Fixer son prix à l export

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Fixer son prix à l export"

Transcription

1 Fixer son prix à l export Commerce extérieur Juin 2009

2 Politique de prix Dans le cadre de votre stratégie internationale, vous devez fixer un prix de vente pour vos marchés d exportation. La politique prix est une décision essentielle, complexe et technique qui exige de la réflexion. En effet, le niveau de prix fixé est déterminant pour au moins deux raisons : il conditionne le succès ou l échec de votre politique commerciale et donc votre volume de ventes, vos recettes et votre rentabilité commerciale. Si le niveau de prix est trop élevé, le volume de vente risque de baisser. A l opposé, si le prix est trop bas, vous risquez de subir un manque à gagner, voir même de vendre à perte. il traduit le positionnement de votre produit par rapport à ceux des concurrents.

3 INCIDENCES Les techniques de fixation de prix à l'étranger ne sont pas fondamentalement différentes que sur votre marché domestique mais leur mise en oeuvre est encore plus complexe. En effet, vous vous trouverez confrontés, en plus des difficultés habituelles, à des contraintes supplémentaires et spécifiques à l'exportation, qui peuvent avoir une incidence sur vos prix : - des politiques différentes de la part des gouvernements locaux; - des coûts additionnels liés à l'exportation qui augmentent inévitablement le prix de vente final et mènent souvent à l'escalade des prix export et qui, par ailleurs, peuvent varier en fonction des marchés - des structures et pratiques de distribution hétérogènes selon les marchés ; - des monnaies différentes et des taux de change variant ; - des taux d'inflation différents ; - des situations concurrentielles différentes ; - des taxations différentes à la consommation (exemple : différentes taux de TVA) ; - Le marketing mix de votre produit

4 Méthodes * la démarche intuitive * l'approche par les coûts par laquelle l'entreprise établit son prix export à partir du coût de revient du produit en intégrant l'ensemble des surcoûts liés à la vente à l'étranger. Le prix ainsi fixé est un niveau de prix plancher en-dessous duquel elle vendrait à perte ; * l'approche marketing par laquelle l'entreprise se base sur l'analyse des caractéristiques du marché, notamment au niveau des consommateurs et de la concurrence.

5 I.Méthode intuitive La fixation intuitive d'un prix export consiste à appliquer sur le marché étranger le même prix que sur le marché domestique ou à lui appliquer un coefficient multiplicateur, lui-même pouvant être unique ou différencié selon le marché. Cette méthode, très simple au niveau de la mise en oeuvre, manque de rigueur et de fiabilité. Elle ne permet pas d'optimiser le prix en ce sens qu'elle ne tient pas compte des différences, notamment en terme de concurrence notamment, entre marchés et qu'elle n'intègre pas forcément tous les éléments de coût. Le prix ainsi fixé ne permet donc pas de maximiser les ventes et les profits de l'entreprise, ni d'optimiser sa rentabilité commerciale. Malgré ses lacunes, cette méthode peut constituer une première étape, surtout pour les petites entreprises! En effet, le prix fixé intuitivement peut servir de base et faire, par la suite, l'objet de rectifications, en tenant compte notamment des commentaires éventuels des partenaires commerciaux locaux. Il faut cependant prendre garde aux effets commerciaux négatifs qu'une modification de prix à la hausse pourrait engendrer. Si l'entreprise veut aboutir à un prix optimal à la fois satisfaisant pour l'entreprise, attractif pour le consommateur et cohérent avec les prix fixés sur les autres marchés, il est préférable qu'elle s'engage dans une démarche marketing et fixe son prix en se référant à ses coûts, aux caractéristiques du marché, ainsi qu'à la stratégie qu'elle poursuit.

6 II. Méthode des coûts La méthode consiste à fixer le coût de revient export. Définir le coût de revient constitue une étape incontournable et préalable car cela permet d'établir un prix plancher en-dessous duquel il ne faut pas descendre sous peine de vendre à perte et d'affecter la rentabilité globale. Cependant cette stratégie, si elle est utilisée isolément, simplifie à outrance le processus de fixation des prix sur les marchés étrangers. Idéalement, les exportateurs la prolongeront donc par une approche marketing en y intégrant des aspects relatifs au marché. Fixer les tarifs à l'exportation constitue souvent un exercice périlleux pour les entreprises. En particulier, identifier les coûts et établir la structure du prix de revient peuvent emprunter des chemins très différents. Si la méthode de fixation des prix export basée sur les coûts ou méthode «cost-plus» est couramment utilisée et l'une des plus faciles à mettre en oeuvre, d'autres approches, parfois mieux adaptées aux objectifs commerciaux de l'entreprise peuvent être envisagées.

7 Déterminer le coût de revient export - les différentes dépenses qui doivent entrer dans la comptabilisation du coût de revient export ; -les méthodes d'allocation des frais fixes qui peuvent être employées ; - le phénomène d'escalade des prix qui peut résulter de cette approche de tarification ; - un exemple.

8 Coût de revient export Le coût de revient export est la somme des coûts directs (variables et fixes) qui découlent de la production et de la commercialisation d'un produit sur des marchés étrangers. Pour calculer ce coût de revient export, l'entreprise doit ajouter aux coûts directs de fabrication locaux un ensemble de surcoûts à l'export, directs ou indirects, parmi lesquels : * les surcoûts d'adaptation aux normes et aux goûts * les coûts de structure export ; * les frais commerciaux et marketing ; * les frais financiers et de couverture des risques ; * les coûts de logistique ; * les droits et taxes douaniers ; * les taxes locales (à la consommation) ;

9 COUTS VARIABLES DE PRODUCTION Approvisionnements et matières premières Consommables Emballages Personnel de production Adaptations rendues nécessaires à l'export + COUTS FIXES DIRECTS DE PRODUCTION - Acquisition de nouveaux équipements ou machines -Coûts de développement rendus nécessaires à l'export + COUTS VARIABLES DE COMMERCIALISATION Commission des agents Transport, assurances et couverture de risque de change Taxes et frais de douane + COUTS FIXES DE COMMERCIALISATION Personnel commercial à l'exportation Frais de marketing Frais de prospection et d'étude de marché = COUT DE REVIENT DIRECT

10 + COUTS FIXES INDIRECTS DE PRODUCTION - Machines et équipements existants - Personnel d encadrement + COUTS FIXES INDIRECTS GENERAUX -Frais généraux de l'entreprise - Personnel dirigeant - Frais financiers = COUT DE REVIENT TOTAL

11 Coûts de production Il faut également inclure dans le calcul du prix du produit export, les frais d'adaptation du produit au marché étranger qu'ils soient techniques (pour répondre aux standards et normes techniques, aux systèmes électriques, aux législations locales) ou commerciaux (pour répondre aux préférences et goûts des consommateurs locaux) qui accroissent le coût de produits exportés. Ces frais d'adaptation étant assimilables à des investissements peuvent être amortis, sur base de la durée d'usage et des ventes prévisionnelles attendues. En raison des risques associés à la vente à l'étranger, la période d'amortissement peut être plus courte que la durée d'usage (la moitié, voire le tiers). Dans certains cas, plus rares, l'exportation permet de réaliser certaines économies de coûts variables, notamment lorsque les marchés prospectés incorporent des ingrédients différents (et moins coûteux) que les produits vendus sur le marché national ou lorsque les quantités accrues permettent de négocier de meilleurs prix auprès des fournisseurs.

12 Coûts de commercialisation Les principaux coûts variables de commercialisation concernent les commissions octroyées aux agents et à certains intermédiaires ainsi que les frais logistiques. L'entreprise doit intégrer dans l'estimation du coût de revient export du produit certaines dépenses de logistique dont l'étendue dépendra notamment de l'incoterm retenu, de l'accessibilité géographique ainsi que de l'infrastructure du marché de destination. Au niveau des frais fixes, l'ensemble des charges associées au fonctionnement du service export doivent être intégrées au coût de revient du produit. L'entreprise affectera les charges liées à ce service export entre les différents produits qu'elle exporte ou entre ses marchés d'exportation sur base réelle (ex : frais de mission), si la comptabilité permet une affectation directe, ou au prorata du chiffre d'affaires export réalisé par chacun.

13 Les frais fixes de marketing et de commercialisation proviennent de la mise en place d'un réseau de commercialisation destiné àfaire connaître et vendre les produits sur le marché-cible. Les dépenses de publicité et de promotion des ventes peuvent être affectées directement à chaque produit tandis que les frais de distribution et de service après-vente sont communs à tous les produits de l'entreprise sur le marché export. Ces derniers seront répartis sur base du volume de ventes prévisionnelles pour chacun des produits. Les frais de prospection des marchés sont assimilés à des investissements et doivent, à ce titre, être amortis. L'amortissement des frais de prospection sur base des ventes qui en résulteront n'est pas une technique forcément adaptée dans la mesure où il n'y aura pas forcément de ventes sur le marché prospecté. Par ailleurs, cette technique pénalise la pénétration d'un nouveau marché en alourdissant le prix de vente et engendre des écarts de prix entre les nouveaux et les anciens marchés, les premiers supportant seuls le poids des amortissements de la prospection. Il est donc préférable d'imputer globalement ces coûts hors production au coût de revient du produit soit en appliquant une clé de répartition (par exemple : le temps passé, le coût de production,...) pour ventiler ces frais généraux entre les produits export, soit en ajoutant au coût de production une marge qui représente la contribution du produit à la couverture de ces frais généraux.

14 Allocation des frais fixes Les coûts variables directs constituent le prix plancher pour l'exportateur en-dessous duquel il ne peut descendre sous peine de mettre en danger la rentabilité de ses opérations. A ces coûts variables directs, il convient d'ajouter un amortissement des frais fixes. Il existe diverses méthodes d'allocation de ces frais fixes : * La méthode des coûts complets ("full cost") * La méthode des coûts directs ("direct cost") * La méthode empirique

15 Méthode des coûts complets intègre dans le calcul du prix de revient l'imputation des coûts fixes indirects au prorata du poids des nouveaux marchés d'exportation par rapport à l'ensemble du volume de production de l'entreprise. met sur le même pied, les marchés traditionnels de l'entreprise avec les nouveaux marchés à l'exportation. Conséquence : réduction des prix de revient sur les marchés nationaux. minimise les risques de sous-estimation des coûts fixes à imputer dans l'établissement des prix de revient. Risque : handicaper la compétitivité des produits sur les marchés à l'export en ce sens qu'ils doivent supporter à la fois une partie des charges indirectes de l'entreprise et la totalité des investissements fixes souvent rendus nécessaires pour pénétrer de nouveaux marchés.

16 Méthode des coûts directs consiste à ajouter aux coûts variables directs, les coûts fixes directs de production à savoir l'imputation des investissements de production nouveaux liés à de nouveaux marchés (exemple : de nouveaux moules pour des savons). n'intègre dans le calcul du prix de revient que les charges additionnelles directement liées aux marchés à l'exportation. En particulier, elle exclut du calcul les coûts fixes indirects de production et les autres coûts fixes indirects tels les frais généraux et les frais de direction générale de l'entreprise. consiste en réalité àfaire supporter le poids de la structure fixe de l'entreprise sur les marchés initiaux (donc surtout le marché national) de manière à alléger le prix de revient et, ce faisant, faciliter la pénétration de nouveaux marchés. Risque : sous-évaluer les charges fixes indirectes qui peuvent être liées à l'augmentation d'activités sur de nouveaux marchés. Cette sous-estimation pourrait amener l'entreprise à construire une stratégie prix sur une base erronée et à mettre en péril la santé financière de l'entreprise.

17 Escalade des prix Le prix de vente final d'un produit exporté est souvent plus élevé sur les marchés étrangers que pour un même produit sur le marché domestique. Ce phénomène fréquemment rencontré dans le cadre de l'exportation est qualifié d'escalade de prix. Cette augmentation significative et progressive du prix de vente final lors d'une exportation peut résulter en un prix non concurrentiel. L'escalade des prix survient essentiellement en raison de la distance physique et économique entre l'exportateur et le consommateur lors des opérations internationales. Cette distance induit : -des étapes supplémentaires, chacune comportant un coût fixe ; - un niveau de complexité des procédures plus important que dans le cadre d'une vente domestique. Cette complexité est liée aux spécificités des marchés étrangers en matière de langues, d'habitudes commerciales, de contextes légaux, et de préférences des consommateurs.

18 Méthode empirique La méthode empirique, souvent pratiquée par les petites entreprises, consiste à ajouter au prix de revient du marché national (dans lesquels sont déjà intégrés les coûts variables de production liés à l'activité sur les marchés étrangers ainsi que les coûts fixes indirects) les coûts de commercialisation export (fixes et variables) ainsi que les éventuels coûts fixes directs de production liés à l'export. Si elle s'avère très simple de mise en oeuvre, cette approche conduit souvent à une surestimation des prix de revient qui peut handicaper fortement la pénétration des marchés internationaux. En effet, elle repose sur au moins deux erreurs d'appréciation : elle garde le même montant absolu des coûts fixes indirects imputés par produit fabriqué alors que le volume additionnel généré par les nouveaux marchés à l'exportation contribue à diminuer ce montant par le jeu des économies d'échelle Elle intègre dans le calcul les coûts fixes de commercialisation du marché national alors que ces charges ne sont en aucune manière utiles à l'activité internationale et devraient de ce fait être intégralement amorties sur l'activité nationale.

19 Coûts additionnels à intégrer dans le coût de revient export les coûts d' assurance ; les frais de transport et d'expédition, plus importants que sur le marché domestique étant donné les plus grandes distances parcourues ; les frais d'études de marché ; les frais d'adaptation technique et commerciale des produits ; les frais d' emballages et de manutention spéciaux ; les frais de traduction ; les frais opérationnels du département export ; les frais de préparation des documents spécifiques dont les documents douaniers ; droits de douane et taxes d'importation, forcément inexistants sur le territoire national ; les frais de couverture des risques de non paiement et de change ; les taxes locales telles que la TVA ; les coûts de distribution plus importants puisque les réseaux de distribution à l'étranger sont généralement plus longs. Ceci peut s'expliquer d'une part par les distances plus importantes et d'autre part, par le nombre accru d'intermédiaires commerciaux auxquels l'exportateur doit faire appel afin de bénéficier de leur connaissance du marché visé et des pratiques commerciales en vigueur. Or, chaque niveau de distribution répercute ses marges sur le prix de revient export. Si l'exportateur allonge son réseau d'intermédiaires ou ajoute des dépenses, le prix pour le consommateur en sera augmenté. Par exemple, si le coût de production est de 10 et la marge est de 50%, le prix de vente final sera de 15. Si les coûts de production augmentent à 14 et la marge reste de 50%, le prix sera de 21 et non de 19.

20 Minimiser ces coûts rechercher un mode de transport moins coûteux ; sélectionner un marché sur lequel les droits de douane sont moindres ; expédier des produits modifiés ou non assemblés ce qui peut diminuer les coûts de transport ainsi que les droits de douane ; rationaliser les circuits de distribution et éliminer les intermédiaires commerciaux qui s'avèrent inutiles, en vendant, par exemple, directement aux grossistes ou aux gros détaillants. L'élimination de certaines étapes ne peut se faire que sur base d'une étude de marché. Par ailleurs, elle ne permettra de diminuer les coûts de distribution que si vous êtes aptes à réaliser vous-même efficacement les fonctions éliminées ; vendre moins cher ses produits aux distributeurs afin de diminuer l'effet multiplicateur de leurs marges ; produire une version plus économique du produit (par exemple : une version simplifiée ou dans un emballage réduit) afin d'en réduire le coût de production et donc l'effet multiplicateur de toutes les marges successives ; considérer les coûts marginaux dans la tarification export ; produire dans le marché étranger visé afin d'éliminer toutes les étapes intermédiaires. Cette solution implique un investissement direct assez important ou la formation d'une alliance stratégique (joint venture, licence,...) pour lesquels les PME ne sont pas forcément prêtes ; négocier avec ses distributeurs et agents des modes de commissionnement qui ne sont pas directement liés aux prix de vente de l'entreprise (ex : par des commissions liées aux quantités) ;

21 Exemple : L entreprise X a la structure de coûts suivant. Calculez son coût de revient export selon les différentes techniques.

22 Données - Le volume actuel de production de l'entreprise est de unités et elle prévoit d exporter unités. Les coût fixes de commercialisation sur le marché national sont de La commission des distributeurs est de 50% du prix de vente de l'entreprise. - La durée moyenne des amortissements est de 5 ans. - La marge moyenne prélevée par l'entreprise sur le prix de revient sur le marché national est de 10%. - Pour calculer l escalade des prix, l'exemple ci-dessous qui intègre les marges des différents intermédiaires intervenant dans le circuit de distribution (soit, dans notre exemple 50%) et un taux de taxe à la consommation de 20% (ex : TVA).

23 Coûts directs pour unités

24 Coûts complets pour unités

25 Méthode empirique

26 Calcul de l escalade des prix Méthode empirique : 284,9 Méthode coûts complets : 275 Méthode coûts directs : 251,5

27 III. L'approche marketing La détermination finale d'un prix export doit être faite compte tenu des autres aspects du marketing mix : * La politique de produit * La stratégie de distribution * La stratégie de communication

28 La politique de produit La fixation d'un prix export ne peut être distincte de la politique de produit de l'entreprise. Le prix, lui-même, est un attribut du produit au même titre que le service après-vente ou l'emballage et contribue à situer le produit par rapport aux produits concurrents. Le prix doit donc être cohérent avec le positionnement du produit. Il doit par exemple refléter le niveau de qualité du produit. En effet, le développement d'une offre globale de produits qui comporte au-delà du produit physique de base, toute une série de caractéristiques annexes telles que l'emballage, la marque, le design, la qualité, le service après-vente,... implique des coûts qui sont répercutés dans le prix de vente final. Par exemple, si l'entreprise accorde des conditions de crédit à ses clients, elle subira des charges additionnelles qui augmenteront le prix de vente final. Les adaptations apportées au produit pour pouvoir pénétrer le marché étranger génèrent elles aussi des coûts additionnels qui pèsent sur les prix. De plus, les caractéristiques globales du produit conditionnent son positionnement aux yeux des consommateurs. Or, ce positionnement influence le niveau de prix maximum que les consommateurs sont prêts à payer (prix psychologique) ainsi que le degré de substitution entre ce produit et ceux des concurrents. Le niveau de prix est également fonction du cycle de vie du produit. Généralement, les prix sont réduits pour les produits à maturité puisque ils sont plus courants et subissent une concurrence accrue. Cette réduction de prix est rendue possible par la diminution des coûts de production, notamment au travers de l'amortissement du matériel de production.

29 La stratégie de distribution La fixation de votre prix dépend aussi de la stratégie de distribution que vous avez mise en place à l'étranger et notamment de la nature du mode de présence et du réseau de distribution sélectionnés. En fonction du mode de présence que vous avez choisi, vous garderez une maîtrise plus ou moins importante de votre politique de prix sur les marchés étrangers. Ainsi, certains modes permettent à l'exportateur de mettre en place une véritable politique de prix, d'autres n'autorisent qu'une maîtrise partielle, voire ne laissent aucune possibilité d'agir sur celle-ci. En fonction du réseau de distribution sélectionné et des intermédiaires commerciaux qui le composent, les coûts de fonctionnement et d'approche varieront, ceux-ci étant répercutés dans les prix. La nature et la longueur des réseaux de distribution utilisés affectent le prix final du produit puisque il faut intégrer dans le prix la marge opérationnelle de chaque intermédiaire de la chaîne de distribution. Or, les marges opérationnelles peuvent varier en fonction de l'intermédiaire. Cela s'explique notamment par les spécificités de chaque réseau au niveau des coûts de développement du marché (par exemple : les frais de promotion et de publicité varient en fonction des besoins propres à chaque zone), des coûts salariaux, des frais de réalisation des fonctions nécessaires. Lorsque le réseau de distribution se réduit à un agent commercial, il faut intégrer dans le prix de vente final sa marge et, éventuellement, les frais de promotion et de publicité. Lorsque la présence sur le marché se réalise à travers une implantation locale (filiales ou succursales), il faut intégrer l'ensemble des frais de structure dans le calcul du prix local.

30 La stratégie de communication Les politiques de prix et de communication sont fortement liées l'une à l'autre. D'une part, les coûts liés à la mise en oeuvre des actions de communication internationale sont intégrés dans le coût de revient export du produit et contribuent donc à la fixation du niveau minimum de prix (prix plancher). D'autre part, les actions de communication mises en oeuvre sur le marché étranger ont pour objectif d'informer les consommateurs locaux sur les caractéristiques et sur les avantages distinctifs du produit et d'ainsi orienter son positionnement par rapport aux produits concurrents. En fonction de ce positionnement, les consommateurs seront prêts à payer un certain niveau de prix maximum pour se procurer le produit. En ce sens, la politique de communication contribue à fixer le niveau plafond de prix que le consommateur acceptera de dépenser pour le produit et qu'il est préférable de ne pas dépasser. Le prix étant un attribut du produit qui contribue à le positionner aux yeux des consommateurs, il faut donc que la politique de prix et la politique de communication soient cohérentes l'une par rapport à l'autre.

31 Conclusion Avant de fixer ce prix, l exportateur doit d abord définir les coûts réels de production et de livraison du produit ou du service sur le marché cible. Le coût de financement des exportations, ainsi que les modalités de paiement prévues, auront une influence sur l établissement du prix à l export. Pour construire un prix pour un marché donné, le gérant ou le responsable marketing doit disposer de plusieurs informations. - fournies par l étude de marché - communiquées en interne : différents coûts du produit et les objectifs commerciaux de l entreprise.

Mondial Manager. Simulation de Commerce International. Manuel du participant

Mondial Manager. Simulation de Commerce International. Manuel du participant Manuel du participant Table des matières Mondial Manager Introduction... 3 Votre Entreprise... 4 Situation initiale de l entreprise... 6 Paramètres de la session...6 Etudes Générales...6 Etudes Export...7

Plus en détail

Marketing mix. Service du commerce extérieur 22 février 2011

Marketing mix. Service du commerce extérieur 22 février 2011 Marketing mix Service du commerce extérieur 22 février 2011 Stratégie marketing Bien avant d avoir en main votre première commande, il vous faudra préparer un plan de marketing pour l exportation. À cette

Plus en détail

CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit

CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit PCI -TD _ Centres Resp et Profit_Correction CAS.doc 1 / 28 CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit INTRODUCTION SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 1 NOTIONS

Plus en détail

LES CLES D UNE BONNE STRATEGIE A L EXPORT

LES CLES D UNE BONNE STRATEGIE A L EXPORT LES CLES D UNE BONNE STRATEGIE A L EXPORT CCI TOURAINE, pour le Colloque Techniloire, le 09/07/2009 Une bonne stratégie à l export ne s improvise pas CCI TOURAINE, pour le Colloque Techniloire, le 09/07/2009

Plus en détail

Les produits prévisionnels de fiscalité directe des collectivités locales en 2013

Les produits prévisionnels de fiscalité directe des collectivités locales en 2013 N 99 Janvier 2014 Marie-Christine FLOURY, Département des études et des statistiques locales LA FISCALITE DIRECTE LOCALE EN 2013 : les produits économiques en forte hausse En 2013, les collectivités locales

Plus en détail

Les régimes douaniers économiques LES AVANTAGES DES REGIMES ECONOMIQUES

Les régimes douaniers économiques LES AVANTAGES DES REGIMES ECONOMIQUES Les régimes douaniers économiques LES AVANTAGES DES REGIMES ECONOMIQUES Définition Un régime douanier correspond à la situation douanière d'une marchandise tierce ou communautaire et doit être distingué

Plus en détail

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F. Adm.A., CMC Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

Préparer une mission de prospection. Service du Commerce Extérieur Mardi 31 mai 2011

Préparer une mission de prospection. Service du Commerce Extérieur Mardi 31 mai 2011 Préparer une mission de prospection Service du Commerce Extérieur Mardi 31 mai 2011 Le voyage professionnel est considéré aujourd'hui comme l'un des outils les plus efficaces de la prospection export.

Plus en détail

c. Traitement des dépenses ultérieures et des coûts de démantèlement

c. Traitement des dépenses ultérieures et des coûts de démantèlement LES IMMOBILISATIONS ET LEURS COMPOSANTS 1. La valorisation des actifs immobilisés La valorisation des actifs immobilisés se fait à partir des règles juridiques énoncées par le code de commerce et le Plan

Plus en détail

MARKETING MIX. Politique Produit. Les composantes d un produit POLITIQUE PRODUIT

MARKETING MIX. Politique Produit. Les composantes d un produit POLITIQUE PRODUIT MARKETING MIX POLITIQUE PRODUIT Sandrine Monfort Politique Produit! Les composantes d un produit! Les classifications produit! Lancement produit! Politique de gamme! Politique de marque Les composantes

Plus en détail

Becca Distribution Inc

Becca Distribution Inc Becca Distribution Inc 12-31-2008-12-31-2009 Becca Distribution Inc - Becca_2008.opt Page 3 Mesures clés du rendement de l'entreprise Seuil de rentabilité Valeur cible % Rentabilité % Rentabilité = 0 Période

Plus en détail

MARKETING. Denis Pettigrew D. Se. gestion Professeur titulaire de marketing Université du Québec à Trois-Rivières

MARKETING. Denis Pettigrew D. Se. gestion Professeur titulaire de marketing Université du Québec à Trois-Rivières MARKETING 6 e édition Denis Pettigrew D. Se. gestion Professeur titulaire de marketing Université du Québec à Trois-Rivières Normand Turgeon Ph. D. (Marketing) Professeur titulaire Service de l'enseignement

Plus en détail

Au cours des trois dernières décennies, dans un environnement hyper- concurrentiel, les entreprises ont

Au cours des trois dernières décennies, dans un environnement hyper- concurrentiel, les entreprises ont DOSSIER : Gestion d entreprise La gestion des partenariats : les bons principes pour améliorer la gestion d un réseau de distributeurs Dans un grand nombre de secteurs, la distribution indirecte a pris

Plus en détail

Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011

Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011 Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011 PRESENTATION Le groupe ALTIOS International Une société leader dans le conseil et le développement opérationnel

Plus en détail

AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 3. Leçon n 3 : la détermination et l enchaînement des coûts

AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 3. Leçon n 3 : la détermination et l enchaînement des coûts AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 3 Leçon n 3 : la détermination et l enchaînement des coûts 1 PLAN DE LA LEÇON : 1.De la comptabilité générale à la comptabilité

Plus en détail

ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME

ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME ANNEXE VII, PJ n IX, page 1 ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 9 EFFETS D UNE DIMINUTION DES COTISATIONS SOCIALES EMPLOYEURS FINANCEE PAR LA CREATION D UN IMPOT SUR LE CHIFFRE

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING

INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING 1. La notion de marché 2. La définition du Marketing et du Marketing - Mix 3. Les fonctions de l entreprise 4. La stratégie push ( fonction de production ) 5. La stratégie

Plus en détail

Formation PME Comptabilité analytique (ou comptabilité d exploitation)

Formation PME Comptabilité analytique (ou comptabilité d exploitation) Formation PME Comptabilité analytique (ou comptabilité d exploitation) Fit for Business (PME)? Pour plus de détails sur les cycles de formation PME et sur les businesstools, aller sous www.banquecoop.ch/business

Plus en détail

SYSTEME COMPTABLE OHADA 361. Il en est de même pour les "travaux en cours" (bâtiment notamment). 2. Progressivité (modularité) des corrections

SYSTEME COMPTABLE OHADA 361. Il en est de même pour les travaux en cours (bâtiment notamment). 2. Progressivité (modularité) des corrections SYSTEME COMPTABLE OHADA 361 Il en est de même pour les "travaux en cours" (bâtiment notamment). c) Durant l'exercice, l'entreprise n'a ni acquis ni revendu d'équipements pour des montants significatifs,

Plus en détail

RÈGLES ET PRATIQUES EN COMPTABILITÉ DE GESTION FACTURATION INTERNE Août 2000

RÈGLES ET PRATIQUES EN COMPTABILITÉ DE GESTION FACTURATION INTERNE Août 2000 A Hydro-Québec Requête R-3401-98 RÈGLES ET PRATIQUES EN COMPTABILITÉ DE GESTION FACTURATION INTERNE Original : 2000-11-21 HQT-13, Document 1.1.2 (En liasse) 1 1. PRINCIPES ET RÈGLES DE FACTURATION INTERNE

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE

CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE Avant de réaliser un diagnostic, il y a une étape préalable à effectuer : une segmentation stratégique. 1) La segmentation stratégique A. Intérêt et définition de

Plus en détail

Votre implantation à l étranger

Votre implantation à l étranger Votre implantation à l étranger Afin de déterminer la forme de présence la plus adaptée à la commercialisation de vos produits et de vos services, un choix est nécessaire entre quelques grandes options

Plus en détail

APPROCHE AU DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL À L INTERNATIONAL

APPROCHE AU DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL À L INTERNATIONAL international business experts APPROCHE AU DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL À L INTERNATIONAL OUTILS ET CLÉS DE SUCCÈS Par Jalal Benbrahim, MD - Wink Consulting OBJECTIF DU SÉMINAIRE Partager les éléments à prendre

Plus en détail

DIPLOME UNIVERSITAIRE DE TECHNOLOGIE, SPÉCIALITÉ GESTION LOGISTIQUE ET TRANSPORT

DIPLOME UNIVERSITAIRE DE TECHNOLOGIE, SPÉCIALITÉ GESTION LOGISTIQUE ET TRANSPORT DIPLOME UNIVERSITAIRE DE TECHNOLOGIE, SPÉCIALITÉ GESTION LOGISTIQUE ET TRANSPORT RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Doctorat d'université Domaine ministériel : Droit, Economie, Gestion Présentation

Plus en détail

MARKETING INTERNATIONAL UN CONSOMMATEUR LOCAL DANS UN MONDE GLOBAL. de boeck PERSPECTIVES. 6 e ÉDITION CHARLES CROUÉ

MARKETING INTERNATIONAL UN CONSOMMATEUR LOCAL DANS UN MONDE GLOBAL. de boeck PERSPECTIVES. 6 e ÉDITION CHARLES CROUÉ PERSPECTIVES MARKETING CHARLES CROUÉ MARKETING INTERNATIONAL UN CONSOMMATEUR LOCAL DANS UN MONDE GLOBAL PRÉFACE DE JEAN-MARC DE LEERSNYDER 6 e ÉDITION de boeck TABLE DES MATIERES Remerciements 7 Préface

Plus en détail

DEFINITION, COMPTABILISATION, EVALUATION, DES ACTIFS DES PASSIFS

DEFINITION, COMPTABILISATION, EVALUATION, DES ACTIFS DES PASSIFS Catherine Boënnec, Christine Closier, Xavier Girard, Françoise Léauté, Chantal Marquer, Eric Wallet, Solange Le Buffe I.E.N. DEFINITION, COMPTABILISATION, EVALUATION, DES ACTIFS ET DES PASSIFS DOSSIER

Plus en détail

ANNEXE C. ÉLÉMENTS D'ANALYSE FINANCIÈRE

ANNEXE C. ÉLÉMENTS D'ANALYSE FINANCIÈRE Annexe C. Éléments d'analyse financière 143 ANNEXE C. ÉLÉMENTS D'ANALYSE FINANCIÈRE Résumé Cette annexe présente quelques éléments comptables qui peuvent servir à l'analyse financière des entreprises.

Plus en détail

Situation financière Capacité d'investissement 2009-2013

Situation financière Capacité d'investissement 2009-2013 Amt für Gemeinden GemA Rue de Zaehringen 1, 1701 Fribourg T +41 26 305 22 42, F +41 26 305 22 44 scom@fr.ch, www.fr.ch/scom Situation financière Capacité d'investissement 2009-2013 1. Comptes de fonctionnement

Plus en détail

Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2009

Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2009 Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2009 Louvain-la-Neuve, le 18 mars 2010, 18h00 Information réglementée 1. CROISSANCE ET INVESTISSEMENTS Nous clôturons 2009 de manière contrastée. Tout d abord, les

Plus en détail

Marketing III. Calcul du prix & Indicateurs. Contenu

Marketing III. Calcul du prix & Indicateurs. Contenu Calcul du prix & Indicateurs Pour la gestion économique de l'entreprise, il est essentiel que les prix des biens et services soient soigneusement calculés en tenant compte de tous les facteurs internes

Plus en détail

Améliorer la rentabilité des campagnes marketing grâce à l analyse prédictive

Améliorer la rentabilité des campagnes marketing grâce à l analyse prédictive Améliorer la rentabilité des campagnes marketing grâce à l analyse prédictive Points clés : Améliorez les résultats de vos campagnes sans engager de personnel ni augmenter votre budget Améliorez votre

Plus en détail

DOSSIER DE GESTION. Sommaire

DOSSIER DE GESTION. Sommaire 102 Allée de Barcelone 31000 TOULOUSE Forme juridique : ENTREPRISE INDIVIDUELLE Régime fiscal : R. Simplifié Date exercice : 01/07/2012 au 30/06/2013-12 DOSSIER DE GESTION Sommaire Présentation de l'exploitation

Plus en détail

Management partie 2 : Marketing

Management partie 2 : Marketing Management partie 2 : Marketing Marketing 1. L'approche marketing S'est le contexte économique qui a induit la fonction marketing. Elle est née des contraintes que rencontre l'entreprise sur son marché,

Plus en détail

Pourquoi investir dans la pierre? Les principales lois fiscales

Pourquoi investir dans la pierre? Les principales lois fiscales Pourquoi investir dans la pierre? Pour réduire sa fiscalité Pour épargner intelligemment Pour préparer sa retraite Pour protéger ses proches Pour créer des revenus Pour transmettre un patrimoine Les principales

Plus en détail

Chapitre 4 : les stocks

Chapitre 4 : les stocks Chapitre 4 : les stocks Stocks et actifs Une entreprise achète généralement des biens pour les utiliser dans son processus de production, ce sont les matières premières et les fournitures, elle peut également

Plus en détail

Chapitre 5 : les immobilisations

Chapitre 5 : les immobilisations Chapitre 5 : les immobilisations Définition des immobilisations Nous avons vu que l'entreprise achète des marchandises pour les revendre et des matières premières pour les consommer dans son processus

Plus en détail

MARKETING INTERNATIONALES DES PRODUITS AGRICOLES

MARKETING INTERNATIONALES DES PRODUITS AGRICOLES MARKETING INTERNATIONALES DES PRODUITS AGRICOLES Sommaire Introduction au marketing international Types de marketing international La stratégie d internationalisation La politique internationale du produit

Plus en détail

Réaliser un Business Plan Export

Réaliser un Business Plan Export Réaliser un Business Plan Export Session «Mode d emploi» Direction générale des affaires économiques 07 octobre 2011 Pour créer votre activité, vous allez avoir besoin d'argent. Pour en trouver, il vous

Plus en détail

Mix Distribution : où vendre ses produits?

Mix Distribution : où vendre ses produits? 28/07/2010 Confidentiel - Tous droits de reproduction réservés 1 mondirecteurmarketing N attendez pas d être grand pour croître! Mix Distribution : où vendre ses produits? 28/07/2010 Confidentiel - Tous

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection

SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection La prospection est une activité indispensable pour développer le nombre de clients, mais aussi pour contrecarrer la perte de clients actuels. Elle coûte

Plus en détail

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

PLAN. --> PDV (Promotion de ventes) et PLV (Publicité sur lieu de vente)

PLAN. --> PDV (Promotion de ventes) et PLV (Publicité sur lieu de vente) COURS N 4 : LA POLITIQUE DE DISTRIBUTION COURS DE MARKETING / Cours n 4 : La politique de distribution --> MSG / IAE --> Novembre 2005 1 --> Introduction --> Les fonctions de la distribution --> Canal

Plus en détail

Définition des objectifs Caractéristiques de l offre définitive Marché cible positionnement. Evaluation du potential de vente

Définition des objectifs Caractéristiques de l offre définitive Marché cible positionnement. Evaluation du potential de vente Chapitre 3 Lancement et développement de la jeune entreprise Une fois, l étude de marché réalisée, le créateur doit maintenant l explorer, c'est-à-dire en tirer les éléments qui serviront à la rédaction

Plus en détail

> AUDIT EXPORT FONCTION MANAGEMENT

> AUDIT EXPORT FONCTION MANAGEMENT > AUDIT EXPORT FONCTION MANAGEMENT MOYENS > Service (ou responsable) export spécialisé Observations L entreprise dispose-t-elle d un service export spécialisé ou d un ou plusieurs collaborateurs dont la

Plus en détail

La boite à outils du dirigeant, Dispositif packagé ou modularisable en fonction des besoins

La boite à outils du dirigeant, Dispositif packagé ou modularisable en fonction des besoins La boite à outils du dirigeant, Dispositif packagé ou modularisable en fonction des besoins Durée : Minimum 14h Maximum 182h (Ce choix permet de valider 10% du Titre de niveau II «chef d entreprise développeur

Plus en détail

RAPPORT SUR LES CONDITIONS DE BANQUE DANS L'UEMOA

RAPPORT SUR LES CONDITIONS DE BANQUE DANS L'UEMOA RAPPORT SUR LES CONDITIONS DE BANQUE DANS L'UEMOA 2008-2010 Siège - Avenue Abdoulaye FADIGA BP : 3108 - DAKAR (Sénégal) Tél. : +221 33 839 05 00 Télécopie : +221 33 823 93 35 Télex : BCEAO 21833 SG / 21815

Plus en détail

TP 3 : LA SELECTION DES MARCHES ETRANGERS ET LES MODES DE DISTRIBUTION A L ETRANGER

TP 3 : LA SELECTION DES MARCHES ETRANGERS ET LES MODES DE DISTRIBUTION A L ETRANGER GACO S TP : LA SELECTION DES MARCHES ETRANGERS ET LES MODES DE DISTRIBUTION A L ETRANGER Cas n : SELECTION DES MARCHES CIBLES : AQUALUX / Pour appréhender ces marchés, les critères généraux et spécifiques

Plus en détail

Le transfert de technologie

Le transfert de technologie Le transfert de technologie Walter DALLE VEDOVE Walter DALLE VEDOVE 1 Notre but est de vous familiariser avec le transfert de technologie et la négociation de contrats de transfert technologique Croissance

Plus en détail

Annexe A de la norme 110

Annexe A de la norme 110 Annexe A de la norme 110 RAPPORTS D ÉVALUATION PRÉPARÉS AUX FINS DES TEXTES LÉGAUX OU RÉGLEMENTAIRES OU DES INSTRUCTIONS GÉNÉRALES CONCERNANT LES VALEURS MOBILIÈRES Introduction 1. L'annexe A a pour objet

Plus en détail

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23 NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23 OBJECTIF 01 - La Norme Comptable Tunisienne NC 15 relative aux opérations en monnaies étrangères définit les règles

Plus en détail

Etape 2 Diagnostic stratégique. Facteurs clés de succès (FCS) Profil de l'entreprise

Etape 2 Diagnostic stratégique. Facteurs clés de succès (FCS) Profil de l'entreprise 1. INTRODUCTION Chapitre 2 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE D UNE ACTIVITE Une fois la segmentation stratégique conduite et les segments identifiés, la démarche de l analyse stratégique passe à sa deuxième

Plus en détail

Dossier de presse. SIAL 2010 : Groupama Assurance-Crédit présente la nouvelle plaquette Défaillances d entreprises 2010-2011

Dossier de presse. SIAL 2010 : Groupama Assurance-Crédit présente la nouvelle plaquette Défaillances d entreprises 2010-2011 19 octobre 2010 Dossier de presse SIAL 2010 : Groupama Assurance-Crédit présente la nouvelle plaquette Défaillances d entreprises 2010-2011 «Les bilans des entreprises gardent les stigmates de la crise»

Plus en détail

Bulletin Economique CIRCUIT ET AGENTS ECONOMIQUES APPLIQUES A LA HAUSSE DES SALAIRES. «Théorie & Analyse économique» - 15 Juin 2015 -

Bulletin Economique CIRCUIT ET AGENTS ECONOMIQUES APPLIQUES A LA HAUSSE DES SALAIRES. «Théorie & Analyse économique» - 15 Juin 2015 - Bulletin Economique CIRCUIT ET AGENTS ECONOMIQUES APPLIQUES A LA HAUSSE DES SALAIRES «Théorie & Analyse économique» - 15 Juin 2015 - L'ECONOMISTE France Tel: +33.(6).98.70.49.15 - Fax: +33.(8).26.99.74.01

Plus en détail

Investissement direct (WOFE) 1

Investissement direct (WOFE) 1 Investissement direct (WOFE) 1 2 Pourquoi créer une WFOE en Chine? Les sociétés commerciales à capitaux étrangers ont la capacité de s'engager dans les activités suivantes: L'achat en Chine pour l'export

Plus en détail

-Règles et méthodes comptables - (Décret n 83-1020 du 29-11-1983 - articles 7, 21, 24 début, 24-1, 24-2 et 24-3)

-Règles et méthodes comptables - (Décret n 83-1020 du 29-11-1983 - articles 7, 21, 24 début, 24-1, 24-2 et 24-3) -Règles et méthodes comptables - (Décret n 83-1020 du 29-11-1983 - articles 7, 21, 24 début, 24-1, 24-2 et 24-3) ANNEXE AU BILAN ET AU COMPTE DE RESULTAT Les conventions générales comptables ont été appliquées,

Plus en détail

22-Paramètres de la session Simulation C.I. 2007 (1) Le présent document vous fournit un ensemble d'informations générales sur votre environnement.

22-Paramètres de la session Simulation C.I. 2007 (1) Le présent document vous fournit un ensemble d'informations générales sur votre environnement. 22-Paramètres de la session (1) Le présent document vous fournit un ensemble d'informations générales sur votre environnement. Paramètres Généraux Pays de référence (*) France Monnaie de référence Euro

Plus en détail

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Etudes Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DECISIONS FINANCIERES Note de cours N 2

Plus en détail

2. La définition du chiffre d affaires prévisionnel, traduisant par secteur, l estimation du volume d activité raisonnablement réalisable;

2. La définition du chiffre d affaires prévisionnel, traduisant par secteur, l estimation du volume d activité raisonnablement réalisable; Le plan financier (Pacioli N 87) 1. Le Tableau de financement Le tableau de financement est un outil conçu spécialement pour assurer l équilibre "besoins-ressources" de l entreprise pour une politique

Plus en détail

Estimer le coût de revient d un produit agroalimentaire : la méthode du coût direct simplifié

Estimer le coût de revient d un produit agroalimentaire : la méthode du coût direct simplifié GRET agridoc Estimer le coût de revient d un produit agroalimentaire : la méthode du coût direct simplifié Date(s) de l expérience 2000-2004 Mise en œuvre Gret Zone géographique Global - Afrique Mots clés

Plus en détail

LE BUDGET DES VENTES

LE BUDGET DES VENTES LE BUDGET DES VENTES Objectif(s) : o Pré requis : o Modalités : o o o Elaboration du budget des ventes. Connaissances du processus "ventes". Principes, Synthèse, Application. TABLE DES MATIERES Chapitre

Plus en détail

Samedi 24 octobre 2009

Samedi 24 octobre 2009 Samedi 24 octobre 2009 Plan : Qu est-ce que la comptabilité? Pourquoi une comptabilité? Obligations comptables? Le Plan Comptable Associatif Le budget prévisionnel Utilisation du budget prévisionnel Comment

Plus en détail

Chapitre 2 Marketing (Mercatique)

Chapitre 2 Marketing (Mercatique) Introduction Chapitre 2 Marketing (Mercatique) Définition : «Le marketing consiste à prévoir tous les changements qui peuvent survenir sur un marché et à déterminer la manière dont l'entreprise pourra

Plus en détail

COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB?

COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB? COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB? Lorraine Pour être efficace, un site web doit être réfléchi et en adéquation avec la stratégie de l entreprise. Cette notice présente les différentes possibilités

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG DROIT FISCAL session 2013 CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur Dossier 1 : IMPOSITION DES BÉNÉFICES 7,5 points 1) Calculer pour l exercice 2012 le résultat

Plus en détail

Sauf mention contraire, les règles suivantes doivent être appliquées:

Sauf mention contraire, les règles suivantes doivent être appliquées: Comptabilité, controlling / F / 2011 Page 1 de 12 Généralités Sauf mention contraire, les règles suivantes doivent être appliquées: arrondir les résultats intermédiaires à 2 chiffres après la virgule résultats

Plus en détail

LA GESTION FINANCIÈRE

LA GESTION FINANCIÈRE République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Développement Industriel et de la Promotion de l Investissement LA GESTION FINANCIÈRE PROGRAMME NATIONAL DE MISE A NIVEAU DES PME Édition 2013

Plus en détail

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI note nº 08 NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI 1. Résumé SOUTIEN AUX PME ET À LEURS EMPLOYÉS PENDANT LA CRISE La crise financière et économique mondiale érige un certain nombre d obstacles

Plus en détail

MOOBLES Groupe CIOA - Le Nobel Avenue de l Université 83 160 La Valette-du-Var France Tel : 04 94 14 12 40 Fax : 04 94 14 12 41

MOOBLES Groupe CIOA - Le Nobel Avenue de l Université 83 160 La Valette-du-Var France Tel : 04 94 14 12 40 Fax : 04 94 14 12 41 Notre objectif : Diminuer vos prix d achats Accédez au commerce international et devenez plus compétitifs Comment? L'analyse du marché du meuble en 2008 montre que les grandes enseignes se partagent le

Plus en détail

INTRODUCTION AU MARKETING

INTRODUCTION AU MARKETING INTRODUCTION AU MARKETING L avènement du marketing Le marketing est une fonction dont l aboutissement est le résultat d un long processus de développement de l entreprise. Phases principales identifient

Plus en détail

Rationalisez vos processus et gagnez en visibilité grâce au cloud

Rationalisez vos processus et gagnez en visibilité grâce au cloud Présentation de la solution SAP s SAP pour les PME SAP Business One Cloud Objectifs Rationalisez vos processus et gagnez en visibilité grâce au cloud Favorisez une croissance rentable simplement et à moindre

Plus en détail

maximo IT service management Visibilité et valorisation de vos actifs informatiques

maximo IT service management Visibilité et valorisation de vos actifs informatiques maximo IT service management Visibilité et valorisation de vos actifs informatiques maximo IT service management Accroître vos actifs sans augmenter vos besoins en gestion Vous utilisez des PC, des serveurs,

Plus en détail

SUJET N l CORRIGE. Mai 120 30 250 280 160 220. Mai 120 ) 170-170 50 110

SUJET N l CORRIGE. Mai 120 30 250 280 160 220. Mai 120 ) 170-170 50 110 SUJET N l CORRIGE Question 1 : Le candidat doit pouvoir présenter les deux types de coût et leurs origines. STOCK => 2 types de COUTS COUT DE PASSATION est déterminé par l'analyse des charges liées : o

Plus en détail

La marque : clé du succès de la stratégie commerciale dans un marché global

La marque : clé du succès de la stratégie commerciale dans un marché global La marque : clé du succès de la stratégie commerciale dans un marché global Historique Les marques existent depuis les premiers échanges commerciaux et servaient essentiellement à authentifier l origine

Plus en détail

Déclaration d'assurance (budget général) relative à l'exercice 1994 (25-26 octobre 1995)

Déclaration d'assurance (budget général) relative à l'exercice 1994 (25-26 octobre 1995) Déclaration d'assurance (budget général) relative à l'exercice 1994 (25-26 octobre 1995) Légende: Première déclaration d'assurance relative aux activités relevant du budget général. Depuis l'entrée en

Plus en détail

Supply chain management NESTLE. Les Rois de la Supply Chain 2010

Supply chain management NESTLE. Les Rois de la Supply Chain 2010 áå ΩINSTITUT SUPERIEUR DU MANAGEMENT Supply chain management NESTLE Les Rois de la Supply Chain 2010 Cabinet ISM Abidjan, Cocody,Bvd F. Mitterand, Riviera Bonoumin, Immeuble La Paix 22 BP 876 Abidjan 22

Plus en détail

PROGRAMME DÉTAILLÉ DU BTS MUC

PROGRAMME DÉTAILLÉ DU BTS MUC PROGRAMME DÉTAILLÉ DU BTS MUC I - Gestion de la relation commerciale MODULE 1 : LA RELATION COMMERCIALE ET SON CONTEXTE La relation commerciale et les unités commerciales L unité commerciale physique La

Plus en détail

Coûts de production et de distribution

Coûts de production et de distribution Le prix Coûts de production et de distribution Coûts directs et indirects Clés de répartition Coûts fixes et coûts variables Fixes : indépendants du volume de vente : amortissement des machines, salaires

Plus en détail

LES ETAPES DE LA CREATION

LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION DE VOTRE ENTREPRISE L ELABORATION DU PROJET p. 13 A/ L étude commerciale p. 13 B/ L étude financière p. 18 C/ L étude juridique p. 27 LES FORMALITES

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

11 e édition. 2011-2012 À jour des nouveautés du Plan comptable et des textes fiscaux. Béatrice et Francis GRANDGUILLOT.

11 e édition. 2011-2012 À jour des nouveautés du Plan comptable et des textes fiscaux. Béatrice et Francis GRANDGUILLOT. Principes de la modélisation comptable Analyse comptable des opérations courantes Analyse comptable des opérations de fin d'exercice Analyse financière des tableaux de synthèse 11 e édition 2011-2012 À

Plus en détail

CHAPITRE 9 : SYSTEME MINIMAL DE TRESORERIE

CHAPITRE 9 : SYSTEME MINIMAL DE TRESORERIE 423 CHAPITRE 9 : SECTION 1 : PRINCIPE DU SYSTEME MINIMAL DE TRESORERIE Les très petites entreprises (T.P.E.), dont le chiffre d'affaires ne dépasse pas les seuils fixés par le présent Acte uniforme, distincts

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 138/5 Logiciels

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 138/5 Logiciels COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 138/5 Logiciels Introduction La Commission a consacré une étude approfondie au traitement comptable de la création ou de l acquisition d un logiciel par une entreprise,

Plus en détail

La logistique. Contenu

La logistique. Contenu La logistique La logistique est définie comme la planification, l'organisation, le contrôle et la gestion du matériel et des flux de produits et des services avec le flux d'informations associées. La logistique

Plus en détail

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés Champ d'application 1. La présente norme doit être appliquée à la préparation et à la présentation des états financiers consolidés d'un groupe

Plus en détail

VERS UNE REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE?

VERS UNE REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE? PARIS, LE 17 FEVRIER 2011 VERS UNE REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE? I - LA FISCALITE SUR LE PATRIMOINE EN QUELQUES CHIFFRES La fiscalité sur les biens immobiliers représente 2,2% du PIB (1% pour

Plus en détail

Titre du Projet. Nom(s) et Prénom(s) Adresses(s) du Promoteur(s) Nombre du Projet : Université : Date de réalisation : Exemple de Plan d Affaires

Titre du Projet. Nom(s) et Prénom(s) Adresses(s) du Promoteur(s) Nombre du Projet : Université : Date de réalisation : Exemple de Plan d Affaires Titre du Projet Nom(s) et Prénom(s) Adresses(s) du Promoteur(s) Nombre du Projet : Université : Date de réalisation : Exemple de Plan d Affaires 2 Concours 2009 2010 des meilleurs plans d affaires Exemple

Plus en détail

Analyse des coûts. 1 ère année DUT GEA, 2005/2006 Analyse des coûts

Analyse des coûts. 1 ère année DUT GEA, 2005/2006 Analyse des coûts Analyse des coûts Les techniques de calcul et d analyse des coûts portent le nom de comptabilité analytique ou comptabilité de gestion. Ces deux termes seront utilisés indifféremment dans ce cours. Contrairement

Plus en détail

Quelle rémunération pour les dépôts à vue? (EB) Professeur Didier MAILLARD Octobre 2004

Quelle rémunération pour les dépôts à vue? (EB) Professeur Didier MAILLARD Octobre 2004 Conservatoire National des Arts et Métiers Chaire de BANQUE Document de recherche n 10 Quelle rémunération pour les dépôts à vue? (EB) Professeur Didier MAILLARD Octobre 2004 Avertissement La chaire de

Plus en détail

LA BOITE A OUTILS DE L EXPORT OU COMMENT ABORDER L EXPORT CONDITIONS

LA BOITE A OUTILS DE L EXPORT OU COMMENT ABORDER L EXPORT CONDITIONS LA BOITE A OUTILS DE L EXPORT OU COMMENT ABORDER L EXPORT DANS LES MEILLEURES CONDITIONS POURQUOI EXPORTER? Trouver de nouveaux débouchés après avoir maîtrisé le marché national Accélérer la croissance

Plus en détail

L entrepôt sous douane La Procédure de Domiciliation Unique (PDU)

L entrepôt sous douane La Procédure de Domiciliation Unique (PDU) L entrepôt sous douane La Procédure de Domiciliation Unique (PDU) Audit l Conseil l Contentieux l Opérateur Economique Agréé l Dédouanement l Régimes douaniers l Accises l Exportateur Agréé l Entrepôt

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE DES TELECOMMUNICATIONS BUREAU DE DEVELOPPEMENT DES TELECOMMUNICATIONS

UNION INTERNATIONALE DES TELECOMMUNICATIONS BUREAU DE DEVELOPPEMENT DES TELECOMMUNICATIONS UNION INTERNATIONALE DES TELECOMMUNICATIONS BUREAU DE DEVELOPPEMENT DES TELECOMMUNICATIONS CONFÉRENCE MONDIALE DE DÉVELOPPEMENT DES TÉLÉCOMMUNICATIONS (CMDT-98) La Valette, Malte, 23 mars - 1 avril 1998

Plus en détail

INITIATION AU CONTRÔLE DE GESTION

INITIATION AU CONTRÔLE DE GESTION INITIATION AU CONTRÔLE DE GESTION Eric Astien 2007/2008 0 introduction Si la comptabilité générale La comptabilité de gestion doit fournir, d une manière générale, tous les éléments de nature à éclairer

Plus en détail

Réflexion stratégique

Réflexion stratégique Réflexion stratégique Principes généraux... 2 Diagnostic des domaines d'activité... 3 La segmentation... 3 Matrice des activités... 5 Diagnostic des ressources... 8 Fondamentaux... 8 Votre diagnostic de

Plus en détail

DELOCALISATION - RELOCALISATION de la production d une entreprise industrielle française. (par Jean-Michel GANDREUIL)

DELOCALISATION - RELOCALISATION de la production d une entreprise industrielle française. (par Jean-Michel GANDREUIL) DELOCALISATION - RELOCALISATION de la production dune entreprise industrielle française. (par Jean-Michel GANDREUIL) Les différents niveaux de la Délocalisation. Achats de matières premières ou de composants

Plus en détail

DOSSIER N 4: LES COUTS FIXES ET VARIABLES EN LOGISTIQUE

DOSSIER N 4: LES COUTS FIXES ET VARIABLES EN LOGISTIQUE BAC PRO LOGISTIQUE: GESTION QUANTITATIVE DOSSIER N 4: LES COUTS IXES ET VARIABLES EN LOGISTIQUE Objectif : Calcul et appréciation des différents coûts logistiques.(rappels) Dans l optique de la réalisation

Plus en détail

PROJET D ELECTRIFICATION RURALE PAR RESEAU SBEE <> (MISSION D INTERMEDIATION SOCIALE)

PROJET D ELECTRIFICATION RURALE PAR RESEAU SBEE <<MESURES D ACCOMPAGNEMENT>> (MISSION D INTERMEDIATION SOCIALE) 1 PROJET D ELECTRIFICATION RURALE PAR RESEAU SBEE (MISSION D INTERMEDIATION SOCIALE) STRATEGIE DE DISTRIBUTION DES CARTES PREPAYEES 2 TABLE DES MATIERES INTRODUCTION... 3 1.

Plus en détail

EXTERNALISATION OFFRE EXPERTS-COMPTABLES

EXTERNALISATION OFFRE EXPERTS-COMPTABLES EXTERNALISATION OFFRE EXPERTS-COMPTABLES 1 Les enjeux économiques de lexpertise comptable 2 La solution : mutualisation des traitements de base et délocalisation 3. Les modalités de collaboration / Experts

Plus en détail

Coûts de transfert de compte bancaire

Coûts de transfert de compte bancaire LA MOBILITE BANCAIRE La concurrence ne peut fonctionner que si la mobilité du client est assurée. Avec 2 %, le marché français semble présenter un des taux les plus faibles d attrition au niveau des marchés

Plus en détail

Contrats à long terme

Contrats à long terme CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 99-10 Contrats à long terme 1. Définition et champ d'application des contrats à long terme 2. Constatation des produits et des charges. 3. Inventaire des produits

Plus en détail