EN QUOI L EDUCATION MUSICALE PEUT-ELLE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "EN QUOI L EDUCATION MUSICALE PEUT-ELLE"

Transcription

1 I.U.F.M. Académie de Montpellier Site de Nîmes GAILLARD Christine EN QUOI L EDUCATION MUSICALE PEUT-ELLE AIDER AU DEVELOPPEMENT DE L ENFANT DE CYCLE 1 ET 2? Disciplines concernées : éducation musicale expression orale français Grande section de l école maternelle «Le Genestet», Marguerittes. Grande section/cp de l école primaire de Cavillargues. Tuteur du mémoire : Muriel GUY Année universitaire :

2 2

3 Mots-clés : Discrimination Auditive, Discrimination Visuelle, Ecoute, Voix, Instruments, Projet, Développement, Education Musicale. L Education Musicale à l école est nécessaire à la construction de l enfant. Elle permet de développer des compétences indispensables en améliorant notamment les facultés de Concentration et d Ecoute. Ces compétences peuvent s avérer déterminantes dans un monde où être capable d écouter est un facteur important de réussite. ******* Musical Education at school is necessary for the construction of children. It allows to develop indispensable competences notably by improving the abilities of concentration and listening. Those abilities can turn out determining in a world where to be capable of listening is an important rise to social success. 3

4 INTRODUCTION...6 PREMIERE PARTIE : QUE DISENT LES INSTRUCTIONS OFFICIELLES SUR «L EDUCATION MUSICALE»?...7 DEUXIEME PARTIE : LA CONSTRUCTION DE L ENFANT ET L AIDE APPORTEE PAR L EDUCATION MUSICALE SELON LES CHERCHEURS...8 II-1. LE DEVELOPPEMENT PERCEPTIF DE L ENFANT...9 II-1.1. PIAGET et les recherches sur l Education Musicale en parallèle avec le développement général de l enfant...9 II-1.2. Le développement perceptif chez l enfant...10 C EST EN EFFET S OUVRIR AU MONDE EXTERIEUR DONT PARLENT LES INSTRUCTIONS OFFICIELLES QUE D APPRENDRE A ECOUTER ET A COMPRENDRE D AUTRES LANGUES, D AUTRES MUSIQUES.II-2. L ECOUTE...11 II-2. L ECOUTE II-2.1. L «Ecoute» d un point de vue scientifique...12 II-2.2. Considérations générales sur l «Ecoute» et son importance dans la construction de l enfant...13 II-2.3. L Ecoute musicale et la concentration...13 II-3. L ENSEIGNANT FACE AU DEVELOPPEMENT PERCEPTIF DE L ENFANT...15 II-3.1. Les jeux musicaux...15 II-3.2. Les comptines et les chansons...16 II-3.3. Les contes musicaux...16 TROISIEME PARTIE : CONCRETISATION AUTOUR DU PROJET «DECOUVERTE DES INSTRUMENTS DE L ORCHESTRE SYMPHONIQUE EN GRANDE SECTION DE MATERNELLE»...17 III-1.ORGANISATION DE LA CLASSE AUTOUR DU PROJET «DECOUVERTE DES INSTRUMENTS DE MUSIQUE DE L ORCHESTRE SYMPHONIQUE» III-1.1.L album choisi : Piccolo, Saxo et compagnie ou la petite histoire d un grand orchestre...18 III-1.2.Les activités complémentaires nées de ce projet III-2.LA REALISATION DU PROJET : REUSSITES ET ECHECS III-2.1.L écoute...22 *L album : Piccolo et Saxo...22 * les jeux d Ecoute *La rencontre avec des instruments réels...25 *Ecoute de Musique proprement dite...26 III-2.2.Les productions *L apprentissage de chansons et les jeux vocaux *Les Arts Plastiques et la gestion du cahier-projet *Jouer de la musique...30 III-2.3.Prolongements et évaluation...31 *Prolongements...31 *Evaluations...32 CONCLUSION

5 Bibliographie, Discographie, Annexes

6 Introduction. En quoi l Education Musicale aide-t-elle l enfant de cycle 1 et de début cycle 2 à se construire? L enfant de cinq ou six ans en est au tout début de sa scolarité. Les deux années de maternelle qui précèdent la grande section et le CP sont décisives sur le plan des apprentissages premiers. Dès la grande section de Maternelle, l enfant devient un petit élève puis un élève. Son développement sensoriel est, durant cette période de sa vie, particulièrement sollicité. L Education Musicale, en intervenant à ce stade là du développement de l enfant semble présenter des avantages sur les progrès de l enfant notamment en ce qui concerne l Ecoute. Pour réfléchir au rôle de l Education Musicale dans la construction de l enfant au cycle 1et 2, nous pourrons voir dans un premier temps ce qu en disent les Instructions Officielle du Ministère de l Education Nationale. Ensuite, nous verrons ce qu en pensent certains chercheurs. Enfin, en m appuyant sur les activités que j ai mises en place au cours de mes deux premiers stages en responsabilités dans le cadre d un projet autour de l album Piccolo, Saxo et compagnie ou La petite histoire d un Grand Orchestre, nous étudierons quels sont les interêts de l Education Musicale dès les premières années d école de l enfant. 6

7 Première partie : Que disent les Instructions Officielles sur «L éducation Musicale»? Les apprentissages concernant la musique ont beaucoup évolués depuis la Loi de Jules Ferry du 28 mars Il s agissait alors de considérations d ordre politique ou sociale, et les Programmes incluaient des «Leçons de Chant» d une à deux heures par semaine. Le contenu de ces leçons était très ambitieux : il s agissait en fait de solfège pur, c est à dire de l étude systématique de la musique en terme de signes musicaux et rythmiques auxquels s ajoutaient de véritables exercices de chant. En 1923, Les Instructions Officielles orientent l instruction musicale vers la culture même de l oreille et de la voix. C est à cette époque que sont introduites les conduites perceptives d identification, de mémorisation et de discrimination. La perception et la reproduction vocale doivent être reliées. Déjà, un travail est fait pour rechercher la relation entre les phénomènes d écoute, de reproduction et de reconnaissance des sons. C est en 1960 que s opère un réel changement : on commence à parler «d Education Musicale». Le terme «d éducation» permet d introduire l idée d un travail pour aider l enfant à évoluer. Tout est en effet centré sur l enfant. La musique et l Education Musicale aident au développement de l enfant. C est le début des méthodes actives comme celles d ORFF, de WILLEMS, de MARTENOT, de KODALY. Ces dernières s inspirent des principes élaborés par les grands pédagogues du début du siècle comme M. MONTESSORI, ou J. DALCROZE. Le grand principe de ces méthodes actives consiste à partir d une pratique musicale vivante et globale, de suivre une progression pédagogique adaptée au développement psychologique et moteur de l enfant. Il s agit, en partant du jeu musical, de développer les composantes corporelles, affectives, sensorielles, intellectuelles, sociales de l enfant pour en arriver à la prise de conscience des éléments rythmiques, mélodiques et harmoniques de la musique. On tente de développer chez l enfant l audition interieure et le chant interieur. En 1977, un arrêté Ministeriel explique que «La pédagogie de l éveil vise à favoriser le développement de l enfant dans toutes ses composantes et à l aider à se situer dans son environnement naturel ou culturel proche ou lointain. Elle n est pas une fin en soit mais un moyen de permettre à l enfant d accéder à la connaissance, à l expression, à la créativité, à l autonomie». C est dans ce cadre que s exerce l écoute des fameux «paysages sonores» inspirés par le compositeur canadien R. MURRAY SCHAFFER. Les enseignants y ont vu un interêt pédagogique pour sensibiliser l enfant au milieu dans lequel il vit. Cela permet aussi aux 7

8 enfants de s orienter vers une écoute active des sons qui les entourent pour ensuite enrichir des activités de productions sonores. Les Instructions Officielles de 1995 et, plus récemment encore de 2002 confirment tous ces changements. Au travers d activités diverses vocales (comptines, chansons, jeux vocaux, inventions de mélodies courtes), d écoute (imaginaire, plaisir), de productions instrumentales (découvertes et culture à se construire), il s agit de développer les activités corporelles et langagières, l expression, la communication, la discrimination auditive, le plaisir d imaginer et de créer et de se confronter à différents univers musicaux. En effet, «La voix et l écoute participent à la fois à des activités corporelles et du langage». De plus, «les activités d éducation musicale visent à constituer la voix et l écoute comme instruments de l intelligence sensible». Il est préconisé de faire alterner «l écoute, les productions imitatives, les reprises, les transformations et les inventions», en vue de reconnaître «les capacités de l enfant face au monde sonore, de les préserver et de les enrichir» et dans le même temps, «de nourrir et faire vivre son imaginaire musical personnel comme source de plaisir». Il s agit pour l enfant, grâce au chant notamment, d éprouver «son sentiment d appartenance au groupe». L enseignement de la musique au sens strict du terme a été abandonné au sein de l Education Nationale au profit d un enseignement plus tourné vers les besoins de l enfant qui se transforme en grandissant. C est ce qui distingue la formation musicale dispensée dans les écoles de musique et les Conservatoires de l Education Musicale : il s agit d aider et d accompagner les enfants dans leur développement psychique et moteur, notamment au cycle 1 qui nous intéressera plus particulièrement en dernière partie. Deuxième partie : La construction de l enfant et l aide apportée par l Education Musicale selon les chercheurs. Dès sa naissance, l enfant est confronté à toutes sortes de stimuli appartenant à un monde très riche en informations sensorielles et en particulier dense en sons de toute nature. Le sujet développe alors tous ses sens tout au long de son enfance. Plusieurs stades sont analysés par les chercheurs concernant ce développement perceptif puisqu il ne peut en aucun cas être immédiat. C est notamment l écoute et plus particulièrement la construction de la discrimination auditive qui apparaît déterminante chez l enfant. Pour la favoriser, les chercheurs proposent plusieurs 8

9 types d exercices permettant aux enseignants d aider au mieux leurs élèves en les accompagnant dans la construction de leurs capacités auditives. II-1. Le développement perceptif de l enfant. II-1.1. PIAGET et les recherches sur l Education Musicale en parallèle avec le développement général de l enfant. L environnement sonore et culturel de l enfant y est pour beaucoup dans son développement perceptif. Il influe sur son développement général. De même que le milieu familial conditionne l enfant à parler une langue donnée et à la parler plus ou moins correctement, il conditionne également ses habitudes d écoutes sur un plan musical. Les travaux de PIAGER datant de 1961 repris par J. RIBIERE RAVERLAT, font apparaître trois stades concernant les mécanismes perceptifs : 1 er stade : L enfant reconnaît une mélodie mais il ne parvient à la chanter que lorsqu il tient l image mentale de cette mélodie ce qui revient à l assimilation véritable des intervalles. Cette dernière dépend des habitudes perceptives du sujet. 2 ème stade : L enfant parvient à assimiler la hiérarchie du système tonal et organise lui-même les sons musicaux en fonction de ce système. Il acquiert ainsi le sens de l organisation des intervalles qui ne sont pas les mêmes selon les cultures. Cela lui permet d improviser quelques chants ou productions instrumentales. 3 ème stade : Le sujet arrive à un important degré d abstraction et parvient à saisir le sens de l organisation d une œuvre. PIAGET observe de la même façon le comportement musical de jeunes enfants selon 3 axes : 1 ) le jeu sensori-moteur, 2 ) jeu symbolique, 3 ) jeu de règles. Ainsi, avant l école maternelle, l enfant manipule tous les objets pour le plaisir de varier les sonorités. Il s écoute faire du bruit et acquiert une mémoire gestuelle. De trois à six ans, par des jeux symboliques, le sujet continue à imiter des sons, il devient un personnage ou un objet. C est ainsi qu il acquiert une analyse plus fine des sons pour certains paramètres comme l intensité, la durée, le timbre, la hauteur, mais aussi pour la forme d un son comme l attaque. 9

10 A l école maternelle, le temps qui passe commence à être perçu, ce qui permet de sonoriser des histoires, des situations réelles ou imaginaires. A six ans, l enfant peut essayer de petites créations musicales. Il est mis en situation d invention grâce aux jeux vocaux ou instrumentaux. Il découvre des principes communs à toutes les musiques et développe ainsi sa perception et sa sensibilité tout en abordant le monde de l imaginaire. Ceci permet également de valoriser les enfants. Dans le même état d esprit, A. ZENATTI parvient aux conclusions suivantes : «L éducation musicale est susceptible d exercer une action primordiale dans le développement musical de l enfant, depuis les âges de la créche et de l école maternelle jusqu à l adolescence des virtualités comportementales s atrophient lorsqu elles ne sont pas stimulées L enfant sélectionne les informations qui retiennent son attention. Cette attention sélective joue un rôle capital dans le développement cognitif. Savoir susciter l interêt est essentiel sur le plan pédagogique, afin de favoriser l avènement d une familiarité avec des structures musicales diverses, variant selon la date et le lieu de composition des œuvres. Il ne s agit pas seulement d élargir le domaine des connaissances mais, avec des bases cognitives de permettre une formation et une évolution des goûts musicaux, enrichissant ainsi la vie affective» (1990). Comme le suggère A. ZENATTI, l éducation musicale intervient à plusieurs niveaux dans le processus de construction de l enfant. II-1.2. Le développement perceptif chez l enfant. Le développement perceptif de l enfant n est en fait qu une partie du développement général qui s opère chez le tout-petit. Cependant, le développement perceptif peut être amélioré chez l enfant et chez l adulte par l éducation musicale. Il s agit de progresser à plusieurs niveaux : - la maturation neurologique, - l élargissement qualitatif et quantitatif du champ auditif, - l affinement des seuils sensoriels avec abaissement des seuils différentiels de hauteur, de durée et d intensité, - progrès dans l exploration et en particulier dans la discrimination, - précision croissante dans les jugements d estimation. On peut ici se référer à WILLEMS qui envisage trois domaines : la sensibilité auditive, l affectivité auditive et l intelligence auditive. 10

11 En effet entre trois et sept ans, l enfant vit en grande partie sur un mode sensoriel. Il a tout avantage à exercer et à affiner cette sensorialité en étant attentif au monde sonore, en écoutant ou en imitant des sons ou des bruits, en les comparant ou en les classant. Pour cela, WILLEMS propose des exercices sensoriels sur les timbres, sur l intensité, sur les hauteurs de sons. L enfant confond en effet la hauteur et l intensité mais aussi la hauteur de timbre. C est pour cela que WILLEMS préconise de varier les matériaux sonores et les situations de jeux sensoriel pour atteindre des objectifs de différenciation des éléments sonores. Jusqu à six ans, l enfant a une perception globale d où ses difficultés à intégrer le tout et les parties. Les tâches de discriminations sont rendues très difficiles car le traitement de l information sonore est une juxtaposition de sensations, sans mise en relation. Cette dernière n est rendue possible qu après une certaine évolution qui consiste à modifier progressivement les conduites perceptives rendant l exploration plus mobile en s organisant différemment. Deux facteurs essentiels sont responsables de ce changement : l évolution génétique de l enfant et sa formation culturelle. L éducation doit être complémentaire à l école et en famille car dans ce développement, l aspect affectif, qui a un effet dynamisant est indiscociable de l aspect cognitif qui lui, est une forme de stucture d un schème d assimilation. Ici apparait la notion de plaisir musical très fortement liée à la compréhension du langage musical. Le rôle de l école maternelle est donc de conduire l enfant dans son développement perceptif en guidant son attention auditive afin de mettre en place ces mécanismes et de donner des repères à l enfant. D un point de vue neuro-biologique, le développement d une écoute analytique pourrait se faire dès la grande section de maternelle et pourrait se continuer en primaire, au collège et au lycée. Un tel cheminement permettrait à tout adulte, selon Jacquotte RIBIERE-RAVERLAT, de choisir les modalités d écoute les mieux adaptées aux situations très diverses qui lui sont imposées au cours de son existence et pour lesquelles il a besoin à la fois d une écoute globale, d une écoute-plaisir et d une écoute fine. Doivent s ajouter à ces considérations, les habitudes perceptives. En effet, un occidental n a pas les mêmes habitudes perceptives qu un oriental en cause, le système atonal qui n est pas le sien. Là aussi, une éducation de l oreille permet de modifier les modes de perceptions acquis, d écouter autrement, de s approprier et d apprécier d autres systèmes musicaux et sonores. C est en effet s ouvrir au monde extérieur dont parlent les Instructions Officielles que d apprendre à écouter et à comprendre d autres langues, d autres musiques. 11

12 II-2. L Ecoute. L «Ecoute» peut-être analysée sous plusieurs angles : nous verrons d abord ses aspects scientifiques, puis des considérations générales pour finalement nous intéresser à l «Ecoute» musicale et le lien qu elle tisse avec la concentration de l enfant. II-2.1. L «Ecoute» d un point de vue scientifique. L oreille est l organe qui permet à l enfant de structurer son langage. L enfant, lorsqu il écoute ou entend, perçoit des sensations auditives dues à des mouvements vibratoires. C est ainsi que dans le coffret «musique à la carte» de CHAPGIER-LABOISSIERE, sont différenciés bruits et «sons musicaux». Le bruit serait provoqué par des hasards acoustiques de l environnement alors que le son «musical» serait un bruit organisé. L enfant entend, d un point de vue scientifique, grâce à l air qui l entoure et qui permet à toute vibration de se propager dans l espace jusqu à ce que son oreille capte. L oreille comprend trois niveaux : l oreille externe, l oreille moyenne et l oreille interne. L éducation musicale intervient dans le développement de l écoute. C est en effet en se concentrant pour écouter de la musique enregistrée ou des productions de pairs, ou sa propre production et en s exerçant souvent que l oreille s affine peu à peu et permet une attitude d écoute ainsi qu une écoute de bien meilleure qualité incluant une meilleure différenciation et discrimination des sons. J. RIBIERE-RAVERLAT explique qu il s agit de parvenir à comparer plusieurs formes dans lesquelles on cherche à découvrir les particularités qui les rapprochent ou les opposent. «Discriminer» suppose une attitude à abstraire pour pouvoir analyser les 12

13 particularités des formes à comparer. Mais la trace mnésique est très sensible à l oubli à cause des interférences de l entrée de nouvelles informations. L «appréhension immédiate» dépend des capacités de l empan perceptif qui correspond au nombre de stimulus sonores consécutifs pouvant être perçus dans une unité temporelle qui n est autre que le présent psychologique, c est à dire cinq secondes. L éducation musicale ainsi que la pratique musicale favorisent le développement de cet «empan» perceptif ainsi que la mémoire générale. II-2.2. Considérations générales sur l «Ecoute» et son importance dans la construction de l enfant. L écoute comporte deux aspects : Il y a d une part l audition globale qui est une imprégnation auditive des éléments sonores de l environnement aussi bien à l oral qu à l écrit. Cet aspect de l écoute comprend la langue, les sons, les productions verbales, c est à dire tout ce qui concerne la maîtrise de la langue maternelle. D autre part, se détache la pratique musicale elle-même : chanter, danser, écouter. Le sujet a alors conscience des éléments musicaux, il peut les nommer, les découvrir et accède au domaine de l expression et de l invention. Mais il faut comprendre comment un individu écoute pour pouvoir le guider vers le monde sonore de la musique, c est-à-dire développer son oreille. C est l organe sensoriel de l ouïe qui permet de capter toute matière sonore. Son développement est donc transversal et aide à l amélioration du langage. L oreille et le cerveau du jeune enfant ne conditionnent que peu à peu le processus audiophonatoire autour des caractéristiques de la langue maternelle. Les recherches ont prouvé que l appareil audio-phonatoire était limité par le cerveau si l enfant n apprenait que sa langue maternelle. Plus l enfant se rapproche de l âge adulte, plus son cerveau se modèle autour d une seule langue d où le handicap à partir d un certain âge pour articuler certains sons inhabituels appartenant à des langages étrangères à l enfant. Mettre en place des stratégies d écoute notament en éducation musicale, mais aussi en langues étrangères permet à l enfant d ouvrir son système audio-phonatoire et non de l enfermer autour de la langue maternelle. II-2.3. L Ecoute musicale et la concentration. L «Ecoute musicale, c est en fait une activité de traitement de l information sonore» ainsi que nous le définit J. RIBIERE-RAVERLAT. 13

14 Nous avons vu que notre corps est plongé dans un milieu sonore constitué d un ensemble de vibrations et de stimuli que nous ne perçevons pas tous de la même façon. L oreille ne peut détecter un changement que si la variation de son dépasse une certaine quantité. Ce sont des seuils qui définissent la finesse auditive de chaque individu. Ces seuils sont innés mais peuvent être modifiés par l entraînement d où l interêt de l éducation musicale. De la même façon, c est en écoutant et en apprenant à écouter que le sujet parvient à la concentration, qui conditionne toutes les modalités d écoute. En effet, l écoute peut être passive ou active, et globale ou analytique. La concentration comprend l attention et la motivation. Les deux sont importantes : - si l attention est laissée de côté, l écoute est passive ou subie or il est intéressant que l écoute soit un phénomène volontaire et actif. L attention permet d accéder à la reconnaissance d éléments très importants comme les timbres ou les hauteurs de sons, et à leur qualification, comme entendre la justesse ou la sonorité. Le degré d attention est très variable. - si la motivation n y est pas, il y a peu de chance que l enfant s intéresse à ce qu il perçoit. Si l enfant est motivé par l annonce de ce qui va lui être proposé, il écoutera attentivement et ne se laissera pas distraire par autre chose. D autre part, écouter attentivement reste un exercice difficile pour les jeunes enfants. Insister sur la concentration, apprendre à se concentrer ou à rester concentré de plus en plus longtemps, aide par exemple à reconnaître le timbre instrumental. Les enfants sont attirés par tous les sons qu ils peuvent produirent ou entendre. Ils ont du plaisir à explorer. Mais ils ont beaucoup de mal à reconnaître le timbre instrumental sans voir ni toucher, avec le seul secours de l ouïe. Selon E. DUMAURIER, dès quatre ans, les enfants ont une bonne dicrimination perceptive des timbres. Mais pour J. LOISY, l expérience montre que pour des enfants de cinq ans, les réponses sont encore hasardeuses. Ce ne serait que vers six ans que les enfants auraient l aptitude d isoler mentalement les différentes dimensions de la musique. Cela est une question de concentration bien sûr mais aussi une question de maturité cognitive. C est ainsi qu il apparaîtrait illusoire de demander à des enfants avant l âge de dix ans, d exprimer leurs émotions après une écoute musicale : en plus de leur limite dans le vocabulaire, il faudrait le temps d une modification sensorielle et corporelle pour accéder à un ressenti plus émotionnel faisant référence à une expérience intérieure et affective. Quoiqu il en soit, aider les enfants à gagner de la concentration notamment au cours de séances d Education Musicale est nécéssaire pour ne pas dire primordial. La concentration qu un éléve acquiert en musique parce qu il est motivé et trouve du plaisir à écouter et à centrer son 14

15 attention de plus en plus finement sur l écoute musicale est aussi gagnée pour les autres moments de travail à l école. II-3. L enseignant face au développement perceptif de l enfant. L enseignant doit jouer un rôle dans le développement de l enfant : il doit l aider et l accompagner. Au niveau de l écoute, une partie des progrès peut être accomplie grâce à l éducation musicale. Les jeux musicaux, l apprentissage de comptines et de chansons mais aussi l écoute de contes musicaux sont autant d activités pouvant aider l enfant à se construire. II-3.1. Les jeux musicaux. Que ce soit par les jeux vocaux ou dans l apprentissage de comptines, l enfant stabilise peu à peu sa voix. Il accède à la justesse. Cette dernière se met en place naturellement si les enfants chantent régulièrement. Dès la moyenne section, l enfant, si l enseignant lui a permis de s entraîner très souvent au cours d activités chantées régulières, se crée une aptitude à maîtriser l appareil vocal et s élabore des représentations auditives. Les compétences complémentaires comme suivre une démarche progressive d écoute, développer une stratégie d écoute pour apprendre une chanson, ou bien encore fondre sa voix avec celle des autres s acquièrent aussi grâce à des pratiques musicales en classe, qui aiguisent l oreille. Pour aider les enfants à percevoir les mouvements sonores, les exercices des «sirènes» semblent particulièrement adaptés. La main peut accompagner l émission des sons ascendants puis descendants pour matérialiser les sensations de montée et de descente. L enfant en mimant le sens de l intervalle avec sa main, visualise mieux les hauteurs de son : par exemple, l enfant mais sa main en bas lorsque le son est «grave», met sa main devant son menton pour montrer un son plus aigu, puis il place sa main au niveau de son front lorsqu il entend un son encore plus «aigu». Ce type de jeux d écoute paraît difficile et nécessite une ritualisation des exercices. C est ainsi que l oreille se forme d un point de vue musical mais aussi se prépare à la perception des phonèmes en langue orale. Les jeux vocaux permettent à l enfant, comme l explique Jacquotte RIBIERE-RAVERLAT, d explorer les ressources de sa propre voix sans avoir peur de chanter faux. C est ainsi qu il peut obtenir peu à peu une certaine souplesse dans le passage de la voix chantée à la voix parlée et la construction de la finesse de son oreille tout en controlant son émission vocale. 15

16 II-3.2. Les comptines et les chansons. C est à l école maternelle que les petits défauts de prononciation sont surveillés et réduits. Il s agit pour l enseignant de permettre à l enfant de s exercer régulièrement grâce aux jeux de parole, aux comptines et aux chansons. Selon B. M. TEPLOV, «tous les enfants apprennent à chanter grâce à d innombrables essais, durant lesquels d une part se crée l aptitude à maîtriser l appareil vocal et d autre part s élaborent des représentations auditives». C est pour cela que la Maîtresse d une petite section de maternelle chante et rechante la comptine avant que l enfant ne saisisse un mot, un son et ne se hasarde à reproduire. La structuration mentale qui se réalise progressivement ainsi que la perception de la chanson ne s extériorisent que sous la forme d une production vocale de plus en plus fidèle au modèle. Le rôle de l enseignant est alors de centrer sa pédagogie sur le développement des compétences utiles à la construction perceptive de l enfant en «affinant sa discrimination auditive» et «en se forgeant des sratégies d écoute» comme l explique TEPLOV. Les comptines parlées et chantées, les jeux de doigts, les rondes permettent en outre de développer la capacité à synchroniser les mouvements corporels et le rythme musical car à l âge de la maternelle, l enfant accède à la perception du temps organisé. Ce répertoire de comptines et de jeux de doigts, apporte du plaisir à l enfant et facilite la communication entre lui et la Maîtresse. Cela crée de plus un climat d écoute puisque émotionnellement l élève est prêt à écouter. II-3.3. Les contes musicaux. Les récits musicalisés peuvent constituer un précieux atout lorsque l enseignant veut travailler l écoute de ces élèves. L enfant se construit d autant plus activement et efficacement s il est amené, par la motivation, à entrer dans des activités d écoute. Par exemple, les contes musicaux permettent au sujet de faire un parcours initiatique vers les timbres des instruments de l orchestre symphonique : c est le cas de Pierre et le Loup de Prokofiev ou bien Piccolo, Saxo et compagnie ou la petite histoire d un grand orchestre d A. POPP et J. BROUSSOLLE. Le seul risque d utiliser ce type de support musical est que l enfant ne fixe en mémoire que des personnages pour lesquel il a des affinités comme par exemple le Grand-père Basson. J. RIBIERE-RAVERLAT propose de remédier en aidant au développement perceptif : il faut 16

17 prendre en compte la lente construction de la perception auditive des enfants. Elle conseille de traiter la discrimination des timbres en premier, puis de travailler les associations sémantiques liées à l instrumentalisation. Enfin, synchroniser avec ces activités, des moments d écoute en fonction des aptitudes des enfants, permettrait d anticiper la phase suivante du développement. Jusqu à six ans, il faudrait faire explorer aux enfants toutes sortes d objets sonores. L utilisation de certains instruments de percussion permet de rechercher des attitudes gestuelles et sonores. Les jeux d identification et de discrimination auditive sont alors à exploiter. Entre huit et onze ans, Il faudrait approfondir le travail effectué au préalable en intéressant les enfants aux œuvres et à l expressivité des familles instrumentales. Quoiqu il en soit, pour que l enfant apprenne à aimer une musique, il faut qu il en comprenne dans une certaine mesure l organisation. C est aux enseignants de faire que, pendant toute la scolarité des élèves, soit développé leur sens de l écoute : en tant qu auditeurs, ils se trouveront ainsi des repères quel que soit l univers sonore dans lequel ils se touvent. Il semble donc souhaitable que l enfant se construise une écoute structurée dès l école maternelle. Il peut y parvenir avec l aide de l enseignant en acquérant peu à peu la reconnaissance de materiaux sonores de toutes sortes comme des bruits, des sons, des instruments, des voix. S entraîner à reconnaître des éléments musicaux tels que des mélodies, des rythmes peut aussi aider l enfant à affiner son écoute. Ces acquisitions s accompagnent de la maîtrise de la perception dans le temps : court/long ; continu/discontinu, accélération/descélération qui peuvent aussi être travaillés en motricité. Au fur et à mesure le cerveau met en mémoire et construit un acquis permettant de reconnaître tous ces materiaux. C est ainsi que l enfant se construit. Cette banque de donnée doit être entretenue par des réactivations chez chaque individu. C est à l enseignant de permettre aux enfants de s exercer régulièrement car c est cette sollicitation fréquente de la mémoire auditive qui permet de fixer les acquis. Troisième partie : Concrêtisation autour du projet «Découverte des instruments de l orchestre symphonique en grande section de maternelle». Le projet auquel j avais pensé, concernait la découverte des instruments de l orchestre symphonique et prenait appui sur l album «musical» Piccolo, Saxo et compagnie ou la petite 17

18 histoire d un grand orchestre pour lequel la musique incombe à André POPP, le texte à Jean BROUSSOLLE et la narration à François PERRIER. Ce projet a été réalisé dans la classe de Grande Section de la Maternelle le Genestet de Marguerittes au cours du premier stage en responsabilité qui s est déroulé du 10/11/2003 au 28/11/2003, puis a ensuite été repris pour le deuxième stage en responsabilité du 1 er au 19/03/2004 dans la classe de grande section/cp de l école primaire de Cavillargues. La première classe comportait 25 élèves et l école était bien fournie en instruments à percussion tels maracas, tambourins, clochettes, triangles, crécelles. La deuxième classe se composait de 8 élèves de Grande Section de Maternelle (GS), et de 11 CP. Dans un premier temps, j expliquerai ce que comprenait ce projet et autour de quelles activités j avais pensé le mettre en œuvre. Dans un deuxième temps, j en proposerai sa réalisation avec ses réussites et ses échecs au sein des deux classes dont j ai eu la responsabilité. III-1.Organisation de la classe autour du projet «découverte des instruments de musique de l orchestre symphonique». Au départ, je savais que mon projet prendrait appui sur l album Piccolo, Saxo et compagnie qui m avait semblé très intéressant en tout points et très accessible à des enfants de GS ainsi qu à des CP. Avant le début du premier stage, j avais donc réfléchi à toutes les activités qui pourraient découler de cet album sans cependant faire un organigramme ce qui m a beaucoup manqué par la suite et qui m a décidé à le faire pour le deuxième stage. Enfin, je m étais fixé un objectif qui, au moment de ma réflexion précédant le premier stage, me faisait douter concernant son ambition. III-1.1.L album choisi : Piccolo, Saxo et compagnie ou la petite histoire d un grand orchestre. Le choix de cet album m a été dicté par le souvenir de ma propre expérience en tant qu enfant : quelqu un me l avait offert quand j étais toute petite et j en ai toujours gardé un très bon souvenir. Il s agit d un album comprenant très peu de pages d illustration comparé à son contenu. Un album très joliment illustré accompagnait le disque vinyle que je possédais. 18

19 Le problème posé par le support ancien du vinyle s est immédiatement résolu puisque le CD existait. Le CD était divisé en sept épisodes, ce qui m a dicté la manière de l utiliser avec les enfants : les épisodes étaient déjà pré-déterminés. L histoire de Piccolo et Saxo, était encore mieux adaptée selon moi pour mon projet qu un Pierre et le loup de Prokofiev. Cet album met en scène en tout premier lieu, la famille des instuments à cordes en tant que personnages : la grand-mère contrebasse, les parents violoncelles, les grands frères alti, les enfants violons et la demoiselle harpe. Les petits violons, en s amusant, font connaissance avec une autre famille d instruments très différente des cordes qui n est autre que la famille des saxophones, et ainsi de suite avec les autres familles d instruments jusqu à ce que tous les instruments réunis en arrivent à former le grand orchestre classique. Dans l ordre, mes élèves ont fait connaissance avec la famille des cordes, puis avec celle des saxopho nes, avec celle des bois, la rencontre avec la guitare solitaire a ensuite permis de faire une pause dans l histoire, puis il y a eu les percussions, les cuivres et enfin le piano, pour constituer, au final de l album, un véritable orchestre symphonique. La structure répétitive de l histoire ainsi que la personnalisation des instruments me semblaient permettre une bonne entrée en matière pour mes élèves. De plus, mon expérience de musiciennne allait sans doute pouvoir m aider. En effet, étant moi-même violoniste, j ai décidé d apporter dès le deuxième jour de classe ainsi que durant tout le stage, mon propre violon de manière à illustrer mon album à épisode. Ceci m a ensuite encouragé à faire les démarches nécessaires pour que d autres instrumentistes viennent nous rendre visite au sein de la classe, du moins pour le premier stage, car pour le second, j étais trop loin de mes amis instrumentistes pour leur demander d intervenir. J ai pensé que le fait de voir certains instruments «en vrai», permettrait aux enfants de mieux s approprier les connaissances qu ils allaient construire durant cette séquence sur trois semaines. Il s agissait pour moi de faire découvrir aux enfants sept épisodes sur sept jours différents, ce qui me laissait le temps de m attarder sur une partie plus longue qu une autre, ou de revenir à l écoute d une partie que les enfants n avaient pas bien retenue la veille, ou encore de prendre le temps de réecouter deux ou trois parties d un coup pour aider mes élèves à faire le lien chronologique entre chaque rencontre. A partir de là, j avais déjà du travail en français, par rapport à l histoire elle-même et au vocabulaire riche qu elle introduisait et qui nécessitait de nombreuses reformulations à l oral. En mathématiques, un travail sur la chronologie des évènements s imposait puisque chaque jour ou deux jours les instruments connus rencontraient une nouvelle famille. En Education 19

20 Musicale, les enfants commençaient à entendre les sons de chaque instrument avec à l appui le son de mon violon. Ceci m a ensuite encouragée à envisager d autres activités plus spécifiques à l Ecoute. C est en fonction de tous ces paramètres que j ai choisi cet album dès le départ et que j ai articulé mon projet dans ce sens. III-1.2.Les activités complémentaires nées de ce projet. Si le nom que portait mon projet était «la découverte des instruments de l orchestre classique», j avais pour objectif personnel de voir en quoi l Education Musicale pouvait aider l enfant à se construire. J en ai tenu compte en réfléchissant aux activités qui pourraient découler de mon projet. En effet, ce dernier était assez riche pour que tous les ateliers s y raccrochent. C est à ce moment là que j aurais dû élaborer un organigramme de mon projet ce qui m aurait évité d oublier certains domaines comme la motricité que je n y ai pas rattachée. Ce n est qu avec la venue de l IMF que l idée de «l organigramme» s est présentée. J avais procédé par écriture des idées qui me venaient en terme d activités et non en terme de disciplines. C est ainsi que je n ai pas sû rattacher à mon projet la motricité comme cela aurait pu me venir à l idée avec un organigramme. Ce dernier, (Annexe n 1), a été réalisé pour le second stage. Pour mon premier stage, les activités reliées au projet musique ont été plus complètes sur le plan de l écoute. - En graphisme, les traits verticaux ou horizontaux, les vagues, ponts à l endroit ou à l envers ont été travaillés sur des supports adaptés : instruments diverses à décorer. - En pré-écriture, l enseignante titulaire m avait demandé de travailler sur le «u». J ai alors décidé de compléter le travail de traçage du «u» entre deux lignes par la copie de mots rencontrés tous les jours par les élèves lors de l écoute de Piccolo et Saxo, contenant le «u»(cf annexe n 2). - Le «u» était aussi travaillé en discrimination auditive et visuelle. Pour cela, j avais conçu des fiches d ateliers comportant des mots que les enfants devaient entourer s ils reconnaissaient en eux un «u», ainsi que des dessins à colorier si l enfant, en prononçant le mot correspondant, reconnaissait à l oreille le son «u». 20

Se réécouter, améliorer sa prononciation, Refaire (statut de l erreur ) S entendre parler. S entendre parler

Se réécouter, améliorer sa prononciation, Refaire (statut de l erreur ) S entendre parler. S entendre parler Enregistrer un élève, un groupe d élèves Faire s exprimer l enfant Améliorer la prononciation Favoriser l acquisition des sons Dire avec une bonne prononciation Evaluer les difficultés de langage S exprimer,

Plus en détail

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans Juin 2010 TABLE DES MATIÈRES 1. CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES 4 2. OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT ENFANTS DE 4 ANS À 5 ANS

Plus en détail

Application en classe de la progression des apprentissages en musique 1 er cycle du secondaire

Application en classe de la progression des apprentissages en musique 1 er cycle du secondaire Application en classe de la progression des apprentissages en musique 1 er cycle du secondaire Quelques définitions des termes utilisés Nommer : Désigner par un nom. Identifier : Déterminer la nature de

Plus en détail

L écoute ritualisée au cycle 3

L écoute ritualisée au cycle 3 L écoute ritualisée au cycle 3 Documents d application des programmes La sensibilité, l imagination, la création Éducation artistique école élémentaire Ministère de la Jeunesse, de l Éducation nationale

Plus en détail

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Type d outil : Outil pour favoriser la mise en mémoire et développer des démarches propres à la gestion mentale. Auteur(s) : Sarah Vercruysse,

Plus en détail

Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique

Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique I Contexte du métier 1. Définition Les professeurs de musique diplômés d'état sont chargés

Plus en détail

École : Maternelle. Livret de suivi de l élève. Nom : Prénom : Date de naissance : Année d entrée à l école maternelle :

École : Maternelle. Livret de suivi de l élève. Nom : Prénom : Date de naissance : Année d entrée à l école maternelle : École : Maternelle Livret de suivi de l élève Nom : Prénom : Date de naissance : Année d entrée à l école maternelle : Livret de suivi de l élève à l école maternelle Chaque compétence est évaluée selon

Plus en détail

VI- Exemples de fiches pédagogiques en 3 ème année primaires

VI- Exemples de fiches pédagogiques en 3 ème année primaires 21 VI- Exemples de fiches pédagogiques en 3 ème année primaires 22 PROJET I : Séquence 3 ORAL (Réception) Compréhension orale : Activité d écoute : 1 ère fiche pédagogique L objectif de cette séance est

Plus en détail

Syllabus du cours de musique. Maternelle. enseigné par Joël Chiasson

Syllabus du cours de musique. Maternelle. enseigné par Joël Chiasson Syllabus du cours de musique Maternelle enseigné par Joël Chiasson DESCRIPTION DU COURS Le programme de musique permet aux élèves d explorer leurs idées, leurs expériences et leurs émotions et de développer

Plus en détail

Compétences souhaitées à la fin des trois cycles de l enseignement spécialisé (musique)

Compétences souhaitées à la fin des trois cycles de l enseignement spécialisé (musique) Compétences souhaitées à la fin des trois cycles de l enseignement spécialisé (musique) Ipmc Institut de pédagogie musicale et chorégraphique Avril 1993 1 Avant-propos 1. Ce texte a été rédigé tout d abord

Plus en détail

Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Présentation de l horaire et calendrier (activité orale) Présentation de l horaire et calendrier (activité orale)

Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Présentation de l horaire et calendrier (activité orale) Présentation de l horaire et calendrier (activité orale) 8h45-9h00 Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Présentation de l horaire et calendrier (activité orale) Présentation de l horaire et calendrier (activité orale) Présentation de l horaire et calendrier (activité

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

C est quoi un centre d apprentissage Les centres d apprentissage sont des lieux d exploration et de manipulation qui visent l acquisition de

C est quoi un centre d apprentissage Les centres d apprentissage sont des lieux d exploration et de manipulation qui visent l acquisition de C est quoi un centre d apprentissage Les centres d apprentissage sont des lieux d exploration et de manipulation qui visent l acquisition de connaissances, la pratique d habilités ou le développement d

Plus en détail

DOMAINE DE LA MATHÉMATIQUE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE

DOMAINE DE LA MATHÉMATIQUE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE ÉCOLE SECONDAIRE DE MIRABEL GUIDE DE CHOIX DE COURS 2015-2016 Quatrième secondaire CHOIX D OPTIONS DOMAINE DE LA MATHÉMATIQUE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE SÉQUENCE CULTURE, SOCIÉTÉ ET TECHNIQUE

Plus en détail

Les bonnes pratiques pour les travaux scolaires à la maison

Les bonnes pratiques pour les travaux scolaires à la maison D après LES DEVOIRS ET LES LEÇONS de Marie-Claude Béliveau 1 1 Rappels et définitions. Officiellement, les devoirs à la maison sont interdits depuis 1956 2 à l école primaire mais leur pratique reste très

Plus en détail

À l école pour développer des compétences

À l école pour développer des compétences _x áxüä vx wxá ÜxááÉâÜvxá wâvtà äxá tâå }xâçxá 2007-2008 2008 À l école pour développer des compétences -au préscolaire- - 1 - - 2 - Mot de présentation Votre enfant entre à la maternelle cette année.

Plus en détail

Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS

Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS Intégration était le maître mot de la loi de 75, scolarisation est ce lui

Plus en détail

REFERENTIELS DE COMPETENCE

REFERENTIELS DE COMPETENCE NSIGNMNT SONDAIR ARTISTIQU A HORAIR RDUIT RFRNTILS D OMPTN DOMAIN D LA MUSIQU TABL DS MATIRS - Préface de la Ministre Françoise DUPUIS - 2 - - Le mot des fédérations - 3 - - Socles de compétence (.S.A.H.R.)

Plus en détail

REPONDRE AU BESOIN DE BOUGER CHEZ LE JEUNE ENFANT

REPONDRE AU BESOIN DE BOUGER CHEZ LE JEUNE ENFANT REPONDRE AU BESOIN DE BOUGER CHEZ LE JEUNE ENFANT L enfant de deux, trois ans, a besoin de bouger pour développer ses capacités motrices. Aménagement des lieux dans l école et dans la classe La cour de

Plus en détail

Plan d accompagnement personnalisé

Plan d accompagnement personnalisé Logo de l académie et/ou du département Plan d accompagnement personnalisé Vu la loi n 2013-595 du 8 juillet 2013 d orientation et de programmation pour la refondation de l École de la République ; vu

Plus en détail

Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement

Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement, MELS, novembre 2011 Page 1 Document

Plus en détail

DECOUVERTE ET UTILISATION DES TABLETTES NUMERIQUES DANS UNE GS/CP. Ecole Raphaël Périé Laurence ALBERT

DECOUVERTE ET UTILISATION DES TABLETTES NUMERIQUES DANS UNE GS/CP. Ecole Raphaël Périé Laurence ALBERT DECOUVERTE ET UTILISATION DES TABLETTES NUMERIQUES DANS UNE GS/CP Ecole Raphaël Périé Laurence ALBERT 1) Observation des applications sur la tablette numérique Nom de l application Contenu Remarques ABC

Plus en détail

Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe.

Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe. Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe. Quand on est convaincu que l on ne peut pas travailler tout le temps avec toute sa classe en même temps et que l on souhaite mettre en place

Plus en détail

4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe.

4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe. 4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe. Utiliser un document vidéo en classe de langue ce n est pas regarder ensemble la télévision mais le visionner en organisant sa découverte

Plus en détail

En UEL uniquement. Jour/ horaire. Programme. Découverte du langage musical autour du piano. Musique à l école. Création sonore et radiophonique

En UEL uniquement. Jour/ horaire. Programme. Découverte du langage musical autour du piano. Musique à l école. Création sonore et radiophonique En UEL uniquement Découverte du langage musical autour du piano Musique à l école Création sonore et radiophonique Grand débutant Acquisition des notions de base de la musique autour d un piano. Ce cours

Plus en détail

La construction du temps et de. Construction du temps et de l'espace au cycle 2, F. Pollard, CPC Bièvre-Valloire

La construction du temps et de. Construction du temps et de l'espace au cycle 2, F. Pollard, CPC Bièvre-Valloire La construction du temps et de l espace au cycle 2 Rappel de la conférence de Pierre Hess -Démarche de recherche: importance de se poser des questions, de chercher, -Envisager la démarche mentale qui permet

Plus en détail

Académie de Créteil. Projet présenté autour de l album «Trois souris peintres» d Ellen Stoll Walsh

Académie de Créteil. Projet présenté autour de l album «Trois souris peintres» d Ellen Stoll Walsh Projet académique 2013-2014 «Des boîtes à histoires» Comment créer un outil au service de la mise en mémoire et de la compréhension des textes littéraires Académie de Créteil Projet présenté autour de

Plus en détail

Rythme et percussions à l école maternelle

Rythme et percussions à l école maternelle Jérôme Vial CPDEM Inspection Académique de l Allier, Rythme et percussions à l école maternelle Les activités suivantes peuvent être proposées de la PS à la GS, en différenciant les attentes. Jeux vocaux

Plus en détail

TEMPS PÉRISCOLAIRES (TAP) SEPTEMBRE 2014 JUILLET 2015

TEMPS PÉRISCOLAIRES (TAP) SEPTEMBRE 2014 JUILLET 2015 TEMPS PÉRISCOLAIRES (TAP) SEPTEMBRE 2014 JUILLET 2015 Objectifs pédagogiques du PEDT Mettre l enfant au cœur du projet et favoriser son développement - Accorder une priorité au besoin de jouer, avec les

Plus en détail

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 Résultats aux évaluations nationales CM2 Annexe 1 Résultats de l élève Compétence validée Lire / Ecrire / Vocabulaire / Grammaire / Orthographe /

Plus en détail

THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ATELIERS ARTISTIQUES ENFANTS - ADOS - ADULTES

THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ATELIERS ARTISTIQUES ENFANTS - ADOS - ADULTES ATELIERS ARTISTIQUES NEUILLY SUR SEINE THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ENFANTS - ADOS - ADULTES Johanna Cohen 06 61 41 13 03 coursanna@hotmail.fr wwww.coursanna.fr LE COURS

Plus en détail

LA MUSIQUE A L ECOLE PRIMAIRE

LA MUSIQUE A L ECOLE PRIMAIRE LA MUSIQUE A L ECOLE PRIMAIRE Ce que préconisent les programmes de l éducation nationale. I. 1 Le cycle des apprentissages premiers 1) les activités vocales 2) l activité d écoute 3) activités avec des

Plus en détail

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique)

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) 1 Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) La programmation neurolinguistique (PNL) fournit des outils de développement personnel et d amélioration de l efficacité relationnelle dans

Plus en détail

psychologique Quels enfants entrent dans le système scolaire européen?

psychologique Quels enfants entrent dans le système scolaire européen? L'environnement social et psychologique THIERRY QUERE Quels enfants entrent dans le système scolaire européen? Un enfant à l'école européenne est souvent un enfant qui vit à l'étranger, dans un autre pays

Plus en détail

Règlement d études et d examens concernant la formation de musiciens et musiciennes d Eglise non professionnels

Règlement d études et d examens concernant la formation de musiciens et musiciennes d Eglise non professionnels Règlement d études et d examens concernant la formation de musiciens et musiciennes d Eglise non professionnels du 23 novembre 2005 La commission d examens de musique d Eglise et la direction de l Ecole

Plus en détail

LE 3 e CYCLE DE FORMATION À LA PRATIQUE EN AMATEUR

LE 3 e CYCLE DE FORMATION À LA PRATIQUE EN AMATEUR Schéma d'orientation pédagogique de la musique avril 2008 FICHE PÉDAGOGIQUE A3 LE 3 e CYCLE DE FORMATION À LA PRATIQUE EN AMATEUR Sommaire Introduction I Différents profils d élèves pour différentes situations

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Musique instrumentale (deuxième partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Mai 2005 This document is available

Plus en détail

Guide d accompagnement à l intention des intervenants

Guide d accompagnement à l intention des intervenants TABLE RÉGIONALE DE L ÉDUCATION CENTRE-DU-QUÉBEC Campagne de promotion la de la lecture Promouvoir Guide d accompagnement à l intention des intervenants Présentation Le projet sur la réussite éducative

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

Parler Bambin Guide pratique

Parler Bambin Guide pratique Parler Bambin Guide pratique Parler Bambin Les effets du programme Performances verbales (QD, QI) aux pré-test et post-test Le suivi de 65 enfants entre 18 à 36 mois dans le cadre du programme Parler Bambin

Plus en détail

L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes

L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes Les 3 objectifs sont poursuivis aussi bien à l'école maternelle, qu'à l école primaire MATERNELLE * Favoriser la construction des actions motrices

Plus en détail

Expérimentation «Tablettes Tactiles en maternelle» (Octobre 2013 - Février 2014) Ecole maternelle Les Alouettes, Champhol

Expérimentation «Tablettes Tactiles en maternelle» (Octobre 2013 - Février 2014) Ecole maternelle Les Alouettes, Champhol Expérimentation «Tablettes Tactiles en maternelle» (Octobre 2013 - Février 2014) Ecole maternelle Les Alouettes, Champhol Dans le cadre du plan DUNE, l école a reçu, pour une période de 5 mois, 6 tablettes

Plus en détail

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation?

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation? THÈME DE L INDIVIDU À L ACTEUR L organisation, que ce soit une association, une administration ou une entreprise, ne peut pas fonctionner sans la mise en œuvre de processus de gestion assurant la coordination

Plus en détail

Offrez un avenir international à vos enfants

Offrez un avenir international à vos enfants E I B : UNE ECOLE INTERNATIONALE BILINGUE MATERNELLE PRIMAIRE u COLLÈGE Dans la lignée de l Ecole Internationale Bilingue d Angers, le Collège accueille vos enfants dès la 6ème dans un environnement sain

Plus en détail

ATELIER EN ARTS PLASTIQUES

ATELIER EN ARTS PLASTIQUES ACTUALITES Ateliers de sensibilisation artistique à partir de l œuvre de V. Vasarely, encadré par une médiatrice culturelle et une historienne de l art. du 6 au 8 avril 2010 de 14hà16h Public: enfants

Plus en détail

Ces différentes déclinaisons ont aussi pour but de former l enfant :

Ces différentes déclinaisons ont aussi pour but de former l enfant : La municipalité d Amboise a mené une réflexion afin d améliorer la qualité de l accueil périscolaire du matin et du soir, au sein des écoles maternelles et élémentaires de la commune. A partir de cette

Plus en détail

Céline Nicolas Cantagrel CPC EPS Grande Section /CP Gérer et faciliter la continuité des apprentissages

Céline Nicolas Cantagrel CPC EPS Grande Section /CP Gérer et faciliter la continuité des apprentissages Céline Nicolas Cantagrel C EPS Grande Section / Gérer et faciliter la continuité des apprentissages GS Quelques pistes par rapport à l équipe pédagogique : renforcer les liens, clarifier les paramètres

Plus en détail

RENCONTRES DEPARTEMENTALES

RENCONTRES DEPARTEMENTALES RENCONTRES DEPARTEMENTALES 2014/2015 DANSE A EPINAY 20 classes Document à l attention des enseignants Jeudi 02 avril 2015 En ligne sur le site de la DSDEN du 93, dans la rubrique EPS : Livrets de compétences

Plus en détail

L'audiodescription. Principes et orientations

L'audiodescription. Principes et orientations L'audiodescription Principes et orientations Rendre la culture accessible à tous permet d éviter l exclusion. L audiodescription est une technique de description destinée aux personnes aveugles et malvoyantes.

Plus en détail

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire 1. Ce que disent les plans d études vaudois Dans la partie consacrée aux finalités de l école vaudoise, le Plan d Etudes Vaudois (PEV) note à propos

Plus en détail

Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire

Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire Date d envoi : Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire QUESTIONNAIRE AU TITULAIRE Ce document doit être complété par le titulaire de classe et/ou par l orthopédagogue

Plus en détail

PLAN D ÉTUDES DU PIANO

PLAN D ÉTUDES DU PIANO PLAN D ÉTUDES DU PIANO INTRODUCTION La formation permet aux élèves d acquérir progressivement une autonomie musicale et instrumentale liée au développement artistique de leur personnalité à travers la

Plus en détail

Les 5 sens Maternelle et cycle 2

Les 5 sens Maternelle et cycle 2 Les 5 sens Maternelle et cycle 2 Objectifs Exemples de visites Propositions d exploitation en arts visuels Service Educatif du Musée de Saint-Lô Dany Jeanne Pourquoi un projet sur les sens? L approche

Plus en détail

ACTIVITE SUPPORT : la danse

ACTIVITE SUPPORT : la danse Compétence spécifique de l activité : être capable de : - exprimer corporellement des images, des personnages, des sentiments, des états - communiquer aux autres des sentiments ou des émotions - s exprimer

Plus en détail

QUELQUES PROPOSITIONS POUR EVALUER LES PRATIQUES MUSICALES AU CYCLE 3. Didier Louchet CPEM

QUELQUES PROPOSITIONS POUR EVALUER LES PRATIQUES MUSICALES AU CYCLE 3. Didier Louchet CPEM QUELQUES PROPOSITIONS POUR EVALUER LES PRATIQUES MUSICALES AU CYCLE 3 Didier Louchet CPEM Les textes officiels L éducation musicale s appuie sur des pratiques concernant la voix et l écoute : jeux vocaux,

Plus en détail

Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année

Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année PALIER 2 CM2 La maîtrise de la langue française DIRE S'exprimer à l'oral comme à l'écrit dans un vocabulaire approprié

Plus en détail

Découvrir le monde à l école maternelle

Découvrir le monde à l école maternelle Découvrir le monde à l école maternelle Faire des sciences à l école en se questionnant et se confrontant au réel en mettant en œuvre une démarche d investigation en ayant un regard critique en travaillant

Plus en détail

CONFERENCE 1 L AUTISME : COMMENT EDUQUER AUTREMENT?

CONFERENCE 1 L AUTISME : COMMENT EDUQUER AUTREMENT? CONFERENCE 1 L AUTISME : COMMENT EDUQUER AUTREMENT? Les institutions spécialisées ne sont pas la seule solution envisageable. Même si celles-ci sont dans l ensemble de plus en plus à l écoute des enfants.

Plus en détail

Rencontres au Castelnau ou.. quand les auteurs s en vont au champ. Sandrine Trochet. Enseignante Castelnau Barbarens.

Rencontres au Castelnau ou.. quand les auteurs s en vont au champ. Sandrine Trochet. Enseignante Castelnau Barbarens. Rencontres au Castelnau ou.. quand les auteurs s en vont au champ Sandrine Trochet. Enseignante Castelnau Barbarens. 1,Un constat : Il existe de fortes inégalités entre les écoles quant à l accès à la

Plus en détail

Pour l examen pédagogique de la SSPM en vue de l obtention du diplôme de professeur de flûte à bec

Pour l examen pédagogique de la SSPM en vue de l obtention du diplôme de professeur de flûte à bec VADE-MECUM Pour l examen pédagogique de la SSPM en vue de l obtention du diplôme de professeur de flûte à bec Rédigé par Marianne Lüthi Niethammer, 1999. Remarque préliminaire : Ce vade-mecum est un commentaire

Plus en détail

Service Petite Enfance Maison des Enfants. 41 rue Palissy. 47000 Agen. Août 2011.

Service Petite Enfance Maison des Enfants. 41 rue Palissy. 47000 Agen. Août 2011. Service Petite Enfance Maison des Enfants. 41 rue Palissy. 47000 Agen Août 2011. Projet pédagogique. L enfant et le relais. Les premières années de la vie d un enfant conditionnent l essentiel de sa vie

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

Organiser l espace dans une classe de maternelle : Quelques idées. I - Les textes officiels : II - Les coins jeux : III - L enfant et le jeu :

Organiser l espace dans une classe de maternelle : Quelques idées. I - Les textes officiels : II - Les coins jeux : III - L enfant et le jeu : Organiser l espace dans une classe de maternelle : I - Les textes officiels : Quelques idées «L aménagement des salles de classe doit offrir de multiples occasions d expériences sensorielles et motrices.

Plus en détail

ESSOURCES PÉDAGOGIQUES

ESSOURCES PÉDAGOGIQUES 2015 MATERNELLES CYCLE I / PS - MS ESSOURCES PÉDAGOGIQUES Introduction Je découvre par les sens MODULES À DÉCOUVRIR PENDANT LA VISITE La Cité des enfants de Vulcania est un lieu d éveil, de découvertes

Plus en détail

Agir et s exprimer avec son corps

Agir et s exprimer avec son corps Agir et s exprimer avec son corps LES JEUX COLLECTIFS À L ÉCOLE MATERNELLE Mercredi 10 décembre 2014 ANDREU Sophie, CPC 9 ème BOTHUA Alexandre, CPC 10 ème BREYTON Maryline, CPC 9 ème Déroulé de la formation

Plus en détail

Préface de Germain Duclos

Préface de Germain Duclos je suis capable! i, Moi auss Marie-Francine Hébert Marie-Claude Favreau Préface de Germain Duclos Moi aussi je suis capable! Texte : Marie-Francine Hébert Illustrations : Marie-Claude Favreau Préface

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Piano et Guitare ORGANISATION DU CURSUS

Piano et Guitare ORGANISATION DU CURSUS Piano et Guitare ORGANISATION DU CURSUS Le programme du C.E.P.I. piano et guitare comporte trois modules de formation : le module principal dans la discipline dominante (piano ou guitare), un module associé

Plus en détail

TECHNIQUES D ÉDUCATION À L ENFANCE

TECHNIQUES D ÉDUCATION À L ENFANCE 2 TECHNIQUES D ÉDUCATION À L ENFANCE Application Icône Catégorie Compétence Description Prix Les jeux de puzzles pour les enfants Jeux Apprendre des mots en faisant des cassetête Le jeu de puzzle est unique

Plus en détail

Qu'est-ce que l'écoute?

Qu'est-ce que l'écoute? École maternelle Imaginer sentir créer Qu'est-ce que l'écoute? Août 2007 eduscol.education.fr/ecole L ÉCOUTE «L oreille a deux portes : le tympan et l oreille interne. Cette dernière seule est porteuse

Plus en détail

Didactique des arts visuels :

Didactique des arts visuels : Didactique des arts visuels : Principes et grandes lignes Du coté des instructions officielles Les objectifs de l'éducation artistique et culturelle à l'école L éducation artistique et culturelle a pleinement

Plus en détail

Du lundi 5 janvier au vendredi 6 fevrier 2015 Résumés des activités sportives ACHILLE ROCHE CE

Du lundi 5 janvier au vendredi 6 fevrier 2015 Résumés des activités sportives ACHILLE ROCHE CE 3 ÈME PÉRIODE 2014/2015 Du lundi 5 janvier au vendredi 6 fevrier 2015 Résumés des activités sportives ACHILLE ROCHE CE À LA DÉCOUVERTE DU FITNESS Favoriser le bien être de l enfant. Découvrir des techniques

Plus en détail

sites.csdraveurs.qc.ca/musique/

sites.csdraveurs.qc.ca/musique/ Guide du chef de choeur THÈME : La bonne chanson «au cœur de notre culture» Le thème des Choralies 2014 vous invite à mettre en valeur un répertoire riche et varié. Plusieurs chants qui nous semblent si

Plus en détail

La dyspraxie visuo-spatiale

La dyspraxie visuo-spatiale 1 La dyspraxie visuo-spatiale 2 Définition Dyspraxie visuo-spatiale Introduction La plus fréquente des dyspraxies Association d un trouble du geste de nature dyspraxique et d un trouble visuo-spatial Pathologie

Plus en détail

PROJET : EXPERIMENTER SES 5 SENS AU QUOTIDIEN! DECOUVRIR LE MONDE PETITE SECTION

PROJET : EXPERIMENTER SES 5 SENS AU QUOTIDIEN! DECOUVRIR LE MONDE PETITE SECTION PROJET : EXPERIMENTER SES 5 SENS AU QUOTIDIEN! DECOUVRIR LE MONDE PETITE SECTION Compétence : Découvrir les parties du corps et les 5 sens. Leurs caractéristiques et leurs fonctions. Finalité : Préparer

Plus en détail

SEQUENCE : LES 5 SENS

SEQUENCE : LES 5 SENS SEQUENCE : LES 5 SENS Groupe concerné : Groupe sciences Nombre de séances prévues : 8 Compétence 3 du Palier 2 du socle commun : La culture scientifique et technologique - Pratiquer une démarche scientifique

Plus en détail

Du monde sonore à la culture musicale

Du monde sonore à la culture musicale Rapport de projet Semaine du 2 au 7 février 2004 Du monde sonore à la culture musicale Au cycle 1 PLAN Introduction (page 3) Pourquoi l éducation musicale à l école maternelle, les orientations de notre

Plus en détail

Synthèse Mon projet d emploi

Synthèse Mon projet d emploi Synthèse Mon projet d emploi Nom : Date : Complété par : TÉVA Estrie 2012 La synthèse permet de recueillir les informations notées dans les questionnaires et de constater les ressemblances et les différences

Plus en détail

Petit mémoire. Déroulé des séances de. musicothérapie réceptive collective. au GEM (Groupe d Entraide Mutuelle)

Petit mémoire. Déroulé des séances de. musicothérapie réceptive collective. au GEM (Groupe d Entraide Mutuelle) Petit mémoire Déroulé des séances de musicothérapie réceptive collective au GEM (Groupe d Entraide Mutuelle) Damien GONTHIER Formation aux techniques psychomusicales, corporelles et vocales Musicothérapie

Plus en détail

AMENAGEMENTS PEGAGOGIQUES A METTRE EN PLACE pour un élève présentant des troubles du spectre autistique

AMENAGEMENTS PEGAGOGIQUES A METTRE EN PLACE pour un élève présentant des troubles du spectre autistique AMENAGEMENTS PEGAGOGIQUES A METTRE EN PLACE pour un élève présentant des troubles du spectre autistique STRUCTURATION DU TEMPS pour la visualisation des changements - Emploi du temps visuel avec : - Objets

Plus en détail

Quels sont les indices observés chez les enfants présentant un trouble de traitement auditif?

Quels sont les indices observés chez les enfants présentant un trouble de traitement auditif? Le trouble de traitement auditif _TTA Entendre n est pas comprendre. Détecter les sons représente la première étape d une série de mécanismes auditifs qui sont essentiels pour la compréhension de la parole

Plus en détail

«Lady Souris : le mystère du frigidaire» : Gwénaëlle Boulet

«Lady Souris : le mystère du frigidaire» : Gwénaëlle Boulet «Lady Souris : le mystère du frigidaire» : Gwénaëlle Boulet Rédaction : concevoir et écrire plusieurs phrases cohérente. Ecrire à partir d un album. ( CE1 ou fin d année CP/CE1) En parallèle lire d autres

Plus en détail

PROGRAMME D ETUDE LECTURE/DECHIFFRAGE PIANO

PROGRAMME D ETUDE LECTURE/DECHIFFRAGE PIANO PROGRAMME D ETUDE LECTURE/DECHIFFRAGE PIANO Avril 2012 Commissariat à l enseignement musical Téléphone : 247-86629/86618/86638/86611 2, rue Sosthène Weis Téléfax: 26 12 32 15 L-2722 Luxembourg e-mail :

Plus en détail

Danseur / Danseuse. Les métiers du spectacle vivant

Danseur / Danseuse. Les métiers du spectacle vivant Les métiers du spectacle vivant Filière : artistique Domaine : art chorégraphique Appellations voisines : artiste chorégraphique Autres métiers du domaine : chorégraphe, maître de ballet, notateur Danseur

Plus en détail

Comprendre une consigne simple dans une situation non ambiguë. Utiliser le pronom je pour parler de soi.

Comprendre une consigne simple dans une situation non ambiguë. Utiliser le pronom je pour parler de soi. DÉCLINAISON DES COMPÉTENCES DE FIN DE MATERNELLE EN CAPACITÉS POUR CHAQUE SECTION (PS, MS, GS) Mise en relation des compétences de fin de maternelle avec les 7 compétences du socle commun. Compétences

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

CE1 et CE2. Le journal des. Une nouvelle maîtresse. Actualité. Loisirs. Culture

CE1 et CE2. Le journal des. Une nouvelle maîtresse. Actualité. Loisirs. Culture Le journal des CE1 et CE2 Vendredi 13 mars 2003 Une nouvelle maîtresse Après les vacances de février (c est à dire depuis le lundi 24 février 2003), nous avons eu une nouvelle maîtresse qui s appelle Aurélie.

Plus en détail

écriture composition, arrangement, orchestration

écriture composition, arrangement, orchestration écriture composition, arrangement, orchestration objectifs Le CNSMD de Lyon est un lieu de formation pour les jeunes artistes se destinant aux métiers référencés de la musique et de la danse. En ce qui

Plus en détail

Le contexte de mise en place

Le contexte de mise en place Le contexte de mise en place Depuis 2006, l Ecole des mines de Saint-Etienne collabore avec la main à la pâte, la direction des services départementaux de l éducation nationale de la Loire, et les autorités

Plus en détail

Devoirs, leçons et TDA/H1 Gaëtan Langlois, psychologue scolaire

Devoirs, leçons et TDA/H1 Gaëtan Langlois, psychologue scolaire Devoirs, leçons et TDA/H1 Gaëtan Langlois, psychologue scolaire Pourquoi traiter des devoirs et leçons avec les TDA/H? Parce que c est un des problèmes le plus souvent rencontrés avec les enfants hyperactifs

Plus en détail

ECOLE SAINTE ANNE PROJET PEDAGOGIQUE ECOLE PRIMAIRE CATHOLIQUE HORS CONTRAT

ECOLE SAINTE ANNE PROJET PEDAGOGIQUE ECOLE PRIMAIRE CATHOLIQUE HORS CONTRAT ECOLE SAINTE ANNE PROJET PEDAGOGIQUE ECOLE PRIMAIRE CATHOLIQUE HORS CONTRAT L école Sainte-Anne a été fondée dans le souci de transmettre à nos enfants un enseignement complet intégrant l intelligence

Plus en détail

Formation certifiante au métier de coach scolaire

Formation certifiante au métier de coach scolaire Formation certifiante au métier de coach scolaire 1 Préambule CoachingMaestro est un portail de formations dédié à toute personne intéressée dans l accompagnement des jeunes. Préambule Ses missions sont

Plus en détail

APPROCHER LES QUANTITES ET LES NOMBRES en Moyenne Section

APPROCHER LES QUANTITES ET LES NOMBRES en Moyenne Section APPROCHER LES QUANTITES ET LES NOMBRES en Moyenne Section Module Dénombrer une quantité ( 8) Mémoriser la suite des nombres( 15) Décomposer les nombres( 3,4 et 5 ) Au travers de l exploitation d albums

Plus en détail

Une situation d'apprentissage du lexique en MS Les activités gymniques

Une situation d'apprentissage du lexique en MS Les activités gymniques Cette séquence permet l acquisition des compétences nécessaires à la construction des connaissances : - Connaître et enrichir le lexique de base de l action «se déplacer» : marcher, ramper, courir, grimper-escalader,

Plus en détail

PRÉPARER LA PREMIÈRE ÉPREUVE ORALE D ADMISSION OPTION EPS. DEVOIRS SUPPLÉMENTAIRES 1 et 2

PRÉPARER LA PREMIÈRE ÉPREUVE ORALE D ADMISSION OPTION EPS. DEVOIRS SUPPLÉMENTAIRES 1 et 2 CONCOURS DE RECRUTEMENT DE PROFESSEURS DES ÉCOLES PRÉPARER LA PREMIÈRE ÉPREUVE ORALE D ADMISSION OPTION EPS DEVOIRS SUPPLÉMENTAIRES 1 et 2 Rédaction Jean-Pierre GUICHARD Conseiller pédagogique en EPS Ministère

Plus en détail

IUFM DE BOURGOGNE. CONCOURS DE RECRUTEMENT : professeur des écoles. CLEMENT Sandrine. Directrice de mémoire : Mme Colette MADELIN 03STA00.

IUFM DE BOURGOGNE. CONCOURS DE RECRUTEMENT : professeur des écoles. CLEMENT Sandrine. Directrice de mémoire : Mme Colette MADELIN 03STA00. IUFM DE BOURGOGNE CONCOURS DE RECRUTEMENT : professeur des écoles CLEMENT Sandrine 2004 Directrice de mémoire : Mme Colette MADELIN Sommaire 128 03STA00 1 Sommaire p.1 Introduction p.3 Ecouter pour reconnaître

Plus en détail

ACOUSTIQUE 3 : ACOUSTIQUE MUSICALE ET PHYSIQUE DES SONS

ACOUSTIQUE 3 : ACOUSTIQUE MUSICALE ET PHYSIQUE DES SONS Matériel : Logiciel winoscillo Logiciel synchronie Microphone Amplificateur Alimentation -15 +15 V (1) (2) (3) (4) (5) (6) ACOUSTIQUE 3 : ACOUSTIQUE MUSICALE ET PHYSIQUE DES SONS Connaissances et savoir-faire

Plus en détail

Prénom : J explore l orientation et l organisation spatiale. Date de retour :

Prénom : J explore l orientation et l organisation spatiale. Date de retour : Prénom : J explore l orientation et l organisation spatiale Date de retour : Message aux parents Les fascicules «Mes défis au préscolaire» suggèrent des activités à réaliser avec votre enfant. Le choix

Plus en détail

OLIVER L ENFANT QUI ENTENDAIT MAL

OLIVER L ENFANT QUI ENTENDAIT MAL OLIVER L ENFANT QUI ENTENDAIT MAL «Oliver l enfant qui entendait mal» est dédié à mon frère, Patrick, qui est malentendant, à la famille, aux amis, et aux professionnels, qui s impliquèrent pour l aider.

Plus en détail