Organisation des Ordinateurs

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Organisation des Ordinateurs"

Transcription

1 Organisation des Ordinateurs Bernard Boigelot URL : 1

2 Chapitre 1 Les circuits digitaux 2

3 Les ordinateurs Définition: Un ordinateur est une machine capable de résoudre des problèmes et de traiter des données en effectuant des opérations préétablies. But du cours: Etudier le fonctionnement interne des ordinateurs. 3

4 L information (I) Question: Quand peut-on dire qu un objet A possède de l information? A B 42??? Réponse: Lorsque A connaît une donnée (p.ex., la valeur d une variable) et cette donnée peut être communiquée à un autre objet B qui ne la connaît pas. 4

5 L information (II) Remarque: Communiquer une donnée de A à B s effectue via des signaux transmis via un canal de communication. Définition: L information est une donnée pouvant être transmise par un signal (ou par une combinaison de signaux). Exemple: Compact Disc. 5

6 Les signaux continus Les signaux véhiculant de l information peuvent prendre plusieurs formes. Définition: Un signal continu est un signal qui peut prendre un nombre infini de valeurs dans un intervalle donné. min max Inconvénient: L information n est pas transmise fiablement, car la valeur de chaque signal est entachée d imprécisions. 6

7 Le bruit L ensemble des imprécisions affectant un signal peut être regroupé en un signal de bruit. Lorsque A transmet un signal à B, on a donc: signal reçu par B = signal émis par A + signal de bruit Remarques: Le bruit ne peut jamais être entièrement éliminé d un signal continu. Le bruit limite la quantité de données pouvant être transmises par un signal 7

8 Les signaux discrets Définition: Un signal discret est un signal possédant un nombre fini de valeurs nominales. Avantage: La transmission fiable de données est possible malgré la présence de bruit. En effet, si l amplitude du signal de bruit est suffisamment petite, les valeurs transmises peuvent toujours être correctement identifiées à leur réception. Dans les ordinateurs, l information est transmise, traitée et mémorisée au moyen de signaux discrets. 8

9 Exemple de signaux discrets Tonalités de signalisation d un téléphone à touches: 1209 Hz 1336 Hz 1477 Hz 687 Hz Hz Hz 941 Hz # 9

10 La quantité d information (I) Question: Comment peut-on quantifier la quantité d information transportée par un signal discret? Desiderata: Plus la probabilité de recevoir une valeur est faible, plus la quantité d information est élevée. inf > inf Lorsque l on combine des signaux indépendants, l information doit s additionner. inf = 3 inf 10

11 La quantité d information (II) Définition: La quantité d information transmise par une valeur discrète reconnaissable de façon fiable est égale à log 2 1 p, où p dénote la probabilité que cette valeur soit reçue. Cette quantité d information s exprime en bits (binary digits). Par conséquent, la quantité d information contenue dans un signal pouvant prendre N valeurs équiprobables (reconnaissables de façon fiable) vaut log 2 N. Un bit représente donc la quantité d information permettant de distinguer fiablement deux valeurs équiprobables. 11

12 Exemples On transmet une lettre de l alphabet au moyen d un signal de tension: A = 0 V, B = 0,04 V, C = 0,08 V,..., Y = 0,96 V, Z = 1 V. Situation 1: Les 26 valeurs peuvent être fiablement reconnues. Si les probabilités de recevoir un E et un Z sont (resp.) égales à 0,18 et 0,0007, la quantité d information transmise par les signaux correspondants vaut (resp.) et log 2 1 0,18 log 2 1 0,0007 2,47 bits 10,48 bits. 12

13 Si les 26 lettres ont la même probabilité d être reçues, la quantité d information contenue dans un signal vaut log ,7 bits. Situation 2: On ne peut distinguer que les tensions supérieures ou inférieures à 0,5 V. Si les 2 valeurs sont équiprobables, la quantité d information véhiculée par un signal vaut log 2 2 = 1 bit. 13

14 L abstraction digitale Dans les circuits d un ordinateur, l information est représentée par une grandeur physique discrète: la tension électrique (le plus souvent), mais parfois aussi le courant, la fréquence, l intensité lumineuse,.... Pour décrire les circuits de l ordinateur, il est plus commode de faire référence aux valeurs représentées par les signaux plutôt qu aux grandeurs physiques utilisées. La correspondance entre un signal discret et la valeur représentée par celui-ci porte le nom d abstraction digitale. L abstraction digitale va nous permettre de décrire des circuits élémentaires et de les combiner de manière à obtenir des circuits complexes, en faisant abstraction des aspects électriques et électroniques du problème. 14

15 L algèbre booléenne Pour des raisons de simplicité et d immunité maximale au bruit, les signaux discrets utilisés dans les ordinateurs sont binaires. Rappel: La quantité d information contenue dans un signal binaire équiprobable vaut log 2 2 = 1 bit. L algèbre booléenne est la théorie des opérations impliquant des variables binaires. Par convention, les deux valeurs que peut prendre une variable booléenne sont appelées vrai et faux. Ces deux valeurs peuvent aussi être dénotées par des nombres: vrai = 1, faux = 0. 15

16 Les tables de vérité Définition: Une fonction booléenne d arité n est une fonction de n variables booléennes d entrée vers une variable booléenne de sortie (n 0). Pour définir une fonction booléenne, il suffit de donner sa valeur de sortie pour toutes les combinaisons possibles de valeurs de ses arguments. La table associant ces valeurs de sortie aux combinaisons de valeurs d entrée est appelée table de vérité. La table de vérité d une fonction d arité n possède 2 n lignes. 16

17 Exemple Table de vérité de la fonction f à trois arguments qui est vraie si et seulement si exactement deux de ses arguments sont vrais: x 1 x 2 x 3 f(x 1, x 2, x 3 )

18 Les fonctions booléennes de base Question: Combien y a-t-il de fonctions booléennes distinctes d arité n? Réponse: La table de vérité d une fonction d arité n possède 2 n lignes, et Chaque ligne d une table de vérité peut prendre la valeur 0 ou la valeur 1. Il y a 2 2n tables de vérité distinctes. Il existe donc 2 22 = 16 fonctions booléennes d arité 2. Certaines de ces fonctions présentent un intérêt particulier. 18

19 La fonction AND Cette fonction possède la table de vérité suivante: x 1 x 2 AND(x 1, x 2 ) Elle se dénote par l opérateur binaire : AND(x 1, x 2 ) = x 1 x 2 La valeur x 1 x 2 est vraie si et seulement si x 1 et x 2 sont vrais. 19

20 La fonction OR Cette fonction possède la table de vérité suivante: x 1 x 2 OR(x 1, x 2 ) Elle se dénote par l opérateur binaire + : OR(x 1, x 2 ) = x 1 + x 2 La valeur x 1 + x 2 est vraie si et seulement si x 1 ou x 2 sont vrais. 20

21 La fonction XOR Cette fonction (aussi appelée ou exclusif) possède la table de vérité suivante: x 1 x 2 XOR(x 1, x 2 ) Elle se dénote par l opérateur binaire : XOR(x 1, x 2 ) = x 1 x 2 La valeur x 1 x 2 est vraie si et seulement si x 1 ou bien x 2 est vrai. 21

22 La fonction NAND Cette fonction possède la table de vérité suivante: x 1 x 2 NAND(x 1, x 2 ) Remarque: Pour les mêmes valeurs d arguments, cette fonction renvoie toujours une valeur opposée à celle de la fonction AND. On a donc NAND(x 1, x 2 ) = NOT (AND(x 1, x 2 )), où NOT est une fonction unaire renvoyant une valeur différente de celle de son argument. 22

23 La fonction NOT La table de vérité de cette fonction est par conséquent la suivante: x 1 NOT (x 1 ) Elle se dénote par une barre horizontale au dessus de son argument, ou bien par l opérateur unaire : NOT (x 1 ) = x 1 = x 1. On a donc NAND(x 1, x 2 ) = x 1 x 2. 23

24 La fonction NOR Cette fonction possède la table de vérité suivante: x 1 x 2 NOR(x 1, x 2 ) Remarque: Pour les mêmes valeurs d arguments, cette fonction renvoie toujours une valeur opposée à celle de la fonction OR. On a donc NOR(x 1, x 2 ) = x 1 + x 2. 24

25 Les expressions booléennes Les opérateurs, +, et permettent de construire des expressions. Par convention, l opérateur a une priorité plus élevée que + et : x 1 + x 2 x 3 est équivalent à x 1 + (x 2 x 3 ). De même, x 1 x 2 x 3 est équivalent à x 1 (x 2 x 3 ). Nous allons étudier quelques propriétés des expressions booléennes. 25

26 La commutativité Les opérateurs, + et sont commutatifs: x 1 x 2 = x 2 x 1, x 1 + x 2 = x 2 + x 1, x 1 x 2 = x 2 x 1. L associativité Les opérateurs, + et sont associatifs: x 1 (x 2 x 3 ) = (x 1 x 2 ) x 3, x 1 + (x 2 + x 3 ) = (x 1 + x 2 ) + x 3, x 1 (x 2 x 3 ) = (x 1 x 2 ) x 3. Remarque: L associativité permet d éliminer les parenthèses des expressions précédentes. 26

27 La distributivité L opérateur est distributif sur les opérateurs + et : x 1 (x 2 + x 3 ) = (x 1 x 2 ) + (x 1 x 3 ), x 1 (x 2 x 3 ) = (x 1 x 2 ) (x 1 x 3 ). L opérateur + est distributif sur l opérateur : x 1 + (x 2 x 3 ) = (x 1 + x 2 ) (x 1 + x 3 ). Remarque: Cette dernière propriété n est pas valide en arithmétique! 27

28 Les règles de DeMorgan Ces règles permettent d exprimer chacun des opérateurs + et en fonction de l autre et du complément : x 1 + x x n = x 1 x 2 x n, x 1 x 2 x n = x 1 + x x n. Il est aussi possible d exprimer l opérateur en fonction des autres opérateurs: x 1 x 2 = x 1 x 2 + x 1 x 2. 28

29 Les règles d absorption Ces règles permettent de simplifier certaines expressions: x 1 + (x 1 x 2 ) = x 1 x 1 (x 1 + x 2 ) = x 1 x 1 + (x 1 x 2 ) = x 1 + x 2 x 1 (x 1 + x 2 ) = x 1 x 2 x 1 (x 1 x 2 ) = x 1 x 2 x 1 (x 1 x 2 ) = x 1 x 2 Autres règles x = 1 x 1 0 = 0 x 1 0 = x 1 x = x 1 x 1 1 = x 1 x 1 1 = x 1 x 1 + x 1 = x 1 x 1 x 1 = x 1 x 1 x 1 = 0 x 1 + x 1 = 1 x 1 x 1 = 0 x 1 x 1 = 1 29

30 Exercice On souhaite construire une expression booléenne dénotant la fonction possédant la table de vérité x 1 x 2 x 3 f(x 1, x 2, x 3 ) Cette fonction n est vraie que pour trois valeurs de ses arguments: (0, 1, 1), (1, 0, 1), (1, 1, 0). 30

31 Pour chaque valeur des arguments, on peut écrire une expression qui est vraie pour cette valeur, et fausse pour toutes les autres: f (0,1,1) (x 1, x 2, x 3 ) = x 1 x 2 x 3 f (1,0,1) (x 1, x 2, x 3 ) = x 1 x 2 x 3 f (1,1,0) (x 1, x 2, x 3 ) = x 1 x 2 x 3. La fonction f est vraie si au moins une des trois fonctions précédentes est vraie pour les mêmes valeurs des arguments: f(x 1, x 2, x 3 ) = f (0,1,1) (x 1, x 2, x 3 ) + f (1,0,1) (x 1, x 2, x 3 ) + f (1,1,0) (x 1, x 2, x 3 ) = x 1 x 2 x 3 + x 1 x 2 x 3 + x 1 x 2 x 3. En appliquant les règles de l algèbre booléenne: f(x 1, x 2, x 3 ) = (x 1 x 2 + x 1 x 2 ) x 3 + x 1 x 2 x 3 = (x 1 x 2 ) x 3 + x 1 x 2 x 3. 31

32 Les niveaux de tension Les circuits de l ordinateur manipulent les valeurs booléennes en associant un niveau de tension nominal à chacune d elles. Il est important de pouvoir distinguer fiablement les deux valeurs, même en présence de bruit. On choisit donc deux niveaux de tension les plus éloignés possible l un de l autre: La tension nulle pour la valeur 0; La tension d alimentation pour la valeur 1. Il est cependant impossible de construire des circuits qui produisent exactement ces tensions. On définit donc des intervalles de validité plutôt que des niveaux de tension ponctuels. Les circuits sont construits de façon à ne générer que des signaux valides. 32

33 Les marges d erreur Bien que les signaux soient valides à la sortie des composants qui les génèrent, ils sont corrompus par une certaine quantité de bruit avant d arriver à l entrée d autres composants. On tient compte de ce bruit en dotant chaque intervalle de validité d une marge d erreur qui lui est adjacente. Les signaux situés dans les marges d erreur peuvent être fiablement décodés en valeurs booléennes. 33

34 Exemple 5 V Intervalle de validité (valeur 1) Marge d erreur (1) 4 V 3, 5 V Plage interdite Marge d erreur (0) 1, 5 V 1 V Intervalle de validité (valeur 0) 0 V 34

35 La discipline statique Un circuit ne peut être connecté à d autres circuits que s il satisfait aux règles suivantes: Si on fournit des signaux valides constants aux entrées du circuit, alors ce dernier finira par générer des signaux de sortie valides après un certain délai de propagation. Un signal d entrée est considéré valide si sa tension se situe dans un des deux intervalles de validité ou dans la marge d erreur correspondante (mais pas dans la plage interdite). Un signal de sortie est considéré valide si sa tension appartient à un des deux intervalles de validité (mais pas à une marge d erreur ni à la plage interdite). L ensemble de ces règles constitue une discipline statique. Celle-ci garantit l absence de signaux invalides en dehors des périodes de propagation et de transition des valeurs. 35

36 Les familles logiques Il existe plusieurs types de circuits capables de traiter des signaux digitaux. Une famille logique est une norme définissant des niveaux de tension (intervalles de validité, marges d erreur); des circuits de base; un ensemble de contraintes à respecter (sur la forme des connexions permises, les temps de propagation,... ); un procédé de fabrication des composants;... Les principales familles actuellement utilisées sont CMOS et TTL. 36

37 Les portes logiques Les portes logiques sont des circuits digitaux élémentaires réalisant les fonctions booléennes de base. Les symboles conventionnels attribués aux portes sont les suivants: x 1 x 2 x 1 x 2 x 1 x 2 x 1 x 2 x 1 x 1 x 1 x 2 x 1 + x 2 x 1 x 2 x 1 + x 2 x 1 x 2 x 1 x 2 x 1 x 1 Remarques: Ces symboles peuvent aussi décrire des portes possédant plus de deux entrées; Bien sûr, les portes respectent la discipline statique! 37

38 L interconnexion des portes L interconnexion de plusieurs portes logiques permet de construire des circuits plus complexes. Les règles d interconnexion sont les suivantes: On ne peut pas connecter entre elles les sorties de plusieurs portes, ou différentes entrées d un même circuit; Il est permis de connecter la sortie d une porte aux entrées d autres portes. Exemple: Porte AND à trois entrées construite à partir de deux portes à deux entrées: x 1 x 2 x 3 x 1 x 2 x 3 38

39 Les circuits combinatoires Un chemin est un parcours d un circuit, à partir d un de ses points, effectué en suivant les connexions et en franchissant les portes d une entrée vers la sortie. Un cycle est un chemin dont le point d origine et le point de destination sont identiques, et qui franchit au moins une porte. Définition: Un circuit combinatoire est un circuit digital dont aucun chemin n est un cycle. Propriété: Les valeurs booléennes générées aux sorties d un circuit combinatoire dépendent uniquement des valeurs fournies aux entrées de celui-ci. En d autres termes, un circuit combinatoire à n entrées et m sorties peut être défini par m fonctions booléennes d arité n. 39

40 Remarque: Sous l hypothèse où toutes les portes possèdent le même délai de propagation, le délai de propagation maximal d un circuit combinatoire correspond au chemin le plus long d une entrée vers une sortie. 40

41 Exemple 1 Circuit combinatoire réalisant la fonction d arité 3 vraie si et seulement si deux de ses entrées sont vraies: x 1 x 2 x 3 x 1 x 2 x 3 (x 1 x 2 ) x 3 f x 1 x 2 x 3 x 1 x 2 x 3 Temps de propagation maximal: 3τ, où τ est le temps de propagation maximal d une porte. 41

42 Exemple 2 Circuit à deux entrées contrôlant un affichage à sept segments. Le chiffre affiché totalise le nombre d entrées vraies. Un segment est allumé lorsque la sortie correspondante est vraie: x 1 x 2 a 1 b a c f g b d e d c e f g Temps de propagation maximal: 2τ. 42

43 L instabilité Il est facile de construire des circuits qui ne sont pas combinatoires: Ce circuit possède une particularité: Il est impossible d affecter une valeur booléenne fixe à sa seule connexion! Ce circuit est instable. Définition: Un circuit est stable s il est possible d affecter une valeur booléenne persistante à chacune de ses connexions. 43

44 Les circuits instables sont à proscrire! En pratique, de tels circuits génèrent des signaux invalides, ou des oscillations. 44

45 Les circuits non combinatoires stables Tous les circuits non combinatoires ne sont pas instables: x 1 x 2 L attribution des valeurs x 1 = 0 et x 2 = 1 est persistante, et donc le circuit est stable. Le choix des valeurs x 1 = 1 et x 2 = 0 est également persistant. Remarque: La stabilité d un circuit ne garantit pas l absence de signaux invalides ou d oscillations dans une réalisation pratique de ce circuit! 45

46 Les verrous Le circuit précédent possède deux points de stabilité, et peut donc se trouver dans deux états distincts. Il est donc capable de mémoriser un bit d information. Ce circuit ne permet cependant pas de choisir la valeur booléenne mémorisée. Pour pallier cet inconvénient, on lui ajoute des entrées permettant de contrôler la valeur circulant dans le cycle: s q r Le circuit obtenu porte le nom de verrou. 46

47 Le fonctionnement d un verrou Si s = 0 et r = 0: Le circuit est équivalent à deux inverseurs en boucle, et mémorise donc un bit d information. La valeur mémorisée peut être vue comme celle présente à la sortie q. Si s = 1 et r = 0: La valeur mémorisée devient égale à 1 (set). Si s = 0 et r = 1: La valeur mémorisée devient égale à 0 (reset). Le verrou est donc capable de retenir laquelle des entrées s ou r a été activée en dernier lieu. Si s = 1 et r = 1: La valeur de mémorisée devient égale à 0, mais peut ensuite basculer vers n importe quelle valeur lorsque s et r reprennent la valeur 0. Une telle condition de course est à éviter! 47

48 Le signal d horloge L utilisation des verrous pose plusieurs problèmes: Le verrou charge une nouvelle valeur dès le moment où une de ses entrées prend la valeur 1. Ce moment peut dépendre des délais de propagation d autres portes. Il faut garantir l absence de conditions de course. On souhaite que les données mémorisées par un circuit ne soient modifiées qu à des instants ponctuels, bien déterminés. La solution consiste à fournir au circuit un signal d horloge. Ce signal est généré par un composant spécial, et est constitué d une alternance périodique de valeurs 0 et 1. φ : 48

49 Les valeurs mémorisées par ce circuit ne sont alors modifiées qu aux instants où l horloge effectue une transition de la valeur 0 à la valeur 1 (c est-à-dire lors de ses flancs montants). Note: Une autre convention consiste à considérer les transitions de la valeur 1 à la valeur 0 (flancs descendants). 49

50 Le flip-flop Le composant de mémorisation élémentaire présent dans les circuits basés sur une horloge est le flip-flop. Symbole: d d q q φ Fonctionnement: Un flip-flop est capable de retenir un bit. La valeur retenue est disponible à la sortie q; Lors d un flanc montant de l horloge, le flip-flop charge la valeur présente à l entrée d. (On dit que le flip-flop est déclenché par le flanc.) 50

51 Les délais d un flip-flop Le fonctionnement d un flip-flop n est pas instantané: La valeur mémorisée n est disponible à la sortie qu un certain temps après avoir été chargée. Ce délai est le délai de propagation τ p du flip-flop; Pour qu une valeur d entrée puisse être chargée, il faut qu elle reste constante un certain laps temps avant le coup d horloge. Ce délai est le délai de stabilisation τ s du flip-flop. Exemple: τ s τ p τ s τ p τ s τ p d q φ 51

52 Les registres En général, un circuit mémorise plus d un bit d information. Un registre est un composant obtenu en regroupant plusieurs flip-flops partageant la même horloge. Circuit équivalent: Symbole: d 1 d 2 d d q q q 1 q 2 d 1 d 2. d n n d q n q 1 q 2. q n... φ d n d q q n φ 52

53 Les circuits séquentiels Dans un circuit digital, on peut séparer les composants mémorisant les données de ceux dédiés à leur traitement. Un circuit séquentiel est un circuit possédant la forme générale suivante: Sorties o 1, o 2,... Circuit Entrées i 1, i 2,... combinatoire n n n d q n φ Les valeurs retenues par le registre déterminent l état du circuit. La capacité du registre étant de n bits, le circuit peut potentiellement se trouver dans 2 n états. 53

54 Fonctionnement d un circuit séquentiel Soient T la période de l horloge; τ c le temps de propagation du circuit combinatoire; τ p le temps de propagation du registre; τ s le temps de stabilisation du registre. Si T > τ c + τ p + τ s, le circuit change d état à chaque coup d horloge. Lors d un changement d état, le nouvel état s t+1 est déterminé par le circuit combinatoire à partir de l état précédent s t, et la valeur i t des entrées du circuit. On a donc s t+1 = f(s t, i t ), où f est une fonction de transition réalisée par le circuit combinatoire. 54

55 La discipline dynamique Pour que le changement d état s effectue correctement, les entrées du circuit doivent rester stables pendant une durée au moins égale à τ c + τ s avant chaque coup d horloge. Un circuit séquentiel respectant cette condition obéit à la règle de discipline dynamique. Un circuit séquentiel peut également posséder des sorties. Leur valeur o t est déterminée par le circuit combinatoire à partir de l état courant s t, et la valeur i t des entrées du circuit. On a donc o t = f (s t, i t ), où f est une fonction de sortie réalisée par le circuit combinatoire. Remarque: La stabilité des sorties n est garantie que pendant un certain intervalle précédant chaque coup d horloge. 55

56 Illustration Entrées i Etat s Sorties o Horloge φ 56

57 Exemple Circuit séquentiel d un compteur pilotant un affichage à sept segments: f e a g d b c 1 a b c d e d 1 q 1 d 2 q 2 f g i φ 57

58 Fonction de transition: Etat courant Entrée Etat suivant q 1 q 2 i q 1 q Fonction de sortie: Etat Sorties q 1 q 2 a b c d e f g

59 Chapitre 2 La représentation des données 59

60 La représentation des nombres entiers positifs Problème: On souhaite représenter des nombres naturels à l aide de n bits. Solution: Il suffit d encoder les nombres en base 2: On attribue à chaque bit une position de 0 à n 1. Par convention, on procède de droite à gauche; On affecte au bit de position k le poids 2 k. Le nombre représenté par la suite de bits b n 1 b n 2... b 1 b 0 est donc égal à n 1 i=0 b i 2 i. Ce procédé porte le nom de représentation binaire non signée des nombres. 60

61 Exemple: la représentation binaire non signée dénote le nombre 181: Position : Poids : On a en effet 7 i=0 b i 2 i = = = 181. Note: Les bits situés aux positions 0 et n 1 sont respectivement appelés bit de poids faible et bit de poids fort. 61

62 Calcul de la représentation d un nombre La représentation d un nombre v peut se calculer grâce aux deux propriétés suivantes: Le bit de poids faible est égal à 0 si v est pair, et à 1 si v est impair; En retirant le bit de poids faible d une représentation de v, on obtient une représentation de v/2. On a donc l algorithme suivant: 1. Si v est pair, écrire 0. Sinon, écrire 1; 2. Remplacer v par v/2 ; 3. Répéter les deux opérations précédentes tant que v 0. 62

63 Remarques: Cet algorithme génère les bits de la représentation de v en commençant par le bit de poids faible (c est-à-dire de la droite vers la gauche); La suite de bits obtenue constitue la représentation la plus courte du nombre v. Des représentations plus longues s obtiennent en préfixant le résultat d un nombre quelconque de zéros. Exemple: Représentation du nombre 109: v = 109 impair 1 v = 54 pair 0 v = 27 impair 1 v = 13 impair 1 v = 6 pair 0 v = 3 impair 1 v = 1 impair 1 v = 0. La représentation obtenue est donc Il est permis d ajouter un nombre arbitraire de zéros en tête de cette représentation. 63

64 Les valeurs représentables A l aide de n bits, il n est pas possible de représenter plus de 2 n valeurs distinctes. L algorithme de calcul de la représentation d un nombre v s arrête après avoir produit n bits ou moins si et seulement si v < 2 n. Les nombres possédant une représentation binaire non signée sur n bits sont donc les éléments de l intervalle [0,..., 2 n 1]. 64

65 L arithmétique binaire non signée Les opérations d addition et de multiplication de nombres entiers non signés peuvent s effectuer selon les règles du calcul écrit. Les tables d addition binaire sont les suivantes (les reports sont dénotés par un rectangle): L opération d addition s effectue bit par bit, en commençant par le bit de poids faible. 65

66 Exemple: Calcul de la somme = 579:

67 La multiplication de nombres binaires non signés Le calcul d un produit s effectue selon des règles analogues à celles du calcul décimal: 1. Des produits partiels sont successivement calculés pour chaque bit du multiplicateur, et convenablement alignés; 2. Ces produits partiels sont ensuite additionnés. La table de multiplication binaire est la suivante:

68 Exemple: Calcul du produit = 408:

69 La représentation hexadécimale La représentation binaire utilisée par les ordinateurs est mal adaptée aux opérations manuelles. Dans certains cas, il est cependant indispensable de pouvoir raisonner sur la représentation interne des données. On utilise alors la représentation hexadécimale (c est-à-dire en base 16), qui présente deux avantages: Elle est concise; Les conversions de l hexadécimal vers le binaire et vice-versa sont immédiates. Un chiffre hexadécimal peut prendre 16 valeurs: 0, 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, A, B, C, D, E, F. Un tel chiffre représente donc exactement 4 bits d information. Pour convertir un nombre hexadécimal en binaire, il suffit de remplacer chaque chiffre par la séquence de 4 bits qui lui correspond. La conversion réciproque est similaire. 69

70 Table de conversion: Hexadécimal Binaire Hexadécimal Binaire A B C D E F 1111 Note: Lorsque le contexte ne permet pas de déterminer la base choisie pour représenter les nombres, on ajoute le suffixe h ou le préfixe 0x aux représentations hexadécimales, et le suffixe b ou le préfixe 0b aux représentations binaires. Exemple: On a 0xCAFE007 = b =

71 La représentation des nombres entiers signés Il existe plusieurs procédés permettant de représenter des nombres entiers positifs et négatifs: La représentation par valeur signée; La représentation par complément à un; La représentation par complément à deux. Ces trois méthodes possèdent des points communs: Le signe d un nombre est représenté par le bit de poids fort (ici appelé bit de signe). Celui-ci est égal à 0 pour les nombres positifs; 1 pour les nombres négatifs. La représentation d un nombre positif est toujours identique à sa représentation binaire non signée de même taille. 71

72 La représentation par valeur signée Principe: A la suite du bit de signe, on place la représentation binaire non signée de la valeur absolue du nombre représenté. Exemple: La représentation sur 8 bits du nombre 42 est égale à En effet Ce nombre est négatif, donc le bit de signe est égal à 1; La représentation binaire non signée sur 7 bits de 42 = 42 est Selon ce procédé, le nombre v représenté par le groupe de bits b n 1 b n 2... b 1 b 0 est égal à v = (1 2b n 1 ) n 2 i=0 b i 2 i. 72

73 Les valeurs représentables A l aide de n bits, la représentation par valeur signée permet d encoder tous les éléments de l intervalle [0,..., 2 n 1 1] (bit de signe égal à 0), et tous les éléments de l intervalle [ 2 n 1 + 1,..., 0] (bit de signe égal à 1). L ensemble des valeurs représentables est donc l intervalle [ 2 n 1 + 1,..., 2 n 1 1]. Remarques: Le nombre 0 possède deux représentations distinctes; Ce procédé rend difficile le calcul des opérations arithmétiques. 73

74 La représentation par complément à un Principe: La représentation d un nombre est similaire à sa représentation par valeur signée, mais les bits qui suivent le bit de signe sont complémentés (0 est remplacé par 1, et vice-versa). Exemple: La représentation sur 8 bits du nombre 42 est égale à En effet Ce nombre est négatif, donc le bit de signe est égal à 1; La représentation binaire non signée sur 7 bits de 42 = 42 est , dont le complément est L ensemble des nombres représentables à l aide de n bits est identique à celui obtenu pour la représentation par valeur signée, soit l intervalle [ 2 n 1 + 1,..., 2 n 1 1]. 74

75 Selon ce procédé, le nombre v représenté par le groupe de bits b n 1 b n 2... b 1 b 0 est égal à En effet, (1 2 n 1 )b n 1 + n 2 i=0 b i 2 i. Si v > 0, on a b n 1 = 0 et v = n 2 i=0 b i 2 i ; Si v < 0, on a b n 1 = 1. La suite de bits b n 2 b 1 b 0 forme la représentation binaire non signée du nombre On a donc bien 2 n 1 1 n 2 i=0 v = v = 1 2 n 1 + b i 2 i. n 2 i=0 b i 2 i. 75

76 L arithmétique des nombres représentés par complément à un Les algorithmes de calcul arithmétique sur les nombres non signés peuvent facilement être adaptés à la représentation par complément à un. L addition de deux nombres signés représentés à l aide de n bits s effectue de la façon suivante: 1. On additionne les deux nombres comme s il s agissait de représentations non signées; 2. Si l opération conduit à un report à la position n, on supprime ce report et on ajoute 1 à la somme calculée. 76

77 Exemples: Calcul de la somme 12 + ( 34) = 22: Calcul de la somme 12 + ( 34) = 46:

78 La représentation par complément à deux Principes: La représentation d un nombre v sur n bits est égale 1. au bit de signe 0 suivi de la représentation entière non signée de v sur n 1 bits si v 0; 2. à la représentation par complément à un de v + 1 sur n bits si v < 0. On dit alors que les n bits ainsi obtenus forment le complément à deux des n bits encodant le nombre positif v. Exemples: La représentation sur 8 bits du nombre 42 est égale à ; La représentation sur n bits du nombre 1 est composée de n bits égaux à 1. 78

Logiciel de Base. I. Représentation des nombres

Logiciel de Base. I. Représentation des nombres Logiciel de Base (A1-06/07) Léon Mugwaneza ESIL/Dépt. Informatique (bureau A118) mugwaneza@univmed.fr I. Représentation des nombres Codage et représentation de l'information Information externe formats

Plus en détail

UEO11 COURS/TD 1. nombres entiers et réels codés en mémoire centrale. Caractères alphabétiques et caractères spéciaux.

UEO11 COURS/TD 1. nombres entiers et réels codés en mémoire centrale. Caractères alphabétiques et caractères spéciaux. UEO11 COURS/TD 1 Contenu du semestre Cours et TDs sont intégrés L objectif de ce cours équivalent a 6h de cours, 10h de TD et 8h de TP est le suivant : - initiation à l algorithmique - notions de bases

Plus en détail

Architecture des ordinateurs TD1 - Portes logiques et premiers circuits

Architecture des ordinateurs TD1 - Portes logiques et premiers circuits Architecture des ordinateurs TD1 - Portes logiques et premiers circuits 1 Rappel : un peu de logique Exercice 1.1 Remplir la table de vérité suivante : a b a + b ab a + b ab a b 0 0 0 1 1 0 1 1 Exercice

Plus en détail

Cours Informatique 1. Monsieur SADOUNI Salheddine

Cours Informatique 1. Monsieur SADOUNI Salheddine Cours Informatique 1 Chapitre 2 les Systèmes Informatique Monsieur SADOUNI Salheddine Un Système Informatique lesystème Informatique est composé de deux parties : -le Matériel : constitué de l unité centrale

Plus en détail

Conversion d un entier. Méthode par soustraction

Conversion d un entier. Méthode par soustraction Conversion entre bases Pour passer d un nombre en base b à un nombre en base 10, on utilise l écriture polynomiale décrite précédemment. Pour passer d un nombre en base 10 à un nombre en base b, on peut

Plus en détail

IV- Comment fonctionne un ordinateur?

IV- Comment fonctionne un ordinateur? 1 IV- Comment fonctionne un ordinateur? L ordinateur est une alliance du hardware (le matériel) et du software (les logiciels). Jusqu à présent, nous avons surtout vu l aspect «matériel», avec les interactions

Plus en détail

Partie 1. Professeur : Haouati Abdelali. CPGE Lycée Omar Ibn Lkhattab - Meknès www.haouati.com haouaticpge@gmail.com

Partie 1. Professeur : Haouati Abdelali. CPGE Lycée Omar Ibn Lkhattab - Meknès www.haouati.com haouaticpge@gmail.com Partie 1 Professeur : Haouati Abdelali CPGE Lycée Omar Ibn Lkhattab - Meknès www.haouati.com haouaticpge@gmail.com Partie I : Généralités et algorithmique de base 1. Environnement matériel et logiciel

Plus en détail

Informatique Générale

Informatique Générale Informatique Générale Guillaume Hutzler Laboratoire IBISC (Informatique Biologie Intégrative et Systèmes Complexes) guillaume.hutzler@ibisc.univ-evry.fr Cours Dokeos 625 http://www.ens.univ-evry.fr/modx/dokeos.html

Plus en détail

IFT1215 Introduction aux systèmes informatiques

IFT1215 Introduction aux systèmes informatiques Introduction aux circuits logiques de base IFT25 Architecture en couches Niveau 5 Niveau 4 Niveau 3 Niveau 2 Niveau Niveau Couche des langages d application Traduction (compilateur) Couche du langage d

Plus en détail

Chapitre 10 Arithmétique réelle

Chapitre 10 Arithmétique réelle Chapitre 10 Arithmétique réelle Jean Privat Université du Québec à Montréal INF2170 Organisation des ordinateurs et assembleur Automne 2013 Jean Privat (UQAM) 10 Arithmétique réelle INF2170 Automne 2013

Plus en détail

Représentation des Nombres

Représentation des Nombres Chapitre 5 Représentation des Nombres 5. Representation des entiers 5.. Principe des représentations en base b Base L entier écrit 344 correspond a 3 mille + 4 cent + dix + 4. Plus généralement a n a n...

Plus en détail

Codage d information. Codage d information : -Définition-

Codage d information. Codage d information : -Définition- Introduction Plan Systèmes de numération et Représentation des nombres Systèmes de numération Système de numération décimale Représentation dans une base b Représentation binaire, Octale et Hexadécimale

Plus en détail

Leçon 1 : Les principaux composants d un ordinateur

Leçon 1 : Les principaux composants d un ordinateur Chapitre 2 Architecture d un ordinateur Leçon 1 : Les principaux composants d un ordinateur Les objectifs : o Identifier les principaux composants d un micro-ordinateur. o Connaître les caractéristiques

Plus en détail

VIII- Circuits séquentiels. Mémoires

VIII- Circuits séquentiels. Mémoires 1 VIII- Circuits séquentiels. Mémoires Maintenant le temps va intervenir. Nous avions déjà indiqué que la traversée d une porte ne se faisait pas instantanément et qu il fallait en tenir compte, notamment

Plus en détail

Algorithme. Table des matières

Algorithme. Table des matières 1 Algorithme Table des matières 1 Codage 2 1.1 Système binaire.............................. 2 1.2 La numérotation de position en base décimale............ 2 1.3 La numérotation de position en base binaire..............

Plus en détail

Architecture matérielle des systèmes informatiques

Architecture matérielle des systèmes informatiques Architecture matérielle des systèmes informatiques IDEC, Renens. Version novembre 2003. Avertissement : ce support de cours n est pas destiné à l autoformation et doit impérativement être complété par

Plus en détail

GPA770 Microélectronique appliquée Exercices série A

GPA770 Microélectronique appliquée Exercices série A GPA770 Microélectronique appliquée Exercices série A 1. Effectuez les calculs suivants sur des nombres binaires en complément à avec une représentation de 8 bits. Est-ce qu il y a débordement en complément

Plus en détail

Arithmétique binaire. Chapitre. 5.1 Notions. 5.1.1 Bit. 5.1.2 Mot

Arithmétique binaire. Chapitre. 5.1 Notions. 5.1.1 Bit. 5.1.2 Mot Chapitre 5 Arithmétique binaire L es codes sont manipulés au quotidien sans qu on s en rende compte, et leur compréhension est quasi instinctive. Le seul fait de lire fait appel au codage alphabétique,

Plus en détail

IFT2880 Organisation des ordinateurs et systèmes

IFT2880 Organisation des ordinateurs et systèmes Représentation des nombres flottants Notation exponentielle Représentations équivalentes dans la base 10 de 1,234 1 2 3, 4 0 0. 0 x 1 0-2 1 2, 3 4 0. 0 x 1 0-1 1, 2 3 4. 0 x 1 0 1 2 3. 4 x 1 0 1 2. 3 4

Plus en détail

INITIATION AU LANGAGE C SUR PIC DE MICROSHIP

INITIATION AU LANGAGE C SUR PIC DE MICROSHIP COURS PROGRAMMATION INITIATION AU LANGAGE C SUR MICROCONTROLEUR PIC page 1 / 7 INITIATION AU LANGAGE C SUR PIC DE MICROSHIP I. Historique du langage C 1972 : naissance du C dans les laboratoires BELL par

Plus en détail

Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN

Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN Table des matières. Introduction....3 Mesures et incertitudes en sciences physiques

Plus en détail

Conception de circuits numériques et architecture des ordinateurs

Conception de circuits numériques et architecture des ordinateurs Conception de circuits numériques et architecture des ordinateurs Frédéric Pétrot et Sébastien Viardot Année universitaire 2011-2012 Structure du cours C1 C2 C3 C4 C5 C6 C7 C8 C9 C10 C11 C12 Codage des

Plus en détail

On distingue deux grandes catégories de mémoires : mémoire centrale (appelée également mémoire interne)

On distingue deux grandes catégories de mémoires : mémoire centrale (appelée également mémoire interne) Mémoire - espace destiné a recevoir, conserver et restituer des informations à traiter - tout composant électronique capable de stocker temporairement des données On distingue deux grandes catégories de

Plus en détail

Système binaire. Algèbre booléenne

Système binaire. Algèbre booléenne Algèbre booléenne Système binaire Système digital qui emploie des signaux à deux valeurs uniques En général, les digits employés sont 0 et 1, qu'on appelle bits (binary digits) Avantages: on peut utiliser

Plus en détail

Logique binaire. Aujourd'hui, l'algèbre de Boole trouve de nombreuses applications en informatique et dans la conception des circuits électroniques.

Logique binaire. Aujourd'hui, l'algèbre de Boole trouve de nombreuses applications en informatique et dans la conception des circuits électroniques. Logique binaire I. L'algèbre de Boole L'algèbre de Boole est la partie des mathématiques, de la logique et de l'électronique qui s'intéresse aux opérations et aux fonctions sur les variables logiques.

Plus en détail

Programmation C. Apprendre à développer des programmes simples dans le langage C

Programmation C. Apprendre à développer des programmes simples dans le langage C Programmation C Apprendre à développer des programmes simples dans le langage C Notes de cours sont disponibles sur http://astro.u-strasbg.fr/scyon/stusm (attention les majuscules sont importantes) Modalités

Plus en détail

ELP 304 : Électronique Numérique. Cours 1 Introduction

ELP 304 : Électronique Numérique. Cours 1 Introduction ELP 304 : Électronique Numérique Cours 1 Introduction Catherine Douillard Dépt Électronique Les systèmes numériques : généralités (I) En électronique numérique, le codage des informations utilise deux

Plus en détail

Une version javascript sera disponible directement dans le cours prochainement.

Une version javascript sera disponible directement dans le cours prochainement. Author : Cédric Vanconingsloo Ce cours est principalement axé sur la compréhension du fonctionnement d'un ordinateur et l'étude du seul langage qu'il connaisse, le binaire. De ce fait, le cours est relativement

Plus en détail

Introduction à l architecture des ordinateurs. Adrien Lebre Décembre 2007

Introduction à l architecture des ordinateurs. Adrien Lebre Décembre 2007 Introduction à l architecture des ordinateurs Adrien Lebre Décembre 2007 Plan - partie 1 Vue d ensemble La carte mère Le processeur La mémoire principal Notion de bus Introduction à l architecture des

Plus en détail

Cours d introduction à l informatique. Partie 2 : Comment écrire un algorithme? Qu est-ce qu une variable? Expressions et instructions

Cours d introduction à l informatique. Partie 2 : Comment écrire un algorithme? Qu est-ce qu une variable? Expressions et instructions Cours d introduction à l informatique Partie 2 : Comment écrire un algorithme? Qu est-ce qu une variable? Expressions et instructions Qu est-ce qu un Une recette de cuisine algorithme? Protocole expérimental

Plus en détail

LES TYPES DE DONNÉES DU LANGAGE PASCAL

LES TYPES DE DONNÉES DU LANGAGE PASCAL LES TYPES DE DONNÉES DU LANGAGE PASCAL 75 LES TYPES DE DONNÉES DU LANGAGE PASCAL CHAPITRE 4 OBJECTIFS PRÉSENTER LES NOTIONS D ÉTIQUETTE, DE CONS- TANTE ET DE IABLE DANS LE CONTEXTE DU LAN- GAGE PASCAL.

Plus en détail

Chapitre 4 : Les mémoires

Chapitre 4 : Les mémoires 1. Introduction: Chapitre 4 : Les mémoires Nous savons que dans un ordinateur toutes les informations : valeur numérique, instruction, adresse, symbole (chiffre, lettre,... etc.) sont manipulées sous une

Plus en détail

V- Manipulations de nombres en binaire

V- Manipulations de nombres en binaire 1 V- Manipulations de nombres en binaire L ordinateur est constitué de milliards de transistors qui travaillent comme des interrupteurs électriques, soit ouverts soit fermés. Soit la ligne est activée,

Plus en détail

Sur un ordinateur portable ou un All-in-One tactile, la plupart des éléments mentionnés précédemment sont regroupés. 10) 11)

Sur un ordinateur portable ou un All-in-One tactile, la plupart des éléments mentionnés précédemment sont regroupés. 10) 11) 1/ Généralités : Un ordinateur est un ensemble non exhaustif d éléments qui sert à traiter des informations (documents de bureautique, méls, sons, vidéos, programmes ) sous forme numérique. Il est en général

Plus en détail

1 Introduction au codage

1 Introduction au codage CélestineOscarDésiréAnatoleGastonEugène 1 Introduction au codage 1.1 Les ensembles L ensemble de tout les ensembles est Dieu lui-même. Kantor Ensemble des parties d un ensemble désigne l ensemble des sous-ensembles

Plus en détail

La mémoire. Un ordinateur. L'octet. Le bit

La mémoire. Un ordinateur. L'octet. Le bit Introduction à l informatique et à la programmation Un ordinateur Un ordinateur est une machine à calculer composée de : un processeur (ou unité centrale) qui effectue les calculs une mémoire qui conserve

Plus en détail

ASR1 TD7 : Un microprocesseur RISC 16 bits

ASR1 TD7 : Un microprocesseur RISC 16 bits {Â Ö Ñ º ØÖ Ý,È ØÖ ºÄÓ Ù,Æ ÓÐ ºÎ ÝÖ Ø¹ ÖÚ ÐÐÓÒ} Ò ¹ÐÝÓÒº Ö ØØÔ»»Ô Ö Óº Ò ¹ÐÝÓÒº Ö» Ö Ñ º ØÖ Ý»¼ Ö½» ASR1 TD7 : Un microprocesseur RISC 16 bits 13, 20 et 27 novembre 2006 Présentation générale On choisit

Plus en détail

Cours 3 : L'ordinateur

Cours 3 : L'ordinateur Cours 3 : L'ordinateur Abdelkrim Zehioua 2éme année Licence Gestion Faculté des sciences Économiques et sciences de Gestion Université A, Mehri - Constantine 2 Plan du cours 1.Définitions de l'ordinateur

Plus en détail

Structure de base d un ordinateur

Structure de base d un ordinateur Structure de base d un ordinateur 1-Définition de l ordinateur L ordinateur est un appareil électronique programmable qui traite automatiquement les informations. Il est constitué de l unité centrale et

Plus en détail

Licence Sciences et Technologies Examen janvier 2010

Licence Sciences et Technologies Examen janvier 2010 Université de Provence Introduction à l Informatique Licence Sciences et Technologies Examen janvier 2010 Année 2009-10 Aucun document n est autorisé Les exercices peuvent être traités dans le désordre.

Plus en détail

Hiérarchie matériel dans le monde informatique. Architecture d ordinateur : introduction. Hiérarchie matériel dans le monde informatique

Hiérarchie matériel dans le monde informatique. Architecture d ordinateur : introduction. Hiérarchie matériel dans le monde informatique Architecture d ordinateur : introduction Dimitri Galayko Introduction à l informatique, cours 1 partie 2 Septembre 2014 Association d interrupteurs: fonctions arithmétiques élémentaires Elément «NON» Elément

Plus en détail

Le multiplexage. Sommaire

Le multiplexage. Sommaire Sommaire Table des matières 1- GENERALITES... 2 1-1 Introduction... 2 1-2 Multiplexage... 4 1-3 Transmission numérique... 5 2- LA NUMERATION HEXADECIMALE Base 16... 8 3- ARCHITECTURE ET PROTOCOLE DES RESEAUX...

Plus en détail

MPI Activité.10 : Logique binaire Portes logiques

MPI Activité.10 : Logique binaire Portes logiques MPI Activité.10 : Logique binaire Portes logiques I. Introduction De nombreux domaines font appel aux circuits logiques de commutation : non seulement l'informatique, mais aussi les technologies de l'asservissement

Plus en détail

Manuel d utilisation 26 juin 2011. 1 Tâche à effectuer : écrire un algorithme 2

Manuel d utilisation 26 juin 2011. 1 Tâche à effectuer : écrire un algorithme 2 éducalgo Manuel d utilisation 26 juin 2011 Table des matières 1 Tâche à effectuer : écrire un algorithme 2 2 Comment écrire un algorithme? 3 2.1 Avec quoi écrit-on? Avec les boutons d écriture........

Plus en détail

Les opérations binaires

Les opérations binaires Les opérations binaires Compétences associées A2 : Analyser et interpréter une information numérique Objectifs Etre capable: - De coder les nombres entiers en code complément à 2. - De résoudre les opérations

Plus en détail

Représentation d un entier en base b

Représentation d un entier en base b Représentation d un entier en base b 13 octobre 2012 1 Prérequis Les bases de la programmation en langage sont supposées avoir été travaillées L écriture en base b d un entier est ainsi défini à partir

Plus en détail

Cours 1 : Introduction Ordinateurs - Langages de haut niveau - Application

Cours 1 : Introduction Ordinateurs - Langages de haut niveau - Application Université de Provence Licence Math-Info Première Année V. Phan Luong Algorithmique et Programmation en Python Cours 1 : Introduction Ordinateurs - Langages de haut niveau - Application 1 Ordinateur Un

Plus en détail

UE 503 L3 MIAGE. Initiation Réseau et Programmation Web La couche physique. A. Belaïd

UE 503 L3 MIAGE. Initiation Réseau et Programmation Web La couche physique. A. Belaïd UE 503 L3 MIAGE Initiation Réseau et Programmation Web La couche physique A. Belaïd abelaid@loria.fr http://www.loria.fr/~abelaid/ Année Universitaire 2011/2012 2 Le Modèle OSI La couche physique ou le

Plus en détail

Etudier l influence de différents paramètres sur un phénomène physique Communiquer et argumenter en utilisant un vocabulaire scientifique adapté

Etudier l influence de différents paramètres sur un phénomène physique Communiquer et argumenter en utilisant un vocabulaire scientifique adapté Compétences travaillées : Mettre en œuvre un protocole expérimental Etudier l influence de différents paramètres sur un phénomène physique Communiquer et argumenter en utilisant un vocabulaire scientifique

Plus en détail

Concevoir son microprocesseur

Concevoir son microprocesseur Concevoir son microprocesseur structure des systèmes logiques Jean-Christophe Buisson Collection Technosup Ellipses Avant-propos Ce livre s adresse aux étudiants en informatique de licence et maîtrise,

Plus en détail

Architecture de l ordinateur

Architecture de l ordinateur Architecture de l ordinateur Emmanuel Lazard Université Paris-Dauphine mars 2011 Computers are my forte! BRAZIL (Terry Gilliam, 1985) Ce document a initialement été publié sous forme de livre : Emmanuel

Plus en détail

Chapitre 13 Numérisation de l information

Chapitre 13 Numérisation de l information DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 septembre 2013 à 17:33 Chapitre 13 Numérisation de l information Table des matières 1 Transmission des informations 2 2 La numérisation 2 2.1 L échantillonage..............................

Plus en détail

Précision d un résultat et calculs d incertitudes

Précision d un résultat et calculs d incertitudes Précision d un résultat et calculs d incertitudes PSI* 2012-2013 Lycée Chaptal 3 Table des matières Table des matières 1. Présentation d un résultat numérique................................ 4 1.1 Notations.........................................................

Plus en détail

Acquisition et conditionnement de l information Les capteurs

Acquisition et conditionnement de l information Les capteurs Acquisition et conditionnement de l information Les capteurs COURS 1. Exemple d une chaîne d acquisition d une information L'acquisition de la grandeur physique est réalisée par un capteur qui traduit

Plus en détail

Un ordinateur, c est quoi?

Un ordinateur, c est quoi? B-A.BA Un ordinateur, c est quoi? Un ordinateur, c est quoi? Un ordinateur est une machine dotée d'une unité de traitement lui permettant d'exécuter des programmes enregistrés. C'est un ensemble de circuits

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

THEME 1 : L ORDINATEUR ET SON ENVIRONNEMENT. Objectifs

THEME 1 : L ORDINATEUR ET SON ENVIRONNEMENT. Objectifs Architecture Matérielle des Systèmes Informatiques. S1 BTS Informatique de Gestion 1 ère année THEME 1 : L ORDINATEUR ET SON ENVIRONNEMENT Dossier 1 L environnement informatique. Objectifs Enumérer et

Plus en détail

Transmission de données. A) Principaux éléments intervenant dans la transmission

Transmission de données. A) Principaux éléments intervenant dans la transmission Page 1 / 7 A) Principaux éléments intervenant dans la transmission A.1 Equipement voisins Ordinateur ou terminal Ordinateur ou terminal Canal de transmission ETTD ETTD ETTD : Equipement Terminal de Traitement

Plus en détail

Atelier C TIA Portal CTIA04 : Programmation des automates S7-300 Opérations numériques

Atelier C TIA Portal CTIA04 : Programmation des automates S7-300 Opérations numériques Atelier C TIA Portal CTIA04 : Programmation des automates S7-300 Opérations numériques CTIA04 Page 1 1. Les types de données sous S7 300 Il existe plusieurs types de données utilisées pour la programmation

Plus en détail

DM 1 : Montre Autoquartz ETA

DM 1 : Montre Autoquartz ETA Lycée Masséna DM 1 : Montre Autoquartz ETA 1 Présentation de la montre L essor de l électronique nomade s accompagne d un besoin accru de sources d énergies miniaturisées. Les contraintes imposées à ces

Plus en détail

Algèbre binaire et Circuits logiques (2007-2008)

Algèbre binaire et Circuits logiques (2007-2008) Université Mohammed V Faculté des Sciences Département de Mathématiques et Informatique Filière : SMI Algèbre binaire et Circuits logiques (27-28) Prof. Abdelhakim El Imrani Plan. Algèbre de Boole 2. Circuits

Plus en détail

MICROINFORMATIQUE NOTE D APPLICATION 1 (REV. 2011) ARITHMETIQUE EN ASSEMBLEUR ET EN C

MICROINFORMATIQUE NOTE D APPLICATION 1 (REV. 2011) ARITHMETIQUE EN ASSEMBLEUR ET EN C Haute Ecole d Ingénierie et de Gestion Du Canton du Vaud MICROINFORMATIQUE NOTE D APPLICATION 1 (REV. 2011) ARITHMETIQUE EN ASSEMBLEUR ET EN C Programmation en mode simulation 1. DOCUMENTS DE RÉFÉRENCE...

Plus en détail

Bases de programmation. Cours 5. Structurer les données

Bases de programmation. Cours 5. Structurer les données Bases de programmation. Cours 5. Structurer les données Pierre Boudes 1 er décembre 2014 This work is licensed under the Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 License. Types char et

Plus en détail

Techniques de stockage. Techniques de stockage, P. Rigaux p.1/43

Techniques de stockage. Techniques de stockage, P. Rigaux p.1/43 Techniques de stockage Techniques de stockage, P. Rigaux p.1/43 Techniques de stockage Contenu de ce cours : 1. Stockage de données. Supports, fonctionnement d un disque, technologie RAID 2. Organisation

Plus en détail

J LOGOSCREEN nt Enregistreur sans papier avec écran TFT et carte CompactFlash. B 70.6580.0 Notice de mise en service 08.

J LOGOSCREEN nt Enregistreur sans papier avec écran TFT et carte CompactFlash. B 70.6580.0 Notice de mise en service 08. J LOGOSCREEN nt Enregistreur sans papier avec écran TFT et carte CompactFlash B 70.6580.0 Notice de mise en service 08.06/00453814 Structure des menus de l enregistreur sans papier v Chapitre 8 «Exploitation

Plus en détail

Assembleur. Faculté I&C, André Maurer, Claude Petitpierre

Assembleur. Faculté I&C, André Maurer, Claude Petitpierre Assembleur Faculté I&C, André Maurer, Claude Petitpierre INTRODUCTION Logiciel utilisé Faculté I&C, André Maurer, Claude Petitpierre MEMOIRE Mémoire Faculté I&C, André Maurer, Claude Petitpierre Mémoire

Plus en détail

Initiation à la Programmation en Logique avec SISCtus Prolog

Initiation à la Programmation en Logique avec SISCtus Prolog Initiation à la Programmation en Logique avec SISCtus Prolog Identificateurs Ils sont représentés par une suite de caractères alphanumériques commençant par une lettre minuscule (les lettres accentuées

Plus en détail

ET 24 : Modèle de comportement d un système Boucles de programmation avec Labview.

ET 24 : Modèle de comportement d un système Boucles de programmation avec Labview. ET 24 : Modèle de comportement d un système Boucles de programmation avec Labview. Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable Formation des enseignants parcours : ET24 Modèle de

Plus en détail

ISO/CEI 11172-3 NORME INTERNATIONALE

ISO/CEI 11172-3 NORME INTERNATIONALE NORME INTERNATIONALE ISO/CEI 11172-3 Première édition 1993-08-01 Technologies de l information - Codage de l image animée et du son associé pour les supports de stockage numérique jusqu à environ Ii5 Mbit/s

Plus en détail

Les nombres entiers. Durée suggérée: 3 semaines

Les nombres entiers. Durée suggérée: 3 semaines Les nombres entiers Durée suggérée: 3 semaines Aperçu du module Orientation et contexte Pourquoi est-ce important? Dans le présent module, les élèves multiplieront et diviseront des nombres entiers concrètement,

Plus en détail

Numérisation du signal

Numérisation du signal Chapitre 12 Sciences Physiques - BTS Numérisation du signal 1 Analogique - Numérique. 1.1 Définitions. Signal analogique : un signal analogique s a (t)est un signal continu dont la valeur varie en fonction

Plus en détail

Base de l'informatique. Généralité et Architecture Le système d'exploitation Les logiciels Le réseau et l'extérieur (WEB)

Base de l'informatique. Généralité et Architecture Le système d'exploitation Les logiciels Le réseau et l'extérieur (WEB) Base de l'informatique Généralité et Architecture Le système d'exploitation Les logiciels Le réseau et l'extérieur (WEB) Généralité Comment fonctionne un ordinateur? Nous définirons 3 couches Le matériel

Plus en détail

DU BINAIRE AU MICROPROCESSEUR - D ANGELIS CIRCUITS CONFIGURABLES NOTION DE PROGRAMMATION

DU BINAIRE AU MICROPROCESSEUR - D ANGELIS CIRCUITS CONFIGURABLES NOTION DE PROGRAMMATION 145 NOTION DE PROGRAMMATION 1/ Complétons notre microprocesseur Nous avons, dans les leçons précédentes décrit un microprocesseur théorique, cependant il s inspire du 6800, premier microprocesseur conçu

Plus en détail

Le chiffre est le signe, le nombre est la valeur.

Le chiffre est le signe, le nombre est la valeur. Extrait de cours de maths de 6e Chapitre 1 : Les nombres et les opérations I) Chiffre et nombre 1.1 La numération décimale En mathématique, un chiffre est un signe utilisé pour l'écriture des nombres.

Plus en détail

Université de La Rochelle. Réseaux TD n 6

Université de La Rochelle. Réseaux TD n 6 Réseaux TD n 6 Rappels : Théorème de Nyquist (ligne non bruitée) : Dmax = 2H log 2 V Théorème de Shannon (ligne bruitée) : C = H log 2 (1+ S/B) Relation entre débit binaire et rapidité de modulation :

Plus en détail

Modélisation et Simulation

Modélisation et Simulation Cours de modélisation et simulation p. 1/64 Modélisation et Simulation G. Bontempi Département d Informatique Boulevard de Triomphe - CP 212 http://www.ulb.ac.be/di Cours de modélisation et simulation

Plus en détail

TP 2 Réseaux. Adresses IP, routage et sous-réseaux

TP 2 Réseaux. Adresses IP, routage et sous-réseaux TP 2 Réseaux Adresses IP, routage et sous-réseaux C. Pain-Barre INFO - IUT Aix-en-Provence version du 24/2/2 Adressage IP. Limites du nombre d adresses IP.. Adresses de réseaux valides Les adresses IP

Plus en détail

1 Architecture du cœur ARM Cortex M3. Le cœur ARM Cortex M3 sera présenté en classe à partir des éléments suivants :

1 Architecture du cœur ARM Cortex M3. Le cœur ARM Cortex M3 sera présenté en classe à partir des éléments suivants : GIF-3002 SMI et Architecture du microprocesseur Ce cours discute de l impact du design du microprocesseur sur le système entier. Il présente d abord l architecture du cœur ARM Cortex M3. Ensuite, le cours

Plus en détail

Architecture des Ordinateurs. Partie II:

Architecture des Ordinateurs. Partie II: Architecture des Ordinateurs Partie II: Le port Floppy permet le raccordement du lecteur de disquette àla carte mère. Remarque: Le lecteur de disquette a disparu il y a plus de 6 ans, son port suivra.

Plus en détail

Comme chaque ligne de cache a 1024 bits. Le nombre de lignes de cache contenu dans chaque ensemble est:

Comme chaque ligne de cache a 1024 bits. Le nombre de lignes de cache contenu dans chaque ensemble est: Travaux Pratiques 3. IFT 1002/IFT 1005. Structure Interne des Ordinateurs. Département d'informatique et de génie logiciel. Université Laval. Hiver 2012. Prof : Bui Minh Duc. Tous les exercices sont indépendants.

Plus en détail

DOCM 2013 http://docm.math.ca/ Solutions officielles. 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10.

DOCM 2013 http://docm.math.ca/ Solutions officielles. 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10. A1 Trouvez l entier positif n qui satisfait l équation suivante: Solution 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10. En additionnant les termes du côté gauche de l équation en les mettant sur le même dénominateur

Plus en détail

Théorie et Codage de l Information (IF01) exercices 2013-2014. Paul Honeine Université de technologie de Troyes France

Théorie et Codage de l Information (IF01) exercices 2013-2014. Paul Honeine Université de technologie de Troyes France Théorie et Codage de l Information (IF01) exercices 2013-2014 Paul Honeine Université de technologie de Troyes France TD-1 Rappels de calculs de probabilités Exercice 1. On dispose d un jeu de 52 cartes

Plus en détail

T500 DUAlTACH. JAQUET T500 DualTach Instrument de mesure et de surveillance équipé de 2 entrées fréquence TACHYMETRE 2 CANAUX

T500 DUAlTACH. JAQUET T500 DualTach Instrument de mesure et de surveillance équipé de 2 entrées fréquence TACHYMETRE 2 CANAUX 02-09 T500 DUAlTACH JAQUET T500 DualTach Instrument de mesure et de surveillance équipé de 2 entrées fréquence JAQUET T500 DualTach Instrument multi canal de mesure et de surveillance pour applications

Plus en détail

Les portes logiques. Voici les symboles des trois fonctions de base. Portes AND. Portes OR. Porte NOT

Les portes logiques. Voici les symboles des trois fonctions de base. Portes AND. Portes OR. Porte NOT Les portes logiques Nous avons jusqu ici utilisé des boutons poussoirs et une lampe pour illustrer le fonctionnement des opérateurs logiques. En électronique digitale, les opérations logiques sont effectuées

Plus en détail

La conversion de données : Convertisseur Analogique Numérique (CAN) Convertisseur Numérique Analogique (CNA)

La conversion de données : Convertisseur Analogique Numérique (CAN) Convertisseur Numérique Analogique (CNA) La conversion de données : Convertisseur Analogique Numérique (CAN) Convertisseur Numérique Analogique (CNA) I. L'intérêt de la conversion de données, problèmes et définitions associés. I.1. Définitions:

Plus en détail

Rappels sur les suites - Algorithme

Rappels sur les suites - Algorithme DERNIÈRE IMPRESSION LE 14 septembre 2015 à 12:36 Rappels sur les suites - Algorithme Table des matières 1 Suite : généralités 2 1.1 Déition................................. 2 1.2 Exemples de suites............................

Plus en détail

Définitions. Numéro à préciser. (Durée : )

Définitions. Numéro à préciser. (Durée : ) Numéro à préciser (Durée : ) On étudie dans ce problème l ordre lexicographique pour les mots sur un alphabet fini et plusieurs constructions des cycles de De Bruijn. Les trois parties sont largement indépendantes.

Plus en détail

Grandes lignes ASTRÉE. Logiciels critiques. Outils de certification classiques. Inspection manuelle. Definition. Test

Grandes lignes ASTRÉE. Logiciels critiques. Outils de certification classiques. Inspection manuelle. Definition. Test Grandes lignes Analyseur Statique de logiciels Temps RÉel Embarqués École Polytechnique École Normale Supérieure Mercredi 18 juillet 2005 1 Présentation d 2 Cadre théorique de l interprétation abstraite

Plus en détail

Numbers sur ipad. Atelier Formation Numbers sur ipad. [Notes extraitres de l'aide en ligne]

Numbers sur ipad. Atelier Formation Numbers sur ipad. [Notes extraitres de l'aide en ligne] Numbers sur ipad [Notes extraitres de l'aide en ligne] Table des matières Atelier Formation Numbers sur ipad Introduction à Numbers 4 Créer ou ouvrir une feuille de calcul 4 Créer ou ouvrir une feuille

Plus en détail

Métriques de performance pour les algorithmes et programmes parallèles

Métriques de performance pour les algorithmes et programmes parallèles Métriques de performance pour les algorithmes et programmes parallèles 11 18 nov. 2002 Cette section est basée tout d abord sur la référence suivante (manuel suggéré mais non obligatoire) : R. Miller and

Plus en détail

Cours de Systèmes d Exploitation

Cours de Systèmes d Exploitation Licence d informatique Synchronisation et Communication inter-processus Hafid Bourzoufi Université de Valenciennes - ISTV Introduction Les processus concurrents s exécutant dans le système d exploitation

Plus en détail

Fiche technique CPU 314SC/DPM (314-6CG13)

Fiche technique CPU 314SC/DPM (314-6CG13) Fiche technique CPU 314SC/DPM (3146CG13) Données techniques N de commande 3146CG13 Type CPU 314SC/DPM Information générale Note Caractéristiques SPEEDBus Technologie SPEED7 24 x DI, 16 x DO, 8 x DIO, 4

Plus en détail

Compter à Babylone. L écriture des nombres

Compter à Babylone. L écriture des nombres Compter à Babylone d après l article de Christine Proust «Le calcul sexagésimal en Mésopotamie : enseignement dans les écoles de scribes» disponible sur http://www.dma.ens.fr/culturemath/ Les mathématiciens

Plus en détail

Chapitre 2. Eléments pour comprendre un énoncé

Chapitre 2. Eléments pour comprendre un énoncé Chapitre 2 Eléments pour comprendre un énoncé Ce chapitre est consacré à la compréhension d un énoncé. Pour démontrer un énoncé donné, il faut se reporter au chapitre suivant. Les tables de vérité données

Plus en détail

Transmission d informations sur le réseau électrique

Transmission d informations sur le réseau électrique Transmission d informations sur le réseau électrique Introduction Remarques Toutes les questions en italique devront être préparées par écrit avant la séance du TP. Les préparations seront ramassées en

Plus en détail

I- Définitions des signaux.

I- Définitions des signaux. 101011011100 010110101010 101110101101 100101010101 Du compact-disc, au DVD, en passant par l appareil photo numérique, le scanner, et télévision numérique, le numérique a fait une entrée progressive mais

Plus en détail

Cours 1 : Qu est-ce que la programmation?

Cours 1 : Qu est-ce que la programmation? 1/65 Introduction à la programmation Cours 1 : Qu est-ce que la programmation? Yann Régis-Gianas yrg@pps.univ-paris-diderot.fr Université Paris Diderot Paris 7 2/65 1. Sortez un appareil qui peut se rendre

Plus en détail

Activité 1. Compter les points Écriture binaire des nombres. Résumé. Liens pédagogiques. Compétences. Âge. Matériel

Activité 1. Compter les points Écriture binaire des nombres. Résumé. Liens pédagogiques. Compétences. Âge. Matériel Activité 1 Compter les points Écriture binaire des nombres Résumé Les données de l ordinateur sont stockées et transmises sous la forme d une série de 0 et de 1. Comment peut-on représenter des mots et

Plus en détail