Quand la peur nous prend, qu est-ce qu elle nous prend? Vivre la crainte, l inquiétude, la panique, l affolement ou la terreur; la peur est

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Quand la peur nous prend, qu est-ce qu elle nous prend? Vivre la crainte, l inquiétude, la panique, l affolement ou la terreur; la peur est"

Transcription

1 Quand la peur nous prend, qu est-ce qu elle nous prend? Vivre la crainte, l inquiétude, la panique, l affolement ou la terreur; la peur est une émotion à la fois si commune et si unique que la langue française regorge de termes pour révéler son existence. Avoir une peur bleue, une peur panique, une peur sourde; mille autres adjectifs pour en enrichir la description, pour la nuancer. Avoir les sens en éveil ou s évanouir, sentir l air nous manquer ou hyper ventiler, le cœur qui arrête de battre ou qui s emballe, figer ou fuir; les effets que la peur a le pouvoir d engendrer sur nous sont infinis. Et pourtant, toutes ces déclinaisons de la peur se rapportent à cette seule émotion qui est vécue par tous et qui est à l origine déclenchée par une cause unique : la perception d un danger, ou d un événement que nous percevons comme tel, et qui provoque en nous une réaction physiologique et psychologique. Comment l homme détermine-t-il le niveau de dangerosité d une situation? La peur est-elle une émotion dépendante d un jugement, ou est-elle universelle? Et, surtout, provoque-elle une réaction souhaitable, protectrice, ou au contraire nous arrache-t-elle quelque chose de fondamental? Étudions d abord la peur en tant que simple représentante des émotions. Les émotions «primaires» selon la théorie des émotions de base de Paul Ekman 1 sont la joie, la tristesse, le dégoût, la peur, la colère, la surprise et le mépris. Elles sont communes à tous les hommes, et les réactions physiques qu elles provoquent sont également semblables dans toutes les cultures, ce qu il a prouvé en montrant que des membres d une 1 Paul Ekman, théorie des émotions de base (1972), Web 1

2 peuplade Papou pouvaient reconnaître les expressions faciales d hommes appartenant à d autres cultures. Elles sont donc biologiquement déterminée, directement créées par les stimuli associées et provoquent tout aussi directement les réactions somatiques adaptées, soit par exemple le sourire dû à la joie ou le haut le cœur dû au dégoût. Or, la perception des réactions physiques, dans le cas du dégoût par exemple, qui nous saisit sans que l on puisse immédiatement en identifier la cause se fait même avant la compréhension de la cause de cette réaction par la raison, ce qui signifie que l émotion naît en fait de notre perception du changement physique plutôt que de notre perception de la sensation initiale, comme l affirme la théorie périphérique 2 (selon laquelle c'est l'activation physiologique qui va déterminer l'émotion). Les changements physiologiques qui précèdent notre perception de l émotion montrent bien que l évaluation cognitive de l environnement suit la réaction physique et émotionnelle au stimulus, et l on peut en conclure que la raison humaine, soit la capacité de juger de façon logique, ne joue aucun rôle dans la création des émotions. La théorie des émotions de base est ardemment défendue par les évolutionnistes, qui ont comme représentant éminent le biologiste Charles Darwin, auteur de la théorie de la sélection naturelle qui dit que seuls les plus aptes ont survécu et ont pu produire une descendance 3. La rapidité de réaction à un danger potentiel était alors un facteur déterminant pour la survie, alors au fil des générations ces réactions, ce qui était au départ le fruit d une évaluation cognitive d une situation jugée dangereuse, est devenu un 2 Théorie de William James & Carl Lange Choquart (1887), Web 3 Sur l'origine des Espèces au moyen de la Sélection Naturelle, ou la Préservation des Races les meilleures dans la Lutte pour la Vie, Charles Darwin 2

3 réflexe, une action ne sollicitant pas la capacité de raisonnement de l individu, et ce réflexe a été associé par les humains à l émotion de «peur». La peur est probablement l archétype de l émotion de base, de la prise de conscience du danger par la prise de conscience de l état d alerte du corps. Qui n a jamais vu son pouls accélérer et son attention décupler à cause de la perception d un mouvement à la limite de son champ de vision, mouvement si subtil que sa perception n est même pas consciente? Qui n a jamais tressailli et ne s est jamais raidi en sentant contre sa peau le contact inattendu d une autre personne, d un autre objet, alors que la nature inconnue de cette intrusion ne permet pas de conclure en elle-même à un danger? La chair devient dès lors autonome, entièrement régie par des réflexes. La survie de l homme est menacée par l inconnu, qui est dans la nature synonyme de danger. La peur «organique» est donc une confrontation entre une situation et l instinct de survie de l homme. Une fois l instinct organique contrôlé, l événement vécu comparé aux expériences passées et mis en contexte de la culture de l individu, il reste la peur créée et entretenue par le jugement que l on se fait de la dangerosité d une situation. Si la peur «organique» est en effet universelle et dérivée de l évolution, la peur «culturelle», quant à elle, est déterminée par le jugement. Il n y a aucun stimulus justifiant la peur de se rendre à un rendez-vous, ou celle de décevoir quelqu un. La peur culturelle est l émotion provoquée par l interprétation de la réalité. Elle est vécue quand nous craignons de perdre quelque chose qui nous est utile, ou qu un danger plus subtil nous guette; quand nous vivons une confrontation entre une situation et notre morale, soit notre conception de l idéal. 3

4 Maintenant armés d une définition claire et complète de la peur, il ne reste plus qu une question à laquelle répondre avant de pouvoir déterminer les effets de la peur sur l homme : qu est-ce que l homme lui-même. Définir l homme est probablement la question philosophique la plus abordée, celle qui a soulevé le plus de débats; il y a pratiquement autant de définitions de l homme que de philosophes. Poser une définition exhaustive serait d ailleurs absurde : comme l écrit Sartre, «s'il doit y avoir plus tard un concept rigoureux d'homme et cela même est douteux ce concept ne peut être envisagé que comme couronnement d'une science faite, c'est-à-dire qu'il est renvoyé à l'infini.» 4 L homme est en constante évolution, d où l infini, et la psychologie ne pourra jamais être considérée comme une science purement empirique. Les définitions proposées tentent donc de déterminer la présence ou non de l âme humaine, l existence de la rationalité, la possibilité d être libre et le sens de la vie humaine. Platon, Aristote et Descartes et Kant sont de ceux qui attribuent à l homme la raison, ce qui donne à l homme l objectif de se développer de façon rationnelle; Nietzsche lui donne le désir, les passions et la démesure comme buts premiers, ce qui le pousse à se développer de façon individuelle et égoïste. Marx et Fromm le définissent comme être social, donc vivant dans le but de développer la société, Freud et les déterministes comme étant un être déterminé par son environnement, et Sartre comme un être défini par ses choix, qui eux sont influencés par le regard des autres. Toutes ces définitions sont évidemment extrêmement condensées et incomplètes, mais donnent un 4 Méthode psychologique et méthode phénoménologique (1938), p.8, Sartre 4

5 bref aperçu de la perception de l homme par l homme à travers l histoire de la philosophie. Quand la peur organique nous prend, que nous prend-elle? Puisque la peur organique est purement sensorielle et ne fait appel à aucune logique, toute philosophie plaçant la rationalité au cœur de la nature de l homme se doit de conclure que face à la peur, l homme perd son humanité. «L animal rationnel» qu est Aristote ne devient qu un animal, la dualité âme pensante et rationnelle corps mécanique centré sur les sens qui définit l homme selon Descarte n en est plus une, et cela le rabaisse encore une fois au simple niveau du règne animal. L existence de l être se résume alors, pendant un cours laps de temps, à la confrontation entre la situation vécue et l instinct de survie, ce qui n est absolument pas une mauvaise chose. L émotion de la peur court-circuite la rationalité et ne laisse à l homme que ce que des siècles d expérience lui ont transmis : la capacité de survivre face à un danger grâce à des réflexes innés. La peur organique est donc l outil qui permet à l homme de réagir immédiatement face à un danger, sans prendre le temps de le comprendre comme le pousserait à le faire la rationalité, ce qui peut lui permettre d avoir la vie sauve. Quant à la peur culturelle, quand elle nous prend, elle nous prend la sérénité. La sérénité peut être définie comme un état de bien-être intérieur que l homme vit lorsqu il est en harmonie avec sa morale et son environnement. Cela le rend passif, car puisque «tout va bien», il a tendance à ne plus fournir d efforts, à ne plus vouloir travailler ni sur soi-même, ni sur son milieu. Lorsque survient un dérèglement, une confrontation entre la réalité et notre idéal de réalité, l homme perd sa sérénité. Ce dérèglement peut avoir été occasionné par la crainte de perdre quelque chose que nous jugeons utile, bonne pour 5

6 nous; elle peut être créée par la crainte de ne pas réussir à atteindre un objectif, qui est dicté soit par l instinct de survie ou par le devoir moral. Dans tous ces cas, l homme n est pas immédiatement menacé, et c est son jugement qui crée la crainte : il s agit donc bel et bien d une peur culturelle, et cette peur nous enlève la sérénité, l équilibre, sans toutefois nous enlever notre raison. La peur organique est, somme toute, positive dans les cas de danger immédiat. La peur culturelle, quant à elle, est-elle bénéfique ou pénalisante pour nous? Selon Kant, la peur culturelle serait bonne : en effet, c est la peur qui pousserait l homme à agir selon le devoir moral, devoir qu il dit universel parce que non basé sur l expérience, donc formel. La peur de Dieu, ou la peur du jugement dernier, est en effet une peur culturelle; c est également le moteur d action qu il privilégie dans sa critique de la raison pratique 5, moteur sans lequel les gens sombreraient dans l immoralité par déception face à la différence entre un monde idéal et la réalité. De plus, pour Kant, une action n est véritablement vertueuse que si elle est exécutée de bonne foi; le fait que de la peur soit ressentie prouve que le désir de contrer la situation amorale est réel, donc que l action est exécutée de bonne foi. La peur organique serait donc absolument nécessaire au développement de l homme en tant qu Homme, en tant qu espèce et en tant que société. Nietzsche, au contraire, dirait que la peur culturelle est quelque chose de négatif, même si elle favorise un développement; la seule motivation souhaitable est la volonté de puissance, soit le désir d accumuler toujours plus d expériences dans le but de devenir un surhumain, un être parfaitement égoïste et pourvu de sa propre morale. La peur crée chez l homme une volonté réactive, soit un désir de réagir aux changements 5 Critique de la raison pratique, Kant 6

7 environnementaux; l homme qui obéit à cette volonté est un homme du ressentiment, un homme faible qui suit la morale dictée par les autres et préfère rabaisser les plus faibles plutôt que de travailler sur lui-même 6. Si la peur culturelle doit mener à réprimer les autres, elle nuit en effet à l homme en lui prenant son caractère sociable. Toutefois, rien n est moins sûr que cette dernière affirmation : en effet, l histoire nous montre que tous les processus d évolution qui ont mené au monde que nous connaissons aujourd hui se sont exécutés en réaction à un changement, de la multiplication des mammifères après la disparition des dinosaures jusqu à l éducation accessible de nos jours grâce à des meilleures conditions de vie, qui nous permettent de se développer en dehors du cadre de la survie. La situation dangereuse produit donc chez l homme de la peur (que ce soit une peur organique ou culturelle) qui le pousse à réagir et qui dans le premier cas lui permet de survivre, et dans le deuxième cas d utiliser ses capacités pour évoluer, développer à la fois son environnement, sa personne et sa société. La peur, loin de nous prendre quoi que ce soit, nous donne, plutôt, l impulsion nécessaire pour avancer. Camille Chartrand Collège Bois-de-Boulogne 6 Ainsi parlait Zarathoustra (1898) Nietzsche 7

8 Médiagraphie Web - Wikipedia, Paul Ekman [http://fr.wikipedia.org/wiki/paul_ekman] - Wikipedia, Les émotions (théorie périphérique) [ ] Livres - Charles Darwin, Sur l'origine des Espèces au moyen de la Sélection Naturelle, ou la Préservation des Races les meilleures dans la Lutte pour la Vie - Jean-Paul Sartre, Méthode psychologique et méthode phénoménologique - Emmanuel Kant, Critique de la raison pure - Friedrich Nietzsche, Ainsi parlait Zarathoustra 8

Chapitre 1. Qu est-ce qu une émotion?

Chapitre 1. Qu est-ce qu une émotion? 1 2 In P. Philippot. (2007). Emotion et psychothérapie (pp.11-64). Wavre : Mardaga Chapitre 1. Qu est-ce qu une émotion? Beaucoup pensent qu il est difficile de définir le concept d émotion. La raison

Plus en détail

Volonté générale ou délibération?

Volonté générale ou délibération? VOLONTÉ GÉNÉRALE OU DÉLIBÉRATION? 1 / 16 Volonté générale ou délibération? BERNARD MANIN Esquisse d une théorie de la délibération politique Les controverses théoriques suscitées aujourd hui par la notion

Plus en détail

Peut-on tout échanger?

Peut-on tout échanger? Peut-on tout échanger? Eric Delassus To cite this version: Eric Delassus. Peut-on tout échanger?. 2011. HAL Id: hal-00653580 https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00653580 Submitted on 19

Plus en détail

L AUTONOMIE : OUTIL D APPRENTISSAGE

L AUTONOMIE : OUTIL D APPRENTISSAGE BESSAIH SIDA 2005/2006 L AUTONOMIE : OUTIL D APPRENTISSAGE DIRECTRICE DE MEMOIRE : Valérie LOUIS CEFEDEM BRETAGNE/PAYS DE LA LOIRE SOMMAIRE INTRODUCTION.. p 2 I/ L AUTONOMIE, UN MOYEN POUR APPRENDRE..p

Plus en détail

NIETZSCHE. Par-delà Bien et Mal

NIETZSCHE. Par-delà Bien et Mal ÉRIC BLONDEL NIETZSCHE Par-delà Bien et Mal Étude généalogique de la morale ANALYSE, EXPLICATION, COMMENTAIRE 186 ET 187 AVERTISSEMENT Ce texte est la retranscription d un cours oral professé par Eric

Plus en détail

Sur la notion de liberté

Sur la notion de liberté Sur la notion de liberté Claude Paul Bruter Universidad de París On se trompera toujours sur la liberté chaque fois qu on l imaginera comme le résultat d une élimination de toutes les entraves possibles

Plus en détail

Qu est-ce que le philosopher?

Qu est-ce que le philosopher? Qu est-ce que le philosopher? François Galichet Professeur à l IUFM d Alsace La philosophie, qui se caractérise par son questionnement ontologique ( «Qu est-ce que?»), ne pouvait manquer de s interroger

Plus en détail

L ANGOISSE DU TEMPS PRÉSENT ET LES DEVOIRS DE L ESPRIT

L ANGOISSE DU TEMPS PRÉSENT ET LES DEVOIRS DE L ESPRIT @ RENCONTRES INTERNATIONALES DE GENÈVE TOME VIII (1953) L ANGOISSE DU TEMPS PRÉSENT ET LES DEVOIRS DE L ESPRIT Raymond DE SAUSSURE Paul RICŒUR Mircea ELIADE Robert SCHUMAN Guido CALOGERO François MAURIAC

Plus en détail

En bref Qu est-ce que la spiritualité?... 4

En bref Qu est-ce que la spiritualité?... 4 Supplément gratuit du Courrier du médecin vaudois n o 6-2008 Ne peut être vendu séparément. La spiritualité en soins palliatifs Guide des soins palliatifs du médecin vaudois n o 5 2008 En bref Qu est-ce

Plus en détail

Bruno Lallement. Comment devenir une personne plus sereine. Rien n est là-bas qui ne soit déjà ici. http://www.psychologie-du-bien-etre.

Bruno Lallement. Comment devenir une personne plus sereine. Rien n est là-bas qui ne soit déjà ici. http://www.psychologie-du-bien-etre. Comment devenir une personne plus sereine Rien n est là-bas qui ne soit déjà ici Bruno Lallement http://www.psychologie-du-bien-etre.com Tous droits réservés pour tous pays - 2008 Edité par : Ressources

Plus en détail

Peut-on assimiler le vivant à une machine?

Peut-on assimiler le vivant à une machine? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN Peut-on assimiler le vivant à une machine? Introduction Assimiler quelque chose à, c est traiter comme semblable à, c est regarder comme semblable. L assimilation

Plus en détail

Liberté pour apprendre Carl Rogers, Ed. Dunod, 1999 (1972), 364 p.

Liberté pour apprendre Carl Rogers, Ed. Dunod, 1999 (1972), 364 p. Liberté pour apprendre Carl Rogers, Ed. Dunod, 1999 (1972), 364 p. EXTRAITS La relation interpersonnelle dans la facilitation de l apprentissage. J éprouve une réaction négative envers l enseignement.

Plus en détail

Rawls et Habermas : le primat du Juste sur le Bien

Rawls et Habermas : le primat du Juste sur le Bien Culture Générale Rawls et Habermas : le primat du Juste sur le Bien Christophe Cervellon Agré de philosophie, ancien élève de l École Normale Supérieure (Ulm). L américain John Rawls (né en 1921) et l

Plus en détail

L EXERC I COMMAN DEMENT L ARMÉE DE TERRE. commandement et FRATERNITÉ

L EXERC I COMMAN DEMENT L ARMÉE DE TERRE. commandement et FRATERNITÉ L EXERC I CE commandement et FRATERNITÉ DU COMMAN DEMENT D A N S L ARMÉE DE TERRE État-major de l armée de Terre Paris, septembre 2003 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Le général chef d état-major de l armée de terre

Plus en détail

Devenir son Propre Thérapeute

Devenir son Propre Thérapeute Devenir son Propre Thérapeute Une introduction à la pensée bouddhique Lama Thoubtèn Yéshé Traduit de l anglais par éléa Redel L édition américaine originale a été publiée en 1998 par Lama Yeshe Wisdom

Plus en détail

Suis-je toujours le même?

Suis-je toujours le même? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN Suis-je toujours le même? Introduction Avant de répondre à la question, il faut comme toujours en philosophie bien en comprendre le problème. Le " je suis " fait

Plus en détail

COMMENT FAIRE FACE AUX PERSONNES PÉNIBLES?

COMMENT FAIRE FACE AUX PERSONNES PÉNIBLES? COMMENT FAIRE FACE AUX PERSONNES PÉNIBLES? Richard Hould, Ph.D. Département de Psychologie Université du Québec à Trois-Rivières Tous droits réservés 2009 Dr Richard Hould et Psychoprofil Aucune reproduction

Plus en détail

DEUXIEMEME PARTIE 9 L expérience de la mort

DEUXIEMEME PARTIE 9 L expérience de la mort DEUXIEMEME PARTIE 9 L expérience de la mort Séance 535. Mercredi 17 juin 1970. 21 h. (Les séances prévues du 10 et du 15 n ont pas eu lieu afin de permettre à Jane de se reposer. De notre côté, nous avons

Plus en détail

L ATTACHEMENT, UN LIEN VITAL

L ATTACHEMENT, UN LIEN VITAL Ce texte présente les principaux concepts qui aident à comprendre l importance du lien d attachement entre un bébé et ceux qui l élèvent. Il aborde les notions de base de sécurité, d attachement sécure

Plus en détail

Sciences 10 PROGRAMME D ÉTUDES

Sciences 10 PROGRAMME D ÉTUDES PROGRAMME D ÉTUDES REMERCIEMENTS Le ministère de l Éducation, Direction des services acadiens et de langue française, tient à remercier tous ceux et celles qui ont contribué à la réalisation de ce programme

Plus en détail

Et ce sera justice Punir en démocratie Antoine Garapon, Frédéric Gros, Thierry Pech Editions Odile Jacob Isbn 2738110223 (la «table» est en page 40)

Et ce sera justice Punir en démocratie Antoine Garapon, Frédéric Gros, Thierry Pech Editions Odile Jacob Isbn 2738110223 (la «table» est en page 40) Et ce sera justice Punir en démocratie Antoine Garapon, Frédéric Gros, Thierry Pech Editions Odile Jacob Isbn 2738110223 (la «table» est en page 40) INTRODUCTION De la punition ou de l impunité, quel est

Plus en détail

Cet infirmier qui fait battre mon

Cet infirmier qui fait battre mon Alexandre PADOVANI IFSI de Salon de Provence Cet infirmier qui fait battre mon cœur Diplôme D Etat d Infirmier Promotion 2005 2008 1 «Il s agit d un travail personnel effectué dans le cadre d une scolarité

Plus en détail

ADOLESCENCES AUX RISQUES DE L ADDICTION

ADOLESCENCES AUX RISQUES DE L ADDICTION ADOLESCENCES AUX RISQUES DE L ADDICTION ADOLESCENCES AUX RISQUES DE L ADDICTION MANUEL DE RÉFLEXION ET D ACTION À L USAGE DES PROFESSIONNELS MANUEL DE RÉFLEXION ET D ACTION À L USAGE DES PROFESSIONNELS

Plus en détail

Le petit de l homme, lorsqu il commence son aventure terrestre

Le petit de l homme, lorsqu il commence son aventure terrestre CHAPITRE II : L EGO ET L ÊTRE L ego, cadeau et blessure Le petit de l homme, lorsqu il commence son aventure terrestre est dépourvu d ego. Il n a pas conscience d être qui il est, ni même d être quelqu

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. AVANT-PROPOS... iii CADRE THÉORIQUE...1

TABLE DES MATIÈRES. AVANT-PROPOS... iii CADRE THÉORIQUE...1 TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... iii CADRE THÉORIQUE...1 ORIENTATION DU SYSTÈME SCOLAIRE Mission de l éducation...1 Buts et objectifs de l Éducation publique...2 Résultats d apprentissage transdisciplinaires...4

Plus en détail

TvvÉÅÑtzÇxÅxÇà wxá áé zçtçàá ytvx tâ wxâ Ä ÅtàxÜÇxÄ wëâç xçytçà w v w wtçá áxá ÑÜxÅ xüá ÅÉÅxÇàá wx ä xa

TvvÉÅÑtzÇxÅxÇà wxá áé zçtçàá ytvx tâ wxâ Ä ÅtàxÜÇxÄ wëâç xçytçà w v w wtçá áxá ÑÜxÅ xüá ÅÉÅxÇàá wx ä xa _âv x gtätü cüéåéà ÉÇ ECCF@ECCI ECCI TvvÉÅÑtzÇxÅxÇà wxá áé zçtçàá ytvx tâ wxâ Ä ÅtàxÜÇxÄ wëâç xçytçà w v w wtçá áxá ÑÜxÅ xüá ÅÉÅxÇàá wx ä xa gütät Ä wx Y Ç wëñàâwxá W ÑÄ Åx wëñàtà wë\çy ÜÅ xü LA PIÈCE

Plus en détail

La technique 1 - L Homme peut-il rompre avec la nature? , par Serge Durand. http://www.lyc-vinci-st-witz.ac-versailles.fr/spip.php?article76.

La technique 1 - L Homme peut-il rompre avec la nature? , par Serge Durand. http://www.lyc-vinci-st-witz.ac-versailles.fr/spip.php?article76. La technique 1 - L Homme peut-il rompre avec la nature?, par Serge Durand http://www.lyc-vinci-st-witz.ac-versailles.fr/spip.php?article76 Sommaire 1. I. Introduction problématique 2. II. L homme est un

Plus en détail

SOMMAIRE III VII RECONQUÉRIR OU PRENDRE SA PLACE? LE CHSCT, UNE INSTANCE AUX ENJEUX HUMAINS NOTIONS DE BASE RELATIVES AUX RPS

SOMMAIRE III VII RECONQUÉRIR OU PRENDRE SA PLACE? LE CHSCT, UNE INSTANCE AUX ENJEUX HUMAINS NOTIONS DE BASE RELATIVES AUX RPS SOMMAIRE Ce guide a été coordonné par Franck Martini, Directeur du Cabinet CATEIS Ont participé à son élaboration les membres de CHSCT des entreprises suivantes : Gérard Guieu, CEA Cadarache Yves Bergamaschi,

Plus en détail

La personne malade d Alzheimer estelle libre d avoir une vie intime en institution?

La personne malade d Alzheimer estelle libre d avoir une vie intime en institution? La personne malade d Alzheimer estelle libre d avoir une vie intime en institution? Hélène Sabbe-Bérard Psychologue formatrice, diplômée de l Espace éthique/ap-hp / Département de recherche en éthique,

Plus en détail