GÉNÉRAL QUI SERA MUTUALISÉ AVEC CELUI DE CARDIF ASSURANCE VIE EN 2011 DONNÉES AU 31 DÉCEMBRE 2010

UN FONDS GÉNÉRAL QUI SERA MUTUALISÉ AVEC CELUI DE CARDIF ASSURANCE VIE EN 2011 DONNÉES AU 31 DÉCEMBRE 2010 UN FONDS GÉNÉRAL QUI SERA MUTUALISÉ AVEC CELUI DE CARDIF ASSURANCE VIE EN 2011 DONNÉES AU 31 DÉCEMBRE 2010 La garantie d un groupe solide Antin Epargne Pension Compagnie d assurance vie créée en 2001,

Plus en détail

2013 : la grande rotation des actifs?

2013 : la grande rotation des actifs? 1 janvier 213 213 : la grande rotation des actifs? MARTIN LEFEBVRE Stratège Placement et répartition de l actif 514 871-799 martin.lefebvre@bnc.ca Revue annuelle En dépit des nombreuses incertitudes, le

Plus en détail

PERSPECTIVES ALLOCATION

PERSPECTIVES ALLOCATION PERSPECTIVES ALLOCATION Document destiné aux clients professionnels Sous le signe des taux Raphaël Gallardo Stratégiste - Investissement et Solutions Clients L e rally sur les marchés actions des pays

Plus en détail

L OBSERVATEUR FINANCIER

L OBSERVATEUR FINANCIER L OBSERVATEUR FINANCIER Services économiques TD LA FED À NOUVEAU SOUS LES FEUX DE LA RAMPE Highlights Si l agitation du côté de certains marchés émergents ainsi que la situation en Ukraine ont retenu l

Plus en détail

Métaux industriels. Pétrole

Métaux industriels. Pétrole Nous sous-pondérons les matières premières les plus cycliques (métaux industriels et pétrole). Mais nous considérons toujours l or et les autres métaux précieux comme des valeurs refuge. Les matières premières

Plus en détail

COMITE D INVESTISSEMENT

COMITE D INVESTISSEMENT COMITE D INVESTISSEMENT COMPTE-RENDU DU 9 SEPTEMBRE 2014 ENVIRONNEMENT MACRO-ECONOMIQUE 1. L ETE AUX ETATS-UNIS Croissance au deuxième trimestre Fort rebond du PIB au deuxième trimestre +4% et le déclin

Plus en détail

LES TROIS ETAGES DE LA POLITIQUE MONETAIRE DE LA BCE

LES TROIS ETAGES DE LA POLITIQUE MONETAIRE DE LA BCE 1 LES TROIS ETAGES DE LA POLITIQUE MONETAIRE DE LA BCE SOUS-TITRE FLASH 2 Les trois étages de la politique monétaire de la BCE En juin, la BCE devrait tirer sa dernière «cartouche» conventionnelle et démarrer

Plus en détail

Note de gestion. Note de Gestion 15 Janvier 2015. 15 janvier 2015

Note de gestion. Note de Gestion 15 Janvier 2015. 15 janvier 2015 Note de gestion 15 janvier 2015 En début d année, il est d usage de se livrer à l exercice du bilan de l année écoulée et de tracer des perspectives pour l année qui débute. Il est intéressant de constater

Plus en détail

La baisse du prix du pétrole améliore les perspectives de croissance mondiale

La baisse du prix du pétrole améliore les perspectives de croissance mondiale La baisse du prix du pétrole améliore les perspectives de croissance mondiale L année 2015, qui s'est amorcée deux semaines auparavant, s avère déjà mouvementée. Le pétrole a poursuivi sa chute brusque

Plus en détail

Pictet-Absolute Return Fixed Income

Pictet-Absolute Return Fixed Income Pictet-Absolute Return Fixed Income Une bonne couverture pour un hiver volatil Frédéric Rollin Janvier 2015 Les taux des obligations souveraines européennes ont enfoncé leurs plus bas : le taux de l OAT

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

Le premier trimestre 2015 a été marqué par plusieurs faits saillants importants :

Le premier trimestre 2015 a été marqué par plusieurs faits saillants importants : Groupe Ouellet Bolduc CONSEILLERS EN PLACEMENT LE RAPPORTEUR LE RAPPORTEUR PREMIER TRIMESTRE DE 2015 Le premier trimestre 2015 a été marqué par plusieurs faits saillants importants : Des variations rapides

Plus en détail

Décrochage de la bourse chinoise : y a-t-il des risques pour les marchés actions européens?

Décrochage de la bourse chinoise : y a-t-il des risques pour les marchés actions européens? Décrochage de la bourse chinoise : y a-t-il des risques pour les marchés actions européens? 11 JANVIER 2016 Par Yves Maillot Directeur gestion actions européennes Natixis Asset Management S uite au fort

Plus en détail

ATTIJARI MARKET RESEARCH FX & COMMODITIES TEAM

ATTIJARI MARKET RESEARCH FX & COMMODITIES TEAM 29 juin 2009 Forex Weekly Highlights I. Evénements clés et statistiques de la semaine du 22 juin 2009 Le retour de l aversion au risque a permis au billet vert d effacer un peu les pertes accumulées face

Plus en détail

FINANCE. Rapport de gestion. A Plus Dynamique A Plus Patrimoine A Plus Talents A Plus Obligations L E S F O N D S D E F O N D S

FINANCE. Rapport de gestion. A Plus Dynamique A Plus Patrimoine A Plus Talents A Plus Obligations L E S F O N D S D E F O N D S L E S F O N D S D E F O N D S A PLUS FINANCE L INNOVATION DANS LA GESTION A Plus Dynamique A Plus Patrimoine A Plus Talents A Plus Obligations Rapport de gestion semestriel au 30/06/2014 COMMENTAIRE de

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite)

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) 2 ème partie : La baisse de l euro Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

Quelles perspectives pour les marchés de taux, crédit et devises?

Quelles perspectives pour les marchés de taux, crédit et devises? Quelles perspectives pour les marchés de taux, crédit et 2007 a été marquée par une crise monétaire sans précédent et une aversion générale pour les marchés à risque. Risque-t-on une récession économique

Plus en détail

PRINCIPALES NOUVELLES

PRINCIPALES NOUVELLES Semaine clôturée le vendredi 16 octobre 2015 PRINCIPALES NOUVELLES : Les marchés boursiers mondiaux ont clôturé la semaine en hausse, parce que les faibles statistiques économiques en provenance de la

Plus en détail

Lancement du fonds Pictet-Absolute Return Fixed Income

Lancement du fonds Pictet-Absolute Return Fixed Income Lancement du fonds Pictet-Absolute Return Fixed Income Synthèse de la conférence animée par Andres Sanchez Balcazar le 21 janvier Frédéric Rollin Janvier 2014 Pour lutter contre la déflation, la Banque

Plus en détail

CM-CIC ASSOCIATIONS COURT TERME

CM-CIC ASSOCIATIONS COURT TERME Fonds commun de placement CM-CIC ASSOCIATIONS COURT TERME Exercice du 01/07/2013 au 30/06/2014 Commentaires de gestion Rapport du Commissaire aux Comptes sur les comptes annuels 1 L'objectif de gestion

Plus en détail

Points saillants. T3 2014 Octobre 2014. Titres à revenu fixe canadiens et américains. Actions canadiennes. Actions américaines

Points saillants. T3 2014 Octobre 2014. Titres à revenu fixe canadiens et américains. Actions canadiennes. Actions américaines Octobre 2014 Points saillants Titres à revenu fixe canadiens et américains Les marchés des titres à revenu fixe nord-américains ont inscrit de solides rendements au troisième trimestre de 2014, soutenus

Plus en détail

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente?

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente? Point de marché Taux européens : Plus raide sera la pente? Depuis l atteinte, le 25 avril dernier, d un rendement de 0,06% pour l obligation allemande de maturité 10 ans, les taux d intérêt à long terme

Plus en détail

Macro Network Consensus

Macro Network Consensus 3 ème trimestre 2015 NUMERO 3 Macro Network Consensus Le Macro Network Consensus consulte les économistes de la place de Genève et de Paris pour établir un consensus macroéconomique européen sur les risques

Plus en détail

La Chine atterrit et le marché décolle!

La Chine atterrit et le marché décolle! Que s'est-il passé en avril? Focus Marchés Commentaires de marché En avril, le ralentissement économique du premier trimestre est confirmé par les chiffres de croissance publiés en Chine et aux Etats-Unis.

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

HSBC World Selection Diversifier vos investissements en un seul placement

HSBC World Selection Diversifier vos investissements en un seul placement HSBC World Selection Diversifier vos investissements en un seul placement Une gamme composée de 5 fonds diversifiés La gamme HSBC World Selection (1) est composée de 5 fonds afin de correspondre aux différents

Plus en détail

L action des banques centrales prolongera le rallye des actions. Pictet Asset Management Unité Stratégie

L action des banques centrales prolongera le rallye des actions. Pictet Asset Management Unité Stratégie CLASSES D ACTIFS Nous restons positifs à l égard des actions, dès lors que les politiques de relance monétaire devraient continuer de soutenir la reprise économique. ACTIONS: PAR RÉGION ET PAR STYLE Nous

Plus en détail

Direction des Etudes et des Prévisions Financières N 04/08- avril 2008 DENI/SCI. Tableau de bord. ( variations en % sauf indication contraire)

Direction des Etudes et des Prévisions Financières N 04/08- avril 2008 DENI/SCI. Tableau de bord. ( variations en % sauf indication contraire) Royaume du Maroc N 04/08- avril 2008 DENI/SCI Synthèse En matière de politique monétaire, la Fed, a baissé son taux directeur de 75 pb pour le ramener à 2,25%, lors de sa réunion du 18 mars 2008, dans

Plus en détail

Lettre hebdomadaire OFP

Lettre hebdomadaire OFP Lettre hebdomadaire OFP 06/11/ - 13/11/ Novembre - Semaine 388 Performances des Fonds et Grandes classes d'actifs 1 sem 1 mois 3 mois 6 mois 1 an Creation Valeur Fonds OFP et Indices de Référence OFP 150

Plus en détail

Belfius Pension Fund Rapport mensuel. Juin 2013

Belfius Pension Fund Rapport mensuel. Juin 2013 Belfius Pension Fund Rapport mensuel Juin 2013 Marchés Actions Bernanke éclipse l'amélioration des chiffres économiques Equity Indices - 1 month YTD (%, in EUR) MSCI Europe -5.30% 1.43% MSCI EMU -5.63%

Plus en détail

Conjoncture et perspectives économiques mondiales

Conjoncture et perspectives économiques mondiales Conjoncture et perspectives économiques mondiales Association des économistes québécois ASDEQ 4 décembre 2012 Marc Lévesque, Vice-président et économiste-en-chef, Investissements PSP Ralentissement de

Plus en détail

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée INSEE CONJONCTURE POINT DE CONJONCTURE OCTOBRE 2015 La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée solide au deuxième trimestre 2015. L

Plus en détail

DJ Europe Stoxx 50. Taux Euro 5 ans 6,00% 5,00% 4,00% 3,00% 2,00% 1,00% 0,00% -1,00% > L A G E S T I O N S O U S M A N D A T > F L A S H M A C R O

DJ Europe Stoxx 50. Taux Euro 5 ans 6,00% 5,00% 4,00% 3,00% 2,00% 1,00% 0,00% -1,00% > L A G E S T I O N S O U S M A N D A T > F L A S H M A C R O D E U X I E M E T R I M E S T R E 2 0 1 5 > L A G E S T I O N S O U S M A N D A T JeanMarc Léonard Responsable Département Investissement Contact 17 Côte d Eich B.P. 884 L2018 Luxembourg T (352) 46 99

Plus en détail

Sommes-nous condamnés à subir des taux faibles jusqu à la nuit des temps?

Sommes-nous condamnés à subir des taux faibles jusqu à la nuit des temps? Sommes-nous condamnés à subir des taux faibles jusqu à la nuit des temps? Monsieur Bernard KEPPENNE Chief Economist, CBC Banque & Assurance Monsieur Philippe LEDENT Senior Economist ING Bernard Keppenne,

Plus en détail

de l'équipe de gestion diversifiée de Schroders

de l'équipe de gestion diversifiée de Schroders Publié en mars 2015 Réservé aux investisseurs et aux conseillers financiers professionnels Stratégie d'investissement mensuelle de l'équipe de gestion diversifiée de Schroders Section 1 : Opinions mensuelles

Plus en détail

GENÈVE, LE 25 MARS 2015

GENÈVE, LE 25 MARS 2015 BANQUE PRIVÉE BENOIT CLIVIO DIRECTEUR, RESPONSABLE DU MARCHÉ SUISSE GENÈVE, LE 25 MARS 2015 EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) S.A. BANQUE PRIVÉE BRUNO JACQUIER CHEF ÉCONOMISTE EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE)

Plus en détail

Portefeuille croissance Symétrie * Série A COMMENTAIRE 3T-2015

Portefeuille croissance Symétrie * Série A COMMENTAIRE 3T-2015 Portefeuille croissance Symétrie * Série A COMMENTAIRE 3T-2015 Sommaire du rendement Durant le troisième trimestre de 2015, le Portefeuille croissance Symétrie (le «portefeuille») a affiché un rendement

Plus en détail

Optimisme sur fond d accélération de la croissance. Pictet Asset Management Unité Stratégie

Optimisme sur fond d accélération de la croissance. Pictet Asset Management Unité Stratégie CLASSES D ACTIFS Nous restons positifs à l égard des actions, compte tenu de l accélération de la dynamique économique et des perspectives de nouvelles mesures de relance de la part des banques centrales.

Plus en détail

Document non contractuel destiné à des investisseurs professionnels au sens de la Directive Européenne MIF. Octobre 2015

Document non contractuel destiné à des investisseurs professionnels au sens de la Directive Européenne MIF. Octobre 2015 Document non contractuel destiné à des investisseurs professionnels au sens de la Directive Européenne MIF Octobre 21 La Fed maintient le statu quo en raison de préoccupations concernant la croissance

Plus en détail

Petits déjeuners investisseurs

Petits déjeuners investisseurs Résolument actifs Résolument actifs Petits déjeuners investisseurs Juin 28 Perspectives économiques Mars 27 Petits déjeuners investisseurs Juin 28 2 2 Petits déjeuners investisseurs Juin 28 Résolument

Plus en détail

L évolution du marché des OPCVM à fin juin

L évolution du marché des OPCVM à fin juin L évolution du marché des OPCVM à fin juin Le marché des fonds de droit français enregistre un recul d encours de -1,4% en juin, l équivalent de 11 milliards d euros de moins par rapport à fin mai. La

Plus en détail