Resserrer les liens avec les diasporas PANORAMA DES COMPÉTENCES DES MIGRANTS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Resserrer les liens avec les diasporas PANORAMA DES COMPÉTENCES DES MIGRANTS"

Transcription

1 Resserrer les liens avec les diasporas PANORAMA DES COMPÉTENCES DES MIGRANTS

2 Resserrer les liens avec les diasporas PANORAMA DES COMPÉTENCES DES MIGRANTS

3 Cet ouvrage est publié sous la responsabilité du Secrétaire général de l OCDE. Les opinions et les interprétations exprimées ne reflètent pas nécessairement les vues de l OCDE ou des gouvernements de ses pays membres. Ce document et toute carte qu il peut comprendre sont sans préjudice du statut de tout territoire, de la souveraineté s exerçant sur ce dernier, du tracé des frontières et limites internationales, et du nom de tout territoire, ville ou région. Merci de citer cet ouvrage comme suit : OCDE (212), Resserrer les liens avec les diasporas : Panorama des compétences des migrants, Éditions OCDE. ISBN (imprimé) ISBN (PDF) Les données statistiques concernant Israël sont fournies par et sous la responsabilité des autorités israéliennes compétentes. L utilisation de ces données par l OCDE est sans préjudice du statut des hauteurs du Golan, de Jérusalem-Est et des colonies de peuplement israéliennes en Cisjordanie aux termes du droit international. Crédits photo : Couverture Cienpies Design/Shutterstock.com. Les corrigenda des publications de l OCDE sont disponibles sur : OCDE 212 Vous êtes autorisés à copier, télécharger ou imprimer du contenu OCDE pour votre utilisation personnelle. Vous pouvez inclure des extraits des publications, des bases de données et produits multimédia de l OCDE dans vos documents, présentations, blogs, sites Internet et matériel d enseignement, sous réserve de faire mention de la source OCDE et du copyright. Les demandes pour usage public ou commercial ou de traduction devront être adressées à Les demandes d autorisation de photocopier une partie de ce contenu à des fins publiques ou commerciales peuvent être obtenues auprès du Copyright Clearance Center (CCC) ou du Centre français d exploitation du droit de copie (CFC)

4 AVANT-PROPOS Avant-propos Les effectifs mondiaux de migrants internationaux ont augmenté significativement au cours des dernières décennies, passant de 77 millions de personnes en 196 à environ 214 millions en 21 (soit une augmentation de 177 ), équivalant à un peu plus de 3 de la population mondiale cette année là. En outre, la structure des communautés de migrants s est également largement modifiée, avec plus de migrants très qualifiés, un nombre plus important de femmes immigrées, et une diversification aussi bien des pays d origine que des pays de destination. Parallèlement, les avancées récentes dans les domaines des technologies de l information et des communications et la baisse des coûts de transport ont beaucoup facilité les contacts avec les pays d origine. Dans ce contexte, l impact potentiel des diasporas sur le développement des pays d origine est devenu un enjeu crucial pour les gouvernements et les agences de développement. La contribution de la diaspora au développement économique et social du pays d origine, cependant, dépend de nombreux facteurs, tels que sa taille, le niveau de qualification moyen de ses membres, leurs avoirs, l ancienneté de la migration et le degré d organisation de la diaspora. Elle dépend aussi des conditions qui prévalent dans le pays d origine et de l appui institutionnel dont peut bénéficier la diaspora. Les gouvernements des pays d origine et de destination peuvent en effet faciliter la participation des diasporas, en soutenant des réseaux, en améliorant les canaux de communication avec le pays d origine, en développant un environnement propice, ou plus directement en facilitant la mobilité des compétences et leur utilisation. Autant d éléments qui nécessitent d avoir une connaissance détaillée des diasporas. Le manque d informations précises sur les diasporas qui sont-elles, où se situent-elles, quelles sont leurs activités et leurs aspirations pour le futur s est révélé, en effet, un obstacle majeur à leur compréhension et à la promotion de leur rôle dans le développement des pays d origine. Cette publication cherche à combler cette lacune en rassemblant un large éventail d informations statistiques par pays d origine sur les populations migrantes et leurs enfants à travers le monde, informations à même d aider les décideurs à adapter les politiques en fonction des circonstances et des besoins spécifiques des groupes de population en question. Le concept de «diaspora» est relativement flou et, dans la pratique, les membres des diasporas ne peuvent pas facilement être comptabilisés. En théorie, il couvre toutes les personnes qui entretiennent une certaine forme d attachement à un pays d origine spécifique en relation avec leur passé migratoire. Ces personnes peuvent être des migrants eux-mêmes ou des enfants ou petits-enfants de migrants. Certaines d entre elles ont la nationalité du pays en question, d autres ont plusieurs nationalités ou seulement la citoyenneté de leur pays de résidence actuel. Dans l idéal, on devrait identifier les membres de la diaspora dans le cadre d enquêtes auprès des ménages par auto-déclaration. En pratique, cependant, en raison du manque de données, les analyses quantitatives sur la diaspora sont peu nombreuses et portent, le plus souvent, sur la première génération de migrants. Cette publication va un peu plus loin en considérant également les enfants d immigrés et en accordant une attention particulière à ceux qui ne sont pas encore membres de la diaspora, mais expriment leur désir d émigrer. RESSERRER LES LIENS AVEC LES DIASPORAS : PANORAMA DES COMPÉTENCES DES MIGRANTS OCDE 212 3

5 AVANT-PROPOS Les informations présentées dans cette publication, rassemblant toutes les sources de données disponibles sur les migrants par pays d origine, s appuient en grande partie sur les résultats d une coopération de longue date entre l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et l Agence Française de Développement (AFD) dans la compilation des données sur les migrants à partir de recensements de la population dans les pays de l OCDE et au-delà. Cette publication contient 14 notes par pays résumant la taille des diasporas, y compris le nombre d enfants de migrants nés dans les pays de destination ; les caractéristiques des populations émigrées (sexe, âge, niveau d éducation, performances sur le marché du travail) ; les effectifs et les principales destinations des étudiants internationaux ; les flux de migrants récents vers les pays de l OCDE ; ainsi que des informations sur le désir d émigrer des différents groupes de population. Nous espérons que cette publication participera à une meilleure compréhension des communautés de migrants à travers le monde, de façon à élaborer des politiques à même de mieux mobiliser les compétences des migrants pour le développement des pays d origine. John Martin Directeur de l Emploi, du Travail et des Affaires sociales OCDE Robert Peccoud Directeur du Département de la Recherche Agence Française de Développement 4 RESSERRER LES LIENS AVEC LES DIASPORAS : PANORAMA DES COMPÉTENCES DES MIGRANTS OCDE 212

6 REMERCIEMENTS Remerciements Cette publication est le fruit des travaux conjoints de l OCDE et du Département de la Recherche de l Agence Française de Développement. Cette publication a été éditée par Jean-Christophe Dumont (OCDE), Thomas Mélonio (AFD) et Sarah Widmaier (OCDE). Le premier chapitre a bénéficié d une contribution importante de Neli Esipova et Julie Ray, avec le soutien de Gallup. Les chapitres régionaux ont été rédigés par Jonathan Chaloff (Asie et Océanie) ; Jean-Baptiste Meyer (Amérique latine et Caraïbes) ; Sarah Widmaier (Pays de l OCDE) ; Natalia Buga (Europe hors OCDE et Asie centrale) ; Thomas Mélonio (Moyen-Orient et Afrique du Nord) ; et Flore Gubert et Jean-Noël Senne (Afrique subsaharienne). Le travail de recherche et le support statistique ont été fournis par Philippe Hervé et Véronique Gindrey. Le travail éditorial a été effectué par Nathalie Bienvenu, Marlène Mohier et Sylviane Yvron. RESSERRER LES LIENS AVEC LES DIASPORAS : PANORAMA DES COMPÉTENCES DES MIGRANTS OCDE 212

7

8 TABLE DES MATIÈRES Table des matières Acronymes et abréviations Chapitre 1. Diasporas définitions, données et dynamiques Profil des diasporas actuelles L apport financier et humain des diasporas Prospective : le profil des migrants potentiels Conclusion Notes Chapitre 2. Asie et Océanie Évolution historique des migrations Caractéristiques actuelles des populations émigrées Tendances et enjeux futurs... Notes par pays Afghanistan... 4 Népal Bangladesh... 6 Pakistan Cambodge Papouasie-Nouvelle-Guinée Chine... 6 Philippines... 8 Fidji Singapour Inde Sri Lanka Indonésie Thaïlande Laos Tonga Malaisie Viêtnam... 9 Myanmar Chapitre 3. Amérique latine et Caraïbes Évolution historique des migrations Caractéristiques actuelles des populations émigrées Tendances et enjeux futurs Notes Notes par pays Argentine Cuba Barbade El Salvador Bélize Équateur Bolivie Guatemala Brésil Haïti Colombie Honduras Costa Rica Jamaïque RESSERRER LES LIENS AVEC LES DIASPORAS : PANORAMA DES COMPÉTENCES DES MIGRANTS OCDE 212 7

9 TABLE DES MATIÈRES Nicaragua Panama Paraguay Pérou République dominicaine Trinité-et-Tobago Uruguay Venezuela Chapitre 4. Pays de l OCDE Évolution historique des migrations Caractéristiques actuelles des populations émigrées Tendances et enjeux futurs... 1 Notes Notes par pays Allemagne Israël Australie Italie Autriche Japon Belgique Luxembourg Canada Mexique... 2 Chili Norvège Corée Nouvelle-Zélande Danemark Pays-Bas Espagne Pologne Estonie Portugal États-Unis République slovaque Finlande République tchèque France Royaume-Uni Grèce Slovénie Hongrie Suède Irlande Suisse Islande Turquie Chapitre. Europe hors OCDE et Asie centrale Évolution historique des migrations Caractéristiques actuelles des populations émigrées Tendances et enjeux futurs Notes Notes par pays Albanie Lettonie Arménie Lituanie Bulgarie Moldavie Croatie Roumanie Fédération de Russie Serbie Kazakhstan Tadjikistan Kirghizistan Ukraine Chapitre 6. Moyen-Orient et Afrique du Nord Évolution historique des migrations Caractéristiques actuelles des populations émigrées Tendances et enjeux futurs Notes RESSERRER LES LIENS AVEC LES DIASPORAS : PANORAMA DES COMPÉTENCES DES MIGRANTS OCDE 212

10 TABLE DES MATIÈRES Notes par pays Algérie Liban Arabie saoudite Libye Bahreïn Maroc Égypte Qatar... 3 Émirats arabes unis Soudan Iran Syrie Iraq Tunisie Jordanie Yémen Koweït Chapitre 7. Afrique subsaharienne Évolution historique des migrations Caractéristiques actuelles des populations émigrées Tendances et enjeux futurs Notes Notes par pays Afrique du Sud Malawi Bénin Mali Botswana Maurice Burkina Faso Mozambique Burundi Namibie Cameroun Niger Congo Nigéria Côte d Ivoire Ouganda Érythrée République démocratique du Congo 374 Éthiopie Rwanda Gabon Sénégal Gambie Sierra Leone Ghana Tanzanie Guinée... 3 Tchad Kenya Togo Libéria Zambie Madagascar Zimbabwe Annexe A. Sources de données et définitions Annexe B. Population émigrée : personnes nées en ex-urss et en ex-yougoslavie Annexe C. Taux d expatriation pour les infirmières et les médecins, circa Références Tableaux 1.1. Indicateurs clés concernant les principaux groupes de migrants dans les pays de l OCDE Personnes qui souhaitent, projettent et préparent la migration, par région d origine et caractéristiques socio-démographiques, 28-1, pourcentages Personnes qui souhaitent, projettent et préparent la migration, parmi différents groupes de population, RESSERRER LES LIENS AVEC LES DIASPORAS : PANORAMA DES COMPÉTENCES DES MIGRANTS OCDE 212 9

11 TABLE DES MATIÈRES 1.4. Personnes qui souhaitent, projettent et préparent la migration, parmi différents groupes de population, Caractéristiques des immigrés venant d Asie et d Océanie dans la zone OCDE, par sexe, 2/ Situation sur le marché du travail des immigrés venant d Asie et d Océanie dans la zone OCDE, par sexe, 2/ Caractéristiques des immigrés venant d Amérique latine et des Caraïbes dans la zone OCDE, par sexe, 2/ Situation sur le marché du travail des immigrés venant d Amérique latine et des Caraïbes dans la zone OCDE, par sexe, 2/ Caractéristiques des immigrés venant des pays de l OCDE dans la zone OCDE, par sexe, 2/ Situation sur le marché du travail des immigrés venant des pays de l OCDE dans la zone OCDE, par sexe, 2/ Caractéristiques des immigrés venant d Europe hors OCDE et d Asie centrale dans la zone OCDE, par sexe, 2/ Situation sur le marché du travail des immigrés venant d Europe hors OCDE et d Asie centrale dans la zone OCDE, par sexe, 2/ Caractéristiques des immigrés venant d Afrique du Nord et du Moyen-Orient dans la zone OCDE, par sexe, 2/ Situation sur le marché du travail des immigrés venant d Afrique du Nord et du Moyen-Orient dans la zone OCDE, par sexe, 2/ Caractéristiques des immigrés venant d Afrique subsaharienne dans la zone OCDE, par sexe, 2/ Situation sur le marché du travail des immigrés venant d Afrique subsaharienne dans la zone OCDE, par sexe, 2/ Graphiques 1.1. Nombre d émigrants par pays d origine, 2/ Immigrés et enfants d immigrés nés dans le pays (1 ans et plus), par pays d origine, dans les pays de l OCDE, Part des cinq principaux pays de destination dans l effectif total des immigrés âgés d au moins 1 ans, par région d origine, 2 et 2/ Flux migratoires vers les pays de l OCDE par région d origine, Effectifs et part des immigrés diplômés du supérieur, dans la zone OCDE, par principaux pays d origine, 2 et 2/ Taux d émigration des personnes diplômées du supérieur, par pays d origine, 2/ Personnes qui souhaitent, projettent et préparent la migration, Part des personnes souhaitant s installer à l étranger de manière permanente, Taux d émigration observés et désir d émigrer, par niveau d éducation Pays de destination les plus attractifs, Flux migratoires en provenance d Asie et d Océanie et transferts de fonds vers les pays de l OCDE, Effectifs d immigrés (1 ans et plus) nés en Asie et en Océanie, total et diplômés du supérieur, dans la zone OCDE, 2/ RESSERRER LES LIENS AVEC LES DIASPORAS : PANORAMA DES COMPÉTENCES DES MIGRANTS OCDE 212

12 TABLE DES MATIÈRES 2.3. Effectifs d immigrés (1 ans et plus) et flux migratoires en provenance d Asie et d Océanie, vers les cinq principaux pays de destination de la zone OCDE Flux migratoires en provenance d Amérique latine et des Caraïbes vers les pays de l OCDE, et transferts de fonds, Effectifs d immigrés (1 ans et plus) nés en Amérique latine et aux Caraïbes, total et diplômés du supérieur, dans la zone OCDE, 2/ Effectifs d immigrés (1 ans et plus) et flux migratoires en provenance d Amérique latine et des Caraïbes, vers les cinq principaux pays de destination de la zone OCDE Flux migratoires intra-ocde et transferts de fonds, Effectifs d immigrés (1 ans et plus) nés dans un autre pays de l OCDE, total et diplômés du supérieur, dans la zone OCDE, 2/ Effectifs d immigrés (1 ans et plus) et flux migratoires en provenance des pays de l OCDE, vers les cinq principaux pays de destination de la zone OCDE Flux migratoires en provenance d Europe hors OCDE et d Asie centrale vers les pays de l OCDE, et transferts de fonds, Effectifs d immigrés (1 ans et plus) nés dans un pays d Europe hors OCDE ou d Asie centrale, total et diplômés du supérieur, dans la zone OCDE, 2/ Effectifs d immigrés (1 ans et plus) et flux migratoires en provenance d Europe hors OCDE et d Asie centrale, vers les cinq principaux pays de destination de la zone OCDE Flux migratoires en provenance d Afrique du Nord et du Moyen-Orient vers les pays de l OCDE, et transferts de fonds, Effectifs d immigrés (1 ans et plus) nés en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, total et diplômés du supérieur, dans la zone OCDE, 2/ Effectifs d immigrés (1 ans et plus) et flux migratoires en provenance d Afrique du Nord et du Moyen-Orient, vers les cinq principaux pays de destination de la zone OCDE Flux migratoires en provenance d Afrique subsaharienne vers les pays de l OCDE, et transferts de fonds, Effectifs d immigrés (1 ans et plus) nés en Afrique subsaharienne, total et diplômés du supérieur, dans la zone OCDE, 2/ Effectifs d immigrés (1 ans et plus) et flux migratoires en provenance d Afrique subsaharienne, vers les cinq principaux pays de destination de la zone OCDE RESSERRER LES LIENS AVEC LES DIASPORAS : PANORAMA DES COMPÉTENCES DES MIGRANTS OCDE

13 Ce livre contient des... StatLinks2 Accédez aux fichiers Excel à partir des livres imprimés! En bas à droite des tableaux ou graphiques de cet ouvrage, vous trouverez des StatLinks. Pour télécharger le fichier Excel correspondant, il vous suffit de retranscrire dans votre navigateur Internet le lien commençant par : Si vous lisez la version PDF de l ouvrage, et que votre ordinateur est connecté à Internet, il vous suffit de cliquer sur le lien. Les StatLinks sont de plus en plus répandus dans les publications de l OCDE.

14 ACRONYMES ET ABRÉVIATIONS Acronymes et abréviations AFD ASEAN CIDESAL CEI CPS DIOC DIOC-E DKN EFT-UE PIB IDH HILDA HTA CITE EPA MENA MICAL MIDA PISA PPA PPS SANSA RAS TOKTEN PNUD UOE USD Agence Française de Développement Association des Nations de l Asie du Sud-Est Création d incubateurs des diasporas du savoir pour l Amérique latine Communauté des États indépendants US Current Population Survey Base de données de l OCDE sur les immigrés dans les pays de l OCDE Base de données de l OCDE sur les immigrés dans les pays de l OCDE élargie aux pays hors OCDE Diaspora Knowledge Networks Enquête sur les forces de travail de l Union européenne Produit intérieur brut Indice de développement humain Household, Income and Labour Dynamics in Australia Survey Hometown associations Classification internationale type de l éducation Enquête sur la population active Moyen-Orient et Afrique du Nord Migration of Knowledge Workers of Latin America Migration pour le développement en Afrique Programme international pour le suivi des acquis des élèves Parité de pouvoir d achat Personal Public Service Réseau sud-africain de compétences à l étranger Région administrative spéciale Transfert des connaissances par l intermédiaire des expatriés Programme des Nations Unies pour le développement Base de données sur l éducation UNESCO/OCDE/Eurostat Dollar des États-Unis RESSERRER LES LIENS AVEC LES DIASPORAS : PANORAMA DES COMPÉTENCES DES MIGRANTS OCDE

15

16 Resserrer les liens avec les diasporas Panorama des compétences des migrants OCDE 212 Chapitre 1 Diasporas définitions, données et dynamiques La contribution potentielle de la diaspora au développement économique et social de son pays d origine dépend de nombreux facteurs, tels que la taille, le niveau de qualification moyen, la richesse, l ancienneté et le degré d organisation. Ce chapitre présente un panorama des diasporas, y compris les enfants d immigrés, dans les pays de l OCDE et aborde certains des principaux défis et opportunités impliqués pour canaliser leur potentiel économique afin de soutenir le développement des pays d origine. En se tournant vers l avenir, le chapitre présente également des données sur le désir d émigrer de différents groupes de population, sur la base des résultats de l Enquête mondiale Gallup. 1

17 1. DIASPORAS DÉFINITIONS, DONNÉES ET DYNAMIQUES Les migrations internationales ont augmenté de manière significative au cours des dernières décennies, passant de 77 millions d individus en 196 à 214 millions en 21, soit un accroissement de 177. La mondialisation, le progrès des technologies et les nouveaux moyens de communication ont contribué à cette tendance en faisant baisser les coûts financiers et personnels de la migration. Compte tenu de la taille des diasporas de migrants et du fait que les contacts avec les pays d origine sont grandement facilités, le potentiel des diasporas pour le développement de ces pays est devenu une question cruciale pour les pouvoirs publics et les agences de développement. Le manque d informations précises sur les diasporas (voir encadré 1.1), leur identité et leur localisation, leurs actions et la question de savoir quelles sont leurs aspirations pour l avenir constituent une entrave importante à la compréhension et à la promotion de leur Encadré 1.1. Définition de la notion de diaspora Traditionnellement, le terme de diaspora était associé à la notion de déplacement forcé. À ce jour, il existe de nombreuses définitions de ce terme incluant non seulement la population née à l étranger ou la population étrangère résidant à l étranger mais aussi leurs descendants. Sheffer (1986) inclut la notion de mémoire collective ou de lien sentimental avec le pays d origine. Ce lien sentimental avec le pays d origine se retrouve aussi dans la définition proposée par la Commission européenne (2) : «La diaspora d un pays donné englobe donc non seulement les ressortissants d un pays vivant à l étranger, mais aussi les migrants qui, vivant à l étranger, ont acquis la nationalité de leur pays de résidence (souvent en perdant leur nationalité d origine au cours du processus), et les enfants de migrants nés à l étranger, quelle que soit leur nationalité dès lors qu ils conservent une forme d engagement et/ou d intérêt pour leur pays d origine ou pour celui de leurs parents. Dans certains cas extrêmes, comme dans celui de la diaspora chinoise, les gens peuvent encore se sentir comme faisant partie de la diaspora de leur pays bien que leur famille vive dans un autre pays depuis plusieurs générations.» Cohen (1997) inclut dans sa définition différentes raisons de quitter le pays d origine dans un premier temps, souvent dans des conditions traumatisantes ou à la recherche d un emploi, avec une mémoire collective et un mythe bâtis autour de la patrie d origine et une idéalisation du foyer ancestral supposé. Les diasporas évoquées dans cette publication se limitent aux personnes nées à l étranger (âgées de 1 ans et plus) par pays de naissance, et à leurs enfants nés dans le pays de destination. Les informations sur ce dernier groupe se limitent toutefois à une simple comptabilisation, alors que les caractéristiques de la population née à l étranger sont beaucoup plus détaillées (pour plus d informations sur les caractéristiques de la population née à l étranger, voir l annexe A. Comme les données se réfèrent principalement à des personnes vivant dans les pays de l OCDE, cela implique qu en fonction de la taille de la population migrante vivant en dehors de la zone de l OCDE, la taille de la diaspora peut être plus ou moins sous-estimée. 16 RESSERRER LES LIENS AVEC LES DIASPORAS : PANORAMA DES COMPÉTENCES DES MIGRANTS OCDE 212

18 1. DIASPORAS DÉFINITIONS, DONNÉES ET DYNAMIQUES rôle pour le développement des pays d origine. L objet de la présente publication est de combler cette lacune en regroupant un large éventail d informations statistiques sur les populations migrantes et leurs enfants partout dans le monde par pays d origine, informations qui pourront aider les décideurs à adapter les politiques en fonction des groupes de population en question. Les diverses sources de données sur lesquelles s appuie cette publication sont compilées à partir des nombreuses et différentes bases de données de l OCDE ainsi que d autres sources non OCDE. Cette publication contient 14 notes par pays résumant : la taille des diasporas, y compris les enfants de migrants nés dans les pays de destination ; les caractéristiques des populations immigrées (genre, âge, niveau d instruction et résultats au regard du marché du travail) ; les effectifs et les principales destinations des étudiants internationaux ; les récents flux migratoires vers les pays de l OCDE ; et des informations sur le désir d émigrer de différents groupes de population. Les notes par pays sont regroupées en six régions : Asie et Océanie ; Amérique latine et Caraïbes ; Pays de l OCDE ; Europe hors OCDE et Asie centrale ; Moyen-Orient et Afrique du Nord ; et Afrique subsaharienne. La situation dans chaque région est présentée dans un chapitre distinct qui examine les tendances migratoires passées, les principales caractéristiques des diasporas originaires de la région considérée, ainsi que les évolutions futures et les défis à relever. Le potentiel des diasporas en tant que source de développement économique et social dans les pays d origine, et la question de savoir si elles pourraient être mobilisées pour favoriser le développement dépendent de leurs caractéristiques comme la taille, la composition, le niveau de compétences et le degré de concentration, mais aussi du niveau d intégration dans les pays de destination ainsi que de l environnement économique, politique et social des pays d origine. La première section de ce chapitre présente un panorama des diasporas actuelles, tandis que la deuxième examine les ressources potentielles en capital financier et humain des diasporas ; elle s efforce de résumer certains des principaux enjeux et opportunités pour les canaliser au profit du développement des pays d origine. La troisième section présente des données sur le désir d émigrer et les taux d émigration potentiels par pays d origine et pour différents groupes de population, en s appuyant sur l enquête mondiale de Gallup. 1. Profil des diasporas actuelles De nombreuses diasporas sont importantes et vont croissant La contribution potentielle des diasporas au développement économique et social de leur pays d origine dépend de nombreux facteurs comme leur taille, le niveau de compétences moyen, la santé, l ancienneté ou le degré d organisation, mais aussi des conditions prévalant dans le pays d origine et du soutien institutionnel qu elles reçoivent. Les gouvernements des pays d origine et de destination peuvent en effet favoriser l implication des diasporas en soutenant des réseaux, en facilitant la communication avec le pays d origine, en créant un environnement habilitant ou, plus directement, en facilitant la mobilité et l utilisation des compétences. À cet égard, la capacité à caractériser le profil des diasporas est déterminante. RESSERRER LES LIENS AVEC LES DIASPORAS : PANORAMA DES COMPÉTENCES DES MIGRANTS OCDE

19 1. DIASPORAS DÉFINITIONS, DONNÉES ET DYNAMIQUES Les plus grandes diasporas présentes dans la zone de l OCDE proviennent d autres pays de l OCDE, de pays asiatiques et de pays nord-africains En 2/6, 89 millions d immigrés vivaient dans un pays de l OCDE, représentant environ 46 de la population migrante totale de l ensemble du monde, soit une hausse de 23 par rapport à 2 (Widmaier et Dumont, 211). La plus grande partie de la population immigrée de la zone OCDE provenait d autres pays de l OCDE (38 millions), suivis de l Asie et de l Océanie (1 millions), de l Amérique du Sud et centrale (14 millions), de l Europe hors OCDE et d Asie centrale (11 millions) (graphique 1.1). Les migrants d Afrique subsaharienne, ainsi que ceux du Moyen-Orient et d Afrique du Nord ne représentaient que 4. et 7.8 respectivement de la population totale née à l étranger dans la zone OCDE, ce qui est nettement inférieur à leur part dans la population mondiale. Toutefois, les communautés migrantes d Afrique subsaharienne enregistrent la croissance la plus rapide, avec une augmentation de 39 en moyenne depuis 2, tandis que l émigration en provenance de la zone OCDE ne s est accrue que de 13. Au sein de l OCDE, les populations nées à l étranger les plus importantes proviennent du Mexique (11 millions), du Royaume-Uni (3.4 millions), d Allemagne (3 millions) et de Pologne (2.8 millions). Viennent ensuite l Inde et la Chine avec 2.7 millions de migrants chacune vivant dans la zone OCDE (graphique 1.1 et tableau 1.1). Graphique 1.1. Nombre d émigrants par pays d origine, 2/6 Source : Base de données de l OCDE sur les immigrés dans les pays de l OCDE (DIOC 2/6). Les données sur le nombre de migrants sont complétées par des données sur le nombre de leurs descendants nés dans les pays de destination. Si l on tient compte des enfants de migrants nés dans le pays de destination selon l origine des parents 1,la diaspora mexicaine présente dans la zone OCDE atteint une vingtaine de millions d individus. Viennent ensuite la diaspora italienne (.2 millions) et la diaspora allemande (4.1 millions) (graphique 1.2, tableau 1.1). Pour 31 pays d origine, le nombre de migrants et leurs enfants, dépasse le million. Au sein des populations migrantes, dans une sur cinq le nombre d enfants nés dans le pays de destination de parents immigrés est supérieur à celui de leurs parents. Ce schéma reflète l ancienneté de la migration et, partant, il est plus marqué pour les pays européens. Le nombre de descendants de migrants est nettement supérieur à celui des migrants de la première génération, c est le cas, par exemple, de l Irlande (69 ), de la Belgique (6 ) et 18 RESSERRER LES LIENS AVEC LES DIASPORAS : PANORAMA DES COMPÉTENCES DES MIGRANTS OCDE 212

20 1. DIASPORAS DÉFINITIONS, DONNÉES ET DYNAMIQUES Tableau 1.1. Indicateurs clés concernant les principaux groupes de migrants dans les pays de l OCDE Flux migratoires vers les pays de l OCDE en 21 (milliers) Transferts de fonds reçus en 21 (millions de dollars USD) Nombre total d étudiants internationaux en 29 (milliers) Diaspora 1 en 28 (milliers) Nombre de personnes âgées d au moins 1 ans (milliers) Taux de croissance depuis 2 () Population émigrée en 2/6 Femmes () 1-2 ans () Diplômés du supérieur () Taux d émigration 2 2/6 () Tauxd émigration des diplômés du supérieur 2/6 () Total OCDE Asie et Océanie Amérique latine et Caraïbes Europe hors OCDE et Asie centrale Moyen-Orient et Afrique du Nord Afrique subsaharienne Mexique Royaume-Uni Allemagne Pologne Inde Chine Turquie Philippines Fédération de Russie Italie Maroc Viêtnam Roumanie Corée Algérie Ukraine Portugal France Canada El Salvador La diaspora comprend les migrants et les enfants de migrants nés dans le pays et âgés d au moins 1 ans. Les pays destinataires de l OCDE incluent les pays européens de l OCDE, les États-Unis et l Australie. 2. Les taux d émigration sont définis comme la part de la population née dans un pays donné, vivant actuellement dans un pays de l OCDE, autre que son propre pays de naissance (voir annexe A). 3. Les pays de l OCDE sont tous inclus dans le total de l OCDE mais sont exclus des regroupements régionaux. 4. Y compris 277 étudiants dont le pays d origine n est pas précisé. Source : Base de données de l OCDE sur les migrations internationales ; données sur les transferts de fonds de la Banque mondiale ; Base de données de l OCDE sur l éducation ; Enquête sur les forces de travail de l Union européenne 28 ; Base de données de UNESCO/OCDE/Eurostat sur l éducation ; Enquête sur les forces de travail de l Union européenne de 28 ; Base de données de l OCDE sur les immigrés dans les pays de l OCDE (DIOC 2/6) RESSERRER LES LIENS AVEC LES DIASPORAS : PANORAMA DES COMPÉTENCES DES MIGRANTS OCDE

21 1. DIASPORAS DÉFINITIONS, DONNÉES ET DYNAMIQUES Graphique 1.2. Immigrés et enfants d immigrés nés dans le pays (1 ans et plus), par pays d origine, dans les pays de l OCDE, 28 Immigrés (nés à l étranger) Enfants d immigrés nés dans le pays Mexique Italie Allemagne Inde Royaume-Uni Pologne Turquie Chine Philippines Fédération de Russie Maroc Porto Rico Algérie Roumanie Viêtnam Portugal Irlande Canada France El Salvador Note : Les pays de destination de l OCDE traités dans ce graphique incluent tous les pays européens de l OCDE, les États Unis et l Australie. Source : Enquête sur les forces de travail de l Union européenne 28 ; Current Population Survey 28 (États Unis) ; Enquête Household Income and Labour Dynamics in Australia (HILDA) de l Italie (63 ). C est l inverse que l on observe pour les populations migrantes plus récentes, s agissant par exemple des Roumains (11 ), des Équatoriens (1 ) mais aussi des Chinois (2 ) et des Indiens (27 ). Souvent, les enfants d immigrés entretiennent un lien solide avec le pays de naissance de leurs parents. Ils peuvent y retourner pour de courtes périodes (tourisme diasporique), participer à des activités à but non lucratif, ou utiliser leurs compétences et leurs réseaux pour développer des activités commerciales spécifiques. Suivant la situation, un grand nombre de ces enfants peuvent avoir la nationalité du pays de naissance de leurs parents ou posséder plusieurs nationalités. Quoi qu il en soit, les effectifs importants et croissants de descendants de migrants dans les pays de l OCDE devraient manifestement être mieux pris en compte quand on élabore des politiques destinées à soutenir l engagement des diasporas. Les données présentées dans les notes par pays de cette publication concernant les enfants de migrants nés dans un pays de l OCDE représentent la première étape d une meilleure identification de la taille et de la localisation de ce groupe 2. Les destinations se sont diversifiées entre 2 et 2/6 Environ 42 des migrants de la zone OCDE vivent aux États-Unis, soit un peu moins qu en Europe (44 ). Globalement, la migration vers la zone OCDE semble légèrement plus dispersée en 2/6 qu en 2, l importance des cinq principaux pays de destination ayant décru de manière substantielle dans les effectifs globaux de migrants par région d origine (graphique 1.3). Cette tendance s observe pour tous les pays d origine, sauf pour les migrants originaires d Europe hors OCDE et d Asie centrale, notamment en raison de l importance croissante de l Allemagne comme principal pays de destination. L Espagne a enregistré une hausse importante des effectifs de migrants en provenance d Amérique latine et des 2 RESSERRER LES LIENS AVEC LES DIASPORAS : PANORAMA DES COMPÉTENCES DES MIGRANTS OCDE 212

22 1. DIASPORAS DÉFINITIONS, DONNÉES ET DYNAMIQUES Graphique 1.3. Part des cinq principaux pays de destination dans l effectif total des immigrés âgés d au moins 1 ans, par région d origine, 2 et 2/6 2 2/6 Asie et Océanie Europe hors OCDE et Asie centrale États-Unis Allemagne Canada États-Unis Royaume-Uni Israël Australie Italie Japon Grèce Afrique du Nord et Moyen-Orient OCDE France États-Unis États-Unis Allemagne Espagne Canada Israël France Italie Australie Amérique latine et Caraïbes Afrique subsaharienne États-Unis États-Unis Espagne Royaume-Uni Canada France Royaume-Uni Portugal Italie Canada Source : Base de données de l OCDE sur les enfants d immigrés dans les pays de l OCDE (DIOC 2 et 2/6) Caraïbes, ainsi que, dans une moindre mesure, d Europe hors OCDE et d Asie centrale. En 2/6, le Royaume-Uni est devenu la nouvelle destination principale des migrants provenant d Afrique subsaharienne, passant devant les États-Unis. Le tableau par pays d origine pris individuellement est plus divers encore. Les migrants de Chine, de Roumanie et de Pologne, par exemple, ont diversifié leurs destinations tandis que les populations de migrants originaires d Inde, de la Fédération de Russie ou de Turquie semblent plus concentrées en 2/6 qu en 2. RESSERRER LES LIENS AVEC LES DIASPORAS : PANORAMA DES COMPÉTENCES DES MIGRANTS OCDE

23 1. DIASPORAS DÉFINITIONS, DONNÉES ET DYNAMIQUES Les pays d Amérique latine et des Caraïbes enregistrent les taux d émigration totaux les plus élevés En 2/6, environ 2 de la population mondiale âgée de 1 ans et plus vivait dans un pays de l OCDE et non plus dans son pays d origine. Les taux d émigration les plus élevés 3 sont observés dans les pays d Amérique latine et des Caraïbes (4.3 ), et les plus faibles en Asie (.6 ) (tableau 1.1), mais les taux d émigration totaux varient considérablement d un pays à l autre, ainsi qu à l intérieur d une même région. Le taux d émigration du Maroc, par exemple, est proche des 9 alors que les chiffres correspondants pour l Afrique du Nord et l Afrique subsaharienne sont respectivement de 2.2 et.9. Les plus forts taux d émigration sont généralement enregistrés dans les pays à faible population, notamment dans les petits États insulaires. En 2/6, un tiers des personnes nées à la Jamaïque vivaient dans un pays de l OCDE, et plus de 2 de la population originaire du Cap-Vert, de Trinité-et-Tobago, de Malte ou des Fidji y résidaient également. En revanche, les grands pays comme l Inde, la Chine, les États-Unis, l Indonésie, le Brésil, le Japon, le Bangladesh, le Pakistan ou le Nigéria comptaient tous moins de.1 de leur population dans cette zone. Parmi les 3 grands pays (ayant une population âgée de 1 ans et plus de plus de 2 millions d individus), le Mexique est le seul pays affichant un taux d émigration à deux chiffres (13 ). Les pays à forte croissance de population enregistrent généralement des augmentations limitées, voire des baisses de leur taux d émigration entre 2 et 2/6. Par exemple, les pays d Afrique de l Est comme le Rwanda, le Burundi et l Érythrée ont connu une augmentation très rapide de leur population entre 2 et 2 /6, mais des changements limités de leurs taux d émigration. De la même façon, les populations de Syrie, de Jordanie et du Yémen ont augmenté de plus de 18 au cours de la période considérée mais n ont guère connu de modification de leur émigration totale. Paradoxalement, les pays ayant contribué le plus à l accroissement de l immigration dans la zone OCDE n affichent pas forcément de forte dynamique démographique. C est le cas, par exemple, des pays d Europe centrale et orientale, de la Chine et du Mexique. Les plus importants flux de migrants proviennent d autres pays de l OCDE et de Chine En 21, environ millions de personnes sont venues s installer dans la zone OCDE 4. Un migrant sur trois provenait d un autre pays de l OCDE, représentant les plus importants flux d entrées, soit 1.6 million de personnes. Viennent ensuite les migrants originaires d Asie, avec 1.3 million de personnes. Les flux migratoires en provenance de toutes les régions ont augmenté depuis 2, surtout ceux en provenance d autres pays de l OCDE ou d Asie (graphique 1.4). Les flux en provenance d Amérique latine et des Caraïbes ont atteint un sommet en 26 mais sont retombés à leur niveau de 2 en 21, en raison de la grande récession qui a durement frappé les deux grands pays de destination que sont les États-Unis et l Espagne. Les flux migratoires en provenance d Europe hors OCDE et d Asie centrale ont fortement augmenté en 27, à la suite de l adhésion de la Bulgarie et de la Roumanie à l Union européenne, mais ont baissé depuis jusqu à retrouver leur niveau de 2 en 21. Bien que les flux migratoires en provenance d Afrique subsaharienne et des pays du Moyen-Orient et d Afrique du Nord soient les plus faibles en nombre absolu, ils ont presque doublé entre 2 et 21. En 21, la Chine est à elle seule le pays d origine le plus important (8 personnes). Viennent ensuite la Roumanie (277 ), l Inde (228 ), la Pologne (221 ) et le Mexique (18 ). 22 RESSERRER LES LIENS AVEC LES DIASPORAS : PANORAMA DES COMPÉTENCES DES MIGRANTS OCDE 212

24 1. DIASPORAS DÉFINITIONS, DONNÉES ET DYNAMIQUES Graphique 1.4. Flux migratoires vers les pays de l OCDE par région d origine, Asie et Océanie OCDE Europe hors OCDE et Asie centrale Amérique latine et Caraïbes Afrique du Nord et Moyen-Orient Afrique subsaharienne Note : Ce graphique ne comprend pas les flux migratoires intra-européens pour la France et le Portugal. Source : Base de données de l OCDE sur les migrations internationales Les principaux pays de destination sont les États-Unis (2 ), l Allemagne (11 ), l Espagne (9 ), l Italie (8 ) et le Royaume-Uni (6 ). Les flux migratoires en provenance de la zone OCDE sont plus dispersés que ceux en provenance d autres régions. Les flux migratoires d Amérique latine et des Caraïbes sont essentiellement concentrés, notamment aux États-Unis, en Espagne et, dans une moindre mesure, en Italie. Les diasporas sont principalement composées de personnes en âge de travailler et d actifs Les jeunes sont surreprésentés dans les communautés migrantes originaires d Europe hors OCDE, d Asie centrale et d Afrique subsaharienne Les jeunes migrants (personnes nées à l étranger âgées de 1 à 24 ans) ne représentent que 12 de la population totale émigrée âgée de 1 ans et plus. Toutefois, les jeunes sont surreprésentés dans les populations migrantes originaires d Europe hors OCDE et d Asie centrale (16 ) et d Afrique subsaharienne (1 ). Parmi les migrants originaires de la Fédération de Russie, un sur cinq se situe dans la tranche d âge des 1 à 24 ans. En revanche, les migrations en provenance d Italie ou d Algérie, qui ont eu lieu principalement dans les années 6 et 7, se caractérisent par des parts relativement faibles de jeunes (3 et respectivement). Les migrants originaires d Amérique latine et d Afrique subsaharienne affichent des résultats plus favorables au regard du marché du travail Dans la zone OCDE, le rapport moyen emploi/population des migrants (1 à 64 ans) atteignait 9 en 2/6. Toutefois, les résultats des immigrés au regard du marché du travail varient sensiblement suivant la région et le pays d origine. L emploi moyen (pondéré) régional le plus élevé s observe chez les migrants originaires d Amérique latine ainsi que d Afrique subsaharienne, se situant à 6 dans les deux cas. Les populations migrantes de Namibie, du Zimbabwe, du Mozambique et d Afrique du Sud comptent parmi les populations qui présentent le taux d emploi le plus élevé de la zone OCDE, plus de 7 en l occurrence. Les taux d emploi les plus faibles s observent dans les diasporas issues du RESSERRER LES LIENS AVEC LES DIASPORAS : PANORAMA DES COMPÉTENCES DES MIGRANTS OCDE

25 1. DIASPORAS DÉFINITIONS, DONNÉES ET DYNAMIQUES Proche-Orient et d Afrique du Nord, notamment d Arabie saoudite, du Qatar, de Lybie et d Algérie (moins de 4 chaque). La configuration en termes de taux de chômage est tout à fait similaire. En moyenne, les taux de chômage les plus élevés pour la population née à l étranger âgée de 1 à 64 ans s observent parmi les groupes originaires des pays du Moyen-Orient et d Afrique du Nord (17 ). Les taux de chômage les plus faibles sont enregistrés parmi les migrants originaires d Asie ou d Océanie (7 ) et de pays de l OCDE (8 ). La région la plus hétérogène à cet égard est l Afrique subsaharienne. Les migrants d Afrique du Sud (4 ), de Tanzanie et du Mozambique (6 chacun) se trouvent dans une situation relativement bonne dans les pays de l OCDE, mais ceux originaires des Comores (3 ), du Rwanda (27 ) et de la République démocratique du Congo (24 ) sont confrontés à des taux de chômage particulièrement élevés. Les écarts entre pays en termes de résultats sur le marché du travail reflètent largement les différences de situation du marché du travail dans les pays de destination, mais sont également liés aux caractéristiques de la migration, selon la catégorie d entrée, la durée du séjour et les principales caractéristiques socio-économiques. Dans de nombreux pays de l OCDE, avant la crise économique récente, les pénuries de main-d œuvre et les difficultés de recrutement s aggravaient dans les métiers faiblement qualifiés de l agriculture, du bâtiment, du nettoyage industriel et des services ménagers. Certains pays avaient enregistré d importants flux d entrée de migrants de travail dans ces métiers, mais les travailleurs étrangers qui prenaient ces emplois n étaient pas nécessairement peu instruits, loin s en faut, d où le phénomène d inadéquation entre l offre et la demande de compétences représenté par la «surqualification». Les travailleurs migrants très qualifiés tendent à être plus exposés à ce problème que leurs homologues autochtones. En moyenne, dans la zone OCDE, 3 des immigrés titulaires d un diplôme universitaire occupaient des postes intermédiaires ou faiblement qualifiés, contre 21 des autochtones. Le chiffre a augmenté de plus de quatre points de pourcentage pour les personnes nées à l étranger entre 2 et 2/6, et l écart par rapport aux autochtones s est creusé. Il faut être circonspect quand on compare les niveaux de surqualification car ceux-ci peuvent être influencés par les différences entre les classements nationaux des systèmes éducatifs ou des professions. Néanmoins, les inadéquations semblent poser davantage de problèmes pour les immigrés présents dans les pays d Europe du Sud et en Irlande, pays où les flux d immigration sont relativement récents. Il en va de même, par exemple, du Royaume-Uni où le taux de surqualification a augmenté de plus de dix points de pourcentage entre 2 et 2/6, en partie à cause de l afflux de travailleurs hautement qualifiés originaires des nouveaux États membres de l Union européenne (UE) dans le contexte de l élargissement de 24 de l UE. Ce phénomène se reflète aussi dans le fort taux de surqualification des migrants originaires d Europe hors OCDE et d Asie centrale présents dans la zone de l OCDE, 49 de travailleurs hautement qualifiés exerçant des métiers peu ou moyennement qualifiés. Comment renforcer l impact des migrants sur le marché du travail du pays d origine Des populations immigrées bien intégrées dans les pays de destination accroissent le rôle que les diasporas peuvent jouer dans les pays d origine, grâce aux actifs et à l épargne accumulés, et grâce aussi aux compétences professionnelles spécifiques acquises à l étranger. Les investissements personnels ou à caractère entrepreneurial dans les pays d origine, financés par l épargne des migrants, pourraient être favorisés par des conditions d investissement favorables, une bonne infrastructure, la transparence des procédures 24 RESSERRER LES LIENS AVEC LES DIASPORAS : PANORAMA DES COMPÉTENCES DES MIGRANTS OCDE 212

26 1. DIASPORAS DÉFINITIONS, DONNÉES ET DYNAMIQUES juridiques, ainsi qu une meilleure information sur la manière de monter des projets et des entreprises en sachant où se trouvent les opportunités. Cela inclut de lever les restrictions à l achat de propriétés par les non-résidents (comme cela a été fait en Inde, en 23) ; de mettre en place des incitations fiscales à l investissement ; d aider les migrants de retour à créer de petites entreprises et, ainsi, à créer de l emploi ; ou d encourager par des incitations les membres de la diaspora à investir dans les entreprises détenues auparavant par l État. Les autorités du pays d origine pourraient mettre en place des dispositifs d investissement personnel (pour l achat d une maison, par exemple), offrir une assistance technique et fournir des informations. Plus généralement, il est important d améliorer l environnement de l entreprise et de sensibiliser les investisseurs résidents étrangers potentiels, y compris les émigrés, aux débouchés existants. Une partie de la diaspora peut souhaiter rentrer dans son pays de manière permanente. Pour maximiser les avantages d un retour des migrants, des programmes de réinsertion et des conseils personnalisés avant et après le retour sont essentiels. Cela peut inclure l aide pour trouver des capitaux à investir et l assistance pour trouver des emplois adéquats permettant aux migrants d exploiter pleinement leurs compétences, notamment celles acquises à l étranger. L Inde et la Chine sont des exemples de pays d origine ayant favorisé les retours, ce qui a permis un large transfert de savoir vers l économie du pays de départ. Les compétences et le capital social acquis à l étranger peuvent aussi aider à favoriser la recherche et le développement technologique dans le pays d origine. Il subsiste, toutefois, d importants obstacles qui concernent l accès à l information sur les débouchés, la possibilité de transférer les droits constitués dans le pays hôte tels que les droits à pension de retraite, outre les difficultés que peut poser aux parents l intégration des enfants de migrants nés et éduqués dans le pays hôte. 2. L apport financier et humain des diasporas De nombreux migrants ont un haut niveau de qualification Toutefois, les migrants ayant un faible niveau de qualification sont encore les plus nombreux, avec plus de 32 millions d individus en 2/6, tandis qu environ 26 millions d immigrés titulaires d un diplôme universitaire vivaient alors dans la zone OCDE. En moyenne, un tiers de la population migrante résidant dans la zone possèdent un bon niveau de qualification, et sont au moins titulaires d un diplôme du premier cycle de l enseignement supérieur. Près de la moitié des migrants asiatiques ont un haut niveau de qualification, et la proportion est d environ 36 chez les migrants originaires d Afrique subsaharienne, alors que, parmi les migrants originaires d autres régions, environ un sur quatre seulement possède un diplôme universitaire. Les communautés immigrées comptant la part la plus élevée de diplômés du supérieur proviennent du Taipei chinois (7 ), d Inde (63 ) et du Nigéria (61 ). Les populations émigrées les moins qualifiées, comptant moins de 1 de diplômés du supérieur, sont originaires du Mexique (7 ), de Turquie (8 ) ou du Portugal (9 ). En chiffres absolus, les migrants très instruits sont originaires d Inde (1.7 million), du Royaume-Uni (1.3 million), des Philippines (1.3 million), de Chine (1.2 million) et d Allemagne (1 million) (graphique 1.). Ces cinq grands groupes représentent environ 26 de tous les migrants diplômés de l enseignement supérieur dans la zone OCDE. Depuis 2, le nombre de migrants ayant fait des études supérieures dans la zone OCDE a sensiblement augmenté. Parmi les plus importantes populations émigrées, le taux de croissance de la population des personnes ayant un haut niveau de qualification est RESSERRER LES LIENS AVEC LES DIASPORAS : PANORAMA DES COMPÉTENCES DES MIGRANTS OCDE 212 2

27 1. DIASPORAS DÉFINITIONS, DONNÉES ET DYNAMIQUES Graphique 1.. Effectifs et part des immigrés diplômés du supérieur, dans la zone OCDE, par principaux pays d origine, 2 et 2/6 Effectifs en 2/6 (échelle de gauche) Effectifs en 2 (échelle de gauche) Part dans la population immigrée totale en 2/6 (échelle de droite) Pourcentage Inde Royaume-Uni Philippines Chine Allemagne Mexique Fédération de Russie Pologne Corée Ukraine Canada France États-Unis Viêtnam Roumanie Source : Base de données sur les immigrés dans les pays de l OCDE (DIOC 2 et 2/6) supérieur à 6 chez les Indiens (67 ), les Mexicains (69 ), les Polonais (61 ) et les Roumains (63 ). Pour une quinzaine de pays assez divers (Équateur, Malawi, Afghanistan ou Bulgarie), le nombre d émigrés très qualifiés a même doublé entre 2 et 2/6. Une large part du total des étudiants internationaux provient de Chine, d Inde ou de Corée Sur les près de 2. millions d étudiants internationaux que compte la zone OCDE en 29, environ 4 viennent d Asie et plus de 3 d autres pays de l OCDE. Les étudiants internationaux provenant d autres régions ne représentent qu entre et 8 du total. Le nombre d étudiants chinois dans la zone OCDE est de loin le plus élevé, soit près d un demi-million d étudiants internationaux. Viennent ensuite deux autres pays asiatiques, l Inde et la Corée, avec respectivement 18 et 119 personnes. Les pays qui se classent juste après, l Allemagne et la France, se situent très en deçà de ces chiffres avec 67 et étudiants internationaux vivant dans d autres pays de l OCDE. Les étudiants internationaux préfèrent généralement les pays anglophones de l OCDE, notamment les États-Unis, le Royaume-Uni et l Australie qui, pris ensemble, accueillent 6 de tous les étudiants internationaux de la zone OCDE. Fuite des cerveaux Dans toutes les régions d origine, hors zone OCDE, les personnes ayant un haut niveau de qualification sont davantage susceptibles d émigrer vers les pays membres de l OCDE que le reste de la population. Les taux d émigration des personnes nées dans la zone OCDE ayant un haut niveau de qualification sont les plus faibles comparés à d autres régions, et ils se situent au même niveau que les taux d émigration de la population totale provenant de la zone OCDE (3.8 ) (graphique 1.6). L Afrique subsaharienne (13.3 ), ainsi que 26 RESSERRER LES LIENS AVEC LES DIASPORAS : PANORAMA DES COMPÉTENCES DES MIGRANTS OCDE 212

28 1. DIASPORAS DÉFINITIONS, DONNÉES ET DYNAMIQUES Graphique 1.6. Taux d émigration des personnes diplômées du supérieur, par pays d origine, 2/6 Taux d émigration () Source : Base de données de l OCDE sur les immigrés dans les pays de l OCDE (DIOC 2/6) ; Barro, R. et J.-W. Lee (21), «A New Data Set of Educational Attainment in the World, 19-21», NBER Working Paper n o 192, Cambridge, MA. l Amérique latine et les Caraïbes (1.6 ) sont les régions affichant le plus fort taux d émigration de personnes hautement qualifiées. Quant aux pays d origine pris individuellement, plus de 7 des personnes hautement qualifiées nées à la Barbade, en Guyane, à Haïti ou à Trinité-et-Tobago vivent dans la zone OCDE. L expatriation des personnes très qualifiées est particulièrement problématique dans certaines professions, en particulier s agissant des professionnels de la santé issus de petits pays (encadré 1.2). Encadré 1.2. L exode des personnels médicaux Dans les pays de l OCDE, ce sont les pays asiatiques non membres de l OCDE qui fournissent le plus gros contingent de médecins nés à l étranger (soit environ 164 personnes en 2). Viennent ensuite, comme pays d origine, les pays de l OCDE, avec 1 médecins nés à l étranger travaillant dans d autres pays de l OCDE (annexe C). Quant au nombre d infirmières nées à l étranger, les pays d origine membres de l OCDE se classent au premier rang, avec environ 232 infirmières travaillant dans d autres pays de l OCDE, tandis qu environ 189 infirmières nées dans des pays asiatiques non membres de l OCDE travaillent dans la zone OCDE. Les infirmières nées aux Philippines (11 ) et les médecins nés en Inde (6 ) représentent chacun environ 1 de tous les médecins et infirmières expatriés dans la zone OCDE. Le Royaume-Uni et l Allemagne se placent en deuxième et en troisième positions, en tant que pays d origine, pour les infirmières et les médecins nés à l étranger travaillant dans la zone OCDE. Environ la moitié des médecins et infirmières nés à l étranger travaillent aux États-Unis, près de 4 en Europe et le reste en Australie et au Canada. Les taux d émigration des médecins sont particulièrement élevés dans les Caraïbes et dans un certain nombre de pays d Afrique tels que le Mozambique, l Angola, la Sierra Leone, la Tanzanie et le Liberia. Près de la moitié des médecins qui sont nés dans ces pays travaillaient dans la zone OCDE en 2. Dans certains de ces pays, le fort taux d émigration se conjugue avec de faibles effectifs de médecins dans le pays de départ, ce qui entraîne une situation alarmante pour le secteur de la santé sur le plan national. D un autre côté, pour les grands pays d origine comme l Inde ou la Chine, le nombre important de professionnels de la santé travaillant à l étranger ne semble pas affecter particulièrement leur densité sur le plan national, du moins au niveau agrégé. Des données plus récentes indiquent une nouvelle augmentation du nombre de professionnels de la santé nés à l étranger travaillant dans la zone OCDE. Vers 2, le nombre de médecins formés en Inde atteignait 7 environ et le nombre de ceux formés au Pakistan et au Canada 19 dans chaque cas, si l on considère uniquement les deux principaux pays de destination que sont les États-Unis et le Royaume-Uni. Source : Voir OCDE (28), Les personnels de santé dans les pays de l OCDE. Comment répondre à la crise imminente? Éditions OCDE, Paris et RESSERRER LES LIENS AVEC LES DIASPORAS : PANORAMA DES COMPÉTENCES DES MIGRANTS OCDE

29 1. DIASPORAS DÉFINITIONS, DONNÉES ET DYNAMIQUES Bien que les niveaux d études atteints aient augmenté dans la plupart des pays d origine, les taux d émigration des personnes hautement qualifiées ont aussi progressé. Cela indique que les flux de sortie des diplômés du supérieur ont augmenté plus rapidement que l effectif des diplômés dans leur pays d origine. Le taux d émigration des personnes hautement qualifiées a augmenté sensiblement dans les pays à revenu moyen supérieur, passant de 3.6 en 2 à.2 en 2/6, mais aussi dans les pays à bas revenu (où il est passé de 4.2 à.4 ). C est au Congo, au Zimbabwe et au Malawi qu on observe les plus fortes progressions des taux d émigration des personnes hautement qualifiées : les taux pour ces pays étaient supérieurs d environ 2 points de pourcentage en 2/6 à ceux enregistrés en 2. L Afrique du Nord est la seule région dans laquelle on enregistre un léger recul des taux d émigration des personnes hautement qualifiées, recul qui s explique principalement par la baisse enregistrée au Maroc. Dans ce pays, l augmentation rapide de la proportion de personnes hautement qualifiées n a pas été absorbée par l accroissement du flux global d émigration et par l émigration sélective. Les femmes diplômées du supérieur affichent des taux d émigration plus élevés que ceux des hommes En moyenne, 1 des migrants vivant dans les pays de l OCDE en 2/6 étaient des femmes. Ces dernières sont surreprésentées au sein des populations migrantes européennes non membres de l OCDE (4 ), des populations asiatiques (3 ) ainsi que parmi celles d Amérique du Sud et centrale (3 ). En revanche, les hommes sont plus susceptibles d émigrer du Moyen-Orient et d Afrique du Nord (4 ). La part des femmes est supérieure à 6 pour trois pays d Asie (Thaïlande, Japon et Philippines) mais aussi pour la Finlande. La part des femmes parmi les émigrés peut s expliquer par des antécédents migratoires historiques, celles-ci étant surreprésentées dans les vagues plus anciennes et les vagues récentes de migration. De surcroît, les caractéristiques des politiques migratoires (possibilité de migration familiale et regroupement familial, par exemple) mais aussi les besoins des marchés du travail (secteurs ou métiers dans lesquels l emploi des femmes domine comme les services ménagers ou le secteur des soins) ont dans certains pays davantage encouragé les femmes que les hommes à s expatrier. Dans environ les deux tiers des pays d origine, le taux d émigration des femmes très qualifiées est supérieur à celui de leurs homologues masculins. Les écarts entre les genres sont les plus marqués dans les pays d Afrique subsaharienne comme le Malawi, la Sierra Leone ou le Zimbabwe. L émigration des femmes très qualifiées est plus marquée dans les pays à faible revenu, et a encore augmenté entre 2 et 2/6 par rapport à celle des hommes très qualifiés. Cela tient peut-être au fait que les inégalités entre sexes dans les pays pauvres sont généralement plus nettes, d où de plus fortes incitations à émigrer pour aller chercher ailleurs de meilleurs débouchés, et un éventuel rendement plus élevé de la migration pour les femmes. Mobiliser les compétences des migrants au service du développement dans les pays d origine Lorsque les conditions s y prêtent, le capital humain des diasporas peut constituer une importante source de développement économique dans les pays d origine. Les réseaux de recherche et de savoir des diasporas (Diaspora Knowledge Networks ou DKN) facilitent les transferts de connaissances, de compétences et d expertise, ainsi que la création de réseaux d entreprises. Dans les réseaux de recherche, les principaux acteurs sont les membres de la 28 RESSERRER LES LIENS AVEC LES DIASPORAS : PANORAMA DES COMPÉTENCES DES MIGRANTS OCDE 212

30 1. DIASPORAS DÉFINITIONS, DONNÉES ET DYNAMIQUES diaspora, qui sont devenus des dirigeants clés dans les entreprises concernées et disposent d importants réseaux d entreprises ainsi que d influence pour promouvoir l entrepreneuriat en diaspora. Les programmes offrent la mise en réseau, le suivi, la formation et l investissement ainsi que le capital-risque et les partenariats (Newland et Tanaka, 21). Le potentiel de ces réseaux peut être illustré par la réussite du réseau Globalscot 6,animépar Scottish Enterprise. Ce réseau rassemble quelque 6 Écossais partout dans le monde qui utilisent leur expertise, leurs contacts et leur influence pour aider les entreprises basées en Écosse à y développer des projets. Le réseau, qui est interdisciplinaire, identifie de nouveaux projets et met en contact des organisations (MacRae et Wright, 26). Les réseaux DKN peuvent aider à profiter de la présence d expatriés très qualifiés au travers de réseaux dans lesquels la diaspora scientifique s engage comme partenaire du développement du pays d origine, à savoir des programmes de partenariat de recherche ou l investissement dans des projets de recherche (Wickramasekara, 29). Le South Africa Network of Skills Abroad (SANSA), créé par l Université du Cap, l Institut de recherche et développement et l Agence Française de Développement (AFD), est un exemple de DKN qui relie entre eux des universitaires, des chercheurs et d autres personnes travaillant dans la science et la technologie en Afrique du Sud et des émigrés vivant à l étranger (Marks, 24). Généralement, les réseaux des diasporas ont besoin du soutien des gouvernements des pays d origine pour se développer et se pérenniser. En outre, des alliances persistantes avec des acteurs du développement bien établis devraient être formées et des projets de développement collectifs créés ou mis en œuvre par des organisations diasporiques, et leurs membres devraient bénéficier d un soutien (de Haas, 26). Les compétences et le savoir peuvent être transférés lors des retours dans le pays d origine, même temporaires. Le projet néerlandais IntEnt destiné aux entrepreneurs migrants et le Programme TOKTEN (Transfert des connaissances par l intermédiaire des expatriés) du PNUD sont des exemples intéressants de programmes visant à favoriser la mobilité des compétences sans imposer le retour. Ils ramènent le savoir, l expertise et l expérience d émigrés qualifiés dans le pays d origine par le biais de missions de conseil de courte durée. Une autre initiative bien connue est le Programme MIDA (Migration pour le développement en Afrique) axé sur «la circulation des cerveaux» et le retour temporaire. Une évaluation du Programme du MIDA pour les Grands Lacs, réalisée en 28, a révélé le peu d intérêt que les diasporas portent au transfert virtuel des compétences et que la mise en œuvre de capacités par des volontaires virtuels est contrainte par un accès limité à des ordinateurs ou à Internet. Ces projets de renforcement des capacités ont en fait besoin d être développés en coopération avec les gouvernements des pays d origine. En outre, il serait nécessaire de procéder à une évaluation plus systématique de l impact de ces programmes qui, souvent, demeurent limités du point de vue de leur portée (Terrazas, 21). Les diasporas disposent de ressources financières substantielles En 21, à l échelle mondiale, la plupart des transferts de fonds ont été opérés à destination de l Asie et des pays de l OCDE. Ces transferts sont respectivement neuf et sept fois supérieurs aux transferts vers l Afrique subsaharienne, et environ quatre fois supérieurs à ceux effectués vers d autres régions. Les flux de transferts les plus importants ont pour destination l Inde ou la Chine (4 et 3 milliards USD respectivement en 21). Ensemble, ces flux financiers sont légèrement inférieurs à la totalité des transferts de fonds vers l Amérique latine (38 milliards USD), l Europe hors OCDE et l Asie centrale (37 milliards USD), le Moyen-Orient et l Afrique du RESSERRER LES LIENS AVEC LES DIASPORAS : PANORAMA DES COMPÉTENCES DES MIGRANTS OCDE

31 1. DIASPORAS DÉFINITIONS, DONNÉES ET DYNAMIQUES Nord (36 milliards USD), et l Afrique subsaharienne (19 milliards USD). Dans les petits pays et les pays en développement, les transferts de fonds peuvent jouer un rôle important dans les revenus des ménages. De fait, dans une dizaine de pays, ces transferts représentent plus de 2 du PIB par habitant (3 au Tadjikistan, 24 au Lesotho, 23 au Népal, 22 au Liban et 21 au Kirghizistan). Les flux de transferts de fonds vers toutes les régions ont plus que doublé entre 2 et 21, les hausses les plus fortes ayant été enregistrées en Europe hors OCDE et en Asie centrale (+466 ), en Asie et en Océanie (+428 ) et en Afrique subsaharienne (+37 ), et les hausses les plus faibles, quoique non négligeables, dans les pays de l OCDE (+131 ), en Amérique latine et dans les Caraïbes (+18 ). Toutefois, toutes les régions sauf l Asie ont vu diminuer les transferts à la suite des crises financières de 28. Le plus fort impact des crises a été observé dans le cas des flux vers les pays de l OCDE et les pays européens non membres de l OCDE, ainsi que vers l Asie centrale où les transferts de fonds ont diminué le plus en termes absolus entre 28 et 29 (respectivement 13.3 et 1.2 milliards USD). De 29 à 21, les transferts vers toutes les régions ont recommencé à augmenter, sans toutefois atteindre leur niveau d avant les crises. Mobiliser les transferts de fonds pour le développement des pays d origine Les transferts de fonds par les migrants à l intention de leur famille restée au pays représentent une filière par l intermédiaire de laquelle les diasporas peuvent avoir un impact sur leur pays d origine. Ces transferts représentent une des plus importantes sources de devises. Mais ce sont principalement des flux privés, intrafamiliaux, avec des effets directs positifs sur la situation socioéconomique des bénéficiaires, mais leur impact macroéconomique est moins évident (OCDE, 2 ; Adams et Page, 2 ; Torres et Kuznetsov, 26 ; Fajnzylber et López, 27). En outre, les effets potentiellement positifs des transferts de fonds sur la communauté par le biais, par exemple, d effets démultiplicateurs à court terme, devraient n être que limités car l argent est en grande partie utilisé pour la consommation de base. Toutefois, de plus en plus de données font penser que les transferts de fonds sont aussi largement utilisés pour investir dans l éducation et la santé, notamment celles des enfants, avec un impact direct sur l accumulation de capital humain. Les associations communautaires ou de la ville d origine (hometown associations ou HTA) peuvent jouer un rôle important en recueillant les fonds transférés au profit des communautés locales. Les HTA regroupent les transferts en se basant sur un réseau organisé d émigrants originaires du même village, du même État ou de la même région. Leur utilisation est souple et ils peuvent être ciblés sur des investissements spécifiques suivant les besoins locaux. Bien qu il n existe pas d estimation systématique du flux des transferts communautaires, il semble qu ils ne représentent qu une faible part des flux totaux. Toutefois, même modestes, les transferts de fonds peuvent avoir un impact positif sur l infrastructure locale et le développement, comme l illustre le célèbre programme mexicain du «tres por uno». Mais, dans bien des cas, la durabilité de ces projets constitue un défi important. Pour favoriser les flux de transferts de fonds, les diasporas devraient être mieux informées sur les mécanismes et le coût de ces envois. Plusieurs pays de l OCDE et des organisations internationales ont mis au point des portails internes où les migrants peuvent facilement comparer les coûts d envoi de fonds, aidant, par le biais de ces outils, à accroître la concurrence entre les différents fournisseurs de ce type de services. 3 RESSERRER LES LIENS AVEC LES DIASPORAS : PANORAMA DES COMPÉTENCES DES MIGRANTS OCDE 212

32 1. DIASPORAS DÉFINITIONS, DONNÉES ET DYNAMIQUES 3. Prospective : le profil des migrants potentiels 7 Pour mieux illustrer les tendances émergentes dans la formation possible de diasporas et l évolution probable des diasporas mondiales, Gallup recueille des données sur le désir d émigrer par pays d origine et selon différentes caractéristiques sociodémographiques. Cette information permet d identifier les pays d origine principalement affectés par l émigration, les groupes de population qui sont les plus enclins à émigrer et la manière dont cette évolution peut modifier les profils des diasporas actuelles. Les résultats de ces recherches sont présentés dans la section suivante. Qui sont les migrants potentiels? Gallup a collecté des données sur le désir d émigrer dans 146 pays entre 28 et 21. Dans le monde, environ 14 des adultes, soit environ 63 millions d individus âgés de 1 ans et plus, aimeraient s installer de manière permanente dans un autre pays s ils en avaient la possibilité. Toutefois, moins d un sur dix (soit environ 48 millions d individus âgés de 1 ans et plus) prévoit de partir au cours de l année qui suit, et moins de la moitié d entre eux (environ 19 millions d individus) en sont déjà au stade des préparatifs, demande de visa ou achat de titres de transport par exemple (graphique 1.7). Graphique 1.7. Personnes qui souhaitent, projettent et préparent la migration, 28-1 Millions de la population âgée de 1 ans et + 8 de ceux qui souhaitent émigrer 39 de ceux qui projettent d émigrer Souhaitent émigrer Envisagent d émigrer dans les Ont déjà effectué des préparatifs 12 prochains mois Note : L Enquête mondiale Gallup a été effectuée dans 146 pays de 28 à 21. Source : Enquête mondiale Gallup Les gens sont plus enclins à exprimer leur souhait de migrer pour exercer un emploi temporaire que pour occuper un emploi permanent Les gens sont près de deux fois plus enclins à dire qu ils voudraient émigrer pour occuper un emploi temporaire (26 ) plutôt que s expatrier de manière permanente (14 ). Sur les 119 pays et régions ayant fait l objet d une enquête en 29 et 21, 1.1 milliard d individus, selon les estimations, désirent migrer pour travailler de façon temporaire dans un autre pays. Toutefois, les profils de ceux qui souhaiteraient s expatrier de façon temporaire et de ceux qui voudraient partir pour occuper un emploi permanent sont analogues. Les migrants temporaires potentiels sont généralement jeunes, possèdent un niveau d éducation secondaire sinon plus, et sont habituellement sous-employés. Globalement, les hommes sont plus enclins que les femmes à dire qu ils voudraient s expatrier pour travailler de façon temporaire, mais l écart homme-femme se réduit parmi les personnes appartenant à la population active. RESSERRER LES LIENS AVEC LES DIASPORAS : PANORAMA DES COMPÉTENCES DES MIGRANTS OCDE

33 1. DIASPORAS DÉFINITIONS, DONNÉES ET DYNAMIQUES Un Africain subsaharien sur trois voudrait émigrer de façon permanente Un résident sur trois des pays d Afrique subsaharienne interrogés exprime son désir de migrer de façon permanente dans un autre pays. Bien que cette proportion ait diminué de cinq points de pourcentage par rapport aux enquêtes précédentes, elle n en est pas moins la plus élevée de toutes les régions. Le désir de partir et d aller s installer ailleurs de manière permanente a aussi légèrement diminué dans les pays d Amérique du Sud et centrale et en Asie du Sud-Est entre 27 et 21, et est resté stable pour les personnes vivant dans d autres régions. Une personne sur cinq vivant en Amérique du Sud ou centrale, au Moyen-Orient et en Afrique du Nord ou dans des pays d Europe non membres de l OCDE ou d Asie centrale aimerait s expatrier. Comme on pouvait s y attendre, le tableau est plus diversifié selon les pays que selon les régions, s agissant du désir d émigrer (graphique 1.8). Environ la moitié de la population âgée de 1 ans et plus en Haïti (4 ), en Sierra Leone (2 ), en République dominicaine (2 ), au Liberia (47 ) ou en République démocratique du Congo (46 ) exprime le désir d aller s installer dans un autre pays à titre permanent. À l autre extrémité de la distribution, on trouve principalement les pays d Asie et du Golfe où seuls ou moins de la population résidente souhaiteraient émigrer : à Bahreïn, en Inde et en Malaisie, 4 en Thaïlande et 3 en Indonésie. Graphique 1.8. Part des personnes souhaitant s installer à l étranger de manière permanente, 28-1 Population souhaitant s installer à l étranger Source : Enquête mondiale Gallup Le projet de migration ne se concrétise pas toujours Une personne sur cinq vivant en Afrique subsaharienne voudrait émigrer et 16 de celles vivant au Moyen-Orient ou en Afrique du Nord prévoient de quitter leur pays dans les 12 mois (tableau 1.2). Dans d autres régions, la part des migrants potentiels qui planifient leur migration est beaucoup plus faible. Environ un migrant potentiel sur dix en Amérique du Sud ou centrale (11 ) et en Asie (7 ), seulement 6 de personnes de la zone OCDE et 7 des migrants potentiels de pays européens non membres de l OCDE prévoient de partir l année suivante. 32 RESSERRER LES LIENS AVEC LES DIASPORAS : PANORAMA DES COMPÉTENCES DES MIGRANTS OCDE 212

34 1. DIASPORAS DÉFINITIONS, DONNÉES ET DYNAMIQUES Tableau 1.2. Personnes qui souhaitent, projettent et préparent la migration, par région d origine et caractéristiques socio-démographiques, 28-1, pourcentages Désir d émigrer Envisagent d émigrer dans les 12 prochains mois Préparatifs Femmes Diplômés du supérieur 1-24 ans Trois destinations préférées Total Total Total Pays de l OCDE États-Unis Canada 11 Australie 1 Fédération de Russie Allemagne États-Unis 12 Royaume-Uni Autres pays de la Fédération de Russie Communauté des États États-Unis 11 indépendants Allemagne 11 Pays européens non Allemagne compris ci-dessus États-Unis 12 Italie 1 Moyen-Orient Arabie saoudite Émirats arabes unis 14 États-Unis 7 Afrique du Nord France Arabie saoudite 16 États-Unis 11 Afrique de l Ouest 37 4 États-Unis Royaume-Uni 16 Arabie saoudite 6 Afrique du Sud États-Unis Royaume-Uni 22 Australie 6 Autres pays africains États-Unis Royaume-Uni 14 Afrique du Sud 13 Inde États-Unis Royaume-Uni 7 Émirats arabes unis 4 Chine États-Unis Corée 8 Canada 7 Autres pays asiatiques États-Unis Arabie saoudite 16 Royaume-Uni 8 Amérique latine et Caraibes États-Unis Espagne 17 Canada Source : Enquête mondiale Gallup Souhaiter et projeter de migrer ne débouche pas nécessairement sur un départ effectif. Une meilleure indication sur les migrants potentiels consiste à savoir si les répondants ont déjà fait des préparatifs de départ comme acheter un titre de voyage ou déposer une demande de visa. À l échelle mondiale, 39 des personnes qui prévoient de partir sont déjà en train de préparer leur départ. Cette part est la plus élevée en Afrique du Nord (2 ) et la plus faible parmi les migrants potentiels d Amérique du Sud ou centrale (29 ). RESSERRER LES LIENS AVEC LES DIASPORAS : PANORAMA DES COMPÉTENCES DES MIGRANTS OCDE

35 1. DIASPORAS DÉFINITIONS, DONNÉES ET DYNAMIQUES En examinant de plus près le pourcentage de personnes désirant émigrer et en le comparant au taux d émigration de la population totale, ainsi qu au taux d émigration qualifiée, on voit que le désir d émigrer de la population totale est comparable à celui des personnes très qualifiées dans la plupart des pays examinés (graphique 1.9a). Toutefois, ce n est pas le cas des taux d émigration effectifs (graphique 1.9b). Dans la plupart des pays, le taux d émigration des personnes très qualifiées est supérieur à celui de la population totale. L écart entre le désir d émigrer et le départ effectif semble plus important au sein de la population totale qu au sein de la population très qualifiée. Toutefois, certains problèmes liés aux données limitent la portée de telles comparaisons. Le taux effectif d émigration et le désir de migrer sont mesurés à deux moments différents, en 2/6 et en 28/1 respectivement. En conséquence, les écarts observés pourraient être dus à l évolution de la situation dans les pays d origine et de destination, ainsi qu à des changements des politiques migratoires. De plus, les taux d émigration effectifs renvoient uniquement à la migration vers des pays de l OCDE alors que le désir d émigrer renvoie à toutes les destinations possibles. En gardant ces réserves à l esprit, cette comparaison étaye la forte sélectivité de la migration internationale vers la zone OCDE. Les écarts les plus marqués entre le souhait d émigrer et le départ effectif chez les personnes très qualifiées s observent au Yémen, au Nigéria, au Nicaragua et au Soudan, où l on relève une différence de plus de trente points de pourcentage. Graphique 1.9. Taux d émigration observés et désir d émigrer, par niveau d éducation A. Désir d émigrer de la population totale et des diplômés du supérieur, 1 ans et plus, 28-1 B. Taux d émigration vers les pays de l OCDE de la population totale et des diplômés du supérieur, 1 ans et plus, 2/6 Désir d émigrer des diplômés du supérieur () SLV ZWE NIC HND COD YEM NGA KHM ALB PHL SDN MLT MDA COM NPL JOR IRN CHL COL ARM GHA KOR MNG ITA BOL TUN LBY GBR PER CYP MEX ROU UKR AFG KEN PRT GTM ZMB LVA PAK IRQ SYR DZA JPN DNKVNM ISL CHN QAT ZAFIRL DEU MRT RUS KAZ LTU ESP CRI MYS PAN KWT TUR ISR* MAR POL IND HUN ARE SAU VENURY BHR CAN SWE THA AUS AUT USA SLE DOM HTI Taux d émigration des diplômés du supérieur () Désir d émigrer () Taux d émigration, population totale () Note : Informations sur les données pour Israël : Source : Enquête mondiale Gallup ; Base de données sur les immigrés dans les pays de l OCDE (DIOC 2/6) SLE GHA ZMB KEN ZWE KHM VNM URY HTI GTM COM ROU CYP LUX ISL IRL DZA DOM PRT LTU MEX GRC KAZ SRB ECU MLT SLV ALB Environ un migrant potentiel sur quatre souhaiterait émigrer aux États-Unis Seize pays attirent plus de 7 des migrants potentiels dans le monde, l Amérique du Nord et les pays de l Union européenne apparaissant comme les pays de destination les plus attractifs. Environ 23 des migrants potentiels (14 millions d adultes à l échelle mondiale) citent les États-Unis comme le pays où ils désireraient résider. Ce chiffre est proche de la part effective de migrants vivant aux États-Unis au sein de la population 34 RESSERRER LES LIENS AVEC LES DIASPORAS : PANORAMA DES COMPÉTENCES DES MIGRANTS OCDE 212

36 1. DIASPORAS DÉFINITIONS, DONNÉES ET DYNAMIQUES migrante mondiale, soit près de 2 en 2. Le Canada, le Royaume-Uni, la France, l Espagne et l Australie sont les destinations les plus prisées pour au moins 2 millions d adultes (graphique 1.1). Une personne sur cinq qui aimerait partir dans un pays de l Union européenne vit déjà dans l Union européenne. Graphique 1.1. Pays de destination les plus attractifs, 28-1 Moins de. million. million à 1 million 1 million à millions millions à 2 millions Plus de 2 millions Source : Enquête mondiale Gallup Les destinations souhaitées selon la région de résidence reflètent les principaux couloirs migratoires à l échelle mondiale (tableau 1.2). Outre les États-Unis, les résidents des pays de l OCDE aimeraient migrer vers les pays anglophones que sont le Canada et l Australie, tandis que les autres Européens et les personnes originaires des pays d Asie centrale donnent la préférence à la Fédération de Russie et à l Allemagne. Les résidents d Amérique du Sud et centrale souhaitent aussi migrer vers l Espagne ou le Canada, alors que ceux du Moyen-Orient et d Afrique du Nord souhaiteraient migrer à titre permanent en Arabie saoudite ou en France. Les résidents d Asie et d Afrique de l Ouest aimeraient migrer à titre permanent au Royaume-Uni ou en Arabie saoudite, alors que d autres résidents subsahariens préféreraient aller s installer en Afrique du Sud plutôt qu en Arabie saoudite. Certains groupes de population sont plus enclins à migrer que d autres Un seul facteur ne peut expliquer pourquoi le désir d émigrer ne se traduit pas nécessairement en planification et préparatifs. De nombreux facteurs peuvent influer, tels que les caractéristiques individuelles et la situation personnelle des migrants potentiels situation financière, état de santé, situation familiale et statut au regard de l emploi. En outre, les caractéristiques culturelles et institutionnelles comme les obstacles administratifs et les politiques migratoires des pays d origine et de destination souhaités soit encouragent la migration en maintenant ses coûts relativement bas, soit en augmentent le coût (par exemple, exigence de formation linguistique, obstacles juridiques élevés, etc.). Globalement, les femmes sont presque aussi enclines que les hommes à exprimer le désir de migrer à titre permanent vers un autre pays et à planifier leur départ, mais cet écart varie d une région de résidence à l autre. L écart entre les sexes (plus d hommes que de femmes) est plus marqué au Moyen-Orient et en Afrique du Nord et, dans une moindre RESSERRER LES LIENS AVEC LES DIASPORAS : PANORAMA DES COMPÉTENCES DES MIGRANTS OCDE 212 3

Une publication conjointe de la Banque mondiale et de la Société financière internationale.

Une publication conjointe de la Banque mondiale et de la Société financière internationale. 2013 Banque internationale pour la reconstruction et le développement/la Banque Mondiale 1818 H Street NW, Washington, DC 20433 Téléphone : 202 473 1000 ; Site Internet : www.worldbank.org Certains droits

Plus en détail

Entreprendre dans un monde plus transparent

Entreprendre dans un monde plus transparent BANQUE MONDIALE 2012 Entreprendre dans un monde plus transparent COMPARAISON DES RÉGLEMENTATIONS QUI S APPLIQUENT AUX ENTREPRISES LOCALES DANS 183 ÉCONOMIES 2011 Banque internationale pour la reconstruction

Plus en détail

Une montée en puissance

Une montée en puissance Femmes d affaires et femmes cadres Une montée en puissance Version abrégée du Rapport mondial ACT/EMP Bureau des activités pour les employeurs Femmes d affaires et femmes cadres Une montée en puissance

Plus en détail

INDICE DE LA FAIM DANS LE MONDE GLOBAL HUNGER INDEX THE CHALLENGE OF HUNGER: BUILDING RESILIENCE TO ACHIEVE FOOD AND NUTRITION SECURITY

INDICE DE LA FAIM DANS LE MONDE GLOBAL HUNGER INDEX THE CHALLENGE OF HUNGER: BUILDING RESILIENCE TO ACHIEVE FOOD AND NUTRITION SECURITY GLOBAL HUNGER INDEX THE CHALLENGE OF HUNGER: BUILDING RESILIENCE TO ACHIEVE FOOD AND NUTRITION SECURITY 2013 INDICE DE LA FAIM DANS LE MONDE LE DÉFI DE LA FAIM : CONSTRUIRE LA RÉSILIENCE POUR UNE SÉCURITÉ

Plus en détail

Introduction. I. Évolution du commerce mondial. II. Commerce des marchandises

Introduction. I. Évolution du commerce mondial. II. Commerce des marchandises Introduction 1. Remerciements 2 2. Message du Directeur général 3 3. Comprendre les statistiques du commerce international 4 4. Membres et observateurs de l OMC 6 Composition des régions géographiques

Plus en détail

JOURNEE MONDIALE SIDA 2011 RAPPORT ONUSIDA. Atteindre l Objectif Zéro : Une riposte plus rapide plus intelligente plus efficace

JOURNEE MONDIALE SIDA 2011 RAPPORT ONUSIDA. Atteindre l Objectif Zéro : Une riposte plus rapide plus intelligente plus efficace JOURNEE MONDIALE SIDA 2011 RAPPORT ONUSIDA Atteindre l Objectif Zéro : Une riposte plus rapide plus intelligente plus efficace La vision de l ONUSIDA 0 Zéro nouvelle infection à VIH. Zéro discrimination.

Plus en détail

CREER DES EMPLOIS DANS UNE ECONOMIE MONDIALISEE 2011-2030

CREER DES EMPLOIS DANS UNE ECONOMIE MONDIALISEE 2011-2030 CREER DES EMPLOIS DANS UNE ECONOMIE MONDIALISEE 2011-2030 Rapport mondial de Hays/Oxford Economics Juin 2011 En partenariat avec : Table des matières Avant propos 1 NOS 5 RECOMMANDATIONS 2 Resume 3 1.

Plus en détail

La part de marché à l exportation de la Belgique 1993-2008 changements structurels et compétitivité

La part de marché à l exportation de la Belgique 1993-2008 changements structurels et compétitivité Bureau fédéral du Plan Avenue des Arts 47-49, 1000 Bruxelles http://www.plan.be WORKING PAPER 6-10 La part de marché à l exportation de la Belgique 1993-2008 changements structurels et compétitivité Mars

Plus en détail

La mondialisation favorise-t-elle le développement?

La mondialisation favorise-t-elle le développement? Extrait de : La mondialisation économique Origines et conséquences Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264111929-fr La mondialisation favorise-t-elle le développement? Merci de

Plus en détail

La fracture numérique peut-elle être réduite?

La fracture numérique peut-elle être réduite? Revue internationale du Travail, vol. 140 (2001), n o 2 La fracture numérique peut-elle être réduite? L Duncan CAMPBELL* évolution technologique se fait généralement par à-coups. Il est certain que les

Plus en détail

DES ADOLESCENTS ET DES JEUNES EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE

DES ADOLESCENTS ET DES JEUNES EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE RAPPORT SUR LE STATUT DES ADOLESCENTS ET DES JEUNES EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE Possibilités et Enjeux RAPPORT SUR LE STATUT DES ADOLESCENTS ET DES JEUNES EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE Possibilités et Enjeux

Plus en détail

Apprentissage tout au long de la vie et formation continue Etat des lieux de la diversité des indicateurs internationaux et sélection de résultats

Apprentissage tout au long de la vie et formation continue Etat des lieux de la diversité des indicateurs internationaux et sélection de résultats Apprentissage tout au long de la vie et formation continue Etat des lieux de la diversité des indicateurs internationaux et sélection de résultats Département fédéral de l intérieur DFI Office fédéral

Plus en détail

CHAPITRE 2. L importance relative de la fuite des cerveaux : la place de l Afrique sub-saharienne dans le monde. Philippe Bocquier

CHAPITRE 2. L importance relative de la fuite des cerveaux : la place de l Afrique sub-saharienne dans le monde. Philippe Bocquier CHAPITRE 2 L importance relative de la fuite des cerveaux : la place de l Afrique sub-saharienne dans le monde Philippe Bocquier Pour mesurer l importance relative des diasporas scientifiques originaires

Plus en détail

La négociation collective dans la fonction publique: Relever les défis pour un avenir meilleur

La négociation collective dans la fonction publique: Relever les défis pour un avenir meilleur GDFPS/2014 ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL Département des activités sectorielles La négociation collective dans la fonction publique: Relever les défis pour un avenir meilleur Document de réflexion

Plus en détail

Education pour Tous d ici 2015

Education pour Tous d ici 2015 A N A L Y S E d e l I E Education pour Tous d ici 2015 La réponse de l Internationale de l Education au Rapport mondial de suivi 2008 Développer la protection et l éducation de la petite enfance Rendre

Plus en détail

OCDE, 2001. Logiciel, 1987-1996, Acrobat, marque déposée d ADOBE. Tous droits du producteur et du propriétaire de ce produit sont réservés.

OCDE, 2001. Logiciel, 1987-1996, Acrobat, marque déposée d ADOBE. Tous droits du producteur et du propriétaire de ce produit sont réservés. OCDE, 2001. Logiciel, 1987-1996, Acrobat, marque déposée d ADOBE. Tous droits du producteur et du propriétaire de ce produit sont réservés. L OCDE autorise la reproduction d un seul exemplaire de ce programme

Plus en détail

évaluation des activités de développement

évaluation des activités de développement Évaluation des activités de développement 12 leçons du CAD de l OCDE évaluation des activités de développement fonder l apprentissage et la prise de décision sur des résultats éprouvés Évaluation des

Plus en détail

coopérations décentralisées pour le développement Perspectives européennes

coopérations décentralisées pour le développement Perspectives européennes coopérations décentralisées pour le développement Perspectives européennes www.platforma-dev.eu Projet conduit par : Lucie Guillet contact : lucie.guillet@ccre-cemr.org Auteur : Jeremy Smith Le Secrétariat

Plus en détail

Indicateurs de l éducation au Canada : une perspective internationale

Indicateurs de l éducation au Canada : une perspective internationale N o 81-604-X au catalogue ISSN : ISSN 1920-5929 Indicateurs de l éducation au Canada : une perspective internationale 2013 Division du tourisme et du Centre de la statistique de l éducation Téléphone :

Plus en détail

Du bien-être des nations

Du bien-être des nations Du bien-être des nations «ENSEIGNEMENT ET COMPÉTENCES LE RÔLE DU CAPITAL HUMAIN ET SOCIAL Centre pour la recherche et l innovation dans l enseignement Du bien-être des nations LE RÔLE DU CAPITAL HUMAIN

Plus en détail

Troisième partie ANNEXE STATISTIQUE

Troisième partie ANNEXE STATISTIQUE Troisième partie ANNEXE STATISTIQUE Troisième partie A N N e x e s t a t i s t i Q u e 99 Notes relatives aux tableaux annexes Signes conventionnels On trouvera, dans les tableaux, les signes conventionnels

Plus en détail

RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : ÉTAT DES LIEUX COMPARAISON STATISTIQUE INTERNATIONALE

RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : ÉTAT DES LIEUX COMPARAISON STATISTIQUE INTERNATIONALE 15 JOHN M. EVANS DOUGLAS C. LIPPOLDT PASCAL MARIANNA 1 RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : ÉTAT DES LIEUX COMPARAISON STATISTIQUE INTERNATIONALE RÉSUMÉ. Cette contribution 2 plante le décor des débats sur

Plus en détail

Déclaration de Paris sur l efficacité de l aide au développement et programme d action d Accra

Déclaration de Paris sur l efficacité de l aide au développement et programme d action d Accra Déclaration de Paris sur l efficacité de l aide au développement et programme d action d Accra Déclaration de Paris sur l efficacité de l aide au développement (2005) Programme d action d Accra (2008)

Plus en détail

Des politiques meilleures pour une vie meilleure. La mission de l OCDE depuis 50 ans

Des politiques meilleures pour une vie meilleure. La mission de l OCDE depuis 50 ans Des politiques meilleures pour une vie meilleure La mission de l OCDE depuis 50 ans Crédits graphiques : Page 24 OCDE (2011), Panorama des statistiques de l OCDE 2010 : Économie, environnement et société,

Plus en détail

Vers une meilleure gouvernance au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

Vers une meilleure gouvernance au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. RAPPORT SUR LE DÉVELOPPEMENT AU MOYEN-ORIENT EN AFRIQUE DU NORD. Vers une meilleure gouvernance au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Améliorer l inclusivité et la responsabilisation. LA BANQUE MONDIALE

Plus en détail

Les relations de l Union européenne avec ses voisins

Les relations de l Union européenne avec ses voisins Eurobaromètre Spécial Commission européenne Les relations de l Union européenne avec ses voisins Un sondage sur les attitudes en l Union européenne Terrain : mai juin 2007 Publication : septembre 2007

Plus en détail

JACQUES ATTALI. Adrienne Brotons, inspectrice des finances Angélique Delorme, auditrice au Conseil d État RAPPORTEURS

JACQUES ATTALI. Adrienne Brotons, inspectrice des finances Angélique Delorme, auditrice au Conseil d État RAPPORTEURS JACQUES ATTALI RAPPORTEURS Adrienne Brotons, inspectrice des finances Angélique Delorme, auditrice au Conseil d État Avec la participation de Claudia Vlagea RAPPORT À FRANÇOIS HOLLANDE, PRÉSIDENT DE LA

Plus en détail

Des images de la France en l an 2040. Printemps 2012 D É L É G A T I O N I N T E R M I N I S T É R I E L L E

Des images de la France en l an 2040. Printemps 2012 D É L É G A T I O N I N T E R M I N I S T É R I E L L E Printemps 2012 Des images de la France en l an 2040 D É L É G A T I O N I N T E R M I N I S T É R I E L L E À L A M É N A G E M E N T D U T E R R I T O I R E E T À L A T T R A C T I V I T É R É G I O N

Plus en détail

APERÇU SUR QUELQUES ESPACES LINGUISTIQUES DANS LE MONDE

APERÇU SUR QUELQUES ESPACES LINGUISTIQUES DANS LE MONDE APERÇU SUR QUELQUES ESPACES LINGUISTIQUES DANS LE MONDE Ce document est une version préliminaire produite par l Observatoire démographique et statistique de l espace francophone (ODSEF) de l Université

Plus en détail