CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME"

Transcription

1 CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME F REGL PROF-Accueillant(e) auto. d'enfant A08 Bruxelles, le MH/BL/JP A V I S sur UN ARRETE ROYAL RELATIF A L'EXCLUSION DE L'ACTIVITE PROFESSIONNELLE D'ACCUEILLANT AUTONOME D'ENFANT DE L'APPLICATION DE L'ARTICLE 4, 1 ER ALINEA 1 ER, DE LA LOI PROGRAMME DU 10 FEVRIER 1998 POUR LA PROMOTION DE L'ENTREPRISE INDEPENDANTE (entériné par le Conseil Supérieur des Indépendants et des PME le 25 juin 2009) ***

2 Par sa lettre du 16 février 2009, la Ministre des PME, des Indépendants, de l Agriculture et de la Politique scientifique, a demandé l'avis du Conseil Supérieur des Indépendants et des PME concernant un projet d'arrêté royal relatif à l'exclusion de l'activité professionnelle d'accueillant autonome d'enfants de l'application de l'article 4, 1 er, al. 1 er de la loi-programme du 10 février 1998 pour la promotion de l'entreprise indépendante. La consultation du Conseil Supérieur est requise sur base de l'article 4, 1 er, alinéa 2 de la même loi. Ce projet d'arrêté royal a pour objectif d'exempter les accueillant(e)s autonomes d'enfants de l'obligation de prouver les connaissances de base de gestion. Après avoir consulté sa commission sectorielle n 11 "Soins aux personnes", sa commission " Règlementation professionnelles " et entendu les différents organismes organisant l accueil de la petite enfance, le Conseil Supérieur a émis à l'unanimité lors de sa séance plénière du 25 juin 2009, l'avis suivant. LEGISLATION ACTUELLE Une personne physique ou morale, qui désire exercer une activité exigeant une inscription au registre du commerce ou de l'artisanat doit, avant de débuter cette activité, prouver des connaissances minimales en matière de gestion d'entreprise 1. La preuve de ces compétences de gestion sera demandée avant l'inscription à la Banque-carrefour des Entreprises. Par ailleurs, l'article 4, 1 er, alinéa 2 de la loi-programme du 10 février 1998 offre la possibilité de prévoir des exemptions à l'obligation de prouver des connaissances de base en matière de gestion pour certaines activités professionnelles. CONTEXTE ACTUEL Selon le SPF Justice, la jurisprudence considère, sur base de l'article 2 alinéa 5 du Code de commerce (" Toute entreprise de fournitures ") 2, que lorsqu'une activité s'adresse directement au grand public, fait la publicité nécessaire et pratique des tarifs connus à l'avance, celle-ci est réputée commerciale. En conséquence de quoi l'accueillant(e)s autonome d'enfants doit être considéré(e) comme commerçant(e) et doit se faire inscrire à la Banque-carrefour des Entreprises auprès d'un guichet d'entreprise 3. De ce fait, ces personnes doivent, à leur inscription, prouver une connaissance de gestion de base. 1 Article 4, 1 de la loi-programme en vue de promouvoir l entreprise indépendante (M.B. du 21 février 1998). 2 Dans la présentation de la version néerlandaise du Code de Commerce, il s agit de l article 2, 6 ème tiret. 3 Voir article 33 de la loi du 16 janvier 2003 portant création de la Banque-carrefour des Entreprises. 2

3 Dans l interprétation du SPF Justice, il existe toutefois une limite lorsqu'un(e) accueillant(e) travaille " en sous-traitance " (donc non autonome) pour une autre organisation (ONE - Kind en Gezin, Ligue des familles, administrations communales, ASBL, etc ). Dans ce cas, l'accueillant(e) ne répondrait plus au premier critère à savoir s'adresser au public, n'ayant qu'un seul client et pourrait ainsi ne pas être considéré(e) comme commerçant(e) et échapper aux contraintes y afférentes. Il semble que, pendant une période, les guichets d'entreprise n'ont pas tous fait la distinction entre les accueillant(e)s " commerçant(e)s " ou " non commerçant(e)s " et ont donc inscrit un certain nombre d'accueillant(e)s autonomes sans exiger la preuve des connaissances de gestion de base. Il apparaît que désormais l'interprétation du SPF Justice s'applique et que des preuves de connaissances de gestion de base sont exigées pour les seuls d'accueillant(e)s autonomes. La question de l'égalité de droit entre ceux qui ont obtenu leur inscription sans cette exigence et ceux qui désormais y seront astreint, est posée. Il faut cependant souligner que les accueillant(e)s autonomes comme les accueillants qui exercent sous un autre statut ne peuvent pratiquer la garde d'enfant que si elles (ils) répondent aux conditions et exigences contrôlées officiellement par les services de l'office de la Naissance et de l'enfance (ONE) ou ceux de Kind en Gezin 4. Par ailleurs, les accueillants qui travaillent à domicile dans le cadre d'une convention avec un organisme ou une institution et qui ne sont pas considérés comme commerçants et ne sont pas non plus considérés comme salariés. POINTS DE VUE Principe Le Conseil Supérieur des Indépendants et des PME est d'avis que l'on peut raisonnablement considérer que l'activité d'accueil de l'enfance n'est pas une activité strictement commerciale et qu un statut spécifique doit lui être réservé. Même si le SPF Justice est réticent à modifier les critères jurisprudentiels établis pour définir la qualité de commerçant, le Conseil Supérieur rappelle que le législateur peut toujours apporter des exceptions à l'application du code de commerce. D'ailleurs, de nombreuses activités professionnelles ne sont pas considérées comme commerçantes indépendamment de l'application des critères, ce qui n enlève rien à la dignité ni à l utilité de celle ou celui qui exerce ces activités à titre d indépendant. La nature spécifique de l accueil de l enfance justifie également le fait de ne pas faire tomber cette activité professionnelle dans le champ d application du Code de Commerce. Une modification législative du Code de Commerce est donc nécessaire. 4 En Communauté française, toutes les activités d'accueil de l'enfance doivent obtenir une autorisation et répondre aux exigences de l'one. En Communauté flamande, à quelques exceptions près, c est Kind en Gezin qui s occupe des activités d accueil de l enfance. 3

4 D'un autre côté, le Conseil Supérieur estime que dans la formation des accueillant(e)s, surtout de ceux ou celles qui exercent cette activité à titre d indépendants, il faut aussi accorder de l attention à la gestion d entreprise. En effet, les connaissances de base en gestion ont pour but de fournir à tout débutant d une connaissance minimum en vue d exercer une activité indépendante. Sans ces connaissances de base, dont tout entrepreneur indépendant a besoin pour exercer ses activités quotidiennes, la préparation à l exercice d une activité professionnelle est insuffisante. Agir en connaissance de cause profite à la fois à la solidité de l'entreprise et à la stabilité du secteur d'activité concerné. Sans compter que cela offre également des garanties de qualité au consommateur. Sur le statut commerçant / non commerçant Le Conseil Supérieur estime que l'application stricte par la justice des 3 critères pour imposer la qualification de commerçant aux seules accueillant(e) autonome d'enfants crée une distorsion avec les autres statuts d'accueillants. Le seul fait pour les accueillants de dépendre d'un pouvoir organisateur, ou d'être conventionné ou sous traitant d'un organisme public, parapublic ou privé ne change rien à l'activité d'accueil. Selon le Conseil Supérieur, c est l activité qui détermine s il s agit d une activité commerciale ou non et pas le statut sous lequel cette activité est exercée. Par ailleurs, l application du statut de commerçant aux seul(e)s accueillant(e)s autonomes d enfants pourrait entrainer pour ces derniers, outre l obligation de prouver des connaissances de gestion de base, l application du régime de la TVA, des baux commerciaux, Quoique ces aspects ne constituent pas des implications nécessaires d'une telle modification du statut de l'accueillant d'enfants autonome, le secteur concerné fait part de ses soucis à ce sujet. En effet, ce sont toutes des conditions qui augmentent des différences de traitement avec les mêmes professionnels exerçant sous un autre statut. L interprétation des 3 critères utilisés par le SPF Justice pour imposer le statut de commerçant pourraient aussi s appliquer à l inverse et de manière semblable aux pouvoirs organisateurs de l'accueil de la petite enfance, qu ils soient publics, para publics ou privés. Eux aussi s adressent directement au grand public, font aussi de la publicité et pratiquent des tarifs connus à l avance qui sont établis périodiquement sur base des revenus des parents. En pratique, les activités professionnelles des accueillant(e)s autonomes et des accueillant(e)s opérant sous un autre statut sont donc très semblables. Appliquer toutes les conditions du statut de commerçant aux premiers uniquement, risque de créer une réelle distorsion de concurrence et comporte le risque de voir diminuer l offre de service dans un secteur social qui en a un grand besoin. Dans ce cadre, il faut éviter que cette situation aboutisse à ce que le secteur de l accueil de la petite enfance soit encore plus difficilement accessible pour l accueil autonome indépendant. 4

5 CONCLUSION Le Conseil Supérieur des Indépendants et des PME demande qu une initiative législative soit prise pour sortir clairement l'ensemble des activités d accueil de l enfance de l'application du code de commerce. En conséquence, le Conseil Supérieur est d'avis que l'arrêté royal proposé par la Ministre des PME, des Indépendants, de l Agriculture et de la Politique scientifique, tendant à exclure l'activité professionnelle d'accueillant autonome d'enfant de l'application de l'article 4, 1 er, al. 1 er de la loi-programme du 10 février 1998 pour la promotion de l'entreprise indépendante n'est plus utile puisque cette disposition ne s'applique pas dès que l activité d accueillant(e) autonome ne tombe plus sous le champ d application du Code de Commerce. C est pourquoi le Conseil Supérieur des Indépendants et des PME émet un avis défavorable sur le projet d arrêté royal relatif à l exclusion de l activité professionnelle d accueillant autonome d enfant de l application de l article 4, 1 er, alinéa 1 er, de la loi-programme du 10 février 1998 pour la promotion de l entreprise indépendante. 5

CSSS/06/025. Vu la demande du SPF Economie, PME, Classes moyennes et Energie du 8 novembre 2005;

CSSS/06/025. Vu la demande du SPF Economie, PME, Classes moyennes et Energie du 8 novembre 2005; CSSS/06/025 1 DELIBERATION N 06/010 DU 14 FEVRIER 2006 RELATIVE A LA CONSULTATION DU FICHIER DU PERSONNEL PAR LE SERVICE GUICHETS D ENTREPRISES DE LA DIRECTION GÉNÉRALE POLITIQUE PME DU SERVICE PUBLIC

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONCURRENCE. Auditorat. Décision n 2013-PK-32-AUD du 30 août 2013

CONSEIL DE LA CONCURRENCE. Auditorat. Décision n 2013-PK-32-AUD du 30 août 2013 CONSEIL DE LA CONCURRENCE Auditorat Décision n 2013-PK-32-AUD du 30 août 2013 Affaire CONC-P/K-05/0007: Infobase / Coface Euro DB I. Procédure Le Conseil de la concurrence a enregistré le 16 février 2005

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/09/141 DELIBERATION N 09/078 DU 1 ER DECEMBRE 2009 RELATIVE A LA COMMUNICATION DE DONNEES A CARACTERE PERSONNEL PAR

Plus en détail

La publication de brochures et guides par les Offices de Tourisme

La publication de brochures et guides par les Offices de Tourisme La publication de brochures et guides par les Offices de Tourisme L article L. 133-3 du Code du tourisme, dispose : «L'office de tourisme assure l'accueil et l'information des touristes ainsi que la promotion

Plus en détail

communications électroniques (CO-A-2015-064)

communications électroniques (CO-A-2015-064) 1/8 Avis 54/2015 du 16 décembre 2015 Objet : demande d'avis concernant l'avant-projet de loi modifiant la loi du 13 juin 2005 relative aux communications électroniques (CO-A-2015-064) La Commission de

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier l'article 29 ; Avis n 52/2015 du 16 décembre 2015

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier l'article 29 ; Avis n 52/2015 du 16 décembre 2015 1/5 Avis n 52/2015 du 16 décembre 2015 Objet: Demande d avis concernant un projet de loi visant à un échange électronique de données relatives aux emprunts hypothécaires et aux assurances-vie individuelles

Plus en détail

U IO EUROPÉE E. Bruxelles, le 6 février 2012 (OR. en) 2009/0035 (COD) PE-CO S 79/11 DRS 133 COMPET 624 ECOFI 896 CODEC 2464 OC 99

U IO EUROPÉE E. Bruxelles, le 6 février 2012 (OR. en) 2009/0035 (COD) PE-CO S 79/11 DRS 133 COMPET 624 ECOFI 896 CODEC 2464 OC 99 U IO EUROPÉE E LE PARLEME T EUROPÉE LE CO SEIL Bruxelles, le 6 février 2012 (OR. en) 2009/0035 (COD) PE-CO S 79/11 DRS 133 COMPET 624 ECOFI 896 CODEC 2464 OC 99 ACTES LÉGISLATIFS ET AUTRES I STRUME TS

Plus en détail

Directive 72/161/CEE du Conseil (17 avril 1972)

Directive 72/161/CEE du Conseil (17 avril 1972) Directive 72/161/CEE du Conseil (17 avril 1972) Légende: Malgré l'impopularité de certaines mesures du Plan Mansholt, le Conseil des ministres s'y rallie et adopte, le 17 avril 1972, une directive sur

Plus en détail

Lignes directrices relatives à la relation d affaires et au client occasionnel

Lignes directrices relatives à la relation d affaires et au client occasionnel Avril 2012 Lignes directrices relatives à la relation d affaires et au client occasionnel Document de nature explicative 1. Les lignes directrices élaborées par l Autorité de contrôle prudentiel (ACP)

Plus en détail

A V I S N 1.855 ----------------------- Séance du mardi 25 juin 2013 ----------------------------------------

A V I S N 1.855 ----------------------- Séance du mardi 25 juin 2013 ---------------------------------------- A V I S N 1.855 ----------------------- Séance du mardi 25 juin 2013 ---------------------------------------- Projet de loi modifiant le Chapitre 8 du Titre IV de la loi-programme (I) du 27 décembre 2006

Plus en détail

A V I S N 1.662 ------------------------ Séance du lundi 22 décembre 2008 -------------------------------------------------

A V I S N 1.662 ------------------------ Séance du lundi 22 décembre 2008 ------------------------------------------------- A V I S N 1.662 ------------------------ Séance du lundi 22 décembre 2008 ------------------------------------------------- Favoriser la mise à l emploi de travailleurs d origine étrangère x x x 2.329-1

Plus en détail

La vérité sur MSSanté

La vérité sur MSSanté La vérité sur MSSanté Suite aux nombreuses informations erronées diffusées dans les médias depuis vendredi soir, l ASIP Santé souhaite rappeler les principes et la vocation de l espace de confiance MSSanté.

Plus en détail

Vu la demande de la Société wallonne du crédit social reçue le 3 juillet 2014;

Vu la demande de la Société wallonne du crédit social reçue le 3 juillet 2014; 1/9 Comité sectoriel du Registre national Délibération RN n 77/2014 du 8 octobre 2014 Objet: Demande d accès aux données du Registre national et d utilisation du numéro d identification formulée par la

Plus en détail

Matinée rencontre entre opérateurs de formation/insertion et des employeurs du secteur de la santé et de l action sociale. 18 septembre 2008.

Matinée rencontre entre opérateurs de formation/insertion et des employeurs du secteur de la santé et de l action sociale. 18 septembre 2008. Matinée rencontre entre opérateurs de formation/insertion et des employeurs du secteur de la santé et de l action sociale. 18 septembre 2008. Dans le cadre des travaux de la Commission Consultative Sous-Régionale

Plus en détail

F Mobilité-véhicules A05 Bruxelles, le 14.09.2006 MH/BL/JP A V I S. sur

F Mobilité-véhicules A05 Bruxelles, le 14.09.2006 MH/BL/JP A V I S. sur F Mobilité-véhicules A05 Bruxelles, le 14.09.2006 MH/BL/JP A V I S sur UN PROJET D ARRETE ROYAL RELATIF A LA COMPETENCE PROFESSIONNELLE POUR L EXERCICE DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES INDEPENDANTES DANS

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier l'article 29 ; Avis n 38/2015 du 9 septembre 2015

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier l'article 29 ; Avis n 38/2015 du 9 septembre 2015 1/7 Avis n 38/2015 du 9 septembre 2015 Objet: Avis concernant le projet d arrêté royal modifiant l'arrêté royal du 16 juillet 1992 déterminant les informations mentionnées dans les registres de la population

Plus en détail

DÉLÉGATION POUR L UNION EUROPÉENNE COMPTE RENDU N 167. Réunion du mardi 4 avril 2006 à 16 heures 15. Présidence de M. Pierre Lequiller, Président

DÉLÉGATION POUR L UNION EUROPÉENNE COMPTE RENDU N 167. Réunion du mardi 4 avril 2006 à 16 heures 15. Présidence de M. Pierre Lequiller, Président DÉLÉGATION POUR L UNION EUROPÉENNE COMPTE RENDU N 167 Réunion du mardi 4 avril 2006 à 16 heures 15 Présidence de M. Pierre Lequiller, Président SOMMAIRE pages I. Examen du rapport d information de M. Robert

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale 1 Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/13/070 DÉLIBÉRATION N 13/023 DU 5 MARS 2013 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL À L'AGENCE

Plus en détail

A) Engagement du soumissionnaire. B) Agréation «Travaux publics»

A) Engagement du soumissionnaire. B) Agréation «Travaux publics» Engagement du soumissionnaire, agréation «Travaux publics», règles applicables à la sous-traitance, travailleurs indépendants, conditions de traitement des travailleurs, connaissance de la langue, modalités

Plus en détail

Doc. : Th-Franchise A 4 Bruxelles, le 16.3.2001 MH/RHdG/JP A V I S. concernant LES CONTRATS DE COLLABORATION COMMERCIALE (LA FRANCHISE) ***

Doc. : Th-Franchise A 4 Bruxelles, le 16.3.2001 MH/RHdG/JP A V I S. concernant LES CONTRATS DE COLLABORATION COMMERCIALE (LA FRANCHISE) *** Doc. : Th-Franchise A 4 Bruxelles, le 16.3.2001 MH/RHdG/JP A V I S concernant LES CONTRATS DE COLLABORATION COMMERCIALE (LA FRANCHISE) *** 2 Après avoir consulté la commission permanente «Politique générale

Plus en détail

Vu la demande de l' "Agentschap Ondernemen", reçue le 09/12/2014 ;

Vu la demande de l' Agentschap Ondernemen, reçue le 09/12/2014 ; 1/6 Comité sectoriel du Registre national Délibération RN n 04/2015 du 21 janvier 2015 Objet : demande formulée par l' "Agentschap Ondernemen" (Agence de l'entrepreneuriat) afin de pouvoir utiliser, en

Plus en détail

La présentation et la sélection des candidatures et des offres.

La présentation et la sélection des candidatures et des offres. La présentation et la sélection des candidatures et des offres. Les points essentiels à retenir : - Le principe est l ouverture de la consultation à tout candidat, dans la mesure où il présente les garanties

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé

Ministère des affaires sociales et de la santé Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau de l exercice, de la déontologie et du développement professionnel continu (RH2) Personne chargée

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION à l intention des commissions scolaires L inscription à l école québécoise pour les enfants en situation d immigration précaire

DOCUMENT D INFORMATION à l intention des commissions scolaires L inscription à l école québécoise pour les enfants en situation d immigration précaire DOCUMENT D INFORMATION à l intention des commissions scolaires L inscription à l école québécoise pour les enfants en situation d immigration précaire Éducation préscolaire, enseignement primaire et secondaire

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/10/143 DÉLIBÉRATION N 06/003 DU 17 JANVIER 2006, MODIFIÉE LE 7 MARS 2006, LE 3 JUILLET 2007, LE 15 JANVIER 2008, LE

Plus en détail

A V I S N 1.535 ----------------------- Séance du vendredi 18 novembre 2005 --------------------------------------------------

A V I S N 1.535 ----------------------- Séance du vendredi 18 novembre 2005 -------------------------------------------------- A V I S N 1.535 ----------------------- Séance du vendredi 18 novembre 2005 -------------------------------------------------- Aspects fiscaux de l'avant-projet de loi relative au Pacte de solidarité entre

Plus en détail

Avis de la Chambre des Métiers

Avis de la Chambre des Métiers CdM/21/05/2012 12-38 Amendements gouvernementaux au projet de règlement grand-ducal fixant les critères, la procédure d agrément aux fonctions de médiateur judiciaire et familial et le mode de rémunération

Plus en détail

OBJET : Avis d initiative relatif au traitement de données à caractère personnel réalisé par les sociétés privées d'intérim.

OBJET : Avis d initiative relatif au traitement de données à caractère personnel réalisé par les sociétés privées d'intérim. AVIS N 08 / 2002 du 11 février 2002. N. Réf. : 10 / A / 2001 / 051 / 003 OBJET : Avis d initiative relatif au traitement de données à caractère personnel réalisé par les sociétés privées d'intérim. La

Plus en détail

Problématique de l inscription des professions libérales dans la BCE. Note de politique générale

Problématique de l inscription des professions libérales dans la BCE. Note de politique générale Problématique de l inscription des professions libérales dans la BCE Note de politique générale le 7 juillet 2005 Eléments clés 1. Situation La loi du 16 janvier 2003 portant sur la création d une Banque-Carrefour

Plus en détail

RÈGLE RELATIVE À LA SCOLARISATION À DOMICILE (LIP article 15 alinea 4)

RÈGLE RELATIVE À LA SCOLARISATION À DOMICILE (LIP article 15 alinea 4) RÈGLE RÈGLE RELATIVE À LA SCOLARISATION À DOMICILE (LIP article 15 alinea 4) # 48-02-01 Adoption le 4 avril 2000 Amendement le Mise en vigueur le 1 er juillet 2000 Résolution # Autorisation Susan Tremblay

Plus en détail

ACCORD EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES HOMMES ET LES FEMMES CHEZ ROUTES ET CHANTIERS MODERNES

ACCORD EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES HOMMES ET LES FEMMES CHEZ ROUTES ET CHANTIERS MODERNES ACCORD EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES HOMMES ET LES FEMMES CHEZ ROUTES ET CHANTIERS MODERNES PREAMBULE L entreprise ROUTES ET CHANTIERS MODERNES employait au 31 décembre 2010, 74 salariés, dont 2 femmes.

Plus en détail

Politique linguistique

Politique linguistique SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Politique linguistique Adoption Instance/Autorité Date Résolution(s) Conseil d administration 25 octobre 2004 281-CA-4048 Modification(s)

Plus en détail

l'organisation d'un intégrateur de services fédéral (CO-A-2015-025) données à caractère personnel (ci-après la "LVP"), en particulier l'article 29 ;

l'organisation d'un intégrateur de services fédéral (CO-A-2015-025) données à caractère personnel (ci-après la LVP), en particulier l'article 29 ; 1/9 Avis n 20/2015 du 10 juin 2015 Objet : avis relatif au projet d'arrêté royal déterminant les critères sur la base desquels des données sont qualifiées d'authentiques en exécution de la loi du 15 août

Plus en détail

Journal officiel des Communautés européennes COMMISSION ADMINISTRATIVE DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES POUR LA SÉCURITÉ SOCIALE DES TRAVAILLEURS MIGRANTS

Journal officiel des Communautés européennes COMMISSION ADMINISTRATIVE DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES POUR LA SÉCURITÉ SOCIALE DES TRAVAILLEURS MIGRANTS L 329/73 COMMISSION ADMINISTRATIVE DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES POUR LA SÉCURITÉ SOCIALE DES TRAVAILLEURS MIGRANTS DÉCISION N o 181 du 13 décembre 2000 concernant l'interprétation des articles 14, paragraphe

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e INSTITUT DE FORMATION DE L ÉDUCATION NATIONALE

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e INSTITUT DE FORMATION DE L ÉDUCATION NATIONALE MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 3909 1623 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 166 110 28 22 août mai 2009 2015 S o m m a i r e INSTITUT DE

Plus en détail

Objectif de cette note d orientation :... 3 Références légales :... 3 Contexte... 4 Orientation : Ressource de type familial (RTF)...

Objectif de cette note d orientation :... 3 Références légales :... 3 Contexte... 4 Orientation : Ressource de type familial (RTF)... Numéro : 285C Statut de certains travailleurs à domicile, des ressources de type familial, des ressources intermédiaires et des responsables de service de garde en milieu familial 12 octobre 2011 Objectif

Plus en détail

TITRE VI : CONGÉS 25

TITRE VI : CONGÉS 25 TITRE VI : CONGÉS 25 TITRE VI : CONGÉS Article VI.1. - Les congés payés Les congés payés sont réglés conformément à la loi notamment pour ce qui concerne le fractionnement, prévu par l'article L.223-8

Plus en détail

Projet de règlement grand-ducal fixant les modalités pour accorder et retirer le droit de former un apprenti.

Projet de règlement grand-ducal fixant les modalités pour accorder et retirer le droit de former un apprenti. Projet de règlement grand-ducal fixant les modalités pour accorder et retirer le droit de former un apprenti. Base légale : Loi du 19 décembre 2008 portant réforme de la formation professionnelle Art.

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 04.04.2002 SEC(2002) 335 final 2000/0213 (COD) COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN conformément à l'article 251, paragraphe 2, deuxième

Plus en détail

Fiche tirée de sites officiels du ministère de l emploi et de service public www.mlbs.fr

Fiche tirée de sites officiels du ministère de l emploi et de service public www.mlbs.fr Thème 5 CONGES ABSENCES En tant que salarié, à quels congés aurai je droit? Vous avez droit à des congés payés dès lors que vous avez travaillé au moins un mois dans l entreprise. Un salarié capitalise

Plus en détail

Attributions en l'absence de comité d'entreprise

Attributions en l'absence de comité d'entreprise Attributions en l'absence de comité d'entreprise D'une manière générale, il est prévu que, en l'absence de comité d'entreprise, les délégués du personnel peuvent communiquer à leur employeur toutes les

Plus en détail

ACADÉMIE ROYALE DE MÉDECINE DE BELGIQUE

ACADÉMIE ROYALE DE MÉDECINE DE BELGIQUE ACADÉMIE ROYALE DE MÉDECINE DE BELGIQUE Établissement public fondé en 1841 Sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Recommandations de l Académie royale de Médecine de Belgique pour garantir une formation

Plus en détail

F DIV REG Banque-carrefour A07 Bruxelles, 31.05.2002 MH/FD/JP A V I S. concernant

F DIV REG Banque-carrefour A07 Bruxelles, 31.05.2002 MH/FD/JP A V I S. concernant F DIV REG Banque-carrefour A07 Bruxelles, 31.05.2002 MH/FD/JP A V I S concernant UN PROJET DE LOI PORTANT CREATION D UNE BANQUE-CARREFOUR DES ENTREPRISES, MODERNISATION DU REGISTRE DE COMMERCE ET CREATION

Plus en détail

Avis relatif à la proposition de loi modifiant la loi du 20 juillet 2001 visant à favoriser le développement de services et d emplois de proximité

Avis relatif à la proposition de loi modifiant la loi du 20 juillet 2001 visant à favoriser le développement de services et d emplois de proximité Bruxelles, le 03 janvier 2008, Avis 2008 / 01 Avis relatif à la proposition de loi modifiant la loi du 20 juillet 2001 visant à favoriser le développement de services et d emplois de proximité Lors de

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier l'article 29 ; Avis n 22/2015 du 17 juin 2015

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier l'article 29 ; Avis n 22/2015 du 17 juin 2015 1/7 Avis n 22/2015 du 17 juin 2015 Objet: Projet d'arrêté royal concernant la gestion du Registre central des testaments et du Registre central des contrats de cohabitation et de mariage (CO-A-2015-029)

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 38996 FRA Québec, le : 17 septembre 2015 Membre : Lise Simard, commissaire Commission de l équité salariale et Fondation SRA Partie mise en cause Résolution

Plus en détail

A.Gt 26-03-2009 M.B. 27-01-2010

A.Gt 26-03-2009 M.B. 27-01-2010 Arrêté du Gouvernement de la Communauté française portant approbation de l'avenant n 2 au contrat de gestion de l'office de la Naissance et de l'enfance 2008-2012 A.Gt 26-03-2009 M.B. 27-01-2010 Le Gouvernement

Plus en détail

LA MEDECINE DU TRAVAIL Conditions d accès. Médecine du travail et de prévention

LA MEDECINE DU TRAVAIL Conditions d accès. Médecine du travail et de prévention LA MEDECINE DU TRAVAIL Conditions d accès Médecine du travail et de prévention février 2006 1 Les trois voies d accès : Les conditions requises pour exercer la médecine du travail sont énumérées à l article

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après "la LVP"), en particulier les articles 31bis et 36bis ;

données à caractère personnel (ci-après la LVP), en particulier les articles 31bis et 36bis ; 1/9 Comité sectoriel pour l'autorité Fédérale Délibération AF n 14/2013 du 2 mai 2013 Objet : demande d'autorisation émanant du Fonds Commun de Garantie Automobile afin de pouvoir consulter certaines données

Plus en détail

Chambre des classes moyennes Avis d initiative relatif au transfert de compétences de l Etat fédéral aux régions en matière d accès à la profession

Chambre des classes moyennes Avis d initiative relatif au transfert de compétences de l Etat fédéral aux régions en matière d accès à la profession Chambre des classes moyennes Avis d initiative relatif au transfert de compétences de l Etat fédéral aux régions en matière d accès à la profession 2012 L avis a été approuvé lors de la session plénière

Plus en détail

Saisine : Ministre de la Justice (19 mai 2015) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE

Saisine : Ministre de la Justice (19 mai 2015) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE Luxembourg, le 30 juin 2015 Objet : Projet de loi n 6820 portant modification: 1) de la loi du 29 mars 2013 relative à l organisation du casier et aux échanges d informations extraites du casier judiciaire

Plus en détail

Vu la demande du Département de l Enseignement du Ministère de la Communauté flamande du 23 mai 2005;

Vu la demande du Département de l Enseignement du Ministère de la Communauté flamande du 23 mai 2005; CSSS/05/90 1 DÉLIBÉRATION N 05/031 DU 10 OCTOBRE 2005, MODIFIÉE LE 20 JUIN 2006, RELATIVE AU DÉPARTEMENT DE L ENSEIGNEMENT DU MINISTÈRE DE LA COMMUNAUTÉ FLAMANDE ACCÈS AUX REGISTRES BANQUE CARREFOUR GÉRÉS

Plus en détail

Dispositions relatives aux notaires au regard du registre du commerce et des sociétés

Dispositions relatives aux notaires au regard du registre du commerce et des sociétés Dispositions relatives aux notaires au regard du registre du commerce et des sociétés Décret n 67-868 du 2 octobre 1967 pris pour l'appli cation à la profession de notaire de la loi n 66-879 du 29 novembre

Plus en détail

Numéro du rôle : 3996. Arrêt n 46/2007 du 21 mars 2007 A R R E T

Numéro du rôle : 3996. Arrêt n 46/2007 du 21 mars 2007 A R R E T Numéro du rôle : 3996 Arrêt n 46/2007 du 21 mars 2007 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 14 de la loi du 16 janvier 2003 «portant création d une Banque-Carrefour des Entreprises,

Plus en détail

B. Le formalisme du contrat de sous-traitance

B. Le formalisme du contrat de sous-traitance LE REGIME JURIDIQUE DE LA SOUS-TRAITANCE EN ITALIE Textes de référence :! Loi n 192 du 18 juin 1998 sur la sous-traitance dans les activités de production (en annexe) Table des matières A. Notion juridique

Plus en détail

Avis n 30 du Conseil du livre sur le projet de création d une «Banque du livre» en Communauté française Wallonie- Bruxelles

Avis n 30 du Conseil du livre sur le projet de création d une «Banque du livre» en Communauté française Wallonie- Bruxelles Avis n 30 du Conseil du livre sur le projet de création d une «Banque du livre» en Communauté française Wallonie- Bruxelles - Février 2002 - L Argumentaire sur la situation du livre et la lecture en Communauté

Plus en détail

Politique linguistique d Investissement Québec

Politique linguistique d Investissement Québec Politique linguistique d Investissement Québec 1. Objet La présente politique comporte des règles qui devront être appliquées par tous les membres du personnel d Investissement Québec, quels que soient

Plus en détail

F Agent Immobilier A07 Bruxelles, le 1.06.2006 MH/BL/JP A V I S. sur

F Agent Immobilier A07 Bruxelles, le 1.06.2006 MH/BL/JP A V I S. sur F Agent Immobilier A07 Bruxelles, le 1.06.2006 MH/BL/JP A V I S sur UN PROJET D ARRÊTÉ ROYAL RELATIF AUX CONDITIONS DES AGENTS IMMOBILIERS DANS LES CONTRATS D INTERMÉDIAIRES *** 2 Par sa lettre du 5 avril

Plus en détail

A.Gt 21-06-1999 M.B. 06-08-1999

A.Gt 21-06-1999 M.B. 06-08-1999 Docu 23216 p.1 Arrêté du Gouvernement de la Communauté française relatif au remplacement de certains membres du personnel dans les services continus des Services du Gouvernement de la Communauté française

Plus en détail

SOUS LA LOUPE. 1. point de départ : La loi du 14 décembre 2000 relative au temps de travail. 2. L exception : la Loi sur le travail

SOUS LA LOUPE. 1. point de départ : La loi du 14 décembre 2000 relative au temps de travail. 2. L exception : la Loi sur le travail Alors qu est en discussion au niveau européen la modification de la Directive sur le temps de travail (2003/88/CE), nous revenons dans ce Trait d Union sur le régime actuellement en vigueur chez nous dans

Plus en détail

Code des usages pour la traduction d une œuvre théâtrale

Code des usages pour la traduction d une œuvre théâtrale Code des usages pour la traduction d une œuvre théâtrale Proposé par la Préambule La traduction se révèle être une activité essentielle pour la découverte et la diffusion d œuvres théâtrales étrangères,

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/15/014 DÉLIBÉRATION N 07/048 DU 4 SEPTEMBRE 2007, MODIFIÉE LE 2 FÉVRIER 2010 ET MODIFIÉE LE 3 FÉVRIER 2010, RELATIVE

Plus en détail

Le contrat de travail temporaire

Le contrat de travail temporaire Le contrat de travail temporaire Synthèse La conclusion d un contrat de travail temporaire n est possible que pour l exécution d une tâche précise et temporaire, dénommée mission, et seulement dans les

Plus en détail

L A.S.B.L. est donc définie par la négative, c'est-à-dire par l énumération des activités non autorisées dans son chef.

L A.S.B.L. est donc définie par la négative, c'est-à-dire par l énumération des activités non autorisées dans son chef. L ASSOCIATION SANS BUT LUCRATIF DÉFINITION DE L ASSOCIATION SANS BUT LUCRATIF L'A.S.B.L. EST UNE ASSOCIATION DOTÉE DE LA PERSONNALITÉ JURIDIQUE QUI NE SE LIVRE PAS À DES OPÉRATIONS INDUSTRIELLES OU COMMERCIALES

Plus en détail

MODALITES D INSCRIPTION AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE COMMISSAIRES AUX COMPTES

MODALITES D INSCRIPTION AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE COMMISSAIRES AUX COMPTES MODALITES D INSCRIPTION AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE COMMISSAIRES AUX COMPTES 2015 Rappel : 1. Les stagiaires inscrits avant le 1 er juillet 2013 ne sont pas concernés par les nouvelles conditions

Plus en détail

Association Nationale des guides COnférenciers

Association Nationale des guides COnférenciers Association Nationale des guides COnférenciers des Villes et pays d'art et d'histoire PROJET DE LOI POUR LA CROISSANCE ET L ACTIVITÉ Texte et commentaires PROJET DE LOI POUR LA CROISSANCE ET L ACTIVITÉ

Plus en détail

RECRUTER EN CDI EN CDD OU EN INTERIM?

RECRUTER EN CDI EN CDD OU EN INTERIM? RECRUTER EN CDI EN CDD OU EN INTERIM? Selon une étude du ministère du Travail, l'emploi temporaire a connu une progression foudroyante avec plus de 90% d'embauches en CDD et en intérim enregistrées en

Plus en détail

COMMERCE ELECTRONIQUE

COMMERCE ELECTRONIQUE COMMERCE ELECTRONIQUE 17/11/2011 Le commerce électronique est en pleine expansion, il s inscrit maintenant dans un cadre juridique précis. Le Code civil, le Code de la consommation et la loi pour la confiance

Plus en détail

Obtenir l agrément ONE pour organiser une plaine de vacances dans ma commune Vinciane Charlier, responsable du service centres de vacances de l One

Obtenir l agrément ONE pour organiser une plaine de vacances dans ma commune Vinciane Charlier, responsable du service centres de vacances de l One Obtenir l agrément ONE pour organiser une plaine de vacances dans ma commune Vinciane Charlier, responsable du service centres de vacances de l One Bien souvent, les parents recherchent des initiatives

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/08/050 AVIS N 08/04 DU 4 MARS 2008 RELATIF À LA COMMUNICATION DE DONNÉES ANONYMES AU FOREM ET A LA PLATE-FORME DE

Plus en détail

fonctionnement de certains comités sectoriels institués au sein de la Commission de la protection de la vie privée ;

fonctionnement de certains comités sectoriels institués au sein de la Commission de la protection de la vie privée ; 1/10 Comité sectoriel du Registre national Délibération RN n 18/2010 du 16 juin 2010 Objet : demande formulée par le SPF Mobilité et Transports afin d'obtenir l'accès aux informations du Registre national

Plus en détail

Parution du décret relatif au bail commercial

Parution du décret relatif au bail commercial Parution du décret relatif au bail commercial Les dispositions applicables aux baux commerciaux en cours : - Le congé donné par lettre recommandée avec demande d'avis de réception : Depuis la loi Pinel,

Plus en détail

Loi sur les services financiers et Loi sur les établissements financiers : quels changements pour les gérants de fortune indépendants?

Loi sur les services financiers et Loi sur les établissements financiers : quels changements pour les gérants de fortune indépendants? Nous maîtrisons les terrains les plus divers Août 2014 Loi sur les services financiers et Loi sur les établissements financiers : quels changements pour les gérants de fortune indépendants? La présente

Plus en détail

- - 39 TABLEAU COMPARATIF. Textes des propositions de loi. Proposition de loi n 391 (1996-1997) relative à l obligation de scolarité.

- - 39 TABLEAU COMPARATIF. Textes des propositions de loi. Proposition de loi n 391 (1996-1997) relative à l obligation de scolarité. - - 39 TABLEAU COMPARATIF Proposition de loi n 391 (1996-1997) relative à l obligation de scolarité Proposition de loi tendant à renforcer le contrôle de l obligation scolaire Ordonnance n 59-45 du 6 janvier

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2002-168

LETTRE CIRCULAIRE N 2002-168 PARIS, le 22/07/2002 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2002-168 OBJET : Application de l'accord du 21 juin 1999 conclu entre l'union européenne et

Plus en détail

conseil national du travail

conseil national du travail conseil national du travail A V I S N 1.363 ------------------------ Séance du mardi 17 juillet 2001 ---------------------------------------- Projet d'arrêté royal relatif aux aspects de l'aménagement

Plus en détail

Les outils de gestion des difficultés : Le licenciement collectif pour motif économique

Les outils de gestion des difficultés : Le licenciement collectif pour motif économique Les outils de gestion des difficultés : Le licenciement collectif pour motif économique 1) Définition du licenciement pour motif économique Prévu par l article L1233-3 du Code du travail, le licenciement

Plus en détail

Opérations de crédit-bail des communes

Opérations de crédit-bail des communes Opérations de crédit-bail des communes PROBLEME Les collectivités locales sont, de longue date, des acteurs de l'économie, la décentralisation n'ayant fait que confirmer ce rôle. Les communes sont incitées

Plus en détail

SERVICE NATIONAL DE LA JEUNESSE

SERVICE NATIONAL DE LA JEUNESSE SERVICE NATIONAL DE LA JEUNESSE 1 SERVICE NATIONAL DE LA JEUNESSE Sommaire Loi du 4 juillet 2008 sur la jeunesse (telle qu elle a été modifiée)... 3 SERVICE NATIONAL DE LA JEUNESSE 3 Loi du 4 juillet

Plus en détail

Dispositions relatives aux administrateurs et mandataires judiciaires au regard du registre du commerce et des sociétés.

Dispositions relatives aux administrateurs et mandataires judiciaires au regard du registre du commerce et des sociétés. Dispositions relatives aux administrateurs et mandataires judiciaires au regard du registre du commerce et des sociétés Code de commerce Partie législative Livre VIII : De quelques professions réglementées

Plus en détail

ENTREPRENDRE EN FAMILLE

ENTREPRENDRE EN FAMILLE ENTREPRENDRE EN FAMILLE Lorsqu une personne décide de créer ou de reprendre une entreprise, le futur chef d entreprise est confronté au financement de son projet, mais aussi, à la protection de ses biens

Plus en détail

Dossier : PV 06 20 23 Date : Le 23 mars 2012 Membre : M e Christiane Constant. Plaignant et 151442 CANADA INC. (Club Vidéo Beaubien) Entreprise

Dossier : PV 06 20 23 Date : Le 23 mars 2012 Membre : M e Christiane Constant. Plaignant et 151442 CANADA INC. (Club Vidéo Beaubien) Entreprise Dossier : PV 06 20 23 Date : Le 23 mars 2012 Membre : M e Christiane Constant Plaignant et 151442 CANADA INC. (Club Vidéo Beaubien) Entreprise DÉCISION OBJET ORDONNANCE de la Commission émise en vertu

Plus en détail

Règles d entreprise visant à légitimer un transfert de données à caractère personnel vers des pays non membres de la communauté européenne.

Règles d entreprise visant à légitimer un transfert de données à caractère personnel vers des pays non membres de la communauté européenne. ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Av. de la porte de Hal, 5-8, B-1060 Bruxelles Tél.: +32(0)2/542.72.00 Email : commission@privacy.fgov.be Fax.: +32(0)2/542.72.12 http://www.privacy.fgov.be/

Plus en détail

LE TÉLÉTRAVAIL FACE AU DROIT. Christine Baudoin Avocat au Barreau de Paris Associée du cabinet Lmt Avocats Spécialiste en droit social

LE TÉLÉTRAVAIL FACE AU DROIT. Christine Baudoin Avocat au Barreau de Paris Associée du cabinet Lmt Avocats Spécialiste en droit social LE TÉLÉTRAVAIL FACE AU DROIT Christine Baudoin Avocat au Barreau de Paris Associée du cabinet Lmt Avocats Spécialiste en droit social 1 PLAN INTRODUCTION L ETAT ACTUEL DU DROIT 1. DÉFINITION DU TÉLÉTRAVAIL

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/08/175 DELIBERATION N 08/060 DU 4 NOVEMBRE 2008 RELATIVE A LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR LA

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après la "LVP"), en particulier les articles 31bis et 36bis ;

données à caractère personnel (ci-après la LVP), en particulier les articles 31bis et 36bis ; 1/9 Comité sectoriel pour l'autorité Fédérale Délibération AF n 23/2015 du 9 juillet 2015 Objet : demande d'autorisation formulée par l'université de Gand, Faculté de Médecine vétérinaire, afin de pouvoir

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/13/139 DÉLIBÉRATION N 13/063 DU 4 JUIN 2013 RELATIVE À L'ÉCHANGE DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL ENTRE LES ASSOCIATIONS

Plus en détail

Conditions Générales de Commercialisation

Conditions Générales de Commercialisation Conditions Générales de Commercialisation L'accès à l offre «Vente Flash Volkswagen», sur le site www.vente-du-diable.com implique sans réserve l'acceptation des dispositions suivantes : 1. Définition

Plus en détail

Dans le cadre du décret Education Permanente. La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE N 9. (8.332 signes)

Dans le cadre du décret Education Permanente. La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE N 9. (8.332 signes) Dans le cadre du décret Education Permanente La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE N 9 (8.332 signes) Volontariat et handicap Quelles sont les adaptations à apporter pour permettre

Plus en détail

ARRÊTÉ N A-2014-01 DU CONSEIL GÉNÉRAL DU 16 JANVIER 2014. relatif au code de déontologie du personnel de la Banque de France

ARRÊTÉ N A-2014-01 DU CONSEIL GÉNÉRAL DU 16 JANVIER 2014. relatif au code de déontologie du personnel de la Banque de France Date de publication : 25 mars 2014 ARRÊTÉ N A-2014-01 DU CONSEIL GÉNÉRAL DU 16 JANVIER 2014 relatif au code de déontologie du personnel de la Banque de France LE CONSEIL GÉNÉRAL DE LA BANQUE DE FRANCE,

Plus en détail

L Organisation de visites guidées et de manifestations

L Organisation de visites guidées et de manifestations L Organisation de visites guidées et de manifestations I. Les visites guidées Musées et monuments historiques L article L221-1 du Code du tourisme prévoit que : «Pour la conduite de visites commentées

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/08/173 DELIBERATION N 08/058 DU 7 OCTOBRE 2008 RELATIVE A LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR LA

Plus en détail

Agrément des experts en prévoyance professionnelle

Agrément des experts en prévoyance professionnelle français Commission de haute surveillance de la prévoyance professionnelle CHS PP Directives de la Commission de haute surveillance de la prévoyance professionnelle (CHS PP) D 01/2012 Agrément des experts

Plus en détail

Le département de l Enseignement a également été autorisé à utiliser le numéro d identification du Registre national pour les mêmes finalités.

Le département de l Enseignement a également été autorisé à utiliser le numéro d identification du Registre national pour les mêmes finalités. CSSS/05/90 1 DELIBERATION N 05/031 DU 10 OCTOBRE 2005 RELATIVE AU DEPARTEMENT DE L ENSEIGNEMENT DU MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FLAMANDE ACCES AUX REGISTRES BANQUE CARREFOUR GERES PAR LA BANQUE CARREFOUR

Plus en détail

Conseil supérieur du logement

Conseil supérieur du logement Conseil supérieur du logement Avis n 012 du 27 juin 2008 du Conseil supérieur du logement portant sur l avant-projet de décret relatif à l Egalité de traitement. En date du 20 juin 2008, le Ministre du

Plus en détail

Règlement médical de l UFOLEP. REGLEMENT MEDICAL DE L UFOLEP Annexé au règlement intérieur de l Ufolep

Règlement médical de l UFOLEP. REGLEMENT MEDICAL DE L UFOLEP Annexé au règlement intérieur de l Ufolep Règlement médical de l UFOLEP REGLEMENT MEDICAL DE L UFOLEP Annexé au règlement intérieur de l Ufolep Adopté par le comité directeur national de l Ufolep le 11 avril 2008 1 PREAMBULE L article L. 231-5

Plus en détail

L agent commercial en Allemagne

L agent commercial en Allemagne 1 L agent commercial en Allemagne Introduction Le statut juridique de l agent commercial («Handelsvertreter») est défini dans le Code de commerce allemand («Handelsgesetzbuch»- HGB) aux Articles 84 à 92c.

Plus en détail

ADOPTE TITRE I - DISPOSITIONS GENERALES. CHAPITRE I - Champ d'application

ADOPTE TITRE I - DISPOSITIONS GENERALES. CHAPITRE I - Champ d'application DÉLIBÉRATION N 99-71 APF du 11 mai 1999 portant réglementation et contrôle des centres de vacances ou de placement de vacances avec hébergement modifiée par la délibération n 2001-30 APF du 15 février

Plus en détail

Fiche n 2 : Exception : les dérogations (pages 3 à 5)

Fiche n 2 : Exception : les dérogations (pages 3 à 5) Fiche n 1 : les principes (page 2) Fiche n 2 : Exception : les dérogations (pages 3 à 5) Fiche n 3 : Rémunération (page 6) Fiche n 4 : Sanctions (page 7) 1. QUI EST CONCERNE? a) Les salariés Tous les salariés

Plus en détail

Gouvernement inter-francophone

Gouvernement inter-francophone Gouvernement inter-francophone Volet 2 du Plan Cigogne III : 7.300 nouvelles places d accueil pour la petite enfance à Bruxelles et en Wallonie durant la législature 1. Introduction Le 26 février 2015

Plus en détail