1 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain"

Transcription

1 1 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain

2 DÉFINITION : Une visite sur le terrain survient quand un membre du personnel se rend dans un autre bureau de Plan International pour une raison précise. Les visites sur le terrain offrent une excellente occasion, à la fois pour le visiteur et pour ses hôtes, de collaborer en vue d atteindre des objectifs de travail communs. Les visites sur le terrain constituent également un excellent outil d apprentissage. Les interactions en face à face permettent au personnel de renforcer les relations de travail, de partager des connaissances, d échanger des idées et des ressources et de mieux comprendre le travail qui s opère dans une autre partie de nos activités dans le monde. En revanche, les visites sur le terrain peuvent être onéreuses et perturber le travail tant du bureau qui envoie le visiteur que du bureau qui l accueille. Chaque visite sur le terrain doit comporter un ensemble défini d objectifs de travail et des buts clairs en matière de partage des enseignements visant à garantir que le visiteur et le bureau hôte optimisent tous deux le temps qu ils passent ensemble. QUELLE PEUT ÊTRE L UTILITÉ DE CET OUTIL? Les visites sur le terrain permettent au personnel d établir des relations, de collaborer, d échanger des connaissances et des idées, de communiquer des besoins et de travailler ensemble pour améliorer l efficacité de notre travail. Cette trousse à outils fournit des indications étape par étape destinées à assurer une coordination avec vos hôtes en vue d établir des objectifs en matière de communication d enseignements et de planifier des possibilités d échanges de connaissances pendant et après votre visite. QUAND PUIS-JE L UTILISER? Chez Plan International, les visites sur le terrain sont utilisées à diverses fins, par exemple pour : établir une collaboration entre les membres du personnel de différents bureaux permettant d atteindre des objectifs communs procéder à une évaluation des besoins pour déterminer comment un bureau ou une équipe peut soutenir les activités dans une autre région partager des connaissances pour orienter le personnel dans la façon de mener ou d améliorer des activités, des projets et des fonctions opérationnelles spécifiques dispenser des formations visant à renforcer les compétences et les capacités offrir une assistance technique et un soutien à la programmation pour améliorer les procédures au bureau hôte ou au bureau qui envoie un visiteur recueillir des faits concrets en soutien au développement d études de cas axées sur l apprentissage Tout comme la façon dont vous devez vous prendre pour planifier comment vous allez atteindre vos objectifs de travail lors d une visite sur le terrain, cette trousse à outils vous permet, à vous et à votre hôte, d examiner ce que vous pouvez apprendre l un de l autre et comment vous allez échanger et partager ces connaissances pour promouvoir une collaboration, approfondir votre compréhension du mode de fonctionnement de Plan International et soutenir l apprentissage dans l ensemble de l organisation. 2 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain

3 LES VISITES SUR LE TERRAIN EN TANT QU OUTIL D APPRENTISSAGE Lors d une visite sur le terrain, un ou plusieurs membres du personnel d un bureau de Plan International se rendent dans un autre bureau avec une intention précise, dans le cadre d une visite convenue. Souvent, la visite a pour but d assister le travail ou les activités de programmation du bureau hôte, mais cette trousse à outils couvre tous les types de visites qui permettent d intégrer des enseignements entre différents bureaux. Bien que nous puissions accomplir beaucoup de travail grâce aux technologies actuelles, rien ne peut souvent remplacer des interactions en face à face et une occasion de travailler côte à côte avec des collègues pour atteindre des objectifs communs. Les visites sur le terrain comprennent inévitablement un partage étendu d enseignements et de connaissances, car elles permettent aux membres du personnel de travailler et d interagir ensemble. Toutefois, dans beaucoup de cas, ces connaissances ne sont retenues en mémoire que par les seuls participants à ces visites. Cette trousse à outils est conçue pour aider le visiteur et le bureau hôte à tirer pleinement profit de cette possibilité d apprentissage extrêmement utile en établissant des objectifs d apprentissage clairs à l avance, puis en intégrant et en partageant les connaissances acquises lors des visites sur le terrain. Exemple de pratique au sein de Plan International Les visites sur le terrain sont souvent utilisées pour rassembler des informations. Par exemple, un membre du personnel du siège international effectue une visite de terrain pour observer les procédures et les pratiques afin d orienter l élaboration d un manuel opérationnel. En collaboration avec le bureau hôte, le visiteur observe ce qui est accompli dans le cadre d une méthode étape par étape pour identifier des moyens de rationaliser les procédures, selon les besoins, et pour renforcer la pertinence, l accessibilité et la simplicité d utilisation du manuel. Ou encore, par exemple, un membre du personnel d un bureau national effectue une visite sur le terrain pour mener un atelier sur la façon de lancer une initiative bénéficiant d un don. La visite sur le terrain permet au visiteur et au bureau hôte de planifier comment ils mettront en œuvre le projet ensemble, en clarifiant les exigences des donateurs en matière d établissement de rapports, en identifiant ceux qui seront affectés au projet, en établissant des échéances et en rencontrant les partenaires. 3 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain

4 RÔLES ET RESPONSABILITÉS Bien que beaucoup de visites sur le terrain impliquent le déplacement d une seule personne d un bureau de Plan International à un autre, beaucoup d autres personnes contribuent à la réussite de ces visites. Le bureau qui envoie le visiteur Ce bureau, où le visiteur prospectif travaille généralement (siège international, bureau national, bureau régional, bureau de pays), assume généralement les frais de la visite, et il doit donc veiller à ce que la visite soit productive. Le bureau qui envoie le visiteur peut contribuer aux objectifs de travail et d apprentissage de la visite sur le terrain et les approuver, et en examiner les progrès une fois que la visite est terminée. Le visiteur Le visiteur est généralement l initiateur de la visite sur le terrain, et c est lui qui a le plus à gagner (ou à perdre) dans le cadre de ce déplacement. Une visite sur le terrain mal planifiée est une perte de temps et de ressources. Il est donc essentiel que le visiteur s assure que la visite est bien planifiée et soigneusement coordonnée en liaison avec le bureau hôte. Le rôle du visiteur consiste à travailler avec le facilitateur hôte pour définir la finalité et les objectifs d apprentissage de la visite et pour identifier les personnes et les activités à inclure dans la visite afin d atteindre ces objectifs. Une fois que la visite est terminée, le visiteur prend des mesures pour partager les connaissances qu il a acquises de son expérience avec ses collègues dans le bureau hôte et dans l ensemble de Plan International. Le bureau hôte Si le visiteur se rend dans un pays différent, la première étape consiste à soumettre une demande au directeur de pays. Une fois qu un déplacement a été planifié, le bureau hôte est responsable d accueillir le visiteur et de lui offrir l assistance nécessaire pour la réalisation des objectifs de sa visite. Souvent, le bureau hôte est un bureau de pays, mais il peut s agir du siège international, d un bureau national, d un bureau régional ou d une unité de programme. Dans l idéal, le bureau hôte désigne un facilitateur hôte en tant que point de contact du visiteur avant et pendant la visite, en vue de fournir les ressources demandées dans la mesure du possible et de s assurer que les membres clés du personnel sont disponibles pour rencontrer le visiteur. Le facilitateur hôte Le facilitateur hôte est un membre du personnel du bureau hôte qui accepte d assurer une coordination avec le visiteur avant et pendant la visite. Il peut s agir du responsable de l appui aux programmes, du responsable de l unité de programme, d un conseiller (par exemple, un conseiller en formation), du responsable des activités de suivi, de l évaluation et des recherches ou du responsable du service informatique, etc. Le facilitateur hôte est responsable d assurer une coordination avec le visiteur en vue d établir les objectifs de travail de la visite et les objectifs de partage d enseignements, y compris l identification des personnes, des lieux et des activités que le visiteur peut inclure dans son déplacement pour soutenir l apprentissage et contribuer aux réflexions et au partage des connaissances à la fin de la visite. 4 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain

5 PLANIFICATION, PRÉPARATION ET CONDUITE D UNE VISITE SUR LE TERRAIN Tout comme vous planifiez soigneusement la poursuite de vos objectifs de travail dans le cadre d une visite sur le terrain, vous devez établir des objectifs de partage d enseignements avec votre hôte et un plan pour les atteindre. Ensuite, vous pouvez déterminer des moyens de partager les connaissances que vous avez acquises avec vos collègues une fois que la visite est terminée. Établissement d objectifs d apprentissage spécifiques Organisez une téléconférence avec votre facilitateur hôte pour discuter de la façon d agencer les objectifs de travail et d apprentissage de la visite et concevez un plan pour les atteindre. Pour quelles questions espérez-vous obtenir des réponses lors de votre visite au bureau hôte? Y a-t-il des procédures ou des projets dont vous souhaitez observer le déroulement? Qui sont les personnes dont l expertise peut vous être utile? Quelles sont les connaissances que vous apportez au bureau hôte et dont son personnel pourrait bénéficier? Quelles ressources ou quels outils pouvez-vous apporter en vue de les partager? Pouvez-vous tirer des enseignements qui bénéficieront à un collègue dans votre propre bureau? Que souhaitez-vous mieux comprendre sur la méthode de travail du bureau hôte ou sur la façon d améliorer la collaboration entre vos bureaux? Coordination avec le facilitateur hôte pour planifier les activités axées sur l apprentissage Une fois que vous avez mutuellement convenu de vos objectifs de travail, discutez d un ensemble d objectifs d apprentissage dans le cadre de la visite et parlez avec votre facilitateur hôte de ce que vous pouvez faire lors de la visite pour atteindre vos objectifs d apprentissage. Qui devez-vous rencontrer? Quelles procédures ou activités pouvez-vous observer? Sur quels projets pouvez-vous travailler ensemble? Quelles directives ou quels modèles ou autres documents pouvez-vous examiner? Assurez-vous que votre itinéraire vous offre des occasions de partage et d acquisition de connaissances. Recherche de perspectives diversifiées La plupart des visites sur le terrain s articulent autour de réunions avec des représentants, des chefs de départements, des dirigeants locaux et d autres personnes occupant des positions d autorité. Bien que ces rencontres soient importantes, recherchez des possibilités de discuter également avec des personnes autres que des «VIP». Si vous avez l occasion d examiner un travail de programmation en cours d exécution, essayez de parler avec les personnes qui sont concernées par ce travail. Si vous êtes en train d observer des activités, parlez au personnel sur le terrain ainsi qu aux responsables. L organisation de rencontres avec les personnes concernées par votre travail peut vous aider à mieux comprendre comment notre mission est menée. Quand vous planifiez les objectifs d apprentissage pour votre visite, informez vos collègues dans votre propre bureau de la période et du lieu de votre visite. Demandezleur s ils ont des suggestions d activités à mener ou de questions à poser lors de votre visite qui aideraient à soutenir leur travail ou leur apprentissage. 5 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain

6 Prise de notes et de photos Une visite sur le terrain comporte généralement une multitude d activités impliquant beaucoup de nouvelles rencontres, de nouvelles informations et de discussions suivies. Le temps passe très vite et, par conséquent, des connaissances risquent d être perdues. Tenez un journal quotidien de votre déplacement, dans lequel vous consignez vos réflexions, vos expériences et vos impressions. Incluez des questions qui sont encore sans réponses, afin de maintenir le cap dans l atteinte de vos objectifs d apprentissage. Dans la mesure du possible, prenez des photos et filmez même de courtes séquences vidéo pour vous rafraîchir la mémoire et saisir des détails sur les personnes que vous rencontrez et sur le travail que vous observez. Vous pourrez intégrer ces images par la suite dans des blogues, des diaporamas et des présentations pour communiquer les enseignements que vous avez tirés. Souvenez-vous d obtenir le consentement de vos sujets avant de les prendre en photo! Tirer parti des occasions d apprentissage imprévues En plus des objectifs d apprentissage que vous avez planifiés, recherchez les occasions d observer le travail en dehors de vos fonctions et de rencontrer des collègues qui peuvent vous permettre d approfondir votre compréhension ou qui peuvent partager leur expertise avec vous. Ne pensez pas seulement à votre propre intérêt. Pouvez-vous participer à une session d assistance par les pairs qui bénéficie au personnel du bureau hôte? Pouvez-vous tirer des enseignements qui bénéficieront à un collègue ou à une équipe dans votre bureau? Demandez à votre facilitateur hôte de vous suggérer des personnes à rencontrer, des activités intéressantes à observer, des documents à examiner et des outils ou des modèles à emporter avec vous. Examen des progrès réalisés dans l atteinte de vos objectifs d apprentissage avec votre hôte avant votre départ Vers la fin de votre visite, tenez une réunion avec votre facilitateur hôte et le personnel du bureau hôte pour examiner les progrès réalisés dans l atteindre de vos objectifs d apprentissage et pour identifier tout objectif restant à accomplir. Envisagez d utiliser un outil de gestion des connaissances, tel qu un examen a posteriori, pour structurer la discussion et les réflexions, quand vous : faites part de vos impressions et de vos observations discutez de ce que vous avez appris et identifiez toutes les questions restées sans réponses convenez de mesures de suivi déterminez ensemble la meilleure méthode pour intégrer et partager les connaissances que vous avez acquises. 6 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain

7 PARTAGE DES ENSEIGNEMENTS TIRÉS DE VOTRE VISITE SUR LE TERRAIN Ce sont généralement les participants le visiteur, le facilitateur hôte, le bureau hôte et le bureau qui envoie le visiteur qui bénéficient le plus des visites sur le terrain. Dans beaucoup de cas, cet apprentissage reste dans la mémoire des seuls participants, sans être communiqué à d autres. Voici quelques idées pour faciliter le partage des enseignements que vous avez tirés avec vos collègues dans votre propre bureau et dans l ensemble de Plan International. Organisez une séance de compte rendu. Peu après votre retour, réunissez-vous avec vos principaux collègues dans votre bureau pour leur communiquer les enseignements que vous avez tirés de votre visite. Consignez vos expériences dans un blogue. Un blogue est un excellent moyen de communiquer les enseignements et des photos de votre déplacement. Contactez le service des communications internes, car il peut aider à partager votre expérience dans l ensemble de l organisation. Partagez vos connaissances avec des collègues précis. Y a-t-il un enseignement particulier ou une possibilité de suivi qui présenterait un intérêt pour un collègue? Discutez avec votre pair et partagez votre expérience pour le mettre en relation avec vos nouveaux contacts. Organisez un événement de partage de connaissances. Planifiez un déjeuner de travail sur le pouce ou demandez à prendre la parole lors d une réunion d équipe pour partager les enseignements que vous avez tirés de votre visite sur le terrain. Utilisez les outils de gestion des connaissances. Envisagez d organiser une étude de cas pour communiquer votre expérience et les enseignements que vous avez tirés ou de donner une présentation dans le cadre d un cercle d apprentissage ou d une communauté de pratique. 7 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain

8 AVANT VOTRE ARRIVÉE PLANIFIEZ VOS OBJECTIFS DE TRAVAIL ET D APPRENTISSAGE Réfléchissez bien à votre visite, établissez des objectifs clairs et gardez le contact avec votre facilitateur hôte pour établir un itinéraire qui vous permettra de poursuivre vos objectifs de travail et d apprentissage. Contexte Quelle est la finalité de cette visite? Quelles circonstances vous ont amené(e) à décider d entreprendre ce déplacement? Quelles questions cherchez-vous à aborder? Objectifs de travail et d apprentissage Pourquoi entreprenez-vous la visite? Quels objectifs de travail espérez-vous atteindre? Quelles connaissances espérez-vous partager avec votre hôte? Quels enseignements espérez-vous tirer? Quelles connaissances pouvez-vous acquérir ou partager en termes de procédures de travail, d approches, de difficultés, de solutions, de lacunes en ressources et de problèmes opérationnels? Qu espérez-vous mieux comprendre sur notre travail? Activités planifiées Comment atteindrez-vous vos objectifs de travail et vos objectifs d apprentissage? Qui allez-vous rencontrer? Où vous rendrez-vous? Quelles activités souhaitez-vous observer? Quelles procédures espérez-vous mieux comprendre? Quelles sont les autres activités que vous pouvez observer ou auxquelles vous pouvez participer lors de votre visite pour soutenir l apprentissage chez Plan International? 8 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain

9 LORS DE VOTRE VISITE TENEZ UN JOURNAL QUOTIDIEN Bien que les visites sur le terrain puissent être intenses et épuisantes, essayez de consacrer quelques minutes à la fin de chaque journée pour prendre des notes sur vos activités, vos expériences et vos impressions. Il ne s agit pas d un rapport à soumettre, mais d une consignation personnelle que vous pourrez consulter par la suite ou lors de vos réflexions sur les enseignements que vous avez acquis et quand vous les communiquez. Quelles activités avez-vous entreprises aujourd hui? Avec qui avez-vous travaillé? Cette ou ces personnes a/ont-elle(s) partagé des connaissances, une expertise ou des perspectives qui, selon vous, étaient utiles ou intéressantes? Quelles sont les procédures, les approches et les méthodes de travail que vous avez observées et qui vous ont paru innovantes ou particulièrement efficaces? Qu est-ce qui vous a surpris(e)? Qu est-ce qui vous a impressionné(e)? Qu est-ce qui vous a inquiété(e)? Quel a été le moment le plus agréable de votre journée? Avez-vous rencontré des difficultés ou des obstacles qui ont entravé ou fait dévier le cap de votre travail? Comment les avez-vous surmontés? Si ce n est pas encore fait, comment y remédierez-vous demain? Avez-vous tiré des enseignements que vous souhaitez communiquer à un collègue? À LA FIN DE VOTRE VISITE MENEZ UNE SÉANCE DE RÉFLEXION Avant de quitter le bureau hôte, discutez avec votre facilitateur hôte et les autres membres du personnel concernés pour examiner et réfléchir aux progrès que vous avez réalisés dans l atteinte de vos objectifs de travail et d apprentissage. Soulevez les questions ci-dessous et utilisez-les pour orienter votre discussion, et consignez autant que possible les connaissances qui ont été partagées lors de cette visite. Dans quelle mesure avez-vous atteint vos objectifs de travail? Est-ce que vous avez employé ou votre équipe a employé une méthode ou une approche qui, selon vous, s est révélée utile ou innovante? Avez-vous résolu un problème ensemble? Comment? Un pair vous a-t-il communiqué des directives, des outils ou des modèles que vous pourriez adapter ou reproduire? Si votre visite était liée à des activités de programmation, avez-vous bénéficié de nouvelles idées sur la façon dont le développement communautaire centré sur l enfant (DCCE) est incorporé dans le travail du bureau où vous vous êtes rendu(e)? Reste-t-il encore du travail à accomplir? Comment les tâches inachevées seront-elles accomplies? 9 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain

10 Avez-vous atteint vos objectifs d apprentissage? Qu avez-vous appris? Avez-vous été en mesure de communiquer à un collègue une nouvelle méthode de travail lors de votre visite? Quelle était cette méthode? Qu avez-vous observé sur la façon d améliorer la collaboration de travail entre votre bureau et le bureau hôte? Avez-vous développé une relation avec un pair qui pourrait vous être bénéfique à l avenir? Un collègue vous a-t-il fourni des conseils qui, selon vous, sont utiles? PARTAGEZ LES ENSEIGNEMENTS QUE VOUS AVEZ TIRÉS À l aide de votre journal quotidien et des notes que vous avez prises lors de votre séance de réflexion, réfléchissez à des méthodes de partage des connaissances que vous avez acquises lors de votre visite sur le terrain. Au minimum, chaque visite sur le terrain doit se terminer par une réunion d information avec vos nouveaux collègues du bureau hôte, et un deuxième examen doit être mené avec votre propre équipe quand vous retournez dans votre bureau de Plan. Pouvez-vous préparer et présenter un diaporama court lors d un déjeuner de travail sur le pouce? Pouvez-vous décrire votre expérience dans un blogue ou dans un courriel adressé à votre communauté de pratique? Pouvez-vous soumettre votre expérience au service des communications internes pour la communiquer dans l ensemble de l organisation? Si vous préparez un rapport formel, publiez-le sur le site Planet de votre équipe et partagez-en le lien avec les collègues concernés. 10 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain

11 Ces catégories peuvent vous aider à intégrer et à partager les enseignements que vous avez tirés de votre visite sur le terrain. 1. Informations relatives à la visite sur le terrain 2. Contexte 3. Objectifs de travail et d apprentissage 4. Activités planifiées 5. Activités effectivement menées 6. Réflexion et apprentissage 7. Contacts Annexe : documents, modèles 11 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain

Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles

Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles Cet outil offre aux conseillers en orientation professionnelle : un processus étape par étape pour réaliser une évaluation informelle

Plus en détail

Planification financière

Planification financière Planification financière Introduction La planification financière couvre un large éventail de sujets et dans le meilleur des cas, elle les regroupe d une manière ordonnée et intégrée. Toutefois, vu qu

Plus en détail

Consultez-nous. Traiter votre plainte par la résolution locale

Consultez-nous. Traiter votre plainte par la résolution locale Consultez-nous Traiter votre plainte par la résolution locale 2 Table des matières Qu est-ce que le Bureau du directeur indépendant de l examen de la police?...3 Qu est-ce que la résolution locale?...

Plus en détail

L AUTO-ÉVALUATION HAP : KIT METHODOLOGIQUE PARTIE 2 : OUTILS D AUTO-ÉVALUATION

L AUTO-ÉVALUATION HAP : KIT METHODOLOGIQUE PARTIE 2 : OUTILS D AUTO-ÉVALUATION L AUTO-ÉVALUATION HAP : KIT METHODOLOGIQUE PARTIE 2 : OUTILS D AUTO-ÉVALUATION À L USAGE DES ORGANISATIONS HUMANITAIRES ET DE DEVELOPPEMENT REALISANT UNE AUTO-EVALUATION SUR LA BASE DE LA NORME HAP 2010

Plus en détail

GROUPE DE CONTACT DES DIRECTEURS

GROUPE DE CONTACT DES DIRECTEURS GROUPE DE CONTACT DES DIRECTEURS PREMIÈRE ÉDITION (4 Juin 2014) LISTE DE CONTROLE POUR ENGAGER UN BON CONSULTANT I. Travaux préparatoires en interne II. Critères personnels concernant le consultant III.

Plus en détail

1. Contexte. 2. Dresser le bilan : expériences et nouveaux développements

1. Contexte. 2. Dresser le bilan : expériences et nouveaux développements Renforcer la redevabilité mutuelle pour améliorer l efficacité et les résultats en matière de développement pour la santé : accords conclus à Nairobi par les signataires du IHP+ sur la future approche

Plus en détail

750 euros par semaines c est possible avec le programme d affilié de CRM 48

750 euros par semaines c est possible avec le programme d affilié de CRM 48 750 euros par semaines c est possible avec le programme d affilié de CRM 48 Nous avons créé ce guide de lancement afin de vous permettre d entamer les premières actions qui vous permettront de déterminer

Plus en détail

Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) ISBN 0-7711-3999-9

Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) ISBN 0-7711-3999-9 Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) 371.9 Un travail collectif : Renseignements aux parents d élèves ayant des besoins spéciaux ISBN 0-7711-3999-9 1. Éducation

Plus en détail

Qu est-ce qu un programme de dons?

Qu est-ce qu un programme de dons? 1 Qu est-ce qu un programme de dons? Le terme «programme de dons» réfère à votre approche politique, stratégique, active visant à construire une relation durable avec vos abonnés et les donateurs. Tout

Plus en détail

AQAssurance de la qualité

AQAssurance de la qualité AQAssurance de la qualité Guide d Évaluation de l exercice Assurance de la qualité : Guide de l Évaluation de l exercice Pub. No. 54046 Copyright Ordre des infirmières et infirmiers de l Ontario, 2014.

Plus en détail

DOCUMENT DE CONSULTATION

DOCUMENT DE CONSULTATION COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 10.4.2015 C(2015) 2303 final DOCUMENT DE CONSULTATION Première phase de consultation des partenaires sociaux au titre de l article 154 du TFUE concernant une consolidation

Plus en détail

Tableau : Réponse aux besoins en matière de santé sexuelle et reproductive des adolescents

Tableau : Réponse aux besoins en matière de santé sexuelle et reproductive des adolescents Tableau : Réponse aux besoins en matière de santé sexuelle et reproductive des adolescents Le tableau suivant est destiné à donner un aperçu des principales actions à entreprendre pour répondre aux besoins

Plus en détail

Evaluation de l organisation interne

Evaluation de l organisation interne Module 1 Module Evaluation de l organisation interne Table des matières SECTION 1 Mission et valeurs 34 SECTION 2 Gestion 1 40 SECTION 3 Gestion 2 46 T E A R F U N D 2 0 0 3 33 Module 1 Section 1 Mission

Plus en détail

ECVET GUIDE POUR LA MOBILITÉ

ECVET GUIDE POUR LA MOBILITÉ ECVET GUIDE POUR LA MOBILITÉ 2 GUIDE POUR LA MOBILITÉ ECVET «Le système européen de crédits d apprentissage pour l enseignement et la formation professionnels (ECVET) est un cadre technique pour le transfert,

Plus en détail

planifier organiser gerer votre Festival du Livre

planifier organiser gerer votre Festival du Livre Listes A faire pratiques qui vous aideront A : planifier organiser gerer votre Festival du Livre ET AVOIR beaucoup de succes! soutien outils Visibilité Activités recrutement Buts Liste à faire 2 Liste

Plus en détail

Investir avec l aide d un conseiller financier

Investir avec l aide d un conseiller financier Investir avec l aide d un conseiller financier Autorités canadiennes en valeurs mobilières Les autorités provinciales et territoriales en la matière se sont regroupées pour former les Autorités canadiennes

Plus en détail

LE PROGRAMME D APPRENTISSAGE ET DE LEADERSHIP DU PERSONNEL ENSEIGNANT Résumé : Rapport de recherche 2013-2014

LE PROGRAMME D APPRENTISSAGE ET DE LEADERSHIP DU PERSONNEL ENSEIGNANT Résumé : Rapport de recherche 2013-2014 LE PROGRAMME D APPRENTISSAGE ET DE LEADERSHIP DU PERSONNEL ENSEIGNANT Résumé : Rapport de recherche 2013-2014 Carol Campbell, Ann Lieberman et Anna Yashkina avec Nathalie Carrier, Sofya Malik et Jacqueline

Plus en détail

DPI AGENCE DESIGN ET PROJECTION DE VOTRE IMAGE CAHIER DES CHARGES POUR SITE INTERNET MANON THERRIEN JENNIFER LEMARIER

DPI AGENCE DESIGN ET PROJECTION DE VOTRE IMAGE CAHIER DES CHARGES POUR SITE INTERNET MANON THERRIEN JENNIFER LEMARIER MANON THERRIEN JENNIFER LEMARIER DPI AGENCE DESIGN ET PROJECTION DE VOTRE IMAGE CAHIER DES CHARGES POUR SITE INTERNET T 819 582 2806 / 819 582 2902 TC 819 583 3263 info@agencedpi.com www.agencedpi.com

Plus en détail

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire Guide du programme Juin 2008 Attributs du diplômé de la Colombie-Britannique Au cours de consultations qui se sont échelonnées sur toute une année dans l ensemble de la province, des milliers de citoyens

Plus en détail

La salle de classe en ligne de l Apprentissage en ligne :

La salle de classe en ligne de l Apprentissage en ligne : La salle de classe en ligne de l Apprentissage en ligne : 5 les cinq meilleurs outils pour l engagement des apprenantes et apprenants L importance de motiver les étudiantes et étudiants envers leurs cours

Plus en détail

F é d é r a t i o n d e l h a b i t a t i o n c o o p é r a t i v e d u C a n a d a. Choisir un modèle de gestion pour votre coopérative

F é d é r a t i o n d e l h a b i t a t i o n c o o p é r a t i v e d u C a n a d a. Choisir un modèle de gestion pour votre coopérative F é d é r a t i o n d e l h a b i t a t i o n c o o p é r a t i v e d u C a n a d a Choisir un modèle de gestion pour votre coopérative À propos de ce guide 1 Introduction 1 À propos de ce guide... 1

Plus en détail

Gestionnaires. Parcoursd apprentissage

Gestionnaires. Parcoursd apprentissage Gestionnaires Parcoursd apprentissage V2 VOTRE PARTENAIRE EN APPRENTISSAGE L École de la fonction publique du Canada offre des produits d apprentissage et de formation qui contribuent au renouvellement

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

Élaborer des objectifs d apprentissage SMART

Élaborer des objectifs d apprentissage SMART Élaborer des objectifs d apprentissage SMART Introduction Ce guide vous aidera à élaborer et à rédiger des objectifs d apprentissage «SMART». Un objectif d apprentissage énonce ce que vous souhaitez apprendre

Plus en détail

Relier l apprentissage à la pratique Comment faire un exercice de réflexion sur la pratique pour obtenir des crédits MAINPRO-C

Relier l apprentissage à la pratique Comment faire un exercice de réflexion sur la pratique pour obtenir des crédits MAINPRO-C Lien à la version électronique de le formulaire l Apprentissage à la Pratique : https://www.formrouter.net/forms@cfpc/mainpro_linking_learning_practice_fr.html Relier l apprentissage à la pratique Comment

Plus en détail

CFC 450 PROGRAMME DES CADRES DIRIGEANTS SYLLABUS

CFC 450 PROGRAMME DES CADRES DIRIGEANTS SYLLABUS CFC 450 PROGRAMME DES CADRES DIRIGEANTS SYLLABUS AVANT-PROPOS 1. Le Programme des cadres dirigeants (PCD) est un programme de séminaire en résidence de quatre jours et demi à l intention des officiers

Plus en détail

Critères de choix pour la

Critères de choix pour la LIVRE BLANC Critères de choix pour la mise en œuvre d un CRM Un guide pas à pas pour sélectionner le bonpartenaire d intégration de CRM adapté à vosbesoins. INTRODUCTION Vous avez fait votre travail, recherché,

Plus en détail

La situation financière des Canadiens

La situation financière des Canadiens La situation financière des Canadiens 1 Approche client Microsoft Advertising Hiver 2015 LA SITUATION FINANCIÈRE DES CANADIENS 2 Des décisions financières difficiles et importantes doivent être prises

Plus en détail

Règles concernant les avantages accessoires du secteur parapublic

Règles concernant les avantages accessoires du secteur parapublic Règles concernant les avantages accessoires du secteur parapublic Apprenez-en davantage au sujet de la Directive applicable aux avantages accessoires du secteur parapublic. Au sujet de la Directive applicable

Plus en détail

Compétences, qualifications et anticipation des changements dans le secteur de l électricité en Europe

Compétences, qualifications et anticipation des changements dans le secteur de l électricité en Europe Compétences, qualifications et anticipation des changements dans le secteur de l électricité en Europe Un cadre d action commun des partenaires sociaux européens du secteur de l électricité I. Introduction

Plus en détail

Analyse structurée de solutions pour BMC Remedy IT Service Management v 7

Analyse structurée de solutions pour BMC Remedy IT Service Management v 7 LIVRE BLANC SUR LES PRATIQUES ITIL Analyse structurée de solutions pour BMC Remedy IT Service Management v 7 Exploiter le potentiel des pratiques ITIL grâce aux ateliers d analyse de solutions organisés

Plus en détail

Questions typiques d entrevue

Questions typiques d entrevue Questions typiques d entrevue 1- Parlez-moi de vous? Question la plus importante de l entrevue; pourrait être la seule. Soyez bref. Ne tombez pas dans le piège de donner tout en détail. Ne dépassez pas

Plus en détail

QUESTIONNAIRE CAHIER DES CHARGES POUR FACILITER LA CREATION DE VOTRE SITE WEB

QUESTIONNAIRE CAHIER DES CHARGES POUR FACILITER LA CREATION DE VOTRE SITE WEB QUESTIONNAIRE CAHIER DES CHARGES POUR FACILITER LA CREATION DE VOTRE SITE WEB 1. Quel est mon idée? Mon concept? Un site vitrine Un portfolio Un site de commerce 2. Quel est l objectif de mon site? 3 quels

Plus en détail

Soyez membre d un conseil : une ressource pour les femmes

Soyez membre d un conseil : une ressource pour les femmes Juin 2011 Soyez membre d un conseil : une ressource pour les femmes Pourquoi être membre d un conseil Les gens siègent à des conseils pour diverses raisons. Parfois, ils cherchent une façon de redonner

Plus en détail

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Compétences pour les intervenants canadiens en toxicomanie SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Cette documentation est publiée

Plus en détail

Clôture de la subvention

Clôture de la subvention .1 Aperçu.2 Avant de commencer.2.1 Six conseils pour gérer la clôture de votre subvention.2.2 Planification pour la suite.2.3 Prolongation de la subvention.2.3.1 Demande de prolongation.2.4 Clôture de

Plus en détail

Sondage sur le climat. scolaire. Guide d utilisation à l attention des administratrices et des administrateurs

Sondage sur le climat. scolaire. Guide d utilisation à l attention des administratrices et des administrateurs Sondage sur le climat scolaire Guide d utilisation à l attention des administratrices et des administrateurs SONDAGE EN LIGNE Table des matières Introduction...2 Instructions étape par étape à l intention

Plus en détail

Faire parvenir les documents suivants à l agent de soutien du programme

Faire parvenir les documents suivants à l agent de soutien du programme Reconnaissances des acquis Crédits d équivalence et exemptions Prendre note : Il n y a aucun frais associés au processus d évaluation du dossier Tous les participants au programme doivent obtenir des crédits

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Devenir un gestionnaire de personnes

Devenir un gestionnaire de personnes Devenir un gestionnaire de personnes SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Déterminer vos besoins Trouver les bonnes personnes Conserver les bons employés SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Le passage de personne d

Plus en détail

Pamela Blake MSS, TSI, registrateure adjointe

Pamela Blake MSS, TSI, registrateure adjointe Planification de la lutte contre la pandémie : quelles sont mes obligations? Points importants pour les membres de l Ordre des travailleurs sociaux et des techniciens en travail social de l Ontario Pamela

Plus en détail

Guide de l'invité du Club Toastmasters francophone : «Grand Lyon» www.toastmasters-grandlyon.org

Guide de l'invité du Club Toastmasters francophone : «Grand Lyon» www.toastmasters-grandlyon.org Guide de l'invité du Club Toastmasters francophone : «Grand Lyon» www.toastmasters-grandlyon.org Version du 5-12-2014 Table des matières Toastmasters International... 3 Programme de formation... 4 Les

Plus en détail

Aide à la planification des actions locales

Aide à la planification des actions locales Aide à la planification des actions locales FAVORISEZ LA NATURE www.cocci-logique.ch Des relations publiques ciblées La Fondation suisse pour la pratique environnementale Pusch mène en 2012 et 2013, en

Plus en détail

Liste de vérification de la mise en œuvre d une équipe de santé familiale

Liste de vérification de la mise en œuvre d une équipe de santé familiale Équipes de santé familiale Améliorer les soins de santé familiale Liste de vérification de la mise en œuvre d une équipe de santé familiale Juillet 2009 Version 2.0 Table des matières Introduction...3

Plus en détail

COMMUNICATION INTERNE DE LA RÉGION EURO- PÉENNE DU SCOUTISME <EURO.SCOUT.ORG>

COMMUNICATION INTERNE DE LA RÉGION EURO- PÉENNE DU SCOUTISME <EURO.SCOUT.ORG> Région Européenne Organisation Mondiale du Mouvement Scout 2004-No 1 Communication COMMUNICATION INTERNE DE LA RÉGION EURO- PÉENNE DU SCOUTISME Introduction Le Scoutisme en Europe doit

Plus en détail

La prématernelle La Boîte à Surprises (École La Mission) 46 Heritage Drive Saint-Albert, AB T8N 7J5 Tél: (780) 459-9568 lm@centrenord.ab.

La prématernelle La Boîte à Surprises (École La Mission) 46 Heritage Drive Saint-Albert, AB T8N 7J5 Tél: (780) 459-9568 lm@centrenord.ab. La prématernelle La Boîte à Surprises (École La Mission) 46 Heritage Drive Saint-Albert, AB T8N 7J5 Tél: (780) 459-9568 lm@centrenord.ab.ca Complément du formulaire d inscription 2015-2016 Ce formulaire

Plus en détail

LES LIONS DONNENT LA PRIORITÉ AUX ENFANTS. Guide d activités du programme

LES LIONS DONNENT LA PRIORITÉ AUX ENFANTS. Guide d activités du programme LES LIONS DONNENT LA PRIORITÉ AUX ENFANTS Guide d activités du programme INTRODUCTION Nous tenons à remercier nos amis Lions pour leur dévouement et leur engagement à l amélioration de la vie des enfants...un

Plus en détail

C est un outil important pour : - mener une politique de communication cohérente, - et fixer des priorités.

C est un outil important pour : - mener une politique de communication cohérente, - et fixer des priorités. Élaborer un plan de communication stratégique pour une organisation publique - Guide pour les communicateurs fédéraux - COMM Collection - N 19 Bruxelles, juin 2010 Cette démarche suppose une analyse approfondie

Plus en détail

Guide à l intention des parents sur. 2014 ConnectSafely.org

Guide à l intention des parents sur. 2014 ConnectSafely.org Guide à l intention des parents sur 2014 ConnectSafely.org Les adolescents canadiens aiment socialiser en ligne et surtout partager des photos. L étude réalisée par MédiaSmarts en 2014, Jeunes Canadiens

Plus en détail

CHAPITRE 8 ORGANISATION DE LA COMMUNICATION

CHAPITRE 8 ORGANISATION DE LA COMMUNICATION ORGANISATION DE LA COMMUNICATION Pour toute communication, il est important de bien cibler l objectif à atteindre. Sans une démarche de planification et d organisation de celle-ci, les probabilités de

Plus en détail

S engager à agir pour le développement durable dans une période de changement

S engager à agir pour le développement durable dans une période de changement Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 13 avril 2015 Français Original: anglais E/ECE/1471/Rev.1 Commission économique pour l Europe Soixante-sixième session Genève, 14-16 avril 2015

Plus en détail

LE STAGE EN ENTREPRISE

LE STAGE EN ENTREPRISE LE STAGE EN ENTREPRISE 1. Le stage : un projet à part entière Le stage est un projet qui s étale sur une longue période d environ dix mois (de la recherche de l entreprise à la soutenance) avec des objectifs,

Plus en détail

Comment susciter la participation des étudiant e s et en tirer parti?

Comment susciter la participation des étudiant e s et en tirer parti? Fiche ABC Comment susciter la participation des étudiant e s et en tirer parti? Introduction Il n est pas rare que les enseignant e s souhaitent faire participer davantage les étudiant e s, soit durant

Plus en détail

My.tentoo www.tentoo.be info@tentoo.be tel. 02/725.70.00

My.tentoo www.tentoo.be info@tentoo.be tel. 02/725.70.00 Mode d emploi My.tentoo www.tentoo.be info@tentoo.be tel. 02/725.70.00 MY.TENTOO POUR LES EXECUTANTS TABLE DES MATIÈRES 1. Que devez-vous faire lorsque vous ouvrez une session pour la première fois sur

Plus en détail

Comment monter UNE ACTION

Comment monter UNE ACTION Comment monter UNE ACTION Mission La mission du Rotary International est de servir autrui, de promouvoir l intégrité et de favoriser l entente internationale, la bonne volonté et la paix au travers de

Plus en détail

L effet WOW en négociation gagnant-gagnant!

L effet WOW en négociation gagnant-gagnant! L effet WOW en négociation gagnant-gagnant! Jasmin Bergeron, MBA, Ph.D. Conférencier et professeur Directeur d un programme de MBA Université du Québec à Montréal T: 514 514-978-0795 info@jasminbergeron.com

Plus en détail

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la gouvernance ministérielle. Rapport final

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la gouvernance ministérielle. Rapport final BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ Vérification de la gouvernance ministérielle Division de la vérification et de l évaluation Rapport final Le 27 juin 2012 Table des matières Sommaire... i Énoncé d assurance...iii

Plus en détail

GUIDE DU PARTICIPANT 2015

GUIDE DU PARTICIPANT 2015 GUIDE DU PARTICIPANT 2015 Courir pour Leucan, un défi relevé de saveur! 1 TABLE DES MATIÈRES Qu est-ce que Courir pour Leucan? 3 Qui sont les participants? 3 Options de participation Défis individuels

Plus en détail

Northern Trust Company, Canada

Northern Trust Company, Canada Northern Trust Company, Canada Foire aux questions : Adresse : Question : Comment dois-je procéder pour effectuer un changement d adresse? Réponse : Veuillez compléter et signer notre formulaire de changement

Plus en détail

CONVENTION POUR LA SAUVEGARDE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL COMITÉ INTERGOUVERNEMENTAL DE SAUVEGARDE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL

CONVENTION POUR LA SAUVEGARDE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL COMITÉ INTERGOUVERNEMENTAL DE SAUVEGARDE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL 5 COM ITH/10/5.COM/CONF.202/INF.7 Paris, le 27 octobre 2010 Original : anglais/français CONVENTION POUR LA SAUVEGARDE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL COMITÉ INTERGOUVERNEMENTAL DE SAUVEGARDE DU PATRIMOINE

Plus en détail

Il suffit de demander! Guide pour le recrutement de nouveaux membres pour les clubs

Il suffit de demander! Guide pour le recrutement de nouveaux membres pour les clubs Il suffit de demander! Guide pour le recrutement de nouveaux membres pour les clubs Il suffit de demander! Guide pour le recrutement de nouveaux membres pour les clubs INTRODUCTION Il suffit de demander!

Plus en détail

Le talent redéfini en fonction de l économie mondiale. Points de vue sur la situation des talents en finances au Canada. kpmg.ca/lafonctionfinances

Le talent redéfini en fonction de l économie mondiale. Points de vue sur la situation des talents en finances au Canada. kpmg.ca/lafonctionfinances Le talent redéfini en fonction de l économie mondiale Points de vue sur la situation des talents en finances au Canada kpmg.ca/lafonctionfinances Le talent redéfini en fonction de l économie mondiale

Plus en détail

Ce sondage est un outil qui cherche à inciter une réflexion individuelle ou de groupe à propos des priorités futures du RLISS de Mississauga Halton.

Ce sondage est un outil qui cherche à inciter une réflexion individuelle ou de groupe à propos des priorités futures du RLISS de Mississauga Halton. INTRODUCTION Le RLISS de Mississauga Halton s engage à recevoir l opinion de ses résidents. Vos commentaires seront utilisés par le RLISS de Mississauga Halton pour mettre à jour le plan d intégration

Plus en détail

Politique linguistique

Politique linguistique Politique linguistique Informations sur le soutien apporté par le Baccalauréat International en matière de langues, cours de langue et langues d enseignement Mise à jour en octobre 2014 Cette politique

Plus en détail

Que pouvez-vous faire pour que quelqu un ait une meilleure image de lui ou d elle-même? Qu est-ce qu un bon ami?

Que pouvez-vous faire pour que quelqu un ait une meilleure image de lui ou d elle-même? Qu est-ce qu un bon ami? Que pouvez-vous faire pour que quelqu un ait une meilleure image de lui ou d elle-même? Passer du temps avec cette personne Présenter la personne à vos amis Lui dire que vous l aimez bien Qu est-ce qu

Plus en détail

Comprendre le financement des placements par emprunt. Prêts placement

Comprendre le financement des placements par emprunt. Prêts placement Comprendre le financement des placements par emprunt Prêts placement Comprendre le financement des placements par emprunt Le financement des placements par emprunt consiste simplement à emprunter pour

Plus en détail

Résumé du projet (french) http://www.univie.ac.at/phc. Karl Krajic Jürgen Pelikan Petra Plunger Ursula Reichenpfader

Résumé du projet (french) http://www.univie.ac.at/phc. Karl Krajic Jürgen Pelikan Petra Plunger Ursula Reichenpfader Résumé du projet (french) http://www.univie.ac.at/phc Karl Krajic Jürgen Pelikan Petra Plunger Ursula Reichenpfader Institut Ludwig Boltzmann de sociologie de la santé et de la médecine Avril 2001 Introduction

Plus en détail

5. ACTEURS OBLIGATOIRES ET LEUR RÔLE

5. ACTEURS OBLIGATOIRES ET LEUR RÔLE 5. ACTEURS OBLIGATOIRES ET LEUR RÔLE 5.1. ÉTUDIANT OU STAGIAIRE EN FPI Personne qui suit des cours de FPI et/ou diplômé d un établissement de FPI depuis moins d un an. 5.1.1. Profil et exigences minimales

Plus en détail

Bourse de recherche Jeff Thompson. Politique et procédures

Bourse de recherche Jeff Thompson. Politique et procédures Bourse de recherche Jeff Thompson Politique et procédures Table des matières Objet et contexte... 2 Financement... 2 Candidats admissibles... 3 Processus de sélection et d attribution de la bourse... 4

Plus en détail

Formulaire d'inscription pour les agences partenaires Campagne des tuques 2016!

Formulaire d'inscription pour les agences partenaires Campagne des tuques 2016! Formulaire d'inscription pour les agences partenaires Campagne des tuques 2016! Si vous êtes une agence de retour, veuillez noter que des modifications ont été apportées à la demande. Répartition des fonds

Plus en détail

Merci beaucoup de votre collaboration

Merci beaucoup de votre collaboration QUESTIONNAIRE ENSEIGNANTS ASSOCIÉS Ce questionnaire permettra de recueillir des informations sur l intégration des technologies de l information et de la communication (TIC) chez les futurs enseignants

Plus en détail

Recommandations de la Commission du changement

Recommandations de la Commission du changement Recommandations de la Commission du changement RÉSUMÉ Le rapport de la Commission du changement a été finalisé en avril 2009. Ce rapport, contenant 47 recommandations divisées en 8 catégories, est disponible

Plus en détail

CaLP ARGENT CONTRE TRAVAIL. Travailler avec les banques Guide pratique de négociation dans le cadre des transferts monétaires en situations d urgence

CaLP ARGENT CONTRE TRAVAIL. Travailler avec les banques Guide pratique de négociation dans le cadre des transferts monétaires en situations d urgence CaLP ARGENT CONTRE TRAVAIL Travailler avec les banques Guide pratique de négociation dans le cadre des transferts monétaires en situations d urgence 4 CaLP ARGENT TRAVAILLER CONTRE AVEC TRAVAIL LES BANQUES

Plus en détail

Parlez-vous chinois? Allumer l appareil. Commencer. Le premier écran de l application

Parlez-vous chinois? Allumer l appareil. Commencer. Le premier écran de l application Parlez-vous chinois? SOMMAIRE Allumer l appareil... 1 Lancer l application... 1 Commencer... 1 Créer un compte... 1 Se connecter... 2 Consulter les messages... 2 Rédiger un message... 3 Juger un message...

Plus en détail

Notre Programme de responsabilité Formation au Code déontologique de Nyrstar Code déontologique Des craintes? Contactez

Notre Programme de responsabilité Formation au Code déontologique de Nyrstar Code déontologique Des craintes? Contactez Code déontologique Le Nyrstar Way Se prémunir de tout préjudice Eviter tout préjudice à notre personnel, notre environnement, notre stratégie et veiller à l intégrité de nos sites et équipements Etre ouvert

Plus en détail

Circonscription de. Valence d Agen

Circonscription de. Valence d Agen Circonscription de Valence d Agen Pourquoi ce guide? Depuis des décennies, le sujet des devoirs à la maison est discuté dans et hors de l école. Nous avons souhaité faire le point sur ce sujet afin de

Plus en détail

Mettre le nuage au service de votre organisation. Guide de l acheteur de solutions en nuage.

Mettre le nuage au service de votre organisation. Guide de l acheteur de solutions en nuage. Mettre le nuage au service de votre organisation. Guide de l acheteur de solutions en nuage. Comment ce guide peut vous être utile? Si vous songez à intégrer le nuage à votre entreprise sans savoir par

Plus en détail

Simulation EIS. Changement et Innovation. Les Défis du Management

Simulation EIS. Changement et Innovation. Les Défis du Management Simulation EIS Changement et Innovation. Les Défis du Management Manuel d Utilisation 1. Présentation 2. Votre Mission pendant la Simulation EIS 3. Structure de l Equipe de Management de Teleswitches 4.

Plus en détail

Information et sensibilisation des consommateurs à l égard des risques importants liés aux produits hypothécaires

Information et sensibilisation des consommateurs à l égard des risques importants liés aux produits hypothécaires Information et sensibilisation des consommateurs à l égard des risques importants liés aux produits hypothécaires Le Conseil canadien des autorités de réglementation des courtiers hypothécaires (CCARCH)

Plus en détail

POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO (adoptée le 15 janvier 2010)

POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO (adoptée le 15 janvier 2010) POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO (adoptée le 15 janvier 2010) Note : Le générique masculin est utilisé sans discrimination uniquement dans le but d alléger le texte. 1. Introduction La Commission

Plus en détail

Passer à un modèle services de conseils tarifés. Parlons vrai avec les clients : les frais

Passer à un modèle services de conseils tarifés. Parlons vrai avec les clients : les frais Passer à un modèle services de conseils tarifés Parlons vrai avec les clients : les frais De plus en plus d investisseurs dans le monde exigent une meilleure transparence des frais de placement. Le Royaume-Uni

Plus en détail

En direct de la salle de presse du Journal virtuel

En direct de la salle de presse du Journal virtuel Français En direct de la salle de presse du Journal virtuel Écrire des textes variés Guide En direct de notre salle de presse Guide R ENSEIGNEMENTS GÉNÉRA UX EN DIRECT DE NOTRE SA LLE DE PRESSE MISE À

Plus en détail

Les critères d approbation, Niveau 3. Introduction

Les critères d approbation, Niveau 3. Introduction Critères d approbation Niveau 3.odt Page 1 de 17 Les critères d approbation, Niveau 3 Introduction Ce document énonce les standards minima qu un niveau 3 approuvé par le Bach Centre doit proposer. Les

Plus en détail

Evaluation de la Dissémination du Niger. d amélioration des soins obstétricaux et

Evaluation de la Dissémination du Niger. d amélioration des soins obstétricaux et URC/HCI : PROTOCOLE DE RECHERCHE ET D EVALUATION Evaluation de la Dissémination du Niger au Mali des meilleures pratiques de la mise en œuvre du collaboratif d amélioration des soins obstétricaux et néonataux

Plus en détail

Cultiver l esprit d équipe

Cultiver l esprit d équipe Cultiver l esprit d équipe Les objectifs : Promouvoir une prise de conscience de la nécessité de travailler en équipe et de cultiver les liens entre les personnes pour consolider l esprit d équipe Fournir

Plus en détail

Planifier avec les expériences clés pour les enfants de 3 à 5 ans

Planifier avec les expériences clés pour les enfants de 3 à 5 ans Planifier avec les expériences clés pour les enfants de 3 à 5 ans Ginette Hébert formatrice en petite enfance AFÉSÉO FORUM 2012 Cette formation s appuie sur mon expérience d accompagnement d éducatrices

Plus en détail

1. Politiques en matières d appel. 2. Définitions. 3. Portée de l appel

1. Politiques en matières d appel. 2. Définitions. 3. Portée de l appel 1. Politiques en matières d appel L Association Québec Snowboard ( ci-après désignée par AQS ) reconnaît le droit de tout Membre d en appeler des décisions de l AQS et offre par les présentes un processus

Plus en détail

WP Promotion No. 8/06

WP Promotion No. 8/06 WP Promotion No. 8/06 International Coffee Organization Organización Internacional del Café Organização Internacional do Café Organisation Internationale du Café 22 septembre 2006 Original : portugais

Plus en détail

Qu est-ce qui différencie une bonne photo d une mauvaise? Trois éléments sont importants : La composition L éclairage La qualité et la résolution

Qu est-ce qui différencie une bonne photo d une mauvaise? Trois éléments sont importants : La composition L éclairage La qualité et la résolution PRENDRE DE MEILLEURES PHOTOS 101 Par Lesley Ouimet Rien de plus facile que de prendre une photo numérique, mais c est un peu plus difficile de prendre une bonne photo numérique. Qu est-ce qui différencie

Plus en détail

Plan d enseignement individualisé

Plan d enseignement individualisé Ministère de l Éducation Plan d enseignement individualisé Normes pour l élaboration, la planification des programmes et la mise en œuvre 2000 TABLE DES MATIÈRES Introduction.............................................

Plus en détail

Groupe média marketing GMM. Site Web. Réseaux Sociaux. Courriel.!

Groupe média marketing GMM. Site Web. Réseaux Sociaux. Courriel.! Groupe média marketing GMM Site Web. Réseaux Sociaux. Courriel.! Sommaire! Au début, il y avait! À la recherche du site Web perdu! Communiquer à l ère 2.0! Pour une communication épistolaire 2.0! À la

Plus en détail

Manuel d utilisation de Form@Greta

Manuel d utilisation de Form@Greta Manuel d utilisation de Form@Greta Février 2014 Version apprenant Auriane Busson Greta-numerique@ac-caen.fr Sommaire 1. Qu est-ce que Form@Greta?... 2 2. S identifier sur la plateforme... 3 3. Espace d

Plus en détail

Le guide Serv@Net. Votre manuel d utilisation pour une gestion rapide des polices en ligne

Le guide Serv@Net. Votre manuel d utilisation pour une gestion rapide des polices en ligne Le guide Serv@Net Votre manuel d utilisation pour une gestion rapide des polices en ligne 1 Table des matières INTRODUCTION 3 AVANT DE COMMENCER 4 Quelques détails pratiques! 4 Modification du mot de passe

Plus en détail

La procuration. La procuration. isns

La procuration. La procuration. isns La procuration isns En rédigeant une procuration, vous donnez à une autre personne l autorité d agir en votre nom si vous devenez malade ou incapable de prendre des décisions relatives à vos soins ou à

Plus en détail

ENVIRONNEMENT NUMÉRIQUE D APPRENTISSAGE TIC PÉDAGOGIE APPRENTISSAGE ENA

ENVIRONNEMENT NUMÉRIQUE D APPRENTISSAGE TIC PÉDAGOGIE APPRENTISSAGE ENA ENVIRONNEMENT NUMÉRIQUE D APPRENTISSAGE TIC PÉDAGOGIE APPRENTISSAGE ENA Chantale Desrosiers Conseillère pédagogique TIC - Répondante REPTIC Personne-ressource à Performa Ce document présente au personnel

Plus en détail

LA PENSÉE. À quel point habile est votre pensée en ce moment? 1

LA PENSÉE. À quel point habile est votre pensée en ce moment? 1 LA PENSÉE À quel point habile est votre pensée en ce moment? 1 Il n y a rien de plus pratique qu une pensée saine. Peu importe les circonstances ou les buts, peu importe où vous vous trouvez ou les problèmes

Plus en détail

Les approches globales et intégrées en promotion de la santé et du bien-être : les conditions nécessaires à leur développement 1

Les approches globales et intégrées en promotion de la santé et du bien-être : les conditions nécessaires à leur développement 1 Les approches globales et intégrées en promotion de la santé et du bien-être : les conditions nécessaires à leur développement 1 Marthe Deschesnes, Ph.D. Catherine Martin, M.Sc. Adèle Jomphe Hill, Ph.D

Plus en détail

REVUE DE LA DEFENSE DU BURUNDI : LEÇONS TIREES

REVUE DE LA DEFENSE DU BURUNDI : LEÇONS TIREES REVUE DE LA DEFENSE DU BURUNDI : LEÇONS TIREES Juin 2014 TABLE DES MATIERES REMERCIEMENTS... iii CARTE DU BURUNDI... iv SIGLES ET ABREVIATIONS... v RESUME EXECUTIF... vii CHAPITRE I : INTRODUCTION...

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Réalisation de site web

CAHIER DES CHARGES Réalisation de site web CAHIER DES CHARGES Réalisation de site web INFORMATIONS GÉNÉRALES : Secteur d activité : Nom de la société : Adresse : Code postal : Ville : Nom du ( ou des) responsable(s) de projet : Tél. : Mobile :

Plus en détail

Guide d accompagnement à l intention des intervenants

Guide d accompagnement à l intention des intervenants TABLE RÉGIONALE DE L ÉDUCATION CENTRE-DU-QUÉBEC Campagne de promotion la de la lecture Promouvoir Guide d accompagnement à l intention des intervenants Présentation Le projet sur la réussite éducative

Plus en détail