L eau pour l électricité

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L eau pour l électricité"

Transcription

1 À l instar du néologisme américain Watergy, qui met en exergue les liens intrinsèques entre la production d énergie et l eau, et par réciprocité ceux qui lient la production d eau et l énergie, l Eaunergie consiste en une nouvelle approche de la problématique d approvisionnement de ces produits dans un contexte de plus en plus contraint par le réchauffement climatique, l explosion démographique et la croissance mondiale. La production d électricité, pour sa part, n échappe pas à la règle et la consommation d un kwh électrique doit maintenant être pour tous associée à celle d une certaine quantité d eau. L énergie est liée à l eau de deux manières : d une part il faut de l énergie pour produire, traiter et distribuer l eau, et d autre part, la production d énergie ne peut se faire sans en utiliser ou en produire (voir fiche "L eau dans la production de carburants"). Cependant, les situations peuvent être très différentes selon les pays : si la part des prélèvements en eau pour la production d énergie est de 50 % en France, elle est de 3 % en Inde. Ce pays utilise par ailleurs 31 % de sa consommation d électricité pour produire de l eau, alors que ce chiffre n est que de 3,4 % en France 1. L électricité devient une forme d énergie de plus en plus essentielle dans la croissance économique mondiale et l importance de l eau est différente selon les filières de production considérées. Si l impact des prélèvements sur la ressource en eau par des procédés tels que l hydroélectricité ou la géothermie est incontestable, le fonctionnement des centrales thermiques à flamme ou nucléaires nécessite également d utiliser de l eau ; dans une moindre mesure, même le solaire ou l éolien ont des besoins en eau. Dans le cas de la production d électricité, la mesure de la quantité d eau utilisée doit se faire sur l ensemble de la filière énergétique considérée. Outre l eau utilisée par le fonctionnement d une centrale thermique qui est le poste le plus consommateur un véritable bilan eau doit prendre en compte les consommations liées à la fabrication des matériaux de construction, celles nécessaires à la construction de la centrale, à son démantèlement et à l extraction des matières premières (charbon, pétrole, gaz, uranium) qui lui servent de combustibles. (1) Goosens et Bonnet , Cai et al Origine de l électricité Mis à part le solaire photovoltaïque et l éolien, le principe général de production repose sur la transformation d une source d énergie primaire en électricité via un couple turbine-alternateur. Cette énergie peut provenir de différentes sources (figure 1) : l eau "naturelle" par effet de gravitation ou de courant (centrales hydroélectriques, marémotrices), la vapeur (chaudières à charbon, biomasse, fioul, incinération d ordures, usines géothermiques, centrales nucléaires, centrales solaires thermodynamiques), la combustion de gaz (gaz fossiles, biogaz ou gaz de synthèse). Fig. 1 - Production globale d électricité par source et par scénario 50 Autre* 45 Solaire 40 Éolien Biomasse et 35 déchet + CSC Biomasse 30 et déchet Hydraulique 25 Nucléaire 20 Gaz naturel + CSC 15 Gaz naturel Pétrole 10 Charbon + 5 CSC Charbon Base 2030 Base 2050 Blue Map 2050 *Autre correspond à la génération d'électricité à partir de la géothermie et des énergies marines Source : AIE, Energy Technology Perspectives 2010 PWh

2 Quel est enjeu sur l eau de toutes ces solutions technologiques? Utilisation de l eau pour produire de l électricité L hydroélectricité et la géothermie : deux utilisations spécifiques de l eau L hydroélectricité L hydroélectricité constitue un apport énergétique lié à la ressource en eau, utilisée dans le monde entier grâce à la construction de barrages. Il existe plus de installations hydrauliques en France, depuis des centrales dites "au fil de l eau" alimentées par des chutes de moins de 30 m de dénivelé, jusqu aux centrales de "hautes chutes" alimentées par des dénivelés de plus de 200 m. Le principe est simple : la puissance d une chute d eau canalisée est utilisée pour faire tourner des turbines couplées à des alternateurs. Cette puissance dépend de l énergie potentielle de l eau et de son débit. Du point de vue des énergies renouvelables, l hydroélectricité est de loin la première source renouvelable d électricité (figure 2) dans le monde. Fig. 2 - Sources renouvelables d électricité Total renouvelables : TWh Hydraulique 86,8 % Source : AIE 2010 Autre 13,2 % Ordure ménagère Biomasse solide Biogaz Biomasse liquide Géothermie Photovoltaïque Solaire thermique Énergie marine Éolien En 2007, la part de l hydroélectricité dans le bilan électrique mondial approchait 16 %, mais ne représente que 2,15 % de la production mondiale d énergie. Sur les quelques TWh produits cette année là, plus de l avaient été par l hydroélectricité. Du point de vue de la ressource en eau, ces centrales restituent au milieu l intégralité de l eau nécessaire à l alimentation des turbines. Une partie de cette eau est même parfois remontée dans le réservoir par des pompes électriques lorsque la demande en électricité est inférieure à la production du barrage. Cela permet de stocker cette énergie électrique produite, et non utilisée, sous forme d énergie potentielle avec un bon rendement, de l ordre de 90 %. Cependant, le système des barrages hydrauliques n en reste pas moins aussi consommateur d eau en amont des turbines. En effet, une partie importante de l eau stockée dans le réservoir disparait du cycle local de l eau par évaporation. Selon les endroits, cette évaporation peut atteindre 6 à 8 fois la consommation d une centrale nucléaire à cycle fermé. La géothermie La géothermie consiste à utiliser en surface la chaleur produite naturellement par le sous-sol. En effet, la température s accroît en moyenne de 3 C par centaine de mètres d enfouissement : on parle de gradient géothermique. Cette source d énergie souterraine chauffe soit l eau présente dans les roches à des profondeurs de l ordre du kilomètre, soit celle qu on y injecte à partir de la surface. L eau produite est la plupart du temps utilisée comme source de chaleur de basse (environ 70 C dans le cas de géothermie dédiée au chauffage urbain) ou très basse température (environ 10 C proche de la surface du sol) dans le cas d utilisation de pompes à chaleur domestiques, sans produire de l électricité. Dans les cas particuliers où la température de la roche est élevée, au-delà de 150 C dans les milieux volcaniques (cas d "hyperthermie" ou géothermie haute énergie dite EGS (Enhanced Geothermal System) à Bouillante en Guadeloupe où la température passe de 20 C en surface à 250 C à 500 m de profondeur) ou dans les soussols dotés d un gradient thermique particulièrement important (72 C/km dans le cas de "semi-thermie" en Alsace), on peut alors utiliser l eau en surface sous forme de vapeur pour alimenter des turbines et produire de l électricité. Cette vapeur est ensuite condensée par les systèmes de refroidissement utilisant eux-même une source d eau froide et l eau condensée est alors réinjectée dans le sous-sol. L utilisation de l eau dépend des caractéristiques de la ressource ainsi que des technologies de production d électricité et de refroidissement. Dans l exemple cidessous (figure 3), les données de consommation pour les États-Unis ne tiennent pas compte des injections éventuelles d eau dans le système, qui pour l instant ne sont pas encore bien évaluées dans le cas de l EGS. Cette consommation varie de zéro (refroidissement par air) à quelques m 3 /MWh pour un procédé de refroidissement par eau (6,5 m 3 /MWh dans le cas d une centrale d 1 MW dans le Nevada). Des systèmes de refroidissement hybrides ont des consommations intermédiaires de l ordre de 500 l/mwh (450 l/mwh centrale de Puna, Hawaï).

3 Fig. 3 - Utilisation de l eau dans les systèmes de refroidissement Consommation en eau dans les systèmes de refroidissement Refroidissement en circuit ouvert Refroidissement en circuit fermé Refroidissement atmosphérique Prélèvement gal/mwhe Consommation gal/mwhe Min. Max. Min. Max Source Hagedoorn 2006, Dennen et al Dennen et al Kagel et al Source : DOE, Argonne National Laboratory, Corrie Clark, Ph.D Environmental Science Division, Water Use and Large-Scale Geothermal Energy Production. Présentation au Water/Energy Sustainability Symposium at the GWPC Annual Forum 2009 Utilisation de l eau pour la génération d électricité thermique Pour fabriquer la vapeur, de l eau déminéralisée et dégazée est envoyée vers la chaudière de la centrale thermique. La chaudière transfère à l eau la chaleur dégagée par la combustion, qui se transforme ainsi en vapeur surchauffée et sous pression. On peut atteindre actuellement des valeurs supercritiques de vapeur d eau de plus de 250 bar et 600 C. La vapeur traverse ensuite le rotor de la turbine qu elle met en rotation et par la suite l alternateur auquel il est couplé. La turbine peut fonctionner en évacuant la vapeur en sortie vers l atmosphère, ce qui induit alors une perte énergétique importante. C est pourquoi, à l échappement est généralement installé un dispositif de récupération de calories. Ce dispositif peut être une installation industrielle utilisant de la vapeur pour ses procédés ou bien un condenseur de vapeur. Le condenseur permet de récupérer la vapeur sous forme liquide pour la renvoyer vers le générateur de vapeur, au sein d un circuit fermé. La vapeur en sortie de turbine est refroidie dans le condenseur par la circulation d eau froide dans un circuit secondaire (eau de mer, eau de rivière, air). Ce principe de fonctionnement est le même pour toutes les centrales thermiques avec turbines à vapeur, quel que soit le combustible, fioul, gaz, incinération, biomasse, etc. Les centrales ont donc aussi besoin d une source froide pour condenser la vapeur à la sortie des turbines avant son retour vers la chaudière. L eau de refroidissement est soit simplement captée dans une rivière en amont de la centrale ou dans la mer, puis renvoyée réchauffée de quelques degrés Celsius dans le milieu naturel, ou bien stockée dans un circuit de refroidissement où elle est partiellement évaporée lors de son passage dans des tours aéro-réfrigérantes. Cette source froide peut être aussi l air extérieur, mais avec dans ce cas une baisse de rendement de 10 à 20 % de la centrale, surtout dans les pays chauds. Dans une centrale thermoélectrique, l eau va de fait être répartie dans deux circuits indépendants (trois avec l enceinte de confinement dans le cas des centrales nucléaires) : le circuit générateur de vapeur qui est fermé et ne consomme que ce qui est nécessaire à sa maintenance, à l instar d un circuit de chauffage central domestique, le circuit de refroidissement de la vapeur qui y est condensée après son passage dans la turbine avant d être renvoyée dans la chaudière. Ce second circuit sera soit ouvert sur l extérieur (refroidissement par de l eau de rivière ou de mer), soit fermé avec une dissipation de l énergie par réchauffement de l air atmosphérique (20 à 25 %) et par évaporation (75 à 80 % de l énergie restante) dans les tours de refroidissement (figures 4 et 5). Dans ces circuits (surtout le premier) sont ajoutés à l eau des produits anticorrosifs, biocides, antidépôts, etc., qui permettent d accroître la durabilité des équipements, mais qui nécessitent le traitement des eaux de purge. De plus, l eau qui entre dans la centrale électrique doit avoir un niveau de pureté qui dépend du circuit dans lequel elle est utilisée. Celle qui en sort doit aussi disposer des qualités compatibles avec le respect de la réglementation environnementale et/ou des conventions passées avec les stations d épuration locales. L enjeu consiste donc à réduire les besoins en eau dans les procédés, afin d en limiter le traitement. Les besoins en eau des centrales thermiques nucléaires comprennent le refroidissement des circuits auxiliaires nucléaires et industriels, soit 1,5 à 2 m 3 /s, ainsi que les eaux destinées aux conditionnements et à la compensation des purges, soit à m 3 /an. Actuellement, les industriels s attachent à améliorer, outre l efficacité énergétique, la sobriété en eau et en matières premières des procédés et à optimiser le recyclage et le traitement de ces eaux. Les besoins en eau des centrales électriques Il est important de faire la distinction entre l utilisation de l eau et sa consommation. L eau consommée n est pas restituée dans le milieu car elle disparaît principalement par évaporation lors du refroidissement de la centrale. La figure 6 montre le très faible pourcentage d eau consommée par rapport à l eau utilisée dans la filière thermoélectrique.

4 Fig. 4 - Centrale thermique à flamme à circuit de refroidissement ouvert Source : B. Brolis Fig. 5 - Centrale nucléaire à circuit de refroidissement fermé Source : EDF Cheminée Arrivée d air Arrivée de combustible Chaudière Brûleur Turbine Les circuits d eau d une centrale thermique Alternateur Circuit de refroidissement Bâtiment réacteur Salle des machines Réfrigérant atmosphérique Pressuriseur Grappes de commande Cœur du réacteur Cuve primaire Générateur de vapeur Circuit primaire Circuit secondaire Fumées Air Combustibles Eau Vapeur d eau Réservoir d eau froide Fig. 6 - Comparaison des prélèvements et consommation nette pour différents usages de l eau aux États-Unis Prélèvement (Ggal/j) 132 Énergie Énergie calorifique mécanique 9,6 Commercial Thermo électrique Minier 2, Industriel 7 3 Turbine Circuit tertiaire 26 Élevage 25,5 5,5 Énergie électrique Alternateur de circulation Vapeur d eau Fleuve Purge Appoint Prélèvement et consommation Une distinction importante Domestique 107 Agriculture 134 Consommation d eau (Ggal/j) valeur est plus basse pour les autres centrales thermiques qui ont un rendement plus élevé). Pour évacuer cette puissance thermique, il faut : disposer d eau en quantité suffisante : 40 à 57 m 3 /s ou 2 m 3 /s en fonction du type de circuit de refroidissement, ouvert ou fermé, viser la température et la pression les plus basses au condenseur pour un rendement maximum (passer d environ 500 C/170 bar en sortie de chaudière, à moins de 300 C/10 bar en sortie de turbine), limiter les impacts thermiques sur le milieu naturel. Caractéristiques des circuits primaires et secondaires circuits fermés avec eau déminéralisée à ph contrôlé, volume d eau respectif de 200 et m 3, purges et fuites éventuelles collectées et traitées avant rejet, prélèvement d eau de l ordre de m 3 /an. Caractéristiques des circuits tertiaires ou circuits de refroidissement de toutes les centrales thermiques volume d eau de 25 à m 3, débit de circulation : 40 à 50 m 3 /s (par exemple le débit annuel moyen de la Seine à l entrée de Paris est de 300 à 360 m 3 /s selon les années), prélèvement d eau : 40 à 57 m 3 /s en circuit ouvert (1 000 Mm 3 /an) (figure 4), 2 m 3 /s en circuit fermé avec aéro-réfrigérant (50 Mm 3 /an) (figure 5). Les centrales thermoélectriques à circuits de refroidissement ouverts sont donc d importantes utilisatrices d eau, mais elles ne consomment qu environ 5 % de l eau prélevée dans le milieu. Leur impact sur le stress hydrique d une région sera donc faible, alors que l impact d une sécheresse pourra a contrario s avérer très important sur la centrale, au point parfois de devoir en limiter sa production (exemple de la canicule de 2003 en France). Évolutions attendues Source : USGS, Estimated Use of Water in the United States in 2000 Le circuit de refroidissement doit donc évacuer la part d énergie thermique non transformée en énergie mécanique, qui est de l ordre de MWth pour une centrale nucléaire d une puissance de 900 MWe (cette Évolution du potentiel électrique mondial La croissance démographique mondiale et le développement économique poussent les nations à augmenter leur capacité électrique, principalement dans les pays émergents. Ces capacités sont aujourd hui focalisées sur trois

5 ressources (figure 7) : le charbon, l hydraulique et dans une moindre mesure le gaz. Dans tous les cas, ces projets impacteront de plus en plus la ressource en eau, a fortiori dans les zones à stress hydrique croissant. Fig. 7 - Les projets de construction de nouvelles centrales électriques dans le monde par ressource énergétiques GW Note : Inclus les centrales électriques en construction en 2007 Source : Platt's World Electric Power Plants Database, janvier 2008 Total = 613 GW Non OCDE OCDE Charbon Gaz Pétrole Nucléaire Hydraulique Éolien Autres renouvelables La réglementation Dans un cadre mondial, il est nécessaire de disposer d outils institutionnels et législatifs et de redéfinir la place des AELE (Activités économiques liées à l eau) dans cette dynamique. Il en est ainsi au niveau européen avec les directives 2000/60/CE du Parlement européen et du Conseil du 23 octobre 2000, établissant un cadre pour une politique communautaire dans le domaine de l eau, et 2006/118/CE du 12 décembre 2006, sur la protection des eaux souterraines contre la pollution et leur détérioration. Ces lois européennes sont transposées et complétées en France par les lois sur l eau de 1976, du 10 février 2000, et plus récemment par la loi de programme de 2005 (loi POPE), le plan Climat et les lois Grenelle I et II, qui assurent un nouveau modèle de développement durable respectant l environnement, qui se combine avec une diminution des consommations en énergie, en eau et autres ressources naturelles. Les axes de recherche et de développement De leur côté, les industriels de l électricité travaillent sur les technologies du futur et à l amélioration des technologies actuelles dans le but de minimiser l utilisation de l eau. Il s agit de minimiser en priorité la quantité d eau consommée par les procédés de refroidissement en optimisant les performances et diminuant les coûts. De nombreux thèmes de recherche sont en cours d investigation à ce sujet en Europe et aux États-Unis, parmi lesquels : développer les procédés de refroidissement secs (ventilateurs), améliorer l efficacité des tours aéro-réfrigérantes, utiliser des sources d eau non conventionnelles mines, eaux de production des exploitations des différents types d hydrocarbures (gaz, huile, gaz de charbon, gaz de schistes, etc.), eau produite par les stockages de CO 2, etc., utiliser l eau d aquifères salins, utiliser les eaux usées municipales, utiliser les eaux usées industrielles, développer de nouvelles technologies de traitement de l eau, développer de nouveaux condenseurs à membranes, optimiser les centrales électriques, développer les systèmes de récupération d eau dans les fumées de combustion, développer les logiciels de modélisation des procédés et des systèmes. Le cas de la France En France, la production d énergie électrique (essentiellement d origine nucléaire) est de loin le secteur qui prélève les plus grandes quantités d eau. En 2007, 59 % des volumes prélevés ont servi à refroidir les centrales de production d électricité, le reste étant réparti entre les besoins en eau potable (18 %), l irrigation des cultures (15 %), et l industrie (9 %). Mais, d après l Institut français de l environnement, les taux de consommation moyens (ratio entre volume non restitué et volume prélevé) sont de 0,7 % pour l électricité, 24 % pour l eau potable, 100 % pour l irrigation, et 7 % pour l industrie. La somme globale des prélèvements en eau représente en France 24 % de la ressource annuelle disponible : 40 Gm 3, sur les 170 Gm 3 disponibles. Sur ce total, les consommations nettes (volumes d eau non restitués immédiatement dans le milieu ou évaporés) s élèvent à 6 Gm 3, le reste (34 Gm 3 ) étant restitué au milieu naturel. De ces 6 Gm 3 d eau de consommations nettes, 8 % environ sont consommés par la production d électricité, soit 500 Mm 3. Depuis le début des années 90, les prélèvements d eau ont diminué avec le passage d un grand nombre de centrales d un circuit "ouvert" à un circuit "fermé", en contrepartie d un accroissement de la consommation. Sur les 19 centrales nucléaires que compte la France, 4 sont en bord de mer (Manche et mer du Nord) et 15 en bord de fleuve ou de rivière. Ces sites en activité ont des

6 besoins en eau liés aux procédés de refroidissement en circuit fermé avec utilisation d aéro-réfrigérants, ou en circuit ouvert (figure 8). Fig. 8 - Utilisation et consommation de l industrie électrique nucléaire en bord de rivière en France Centrale nucléaire Source : EDF, Direction des projets nouveaux Fig. 9 - Moyenne des besoins en eau du parc français de centrales électriques Source : EDF, Direction des projets nouveaux Eau prélevée (l/kwh) Eau évaporée (l/kwh) Circuit ouvert Circuit fermé 6 2 Eau prélevée par les centrales nucléaires en bord de rivière Eau prélevée en rivière Eau prélevée par les aéro-réfrigérants Électricité produite Eau prélevée/électricité produite Eau évaporée/électricité produite Les besoins quantitatifs en eau Quelques données 2005 pour le parc EDF (thermique à flamme et nucléaire) Eau prélevée Électricité produite Eau prélevée/électricité produite 16,5 milliards de m3 0,5 milliards de m3 294 milliards de kwh 56 l/kwh 1,7 l/kwh 42 milliards de m milliards de kwh 94 l/kwh En ce qui concerne les centrales thermiques à flamme, les consommations sont du même ordre de grandeur. Cependant, si la très grande majorité de l eau prélevée (figure 9) pour le fonctionnement des centrales électriques est restituée dans le milieu naturel, elle peut le perturber par sa température plus élevée. En effet, les rejets d eau des centrales thermiques dans le milieu naturel sont plus chauds que sur le lieu de leur captage. Le réchauffement d un cours d eau utilisé par une centrale électrique en circuit ouvert est limité au cas par cas en France par arrêté préfectoral, à une dizaine de degrés. C est en été où les débits des cours d eau peuvent être limités et variables et où les températures ambiantes sont élevées, que la gestion de ces contraintes thermiques impose parfois des réductions de puissance, ou nécessite des dérogations exceptionnelles de dépassement des maxima légaux, de 1 à 3 C, entre l amont et l aval de la centrale. Dans le cas de Gravelines par exemple, où la source froide est la mer, l eau prélevée à moins de 20 C à l entrée de la centrale, atteint 30 C en sortie. L arrêté de rejet fixe le maximum à 35 C. Conclusion L eau et l énergie sont donc deux ressources essentielles pour le développement de l humanité. Or, dans la plupart des pays, et dans un contexte de réchauffement climatique déjà amorcé, leur demande ne cesse de croître au point d avoir déjà engendré des tensions géopolitiques graves. Dans ce contexte, les besoins en eau de refroidissement des centrales électriques thermiques nécessitent des débits d eau qui pourraient dans certains cas devenir critiques pour leur bon fonctionnement. Les futurs sites de production d électricité seront donc implantés en tenant compte des paramètres inhérents à la garantie de la ressource en eau tout au long de leur durée de vie. Les circuits de refroidissement utilisés, circuits ouverts ou fermés avec aéro-réfrigérants, sont actuellement classés parmi les "meilleures techniques disponibles" selon la directive européenne relative à la Prévention et réduction intégrée de la pollution (IPPC, Integrated Pollution Prevention and Control). Cependant, des recherches sont menées afin de réduire encore l impact des rejets sur le milieu et, pour les circuits fermés, de diminuer le besoin en eau prélevée et d évaluer la faisabilité de systèmes de récupération de l eau évaporée. Patrick-Paul Duval - avec la participation de René Samie, EDF - Manuscrit remis en novembre 2010 IFP Energies nouvelles 1 et 4, avenue de Bois-Préau Rueil-Malmaison Cedex France Tél. : Fax : Établissement de Lyon Rond-point de l échangeur de Solaize BP Solaize France Tél. :

Les besoins en eau de refroidissement des centrales thermiques de production d électricité. Alain VICAUD - EDF Division Production Nucléaire

Les besoins en eau de refroidissement des centrales thermiques de production d électricité. Alain VICAUD - EDF Division Production Nucléaire Les besoins en eau de refroidissement des centrales thermiques de production d électricité 1 Les circuits d eau d une centrale thermique Circuit secondaire Appoint Circuit primaire Circuit tertiaire Purge

Plus en détail

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable.

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. DE3: I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. Aujourd hui, nous obtenons cette énergie électrique en grande partie

Plus en détail

C3. Produire de l électricité

C3. Produire de l électricité C3. Produire de l électricité a. Electricité : définition et génération i. Définition La matière est constituée d. Au centre de l atome, se trouve un noyau constitué de charges positives (.) et neutres

Plus en détail

L énergie sous toutes ses formes : définitions

L énergie sous toutes ses formes : définitions L énergie sous toutes ses formes : définitions primaire, énergie secondaire, utile ou finale. Quelles sont les formes et les déclinaisons de l énergie? D après le dictionnaire de l Académie française,

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

L ENERGIE CORRECTION

L ENERGIE CORRECTION Technologie Lis attentivement le document ressource mis à ta disposition et recopie les questions posées sur une feuille de cours (réponds au crayon) : 1. Quelles sont les deux catégories d énergie que

Plus en détail

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR CPTF et CSC CYCLES COMBINES A GAZ (CCG) COGÉNÉRATION DÉVELOPPEMENT DES RENOUVELABLES SOLUTIONS DE STOCKAGE CPTF ET CSC Le parc thermique est un outil essentiel pour ajuster l offre et la demande, indispensable

Plus en détail

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES CHAPITRE 1 NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1 suite Chapitre 1 : NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1.1 Généralités 1.2 L'énergie dans le monde 1.2.1 Qu'est-ce que l'énergie? 1.2.2 Aperçu sur

Plus en détail

Origine du courant électrique Constitution d un atome

Origine du courant électrique Constitution d un atome Origine du courant électrique Constitution d un atome Electron - Neutron ORIGINE DU COURANT Proton + ELECTRIQUE MATERIAUX CONDUCTEURS Électrons libres CORPS ISOLANTS ET CORPS CONDUCTEURS L électricité

Plus en détail

Que sont les sources d énergie renouvelable?

Que sont les sources d énergie renouvelable? Que sont les sources d énergie renouvelable? Comme leur nom l indique, il s agit de sources qui se renouvellent et ne s épuiseront donc jamais à l échelle du temps humain! Les sources non renouvelables

Plus en détail

J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E

J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E De l estimation des besoins / critères et exemple Février 2012 Présentation : Jérôme DIOT Directeur Technique EGIS Centre Ouest 1 Sommaire Conception

Plus en détail

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE?

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? > Le chauffe-eau thermodynamique est un appareil de production d eau chaude sanitaire. Il se compose d une pompe à chaleur et d une cuve disposant d une isolation

Plus en détail

Économie d énergie dans les centrales frigorifiques : La haute pression flottante

Économie d énergie dans les centrales frigorifiques : La haute pression flottante Économie d énergie dans les centrales frigorifiques : La haute pression flottante Juillet 2011/White paper par Christophe Borlein membre de l AFF et de l IIF-IIR Make the most of your energy Sommaire Avant-propos

Plus en détail

Système d énergie solaire et de gain énergétique

Système d énergie solaire et de gain énergétique Système d énergie solaire et de gain énergétique Pour satisfaire vos besoins en eau chaude sanitaire, chauffage et chauffage de piscine, Enerfrance vous présente Néo[E]nergy : un système utilisant une

Plus en détail

1. La production d électricité dans le monde : perspectives générales

1. La production d électricité dans le monde : perspectives générales Quinzième inventaire Édition 2013 La production d électricité d origine renouvelable dans le monde Collection chiffres et statistiques Cet inventaire a été réalisé par Observ ER et la Fondation Énergies

Plus en détail

Contribution des industries chimiques

Contribution des industries chimiques Contribution des industries chimiques au débat national sur la transition énergétique Les entreprises de l industrie chimique sont des acteurs clés de la transition énergétique à double titre. D une part,

Plus en détail

La Géothermie arrive à Bagneux. En 2016, un nouveau réseau de chaleur écologique et économique près de chez vous

La Géothermie arrive à Bagneux. En 2016, un nouveau réseau de chaleur écologique et économique près de chez vous La Géothermie arrive à Bagneux En 2016, un nouveau réseau de chaleur écologique et économique près de chez vous Le réseau de chaleur géothermique arrive à Bagneux La ville de Bagneux a fait le choix de

Plus en détail

«Résoudre les problèmes de l'énergie, une clé pour la survie de l'humanité»

«Résoudre les problèmes de l'énergie, une clé pour la survie de l'humanité» Fédération mondiale des travailleurs scientifiques World Federation of scientifique Workers 85ème session du Conseil exécutif Symposium «Résoudre les problèmes de l'énergie, une clé pour la survie de l'humanité»

Plus en détail

L ÉNERGIE C EST QUOI?

L ÉNERGIE C EST QUOI? L ÉNERGIE C EST QUOI? L énergie c est la vie! Pourquoi à chaque fois qu on fait quelque chose on dit qu on a besoin d énergie? Parce que l énergie est à l origine de tout! Rien ne peut se faire sans elle.

Plus en détail

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons L énergie en France et en Allemagne : comparaisons En matière de consommation d énergie, de structure du système électrique, de recours aux énergies renouvelables, d émission de gaz à effet de serre, les

Plus en détail

Le chauffe-eau thermodynamique à l horizon 2015-2020

Le chauffe-eau thermodynamique à l horizon 2015-2020 Chauffe-eau thermodynamique Le chauffe-eau thermodynamique à l horizon 2015-2020 Ballon de stockage ( 300 l) chaude M o d e c h a u f f a g e Q k T k Pompe à chaleur Effet utile Pompe à chaleur pour chauffer

Plus en détail

Chaudières et chaufferies fioul basse température. Olio 1500, 2500, 3500, 4500, 7000

Chaudières et chaufferies fioul basse température. Olio 1500, 2500, 3500, 4500, 7000 Olio 1500, 2500, 3500, 4500, 7000 Chaudières et chaufferies fioul basse température 2 Chaudières et chaufferies fioul basse température Olio 1500 F. La qualité et la robustesse au meilleur prix. Les chaudières

Plus en détail

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires ENJEUX ENERGETIQUES Le Monde et la France L énergie dans les territoires * Bernard LAPONCHE (Données statistiques : Enerdata) 1 Monde : Consommation d énergie primaire (2008 : 12,2 milliards de tep) Energies

Plus en détail

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http://

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http:// 2.0. Ballon de stockage : Capacité : L Lien vers la documentation technique : http:// Retrouver les caractéristiques techniques complètes (performances énergétiques et niveau d isolation, recommandation

Plus en détail

la climatisation automobile

la climatisation automobile Un équipement en question : la climatisation automobile LES TRANSPORTS la climatisation en question La climatisation automobile, grand luxe il y a encore peu de temps, devient presque banale pour tous

Plus en détail

Production mondiale d énergie

Production mondiale d énergie Chapitre 14: Autres sources d énergie Énergie nucléaire Énergie solaire Énergie géothermale Hydro-électricité Énergie éolienne Production mondiale d énergie 23% 39% 27% Coal Nuclear Hydro Geothermal Petroleum

Plus en détail

Cofely Services et la condensation biomasse Journée technique CIBE ATEE Lorraine Forbach-Farébersviller 1 er avril 2014

Cofely Services et la condensation biomasse Journée technique CIBE ATEE Lorraine Forbach-Farébersviller 1 er avril 2014 Journée technique CIBE ATEE Lorraine Forbach-Farébersviller 1 er avril 2014 Condensation biomasse Journée technique CIBE ATEE Lorraine Cofely Services Le choix de la condensation biomasse Fonctionnement

Plus en détail

Plate-forme énergie. Filière de la biomasse forestière

Plate-forme énergie. Filière de la biomasse forestière Plate-forme énergie Filière de la biomasse forestière Mars 2013 Table des matières 1. Principes généraux... 0 2. Ce qu on entend par économie d énergie... 1 3. Réflexion sur les sources d énergie à privilégier...

Plus en détail

Transition énergétique Les enjeux pour les entreprises

Transition énergétique Les enjeux pour les entreprises Transition énergétique Les enjeux pour les entreprises Alain Grandjean Le 26 novembre 2014 Contact : alain.grandjean@carbone4.com Le menu du jour L énergie dans l économie : quelques rappels Les scénarios

Plus en détail

3CB La Centrale à Cycle Combiné de Bayet

3CB La Centrale à Cycle Combiné de Bayet 3CB La Centrale à Cycle Combiné de Bayet Table des matières 07 3CB : une centrale nouvelle génération développée et exploitée par Alpiq 09 Historique du projet 11 Le cycle combiné : une technologie moderne,

Plus en détail

ALFÉA HYBRID DUO FIOUL BAS NOX

ALFÉA HYBRID DUO FIOUL BAS NOX ALFÉA HYBRID BAS NOX POMPE À CHALEUR HYBRIDE AVEC APPOINT FIOUL INTÉGRÉ HAUTE TEMPÉRATURE 80 C DÉPART D EAU JUSQU À 60 C EN THERMODYNAMIQUE SOLUTION RÉNOVATION EN REMPLACEMENT DE CHAUDIÈRE FAITES CONNAISSANCE

Plus en détail

Quelques chiffres clés de l énergie et de l environnement

Quelques chiffres clés de l énergie et de l environnement Quelques chiffres clés de l énergie et de l environnement GSE 2011-2012 I.1 Que représente : - 1 kcal en kj? : 1 kcal = 4,187 kj - 1 frigorie (fg) en kcal? : 1 fg = 1 kcal - 1 thermie (th) en kcal? : 1

Plus en détail

La filière bois énergie en Bretagne

La filière bois énergie en Bretagne La filière bois énergie en Bretagne 2012 En Bretagne, une ressource àla fois abondante et limitée Total : 3.8 millions de tep la ressource en bois couvre entre 5 et 10% des besoins actuels en énergie :

Plus en détail

L ÉLECTRICITÉ, C EST QUOI?

L ÉLECTRICITÉ, C EST QUOI? L ÉLECTRICITÉ, C EST QUOI? L'électricité est le moyen de transport de l'énergie! L électricité, comme l énergie, est présente dans la nature mais on ne la voit pas. Sauf quand il y a un orage! L électricité

Plus en détail

Les réseaux de chaleur en Île-de-France Marguerite MUHLHAUS DRIEE/SECV 13/06/2014

Les réseaux de chaleur en Île-de-France Marguerite MUHLHAUS DRIEE/SECV 13/06/2014 Les réseaux de chaleur en Île-de-France Marguerite MUHLHAUS DRIEE/SECV 13/06/2014 Direction Régionale et Interdépartementale de l'environnement et de l'énergie d'île-de-france www.driee.ile-de-france.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 Synthèse Juin 2015 Sommaire Analyse globale 4 1. Prévision de consommation 5 2. Disponibilité du parc de production 7 3. Étude du risque

Plus en détail

L ÉLECTRICITÉ C EST QUOI?

L ÉLECTRICITÉ C EST QUOI? L ÉLECTRICITÉ C EST QUOI? L électricité est le moyen de transport de l énergie! L électricité, comme l énergie, est présente dans la nature mais on ne la voit pas. Sauf quand il y a un orage! L électricité

Plus en détail

Production électrique : la place de l énergie éolienne

Production électrique : la place de l énergie éolienne Production électrique : la place de l énergie éolienne I Production électrique : principes de base L énergie électrique n est pas un fluide que l on pourrait «mettre en conserve», l énergie électrique

Plus en détail

Eau et énergie sont. indissociables. Marc Florette, Léon Duvivier

Eau et énergie sont. indissociables. Marc Florette, Léon Duvivier Eau et énergie sont indissociables Marc Florette, Léon Duvivier Marc Florette est membre du Comex et directeur Recherche et Innovation de GDF Suez. Léon Duvivier est directeur des Technologies à la Direction

Plus en détail

boilers pompe à chaleur L eau chaude ne vous aura jamais paru aussi agréable

boilers pompe à chaleur L eau chaude ne vous aura jamais paru aussi agréable boilers pompe à chaleur L eau chaude ne vous aura jamais paru aussi agréable 1 boilers pompe à chaleur Midea est au niveau mondial un des plus important producteur de pompe à chaleur et de climatiseur

Plus en détail

Auré. AuréaSystème. Les solutions solaires. Chauffe-Eau Solaire. Combiné Solaire Pulsatoire 90% Système solaire AUTO-VIDANGEABLE et ANTI-SURCHAUFFE

Auré. AuréaSystème. Les solutions solaires. Chauffe-Eau Solaire. Combiné Solaire Pulsatoire 90% Système solaire AUTO-VIDANGEABLE et ANTI-SURCHAUFFE Les solutions solaires pour l Eau Chaude Sanitaire ou le Chauffage ficie z d'u Auréa n it Crédpôt d'imn la loi deueur Béné Solar Keymark N 011-7S841 F Chauffe-Eau Solaire selo s en vig ce finan Système

Plus en détail

les outils les enjeux les applications locales Déchets ménagers : maîtrisons les impacts sur l environnement connaître pour agir

les outils les enjeux les applications locales Déchets ménagers : maîtrisons les impacts sur l environnement connaître pour agir connaître pour agir Déchets ménagers : maîtrisons les impacts sur l environnement les enjeux les outils les applications locales Enjeux d une analyse environnementale et leviers d améliorations QU EST-CE

Plus en détail

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC)

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) SSC signifie : Système Solaire Combiné. Une installation SSC, est une installation solaire qui est raccordée au circuit de chauffage de la maison,

Plus en détail

Energie Nucléaire. Principes, Applications & Enjeux. 6 ème - 2014/2015

Energie Nucléaire. Principes, Applications & Enjeux. 6 ème - 2014/2015 Energie Nucléaire Principes, Applications & Enjeux 6 ème - 2014/2015 Quelques constats Le belge consomme 3 fois plus d énergie que le terrien moyen; (0,56% de la consommation mondiale pour 0,17% de la

Plus en détail

LA SURVEILLANCE DES PHÉNOMÈNES MÉTÉOROLOGIQUES POUR PRODUIRE DE L ÉLECTRICITÉ EN TOUTE SÉCURITÉ

LA SURVEILLANCE DES PHÉNOMÈNES MÉTÉOROLOGIQUES POUR PRODUIRE DE L ÉLECTRICITÉ EN TOUTE SÉCURITÉ avril 2013 NOTE D INFORMATION LA SURVEILLANCE DES PHÉNOMÈNES MÉTÉOROLOGIQUES POUR PRODUIRE DE L ÉLECTRICITÉ EN TOUTE SÉCURITÉ En tant qu exploitant des centrales de production d électricité, EDF met en

Plus en détail

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance.

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance. 9.5. PRODUCTION D EAU CHAUDE sanitaire Les équipements doivent être dimensionnés au plus juste en fonction du projet et une étude de faisabilité doit être réalisée pour les bâtiments collectifs d habitation

Plus en détail

ÉNERGIE : DÉFINITIONS ET PRINCIPES

ÉNERGIE : DÉFINITIONS ET PRINCIPES DÉFINITION DE L ÉNERGIE FORMES D ÉNERGIE LES GRANDS PRINCIPES DE L ÉNERGIE DÉCLINAISONS DE L ÉNERGIE RENDEMENT ET EFFICACITÉ DÉFINITION DE L ÉNERGIE L énergie (du grec : force en action) est ce qui permet

Plus en détail

Pompes à chaleur pour la préparation d eau chaude sanitaire EUROPA

Pompes à chaleur pour la préparation d eau chaude sanitaire EUROPA HEAT PUMP Systems Pompes à chaleur pour la préparation d eau chaude sanitaire EUROPA Le champion du monde De l eau chaude à moindre coût à tout moment? C est désormais possible grâce aux solutions techniques

Plus en détail

La place du charbon dans le mix électrique

La place du charbon dans le mix électrique La place du charbon dans le mix électrique Présentation au colloque 7 février 2008 Gérard Mestrallet, PDG de SUEZ «Les nouveaux débouchés du charbon : quels risques pour le changement climatique?» Outline

Plus en détail

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE FICHE TECHNIQUE Eau chaude sanitaire 2 5 6 6 CONNAÎTRE > Les besoins d eau chaude sanitaire > Les modes de production > La qualité de l eau > Les réseaux de distribution > La température de l eau REGARDER

Plus en détail

GUIDE de L ÉCO CITOYEN. au BUREAU

GUIDE de L ÉCO CITOYEN. au BUREAU GUIDE de L ÉCO CITOYEN au BUREAU SUIVEZ LE GUIDE...................................................................... p.03 QUELS BESOINS, QUELS IMPACTS? ce qui est consommé ce qui est rejeté > Transport

Plus en détail

Le contenu en CO2 du kwh électrique : Avantages comparés du contenu marginal et du contenu par usages sur la base de l historique.

Le contenu en CO2 du kwh électrique : Avantages comparés du contenu marginal et du contenu par usages sur la base de l historique. Final le 08/10/2007 Le contenu en CO2 du kwh électrique : Avantages comparés du contenu marginal et du contenu par usages sur la base de l historique. - NOTE DETAILLEE - 1- Le contexte Le calcul du contenu

Plus en détail

CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE. Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières

CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE. Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières 1. CONSOMMATION FINALE D ELECTRICITE...2 1.1 EVOLUTION SUR LA PERIODE 2000-2013... 2 1.2 ENTRE 2010

Plus en détail

Evolution du mix électrique en France - Qui paiera?

Evolution du mix électrique en France - Qui paiera? Evolution du mix électrique en France - Qui paiera? Par Julien Deleuze Senior Manager, Estin & Co Des options environnementales, énergétiques, économiques majeures La France fait face à cinq options environnementales,

Plus en détail

Comment réduire les émissions de CO 2? Les réponses de l'ifp

Comment réduire les émissions de CO 2? Les réponses de l'ifp Septembre 2005 Comment réduire les émissions de CO 2? Les réponses de l'ifp L'IFP inscrit les travaux sur la réduction des émissions de CO 2 au cœur de ses programmes de recherche. La stratégie de l'ifp

Plus en détail

Comprendre? Les enjeux. L énergie en France. État des lieux et perspectives

Comprendre? Les enjeux. L énergie en France. État des lieux et perspectives Les enjeux Comprendre? L énergie en France État des lieux et perspectives Édition : juillet 2012 sommaire glossaire introduction Vitale et irremplaçable énergie... 3 Quelques notions générales.... 4 L

Plus en détail

Votre Stratégie Énergétique, Performante et Écologique, avec cette petite flamme en plus qui change tout!

Votre Stratégie Énergétique, Performante et Écologique, avec cette petite flamme en plus qui change tout! Votre Stratégie Énergétique, Performante et Écologique, avec cette petite flamme en plus qui change tout! «Nous n héritons pas de la terre de nos ancêtres, nous l empruntons à nos enfants» Antoine de Saint-Exupéry

Plus en détail

Renouvelable et URE dans la transition énergétique

Renouvelable et URE dans la transition énergétique Renouvelable et URE dans la transition énergétique Energie: Consommation et service Un équilibre 100% renouvelable Energies Renouvelables Utilisation rationnelle de l énergie - URE Liens utiles APERe et

Plus en détail

L ENERGIE HYDRAULIQUE FICHE TECHNIQUE.

L ENERGIE HYDRAULIQUE FICHE TECHNIQUE. L ENERGIE HYDRAULIQUE FICHE TECHNIQUE. I. PRINCIPE L énergie hydroélectrique nécessite un cours d eau ou une retenue d eau. La centrale exploite l énergie potentielle créée par le dénivelé de la chute

Plus en détail

P7669 MACHINE A VAPEUR MINIATURE P7669R A mouvement alternatif P7669T Turbine

P7669 MACHINE A VAPEUR MINIATURE P7669R A mouvement alternatif P7669T Turbine P7669 MACHINE A VAPEUR MINIATURE P7669R A mouvement alternatif P7669T Turbine Caractéristiques Modèle de démonstration d un système à vapeur représentatif d un Système d Alimentation Industriel Appareil

Plus en détail

CONCEPT H 2 ZERO ENERGY ZERO EMISSION

CONCEPT H 2 ZERO ENERGY ZERO EMISSION CONCEPT H 2 ZERO ENERGY ZERO EMISSION Concept H 2 : L idée est de produire, de stocker et d assurer 100% des besoins énergétiques d un immeuble résidentiel sans aucun rejet de CO 2 et sans frais énergétiques.

Plus en détail

Par: Michel Morin, coordonnateur à l énergie et à l entretien. Président du comité d énergie régional LLL.

Par: Michel Morin, coordonnateur à l énergie et à l entretien. Président du comité d énergie régional LLL. Par: Michel Morin, coordonnateur à l énergie et à l entretien. Président du comité d énergie régional LLL. Pierre Lefrancois, B.ing., consultant en gestion d énergie. Plan de la présentation La commission

Plus en détail

Réussir son installation domotique et multimédia

Réussir son installation domotique et multimédia La maison communicante Réussir son installation domotique et multimédia François-Xavier Jeuland Avec la contribution de Olivier Salvatori 2 e édition Groupe Eyrolles, 2005, 2008, ISBN : 978-2-212-12153-7

Plus en détail

Se raccorder à un réseau de chaleur

Se raccorder à un réseau de chaleur L habitat COMPRENDRE Se raccorder à un réseau de chaleur Le chauffage urbain peut-il être un moyen de diminuer la facture énergétique? Édition : décembre 2013 Pourquoi pas le raccordement À UN RÉSEAU DE

Plus en détail

État des lieux et perspectives : l énergie en France LA PLANÈTE EN QUESTION

État des lieux et perspectives : l énergie en France LA PLANÈTE EN QUESTION État des lieux et perspectives : l énergie en France LA PLANÈTE EN QUESTION État des lieux et perspectives : l énergie en France SOMMAIRE Vitale et irremplaçable énergie... 3 Quelques notions générales...

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE ENERGIE «Eau Chaude Sanitaire - ECS»

FICHE TECHNIQUE ENERGIE «Eau Chaude Sanitaire - ECS» FICHE TECHNIQUE ENERGIE «Eau Chaude Sanitaire - ECS» Sources : CNIDEP et ADEME A. ETAT DE L ART 1. Caractéristiques générales Que demande t-on à une production d eau chaude sanitaire? Fournir une eau en

Plus en détail

l entretien des chaudières

l entretien des chaudières Préservez et améliorez les performances de votre installation de chauffage : l entretien des chaudières L H A B I T A T I N D I V I D U E L pour un chauffage sûr et efficace Votre logement est équipé d

Plus en détail

ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE. récupération d énergie. 100% des besoins en

ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE. récupération d énergie. 100% des besoins en ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE RESEAU DE CHALEUR DE L ECO- QUARTIER «CAP AZUR» A ROQUEBRUNE-CAP-MARTIN : Un réseau de chaleur innovant,

Plus en détail

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ 1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT NOR : SOCU 00611881A ARRÊTÉ relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments existants proposés à

Plus en détail

Réseau de chaleur Cantagrelh. Commune d Onet-le-Château

Réseau de chaleur Cantagrelh. Commune d Onet-le-Château Réseau de chaleur Cantagrelh Commune d Onet-le-Château Maître d ouvrage : Mairie d Onet-le-château 12, rue des Coquelicots BP 5-12850 Onet le Château Télécopie : 05 65 78 00 91 - www.onet-le-chateau.fr

Plus en détail

RESEAUX DE CHALEUR FLEXIBILITE ENERGETIQUE ET DEVELOPPEMENT

RESEAUX DE CHALEUR FLEXIBILITE ENERGETIQUE ET DEVELOPPEMENT RESEAUX DE CHALEUR FLEXIBILITE ENERGETIQUE ET DEVELOPPEMENT Dans un avenir marqué par : des incertitudes importantes de nature économique, énergétique et technologique, à l échelle mondiale, européenne

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER DE PERIGUEUX CHAUFFERIE BIOMASSE -

CENTRE HOSPITALIER DE PERIGUEUX CHAUFFERIE BIOMASSE - CENTRE HOSPITALIER DE PERIGUEUX CHAUFFERIE BIOMASSE - Définition des enjeux - Disposer à la fin des grosses opérations de construction en cours (Tranche 1 et 2 du Plan Directeur MCO-Plateau Technique/Pôle

Plus en détail

GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE

GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE Politique Environnementale du Groupe UNILOGI 70.000 personnes logées au sein de notre patrimoine dans 210 communes sur 7 départements et 3 régions, xxx entreprises fournisseurs

Plus en détail

Bilan GES Entreprise. Bilan d émissions de Gaz à effet de serre

Bilan GES Entreprise. Bilan d émissions de Gaz à effet de serre Bilan GES Entreprise Bilan d émissions de Gaz à effet de serre Conformément à l article 75 de la loi n 2010-788 du 12 Juillet 2010 portant engagement national pour l environnement (ENE) Restitution pour

Plus en détail

Le biogaz en France et en Allemagne Une comparaison. Journées méthanisation, 4 novembre 2014, Chambéry

Le biogaz en France et en Allemagne Une comparaison. Journées méthanisation, 4 novembre 2014, Chambéry Le biogaz en France et en Allemagne Une comparaison Journées méthanisation, 4 novembre 2014, Chambéry L OFAEnR Origines & Objectifs Crée en 2006 par les gouvernements français & allemand Bureau au ministère

Plus en détail

Présentation du 04 décembre 2014 CONFERENCE POLLUTEC

Présentation du 04 décembre 2014 CONFERENCE POLLUTEC Présentation du 04 décembre 2014 CONFERENCE POLLUTEC Retour d expérience : Exemples concrets de mises en oeuvre de solutions suite à des audits énergétiques dont celui d une Pompe A Chaleur Haute Température

Plus en détail

Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que dois-je savoir?

Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que dois-je savoir? COURS-RESSOURCES Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que Objectifs : / 1 A. Les besoins en eau chaude sanitaire La production d'eau chaude est consommatrice en énergie. Dans les pays occidentaux,

Plus en détail

Installateur chauffage-sanitaire

Installateur chauffage-sanitaire Profil des compétences professionnelles Programme-cadre et détail du programme des examens relatifs aux modules des cours de technologie, théorie professionnelle Organisation pratique Détail du programme

Plus en détail

Comprendre la réglementation thermique 2012 (RT2012)

Comprendre la réglementation thermique 2012 (RT2012) Comprendre la réglementation thermique 2012 (RT2012) Sommaire 1 Un engagement fort du Grenelle de l environnement 1 Calendrier et champ d application 2 Les nouveautés 3 Les exigences 9 Les quatre niveaux

Plus en détail

Pour une harmonisation des méthodes et des paramètres économiques. de comparaison entre les filières de production ou d économie d énergie

Pour une harmonisation des méthodes et des paramètres économiques. de comparaison entre les filières de production ou d économie d énergie Pour une harmonisation des méthodes et des paramètres économiques de comparaison entre les filières de production ou d économie d énergie Benjamin Dessus 13 mars 2013 www.global-chance.org 13 mars 2013

Plus en détail

GLEIZE ENERGIE SERVICE

GLEIZE ENERGIE SERVICE GLEIZE ENERGIE SERVICE Page 1 sur 17 #/ -#0/.1# 2 1# 11 - " 1 GLEIZE ENERGIE SERVICE -1 " " #/ / &3 %$". 1! "#$$ %" & "# '%# () *+, -". GLEIZE ENERGIE SERVICE Page 2 sur 17 SOMMAIRE 1. Introduction - Rappel...

Plus en détail

Jean-Yves RICHARD ADEME

Jean-Yves RICHARD ADEME «Matériau de structure,isolant et biocombustible, le bois, une matière au service de la construction durable» - le 12 janvier 2009 Les enjeux environnementaux du bâtiment Jean-Yves RICHARD ADEME Le réchauffement

Plus en détail

Pompe à chaleur Air-Eau. Confort et économies

Pompe à chaleur Air-Eau. Confort et économies Pompe à chaleur Air-Eau Confort et économies Le système de chauffage réversible de l avenir! Un pas en avant pour réduire les émissions de CO₂. L augmentation des émissions de CO₂ et autres gaz à effet

Plus en détail

GZZZZZZZT! Atelier de découverte de l électricité Cycles 1 et 2

GZZZZZZZT! Atelier de découverte de l électricité Cycles 1 et 2 GZZZZZZZT! Atelier de découverte de l électricité Cycles 1 et 2 Fête de la Science Loire Du 9 au 12 octobre 2012 Andrézieux-Bouthéon, Feurs, Firminy, Montbrison, Saint-Chamond et Roanne La Rotonde - CCSTI

Plus en détail

L ÉNERGIE EN MAYENNE. Citoyens Responsables associatifs Élus locaux Usagers. Acteurs. de la transition énergétique. en Mayenne

L ÉNERGIE EN MAYENNE. Citoyens Responsables associatifs Élus locaux Usagers. Acteurs. de la transition énergétique. en Mayenne Citoyens Responsables associatifs Élus locaux Usagers Acteurs de la transition énergétique en Mayenne Les dépenses énergétiques en Mayenne sont de 1.5 million d euros par jour ou 550 millions d euros par

Plus en détail

Note technique. Consommation électrique d'un poêle à granulés à émission directe

Note technique. Consommation électrique d'un poêle à granulés à émission directe Note technique Consommation électrique d'un poêle à granulés à émission directe Version / Date Version 1.0 du 06/02/2012 Auteur David Chénier 2012, Amoès SAS. Toute utilisation, reproduction intégrale

Plus en détail

Vendredi 18 mars 2011 ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES DE DEVELOPPEMENT DES ENERGIES RENOUVELABLES FOCUS SUR L ELECTRICITE

Vendredi 18 mars 2011 ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES DE DEVELOPPEMENT DES ENERGIES RENOUVELABLES FOCUS SUR L ELECTRICITE 2011 Vendredi 18 mars 2011 ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES DE DEVELOPPEMENT DES ENERGIES RENOUVELABLES FOCUS SUR L ELECTRICITE TABLE DES MATIÈRES Le cas de la France... 3 Le mix électrique en 2010... 3

Plus en détail

Capture et stockage du CO2 (CCS)

Capture et stockage du CO2 (CCS) European Technology Platform for Zero Emission Fossil Fuel Power Plants (ZEP) Capture et stockage du CO2 (CCS) Une solution majeure pour combattre le changement climatique 50% de réduction des émissions

Plus en détail

Les tendances du marché de. la production d électricité. dans le monde. participation d entreprises privées locales ou internationales

Les tendances du marché de. la production d électricité. dans le monde. participation d entreprises privées locales ou internationales Les tendances du marché de la production d électricité dans le monde Samir Allal La globalisation économique a favorisé une plus grande expression des mécanismes concurrentiels. Désormais la concurrence

Plus en détail

De l intérêt du combustible bois pour le séchage de maïs. La nouvelle génération de centrales thermiques

De l intérêt du combustible bois pour le séchage de maïs. La nouvelle génération de centrales thermiques De l intérêt du combustible bois pour le séchage de maïs La nouvelle génération de centrales thermiques I. Quelques principes pour faire des économies La température de l air L épaisseur du grain Le refroidissement

Plus en détail

Annexe 3 Captation d énergie

Annexe 3 Captation d énergie 1. DISPOSITIONS GENERALES 1.a. Captation d'énergie. Annexe 3 Captation Dans tous les cas, si l exploitation de la ressource naturelle est soumise à l octroi d un permis d urbanisme et/ou d environnement,

Plus en détail

Traçant le chemin vers l Electrification de l Automobile - Les Véhicules à Pile à Combustible de GM

Traçant le chemin vers l Electrification de l Automobile - Les Véhicules à Pile à Combustible de GM Traçant le chemin vers l Electrification de l Automobile - Les Véhicules à Pile à Combustible de GM Congrès SATW, Yverdon 29-30 août 2008 G. Planche Directeur Déploiement HydroGen4, Berlin 1 Agenda La

Plus en détail

et moins chère pour l énergie belge par Laurent Minguet

et moins chère pour l énergie belge par Laurent Minguet Cogénération à la biomasse Une solution renouvelable et moins chère pour l énergie belge par Laurent Minguet Octobre 2006 ABSTRACT Aujourd hui, la Belgique consomme chaque année près de 60 millions de

Plus en détail

LE CHAUFFAGE. Peu d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. Pas d entretien. Pas d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien.

LE CHAUFFAGE. Peu d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. Pas d entretien. Pas d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. LE CHAUFFAGE 1. LE CHAUFFAGE ELECTRIQUE Le chauffage électrique direct ne devrait être utilisé que dans les locaux dont l isolation thermique est particulièrement efficace. En effet il faut savoir que

Plus en détail

Incitants relatifs à l installation de pompes à chaleur en Région wallonne

Incitants relatifs à l installation de pompes à chaleur en Région wallonne Incitants relatifs à l installation de pompes à chaleur en Région wallonne G. FALLON Energie Facteur 4 asbl - Chemin de Vieusart 175-1300 Wavre Tél: 010/23 70 00 - Site web: www.ef4.be email: ef4@ef4.be

Plus en détail

Physique, chapitre 8 : La tension alternative

Physique, chapitre 8 : La tension alternative Physique, chapitre 8 : La tension alternative 1. La tension alternative 1.1 Différence entre une tension continue et une tension alternative Une tension est dite continue quand sa valeur ne change pas.

Plus en détail

Leader belge en énergies renouvelables. Etudes de financement, conception, installation, exploitation et maintenance

Leader belge en énergies renouvelables. Etudes de financement, conception, installation, exploitation et maintenance Leader belge en énergies renouvelables Etudes de financement, conception, installation, exploitation et maintenance Structure de GDF SUEZ Energie Services BU Power & Gas Companies BU Tractebel Engineering

Plus en détail

Accumuler la chaleur avec des ballons système individuels.

Accumuler la chaleur avec des ballons système individuels. ÉNERGIES RENOUVELABLES Ballons système Accumuler la chaleur avec des ballons système individuels. BALLON TAMPON BALLON D EAU CHAUDE / CHAUFFE-EAU BALLON COMBINÉ / À PRÉPARATION D EAU CHAUDE INSTANTANÉE

Plus en détail

La Filtration et le Traitement de l Air dans l Industrie Nucléaire.

La Filtration et le Traitement de l Air dans l Industrie Nucléaire. Le Traitement de l Air dans l Industrie Nucléaire La Filtration et le Traitement de l Air dans l Industrie Nucléaire. Protéger l environnement des hommes et des lieux, Contribuer à la sécurité des interventions

Plus en détail