Critère du choix des variables auxiliaires à utiliser dans l'estimateur par calage

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Critère du choix des variables auxiliaires à utiliser dans l'estimateur par calage"

Transcription

1 des variables auxiliaires à utiliser dans l'estimateur par calage Mohammed El Haj Tirari Institut National de Statistique et d'economie Appliquée - roc Laboratoire de Statistique d'enquêtes, CREST - Ensai Septième Colloque Francophone sur les Sondages 5-7/11/2012

2 Introduction Notations Introduction Pour estimer le total d'une population en présence d'information auxiliaire, l'estimateur par calage est parmi les plus utilisés en pratique. Les poids de cet estimateur permettent de redresser l'échantillon de manière à reéter les totaux connus dans la population d'un ensemble de variables auxiliaires. De plus, bien que l'estimateur par calage soit biaisé, ses poids sont calculés de telle sorte à contrôler ce biais. L'amélioration en termes de précision apportée par l'estimateur par calage dépend des variables auxiliaires utilisées dans le calage : le biais et la variance de l'estimateur par calage sont faibles quand ces variables auxiliaires sont fortement reliées à la variable d'intérêt.

3 Introduction Introduction et Notations Introduction Notations Cependant, la variance de l'estimateur par calage peut devenir importante quand on utilise dans le calage un très grand nombre de variables auxiliaires surtout lorsque certaines de ces variables ne sont pas reliées à la variable d'étude. Nécessité d'élaborer des critères permettant de sélectionner parmi ces variables celles qu'il convient d'utiliser dans le calage. Dans cette présentation, nous proposons un critère de sélection des variables auxiliaires qui convient d'utiliser pour calculer les poids de calage en se servant des données observées sur l'échantillon.

4 Notations Introduction et Notations Introduction Notations Soit U = {1,..., N} une population de taille N à partir de laquelle on sélectionne un échantillon s de taille n. On s'intéresse à une variable d'intérêt y = (y 1,..., y N ) comme objectif l'estimation de son total : en ayant t y = k U y k On suppose qu'on dispose de p variables auxilaires X 1,..., X p dont les totaux t x = k U x k sont connus, où x k = ( x k1,..., x kp ) pour tout k U.

5 Approche modèle Introduction et Notations Introduction Notations Sous l'approche basée sur le modèle, on suppose que les valeurs de y sont les réalisations d'un modèle de superpopulation ξ donné par y k = x k β + ɛ k avec β = (β 1,..., β p ), E ξ (ɛ k ) = 0, var ξ (ɛ k ) = σ 2 vk 2 et cov ξ(ɛ k, ɛ l ) = 0. Les vk 2 sont supposé connus avec k U v k = N

6 Estimateur par calage Introduction Notations Pour estimer le total t y d'une variable d'intérêt y, on considère la classe des estimateurs linéaires qui peuvent s'écrire t yw = k S w ks y k où w ks sont des poids qui peuvent dépendre de l'échantillon. Un estimateur linéaire est dit calé sur les variables auxiliaires x k si et seulement si les poids w ks satisent k S w ks x k = k U Le calage vise à réduire la variance des estimateurs. x k

7 des variables de calage Pour mesurer la précision de l'estimateur par calage, nous allons considèrer l'approche basée sur le plan et le modèle. Sous cette approche, la précision d'un estimateur linéaire est mesurée en considérant la "Variance Anticipée" dénie par AV ar( t yw ) = E p E ξ ( t yw t y ) 2 La variance anticipée de l'estimateur par calage est donnée par AV ar( t yw ) = σ [ ] 2 v 2 VkS + R 2 k d (d 1) + (R ks k ks 1)2 k U k où R ks = E p (w ks I k ) = Ep(w ks I k I k =1) d k et V ks = var p (w ks I k = 1).

8 des variables de calage Approximation de AV ar( t yw ) Sous l'approche basée sur le plan et le modèle, une approximation de la précision de l'estimateur par calage peut être donnée par AV ar( t yw ) σ 2 k U v 2 k [R 2 wk (d k 1) + (R wk 1) 2] avec R wk = w k d k sondage. est le rapport des poids de calage et les poids de

9 des variables de calage Cette approximation a l'avantage de tenir compte des deux aspects dont dépend la précision de l'estimateur t yw : la variance résiduelle du modèle qui diminue quand on ajoute une variable auxiliaire supplémentaire dans le modèle. Diminution de la variance de t yw. les rapports de poids R wk qui s'accroîent quand on ajoute une variable auxiliaire supplémentaire dans le modèle. Augmentation du biais de t yw.

10 Critère de choix des variables de calage Pour chaque variable X j parmi les p variables auxiliaires disponibles, on peut dénir F Xj = AV ar( t ywj ) AV ar( t ywj 1 ) avec t ywj 1 est l'estimateur par calage sur les variables auxiliaires dont le pouvoir explicatif est supérieur à celui de X j. t ywj est l'estimateur par calage sur la variable X j et celles dont le pouvoir explicatif est supérieur à celui de X j. F Xj peut être utilisé comme un indicateur du choix ou non de la variable X j dans le calage : X j fait partie des variables de calage quand F Xj < 1

11 Critère de choix des variables de calage F Xj peut être estimé par ÂV ar( t ywj ) F Xj = ÂV ar( t ywj 1 ) où [R 2 wk (d k 1) + (R wk 1) 2] ÂV ar( t yw ) = σ 2 k S d k v 2 k avec σ 2 = ɛ k 2 n p 1 et ɛ k sont les résidus du modèle de régression de Y en fonction des variables auxiliaires utilisées dans le calage.

12 Critère de choix des variables de calage Procédure de sélection des variables de calage 1 La classication des variables explicatives selon leur pouvoir explicatif au moyen d'une régression de Y en fonction de toutes les variables auxiliaires disponibles. 2 La réalisation des calages successifs en ajoutant les variables auxiliaires une à une selon l'ordre de pouvoir explicatif de celles-ci. 3 A chaque étape de la sélection pas à pas, la décision de garder ou non une variable auxiliaire X j dans le calage est basée sur le critère suivant : ÂV ar( t ywj ) F Xj = ÂV ar( t ywj 1 ) où on décide de garder la variable X j dans le calage quand F Xj < 1.

13 Remarques Le modèle de régression est utilisé à la première étape de la procédure pour simplier la sélection des variables en permettant de dénir l'ordre de l'inclusion de ces variables dans le calage. Cette procédure n'est qu'un exemple de procédures de sélection pas à pas ascendante qu'on peut considérer pour choisir les variables de calage. D'autres procédures de sélection de type ascendant peuvent être utilisées... On peut également utiliser des procédures de sélection de type descendant.

14 Exemples Pour illustrer le fonctionnement de la procédure proposée du choix des variables de calage, nous avons générer un échantillon de 2006 unités sélectionnées à partir d'une population de taille On dispose donc des données observées sur l'échantillon pour une variable d'intérêt Y, des variables auxiliaires pour lesquelles on connaît le total dans la population. Nous avons considérer les deux modèles de régression suivants : 1 le cas d'un modèle de régression relativement mal spécié (R 2 = 0, 41), 2 le cas d'un modèle de régression bien spécié (R 2 = 0, 95).

15 Exemple1 : le cas d'un modèle de régression relativement mal spécié (R 2 = 0, 41)

16 Exemple2 : le cas d'un modèle de régression bien spécié (R 2 = 0, 95)

17 Conclusion Dans ce travail, nous avons proposé un nouveau critère pour le choix des variables auxiliaires qui convient d'utiliser dans le calage. Ce critère se base sur l'approximation de la variance anticipée de l'estimateur par calage. Il a l'avantage de tenir compte du biais dû à l'utilisation des poids de calage au lieu des poids de sondage.

Faut-il pondérer? ...Ou l'éternelle question de l'économètre confronté à un problème de sondage. Laurent Davezies et Xavier D'Haultf uille.

Faut-il pondérer? ...Ou l'éternelle question de l'économètre confronté à un problème de sondage. Laurent Davezies et Xavier D'Haultf uille. Faut-il pondérer?...ou l'éternelle question de l'économètre confronté à un problème de sondage Laurent Davezies et Xavier D'Haultf uille Juin 2009 Résumé Ce papier précise dans quels cas les estimations

Plus en détail

LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN

LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN Dans cette leçon nous définissons le modèle de plus court chemin, présentons des exemples d'application et proposons un algorithme de résolution dans le cas où les longueurs

Plus en détail

Santé environnement. Description du budget espace-temps et estimation de l exposition de la population française dans son logement

Santé environnement. Description du budget espace-temps et estimation de l exposition de la population française dans son logement Santé environnement Description du budget espace-temps et estimation de l exposition de la population française dans son logement Sommaire Abréviations 2 1. Introduction 3 2. Données recueillies 4 2.1

Plus en détail

ui sont les francophones? Analyse de définitions selon les variables du recensement

ui sont les francophones? Analyse de définitions selon les variables du recensement ui sont les francophones? Analyse de définitions selon les variables du recensement Qui sont les Étude réalisée par francophones? Éric Forgues Rodrigue Landry Analyse de définitions Jonathan Boudreau selon

Plus en détail

La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008

La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008 La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008 Ce document se veut une analyse succincte des indicateurs se rapportant à

Plus en détail

TP 10.3.5a Notions de base sur le découpage en sous-réseaux

TP 10.3.5a Notions de base sur le découpage en sous-réseaux TP 10.3.5a Notions de base sur le découpage en sous-réseaux Objectif Identifier les raisons pour lesquelles utiliser un masque de sous-réseau. Faire la distinction entre un masque de sous-réseau par défaut

Plus en détail

Classification non supervisée

Classification non supervisée AgroParisTech Classification non supervisée E. Lebarbier, T. Mary-Huard Table des matières 1 Introduction 4 2 Méthodes de partitionnement 5 2.1 Mesures de similarité et de dissimilarité, distances.................

Plus en détail

Evaluation de la variabilité d'un système de mesure

Evaluation de la variabilité d'un système de mesure Evaluation de la variabilité d'un système de mesure Exemple 1: Diamètres des injecteurs de carburant Problème Un fabricant d'injecteurs de carburant installe un nouveau système de mesure numérique. Les

Plus en détail

Annexe commune aux séries ES, L et S : boîtes et quantiles

Annexe commune aux séries ES, L et S : boîtes et quantiles Annexe commune aux séries ES, L et S : boîtes et quantiles Quantiles En statistique, pour toute série numérique de données à valeurs dans un intervalle I, on définit la fonction quantile Q, de [,1] dans

Plus en détail

Quelles sont les entreprises qui ont recours au commerce électronique?

Quelles sont les entreprises qui ont recours au commerce électronique? Nicolas POUSSING Anne-Sophie GENEVOIS octobre 2003 Quelles sont les entreprises qui ont recours au commerce électronique? Dans le cadre du projet «eeurope 2002», une enquête communautaire intitulée «E-commerce

Plus en détail

Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire

Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire CHAPITRE 3 Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire Parmi les analyses statistiques descriptives, l une d entre elles est particulièrement utilisée pour mettre en évidence

Plus en détail

Non-réponse et données manquantes. Sylvie Rousseau & Gilbert Saporta décembre 2011

Non-réponse et données manquantes. Sylvie Rousseau & Gilbert Saporta décembre 2011 Non-réponse et données manquantes Sylvie Rousseau & Gilbert Saporta décembre 2011 1 EXEMPLES DE TAUX DE RÉPONSE À CERTAINES ENQUÊTES Pour les enquêtes auprès des entreprises, le taux de non-réponse est

Plus en détail

Fixer son prix à l export

Fixer son prix à l export Fixer son prix à l export Commerce extérieur Juin 2009 Politique de prix Dans le cadre de votre stratégie internationale, vous devez fixer un prix de vente pour vos marchés d exportation. La politique

Plus en détail

DIRECTIVES POUR LA CONCEPTION ET LA MISE EN OEUVRE D UN PROGRAMME NATIONAL DE RÉGLEMENTATION D ASSURANCE DE LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE CONCERNANT LES

DIRECTIVES POUR LA CONCEPTION ET LA MISE EN OEUVRE D UN PROGRAMME NATIONAL DE RÉGLEMENTATION D ASSURANCE DE LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE CONCERNANT LES DIRECTIVES POUR LA CONCEPTION ET LA MISE EN OEUVRE D UN PROGRAMME NATIONAL DE RÉGLEMENTATION D ASSURANCE DE LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE CONCERNANT LES RISQUES LIÉS À L UTILISATION DE MÉDICAMENTS VÉTÉRINAIRES

Plus en détail

Relation entre pauvreté et fécondité dans les pays du Sud

Relation entre pauvreté et fécondité dans les pays du Sud Université catholique de Louvain Département des Sciences de la Population et du Développement Relation entre pauvreté et fécondité dans les pays du Sud Connaissances, méthodologie et illustrations Bruno

Plus en détail

Chapitre 3. Les distributions à deux variables

Chapitre 3. Les distributions à deux variables Chapitre 3. Les distributions à deux variables Jean-François Coeurjolly http://www-ljk.imag.fr/membres/jean-francois.coeurjolly/ Laboratoire Jean Kuntzmann (LJK), Grenoble University 1 Distributions conditionnelles

Plus en détail

Le montant des garanties constituées aux fins du STPGV est-il excessif?

Le montant des garanties constituées aux fins du STPGV est-il excessif? Le montant des garanties constituées aux fins du STPGV est-il excessif? Kim McPhail et Anastasia Vakos* L e système canadien de transfert des paiements de grande valeur (STPGV) sert à effectuer les paiements

Plus en détail

Apprentissage par renforcement (1a/3)

Apprentissage par renforcement (1a/3) Apprentissage par renforcement (1a/3) Bruno Bouzy 23 septembre 2014 Ce document est le chapitre «Apprentissage par renforcement» du cours d apprentissage automatique donné aux étudiants de Master MI, parcours

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Février 2013 1 Liste de contrôle des essais de non-infériorité N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de cette

Plus en détail

A quels élèves profite l approche par les compétences de base? Etude de cas à Djibouti

A quels élèves profite l approche par les compétences de base? Etude de cas à Djibouti A quels élèves profite l approche par les compétences de base? Etude de cas à Djibouti Hamid Mohamed Aden, Directeur du CRIPEN, Djibouti Xavier Roegiers, Professeur à l Université de Louvain, Directeur

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31 Objectif de la norme 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

Classe de première L

Classe de première L Classe de première L Orientations générales Pour bon nombre d élèves qui s orientent en série L, la classe de première sera une fin d étude en mathématiques au lycée. On a donc voulu ici assurer à tous

Plus en détail

NOTE D INFORMATION n 01 Janvier 2014

NOTE D INFORMATION n 01 Janvier 2014 DIRECTION DE L ÉVALUATION, DE LA PROSPECTIVE, ET DE LA PERFORMANCE DEPP NOTE D INFORMATION n 1 Janvier 214 La dépense par élève ou étudiant pour un parcours dans l enseignement scolaire ou supérieur en

Plus en détail

2. RAPPEL DES TECHNIQUES DE CALCUL DANS R

2. RAPPEL DES TECHNIQUES DE CALCUL DANS R 2. RAPPEL DES TECHNIQUES DE CALCUL DANS R Dans la mesure où les résultats de ce chapitre devraient normalement être bien connus, il n'est rappelé que les formules les plus intéressantes; les justications

Plus en détail

Trépier avec règle, ressort à boudin, chronomètre, 5 masses de 50 g.

Trépier avec règle, ressort à boudin, chronomètre, 5 masses de 50 g. PHYSQ 130: Hooke 1 LOI DE HOOKE: CAS DU RESSORT 1 Introduction La loi de Hooke est fondamentale dans l étude du mouvement oscillatoire. Elle est utilisée, entre autres, dans les théories décrivant les

Plus en détail

Une décomposition du non-emploi en France

Une décomposition du non-emploi en France MARCHÉ DU TRAVAIL Une décomposition du non-emploi en France Guy Laroque et Bernard Salanié* «Grande est notre faute, si la misère de nos pauvres découle non pas de lois naturelles, mais de nos institutions».

Plus en détail

UNE MARQUE, MODE D'EMPLOI

UNE MARQUE, MODE D'EMPLOI Qu'est-ce qu'une marque? UNE MARQUE, MODE D'EMPLOI C'est un titre de protection, formé par un signe distinctif tel qu'un nom ou un logo, et qui confère à son titulaire le droit exclusif d exploitation

Plus en détail

Les dispositifs d évaluation formative sont-ils efficaces?

Les dispositifs d évaluation formative sont-ils efficaces? Les dispositifs d évaluation sont-ils efficaces? Gérard YVROUD Introduction Peut-on juger de la réussite d'un apprentissage sans s'appuyer sur une évaluation? La chose paraît difficilement concevable.

Plus en détail

RÉSOLUTION DE SYSTÈMES À DEUX INCONNUES

RÉSOLUTION DE SYSTÈMES À DEUX INCONNUES RÉSOLUTION DE SYSTÈMES À DEUX INCONNUES Sommaire 1 Méthodes de résolution... 3 1.1. Méthode de Substitution... 3 1.2. Méthode des combinaisons linéaires... 6 La rubrique d'aide qui suit s'attardera aux

Plus en détail

UNE APPROCHE RENOUVELEE DES ETUDES DE SASTIFACTION

UNE APPROCHE RENOUVELEE DES ETUDES DE SASTIFACTION UNE APPROCHE RENOUVELEE DES ETUDES DE SASTIFACTION Guide pratique pour réaliser son étude de satisfaction pas à pas Ce guide est destiné aux opérationnels souhaitant réaliser une étude de satisfaction

Plus en détail