JEU VIDEO : UN NOUVEAU COMPAGNON par Colette KELLER-DIDIER

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "JEU VIDEO : UN NOUVEAU COMPAGNON par Colette KELLER-DIDIER"

Transcription

1 JEU VIDEO : UN NOUVEAU COMPAGNON par Colette KELLER-DIDIER JEU VIDEO : UN NOUVEAU COMPAGNON par Colette KELLER-DIDIER ALS (séance du 11 mai 2003) 48

2 Jeu video : un nouveau compagnon (Colette KELLER-DIDIER) Ecrans télé et jeux vidéo ont envahi nos foyers depuis plusieurs décennies, au point qu ils sont devenus de véritables objets de compagnie pour nos aînés retraités, mais aussi pour nos enfants qu ils soient adolescents ou beaucoup plus jeunes. Dans cette tranche d âge l engouement pour les jeux vidéo a progressivement tourné à la passion, ludique ou studieuse, partagée entre copains ou solitaire, raisonnable ou débordante, faisant échapper les uns à l échec scolaire, les autres à un rejet de leur propre image ou de leur famille. Elle peut, dans les cas les plus excessifs, être comparée à une toxicomanie dont certains vont aujourd hui jusqu à demander une véritable désintoxication pour échapper aux 8 ou 10 heures passées devant l écran et rompre ainsi l isolement dans lequel ils se sont plongés, perdant leur petit(e) ami(e), leur travail ou échouant dans leurs études. Jeu vidéo : un nouveau compagnon Notion de VIDEOGAME EPILEPSY Prédisposition du sujet Effets de certaines scènes ou images Les patterns La luminosité Les effets stroboscopiques Effets du téléviseur ou des écrans vidéo Notion de vidéogame epilepsy Dans les années 80 un autre danger s était déjà fait jour : des crises d épilepsie étaient décrites chez certains utilisateurs de jeu vidéo. Les premières observations relevaient que la majorité des sujets étaient porteurs d une épilepsie photosensible et que quelques cas seulement survenaient chez des personnes qui n étaient ni épileptiques ni photosensibles. Ainsi naquit le terme de vidéogame épilepsy induit par diverses causes qui peuvent s additionner : prédisposition du sujet effets de certaines scènes ou images, en particulier les patterns, la luminosité, les effets stroboscopiques. effets du téléviseur ou des écrans vidéo Prédisposition du sujet Un sujet est photosensible lorsqu une stimulation lumineuse intermittente induit des décharges paroxystiques sur son enregistrement électro-encéphalographique. Selon les travaux de Pascal Masnou, du service de neurologie du centre hospitalo-universitaire du Kremlin Bicêtre, la tranche d âge 7-19 et le sexe féminin sont plus sensibles. L incidence annuelle de survenue serait de 1,5 individus pour individus. 30 à 70% des sujets photosensibles peuvent déclencher des crises d épilepsie et des anomalies électro-encéphalographiques en regardant des motifs géométriques (patterns) à haut contraste, linéaires ou en damiers. Le sujet peut être sensible à ces figures géométriques sans pour autant être photosensibles. En 1997, le dessin animé pocket monster diffusé au Japon à des millions de téléspectateurs en même temps a conduit plusieurs centaines d enfants à l hôpital pour crise d épilepsie. Dans ce dessin animé il y avait des effets stroboscopiques, c est-à-dire des flashs lumineux répétés et prolongés ALS (séance du 11 mai 2003) 49

3 intéressant la majorité de l écran et à une fréquence de 12 hertz, comportant des couleurs rouges et bleues en alternance, particulièrement sensibilisants. Les crises peuvent être d emblée généralisées mais certaines peuvent se traduire seulement par des nausées accompagnées de pâleur, suivies de céphalées plus ou moins associées à un petit trouble de la conscience. Effets du téléviseur ou des jeux vidéo La technique d élaboration d une image télé permet de comprendre pourquoi la télévision est la principale cause d induction des crises chez les sujets photosensibles : Une image est constituée de 625 lignes horizontales balayées par un spot lumineux qui part de l angle supérieur gauche pour arriver à l angle inférieur droit. Le spot balaye d abord les lignes paires en 1/50ème de seconde, puis les lignes impaires en 1/50ème de seconde. L image est donc composée de deux demi-images entrelacées, ce qui induit un scintillement visible à moins d un mètre et à une fréquence de 25 hertz. En fait les stimulations lumineuses intermittentes se produisent à des fréquences de 15 hertz, mais 76% des sujets sont encore sensibles à une fréquence de 25 hertz et 49% le sont encore à 50 hertz. Aussi les risques sont plus fréquents lorsque le sujet est près de l écran et si l ambiance lumineuse est sombre. Depuis 1992 il existe des téléviseurs à fréquence de balayage de 100 hertz, ce qui limite l effet de scintillement puisque la demi image est formée en 1/100ème de seconde au lieu de 1/50ème, ce qui limite par conséquent les risques de crise d épilepsie. Les écrans d ordinateur ne présentent pas la même technique. L image n est pas entrelacée et les fréquences sont généralement supérieures à 70 hertz. Seules les images géométriques ou scintillantes peuvent rester encore sensibilisantes. Le phénomène a fait l objet d études. Une étude française menée sur 115 patients 3 groupes : épilepsie photosensible pure épilepsie non photosensible épilepsie avec crises spontanées ou photo induites 3 séquences : une cassette visionnée sur un téléviseur 50 Hz à 2 mètres, puis à 1 mètre, puis à 0,5 mètre la même cassette sur un téléviseur 100 Hz à 1 mètre, puis à 0,5 mètre un jeu vidéo sur écran vidéo A partir de 1994 plusieurs études à l étranger comme en France ont cherché à déterminer le rôle des images dans la survenue des crises d épilepsie et à en tirer des recommandations. L étude française portait sur 115 patients répartis en 3 groupes : 33 patients qui avaient une épilepsie photosensible pure 42 patients qui avaient des crises photo induites et des crises spontanées 40 patients qui avaient une épilepsie non photosensible Trois séquences : Ils ont tous visionné une cassette vidéo de 10 minutes comportant un programme télévisuel normal et des images sélectionnées à partir de jeux vidéo. La cassette vidéo était visionnée par un téléviseur à fréquence de balayage de 50 hertz situé à 2 mètres, puis à 1 mètre, puis à 0,5 mètre. La cassette était ensuite visionnée sur un écran télé à fréquence de 100 hertz placé à 1 mètre, puis à 0,5 mètre. Le sujet devait ensuite jouer avec un jeu vidéo relié à un écran télé, puis avec une console de jeu portable. ALS (séance du 11 mai 2003) 50

4 Un enregistrement électro-encéphalographique quantifiait les anomalies paroxystiques éventuellement déclenchées. Trois constats : 1 ) aucun des épileptiques non photosensibles n a eu de décharges paroxystiques 2 ) aucun des patients, photosensibles ou non, n a eu de décharges paroxystiques en jouant sur la console portable 3 ) dans le groupe des patients photosensibles, les décharges paroxystiques ont été plus facilement induites par les écrans à fréquence de balayage à 50 hertz que par les écrans à 100 hertz et avec une distance de 0,50 mètre. Enfin, le fait de jouer est plus activant que le fait de regarder passivement un jeu vidéo. Une étude française menée sur 115 patients 3 constats aucun épileptique non photosensible n a eu de décharges paroxystiques aucun patient, photosensible ou non, n a eu de décharges paroxystiques en jouant sur la console portable chez les patients photosensibles, les décharges paroxystiques ont été plus facilement induites par les écrans à fréquence de balayage à 50 hertz que par les écrans à 100 hertz et avec une distance de 0,50 mètre. Le fait de jouer est plus activant que le fait de regarder passivement un jeu vidéo. Résultats et conclusions de l étude De ces enquêtes il peut être déduit : qu un sujet épileptique non photosensible n a pas de risque d avoir une crise lorsqu il utilise un jeu vidéo que les crises surviennent plus souvent devant les consoles de jeu reliées à un téléviseur que devant les jeux d ordinateurs ou devant une console de jeu portable que plus le sujet est prés de l écran plus le risque est grand que les écrans à fréquence de balayage de 50 hertz (couramment répandus en Europe) sont plus dangereux que les écrans de nouvelle génération à fréquence de balayage de 100 hertz que certaines séquences de jeu apparaissent plus épileptogènes que d autres (celles qui comportent des patterns ou une forte luminosité) que le fait de jouer est plus dangereux que le fait de ne regarder un jeu passivement. Ainsi, ont été faites des recommandations médicales : 1 ) si le sujet est photosensible se tenir au moins à 3 ou 4 mètres de l écran télé, dans une pièce bien éclairée, utiliser une télécommande lors du chargement de programme pour éviter de s approcher de l écran, se méfier du chargement d une cassette dans un magnétoscope, car ceci oblige à s approcher très près de l écran, lors d usage de jeu vidéo, se tenir le plus loin possible de l écran de télé en utilisant toute la longueur du cordon des mannettes de jeu. faire des pauses toutes les 30 minutes ne pas jouer pendant plus de 2 heures ou en état de fatigue (si le sujet est très sensible, choisir un écran à 100 hertz) 2 ) si le sujet n est pas photosensible, il ne devrait pas faire de crise surtout s il ne se tient pas trop près de l écran, s il n est pas dans une pièce sombre, si il ne joue pas trop longtemps avec les jeux vidéo et surtout pas en état de fatigue. ALS (séance du 11 mai 2003) 51

5 Décret n du 23 avril 1996 Afin de prévenir les risques d épilepsie, ce décret renforce l information du consommateur en rendant obligatoire l apposition de mise en garde sur l emballage des jeux vidéo et sur la notice d emploi placée dans la boite qui les contient, ainsi que dans les lieux et sur les machines qui sont mises à la disposition du public. Les services de la D.G.C.C.R.F. en surveillent particulièrement l application et communique ces recommandations générales : éviter de jouer en état de fatigue ou de manque de sommeil, jouer dans un lieu bien éclairé, la luminosité de l écran étant modérée, avec un jeu vidéo susceptible d être connecté à un écran, jouer le plus loin possible de ce dernier, faire des pauses de 10 à 15 minutes toutes les heures. Enfin, afin de prévenir les risques d épilepsie pouvant survenir principalement chez les personnes dites photosensibles ou ayant des antécédents familiaux, le décret n du 23 avril 1996 a renforcé l information du consommateur en rendant obligatoire l apposition de mise en garde sur l emballage des jeux vidéo et sur la notice d emploi placée dans la boite qui les contient, ainsi que dans les lieux et sur les machines qui sont mises à la disposition du public. Les services de la D.G.C.C.R.F. surveillent particulièrement l application de ce décret et communiquent ces recommandations générales : éviter de jouer si vous êtes fatigué ou si vous manquez de sommeil, assurez vous que vous jouez dans une pièce bien éclairée en modérant la luminosité de votre écran, jouez à bonne distance de l écran de télévision, aussi loin que le permet le cordon de raccordement, lorsque vous utilisez un jeu vidéo susceptible d être connecté à un écran, faites des pauses de 10 à 15 minutes toutes les heures, en cours d utilisation. ALS (séance du 11 mai 2003) 52

LA FIN DES TARIFS RÉGLEMENTÉS DE VENTE DE L ÉLECTRICITÉ POUR LES ENTREPRISES

LA FIN DES TARIFS RÉGLEMENTÉS DE VENTE DE L ÉLECTRICITÉ POUR LES ENTREPRISES Septembre 2015 ID Comprendre le secteur de l électricité en un seul clic LA FIN DES TARIFS RÉGLEMENTÉS DE VENTE DE L ÉLECTRICITÉ POUR LES ENTREPRISES Note de conjoncture À partir du 1er janvier 2016, les

Plus en détail

L assurance-emprunteur

L assurance-emprunteur 26 ème rapport annuel L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES L assurance-emprunteur présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université Paris Ouest - Vendredi 24 janvier 214-1 L Observatoire

Plus en détail

REALISATION D UNE CALCULATRICE GRACE AU LOGICIEL CROCODILE CLIPS 3.

REALISATION D UNE CALCULATRICE GRACE AU LOGICIEL CROCODILE CLIPS 3. 1 sur 6 REALISATION D UNE CALCULATRICE GRACE AU LOGICIEL CROCODILE CLIPS 3. OBJECTIF - PUBLIC - LOGICIEL - MATERIEL - METHODE - BIBLIOGRAPHIE - AVANTAGES - DIFFICULTES - AUTEUR DU DOCUMENT - LE DOCUMENT

Plus en détail

Prémonitions Membre d un groupe de voyants voués à préserver l humanité, vous devez empêcher le crime qui va se produire!

Prémonitions Membre d un groupe de voyants voués à préserver l humanité, vous devez empêcher le crime qui va se produire! Prémonitions Membre d un groupe de voyants voués à préserver l humanité, vous devez empêcher le crime qui va se produire! Matériel : 55 cartes réparties comme suit : - 1 carte de règles - 42 cartes vision

Plus en détail

Un virus informatique est un mini programme installé à votre insu sur votre machine et qui en perturbe plus ou moins gravement le fonctionnement.

Un virus informatique est un mini programme installé à votre insu sur votre machine et qui en perturbe plus ou moins gravement le fonctionnement. Le logiciel Anti-virus Norton de Symantec. Un virus informatique est un mini programme installé à votre insu sur votre machine et qui en perturbe plus ou moins gravement le fonctionnement. Un logiciel

Plus en détail

Seance 8 : Bilan carbone : consommons-nous trop d énergie?

Seance 8 : Bilan carbone : consommons-nous trop d énergie? Seance 8 : Bilan carbone : consommons-nous trop d énergie? Durée Matériel Objectifs Compétenc es Lexique 1 heure Pour chaque groupe : - un ordinateur connecté à Internet (si cela n est pas possible, distribuer

Plus en détail

Le contrôle parental

Le contrôle parental Le contrôle parental Premier partenaire de votre réussite Cette fiche a pour objectif de vous fournir quelques éléments de réflexion sur l utilisation de l ordinateur et d internet et sur le rôle que vous,

Plus en détail

Utilisation du système Utiliser les fonctions du RVP UTILISER LES FONCTIONS DU RVP ENREGISTREMENT AUTOMATIQUE ENREGISTREMENT SUR DEMANDE

Utilisation du système Utiliser les fonctions du RVP UTILISER LES FONCTIONS DU RVP ENREGISTREMENT AUTOMATIQUE ENREGISTREMENT SUR DEMANDE UTILISER LES FONCTIONS DU RVP La plupart des émissions de télévision et des films diffusés par satellite sont protégés par copyright. Dans certains cas, le copyright peut s appliquer aux enregistrements

Plus en détail

COMMUNIQUÉ PRESSE CIM DATE 22/04/2015

COMMUNIQUÉ PRESSE CIM DATE 22/04/2015 COMMUNIQUÉ PRESSE CIM DATE 22/04/2015 Nouvelle étude CIM sur les habitudes de vision sur des nouveaux écrans Les Belges n ont jamais autant regardé de contenu TV. Le CIM, responsable pour les études d

Plus en détail

Webex : mode d emploi

Webex : mode d emploi Webex : mode d emploi Pour organiser une réunion...1 Pour ouvrir la réunion en tant qu organisateur...8 Pour se connecter en tant que participant...11 * * * * * * * Pour organiser une réunion Connectez

Plus en détail

SPHEREDEPOT Logiciel d envoi par internet de photos vers votre magasin Photosphere pour tirage. Manuel d utilisation

SPHEREDEPOT Logiciel d envoi par internet de photos vers votre magasin Photosphere pour tirage. Manuel d utilisation SPHEREDEPOT Logiciel d envoi par internet de photos vers votre magasin Photosphere pour tirage Manuel d utilisation Introduction Ce logiciel, à télécharger sur le site www.photosphere.fr, a été réalisé

Plus en détail

5. Les personnes âgées en Nouvelle-Écosse. Aperçu

5. Les personnes âgées en Nouvelle-Écosse. Aperçu 5. Les personnes âgées en Nouvelle-Écosse Aperçu En Nouvelle-Écosse, la population change; et la proportion des personnes âgées est de plus en plus importante. Entre 2007 et 2033, le nombre d aînés (65

Plus en détail

Les enfants et les médias - Page 1 sur 8

Les enfants et les médias - Page 1 sur 8 Les enfants et les médias - Page 1 sur 8 LES DOSSIERS MADWATCH.net marketing infantile Les enfants et les médias Novembre 2003 Nb de pages : 8 Les enfants et les médias - Page 2 sur 8 L utilisation que

Plus en détail

PHOTOGRAPHIE Fondamentaux

PHOTOGRAPHIE Fondamentaux PHOTOGRAPHIE Fondamentaux Août 2009 ETYMOLOGIE Le terme photographie vient du grec photo signifiant lumière, clarté et de graphie, peindre, dessiner, écrire. Ainsi, au sens littéral, la photographie est

Plus en détail

Certiphyto : bien choisir en fonction de son activité.

Certiphyto : bien choisir en fonction de son activité. Certiphyto : bien choisir en fonction de son activité. Du DAPA au Certificat individuel Le DAPA est mort ou presque Depuis le 1 er janvier 2012, le renouvellement du DAPA n est plus possible. Le DAPA,

Plus en détail

CONSEIL CITOYEN DE BEAUSEJOUR COMPTE RENDU N 2

CONSEIL CITOYEN DE BEAUSEJOUR COMPTE RENDU N 2 CONSEIL CITOYEN DE BEAUSEJOUR COMPTE RENDU N 2 La deuxième réunion du conseil citoyen de Beauséjour a eu lieu le mardi 31 mars 2015 à 18h30, à maison de quartier. Cette deuxième réunion a réuni 15 personnes

Plus en détail

Marche à suivre Statistiques habitants

Marche à suivre Statistiques habitants Marche à suivre Date Qui Description 06/06/14 Patrick Dussetier Manuel OFISA Informatique - Chemin de la Rueyre 120, CH 1020 Renens - Tél : 021/321.51.11 - Fax : 021/321.51.57 Page 1 / 13 Table des matières

Plus en détail

Les pratiques de consommation de jeux vidéo des Français

Les pratiques de consommation de jeux vidéo des Français Les pratiques de consommation de jeux vidéo des Français Le 18 novembre 2014 Combien de joueurs? Enquête en ligne, réalisée par TNS Sofres, entre le 13 et le 25 septembre 2014, auprès d un échantillon

Plus en détail

SÉCURITÉ SÉRÉNITÉ INDÉPENDANCE. Bellman Visit LA SIGNALISATION SANS FIL POUR PLUS DE

SÉCURITÉ SÉRÉNITÉ INDÉPENDANCE. Bellman Visit LA SIGNALISATION SANS FIL POUR PLUS DE Bellman Visit La gamme complète pour les malentendants, les porteurs d implants Cochléaire et les sourds! LA SIGNALISATION SANS FIL POUR PLUS DE SÉCURITÉ SÉRÉNITÉ INDÉPENDANCE 868_fr_v1.indd 1 2008-05-28

Plus en détail

Tablettes : Perception & Usages des Français 6 ème édition du Baromètre Semestriel

Tablettes : Perception & Usages des Français 6 ème édition du Baromètre Semestriel Communiqué de presse Septembre 2013 Tablettes : Perception & Usages des Français 6 ème édition du Baromètre Semestriel La tablette : toujours plus complémentaire à la télévision et au smartphone 70% des

Plus en détail

CHARTE RELATIVE AUX ETHERS DE GLYCOL. toxiques pour la reproduction de catégorie 2 1

CHARTE RELATIVE AUX ETHERS DE GLYCOL. toxiques pour la reproduction de catégorie 2 1 CHARTE RELATIVE AUX ETHERS DE GLYCOL toxiques pour la reproduction de catégorie 2 1 OBJECTIF DE LA CHARTE Les adhérents de la FIPEC, fabricants de peintures et vernis à destination du public et des peintres

Plus en détail

Quelques infos pour commencer

Quelques infos pour commencer L informatique et audio-visuel Quelques infos pour commencer D après une étude du bureau Enertech la répartition de la consommation d électricité a évolué. La consommation du site audiovisuel et informatique

Plus en détail

Exemples d utilisation

Exemples d utilisation Exemples d utilisation Afin de vous donner une indication de la puissance de Librex, voici quelques exemples de la façon dont le logiciel peut être utilisé. Ces exemples sont des cas réels provenant de

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MDE-2013-83

Décision du Défenseur des droits n MDE-2013-83 Décision du Défenseur des droits n MDE-2013-83 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision n MDE-2013-83 du 22 avril 2013 relative la scolarisation d un enfant porteur de handicap Domaine(s) de compétence

Plus en détail

BVA / Orange / Forum d Avignon. Les Français et la culture numérique

BVA / Orange / Forum d Avignon. Les Français et la culture numérique Octobre 2010 BVA / Orange / Forum d Avignon Les Français et la culture numérique Ce sondage est réalisé par pour et le et sera présenté lors du du 4 au 6 novembre Contact BVA : Céline Bracq Directrice

Plus en détail

PROGRAMME D ENTRAÎNEMENT 2015

PROGRAMME D ENTRAÎNEMENT 2015 2015 OBJECTIF Ce programme d entraînement a comme objectif de vous préparer à réaliser un défi unique et ambitieux : courir des relais de 1 km et 2 km pendant plus de 30 heures consécutives, en reliant

Plus en détail

Solutions SMART pour la formation Optez pour des sessions de formation interactives et collaboratives

Solutions SMART pour la formation Optez pour des sessions de formation interactives et collaboratives Solutions SMART pour la formation Optez pour des sessions de formation interactives et collaboratives Dynamisez vos formations! Boostez votre productivité Fonctionnement de la formation SMART Les solutions

Plus en détail

FestiClip Fiche technique. Exporter son film pour le diffuser

FestiClip Fiche technique. Exporter son film pour le diffuser FestiClip Fiche technique Exporter son film pour le diffuser Le montage de votre film est terminé, il reste à le sortir sur le support de votre choix. Ce peut être sur cassette vidéo, sur DVD ou sous la

Plus en détail

C2i (Certificat Informatique et Internet) Module A1 Première partie. Module A1 Première partie

C2i (Certificat Informatique et Internet) Module A1 Première partie. Module A1 Première partie C2I Certificat Informatique et C2i (Certificat Informatique et Internet) Module A1 Première partie C2I Certificat Internet Plan de la présentation : Module A1 Première partie 1) Être conscient de l évolution

Plus en détail

Table des matières. Résumé... 2 Introduction... 2 Objectif... 2 Méthodologie... 3 Résultats... 5 Conclusion... 7

Table des matières. Résumé... 2 Introduction... 2 Objectif... 2 Méthodologie... 3 Résultats... 5 Conclusion... 7 Xerox ColorQube 9201/9202/9203 Livre blanc Evaluation du cycle de vie d un système multifonction par rapport à un système multifonction laser couleur Investissement énergétique sur toute la durée de vie

Plus en détail

FICHE PRATIQUE N P/TNT/2B RECEPTION PAR ANTENNE-RÂTEAU EN METROPOLE :

FICHE PRATIQUE N P/TNT/2B RECEPTION PAR ANTENNE-RÂTEAU EN METROPOLE : FICHE PRATIQUE N P/TNT/2B dernière m. à j. : 24/12/09 Thématique technologique : Arrêt de la diffusion TV analogique / Passage à la diffusion TV numérique. RECEPTION PAR ANTENNE-RÂTEAU EN METROPOLE : INSTALLATION

Plus en détail

PROGRAMMATION D UN ENREGISTREUR NUMÉRIQUE PERSONNEL (ENP) À PARTIR D ILLICO WEB. Guide d utilisation v 1.0

PROGRAMMATION D UN ENREGISTREUR NUMÉRIQUE PERSONNEL (ENP) À PARTIR D ILLICO WEB. Guide d utilisation v 1.0 PROGRAMMATION D UN ENREGISTREUR NUMÉRIQUE PERSONNEL (ENP) À PARTIR D ILLICO WEB Guide d utilisation v 1.0 1 Table des matières I PRÉSENTATION... 3 II IDENTIFICATION ET OUVERTURE DE SESSION... 4 1) Identification

Plus en détail

FreePlayer et FreeMultipostes

FreePlayer et FreeMultipostes FreePlayer et FreeMultipostes la télé avec l'adsl mac club 06 démo de Roger Sonnati partie I ADSL par Free COMMENT CA MARCHE! Le réseau téléphonique français peut être figuré comme un immense filet de

Plus en détail

Bureau de l enquêteur correctionnel. L isolement préventif et le système correctionnel fédéral. Tendance sur 10 ans

Bureau de l enquêteur correctionnel. L isolement préventif et le système correctionnel fédéral. Tendance sur 10 ans Bureau de l enquêteur correctionnel L isolement préventif et le système correctionnel fédéral Tendance sur 10 ans 28 mai 2015 NO DE CAT: PS104-12/2015F-PDF ISSN: 978-0-660-02227-7 Sa Majesté la Reine du

Plus en détail

GUIDE D UTILISATION. 1. Installation du logiciel. 2. La page d accueil. 3. Créer une évaluation

GUIDE D UTILISATION. 1. Installation du logiciel. 2. La page d accueil. 3. Créer une évaluation GUIDE D UTILISATION 1. Installation du logiciel Afin d installer le logiciel, veuillez vous assurer que vous disposez des droits d administrateur sur votre ordinateur (par exemple, ordinateur personnel

Plus en détail

VOTRE ENFANT VA AVOIR UN EEG, QUE DEVEZ-VOUS SAVOIR?

VOTRE ENFANT VA AVOIR UN EEG, QUE DEVEZ-VOUS SAVOIR? VOTRE ENFANT VA AVOIR UN EEG, QUE DEVEZ-VOUS SAVOIR? Votre médecin a prescrit pour votre enfant un électroencéphalogramme ou EEG. Cet examen se déroule dans un laboratoire de neurophysiologie ou dans le

Plus en détail

TP1 : Ombres et couleurs - Correction

TP1 : Ombres et couleurs - Correction TP1 : Ombres et couleurs - Correction I II II.1 Obtention de lumières colorées à partir de la lumière blanche Mélangeons les lumières colorées Expériences II.1.1 II.1.2 II.2 Utilisation de lumières rouge,

Plus en détail

MVS Medical Visualisation Studio Version 1.0 Manuel utilisateur

MVS Medical Visualisation Studio Version 1.0 Manuel utilisateur MVS Medical Visualisation Studio Version 1.0 Manuel utilisateur Table des matières 1. Introduction... 3 2. Installation du logiciel... 3 3. Lancement du programme et ouverture d un fichier... 3 4. Manipulations

Plus en détail

2013 Pearson France Photoshop Elements 12 pour les photographes du numérique Loïc Olive

2013 Pearson France Photoshop Elements 12 pour les photographes du numérique Loïc Olive 1 l EnvirOnnEmEnt de travail L apprentissage d un logiciel de retouche photo passe par la découverte de son interface, de ses outils et des options de personnalisation de l espace de travail. C est donc

Plus en détail

Mini Mobile Story Dossier de presse - Juillet 2013

Mini Mobile Story Dossier de presse - Juillet 2013 Dossier de presse - Juillet 2013 «Racontez de petites histoires sur vos smartphones» Introduction «Avez-vous déjà flashé un Qr Code avec votre smartphone?» «Vous êtes tombés sur un site fait pour un écran

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 299 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2008-2009 Annexe au procès-verbal de la séance du 24 mars 2009 PROPOSITION DE LOI tendant à réviser périodiquement le découpage des cantons afin de limiter les écarts de

Plus en détail

Chapitre III Les anomalies de la régulation de la glycémie

Chapitre III Les anomalies de la régulation de la glycémie Chapitre III Les anomalies de la régulation de la glycémie -I -Unité et diversité des diabètes Mesures de la glycémie en continu chez un patient diabétique 1 Les critères de diagnostic du diabète 2 3 Conclusion

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 22ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université de Paris X - Nanterre - Mardi 16 mars 2010 - Les faits marquants en 2009

Plus en détail

Programme de rééducation de la vessie

Programme de rééducation de la vessie Programme de rééducation de la vessie 1 2 Introduction Ce à quoi vous devriez vous attendre : vous lever la nuit pour aller uriner à une ou Lorsque vous urinez, vous éliminez l équivalent d une à deux

Plus en détail

Lycée polyvalent Langevin-Wallon Champigny sur Marne Val de Marne

Lycée polyvalent Langevin-Wallon Champigny sur Marne Val de Marne Ministère de l éducation nationale Académie de Créteil LW JEAN-MICHEL NICOLAS CHEF DE TRAVAUX : 01 48 81 25 02 : 01 48 81 31 83 jean-michel.nicolas@ac-creteil.fr Version 2015.0 2015-08-23 Lycée polyvalent

Plus en détail

CODE D AUTODISCIPLINE

CODE D AUTODISCIPLINE BRASSERIES ET LIMONADERIES DU BURUNDI CODE D AUTODISCIPLINE BRARUDI SA - Bvd du 1er Novembre, BP 540 Bujumbura tél : (257) 22 215 360 fax : (257) 22 222 948 Route Nationale N 2, BP 115 Gitega tél : (257)

Plus en détail

23ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES

23ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 23ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université Paris Ouest - Mercredi 6 avril 2011-1 La diffusion des crédits recule toujours

Plus en détail

Avertissement. Cette présentation ne prétend pas détenir la seule vérité en matière d histogramme

Avertissement. Cette présentation ne prétend pas détenir la seule vérité en matière d histogramme Avertissement Cette présentation ne prétend pas détenir la seule vérité en matière d histogramme Si vous fouillez un peu dans votre appareil photo, vous êtes surement déjà tombé sur un graphique un peu

Plus en détail

Comment procéder à une recherche et mémorisation des chaînes?

Comment procéder à une recherche et mémorisation des chaînes? Mise à jour terminal Contrôle de réception Comment procéder à une recherche et mémorisation des chaînes? Préférences écran Confort Vidéo Confort Audio Code parents Recherche des chaînes TNT Cas Vous avez

Plus en détail

ARTICLE A LIRE POUR EVITER QUE LES MARQUES EN NOIR ET BLANC NE VOUS EN FASSENT VOIR DE TOUTES

ARTICLE A LIRE POUR EVITER QUE LES MARQUES EN NOIR ET BLANC NE VOUS EN FASSENT VOIR DE TOUTES ARTICLE A LIRE POUR EVITER QUE LES MARQUES EN NOIR ET BLANC NE VOUS EN FASSENT VOIR DE TOUTES LES COULEURS! Paris, le 23 décembre 2014 Par Esther DUPAIN, Conseil en Propriété Industrielle, Vous vous posez

Plus en détail

Windows Live Messenger

Windows Live Messenger TUTORIEL Windows Live Messenger Outil de messagerie instantanée Alex 1/1/2011 Ce tutoriel est destiné aux personnes qui désirent apprendre à se servir du service de messagerie instantanée MSN et mieux

Plus en détail

Damien Girardin dgi.girardin@gmail.com 079 358 43 94. Rapport. Analyse d audience www.closdudoubs.ch

Damien Girardin dgi.girardin@gmail.com 079 358 43 94. Rapport. Analyse d audience www.closdudoubs.ch Damien Girardin dgi.girardin@gmail.com 079 358 43 94 Rapport Analyse d audience www.closdudoubs.ch Rapport Table des matières Version 1.0 Table des matières 1 Explications... 3 2 Analyse... 3 2.1 Sessions...

Plus en détail

PROPOSITION DU COMITÉ DE SÉLECTION ET D ÉVALUATION CONCERNANT LA RÉVISION DU SALAIRE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL DU FEM

PROPOSITION DU COMITÉ DE SÉLECTION ET D ÉVALUATION CONCERNANT LA RÉVISION DU SALAIRE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL DU FEM Réunion du Conseil du FEM 29 juin 2 juillet 2010 Washington GEF/C.38/11 22 juin 2010 Point 19 de l ordre du jour PROPOSITION DU COMITÉ DE SÉLECTION ET D ÉVALUATION CONCERNANT LA RÉVISION DU SALAIRE DU

Plus en détail

Une méthode d exercice efficace, discrète et facile pour traiter et prévenir l incontinence urinaire à l effort

Une méthode d exercice efficace, discrète et facile pour traiter et prévenir l incontinence urinaire à l effort La rééducation du plancher pelvien avec les cônes vaginaux LadySystem Une méthode d exercice efficace, discrète et facile pour traiter et prévenir l incontinence urinaire à l effort Les renseignements

Plus en détail

JF N 18756 Contact IFOP : Jérôme Fourquet Tél : 01 45 84 14 44 jerome.fourquet@ifop.com. pour

JF N 18756 Contact IFOP : Jérôme Fourquet Tél : 01 45 84 14 44 jerome.fourquet@ifop.com. pour JF N 18756 Contact IFOP : Jérôme Fourquet Tél : 01 45 84 14 44 jerome.fourquet@ifop.com pour Les Français et les tatouages Résultats détaillés Juillet 2010 Sommaire Pages - 1 - La méthodologie... 1-2 -

Plus en détail

Aff 3958 Mutuelle Eovi Usmar services et soins c/ Centre hospitalier de Roanne (Renvoi du TA de Lyon)

Aff 3958 Mutuelle Eovi Usmar services et soins c/ Centre hospitalier de Roanne (Renvoi du TA de Lyon) 1 TC Aff 3958 Mutuelle Eovi Usmar services et soins c/ Centre hospitalier de Roanne (Renvoi du TA de Lyon) Rapp. Y. Maunand Séance du 7 juillet 2014 La question de compétence qui vous a été renvoyée par

Plus en détail

La problématique de l assurance visà-vis des risques naturels majeurs. Approche

La problématique de l assurance visà-vis des risques naturels majeurs. Approche La problématique de l assurance visà-vis des risques naturels majeurs Approche principe Les assurances sont souvent très frileuses des qu il s agit d assurer un risque à la Martinique qui pour eux cumule

Plus en détail

-Identifier les éléments qui déterminent le coût d un objet technique.

-Identifier les éléments qui déterminent le coût d un objet technique. A / LES OBJETS TECHNIQUES EN DOMOTIQUE B / LA REPRESENTATION FONCTIONNELLE C / LE RESPECT DES CONTRAINTES D / LA CHAINE D ENERGIE D UN OBJET TECHNIQUE E/ LA CHAINE D INFORMATION D UN OBJET TECHNIQUE A

Plus en détail

PROGRAMME D ENTRAÎNEMENT 2014

PROGRAMME D ENTRAÎNEMENT 2014 2014 OBJECTIF Ce programme d entraînement a comme objectif de vous préparer à réaliser un défi unique et ambitieux : courir des relais de 1 à 2 km pendant environ 30 heures, sur une distance totalisant

Plus en détail

CH 06 UTILISATION DE L OSCILLOSCOPE

CH 06 UTILISATION DE L OSCILLOSCOPE CH 06 UTILISATION DE L OSCILLOSCOPE Pendant tout le TP vous utiliserez la Fiche méthode de l oscilloscope OX 71 Livre Bordas, Collection ESPACE, 2008, p 183 I- FONCTIONNEMENT Mettre l appareil sous tension.

Plus en détail

CENTRALE D ACHAT ACHAT- STOCKAGE ET DISTRIBUTION D EMBALLAGE POUR L INDUSTRIE AGRO ALIMENTAIRE

CENTRALE D ACHAT ACHAT- STOCKAGE ET DISTRIBUTION D EMBALLAGE POUR L INDUSTRIE AGRO ALIMENTAIRE CENTRALE D ACHAT ACHAT- STOCKAGE ET DISTRIBUTION D EMBALLAGE POUR L INDUSTRIE AGRO ALIMENTAIRE Africa agro pack(dakar) Par Eléonore Rabemananjara (Madagascar) Objectif Retracer les étapes pratiques de

Plus en détail

Montant de retenue et obligation de remboursement

Montant de retenue et obligation de remboursement Guide technique sur le développement des systèmes à l intention des fournisseurs de REEI Montant de retenue et obligation de remboursement Les institutions financières sont responsables de déterminer les

Plus en détail

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Historique des versions : Date Contenu de la mise à jour Version 10 mars 2008 1 Préambule : Cette fiche d application présente les différents

Plus en détail

L UTILISATION D INTERNET CHEZ LES PROFESSIONNELS DU SERVICE

L UTILISATION D INTERNET CHEZ LES PROFESSIONNELS DU SERVICE L UTILISATION D INTERNET CHEZ LES PROFESSIONNELS DU SERVICE Sondage mené en ligne auprès de 1000 personnes parmi les prestataires de service aux particuliers inscrits sur sefaireaider.com. Objectif du

Plus en détail

Réalisez votre audit interne et préparez-vous à l audit externe

Réalisez votre audit interne et préparez-vous à l audit externe ÉTAPE 14I Réalisez votre audit interne et préparez-vous à l audit externe Cette étape remplit une exigence de l article 4.2 de la norme. Exigences de la norme (article 4.2).1 Réalisez votre audit interne

Plus en détail

La vente des logements en France : caractéristiques et intervenants. Département Finance

La vente des logements en France : caractéristiques et intervenants. Département Finance La vente des logements en France : caractéristiques et intervenants Département Finance FICHE TECHNIQUE Enquête postale réalisée pour L ADRESSE par TNS Sofres: Echantillon tiré du panel Métascope de TNS

Plus en détail

CAP SCIENCES DÉVOILE SA NOUVELLE IDENTITÉ VISUELLE!

CAP SCIENCES DÉVOILE SA NOUVELLE IDENTITÉ VISUELLE! CAP SCIENCES DÉVOILE SA NOUVELLE IDENTITÉ VISUELLE! Vous avez sans doute pu vous apercevoir, en passant devant Cap Sciences, du changement sur la façade!!! Oui, Cap Sciences a changé de logo et ceci n

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LA TÉLÉVISION PAR SATELLITE

ENQUÊTE SUR LA TÉLÉVISION PAR SATELLITE Université de Loughborough Royaume Uni ENQUÊTE SUR LA TÉLÉVISION PAR SATELLITE Merci d avoir consenti à participer à cette enquête. Toutes les réponses fournies dans le cadre de ce questionnaire resteront

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 21ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université de Paris X - Nanterre - Mars 2009 - Les faits marquants en 2008 : la diffusion

Plus en détail

Fiche thématique n 9 Les infractions au code de la consommation et au droit de la concurrence en 2012

Fiche thématique n 9 Les infractions au code de la consommation et au droit de la concurrence en 2012 Les infractions au code de la consommation et au droit de la concurrence en 2012 Principaux enseignements En 2012, les enquêteurs de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la

Plus en détail

L application de la Psu : premiers éléments de bilan. Comité partenarial petite enfance, Le 25 septembre 2015

L application de la Psu : premiers éléments de bilan. Comité partenarial petite enfance, Le 25 septembre 2015 L application de la Psu : premiers éléments de bilan Comité partenarial petite enfance, Le 25 septembre 2015 1. Réaliser un premier constat après un an de mise en œuvre des ajustements de la Psu Un meilleur

Plus en détail

Process Daemon. Manuel de l utilisateur. Tous droits réservés 2008-2009 BrainBox Technology Inc. Process Daemon

Process Daemon. Manuel de l utilisateur. Tous droits réservés 2008-2009 BrainBox Technology Inc. Process Daemon Manuel de l utilisateur Table des matières 1.0 INTRODUCTION 3 2.0 EXEMPLES D APPLICATIONS 3 3.0 DESCRIPTION DU LOGICIEL 4 4.0 PREMIÈRE UTILISATION 11 5.0 QUESTIONS FRÉQUENTES 15 6.0 SYSTÈME REQUIS 17 Page

Plus en détail

CONSIGNES D UTILISATION

CONSIGNES D UTILISATION NOTICE DE MONTAGE Kit d'alimentation électrique solaire photovoltaïque avec plusieurs panneaux solaires et système de batteries PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT Le module photovoltaïque transforme le rayonnement

Plus en détail

Les mutuelles de prévention

Les mutuelles de prévention Les modes de tarification de la Commission sur la Santé et Sécurité au Travail (CSST) Annuellement, chaque employeur doit remettre à la CSST une prime dont le montant est calculé selon le taux de prime.

Plus en détail

Encadré 3. Graphique A Nombre de demandeurs d emploi de catégorie A et nombre de chômeurs au sens du BIT

Encadré 3. Graphique A Nombre de demandeurs d emploi de catégorie A et nombre de chômeurs au sens du BIT Encadré 3 Chômeurs au sens du BIT et demandeurs d emploi inscrits sur les listes de Pôle emploi Les différences conceptuelles entre chômage au sens du BIT et inscription à Pôle emploi Le chômage au sens

Plus en détail

LIBÉREZ VOTRE SOURIRE INVISALIGN TEEN L ALTERNATIVE TRANSPARENTE AUX APPAREILS ORTHODONTIQUES.

LIBÉREZ VOTRE SOURIRE INVISALIGN TEEN L ALTERNATIVE TRANSPARENTE AUX APPAREILS ORTHODONTIQUES. LIBÉREZ VOTRE SOURIRE INVISALIGN TEEN L ALTERNATIVE TRANSPARENTE AUX APPAREILS ORTHODONTIQUES. Votre téléphone est SANS FIL. Votre ordinateur AUSSI. Pourquoi pas VOTRE traitement d orthodontie? Bienvenue

Plus en détail

Hongrie. Rémunération du salarié moyen. Dépenses publiques au titre des retraites

Hongrie. Rémunération du salarié moyen. Dépenses publiques au titre des retraites Hongrie Hongrie : le système de retraite en 212 Le système de retraite hongrois est un système par répartition obligatoire, uniforme, à prestations définies, composé d une pension publique liée aux revenus

Plus en détail

B1-4 Administration de réseaux

B1-4 Administration de réseaux B1-4 Administration de réseaux Les réseaux virtuels (VLAN) École nationale supérieure de techniques avancées B1-4 Administration de réseaux 1 / 10 Historique 1 Les premiers réseaux Ethernet étaient conçus

Plus en détail

Travail avec soin et concentration

Travail avec soin et concentration Travail avec soin et concentration Supplément pour la préparation Centre pour le développement de tests et le diagnostic (CTD) Université de Fribourg, Suisse Ce supplément est un complément à la Test Info

Plus en détail

PLAN DE TABLE. un exercice domestique. On a une table ronde autour de laquelle on doit disposer N couples. On s oblige à deux contraintes :

PLAN DE TABLE. un exercice domestique. On a une table ronde autour de laquelle on doit disposer N couples. On s oblige à deux contraintes : PLAN DE TABLE un exercice domestique POSITION DU PROBLÈME On a une table ronde autour de laquelle on doit disposer N couples. On s oblige à deux contraintes : 1) Alternance des hommes et des femmes. 2)

Plus en détail

Collectif Interassociatif sur la Santé. Le baromètre des droits des malades. Rapport de résultats complets Février 2015. Une marque du groupe

Collectif Interassociatif sur la Santé. Le baromètre des droits des malades. Rapport de résultats complets Février 2015. Une marque du groupe Collectif Interassociatif sur la Santé Une marque du groupe Le baromètre des droits des malades Anne-Laure GALLAY Directrice d activité 01.71.16.90.88 Anne-Laure.gallay@lh2.fr Rapport de résultats complets

Plus en détail

Rapport annuel 2014 FORMATION EN DEUX PHASES

Rapport annuel 2014 FORMATION EN DEUX PHASES Rapport annuel 214 FORMATION EN DEUX PHASES La formation en deux phases en 214 La décision du Conseil des États du 2 mars 214 de ne pas donner suite à la motion concernant la suppression de la formation

Plus en détail

Recensement de la population

Recensement de la population Recensement de la population Ménages et familles 1. Définition des concepts Un ménage Un ménage regroupe l ensemble des occupants d une résidence principale, qu ils aient ou non des liens de parenté. Un

Plus en détail

Découvrez ce que votre enfant peut voir

Découvrez ce que votre enfant peut voir 23 Chapitre 4 Découvrez ce que votre enfant peut voir De nombreux enfants qui ont des problèmes de vue ne sont pas totalement aveugles. Ils peuvent voir un peu. Certains enfants peuvent voir la différence

Plus en détail

Enquête d image des Verts neuchâtelois : Conférence de presse du 23 juin 2010. Sommaire. 1. Présentation du projet...3. 2. Enquête de notoriété...

Enquête d image des Verts neuchâtelois : Conférence de presse du 23 juin 2010. Sommaire. 1. Présentation du projet...3. 2. Enquête de notoriété... Sommaire Enquête d image des Verts neuchâtelois : 1. Présentation du projet...3 2. Enquête de notoriété...4 Conférence de presse du 23 juin 2010 3. Enquête d image (interne /externe)...6 4. Analyse de

Plus en détail

Les Cartes et leur Valeur

Les Cartes et leur Valeur RÈGLES CANASTA Règle du Jeu de la Canasta Canasta est le nom d une combinaison de 7 cartes qui donne son nom à cette variante de Rami. Le but du Jeu: Le gagnant est le joueur qui est le premier à atteindre

Plus en détail

Votre enfant a aimé faire partie du programme de l anglais intensif. Votre enfant parle mieux anglais qu'avant 4% 4% 100% 92% 1 élève déjà bilingue

Votre enfant a aimé faire partie du programme de l anglais intensif. Votre enfant parle mieux anglais qu'avant 4% 4% 100% 92% 1 élève déjà bilingue Votre enfant a aimé faire partie du programme de l anglais intensif Votre enfant parle mieux anglais qu'avant 10 4% 4% 92% 1 élève déjà bilingue 3 Votre enfant comprend mieux l'anglais qu'avant 4% 4% Votre

Plus en détail

BIEN CHOISIR VOTRE AMPOULE

BIEN CHOISIR VOTRE AMPOULE BIEN CHOISIR VOTRE AMPOULE Tel 33 0 1 44 19 46 05 M 0 N 85 M 95 N 0 CHOISIR SON AMPOULE 1) Les différentes ampoules disponibles sur le marché : - Incandescence : Un filament conducteur en tungstène est

Plus en détail

MODE D EMPLOI. Classement Socialumni des Associations des Grandes Écoles PRÉSENTATION DÉROULEMENT PARTICIPATION

MODE D EMPLOI. Classement Socialumni des Associations des Grandes Écoles PRÉSENTATION DÉROULEMENT PARTICIPATION MODE D EMPLOI Classement Socialumni des Associations des Grandes Écoles PRÉSENTATION DÉROULEMENT PARTICIPATION 1 PRÉSENTATION Il est désormais impossible d'ignorer l'importance des réseaux de diplômés

Plus en détail

Projet Pédagogique Centre Social Intercommunal de Guérigny ACCUEILS DE LOISIRS Maternels (3-6 ans) Primaires (6-12 ans)

Projet Pédagogique Centre Social Intercommunal de Guérigny ACCUEILS DE LOISIRS Maternels (3-6 ans) Primaires (6-12 ans) Projet Pédagogique Centre Social Intercommunal de Guérigny ACCUEILS DE LOISIRS Maternels (3-6 ans) Primaires (6-12 ans) 1- Présentation du projet éducatif du CSI de Guérigny: Le Centre Social Intercommunal

Plus en détail

Les détecteurs de fumée : Questions / Réponses

Les détecteurs de fumée : Questions / Réponses Les détecteurs de fumée : Questions / Réponses Le SDIS 47, en partenariat avec la MACIF Sud Ouest Pyrénées, le Conseil Général, la Préfecture et l Union départementale des sapeurs-pompiers de Lot-et-Garonne,

Plus en détail

POLITIQUE SUR L ACCESSIBILITÉ POUR LES SERVICES À LA CLIENTÈLE

POLITIQUE SUR L ACCESSIBILITÉ POUR LES SERVICES À LA CLIENTÈLE POLITIQUE SUR L ACCESSIBILITÉ POUR LES SERVICES À LA CLIENTÈLE La présente politique a été adoptée en vue de se conformer aux exigences des Normes d accessibilité pour les services à la clientèle, édictées

Plus en détail

Leçons d échecs 8 ans et plus

Leçons d échecs 8 ans et plus Partenaire de la Fédération Française des Echecs Leçons d échecs ans et plus Leçon Le but du jeu Les échecs se jouent à deux sur un plateau carré de cases blanches (ou claires) et noires (ou foncées) qu

Plus en détail

Guide d application des principales modifications au Règlement sur la formation continue obligatoire des ingénieurs

Guide d application des principales modifications au Règlement sur la formation continue obligatoire des ingénieurs Guide d application des principales modifications au Règlement sur la formation continue obligatoire des ingénieurs Ces modifications entrent en vigueur le 5 juin 2014 et elles s appliquent à l ensemble

Plus en détail

Règlements. procédures d utilisation. des ressources informatiques. de la ACME

Règlements. procédures d utilisation. des ressources informatiques. de la ACME Règlements et procédures d utilisation des ressources informatiques de la ACME Table des matières Règlements sur la sécurité informatique... 1 I. GENERALITES... 1 Art. 1. But... 1 Art. 2... 1 II.LE SERVICE

Plus en détail

Introduction. L enquête

Introduction. L enquête Enquête sur le mal- être et la détresse psychologique des personnes sourdes, malentendantes, devenues sourdes et/ou acouphéniques : Analyse des résultats du point de vue des personnes devenant sourdes

Plus en détail

Projet de représentation des connaissances 2008 Simulation de traitement médical

Projet de représentation des connaissances 2008 Simulation de traitement médical Projet de représentation des connaissances 2008 Simulation de traitement médical Gauvain Bourgne February 27, 2008 1 Description du contexte On considère un ensemble de maladies. Chacune de ces maladies

Plus en détail

Que faire en cas de difficultés pour recevoir la télévision?

Que faire en cas de difficultés pour recevoir la télévision? Réception de la TNT : Que faire en cas de difficultés pour recevoir la télévision? Le passage à la télévision «tout numérique», qui s est achevé en France fin 2011, a constitué une évolution importante

Plus en détail

Notice d installation du patch Lia 8.20

Notice d installation du patch Lia 8.20 Notice d installation du patch Lia 8.20 1 - Lancement de l installation... 1 2 - Préparation de l installation... 2 4 - Répertoire d installation... 4 4.1 - Répertoire d installation détecté... 4 4.2 -

Plus en détail

Assurances placements

Assurances placements Fiche de connaissance Assurances placements Les assurances placement sont des contrats que vous souscrivez avec une compagnie d assurances, et non avec une banque. Elles sont toutefois commercialisées

Plus en détail