Une traductrice agréable

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Une traductrice agréable"

Transcription

1 Une traductrice agréable Par Jean-Paul Fontaine, trad. a. La boîte aux lettres d Éva-Luna contenait une seule enveloppe portant le logo de l OTTIAQ. Sur ses yeux toujours rieurs passa l ombre d un doute, comme un cirrus vaporeux devant le soleil. Et si la réponse était négative? Elle savait quelle réponse elle attendait, mais n allez pas croire que je ne vais pas dénouer l intrigue si tôt. Cela vous priverait, cher sympathique, mais impatient lecteur, du plaisir de déguster ce petit bijou de nouvelle humoristico-scientifique que j ai concoctée amoureusement pour vous! Rien ne prédestinait Éva-Luna à la traduction et elle y parvint par un chemin bien inattendu. À la naissance, elle était tombée dans un couffin de science : sa mère, toute menue, détenait suffisamment de diplômes en électricité et en électronique pour se couvrir des pieds à la tête et elle était reconnue comme une autorité montante de la gestion des grands réseaux; son père, postdoc en astrophysique, était aussi un peu poète, comme son idole, Hubert Reeves. Elle se retrouvait donc entre l infiniment petit et l infiniment grand, ce qui lui laissait une assez bonne marge de manœuvre! Son petit visage tout rond encadré de mèches rousses avait fait surgir l image de la lune cendrée dans l esprit de son astronome de père qui s était aussitôt exclamé : «Luna Rossa»! Maman avait opposé «Électra» pour se moquer de son mari et l on s était entendu sur Éva-Luna! Mais, point n était lunatique! Précoce, elle se délectait des contes de maman dans lesquels les fées étaient remplacées par des protons, des neutrons et des électrons qui s épousaient et vivaient heureux avec une ribambelle de petits atomes. Papa lui créait des comptines avec le nom des planètes et les légendes du Zodiaque. Et bientôt, ils le firent dans les quelques langues qu ils connaissaient et la petite surdouée se retrouva à l école, complètement décalée par rapport à ses petits camarades. Camarades qui écarquillèrent les yeux jusqu à les retrouver dans leurs oreilles, le jour de sa première présentation en classe de première année : elle leur racontait tout bonnement que le Soleil était tellement lointain que ce qu ils voyaient était le Soleil d il y a huit minutes, que si le Soleil s éteignait maintenant, on ne le saurait que dans huit minutes. Les plus timorés notèrent l heure à l horloge! Son père, qui se spécialisait dans la recherche d exoplanètes, en parlait souvent à la maison et Éva-Luna apprit sans effort que la probabilité de l'existence d autres civilisations dans l univers était très sérieuse, mais qu'en raison des distances interstellaires et intergalactiques, nous ne pourrions jamais nous rendre visite. En effet, s il y avait une planète supportant une civilisation intelligente autour de Proxima du Centaure, la plus proche voisine du Soleil, située à 4,3 années-lumière, il nous faudrait ans pour nous y rendre avec nos engins spatiaux actuels! Et que dire des civilisations pouvant exister dans la galaxie près de chez nous, Andromède, située à deux millions d années-lumière? Elle se moquait donc éperdument des extraterrestres du cinéma américain : laids, verts, bêtes et méchants; assez intelligents pour venir jusqu à nous, mais incapables de s exprimer autrement qu'en anglais! Au secondaire, cela lui valut une certaine animosité, de la part des aficionados d E. T. Pour en finir elle profita d un cours de maths pour leur balancer l équation de Drake 1 dans les dents et au tableau noir, afin de leur faire la démonstration mathématique de la probabilité de l existence d autres êtres intelligents dans l univers. Elle savait bien, allez, que cette équation ne faisait pas l unanimité dans le monde scientifique, mais bon, puisqu elle lui permettait de clouer le bec de ses détracteurs et d époustoufler le prof Nourrie de sciences, de cours enrichis et d activités éducatives de toutes sortes, elle lisait beaucoup sur l astronomie et sur les origines de la vie sur terre, tout en faisant accessoirement son cégep qu elle ne pouvait pas abréger en une année, malheureusement. Notre système d éducation est ainsi fait : hyperindulgent envers les cancres, il est parfaitement inadapté pour les doués et les surdoués. C est à ce moment qu'elle conçut le projet de prendre un congé sabbatique. Son DEC en poches, elle irait visiter le berceau de l humanité et tant qu à y être, elle ferait du tourisme en Afrique de l Est. Elle ajouta donc à sa 1 N = R* x ƒp x ne x ƒ1 x fc x L

2 préparation, l étude du swahili, cette langue développée au fil des siècles entre les commerçants arabes et les populations bantoues de la côte 2 orientale africaine. Cette langue avait pris un essor considérable au cours des dernières décennies, car Mzee 3 Julius Nyerere, alors président de la Tanzanie, avait vu dans le swahili un outil linguistique susceptible d unir les quelque 40 millions d Africains de l Est, regroupés en quelques centaines de tribus ayant chacun son patois ou sa langue. Il avait travaillé activement à sa codification et à sa diffusion. Avec une connaissance même imparfaite du swahili, Éva-Luna disposerait d un outil qui lui permettrait de gagner la sympathie des habitants et enrichirait ses contacts en évitant d utiliser la langue des colonisateurs. Ainsi armée, elle débarqua à Nairobi où l accueillit un collègue de son papa, Kamau Kunyiha, un Kikuyu qui vivait justement à Tigoni, cette banlieue nord de Nairobi, à mi-chemin entre la capitale et le saint Graal d Éva- Luna, le Grand Rift, berceau de l humanité. Après lui avoir donné les conseils d usage, bwana Kunyiha, fit jouer le tam-tam, tant dans la communauté scientifique, que dans les villages et certaines administrations et Éva- Luna fit un voyage de rêve. De la vallée du Grand Rift, qui lui donna les émotions les plus intenses, aux lieux de fouilles archéologiques, en passant par les villages de huttes et la faune de l'immense plaine du Massaï Mara, elle emplit sa tête et ses cartes-mémoire de souvenirs impérissables. Elle goûta au treni, le train avec sa clientèle bigarrée et elle eut un petit frisson de fierté en montant dans un Twin Otter, l avion de brousse de fabrication canadienne très utilisé dans ces régions. Elle finit même par s acclimater aux matatus, ces minibus déglingués toujours surchargés d humains, de chèvres et de poulets, conduits par des candidats au suicide, prêts à tout pour devancer un concurrent de quelques minutes! Et ce qu elle ne savait pas encore, en narrant ses merveilleuses aventures à son entourage, au retour, c est que ce voyage allait bientôt incurver solidement son espace-temps. À l université, elle mena deux bacs presque de front : un en physique, au grand plaisir de ses parents qui la voyaient suivre leurs traces, et un autre en informatique, à toutes fins utiles. Puis, coup de tonnerre dans un ciel bleu, elle annonça à ses parents qu elle renonçait pour le moment à une maîtrise quelconque et qu'elle entreprenait un troisième bac, en traduction cette fois! Stupeur en la demeure? Comment peut-on abandonner la science de l heure au profit d un art mineur? Elle s expliqua en exigeant le secret le plus absolu jusqu au moment stratégique. Elle avait conçu un projet dont elle seule pouvait rêver, car elle avait dans son foyer même les alliés indispensables, un papa astronome et une maman grands-réseaux. Convaincue de l'existence de civilisations extraterrestres, ce que son père n allait pas contester, elle avait conçu un projet susceptible de vérifier leur existence. Il s agissait de créer une antenne des dizaines de milliers de fois plus grande que les plus grands radiotélescopes et de la focaliser 4 sur une région extrêmement étroite du ciel, autrement dit viser une exoplanète pour l écouter en cachette, comme ma grand-mère écoutait les conversations des voisins sur les lignes communes de mon enfance campagnarde. Reprenez votre souffle, cher lecteur; je vous explique ce qui était évident pour elle et pour ses parents. Pour déceler des signes de vie sur des planètes éloignées, les grands télescopes, même réunis en batterie, ne sont d aucune utilité. C est comme chercher une luciole tournant autour d une ampoule de watts, par une nuit noire. Les engins spatiaux ne sont d aucune utilité non plus. Nos engins spatiaux actuels voyagent à une vitesse moyenne d environ 10 km/sec, ce qui est infiniment trop lent pour envisager un voyage interstellaire. L astuce consistait donc à écouter les ondes électromagnétiques en provenance de l'espace pour déceler des signaux organisés, manifestation d une intelligence créatrice. Une onde électromagnétique est un signal électrique qui voyage à la vitesse de la lumière et qui permet toutes les communications sans fil, audio ou vidéo. Ainsi la Terre émet constamment, dans toutes les directions, des ondes électromagnétiques et s il se trouve quelque part une civilisation intelligente convenablement située et équipée, elle peut capter nos émissions de télévision et nous regarder vivre. Ce qui ne serait pas à notre avantage! Bien sûr, les membres d une telle civilisation voient nos émissions en différé et plus ils vivent loin, plus c est différé : pour reprendre l exemple d une hypothétique planète habitée autour de Proxima du Centaure, on capterait nos émissions avec 2 (sahil, en arabe) 3 En swahili, mzee est la salutation utilisée pour les personnages importants; bwana est la salutation appropriée pour les gens ordinaires. 4 Ne me demandez pas comment; on est en science-fiction, non?

3 4 ans et quatre mois de retard. Quant à une planète située à 50 années-lumière, elle capterait Les Plouffe, à l heure actuelle! Les mâchoires de ses parents étant tombées sur leurs genoux, elle put poursuivre tranquillement. Bon; si c est possible dans un sens, ce l est dans l'autre. Alors, maman grands-réseaux qui savait fort bien que tous les réseaux électriques de l Amérique du Nord sont interreliés, ne serait-ce que par les mises à la terre, et qu ils captent des quantités incroyables d ondes électromagnétiques dont ils n ont que faire, aiderait sa fille à concevoir un modem à brancher dans une prise de courant, capable de filtrer ces ondes et de ne retenir que les fréquences intéressantes. Éva-Luna brancherait le modem à son Mac et programmerait en Linux, les logiciels d analyse nécessaires. Papa serait mis à contribution pour signaler les exoplanètes susceptibles d'abriter la vie, calculer les trajectoires et les moments d'écoute propices. Et voilà! Avec beaucoup de travail et un peu de chance, on capterait des émissions de l'espace, on deviendrait des célébrités internationales et on serait anobellisés! Ses parents mirent plusieurs minutes à reprendre leur souffle. Ils luttaient pour surnager dans un maelstrom d émotions contradictoires. Ou leur fille était folle, ou elle était un génie qui allait bientôt faire ombrage à Einstein lui-même. Et sa mère, plus pragmatique que son père, fut la première à pouvoir poser une question : «Et que vient faire la traduction dans ton rêve?» «Mais pardi, pour me faciliter l apprentissage de la langue et traduire ensuite la pensée de cette civilisation que nous ne manquerons pas de découvrir.» Cette fois-ci, ils tombèrent littéralement en bas de leur chaise. Comme dans les équations d Einstein, le temps se déforma, les minutes s étirèrent avant que le père, plus rêveur, plus habitué aux bouleversements de ses évidences ne reprenne ses esprits. Il ne voyait pas de mal à essayer pourvu que l on garde le secret le plus strict. Il n était pas question de mettre leurs carrières en péril en affrontant un échec ridicule! Quelques années plus tard, le bac en traduction terminé et la maîtrise en télécommunications presque achevée, la recherche avait aussi progressé et on commençait à voir poindre la lumière au bout du tunnel. On avait mis au point modem et autres bidules électroniques, réglé l informatique et répertorié un certain nombre d exoplanètes intéressantes. Pour chacune, on avait déterminé la période du jour ou l antenne, c est-àdire l Amérique du Nord se trouvait en position d écoute favorable, face à la planète visée. Restait à découvrir les fréquences et les modes de modulation utilisées par la méthode des essais et erreurs. Pour cela, Éva-Luna avait programmé un petit robot informatique qui balayait inlassablement toutes les fréquences imaginables dans tous les modes de modulation connus. Un bon samedi matin voyez que le hasard fait bien les choses : tout le monde était à la maison!, l ordinateur se mit à biper furieusement. Il détectait un signal qui correspondait aux critères et une image apparaissait à l écran. C était bien faible et il y avait beaucoup de distorsion, mais on croyait distinguer la forme d un bipède qui bougeait dans un décor assez flou. L émotion était à son comble pour le trio et le plus dur était de ne pas sortir dans la rue, crier la nouvelle urbi et orbi! Non; il fallait surtout garder le secret tant que l on n aurait pas un dossier en béton à soumettre à la communauté scientifique et au monde ébahis! Passons outre aux mois de travaux de plus en plus fébriles pour filtrer et amplifier le signal reçu, pour arriver au moment où les images et le son devinrent enfin utilisables. Éva-Luna enregistrait en continu, quitte à analyser en profondeur son matériel pendant les périodes où l alignement des planètes empêchait l écoute. Elle avait aussi imaginé un outil de travail des plus précieux : un logiciel qui pouvant faire la distinction entre les bruits et les sons organisés et les transcrire en alphabet phonétique. La famille, peu surprise, mais ravie, découvrait une civilisation beaucoup plus avancée que la nôtre. Les habitants semblaient vivre en paix et en harmonie avec leur environnement. Le transport en commun semblait être la règle, tout comme le télétravail. Les humanoïdes de la planète en question paraissaient calmes et doux, et surtout très égalitaires. Mâles et femelles ne vivaient pas en couples, mais en trios, sur le modèle de la formation initiale des nucléons, après le Big Bang. En effet, chacun sait qu une fois la chaleur et l excitation tombées après le boum fondateur, les particules contenues dans la soupe initiale cherchèrent à se combiner. Les premières à vouloir le faire, les quarks U, de charge électrique positive de 2/3 et les quarks D, de charge électrique négative de 1/3, n y arrivaient pas. Les quarks de même signe se repoussaient, et deux quarks de signe différent éprouvaient un déséquilibre de

4 charge électrique. Un peu comme les couples terriens au fond; encore que dans ce cas, il s agisse plus de charge émotive que de charge électrique! Quoique, portée un certain niveau, la charge émotive peut devenir très électrisante, mais point ne digressons davantage! Contrairement aux humains, la nature avait su trouver la solution dès le départ : l adjonction d un quark D entre deux quarks U permit à la force nucléaire de sceller une union extrêmement forte appelée proton; de même, l insertion d un quark U entre deux quarks D créa un neutron encore plus difficile à casser. Vous voulez une démonstration mathématique, sympathique, mais incrédule lecteur? Qu à cela ne tienne! Additionnons les charges fractionnaires : 2/3 + 2/3 1/3 = 1, soit la charge électrique positive du proton et -1/3 + 2/3-1/3 = 0, soit la charge électrique nulle du neutron! Ce Que le Frère Disait, quand il y avait encore des frères dans nos écoles! Dans la société à l étude, on observait donc des trios mâle-femelle-mâle en nombre à peu près égal avec les trios femelle-mâle-femelle, ce qui semblait éviter bien des problèmes. Mais avant même de noter ces appariements un peu surprenants à nos yeux, Éva-Luna avait noté des particularités bien intrigantes chez ses humanoïdes. Ils faisaient montre d une intelligence bien supérieure à la nôtre sans avoir la grosse tête. De plus, mâles et femelles faisaient étalage de superbes seins qui ne semblaient pas être soumis à la loi de la gravité, comme ceux des humaines. Et quand on dit faire étalage, c est au sens propre : tout le monde ayant des seins, ils ne revêtaient pas de symbolisme sexuel et ils n étaient vêtus que lorsque c était utile ou nécessaire. On notait aussi une variation du volume des seins chez les individus des deux sexes, qui semblait susciter l admiration et le respect chez les personnes moins pourvues, mais Éva-Luna n en trouverait l'explication que plus tard. Éva-Luna remarqua également d autres caractéristiques surprenantes : ils étaient ovipares, ce qui est bien pratique, car une couvaison est beaucoup moins contraignante qu une grossesse. Monotrèmes ou pas? Elle ne pouvait pas le deviner, n ayant pas encore vu d émissions de téléréalité, ni de films XXX! Il semble que les habitants de cette planète avaient déjà dépassé ce stade navrant. Par contre, ce qui était évident, c est que mâles et femelles allaitaient et le faisaient pendant de nombreuses années. Selon toute apparence, la pratique ne cessait qu au moment où Poussinet atteignait le stade de développement physique de l un de nos enfants de 7 ans. Mais Éva-Luna ne comprendrait tous les avantages de cette méthode que lorsqu elle maîtriserait la langue. Il fallait qu elle se mette au déchiffrement de cette langue au plus tôt. Dès qu elle eut suffisamment d enregistrements audio transcrits, elle se mit à la recherche de la Pierre de Rosette qui lui fournirait la clé. Et elle la trouva dans sa connaissance du swahili. Les sons perçus n avaient pas la même signification, mais la syntaxe lui paraissait semblable : des mots de plusieurs syllabes construits à partir d une racine verbale augmentée de suffixes, de préfixes, voire d infixes. Et un ordonnancement logique : «trois belles filles» se disant plutôt «filles belles trois». Après cette découverte, ses progrès furent rapides : elle se mit à reconnaître des ensembles de sons correspondant à des mots ou des expressions et elle se fit rejouer les enregistrements pour tâcher de leur donner une signification en fonction du contexte suggéré par l image. Des mois de travail minutieux et acharné plus tard, elle avait réussi la traduction et le sous-titrage d une émission de matantes, facile à comprendre. Puis, radieuse, elle invita ses parents à visionner l extrait. Miracle! Leur fille était en train de déchiffrer une langue parlée sur une exoplanète, une planète orbitant autour de l étoile, dont elle avait traduit le nom par Uto. Uto de Pi. À partir de ce moment mémorable, les progrès furent très rapides. Éva-Luna passa des émissions de matantes aux émissions de météo, puis aux affaires publiques et enfin, aux émissions de vulgarisation scientifique. Et c est ainsi qu elle finit par découvrir le secret des seins des Utopiens. Au lieu de graisse, ils contenaient de la masse cérébrale supplémentaire, d où la meilleure tenue de l organe en question et le respect manifesté par l'entourage : les porteurs de gros seins étaient des bollés et non des boulés! Autre avantage non négligeable de la chose : les enfants s instruisaient en tétant, de sorte qu ils pouvaient commencer l école au niveau secondaire et terminer un doctorat avant 20 ans! D ailleurs, c est en écoutant le Pierre Tisseyre local qu elle apprit l existence du programme spatial des Utopiens. De leurs utopistes, ils lançaient des sondes spatiales depuis très longtemps. Certaines voyageaient

5 même en direction de notre étoile, le Soleil depuis quelques siècles. Ils possédaient une station spatiale dans laquelle le costume obligatoire comprenait un nez de clown 5. Ils lançaient aussi des télescopes spatiaux, des GUM, un acronyme dans le patois local, tout aussi indéchiffrable que les nôtres! Leurs gums étaient nommés Bubble, en l honneur d un astronome très célèbre chez eux. Leurs Bubble gums épiaient l univers. Ils avaient aussi conçu et mis en orbite un énorme radiotélescope pour capter des ondes électromagnétiques d exoplanètes. Impossible de déterminer s il était pointé vers la Terre, mais Éva-Luna espérait bien que non. S il fallait que des êtres supérieurement intelligents captent les élucubrations de Don Cherry ou du Gros Câve, notre réputation serait foutue à jamais, dans ce coin du ciel. Bref, Éva-Luna affinait sa connaissance des Utopiens et de l utopien et un peu plus de cinq ans après le début de son projet, elle se sentait prête à rédiger son rapport, que ses parents signeraient avec elle. Un Nobel familial serait du meilleur effet, non? Dernier scrupule de scientifique, elle décida d en retarder la publication et de présenter sa demande d agrément à l OTTIAQ, afin de mieux asseoir sa crédibilité de traductrice. D où sa fébrilité en ouvrant la lettre de l Ordre. Hélas! Madame Poiret déclarait devoir refuser sa demande : «Il nous paraît impossible de vous accorder l agrément pour une langue source dont vous êtes la seule locutrice sur Terre; présentez plutôt votre demande à nouveau pour la paire de langues swahili-français»! 5 Cet usage avait sans doute été inspiré par le séjour dans l'espace du clown fondateur du Cirque de Pi. Original jusqu à la folie, ce dernier en avait même fondé un deuxième pour concurrencer le premier; il l avait nommé le Cirque de Pi-zen-Pi. Bof!

PARCOURS D UN GRAND BANQUIER D AFFAIRES

PARCOURS D UN GRAND BANQUIER D AFFAIRES ENTRETIEN AVEC DICKRAN INDJOUDJIAN (*) MENÉ PAR BERNARD COLASSE Université Paris - Dauphine ET FRANCIS PAVÉ Centre de sociologie des organisations PARCOURS D UN GRAND BANQUIER D AFFAIRES Question : quand

Plus en détail

Père à part entière avec enfants à temps partiel

Père à part entière avec enfants à temps partiel Père à part entière avec enfants à temps partiel Le guide des pères nouvellement séparés ou divorcés 1 2 Père à part entière avec enfants à temps partiel Le guide des pères nouvellement séparés ou divorcés

Plus en détail

Tout ceci a-t-il un sens? Je le crois! Hubert Treuille

Tout ceci a-t-il un sens? Je le crois! Hubert Treuille Tout ceci a-t-il un sens? Je le crois! Hubert Treuille Octobre 2012 Pour écrire cela il fallait oser se jeter à l eau! A - 1 A - 2 A - INTRODUCTION Au cours de la vie, on regarde, on écoute, on apprend.

Plus en détail

Et toi Qu est-ce que tu sais faire?

Et toi Qu est-ce que tu sais faire? Jeunes diplômés au chômage Et toi Qu est-ce que tu sais faire? Comprendre le chômage Construire un projet de vie basé sur les compétences propres Lancer des Microprojets à forte valeur ajoutée. Sondes

Plus en détail

Choisir sa Vie. Sophie Gueidon. www.espritdesucces.com. En route vers votre vie de rêve!

Choisir sa Vie. Sophie Gueidon. www.espritdesucces.com. En route vers votre vie de rêve! Choisir sa Vie En route vers votre vie de rêve! Sophie Gueidon www.espritdesucces.com Important En lisant ce livre, vous obtenez le droit de l offrir en cadeau à qui vous voulez. Vous pouvez également

Plus en détail

Bruno Lallement. Comment devenir une personne plus sereine. Rien n est là-bas qui ne soit déjà ici. http://www.psychologie-du-bien-etre.

Bruno Lallement. Comment devenir une personne plus sereine. Rien n est là-bas qui ne soit déjà ici. http://www.psychologie-du-bien-etre. Comment devenir une personne plus sereine Rien n est là-bas qui ne soit déjà ici Bruno Lallement http://www.psychologie-du-bien-etre.com Tous droits réservés pour tous pays - 2008 Edité par : Ressources

Plus en détail

développement de carrière manitoba RÉUSSIR UNE ENTREVUE GUIDE

développement de carrière manitoba RÉUSSIR UNE ENTREVUE GUIDE développement de carrière manitoba RÉUSSIR UNE ENTREVUE GUIDE Table des matières Remerciements... 2 Introduction... 3 Au sujet de ce guide... 3 Quel est l objectif d une entrevue?... 5 Quels types d entrevue

Plus en détail

Jeunes Canadiens dans un monde branché phase III. La perspective des enseignants

Jeunes Canadiens dans un monde branché phase III. La perspective des enseignants Jeunes Canadiens dans un monde branché phase III La perspective des enseignants Par Valerie Steeves, Ph.D. pour HabiloMédias HabiloMédias 950 avenue Gladstone, Bureau 120 Ottawa, ON Canada K1Y 3E6 Tél

Plus en détail

Votre enfant a une surdité? Guide pratique à l usage. DES parents

Votre enfant a une surdité? Guide pratique à l usage. DES parents Votre enfant a une surdité? Guide pratique à l usage DES parents 1 Votre enfant a une surdité? Fondation des Sourds du Québec Charles Gaucher, Ph. D. Louise Duchesne, Ph. D. Fondation des Sou du Québec

Plus en détail

MESA MON ENFANT, SON AVENIR VOLUME 1 GUIDE D ACCOMPAGNEMENT POUR SOUTENIR VOTRE ENFANT DANS SA DÉMARCHE DE CHOIX DE CARRIÈRE

MESA MON ENFANT, SON AVENIR VOLUME 1 GUIDE D ACCOMPAGNEMENT POUR SOUTENIR VOTRE ENFANT DANS SA DÉMARCHE DE CHOIX DE CARRIÈRE MESA VOLUME 1 MON ENFANT, SON AVENIR GUIDE D ACCOMPAGNEMENT POUR SOUTENIR VOTRE ENFANT DANS SA DÉMARCHE DE CHOIX DE CARRIÈRE À l intention des parents d élèves de 5 e -6 e année et de 1 re -2 e secondaire

Plus en détail

EN QUOI L EDUCATION MUSICALE PEUT-ELLE

EN QUOI L EDUCATION MUSICALE PEUT-ELLE I.U.F.M. Académie de Montpellier Site de Nîmes GAILLARD Christine EN QUOI L EDUCATION MUSICALE PEUT-ELLE AIDER AU DEVELOPPEMENT DE L ENFANT DE CYCLE 1 ET 2? Disciplines concernées : éducation musicale

Plus en détail

Manipulation : ne vous laissez plus faire!

Manipulation : ne vous laissez plus faire! Jacques Regard Manipulation : ne vous laissez plus faire! Sixième tirage 2010, 2004 pour le texte de la précédente édition, 2010 pour la nouvelle présentation ISBN : 978-2-212-54525-8 Table des matières

Plus en détail

Liberté pour apprendre Carl Rogers, Ed. Dunod, 1999 (1972), 364 p.

Liberté pour apprendre Carl Rogers, Ed. Dunod, 1999 (1972), 364 p. Liberté pour apprendre Carl Rogers, Ed. Dunod, 1999 (1972), 364 p. EXTRAITS La relation interpersonnelle dans la facilitation de l apprentissage. J éprouve une réaction négative envers l enseignement.

Plus en détail

Avant-propos. Se présenter aux élections Guide pour une communication politique efficace au Cameroun

Avant-propos. Se présenter aux élections Guide pour une communication politique efficace au Cameroun Avant-propos Se présenter aux élections Guide pour une communication politique efficace au Cameroun 1 Se présenter aux élections 2 Avant-propos se présenter aux élections Guide pour une communication politique

Plus en détail

René Barbier et Christian Verrier. La joie d être grand-père

René Barbier et Christian Verrier. La joie d être grand-père 1 René Barbier et Christian Verrier La joie d être grand-père «Dans un monde où les couples n ont plus la solidité d antan, les grands-parents sont devenus des repères importants, d autant qu ils accompagnent

Plus en détail

Les devenus sourds : Un monde à part

Les devenus sourds : Un monde à part UNIVERSITE PIERRE MENDES FRANCE UFR Sciences Humaines et Sociales *********** PAROD Marlène Les devenus sourds : Un monde à part *********** Master 1 Sociologie Spécialité Nouvelles Formes du Lien Social

Plus en détail

Pourquoi ont-ils choisi l islam?

Pourquoi ont-ils choisi l islam? 1 Pourquoi ont-ils choisi l islam? Traduit de l anglais par Inès Mahmoud Mégahed Merci d adresser vos demandes au CIMS P.O. BOX 834, Alexandrie, Egypte Cims_eg@yahoo.com Www.islamicmessage.net Oeuvre caritative

Plus en détail

WHY NOT PRODUCTIONS ET SIXTEEN FILMS. PRéSENTENT SCÉNARIO PAUL LAVERTY

WHY NOT PRODUCTIONS ET SIXTEEN FILMS. PRéSENTENT SCÉNARIO PAUL LAVERTY WHY NOT PRODUCTIONS ET SIXTEEN FILMS PRéSENTENT SCÉNARIO PAUL LAVERTY WHY NOT PRODUCTIONS ET SIXTEEN FILMS PRéSENTENT un film de Ken Loach Scénario de Paul Laverty DISTRIBUTION 5, rue Darcet 75017 PARIS

Plus en détail

UN BONHEUR INSOUTENABLE

UN BONHEUR INSOUTENABLE - 1 - IRA LEVIN UN BONHEUR INSOUTENABLE TRADUIT DE L AMÉRICAIN PAR FRANCK STRASCHITZ - 2 - Christ, Marx, Wood et Wei Nous ont donné ce jour parfait. Marx, Wood, Wei et Christ - Seul Wei n'a pas connu le

Plus en détail

Jeudi 25 novembre Débat «Le bonheur d être maire»

Jeudi 25 novembre Débat «Le bonheur d être maire» Jeudi 25 novembre Débat «Le bonheur d être maire» Jacques Pélissard Ce dernier jour du Congrès, nous avons tous beaucoup travaillé, participé à des ateliers, des réunions en auditorium, et le Bureau a

Plus en détail

Denis Diderot Lettre sur les aveugles à l usage de ceux qui voient

Denis Diderot Lettre sur les aveugles à l usage de ceux qui voient Denis Diderot Lettre sur les aveugles à l usage de ceux qui voient contre-informations.fr Vive le matérialisme dialectique! LPossunt, nec posse videntur. VIRG. Æneid., Lib. V, vers. 231. Je me doutais

Plus en détail

lecture Même quand il peut se dire, l écrit est une langue qui ne se parle pas 1. Contexte politique

lecture Même quand il peut se dire, l écrit est une langue qui ne se parle pas 1. Contexte politique lecture Les Actes de Lecture n 94, juin 2006 - [lecture] Même quand il peut se dire..., Jean FOUCAMBERT 045 Question lecture, les premiers mois de l année 2006 auront été marqués par l offensive du ministre

Plus en détail

Créer une entreprise par Carlos Vadillo Faculté de Sciences Économiques, Université de Burgos, Espagne

Créer une entreprise par Carlos Vadillo Faculté de Sciences Économiques, Université de Burgos, Espagne Créer une entreprise par Carlos Vadillo Faculté de Sciences Économiques, Université de Burgos, Espagne Objectifs Linguistiques : très divers, mais surtout lexicaux. Notionnels : connaître les différentes

Plus en détail

ÊTRE FLUIDE. Texte de John C. Harrison, traduit par Richard Parent

ÊTRE FLUIDE. Texte de John C. Harrison, traduit par Richard Parent 1 ÊTRE FLUIDE Texte de John C. Harrison, traduit par Richard Parent Comment est-on quand on est fluide? Comment se sent-on? Lorsque les personnes qui bégaient songent à la fluidité, leur intérêt se concentre

Plus en détail

GRAND-PAPA LÉANDRE RACONTE LÉANDRE LACHANCE

GRAND-PAPA LÉANDRE RACONTE LÉANDRE LACHANCE GRAND-PAPA LÉANDRE RACONTE LÉANDRE LACHANCE 1 Tous droits réservés en toute langue pour tous pays : La Fondation des choisis de Jésus CP 22019, Sherbrooke, QC, Canada J1E 4B4 Édition WEB, Avril 2010 Il

Plus en détail

Plus fort que Sherlock Holmès

Plus fort que Sherlock Holmès Mark Twain Plus fort que Sherlock Holmès BeQ Mark Twain Plus fort que Sherlock Holmès nouvelles traduit de l anglais par François de Gail La Bibliothèque électronique du Québec Collection À tous les vents

Plus en détail

PORTRAIT D UN RÉSEAU PUBLIC SPÉCIALISÉ, AUX PRATIQUES ÉPROUVÉES

PORTRAIT D UN RÉSEAU PUBLIC SPÉCIALISÉ, AUX PRATIQUES ÉPROUVÉES PORTRAIT D UN RÉSEAU PUBLIC SPÉCIALISÉ, AUX PRATIQUES ÉPROUVÉES Ce document est produit par l Association des centres de réadaptation en dépendance du Québec Dépôt légal Novembre 2014 Version imprimée

Plus en détail

Bien débuter avec. votre reflex numérique. 10 leçons pratiques pour bien démarrer et vous faire plaisir

Bien débuter avec. votre reflex numérique. 10 leçons pratiques pour bien démarrer et vous faire plaisir Photos Jean-Christophe Dichant Bien débuter avec votre reflex numérique 10 leçons pratiques pour bien démarrer et vous faire plaisir Copyright Nikon Passion 2004-2014 - tous droits réservés - www.nikonpassion.com

Plus en détail

Descartes Discours de la méthode

Descartes Discours de la méthode Descartes Discours de la méthode Pour bien conduire sa raison, et chercher la vérité dans les sciences (1637) La Gaya Scienza, juin 2012 Table des matières Préambule... 3 PREMIÈRE PARTIE... 4 SECONDE PARTIE...

Plus en détail

Ils sont venus pour les enfants

Ils sont venus pour les enfants Le Canada, les peuples autochtones et les pensionnats Ils sont venus pour les enfants «Pour pouvoir éduquer les enfants correctement, nous devons les séparer de leurs familles. Certains peuvent penser

Plus en détail