Analyse des logiciels d application spécialisée pour le courtage en épargne collective

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Analyse des logiciels d application spécialisée pour le courtage en épargne collective"

Transcription

1 Analyse des logiciels d application spécialisée pour le courtage en épargne collective Dép. de mathématiques et de génie industriel École Polytechnique de Montréal C.P. 6079, succ. Centre-ville Montréal (Québec) H3C 3A7 Canada Alexandre Moïse Chaire en management des services financiers École des sciences de la gestion Université du Québec à Montréal C.P. 8888, succ. Centre-ville Montréal (Québec) H3C 3P8 Canada RESUMÉ En s appuyant sur une hiérarchie d abstraction pour la gestion de portefeuille de parts de fonds communs de placement, une analyse des logiciels d application spécialisée pour le courtage en épargne collective a été réalisée. Les résultats indiquent que l état de l art en matière d interfaces humain-ordinateur (IHO) pour ces logiciels est caractérisé par (1) un mode de présentation et d interaction principalement alphanumérique, (2) une dispersion des informations à travers différents logiciels d application spécialisée et (3) l absence de certaines informations de niveaux d abstraction élevés. Ces résultats suggèrent de pousser les recherches vers la conception écologique d une IHO pour ce doamine d application. MOTS CLÉS : Gestion de portefeuille, fonds communs de placement, hiérarchie d abstraction, interface humainordinateur, évaluation. ABSTRACT Based on an abstraction hierarchy for mutual fund units portfolio management, an analysis of specialized application softwares for group saving plans has been performed. The results indicate that the state of the art regarding humancomputer interfaces for these softwares is characterized by (1) an essentially alphanumeric presentation and interaction mode, (2) the dispersion of information through various specialized application softwares, and (3) the absence of certain information from higher level of abstraction. These results suggest to push research toward ecological interface design for this application domain. KEYWORDS: Portfolio management, mutual funds, abstraction hierarchy, human-computer interface, evaluation.

2 INTRODUCTION Les logiciels d application spécialisée (LAS) sont de plus en plus présents dans l environnement de travail du représentant en épargne collective. Ce dernier est responsable de la bonne gestion des portefeuilles de parts de fonds communs de placement (FCP) de ses clients qui, dans bien des cas, peuvent se compter par centaines. Les LAS soutenant le travail du représentant en épargne collective peuvent être regroupés en trois catégories : - Gestion de la relation client. Cette catégorie permet de gérer le contact avec les clients en offrant des fonctionnalités telles le stockage des coordonnées des clients, l envoie massif de courriers électroniques, l affichage des rendez-vous, l affichage des notes au dossier, etc. - Gestion du portefeuille. Cette catégorie permet de s assurer que le portefeuille du client correspond à ses besoins tout en étant plus performant que le marché. Le représentant en épargne collective a la possibilité de simuler une modification de la répartition du capital avant de réaliser les achats et ventes de parts de FCP. - Surveillance du marché. Cette catégorie permet d identifier les menaces et les opportunités d investissement. Il offre une vue sur les différents FCP offerts et procure certaines fonctionnalités de comparaison les uns aux autres. Puisque le représentant en épargne collective doit principalement gérer le portefeuille de parts de FCP de ses clients, cet article porte exclusivement sur les LAS destinés à soutenir cette tâche. L objectif de cet article est de décrire l état de l art en matière d interfaces humain-ordinateur (IHO) pour cette catégorie de LAS. Pour ce faire, il est essentiel de se rattacher à un cadre de référence représentant le domaine d application. REPRÉSENTATION DU DOMAINE D APPLICATION La hiérarchie d abstraction (HA) a été choisie pour représenter le domaine d application : la gestion de portefeuille de parts de FCP. Elle consiste à structurer les informations essentielles à l atteinte des buts à travers différents niveaux d abstraction [5][6][7]. Ce faisant, la HA correspond à l explicitation du modèle mental d un individu, c est-à-dire l ensemble des variables et leurs relations nécessaires à la compréhension du domaine d application. Par conséquent, la HA est psychologiquement compatible avec le processus de résolution de problème d un individu [7]. Chaque niveau d abstraction décrit un ensemble de variables et de relations spécifiques à ce niveau d abstraction. Tel que présenté à la figure 1, les liens entre les niveaux d abstraction s appuient sur des relations «but-moyens», ce qui signifie que pour toute paire verticale de niveau d abstraction, l élément du niveau supérieur décrit le but à atteindre (le «pourquoi?») et les éléments associés du niveau inférieur décrivent les moyens utilisés (le «comment?») pour atteindre ce but. De cette façon, le niveau d abstraction le plus élevé décrit le but pour lequel le système est utilisé et le niveau d abstraction le plus bas décrit généralement les aspects physiques du système, c est-à-dire ceux qui peuvent être manipulés ou qui sont perceptibles dans l environnement. Les niveaux d abstraction intermédiaires portent sur les aspects fonctionnels entre ces deux niveaux d abstraction. En d autres mots, le passage d un niveau d abstraction à un autre implique un changement dans les concepts et la structure de représentation ainsi que dans les informations utilisées pour caractériser le système à ce niveau d abstraction. Figure 1 : Cadre générique d une hiérarchie d abstraction. La HA a été appliquée à plusieurs domaines dont principalement le contrôle de processus industriels, mais également la médecine, le contrôle d opérations militaires et la gestion de réseaux informatiques [8]. Plus particulièrement relié à la finance, les applications se limitent à l analyse fondamentale [3] et à la gestion d un fonds structuré [1]. Suite à une revue de la littérature sur la gestion d actifs financiers et d entrevues auprès de neuf représentants en épargne collective provenant de cinq cabinets différents, une HA appliquée à la gestion de portefeuilles de parts de FCP a été conçue. Celle-ci est présentée à la figure 2. Comme la gestion de portefeuille de parts de FCP requiert des informa-

3 tions de trois domaines spécifiques (client, portefeuille 1 et marché), celles-ci sont regroupées par domaine spécifique pour chaque niveau d abstraction. Finalités Effets Variations Indicateurs Descriptions Objectifs d investissement Contraintes d investissement Performance du portefeuille Profil de l investisseur Capacité d investissement Ajout/retrait de capital Gain/perte en capital Achat/vente de parts Capital investi Liquidités Nombre de parts Description du client Description de la part de FCP Description de l indice financier Figure 2 : Hiérarchie d abstraction pour la gestion de portefeuille de parts de FCP. Le premier niveau d abstraction, le plus élevé, nommé Finalités, présente les objectifs que doit atteindre le représentant en épargne collective avec le portefeuille. Le niveau d abstraction suivant, nommé Effets, présente les effets des variations, c est-à-dire le rendement et le risque. Le niveau d abstraction suivant, nommé Variations, présente les différences de valeurs entre deux périodes pour une même variable provenant du niveau d abstraction inférieur. Le niveau d abstraction suivant, nommé Indicateurs, présente les données brutes dont les valeurs peuvent être observées à tout moment. Finalement, le niveau d abstraction suivant, nommé Descriptions, présente les informations permettant de caractériser, le lcient, les parts de FCP détenues dans le portefeuille et les indices financiers utilisés pour représenter le marché. La relation «but-moyen» entre les niveaux d abstraction va comme suit. Par exemple, l objectif d investissement, appartenant au niveau d abstraction Finalités, est représenté par une valeur cible à atteindre à l échéance. Celle-ci est obtenue à partir du rendement du portefeuille qui appartient au niveau d abstraction Effets. Ce dernier est obtenu par la variation de la valeur du portefeuille entre différentes périodes qui appartient au niveau d abstraction Variations. La variation de la valeur, c est-à-dire les gains et pertes de valeur, sont obtenus en regardant la valeur du portefeuille à des périodes précises. Cette information appartient au niveau d abstraction Indicateurs. Il est possible de faire le raisonnement inverse, c est-à-dire de commencer par la valeur du portefeuille au niveau d abstraction Indicateurs pour arriver aux objectifs d investissement du niveau d abstraction Finalités en passant par les deux autres niveaux d abstraction. ANALYSE DES LOGICIELS D APPLICATION SPÉCIALISÉE Afin de soutenir convenablement le processus décisionnel du représentant en épargne collective dans la gestion de portefeuilles de parts de FCP, les LAS utilisés à cette fin par ce dernier devraient présenter les informations de chaque niveau d abstraction de la HA illustrée à la figure 2. 1 Un portefeuille est composé de parts de FCP. Par conséquent, le regroupement n est pas un domaine spécifique, mais un niveau de décomposition du domaine. Toutefois, comme les informations sur les parts de FCP sont essentielles au domaine d application, il est nécessaire de les inclure distinctement dans la HA.

4 AN-NET WEB Croesus PALTrak Synchro Total Objectifs d investissement Finalités Contraintes d investissement Performance Profil de l investisseur Capacité d investissement Effets Ajout/retrait de capital Variations Gain/perte en capital Achat/vente de parts Capital investi Liquidités Indicateurs Nombre de parts Description du client Descriptions Description de la part de FCP Description de l indice financier Figure 3 : Couverture du domaine d application par différents logiciels d application spécialisée. Pour avoir une idée de l état de l art en matière d IHO des LAS pour la gestion de portefeuilles de parts de FCP, quatre ont été passés en revue. Trois de ces derniers sont utilisés par les représentants rencontrés (AN-NET WEB, PALTrak et Synchro). L autre (Croesus) a été retenu puisqu il est utilisé pour la gestion des investissements par certaines des plus grandes institutions financières à l échelle mondiale. Le résultat de cette analyse est présenté à la figure 3. On constate que chaque LAS utilisé par le représentant en épargne collective ne le soutient pas totalement dans son travail. Premièrement, le mode de présentation et d interaction est principalement alphanumérique ce qui rend difficile la présentation des contraintes qui gouvernent l environnement. L utilisateur ne voit pas l effet des modifications avant de passer à l action. Toutefois, Synchro offre cette caractéristique, mais de manière limitée; l utilisateur peut manipuler les données à l aide de boutons permettant d augmenter ou de réduire afin de voir si les valeurs permettent d atteindre les cibles désirées. Deuxièmement, les logiciels ne présentent pas les informations sur le portefeuille, sur le client et sur le marché de manière intégrée. Celles-ci sont généralement dispersées dans l environnement de travail. Le représentant en épargne collective a donc besoin de recourir à différents LAS puisque chacun d eux couvre sensiblement un des trois domaines spécifiques de la HA. De plus, lorsque plusieurs informations sont présentées par un seul LAS, elles le sont à des endroits différents, obligeant ainsi l utilisateur à naviguer entre les différents écrans ou pages Web. Dernièrement, certaines informations ne sont pas présentées aux niveaux d abstraction les plus élevés par les LAS analysés, notamment le niveau d abstraction Finalités. Le représentant en épargne collective doit donc compenser cognitivement en intégrant les informations de niveaux d abstraction inférieurs afin d obtenir des informations de niveaux d abstraction supérieurs nécessaires pour ses décisions. Par contre, il est intéressant de remarquer l absence du paradigme «capteur unique indicateur unique». Ce dernier, consistant à ne présenter que les informations prises directement des capteurs sans les intégrer, est présent dans des domaines comme le contrôle de centrales nucléaires [9], la sur-

5 veillance de patients aux soins intensifs [4] et l anesthésie [2]. Or, la HA de la figure 3 montre que plusieurs informations de niveaux d abstraction supérieurs à Descriptions et Indicateurs sont effectivement présentées par les logiciels analysés. CONCLUSION Les sommes gérées par un représentant en épargne collective proviennent généralement d épargnants qui ne peuvent se permettre de subir les effets d une erreur de la part de celui-ci. Il est donc nécessaire de faire en sorte que l environnement de travail du représentant en épargne collective, principalement ses LAS, soutiennent convenablement son processus décisionnel. La présente analyse a permis de constater qu il y a place à amélioration. Afin de remédier à cette situation, la HA de la figure 2 devra être utilisée pour concevoir une IHO à partir d une approche écologique [6][7][8]. Cette approche de conception consiste à rendre les contraintes de l environnement explicites afin de soutenir le processus décisionnel de l utilisateur. Ce type d interface a fait ses preuves dans plusieurs domaines d application [8], mais pas en gestion d actifs financiers. L évaluation d une telle IHO sur la performance de représentants en épargne collective par rapport aux IHO plus traditionnelles, dont les caractéristiques sont décrites dans cet article, fera l objet de recherches ultérieures. REMERCIEMENTS L auteur tient à remercier tous les représentants en épargne collective rencontrés et les personnes contactées chez les entreprises qui commercialisent les logiciels d application spécialisée analysés. BIBLIOGRAPHIE 1. Achonu, J. and Jamieson, G.A. Work domain Analysis of a Financial System: An Abstraction Hierarchy for Portfolio Management. In Proc. of the 22 nd European Annual Conference on Human Decision Making and Control (Linköping, Sweden), 2003, pp Agutter, J., Syroid, N., Drews, F., Westenskow, D., Bermudez, J. and Strayer, D. Graphic Data Display for Cardiovascular System. In Proc. of the IEEE Symposium on Information Visualization 2001 (INFOVIS 01), IEEE, 2001, pp Dainoff, M.J., Dainoff, C.A. and McFeeters, L. On the Application of Cognitive Work Analysis to the Development of a Commercial Investment Software Tool. In Proc. of the Human Factors and Ergonomics Society 48 th Annual Meeting, Human Factors and Ergonomics Society, 2004, pp Miller, A. Patient Monitoring Systems for Effective Patient Management in the ICU: Friend or Foe? In Proc. of the Joint Meeting of the Human Factors and Ergonomics Society and the International Ergonomics Association (IEA2000/HFES2000), Human Factors and Ergonomics Society, 2000, pp Rasmussen, J. Skills, Rules, and Knowledge; Signals, Signs, and Symbols, and Other Distinctions in Human Performance Model. IEEE Transactions on Systems, Man, and Cybernetics, Vol. smc-13, No. 3, 1983, pp Rasmussen, J., Pejtersen, A.M. and Goodstein, L.P. Cognitive Systems Engineering. John Wiley & Sons, Inc., New York, Newy York, Vicente, K.J. and Rasmussen, J. Ecological Interface Design: Theoretical Foundations. IEEE Transactions on Systems, Man, and Cybernetics, Vol. 22, No. 4, 1992, pp Vicente, K.J. Ecological Interface Design: Progress and Challenges. Human Factors, Vol. 44, No. 1, 2002, pp Vicente, K.J., Moray, N., Lee, J.D., Rasmussen, J., Jones, B.G., Brock, R. and Djemil, T. Evaluation of a Rankine Cycle Display for Nuclear Power Plant Monitoring and Diagnosis. Human Factors, Vol 38, No. 3, 1996, pp

ÉVALUATION PRIMAIRE D UN SYSTÈME D AIDE AU CONTRÔLE AÉRIEN EN ROUTE

ÉVALUATION PRIMAIRE D UN SYSTÈME D AIDE AU CONTRÔLE AÉRIEN EN ROUTE Proceedings of the SELF-ACE 001 Conference Ergonomics for changing work ÉVALUATION PRIMAIRE D UN SYSTÈME D AIDE AU CONTRÔLE AÉRIEN EN ROUTE CELLIER JEAN-MARIE Laboratoire Travail et Cognition (LTC), UMR

Plus en détail

ÉVALUATION DES RÉTROACTIONS DONNÉES PAR UN LOGICIEL D AIDE À L APPRENTISSAGE DE L ÉCRITURE MANUSCRITE

ÉVALUATION DES RÉTROACTIONS DONNÉES PAR UN LOGICIEL D AIDE À L APPRENTISSAGE DE L ÉCRITURE MANUSCRITE ÉVALUATION DES RÉTROACTIONS DONNÉES PAR UN LOGICIEL D AIDE À L APPRENTISSAGE DE L ÉCRITURE MANUSCRITE LECLERC MARIE-CHRISTINE, ROBERT JEAN-MARC École Polytechnique de Montréal Département de mathématiques

Plus en détail

Économétrie, causalité et analyse des politiques

Économétrie, causalité et analyse des politiques Économétrie, causalité et analyse des politiques Jean-Marie Dufour Université de Montréal October 2006 This work was supported by the Canada Research Chair Program (Chair in Econometrics, Université de

Plus en détail

REMOTE DATA ACQUISITION OF EMBEDDED SYSTEMS USING INTERNET TECHNOLOGIES: A ROLE-BASED GENERIC SYSTEM SPECIFICATION

REMOTE DATA ACQUISITION OF EMBEDDED SYSTEMS USING INTERNET TECHNOLOGIES: A ROLE-BASED GENERIC SYSTEM SPECIFICATION REMOTE DATA ACQUISITION OF EMBEDDED SYSTEMS USING INTERNET TECHNOLOGIES: A ROLE-BASED GENERIC SYSTEM SPECIFICATION THÈSE N O 2388 (2001) PRÉSENTÉE AU DÉPARTEMENT D'INFORMATIQUE ÉCOLE POLYTECHNIQUE FÉDÉRALE

Plus en détail

VÉZINA NICOLE Chaire GM en ergonomie de l UQAM

VÉZINA NICOLE Chaire GM en ergonomie de l UQAM ANALYSE DES DÉTERMINANTS DE LA QUALITÉ DE COUPE DU WHIZARD : VERS LA CONCERTATION DES ACTIONS ET L ÉLABORATION D UNE FORMATION OUELLET SYLVIE Centre d étude des intéractions biologiques entre la santé

Plus en détail

Les simulations dans l enseignement des sondages Avec le logiciel GENESIS sous SAS et la bibliothèque Sondages sous R

Les simulations dans l enseignement des sondages Avec le logiciel GENESIS sous SAS et la bibliothèque Sondages sous R Les simulations dans l enseignement des sondages Avec le logiciel GENESIS sous SAS et la bibliothèque Sondages sous R Yves Aragon, David Haziza & Anne Ruiz-Gazen GREMAQ, UMR CNRS 5604, Université des Sciences

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

Portrait statistique de la population de représentant en épargne collective au Québec

Portrait statistique de la population de représentant en épargne collective au Québec Portrait statistique de la population de représentant en épargne collective au Québec Par Alexandre Moïse 1 Marie Hélène Noiseux 2 1-Alexandre Moïse, B.Gest., M.Sc.A., Chercheur à l'université du Québec

Plus en détail

Le Fair use et le Fair dealing : Étude de droit comparé

Le Fair use et le Fair dealing : Étude de droit comparé Le Fair use et le Fair dealing : Étude de droit comparé Monsieur Pierre EL Khoury On peut se procurer le présent ouvrage à: Les Éditions Thémis Faculté de droit, Université de Montréal C.P. 6128, Succ.

Plus en détail

Jean-Daniel Fekete Directeur de Recherche, Resp. équipe-projet AVIZ INRIA

Jean-Daniel Fekete Directeur de Recherche, Resp. équipe-projet AVIZ INRIA La visualisation d information pour comprendre et interagir avec les données Jean-Daniel Fekete Directeur de Recherche, Resp. équipe-projet AVIZ INRIA Jean-Daniel.Fekete@inria.fr, www.aviz.fr, @jdfaviz

Plus en détail

Manuel de référence Options sur devises

Manuel de référence Options sur devises Manuel de référence Options sur devises Groupe TMX Actions Bourse de Toronto Bourse de croissance TSX TMX Select Equicom Produits dérivés Bourse de Montréal CDCC Marché climatique de Montréal Titres à

Plus en détail

ÉVALUATION DE L UTILISABILITÉ D UN SITE WEB : TESTS D UTILISABILITÉ VERSUS ÉVALUATION HEURISTIQUE

ÉVALUATION DE L UTILISABILITÉ D UN SITE WEB : TESTS D UTILISABILITÉ VERSUS ÉVALUATION HEURISTIQUE ÉVALUATION DE L UTILISABILITÉ D UN SITE WEB : TESTS D UTILISABILITÉ VERSUS ÉVALUATION HEURISTIQUE BOUTIN MARIO Centre de recherche informatique de Montréal (CRIM), 550, rue Sherbrooke Ouest, Bureau 100,

Plus en détail

Management des Systèmes d Information

Management des Systèmes d Information Spécialité Réseaux (RES) UE: Management des systèmes d'information [mnsi, NI303] M2IRT 2012 1 ère année Management des Systèmes d Information Unité 2 - Les principaux types de SI dans l entreprise Gilles

Plus en détail

INTELLIGENCE ECONOMIQUE : ENJEUX ET RETOUR D EXPERIENCE PILOTE DANS SEPT PMI DE BOURGOGNE

INTELLIGENCE ECONOMIQUE : ENJEUX ET RETOUR D EXPERIENCE PILOTE DANS SEPT PMI DE BOURGOGNE INTELLIGENCE ECONOMIQUE : ENJEUX ET RETOUR D EXPERIENCE PILOTE DANS SEPT PMI DE BOURGOGNE BUSINESS INTELLIGENCE : GOALS AND RESULTS OF A PILOT EXPERIMENT INVOLVING SEVEN SMEs FROM BOURGOGNE Ludovic DENOYELLE,

Plus en détail

e-biogenouest CNRS UMR 6074 IRISA-INRIA / Plateforme de Bioinformatique GenOuest yvan.le_bras@irisa.fr Programme fédérateur Biogenouest co-financé

e-biogenouest CNRS UMR 6074 IRISA-INRIA / Plateforme de Bioinformatique GenOuest yvan.le_bras@irisa.fr Programme fédérateur Biogenouest co-financé e-biogenouest Coordinateur : Olivier Collin Animateur : Yvan Le Bras CNRS UMR 6074 IRISA-INRIA / Plateforme de Bioinformatique GenOuest yvan.le_bras@irisa.fr Programme fédérateur Biogenouest co-financé

Plus en détail

MUTUELLES ET COOPÉRATIVES D ÉPARGNE ET DE CRÉDIT EN AFRIQUE FRANCOPHONE : EXAMEN COMPARATIF DE DEUX MODÈLES : COOPEC ET CVECA PAR

MUTUELLES ET COOPÉRATIVES D ÉPARGNE ET DE CRÉDIT EN AFRIQUE FRANCOPHONE : EXAMEN COMPARATIF DE DEUX MODÈLES : COOPEC ET CVECA PAR MUTUELLES ET COOPÉRATIVES D ÉPARGNE ET DE CRÉDIT EN AFRIQUE FRANCOPHONE : EXAMEN COMPARATIF DE DEUX MODÈLES : COOPEC ET CVECA PAR Mauro-F. Malservisi Max N. tereraho No 1097-090 La Chaire de coopération

Plus en détail

Modalités d évaluation en Simulation

Modalités d évaluation en Simulation Modalités d évaluation en Simulation Définition de l évaluation n Evaluation en pédagogie = «analyse systémique de la qualité de l enseignement et de l apprentissage» (Mac Dougall 2010) Le cercle vertueux

Plus en détail

Face Recognition Performance: Man vs. Machine

Face Recognition Performance: Man vs. Machine 1 Face Recognition Performance: Man vs. Machine Andy Adler Systems and Computer Engineering Carleton University, Ottawa, Canada Are these the same person? 2 3 Same person? Yes I have just demonstrated

Plus en détail

Le Fonds de solidarité FTQ : Partie prenante à la solution pour l industrie du capital de risque au Canada

Le Fonds de solidarité FTQ : Partie prenante à la solution pour l industrie du capital de risque au Canada Le Fonds de solidarité FTQ : Partie prenante à la solution pour l industrie du capital de risque au Canada Rôle clé dans la structuration de l industrie du CR Modèle de création d emplois de qualité et

Plus en détail

BAX MC Contrats à terme sur acceptations bancaires canadiennes de trois mois

BAX MC Contrats à terme sur acceptations bancaires canadiennes de trois mois BAX MC Contrats à terme sur acceptations bancaires canadiennes de trois mois Groupe TMX Actions Bourse de Toronto Bourse de croissance TSX Equicom Produits dérivés Bourse de Montréal CDCC Marché climatique

Plus en détail

Une méthode d apprentissage pour la composition de services web

Une méthode d apprentissage pour la composition de services web Une méthode d apprentissage pour la composition de services web Soufiene Lajmi * Chirine Ghedira ** Khaled Ghedira * * Laboratoire SOIE (ENSI) University of Manouba, Manouba 2010, Tunisia Soufiene.lajmi@ensi.rnu.tn,

Plus en détail

Stratégie de vente d options d achat couvertes

Stratégie de vente d options d achat couvertes Stratégie de vente d options d achat couvertes La stratégie de vente d options d achat couvertes, également connue sous le nom de stratégie d achat-vente, est mise en œuvre par la vente d un contrat d

Plus en détail

Plan de cours ADM 992C Page 1. École des sciences de la gestion Département de management et technologie Université du Québec à Montréal

Plan de cours ADM 992C Page 1. École des sciences de la gestion Département de management et technologie Université du Québec à Montréal Plan de cours ADM 992C Page 1 École des sciences de la gestion Département de management et technologie Université du Québec à Montréal ADM-992C LES TECHNOLOGIES D'AIDE À LA PRISE DE DÉCISION DANS LES

Plus en détail

5 bonnes pratiques pour solution décisionnelle mobile

5 bonnes pratiques pour solution décisionnelle mobile 5 bonnes pratiques pour solution décisionnelle mobile Auteur: Ellie Fields Directrice, marketing produits Tableau Software Juin 2011 p2 5 pratiques d excellence pour solution décisionnelle mobile Les solutions

Plus en détail

DÉLÉGATION DES COMPÉTITIONS EN INFORMATIQUE DE L ÉTS PLAN DE PARTENARIAT

DÉLÉGATION DES COMPÉTITIONS EN INFORMATIQUE DE L ÉTS PLAN DE PARTENARIAT DÉLÉGATION DES COMPÉTITIONS EN INFORMATIQUE DE L ÉTS PLAN DE PARTENARIAT 2015 LA DÉLÉGATION DES COMPÉTITIONS EN INFORMATIQUE La délégation des compétitions en informatique regroupe, chaque année, les étudiants

Plus en détail

INF 1250 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES. Guide d étude

INF 1250 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES. Guide d étude INF 1250 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES Guide d étude Sous la direction de Olga Mariño Télé-université Montréal (Québec) 2011 INF 1250 Introduction aux bases de données 2 INTRODUCTION Le Guide d étude

Plus en détail

Bienvenue chez desjardins. le premier groupe financier coopératif au canada

Bienvenue chez desjardins. le premier groupe financier coopératif au canada Bienvenue chez desjardins le premier groupe financier coopératif au canada 04 Vous accueillir. Vous accompagner. Vous simplifier la vie. desjardins souhaite faciliter votre intégration au pays. dans cette

Plus en détail

à moyen Risque moyen Risq à élevé Risque élevé Risq e Risque faible à moyen Risq Risque moyen à élevé Risq

à moyen Risque moyen Risq à élevé Risque élevé Risq e Risque faible à moyen Risq Risque moyen à élevé Risq e élevé Risque faible Risq à moyen Risque moyen Risq à élevé Risque élevé Risq e Risque faible à moyen Risq Risque moyen à élevé Risq L e s I n d i c e s F u n d a t a é Risque Les Indices de faible risque

Plus en détail

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée.

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. Il y a trois approches possibles du produit intérieur brut : Optique de la production Optique

Plus en détail

METTEZ DU GÉNIE DANS VOS FINANCES AVEC LES FONDS FÉRIQUE. Offerts aux ingénieurs et diplômés en génie, à leurs familles et à leurs entreprises

METTEZ DU GÉNIE DANS VOS FINANCES AVEC LES FONDS FÉRIQUE. Offerts aux ingénieurs et diplômés en génie, à leurs familles et à leurs entreprises METTEZ DU GÉNIE DANS VOS FINANCES AVEC LES FONDS Offerts aux ingénieurs et diplômés en génie, à leurs familles et à leurs entreprises BIENVENUE CHEZ. BIENVENUE CHEZ VOUS. constitue une approche différente

Plus en détail

HUAWEI TECHNOLOGIES CO., LTD. channelroad. A better way. Together.

HUAWEI TECHNOLOGIES CO., LTD. channelroad. A better way. Together. HUAWEI TECHNOLOGIES CO., LTD. channelroad A better way. Together. Partenaires sur la nouvelle Route de la soie Progresser le long d une nouvelle Route de la soie et être partenaire de Huawei présentent

Plus en détail

Menu INVEST STORE. COMMENT VOUS CONNECTER SUR VOTRE CAEL AVEC OPTION BOURSE : Adresse du site www.ca-normandie.fr

Menu INVEST STORE. COMMENT VOUS CONNECTER SUR VOTRE CAEL AVEC OPTION BOURSE : Adresse du site www.ca-normandie.fr MODE D EMPLOI INVEST STORE INITIAL Consultez vos comptes 24 h/ 24-7 j / 7 Bourse et OPCVM en ligne à tout moment Rapide Facile Pratique VOTRE ACCES BOURSE DISPONIBLE A TOUT MOMENT COMMENT VOUS CONNECTER

Plus en détail

Discours de Eric Lemieux Sommet Aéro Financement Palais des congrès, 4 décembre 2013

Discours de Eric Lemieux Sommet Aéro Financement Palais des congrès, 4 décembre 2013 Discours de Eric Lemieux Sommet Aéro Financement Palais des congrès, 4 décembre 2013 Bonjour Mesdames et Messieurs, Je suis très heureux d être avec vous aujourd hui pour ce Sommet AéroFinancement organisé

Plus en détail

SARM: Simulation of Absorption Refrigeration Machine

SARM: Simulation of Absorption Refrigeration Machine Revue des Energies Renouvelables Vol. 11 N 4 (2008) 587 594 SARM: Simulation of Absorption Refrigeration Machine S. Kherris 1*, M. Makhlouf 1 et A. Asnoun 2 1 Laboratoire des Matériaux et des Systèmes

Plus en détail

Guide d accompagnement à l intention des entreprises de services monétaires Demande de permis d exploitation

Guide d accompagnement à l intention des entreprises de services monétaires Demande de permis d exploitation Guide d accompagnement à l intention des entreprises de services monétaires Demande de permis d exploitation Février 2015 Table des matières INTRODUCTION 5 À qui s adresse ce guide? 5 Encadrement des entreprises

Plus en détail

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Objectif 1 Une entité peut exercer des activités à l international de deux manières. Elle peut conclure des transactions

Plus en détail

Rapport annuel 2014 AVRIL 2015. Renseignements financiers au 31 décembre 2014 FONDS DE PLACEMENT GARANTI DSF

Rapport annuel 2014 AVRIL 2015. Renseignements financiers au 31 décembre 2014 FONDS DE PLACEMENT GARANTI DSF FONDS DE PLACEMENT GARANTI DSF AVRIL 2015 Rapport annuel 2014 Renseignements financiers au 31 décembre 2014 Les Fonds de placement garanti DSF sont établis par Desjardins Sécurité financière, compagnie

Plus en détail

Forthcoming Database

Forthcoming Database DISS.ETH NO. 15802 Forthcoming Database A Framework Approach for Data Visualization Applications A dissertation submitted to the SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY ZURICH for the degree of Doctor of

Plus en détail

Tout sur les frais. Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les frais reliés à vos fonds de placement

Tout sur les frais. Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les frais reliés à vos fonds de placement Tout sur les frais Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les frais reliés à vos fonds de placement Les frais payés directement par le client Frais d entrée Aussi appelés «frais d achat», ou «frais

Plus en détail

CLES DE COMPREHENSION DE LA BEST EXECUTION

CLES DE COMPREHENSION DE LA BEST EXECUTION CLES DE COMPREHENSION DE LA BEST EXECUTION Club AM No17, Novembre 2007 David Angel, ITG (c) 2007 All rights reserved. Not to be reproduced without permission. Sommaire ITG experts en Best Execution Notion

Plus en détail

Stratégies d options Guide pratique

Stratégies d options Guide pratique Stratégies d options Guide pratique L OIC fournit cette publication à titre indicatif seulement. Aucun énoncé dans cette publication ne doit être interprété comme étant une recommandation, un conseil,

Plus en détail

Une proposition d extension de GML pour un modèle générique d intégration de données spatio-temporelles hétérogènes

Une proposition d extension de GML pour un modèle générique d intégration de données spatio-temporelles hétérogènes 303 Schedae, 2007 Prépublication n 46 Fascicule n 2 Une proposition d extension de GML pour un modèle générique d intégration de données spatio-temporelles hétérogènes Samya Sagar, Mohamed Ben Ahmed Laboratoire

Plus en détail

Une stratégie d enseignement de la pensée critique

Une stratégie d enseignement de la pensée critique Une stratégie d enseignement de la pensée critique Jacques Boisvert Professeur de psychologie Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu La pensée critique fait partie des capacités à développer dans la formation

Plus en détail

Ingénérie logicielle dirigée par les modèles

Ingénérie logicielle dirigée par les modèles Ingénérie logicielle dirigée par les modèles Destercq Lionel & Dubuc Xavier 17 décembre 2009 Table des matières 1 Introduction 1 2 Diagrammes de classes 1 2.1 Principal..............................................

Plus en détail

La recherche d informations sur le Web par les lycéens : Pourquoi et comment faciliter le travail collaboratif?

La recherche d informations sur le Web par les lycéens : Pourquoi et comment faciliter le travail collaboratif? La recherche d informations sur le Web par les lycéens : Pourquoi et comment faciliter le travail collaboratif? Jérôme Dinet* & Michèle Archambault** *Université Paul Verlaine Metz Equipe Transdisciplinaire

Plus en détail

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES AFFAIRE INTÉRESSANT : LES RÈGLES DE L ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES LES STATUTS DE L ASSOCIATION

Plus en détail

Sessions préparation à la retraite (21 heures)

Sessions préparation à la retraite (21 heures) OFFRE DE SERVICES Sessions préparation à la retraite (21 heures) SÉMINAIRES Par Cégep Marie-Victorin, Centre de services aux entreprises Monsieur Jean Perron, conseiller en formation 767, rue Bélanger

Plus en détail

Article de recherche théorique et article de recherche empirique : particularités 1

Article de recherche théorique et article de recherche empirique : particularités 1 La présentation d un article de recherche de type théorique 1 Article de recherche théorique et article de recherche empirique : particularités 1 Gilles Raîche, professeur Université du Québec à Montréal

Plus en détail

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION DES NOMBRES par Jean-Luc BREGEON professeur formateur à l IUFM d Auvergne LE PROBLÈME DE LA REPRÉSENTATION DES NOMBRES On ne conçoit pas un premier enseignement

Plus en détail

Guide de recherche documentaire à l usage des doctorants. Partie 1 : Exploiter les bases de données académiques

Guide de recherche documentaire à l usage des doctorants. Partie 1 : Exploiter les bases de données académiques Guide de recherche documentaire à l usage des doctorants Partie : Exploiter les bases de données académiques Sylvia Cheminel Dernière mise à jour : décembre 04 PANORAMA DES SOURCES DOCUMENTAIRES ACADEMIQUES...

Plus en détail

Politique de gestion documentaire

Politique de gestion documentaire Politique de gestion documentaire Responsabilité de gestion : Secrétariat général Date d approbation : 24 avril 1979 C.A. C.E. Direction générale Direction Date d'entrée en vigueur : 24 avril 1995 Date

Plus en détail

Exemple PLS avec SAS

Exemple PLS avec SAS Exemple PLS avec SAS This example, from Umetrics (1995), demonstrates different ways to examine a PLS model. The data come from the field of drug discovery. New drugs are developed from chemicals that

Plus en détail

AIDE FINANCIÈRE POUR ATHLÈTES FINANCIAL ASSISTANCE FOR ATHLETES

AIDE FINANCIÈRE POUR ATHLÈTES FINANCIAL ASSISTANCE FOR ATHLETES AIDE FINANCIÈRE POUR ATHLÈTES FINANCIAL ASSISTANCE FOR ATHLETES FORMULAIRE DE DEMANDE D AIDE / APPLICATION FORM Espace réservé pour l utilisation de la fondation This space reserved for foundation use

Plus en détail

Préparer un état de l art

Préparer un état de l art Préparer un état de l art Khalil DRIRA LAAS-CNRS, Toulouse Unité de recherche ReDCAD École Nationale d ingénieurs de Sfax Étude de l état de l art? Une étude ciblée, approfondie et critique des travaux

Plus en détail

Techniques d interaction dans la visualisation de l information Séminaire DIVA

Techniques d interaction dans la visualisation de l information Séminaire DIVA Techniques d interaction dans la visualisation de l information Séminaire DIVA Zingg Luca, luca.zingg@unifr.ch 13 février 2007 Résumé Le but de cet article est d avoir une vision globale des techniques

Plus en détail

Initiation à la Programmation en Logique avec SISCtus Prolog

Initiation à la Programmation en Logique avec SISCtus Prolog Initiation à la Programmation en Logique avec SISCtus Prolog Identificateurs Ils sont représentés par une suite de caractères alphanumériques commençant par une lettre minuscule (les lettres accentuées

Plus en détail

ADHEFILM : tronçonnage. ADHEFILM : cutting off. ADHECAL : fabrication. ADHECAL : manufacturing.

ADHEFILM : tronçonnage. ADHEFILM : cutting off. ADHECAL : fabrication. ADHECAL : manufacturing. LA MAÎTRISE D UN MÉTIER Depuis plus de 20 ans, ADHETEC construit sa réputation sur la qualité de ses films adhésifs. Par la maîtrise de notre métier, nous apportons à vos applications la force d une offre

Plus en détail

basée sur le cours de Bertrand Legal, maître de conférences à l ENSEIRB www.enseirb.fr/~legal Olivier Augereau Formation UML

basée sur le cours de Bertrand Legal, maître de conférences à l ENSEIRB www.enseirb.fr/~legal Olivier Augereau Formation UML basée sur le cours de Bertrand Legal, maître de conférences à l ENSEIRB www.enseirb.fr/~legal Olivier Augereau Formation UML http://olivier-augereau.com Sommaire Introduction I) Les bases II) Les diagrammes

Plus en détail

Public and European Business Law - Droit public et européen des affaires. Master I Law Level

Public and European Business Law - Droit public et européen des affaires. Master I Law Level Public and European Business Law - Droit public et européen des affaires Stéphane de La Rosa Master I Law Level Delivered Lectures Jean Monnet Chair «Droit de l Union Européenne et Mutations de l intégration

Plus en détail

BOURSE DE. de produits dérivés. Le supermarché

BOURSE DE. de produits dérivés. Le supermarché BOURSE DE Le supermarché de produits dérivés Photo : Spyros Bourboulis 12 Depuis le 27 mars dernier, la Bourse de Montréal est le seul marché d options au Canada, avec un total de 141 catégories d options

Plus en détail

Négociation. Compensation. Formation

Négociation. Compensation. Formation www.m-x.ca Négociation Compensation Formation Information de marché Réglementation La Bourse de Montréal est la bourse de produits dérivés financiers au Canada. Elle offre aux investisseurs particuliers

Plus en détail

UNE EXPERIENCE, EN COURS PREPARATOIRE, POUR FAIRE ORGANISER DE L INFORMATION EN TABLEAU

UNE EXPERIENCE, EN COURS PREPARATOIRE, POUR FAIRE ORGANISER DE L INFORMATION EN TABLEAU Odile VERBAERE UNE EXPERIENCE, EN COURS PREPARATOIRE, POUR FAIRE ORGANISER DE L INFORMATION EN TABLEAU Résumé : Cet article présente une réflexion sur une activité de construction de tableau, y compris

Plus en détail

BOURSE POSTDOCTORALE EN NEUROSCIENCES BOURSE HERBERT H. JASPER Date limite: 29 janvier 2015

BOURSE POSTDOCTORALE EN NEUROSCIENCES BOURSE HERBERT H. JASPER Date limite: 29 janvier 2015 BOURSE POSTDOCTORALE EN NEUROSCIENCES BOURSE HERBERT H. JASPER Date limite: 29 janvier 2015 La prestigieuse bourse postdoctorale Herbert H. Jasper permet d'entreprendre un stage postdoctoral avec l un

Plus en détail

2013-2014 Dr. Prosper Bernard Tel: 514-987-4250 // portable 514-910-2085 Bernard.prosper@uqam.ca prosper@universityconsortium.com

2013-2014 Dr. Prosper Bernard Tel: 514-987-4250 // portable 514-910-2085 Bernard.prosper@uqam.ca prosper@universityconsortium.com Département de management et technologie École de Sciences de la gestion Université du Québec à Montréal Dr Prosper M Bernard 514-987-4250 MBA 8400 + MBA 8401 STATISTIQUES et THÉORIE DE LA DÉCISION 2013-2014

Plus en détail

Prospectus simplifié. Décembre 2011. Société d Investissement à Capital Variable de droit luxembourgeois à compartiments multiples

Prospectus simplifié. Décembre 2011. Société d Investissement à Capital Variable de droit luxembourgeois à compartiments multiples VISA 2012/82078-1283-0-PS L'apposition du visa ne peut en aucun cas servir d'argument de publicité Luxembourg, le 2012-01-11 Commission de Surveillance du Secteur Financier Prospectus simplifié Décembre

Plus en détail

Base de Connaissances SiteAudit. Utiliser les Rapports Planifiés. Sommaire des Fonctionnalités. Les Nouveautés

Base de Connaissances SiteAudit. Utiliser les Rapports Planifiés. Sommaire des Fonctionnalités. Les Nouveautés Base de Connaissances SiteAudit Utiliser les Rapports Planifiés Avril 2010 Dans cet article: Sommaire des fonctionnalités Les nouveautés Planifier des rapports SiteAudit 4.0 fournit une nouvelle interface

Plus en détail

Amendements en ligne du CdR Guide de l'utilisateur Amendements en ligne... 3 Foire aux questions... 13

Amendements en ligne du CdR Guide de l'utilisateur Amendements en ligne... 3 Foire aux questions... 13 du CdR Guide de l'utilisateur I Amendements en ligne... 3 De quoi s'agit-il?... 3 Accès au "Portail des Membres"... 3 Accès au module de présentation des amendements... 4 Comment déposer un amendement,

Plus en détail

RAPID 3.34 - Prenez le contrôle sur vos données

RAPID 3.34 - Prenez le contrôle sur vos données RAPID 3.34 - Prenez le contrôle sur vos données Parmi les fonctions les plus demandées par nos utilisateurs, la navigation au clavier et la possibilité de disposer de champs supplémentaires arrivent aux

Plus en détail

TRANSFOLIO version 2.05. Introduction

TRANSFOLIO version 2.05. Introduction TRANSFOLIO version 2.05 Introduction TABLE DES MATIERES 1 OBJECTIF... 2 2 DEMARRER TRANSFOLIO... 2 3 CREER SON PREMIER PORTEFEUILLE... 3 3.1 ETAPE 1 : DEFINITION DU PORTEFEUILLE... 3 3.2 ETAPE 2 : OUVERTURE

Plus en détail

La gouvernance des grands projets d infrastructure publique

La gouvernance des grands projets d infrastructure publique 2006RP-14 La gouvernance des grands projets d infrastructure publique Gestion de portefeuille Roger Miller, Joanne Castonguay Rapport de projet Project report Ce rapport a été réalisé dans la cadre d un

Plus en détail

Mise en place d un système de cabotage maritime au sud ouest de l Ocean Indien. 10 Septembre 2012

Mise en place d un système de cabotage maritime au sud ouest de l Ocean Indien. 10 Septembre 2012 Mise en place d un système de cabotage maritime au sud ouest de l Ocean Indien 10 Septembre 2012 Les défis de la chaine de la logistique du transport maritime Danielle T.Y WONG Director Logistics Performance

Plus en détail

Faire croître votre chiffre d affaires PLACEMENTS PLANIFICATION FINANCIÈRE ASSURANCE

Faire croître votre chiffre d affaires PLACEMENTS PLANIFICATION FINANCIÈRE ASSURANCE Faire croître votre chiffre d affaires PLACEMENTS PLANIFICATION FINANCIÈRE ASSURANCE 2 Table des matières 1. Survol de ÉlémentsPatrimoine 2. Modules renseignements du client 3. Modules planifications financière

Plus en détail

Mots clés : ergonomie participative, conduite de projets, différences inter-usines

Mots clés : ergonomie participative, conduite de projets, différences inter-usines LES ACTIONS D AMÉLIORATION DES SITUATIONS DE TRAVAIL EN ERGONOMIE PARTICIPATIVE : DES CONSTATS DIFFÉRENCIÉS DANS DEUX USINES MONTREUIL SYLVIE Département des relations industrielles, Pavillon J.A. De Sève,

Plus en détail

Thèmes de recherche. Projets en cours

Thèmes de recherche. Projets en cours Formation Michel Baroni Professeur, Département Finance Responsable Pédagogique des Mastères Spécialisés en Techniques Financières et Finance & Asset Management Habilitation à Diriger des Recherches, Université

Plus en détail

ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE. N 1-2122 rév. 2

ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE. N 1-2122 rév. 2 Convention N 3018 Section Laboratoires ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE N 1-2122 rév. 2 Le Comité Français d'accréditation (Cofrac) atteste que : The French Committee for Accreditation

Plus en détail

UNE SOLUTION CANADIENNE POUR LA COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS

UNE SOLUTION CANADIENNE POUR LA COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS UNE SOLUTION CANADIENNE POUR LA COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS Profil CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS La Corporation canadienne de compensation de produits dérivés (CDCC),

Plus en détail

ULC-S536-04 Inspection et mise à l essai des réseaux avertisseurs d incendie

ULC-S536-04 Inspection et mise à l essai des réseaux avertisseurs d incendie ULC-S536-04 Inspection et mise à l essai des réseaux avertisseurs d incendie Séminaire technique ACAI 14 novembre 2013 Par : Pierre Noël STRUCTURE DE LA NORME Les réseaux avertisseurs d incendie doivent

Plus en détail

Services de placement et de gestion de patrimoine pour chaque étape de la vie

Services de placement et de gestion de patrimoine pour chaque étape de la vie Services de placement et de gestion de patrimoine pour chaque étape de la vie Pourquoi choisir la TD pour vos besoins en gestion de patrimoine? Vos occasions se multiplient avec la croissance de votre

Plus en détail

PRÉPARER LA RELÈVE DANS LE MONDE DE L ÉVALUATION: LE CONCOURS DE SIMULATION DU POINT DE VUE DES COMMANDITAIRES

PRÉPARER LA RELÈVE DANS LE MONDE DE L ÉVALUATION: LE CONCOURS DE SIMULATION DU POINT DE VUE DES COMMANDITAIRES LA REVUE The Canadian CANADIENNE Journal of D'ÉVALUATION Program EvaluationDE Vol. PROGRAMME 18 No. 1 Pages 133 137 133 ISSN 0834-1516 Copyright 2003 Canadian Evaluation Society Research and Practice Note

Plus en détail

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises modifié par les règlements n 92 04 du 17 juillet 1992, n 95-04 du 21 juillet 1995,

Plus en détail

Stéphane Lefebvre. CAE s Chief Financial Officer. CAE announces Government of Canada participation in Project Innovate.

Stéphane Lefebvre. CAE s Chief Financial Officer. CAE announces Government of Canada participation in Project Innovate. Stéphane Lefebvre CAE s Chief Financial Officer CAE announces Government of Canada participation in Project Innovate Montreal, Canada, February 27, 2014 Monsieur le ministre Lebel, Mesdames et messieurs,

Plus en détail

FORMATION ET DIPLOMES OBTENUS

FORMATION ET DIPLOMES OBTENUS Jean Gabriel Cousin Faculté de Finance, Banque et Comptabilité Université Lille Nord de France né le 27/01/1976 1, Place Déliot 2 enfants 59000 Lille tél. : 03.20.90.76.06 courriel : jgcousin@univ-lille2.fr

Plus en détail

Incluant l analyse du patrimoine. Description du rapport (Couple seulement)

Incluant l analyse du patrimoine. Description du rapport (Couple seulement) Incluant l analyse du patrimoine Description du rapport (Couple seulement) Révisé le 25 mai 2011 Table des matières 1. Introduction... 3 1.1 Le rapport PRO et Patrimoine : outil privilégié de communication

Plus en détail

Génie logiciel avec UML. Notions sur le langage UML adapté pour les cours du programme Techniques de l informatique

Génie logiciel avec UML. Notions sur le langage UML adapté pour les cours du programme Techniques de l informatique Génie logiciel avec UML Notions sur le langage UML adapté pour les cours du programme Techniques de l informatique Claude Boutet Session hiver 2008 Modélisation de systèmes Table des matières TABLE DES

Plus en détail

Des compétences numériques à la littératie numérique

Des compétences numériques à la littératie numérique Note d éducation permanente de l ASBL Fondation Travail-Université (FTU) N 2014 10, juin 2014 www.ftu.be/ep Des compétences numériques à la littératie numérique Quels enjeux derrière l évolution de ces

Plus en détail

PRiCEWATERHOUSGOPERS 0

PRiCEWATERHOUSGOPERS 0 PRiCEWATERHOUSGOPERS 0 PricewaterhouseCoopers Inc. 1250, boulevard Rene-Levesque Ouest Bureau 2800 Montreal (Quebec) Canada H3B 2G4 Telephone +1 (514) 205 5000 Telec. direct +1 (514) 205 5694 PROVINCE

Plus en détail

DEMANDE D INFORMATION RFI (Request for information)

DEMANDE D INFORMATION RFI (Request for information) DOD SEICAM RFI Demande d information EVDEC Réf. : RFI_EVDEC- GT5_Outil_reporting_BI_v4.doc Page 1/11 DEMANDE D INFORMATION RFI (Request for information) OUTIL INTÉGRÉ DE REPORTING ET D ANALYSE DÉCISIONNELLE

Plus en détail

Étude nationale sur les besoins des clients

Étude nationale sur les besoins des clients Étude nationale sur les besoins des clients Rapport sommaire Canadian Legal Information Institute Institut canadien d information juridique Octobre 2012 CorbinPartners Inc. 2012 Contexte et méthodologie

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LES CEINTURES DE SÉCURITÉ ET LES ENSEMBLES DE RETENUE POUR ENFANTS R.R.T.N.-O. 1990, ch. M-35

RÈGLEMENT SUR LES CEINTURES DE SÉCURITÉ ET LES ENSEMBLES DE RETENUE POUR ENFANTS R.R.T.N.-O. 1990, ch. M-35 MOTOR VEHICLES ACT SEAT BELT ASSEMBLY AND CHILD RESTRAINT SYSTEM REGULATIONS R.R.N.W.T. 1990,c.M-35 LOI SUR LES VÉHICULES AUTOMOBILES RÈGLEMENT SUR LES CEINTURES DE SÉCURITÉ ET LES ENSEMBLES DE RETENUE

Plus en détail

SCI6052 Information documentaire numérique École de bibliothéconomie et des sciences de l information

SCI6052 Information documentaire numérique École de bibliothéconomie et des sciences de l information SCI6052 (Automne 2014) cours 6 1/32 SCI6052 Information documentaire numérique École de bibliothéconomie et des sciences de l information Cours 6 Systèmes de gestion de bases de données (SGBD) textuels

Plus en détail

La recherche interventionnelle en santé des populations : moteur d innovation

La recherche interventionnelle en santé des populations : moteur d innovation La recherche interventionnelle en santé des populations : moteur d innovation L O U I S E P O T V I N, P h D C H A I R E D E R E C H E R C H E D U C A N A D A A P P R O C H E S C O M M U N A U T A I R

Plus en détail

COMMENTAIRES. du Regroupement des cabinets de courtage d assurance du Québec. présentés à l Autorité des marchés financiers

COMMENTAIRES. du Regroupement des cabinets de courtage d assurance du Québec. présentés à l Autorité des marchés financiers COMMENTAIRES du Regroupement des cabinets de courtage d assurance du Québec présentés à l Autorité des marchés financiers portant sur le document de consultation «Ligne directrice sur les pratiques commerciales

Plus en détail

THÈSE. présentée à TÉLÉCOM PARISTECH. pour obtenir le grade de. DOCTEUR de TÉLÉCOM PARISTECH. Mention Informatique et Réseaux. par.

THÈSE. présentée à TÉLÉCOM PARISTECH. pour obtenir le grade de. DOCTEUR de TÉLÉCOM PARISTECH. Mention Informatique et Réseaux. par. École Doctorale d Informatique, Télécommunications et Électronique de Paris THÈSE présentée à TÉLÉCOM PARISTECH pour obtenir le grade de DOCTEUR de TÉLÉCOM PARISTECH Mention Informatique et Réseaux par

Plus en détail

Provide supervision and mentorship, on an ongoing basis, to staff and student interns.

Provide supervision and mentorship, on an ongoing basis, to staff and student interns. Manager, McGill Office of Sustainability, MR7256 Position Summary: McGill University seeks a Sustainability Manager to lead the McGill Office of Sustainability (MOOS). The Sustainability Manager will play

Plus en détail

ACCÈS AUX COMPTES EN LIGNE : VOTRE GUIDE D UTILISATION. pour un accès à votre portefeuille partout et en tout temps

ACCÈS AUX COMPTES EN LIGNE : VOTRE GUIDE D UTILISATION. pour un accès à votre portefeuille partout et en tout temps ACCÈS AUX COMPTES EN LIGNE : VOTRE GUIDE D UTILISATION pour un accès à votre portefeuille partout et en tout temps ACCÈS AUX COMPTES EN LIGNE : INTRODUCTION Richardson GMP Limitée est consciente de l importance

Plus en détail

INSTRUCTIONS. Comment compléter le formulaire. How to complete this form. Instructions

INSTRUCTIONS. Comment compléter le formulaire. How to complete this form. Instructions Instructions INSTRUCTIONS Objet du formulaire Ce formulaire vise à documenter l équivalence de stage d un candidat au permis de géologue par l obtention de diplômes de cycle supérieur. Une déclaration

Plus en détail

CI INVESTMENTS INC. ÉNONCÉ DE POLITIQUES

CI INVESTMENTS INC. ÉNONCÉ DE POLITIQUES CI INVESTMENTS INC. ÉNONCÉ DE POLITIQUES Les lois sur les valeurs mobilières de certaines provinces exigent les courtiers et les conseillers à n agir qu en conformité avec les règles particulières de communication

Plus en détail

PARTICULARITÉS DU MANAGEMENT DES SERVICES DANS LE COMMERCE DES PRODUITS NON ALIMENTAIRES

PARTICULARITÉS DU MANAGEMENT DES SERVICES DANS LE COMMERCE DES PRODUITS NON ALIMENTAIRES PARTICULARITÉS DU MANAGEMENT DES SERVICES DANS LE COMMERCE DES PRODUITS NON ALIMENTAIRES Rusu Corina Université Chrétienne Dimitrie Cantemir Bucure ti, Faculté de Sciences Économiques de Cluj- Napoca,

Plus en détail

Chaque immeuble a une histoire : l histoire de votre réussite. notre solution globale pour : le courtage, la location

Chaque immeuble a une histoire : l histoire de votre réussite. notre solution globale pour : le courtage, la location Chaque immeuble a une histoire : l histoire de votre réussite notre solution globale pour : le courtage, la location ET les projets IMMOBILIERS Jamais les portes n ont été aussi grandes ouvertes Le bien

Plus en détail

Modélisation d un réseau sociotechnique Application à la gestion de crise. Guillaume Philippe (UBS / CAMKA System) Christine Chauvin (UBS)

Modélisation d un réseau sociotechnique Application à la gestion de crise. Guillaume Philippe (UBS / CAMKA System) Christine Chauvin (UBS) Modélisation d un réseau sociotechnique Application à la gestion de crise Guillaume Philippe (UBS / CAMKA System) Christine Chauvin (UBS) 1 Sommaire I. La gestion de crise: quelles problématiques? II.

Plus en détail