Economie et marchés. Editorial. Nos évaluations en bref

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Economie et marchés. Editorial. Nos évaluations en bref"

Transcription

1 Investment Strategy & Research Economie et marchés Août 21 Editorial Les tragédies financières ne manquent pas cet été: à peine le dernier acte de la crise grecque terminé, la Chine est ébranlée par un dramatique dévissage de son marché boursier. Dans quelle mesure faut-il s en inquiéter? Les investisseurs étrangers n ont qu un accès restreint au marché des actions chinois (par le biais d actions A), l Empire du Milieu limitant toujours fortement l afflux de capitaux internationaux. Aussi les pertes boursières locales n affectentelles que très peu les fortunes hors du pays. En revanche, si ce repli devait signaler une décélération plus marquée de la conjoncture chinoise, les répercussions pour l économie mondiale et donc sur les marchés financiers seraient à prendre plus au sérieux. Nous estimons toujours que le risque «d atterrissage forcé» de la Chine reste limité, tout simplement parce que le gouvernement dispose de moyens suffisants pour soutenir la conjoncture. Dans le sillage de diverses mesures de relance, les premiers signes de normalisation sont d ailleurs d ores et déjà décelables: l octroi de crédits par les banques s accélère et les prix de l immobilier semblent se stabiliser. Les problèmes structurels du pays (comme les importantes surcapacités dans l industrie lourde) sont certes loin d être résolus, mais la volonté et les ressources pour réformer l économie ne font de toute évidence pas défaut ce qui est plus discutable en Grèce. Oliver Adler Responsable Economic Research Nos évaluations en bref La dynamique conjoncturelle mondiale reste modeste, mais devrait connaître une légère amélioration au 2 e semestre. La Fed devrait relever ses taux directeurs. Il faut s attendre à une volatilité accrue sur les marchés financiers. Conjoncture La croissance s est légèrement accélérée dans le G3 et en Chine au 2 e semestre. Les exportations suisses restent sous pression, le Brésil et la Russie traersent une récession. Intérêts et obligations Les taux courts augmentent quelque peu aux Etats-Unis, mais pas dans l UEM et en. Les rendements obligataires demeurent faibles sur la plupart des marchés. Monnaies Actions Matières premières L USD reste notre monnaie privilégiée. L USD/CHF devrait évoluer vers la parité et l EUR/CHF rester audessus de 1.. Sur le plan tactique, nous favorisons les actions en et dans la zone euro, celles-ci profitant de monnaies plus faibles et de meilleurs bénéfices. La demande reste modeste pour la plupart des matières premières et les capacités de production sont trop élevées. Le probable relèvement des taux par la Fed pèse sur l or. Immobilier La croissance de la demande d immobilier résidentiel suisse continue à diminuer. La hausse des prix se ralen tit donc également.

2 Conjoncture Economie mondiale en légère accélération La dynamique de la croissance mondiale est restée très modérée dans un passé récent. Simultanément, les signes d une timide accélération de l économie mondiale au 2 e semestre se multiplient. La résolution (au moins temporaire) de la crise grecque a ainsi réduit les risques pesant sur la reprise dans la zone euro, tandis qu une stabilisation semble de plus en plus évidente en Chine. Nous tablons en outre sur une légère accélération de la croissance au Japon, alors que la récession au Brésil et en Russie ne devrait au moins pas s accentuer. La vigueur du franc pèse sur l industrie d exportation Au 1 er semestre, les recettes des exportations de marchandises ont reculé de,2% par rapport à la même période de l année précédente. Les volumes d exportation (,8%) ont également diminué, mais dans des proportions bien moindres. Apparemment, les entreprises ont presque réussi à maintenir leur production grâce à des baisses de prix. Une comparaison entre l évolution réelle des exportations et celle qui aurait pu être envisagée au vu de la situation conjoncturelle à l étranger montre que l appréciation du franc a coûté cinq points de pourcentage de croissance sur le 1 er semestre, soit près de mrd CHF de recettes extérieures. Le choc de la BNS se répercute sur les exportations suisses Source: Statistique douanière suisse, Credit Croissance réelle des exportations Croissance prévue des exportations Intérêts et obligations Intérêts La Fed toujours sur le cap du relèvement des taux La Banque centrale américaine s achemine toujours vers un relèvement d au moins,2 point de son taux directeur cette année. En revanche, la Banque centrale européenne (BCE) va sans doute maintenir son programme d achats obligataires (AQ) et ses taux zéro sur une période prolongée. Et sa politique montre des effets: les taux sur les prêts alloués aux PME ont nettement baissé, surtout dans les pays du sud de l Europe. La Banque nationale suisse (BNS) devrait quant à elle poursuivre sur la voie des taux négatifs jusqu à nouvel ordre. Tant que le franc ne se déprécie pas sensiblement, tout relèvement des taux d intérêt par la BNS semble improbable. Obligations Prudence de mise sur le front des obligations Le durcissement imminent de la politique monétaire de la Fed devrait entraîner une hausse des rendements des indices de référence mondiaux. Les divergences entre les Etats-Unis et la zone euro dans ce domaine vont sans doute surtout se traduire par un net élargissement des différentiels d intérêt sur les échéances courtes. Les marchés périphériques européens devraient recevoir un soutien durable de la BCE. Nous demeurons en revanche prudents s agissant des emprunts «Investment grade». Les obligations à haut rendement et émergentes pourraient également rester sous pression, peut-être un peu atténuée par les taux d intérêt plus élevés. Baisse des taux d intérêt sur les prêts aux PME dans la périphérie de l UEM Source: Banque centrale européenne, Credit Allemagne, France, Pays-Bas Italie, Espagne Grèce, Portugal

3 Monnaies L USD reste notre monnaie privilégiée EUR/CHF: neutre en dépit de la récente hausse Le différentiel de taux parle en faveur d une appréciation continue de l USD Le dollar a achevé sa phase de consolidation et a dépassé.9 face au franc suisse. Les chiffres conjoncturels américains s améliorent et le premier relèvement des taux par la Fed est imminent. L avantage de taux américain couplé à des fondamentaux techniques favorables ainsi que la surévaluation du CHF parlent en faveur d une appréciation de l USD face au franc en direction de la parité. L USD devrait en outre continuer à gagner du terrain sur l EUR. Les monnaies des exportateurs de matières premières (surtout l AUD) et des pays émergents restent vulnérables. L accord trouvé entre la Grèce et ses créanciers s est inscrit en soutien de l EUR. La paire EUR/CHF s est donc détachée des planchers de 1.3/1.4 auxquels la BNS était intervenue. Cela dit, la hausse de la paire devrait demeurer limitée, le différentiel de taux étant appelé à rester étroit du fait de la politique monétaire expansionniste de la BCE. Nous conservons donc notre positionnement tactique neutre sur l EUR/ CHF. La surévaluation du CHF devrait quelque peu diminuer sur les 12 prochains mois, raison pour laquelle nous tablons toujours sur un léger repli à long terme USD/CHF Swap sur différentiel d intérêt à 2 ans USD moins CHF (éch. de dr.) 3, 3, 2, 2, 1, 1,, -, Actions Préférence pour la et la zone euro, risques sur les pays émergents Moteurs fondamentaux toujours positifs pour les actions suisses Meilleure performance des actions suisses après la crise grecque 18 Après l accord entre la Grèce et ses créanciers, les cours des actions ont momentanément progressé avant de céder une partie de leurs gains à la fin juillet. Parmi les marchés principaux, nous favorisons toujours les actions de la zone euro et de. En revanche, le potentiel des marchés américain et japonais nous paraît plus limité après les bonnes performances, les solides fondamentaux semblant déjà anticipés. Nous prévoyons désormais une sous-performance des actions émergentes du fait de perspectives de croissance et d exportation toujours altérées (à l exception de la Chine et de l Inde) ou d une inflation trop élevée. Le marché des actions suisse a fait partie des meilleurs performeurs en juillet. D une part, il profite de sa proximité avec la zone euro, ce qui lui a permis de fortement progresser après l accord trouvé dans la crise grecque. D autre part, ses qualités défensives ont fait toute la différence lorsque les actions mondiales se sont de nouveau repliées en fin de mois. Au vu de la reprise économique attendue dans la zone euro, nous continuons de penser que les actions suisses sont bien positionnées et profiteront d une éventuelle dépréciation du CHF, notamment face à l USD MSCI (indexé) MSCI AC World (indexé)

4 Stratégie de placement Préférence accrue pour les marchés des actions de et de la zone euro Les perspectives de taux d intérêt durablement bas influent toujours sur notre stratégie de placement pour les clients suisses. Les valorisations des emprunts d Etat restent peu attractives, d où notre nette préférence pour les actions. Sur le front des régions, nous privilégions davantage les actions de et de la zone euro. Outre les facteurs cycliques comme les révisions à la hausse des béné fices, la situation technique s est améliorée pour ces deux marchés, qui devraient de plus profiter de l affaiblissement des monnaies respectives, notamment face à l USD. Sur fond de faibles taux d intérêt et de volatilité accrue, les placements alternatifs et surtout les hedge funds restent une composante importante du portefeuille. Après la récente Allocation des actifs pour la stratégie «pondérée» Source: Credit Allocation de référence (AR) 2 42, 2 42, 13 24, 32, AR ATA Liquidités,% 13,% Obligations 32,% 24,% Actions 42,% 42,% Placements alternatifs 2,% 2,% Allocation tactique des actifs (ATA) correction, les fonds immobiliers suisses affichent une valorisation plus adéquate et constituent une alternative intéressante aux obligations suisses plutôt onéreuses du fait de rendements en dividende attractifs et de leur différentiel de rendement. Matières premières Perspectives toujours négatives pour les prix des matières premières La demande de la plupart des matières premières est toujours trop faible pour résorber les excédents sur les marchés physiques. Les prix resteront sans doute sous pression jusqu à une nette accélération de la consommation ou une diminution de la production. Cette dernière demeure cependant un processus de longue haleine, surtout pour les métaux de base et le pétrole brut, où les producteurs tentent de défendre leurs parts de marché. L or et d autres métaux précieux sont particulièrement sensibles aux premiers relèvements des taux américains. Recul de la plupart des matières premières en 21 Variation en % depuis le , en USD Essence Argent Brent Or Plomb WTI Zinc Aluminium Fioul Cuivre Platine Etain Palladium Nickel -6,9-6,73-7,1-8,67-11,4-11,2-11,2-13,9-17,6-18,34-19,1-22,87-27,19 26, Focus Inflation: un peu plus élevée, mais souvent en deçà de l objectif Dans le sillage de la crise financière mondiale, l inflation est devenue négative dans les grands pays industrialisés. Seules des contremesures résolues des gouvernements et des banques centrales ont empêché l émergence d une spirale déflationniste. Simultanément, la forte demande en Chine a entraîné un rapide redressement des prix de l énergie et d autres matières premières. Après avoir nettement augmenté à cette occasion, l inflation globale est par la suite retombée à des niveaux proches de zéro du fait de la nouvelle chute des prix de l énergie à partir de la mi-214. Sous réserve que ces derniers ne baissent pas davantage, l inflation devrait quelque peu accélérer au 2 e semestre (cf. fig.). L inflation sous-jacente, qui exclut les prix L inflation devrait augmenter 2 sauf forte baisse 6, des prix du pétrole volatils de l énergie et des produits alimentaires, devrait cependant 3, souvent stagner en dessous de 4, Source: Datastream, Credit 1 2 6, l objectif des 1, 4, banques centrales. L inflation pourrait, 1 3, légèrement s accroître uniquement dans des pays -1, 1, dont les marchés des biens et services et du travail -1-3, , , Prix du pétrole (Brent) -1-3, Brent 212 +/- 3% 214 MoM 216 Prix du Brent stable G3 Inflation (éch. de droite) G3 Inflation sous-jacente (éch. de droite) Prix du pétrole (Brent) Brent +/- 3% MoM Prix du Brent stable G3 Inflation (éch. de droite) G3 Inflation sous-jacente (éch. de droite) ont regagné en solidité, tels les Etats-Unis, la Grande- Bretagne et l Allemagne. Il en serait de même en si le choc de l appréciation du franc du 1 janvier n avait pas retardé le processus. Immobilier Poursuite de la décélération de la croissance des prix de l immobilier en propriété Les logements en propriété sont toujours très demandés. Les obstacles à l achat liés aux mesures réglementaires et au niveau parfois élevé des prix sont toutefois importants. La croissance des prix stagne par conséquent à faible niveau: au 2 e trimestre 21, la hausse s établissait encore à 2%. La demande de logements en propriété augmente néanmoins toujours, bien qu à un rythme seulement modéré, comme le démontre l évolution du volume de crédits hypothécaires, qui à 3,% dépasse toujours le taux de progression du PIB. Poursuite de l accalmie sur le marché immobilier suisse Source: Datastream, Credit Croissance du volume de crédits hypothécaires ménages privés Croissance des prix des logements en propriété

5 Aperçu des performances et des prévisions Conjoncture et inflation Croissance réelle du PIB (en %) Inflation (in %) ,2 3,2 3,7 3, 2,8 3,2 Etats-Unis 2,4 2, 2, 1,6,3 2,1 Japon -,1,8 1, 2,7,9 1,2 Zone euro,9 1,6 1,8,4,2 1,1 Allemagne 1,6 2, 1,8,8,4 1,3 Pays émergents 2,8,,9 3,9 3,4 3,6 Chine 7,4 7,1 7,3 2, 1, 2,1 2,,8 1,2, -1,3, Intérêts (en %) Taux d intérêt à court terme (Libor à 3 mois) 3 Rendement emprunts d Etat à 1 ans à 3 mois à 12 mois 29.7 à 3 mois à 12 mois Etats-Unis,3,6 1,4 2,28 2, 2,9 Allemagne -,2,1,1,67,8 1,1 Grande-Bretagne,,6 1,1 1,98 2,1 2, Japon,17,1,1,41,4, -,74 -,7 -,7 -,2,2, Types de placements les plus importants Rendement global en CHF ( %) Actions 6 21 (jusqu au 29.7) 3 dernières années (p.a.) dernières années (p.a.) Rendement attendu et risque ( % p.a.) 1 an ans Risque 7 MSCI World,4 12,6 9,3 8, 6, 16, S&P,3 16,8 14,6 4,3 6,4 1, Eurostoxx 3,3 14,8 4,8 11,9 6,6 2,2 SMI 7,6 17,1 12,2 8,6 6,4 18,2 MSCI Emerging -7,2, -,6,1 7,6 26,9 Markets Obligations 8,,7,2-1,3,4 2,7 Zone euro -11,9 1,, -,1 1, 4, Etats-Unis -3,8 1,8 3,2,4 2,2 6,4 Pays émergents -1, -,7-2,1,,3 1,9 Marché monétaire (CHF) -,2,,1 -,8 -, 1,9 Placements alternatifs DJ UBS Commodities -1,6-12,1-4,9-2,, 16, Or -1,2-12,7-2,9-8,7 2, 14, Immofonds 7,,8 7, 3, 4,3 7, (SIX) Indice CS Hedge Fund -1,2 6, 4,3 6,,2 8,7 Informations importantes Le présent document a été conçu par le Credit. Les opinions exprimées sont celles du Credit au moment de la rédaction et peuvent être modifiées à tout instant. Ce document est fourni exclusivement à titre d information et à l usage du destinataire. Il ne s agit ni d une offre ni d une incitation à l achat ou à la vente de titres de la part ou au nom du Credit. Ce document ne contient aucune recommandation de nature juridique ou en matière de placements, de présentation des comptes ou d impôts. Par ailleurs, il ne présente en aucun cas un placement ou une stratégie adaptés ou appropriés aux besoins individuels du client ni ne constitue une recommandation adressée personnellement à ce dernier. Les cours et les valeurs des placements décrits, de même que les produits qui en résultent, peuvent fluctuer et évoluer tant à la hausse qu à la baisse. Les performances passées ne constituent pas une valeur de référence pour les performances futures. Les informations et les analyses contenues dans ce document proviennent de sources considérées comme fiables. Le Credit ne fournit toutefois aucune garantie quant à l exactitude et à l exhaustivité du présent document et décline toute responsabilité pour les pertes qui pourraient résulter de l utilisation de ces informations. Le Credit peut avoir agi sur la base des informations et des analyses contenues dans cette publication avant que celles-ci aient été portées à la connaissance des clients du Credit. Les investissements sur les marchés émergents sont spéculatifs et nettement plus volatils que les investissements sur les marchés traditionnels. Ils impliquent notamment des risques politiques, économiques, monétaires, ainsi que d autres risques propres aux marchés. De plus, les investissements en monnaies étrangères sont soumis aux fluctuations des taux de change. Avant d effectuer une transaction, le client doit évaluer si celle-ci correspond à sa situation et examiner de manière indépendante (avec des spécialistes professionnels si nécessaire) les risques financiers spécifiques encourus et les conséquences de cette transaction en matière de crédits, ainsi que celles d ordre légal, réglementaire, fiscal et comptable. Il est interdit d envoyer, d introduire ou de distribuer le présent document ou une copie de celui-ci aux Etats-Unis ou de le remettre à une personne US (au sens de la Regulation S du US Securities Act de 1933, dans sa version actuellement en vigueur). Dans certaines juridictions, la divulgation de rapports de Research peut être restreinte par la législation locale. Ce rapport est distribué par le Credit, banque suisse soumise à l autorisation et à la réglementation de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers. Toute reproduction intégrale ou partielle du présent document est subordonnée à l autorisation écrite du Credit. Copyright 21 Credit Group SA et/ou entreprises liées. Tous droits réservés Monnaies (en %) CHF par monnaie étrangère 3 par EUR à 3 mois à 12 mois 29.7 à 3 mois à 12 mois CHF USD CAD GBP JPY CNY Source: Credit, Bloomberg, Datastream 1 prévisions 2 huit plus grands pays émergents 3 prévisions du prix de 1 JPY resp. CNY en CHF actions et obligations dans les monnaies locales, indice DJ UBS Commodities, or et indice CS Hedge Fund en USD 6 Les rendements historiques des actions et prévisions à 12 mois pour le MSCI World AC et le MSCI Emerging Markets tiennent compte des dividendes. 7 écart type attendu du rendement 8 : Credit LSI Ex-Eidgenossen, zone euro: Barclays EUR Investment Grade Corp., Etats-Unis: Barclays USD Investment Grade Corp., pays émergents: JPM GBI EM Global Diversified, marché monétaire (CHF): Libor 3M CHF Impressum Editeur Credit SA, Investment Strategy & Research, case postale 3, 87 Zurich Internet https://investment.credit-suisse.com Intranet (uniquement pour les collaborateurs) https://isrpublications.csintra.net Rédaction Maxime Botteron, Manuel Moser Contributions Oliver Adler, Denise Fries, Stefan Graber, Marcus Hettinger, Karsten Linowsky, Florence Lombardo, Claude Maurer, Philipp Waeber, Nora Wassermann, Jin Wiederkehr Adaptation française euroscript Layout LINE Communications AG, Zurich Direction de la production Manuel Moser

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue!

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Boussole Juin 2015 Divergence des indicateurs avancés Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Les règles du placement financier - Partie III Votre patrimoine,

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

Privilégier les actions et les emprunts d entreprise aux placements monétaires et aux emprunts d Etat AAA

Privilégier les actions et les emprunts d entreprise aux placements monétaires et aux emprunts d Etat AAA Swisscanto Asset Management SA Waisenhausstrasse 2 8021 Zurich Téléphone +41 58 344 49 00 Fax +41 58 344 49 01 assetmanagement@swisscanto.ch www.swisscanto.ch Politique de placement de Swisscanto pour

Plus en détail

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident

Plus en détail

Fonds Granite Financière Sun Life multirisques axés sur une date d échéance

Fonds Granite Financière Sun Life multirisques axés sur une date d échéance Fonds Granite Financière Sun Life multirisques axés sur une date d échéance REVUE DES FONDS, T1 2015 - Opinions au 7 avril 2015 POINTS SAILLANTS SOCIÉTÉ DE GESTION Placements mondiaux Sun Life inc. GESTIONNAIRES

Plus en détail

Septembre 2013. Baromètre bancaire 2013 L évolution conjoncturelle des banques en Suisse

Septembre 2013. Baromètre bancaire 2013 L évolution conjoncturelle des banques en Suisse Septembre 2013 Baromètre bancaire 2013 L évolution conjoncturelle des banques en Suisse Baromètre bancaire 2013 Executive summary 3 1 Evolution économique globale 1.1 Economie internationale 1.2 Suisse

Plus en détail

Un bilan mitigé : Performance des catégories de fonds spéculatifs avant et après la crise financière

Un bilan mitigé : Performance des catégories de fonds spéculatifs avant et après la crise financière Un bilan mitigé : Performance des catégories de fonds spéculatifs avant et après la crise financière Une étude menée par Vanguard 2012 Sommaire. Au cours d une étude précédente examinant diverses catégories

Plus en détail

Présentation au Cercle finance du Québec

Présentation au Cercle finance du Québec PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Québec, 19 janvier 1 Présentation au Cercle finance du Québec François Dupuis Vice-président et économiste en chef Mouvement des caisses Desjardins Matières premières

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

Présentation Macro-économique. Mai 2013

Présentation Macro-économique. Mai 2013 Présentation Macro-économique Mai 2013 1 Rendement réel des grandes catégories d actifs Janvier 2013 : le «sans risque» n était pas une option, il l est moins que jamais Rendement réel instantané 2,68%

Plus en détail

Informations générales 1 er trimestre 2015. Inform La politique monétaire dans le piège des taux bas

Informations générales 1 er trimestre 2015. Inform La politique monétaire dans le piège des taux bas Informations générales 1 er trimestre 2015 Inform La politique monétaire dans le piège des taux bas A propos de Swisscanto Swisscanto figure parmi les plus grands promoteurs de fonds de placement et prestataires

Plus en détail

Informations générales 2 e trimestre 2015. Inform Matières premières : aucune hausse de prix en vue

Informations générales 2 e trimestre 2015. Inform Matières premières : aucune hausse de prix en vue Informations générales 2 e trimestre 2015 Inform Matières premières : aucune hausse de prix en vue A propos de Swisscanto Swisscanto figure parmi les plus grands promoteurs de fonds de placement et prestataires

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

A PLUS FINANCE FONDS DE FONDS

A PLUS FINANCE FONDS DE FONDS FINANCE FONDS DE FONDS A PLUS DYNAMIQUE A PLUS PATRIMOINE A PLUS TALENTS A PLUS OBLIGATIONS RAPPORT DE AU 30-06-2015 COMMENTAIRE DE 1 er SEMESTRE 2015 Le premier semestre 2015 a été caractérisé par le

Plus en détail

Choc financier et prix des matières premières

Choc financier et prix des matières premières Choc financier et prix des matières premières Olivier BIZIMANA Direction des Études Économiques http://kiosque-eco.credit-agricole.fr 15 décembre 2008 1 Olivier Bizimana 33 (0)1.43.23.67.55 olivier.bizimana@credit-agricole-sa.fr

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA)

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA) La BNS capitule: Fin du taux plancher Alain Freymond (BBGI Group SA) Changement radical de politique monétaire le 15/1/2015 Les taux d intérêt négatifs remplacent le taux plancher 1. Abandon du taux plancher

Plus en détail

LE COMITÉ D INVESTISSEMENT DE LA GESTION PRIVÉE

LE COMITÉ D INVESTISSEMENT DE LA GESTION PRIVÉE DE LA GESTION PRIVÉE COMPTE RENDU DAVID DESOLNEUX DIRECTEUR DE LA GESTION SCÉNARIO ÉCONOMIQUE ACTIVITÉS La croissance économique redémarre, portée par les pays développés. Aux Etats-Unis, après une croissance

Plus en détail

La politique monétaire de la Banque du Canada

La politique monétaire de la Banque du Canada La politique monétaire de la Banque du Canada Conférence «Conjoncture et perspectives économiques 2011» Montréal, 9 décembre 2010 Laurent Martin Économiste et représentant principal Bureau du Québec, Banque

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Perspectives économiques 2013-2014

Perspectives économiques 2013-2014 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2013-2014 L amélioration de l économie atténuée par l incertitude politique Prix du pétrole:

Plus en détail

DORVAL FLEXIBLE MONDE

DORVAL FLEXIBLE MONDE DORVAL FLEXIBLE MONDE Rapport de gestion 2014 Catégorie : Diversifié International/Gestion flexible Objectif de gestion : L objectif de gestion consiste à participer à la hausse des marchés de taux et

Plus en détail

Le crédit lombard Une passerelle vers la flexibilité financière

Le crédit lombard Une passerelle vers la flexibilité financière Le crédit lombard Une passerelle vers la flexibilité financière Private Banking Investment Banking Asset Management Le crédit lombard. Une solution de financement flexible et intéressante. Vous avez besoin

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs Ben S. C. Fung (+852) 2878 718 ben.fung@bis.org Robert N. McCauley (+852) 2878 71 robert.mccauley@bis.org Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs La demande de comptes bancaires

Plus en détail

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité?

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Introduction On se souvient que le dollar canadien avait dépassé le seuil de la parité en 2008 avant la crise financière sous l impulsion de

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur.

Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur. Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur. Bienvenue. Des arguments qui comptent Les points forts des fonds de placement du Credit Suisse. De nets avantages Les fonds de placement:

Plus en détail

Perspectives 2015 Divergences

Perspectives 2015 Divergences NOVEMBRE 2014 Perspectives 2015 Divergences Jean-Sylvain Perrig, CIO Union Bancaire Privée, UBP SA Rue du Rhône 96-98 CP 1320 1211 Genève 1, Suisse Tél. +4158 819 21 11 Fax +4158 819 22 00 ubp@ubp.com

Plus en détail

OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012

OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012 OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012 DEGROOF GESTION 1 rond-point des Champs Elysées 75008 PARIS tél. 33 (0)1 45 61 55 55 - www.degroof.fr CARACTERISTIQUES DE L OPCVM Classification : Actions françaises

Plus en détail

Les matières premières : une baisse annoncée

Les matières premières : une baisse annoncée Que s'est-il passé en juillet? Commentaires de marché Focus Marchés Le carnage sur les matières premières et en Chine sur les marchés domestiques ont été les éléments essentiels dans ce qui fut un mois

Plus en détail

RAPPORT TECHNIQUE JOURNALIER

RAPPORT TECHNIQUE JOURNALIER RESEARCH TEAM RAPPORT TECHNIQUE JOURNALIER LIMITATION DE RESPONSABILITE & TRANSPARENCE Veuillez lire les clauses de limitation de responsabilite et de transparence en fin de rapport DIRECTION PERIODE STRATEGIE

Plus en détail

QUEL AVENIR POUR LE FRANC SUISSE?

QUEL AVENIR POUR LE FRANC SUISSE? QUEL AVENIR POUR LE FRANC SUISSE? GENÈVE, LE 11 AVRIL 2013 BRUNO JACQUIER BANQUE PRIVÉE PARTIE 1 LA PARITÉ DES POUVOIRS D ACHAT BANQUE PRIVÉE EDMOND DE ROTHSCHILD S.A. 2 EXPLICATION THÉORIQUE ÉQUILIBRE

Plus en détail

La guerre des devises, une source d opportunités Mars 2015

La guerre des devises, une source d opportunités Mars 2015 PERSPECTIVES La guerre des devises, une source d opportunités Mars 2015 Depuis le début de l année 2015, de nombreuses banques centrales à travers le monde ont abaissé leur taux d intérêt ou pris d autres

Plus en détail

Volume des opérations sur les marchés des changes et des produits dérivés Enquête triennale de la BRI: résultats pour la Suisse

Volume des opérations sur les marchés des changes et des produits dérivés Enquête triennale de la BRI: résultats pour la Suisse Communiqué de presse Embargo: jeudi 5 septembre 2013, 15 heures (heure d été d Europe centrale) Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 5

Plus en détail

TENDANCES CONJONCTURELLES Fiche de travail

TENDANCES CONJONCTURELLES Fiche de travail De quoi s agit-il? Le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) est le centre de compétence de la Confédération pour toutes les questions fondamentales de politique économique. La situation économique actuelle

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE 2 Section 1. Problématique de la gestion du risque de change Section 2. La réduction de l exposition de l entreprise au risque de change Section 3. La gestion du risque de

Plus en détail

Septembre 2011 Baromètre bancaire 2011. L'évolution conjoncturelle des banques en Suisse

Septembre 2011 Baromètre bancaire 2011. L'évolution conjoncturelle des banques en Suisse Septembre 2011 Baromètre bancaire 2011 L'évolution conjoncturelle des banques en Suisse Baromètre bancaire 2011 L évolution conjoncturelle des banques en Suisse Sommaire Executive Summary 3 1 Evolution

Plus en détail

Les stratégies de sortie de crise. Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 2013

Les stratégies de sortie de crise. Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 2013 Les stratégies de sortie de crise Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 213 S endetter est facile se désendetter devient un jour, obligatoire et risqué Page 2-22/7/211 ECO/EIS

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente?

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente? Point de marché Taux européens : Plus raide sera la pente? Depuis l atteinte, le 25 avril dernier, d un rendement de 0,06% pour l obligation allemande de maturité 10 ans, les taux d intérêt à long terme

Plus en détail

RAPPORT TECHNIQUE JOURNALIER

RAPPORT TECHNIQUE JOURNALIER RESEARCH TEAM RAPPORT TECHNIQUE JOURNALIER LIMITATION DE RESPONSABILITE & TRANSPARENCE Veuillez lire les clauses de limitation de responsabilite et de transparence en fin de rapport DIRECTION PERIODE STRATEGIE

Plus en détail

La baisse surprise des taux directeurs entraîne les taux de détail à la baisse

La baisse surprise des taux directeurs entraîne les taux de détail à la baisse février La baisse surprise des taux directeurs entraîne les taux de détail à la baisse Faits saillants L année a débuté dans un environnement difficile, favorisant de nouvelles baisses des taux d intérêt.

Plus en détail

RAPPORT TECHNIQUE JOURNALIER

RAPPORT TECHNIQUE JOURNALIER RESEARCH TEAM RAPPORT TECHNIQUE JOURNALIER LIMITATION DE RESPONSABILITE & TRANSPARENCE Veuillez lire les clauses de limitation de responsabilite et de transparence en fin de rapport EUR / USD Se consolide.

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Le marché suisse de l immobilier

Le marché suisse de l immobilier Asset Management Real estate research & strategy Pour investisseurs qualifiés Le marché suisse de l immobilier UBS Global Asset Management, Global Real Estate Research & Strategy - Switzerland Avril 2013

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Mise à jour - Janvier 2015 Giorgia Albertin Représentante Résidente pour la Tunisie Fonds Monétaire International Plan de l exposé

Plus en détail

DIRECTIVES DE PLACEMENT RISK BUDGETING LINE 5

DIRECTIVES DE PLACEMENT RISK BUDGETING LINE 5 DIRECTIVES DE PLACEMENT RISK BUDGETING LINE 5 29.06.2011 Groupe de placement Prisma Risk Budgeting Line 5 (RBL 5) Caractéristiques du groupe de placement 1. Le RBL 5 est un fonds composé d actifs susceptibles

Plus en détail

RAPPORT TECHNIQUE JOURNALIER

RAPPORT TECHNIQUE JOURNALIER RESEARCH TEAM RAPPORT TECHNIQUE JOURNALIER LIMITATION DE RESPONSABILITE & TRANSPARENCE Veuillez lire les clauses de limitation de responsabilite et de transparence en fin de rapport DIRECTION PERIODE STRATEGIE

Plus en détail

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Compte d exploitation 2013 Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Editorial Chère lectrice, cher lecteur, En 2013, Swiss Life a une nouvelle fois fait la preuve éclatante de sa stabilité financière,

Plus en détail

Dégradation de la note de la France un «non event»?

Dégradation de la note de la France un «non event»? 15 novembre 2013 6A, rue Goethe, L-1637 Luxembourg, Tel.: (+352) 26 895-1, Fax: (+352) 26 895-24 e-mail: secretariat@bcee-am.lu, www.bcee-assetmanagement.lu Dégradation de la note de la France un «non

Plus en détail

FONDS DE PLACEMENTS IMMOBILIERS SUISSES

FONDS DE PLACEMENTS IMMOBILIERS SUISSES FONDS DE PLACEMENTS IMMOBILIERS SUISSES Octobre 2011 Gabriela TURCATTI Jordi GUILLO SOMMAIRE IMMOBILIER SUISSE 3 CATÉGORIES L immobilier résidentiel 4 L immobilier commercial 5 L immobilier de bureau 5

Plus en détail

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH»

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» 193-202.qxp 09/11/2004 17:19 Page 193 L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» Département analyse et prévision de l OFCE La rentabilité des entreprises s'est nettement redressée en 2003 et 2004. Amorcée aux

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

Perspectives sur des politiques extraordinaires mises de l avant par les banques centrales

Perspectives sur des politiques extraordinaires mises de l avant par les banques centrales Perspectives sur des politiques extraordinaires mises de l avant par les banques centrales Ron Hanson Chef des placements L un des principaux points à surveiller au cours des prochains mois sera la réaction

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

Gestion de fortune intégrée

Gestion de fortune intégrée Gestion de fortune intégrée Exemple SA Profil du portefeuille Gestion de fortune intégrée Numéro de dépôt 0835-123456-75 01.01.2014 31.12.2014 www.credit-suisse.com Table des matières 1. Informations sur

Plus en détail

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Janone Ong, département des Marchés financiers La Banque du Canada a créé un nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien,

Plus en détail

Point de la situation pour les obligations

Point de la situation pour les obligations Point de la situation pour les obligations Inform informations générales à l intention des investisseurs institutionnels 3 e trimestre 2005 Situation initiale : composantes du taux d intérêt d un emprunt

Plus en détail

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD 1. Balance des paiements 1.1. Bases comptable ˆ Transactions internationales entre résident et non-résident

Plus en détail

Vontobel Investment Banking. Vontobel Voncash Optimiser les placements sur le marché monétaire avec des devises et de l or

Vontobel Investment Banking. Vontobel Voncash Optimiser les placements sur le marché monétaire avec des devises et de l or Vontobel Investment Banking Vontobel Voncash Optimiser les placements sur le marché monétaire avec des devises et de l or Optimiser les placements sur le marché monétaire avec des devises et de l or La

Plus en détail

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE La forte réduction de la dette extérieure durant la seconde moitié des années 2000, en contexte d envolée des importations des biens et services, a

Plus en détail

Du risque systémique à un retour aux données fondamentales?!

Du risque systémique à un retour aux données fondamentales?! Swisscanto Asset Management SA Waisenhausstrasse 2 8021 Zurich Téléphone +41 58 344 49 00 Fax +41 58 344 49 01 assetmanagement@swisscanto.ch www.swisscanto.ch Politique de placement de Swisscanto pour

Plus en détail

L action des banques centrales prolongera le rallye des actions. Pictet Asset Management Unité Stratégie

L action des banques centrales prolongera le rallye des actions. Pictet Asset Management Unité Stratégie CLASSES D ACTIFS Nous restons positifs à l égard des actions, dès lors que les politiques de relance monétaire devraient continuer de soutenir la reprise économique. ACTIONS: PAR RÉGION ET PAR STYLE Nous

Plus en détail

Taux de change. Calendrier des évènements de la semaine. Revue de marché hebdomadaire

Taux de change. Calendrier des évènements de la semaine. Revue de marché hebdomadaire Suite au puissant rebond des marchés action de jeudi, les marchés action se sont consolidés avec une légère hausse. Des ventes de détail moins bien qu'attendu ont été contrebalancés par une confiance des

Plus en détail

Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue?

Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue? 28 avril 2015 Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue? Beaucoup d espoir repose sur les entreprises du centre du pays pour permettre à la croissance économique de

Plus en détail

Question Marie-Thérèse Weber-Gobet / Benoît Rey Crise du marché financier et incidences pour le canton de Fribourg

Question Marie-Thérèse Weber-Gobet / Benoît Rey Crise du marché financier et incidences pour le canton de Fribourg Question Marie-Thérèse Weber-Gobet / Benoît Rey Crise du marché financier et incidences pour le canton de Fribourg QA3169.08 Question La crise du marché financier, dont l origine se trouve aux Etats-Unis,

Plus en détail

AS Equities Opportunity Switzerland (CHF)

AS Equities Opportunity Switzerland (CHF) AS Investment Management (CHF) Rapport annuel 2011 Philosophie d investissement AS Equities - Opportunity Switzerland est un fonds long-short en actions suisses, avec une faible corrélation au marché suisse.

Plus en détail

POLITIQUE DE PLACEMENT

POLITIQUE DE PLACEMENT BANQUE PRIVÉE - FÉVRIER 2015 POLITIQUE DE PLACEMENT MENSUEL DES INVESTISSEMENTS EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) S.A. - COMITÉ D INVESTISSEMENT EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) SA - COMITÉ D INVESTISSEMENT 2/12

Plus en détail

Moniteur des branches Industrie MEM

Moniteur des branches Industrie MEM Moniteur des branches Industrie MEM Octobre 2014 Editeur BAKBASEL Rédaction Florian Zainhofer Traduction Anne Fritsch, Verbanet GmbH, www.verbanet.ch Le texte allemand fait foi Adresse BAK Basel Economics

Plus en détail

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1 Affaires étrangè et Commerce International Canada Le Bureau de l économiste en chef Série de papiers analytiques L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada

Plus en détail

EN COULISSE GESTION DE PORTEFEUILLES RBC. Essoufflement des vents arrière, modestes ajustements à nos prévisions économiques

EN COULISSE GESTION DE PORTEFEUILLES RBC. Essoufflement des vents arrière, modestes ajustements à nos prévisions économiques EN COULISSE GESTION DE PORTEFEUILLES RBC ÉTÉ 20 90581 (07/20) CHRONIQUES 1 2 PERSPECTIVES DE PLACEMENT La croissance économique mondiale a ralenti au cours des derniers mois, principalement parce que les

Plus en détail

METAL ARGENT (Millions onces)

METAL ARGENT (Millions onces) R2D2 - Concours d'analyse matières premières 30 Avril 2013 ANALYSE FONDAMENTALE LA PART DE L'ARGENT INDUSTRIEL L industrie absorbe une part substantielle de la production du métal argent; 1200 1000 800

Plus en détail

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Je ne caractériserais pas la récente correction du marché comme «une dégringolade». Il semble

Plus en détail

Les taux d intérêt négatifs à l européenne feront-ils le saut au Canada?

Les taux d intérêt négatifs à l européenne feront-ils le saut au Canada? COMMENTAIRE Services économiques TD EN TERRITOIRE NÉGATIF Les taux d intérêt négatifs à l européenne feront-ils le saut au Canada? Faits saillants Le renforcement des mesures de stimulation monétaire à

Plus en détail

Perspectives de l économie mondiale

Perspectives de l économie mondiale Études économiques et financières Perspectives de l économie mondiale Octobre 215 Distribution préliminaire Avant-propos, résumé analytique et chapitre 1 L ajustement au repli des prix des produits de

Plus en détail

Nouvelle vague d assouplissement 1

Nouvelle vague d assouplissement 1 Nouvelle vague d assouplissement 1 Ces derniers mois, une vague d assouplissement des politiques monétaires, largement inattendue, a mobilisé l attention des marchés financiers mondiaux. Dans un contexte

Plus en détail

Gamme UBS DOCU Placement en devises avec optimisation du rendement lors d un marché stable.

Gamme UBS DOCU Placement en devises avec optimisation du rendement lors d un marché stable. ab Gamme UBS DOCU Placement en devises avec optimisation du rendement lors d un marché stable. Optimisation Le DOCU constitue une alternative intéressante aux actions ou aux liquidités et dispose d un

Plus en détail

2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée?

2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée? Flash Stratégie Janvier 2015 2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée? Jean Borjeix Paris, le 20 janvier 2015 Dans ce document nous allons tout d abord rapprocher nos

Plus en détail

GENERALI INVESTMENTS EUROPE GF FIDELITE FR0010113894 15 juin 2015

GENERALI INVESTMENTS EUROPE GF FIDELITE FR0010113894 15 juin 2015 Sur la période 11 mai 2015 au 10 juin 2015, la performance du fonds est en retrait de -1.04% par rapport à son indicateur de référence*. Néanmoins, depuis le début d année, GF Fidélité surperforme son

Plus en détail

L instabilité politique en Ukraine et en Grèce sont aussi des éléments qui peuvent continuer à perturber les marchés.

L instabilité politique en Ukraine et en Grèce sont aussi des éléments qui peuvent continuer à perturber les marchés. L année 2014 s achève, pour l indice boursier français, au niveau où elle a commencé, le CAC 40 a perdu - 0,5% sur l année, l indice européen (l Eurostoxx 50) a lui gagné + 2,82%, alors que l indice américain

Plus en détail

Les mesures adoptées et la réduction des risques à court terme ont revigoré les marchés 1

Les mesures adoptées et la réduction des risques à court terme ont revigoré les marchés 1 Les mesures adoptées et la réduction des risques à court terme ont revigoré les marchés 1 Au cours des trois mois écoulés jusqu à début décembre, les prévisions en matière de croissance économique mondiale

Plus en détail

Credit Suisse Invest Le nouveau conseil en placement

Credit Suisse Invest Le nouveau conseil en placement Credit Suisse Invest Le nouveau conseil en placement Vos besoins au centre Credit Suisse Invest Mandate Expert Partner Compact 2 / 20 4 Des arguments qui font la différence Profitez d un conseil en placement

Plus en détail

ANTICIPATIONS HEBDO. 16 Février 2015. L'élément clé durant la semaine du 9 Février 2015

ANTICIPATIONS HEBDO. 16 Février 2015. L'élément clé durant la semaine du 9 Février 2015 Direction de la Recherche Economique Auteur : Philippe Waechter L'élément clé durant la semaine du 9 Février 2015 Le premier point cette semaine porte sur la croissance modérée de la zone Euro au dernier

Plus en détail

Rapport intermédiaire. Comptes du Groupe au 30 juin 2015

Rapport intermédiaire. Comptes du Groupe au 30 juin 2015 Rapport intermédiaire Comptes du Groupe au 30 juin 2015 2 Message des présidents En présentant de très bons résultats semestriels dans un environnement global incertain, la BCV démontre une nouvelle fois

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive!

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive! Allianz Suisse Case postale 8010 Zurich www.allianz-suisse.ch Info Finance 01 YDPPR267F et Prévoyance Édition 01, mars 2013 EXCÉDENTS LPP En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale

Plus en détail

Perspectives du marché pétrolier et évolution du fonds LFP ENFA Vision Pétrole

Perspectives du marché pétrolier et évolution du fonds LFP ENFA Vision Pétrole Perspectives du marché pétrolier et évolution du fonds LFP ENFA Vision Pétrole Cette Lettre Vision Pétrole aborde les perspectives du marché pétrolier et informe des modifications du fonds LFP ENFA Vision

Plus en détail

Floored Floater. Cette solution de produit lui offre les avantages suivants:

Floored Floater. Cette solution de produit lui offre les avantages suivants: sur le taux d intérêt LIBOR CHF à trois mois avec emprunt de référence «Newmont Mining» Floored Floater sur le taux d intérêt EURIBOR EUR à trois mois avec emprunt de référence «Newmont Mining» Dans l

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

Le crédit bancaire au secteur privé

Le crédit bancaire au secteur privé Le crédit bancaire au secteur privé en Belgique M. Hradisky * Après des taux de croissance de plus de 1 p.c. en rythme annuel au cours de l année, la progression des crédits au secteur privé en Belgique

Plus en détail

Inflation + 2020. Le capital investi est garanti à l échéance, sauf en cas de défaut de l émetteur

Inflation + 2020. Le capital investi est garanti à l échéance, sauf en cas de défaut de l émetteur Inflation + 2020 Le capital investi est garanti à l échéance, sauf en cas de défaut de l émetteur L investisseur supporte le risque de crédit de l émetteur, Crédit Agricole CIB Un horizon de placement

Plus en détail