Etude analytique des architectures applicatives

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Etude analytique des architectures applicatives"

Transcription

1 Etude analytique des architectures applicatives 1 - INTRODUCTION Objectif Périmètre de l étude Plan de l étude Guide de lecture TYPOLOGIE APPLICATIVE ET CRITERES Typologie Critères d évaluation ARCHITECTURES APPLICATIVES La technologie J2EE La technologie.net Catégorie Web Interactif Catégorie Publication Catégorie Décisionnel Catégorie Collaboratif Catégorie PGIs Catégorie Intégration applicative APPROCHE ARCHITECTURALE Modèles décrivant une architecture applicative Protocoles et APIs Historique des architectures applicatives Avantages et inconvénients de l approche n-tier Applications et infrastructure Composants et réutilisation Frameworks APPROCHES COMPLEMENTAIRES Les bases de données Décisionnel OLAP Les Services Web L interopérabilité applicative ANNEXES Glossaire Document de travail et d information décembre 2002 ATICA - 1 -

2 1 - INTRODUCTION OBJECTIF Cette étude des architectures applicatives vise à favoriser la connaissance dans ce domaine ; il est perfectible et les lecteurs sont invités à l enrichir et l améliorer en écrivant à l adresse suivante : PERIMETRE DE L ETUDE Le périmètre de cette étude est l ensemble des architectures applicatives informatiques ; elle ne se limite pas à celles actuellement utilisées dans l administration mais à l ensemble du marché. Par contre, les architectures des solutions orientées grand public, par exemple les applications personnelles sur PC (bureautique, monétique ), ne seront pas prises en compte. En plus des architectures éprouvées, une exploration des modèles émergents sera effectuée (par exemple les architectures s appuyant sur des Services Web*). Dans le même esprit, les architectures patrimoniales qui fonctionneront encore de nombreuses années (transactionnels non Web, Mainframes...) n ont pas été exclues du champ de l étude. Par contre les architectures pour le temps réel, la conduite de processus ou le calcul scientifique n en font pas partie PLAN DE L ETUDE Le chapitre 2 - décrit la typologie de classement fonctionnelle des architectures applicatives étudiées, et les critères qui les caractérisent, aussi bien du point de vue général qu en terme d interopérabilité. Le chapitre 3 - décrit chaque architecture et l évalue par rapport aux critères définis. Le chapitre 4 - traite la problématique architecturale d un point de vue plus analytique. Il comprend un rappel historique et une typologie de différents types d architecture (n-tier), puis aborde la thématique des composants et des frameworks. Le chapitre 5 - traite des approches complémentaires, autour des bases de données et du décisionnel, et fournit une présentation des Services Web et de l intégration applicative. Le document est complété par un glossaire. Les mots du glossaire sont signalés par une * à leur première apparition

3 1.4 - GUIDE DE LECTURE Ce document vise des audiences diverses et peut sembler volumineux. Voici un guide de lecture selon votre profil : Si vous êtes expert en architecture, vous pouvez lire seulement les chapitres 2 et 3, et les paragraphes 5.3 et 5.4. Si vous êtes membre d une maîtrise d ouvrage ou d une équipe projet : Si une remise à niveau architecturale vous semble nécessaire, lisez d abord le chapitre 4, et des éléments du chapitre 5 selon vos sujets d intérêt, avant de lire les chapitres 2 et 3. Si vous chercher une aide pour un projet précis, identifiez son type d après le chapitre 2 et allez directement au paragraphe approprié dans le chapitre 3. Si vous souhaitez lire l ensemble du document, commencez par les chapitres 4 et 5, puis continuez par les chapitres 2 et 3. Cet ordre des chapitres, qui peut paraître paradoxal, a été choisi pour éviter de présenter d emblée aux lecteurs experts des considérations générales qui risquent de leur sembler trop évidentes

4 2 - TYPOLOGIE APPLICATIVE ET CRITERES Ce chapitre propose une description de la façon d organiser les architectures applicatives et une série de critères pour les analyser TYPOLOGIE La typologie utilisée est pragmatique, destinée à être pertinente non seulement pour les architectes des systèmes informatiques mais également pour les maîtrises d ouvrage et les chefs de projet. Bien sûr, certains projets imposent de mettre en œuvre plusieurs de ces types de façon cohérente (par exemple, un web interactif et une gestion documentaire, éventuellement intégrés dans une architecture de type collaboratif). C est le travail d un architecte de projet d établir cette cohérence. Catégorie Web Interactif : il s agit d applications où l utilisateur interagit avec un serveur Web, que ce soit en intranet ou en internet, pour accéder à des données ou des services. L interaction est personnalisée et ne se limite pas à la recherche d information classique traitée dans la catégorie publication. o Web interactif non critique : non critique en matière d argent, de vies humaines ou de réputation mise en jeu ; o Web interactif critique : critique d après les mêmes critères ; se caractérise souvent par la présence de transactions ; o Mainframes webisé : une application mainframe traditionnelle exportée sur intranet ou internet ; o Transactionnel 3-tier webisé : une application transactionnelle exportée sur intranet ou internet ; o Client lourd/serveur webisé : une application client lourd traditionnelle exportée sur intranet ou internet. Les trois dernières architectures, qualifiées de «wébisées», couvrent les applications patrimoniales (legacy) existantes, hétérogènes et le plus souvent anciennes mais au cœur du dispositif. De plus, il n est souvent pas souhaitable de les retoucher sauf sous forme de maintenance applicative. Catégorie Publication : il s agit pour l essentiel de «pousser» de l information vers l utilisateur, en le guidant au mieux : o Web : Intranet & Internet «classique» - les vitrines des organisations ; o Gestion de documents «en grand» : sites de journaux, évènements ; o Streaming son/vidéo : applications avancées comme par exemple celle de «La Villette». Catégorie Décisionnel : les applications permettant de prendre des décisions en analysant un historique de données et de services. Catégorie Collaboratif : les applications permettant une meilleure efficacité du travail en groupe : - 4 -

5 o Groupware ; o Pair à pair ; o Workflow documentaire. Catégorie PGIs* : une analyse de l architecture actuelle et de la stratégie technique des principaux acteurs du marché mondial est effectuée. Catégorie intégration applicative : intégrer les applications peut être considéré comme une sorte de méta application. En particulier le programme du BPM* (Business Process manager) est une application : o Ad-hoc (spaghetti) : style d intégration inclus dans les applications, o EAI «classique» : produits d EAI du marché, o Web Services / XML : EAI émergente à base de technologies Services Web CRITERES D EVALUATION Chaque architecture est évaluée selon des critères généraux mais aussi par rapport à sa capacité à implémenter facilement les recommandations actuelles ou à venir du Cadre Commun d Interopérabilité des systèmes d information publics Critères généraux Certains critères nécessitant une explication plus longue sont développés dans les paragraphes qui suivent. Coûts : une architecture applicative donnée induit des coûts d achat et des coûts de possession. Elle induit aussi des retours sur investissement et a donc un impact économique. Ce point trop contextuel ne sera pas abordé ici. Les coûts d achat comprennent les licences de logiciel et les coûts induits en matériel et formation. Les coûts de possession comprennent le support logiciel, l administration et la maintenance de l application. Flexibilité : ces critères caractérisent la facilité avec laquelle l architecture applicative peut s adapter à des changements au niveau des besoins, que ce soit sur le plan fonctionnel ou sur le plan non fonctionnel : o Extensibilité (Scalabilité) en performance (voir ), o Evolutivité fonctionnelle, o Capacité à intégrer de nouveaux standards, o Richesse des environnements de développement ; Robustesse : ces critères caractérisent la résistance de l architecture applicative aux erreurs de toute nature : o Robustesse intrinsèque du logiciel et des outils associés, o Robustesse extrinsèque vis à vis des pannes de l environnement, des fautes des utilisateurs ou des administrateurs, o Sécurité : capacité à s intégrer et à étendre le cadre de sécurité global du système, - 5 -

6 o Haute disponibilité : capacité à gérer des réplications pour la tolérance aux pannes ; Pérennité : ces critères sont liés au fournisseur et au logiciel : o Présence du fournisseur, éventuellement internationale, o Parts de marché du logiciel (en effet, la pérennité du fournisseur ne suffit pas, il peut décider d abandonner un produit); Ces points induisent naturellement la création d un écosystème avec des tierces parties (formation, TMA, hébergement) et des compétences disponibles sur le marché du travail. Implémentation J2EE /.NET / LAMP : capacité à implémenter l architecture avec une de ces trois technologies L ensemble des critères généraux est repris dans le tableau en Critère d extensibilité (scalabilité) en performance L infrastructure matérielle se caractérise sommairement par ses capacités en terme de puissance processeur, mémoire et entrées/sorties. La capacité processeur a une interaction importante avec l architecture. La capacité mémoire a également un impact, car certaines applications ne savent pas exploiter des capacités mémoire supplémentaires, mais cet impact est moindre. Il y a 3 dimensions possibles de scalabilité en terme de puissance CPU : Puissance intrinsèque du CPU, c est à dire sa fréquence, son architecture et ses caches : cet aspect n a pas d interaction avec l architecture applicative ; Multiprocesseur symétrique SMP* : ajout de processeurs qui se partagent la mémoire (NUMA* n est qu une variante de SMP) ; Grappe (ou cluster, ou MPP*) : ajout des nœuds reliés entre eux par un réseau de communication. Pour pouvoir exploiter correctement une augmentation de performance dans les dimensions SMP ou cluster, il faut bien sûr que les éléments logiciels sous-jacents soient euxmême scalables dans cette dimension ; ceci est particulièrement vrai pour l OS, la base de données et le serveur applicatif. C est également vrai pour l application elle-même, mais ceci sort du cadre de l étude puisque maîtrisé par le concepteur de l application : par exemple, le modèle proposé par le serveur applicatif peut être potentiellement parallèle (multithread*), mais Google : un exemple de scalabilité cluster exemplaire : le moteur de recherche Google est implémenté par une gigantesque grappe de plus de machines Linux. Ceci est efficace car l algorithme de recherche de Google est écrit pour ce mode de fonctionnement. Un autre moteur de recherche avec un autre algorithme pourrait être tout a fait inefficace sur la même architecture. Pourtant le service rendu au client est le même! l application force un déroulement séquentiel. On n améliore pas les temps de réponse avec du SMP dans un tel cadre. Pour chaque architecture sera décrite sa capacité à exploiter les dimensions SMP et cluster. Une règle générale est que la dimension SMP est plus facile à exploiter et - 6 -

7 son rendement relativement indépendant de la programmation de l application ; par contre, le rendement de la dimension cluster est extrêmement dépendant de la nature de l application. Malheureusement, la croissance dans la dimension SMP est plus chère car les gros multiprocesseurs (8, 16, 32 processeurs) sont plus chers «au ktpmc*» que les petites machines (typiquement mono, bi ou même quadri processeurs) Critères relatifs au CCI Le CCI Version 1 recommande un certain nombre de standards ; certains sont pertinents vis à vis des architectures applicatives. Certains standards sont à l état de candidat dans le CCI Version 1. Ils sont listés en italique. Le CCI Version 2 proposera d autres standards, listés ici de manière spéculative, également en italique. Sont listés ci-dessous les standards et leur possible impact applicatif ; «néant» ou «Minime» signifie que l architecture applicative est pas ou peu concernée par le standard. Soit il s agit d un standard d infrastructure, soit l impact est lié à la programmation de l application et pas à son architecture. Standard Définition Impact applicatif CCI Version 1 IP V4 V6 Protocole de transport et de réseau Capacité à communiquer sur une socket HTML Langage de présentation des données sur un navigateur Capacité à produire du HTML DNS Serveur de noms de domaines Néant SMTP MIME S/MIME Protocole et formats d échange de mél Capacité à échanger du mél MIME et S/MIME FTP Protocole d échange de fichiers Minime LDAP Format et protocole d annuaire Capacité à consulter l annuaire SSL Protocole de transfert sécurisé au niveau du transport Capacité à communiquer sur une socket «secure» PKI, X.509 Certificats à clef publique Capacité à utiliser X.509 pour l autorisation et l authentification Accessibilité Faciliter l accès aux handicapés Minime, c est la programmation, pas l architecture qui est impactée XML, XSL XMLSchema Langage de description de données et de meta-données Capacité à manipuler et produire du XML, conformément à des XMLSchemas SOAP WSDL Transport applicatif de XML Langage de description d interface Capacité à produire et consommer des services Web UDDI Annuaire pour les services Web Capacité à découvrir et publier des services Web Formats et SGML, MPEG, GIF Minime, c est la programmation, pas - 7 -

8 supports l architecture applicative qui est impactée CCI Version 2 (Propositions) Composant Standard Tiers concernés Vers ion Etat du std. Commentaires Typologie et critères Standards trans-architectures RPC universel SOAP surtout métier 1.1 A faire La version 1.2 proposée par le W3C n est pas stabilisée Langage de description d interface WSDL surtout métier 1.1 " " " " Annuaire de services UDDI surtout métier 2.03 " Un annuaire UDDI n est pas indispensable Meta données XML XML Schema tous 1.0 " Nécessaire à l encodage WSDL Sécurité : confidentialité et authentification mutuelle SSL TLS X.509 tous " Schémas d encryption de SOAP sur https Authentification service et client Profil d utilisation des Services Web Basic profile tous 1.0 " Emane de ws-i.org, récent (Octobre 2002) Standards J2EE Framework J2EE J2EE tous 1.3 " Composant de présentation JSP présentation 1.2 " Composant de présentation Servlet présentation 2.3 " Composant métier EJB métier 2.0 " Messagerie JMS métier " Accès SGBDR JDBC métier données 2.0 " Accès mainframes & PGIs J2EE Connector métier données 1.0 " Abusivement, JCA Communication entre composants RMI/IIOP métier 1.0 " A éviter en hétérogène ; préférer les Services Web RPC entre composants JAX-RPC surtout métier 1.0 " Pour accéder à SOAP en Java La liste des standards d interopérabilité étant longue, une synthèse a été réalisée sous la forme des 7 critères suivants : 1. HTML : capacité de génération du HTML 2. XML : capacité à produire et consommer du XML - 8 -

9 3. Services Web : capacité à produire et consommer des Services Web 4. Composants : capacité à tirer partie de l approche composants 5. Standards : capacité à intégrer de nouveaux standards 6. J2EE : capacité à interopérer avec le monde J2EE 7..NET : capacité à interopérer avec le monde.net Dans le tableau global ci-après, ils permettront de caractériser les architectures applicatives

10 Liste synthétique des critères Critère Coûts d achat Coûts de possession Scalabilité performance Evolutivité fonctionnelle Robustesse intrinsèque Robustesse extrinsèque Sécurité Développement Présence du fournisseur Parts de marché Implémentation J2EE Implémentation.NET Implémentation LAMP HTML XML Services Web Composants Standards Interop..NET Interop. J2EE Définition Critères généraux du logiciel vis à vis de l environnement Capacité à s intégrer et enrichir le cadre de sécurité Richesse des environnements de développement du logiciel Capacité à implémenter l architecture avec cette technologie Capacité à implémenter l architecture avec cette technologie Capacité à implémenter l architecture avec cette technologie Critères d interopérabilité Manipulation du HTML Manipulation du XML Capacité à produire et consommer des Services Web Capacité à tirer partie de l approche composants Capacité à intégrer de nouveaux standards Capacité d interaction avec les architectures.net Capacité d interaction avec les architectures J2EE Pour chaque critère et chaque architecture, une cotation sur l échelle suivante a été attribuée : ++ : très capable + : bon 0 : neutre, ou le critère n est pas pertinent pour cette architecture - : faible -- : incapable

11 Il ne faut pas attribuer à cette approche plus de valeur qu elle n en a, et surtout pas additionner les + et les -. Il est plus instructif de lire la colonne commentaires. De plus, pour les coûts, il n a pas été attribué de cotation (qui pourrait être trompeuse), mais seulement un commentaire qualitatif. En effet, seule une analyse projet peut être menée quantitativement. Certains critères n ont aucun sens pour certaines architectures, vu que le modèle n est pas orthogonal, c'est-à-dire par exemple, le critère «interopérabilité.net» pour l architecture «Web interactif non critique.net». Dans ce cas là, le critère est supprimé du tableau

12 3 - ARCHITECTURES APPLICATIVES Chaque architecture est décrite, analysée par rapport aux critères définis en puis illustrée par un cas d utilisation typique, si possible dans le contexte de l administration. Pour chaque architecture, les standards à suivre sont définis, quand cela est pertinent. En préalable, les deux principaux protagonistes en terme de plates-formes d implémentation J2EE et.net sont décrits LA TECHNOLOGIE J2EE Java 2 Enterprise Edition est le modèle de composants promu par Sun et ses partenaires pour les applications d entreprise. Il existe d autres modèles de composants Java plus simples, pour les applications embarquées par exemple (J2ME) ou J2SE pour le poste client, mais elles n entrent pas dans le champ de cette étude. J2EE est du point de vue marketing le nom phare autour duquel se structure l affrontement économique avec Microsoft.NET. J2EE au sens strict est une spécification, pas une implémentation. Cette spécification est contrôlée par Sun Microsystems. Il ne s agit donc nullement d un standard au sens formel. L évolution de J2EE est régie par une charte, le Java Community Process (JCP*), qui a été négociée entre Sun et ses partenaires Description technique La spécification J2EE définit la notion de conteneur, qui est un objet logiciel implémentant une fonction macroscopique. J2EE et ouverture J2EE est généralement considéré comme un cadre plus ouvert que.net ; néanmoins, il n est techniquement pas impossible à Sun de reprendre plus de contrôle, puisque le JCP est la loi définie par Sun. L ouverture de J2EE n est paradoxalement garantie que par la relative faiblesse de Sun dans le secteur du logiciel. Les vrais poids lourds de J2EE, ceux qui ont des parts de marché et du revenu de produits et de services associé à cette technologie sont pour l essentiel IBM, Oracle et BEA. Un Sun qui deviendrait dominant sur le marché du logiciel pourrait adopter des pratiques monopolistiques semblables à celles de Microsoft. Cette hypothèse est néanmoins très peu vraisemblable. La certification est un bon exemple de la politique de contrôle de Sun. La certification J2EE est contrôlée par Sun et demande le passage d une suite de vérification et le paiement de royalties liées aux interfaces. Par le biais de subtilités juridiques dans la licence Java, qui ont alimenté la querelle entre Java et le monde du libre, Sun a jusqu à ce jour empêché la certification de produits libres J2EE. (Néanmoins, il semble que l évolution de JCP 2.5 rende possible en 2003 la certification J2EE 1.4 de Jonas et Jboss). Cette certification ne doit donc pas être vue seulement comme un label de qualité technique, ce qu elle est indubitablement, mais aussi comme un outil politicoindustriel

13 Client léger Navigateur Client lourd Application / Applet Présentation Conteneur Web o Servlet o JSP RMI RMI Métier Conteneur EJB o JCA o JMS JDBC Données Architecture logique J2EE Deux conteneurs existent de-facto : Le conteneur Web s occupe de la présentation : o les servlet hébergent le code Java, o les JSP (Java Server Pages) hébergent du HTML dynamisé par du Java. o JDBC permet d accéder aux données rangées dans un SGBDR Le conteneur EJB héberge la partie métier. Sa vertu principale est de permettre une gestion déclarative de notions complexes à programmer : o Les sessions : le conteneur gère des beans session, avec ou sans état, qui représentent l interaction courante du client avec le système (par exemple son caddy sur un site de e-commerce). o Les transactions o La persistance des objets : le conteneur gère des beans entité qui représentent les objets persistants, soit en laissant l initiative au bean (Bean Managed Persistence, BMP) soit via un système automatique appelé CMP (Container Managed Persistence) o Un modèle de sécurité basé sur les rôles o Le cycle de vie des composants (activation, passivation) o Un modèle de communication asynchrone avec les Message Driven Beans et l API JMS Le protocole de communication entre beans est RMI, et plus précisément RMI/IIOP pour les interactions hétérogènes (Note : en réalité, il n y a jamais de communication hétérogène, par exemple entre WebLogic et WebSphere, au niveau RMI). Un point important est que le conteneur EJB n est pas indispensable. On peut implémenter la partie métier avec le conteneur Web, JDBC pour accéder aux données et des beans Java classiques. Ce point est un sujet de polémiques interminables dans la communauté Java :

14 Une école de pensée trouve que le modèle EJB est «trop compliqué» pour les choses simples, ou même trop compliqué tout court et préfère se limiter au conteneur Web agrémenté d un pattern d accès aux données. L autre école de pensée considère que le conteneur EJB fait un meilleur travail que le programmeur moyen, s améliore dans le temps et est donc un cadre sécurisant et rentable à moyen terme, même si la courbe d apprentissage est reconnue comme importante. En résumé, ce n est pas le modèle EJB qui est complexe, c est le problème des applications transactionnelles d entreprise. Logiquement, le conteneur EJB ne peut être utilisé que si le programmeur profite des valeurs qu il apporte autour des transactions, de la persistance et de l asynchronisme. Ce point doit être jugé application par application, et non pas dans l absolu. Il est par contre regrettable de ne pas utiliser le conteneur EJB par manque de formation. J2EE est une architecture mono langage (Java) et multi plate-formes (Windows, Linux, UNIX, OS/390) Le «standard» J2EE 1.3 J2EE n est pas un standard en soi, mais un ensemble de standards ayant leur cycle de vie propre. A un instant donné, un ensemble cohérent est baptisé «J2EE version x.y» : La dernière version publiée est J2EE 1.3 (Automne 2001) qui contient l ensemble d APIs suivants (par ordre alphabétique) : EJB (Enterprise JavaBeans) 2.0 JAAS (Java Authentication and Authorization Service) 1.0 JavaMail 1.1 Java RMI (Remote Method Invocation) 1.0 JAXP (the Java API for XML Processing) 1.1 JDBC (Java Database Connectivity) 2.0 JMS (Java Message Service) JNDI (Java Naming and Directory Interface) 1.2 JSP (JavaServer Pages) 1.2 JTA (Java Transaction API) J2EE Connector Architecture 1.0 RMI/IIOP (Internet Inter-ORB Protocol) 1.0 Servlets 2.3 La prochaine version, J2EE 1.4, est depuis Août 2002 à l état de «final draft». Les évolutions sont centrées autour des points suivants : Support des Services Web : JAX-RPC, JAXR, SAAJ Support de XML : JAXP Management : JMX EJB 2.1 JCA

15 La spécification J2EE est implémentée par de nombreux acteurs dans le monde commercial et dans le monde du libre Produits commerciaux certifiés J2EE Il y a 11 vendeurs certifiés J2EE 1.3 en Novembre 2002 : 1. BEA, WebLogic : le leader du marché 2. Borland, Enterprise Server 3. Fujitsu, Interstage 4. IBM, WebSphere : le challenger, pas loin derrière BEA 5. Macromedia, Jrun server 6. Oracle, 9iAS 7. Pramati, Pramati Server 8. Silverstream extend 9. SunOne Application Server Sybase, Enterprise Application Server 11. Trifork, Enterprise Application Server Certains produits sont «en avance» sur J2EE, par exemple implémentent déjà la spécification EJB 2.1. Une synthèse souvent bien à jour est disponible sur Internet : Produits commerciaux non certifiés J2EE 1.3 Cette liste n est pas exhaustive: Caucho, Resin-EJB HP, HP-AS Hitachi, Cosminexus Iona, J2EE Technology Ironflare, Orion Sun, SunOne Application Server Produits libres Apache + Tomcat 4.1 : cet ensemble ne gère que le conteneur Web, donc les standards suivants : servlet 2.3, JSP 1.2, JDBC 2.0 Jboss (+Apache + Tomcat) : Jboss est le conteneur EJB le plus répandu dans le monde du libre. Il implémente les standards suivants : EJB 2.0, servlet 2.3, JSP 1.2, JDBC 2.0 Objectweb Jonas (+Apache + Tomcat) : Jonas est une technologie d origine Bull, donnée au consortium objectweb. JonAS 2.6 supporte J2EE 1.3 y compris EJB 2.0 (sauf CMP), JTA 1.0.1, JDBC 2.0, JCA 1.0, JMX 1.0, JNDI 1.2.1, JMS 1.1, JavaMail 1.3, Servlet 2.3, JSP

16 3.2 - LA TECHNOLOGIE.NET.NET est une marque de Microsoft, un qualificatif pour les produits Windows et Visual Studio, Visual Basic, ASP, ADO, mais ni une spécification, ni un standard formel. C est néanmoins un facteur majeur sur le marché pour l architecture applicative. Du fait de la polysémie de.net, il est important de préciser ce dont il est question..net n est pas le nouveau nom de DCOM ou de MTS. C est un nouveau modèle de programmation, sensiblement différent du modèle traditionnel de Microsoft, avec des stratégies et des outils de migration. Dans ce document,.net désigne donc les applications écrites nativement avec VisualStudio.NET en C# ou en VisualBasic.NET. C# est un langage objet très similaire à Java. VB.NET est une évolution très significative de Visual Basic vers l objet. Ces applications sont ensuite exécutées sur Windows 2000 avec un certains nombre de compléments (.NET SDK), et prochainement sur Windows.NET, la nouvelle version serveur de Windows Description technique L architecture de.net se caractérise par rapport à J2EE, entre autre, par son aspect multi langages (C#, VB, ) et mono plate-forme (Windows). Client léger Navigateur Client mi-léger WinForms o o Présentation Web ASP.NET WebForms SOAP SOAP o o Métier COM COM+ (MTS) ADO.NET Données Architecture logique.net Les services sont très similaires à ceux de J2EE, sauf que.net n a pas de beans entité..net utilise intensivement les protocoles Services Web (SOAP et WSDL) pour la communication entre les composants.net, que ce soit en distribué ou en local. Des optimisations de performance sont faites en homogène.net et en local, par rapport à une communication vers d autres univers. L essentiel de l innovation.net porte sur la partie frontale et le modèle global de communication et de distribution. Pour la partie métier (l équivalent du conteneur EJB),.NET s appuie fortement sur le moniteur transactionnel MTS et sur la persistance ADO.NET pour l accès aux données relationnelles

17 Implémentation Il n existe bien sûr qu un seul.net, celui de Microsoft, actuellement disponible sur Windows 2000 et en natif sur Windows.NET. La date de GA (General Availability) de Windows.NET est prévue en début Ceci montre la relative jeunesse de la plate-forme.net, bien qu il soit puisse de faire du.net soit avec Windows 2000 soit avec les pre-releases de Windows.NET. Il existe un projet d émulation de.net en libre, MONO. L opinion des auteurs de ce projet est assez partagée. Certains experts disent qu il est quasiment impossible de faire le «reverse engineering» d une architecture aussi évoluée que.net sans la complicité de Microsoft et d autres pensent que ce projet est prometteur et qu il commence à donner des résultats. Il ne faut pas comparer cela à SAMBA par exemple qui a réussi sur le segment très bien défini d un système de fichiers distribué Microsoft et les standards Avec l apparition du Web et les conséquences du procès anti-trust, l attitude de Microsoft face aux standards a beaucoup évolué. La compagnie contribue maintenant très valablement à l émergence d un certain nombres de standards importants, soit en les implémentant dans Windows, soit en les proposant proactivement à la communauté informatique : o HTML, XML, LDAP, o Services Web : SOAP, WSDL CATEGORIE WEB INTERACTIF Web interactif non critique Le besoin Il s agit de fournir un accès Web en Intranet ou en mode Internet à une application interactive. L application n est pas critique au sens que ni des sommes considérables ni la réputation de l organisation ne sont en jeu si l exploitation s arrête quelques heures. De plus les performances exigées ne sont pas aux limites de la technologie en terme de débit ou de temps de réponse. Un besoin similaire existe quand l approche peut être qualifiée d opportuniste ; il s agit de tester rapidement la validité d un concept avant de le déployer de manière systématique et pérenne L architecture C est une architecture 3-tier classique avec un client Web léger Les implémentations et leurs parts de marché Trois variantes sont possibles : LAMP, J2EE/libre et.net

18 LAMP : c est un acronyme désignant de manière synthétique un système tout en logiciel libre, avec Linux comme OS, Apache comme serveur Web, MySQL comme SGBDR et PHP, Perl ou Python comme langage de programmation. Les serveurs sont des machines Intel mono ou biprocesseurs. Il existe des variantes où Oracle est utilisé comme SGBD, souvent dans des grands comptes avec des licences site Oracle au niveau du groupe. On trouve aussi parfois, mais très rarement, PostgreSQL comme SGBD en libre. Il est généralement admis que PostgreSQL est plus proche d un «vrai» SGBDR que MySQL en termes de propriétés ACID*. Très rarement, on observe une sous-espèce «AMP sur UNIX», souvent en réutilisation de serveurs UNIX un peu anciens. J2EE/libre : variante Java de la précédente, tout en logiciel libre, avec Linux comme OS, Apache + Tomcat comme serveur Web, MySQL comme SGBDR et Java comme langage de programmation. Les serveurs sont des machines Intel. Il peut parfois être utile d ajouter un conteneur EJB comme Jonas ou Jboss..NET : architecture tout Microsoft avec Windows 2000 ou.net comme OS, IIS comme serveur Web, VisualBasic, C++, VisualBasic.NET ou C# comme langage et SQLserver comme SGBDR. Les serveurs sont des machines Intel. En se basant sur les analyses de Netcraft (www.netcraft.com) LAMP+J2EE/libre possède 2/3 du marché et.net 1/4. Microsoft est plus avantagé à l intérieur des entreprises. Il est difficile de départager LAMP et J2EE/libre, sans doute autour de 45% pour LAMP et 20% pour J2EE/libre. Le J2EE commercial est minoritaire sur ce segment Standards associés Dans tous les cas : HTML, DHTML LAMP : à la mode du libre J2EE/libre : servlet, JSP, JDBC, parfois EJB et JMS.NET : à la mode Microsoft Analyse multi critères Elle est différente dans les trois cas :

19 LAMP Critère Commentaires Critères généraux Coûts d achat Coûts de possession logiciel gratuit, matériel peu coûteux variables selon compétences du client Scalabilité performance 0 Faible en SMP (2-CPU), bonne en cluster Evolutivité fonctionnelle 0 Ad-hoc Robustesse intrinsèque + OK pour.coms Développement 0 Faible (évaluation sujette à polémiques) Robustesse extrinsèque 0 raisonnable Sécurité + raisonnable Présence du fournisseur ++ partout et nulle part Parts de marché ++ les.com, autour de 50% sur Internet Critères d interopérabilité HTML ++ C est fait pour ça XML ++ Xerces, Xalan, expat Services Web ++ Axis Composants 0 Peu structuré Standards + Souple Interop. J2EE + Services Web Interop..NET + Services Web

20 J2EE Libre Critère Commentaires Critères généraux Coûts d achat Coûts de possession Scalabilité performance + logiciel gratuit, matériel peu coûteux variables selon compétences client Faible en SMP (2-CPU), bonne en cluster Evolutivité fonctionnelle Robustesse intrinsèque ++ composants + raisonnable Robustesse extrinsèque 0 raisonnable Sécurité Développement Présence du fournisseur Parts de marché + raisonnable + Ateliers Java ++ partout et nulle part + Autour de 15% sur Internet Critères d interopérabilité HTML XML ++ C est fait pour ça ++ Xerces, Xalan Composants ++ Standards Services Web Interop. J2EE Interop..NET + Processus JCP ++ Axis ++ Conteneur Web + Services Web

Les serveurs d applications :une introduction

Les serveurs d applications :une introduction Les serveurs d applications : une introduction Université du Havre UFR Sciences et Techniques 25 rue Philippe Lebon - BP 540 76058 LE HAVRE CEDEX Claude.Duvallet@gmail.com Octobre 2006 Plan de la présentation

Plus en détail

NFP111 Systèmes et Applications Réparties

NFP111 Systèmes et Applications Réparties NFP111 Systèmes et Applications Réparties 1 de 16 NFP111 Systèmes et Applications Réparties Cours 10 - Les Enterprise Java Beans ( aux serveurs ) Claude Duvallet Université du Havre UFR Sciences et Techniques

Plus en détail

JEE - Cours et TP. Mickaël Montassier. 15 février 2007. Institut Universitaire de Technologie Département Informatique

JEE - Cours et TP. Mickaël Montassier. 15 février 2007. Institut Universitaire de Technologie Département Informatique et TP Institut Universitaire de Technologie Département Informatique 15 février 2007 J2EE? J2EE : Java 2 Enterprise Edition Norme prosposée par SUN visant à définir un standard de développement d applications

Plus en détail

NFP111 Systèmes et Applications Réparties

NFP111 Systèmes et Applications Réparties NFP111 Systèmes et Applications Réparties 1 de 38 NFP111 Systèmes et Applications Réparties Cours 11 - Les Enterprise Java Beans (Introduction aux Enterprise Claude Duvallet Université du Havre UFR Sciences

Plus en détail

Architecture JEE. Objectifs attendus. Serveurs d applications JEE. Architectures JEE Normes JEE. Systèmes distribués

Architecture JEE. Objectifs attendus. Serveurs d applications JEE. Architectures JEE Normes JEE. Systèmes distribués Architecture JEE. Objectifs attendus Serveurs d applications JEE Systèmes distribués Architectures JEE Normes JEE couches logicielles, n-tiers framework JEE et design patterns 2007/02/28 Eric Hébert.eheb@yahoo.fr

Plus en détail

Institut Supérieur de Gestion. Cours pour 3 ème LFIG. Java Enterprise Edition Introduction Bayoudhi Chaouki

Institut Supérieur de Gestion. Cours pour 3 ème LFIG. Java Enterprise Edition Introduction Bayoudhi Chaouki Institut Supérieur de Gestion Cours pour 3 ème LFIG Java Enterprise Edition Introduction Bayoudhi Chaouki 1 Java EE - Objectifs Faciliter le développement de nouvelles applications à base de composants

Plus en détail

Apache Tomcat 8 Guide d'administration du serveur Java EE 7 sous Windows et Linux

Apache Tomcat 8 Guide d'administration du serveur Java EE 7 sous Windows et Linux Avant-propos 1. À qui s adresse ce livre? 11 2. Les pré-requis 12 Préambule 1. Rappel sur les architectures Internet/Intranet/Extranet 13 1.1 Le protocole HTTP 14 1.1.1 Les méthodes HTTP 16 1.1.2 Les codes

Plus en détail

Tour d horizon de Java EE 6

Tour d horizon de Java EE 6 1 Tour d horizon de Java EE 6 De nos jours, les entreprises évoluent dans une compétition à l échelle mondiale. Elles ont besoin pour résoudre leurs besoins métiers d applications qui deviennent de plus

Plus en détail

Environnements de Développement

Environnements de Développement Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Mahdia Unité d Enseignement: Environnements de Développement BEN ABDELJELIL HASSINE Mouna m.bnaj@yahoo.fr Développement des systèmes d Information Syllabus

Plus en détail

Programmation d applications distribuées

Programmation d applications distribuées Programmation d applications distribuées François Charoy Université Henri Poincaré 8 octobre 2007 Première partie I Développement d applications distribuées Objectifs du cours Comprendre ce qu est une

Plus en détail

Les serveurs applicatifs et les architectures Java

Les serveurs applicatifs et les architectures Java 03 Lucas Part 02 Page 179 Lundi, 20. août 2001 2:58 14 Chapitre 15 Les serveurs applicatifs et les architectures Java Nous avons vu jusqu ici, dans les chapitres précédents, que les utilisateurs accèdent

Plus en détail

Urbanisation et architecture des systèmes d information

Urbanisation et architecture des systèmes d information Urbanisation et architecture des systèmes d information Plate forme pour le composant logiciel 2/2 JAVA, JEE et les EJB David Eudeline eudeline.david@free.fr JAVA Qu'est ce que JAVA? Un langage très jeune

Plus en détail

VisualAge Pacbase 3.0 et WebSphere

VisualAge Pacbase 3.0 et WebSphere VisualAge Pacbase 3.0 et WebSphere Conférence VisualAge Pacbase 13 décembre 2001 Fernand Bonaguidi Jean-François Lévi 1 La plateforme logicielle WebSphere Applications de s et de Partenaires Accélérateurs

Plus en détail

Modernisation des applications Mainframe. avec. WebSphere Host Access Transformation Services

Modernisation des applications Mainframe. avec. WebSphere Host Access Transformation Services Modernisation des applications Mainframe avec WebSphere Host Access Transformation Services Donald Calas dcalas@fr.ibm.com 2/25/2005 2005 IBM Corporation WebSphere Host Access Transformation Services (HATS)

Plus en détail

Introduction à la plateforme J2EE

Introduction à la plateforme J2EE Introduction à la plateforme J2EE Auteur : Oussama Essefi Directeur technique Expert Consulting Oussama.essefi@expert-consulting.biz Copyright 2010 Expert Consulting Page 1 1. Introduction 1.1. Pourquoi

Plus en détail

Mise en œuvre des serveurs d application

Mise en œuvre des serveurs d application Nancy-Université Mise en œuvre des serveurs d application UE 203d Master 1 IST-IE Printemps 2008 Master 1 IST-IE : Mise en œuvre des serveurs d application 1/54 Ces transparents, ainsi que les énoncés

Plus en détail

Catalogue des Formations Techniques

Catalogue des Formations Techniques Catalogue des Formations Techniques Items Média Concept 4, allées Pierre-Gilles de Gennes - 33700 Mérignac Téléphone : 05.57.35.73.73 Télécopie : 05.57.35.73.70 Courriel : contact@imc-fr.com 2 Préambule

Plus en détail

Conception Exécution Interopérabilité. Déploiement. Conception du service. Définition du SLA. Suivi du service. Réception des mesures

Conception Exécution Interopérabilité. Déploiement. Conception du service. Définition du SLA. Suivi du service. Réception des mesures Software propose une offre d intégration unique, qui apporte l équilibre parfait entre investissements et performances pour les entreprises qui doivent sans cesse améliorer leurs processus. Des caractéristiques

Plus en détail

La page générale de téléchargement se trouve à l adresse http://developers.sun.com/resources/downloads.html

La page générale de téléchargement se trouve à l adresse http://developers.sun.com/resources/downloads.html Site de Sun La page générale de téléchargement se trouve à l adresse http://developers.sun.com/resources/downloads.html Toutes les SDK et les run-time sont téléchargeable à l adresse : http://java.sun.com/downloads/

Plus en détail

Présentation générale des Web Services

Présentation générale des Web Services Présentation générale des Web Services Vue Globale Type d'architecture reposant sur les standards de l'internet Alternative aux architectures classiques : Client/serveur n/tiers Orientée services permettant

Plus en détail

Les architectures N-tiers

Les architectures N-tiers Les architectures N-tiers 1 SOMMAIRE DU COURS XML ET LES ARCHITECTURES N-TIER Introduction aux architectures N-tier Serveurs d applications Déploiement d applications J2EE Tiers applicatif : servlets Tiers

Plus en détail

Dr. Djamel Benmerzoug. Email : djamel.benmerzoug@univ-constantine2.dz

Dr. Djamel Benmerzoug. Email : djamel.benmerzoug@univ-constantine2.dz Master 2 SITW Les services Web Dr. Djamel Benmerzoug Email : djamel.benmerzoug@univ-constantine2.dz Maitre de Conférences A, Département TLSI Faculté des NTIC Université Constantine 2 Abdelhamid Mehri

Plus en détail

Apache Tomcat 8. Guide d administration du serveur Java EE 7 sous Windows et Linux. Apache Tomcat 8. Apache Tomcat 8

Apache Tomcat 8. Guide d administration du serveur Java EE 7 sous Windows et Linux. Apache Tomcat 8. Apache Tomcat 8 Avant-propos Préambule La plate-forme Java EE Installation et configuration Administration du serveur Déploiement et gestion des applications La sécurité du serveur et des applications Analyse et supervision

Plus en détail

Architectures web pour la gestion de données

Architectures web pour la gestion de données Architectures web pour la gestion de données Dan VODISLAV Université de Cergy-Pontoise Plan Le Web Intégration de données Architectures distribuées Page 2 Le Web Internet = réseau physique d'ordinateurs

Plus en détail

24/11/2011. Cours EJB/J2EE Copyright Michel Buffa. Plan du cours. Programmer avec Java EE. Besoins des développeurs. Prérequis / Objectifs

24/11/2011. Cours EJB/J2EE Copyright Michel Buffa. Plan du cours. Programmer avec Java EE. Besoins des développeurs. Prérequis / Objectifs Plan du cours 2 Introduction générale EJB : les fondamentaux Programmer avec Java EE Introduction générale Michel Buffa (buffa@unice.fr), UNSA 2011, modifié par Richard Grin (version 1.0), avec emprunts

Plus en détail

Les nouvelles architectures des SI : Etat de l Art

Les nouvelles architectures des SI : Etat de l Art Les nouvelles architectures des SI : Etat de l Art Objectif Mesurer concrètement les apports des nouvelles applications SI. Être capable d'évaluer l'accroissement de la complexité des applications. Prendre

Plus en détail

Hébergement de sites Web

Hébergement de sites Web Hébergement de Solutions complètes et évolutives pour l hébergement de sites Web dynamiques et de services Web sécurisés. Fonctionnalités Serveur Web Apache hautes performances Apache 1. et.0 1 avec prise

Plus en détail

Evolutions des solutions d accès aux mainframes

Evolutions des solutions d accès aux mainframes Evolutions des solutions d accès aux mainframes Web Access 2 Sommaire Table des matières p 2 Essentiel p 3 Introduction p 4 1- Solutions d émulation d accès aux applications mainframe IBM (Emulation 3270)

Plus en détail

Nouvelles Plateformes Technologiques

Nouvelles Plateformes Technologiques Cycle de présentation du développement Nouvelles Plateformes Technologiques Observatoire Technologique, CTI Observatoire Technologique 4 mai 2004 p 1 Plan de la présentation 1. Historique du projet 2.

Plus en détail

4. Utilisation d un SGBD : le langage SQL. 5. Normalisation

4. Utilisation d un SGBD : le langage SQL. 5. Normalisation Base de données S. Lèbre slebre@unistra.fr Université de Strasbourg, département d informatique. Présentation du module Contenu général Notion de bases de données Fondements / Conception Utilisation :

Plus en détail

D une part, elles ne peuvent faire table rase de la richesse contenue dans leur système d information.

D une part, elles ne peuvent faire table rase de la richesse contenue dans leur système d information. PACBASE «Interrogez le passé, il répondra présent.». Le Module e-business Les entreprises doivent aujourd hui relever un triple défi. D une part, elles ne peuvent faire table rase de la richesse contenue

Plus en détail

1. Une approche innovante, basée sur «l objet document» 2. Le respect des chaînes éditoriales de l entreprise

1. Une approche innovante, basée sur «l objet document» 2. Le respect des chaînes éditoriales de l entreprise Lucid e-globalizer, solution globale de gestion de contenu multilingue. Ce document a pour objectif de vous présenter Lucid e-globalizer, la solution de gestion de contenu multilingue de Lucid i.t., ses

Plus en détail

Urbanisme du Système d Information et EAI

Urbanisme du Système d Information et EAI Urbanisme du Système d Information et EAI 1 Sommaire Les besoins des entreprises Élément de solution : l urbanisme EAI : des outils au service de l urbanisme 2 Les besoins des entreprises 3 Le constat

Plus en détail

Développement J2EE. avec Eclipse. et WSAD. Karim Djaafar. Olivier Salvatori. avec la contribution de. Groupe Eyrolles, 2003, ISBN 2-212-11285-8

Développement J2EE. avec Eclipse. et WSAD. Karim Djaafar. Olivier Salvatori. avec la contribution de. Groupe Eyrolles, 2003, ISBN 2-212-11285-8 Développement J2EE avec Eclipse et WSAD Karim Djaafar avec la contribution de Olivier Salvatori Groupe Eyrolles, 2003, ISBN 2-212-11285-8 Avant-propos Depuis la sortie de la plate-forme J2EE (Java 2 Entreprise

Plus en détail

DotNet. Plan. Les outils de développement

DotNet. Plan. Les outils de développement DotNet Les outils de développement Version 1.03 du 16/10/2006 par Jacky Renno Plan La machine virtuelle Le kit de développement Le kit de langage Le Visual Studio.NET Le serveur web IIS 6.0 Le modeleur

Plus en détail

PRIMAVERA P6 ENTERPRISE PROJECT PORTFOLIO MANAGEMENT WEB SERVICES

PRIMAVERA P6 ENTERPRISE PROJECT PORTFOLIO MANAGEMENT WEB SERVICES PRIMAVERA P6 ENTERPRISE PROJECT PORTFOLIO MANAGEMENT WEB SERVICES DÉCOUVREZ DES POSSIBILITÉS ILLIMITÉES GRÂCE A L INTÉGRATION À DES SYSTÈMES D ENTREPRISE EXISTANTS FONCTIONNALITÉS Connectivité des systèmes

Plus en détail

Java pour le Web. Cours Java - F. Michel

Java pour le Web. Cours Java - F. Michel Java pour le Web Cours Java - F. Michel Introduction à JEE 6 (ex J2EE) Historique Qu'est-ce que JEE JEE : Java Entreprise Edition (ex J2EE) 1. Une technologie outils liés au langage Java + des spécifications

Plus en détail

Windows (2000/NT), Solaris, AIX, HP-UX, Linux Haute disponibilité : SunCluster 3, Veritas Cluster Server 4. J2EE (JSP, Servlet, EJB, JTA), Open Source

Windows (2000/NT), Solaris, AIX, HP-UX, Linux Haute disponibilité : SunCluster 3, Veritas Cluster Server 4. J2EE (JSP, Servlet, EJB, JTA), Open Source David MAFFRAND Architecte SI E-mail : dmafblog@gmail.com Web : http://dmaf.free.fr Certifié Weblogic Server 6 Certifié webmethods Integration 4.6 Certifié webmethods Enterprise 5.0 Certifié webmethods

Plus en détail

Programme «Analyste Programmeur» Diplôme d état : «Développeur Informatique» Homologué au niveau III (Bac+2) (JO N 176 du 1 août 2003) (34 semaines)

Programme «Analyste Programmeur» Diplôme d état : «Développeur Informatique» Homologué au niveau III (Bac+2) (JO N 176 du 1 août 2003) (34 semaines) Programme «Analyste Programmeur» Diplôme d état : «Développeur Informatique» Homologué au niveau III (Bac+2) (JO N 176 du 1 août 2003) (34 semaines) Module 1 : Programmer une application informatique Durée

Plus en détail

Technologies du Multimédia et du Web

Technologies du Multimédia et du Web 3 ème Année Licence appliquée Technologies du Multimédia et du Web MoezBEN HAJ HMIDA ISSAT Sousse 2009/2010 Plan Les systèmes e-services Évolution des architectures d applications Les architectures client/serveur

Plus en détail

IBM Lotus Domino Designer 6.5.1

IBM Lotus Domino Designer 6.5.1 Créez rapidement des applications multi-plateformes pour automatiser les processus métier et améliorer l efficacité de votre workflow IBM Lotus Domino Designer 6.5.1 Créez, testez et déployez rapidement

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2004, ISBN : 2-212-11346-3

Groupe Eyrolles, 2004, ISBN : 2-212-11346-3 Groupe Eyrolles, 2004, ISBN : 2-212-11346-3 Table des matières Avant Propos................................................ 1 Pourquoi ce livre?........................................... 1 Structure de

Plus en détail

Auto-évaluation Aperçu de l architecture Java EE

Auto-évaluation Aperçu de l architecture Java EE Auto-évaluation Aperçu de l architecture Java EE Document: f1218test.fm 22/03/2012 ABIS Training & Consulting P.O. Box 220 B-3000 Leuven Belgium TRAINING & CONSULTING INTRODUCTION AUTO-ÉVALUATION APERÇU

Plus en détail

par Philippe Poulard Web services 0 Philippe.Poulard@sophia.inria.fr Philippe Poulard

par Philippe Poulard Web services 0 Philippe.Poulard@sophia.inria.fr Philippe Poulard 0 Philippe.Poulard@sophia.inria.fr Philippe Poulard Sommaire Qu est-ce? Middleware XML Web Services in situ Couches de services Architecture des Web Services avec Java JAX-RPC JAXR JAXM Outils 1 Présentation

Plus en détail

Programmation Web Avancée Introduction aux services Web

Programmation Web Avancée Introduction aux services Web 1/21 Programmation Web Avancée Thierry Hamon Bureau H202 - Institut Galilée Tél. : 33 1.48.38.35.53 Bureau 150 LIM&BIO EA 3969 Université Paris 13 - UFR Léonard de Vinci 74, rue Marcel Cachin, F-93017

Plus en détail

Retour d expérience. Julien BERNARD Crédit Agricole Asset Management

Retour d expérience. Julien BERNARD Crédit Agricole Asset Management Retour d expérience Julien BERNARD Crédit Agricole Asset Management Sommaire 1. Crédit Agricole Asset Management 2. Etat des lieux applicatifs 3. Plate-forme de développement 4. Retour d expérience sur

Plus en détail

2 Chapitre 1 Introduction

2 Chapitre 1 Introduction 1 Introduction Ce livre présente les Enterprise JavaBeans 2.0 et 1.1 qui constituent la troisième et la deuxième version de la spécification des Enterprise JavaBeans. Tout comme la plate-forme Java a révolutionné

Plus en détail

Modernisation des applications Mainframe. avec. WebSphere Host Access Transformation Services

Modernisation des applications Mainframe. avec. WebSphere Host Access Transformation Services Modernisation des applications Mainframe avec WebSphere Host Access Transformation Services Donald Calas dcalas@fr.ibm.com 9/1/2004 2004 IBM Corporation Les enjeux de la modernisation du legacy Applications

Plus en détail

LANGAGES & DéVELOPPEMENT. Une équipe à vos côtés pour toutes vos montées en compétences

LANGAGES & DéVELOPPEMENT. Une équipe à vos côtés pour toutes vos montées en compétences LANGAGES & DéVELOPPEMENT Une équipe à vos côtés pour toutes vos montées en compétences ASP.NET OPTION VB.NET OU C# 5 jours Permettre aux participants de mieux appréhender ce qu est la programmation pour

Plus en détail

Architecture technique

Architecture technique OPUS DRAC Architecture technique Projet OPUS DRAC Auteur Mathilde GUILLARME Chef de projet Klee Group «Créateurs de solutions e business» Centre d affaires de la Boursidière BP 5-92357 Le Plessis Robinson

Plus en détail

Compte Rendu d intégration d application

Compte Rendu d intégration d application ISMA 3EME ANNEE Compte Rendu d intégration d application Compte Rendu Final Maxime ESCOURBIAC Jean-Christophe SEPTIER 19/12/2011 Table des matières Table des matières... 1 Introduction... 3 1. Le SGBD:...

Plus en détail

Notre Catalogue des Formations IT / 2015

Notre Catalogue des Formations IT / 2015 Notre Catalogue des Formations IT / 2015 Id Intitulé Durée Gestion de projets et méthodes I1101 I1102 I1103 I1104 I1105 I1106 I1107 I1108 I1109 I1110 I1111 I1112 I1113 I1114 I1115 I1116 I1117 I1118 I1119

Plus en détail

Architecture Constellio

Architecture Constellio Architecture Constellio Date : 12 novembre 2013 Version 3.0 Contact : Nicolas Bélisle nicolas.belisle@doculibre.com 5146555185 1 Table des matières Table des matières... 2 Présentation générale... 4 Couche

Plus en détail

Moderniser. le système d information et le portefeuille applicatif. www.bull.com

Moderniser. le système d information et le portefeuille applicatif. www.bull.com Moderniser le système d information et le portefeuille applicatif L évolution technologique des plates-formes, l ouverture du système d information et la modernisation du portefeuille applicatif sont des

Plus en détail

La reconquête de vos marges de manœuvre

La reconquête de vos marges de manœuvre La reconquête de vos marges de manœuvre Libérez vos applications critiques Bull ouvre de nouvelles portes à votre patrimoine applicatif. Bull LiberTP fait passer simplement vos applications transactionnelles

Plus en détail

Objectifs. Maîtriser. Pratiquer

Objectifs. Maîtriser. Pratiquer 1 Bases de Données Objectifs Maîtriser les concepts d un SGBD relationnel Les modèles de représentations de données Les modèles de représentations de données La conception d une base de données Pratiquer

Plus en détail

Chapitre I : Protocoles client serveur et architectures distribuées

Chapitre I : Protocoles client serveur et architectures distribuées Licence Pro Réseaux Télécom Systèmes Internet et Intranet pour l entreprise Chapitre I : Protocoles client serveur et architectures distribuées Département IEM / UB Eric.Leclercq@u-bourgogne.fr Bureau

Plus en détail

Jean-Philippe VIOLET Solutions Architect

Jean-Philippe VIOLET Solutions Architect Jean-Philippe VIOLET Solutions Architect IBM Cognos: L' Expertise de la Gestion de la Performance Acquis par IBM en Janvier 08 Rattaché au Brand Information Management Couverture Globale 23,000 clients

Plus en détail

Architecture des systèmes d information

Architecture des systèmes d information Architecture des systèmes d information Table des matières 1 La décennie 70 1 2 Le modèle relationnel (les années 80) 1 3 Enrichissement du relationnel (les années 80/90) 2 4 Système d informations (les

Plus en détail

Qu est-ce que ArcGIS?

Qu est-ce que ArcGIS? 2 Qu est-ce que ArcGIS? LE SIG ÉVOLUE Depuis de nombreuses années, la technologie SIG améliore la communication, la collaboration et la prise de décision, la gestion des ressources et des infrastructures,

Plus en détail

Construire un annuaire d entreprise avec LDAP

Construire un annuaire d entreprise avec LDAP Construire un annuaire d entreprise avec LDAP Marcel Rizcallah Éditions Eyrolles ISBN : 2-212-09154-0 2000 Introduction L économie en réseau ou la Net-économie est au cœur des débats et des stratégies

Plus en détail

Java EE Cours 1. Présentation Générale. Cours de 2 e année ingénieur

Java EE Cours 1. Présentation Générale. Cours de 2 e année ingénieur Java EE Cours 1 Présentation Générale Cours de 2 e année ingénieur 1 Présentation du cours Objectifs Développement d applications Web robustes «Ne pas réinventer la roue» utilisation d un framework 1 Apprentissage

Plus en détail

Présentation J2EE. Stéphane Croisier, Directeur Serge Huber, Directeur Technique. 13 Juin 2002. 2002 Jahia Ltd. All rights reserved.

Présentation J2EE. Stéphane Croisier, Directeur Serge Huber, Directeur Technique. 13 Juin 2002. 2002 Jahia Ltd. All rights reserved. Présentation J2EE Stéphane Croisier, Directeur Serge Huber, Directeur Technique 13 Juin 2002 Table des Matières Qui sommes-nous? Introduction J2EE Architecture J2EE Avantages / Désavantages Le Projet Jahia

Plus en détail

W4 - Workflow La base des applications agiles

W4 - Workflow La base des applications agiles W4 - Workflow La base des applications agiles, W4 philippe.betschart@w4global.com Vous avez dit «workflow»? Processus : Enchaînement ordonné de faits ou de phénomènes, répondant à un certain schéma et

Plus en détail

Créer une architecture distribuée.net

Créer une architecture distribuée.net Ingénieurs 2000 Exposé Système & Réseaux 2006/2007 Créer une architecture distribuée.net Concepts et exemples 1. Présentation du Framework.NET 2. Créer et utiliser des services Web 3. Comment créer des

Plus en détail

JOnAS 5. Serveur d application d

JOnAS 5. Serveur d application d JOnAS 5 Serveur d application d dynamique Agenda En quelques mots Caractéristiques essentielles Zoom sur le versioning 2 Bull, 2008 Serveur d application dynamique JOnAS - Serveur d application Open Source

Plus en détail

Conception d Applications Réparties

Conception d Applications Réparties Jean-François Roos LIFL - équipe GOAL- bâtiment M3 Extension - bureau 206 -Jean-Francois.Roos@lifl.fr 1 Objectifs du Cours Appréhender la conception d applications réparties motivations et concepts architectures

Plus en détail

Programme scientifique Majeure ARCHITECTURE DES SYSTEMES D INFORMATION. Mentions Ingénierie des Systèmes d Information Business Intelligence

Programme scientifique Majeure ARCHITECTURE DES SYSTEMES D INFORMATION. Mentions Ingénierie des Systèmes d Information Business Intelligence É C O L E D I N G É N I E U R D E S T E C H N O L O G I E S D E L I N F O R M A T I O N E T D E L A C O M M U N I C A T I O N Programme scientifique Majeure ARCHITECTURE DES SYSTEMES D INFORMATION Mentions

Plus en détail

CQP Développeur Nouvelles Technologies (DNT)

CQP Développeur Nouvelles Technologies (DNT) ORGANISME REFERENCE STAGE : 26572 20 rue de l Arcade 75 008 PARIS CONTACT Couverture géographique : M. Frédéric DIOLEZ Bordeaux, Rouen, Lyon, Toulouse, Marseille Tél. : 09 88 66 17 40 Nantes, Lille, Strasbourg,

Plus en détail

Technologies du Web. Créer et héberger un site Web. Pierre Senellart. Page 1 / 26 Licence de droits d usage

Technologies du Web. Créer et héberger un site Web. Pierre Senellart. Page 1 / 26 Licence de droits d usage Technologies du Web Créer et héberger un site Web Page 1 / 26 Plan Planification Choisir une solution d hébergement Administration Développement du site Page 2 / 26 Cahier des charges Objectifs du site

Plus en détail

NSY107 - Intégration des systèmes client-serveur

NSY107 - Intégration des systèmes client-serveur NSY107 - Intégration des systèmes client-serveur Cours du 13/05/2006 (4 heures) Emmanuel DESVIGNE Document sous licence libre (FDL) Plan du cours Introduction Historique Les différentes

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2003 ISBN : 2-212-11270-X

Groupe Eyrolles, 2003 ISBN : 2-212-11270-X Groupe Eyrolles, 2003 ISBN : 2-212-11270-X 1 Présentation de Tomcat La plupart des lecteurs de ce livre ont certainement déjà développé des applications Web Java et souhaitent approfondir leurs connaissances

Plus en détail

Des solutions J2EE open source professionnelles adaptées à votre système d information d entreprise

Des solutions J2EE open source professionnelles adaptées à votre système d information d entreprise Des solutions J2EE open source professionnelles adaptées à votre système d information d entreprise Vendredi 26 Novembre 2004 9h.00 Espace Batignolles 18 rue de la Condamine 75017 Paris www.espace-batignolles.com

Plus en détail

EJB, retour d expérience

EJB, retour d expérience EJB, retour d expérience Les Jeudi de l Objet Ecole des Mines de Nantes 29 Mars 2001 Jean-François Crépeau T-Systems Page 1. T-Systems Jean-François CREPEAU Directeur de l Innovation Nouvelles Technologies

Plus en détail

NEXTDB Implémentation d un SGBD Open Source

NEXTDB Implémentation d un SGBD Open Source DIT - INFRA Demande d information (RFI) NEXTDB Implémentation d un SGBD Open Source Réf. : INFRA_NEXTDB_RFI.docx Page 1/8 Demande d information Projet NEXTDB Implémentation d un SGBD Open Source SOMMAIRE

Plus en détail

IBM Tivoli Composite Application Manager for Response Time Tracking

IBM Tivoli Composite Application Manager for Response Time Tracking Effectuer le suivi des transactions de bout en bout dans votre entreprise afin d accélérer les temps de réponse et maintenir une satisfaction élevée des utilisateurs IBM Tivoli Composite Application Manager

Plus en détail

Conservatoire Nationale des Arts et Métiers. J2EE vs NET

Conservatoire Nationale des Arts et Métiers. J2EE vs NET Conservatoire Nationale des Arts et Métiers Centre d enseignements de Grenoble Année Universitaire: 2008-2009 J2EE vs NET Cours : NFE107 Urbanisation & Architecture des Systèmes d Information Auditeurs

Plus en détail

PROGRAMME «CONCEPTEUR DÉVELOPPEUR INFORMATIQUE»

PROGRAMME «CONCEPTEUR DÉVELOPPEUR INFORMATIQUE» PROGRAMME «CONCEPTEUR DÉVELOPPEUR INFORMATIQUE» Titre professionnel : «Concepteur Développeur Informatique» Inscrit au RNCP de Niveau II (Bac + 4) (JO du 23 octobre 2007) (38 semaines) Unité de formation

Plus en détail

Architectures et Web

Architectures et Web Architectures et Web Niveaux d'abstraction d'une application En règle générale, une application est découpée en 3 niveaux d'abstraction : La couche présentation ou IHM (Interface Homme/Machine) gère les

Plus en détail

Compétences fonctionnelles et techniques

Compétences fonctionnelles et techniques Josselin JOUANNET 15 Route d Agde 31500 TOULOUSE Tel : 0561121609 0630953821 contact@josselinjouannet.com Chef de projet Architecte.Net 32 Ans, Marié 2 Enfants Permis B, VL Compétences fonctionnelles et

Plus en détail

Curriculum Vitae Alain Boucher

Curriculum Vitae Alain Boucher Curriculum Vitae Alain Boucher J2EE, CISSP, CISA 514-554-0614 aboucher@spare-brain.com Profil de carrière Alain Boucher a participé activement aux équipes de travail qui ont amené Medis (McKesson) et la

Plus en détail

Formateur.NET expérimenté Forte expertise dans la conception et le développement d applications.net, associée à une grande pédagogie

Formateur.NET expérimenté Forte expertise dans la conception et le développement d applications.net, associée à une grande pédagogie James RAVAILLE 1, Rue de Cholet 44 800 Saint-Herblain formation@algowin.fr 06 38 43 08 41 http://www.algowin.fr Marié, 3 enfants Nationalité française 34 ans Permis B Formateur.NET expérimenté Forte expertise

Plus en détail

Chapitre I : Protocoles client serveur et architectures distribuées

Chapitre I : Protocoles client serveur et architectures distribuées Chapitre I : Protocoles client serveur et architectures distribuées Eric Leclercq & Marinette Savonnet Département IEM / UB Eric.Leclercq@u-bourgogne.fr Bureau G212 Aile des Sciences de l Ingénieur Mise-à-jour

Plus en détail

Configuration Matérielle et Logicielle AGORA V2

Configuration Matérielle et Logicielle AGORA V2 Configuration Matérielle et Logicielle AGORA V2 Sommaire A- PREAMBULE 2 B - LE SERVEUR : 3 PLATES-FORMES SERVEURS DE DONNEES SUPPORTEES... 3 MOTEUR DE BASE DE DONNEES... 3 PROTOCOLES RESEAUX... 3 VERSION

Plus en détail

2008-2009 BAC informatique Spécialité : Science de l informatique. Établissement : Lycée L'Independence, Manouba.

2008-2009 BAC informatique Spécialité : Science de l informatique. Établissement : Lycée L'Independence, Manouba. Nedra SLIMANI Ingénieur en Informatique et Multiémdia Diplômée de l Institut supérieur des Arts Multimédia (ISAMM) (Juin, 2015) Oued Ellil 2021, Manouba. Tunis (+216) 52 51 97 39 nedra.slimani@gmail.com

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 3 : Le web dans l entreprise Sommaire Introduction... 1 Intranet... 1 Extranet...

Plus en détail

XML, PMML, SOAP. Rapport. EPITA SCIA Promo 2004 16 janvier 2003. Julien Lemoine Alexandre Thibault Nicolas Wiest-Million

XML, PMML, SOAP. Rapport. EPITA SCIA Promo 2004 16 janvier 2003. Julien Lemoine Alexandre Thibault Nicolas Wiest-Million XML, PMML, SOAP Rapport EPITA SCIA Promo 2004 16 janvier 2003 Julien Lemoine Alexandre Thibault Nicolas Wiest-Million i TABLE DES MATIÈRES Table des matières 1 XML 1 1.1 Présentation de XML.................................

Plus en détail

Le Cloud Computing et le SI : Offre et différentiateurs Microsoft

Le Cloud Computing et le SI : Offre et différentiateurs Microsoft Le Cloud Computing désigne ces giga-ressources matérielles et logicielles situées «dans les nuages» dans le sens où elles sont accessibles via Internet. Alors pourquoi recourir à ces centres serveurs en

Plus en détail

J2EE - Introduction. Développement web - Java. Plan du chapitre

J2EE - Introduction. Développement web - Java. Plan du chapitre Développement web - Java J2EE - Introduction Franck Denoël Master 2 ICA, UPMF Année académique 2007-2008 Franck Denoël Master 2 ICA, UPMF Année académique 2007-2008 Plan du chapitre J2EE Présentation J2EE

Plus en détail

Java et Objet. Amélie Lambert 2014-2015. Amélie Lambert 2014-2015 1 / 42

Java et Objet. Amélie Lambert 2014-2015. Amélie Lambert 2014-2015 1 / 42 Java et Objet Amélie Lambert 2014-2015 Amélie Lambert 2014-2015 1 / 42 Chapitre 8 Développement d applications Web Amélie Lambert 2014-2015 2 / 42 Plan du cours Typologie des applications Web Architecture

Plus en détail

Rocket AS v6.3. Les bénéfices de l optimisation

Rocket AS v6.3. Les bénéfices de l optimisation Rocket AS v6.3 Les bénéfices de l optimisation Qu est-ce que Rocket AS? Rocket AS pour IBM System z assure la visualisation de requêtes, de rapports, de données et le développement d applications rapides

Plus en détail

10. Base de données et Web. OlivierCuré [ocure@univ-mlv.fr]

10. Base de données et Web. OlivierCuré [ocure@univ-mlv.fr] 10. Base de données et Web 313 Evolution de l'information Ordre de grandeur : 314 1Mo : 1 gros roman 200Mo : ce que mémorise un être humain dans sa vie. 900Mo : information contenue dans le génome d'une

Plus en détail

Qu'est-ce qu'un Web Service?

Qu'est-ce qu'un Web Service? WEB SERVICES Qu'est-ce qu'un Web Service? Un Web Service est un composant implémenté dans n'importe quel langage, déployé sur n'importe quelle plate-forme et enveloppé dans une couche de standards dérivés

Plus en détail

Objectif : Passer de l analyse métier et fonctionnelle à la définition des applications qui

Objectif : Passer de l analyse métier et fonctionnelle à la définition des applications qui Formation PARTIE 1 : ARCHITECTURE APPLICATIVE DUREE : 5 h Objectif : Passer de l analyse métier et fonctionnelle à la définition des applications qui automatisent les fonctions Définir une architecture

Plus en détail

IBM Information Server : Transformation et diffusion de données

IBM Information Server : Transformation et diffusion de données Diffusez des informations dignes de confiance IBM Information Server : Transformation et diffusion de données Points forts Permet de développer une architecture évolutive, capable de délivrer une vue unifiée

Plus en détail

IBM Lotus Instant Messaging and Web Conferencing 6.5.1

IBM Lotus Instant Messaging and Web Conferencing 6.5.1 Un accès instantané et à tout moment aux personnes et aux informations IBM Lotus Instant Messaging and Web Conferencing 6.5.1 Optimise le travail collaboratif et l interaction humaine en proposant de nouveaux

Plus en détail

Comparaison des architectures J2EE et.net

Comparaison des architectures J2EE et.net Comparaison des architectures J2EE et.net Jean-Philippe FORESTIER jpf@osyx.fr Copyright OSYX 2003 Présentation Ce document après un rappel de différents types d architectures logicielles, présente une

Plus en détail

Introduction aux S.G.B.D.

Introduction aux S.G.B.D. NFE113 Administration et configuration des bases de données - 2010 Introduction aux S.G.B.D. Eric Boniface Sommaire L origine La gestion de fichiers Les S.G.B.D. : définition, principes et architecture

Plus en détail