LA ROUTE A TOUT PRIX. photographies: Veronique Vercheval. textes: Rejane Peigny

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA ROUTE A TOUT PRIX. photographies: Veronique Vercheval. textes: Rejane Peigny"

Transcription

1 LA ROUTE A TOUT PRIX photographies: Veronique Vercheval textes: Rejane Peigny

2 LA ROUTE A TOUT PRIX Qui sont les routiers? Qui choisit encore de vivre sur la route aujourd hui? Pourquoi? L'amour de l'engin suffit-il encore? Fuient-ils la réalité?... Dans «La route à tout prix», les chauffeurs parlent de leurs machines mais surtout de leurs familles, de leurs enfants, de leurs peurs et de leurs joies. Ils aiment leur métier, ils le détestent. Ils sont les maîtres de la route mais ils en sont aussi les esclaves. Parfois, ils s'endorment au volant pour garder leur boulot... Loin des clichés tatouages, biceps, singlet, vitesse et grosse moustache «La route à tout prix» rend à tous ces hommes et ces femmes leur vrai visage Avec l'appui de la Vice-Première Ministre, Ministre de la Mobilité et des Transports

3 Veronique Vercheval a commencé la photographie en Photojournaliste pour le magazine «Voyelles», elle a réalisé dans ce cadre différents reportages sur la condition des femmes. Avec «Archives de Wallonie», elle a photographié pendant de nombreuses années le monde du travail en Belgique francophone. En plus de ses expositions personnelles et de ses publications, elle enseigne la photographie et travaille régulièrement pour plusieurs théâtres et compagnies de danses. Rejane Peigny a pendant des années réalisé des reportage pour la radio et la télévision, mettant en images et en sons des récits, des bouts de vie. Petit à petit, elle a choisi de se consacrer à l'écriture. Outre ses projets personnels, elle anime des rencontres autour du livre, des ateliers de lectures et d'écriture. - «Le jour se lève encore», avec F. Dannemark, Cadex, «Langue de chat», in «Au fil du temps», anthologie, Le Castor astral, 1999.

4 LA ROUTE A TOUT PRIX À Angelo À Alain, Albert, Arsène, Claude, Didier, Domex, Emile, Fifi, Jacky, Jean, Joseph, Karine, Mario, Martine, Michel, Muriel, Patrick, et tous les autres Les témoignages de chauffeurs insérés dans les pages de photographies ont été recueillis sur la route entre 1998 et Ils ont servi de base au texte de fiction. Ils ne peuvent en aucun cas être attribués directement aux personnes photographiées.

5 Preface LA ROUTE ET LE TEMPS Au-delà des images toutes faites que nous nous faisons, qui sont vraiment les hommes et les femmes de la route? Au-delà des caricatures, que recouvre réellement cette profession relativement méconnue du grand public? Derrière leurs visages et leurs mots, si justement rendus par le travail des auteures de cet ouvrage, se cachent aussi d autres visages et d autres existences, ceux de leurs proches : femme, mari, enfants, amis. Ceux qu ils voient si peu, tant ils sont pris par ce métier de fureur et de bruit mais aussi de solitude. Des pays traversés, parcourus de long en large, mais qu ils n apprennent jamais à connaître vraiment, des confidences, des coups de cafard et de colère, quelques femmes perdues dans un monde encore majoritairement masculin. Leurs entreprises sont pressées de tous côtés par les exigences souvent démesurées du «just in time», par les demandes des clients, par une concurrence effrénée et parfois déloyale. Dès lors le risque est quotidien : pour la santé des entreprises intègres, pour les conditions de travail des chauffeurs, pour la sécurité de tous les usagers de la route. C est tout cela que je vous invite à découvrir au fil des photographies émouvantes de Véronique Vercheval et du récit prenant de Réjane Peigny, sans oublier les outils légaux que notre pays et l Union Européenne se sont donnés pour assurer une régulation, sans doute encore imparfaite. Lorsque vous aurez achevé la lecture de ce livre magnifique, vous conviendrez avec moi qu il est indispensable de continuer à agir avec détermination pour donner de vraies perspectives d avenir aux routiers. Isabelle DURANT, Ministre de la Mobilité et des Transports. 5

6 6

7 Table des matieres > > > Préface La route et le temps par Isabelle Durant 5 > > > Introduction 8 > > > La Route à tout prix par Réjane Peigny 57 > > > Dans le cambouis juridique du transport routier par Pierre Malaise 145 > > > Glossaire 158 7

8 Introduction C est vrai que les camions encombrent les routes et qu ils sont impressionnants. Mais dans les cabines, il y a des hommes, des femmes dont les conditions de vie, de travail sont mal connues. Le projet de ce livre est né en J ai écouté un ami routier. Il me racontait ses histoires de routes, ses démêlés avec la police, les douanes, les patrons. J ai appris à lire les disques. J ai eu envie d en connaître plus. Je les ai rencontrés pendant les attentes devant les usines, dans les cafétérias, dans les stations de lavage. J'ai roulé avec eux, je les ai photographiés. Pas à l aise au début! Ils traînent une telle réputation! Mais la rencontre est amicale. Ma présence rompt le rythme monotone de la route. Ils trouvent une oreille neuve pour les écouter. Et j ai parlé du projet de livre à des amis. À Réjane, d abord, à Pierre Malaise ensuite. Pierre a accepté de faire de longues recherches, il a épluché les réglementations du transport de marchandises par la route afin de tenter d expliquer comment et pourquoi on en est arrivé à un tel imbroglio. Son texte précis et documenté, parfois ardu, brosse un portrait, le plus précis possible, de la situation actuelle. Réjane est entrée dans mon monde, dans leur monde. Nous avons achevé le travail ensemble, motivées par les rencontres, par les découvertes. La fiction qu elle a écrite est intégralement inspirée des témoignages et,si les noms ont changé, les personnages pourraient avoir existé. Certains s y reconnaîtront. Son récit nous emmène sur des routes banales, sur des routes vécues au jour le jour par des hommes et des femmes qui en vivent. Nous ne sommes pas pour le tout au camion. Nous sommes conscientes que ce type de transport n est pas une solution viable à long terme. La situation qu il engendre (ainsi que celle du transport personnel) asphyxie de plus en plus nos routes. C est un nouveau projet de société qu il faudrait inventer pour résoudre le problème très vaste du transport routier. Nous n avons abordé ici qu un de ses nombreux aspects. Celui du chauffeur, maillon essentiel,situé entre le transporteur, miné par les charges qui lui incombent, et les clients, toujours plus exigeants. Son salaire horaire ridiculement bas ( 334 francs bruts/heure en mai 2000) l oblige à faire énormément d heures pour obtenir un salaire souvent simplement correct. Les problèmes de sécurité, de pollution, de concurrence doivent être pris à bras le corps de manière globale. Encourager le ferroutage, mieux utiliser les voies d eau, favoriser des moteurs moins polluants sont évidemment des objectifs 8

9 9

10 urgents. Mais il est essentiel, aussi, de créer une législation européenne limitant l arrivée de transporteurs des pays de l Est qui emploient des chauffeurs à des prix dérisoires, impossibles à concurrencer pour les transporteurs européens liés à des contraintes sociales plus justes. De grosses marques européennes confient déjà leurs transports à ces firmes salariant leurs chauffeurs 20 ou francs par mois. Cette dé-régulation est dangereuse pour tous. Nous sommes entrées dans les cabines surélevées des camions. Nous avons vu ce monde à travers notre sensibilité, nous l avons connu à travers les paroles qu ils ont bien voulu nous offrir ; notre propos est le reflet d une expérience humaine. Les chauffeurs, par choix, par obligation, ne font pas souvent parler d eux. Ils vivent au-dessus de nous et le poids lourd est perçu comme un ennemi anonyme qui nous freine dans notre désir de rapidité. À l intérieur de la carcasse de métal se retrouvent en concentré tous les problèmes de couple, d argent, de reconnaissance, de frustration qui font le quotidien de chaque être humain. Ils parlent de leurs familles, de leurs enfants, de leurs camions, de la route, des étrangers qui viennent travailler ici pour la moitié de leur salaire. Ils parlent des automobilistes «qui ne les comprennent pas». Ils parlent des nuits sur les parkings, d accidents, de suicides. Ils parlent de la nuit qui leur appartient, du soleil qui se lève sur des paysages endormis. Ils aiment leur métier, ils le détestent. Ils sont les maîtres de la route. Ils en sont aussi les esclaves. - On n est pas des crapules. On n est pas des tueurs. On a besoin de règlements. On a besoin de plus de contrôles pour ne plus devoir travailler dans ces conditions. Il faut le dire! Chauffeur salarié, 1998 Les patrons transporteurs font parfois parler d eux et démontrent leur puissance à grands coups de klaxons. Des routiers s endorment encore au volant pour garder leur boulot. Les choses changent. On attend beaucoup des nouvelles concertations... Véronique Vercheval, Réjane Peigny. 10

11 11

12 12

13 13

14 On roulait bien a du soixante à l'heure en respectant les distances de sécurité. C'était une entrée d'autoroute qui était immobilisée. Il y avait des travaux. Une voiture s'est engagée devant moi. Une deuxième décide de s'engager aussi. Mais j'étais déjà trop près. Elle n'avait pas de reprises. Elle n'avançait pas. Et moi je pilais sur les freins. Je ne m'arrêtais pas. J'avais 24 tonnes de bobines. Je me sentais prisonnier de ma ceinture qui me maintenait contre le siège pendant que les bobines défonçaient le tablier de la semi. Il y avait deux gosses sur la banquette arrière qui me regardaient arriver sur eux. Je n'ai pas touché la voiture. Les mains des freins se sont sectionnées au premier tournant. La semi s'est immobilisée. J'ai pu garder mon sang-froid. Mais le soir, au restaurant, j'ai failli tomber dans les pommes. 14

15 15

16 16

17 17

18 Ils prennent leur caravane pour aller en vacances. Ils n'ont jamais pris une caravane de leur vie et hop, kilomètres! Toute la nuit, ils roulent. Il n'y a pas de contrôle. Ces gens-là, c'est pas des dangers? Qu'ils mettent des «abbeleirs» sur les voitures, tu vas voir les infractions. Mais toi, tu peux rouler neuf heures. Après, t'es considéré comme un danger. C'est pas des lois, ça! A partir du disque, ils nous contrôlent. Ils peuvent aller fouiller les sept derniers disques pour chercher tes infractions. Ils peuvent verbaliser en Belgique pour un excès de vitesse en France et vérifier si tu as roulé une demi-heure de trop. Ils peuvent prendre tous tes disques de la semaine et cumuler. Je ne trouve pas ça normal. Quand un particulier fait un excès de vitesse avec sa voiture, s il ne se fait pas avoir, le lendemain on n en parle plus. 18

19 19

20 20

21 21

22 22

23 23

24 L autre jour, en Allemagne, il y en a une qui a bricolé pendant une demi-heure pour mettre sa remorque. À mon avis il n'y avait pas longtemps qu'elle roulait. Quand tu as commencé, tu avais du mal aussi! Moi, j'en ai vu qui la mettaient bien en place, la remorque. Quand c'est une femme, t'as tous les chauffeurs qui arrivent. C'est pas moi qui vais aller aider une femme à débâcher. Tu n'aiderais pas un homme non plus. Elle a voulu ce métier-là, elle le fera comme les autres! Et une femme qui a une fuite, comment elle va faire pour desserrer ses boulons? Déjà, moi, je n'y arrive pas. Elle téléphonera chez Michelin, comme nous Ah, ben oui, tiens! 24

25 25

26 26

27 27

28 Si on ne fait pas d heures, on ne gagne pas assez. Si on fait des heures on devient dangereux. 28

29 29

30 30

31 31

32 Les gens ne connaissent pas leurs droits. Ils débutent dans le métier sans être vraiment renseignés sur les conditions de travail, sur ce qui est autorisé et ce qui ne l est pas. Quand un patron a à faire à quelqu'un qui ne connaît pas bien le métier, il a tendance à lui faire faire n'importe quoi. Parce que, forcément, c'est ce qui est illégal qui rapporte le plus. Les bons chauffeurs restent souvent longtemps dans la même société. Quand ils veulent partir, on trouve des moyens pour les retenir. Il y en a qui sont payés avec un salaire mensuel fixe. Ils savent que tous les mois, ils ont le même salaire. Mais on doit les déclarer à l heure. C'est interdit d'engager un chauffeur au mois. Si on avait un syndicat, quand et où est-ce qu'on pourrait le contacter? Il faudrait un syndicat roulant. Des bureaux syndicaux dans les stations-service Les grèves dans les transports sont des grèves de patrons. Les syndicats de routiers sont faits par les grosses boîtes. Les syndicats d'ouvriers dans les transports en Belgique, c'est pas comme en France. Ici, ça n'existe pas. Il n'y a aucune représentation du transport. 32

33 33

34 Le travail passait avant mon couple. Mon premier enfant, je l'ai vu à trois mois. Quand je suis parti, elle était enceinte de sept mois. Elle avait tout ce qu'elle voulait. Je gagnais bien. Quand elle voulait une robe, je lui disais qu'elle pouvait en acheter deux ou trois. Elle aurait peut-être voulu que j'aille la choisir avec elle Elle a trouvé quelqu'un d'autre. Il y a vingt-sept ans que je roule. On aura vingt ans de mariage au mois de décembre. J'étais déjà routier quand nous nous sommes connus. C est pas facile pour la femme qui doit maîtriser la maison, s'occuper de tout. Faut qu'elle se démerde pour tout. S'il y a une décision à prendre, c'est pour elle toute seule : les enfants, un problème médical Faut être compréhensif aussi. Si elle a fait une connerie pendant la semaine, comme un plombier qu'il ne fallait pas ou autre chose, je ne fais pas de reproche. Elle fait pour bien faire. 34

35 35

36 Moi, j arrive avec ma paye, je lui dis : «Voilà, tu te démerdes.» Si, quand je rentre le vendredi, elle me dit : «Il y a un tel qui a fait ci ou ça»", qu'est-ce que tu veux que je dise? Si le chien pisse dans la cuisine le mardi, je vais pas lui taper dessus le vendredi. Il faut laisser faire. C'est la femme qui est maître à la maison. C'est mon principe. C'est vrai qu'on a un laid métier. Une fois, j'ai fait une réprimande à ma fille de dix-sept ans. Elle m'a dit : «Oh! Oh! T'as rien à dire, t es que logeur ici!» Qu'est-ce qu'il faut que je fasse? Ce qui compte, quand on est routier, c'est d'avoir confiance l'un dans l'autre. 36

37 37

38 Ma famille d abord. Cinquante pour cent des chauffeurs le sont pour fuir leurs responsabilités familiales. Il y en a quarante-neuf qui divorcent. Quand ils rentrent et que tout n'est pas comme ils veulent, ils engueulent leur femme qui ne demande qu'une chose, c'est qu'ils repartent. Moi, je roulais pour vite rentrer, pour être avec ma femme. Si je repartais le vendredi à midi de Marseille, je ne respectais rien. Je roulais douze heures. Je rentrais. 38

39 39

40 40

41 41

42 Les coupures de huit heures sont obligatoires, même si on doit s'arrêter en pleine journée avec trente-sept degrés à l'ombre et aucune envie de dormir. On doit faire nos huit heures. Mais on ne dort pas. On recommence encore plus fatigué. Il aurait mieux valu continuer à rouler fenêtre ouverte et faire nos huit heures de nuit. C'est insoluble. Si on autorisait une autre manière de faire, il y aurait directement de l'excès. 42

43 43

44 44

45 45

46 46

47 47

48 Il y a des patrons qui payent toutes les heures, y compris les heures de liaison. Tandis que d'autres ne payent que les heures de roulage. Il y en a qui sont ici et qui ne touchent rien pendant l'attente. Le métier du transport, c'est un métier où certains sont très exploités. On ne peut pas comparer les transports en Europe. Les transports allemand, belge et hollandais, on peut les mettre ensemble. Mais tu ne peux pas les comparer aux Français. Eux, ils sont payés pour bouffer. Ils ont trois fois plus de frais que nous. Ils ont un plafond qu'ils ne peuvent pas dépasser. Après deux cent quarante heures (par mois), ils ne peuvent plus rouler. Nous, on n'a pas de plafond. On peut rouler. C'est comme ça qu'on a le même traitement qu'eux : en travaillant beaucoup plus. 48

49 49

50 50

51 51

52 Je transporte des solvants, pentane, hexane des produits super inflammables, qui s'évaporent vite. Quand on vide, il reste du gaz dans la citerne. Logiquement, on devrait la vider en circuit fermé. Ça, c'est la loi. Mais personne n'est équipé pour ça. Partout en Europe, des transporteurs disent au chauffeur d'ouvrir les dômes et d'aérer dans la nature. Le transporteur gagne le prix d'un lavage. Il n'y a pas encore eu d'accident. Mais le jour où il y en aura, ça retombera sur le chauffeur. Le patron ne reconnaîtra jamais que c'est lui qui a dit de le faire. C est incroyable, ce qu'on demande aux chauffeurs! Les prix des transports n'ont pas fluctué depuis 1970 et on est en À l'époque, on payait le mazout à neuf, dix francs du litre, un tracteur pour un semi coûtait un million, maintenant il coûte quatre millions. Mon patron voulait mettre un interrupteur dans mon camion pour que ça marque des coupures même quand je roulais! Il y a une société qui s'est fait avoir. On contrôle un camion, il y avait un interrupteur, puis un deuxième camion Ils ont fait une descente chez le transporteur. Ça lui a coûté des millions. Mais le chauffeur aussi est responsable de son véhicule et l'un d'eux a eu les scellés sur sa nouvelle voiture. Je ne vais pas payer toute ma vie pour gagner une demi-heure de coupure. À une époque, j'aurais bien joué avec ça, mais maintenant, c'est fini. Trop cher, trop dangereux. De toute façon, t'auras pas un merci. 52

53 53

54 Les femmes qui choisissent ce métier et qui tiennent le coup, c'est parce qu'elles l aiment vraiment! Il y a beaucoup d'hommes qui y atterrissent sans l'avoir choisi. Tandis qu'une femme, elle doit se battre pour se faire respecter, se faire accepter, lutter pour y arriver. Ça demande aussi pas mal d'efforts physiques. Ma mere esperait que je fasse l'unif. J'étais une bonne élève. Je mémorisais vite. Mais elle a fini par comprendre, accepter. Elle a senti que j'aimais mon métier, que je gagnais ma vie, que je ne devais rien à personne. Mon mari a un plus beau camion que le mien. Nous travaillons dans la même boîte. Aujourd'hui, il fait l'allemagne et le Luxembourg. On ne veut pas rouler ensemble. Pour la vie de famille, nous nous organisons, ça va. Le week-end, il y a beaucoup de travail à la maison. Il faut faire tout ce que je n'ai pas pu faire pendant la semaine. Je commence le lundi à 8 h et je finis le vendredi vers 18 h. Le gamin est à l'internat. Une femme routier, ça fait tiquer les gens qui n'approuvent pas. Il y en a qui ont pensé que je devais être nymphomane pour faire ce métier. Au début, c'est dur à supporter. Mais mes enfants sont équilibrés. Ils n'ont pas de problèmes. Ils n'ont pas perdu leurs copains, leur école, leur maison. C'est vrai qu'ils perdent ma présence pour la semaine. Mais ils restent dans leur milieu. Mon week-end, c'est pour eux. 54

55 55

56 56

57

58

59 LA ROUTE A TOUT PRIX Réjane Peigny

60

61 1 Je venais de partager, pendant plus d une année, le projet de recherche d Éric, son appartement, ses pâtes mal cuites et ses nuits studieuses, ponctuées parfois d ébats tristes et rapides. Je l avais laissé s approcher de moi car je n ai jamais imaginé vivre seule, et par curiosité scientifique, aussi. J avais fini par m habituer à l odeur un peu surette qui émanait de lui lorsqu il dormait, recroquevillé comme une crevette. Je ne m étais pas plus questionnée sur cette relation que sur toutes les autres avant elle. Je ne sais pas exactement ce dont je me suis d abord lassée. De son intarissable présence, jour et nuit, à mes côtés? De ses longs silences ou de ses discours? Peu importe. J étais trop jeune pour enfermer ma vie dans un labo où je ne croisais que des jeunes déjà très vieux aux corps malingres, aux visages pâles et boutonneux et aux yeux fatigués. Je ne voulais pas devenir comme eux. Dès le printemps, pendant que mes collègues profitaient des pauses pour prendre de l avance, approfondir un sujet, renouveler une fois encore une expérience inaboutie, je me mis à fuir la lumière artificielle. Je marchais dans le parc de l université, je m asseyais sur un banc, un livre de poésie à la main et je sentais le vent. J avais jusqu alors déployé ma jeunesse d une ville à l autre, d une faculté à l autre, au gré de mes brèves histoires d amour, espérant que ce butinage m aide à trouver ma route. Seul point de repère : ma sœur, chez qui je revenais entre chaque changement d aiguillage ; ma sœur, la seule qui semblait accepter l idée que je ne deviendrais jamais adulte. Ce dimanche-là, j avais décidé de ranger l appartement de fond en comble, de relever les stores et de nettoyer les vitres afin qu y pénétrât enfin le soleil. Éric n avait pas quitté son peignoir et, penché sur son ordinateur, il refusait que j aère le bureau. On s est presque disputés. Presque, parce qu il avait abandonné la discussion avant même que je n aie eu le temps de m énerver, pianotant sur son clavier comme s il était seul au monde. Décidément, je ne serais jamais une grande scientifique. Je lui ai annoncé que je partais, que j arrêtais tout, et c est à peine s il a levé le sourcil. «Si c est ton choix» s est-il contenté de conclure, avant de se consacrer à nouveau à son PC. Je jetai quatre t-shirts, deux shorts, une paire de tongs, mes lunettes solaires, trois bouquins, tous mes sous-vêtements, un maillot, une casquette, ma vieille paire de bottines de marche, un gros pull, une veste anorak et mon sac de couchage dans ma grande valise. J ai laissé le reste chez Éric, jusqu à mon retour, encore imprévu. Je lui promis de lui envoyer une carte postale. Je roulais sur l autoroute, direction la France. J avais décidé d avancer jusqu à ce qu un paysage m offre l hospitalité, et de ne revenir que quand ma bourse serait vide. 61

62 62 Je m arrêtai à Saint-Ghislain, la dernière station avant la frontière, pour acheter de quoi tenir jusqu au lendemain et pour faire le plein. Je flânais dans la fraîcheur de la boutique, glanant de-ci de-là un paquet de biscuits sablés, deux canettes de coca glacées, une carte de France. J achetai aussi une cassette de Dire Straits, certaine que la guitare de Marc Knopfler donnerait à mon escapade de grands airs d évasion. Personne ne m attendait, la nuit s offrait à moi, j avais envie de profiter de ma nouvelle liberté, de m offrir le luxe du temps perdu. Je m attablai devant le plat du jour à deux cents francs, pain de viande, purée, compote, et je sortis de mon sac «Sur la route» de Kerouac, que j avais piqué sur l étagère d Éric. L avait-il lu? Moi, jamais. Pourtant, j étais certaine de le connaître déjà. Quoi qu il en soit, je trouvais les circonstances tout à fait appropriées. Après deux cafés serrés et sucrés, je refermai le livre, salivant à l idée de reprendre cette lecture plus tard, quand et où je le voudrais. Il était un peu plus de neuf heures. Le restaurant était plein et je dus me faufiler entre les petits essaims humains qui débordaient dans les couloirs. C est au son grave des voix que je remarquai que ces petits groupes étaient exclusivement masculins. Je marchais vers la sortie en regardant devant moi, évitant de montrer que je prêtais attention aux silences qui soulignaient mon passage. La journée avait été chaude et, dehors, l air était à température idéale, dix-huit ou dix-neuf degrés, quand les bras nus se laissent caresser, sans sueur ni frisson, par un léger souffle. Je pensais que, décidément, ces vacances s improvisaient plutôt bien Passant l angle du bâtiment, je restai soudain immobile. Le parking disparaissait sous un joyeux foutoir de bennes, de tiroirs, de containers, de savoyardes, de citernes enfin, de camions. Car, alors, je n y connaissais rien dans la catégorie des poids lourds. Et il en venait encore, de toutes les tailles, de toutes les formes, de toutes les couleurs, et ils s emboîtaient si justement sur l esplanade qu on n en distinguait plus le gris du sol. Où était ma voiture? Je l avais rangée à côté d un mobile home rutilant dans lequel une famille hollandaise partageait un repas de crudités et de fromages. J avançais, le cœur battant, et je finis par la découvrir, pitoyable, proprement encastrée entre trois monstres de métal. Seul un hélicoptère aurait pu la sortir de là! Au volant du Daf qui bordait ma pauvre Honda, un homme jeune, le front appuyé au creux de sa main, lisait. J ouvris ma portière et glissai mon sac derrière le siège conducteur, remuant beaucoup d air et exagérant chaque bruit afin d attirer son attention. J étais certaine qu il m observait à la dérobée et, lorsque je me redressai brusquement, il me regardait, un sourire indéchiffrable tendant tout le bas de son visage. Mais il

63 n engagea pas la conversation. Il m observait sans aucune pudeur. Je ne savais plus que faire, je ne savais même pas si j avais envie de rire ou de pleurer, alors j ai dit : Qu est-ce qui se passe, vous êtes en grève? Il a refermé son album (j ai reconnu Bob et Bobette), il a regardé sa montre et il a ri. On attend dix heures. En France, on ne roule pas le dimanche. Ce furent nos premiers mots. Toutes les tables extérieures étaient occupées ou jonchées de vidanges de coca, de cendriers pleins, de journaux cornés et de paquets de cigarettes vides écrasés. Il me précéda, ouvrant un chemin jusqu au distributeur automatique. Il sélectionna un quelconque liquide fumant et emmena les deux gobelets, m invitant à le suivre dans sa cabine. Je ne m étais jamais assise dans un camion et le système pneumatique du fauteuil me fit sursauter. Décidément, je semblais l amuser. Je regardai autour de moi : tant d écrans, de cadrans, de manettes, de leviers, de voyants, de témoins, d aiguilles, de compteurs! Rien à voir avec ma voiture! Je n osais soutenir son regard, le café était immonde et brûlant, je ne savais quelle expression arborer, j étais impressionnée, je crois que j avais un peu peur, je n aurais pu dire pourquoi et j aimais ça. Je ne m étais jamais intéressée aux routiers. J imaginais ceux qui parcouraient le monde, transportant des denrées rares et précieuses, comme des aventuriers arrogants et ceux qui charriaient des matériaux vulgaires à l image de leur chargement Je lui ai raconté comment les poursuites dans «Duel» m avaient impressionnée. Il ne l avait pas vu, ni «Convoi», ni «Mad Max», et encore moins «Thelma et Louise». Il n allait jamais au cinéma, il ne connaissait Spielberg que de nom. On habitait à Bruxelles, tous les deux, mais on vivait sur deux planètes différentes. Les boîtes de mes virées, la nuit, les trajets en métro, les petits cafés aux terrasses dans les galeries Saint-Hubert, le marché de la place Flagey, rien de ce qui avait constitué mon quotidien n évoquait en lui quoi que ce soit. On a mesuré d un long silence le chemin qui nous séparait puis, sans que j aie véritablement à le questionner, il me raconta la monotonie de ses semaines. Départ pour Nantes le dimanche soir, revenu le mardi, puis des aller-retour en Hollande, un par jour, du mercredi au vendredi. En un quart d heure, j en savais assez pour avoir envie de percer cet homme sensible et seul, mais fier et blindé Du parking s élevait maintenant un vrombissement de plus en plus profond. Les hommes avaient tous regagné leur cabine et les moteurs s appelaient, s interpellaient, se répondaient. Leurs timbres se chevauchaient en un chant puissant et sauvage. Bien que la place parût déjà saturée, d autres camions arrivaient encore, ajoutant leur voix à la chorale. 63

64 64 Dix heures moins le quart. Le départ était imminent. Il ne disait plus rien. Je le remerciai pour le café puis j entrepris de redescendre sur terre. La pointe de mon soulier manqua le marchepied, et je me retrouvai assise par terre, les jambes bien écorchées. Il m aida à me relever et on est restés comme deux adolescents timides, à se regarder. Il me tendit la main, je ne pus m empêcher de poser un rapide baiser au coin de son sourire. Merci. Pourquoi? Pour les écorchures? Je haussai les épaules et c est lui qui continua : Ça ira? Vous pourrez conduire? Oui, oui, ne vous inquiétez pas. Ma peau était à peine éraflée. Bon. Et bien, bonne route. Moi, c est José. Peut-être à bientôt? Je suis ici tous les dimanches. On ne sait jamais Le 1200 de ma petite Honda démarra, sans rougir. Coincée contre le semi de José, je ne voyais rien de la subtile organisation qui présidait à l évacuation des lieux. Y avait-il quelqu un, au-dessus de nous, qui tirait les fils? En tout cas, cela se passait dans l ordre et la sérénité. D un petit coup de Klaxon, José m invita à passer devant lui. J avançais sans rien voir que les portes blanches marquées «CAILLOT Köln Paris Bordeaux » du camion français, devant et, dans mon rétroviseur, la calandre de celui de José. Je me laissai happer par le flot et, quelques secondes plus tard, je faisais partie du long convoi qui faisait vibrer l autoroute. Je naviguais comme un poisson rouge dans un banc de requins. J ai enclenché ma nouvelle cassette dans le lecteur, j ai calé mon coude à la fenêtre et j ai cheminé à moins de cent, le rétro bien réglé pour que la lueur des phares de José baigne sans cesse mes yeux. Il me suivait et ça me faisait sourire. J ai passé la frontière sans même m en rendre compte. Petit à petit, la circulation est devenue moins dense. Les fous du volant nous avaient distancés, on avait lâché les plus lents, des voitures s étaient intercalées dans le peloton qui commençait à s étirer et je voyais enfin à plusieurs centaines de mètres devant moi. C était comme si on venait de m enlever des œillères. Je me sentais en pleine forme, prête à rouler toute la nuit, José dans mon sillage. Un peu avant Paris, alors que s annonçait l aire d Assevilliers, je remarquai son clignotant. Sans réfléchir, je me suis déportée sur la gauche et j ai ralenti. Je voulais le regarder encore, avant que nos routes ne se séparent. Arrivé à ma hauteur, il m a fait un signe du bras. Je croyais qu il me saluait. Ses grands gestes, appuyés, ressemblaient à une invitation. Je l ai laissé me dépasser par la droite, je me suis rabattue derrière lui, j ai lâché par la vitre ouverte un ample «Yahooo!» et je l ai suivi.

65 Je suis sortie de ma voiture, souriante, il est descendu de son tracteur, furieux. En continuant de remuer l air autour de lui, il m a vertement engueulée pour ma conduite dangereuse. Il en avait contre toutes les voitures en général, et les conductrices en particulier. J ai ri : Enfin! Tu ressembles enfin à un vrai camionneur. Il n a pas ri. Je l ai laissé déverser sa colère dans la nuit puis j ai pris une petite voix pour lui demander s il voulait bien que je l accompagne jusqu à Nantes. Il a soupiré, haussé les épaules, s est éloigné de quelques pas, puis est revenu, avec son beau sourire. J allais donc passer deux jours à ses côtés. Je lui ai demandé de ne rien changer à ses habitudes pour moi. Le monde de la route, de l intérieur, sans maquillage : ça me paraissait d un exotisme très excitant. Pendant qu il changeait l une ou l autre ampoule, je suis allée faire le plein de rochers Suchard et de grandes bouteilles d eau. J ai attrapé ma valise, lancé un clin d œil complice à ma voiture et j ai grimpé. En repartant, il m a montré un petit bâtiment qui somnolait, plus loin sur le parking, à l abri des regards pressés des automobilistes. Bar, toilettes et douches propres et gratuites (c est rare), accessoires, vêtements Assevilliers, le paradis des routiers! Quand notre engin eut retrouvé son allure de croisière, les deux mains posées sur le volant, il se mit à me parler. Bon. Quand on fait une pause, tu dois aller pisser. À chaque fois. Compris? Parce qu on ne sait jamais quand on s arrêtera de nouveau, ni où J ai des horaires hyperprécis. Il faut que tu sois toujours à portée de voix, prête à repartir, sinon je ne te cherche pas, je me tire sans toi. Je suis sous surveillance satellite. Ils peuvent nous voir, dans la cabine? Non! Il n y a pas de caméra! Mais ils savent où je suis, si je roule ou non. Tu permets que je prenne quelques notes? Pour quoi faire? Je n en sais rien. Il me regardait, mi-amusé, mi-intrigué. Mais qu est-ce que tu crois? Les chauffeurs ne sont jamais que des hommes comme les autres. Raconte-moi quand tu vas en Hollande Je l ai écouté, sans repos, et j ai pris des notes, sans trop savoir pourquoi. Pour m occuper. José était comme son camion : lourd au démarrage mais, une fois lancé, il était emporté Sa vie était loin des clichés qui encombraient mon crâne, très différente de tout ce que j aurais pu imaginer. Plus banale, finalement. La routine d un routier. 65

66 Il n y avait plus rien à voir, dans le noir. J avais lâché mon carnet, je somnolais et, dans l espace clos de la cabine, ses mots se transformaient en images. Chartres, il me parlait de Rotterdam. Le Mans, nos mains se touchaient. Angers, il m a embrassée L autoroute océane gardera toujours, dans mes souvenirs, l odeur chaude de cette nuit-là. Au retour, deux jours plus tard, quand il m a déposée sur le tarmac et que je l ai vu s éloigner, puis disparaître vers le nord, j ai pensé «He s a poor lonesome cow-boy and who am I?» J étais fatiguée, désorientée, constipée par cette longue route, 48 heures d immobilité, mes jambes cotonnaient, mon corps vibrait, mes oreilles cherchaient vainement le bourdonnement du moteur qui leur était devenu si familier. J avais envie de repartir, déjà, de revoir le monde d en haut. Je devais traverser l autoroute par une passerelle piétonne pour rejoindre ma voiture sur le parking d en face. Je me suis arrêtée juste au-dessus des voies de circulation. J avais l impression que les véhicules me passaient entre les jambes comme une colonie d insectes bruyants. Longtemps, j ai compté les camions. J examinais les tracteurs, je comparais les remorques. Il y en avait tant, ils paraissaient si petits. Et, pour chacun d entre eux, j essayais d imaginer la vie du conducteur. Que transportait-il? Depuis quand roulait-il? Était-il marié? Que pensait sa femme de ses longues absences? Combien gagnait-il? Et où était José, à cette heure-là? Était-il déjà en train de m oublier? Se reverrait-on un jour? J ai rejoint ma petite voiture, je m y suis enfermée et j ai fermé les yeux. Mes sentiments étaient aussi emmêlés que mes cheveux. Peur, envie, curiosité, appréhension, voyeurisme, sécurité, vide. Je me perdais dans un abîme de paradoxes. J ai pris un stylo et j ai mis de l ordre dans mes notes, tant qu elles étaient fraîches. Il me suffisait de recoller çà et là quelques bribes décousues, et son récit prenait vie, sur ma feuille José Un mercredi, au hasard. José descend de son tracteur avec les gestes rapides et précis de l habitude. Six heures et demie, et pourtant l atmosphère est déjà saturée de gaz d échappement. Après l air conditionné de la cabine, ça prend aux bronches, c est écœurant. Les stations-service se sont transformées en supermarchés et quelques chauffeurs font leurs courses. José se dirige vers les toilettes. Il se passe le visage sous l eau. Sale teint! José n a jamais bonne 66

67 mine. Mais il ne se regarde jamais que dans la clarté verte des néons des salles d eau des stationsservice. La monnaie glisse dans l appareil et José salive déjà. Il aime le café soluble. Ce n est peut-être que par habitude, mais il attend chaque fois ce moment avec avidité. Il avale très vite, par petits lapements réguliers, le sirop brûlant, la mousse brune et le sucre à peine dissous. Au moins, ces pauses forcées sont-elles un petit moment de bonheur. Autour de lui, quelques collègues attendent que passe le temps, la main collée au gobelet de soupe et le regard vague. Personne ne se parle. Rien à dire. On ne sait même pas si on parle la même langue. José ne se sent pas comme eux. Il n AIME pas son camion. Ou pas tant que ça. Ou alors, il n AIME pas vraiment les camions, en général. Disons qu il s y est habitué et même un peu attaché. Mais quand il rend les clés, le soir, il n est plus chauffeur. Bien sûr, avec tout le boulot, ce n est pas très souvent le cas. Enfin, ça, c est ce qu il dit N empêche, il n a pas l instinct grégaire, au contraire, il aime se démarquer, et il ose croire qu il n est pas qu un numéro d immatriculation. Il voudrait simplement être José. Et il se fait que José est chauffeur. À dix-sept ans, son père décédé, il a abandonné ses études pour entrer à l armée. C est là qu on lui a appris à conduire. Conduire, obéir, et tuer. Simple plouc, avec juste le droit d exécuter les ordres. Pendant dix ans. Tu apprends à ne plus réfléchir, tu marches au pas pour éviter les emmerdes, mais au fond tu n acceptes pas. On te flanque une arme entre les mains et quarante tonnes sous la semelle! Plus tu te sens humilié, plus tu as besoin de te venger. José n est pas un tueur, il s est toujours méfié des armes. Passer son permis, par contre, il s est dit que ça pouvait être utile. Enfant, il n avait jamais joué aux petites voitures, mais quand il a appris à manœuvrer ces monstres, il y a trouvé du plaisir. Et une certaine assurance. Ces engins-là, ça fait de toi un homme, immanquablement. José a fini par quitter l armée, avec son permis poids lourd. Depuis, il roule presque tous les jours. Il a un régulier : toujours les mêmes clients, la même route. Il préfère. Il n a pas besoin de cartes. Il connaît ses usines et les gens qui y travaillent. Breda. José reste le plus longtemps possible branché sur la RTBF. Il écoute beaucoup la radio. Les informations surtout. Toutes les heures. Il est toujours tout seul, alors, il essaye de se tenir au courant, pour rester connecté au monde. Utrecht. L émetteur le lâche et c est le silence. José ne parle que le français. Enfin, il baragouine assez de néerlandais pour se débrouiller dans son boulot mais pas assez pour suivre les émissions parlées. Il est isolé. Une bulle qui se déplace à la surface de la terre. Il roule. Quelle que soit la marchandise qu il 67

68 68 convoie, ses journées sont les mêmes. Et même à vide, il roule. Quels que soient le fournisseur et le client que son trajet relie, il roule. Il voudrait s arrêter. Plus moyen de pisser en paix avec le mouchard! Il attend la prochaine coupure. Il sait comment couper la liaison satellite, mais même avec l antenne bardée d aluminium, il se sent relié. Ces conneries de réseaux virtuels, c est juste bon pour épier ceux qui travaillent! Quand il s agit de se remplir l estomac, d avoir du chou-fleur frais dans son assiette, c est bien de lui qu on a besoin! Ça lui donne un sentiment de supériorité, de se savoir indispensable. Mais ça va, ça vient. Parce que, dix minutes plus tard, il peut se sentir l esclave de la société de consommation. Il en a marre de ces délais impossibles. Le mec qui attend la bagnole qui sera terminée avec les pièces qu il transporte, il ne peut vraiment pas patienter un jour de plus? «Pour tenir sur le marché, un transporteur doit être le moins cher et le plus rapide», voilà ce que lui répond son patron. José ne veut pas être le dernier maillon, celui sur qui on retombe quand ça va mal. Qui est-ce qui est responsable? S il a un accident? S il blesse quelqu un? Si Et pourquoi mettrait-il sa vie en danger pour que Monsieur reçoive plus vite sa nouvelle voiture? Souvent, c est comme ça que ça tourne : il gamberge et il a envie de tout faire péter. Il s énerve, alors qu il faut être zen pour être chauffeur. Garder toujours son sang-froid. Il pense trop. Toute la journée à ruminer ses idées noires. Solitude, nostalgie, manque. S il avait fait d autres études, où serait-il, aujourd hui? Parfois, il pleure en conduisant. Il n a pas honte de ses larmes. C est les autres que ça choque. L autre jour, il a pris son neveu avec lui. Il savait que comme ça il ne ferait pas de bêtise. Le GSM sonne. Un collègue qu il vient de croiser. Ils partagent un moment. Un vrai partage de frères : chacun parle de lui, un peu, rien de très intime, la vie comme elle va, puis il écoute l autre. Chacun donne un peu et reçoit de même. Et chacun a de quoi penser un bon moment après avoir raccroché. Puis ça s efface, avec le temps. José n a pas la C.B. On y raconte trop de conneries. Cet humour-là ne l amuse pas. C est parler pour ne pas se taire. Et puis, il n a pas envie de se cacher derrière un pseudo en lettres rouges sur plaque d immatriculation. C est la deuxième pause de la journée. José mange le cinquième paquet de frites de la semaine. Heureusement, il aime les frites! Il pourrait écrire un guide des stations-service et des snacks : il les a tous testés. Parfois, il en est fier, parfois, ça le déprime. Comme le reste de sa vie. Ici, il n y a pas de machine à Nescafé, ce sont des filtres, et il préfère prendre un deuxième coca avant de retourner dans la fraîcheur de sa cabine. Il ouvre les quelques enveloppes qui patientent depuis deux jours derrière le pare-brise. Une invitation, impossible bien sûr, et la banque. Bien, le salaire est arrivé.

69 Son salaire arrive toujours à l heure, sans mauvaise surprise. Il se souvient avoir hésité à quitter son ancien patron. Une petite boîte, assez sympa, mais toujours en difficulté, avec des horaires de fou et des problèmes chaque fin de mois! Il l a lâché le vendredi et le lundi, il commençait dans cette grosse boîte. Quand on a bonne réputation, on ne reste jamais sans boulot. Ici, il bosse treize heures par jour, point final. Ça lui permet de ne pas perdre tous les copains. Pas tous. Et il a une vie plus équilibrée. Un équilibre fragile, d accord. Un équilibre quand même. Les trois quarts d heure sont passés. José remet le contact. Comme chaque fois, il écoute. Le bruit du moteur qui se réveille est régulier. Ils sont un peu comme un vieux couple : «Ça va, bien dormi?». Rien à voir avec ses premières années de route. C était une relation 10% amour, 90% haine, un rapport de force et de pouvoir, il était le maître de cette puissante machine, il lui suçait sa force. Dès qu il appuyait sur la pédale, il était invincible. Une sensation aussi irrésistible que l appel d une femme, presque aussi attrayante qu un bon trip Aussi dangereuse que les deux réunis. Son passé le suit partout, le hante même. Il se souvient de cette nuit où il s était fait arrêter pour excès de vitesse. Il avait plus de 18 heures de route. À l époque, il se bourrait d excitants. C était en Hollande, ici tout près. Les gendarmes avaient pris les clés de son camion. Il était fatigué, c est vrai. Avec du recul, il se dit que les gendarmes étaient vachement sympas. On l avait emmené dans une pièce où il y avait la télé et ils l avaient laissé zapper sur une chaîne française. Ça lui avait fait tout drôle de regarder le feuilleton du mercredi soir. Il avait éclaté de rire, pour un gag quelconque, et il avait soudain réalisé : des millions de gens, ailleurs, avaient ri devant les mêmes images que lui Puis, un chauffeur était arrivé en voiture. Il apportait l argent de l amende et il était chargé de ramener le camion. José, malgré son état, avait pu rentrer chez lui en voiture. Quelle logique! On t empêche de rouler pour gagner ta vie mais on te laisse la risquer en voiture! Il en voulait au monde entier. Assis au ras du sol, derrière un volant trop vertical, il s était senti petit et fragile, comme castré. Il avait accéléré, encore et encore, pour dépasser sa peur José a entendu dire qu une partie du cerveau des mammifères marins, qui ne peuvent pas dormir parce qu ils doivent remonter à la surface pour respirer, veille en permanence, alors que tout le reste se repose. C est une question de survie. Parfois, il se prend pour un dauphin ou une baleine, quand il se rend compte tout à coup qu ils ont, le camion et lui, avalé tous les kilomètres et qu ils sont arrivés. Groningen. José est content de retrouver Koen, perché sur son clark. Il parle français avec un accent anguleux : Tu n as pas très bonne mine aujourd hui. Quand est-ce que tu prends une petite semaine? Tu bouffes le boulot de tout le monde, on ne voit que toi ici! 69

70 70 Tu en as marre de me voir, c est ça? Dis-le tout de suite! José saute hors de sa cabine et tire de tout son poids sur sa longue perche. La bâche verte s accordéonne dans un glissement bien huilé. Il regarde les deux doigts du clark s immiscer sous la première palette dans un doux chuintement. José trottine autour de son ami. Il se dégourdit les mollets et la langue : Je travaille trop, mais Ik heb geld nodig! Puis, il demande des nouvelles de Lucille, la petite-fille de Koen, qui a la leucémie. Koen interrompt un instant la valse du déchargement : Sa dernière chance est de trouver quelqu un pour Koen se tape sur le front, il cherche ses mots. José n y connaît pas grand-chose en maladies graves, même en français. Il finit par comprendre que Koen a fait une prise de sang et que, si les résultats sont bons, il pourra peut-être sauver sa petite-fille, en lui donnant du sang ou quelque chose comme ça. Koen remet sa casquette et son regard se concentre à nouveau sur le chargement. Il est si jeune pour être grand-père. José essaye de l imaginer, sans sa salopette bleue, coiffé, impeccable, dans l air aseptisé d une chambre d hôpital. Koen a déjà presque terminé. Le clark glisse à deux pas de José, rapide et léger malgré les derniers pare-brise qu il promène dans les airs, et conclut : Allez, zeg, je suis sûr qu on va la sauver, tu sais, ma petite. Elle aime trop la vie Le silence qui suit est une façon de montrer qu ils se comprennent. On est pudiques, entre hommes. Mais il est des regards qui en disent long. Koen était chauffeur, lui aussi. Ça rapproche. Puis, il a eu un terrible accident, un soir de janvier, dans le Nord de l Italie. Il a frôlé la mort. La remorque avait basculé dans le ravin mais le tracteur avait été retenu par miracle. Indemne! Jamais plus il n avait conduit «Ik was zo moe!», se contente-t-il d expliquer. Jamais un mot de plus. José a compris que c était la fatigue de la vie. Il en est certain, il voit la scène : Koen, fermant les yeux, pied au plancher, et lâchant le volant C est pour Koen, maintenant, que José continue, c est grâce à Koen que José roule clean. Koen et ces hommes qu il rencontre tous les jours, ces mecs qui bossent pour un salaire aussi minable que le sien, ces ouvriers qu il insulte parfois, quand ils ferment les grilles à cinq heures pile ou qu ils le font attendre, attendre. Ils ne sont pas toujours d accord, ils se sont déjà affrontés. C est normal, chacun défend son bout de gras. Koen le provoque, souvent : Tu te plains toujours. Au moins, dans ta boîte, ils te forcent pas à rouler trop! Mais alors je ne gagne plus rien! Les disques, les contrôles de charge, tu sais bien que ça sert aussi pour toi, hein, pour te protéger.

71 On le sait tous. Pourtant, on ne les respecte pas. Et puis tu as toutes tes soirées! Mes soirées? Quand je suis avec les copains du quartier, parfois, je pense que je serais encore mieux dans ma cabine Quand je pense à un autre boulot, je me demande ce que je foutrais sept soirs par semaine chez moi Allez! Chacun sa merde, comme on dit. Y a pas de raison, hein? Si la route était le paradis, ça se saurait! 2 Je me suis réveillée, la tempe collée à la vitre latérale, la nuque complètement coincée, mes feuilles de notes en désordre sur mes genoux, au son d un Man qui manœuvrait à quelques mètres de ma voiture. Je me suis à peine redressée et j ai regardé, longtemps, le soir préparer de très jolies couleurs, à l ouest, pour l une des nuits les plus courtes de l année. Sous les derniers rayons du jour, presque horizontaux, le parking ressemblait à une base désertée, abandonnée J avais faim. Je me suis dirigée vers le bâtiment reculé du bar des routiers que m avait montré José. Je me suis attablée devant un steak, une salade mixte et un quart de rouge et j ai mâché lentement, en observant. Quelle sensation de vide. Je me sentais minuscule. Alors que quelques hommes détaillaient mon anatomie d un regard las, j examinais les lieux. Le paradis du routier. Des vestes, des galoches, des percolateurs, des frigos, des fours à micro-ondes Des camions, partout : sur les sets de table, les briquets, les porteclés, les murs, les couvertures des revues, les jeux vidéo À une table voisine, un gamin d une dizaine d années regardait avec fierté son père (ils se ressemblaient tellement) partager un coca avec deux confrères. Des chauffeurs en coupure obligée. L un d eux, manches retroussées, moustache et sourcils broussailleux, se plaignait de son frigo. D habitude, ça ne m empêche pas de dormir, heureusement! Mais, là, il tourne beaucoup trop vite. Ça fait trois semaines que j ai demandé au patron de l arranger! Mais il s en fout, lui, du bruit! Alors, cette nuit, j ai fini par l arrêter. Du coup, j ai si bien dormi, que j ai failli ne pas me réveiller! Je l ai remis en route directement : je dois quand même faire gaffe de ne pas dégeler mes carottes! J avais envie de m asseoir à leur table et de leur parler des familles qui achèteraient ces légumes altérés, mais la conversation déviait déjà. Le gamin, qui était assis face à moi, croisa longuement mon regard, jus- 71

72 72 qu à ce que son père se retourne. Il m a dévisagée, j ai vu qu il observait mon verre de vin, puis il s est retourné et a poussé ses larges épaules vers l avant. Je n ai pas compris ce qu il a murmuré, mais les autres ont trouvé ça drôle. Mes joues devaient être écarlates. J ai vidé mon verre d un seul coup. J avais terminé mon repas et, pour ne pas réfléchir à la suite de ma journée, j ai repris «Sur la route» là où je l avais laissé. Je ne parvenais pas à me concentrer. Je suis allée aux toilettes, me soulager et me rafraîchir. J allais payer et partir. Mais où allais-je passer la nuit? Chez ma sœur? Chez Éric? J attendais un signe, que quelqu un ou quelque chose prenne la décision à ma place. C est alors qu elle est entrée. La quarantaine, menue, avec de petites boucles d oreilles dorées et un chemisier bien repassé. J ai cru qu elle cherchait quelqu un, qu elle venait prendre son service au restaurant ou rejoindre son mari. Mais après un rapide regard circulaire sur la salle presque vide, elle s est assise, seule, sur un haut tabouret, et elle a perdu son regard dans les images muettes du feuilleton que déversait l écran de télévision, dans un coin. Je la voyais de dos et, petit à petit, l idée qu elle puisse être chauffeur, elle aussi, s est imposée à moi : la façon dont les regards masculins l avaient d emblée acceptée, les galoches, le trousseau de clés, sa façon de regarder sa montre. Malgré une réelle féminité, elle semblait faire partie du paysage. Elle s est levée, m a saluée en me dépassant et, sans hésiter une seconde, elle est entrée dans les douches. Une si petite femme! Chauffeur! Après l étonnement, l évidence : qui d autre serait venu passer une si belle soirée dans un Restoroute? À part moi, bien sûr J ai imaginé qu elle m était envoyée. Je trépignais d impatience. Je me suis acheté un paquet de cigarettes au distributeur et, quand elle est revenue, je me suis calée sur le second tabouret : Excusez-moi, vous n auriez pas du feu? Pendant qu elle me faisait non de la tête avec un timide : Désolée, je ne fume pas j ajoutais déjà : C est pas grave, moi non plus. Vous faites quoi comme métier? Elle n a pas répondu tout de suite. Je lui ai expliqué que je cherchais à rencontrer des chauffeurs, à rouler, à parler, à écouter. Elle me regardait avec une certaine méfiance et, comme mes motivations n étaient pas très claires, je lui ai dit que j étais journaliste et que je comptais en faire un bouquin. Vous êtes bien camionneur, n est-ce pas? Elle a ri : Si vous voulez

Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe

Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe de Luc Tartar * extraits * Les sardines (on n est pas des bêtes) - Qu est-ce qu

Plus en détail

PRÉPARATION AU TEST! CULTURE INTERNATIONAL CLUB

PRÉPARATION AU TEST! CULTURE INTERNATIONAL CLUB Niveau 2 - Mots treize quatorze quinze seize dix-sept dix-huit dix-neuf vingt vingt-et-un vingt-deux vingt-trois vingt-quatre vingt-cinq vingt-six vingt-sept vingt-huit vingt-neuf trente quarante cinquante

Plus en détail

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce?

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce? 1 LA FAMILLE 1.1 Lecture premier texte Nadja va passer quatre mois de la prochaine année scolaire en France. Aujourd hui, elle a reçu cette lettre de sa famille d accueil. Chère Nadja, Je m appelle Martine

Plus en détail

ISBN 979-10-91524-03-2

ISBN 979-10-91524-03-2 ISBN 979-10-91524-03-2 Quelques mots de l'auteur Gourmand le petit ours est une petite pièce de théâtre pour enfants. *** Gourmand le petit ours ne veut pas aller à l'école. Mais lorsque Poilmou veut le

Plus en détail

JE CHLOÉ COLÈRE. PAS_GRAVE_INT4.indd 7 27/11/13 12:22

JE CHLOÉ COLÈRE. PAS_GRAVE_INT4.indd 7 27/11/13 12:22 JE CHLOÉ COLÈRE PAS_GRAVE_INT4.indd 7 27/11/13 12:22 Non, je ne l ouvrirai pas, cette porte! Je m en fiche de rater le bus. Je m en fiche du collège, des cours, de ma moyenne, des contrôles, de mon avenir!

Plus en détail

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer.

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Mais je me suis repris : En fait, je préférais les recevoir dans

Plus en détail

RENCONTRES EFFRAYANTES

RENCONTRES EFFRAYANTES RENCONTRES EFFRAYANTES Vampire ou loup-garou? Un frisson me saisit soudain, non pas un frisson de froid, mais un étrange frisson d angoisse. Je hâtai le pas, inquiet d être seul dans ce bois, apeuré sans

Plus en détail

Conseil Diocésain de Solidarité et de la Diaconie. 27 juin 2015. «Partager l essentiel» Le partage est un élément vital.

Conseil Diocésain de Solidarité et de la Diaconie. 27 juin 2015. «Partager l essentiel» Le partage est un élément vital. 27 juin 2015 Le partage est un élément vital. Notre démarche Notre chemin Dans un premier temps, nous sommes partis de mots qui expriment ce qui est essentiel pour nous, indispensable pour bien vivre.

Plus en détail

que dois-tu savoir sur le diabète?

que dois-tu savoir sur le diabète? INVENTIV HEALTH COMMUNICATIONS - TERRE NEUVE - FRHMG00277 - Avril 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés. que dois-tu savoir sur le diabète? Lilly France 24 boulevard Vital Bouhot CS 50004-92521

Plus en détail

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com AVERTISSEMENT Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com Ce texte est protégé par les droits d auteur. En conséquence avant son exploitation vous devez obtenir l autorisation

Plus en détail

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS Je suis une poupée dans une maison de poupée. Un jour j ai quitté mari et enfants, pourquoi? je ne sais plus très bien. À peine le portail s était-il refermé derrière

Plus en détail

FICHE PÉDAGOGIQUE -Fiche d enseignant-

FICHE PÉDAGOGIQUE -Fiche d enseignant- FICHE PÉDAGOGIQUE -Fiche d enseignant- o Thème : o Objectifs pédagogiques : o Nievau : o Public : o Durée : o Matériel nécessaire : o Source : o Disposition de la classe : travail avec le livre Et si c

Plus en détail

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site. http://www.leproscenium.com. Ce texte est protégé par les droits d auteur.

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site. http://www.leproscenium.com. Ce texte est protégé par les droits d auteur. AVERTISSEMENT Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com Ce texte est protégé par les droits d auteur. En conséquence avant son exploitation vous devez obtenir l autorisation

Plus en détail

V3 - LE PASSE COMPOSE

V3 - LE PASSE COMPOSE CM1 V.3 LE PASSE COMPOSE DE L INDICATIF Il s agit de mettre en évidence la conjugaison des verbes en «er», en «ir-iss» des verbes être, avoir, faire, prendre, aller, pouvoir. On mettra en évidence le fait

Plus en détail

SECURITE - Quelques règles - Ce document est vivant, chacun peut proposer des améliorations en accord avec le Road Marshal. Doc001-3A Page 1/16

SECURITE - Quelques règles - Ce document est vivant, chacun peut proposer des améliorations en accord avec le Road Marshal. Doc001-3A Page 1/16 SECURITE - Quelques règles - Ce document est vivant, chacun peut proposer des améliorations en accord avec le Road Marshal. Doc001-3A Page 1/16 La rubrique des Safety Officers Les signes à connaître Le

Plus en détail

C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS.

C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS. C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS. MAIS UN JOUR IL PARTIT PLUS AU NORD POUR DÉCOUVRIR LE MONDE. IL MARCHAIT, MARCHAIT, MARCHAIT SANS S ARRÊTER.IL COMMENÇA

Plus en détail

LEARNING BY EAR. Sécurité routière EPISODE 7: «Le port du casque à moto»

LEARNING BY EAR. Sécurité routière EPISODE 7: «Le port du casque à moto» LEARNING BY EAR Sécurité routière EPISODE 7: «Le port du casque à moto» Auteur : Victoria Averill Editeurs : Johannes Beck, Katrin Ogunsade Correction : Martin Vogl Traduction : Aude Gensbittel Personnages

Plus en détail

Unité 4 : En forme? Comment est ton visage?

Unité 4 : En forme? Comment est ton visage? Unité 4 : En forme? Leçon 1 Comment est ton visage? 53 Écoute, relie et colorie. 1. un œil vert 2. un nez rouge 3. des cheveux noirs 4. des yeux bleus 5. des oreilles roses 6. une bouche violette Lis et

Plus en détail

S ickness Impact Profile (SIP)

S ickness Impact Profile (SIP) Nom : Prénom : Date de naissance : Service : Hôpital/Centre MPR : Examinateur : Date du jour : Étiquettes du patient S ickness Impact Profile (SIP) Il présente le même problème de droit d auteur (pour

Plus en détail

Learning by Ear Le savoir au quotidien Les SMS, comment ça marche?

Learning by Ear Le savoir au quotidien Les SMS, comment ça marche? Learning by Ear Le savoir au quotidien Les SMS, comment ça marche? Texte : Lydia Heller Rédaction : Maja Dreyer Adaptation : Julien Méchaussie Introduction Bonjour et bienvenue dans notre série d émissions

Plus en détail

Elisabeth Vroege. Ariane et sa vie. Roman. Editions Persée

Elisabeth Vroege. Ariane et sa vie. Roman. Editions Persée ARIANE ET SA VIE Elisabeth Vroege Ariane et sa vie Roman Editions Persée Ce livre est une œuvre de fiction. Les noms, les personnages et les événements sont le fruit de l imagination de l auteur et toute

Plus en détail

Les jours de la semaine

Les jours de la semaine Les jours de la semaine Les jours de la semaine S enfilent un à un Comme les billes d un grand collier Dans un ordre, ils se suivent Chaque jour se ressemble Chaque jour est différent Mais on ne peut les

Plus en détail

le livret de Bébé nageur avec la complicité de bébé.

le livret de Bébé nageur avec la complicité de bébé. L association plaisirs de l eau vous présente le livret de Bébé nageur avec la complicité de bébé. http://plaisir-de-leau.wifeo.com 27/09/14 Plaisirs de l eau livret bébé nageur 1 BIENVENUE à l association

Plus en détail

Alice s'est fait cambrioler

Alice s'est fait cambrioler Alice s'est fait cambrioler Un beau jour, à Saint-Amand, Alice se réveille dans un hôtel cinq étoiles (elle était en congés). Ce jour-là, elle était très heureuse car elle était venue spécialement ici

Plus en détail

PAR VOTRE MEDECIN! «FUN», LES CIGARETTES RECOMMANDÉES NOUVELLE PERCÉE MÉDICALE!

PAR VOTRE MEDECIN! «FUN», LES CIGARETTES RECOMMANDÉES NOUVELLE PERCÉE MÉDICALE! «FUN», LES CIGARETTES RECOMMANDÉES PAR VOTRE MEDECIN! OUAH, DOC! JE ME SENS DÉJÀ MIEUX! C EST parce QUE FUN utilise le MEILleur DES TAbacs!! NOUVELLE PERCÉE MÉDICALE! VÉRIDIQUE! On a découvert que les

Plus en détail

NOUVEAU TEST DE PLACEMENT. Niveau A1

NOUVEAU TEST DE PLACEMENT. Niveau A1 NOUVEAU TEST DE PLACEMENT Compréhension écrite et structure de la langue Pour chaque question, choisissez la bonne réponse parmi les lettres A, B, C et D. Ne répondez pas au hasard ; passez à la question

Plus en détail

INT. SALON DE LA CABANE DANS LA FORÊT JOUR

INT. SALON DE LA CABANE DANS LA FORÊT JOUR INT. SALON DE LA CABANE DANS LA FORÊT JOUR Quelqu un glisse une lettre sous la porte d entrée du salon. Jake se précipite pour la ramasser. Jake retourne l enveloppe : elle est adressée à «Finn». Chouette,

Plus en détail

Christina 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque part...

Christina 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque part... Christina 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque part... - Collection Littérature humoristique - Retrouvez cette oeuvre et beaucoup d'autres sur http://www.atramenta.net 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque

Plus en détail

Compréhension de lecture

Compréhension de lecture o Coche pour indiquer si les phrases sont es ou o Paul et Virginie sont assis sur des fauteuils très confortables. o Virginie a une robe à pois. o Paul boit un café fumant dans une tasse rouge. o Virginie

Plus en détail

Auxiliaire avoir au présent + participe passé

Auxiliaire avoir au présent + participe passé LE PASSÉ COMPOSÉ 1 1. FORMATION DU PASSÉ COMPOSÉ Formation : Auxiliaire avoir au présent + participe passé PARLER MANGER REGARDER J ai parlé Tu as parlé Il/elle/on a parlé Nous avons parlé Vous avez parlé

Plus en détail

Lorsqu une personne chère vit avec la SLA. Guide à l intention des enfants

Lorsqu une personne chère vit avec la SLA. Guide à l intention des enfants Lorsqu une personne chère vit avec la SLA Guide à l intention des enfants 2 SLA Société canadienne de la SLA 3000, avenue Steeles Est, bureau 200, Markham, Ontario L3R 4T9 Sans frais : 1-800-267-4257 Téléphone

Plus en détail

«J aime la musique de la pluie qui goutte sur mon parapluie rouge.

«J aime la musique de la pluie qui goutte sur mon parapluie rouge. J aime, je n aime pas Extrait de "J'aime", Minne/Natali Fortier (Albin Michel) «J aime la musique de la pluie qui goutte sur mon parapluie rouge. Quand je traverse la route au passage piéton, j aime marcher

Plus en détail

Le livret des réponses

Le livret des réponses Le livret des réponses Achat 1 Avant de dépenser tout ton argent, il faut réfléchir aux conséquences de cet achat. Auras-tu besoin d argent pour faire d autres activités dans les semaines qui viennent,

Plus en détail

Archivistes en herbe!

Archivistes en herbe! Les archives c est quoi? Un archiviste travaille avec des archives. Oui, mais les archives c est quoi? As-tu déjà entendu ce mot? D après toi, qu est-ce qu une archive? 1. Les archives ce sont des documents

Plus en détail

STEPHEN KING. Dôme. Tome 1 ROMAN TRADUIT DE L ANGLAIS (ÉTATS-UNIS) PAR WILLIAM OLIVIER DESMOND ALBIN MICHEL

STEPHEN KING. Dôme. Tome 1 ROMAN TRADUIT DE L ANGLAIS (ÉTATS-UNIS) PAR WILLIAM OLIVIER DESMOND ALBIN MICHEL STEPHEN KING Dôme Tome 1 ROMAN TRADUIT DE L ANGLAIS (ÉTATS-UNIS) PAR WILLIAM OLIVIER DESMOND ALBIN MICHEL L AVION ET LA MARMOTTE 1 À deux mille pieds d altitude, Claudette Sanders prenait une leçon de

Plus en détail

Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant. Texte de la comédie musicale. Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques

Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant. Texte de la comédie musicale. Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant Texte de la comédie musicale Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques Les Serruriers Magiques 2013 2 Sommaire Intentions, adaptations, Droits

Plus en détail

À propos d exercice. fiche pédagogique 1/5. Le français dans le monde n 395. FDLM N 395 Fiche d autoformation FdlM

À propos d exercice. fiche pédagogique 1/5. Le français dans le monde n 395. FDLM N 395 Fiche d autoformation FdlM fiche pédagogique FDLM N 395 Fiche d autoformation FdlM Par Paola Bertocchini et Edvige Costanzo Public : Futurs enseignants en formation initiale et enseignants en formation continue Objectifs Prendre

Plus en détail

COLLEGE 9 CLASSE DE 3ème E TITRE DE LA NOUVELLE : «Mauvaise rencontre»

COLLEGE 9 CLASSE DE 3ème E TITRE DE LA NOUVELLE : «Mauvaise rencontre» COLLEGE 9 CLASSE DE 3ème E TITRE DE LA NOUVELLE : «Mauvaise rencontre» Il est 7h du matin, mon réveil sonne, je n'ai aucune envie d'aller en cours. Malgré tout, je me lève, je pars prendre mon petit déjeuner,

Plus en détail

Chez les réparateurs de zém

Chez les réparateurs de zém Chez les réparateurs de zém Thèmes Questions de société, vie quotidienne Concept Le webdocumentaire Indépendances africaines, documentaire conçu spécifiquement pour le web, offre un voyage dans 16 pays

Plus en détail

Qu est-ce qui différencie une bonne photo d une mauvaise? Trois éléments sont importants : La composition L éclairage La qualité et la résolution

Qu est-ce qui différencie une bonne photo d une mauvaise? Trois éléments sont importants : La composition L éclairage La qualité et la résolution PRENDRE DE MEILLEURES PHOTOS 101 Par Lesley Ouimet Rien de plus facile que de prendre une photo numérique, mais c est un peu plus difficile de prendre une bonne photo numérique. Qu est-ce qui différencie

Plus en détail

Les contes de la forêt derrière l école.

Les contes de la forêt derrière l école. Circonscription de Lamballe EPS cycle 1 Les contes de la forêt derrière l école. Une proposition de travail en EPS pour les enfants de petite et moyenne section, ayant comme thèmes Les déplacements, les

Plus en détail

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE!

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! rétablissement et psychose / Fiche 1 JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! JJérôme s énerve : «Je ne suis pas psychotique! Vous ne dites que des conneries! Je suis moi, Jérôme, et je ne vois pas le monde comme vous,

Plus en détail

Appliquez-vous ces 4 éléments pour travailler plus efficacement?

Appliquez-vous ces 4 éléments pour travailler plus efficacement? Appliquez-vous ces 4 éléments pour travailler plus efficacement? Ce livret vous a été remis en complément de la vidéo «4 éléments pour travailler plus efficacement». Visitez http://methode-prepa.com pour

Plus en détail

Ça me panique, pas question de le nier. Mais c est ma seule carence, le dernier point encore sensible entre elle et moi, ce fait que, dès qu elle

Ça me panique, pas question de le nier. Mais c est ma seule carence, le dernier point encore sensible entre elle et moi, ce fait que, dès qu elle Ça me panique, pas question de le nier. Mais c est ma seule carence, le dernier point encore sensible entre elle et moi, ce fait que, dès qu elle commence sa crise d éternuements, il faut que je m arrache.

Plus en détail

Quelqu un qui t attend

Quelqu un qui t attend Quelqu un qui t attend (Hervé Paul Kent Cokenstock / Hervé Paul Jacques Bastello) Seul au monde Au milieu De la foule Si tu veux Délaissé Incompris Aujourd hui tout te rends malheureux Si tu l dis Pourtant

Plus en détail

6Des lunettes pour ceux qui en ont besoin

6Des lunettes pour ceux qui en ont besoin 6Des lunettes pour ceux qui en ont besoin Des lunettes pour ceux qui en ont besoin De nombreuses personnes dans le monde sont atteintes d erreurs de réfraction. Cela signifie que leurs yeux ne voient pas

Plus en détail

Marie Lébely. Le large dans les poubelles

Marie Lébely. Le large dans les poubelles Marie Lébely Le large dans les poubelles Prologue «La vitesse de conduction des fibres postganglionnaires est-elle du même ordre que celle des fibres nerveuses motrices du système nerveux somatique?» C

Plus en détail

Ne vas pas en enfer!

Ne vas pas en enfer! Ne vas pas en enfer! Une artiste de Corée du Sud emmenée en enfer www.divinerevelations.info/pit En 2009, une jeune artiste de Corée du Sud qui participait à une nuit de prière a été visitée par JésusChrist.

Plus en détail

SOYETTE, LE PETIT VER A SOIE

SOYETTE, LE PETIT VER A SOIE SOYETTE, LE PETIT VER A SOIE Le tout petit œuf. La toute petite chenille Le tout petit œuf vu à la loupe Il était une fois un tout petit œuf, pondu là. Un tout petit œuf, petit comme un grain de poussière.

Plus en détail

ACTIVITÉ 1 : LES ADJECTIFS POSSESSIFS

ACTIVITÉ 1 : LES ADJECTIFS POSSESSIFS ACTIVITÉ 1 : LES ADJECTIFS POSSESSIFS 1. Choisis et entoure l adjectif possessif qui convient. a Je ne trouve pas mon / ma / mes lunettes. b Tu veux venir à son / sa / ses fête d anniversaire? c Nous n

Plus en détail

La hernie discale Votre dos au jour le jour...

La hernie discale Votre dos au jour le jour... La hernie discale Votre dos au jour le jour... Votre dos est fragile. Ce document va vous aider à le préserver au jour le jour. Si vous venez de vous faire opérer, certaines activités vous sont déconseillées

Plus en détail

Louise, elle est folle

Louise, elle est folle Leslie Kaplan Louise, elle est folle suivi de Renversement contre une civilisation du cliché la ligne Copi-Buñuel-Beckett P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6 e pour Élise et Fred tu m as trahie

Plus en détail

Le passé composé. J ai trouvé 100 F dans la rue. Il est parti à 5 h 00.

Le passé composé. J ai trouvé 100 F dans la rue. Il est parti à 5 h 00. Le passé composé J ai trouvé 100 F dans la rue. Il est parti à 5 h 00. Le passé composé présente des actions passées, ponctuelles, et d une durée délimitée dans le passé. Formation : avoir ou être (au

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

Il manque quelque chose! (L histoire du film 1re partie)

Il manque quelque chose! (L histoire du film 1re partie) Il manque quelque chose! (L histoire du film 1re partie) Raconté par Lisa Ann Marsoli Illustrations de Mario Cortes, Valeria Turati et des Disney Storybook Artists Jean-Christophe a une chambre remplie

Plus en détail

AGNÈS BIHL, Elle et lui (2 14)

AGNÈS BIHL, Elle et lui (2 14) (2 14) PAROLES {Refrain :} Elle et lui, c est le jour et la nuit C est le sucre et le sel, lui et elle Il est fromage elle est dessert 1 Il est sauvage elle est solaire Il est poker elle est tarot Il est

Plus en détail

Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur

Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur Des souhaits pour une vie des plus prospères et tous les voeux nécessaires pour des saisons extraordinaires! Meilleurs

Plus en détail

Activités autour du roman

Activités autour du roman Activité pédagogique autour du roman Un chien différent, de Laura Cousineau ISBN 978-2-922976-13-7 ( 2009, Joey Cornu Éditeur) Téléchargeable dans la rubrique Coin des profs sur 1 Activités

Plus en détail

Synopsis : Réflexion sur le temps qu'on prend, qui passe, qu'on n'a pas - et sur l'attente - d'un métro, d'un taxi ou d'un appel.

Synopsis : Réflexion sur le temps qu'on prend, qui passe, qu'on n'a pas - et sur l'attente - d'un métro, d'un taxi ou d'un appel. Où? Quand? Comment? Thèmes Questions de société, vie quotidienne Concept Court-métrage réalisé par Khaled Benaissa en 2006 lors de l'université d'été de La Fémis (école nationale supérieure des métiers

Plus en détail

La rue. > La feuille de l élève disponible à la fin de ce document

La rue. > La feuille de l élève disponible à la fin de ce document La rue Grandir, qu est-ce que cela signifie vraiment? Un jeune qui a vécu isolé dans les rues de Paris témoigne. Cette fiche pédagogique propose de découvrir une réalité peu connue de la France d aujourd

Plus en détail

Le prince Olivier ne veut pas se laver

Le prince Olivier ne veut pas se laver Le prince Olivier ne veut pas se laver Il était une fois un roi, une reine et leurs deux enfants. Les habitants du pays étaient très fiers du roi Hubert, de la reine Isabelle et de la princesse Marinette,

Plus en détail

UN AN EN FRANCE par Isabella Thinsz

UN AN EN FRANCE par Isabella Thinsz UN AN EN FRANCE par Isabella Thinsz Musique On entend toujours l anglais mais le français, ça peut passer des semaines ou même des mois avant qu on entende le français à la radio ou à la télé, donc j ai

Plus en détail

Quelle journée! Pêle-mêle. Qu est-ce que c est? DOSSIER 3. 65. Écoutez les phrases. Écrivez les mots de la page Pêle-mêle que vous entendez.

Quelle journée! Pêle-mêle. Qu est-ce que c est? DOSSIER 3. 65. Écoutez les phrases. Écrivez les mots de la page Pêle-mêle que vous entendez. DOSSIER 3 Quelle journée! Pêle-mêle 19 65. Écoutez les phrases. Écrivez les mots de la page Pêle-mêle que vous entendez. 1.... 2.... 3.... 4.... 5.... 6.... 66. Reconstituez les mots de la page Pêle-mêle.

Plus en détail

Églantine et les Ouinedoziens

Églantine et les Ouinedoziens Églantine et les Ouinedoziens La grande migration Églantine, 24 ans, est informaticienne. Elle a grandi dans un monde de libertés informatiques. Elle survit dans notre société propriétaire en faisant du

Plus en détail

Guide d utilisation des fichiers bonus accompagnant le guide «L Argent est une science exacte»

Guide d utilisation des fichiers bonus accompagnant le guide «L Argent est une science exacte» Guide d utilisation des fichiers bonus accompagnant le guide «L Argent est une science exacte» - Fichier «Gestion main de fer» Cet outil, à utiliser chaque semaine, permet de réaliser une synthèse de l

Plus en détail

DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE

DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE Ecole d Application STURM Janvier-Février 2012 CM2 Salle 2 Mme DOUILLY DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE Sujet proposé par les élèves et choisi par la majorité. 1 ère séance : définitions et explications Réflexion

Plus en détail

Nouvelle écrit par Colette lefebvre- Bernalleau 1

Nouvelle écrit par Colette lefebvre- Bernalleau 1 Nouvelle écrit par Colette lefebvre- Bernalleau 1 LE BRAQUEUR DU Crédit Lyonnais C est un matin comme tous les jours pierrent après un petit déjeuner vite pris part pour le journal où il travaille et comme

Plus en détail

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan Album de baptême L'album de mon baptême Cet album est celui de:... Né(e) le:... à:... 1 Quoi de neuf? Il est tout petit, mais... il a déjà sa personnalité,

Plus en détail

French 2 Quiz lecons 17, 18, 19 Mme. Perrichon

French 2 Quiz lecons 17, 18, 19 Mme. Perrichon French 2 Quiz lecons 17, 18, 19 Mme. Perrichon 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. 11. 12. Est-ce que tu beaucoup? A. court B. cours C. courez -Est-ce qu'il aime courir? -Oui, il fait du tous les jours. A.

Plus en détail

APPRENDRE, VIVRE & JOUER AVEC LES JEUNES ESPOIRS DE L IHF

APPRENDRE, VIVRE & JOUER AVEC LES JEUNES ESPOIRS DE L IHF APPRENDRE, VIVRE & JOUER AVEC LES JEUNES ESPOIRS DE L IHF Règles de jeu du handball Salut les amis du handball! C est super que vous vouliez en savoir plus sur les Règles de jeu du handball! Dans ce livret,

Plus en détail

Questionnaire 6-12 ans

Questionnaire 6-12 ans N D IDENTIFICATION DE LA FAMILLE : E Questionnaire 6-12 ans Protocole de passation : Lorsque la réponse de l enfant est suggérée ou influencée par une autre personne présente (parent, frère ou sœur.),

Plus en détail

Si vous aviez une voiture, que cela changerait-il dans votre vie?

Si vous aviez une voiture, que cela changerait-il dans votre vie? Comment venez-vous à la faculté? Avez-vous votre permis de conduire? Avez-vous une voiture à disposition? Si vous aviez une voiture, que cela changerait-il dans votre vie? Je viens à Cagliari en train

Plus en détail

LE SOMMEIL: TRAITEMENT DE L'INSOMNIE

LE SOMMEIL: TRAITEMENT DE L'INSOMNIE LE SOMMEIL: TRAITEMENT DE L'INSOMNIE Avant d aborder le sujet de l amélioration du sommeil, permettez-moi de vous présenter quelques faits concernant le sommeil. Plusieurs études ont démontré qu on a besoin

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

Le conditionnel présent

Le conditionnel présent Le conditionnel présent EMPLOIS On emploie généralement le conditionnel présent pour exprimer: une supposition, une hypothèse, une possibilité, une probabilité ( certitude); Ça m'étonnerait! J'ai entendu

Plus en détail

Prénom : J explore l orientation et l organisation spatiale. Date de retour :

Prénom : J explore l orientation et l organisation spatiale. Date de retour : Prénom : J explore l orientation et l organisation spatiale Date de retour : Message aux parents Les fascicules «Mes défis au préscolaire» suggèrent des activités à réaliser avec votre enfant. Le choix

Plus en détail

Conseils pour les personnes âgées qui achètent un véhicule

Conseils pour les personnes âgées qui achètent un véhicule Types de véhicules La taille du véhicule relève d un choix personnel. Certains aînés se sentent plus en sécurité dans un véhicule plus lourd, alors que d autres considèrent que les petites voitures sont

Plus en détail

> Mettre une croix dans les cases correspondantes Répondre aux deux consignes

> Mettre une croix dans les cases correspondantes Répondre aux deux consignes La signalisation /20 > Mettre une croix dans les cases correspondantes Répondre aux deux consignes A / Accès interdit aux cyclistes... B / Débouché de cyclistes venant de gauche ou de droite... C / Piste

Plus en détail

Journée sans maquillage : une entrevue entre ÉquiLibre et ELLE Québec

Journée sans maquillage : une entrevue entre ÉquiLibre et ELLE Québec Journée sans maquillage : une entrevue entre ÉquiLibre et ELLE Québec Cette semaine, Fannie Dagenais, la directrice générale d ÉquiLibre, et Louise Dugas, la rédactrice en chef reportage, culture et style

Plus en détail

LEARNING BY EAR. «Les personnes handicapées en Afrique» EPISODE 4 : «Handicapé mais pas incapable»

LEARNING BY EAR. «Les personnes handicapées en Afrique» EPISODE 4 : «Handicapé mais pas incapable» LEARNING BY EAR «Les personnes handicapées en Afrique» EPISODE 4 : «Handicapé mais pas incapable» AUTEUR : Chrispin Mwakideu EDITEURS : Andrea Schmidt, Susanne Fuchs TRADUCTION : Aude Gensbittel Liste

Plus en détail

OLIVER L ENFANT QUI ENTENDAIT MAL

OLIVER L ENFANT QUI ENTENDAIT MAL OLIVER L ENFANT QUI ENTENDAIT MAL «Oliver l enfant qui entendait mal» est dédié à mon frère, Patrick, qui est malentendant, à la famille, aux amis, et aux professionnels, qui s impliquèrent pour l aider.

Plus en détail

On faitle rnarche. avec Papa

On faitle rnarche. avec Papa On faitle rnarche avec Papa Apres diner, Papa a fait les comptes du mois avec Maman. - Je me dernande ou passe l'argent que je te donne, a dit Papa. - Ah! j'aime bien quand tu me dis ca, a dit Maman, qui

Plus en détail

C est dur d être un vampire

C est dur d être un vampire C est dur d être un vampire 1/6 Pascale Wrzecz Lis les pages 5 à 8. Tu peux garder ton livre ouvert. 1 Retrouve les mots dans ta lecture et complète les cases. C est une histoire de. Prénom du héros ;

Plus en détail

Les p'tites femmes de Paris

Les p'tites femmes de Paris Les p'tites femmes de Paris De Géraldine Feuillien D'après une idée de Stéphanie Bouquerel Episode 2: Ménage à trois 1 APPARTEMENT DE - BUREAU- INT - JOUR 1 Mais enfin Julien! Qu est ce qui t as pris de

Plus en détail

Kerberos mis en scène

Kerberos mis en scène Sébastien Gambs Autour de l authentification : cours 5 1 Kerberos mis en scène Sébastien Gambs (d après un cours de Frédéric Tronel) sgambs@irisa.fr 12 janvier 2015 Sébastien Gambs Autour de l authentification

Plus en détail

Encourager les comportements éthiques en ligne

Encourager les comportements éthiques en ligne LEÇON Années scolaire : 7 e à 9 e année, 1 re à 3 e secondaire Auteur : Durée : HabiloMédias 2 à 3 heures Encourager les comportements éthiques en ligne Cette leçon fait partie de Utiliser, comprendre

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

Rebecca Léo Thomas Gaspard

Rebecca Léo Thomas Gaspard Parfois on va à l'école parce que nos parents n'ont pas le temps, ou sinon nos parents ne savent pas tout. On va à l école pour avoir un bon métier et une belle maison, pour développer notre intelligence,

Plus en détail

Les dernières lettres de Marie Jelen

Les dernières lettres de Marie Jelen Les dernières lettres de Jelen Histoire de Jelen Jelen a dix ans lorsqu elle est arrêtée avec sa mère, le 16 juillet 1942, lors de la rafle du Vel d Hiv. Sa famille était juive, d origine polonaise. Elle

Plus en détail

Le 31 octobre 2011, un Renault Trafic emprunte tranquillement et furtivement des petits chemins détournés, de la commune du Bugey.

Le 31 octobre 2011, un Renault Trafic emprunte tranquillement et furtivement des petits chemins détournés, de la commune du Bugey. ETUDE DU CAS N 1 Le 31 octobre 2011, un Renault Trafic emprunte tranquillement et furtivement des petits chemins détournés, de la commune du Bugey. A un croisement, les deux occupants sont contrôlés par

Plus en détail

Indications pédagogiques E2 / 42

Indications pédagogiques E2 / 42 à la Communication Objectif général Indications pédagogiques E2 / 42 E : APPRECIER UN MESSAGE Degré de difficulté 2 Objectif intermédiaire 4 : PORTER UN JUGEMENT SUR UN MESSAGE SIMPLE Objectif opérationnel

Plus en détail

Comment avoir une banque sans banque. Tome 2

Comment avoir une banque sans banque. Tome 2 Comment avoir une banque sans banque Tome 2 Bonjour, Philippe Hodiquet à votre service. Je vous avais promis de mettre dans votre bibliothèque d'ebooks, un système économique fou furieux: une banque sans

Plus en détail

Je vais être maman. et je fume encore!? J ai décidé d arrêter de fumer. Pour ma santé et pour celle de mon enfant.

Je vais être maman. et je fume encore!? J ai décidé d arrêter de fumer. Pour ma santé et pour celle de mon enfant. Je vais être maman et je fume encore!? J ai décidé d arrêter de fumer. Pour ma santé et pour celle de mon enfant. Ligue suisse contre le cancer, Ligue pulmonaire suisse, Association suisse pour la prévention

Plus en détail

Top! en français 2 Programme 1: Vacances

Top! en français 2 Programme 1: Vacances Programme 1: Vacances op! Carte Postale Nous logeons dans un joli hôtel. Quelle chance! C est près de la mer. Aujourd hui, il fait chaud. Le matin, je sors avec mes amis. Le soir, je vais à la discothèque

Plus en détail

En savoir plus? www.securite-routiere.gouv.fr

En savoir plus? www.securite-routiere.gouv.fr En savoir plus? www.securite-routiere.gouv.fr twitter.com/routeplussure Délégation à la sécurité et à la circulation routières Place des Degrés Tour Pascal B 92055 LA Défense Cedex DSCR - AVRIL 2013 -

Plus en détail

Test - Quel type de voisin êtes-vous?

Test - Quel type de voisin êtes-vous? Test - Quel type de voisin êtes-vous? Être un voisin solidaire, c est d abord et avant tout un état d esprit. Chacun fait à sa façon, selon sa disponibilité et sa personnalité. Répondez au questionnaire

Plus en détail

Première éducation à la route Je suis piéton

Première éducation à la route Je suis piéton séance 1 Première éducation à la route Je suis piéton Je découvre Observe attentivement ce dessin puis décris ce qui se passe dans cette rue. Est-ce que tu as repéré des situations dangereuses? Lesquelles?

Plus en détail

Indications pédagogiques C3-15

Indications pédagogiques C3-15 à la Communication Objectif général Indications pédagogiques C3-15 C : comprendre un message Degré de difficulté 3 Objectif intermédiaire 1 : Analyser un message Objectif opérationnel 5 : Reconnaître les

Plus en détail

TOUS MALADES! (Texte de M.-A. Ard) - Le Médecin : -----------------------------------------------------------------------------

TOUS MALADES! (Texte de M.-A. Ard) - Le Médecin : ----------------------------------------------------------------------------- L ATELIER du COQUELICOT 1 «Spectacle marionnettes», juillet 2015 TOUS MALADES! (Texte de M.-A. Ard) Personnages : - Le Médecin : -----------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

LES CONSEILS CRÉATIFS DE DOUG HARRIS ET DAN O DAY

LES CONSEILS CRÉATIFS DE DOUG HARRIS ET DAN O DAY D O S S I E R libérez- LES CONSEILS CRÉATIFS DE DOUG HARRIS ET DAN O DAY La VAR organisait le 27 mars 2003 un séminaire consacré à la créativité et à la pub radio. A cette occasion, elle avait invité deux

Plus en détail