La dynamique du cycle européen reste robuste en dépit des incertitudes sur la Grèce

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La dynamique du cycle européen reste robuste en dépit des incertitudes sur la Grèce"

Transcription

1 CONVICTIONS Conclusions du comité d investissement mensuel de Natixis Asset Management Juillet 2015 ANALYSE MACROECONOMIQUE La dynamique du cycle européen reste robuste en dépit des incertitudes sur la Grèce Analyse du contexte et scénario central ALLOCATION GLOBALE MULTICLASSES D ACTIFS Neutralisation de la surpondération en actions en raison de la montée des risques (Fed, Grèce, Chine) Analyse et allocation stratégique et tactique Zoom sur OBLIGATAIRE L accord en Grèce réduit temporairement les risques. Les taux allemands restent un peu élevés en raison du resserrement de la Fed attendu en septembre. Les spreads souverains et de crédit ont diminué mais les flux sont peu nombreux. ACTIONS EUROPEENNES Nous restons positifs sur les actions européennes en raison de l amélioration de l environnement macro-économique en Europe. Etant donné les fortes incertitudes qui demeurent quant à l approbation des réformes par les parlements Européens et Grec en particulier, nous restons prudents à court terme et privilégions des retours d achats opportunistes. TAUX GLOBAL EMERGENTS Des marchés émergents relativement immunes à la Grèce et à la baisse des actions chinoises

2 ANALYSE MACROECONOMIQUE Recherche économique Tout au long du mois de juin et jusqu'à la mi-juillet, les investisseurs ont été conditionnés par le bras de fer entre la Grèce, le FMI, l'union Européenne et la BCE. Chacun était attentif à un éventuel dérapage qui aurait été pénalisant pour l'ensemble de la zone. L'accord trouvé ne satisfait personne totalement mais il permet de trouver des solutions dans un cadre institutionnel a priori stable. Jusqu'à présent ces craintes n'ont pas eu d'effet clair sur la macroéconomie notamment en zone Euro où la reprise se poursuit. Scénario macro central Economie américaine La croissance américaine a repris une allure modérée après un premier trimestre légèrement négatif. Les ménages sont un support significatif de cette amélioration. Dans le même temps les ventes de maisons se sont accélérées, ce qui devrait se traduire par une hausse de l'investissement résidentiel. En revanche, l'investissement des entreprises reste fragile. Le profil des commandes de biens d'équipement ne plaide pas pour une hausse significative. L'économie retrouve la tendance observée depuis la reprise au T soit une progression de 2.2% en taux annuel. Economie Chinoise Sur un an, la croissance de l'économie a été stable entre le premier et le deuxième trimestre de cette année à 7% sur chacun des 2 trimestres. On relève cependant la forte contribution des activités financières au cours du printemps, soit au moment où la bulle constatée sur le marché des actions s'accentuait. Au cours de l'été, après l'éclatement de la bulle, le profil de la croissance sera davantage porté par les composantes habituelles (consommation et investissement) dont le profil traduit une économie peu dynamique malgré les interventions des autorités. Economie globale Enquêtes PMI/Markit et ISM Les enquêtes menées auprès des chefs d entreprise révèlent une progression modérée de l activité mondiale. Elle reste tirée par les pays développés. Aux Etats-Unis, l indice ISM a poursuivi son rebond entamé au mois de mai. En zone Euro, la reprise se poursuit. L activité a tendance à se modérer au Royaume-Uni et se stabiliser au Japon. Elle continue de se contracter dans les BRIC. Enquêtes Pays Emergents Economie de la zone Euro Les chiffres de la zone Euro n'ont pas été perturbés outre-mesure par la dramaturgie qui se jouait à Athènes. Les enquêtes menées auprès des chefs d'entreprise sont toujours robustes et la trajectoire des crédits aux entreprises traduit désormais une croissance positive et cela devrait se prolonger au regard de l'enquête de la BCE auprès des banques commerciales. Derrière ces chiffres, la dynamique de l'investissement se met en marche et devrait s'améliorer au cours des prochains mois, c'est une étape essentielle pour l'accélération dans la durée du cycle de la zone Euro. L indice d activité des pays émergents demeure inférieur à 50, signalant une contraction du secteur manufacturier. C est le même constat pour l indice BRIC. Au sein de ce dernier, seule l Inde voit une progression de son activité, à un rythme plus modéré en juin. En Chine, en Russie et d une manière beaucoup plus prononcée au Brésil, l activité continue de se détériorer ce qui pèse sur la dynamique de l économie mondiale.

3 Indicateurs Croissance et inflation Croissance moyenne Inflation Moyenne USA Japon Zone Euro Royaume Uni Chine France Taux directeurs Source : Recherche économique / Natixis AM Fin d'année Politique Monétaire Taux d'intérêt de long Terme (10 ans) USA Japon Zone Euro Royaume Uni Source : Recherche économique / Natixis AM Focus Politique monétaire L'inflation ne s'accélère toujours pas et le repli du prix du pétrole attendu après l'accord avec l'iran devrait se traduire par une tendance légèrement baissière. Les chiffres relatifs au taux d'inflation sous-jacent sont modérés partout n'incitant pas les banques centrales à durcir le ton très rapidement. On notera aussi que le taux d'inflation au Japon est désormais voisin de % (total et sous-jacent) et est très éloigné de l'objectif de 2% fixé par la banque centrale japonaise. Les abenomics cherchent un second souffle. En zone Euro, la BCE ne modifiera pas le cadre de taux d'intérêt bas qu'elle avait défini en juin 2014 et ses achats d'actifs, davantage élargi aux agences gouvernementales désormais, seront maintenus jusqu'en septembre 2016 au moins. La Fed, par la voix de Janet Yellen, a, une fois encore, réitéré sa volonté de remonter ses taux d'intérêt en Ce mouvement, que ne justifie pas franchement la dynamique de l'activité et le dollar élevé, sera limité en 2015 et ne prendra pas une ampleur excessive en Cependant, elle souhaite reprendre la main et le long temps qu'elle met à annoncer son changement reflète la volonté de ne pas brusquer les anticipations des investisseurs et des ménages. Il faudra par la suite qu'elle adapte sa communication. Quant au point de départ dans ces conditions: ce sera 2015 mais septembre ou décembre n'est pas très important.

4 ALLOCATION GLOBALE MULTICLASSES D ACTIFS Pôle d expertise Investissement et solutions clients Face à la montée des risques (Fed, Grèce, Chine), nous réduisons à la neutralité notre exposition globale aux actions, tout en conservant une surexposition aux actions des pays développés contre actions émergentes. Portefeuille modèle théorique Les vues utilisées pour construire le portefeuille modèle sont cohérentes avec celles des spécialistes, mais peuvent aboutir à des pondérations relatives au benchmark différentes de celles des portefeuilles modèles mono-classe d actif.

5 Scénario central allocation globale Taux En zone Euro, après avoir longtemps espéré un accord à l arraché entre la Grèce et ses créanciers, l annonce surprise du référendum au beau milieu des négociations de la dernière chance pour éviter le défaut grec tétanise les marchés. Cette annonce a provoqué un écartement relativement modéré des spreads des souverains périphériques menacés par une possible contagion. L évolution du Bund est imprévisible : traditionnellement apprécié comme valeur refuge en cas de crise par les investisseurs de la zone Euro, son appréciation reste limitée. Les investisseurs hors zone Euro sont vendeurs préférant la sécurité du T-note et du dollar américain et les flux semblent s équilibrer. A l opposé des tensions politiques en zone Euro, l activité se redresse graduellement aux Etats- Unis. Le communiqué de la FED du 18 juin fait état de l amélioration de la consommation des ménages et du marché du travail. Le consensus se renforce pour une première hausse des taux en Septembre. Enfin, les marchés du crédit subissent des conditions de liquidités difficiles notamment lors des phases de correction. 40% 35% 30% 25% 20% 15% 10% 5% 0% -5% -10% -15% -20% -25% Cycle mondial Pays émergents*: imports de biens d'investissement (%g.a.) Source: Bloomberg, Datastream Le croissance mondiale est freinée par le retournement de l investissement dans les pays émergents. Actions Si le stress lié aux négociations entre la Grèce et ses créanciers devient plus aiguë depuis l annonce du référendum, les actions de la Zone Euro affichent des performances en ligne avec les autres marchés sur le mois de juin et conservent une large avance depuis le début d année. Nous avons néanmoins préféré la prudence, réallouant depuis début mai nos investissements euro vers les actions américaines et japonaises. Nous restons sous-pondérés sur les actions asiatiques hors Japon et sur les marchés émergents par rapports aux marchés développés. Devises La parité Euro / Dollar évolue toujours autour de 1.10$ et la volatilité est toujours de mise avec la situation grecque. Nous pensons toujours qu un rebond de l euro est possible à moyen terme, notamment avec des perspectives de resserrement monétaire moindre aux Etats Unis à l horizon 2016, mais conservons une vue tactique neutre. Marchés Marchés actions: prix des indices en monnaie locale Indice S&P 500 (Etats-Unis) EuroStoxx (zone euro) Source: Bloomberg 80 01/13 04/13 07/13 10/13 01/14 04/14 07/14 10/14 01/15 04/15 07/15 Les incertitudes grecques nourrissent la volatilité sur les actions européennes. Matières premières Le brut est repassé dans le rouge en juin avec les inquiétudes sur la surabondance de l offre et l impact sur la croissance européenne d une éventuelle sortie de la Grèce de la zone euro. Les métaux industriels ont fait les frais de la baisse de la demande chinoise. A l inverse, les matières premières agricoles se sont envolées (+15,5%). Les pluies abondantes aux US et insuffisantes en Europe ont fortement impacté les rendements des deux côtés de l Atlantique.

6 OBLIGATAIRE Pôle d expertise Taux L accord en Grèce réduit temporairement les risques. Les taux allemands restent un peu élevés en raison du resserrement de la Fed attendu en septembre. Les spreads souverains et de crédit ont diminué mais les flux sont peu nombreux. Analyses de marchés & perspectives L accord sur la Grèce éloigne le risque d une sortie du pays de la zone euro. Les modalités du troisième plan d aide offre cependant peu de certitudes sur la capacité de la Grèce à retrouver la croissance. La réaction des marchés financiers est finalement très faible. Les spreads périphériques ont effacé l écartement précédent revenant vers 120 pdb sur les 10 ans en Italie ou en Espagne. L absence de flux est symptomatique d un accord qui ne résout rien. Le marché de taux apparaît également sans tendance. Le 10 ans allemand offre une décote limitée à 10 pdb environ par rapport à sa valeur d équilibre (0,76%). La pentification du 5-10 ans (72 pdb) depuis mi-avril reste intacte. La communication de la Fed semble préfigurer une première hausse des taux en septembre. Les taux longs européens intégreront probablement une prime liée au resserrement monétaire aux États-Unis. En termes d allocation, nos expositions en dettes souveraines périphériques sont maintenues. Certains segments de maturités sur les pays core (Pays-Bas, France) offre de la valeur relative face à l emprunt allemand. En revanche, le ralentissement des achats de covered bonds de la BCE réduit l attractivité de la classe d actifs. Nous optons pour la neutralité ainsi que sur les agences. Le crédit demeure sous pression. L allongement des maturités et la faible capacité des teneurs de marché à apporter de la liquidité dégrade les spreads en particulier sur les échéances longues. Nos positions TAUX MOYEN ET LONG TERME Sur les fonds souverains nous avons géré tactiquement les mouvements récents: notre surexposition sur l Allemagne cherchait à couvrir le risque d une contagion du cas Grec sur les dettes périphériques, notre surexposition sur l Espagne qui a été réduite en Juin. Cet été, l absence de flux (ventes ou achats) pourrait favoriser, comme en avril et comme souvent en période estivale, une volatilité plus importante et des mouvements techniques. Les élections portugaise et espagnole dans les mois à venir pourraient alimenter de nouvelles craintes politiques mais les marchés obligataires semblent accorder une grande confiance à la BCE en cas de remous. TAUX MONÉTAIRES Le 03 juin la BCE a laissé ses taux directeurs inchangés: refi" à 0.05%, taux de facilité de prêt marginal à 0.30% et taux de facilité de dépôt à -0.20%. Lors de sa conférence de presse Mr Draghi a réaffirmé que les mesures (QE) mises en place par l'institution seraient menées à leur terme selon le calendrier prévu jusqu en septembre La BCE a en outre étendu son programme de rachat de dettes aux obligations d'entreprises publiques de la zone euro intervenant sur les marchés d'infrastructures ou de l'énergie commençant ainsi à s'engager sur la voie du rachat de dettes corporates. Toutefois les marchés obligataires et actions de la zone euro ont continué d enregistrer une très forte volatilité. Ainsi le taux de rendement du Bund 10 ans est-il passé de son plus bas de mi-avril à 0.073% à 0.485% fin mai puis à 0.76% fin juin après avoir touché un point haut à 0.92% et cela en raison des incertitudes liées au referendum grec pouvant conduire ce pays à une sortie de la zone euro. En revanche les taux et spreads du marché monétaire ont poursuivi leur mouvement de baisse. La moyenne de l'eonia s'affiche en baisse à -11.9bps en juin contre -10.6bps en mai. Dans ce contexte l allocation TF du portefeuille modèle «tactique» se situe dans la fourchette [80%;100%]. Concernant le choix des actifs, la gestion maintient son objectif de diversification sur les émetteurs "corporates".

7 Portefeuille souverain VUE GLOBALE 06/ /2015 Duration - euro : surexposition - euro : neutre Courbes - aplatissement - aplatissement Indexées Sélection pays - taux réels euro : neutre - taux réels euro : neutre core Surpondérer Surpondérer La sélectivité reste importante dans nos choix pays avec une forte différence entre l Allemagne, les autres pays Core et les pays périphériques. semi-core Surpondérer Surpondérer périphériques Surpondérer Surpondérer CRÉDIT Nous maintenons un biais positif sur le marché du crédit. Récemment, les spreads se sont écartés et ont été très volatils sur fond d'incertitude forte sur le futur de la Grèce au sein de la zone Euro. Cependant, les niveaux de valorisation actuels sont attractifs. Dans le cadre d'un scenario adverse de sortie de la Grèce de la zone Euro, nous pensons que la BCE pourrait mettre en œuvre des mesures pour limiter la contagion aux pays périphériques.la liquidité reste faible sur le marché secondaire. Le spread moyen contre Libor de l'indice Barclays Euro Aggregate Corp index s'est écarté sur le mois de 19bps à 85bps, sa performance mensuelle est négative de 1.97%. Vues crédit euro à 2 mois VUE GLOBALE 06/ 2015* 08/ 2015* VUE SECTORIELLE IG 06/ 2015 * 08/ 2015 * Covered** = + Cycliques = = ABS + + Défensives = = Corporate High Yield Corporate Investment Grade + + Financières =/+ Banques subordonnées Banques séniors Convertibles +/+ +/+ Assurances + + Convertibles : Notre vue positive demeure forte dans une vision à moyen terme. A court terme nous n excluons pas de la volatilité compte tenu de l environnement incertain. La volatilité implicite des convertibles a légèrement baissé pour se stabiliser sur un niveau historiquement juste. Le marché primaire milite pour des valorisations fortes. Nous conservons une exposition en delta supérieure au benchmark autour de 10bp. High Yield : Nous restons positifs sur le marché du high yield car ce sont des risques exogènes qui impacte la volatilité du marché et non une remise en cause de la qualité de crédit. Nous sommes positifs sur les fondamentaux high yield, les flux sont relativement résistants et le primaire attend une stabilisation du marché pour se rouvrir. La valorisation représente aujourd hui un point d entrée pour un investisseur qui croit en la résolution du problème grec * Applicable jusqu à

8 TAUX EMERGENTS Des marchés émergents relativement immunes à la Grèce et à la baisse des actions chinoises Analyses de marchés & perspectives Le non remboursement par la Grèce fin juin de son prêt au FMI a été le principal évènement du mois même si cela n était pas une véritable surprise. La baisse du marché actions chinoises a également été un évènement majeur. Fin juin, la Banque centrale de Chine annonçait toute une série de mesures d assouplissement monétaires afin de stabiliser le marché. La plupart des marchés actions asiatiques étaient également sous pression entrainant de fait les devises associées à la baisse. Le crédit souverain EM était relativement immune à ces évènements même si le spread s élargissait légèrement. Le carry continue d offrir de la protection et la quasi absence d émissions constitue un solide facteur technique. Sur le mois l indice EMBIG global Diversified sous performait de 1.56%, l Investment grade de 1.85% et le high yield de 1.14%. La dette locale quant à elle retraçait de 1.22% même si aucun évènement spécifique n était à signaler. Des taux d intérêt plus élevés, une incertitude croissante supportaient le dollar US qui gagnait du terrain contre l ensemble des devises. Sur juin, l indice EMFX baissait de 0.85%. Flux cumules sur les fonds Taux dette pays développés et pays Emergents -Flux DM : le début d un retournement? -Flux EM : désormais stables après les importantes sortie sdde 2013 et 2014 Nos positions SCÉNARIO CENTRAL Nous continuons à penser que les taux d intéret US devraient rester cappés mais sous pression haussière. Nous continuons d être sous exposés en duration et favorisons toujours le high yield même si nous reconnaissons que certains émetteurs IG commencent à avoir de la valeur. Nous n avons aucune diversification sur les taux locaux et l EMFX. Globalement nous avons toujours un bais positif sur la dette externe. Principaux risques associés Le risque principal n est plus celui de la hausse des taux US mais celui d une crise en Europe liée à une non résolution de la situation grecque.

9 ACTIONS EUROPEENNES Pôle d expertise Actions européennes Nous restons positifs sur les actions européennes en raison de l amélioration de l environnement macro-économique en Europe. Etant donné les fortes incertitudes qui demeurent quant à l approbation des réformes par les parlements Européens et Grec en particulier, nous restons prudents à court terme et privilégions des retours d achats opportunistes. Analyses de marchés & perspectives Evolution du MSCI Europe Small Caps / MSCI Europe DNR Volatilité implicite Euro Stoxx 50 / S&P 500 Source : Bloomberg Source : Bloomberg Nos positions SCÉNARIO CENTRAL En raison du momentum positif sur l environnement macroéconomique en Europe et malgré les incertitudes économiques, sociales et politiques en Grèce, nous restons positifs sur les actions européennes. Dans notre allocation sectorielle, nous privilégions les secteurs de la Consommation Durable (Automobile, Media) mais sommes neutres sur les valeurs du Luxe dont les résultats sont pénalisés par les effets de change. Nous maintenons notre surpondération des secteurs de la Santé/Pharmacie, des Banques, des Télécommunications (pour le rendement et la consolidation) et dans la Technologie des Software et des Services. Nous sommes neutres sur l Energie, les Matériaux, la Consommation non durable, l Assurance et l Immobilier. Nous sous pondérons les biens d équipement et les Utilities. Nous ne privilégions pas de zone géographique et n adoptons pas de biais de capitalisation boursière. Principaux risques associés Approbation des réformes grecques par les parlements européens. Situation économique, sociale et politique en Grèce. Evolution de la zone Euro. Situation économique en dehors de l Europe. Evolution des politiques monétaires en Europe et aux Etats-Unis. Evolution de la parité de change Euro/USD. Evolution du prix du pétrole.

10 NATIXIS ASSET MANAGEMENT En bref Avec 333,5 milliards d'euros sous gestion et 648 collaborateurs (1), Natixis Asset Management se place aux tout premiers rangs des gestionnaires d'actifs européens. Natixis Asset Management offre à ses clients (investisseurs institutionnels, entreprises, banques privées, distributeurs et réseaux bancaires), des solutions sur mesure, innovantes et performantes, organisées autour de 6 grandes expertises de gestion : Taux : couvre l ensemble de l univers obligataire européen : monétaire, souverain, crédit, inflation, aggregate, convertibles ; Actions européennes : délivre une gestion fondamentale active et propose une gestion value sur les segments des grandes, moyennes et petites capitalisations européennes ; Investissement et solutions clients : offre des produits et services sur mesure en gestion d allocation globale, notamment pour le compte de clientèles institutionnelles, de grandes entreprises, de banques et de compagnies d assurance vie. Global émergent développé par Emerise (2) : offre une gestion active et bottom-up sur les actions émergentes ; Structurés et volatilité développé par Seeyond (3) : propose des solutions innovantes cherchant à allier la recherche de performance et de réduction du risque à travers une offre de gestion structurée, allocation d actifs flexible, gestion active de volatilité, gestions modélisées actions et active protégée. Investissement responsable développé par Mirova (4) : propose une approche globale de l investissement responsable : actions, taux, financement des infrastructures, Impact investing (5) et conseil en vote et engagement. L offre de Natixis Asset Management est commercialisée par la plateforme de distribution mondiale de Natixis Global Asset Management, qui offre un accès aux expertises de plus de vingt sociétés de gestion présentes aux États-Unis, en Asie et en Europe. (1) Source : Natixis Asset Management 31/03/2015. (2) Emerise est une marque de Natixis Asset Management et Natixis Asset Management Asia Limited, basée à Paris et Singapour (3) Seeyond est une marque de Natixis Asset Management. (4) Mirova est filiale à 100% de Natixis Asset Management. (5) Impact investing : gestion à fort impact social/environnemental.

11 CONTRIBUTEURS Michael AFLALO - directeur Solutions institutionnelles et réseaux - Pôle d expertise Investissement et solutions clients Philippe BERTHELOT - directeur Crédit - Pôle d expertise Taux Emmanuel BOURDEIX - codirecteur des gestions de Natixis AM - Responsable du pôle d expertise Seeyond en gestions de volatilité et produits structurés Axel BOTTE - stratégiste obligataire - Pôle d expertise Taux Olivier DE LAROUZIÈRE - directeur Obligataire - Pôle d expertise Taux Laurence FRÉTILLE - product specialist - Pôle d expertise Actions européennes Raphaël GALLARDO - stratégiste - Pôle Investissement et solutions clients Ibrahima KOBAR - codirecteur des gestions de Natixis AM - Responsable du pôle d expertise Taux Brigitte LE BRIS - directeur Taux internationaux et devises - Pôle d expertise Taux Yves MAILLOT directeur Actions européennes - pôle d expertise Actions européennes Franck NICOLAS directeur Investissement et solutions clients pôle d expertise Investissement et solutions clients Alain RICHIER - directeur Monétaire - Pôle d expertise Taux Philippe WAECHTER - Directeur recherche économique Coordination : Pôle Investissement et Solutions Clients de Natixis Asset Management Direction de la Communication Source : Comité d investissement stratégique

12 Natixis Asset Management Société anonyme au capital de ,76 Agrément AMF n GP RCS Paris n , quai d Austerlitz Paris cedex 13 - Tél Ce document est destiné à des clients professionnels au sens de la Directive MIF. Il ne peut être utilisé dans un but autre que celui pour lequel il a été conçu et ne peut pas être reproduit, diffusé ou communiqué à des tiers en tout ou partie sans le consentement préalable et écrit de Natixis Asset Management. Aucune information contenue dans ce document ne saurait être interprétée comme possédant une quelconque valeur contractuelle. Ce document est produit à titre purement indicatif. Il constitue une présentation conçue et réalisée par Natixis Asset Management à partir de sources qu elle estime fiables. Natixis Asset Management se réserve la possibilité de modifier les informations présentées dans ce document à tout moment et sans préavis et notamment en ce qui concerne la description des processus de gestion qui ne constitue en aucun cas un engagement de la part de Natixis Asset Management. Natixis Asset Management ne saurait être tenue responsable de toute décision prise ou non sur la base d une information contenue dans ce document, ni de l utilisation qui pourrait en être faite par un tiers. Les chiffres des performances citées ont trait aux années écoulées. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Les analyses et les opinions mentionnées dans le présent document représentent le point de vue de l auteur référencé, sont à la date indiquée et sont susceptibles de changer. Il n y aucune garantie que les développements futurs correspondront à ceux prévus dans le présent document. Lorsque la réglementation locale l exige, ce document est fourni uniquement sur demande écrite. Aux pays francophones de l UE, le présent document est fourni aux Clients Professionnels par NGAM S.A. ou sa succursale sous-mentionnée. NGAM S.A. est une société de gestion luxembourgeoise qui est autorisée par la Commission de Surveillance du Secteur Financier, constituée conformément à la loi luxembourgeoise et immatriculée sous le numéro B Siège social de NGAM S.A. : 2, rue Jean Monnet, L-2180 Luxembourg, Grand-Duché de Luxembourg. France : NGAM Distribution (n RCS Paris). Siège social: 21 quai d Austerlitz, Paris. En Suisse, le présent document est fourni aux Investisseurs Qualifiés (Qualified Investors) par NGAM, Switzerland Sàrl. Les entités susmentionnées sont des unités de développement commercial de Natixis Global Asset Management, la holding d un ensemble divers d entités de gestion et de distribution de placements spécialisés présentes dans le monde entier. Bien que Natixis Global Asset Management considère les informations fournies dans le présent document comme fiables, elle ne garantit pas l exactitude, l adéquation ou le caractère complet de ces informations.

PERSPECTIVES ALLOCATION

PERSPECTIVES ALLOCATION PERSPECTIVES ALLOCATION Document destiné aux clients professionnels Guerre des changes : fin de l acte II? Raphaël Gallardo Stratégiste - Investissement et Solutions Clients D ans un monde marqué par un

Plus en détail

PERSPECTIVES ALLOCATION

PERSPECTIVES ALLOCATION PERSPECTIVES ALLOCATION Document destiné aux clients professionnels Sous le signe des taux Raphaël Gallardo Stratégiste - Investissement et Solutions Clients L e rally sur les marchés actions des pays

Plus en détail

La zone Euro retrouve une dynamique plus robuste et la BCE maintient le cap sur le QE

La zone Euro retrouve une dynamique plus robuste et la BCE maintient le cap sur le QE CONVICTIONS Conclusions du comité d investissement mensuel de Natixis Asset Management Mai 2015 ANALYSE MACROECONOMIQUE La zone Euro retrouve une dynamique plus robuste et la BCE maintient le cap sur le

Plus en détail

Décrochage de la bourse chinoise : y a-t-il des risques pour les marchés actions européens?

Décrochage de la bourse chinoise : y a-t-il des risques pour les marchés actions européens? Décrochage de la bourse chinoise : y a-t-il des risques pour les marchés actions européens? 11 JANVIER 2016 Par Yves Maillot Directeur gestion actions européennes Natixis Asset Management S uite au fort

Plus en détail

La baisse du prix de l'énergie va peser sur l'inflation et inciter les banques centrales à rester accommodantes

La baisse du prix de l'énergie va peser sur l'inflation et inciter les banques centrales à rester accommodantes CONVICTIONS Conclusions du comité d investissement mensuel de Natixis Asset Management Janvier 2015 ANALYSE MACROECONOMIQUE La baisse du prix de l'énergie va peser sur l'inflation et inciter les banques

Plus en détail

Une dynamique favorisée par la baisse du prix du pétrole

Une dynamique favorisée par la baisse du prix du pétrole CONVICTIONS Conclusions du comité d investissement mensuel de Natixis Asset Management Décembre 2014 ANALYSE MACROECONOMIQUE Une dynamique favorisée par la baisse du prix du pétrole Analyse du contexte

Plus en détail

France et Allemagne : deux moteurs aux régimes distincts

France et Allemagne : deux moteurs aux régimes distincts France et Allemagne : deux moteurs aux régimes distincts Philippe Waechter Directeur de la recherche économique de Natixis AM L a dynamique de l'économie française est-elle franchement différente de celle

Plus en détail

Inflation américaine % Chômage américain %

Inflation américaine % Chômage américain % FLASH MARCHÉS Rédigé le 17 juin 2013 Violent décrochage de la dette émergente : l opportunité d accroître ses positions? Le point avec Brigitte Le Bris, directeur taux internationaux et devises, Clothilde

Plus en détail

ANTICIPATIONS HEBDO. 16 Février 2015. L'élément clé durant la semaine du 9 Février 2015

ANTICIPATIONS HEBDO. 16 Février 2015. L'élément clé durant la semaine du 9 Février 2015 Direction de la Recherche Economique Auteur : Philippe Waechter L'élément clé durant la semaine du 9 Février 2015 Le premier point cette semaine porte sur la croissance modérée de la zone Euro au dernier

Plus en détail

Stratégie d investissement 2015 AUTOMOBILE CLUB DE FRANCE MARDI 13 JANVIER 2015

Stratégie d investissement 2015 AUTOMOBILE CLUB DE FRANCE MARDI 13 JANVIER 2015 Stratégie d investissement 2015 AUTOMOBILE CLUB DE FRANCE MARDI 13 JANVIER 2015 PERFORMANCE DES MARCHÉS ACTIONS EN 2014 (EN EURO) PERFORMANCE DES MARCHÉS OBLIGATAIRES EN 2014 (DEVISES LOCALES) Monde 19,5%

Plus en détail

Natixis Global Risk Parity un an après : une performance au rendez-vous dans le cadre d une approche équilibrée en risque

Natixis Global Risk Parity un an après : une performance au rendez-vous dans le cadre d une approche équilibrée en risque DOCUMENT RESERVE EXCLUSIVEMENT AUX CLIENTS PROFESSIONNELS AU SENS DE LA DIRECTIVE MIF Natixis Global Risk Parity un an après : une performance au rendez-vous dans le cadre d une approche équilibrée en

Plus en détail

Changement de ton pour la BCE : des impacts sur le marché difficiles à prévoir. Directeur de la recherche économique de Natixis AM

Changement de ton pour la BCE : des impacts sur le marché difficiles à prévoir. Directeur de la recherche économique de Natixis AM FLASH MARCHÉS Changement de ton pour la BCE : des impacts sur le marché difficiles à prévoir Mario Draghi se donne les moyens Philippe Waechter Directeur de la recherche économique de Natixis AM Le ton

Plus en détail

mars COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mars COMMENTAIRE DE MARCHÉ mars 2015 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 Contexte de marché en Europe 4 INTRODUCTION Après une courte accalmie sur le marché des taux en février, la chute des rendements a repris

Plus en détail

Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance.

Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance. PARAMETRES DE MARCHE Rapport au 31 décembre 2013 Paramètres de marché au 31 décembre 2013 Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance.

Plus en détail

Investir dans la volatilité :

Investir dans la volatilité : Investir dans la volatilité : un nouvel horizon pour les solutions traditionnelles de diversification des portefeuilles Destiné aux clients professionnels au sens de la directive MIF www.seeyond-am.com

Plus en détail

Rapport semestriel au 30 juin 2015

Rapport semestriel au 30 juin 2015 A nthologie Rapport semestriel au 30 juin 2015 Le fonds 1. L environnement économique et financier 2015 Au premier semestre 2015, l économie mondiale a globalement évolué à des niveaux légèrement inférieurs

Plus en détail

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident

Plus en détail

Fonds actions Mirova : après le bilan positif de 2012, quelles thématiques favoriser en 2013?

Fonds actions Mirova : après le bilan positif de 2012, quelles thématiques favoriser en 2013? FLASH EXPERTISE Rédigé le 28 février 2013 Fonds actions Mirova : après le bilan positif de 2012, quelles thématiques favoriser en 2013? L'année 2012 s'est achevée favorablement pour les marchés actions,

Plus en détail

J.P. Morgan Asset Management. Obligations convertibles mondiales

J.P. Morgan Asset Management. Obligations convertibles mondiales DOCUMENT RESERVE AUX PROFESSIONNELS NE PAS DISTRIBUER AU PUBLIC J.P. Morgan Asset Management Obligations convertibles mondiales Antony Vallée, Responsable de la gestion convertibles Philosophie d investissement

Plus en détail

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel Obligations Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel AUTEUR : LAETITIA TALAVERA-DAUSSE Tout au long de l année en Europe, plusieurs événements ont

Plus en détail

Présentation Macro-économique. Mai 2013

Présentation Macro-économique. Mai 2013 Présentation Macro-économique Mai 2013 1 Rendement réel des grandes catégories d actifs Janvier 2013 : le «sans risque» n était pas une option, il l est moins que jamais Rendement réel instantané 2,68%

Plus en détail

LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 30 SEPTEMBRE 2011

LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 30 SEPTEMBRE 2011 LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 30 SEPTEMBRE 2011 La garantie d un groupe solide AEP - Assurance Epargne Pension AEP - Assurance Epargne Pension, marque commerciale de BNP Paribas

Plus en détail

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions PARAMETRE DE MARCHE Rapport au 30 mars 2012 Paramètres de marché au 30 mars 2012 Le premier trimestre de l année 2012 a été marqué par l apaisement des tensions sur les dettes souveraines et une nette

Plus en détail

IDEES GESTION TAUX AVRIL 2015. www.nam.natixis.com

IDEES GESTION TAUX AVRIL 2015. www.nam.natixis.com IDEES GESTION TAUX Document destiné aux clients professionnels AVRIL 2015 L évolution du marché des ABS européens ÉLÉMENTS-CLÉS uro crisis unveiled credit risk in government bonds Investors faced with

Plus en détail

LE FONDS GENERAL DE SPIRICA Reporting au 30 juin2015

LE FONDS GENERAL DE SPIRICA Reporting au 30 juin2015 LE FONDS GENERAL DE SPIRICA Reporting au 30 juin2015 Objectif de gestion Style de gestion Modalités de gestion L objectif de gestion du fonds euros de Spirica est de dégager, sur la durée, une performance

Plus en détail

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014 LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie DONNÉES au 30 juin 2014 La garantie d un groupe solide AEP - Assurance épargne Pension AEP - Assurance épargne Pension, marque commerciale de BNP Paribas Cardif,

Plus en détail

UN FONDS GÉNÉRAL QUI SERA MUTUALISÉ AVEC CELUI DE CARDIF ASSURANCE VIE EN 2011 DONNÉES AU 31 DÉCEMBRE 2010

UN FONDS GÉNÉRAL QUI SERA MUTUALISÉ AVEC CELUI DE CARDIF ASSURANCE VIE EN 2011 DONNÉES AU 31 DÉCEMBRE 2010 UN FONDS GÉNÉRAL QUI SERA MUTUALISÉ AVEC CELUI DE CARDIF ASSURANCE VIE EN 2011 DONNÉES AU 31 DÉCEMBRE 2010 La garantie d un groupe solide Antin Epargne Pension Compagnie d assurance vie créée en 2001,

Plus en détail

STRATEGIE D INVESTISSEMENT 4ème trimestre 2014

STRATEGIE D INVESTISSEMENT 4ème trimestre 2014 STRATEGIE D INVESTISSEMENT 4ème trimestre 2014 Allocations d actifs Conseil en Investissements Financiers ORIAS 07 006 343 CIF E001949 1 Conjoncture déprimée en Europe, mais soutenue dans les zones US

Plus en détail

DORVAL FLEXIBLE MONDE

DORVAL FLEXIBLE MONDE DORVAL FLEXIBLE MONDE Rapport de gestion 2014 Catégorie : Diversifié International/Gestion flexible Objectif de gestion : L objectif de gestion consiste à participer à la hausse des marchés de taux et

Plus en détail

DJ Europe Stoxx 50. Taux Euro 5 ans 6,00% 5,00% 4,00% 3,00% 2,00% 1,00% 0,00% -1,00% > L A G E S T I O N S O U S M A N D A T > F L A S H M A C R O

DJ Europe Stoxx 50. Taux Euro 5 ans 6,00% 5,00% 4,00% 3,00% 2,00% 1,00% 0,00% -1,00% > L A G E S T I O N S O U S M A N D A T > F L A S H M A C R O D E U X I E M E T R I M E S T R E 2 0 1 5 > L A G E S T I O N S O U S M A N D A T JeanMarc Léonard Responsable Département Investissement Contact 17 Côte d Eich B.P. 884 L2018 Luxembourg T (352) 46 99

Plus en détail

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015 Conjoncture économique et marchés financiers Octobre 215 Page 1 l 6/1/215 Une croissance mondiale pénalisée par les émergents Prévisions de croissance mondiale du FMI de 3,3% en 215 et 3,8% en 216 La croissance

Plus en détail

HSBC World Selection Diversifier vos investissements en un seul placement

HSBC World Selection Diversifier vos investissements en un seul placement HSBC World Selection Diversifier vos investissements en un seul placement Une gamme composée de 5 fonds diversifiés La gamme HSBC World Selection (1) est composée de 5 fonds afin de correspondre aux différents

Plus en détail

GENERALI INVESTMENTS EUROPE GF FIDELITE FR0010113894 15 juin 2015

GENERALI INVESTMENTS EUROPE GF FIDELITE FR0010113894 15 juin 2015 Sur la période 11 mai 2015 au 10 juin 2015, la performance du fonds est en retrait de -1.04% par rapport à son indicateur de référence*. Néanmoins, depuis le début d année, GF Fidélité surperforme son

Plus en détail

Stratégie de placement

Stratégie de placement Très défensif ingsstrategie Climat d investissement Taux directeur : évolution et prévisions États-Unis 1,5 UEM 0,5 10-2010 10-2011 10-2012 10-2013 10-2014 10-2015 Taux à dix ans : évolution et prévisions

Plus en détail

FOCUS PRESSE SOLUTIONS DE TRESORERIE NOVEMBRE 2014

FOCUS PRESSE SOLUTIONS DE TRESORERIE NOVEMBRE 2014 FOCUS PRESSE SOLUTIONS DE TRESORERIE NOVEMBRE 2014 Baisse des taux directeurs, Eonia négatif, chute des rendements quelles stratégies adopter pour la gestion de trésorerie? Eclairage avec Jean-Thomas Heissat,

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques Economie et Marchés : Bilan 2010 et Perspectives 2011 Paris, le 27 décembre 2010 ECONOMIE Tendances 2010 : poursuite de la reprise dans les pays développés, signes de surchauffe dans certains pays émergents

Plus en détail

LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 29 JUIN 2012

LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 29 JUIN 2012 LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 29 JUIN 2012 La garantie d un groupe solide AEP - Assurance Epargne Pension AEP - Assurance Epargne Pension, marque commerciale de BNP Paribas Cardif,

Plus en détail

Perf. Depuis le 31/12/14. Depuis le 31/12/14 ÉCONOMIE. Perf. Depuis le 31/12/14 MARCHÉS. Perf. Depuis le 31/12/14

Perf. Depuis le 31/12/14. Depuis le 31/12/14 ÉCONOMIE. Perf. Depuis le 31/12/14 MARCHÉS. Perf. Depuis le 31/12/14 Edition du 07 décembre 2015 Actualités du 31 novembre au 04 décembre 2015 Marchés Actions 04/12/15 CAC 40 4691-4,9% -5,2% 9,8% Eurostoxx 50* 3310-5,1% -3,8% 5,2% S&P 500 2050-1,9% -2,5% -0,50% Marchés

Plus en détail

Perspectives et stratégies d investissement: les enjeux de 2015?

Perspectives et stratégies d investissement: les enjeux de 2015? NEWSLETTER 14 JANVIER 2015 Atelier NGAM Perspectives et stratégies d investissement: les enjeux de 2015? La conjonction de plusieurs événements favorables permet d anticiper de bonnes surprises» A l occasion

Plus en détail

de l'équipe de gestion diversifiée de Schroders

de l'équipe de gestion diversifiée de Schroders Publié en mars 2015 Réservé aux investisseurs et aux conseillers financiers professionnels Stratégie d'investissement mensuelle de l'équipe de gestion diversifiée de Schroders Section 1 : Opinions mensuelles

Plus en détail

CM-CIC ASSOCIATIONS COURT TERME

CM-CIC ASSOCIATIONS COURT TERME Fonds commun de placement CM-CIC ASSOCIATIONS COURT TERME Exercice du 01/07/2013 au 30/06/2014 Commentaires de gestion Rapport du Commissaire aux Comptes sur les comptes annuels 1 L'objectif de gestion

Plus en détail

L EVOLUTION DU MARCHE DES OPCVM à fin Juillet

L EVOLUTION DU MARCHE DES OPCVM à fin Juillet L EVOLUTION DU MARCHE DES OPCVM à fin Juillet En juillet, le marché français de la gestion collective a enregistré une légère hausse de +1,2%. Le total des actifs sous gestion atteint désormais 761,2 milliards

Plus en détail

Investir sur les marchés de taux au sein des pays émergents

Investir sur les marchés de taux au sein des pays émergents Gestion obligataire Investir sur les marchés de taux au sein des pays émergents Nous pensons que la répression financière se prolongera encore plusieurs années. Dans cet intervalle, il sera de plus en

Plus en détail

Perspectives d investissement 2015

Perspectives d investissement 2015 Perspectives d investissement 2015 Henri Ghosn Président Club Finance HEC Laurent Geronimi Directeur de la Gestion taux SwissLife Banque Privée Auditorium de SCOR 12 décembre 2014 Perspectives d investissement

Plus en détail

LE COMITÉ D INVESTISSEMENT DE LA GESTION PRIVÉE

LE COMITÉ D INVESTISSEMENT DE LA GESTION PRIVÉE DE LA GESTION PRIVÉE COMPTE RENDU DAVID DESOLNEUX DIRECTEUR DE LA GESTION SCÉNARIO ÉCONOMIQUE ACTIVITÉS La croissance économique redémarre, portée par les pays développés. Aux Etats-Unis, après une croissance

Plus en détail

Perspectives 2014 : le principal risque consiste à ne s exposer à aucun risque

Perspectives 2014 : le principal risque consiste à ne s exposer à aucun risque Perspectives Perspectives 2014 : le principal risque consiste à ne s exposer à aucun risque Une approche mesurée du risque s impose : la prise de risque maitrisée est la solution AUTEUR : STEFAN HOFRICHTER

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

N 16 20 au 24 avril 2015. Document destiné principalement à des professionnels I Hebdomadaire I www.societegeneralegestion.fr

N 16 20 au 24 avril 2015. Document destiné principalement à des professionnels I Hebdomadaire I www.societegeneralegestion.fr Stratégie & Recherche économique N 16 20 au 24 avril 2015 I Hebdomadaire I www.societegeneralegestion.fr > L essentiel de la semaine Zone euro : Baisse inattendue de presque toutes les enquêtes d avril.

Plus en détail

de l'équipe de gestion diversifiée de Schroders

de l'équipe de gestion diversifiée de Schroders Publié en avril 2015 Réservé aux investisseurs et aux conseillers financiers professionnels Stratégie d'investissement mensuelle de l'équipe de gestion diversifiée de Schroders Section 1 : Opinions mensuelles

Plus en détail

L immobilier se porte mieux. En mai, l indice Case-Shiller du prix des maisons reste stable. En juin, les mises en chantier se redressent de 14.6 %.

L immobilier se porte mieux. En mai, l indice Case-Shiller du prix des maisons reste stable. En juin, les mises en chantier se redressent de 14.6 %. 08 Août 2011 Allocation tactique Lettre mensuelle juin-début juillet. Alors que la croissance est révisée de 3.1 à 2.3 % au 4ème trimestre 2010, et de 1.9 à 0.4 % au 1 er trimestre, elle s établit à 1.3

Plus en détail

MMR Monthly Market Report Octobre 2010

MMR Monthly Market Report Octobre 2010 Contexte économique mondial Le ralentissement de l économie mondiale reste modéré L économie mondiale traverse actuellement une phase de ralentissement après la forte reprise initiée par les plans gouvernementaux

Plus en détail

LE FONDS GENERAL DE SPIRICA Reporting au 31 décembre 2014

LE FONDS GENERAL DE SPIRICA Reporting au 31 décembre 2014 LE FONDS GENERAL DE SPIRICA Reporting au 31 décembre 2014 Objectif de gestion Style de gestion Modalités de gestion L objectif de gestion du fonds euros de Spirica est de dégager, sur la durée, une performance

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue!

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Boussole Juin 2015 Divergence des indicateurs avancés Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Les règles du placement financier - Partie III Votre patrimoine,

Plus en détail

Document destiné principalement à des professionnels I Hebdomadaire I www.societegeneralegestion.fr

Document destiné principalement à des professionnels I Hebdomadaire I www.societegeneralegestion.fr Stratégie & Recherche économique N 50 14 au 18 décembre 2015 I Hebdomadaire I www.societegeneralegestion.fr > L essentiel de la semaine Etats-Unis : Première hausse de fed funds depuis 2006. Léger rebond

Plus en détail

LE FONDS EUROS DE SPIRICA Reporting au 30 juin 2013

LE FONDS EUROS DE SPIRICA Reporting au 30 juin 2013 LE FONDS EUROS DE SPIRICA Reporting au 30 juin 2013 Objectif de gestion Style de gestion Modalités de gestion L objectif de gestion du fonds euros de Spirica est de dégager, sur la durée, une performance

Plus en détail

A PLUS FINANCE FONDS DE FONDS

A PLUS FINANCE FONDS DE FONDS FINANCE FONDS DE FONDS A PLUS DYNAMIQUE A PLUS PATRIMOINE A PLUS TALENTS A PLUS OBLIGATIONS RAPPORT DE AU 30-06-2015 COMMENTAIRE DE 1 er SEMESTRE 2015 Le premier semestre 2015 a été caractérisé par le

Plus en détail

Mensuel. Février 2015. Actualité. Marchés

Mensuel. Février 2015. Actualité. Marchés AM Actualité Mensuel Marchés Février 2015 Vocation du document Le présent document a été produit par HSBC Global Asset Management afin de partager sa vision de long terme. Cette vision, présentée par classes

Plus en détail

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente?

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente? Point de marché Taux européens : Plus raide sera la pente? Depuis l atteinte, le 25 avril dernier, d un rendement de 0,06% pour l obligation allemande de maturité 10 ans, les taux d intérêt à long terme

Plus en détail

LE FONDS EUROS DE SPIRICA Reporting au 30 juin 2014

LE FONDS EUROS DE SPIRICA Reporting au 30 juin 2014 LE FONDS EUROS DE SPIRICA Reporting au 30 juin 2014 Objectif de gestion Style de gestion Modalités de gestion L objectif de gestion du fonds euros de Spirica est de dégager, sur la durée, une performance

Plus en détail

Macro Network Consensus

Macro Network Consensus 3 ème trimestre 2015 NUMERO 3 Macro Network Consensus Le Macro Network Consensus consulte les économistes de la place de Genève et de Paris pour établir un consensus macroéconomique européen sur les risques

Plus en détail

Belfius Pension Fund Rapport mensuel. Juin 2013

Belfius Pension Fund Rapport mensuel. Juin 2013 Belfius Pension Fund Rapport mensuel Juin 2013 Marchés Actions Bernanke éclipse l'amélioration des chiffres économiques Equity Indices - 1 month YTD (%, in EUR) MSCI Europe -5.30% 1.43% MSCI EMU -5.63%

Plus en détail

Des solutions conçues pour résister durablement aux conditions de marché

Des solutions conçues pour résister durablement aux conditions de marché Des solutions conçues pour résister durablement aux conditions de marché Atelier Natixis Global Asset Management - 10 octobre 2012 Construire des portefeuilles durables. Durable Portfolio Construction

Plus en détail

THEM ASSET Générer de l Alpha dans un contexte de taux bas

THEM ASSET Générer de l Alpha dans un contexte de taux bas THEM ASSET Générer de l Alpha dans un contexte de taux bas 28 mai 2015 Gestionnaire Activement Responsable Groupama AM Un acteur majeur de la gestion d actifs 2 Filiale à 100% de Groupama 96.7 Md d actifs

Plus en détail

Nouvelles perspectives de l économie mondiale en 2014 : Quelles opportunités d investissement?

Nouvelles perspectives de l économie mondiale en 2014 : Quelles opportunités d investissement? NEWSLETTER 15 JANVIER 2014 - ATELIER NGAM Nouvelles perspectives de l économie mondiale en 2014 : Quelles opportunités d investissement? " L année s engage sur une tendance favorable, mais la question

Plus en détail

La nouvelle frontière du marché de taux en euro? Réflexion sur une OAT à 50 ans. Février 2005

La nouvelle frontière du marché de taux en euro? Réflexion sur une OAT à 50 ans. Février 2005 La nouvelle frontière du marché de taux en euro? Réflexion sur une OAT à 50 ans 1. Le besoin d obligations à très long terme 2. L opinion des investisseurs 3. L approche de l AFT 1 1. Le besoin d obligations

Plus en détail

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée INSEE CONJONCTURE POINT DE CONJONCTURE OCTOBRE 2015 La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée solide au deuxième trimestre 2015. L

Plus en détail

Analyse mensuelle de l'allocation d'actifs

Analyse mensuelle de l'allocation d'actifs Analyse mensuelle de l'allocation d'actifs Juillet 2015 ALLOCATION D ACTIFS EN BREF Joost van Leenders, CFA Chef économiste, Multi Asset Solutions joost.vanleenders@bnpparibas.com +31 20 527 5126 Multi-asset

Plus en détail

UNE POLITIQUE FINANCIÈRE CONCILIANT PRUDENCE ET PERFORMANCE

UNE POLITIQUE FINANCIÈRE CONCILIANT PRUDENCE ET PERFORMANCE 36 UNE POLITIQUE FINANCIÈRE CONCILIANT PRUDENCE ET PERFORMANCE 37 UNE POLITIQUE FINANCIÈRE CONCILIANT PRUDENCE ET PERFORMANCE Predica a poursuivi en 2004 une politique d investissement conjuguant prudence

Plus en détail

Février 2015. Anne-Charlotte Ducos. Fairouz Yahiaoui Gérante Monétaire. Heissat, CIIA Spécialiste Produits. Gérant Crédit.

Février 2015. Anne-Charlotte Ducos. Fairouz Yahiaoui Gérante Monétaire. Heissat, CIIA Spécialiste Produits. Gérant Crédit. CPR OBLIG 24 MOIS Retour sur la gestion depuiss le passage en titres vifs Perspectives à court / moyen terme Février 2015 Julien Daire Responsable Gestionn Crédit Fairouz Yahiaoui Gérante Monétaire Anne-Charlotte

Plus en détail

Petits déjeuners investisseurs

Petits déjeuners investisseurs Résolument actifs Résolument actifs Petits déjeuners investisseurs Juin 28 Perspectives économiques Mars 27 Petits déjeuners investisseurs Juin 28 2 2 Petits déjeuners investisseurs Juin 28 Résolument

Plus en détail

Tableau de bord de l industrie française

Tableau de bord de l industrie française Tableau de bord de l industrie française Mars 11 Document réalisé par Coe-Rexecode Groupe des Fédérations Industrielles - 55 av. Bosquet - 7533 Paris Cedex 7 - Tél. 1 53 59 18 6 - Fax 1 53 59 18 88 - gfi@gfi.asso.fr

Plus en détail

Lancement du fonds Pictet-Absolute Return Fixed Income

Lancement du fonds Pictet-Absolute Return Fixed Income Lancement du fonds Pictet-Absolute Return Fixed Income Synthèse de la conférence animée par Andres Sanchez Balcazar le 21 janvier Frédéric Rollin Janvier 2014 Pour lutter contre la déflation, la Banque

Plus en détail

PALATINE TRESORERIE PREMIERE

PALATINE TRESORERIE PREMIERE PALATINE TRESORERIE PREMIERE FCP à vocation générale MONETAIRE COURT TERME RAPPORT ANNUEL DE GESTION 30/03/2012 - I - CARACTERISTIQUES OPCVM d OPCVM : Inférieur à 10% de l actif net Objectif de gestion

Plus en détail

Perspectives d investissement 2015

Perspectives d investissement 2015 (traduction d extraits de la version anglaise Investment Perspectives 2015 ) Janvier 2015 PERSPECTIVES D INVESTISSEMENT 2015 Table des matières Pages RESUME SYNTHETIQUE 1 REVUE DE NOS THEMES D INVESTISSEMENT

Plus en détail

A PLUS FINANCE FONDS DE FONDS

A PLUS FINANCE FONDS DE FONDS FINANCE FONDS DE FONDS A PLUS DYNAMIQUE A PLUS PATRIMOINE A PLUS TALENTS A PLUS OBLIGATIONS RAPPORT DE AU 31-12-2014 COMMENTAIRE DE 2 e SEMESTRE 2014 L année 2014 aura été marquée par des performances

Plus en détail

2013 : la grande rotation des actifs?

2013 : la grande rotation des actifs? 1 janvier 213 213 : la grande rotation des actifs? MARTIN LEFEBVRE Stratège Placement et répartition de l actif 514 871-799 martin.lefebvre@bnc.ca Revue annuelle En dépit des nombreuses incertitudes, le

Plus en détail

1. L environnement financier et macroeconomique international, europeen et national

1. L environnement financier et macroeconomique international, europeen et national 1. L environnement financier et macroeconomique international, europeen et national 1 L environnement financier et macroeconomique international, europeen et national 10 1.1 L environnement macroéconomique

Plus en détail

Construire des portefeuilles durables dans un environnement incertain

Construire des portefeuilles durables dans un environnement incertain PORTFOLIO RESEARCH AND CONSULTING GROUP Construire des portefeuilles durables dans un environnement incertain Tirer parti de l approche Durable Portfolio Construction * Nous pensons que les investisseurs

Plus en détail

Boussole. Identification du marché baissier. Chute des prix du brut - causes & effets. Crise de la dette mondiale - les moyens d en sortir

Boussole. Identification du marché baissier. Chute des prix du brut - causes & effets. Crise de la dette mondiale - les moyens d en sortir Boussole Septembre 215 Identification du marché baissier Chute des prix du brut - causes & effets Crise de la dette mondiale - les moyens d en sortir Ce qu il faut savoir sur les actions Votre patrimoine,

Plus en détail

Perspectives 2015 Divergences

Perspectives 2015 Divergences NOVEMBRE 2014 Perspectives 2015 Divergences Jean-Sylvain Perrig, CIO Union Bancaire Privée, UBP SA Rue du Rhône 96-98 CP 1320 1211 Genève 1, Suisse Tél. +4158 819 21 11 Fax +4158 819 22 00 ubp@ubp.com

Plus en détail

Expertise Crédit Euro. La sélection de titres au coeur de la performance de notre gestion. Décembre 2014

Expertise Crédit Euro. La sélection de titres au coeur de la performance de notre gestion. Décembre 2014 Expertise Crédit Euro La sélection de titres au coeur de la performance de notre gestion Décembre 2014 destiné à des investisseurs professionnels au sens de la Directive Européenne MIF Performance cumulée

Plus en détail

FLASH MARCHE - POINT SUR LA CHINE

FLASH MARCHE - POINT SUR LA CHINE FLASH MARCHE - POINT SUR LA CHINE RAPPEL DU CONTEXTE La baisse du marché actions chinois entamée depuis juin dernier a connu son plus violent épisode durant la journée de lundi et s est notamment propagée

Plus en détail

Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages

Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages Mai 2005 Rapport de OEE-Etudes pour la F.F.S.A. TABLE DES MATIÈRES I. COMPORTEMENTS D'EPARGNE ET D'INVESTISSEMENT DES MENAGES EUROPÉENS

Plus en détail

Retour à la croissance des secteurs industriels et financiers, consommation à la traine

Retour à la croissance des secteurs industriels et financiers, consommation à la traine Retour à la croissance des secteurs industriels et financiers, consommation à la traine Le tableau de bord de la reprise de Fidelity reflète le scénario d une amélioration de la croissance ciblée, avec

Plus en détail

Privilégier les actions et les emprunts d entreprise aux placements monétaires et aux emprunts d Etat AAA

Privilégier les actions et les emprunts d entreprise aux placements monétaires et aux emprunts d Etat AAA Swisscanto Asset Management SA Waisenhausstrasse 2 8021 Zurich Téléphone +41 58 344 49 00 Fax +41 58 344 49 01 assetmanagement@swisscanto.ch www.swisscanto.ch Politique de placement de Swisscanto pour

Plus en détail

La Chine atterrit et le marché décolle!

La Chine atterrit et le marché décolle! Que s'est-il passé en avril? Focus Marchés Commentaires de marché En avril, le ralentissement économique du premier trimestre est confirmé par les chiffres de croissance publiés en Chine et aux Etats-Unis.

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

Rétrospective 2014. Performance des principaux indices en 2014 12.01.2014

Rétrospective 2014. Performance des principaux indices en 2014 12.01.2014 Rétrospective 2014 Comme attendu, l année 2014 n a pas été de tout repos pour les investisseurs. Une fois de plus les bonnes et surtout les moins bonnes surprises auront mis nos nerfs à rude épreuve en

Plus en détail

Donner du sens à votre investissement

Donner du sens à votre investissement Donner du sens à votre investissement Une offre de fonds Développement Durable pour une épargne socialement responsable Les fonds socialement responsables investissent dans les entreprises qui ont mis

Plus en détail

Compte rendu Cogefi Rendement Conférence téléphonique du 13/03/15 avec Lucile Combe (gérant)

Compte rendu Cogefi Rendement Conférence téléphonique du 13/03/15 avec Lucile Combe (gérant) Compte rendu Cogefi Rendement Conférence téléphonique du 13/03/15 avec Lucile Combe (gérant) Présentation Cogefi Gestion est la société de gestion, filiale à 100% de la maison mère Cogefi. Elle fait partie

Plus en détail

La Chine en pleine déroute?

La Chine en pleine déroute? Que s'est-il passé en août? Commentaires de marché Focus Marchés La déroute des marchés chinois et des matières premières s'est propagée à l'ensemble des actifs à prime de risque durant ce mois d'août.

Plus en détail

CONJONCTURE FRANÇAISE

CONJONCTURE FRANÇAISE CONJONCTURE FRANÇAISE Faiblesse de l investissement L amélioration récente du climat des affaires peine à se traduire par une augmentation de l activité. Dans le secteur industriel, la production reste

Plus en détail

Stratégie de placement

Stratégie de placement Défensif ingsstrategie Climat d investissement Taux directeur : évolution et prévisions 2,0 2,0 1,5 États-Unis UEM 1,5 0,5 0,5 0,0 0,0 11-2010 11-2011 11-2012 11-2013 11-2014 11-2015 11-2016 Taux à dix

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

COMITE D INVESTISSEMENT

COMITE D INVESTISSEMENT COMITE D INVESTISSEMENT COMPTE-RENDU DU 9 SEPTEMBRE 2014 ENVIRONNEMENT MACRO-ECONOMIQUE 1. L ETE AUX ETATS-UNIS Croissance au deuxième trimestre Fort rebond du PIB au deuxième trimestre +4% et le déclin

Plus en détail

LES TROIS ETAGES DE LA POLITIQUE MONETAIRE DE LA BCE

LES TROIS ETAGES DE LA POLITIQUE MONETAIRE DE LA BCE 1 LES TROIS ETAGES DE LA POLITIQUE MONETAIRE DE LA BCE SOUS-TITRE FLASH 2 Les trois étages de la politique monétaire de la BCE En juin, la BCE devrait tirer sa dernière «cartouche» conventionnelle et démarrer

Plus en détail