Introduction à MATLAB R

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Introduction à MATLAB R"

Transcription

1 Introduction à MATLAB R Romain Tavenard 10 septembre 2009 MATLAB R est un environnement de calcul numérique propriétaire orienté vers le calcul matriciel. Il se compose d un langage de programmation, d un interprète pour ce langage et d une interface graphique facultative. Son principal intérêt est la vitesse de développement d algorithmes numériques ainsi que la quantité de librairies spécialisées (ou toolboxes) disponibles. 1 Lancement 1.1 Lancer MATLAB R A partir d un terminal, vous pouvez lancer l interface graphique par la commande matlab. Vous pouvez également lancer uniquement la console de l interprète dans le terminal en ajoutant l option -nodesktop. MATLAB R se lancera automatiquement en mode console si vous n avez pas de session graphique ouverte (en cas d accès distant par exemple). 1.2 Accès à l aide L aide de MATLAB R est disponible sous 2 formats : une documentation HTML une aide textuelle dans la console. La documentation HTML est accessible par le menu de l interface graphique ou à partir de la console par la commande doc. Elle est également disponible en ligne à l adresse mathworks.com/access/helpdesk/help/helpdesk.html. On peut ouvrir directement la page de documentation d une fonction ou d une structure du langage précise mafonction grâce à la commande doc mafonction. L aide textuelle est accessible depuis la console par la commande help. Comme pour la documentation, on peut ouvrir directement la page d aide d une fonction par la commande help mafonction. La plupart des descriptions de fonctions présentes dans la suite sont incomplètes. Vous pourrez vous référer à l aide pour le complément. Ce sujet est dérivé d un sujet rédigé par Boris Mailhé. Merci à lui. 1

2 2 Syntaxe de base 2.1 Saisie des commandes MATLAB R est un langage interprété : on peut fournir directement des commandes à l interprète et il affiche le résultat du calcul, comme une calculatrice. Les commandes sont exécutées au retour à la ligne. On peut annuler l affichage du résultat en terminant une commande par ;. Dans ce cas, on voit que le calcul est terminé grâce à l affichage du prompt suivant. L exécution d une commande peut être arrêtée à tout moment par Ctrl-c. 2.2 Variables et workspace Il n y a pas de déclaration de variable en MATLAB R : une variable est implicitement déclarée lors de sa première affectation. L opérateur d affectation est le =. L espace de travail (ou workspace) est l ensemble des variables déclarées à un moment. Il est possible de l afficher par les commandes who (simple liste des noms) et whos (liste détaillée). L interface graphique contient également une sous-fenêtre avec le contenu du workspace. On peut sauver tout ou partie du workspace dans un ficher avec la commande save, le recharger avec la commande load et nettoyer le workspace avec la commande clear. Les fichiers de sauvegarde peuvent être enregistrés en binaire ou en ASCII. Ils portent l extension.mat. 3 Tableaux et matrices 3.1 Fonctions d initialisation Il existe plusieurs fonctions pratiques pour obtenir des matrices particulières. zeros fournit une matrice remplie de 0. ones fournit une matrice remplie de 1. eye fournit une matrice identité. rand et randn fournissent des matrices pseudo-aléatoires avec une loi uniforme ou gaussienne sur les coefficients. 4 Tailles La fonction size donne toutes les dimensions d un tableau. Pour une matrice, la première dimension est le nombre de lignes, la deuxième le nombre de colonnes. Un scalaire est une matrice de taille 1 1. Un vecteur colonne est une matrice de taille N 1. Un vecteur ligne est une matrice de taille 1 N. La fonction length donne la première dimension strictement supérieure à 1 d un tableau. Elle est plus pratique à utiliser que size sur les vecteurs. La fonction numel donne la nombre d éléments d un tableau, qui est égal au produit de ses dimensions. 4.1 Concaténation de matrices, création par énumération La plupart des manipulations de matrices sont basées sur deux opérations élémentaires : la concaténation et l extraction de sous-matrices. 2

3 La concaténation de 2 ou plusieurs matrices se note [mat1... matn]. Elle peut être horizontale en séparant matrices par un espace ou,, ou verticale en les séparant par des ;. Les dimensions des matrices doivent être cohérentes : 2 matrices concaténées horizontalement doivent avoir le même nombre de lignes, 2 matrices concaténées verticalement doivent avoir le même nombre de colonnes. On peut effectuer simultanément des concaténations horizontales et verticales pour construire une matrice par blocs. Dans ce cas, l opérateur de concaténation horizontale est prioritaire : on écrit les lignes les unes après les autres. Si les blocs sont des scalaires, celà permet de définir une matrice en énumérant tous ses éléments. >> a = [1, 2, 3; 4, 5, 6; 7, 8, 9] a = Il existe également un fonction cat pour concaténer des tableaux de plus de 2 dimensions. 4.2 Extraction de sous-tableau L extraction d un sous-tableau utilise la notation matrice(index1,..., indexn), où index1,..., indexn sont les indices qu on souhaite conserver dans chaque dimension. Attention : en MATLAB R, les indices commencent à 1. L ordre des dimensions est le même que pour la taille : pour une matrice, le premier indice est celui des lignes à conserver, le second celui des colonnes. Si tous les indices sont des scalaires, alors on extrait un unique coefficient du tableau. La même notation peut être utilisée pour affecter des valeurs à un sous-tableau. Dans ce cas, si certains indices dépassent la taille du tableau, il est étendu automatiquement pour atteindre la taille minimum requise et les coefficients ajoutés mais non-initialisés sont mis à 0. C est un moyen plus simple que l énumération de créer une matrice creuse. Néanmoins cela peut nécessiter de nombreuses réallocations et copies du tableau. Si on connaît à l avance la taille du tableau qu on souhaite créer, il vaut mieux commencer par l allouer avec un appel à zeros, puis le remplir. >> a = zeros(3); >> a(1,2) = 1; >> a(2, 1) = 2; >> a(3, 3) = 3 a = On peut toujours accéder à un tableau comme s il n avait qu une seule dimension. Dans ce cas, les dimensions sont parcourues dans le même ordre que pour la taille : pour une matrice, 3

4 on incrémente d abord l indice des lignes, puis celui des colonnes quand on est arrivé au bout. Cela revient à parcourir les colonnes les unes après les autres. 4.3 Autres structures de données MATLAB R possède 2 autres structures de données. Les tableaux de cellules (ou cell arrays) sont des tableaux de pointeurs. Ils permettent de créer des tableaux hétérogènes où chaque case peut avoir un type différent. On peut les créer avec la fonction cell et l accès aux cellules se fait par la notation tableau{indices}. Les structures sont des tableaux de structures analogues aux structures C. On peut les créer avec la fonction struct et l accès aux champs se fait par la notation structure(indices).champ. 5 Types 5.1 Types numériques Comme les variables ne sont pas déclarées, MATLAB R doit choisir un type par défaut lors de l initialisation d une variable. C est le type double(flottant à double précision) qui est utilisé, y compris pour des valeurs entières. Il existe d autres types numériques, mais on peut se passer de leur utilisation explicite sauf pour diminuer les besoins en mémoire ou garantir la compatibilité avec une application extérieure. 5.2 Booléens Le type logical est le type de retour des opérateurs booléens. false est codé par 0 et true par n importe quel nombre non-nul. Le fait de disposer d un type séparé des types numériques permet de réaliser des masques booléens sur les tableaux. 6 Fonctions et opérateurs communs Il serait trop long d énumérer ici les fonctions fournies dans MATLAB R. Voici juste les principales. Les dimensions de 2 tableaux doivent être cohérentes pour pouvoir appliquer un opérateurs. 6.1 Opérateurs algébriques +, -, *, /, \, ˆ 6.2 Opérateurs logiques &&,, 6.3 Opérateurs de comparaison ==, =, <, >, >=, <= 4

5 6.4 Opérateur adjoint A. est la matrice transposée de A et A est sa matrice transconjuguée (matrice conjuguée de A. donc). Ces opérateurs sont notamment très utiles pour calculer des produits scalaires entre vecteurs. 6.5 Produits matriciels et point à point MATLAB R dispose de 2 opérateurs pour les opérations de produit, quotient et puissance : un pour les opérations matricielles et un pour les opérations point à point sur les tableaux. Les opérateurs point à point sont préfixés d un point, par exemple.* pour le produit. 6.6 Opérations scalaire / tableau On peut effectuer une opération matricielle entre un scalaire et un tableau. Celà correspond à effectuer l opération point à point correspondante avec un tableau qui contiendrait le scalaire dans chaque case. 6.7 Quotient gauche L opérateur \ calcule l inverse de la matrice de gauche fois la matrice de droite. L inverse est calculée par pivot de Gauss. Cet opérateur permet de résoudre les systèmes linéaires. 6.8 Opérateur d énumération : a :b calcule le vecteur ligne a, a + 1,..., a + K où K est le plus grand entier inférieur à b a. Cet opérateur est extrêmement utile pour calculer les indices de blocs ou pour les boucles for. a :step :b permet de régler le pas de progression entre deux valeurs successives. 7 Structures de contrôle 7.1 Commentaires Tout ce qui se trouve entre un caractère % et la fin de la ligne est considéré comme un commentaire. 7.2 Séquence Les commandes en séquence doivent être séparées soit par un ; si on souhaite masquer leur affichage, soit par un retour à la ligne. 7.3 if if expression commandes elseif expression 5

6 commandes end 7.4 Boucle while while expression commandes end 7.5 Boucle for La boucle for de MATLAB R diffère fondamentalement de celle d autres langages de programmation. On lui donne un indice de boucle, un vecteur de valeurs, et la boucle itère en donnant successivement à l indice de boucle toutes les valeurs du vecteur. En particulier, à la sortie de la boucle, l indice vaut la dernière valeur, ce qui n est pas le cas en C par exemple. Une boucle classique sur les N premiers entiers s écrit : for i = 1:N commandes end 7.6 Autres structures Les instructions break et continue fonctionnent de la même manière qu en C. 8 Scripts et fonctions L exécution de commandes MATLAB R n est pas forcément interactive. On peut écrire ses programmes dans des fichiers puis les appeler depuis l interprète. Un programme MATLAB R peut prendre 2 formes : un script ou une fonction. Dans les 2 cas les fichiers portent l extension.m. 8.1 Scripts Un script est une simple séquence de commandes qui est exécutée quand il est appelé par l interprète. Un script ne prend pas de paramètres en ne renvoie pas de résultat, mais il travaille dans le workspace de l interprète et peut modifier des variables. 8.2 Fonctions Une fonction est une séquence de commandes qui accepte des paramètres en entrée et renvoie des résultats. Une fonction travaille dans son propre workspace et ne peut pas modifier celui de l interprète. Une fonction commence a la structure suivante : function [res1... resn] = funcname(param1, paramm) % help 6

7 ... res1 =... ; resn =... ; end Le nom des résultats est donné dans l en-tête. Ils sont affectés pendant l exécution. L instruction return n est pas obligatoire, ne prend pas de paramètre et ne sera utilisée que pour provoquer un retour précipité. Les paramètres sont toujours passés par valeur. Ils peuvent être utilisés comme variable locale à la fonction. MATLAB R dispose d un système permettant de n appeler une fonction qu avec ses premiers paramètres et de ne récupérer que les premiers résultats. Attention : seule la première fonction d un fichier.m peut être appelée de l extérieur. Les autres ne peuvent être que des fonctions auxiliaires. Les commentaires écrits juste après l en-tête de la fonction constituent sa page d aide, accessible par la commande help. 8.3 Appels Un script ou une fonction écrit dans un fichier.m s appelle avec le nom du fichier, sans l extension. MATLAB R recherche ses fonctions en priorité dans le répertoire courant, puis dans son path. Les commandes pwd, cd et ls fonctionnent dans la console MATLAB R. L interface graphique affiche également le répertoire courant et une sous-fenêtre avec son contenu. 9 Fonctions de tracé de courbes L interface graphique permet également de tracer des graphes et de les exporter dans des images. De nombreux rendus possibles. Voici les principaux d entre eux. Le rendu peut ensuite être ajusté dans l interface graphique ou en ligne de commande. 9.1 plot La fonction plot prend des vecteurs en paramètres et trace les courbes correspondantes. 9.2 image La fonction image prend une matrice en paramètre et trace l image produite en considérant chaque coefficient comme l intensité d un pixel. La fonction imagesc fait de même en normalisant au préalable la matrice pour utiliser toute l étendue de la colormap de rendu. 7

8 9.3 surface La fonction surface prend des matrices en paramètres et trace la surface 3D formée par les coefficients en fonction de leur coordonnées. 9.4 hist La fonction hist prend un vecteur en paramètre et trace l histogramme de répartition des points. 8

MATLAB : COMMANDES DE BASE. Note : lorsqu applicable, l équivalent en langage C est indiqué entre les délimiteurs /* */.

MATLAB : COMMANDES DE BASE. Note : lorsqu applicable, l équivalent en langage C est indiqué entre les délimiteurs /* */. Page 1 de 9 MATLAB : COMMANDES DE BASE Note : lorsqu applicable, l équivalent en langage C est indiqué entre les délimiteurs /* */. Aide help, help nom_de_commande Fenêtre de travail (Command Window) Ligne

Plus en détail

Calcul Formel et Numérique, Partie I

Calcul Formel et Numérique, Partie I Calcul Formel et Numérique N.Vandenberghe nvdb@irphe.univ-mrs.fr Table des matières 1 Introduction à Matlab 2 1.1 Quelques généralités.......................... 2 2 Où trouver des informations 2 3 Opérations

Plus en détail

3.2. Matlab/Simulink. 3.2.1. Généralités

3.2. Matlab/Simulink. 3.2.1. Généralités 3.2. Matlab/Simulink 3.2.1. Généralités Il s agit d un logiciel parfaitement dédié à la résolution de problèmes d'analyse numérique ou de traitement du signal. Il permet d'effectuer des calculs matriciels,

Plus en détail

Séance 0 : Linux + Octave : le compromis idéal

Séance 0 : Linux + Octave : le compromis idéal Séance 0 : Linux + Octave : le compromis idéal Introduction Linux est un système d'exploitation multi-tâches et multi-utilisateurs, basé sur la gratuité et développé par une communauté de passionnés. C'est

Plus en détail

Cours Informatique Master STEP

Cours Informatique Master STEP Cours Informatique Master STEP Bases de la programmation: Compilateurs/logiciels Algorithmique et structure d'un programme Programmation en langage structuré (Fortran 90) Variables, expressions, instructions

Plus en détail

TP 1 Introduction à Matlab Février 2009

TP 1 Introduction à Matlab Février 2009 1 Introduction TP 1 Introduction à Matlab Février 2009 Matlab pour «MATtrix LABoratory», est un logiciel qui a été conçu pour fournir un environnement de calcul numérique de haut niveau. Il est particulièrement

Plus en détail

TP 1. Prise en main du langage Python

TP 1. Prise en main du langage Python TP. Prise en main du langage Python Cette année nous travaillerons avec le langage Python version 3. ; nous utiliserons l environnement de développement IDLE. Étape 0. Dans votre espace personnel, créer

Plus en détail

URECA Initiation Matlab 2 Laurent Ott. Initiation Matlab 2

URECA Initiation Matlab 2 Laurent Ott. Initiation Matlab 2 Initiation Matlab 2 1 Chaînes de caractères (string) Une chaîne de caractères (string en anglais) est une suite ordonnée de caractères (du texte, par exemple). Sous matlab, les chaînes de caractères sont

Plus en détail

Licence Sciences et Technologies Examen janvier 2010

Licence Sciences et Technologies Examen janvier 2010 Université de Provence Introduction à l Informatique Licence Sciences et Technologies Examen janvier 2010 Année 2009-10 Aucun document n est autorisé Les exercices peuvent être traités dans le désordre.

Plus en détail

Cours 7 : Utilisation de modules sous python

Cours 7 : Utilisation de modules sous python Cours 7 : Utilisation de modules sous python 2013/2014 Utilisation d un module Importer un module Exemple : le module random Importer un module Exemple : le module random Importer un module Un module est

Plus en détail

Manuel d utilisation 26 juin 2011. 1 Tâche à effectuer : écrire un algorithme 2

Manuel d utilisation 26 juin 2011. 1 Tâche à effectuer : écrire un algorithme 2 éducalgo Manuel d utilisation 26 juin 2011 Table des matières 1 Tâche à effectuer : écrire un algorithme 2 2 Comment écrire un algorithme? 3 2.1 Avec quoi écrit-on? Avec les boutons d écriture........

Plus en détail

Plan du cours 2014-2015. Cours théoriques. 29 septembre 2014

Plan du cours 2014-2015. Cours théoriques. 29 septembre 2014 numériques et Institut d Astrophysique et de Géophysique (Bât. B5c) Bureau 0/13 email:.@ulg.ac.be Tél.: 04-3669771 29 septembre 2014 Plan du cours 2014-2015 Cours théoriques 16-09-2014 numériques pour

Plus en détail

INITIATION AU LANGAGE C SUR PIC DE MICROSHIP

INITIATION AU LANGAGE C SUR PIC DE MICROSHIP COURS PROGRAMMATION INITIATION AU LANGAGE C SUR MICROCONTROLEUR PIC page 1 / 7 INITIATION AU LANGAGE C SUR PIC DE MICROSHIP I. Historique du langage C 1972 : naissance du C dans les laboratoires BELL par

Plus en détail

ET 24 : Modèle de comportement d un système Boucles de programmation avec Labview.

ET 24 : Modèle de comportement d un système Boucles de programmation avec Labview. ET 24 : Modèle de comportement d un système Boucles de programmation avec Labview. Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable Formation des enseignants parcours : ET24 Modèle de

Plus en détail

Calcul Formel et Numérique, Partie I

Calcul Formel et Numérique, Partie I Calcul Formel et Numérique NicolasVandenberghe nvdb@irphe.univ-mrs.fr Table des matières 1 Introduction à Matlab 2 1.1 Quelques généralités.......................... 2 1.2 Où trouver des informations......................

Plus en détail

Cours d introduction à l informatique. Partie 2 : Comment écrire un algorithme? Qu est-ce qu une variable? Expressions et instructions

Cours d introduction à l informatique. Partie 2 : Comment écrire un algorithme? Qu est-ce qu une variable? Expressions et instructions Cours d introduction à l informatique Partie 2 : Comment écrire un algorithme? Qu est-ce qu une variable? Expressions et instructions Qu est-ce qu un Une recette de cuisine algorithme? Protocole expérimental

Plus en détail

LES TYPES DE DONNÉES DU LANGAGE PASCAL

LES TYPES DE DONNÉES DU LANGAGE PASCAL LES TYPES DE DONNÉES DU LANGAGE PASCAL 75 LES TYPES DE DONNÉES DU LANGAGE PASCAL CHAPITRE 4 OBJECTIFS PRÉSENTER LES NOTIONS D ÉTIQUETTE, DE CONS- TANTE ET DE IABLE DANS LE CONTEXTE DU LAN- GAGE PASCAL.

Plus en détail

Projet Matlab : un logiciel de cryptage

Projet Matlab : un logiciel de cryptage Projet Matlab : un logiciel de cryptage La stéganographie (du grec steganos : couvert et graphein : écriture) consiste à dissimuler une information au sein d'une autre à caractère anodin, de sorte que

Plus en détail

MÉTHODES NUMERIQUES. Cours. Licence de Physique Année Universitaire : 2010-2011 Licence Chimie, parcours Physique. Semestre S3

MÉTHODES NUMERIQUES. Cours. Licence de Physique Année Universitaire : 2010-2011 Licence Chimie, parcours Physique. Semestre S3 Licence de Physique Année Universitaire : 2010-2011 Licence Chimie, parcours Physique Semestre S3 Cours MÉTHODES NUMERIQUES Chargé du Cours : M. GAGOU Yaovi E-mail :.gagou@u-picardie.fr URL : http://www.u-picardie.fr/gagou

Plus en détail

Gnuplot. Chapitre 3. 3.1 Lancer Gnuplot. 3.2 Options des graphes

Gnuplot. Chapitre 3. 3.1 Lancer Gnuplot. 3.2 Options des graphes Chapitre 3 Gnuplot Le langage C ne permet pas directement de dessiner des courbes et de tracer des plots. Il faut pour cela stocker résultats dans des fichier, et, dans un deuxième temps utiliser un autre

Plus en détail

TP : Gestion d une image au format PGM

TP : Gestion d une image au format PGM TP : Gestion d une image au format PGM Objectif : L objectif du sujet est de créer une classe de manipulation d images au format PGM (Portable GreyMap), et de programmer des opérations relativement simples

Plus en détail

INTRODUCTION A JAVA. Fichier en langage machine Exécutable

INTRODUCTION A JAVA. Fichier en langage machine Exécutable INTRODUCTION A JAVA JAVA est un langage orienté-objet pur. Il ressemble beaucoup à C++ au niveau de la syntaxe. En revanche, ces deux langages sont très différents dans leur structure (organisation du

Plus en détail

Cours d Algorithmique-Programmation 2 e partie (IAP2): programmation 24 octobre 2007impérative 1 / 44 et. structures de données simples

Cours d Algorithmique-Programmation 2 e partie (IAP2): programmation 24 octobre 2007impérative 1 / 44 et. structures de données simples Cours d Algorithmique-Programmation 2 e partie (IAP2): programmation impérative et structures de données simples Introduction au langage C Sandrine Blazy - 1ère année 24 octobre 2007 Cours d Algorithmique-Programmation

Plus en détail

Algorithmique et Programmation, IMA

Algorithmique et Programmation, IMA Algorithmique et Programmation, IMA Cours 2 : C Premier Niveau / Algorithmique Université Lille 1 - Polytech Lille Notations, identificateurs Variables et Types de base Expressions Constantes Instructions

Plus en détail

Cours d initiation à la programmation en C++ Johann Cuenin

Cours d initiation à la programmation en C++ Johann Cuenin Cours d initiation à la programmation en C++ Johann Cuenin 11 octobre 2014 2 Table des matières 1 Introduction 5 2 Bases de la programmation en C++ 7 3 Les types composés 9 3.1 Les tableaux.............................

Plus en détail

IN 102 - Cours 1. 1 Informatique, calculateurs. 2 Un premier programme en C

IN 102 - Cours 1. 1 Informatique, calculateurs. 2 Un premier programme en C IN 102 - Cours 1 Qu on le veuille ou non, les systèmes informatisés sont désormais omniprésents. Même si ne vous destinez pas à l informatique, vous avez de très grandes chances d y être confrontés en

Plus en détail

STAGE IREM 0- Premiers pas en Python

STAGE IREM 0- Premiers pas en Python Université de Bordeaux 16-18 Février 2014/2015 STAGE IREM 0- Premiers pas en Python IREM de Bordeaux Affectation et expressions Le langage python permet tout d abord de faire des calculs. On peut évaluer

Plus en détail

Calculer avec Sage. Revision : 417 du 1 er juillet 2010

Calculer avec Sage. Revision : 417 du 1 er juillet 2010 Calculer avec Sage Alexandre Casamayou Guillaume Connan Thierry Dumont Laurent Fousse François Maltey Matthias Meulien Marc Mezzarobba Clément Pernet Nicolas Thiéry Paul Zimmermann Revision : 417 du 1

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 novembre 204 à :07 La fonction exponentielle Table des matières La fonction exponentielle 2. Définition et théorèmes.......................... 2.2 Approche graphique de la fonction

Plus en détail

Découverte du logiciel ordinateur TI-n spire / TI-n spire CAS

Découverte du logiciel ordinateur TI-n spire / TI-n spire CAS Découverte du logiciel ordinateur TI-n spire / TI-n spire CAS Mémento Ouvrir TI-Nspire CAS. Voici la barre d outils : L insertion d une page, d une activité, d une page où l application est choisie, pourra

Plus en détail

Initiation à LabView : Les exemples d applications :

Initiation à LabView : Les exemples d applications : Initiation à LabView : Les exemples d applications : c) Type de variables : Créer un programme : Exemple 1 : Calcul de c= 2(a+b)(a-3b) ou a, b et c seront des réels. «Exemple1» nom du programme : «Exemple

Plus en détail

Présentation du langage et premières fonctions

Présentation du langage et premières fonctions 1 Présentation de l interface logicielle Si les langages de haut niveau sont nombreux, nous allons travaillé cette année avec le langage Python, un langage de programmation très en vue sur internet en

Plus en détail

Info0101 Intro. à l'algorithmique et à la programmation. Cours 3. Le langage Java

Info0101 Intro. à l'algorithmique et à la programmation. Cours 3. Le langage Java Info0101 Intro. à l'algorithmique et à la programmation Cours 3 Le langage Java Pierre Delisle, Cyril Rabat et Christophe Jaillet Université de Reims Champagne-Ardenne Département de Mathématiques et Informatique

Plus en détail

Représentation des Nombres

Représentation des Nombres Chapitre 5 Représentation des Nombres 5. Representation des entiers 5.. Principe des représentations en base b Base L entier écrit 344 correspond a 3 mille + 4 cent + dix + 4. Plus généralement a n a n...

Plus en détail

Programmation Web. Madalina Croitoru IUT Montpellier

Programmation Web. Madalina Croitoru IUT Montpellier Programmation Web Madalina Croitoru IUT Montpellier Organisation du cours 4 semaines 4 ½ h / semaine: 2heures cours 3 ½ heures TP Notation: continue interrogation cours + rendu à la fin de chaque séance

Plus en détail

Programmer en JAVA. par Tama (tama@via.ecp.fr( tama@via.ecp.fr)

Programmer en JAVA. par Tama (tama@via.ecp.fr( tama@via.ecp.fr) Programmer en JAVA par Tama (tama@via.ecp.fr( tama@via.ecp.fr) Plan 1. Présentation de Java 2. Les bases du langage 3. Concepts avancés 4. Documentation 5. Index des mots-clés 6. Les erreurs fréquentes

Plus en détail

UEO11 COURS/TD 1. nombres entiers et réels codés en mémoire centrale. Caractères alphabétiques et caractères spéciaux.

UEO11 COURS/TD 1. nombres entiers et réels codés en mémoire centrale. Caractères alphabétiques et caractères spéciaux. UEO11 COURS/TD 1 Contenu du semestre Cours et TDs sont intégrés L objectif de ce cours équivalent a 6h de cours, 10h de TD et 8h de TP est le suivant : - initiation à l algorithmique - notions de bases

Plus en détail

Bases de programmation. Cours 5. Structurer les données

Bases de programmation. Cours 5. Structurer les données Bases de programmation. Cours 5. Structurer les données Pierre Boudes 1 er décembre 2014 This work is licensed under the Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 License. Types char et

Plus en détail

Définitions. Numéro à préciser. (Durée : )

Définitions. Numéro à préciser. (Durée : ) Numéro à préciser (Durée : ) On étudie dans ce problème l ordre lexicographique pour les mots sur un alphabet fini et plusieurs constructions des cycles de De Bruijn. Les trois parties sont largement indépendantes.

Plus en détail

Cours intensif Java. 1er cours: de C à Java. Enrica DUCHI LIAFA, Paris 7. Septembre 2009. Enrica.Duchi@liafa.jussieu.fr

Cours intensif Java. 1er cours: de C à Java. Enrica DUCHI LIAFA, Paris 7. Septembre 2009. Enrica.Duchi@liafa.jussieu.fr . Cours intensif Java 1er cours: de C à Java Septembre 2009 Enrica DUCHI LIAFA, Paris 7 Enrica.Duchi@liafa.jussieu.fr LANGAGES DE PROGRAMMATION Pour exécuter un algorithme sur un ordinateur il faut le

Plus en détail

TD3: tableaux avancées, première classe et chaînes

TD3: tableaux avancées, première classe et chaînes TD3: tableaux avancées, première classe et chaînes de caractères 1 Lestableaux 1.1 Élémentsthéoriques Déclaration des tableaux Pour la déclaration des tableaux, deux notations sont possibles. La première

Plus en détail

Python - introduction à la programmation et calcul scientifique

Python - introduction à la programmation et calcul scientifique Université de Strasbourg Environnements Informatique Python - introduction à la programmation et calcul scientifique Feuille de TP 1 Avant de commencer Le but de ce TP est de vous montrer les bases de

Plus en détail

Université du Québec à Chicoutimi. Département d informatique et de mathématique. Plan de cours. Titre : Élément de programmation.

Université du Québec à Chicoutimi. Département d informatique et de mathématique. Plan de cours. Titre : Élément de programmation. Université du Québec à Chicoutimi Département d informatique et de mathématique Plan de cours Titre : Élément de programmation Sigle : 8inf 119 Session : Automne 2001 Professeur : Patrice Guérin Local

Plus en détail

Les structures. Chapitre 3

Les structures. Chapitre 3 Chapitre 3 Les structures Nous continuons notre étude des structures de données qui sont prédéfinies dans la plupart des langages informatiques. La structure de tableau permet de regrouper un certain nombre

Plus en détail

SHERLOCK 7. Version 1.2.0 du 01/09/09 JAVASCRIPT 1.5

SHERLOCK 7. Version 1.2.0 du 01/09/09 JAVASCRIPT 1.5 SHERLOCK 7 Version 1.2.0 du 01/09/09 JAVASCRIPT 1.5 Cette note montre comment intégrer un script Java dans une investigation Sherlock et les différents aspects de Java script. S T E M M E R I M A G I N

Plus en détail

TP 0 : INTRODUCTION À MATLAB

TP 0 : INTRODUCTION À MATLAB TP 0 : INTRODUCTION À MATLAB Résumé. Matlab est un logiciel de calcul numérique, utilisé dans de nombreux domaines d application. Il se fonde sur le calcul matriciel. Matlab est d ailleurs un raccourci

Plus en détail

Exercices types Algorithmique et simulation numérique Oral Mathématiques et algorithmique Banque PT

Exercices types Algorithmique et simulation numérique Oral Mathématiques et algorithmique Banque PT Exercices types Algorithmique et simulation numérique Oral Mathématiques et algorithmique Banque PT Ces exercices portent sur les items 2, 3 et 5 du programme d informatique des classes préparatoires,

Plus en détail

Bases Java - Eclipse / Netbeans

Bases Java - Eclipse / Netbeans Institut Galilée PDJ Année 2014-2015 Master 1 Environnements Java T.P. 1 Bases Java - Eclipse / Netbeans Il existe plusieurs environnements Java. Il est ESSENTIEL d utiliser la bonne version, et un environnement

Plus en détail

Travaux pratiques. Compression en codage de Huffman. 1.3. Organisation d un projet de programmation

Travaux pratiques. Compression en codage de Huffman. 1.3. Organisation d un projet de programmation Université de Savoie Module ETRS711 Travaux pratiques Compression en codage de Huffman 1. Organisation du projet 1.1. Objectifs Le but de ce projet est d'écrire un programme permettant de compresser des

Plus en détail

Limitations of the Playstation 3 for High Performance Cluster Computing

Limitations of the Playstation 3 for High Performance Cluster Computing Introduction Plan Limitations of the Playstation 3 for High Performance Cluster Computing July 2007 Introduction Plan Introduction Intérêts de la PS3 : rapide et puissante bon marché L utiliser pour faire

Plus en détail

Continuité et dérivabilité d une fonction

Continuité et dérivabilité d une fonction DERNIÈRE IMPRESSIN LE 7 novembre 014 à 10:3 Continuité et dérivabilité d une fonction Table des matières 1 Continuité d une fonction 1.1 Limite finie en un point.......................... 1. Continuité

Plus en détail

Algorithmique et programmation : les bases (VBA) Corrigé

Algorithmique et programmation : les bases (VBA) Corrigé PAD INPT ALGORITHMIQUE ET PROGRAMMATION 1 Cours VBA, Semaine 1 mai juin 2006 Corrigé Résumé Ce document décrit l écriture dans le langage VBA des éléments vus en algorithmique. Table des matières 1 Pourquoi

Plus en détail

Chap III : Les tableaux

Chap III : Les tableaux Chap III : Les tableaux Dans cette partie, on va étudier quelques structures de données de base tels que : Les tableaux (vecteur et matrice) Les chaînes de caractères LA STRUCTURE DE TABLEAU Introduction

Plus en détail

DE L ALGORITHME AU PROGRAMME INTRO AU LANGAGE C 51

DE L ALGORITHME AU PROGRAMME INTRO AU LANGAGE C 51 DE L ALGORITHME AU PROGRAMME INTRO AU LANGAGE C 51 PLAN DU COURS Introduction au langage C Notions de compilation Variables, types, constantes, tableaux, opérateurs Entrées sorties de base Structures de

Plus en détail

1 Introduction - Qu est-ce que le logiciel R?

1 Introduction - Qu est-ce que le logiciel R? Master 1 GSI - Mentions ACCIE et RIM - ULCO, La Citadelle, 2012/2013 Mesures et Analyses Statistiques de Données - Probabilités TP 1 - Initiation au logiciel R 1 Introduction - Qu est-ce que le logiciel

Plus en détail

de calibration Master 2: Calibration de modèles: présentation et simulation d

de calibration Master 2: Calibration de modèles: présentation et simulation d Master 2: Calibration de modèles: présentation et simulation de quelques problèmes de calibration Plan de la présentation 1. Présentation de quelques modèles à calibrer 1a. Reconstruction d une courbe

Plus en détail

Initiation à l algorithmique

Initiation à l algorithmique Informatique S1 Initiation à l algorithmique procédures et fonctions 2. Appel d une fonction Jacques TISSEAU Ecole Nationale d Ingénieurs de Brest Technopôle Brest-Iroise CS 73862-29238 Brest cedex 3 -

Plus en détail

1 Recherche en table par balayage

1 Recherche en table par balayage 1 Recherche en table par balayage 1.1 Problème de la recherche en table Une table désigne une liste ou un tableau d éléments. Le problème de la recherche en table est celui de la recherche d un élément

Plus en détail

TP, première séquence d exercices.

TP, première séquence d exercices. TP, première séquence d exercices. Benoît Valiron benoit.valiron@lipn.univ-paris13.fr 7 novembre 2010 Introduction Vous écrirez les réponses aux questions courtes sur une feuille à rendre à la fin de la

Plus en détail

TP1 : Initiation à l algorithmique (1 séance)

TP1 : Initiation à l algorithmique (1 séance) Université de Versailles Vanessa Vitse IUT de Vélizy - Algorithmique 2006/2007 TP1 : Initiation à l algorithmique (1 séance) 1 Prise en main de l environnement Unix : rappels et compléments Le but de la

Plus en détail

Projet Matlab/Octave : segmentation d'un ballon de couleur dans une image couleur et insertion d'un logo

Projet Matlab/Octave : segmentation d'un ballon de couleur dans une image couleur et insertion d'un logo Projet Matlab/Octave : segmentation d'un ballon de couleur dans une image couleur et insertion d'un logo Dans ce projet, nous allons réaliser le code qui permet d'insérer sur une image, un logo sur un

Plus en détail

Génie Logiciel avec Ada. 4 février 2013

Génie Logiciel avec Ada. 4 février 2013 Génie Logiciel 4 février 2013 Plan I. Généralités II. Structures linéaires III. Exceptions IV. Structures arborescentes V. Dictionnaires I. Principes II. Notions propres à la POO I. Principes Chapitre

Plus en détail

Access et Org.Base : mêmes objectifs? Description du thème : Création de grilles d écran pour une école de conduite.

Access et Org.Base : mêmes objectifs? Description du thème : Création de grilles d écran pour une école de conduite. Access et Org.Base : mêmes objectifs? Description du thème : Création de grilles d écran pour une école de conduite. Mots-clés : Niveau : Bases de données relationnelles, Open Office, champs, relations,

Plus en détail

Licence ST Université Claude Bernard Lyon I LIF1 : Algorithmique et Programmation C Bases du langage C 1 Conclusion de la dernière fois Introduction de l algorithmique générale pour permettre de traiter

Plus en détail

Studio. HERITIER Emmanuelle PERSYN Elodie. SCHMUTZ Amandine SCHWEITZER Guillaume

Studio. HERITIER Emmanuelle PERSYN Elodie. SCHMUTZ Amandine SCHWEITZER Guillaume Studio HERITIER Emmanuelle PERSYN Elodie SCHMUTZ Amandine SCHWEITZER Guillaume Cours R Présentation projet 10/10/2013 Introduction RStudio est une interface créé par JJ Allaire Elle est sortie le 11 Février

Plus en détail

IMAGES NUMÉRIQUES MATRICIELLES EN SCILAB

IMAGES NUMÉRIQUES MATRICIELLES EN SCILAB IMAGES NUMÉRIQUES MATRICIELLES EN SCILAB Ce document, écrit par des animateurs de l IREM de Besançon, a pour objectif de présenter quelques unes des fonctions du logiciel Scilab, celles qui sont spécifiques

Plus en détail

MICROINFORMATIQUE NOTE D APPLICATION 1 (REV. 2011) ARITHMETIQUE EN ASSEMBLEUR ET EN C

MICROINFORMATIQUE NOTE D APPLICATION 1 (REV. 2011) ARITHMETIQUE EN ASSEMBLEUR ET EN C Haute Ecole d Ingénierie et de Gestion Du Canton du Vaud MICROINFORMATIQUE NOTE D APPLICATION 1 (REV. 2011) ARITHMETIQUE EN ASSEMBLEUR ET EN C Programmation en mode simulation 1. DOCUMENTS DE RÉFÉRENCE...

Plus en détail

1/24. I passer d un problème exprimé en français à la réalisation d un. I expressions arithmétiques. I structures de contrôle (tests, boucles)

1/24. I passer d un problème exprimé en français à la réalisation d un. I expressions arithmétiques. I structures de contrôle (tests, boucles) 1/4 Objectif de ce cours /4 Objectifs de ce cours Introduction au langage C - Cours Girardot/Roelens Septembre 013 Du problème au programme I passer d un problème exprimé en français à la réalisation d

Plus en détail

Aide - mémoire gnuplot 4.0

Aide - mémoire gnuplot 4.0 Aide - mémoire gnuplot 4.0 Nicolas Kielbasiewicz 20 juin 2008 L objet de cet aide-mémoire est de présenter les commandes de base pour faire rapidement de très jolis graphiques et courbes à l aide du logiciel

Plus en détail

Utilisation d objets : String et ArrayList

Utilisation d objets : String et ArrayList Chapitre 6 Utilisation d objets : String et ArrayList Dans ce chapitre, nous allons aborder l utilisation d objets de deux classes prédéfinies de Java d usage très courant. La première, nous l utilisons

Plus en détail

Corrigé des TD 1 à 5

Corrigé des TD 1 à 5 Corrigé des TD 1 à 5 1 Premier Contact 1.1 Somme des n premiers entiers 1 (* Somme des n premiers entiers *) 2 program somme_entiers; n, i, somme: integer; 8 (* saisie du nombre n *) write( Saisissez un

Plus en détail

Rappels sur les suites - Algorithme

Rappels sur les suites - Algorithme DERNIÈRE IMPRESSION LE 14 septembre 2015 à 12:36 Rappels sur les suites - Algorithme Table des matières 1 Suite : généralités 2 1.1 Déition................................. 2 1.2 Exemples de suites............................

Plus en détail

Créer le schéma relationnel d une base de données ACCESS

Créer le schéma relationnel d une base de données ACCESS Utilisation du SGBD ACCESS Polycopié réalisé par Chihab Hanachi et Jean-Marc Thévenin Créer le schéma relationnel d une base de données ACCESS GENERALITES SUR ACCESS... 1 A PROPOS DE L UTILISATION D ACCESS...

Plus en détail

Cours 1. I- Généralités sur R II- Les fonctions de R et autres objets III-Les vecteurs

Cours 1. I- Généralités sur R II- Les fonctions de R et autres objets III-Les vecteurs Cours 1 I- Généralités sur R II- Les fonctions de R et autres objets III-Les vecteurs IV-Les facteurs I-1 Généralités sur R R (1995, AT&T Bell Laboratories) est un logiciel d analyse statistique et graphique,

Plus en détail

Mathcad 15.0. Ces capacités font de Mathcad l outil de calcul technique le plus utilisé au monde.

Mathcad 15.0. Ces capacités font de Mathcad l outil de calcul technique le plus utilisé au monde. Mathcad 15.0 Création et documentation de calculs techniques Grâce à Mathcad, plus de 250 000 professionnels dans le monde peuvent effectuer, documenter, gérer et partager des calculs et des tâches de

Plus en détail

Table des matières L INTEGRATION DE SAS AVEC JMP. Les échanges de données entre SAS et JMP, en mode déconnecté. Dans JMP

Table des matières L INTEGRATION DE SAS AVEC JMP. Les échanges de données entre SAS et JMP, en mode déconnecté. Dans JMP L INTEGRATION DE SAS AVEC JMP Quelles sont les techniques possibles pour intégrer SAS avec JMP? Comment échanger des données entre SAS et JMP? Comment connecter JMP à SAS? Quels sont les apports d une

Plus en détail

http://cermics.enpc.fr/scilab

http://cermics.enpc.fr/scilab scilab à l École des Ponts ParisTech http://cermics.enpc.fr/scilab Introduction à Scilab Graphiques, fonctions Scilab, programmation, saisie de données Jean-Philippe Chancelier & Michel De Lara cermics,

Plus en détail

L informatique en BCPST

L informatique en BCPST L informatique en BCPST Présentation générale Sylvain Pelletier Septembre 2014 Sylvain Pelletier L informatique en BCPST Septembre 2014 1 / 20 Informatique, algorithmique, programmation Utiliser la rapidité

Plus en détail

Conventions d écriture et outils de mise au point

Conventions d écriture et outils de mise au point Logiciel de base Première année par alternance Responsable : Christophe Rippert Christophe.Rippert@Grenoble-INP.fr Introduction Conventions d écriture et outils de mise au point On va utiliser dans cette

Plus en détail

Plan du cours. Historique du langage http://www.oracle.com/technetwork/java/index.html. Nouveautés de Java 7

Plan du cours. Historique du langage http://www.oracle.com/technetwork/java/index.html. Nouveautés de Java 7 Université Lumière Lyon 2 Faculté de Sciences Economiques et Gestion KHARKIV National University of Economic Introduction au Langage Java Master Informatique 1 ère année Julien Velcin http://mediamining.univ-lyon2.fr/velcin

Plus en détail

Arithmétique binaire. Chapitre. 5.1 Notions. 5.1.1 Bit. 5.1.2 Mot

Arithmétique binaire. Chapitre. 5.1 Notions. 5.1.1 Bit. 5.1.2 Mot Chapitre 5 Arithmétique binaire L es codes sont manipulés au quotidien sans qu on s en rende compte, et leur compréhension est quasi instinctive. Le seul fait de lire fait appel au codage alphabétique,

Plus en détail

Cours d Algorithmique et de Langage C 2005 - v 3.0

Cours d Algorithmique et de Langage C 2005 - v 3.0 Cours d Algorithmique et de Langage C 2005 - v 3.0 Bob CORDEAU cordeau@onera.fr Mesures Physiques IUT d Orsay 15 mai 2006 Avant-propos Avant-propos Ce cours en libre accès repose sur trois partis pris

Plus en détail

Les structures de données. Rajae El Ouazzani

Les structures de données. Rajae El Ouazzani Les structures de données Rajae El Ouazzani Les arbres 2 1- Définition de l arborescence Une arborescence est une collection de nœuds reliés entre eux par des arcs. La collection peut être vide, cad l

Plus en détail

SAP BusinessObjects Web Intelligence (WebI) BI 4

SAP BusinessObjects Web Intelligence (WebI) BI 4 Présentation de la Business Intelligence 1. Outils de Business Intelligence 15 2. Historique des logiciels décisionnels 16 3. La suite de logiciels SAP BusinessObjects Business Intelligence Platform 18

Plus en détail

03/04/2007. Tâche 1 Tâche 2 Tâche 3. Système Unix. Time sharing

03/04/2007. Tâche 1 Tâche 2 Tâche 3. Système Unix. Time sharing 3/4/27 Programmation Avancée Multimédia Multithreading Benoît Piranda Équipe SISAR Université de Marne La Vallée Besoin Programmes à traitements simultanés Réseau Réseau Afficher une animation en temps

Plus en détail

C f tracée ci- contre est la représentation graphique d une

C f tracée ci- contre est la représentation graphique d une TLES1 DEVOIR A LA MAISON N 7 La courbe C f tracée ci- contre est la représentation graphique d une fonction f définie et dérivable sur R. On note f ' la fonction dérivée de f. La tangente T à la courbe

Plus en détail

Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles

Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Filière : scientifique Voies : Mathématiques, physique et sciences de l'ingénieur (MPSI) Physique, chimie et sciences de l ingénieur (PCSI) Physique,

Plus en détail

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin.

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin. Exo7 Matrice d une application linéaire Corrections d Arnaud odin. Exercice Soit R muni de la base canonique = ( i, j). Soit f : R R la projection sur l axe des abscisses R i parallèlement à R( i + j).

Plus en détail

MISE A NIVEAU INFORMATIQUE LANGAGE C - EXEMPLES DE PROGRAMMES. Université Paris Dauphine IUP Génie Mathématique et Informatique 2 ème année

MISE A NIVEAU INFORMATIQUE LANGAGE C - EXEMPLES DE PROGRAMMES. Université Paris Dauphine IUP Génie Mathématique et Informatique 2 ème année 2003-2004 Université Paris Dauphine IUP Génie Mathématique et Informatique 2 ème année MISE A NIVEAU INFORMATIQUE LANGAGE C - EXEMPLES DE PROGRAMMES Maude Manouvrier La reproduction de ce document par

Plus en détail

as Architecture des Systèmes d Information

as Architecture des Systèmes d Information Plan Plan Programmation - Introduction - Nicolas Malandain March 14, 2005 Introduction à Java 1 Introduction Présentation Caractéristiques Le langage Java 2 Types et Variables Types simples Types complexes

Plus en détail

TP n 2 Concepts de la programmation Objets Master 1 mention IL, semestre 2 Le type Abstrait Pile

TP n 2 Concepts de la programmation Objets Master 1 mention IL, semestre 2 Le type Abstrait Pile TP n 2 Concepts de la programmation Objets Master 1 mention IL, semestre 2 Le type Abstrait Pile Dans ce TP, vous apprendrez à définir le type abstrait Pile, à le programmer en Java à l aide d une interface

Plus en détail

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes.

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. 1 Définitions, notations Calcul matriciel Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. On utilise aussi la notation m n pour le

Plus en détail

L analyse d images regroupe plusieurs disciplines que l on classe en deux catégories :

L analyse d images regroupe plusieurs disciplines que l on classe en deux catégories : La vision nous permet de percevoir et d interpreter le monde qui nous entoure. La vision artificielle a pour but de reproduire certaines fonctionnalités de la vision humaine au travers de l analyse d images.

Plus en détail

Une bibliothèque de templates pour CUDA

Une bibliothèque de templates pour CUDA Une bibliothèque de templates pour CUDA Sylvain Collange, Marc Daumas et David Defour Montpellier, 16 octobre 2008 Types de parallèlisme de données Données indépendantes n threads pour n jeux de données

Plus en détail

FORMATION EXCEL 2007

FORMATION EXCEL 2007 FORMATION EXCEL 2007 Livret 1 Débuter avec EXCEL 2007 Niveau 1 THIERRY TILLIER Retrouvez tous nos cours bureautiques sur http://www.e-presse.ca/ au Canada Ce support de cours est réservé à un usage personnel.

Plus en détail

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes.

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes. Promotion X 004 COURS D ANALYSE DES STRUCTURES MÉCANIQUES PAR LA MÉTHODE DES ELEMENTS FINIS (MEC 568) contrôle non classant (7 mars 007, heures) Documents autorisés : polycopié ; documents et notes de

Plus en détail

La mémoire. Un ordinateur. L'octet. Le bit

La mémoire. Un ordinateur. L'octet. Le bit Introduction à l informatique et à la programmation Un ordinateur Un ordinateur est une machine à calculer composée de : un processeur (ou unité centrale) qui effectue les calculs une mémoire qui conserve

Plus en détail

Gestion des données avec R

Gestion des données avec R Gestion des données avec R Christophe Lalanne & Bruno Falissard Table des matières 1 Introduction 1 2 Importation de fichiers CSV 1 2.1 Structure du fichier de données...................................

Plus en détail

Automatique des systèmes linéaires continus

Automatique des systèmes linéaires continus MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE D ORAN-M B- FACULTE DE GENIE ELECTRIQUE DEPARTEMENT D AUTOMATIQUE Polycopié de : Automatique

Plus en détail