Les origines et les conséquences du volcanisme en Islande

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les origines et les conséquences du volcanisme en Islande"

Transcription

1 Les origines et les conséquences du volcanisme en Islande [1] Aurélie Thaveau Université Pierre et Marie Curie DEUG 2 ème année- ST2 Année 1999/2000 Tuteur : Mr Villemant 1

2 Remerciements : à Mr Villemant pour m avoir aider à réaliser ce mémoire. [1] Photo page de garde : éruption du Vatnajökull du 18/12/

3 Plan Introduction Première partie : Les origines du volcanisme islandais 1. Les différentes sources des magmas basaltiques d après la variation des éléments traces et des isotopes. a) Les variations des compositions isotopiques. b) Les variations des compositions des terres rares. 2. Les sources mantelliques et le modèle de mélange appliqués à l Islande a) La position intermédiaire de l Islande. b) Les variations de compositions isotopiques et des terres rares en fonction de la latitude ou extension du point chaud. 3. longueurs d ondes des anomalies et symétrie du point chaud. Deuxième partie : La répartition des terrains basaltiques et des différents types d appareils volcaniques. 1. Répartition des terrains basaltiques : a) les plateaux basaltiques b)le graben : axe de symétrie structurale 2. Répartition du volcanisme récent : a) les volcans fissuraux. b) Les volcans centraux. c) Les volcans sous glaciaires. d) Les volcans sous marins. e) Analyse des basaltes d un système volcanique central : l Askja. 3. Mécanisme de fracturation et mise en place de la croûte. Troisième partie : L activité hydrothermale 1. Généralités : a) définitions comportement des eaux en profondeur 2. Répartition de cette activité en Islande. a) Les champs de basses températures. b) Les champs de hautes températures. 3. L origine de l eau de ses sources : météorique ou juvénile? Conclusion. Bibliographie. 3

4 Introduction : L Islande, pays bien connu pour ses volcans et ses geysers, est une île située au Nord de l océan Atlantique, au niveau du cercle polaire arctique. La superficie de l île est de km 2, et est constitué à 99,9% de roches volcaniques, le reste étant des dépôts sédimentaires. C est à cet endroit de la ride medio- atlantique que la production de magma est la plus importante, permettant ainsi l émersion de l île. Cet excès est en partie du à l existence d un point chaud, situé à l aplomb de la dorsale au niveau de l Islande, identifié par les anomalies géophysiques et chimiques et plus récemment par tomographie sismique. Le point chaud a une zone source beaucoup plus profonde que celle des dorsales. On a donc 2 origines pour le magmatisme islandais : l une (point chaud) plus profonde que l autre (dorsale).il est difficile de distinguer quelles sont les roches qui appartiennent à l une ou l autre activité magmatique. On peut se demander comment «cohabitent» ces 2 types de magmas dans le manteau et comment ils se répartissent. Plusieurs méthodes permettent de prouver l existence de ce point chaud sous l Islande, telles que la sismique, la pétrologie, la géochimie. Ce mémoire se basera sur des données géochimiques qui reposent sur les variations des éléments traces et des isotopes. On parle alors de géochimie descriptive. Les éléments traces contrastent avec les éléments majeurs par leur très grande variation de teneur suivant les types de roches : on peux dire qu ils sont discriminants. De même les teneurs en isotopes vont varier en fonction de leur comportement dans les liquides, ou les solides, et de leur zone source. Dans un premier temps nous essaierons de mettre en évidence le mélange de source magmatique. Ensuite nous verrons comment se répartissent les basaltes et l activité volcanique. Enfin nous parlerons d une des conséquences directement liée à son activité volcanique : l activité hydrothermale qui comprend les solfatares, les fumerolles, les sources d eau chaudes, et enfin les plus connus les geysers. 4

5 Première partie LES ORIGINES DU VOLCANISME ISLANDAIS 5

6 1. Les différentes sources des magmas basaltiques actuels d après la variation des éléments traces. Le comportement des éléments chimique dépend de leur affinité avec la phase solide ou la phase liquide. Les liquides résiduels issus de la production de magma verront leurs compositions changées, ils sont donc différenciés. On introduit la notion de coefficient de partage D, où D= [X.] solide /[X.] liquide. Les éléments incompatibles ou hygromagmaphiles, préfèrent les liquides magmatiques, avec un D inférieur à 1. Les éléments compatibles, quant à eux, préférent les solides et D>1. Dans le cas où D=1 on parle d élément inerte. On verra que le comportement des éléments est important pour l évolution de son milieu, comme le manteau ou la croûte par exemple. Les éléments chimiques sont donc des outils pour une géochimie descriptive. a) Les variations de composition isotopique Les caractéristiques isotopiques du manteau supérieur actuel sont obtenues grâce au volcanisme des dorsales. Les MORB( Mid Océanique Ridge Basalt) sont issus de la fusion partielle du manteau supérieur au niveau des dorsales. Le rapport isotopique initial de Sr (strontium), c est à dire celui du manteau primordial, est estimé à (BABI : basaltic achondrite best initial). Le rapport du manteau initial a évolué lentement au cours du temps dans un manteau profond, considéré comme un système clos. A l inverse la partie supérieure du manteau a évolué, subissant des phénomènes de fusion partielle qui a génèré et génère encore la croûte océanique et continentale. Le système est alors dit ouvert. En général les MORB sont pauvres en terres rares légères et en éléments incompatible, un MORB typique a un rapport 87 Sr/ 86 Sr = Ce sont les fusions successives qui conduisent à l appauvrissement en éléments incompatibles et à l enrichissement en éléments compatibles. L appauvrissement ou l enrichissement du manteau est donc lié aux comportements des éléments qui la composent. On prendra ici 2 exemples de comportement celui du Rb/Sr et celui de Nd/Sm Comportement du couple Rb/Sr : L élément Rb est plus incompatible que Sr (élément fils). Tous les isotopes d un même élément ont le même comportement. 6

7 Il en résulte donc que 87 Rb passe plus facilement dans le magma que 87 Sr. Après solidification le basalte qui s est enrichi en 87 Rb se désintégre en 87 Sr, d après la réaction suivante : 87 Rb 87 Sr + -1 e 0. Le rapport de 87 Sr/ 86 Sr, des roches issues de la cristallisation, a augmenté. Le solide résiduel lui s est appauvri en 87 Rb, le rapport 87 Sr/ 86 Sr du manteau résiduel lui augmente beaucoup plus faiblement. Ce rapport dépend donc du milieu dont il est issu. Les éléments Rb/Sr sont qualifiés d éléments traceurs. Figure 1 : variation de 87 Sr/ 86 Sr en fonction du temps. On voit que la fusion partielle qui engendre la croûte contribue à l appauvrissement du manteau supérieur. D où ( 87 Sr/ 86 Sr) manteau inférieur > ( 87 Sr/ 86 Sr) manteau supérieur Comportement du couple Sm/Nd : A l inverse du couple précédent, Nd (éléments fils) passe préférentiellement dans les liquides que Sm ( élément père). 147 Sm a une forte affinité pour le solide résiduel, où il continue à se désintégrer selon la réaction suivante : 147 Sm 4 2He Nd. C est donc le solide résiduel qui s enrichit en 143 Nd. Un rapport élevé en 143 Nd/ 144 Nd indique que la source est un manteau profond. Un rapport 143 Nd/ 144 Nd faible lui indique un manteau moins profond, en effet plus le manteau a fondu, plus le 143 Nd est «dilué» dans le liquide issu de cette fusion. D où ( 143 Nd/ 144 Nd) manteau inférieur < ( 143 Nd/ 144 Nd) manteau supérieur. Figure 2. variation 143 Nd/ 144 Nd en fonction du temps 7

8 8

9 D après le schéma (figure 3) on voit que les MORB occupent un petit espace, les rapports varient donc très peu. Leurs composition et celle de leur source mantellique est homogène. Ils sont caractérisés par une forte teneur en Nd et une teneur faible en Sr, ils proviennent donc du manteau supérieur, ou appauvri. Par contre les basaltes des îles océaniques, OIB ( Océanic Island Baslte), occupent une large zone dans ce diagramme. Ils auront des compositions plus variées. Le point Bulk Earth, ou composition de la terre moyenne, situé à de 87 Sr/ 86 Sr et à pour le 143 Nd/ 144 Nd. Les OIB incluent dans leur domaine le point de la Terre moyenne. D après leurs composition ils sont issus d un manteau plus profond que le manteau à l origine des MORB. On peut suggérer l hypothèse d un point chaud ou d un volcanisme d arc insulaire. b) Les variations de compositions des terres rares : Les terres rares, ou lanthanides, comprennent 15 éléments, dont 14 naturels allant du Lanthane (La, N=51) au Lutétium (Lu, N=71). On appelle les terres rares légères celles qui vont du lanthane au Néodyme (Nd), les TR lourdes vont de Dy à Lu. Les propriétés géochimiques des terres rares sont très voisines. Lors de la formation de la terre, c est le manteau qui a emmagasiné les terres rares, au détriment du noyau. De nombreuses fusions de la partie supérieure du manteau ont contribué à son appauvrissement en terres rares légères ( l appauvrissement en terres rares lourdes est plus faible). Figure 4 : Variation du rapport des terres rares dans les basaltes et les MORB D après la position des MORB on en déduit qu ils proviennent d un manteau contenant peu de terres rares légères, c est à dire du manteau supérieur appauvri donc peu profond. 9

10 10

11 2. les sources mantelliques et le modèle de mélange appliqué à L Islande a) La position intermédiaire de l Islande Sur ce schéma (figure 5) 2 zones sont importantes : celle de la composition de la Terre moyenne ou encore composition du manteau originel, il faut noter cependant qu il ne s agit que d une valeur théorique, calculé par rapport aux chondrites et La zone des MORB. La plus part des basaltes, sauf exceptions, se situent entre le rapport de la terre moyenne et celui des MORB. La composition des MORB reflète un manteau appauvri : rapport 87 Sr/ 86 Sr faible et un rapport en 143 Nd/ 144 Nd plus élevé, par rapport à la terre moyenne qui elle est issue d un manteau enrichi, puisqu il n a pas, ou très peu, subit de fusion. Les basaltes de l Islande sont situés entre ces 2 zones, ils ont une composition intermédiaire entre un manteau primordial et un manteau appauvri. Ces basaltes sont donc issus d un mélange entre des basalte de type MORB, manteau supérieur et des basaltes provenant d un manteau plus profond. 11

12 12

13 b) les variations des terres rares et des compositions isotopiques en fonction de la latitude : extension du point chaud.! Données chimiques : la variation des terres rares le long de la ride de Reykjanes. Ce diagramme (cf. figure 6) comprend 3 segments, dont l allure varie avec la latitude. A première vue on peut voir qu ils se comportent différemment. On sait aussi comment varie la teneur des basaltes en fonction des terres rares( cf.figure4). Si l on résume les données suivantes on peut en déduire une différence de composition des régions sources, il y a 2 sources qui sont géochimiquement différentes. L une est enrichie l autre appauvrie (en terres rares). Si on compare les 2 graphes (figure 4 et 6) on voit que: -Le segment N a une allure de type MORB, c est à dire qu il est pauvre en terres rares légères, ce basalte provient du manteau supérieur. -Le segment N qui est plus riche en terre rare légère et provient donc d un manteau plus profond. -Le troisième segment, N, lui présente une variation intermédiaire entre les 2 types de basaltes : d où l idée d un mélange.! Les données isotopiques : variation des isotopes 206 Pb/ 204 Pb, 208 Pb/ 204 Pb, 87 Sr/ 86 Sr. Ce sont des LILE Large Ion Lithophile Elément. Les rapports isotopiques lourds sont capitaux pour l étude des basaltes puisqu ils fournissent des informations directes sur les hétérogénéité du manteau. De la même manière que le Sr le plomb (Pb), isotope lourd, varie de la même façon. Le Pb est issu de la chaîne de décroissance de l 238 U ( 1 des isotopes de l Uranium). Le manteau primordial est riche en U, donc en Pb. Les liquides issus de ce type de manteau présenteront alors un rapport élevé en Pb. Sur la figure 7 les différents rapports isotopiques suivent la même courbe, ils sont corrélés positivement. Si l on découpe ces courbes on voit que : 13

14 14

15 -Entre N les rapports sont élevés, ce qui correspond à un manteau de type primordial. C est un manteau riche en terres rares légères, en Rb et en U. Le liquide issu de ce manteau présentera alors des rapports élevés en 206 Pb/ 204 Pb, 208 Pb/ 204 Pb, 87 Sr/ 86 Sr, et en La/Sm. Après avoir passé l axe de la ride les rapports diminuent jusqu à tendre vers un rapport stable. Donc plus on s éloigne de la dorsale plus les rapports diminuent, ce qui correspond à une source appauvrie. - Entre 61 et 52 N on a des rapports isotopiques plus faibles, caractéristiques d un magma tholéiitique de type MORB. C est une source appauvrie en éléments incompatibles tel le Rb, l U, et les terres rares légères. La composition des basaltes indique la composition de la source mantellique. Les caractéristiques d un magma sont donc caractéristiques de la source mantellique! Les données physique : la bathymétrie Une coupe bathymétrique le long de l axe de la dorsale medio- Atlantique montre des profondeurs minimales au niveau de l Islande : la ride émerge. Elle redescend progressivement jusqu à 60 N et chute a une profondeur de 4 km, profondeur normale pour une dorsale. (cf. Figure 8). Pour que la ride dépasse le niveau de la mer, il faut une production intense de magma. C est pourquoi on pourrait penser que la variation de profondeur de la ride est certainement lié à l activité d un point chaud. 15

16 3. Longueurs d ondes des anomalies et symétrie du point chaud. Les variations chimiques et physiques montrent des anomalies qui sont de 3 natures différentes : -géochimique :λ c -de profondeur ou d élévation : λ p -gravimétrique : λ g L anomalie géochimique est mise en évidence par la variation des rapports isotopiques et de terres rares. L anomalie de profondeur est le résultat de la variation bathymètrique. L anomalie gravimétrique elle est liée au phénomène d isostasie ou encore de compensation, liée au retour à un équilibre du système. Ces anomalies sont présentes sur une certaine distance, on parle de longueur d onde de l anomalie. En Islande on voit que l anomalie gravimétrique est la plus grande, ensuite vient celle d élévation et enfin la plus petite : l anomalie géochimique. Ces 3 anomalies suggèrent la présence d un point chaud situé à l aplomb de la dorsale. De plus la variation des terres rares et des isotopes, confirme bien l hypothèse de l existence de ce point chaud. Il «poinçonne» et déforme la ride medio atlantique (bombement qui lui permet d émerger). Ce point chaud provient du manteau inférieur( enrichi) et remonte sous forme de diapir (composant des manteaux enrichis). Le matériel fondu a une densité plus faible que le manteau avoisinant. Grâce à cette différence de densité ce liquide remonte doucement jusqu au manteau supérieur. En remontant ce liquide est contaminé par un manteau de plus en plus appauvri. C est cette contamination qui produira des basaltes de compositions intermédiaires. La dorsale atlantique est qualifiée de dorsale lente, c est à dire qu elle possède une zone axiale nettement plus large que dans les dorsales rapides. C est dans les dorsales lentes que les diapirs sont plus volumineux. On résumera ces résultats par un schéma synthétique (figure 9). Le point chaud ne déforme pas la ride de façon symétrique. Au contraire il est dissymétrique et s étend vers le Sud. (cf. figure 10) Le point chaud apparaît plus épais au Nord qu au Sud. Cette épaisseur aurait-elle une influence sur le volcanisme? 16

17 17

18 Deuxième partie REPARTTION DE TERRAINS BASALTIQUES ET DES DIFFERENTS TYPES D APPAREILS VOLCANIQUES 18

19 1. répartition des terrains basaltiques a) les plateaux basaltiques -Des plateaux de basaltes d âge tertiaire ( cf. Répartition figure11) se situent à l est, au nord-ouest et à l ouest et se répartissent sur 200 km de largeur. C est dans ces terrains que l on trouve les plus anciens basaltes. Les datations radiométriques indiquent que les plus vielles roche exposées en Islande sont :! A l Est de 13.6 Ma! Au Nord-Ouest 15 Ma! Au Nord 12 Ma Ces âges sont bas comparé à l âge estimé de l activité du point chaud qui remonte à 25 Ma environ. Mais les plus anciens basaltes ont du être recouvert par d importantes coulées de laves, comme par exemple des trapps. Les basaltes tertiaires sont des énormes coulées de lave empilées les une sur les autres formant des trapps. L ensemble des plateaux basaltiques tertiares occupent 50% de l île. L érosion est intense car le substrat rocheux est soumis à l action des glaciers et des volcans. L érosion due aux glaciers a nivelé ces reliefs ne laissant plus que des plateaux ne dépassant pas actuellement 1200m d altitude. L érosion des plateaux est à l origine des fjords islandais. b)le graben : Ces plateaux se sont effondrés au centre de l île dont le point de convergence est le graben(cf. figure 12). Ce graben médian, de 120 km de large au Nord et de 250 km de large au sud, sépare les plateaux basaltiques Il peut être appelé «axe de symétrie structurale» de l île. Il couvre 1/3 de la superficie de l Islande et est le siège de l ensemble du volcanisme actuel. Plus on s éloigne de l effondrement central plus, si l on se dirrige vers l ouest ou vers l est, les appareils volcaniques sont de plus en plus anciens (allant du quaternaire au tertiaire). 19

20 20

21 21

22 On remarque que la répartition des terrains basaltiques récents s effectue parallèlement à des axes de direction N-E, au Sud et de direction N-S dans la partie Nord (cf. figure 13). Ces directions illustrent le phénomène de dérive des continents à partir de la dorsale. La partie occidentale de l île appartient à la plaque américaine et dérive vers l ouest, tandis que la partie orientale, qui appartient à la plaque Eurasie, dérive vers l Est. 22

23 23

24 2. Répartition du volcanisme récent : a) les volcans fissuraux : Les volcans fissuraux apparaissent sur des fractures éruptives, parfois longue de plusieurs km. On peut voir que le graben a une forme de «Y», les fissures sont disposées en 2 zones l une ayant des fissures de direction N 10 et parallèles les unes aux autres. Les autres ont aussi une direction N 10, mais elles sont disposées en relais. Ces fissures montrent bien le phénomène de l ouverture de la ride. A cet endroit de la ride la production de magma est importante, il en résulte donc une croûte épaisse que l on pourra assimilée à une croûte continentale. Cette croûte se fissure sous une contrainte en extension produite par l ouverture de la ride. Le magma remonte le long de ces fractures et édifie plusieurs cratères, actifs simultanément. Sous ce type de volcans il n y a pas de réservoir magmatique. Ses éruptions donnent lieues à d énormes coulées de lave. Ce type d éruption est souvent très longue, elle peut durée pendant plusieurs années. En Islande les volcans fissuraux se situent dans le graben (cf. figure 13). Par exemple le Vatnaöldur au Sud de Thorsisvatn a émis plusieurs coulées, dont celle de la grande Thjorsa : coulée de 150 km étalée sur 800 km² et un volume de 15 km 3. Elle aurait moins de 6600 ans. C est le plus grand épanchement post-glaciaire de la Terre. b) les volcans centraux : A la différence des volcans fissuraux les volcans centraux sont issus d une sortie de magma unique. Ce sont en général de gros édifices. En Islande on les nomme «Eldborg», ce qui veut dire : «Forteresse de lave et de feu». dans les volcans centraux on trouve 2 types de volcans : - les boucliers. - les stratovolcans. L émission de lave très fluide permet la mise en place de bouclier (type hawaïen). On en dénombre une vingtaine en Islande dont le volcan Krafla Ce volcan central forme un bouclier, en bas large d environ 25 km de diamètre. 24

25 Le krafla a développé une caldeira qui mesure : -10 km d Est en Ouest. - 8 km du Nord au Sud. Cette caldeira s est formée lors de la dernière période interglaciaire. Actuellement cette caldeira c est remplie avec du matériel volcanique(retombées). Les stratovolcans sont représenté par le Snaefelljökull et Hekla. c) Les volcans sous glaciaires : une activité spécifique à l Islande! généralités La position de l Islande, au niveau du cercle polaire, fait que les plus grands édifices sont recouverts par des glaciers. C est donc une activité spécifique à l Islande. Les éruptions de ces volcans provoquent la fonte de la glace qui les entoure. Il en résulte une eau de fusion qui chargée de cendres volcaniques ressort au pied des glaciers sous forme de coulées de boue volumineuse appelées Jökulhaups. Elles dévalent les pentes du glacier à toute vitesse.ces coulées de boues sont beaucoup plus dangereuses que des coulées de la lave, car elles peuvent atteindre un débit très important. Les volcans sous glaciaires peuvent être fissuraux ou centraux Les volcans fissuraux sont représentés par : -Bardarbunga au Nord-Ouest du glacier du Vatnajökull -Katla. Les volcans sous glaciaires centraux : -Ooefajökull au Sud du Vatnajökull -Snaefellsjökull.! L éruption du Vatnajökull (30/09-13/ ) : Le Vatnajökull est situé au Sud-Est de l Islande. Il est composé de 6 volcans dont les principaux sont le Bardarbunga et Grimsvotn.C est un volcan de type fissural. 25

26 26

27 -Le 29/09/1996 à 10 h 48 un tremblement de terre, de magnitude 5 sur l échelle de Richter secoue le Vatnajökull au niveau de la faille active qui relie le volcan Bardarbunga au lac Grimsvotn. Plusieurs séismes de magnitude 3-4 lui succèderont. -Le matin du 01/10/1996 : un avion découvre un affaissement au niveau du Bardar unga, de la surface du glacier, au même endroit où avait eu lieu l éruption en Durant toute la journée cet affaissement continuera de s enfoncer. Ces dépressions sont le signe qu en profondeur la glace a commencée de fondre sous l effet du magma à 1000 C. Simultanément la couverture de glace de la caldeira de Grimstovn, situé à 15 km au Sud de la fissure active sous glacière, commence à monter. Ce phénomène est du à l eau qui a fondue et qui percole sous le glacier à travers les fissures glaciaires jusqu au lac sous glacière de Grimstovn. -Le 2 octobre l éruption, ponctuée par des explosions rythmiques, traverse la glace laissant place à des nuages de cendres noirs pouvant atteindre 500 m de haut et aussi à un énorme nuage de vapeur, du à la vaporisation du glacier, haut de 4 km. -Le 05/10/1996 Le lac de Grimstovn a emmagasiné 3 milliards de tonnes d eau. Il en résulte alors une pression énorme, fissurant la glace et permettant ainsi à l eau de s échapper d abord sous le glacier ensuite à l air libre. Cette eau s est transformée en coulée de boue, «Jökulhaups», dévastant tout, comme les ponts et routes, sur son chemin. Face à ce phénomène dévastateur on comprend alors l intérêt d étudier les éruptions sous glaciaires. Tout ceci afin de d augmanter non seulement l éfficacité des interprétations que l on peut faire des données collectées, mais aussi la qualité des prévisions en termes de risques naturels. d) les volcans sous marins : Il est difficile de les répertorier, sauf s ils émergent. Ce type de volcanisme est qualifié d hygromagmatique. Le mélange de l eau de mer à 4 C avec de lave à 1000 C, provoque un panache blanc de vapeur d eau et des gerbes de cendres noires appelées cypréssoïdes. Une fois émergés ces volcans deviennent effusifs. 27

28 28

29 e) Analyse des basaltes d un système volcanique central : L Askja L Askja est un volcan central c est à dire qu il y a canalisation et stockage de magma en profondeur dans une chambre magmatique. Le magma stagnant peut donc se différencier. Au contraire des volcans fissuraux qui eux ne stockent pas la lave. On placera les valeurs des tableaux ( Figure 15) dans un diagramme Na 2 O+ K 2 O en fonction de SiO 2 et dans un diagramme MgO en fonction de SiO 2. Ces diagrammes permettent de mettre immédiatement en évidence les évolutions magmatiques (cf. figure 16 et 17). Ici on peut voir sur le graphique ( cf.figure 17) MgO en fonction de SiO 2 que les basaltes une courbe d évolution typique d une cristallisation fractionnée. On peut donc voir que le téphra de Viti, est très différencié : c est une rhyolite du fait d une forte teneur en SiO 2 et d une faible teneur en MgO. Les basaltes ont une composition tholéiitique c est à dire qu ils sont issus d un manteau appauvri et donc probablement du manteau supérieur. Le téphra de Viti date de 1875, il est donc contemporain à la formation de la caldeira du système volcanique Askja. La présence de cette rhyolite implique nécessairement l existence d une chambre magmatique, où elle a pu se différencier à partir d un liquide primaire. Lors de la formation d une caldeira il y a expulsion de tout le matériel contenu dans la chambre magmatique. La lave expulsée peut être une lave très différenciée, d où la composition rhyolitique du téphra. Cette expulsion conduit à l effondrement de la chambre magmatique. Par contre les basaltes issues des coulées comprise entre 1875 et maintenant sont de type basalte tholeiitique. Une nouvelle chambre magmatique se serait mis en place, alimentée par la fissure situé juste en dessous du système volcanique d Askja(cf. figure 13). On est donc reparti dans un nouveau cycle de différenciation. Dans le graben il y a donc coexistence de système fissuraux et de systèmes centraux, à l origine des séries magmatiques. 29

30 30

31 3. Mécanisme de croissance de la croûte : Les éruptions ont une fréquence de 1 tout les 5 ans, durant le dernier siècle. La dynamique de la tectonique des plaques peut être expliquée par une accumulation graduelle de contraintes le long de la ride en réponse à la tectonique des plaques qui s éloignent de 2 cm/an, durant les derniers milliers d années. Les accumulations de contraintes durent 100 ans ou plus et sont alternés par des périodes d activités qui durent seulement quelques années. C est durant ces phases actives que le magma remonte sous le volcan central et est stocké dans une chambre magmatique peu profonde. Lorsque la contrainte se relâche le magma peut remonter jusqu à la surface. Exemple à Krafla l arrivée de magma est de l ordre de 5 m 3 /an. Pendant les périodes de relâchement court le magma est expulsé depuis le chambre magmatique jusque dans les fissures formant des dykes. En résumé les contraintes sont périodiquement relâchées et accompagnent un magmatisme changeant depuis une injection primaire, les dykes,à une explosion de lave. 31

32 Troisième partie L ACTIVITE HYDROTHERMALE 32

33 1.Généralités sur l activité hydrothermale. a) Définitions : Les activités hydrothermales sont des formes d activités paravolcaniques qui sont caractérisés par des émanations de gaz ou d eaux à des températures anormalement élevées. Elles caractérisent, le fait que le volcan est en inactivité éruptive. Les sources hydrothermales n existent que dans des zones où le gradient géothermique est anormalement élevé, ce sont donc généralement des zones volcaniques. La position de l Islande se prête particulièrement à ce type d activité. Les mofettes sont des émanations de gaz d anhydride carbonique à des températures peu élevées. Les Fumerolles quant à elles sont issues de terrains de plus hautes températures. Les gaz sont essentiellement de la vapeur d eau, de l anhydride carbonique et sulfureux, de l hydrogène sulfuré, du méthane, de l hydrogène et de l azote. Les solfatares ont de fortes teneurs en composés sulfurés. Les sources chaudes sont issues des eaux météoriques qui s infiltrent en profondeur, ou des eaux contenues dans le manteau.ces eaux atteignent des zones de températures anormalement élevées où elles se réchauffent. L eau remonte vers le surface par des jeux de fissures, jusqu à sa projection en surface. Dans certains cas spécifiques la pression de la vapeur d eau piégée projette de l eau en hauteur : c est un geyser( du mot geysir en islandais). La température d éruption d un geyser est de 100 c en moyenne. L apparition en surface de ces différentes activités est liée à leur teneur en gaz. Le gaz étant plus léger que le manteau qui est une phase condensée, ce qui lui permet de remonter. b) Comportement des eaux en profondeur : Les eaux à hautes températures circulant en profondeur sont douées d un haut pouvoir de dissolution. Elles dissolvent les gaz d origine profonde anhydrides carboniques, hydrogène, les composés chlorés fluorés et soufrés, les sels métalliques, lesquels se déposent dans les fissures et les anfractuosités des terrains qui les traversent et cristallisent. 33

34 34

35 2. Répartition de cette activité. L hydrothermalisme islandais est dû à son volcanisme récent, c est à dire qu il sera situé essentielement sur le graben. Les champs solfatoriens, sources d eaux chaudes, fumerolles et geysers font parti intégrante du paysage. On distingue 2 types d activité thermale : une de basse température( inférieure à 150 C) et l autre de haute température. a)les champs de basses températures : Les zones de basses températures, au nombre de 250, sont les plus nombreuses et ont une températures moyenne de 75 C. Elles sont localisées essentiellement dans les basaltes tertiaires. Leurs manifestations les plus courantes sont les sources chaudes alcaline, les fumerolles étant rares(puisque c est une zone de basse températures). b) les champs de hautes températures Les zones de hautes températures, au nombre de 20, sont situées dans le graben médian, lieu d activité du volcanisme récent. Ces zones de hautes températures sont représentées par des solfatares. De telles sources sont liées à un volcanisme différencié voire acide. Les eaux sont souvent riches en silice et engendrent des dépôts de geysérites Des volcans endormis tels que Hekla, Askja, Krafla sont ponctués par des activités hydrothermales, telles que les solfatares et les fumerolles, témoins d une activité passée ou d une éruption à venir. 35

36 3. L origine de l eau de ses sources : météorique ou juvéniles? Les origines des eaux hydrothermale peuvent être de 2 sortes : - l une provenant d une source météorique - l autre d une source plus profonde(eaux juvéniles). Pour savoir l origine de ces eaux il faut faire des analyses isotopiques des isotopes suivant : D ou 2 H, 3 H, 18 O. En effet les eaux météorique et profondes n ont pas les même composition. Pour l eau on utilisera les variations de 18 O et de 2 H(ou D). Comportement des eaux météoriques : C est une eau de surface, elle est donc sujette à des condensations - évaporations. La vapeur d eau issue des mers et des océans est pauvre en isotopes lourd et possède un δ 18 O et un δ D négatif. La phase liquide issue de la condensation aura des des δ 18 O et δ D plus fort que dans la phase vapeur. La vapeur d eau résiduelle sera encore plus appauvrie. Par conséquents les condensations suivantes seront plus faibles que les premières. La composition isotopique des eaux météoriques est fonction de la température moyenne annuelle de la latitude et de l altitude. Comportement des eaux juvéniles : Les eaux juvéniles (souterraines et hydrothermales) peuvent voir leur isotopes de l oxygène variés, du fait de leur contact avec les roches avec lesquelles elles percolent.il en résulte donc un δ 18 O plus élevé. Par contre la teneur en δ D ne change pas, ceci est dû à la pauvreté de la croûte en H. On tiendra compte alors d un rapport eau/roche. 36

37 En regardant le schéma suivant on voit la zone de composition des eaux météoritiques et celles de roches profondes. Une analyse chimiques des ses eaux aurait permis de les placer dans le diagramme δ D en fonction de δ 18 O et ainsi connaître leur provenance. L explosion de la bombe H a contribué à l enrichissement de l atmosphère en tritium. Les eaux météoriques récentes ont donc une teneur anormalement élevées en tritium. On parle d eau météorique récente car l eau une fois dans les profondeurs reste pendant un certain temps avant d être rejeté à la surface, on parle alors de cycle. 37

38 Conclusion Les analyses géochimiques confirment bien l existence d un point chaud sous la dorsale. Si différents domaines de la science permettent de démontrer l existence de ce point chaud, il ne faut surtout pas les négliger, ils sont complémentaires. Par exemple les données de la sismique permettent de savoir la morphologie de cette anomalies thermiques. «Une équipe américano islandiase a mesuré, grâce à une batterie de sismomètres portables déployée sur l ensemble de l Islande,. Résultat le point chaud ressemble à un cylindre quasi vertical, d un diamètre d environ 300 km, où la température serait plus de 200 C supérieure à celle du manteau avoisinant. Ce cylindre s étend à plus de 400 km de profondeur, voire comme le montre une autre étude américano-islandaise, jusqu à près de700 km. Le cœur du panache se trouve exactement à l aplomb de la zone volcanique la lus active de l île.» (L a recherche, n 296, en bref). L existence de ce point chaud sous la dorsale permet un mélange de source. La répartition es terrains basaltiques met bien en évidence : - les basaltes des plateaux (tholéiitiques). - les basaltes de la zone active où coexistent des systèmes fissuraux(basaltes tholéiitiques) et des volcans centraux (séries) lié à l existence de chambres magmatiques. L activité hydrothermale y est intense. Les Islandais ont su tirer profit de l énergie géothermique, comme les serres, le chauffage central, piscines chauffées permettant ainsi d économiser la consommation de pétrole et de faire une économie d énergie et aussi de s accommoder a leur climat rude. Ils apparaissent comme les pionniers dans l utilisation des vapeurs de la Terre. 38

39 Bibliographie [1] the Nordic Volcanological institute : http\\ photo de Karl Grönvold. [2] DERCOURT,J et J. PAQUET._ «Géologie objets et méthodes»_. Dunod, 1995, page 105. [3], [11] VOGT, P.R, B.E.Tucholke._ «the décade of North Américan géology project»_. Volume M : the western North Atlantic région, The géologicale society of América, 1986, p140, 142,175. [4] GENTE P. _ «Etude morphostructurale comparative de dorsales océaniques à taux d expansion variés.»,1987,thèse doctorat univ.brest, p371. [5] BARDINTZEFF,J.M._ «volcanologie»_. Dunod, 1992, p184. [6],[7], [8] KRAFFT,M et F.D. LAROUZIERE _ «Guide des volcans d Europe»_. Delachaux et Niestlé, 1999 p133, 139, 141. [9] LE FOULON, ML Eurêka n 16,février 1997, p 35. [10] the Nordic Volcanological institute : La recherche n 296._ «les dessous chauds de l Islande dévoilés»_. Mars 1997, en bref. 39

Magmatisme (6) Principales caractéristiques du magmatisme associé au contexte intraplaque

Magmatisme (6) Principales caractéristiques du magmatisme associé au contexte intraplaque Magmatisme (6) Principales caractéristiques du magmatisme associé au contexte intraplaque Il existe un certain nombre de volcans qui ne se trouvent pas en limite de plaque : on dit qu ils sont en contexte

Plus en détail

Commentaire de documents : Sujet : «Tectonique et société : le cas de l'islande»

Commentaire de documents : Sujet : «Tectonique et société : le cas de l'islande» Commentaire de documents : Sujet : «Tectonique et société : le cas de l'islande» Consignes : - travail individuel ; - rédiger intégralement introduction et conclusion ; - noter les titres des grandes parties

Plus en détail

Le magmatisme à la Réunion

Le magmatisme à la Réunion GEOLOGIE 15 avril 2009 Durée : 2 heures L usage de la calculatrice est autorisé pour cette épreuve (1pt) Le magmatisme à la Réunion L île de la Réunion est située dans l océan Indien. Elle constitue la

Plus en détail

Chapitre 3 - Divergence et phénomènes liés

Chapitre 3 - Divergence et phénomènes liés Chapitre 3 - Divergence et phénomènes liés Le chapitre précédent a montré la réalité de la tectonique des plaques et notamment la création permanente de lithosphère nouvelle dans l axe des dorsales océaniques.

Plus en détail

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE Source du Par (82 c) : la source la plus chaude d Europe continentale Premier plan : corps cellulaire d un neurone. 1,5 semaine Cours Approche

Plus en détail

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Géothermie et propriétés thermiques de la Terre 1 Lac de la station thermale du Blue Lagoon en Islande (eau chauffée par l énergie géothermique) 2 - I - Gradient géothermique et flux géothermique 1) Des

Plus en détail

Partie 6 : La géothermie et son utilisation.

Partie 6 : La géothermie et son utilisation. Partie 6 : La géothermie et son utilisation. La production d énergie est un défi pour l avenir. En effet la démographie explose et les humains ont besoin de plus en plus d énergie. L exploitation des énergies

Plus en détail

Basalte tholéitique - texture microlithique avec olivine (tache jaunâtre), plagioclases et pyroxènes.

Basalte tholéitique - texture microlithique avec olivine (tache jaunâtre), plagioclases et pyroxènes. Enigme 10 : De la roche en poudre!! Les dorsales produisent des basaltes qualifiés de MORB (Medio Ocean Ridge Basalts) Ces basaltes sont caractérisés par leur faible quantité d alcalins (Na20 et K2O),

Plus en détail

DEVOIR SURVEILLE. n 5 GEOLOGIE. durée 3 h

DEVOIR SURVEILLE. n 5 GEOLOGIE. durée 3 h 851, 852 et 853 Lundi 14 mars 2016 DEVOIR SURVEILLE n 5 GEOLOGIE durée 3 h Le sujet comporte 12 pages, il vous est conseillé de prendre connaissance de la totalité du sujet avant de commencer. Il sera

Plus en détail

Géologie- L5 : Géothermie et propriétés thermiques de la Terre. I. Gradient et flux géothermique : conséquences d une dissipation d énergie interne.

Géologie- L5 : Géothermie et propriétés thermiques de la Terre. I. Gradient et flux géothermique : conséquences d une dissipation d énergie interne. Géologie- L5 : Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Introduction : L existence d un flux de chaleur d origine interne fait l objet de nombreuses manifestations en surface (sources d eaux chaudes,

Plus en détail

Thème Le domaine continental et sa dynamique

Thème Le domaine continental et sa dynamique Thème Le domaine continental et sa dynamique 1 Chapitre I Caractérisation du domaine continental - I - Les caractéristiques de la lithosphère continentale 1) La nature de la croûte continentale Rappels

Plus en détail

Correction de la géothermie

Correction de la géothermie Correction de la géothermie Les ondes issues d un séisme survenu en Alsace sont enregistrées dans différentes stations (Doc. 1). On dispose ainsi du temps de parcours des ondes P réfléchies sur le Moho

Plus en détail

Le volcanisme. Introduction : On note au tableau les expressions, mots associés au volcanisme. Et on discute sur la pertinence de chacun!

Le volcanisme. Introduction : On note au tableau les expressions, mots associés au volcanisme. Et on discute sur la pertinence de chacun! Le volcanisme Introduction : On note au tableau les expressions, mots associés au volcanisme. Et on discute sur la pertinence de chacun! Problème : Qu est ce que le volcanisme? I. Les éruptions volcaniques

Plus en détail

- La péridotite est quant à elle un cas particulier, difficile à classer. C est la roche du manteau.

- La péridotite est quant à elle un cas particulier, difficile à classer. C est la roche du manteau. Rappels de géologie de 1S. Rappel bref de la structure du globe. http://geologie-alpe-huez.1001photos.com/roches/terre.php La lithosphère est constituée de la croûte (continentale ou océanique) et de la

Plus en détail

L éruption du volcan Grimsvötn en Islande

L éruption du volcan Grimsvötn en Islande BRGM PDG/JV Orléans, le 22 mai 2011, 17h L éruption du volcan Grimsvötn en Islande Le samedi 21 mai 2011, à 21h (heure de Paris), le volcan islandais Grimsvötn est entré en éruption, et le souvenir de

Plus en détail

CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE

CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE 1 CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE Quels sont les arguments qui permettent de renforcer le modèle? 2 3 I. UNE CONFIRMATION DE L EXPANSION DU PLANCHER OCÉANIQUE A.LES

Plus en détail

DEFINITIONS : Comment se passe une éruption volcanique? I/ Une éruption volcanique peut être effusive ou explosive. DEFINITION :

DEFINITIONS : Comment se passe une éruption volcanique? I/ Une éruption volcanique peut être effusive ou explosive. DEFINITION : Chapitre 2 : le volcanisme Mais, que dois-je savoir? Pour rattraper un cours manquant, retrouve-le sur le site du collège dans la rubrique «enseignements» : Contrat-élève 4 ème Chapitre 2 : le volcanisme

Plus en détail

Ch5 : L énergie interne de la Terre et son exploitation par l Homme

Ch5 : L énergie interne de la Terre et son exploitation par l Homme T3 : Enjeux planétaires contemporains U1 : Géothermie et propriétés thermique de la Terre Ch5 : L énergie interne de la Terre et son exploitation par l Homme I. La géothermie Les hommes recherchent des

Plus en détail

A partir des informations issues de l exploitation des documents 1 à 9, établissez le contexte géodynamique de l Islande.

A partir des informations issues de l exploitation des documents 1 à 9, établissez le contexte géodynamique de l Islande. BCPST 1 vendredi 5 février 2010 DS n 4 Géologie Eléments de correction PARTIE I A partir des informations issues de l exploitation des documents 1 à 9, établissez le contexte géodynamique de l Islande.

Plus en détail

UE Planète Terre. Grands Processus Géodynamiques. Julie Perrot - U.B.O.

UE Planète Terre. Grands Processus Géodynamiques. Julie Perrot - U.B.O. UE Planète Terre Julie Perrot - U.B.O. Grands Processus Géodynamiques I - Frontières Divergentes Modèles de rifting Rift Continental Dorsale Océanique II - Frontières Convergentes Subduction Collision

Plus en détail

Le piton de la fournaise

Le piton de la fournaise Le piton de la fournaise 1 Où se trouve le Piton de la fournaise? 2 La Réunion est formée de combien de volcans? 3 Quel est l âge du Piton de la fournaise? 4 Comment s est construite l île? 5 Quelle est

Plus en détail

4. Roches volcaniques et volcanisme

4. Roches volcaniques et volcanisme 4. Roches volcaniques et volcanisme 1ère Partie: magmas, roches et contexte géodynamique Krakatoa (Java, Indonésie) La Chaîne des Puys 4.1. Les magmas 1. Magma basaltique -- SiO 2 45-55 wt%, concentré

Plus en détail

Des volcans en éruption

Des volcans en éruption Activité 1 Des volcans en éruption Les volcanologues observent les éruptions volaniques afin de découvrir leur cause et de comprendre le fonctionnement des volcans. Quelles sont les caractéristiques des

Plus en détail

I/ Le principe de la datation absolue est basé sur la décroissance radioactive de certains éléments chimiques : (doc2 page 172)

I/ Le principe de la datation absolue est basé sur la décroissance radioactive de certains éléments chimiques : (doc2 page 172) B. La datation absolue, en donnant accès à l âge des roches et des fossiles permet de mesurer les durées des phénomènes géologiques. Elle permet aussi de situer dans le temps l échelle relative des temps

Plus en détail

Chapitre II La formation des chaînes de montagnes

Chapitre II La formation des chaînes de montagnes Chapitre II La formation des chaînes de montagnes -I -Les traces d un domaine océanique dans les chaînes de montagnes 1) Des roches témoins d un océan disparu 1 2 Basaltes en coussin au fond de l océan

Plus en détail

I ) L identification de deux types de volcanisme. 1) Les éruptions effusives des volcans "rouges" : (exemple : Le Piton de la Fournaise).

I ) L identification de deux types de volcanisme. 1) Les éruptions effusives des volcans rouges : (exemple : Le Piton de la Fournaise). LE VOLCANISME. Introduction : La Terre possède sur les cinq continents plus de 1500 volcans (et bien davantage sous les océans) qui sont aujourd hui considérés comme actifs ; chaque année en moyenne 60

Plus en détail

Projet Sciences : Le volcanisme

Projet Sciences : Le volcanisme Projet Sciences : Le volcanisme Sources : http://www.ac-bordeaux.fr/ia64/index.php?id=1547 et http://cenicienta.eklablog.com Niveau : Cycle 3 Pilier n 3 : Les principaux éléments de la culture scientifique

Plus en détail

CHAPITRE 14 LA MACHINERIE THERMIQUE DE LA TERRE

CHAPITRE 14 LA MACHINERIE THERMIQUE DE LA TERRE CHAPITRE 14 LA MACHINERIE THERMIQUE DE LA TERRE En proposant sa théorie de la mobilité horizontale des continents, Wegener s'était heurté au problème de la détermination des forces capables de déplacer

Plus en détail

INTRODUCTION - RAPPELS

INTRODUCTION - RAPPELS Thème 1B Chapitre 3 Les caractéristiques de la lithosphère continentale TermS 2012-2013 INTRODUCTION - RAPPELS L'étude de la propagation des ondes sismiques a permis d'élaborer un modèle de structure interne

Plus en détail

La stratification de l eau dans un ballon d eau chaude

La stratification de l eau dans un ballon d eau chaude Principe La stratification de l eau dans un ballon d eau La densité de l eau varie avec sa température. De manière simplifiée, plus l eau est froide, plus elle est dense. «Un litre d eau froide, c est

Plus en détail

Chapitre 5 : Un premier modèle global : Une lithosphère découpée en plaques rigides

Chapitre 5 : Un premier modèle global : Une lithosphère découpée en plaques rigides 1 Chapitre 5 : Un premier modèle global : Une lithosphère découpée en plaques rigides Introduction Dans les années 1965-1968, l étude de la géométrie des dorsales a permis de construire un modèle où la

Plus en détail

Partie 1 : L activité interne du globe terrestre

Partie 1 : L activité interne du globe terrestre Partie 1 : L activité interne du globe terrestre I] Des éruptions volcaniques différentes CHAPITRE 2 LES VOLCANS : EFFETS ET CAUSES Quelles sont les manifestations d une éruption volcanique? Quelles sont

Plus en détail

LES ROCHES. 1. Introduction : a) Les roches dans la nature : Cours de géographie 3 ème artistique de transition et qualification G.

LES ROCHES. 1. Introduction : a) Les roches dans la nature : Cours de géographie 3 ème artistique de transition et qualification G. LES ROCHES 1. Introduction : a) Les roches dans la nature : Cours de géographie 3 ème artistique de transition et qualification G. Cuvelier page 1 b) Les roches, matériaux de construction : Cours de géographie

Plus en détail

Les volcans vus du ciel.

Les volcans vus du ciel. 24 février 2015 Les volcans vus du ciel. Par Charles Frankel Géologue Sommaire Les volcans vus du ciel.... 1 I. L Etna :... 1 II. Le Stromboli :... 2 III. Volcanisme terrestre :... 2 IV. Le Santorin :...

Plus en détail

Méthodes géophysiques et géochimiques

Méthodes géophysiques et géochimiques Méthodes géophysiques et géochimiques 1.3. TD Introduction Il y a 4.567 milliards d années (Ga), au moment où le nuage de gaz et de poussière qui va constituer le système solaire s effondre sur lui même,

Plus en détail

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction. Elisabeth Vangioni. Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction. Elisabeth Vangioni. Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction Elisabeth Vangioni Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 I. La source d énergie du Soleil : calcul de son temps de vie. Question

Plus en détail

OLYMPIADES ACADEMIQUES DES GEOSCIENCES ACADEMIES D AIX- MARSEILLE, BORDEAUX, CORSE, NICE, POITIERS, TOULOUSE

OLYMPIADES ACADEMIQUES DES GEOSCIENCES ACADEMIES D AIX- MARSEILLE, BORDEAUX, CORSE, NICE, POITIERS, TOULOUSE SESSION 20 OLYMPIADES ACADEMIQUES DES GEOSCIENCES ACADEMIES D AIX- MARSEILLE, BORDEAUX, CORSE, NICE, POITIERS, TOULOUSE Proposition de corrigé et barème. Olympiades académiques de géosciences 20 Page Propositions

Plus en détail

La tectoniques des plaques

La tectoniques des plaques La tectoniques des plaques PowerPoint 12.2 Les couches de la Terre L écorce Friable, cassante L écorce continentale est formée largement d une roche légère et moins dense, le granite. L écorce océanique

Plus en détail

ÉNERGIES NON RENOUVELABLES

ÉNERGIES NON RENOUVELABLES ÉNERGIES FOSSILES ÉNERGIE FISSILE ÉNERGIES FOSSILES Les énergies fossiles proviennent, comme leur nom l indique, de la fossilisation de grandes quantités de matière organique, provenant de la décomposition

Plus en détail

EXERCICES DIVERGENCE LITHOSPHERE ET TECTONIQUE DES PLAQUES P65 66 67

EXERCICES DIVERGENCE LITHOSPHERE ET TECTONIQUE DES PLAQUES P65 66 67 EXERCICES DIVERGENCE LITHOSPHERE ET TECTONIQUE DES PLAQUES P65 66 67 Exercice 1 p 65 : Définir en une phrase les mots suivants Dorsale océanique : chaîne de montagne sous-marine en basalte possédant une

Plus en détail

HYDROTHERMALISME et GEOTHERMIE

HYDROTHERMALISME et GEOTHERMIE HYDROTHERMALISME et GEOTHERMIE P. Patrier Mas Lien : http://sfa.univ-poitiers.fr/geosciences/ (ressources pédagogiques) Quelques définitions. Gê : terre - thermos : chaleur Géothermie : «C est l utilisation

Plus en détail

1. Introduction 2. Localiser un séisme 3. Déterminer la force d un séisme 4. Caractériser le mécanisme de rupture d un séisme

1. Introduction 2. Localiser un séisme 3. Déterminer la force d un séisme 4. Caractériser le mécanisme de rupture d un séisme Partie II Les paramètres des séismes Séisme: libération d énergie destructrice à partir de la magnitude 5 Prévision sismique: déterminer l aléa sismique Étude du mécanisme de rupture de la faille 1. Introduction

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

1ère partie de l épreuve Dossier. LA FORMATION DE LA LITHOSPHERE OCEANIQUE ET SON EVOLUTION

1ère partie de l épreuve Dossier. LA FORMATION DE LA LITHOSPHERE OCEANIQUE ET SON EVOLUTION 1ère partie de l épreuve Dossier. LA FORMATION DE LA LITHOSPHERE OCEANIQUE ET SON EVOLUTION FORMATION DE LA LITHOSPHERE OCEANIQUE ET SON EVOLUTION Niveau : 1 ère S - TS Extrait du programme : Divergence

Plus en détail

Livret de visite de l élève de l école élémentaire (cycle 3)

Livret de visite de l élève de l école élémentaire (cycle 3) Exposition VOLCANS du 25 octobre 2007 au 21 avril 2008 Livret de visite de l élève de l école élémentaire (cycle 3) Ce livret est destiné à garder une trace écrite de la visite de l exposition, mais aussi

Plus en détail

Activité 53 : Dynamique du volcan et structure de la roche volcanique

Activité 53 : Dynamique du volcan et structure de la roche volcanique Activité 53 : Dynamique du volcan et structure de la roche volcanique 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie : L activité interne du globe 2. PLACE DE L ACTIVITE DANS UNE PROGRESSION Chapitre I. Les séismes

Plus en détail

Chapitre n 3: L hypothèse de l expansion océanique et l apport de nouvelles données scientifiques

Chapitre n 3: L hypothèse de l expansion océanique et l apport de nouvelles données scientifiques Chapitre n 3: L hypothèse de l expansion océanique et l apport de nouvelles données scientifiques. Introduction Faute de connaissances suffisantes sur la structure et le fonctionnement de la planète, la

Plus en détail

Partie II : Pratique du raisonnement scientifique et argumentation. Exercice 2 : Histoire de la théorie de la tectonique des plaques (5 points)

Partie II : Pratique du raisonnement scientifique et argumentation. Exercice 2 : Histoire de la théorie de la tectonique des plaques (5 points) Partie II : Pratique du raisonnement scientifique et argumentation Exercice 2 : Histoire de la théorie de la tectonique des plaques (5 points) L Inde et l Asie sont actuellement en contact. Diverses méthodes

Plus en détail

Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie

Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie Connaissances et savoir-faire exigibles : () () (3) () (5) (6) (7) (8) Définir et calculer un défaut de masse et une énergie de liaison. Définir et calculer l énergie

Plus en détail

La fonte des glaces fait-elle monter le niveau de la mer?

La fonte des glaces fait-elle monter le niveau de la mer? La fonte des glaces fait-elle monter le niveau de la mer? L effet de la fonte des glaces sur la variation du niveau de la mer est parfois source d erreur et de confusion. Certains prétendent qu elle est

Plus en détail

Chapitre 2 - Les conditions de la vie : une particularité de la Terre?

Chapitre 2 - Les conditions de la vie : une particularité de la Terre? Chapitre 2 - Les conditions de la vie : une particularité de la Terre? I- Les objets du système solaire Activité : Les objets du système solaire (Livre p12-13-14-15) Observations de photos et participation

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Volcanisme dans le monde

Volcanisme dans le monde 13-01-06 Etymologie et Classification des Volcans Volcanisme dans le monde Le mot volcan trouve son étymologie dans le nom du dieu romain du feu Vulcain (Héphaïstos en grec ancien). C'est un relief, résultant

Plus en détail

LE DIAGRAMME ENTHALPIQUE

LE DIAGRAMME ENTHALPIQUE LE DIAGRAMME ENTHALPIQUE L expression cycle vient de la thermodynamique. En effet lorsqu une masse de fluide se retrouve après diverses transformations dans le même état (pression, volume, température)

Plus en détail

Les risques volcaniques

Les risques volcaniques Les risques volcaniques La Classe de 2VP1 est allée visiter Vulcania le vendredi 4 avril le matin. L entrée de Vulcania L objectif de cette sortie vise à comprendre quels sont les risques majeurs et les

Plus en détail

CHANGER DE CLIMAT! Les climats sur Terre avec NOVA

CHANGER DE CLIMAT! Les climats sur Terre avec NOVA CHANGER DE CLIMAT! Climat tropical, climat tempéré, réchauffement climatique, facteurs de climat Peut-être as-tu déjà entendu toutes ces expressions. Mais sais-tu ce qu elles signifient vraiment? Nova,

Plus en détail

La tectonique des plaques. Problème : Quel lien peut-on faire entre séismes, volcans et plaques? I- L'enveloppe de la Terre est découpée en plaques.

La tectonique des plaques. Problème : Quel lien peut-on faire entre séismes, volcans et plaques? I- L'enveloppe de la Terre est découpée en plaques. Chapitre 3 : La tectonique des plaques Problème : Quel lien peut-on faire entre séismes, volcans et plaques? I- L'enveloppe de la Terre est découpée en plaques. A- Localisation des plaques Activité : Observation

Plus en détail

À FORMATION DU PÉTROLE À PARTIR D UNE ROCHE MÈRE PLANCTONIQUE

À FORMATION DU PÉTROLE À PARTIR D UNE ROCHE MÈRE PLANCTONIQUE Géosciences Aux débuts de la prospection en Pennsylvanie en 1860, les méthodes étaient "hautement scientifiques". (À l ombre des derricks, Morris, éditions Dupuis, 1997) Depuis, la consommation de pétrole

Plus en détail

Volcanisme et tectonique des plaques

Volcanisme et tectonique des plaques Volcanisme et tectonique des plaques Le volcanisme Le volcanisme est un phénomène naturel menaçant, mais il peut être aussi fascinant. Pour certaine civilisation, l attraction des volcans est grande. Elle

Plus en détail

7. Le rôle de l eau dans la transformation des roches

7. Le rôle de l eau dans la transformation des roches 7. Le rôle de l eau dans la transformation des roches A. L EAU DANS L ALTÉRATION ET L ÉROSION Quelle que soit la nature des roches à la surface du globe, elles subissent les actions conjuguées des fluides

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL B. PLONGÉES EN SATURATION Les instructions qui suivent permettent de conduire des opérations de plongée à saturation à l héliox avec un niveau vie allant de 10 m à 180 m. Elles autorisent un travail :

Plus en détail

Islande. Terre de feu et de glace. Géologue, maître de conférence (e. r.) à l université de Rennes 1

Islande. Terre de feu et de glace. Géologue, maître de conférence (e. r.) à l université de Rennes 1 Islande. Terre de feu et de glace. par Sylvain Blais: Géologue, maître de conférence (e. r.) à l université de Rennes 1 Sommaire Islande.... 1 I. Localisation et formation :... 1 II. Les Geysers :... 3

Plus en détail

Activité 54 : Modélisation des phénomènes associés à la convergence au niveau d une fosse océanique

Activité 54 : Modélisation des phénomènes associés à la convergence au niveau d une fosse océanique Fiche professeur - 4 e Activité 54 : Modélisation des phénomènes associés à la convergence au niveau d une fosse océanique 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie : L activité interne du globe Connaissances

Plus en détail

Tectonique des plaques

Tectonique des plaques Tectonique des plaques Eléments modernes à l appui de la tectonique des plaques : 1. Minimum de vitesse (LVZ) au sommet de l asténosphère Rigidité moindre Région de cisaillement La lithosphère flotte sur

Plus en détail

o 2. la dorsale médio-atlantique Une chaîne de montagnes sous-marines de nord à sud le long de l océan Atlantique

o 2. la dorsale médio-atlantique Une chaîne de montagnes sous-marines de nord à sud le long de l océan Atlantique - Comment les continents se déplacent-ils? - S il y avait une fois, tous les continents ont formé un «supercontinent», la Pangée... o Il faut conclure que les continents se déplacent - Donc, il faut poser

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

BCPST. 1-851 et 852. Lundi 15/03/2010. DEVOIR n 5

BCPST. 1-851 et 852. Lundi 15/03/2010. DEVOIR n 5 BCPST. 1-851 et 852. Lundi 15/03/2010. DEVOIR n 5 GEOLOGIE. Durée : 3 heures. Le sujet comporte 12 pages et trois parties indépendantes et obligatoires. Il est conseillé de prendre connaissance de la totalité

Plus en détail

Chapitre 2 : Les mécanismes optiques de l œil (p. 19)

Chapitre 2 : Les mécanismes optiques de l œil (p. 19) THÈME 1 : REPRÉSENTATION VISUELLE Chapitre 2 : Les mécanismes optiques de l œil (p. 19) Savoir-faire : Reconnaître la nature convergente ou divergente d une lentille. Représenter symboliquement une lentille

Plus en détail

Les Méthodes Géophysiques. Gravimétrie Magnétisme Polarisation spontanée Sismique. Appliquées à la Géothermie

Les Méthodes Géophysiques. Gravimétrie Magnétisme Polarisation spontanée Sismique. Appliquées à la Géothermie Les Méthodes Géophysiques Gravimétrie Magnétisme Polarisation spontanée Sismique Appliquées à la Géothermie Introduction Structure du globe Etude des ondes sismiques : caractériser les grandes discontinuités

Plus en détail

obs.4 Un modèle pour l œil exercices

obs.4 Un modèle pour l œil exercices obs.4 Un modèle pour l œil eercices Savoir son cours Mots manquants Les rayons de lumière en provenance d un objet pénètrent dans l œil, traversent plusieurs milieu transparents et forment l image de l

Plus en détail

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX T ale S Introduction : Une réaction nucléaire est Une réaction nucléaire provoquée est L'unité de masse atomique est une unité permettant de manipuler aisément

Plus en détail

Le calorimètre de Junkers et la mesure de la masse moléculaire par effusiométrie

Le calorimètre de Junkers et la mesure de la masse moléculaire par effusiométrie Manipulation 1 Le calorimètre de Junkers et la mesure de la masse moléculaire par effusiométrie Consignes de sécurité Soyez prudent en utilisant le gaz naturel. Dans le cas d une odeur de gaz, fermez la

Plus en détail

PRO 2011-05. Édition : Joanne Nadeau, ing. Graphisme : André Tremblay

PRO 2011-05. Édition : Joanne Nadeau, ing. Graphisme : André Tremblay PRO 2011-05 Édition : Joanne Nadeau, ing. Graphisme : André Tremblay www.mrnf.gouv.qc.ca/produits-services/mines.jsp Dépôt légal Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2011 Gouvernement du Québec,

Plus en détail

OBS.2 UN MODÈLE POUR L ŒIL exercices

OBS.2 UN MODÈLE POUR L ŒIL exercices OBS.2 UN MODÈLE POUR L ŒIL eercices SAVOIR SON COURS ❶ Mots manquants Les rayons de lumière en provenance d un objet pénètrent dans l œil, traversent plusieurs milieu transparents et forment l image de

Plus en détail

première S 1S7 Géothermie

première S 1S7 Géothermie FICHE 1 Fiche à destination des enseignants Type d'activité Activité documentaire Notions et contenus du programme de première S Radioactivité naturelle et artificielle. Activité. Lois de conservation

Plus en détail

La Géothermie D.Madet

La Géothermie D.Madet La Géothermie D.Madet La chaleur de la terre augmente avec la profondeur. Les mesures récentes de l accroissement de la température avec la profondeur, appelée gradient géothermique, ont montré que cette

Plus en détail

II. Les savoirs scientifiques à maîtriser A/ Volcanisme Savoir définir volcan / volcanisme

II. Les savoirs scientifiques à maîtriser A/ Volcanisme Savoir définir volcan / volcanisme UE 116 TD 1 Sciences de la Terre Les concepts mobilisés dans les explications des phénomènes volcaniques et sismiques. I. Nos représentations initiales Support Affiches/ Comparaison Travail par groupe

Plus en détail

REPRESENTATION DE LA TECTONIQUE DES PLAQUES EN 3D ET CARTES PALEOGEOGRAPHIQUES Par Chris Scotese

REPRESENTATION DE LA TECTONIQUE DES PLAQUES EN 3D ET CARTES PALEOGEOGRAPHIQUES Par Chris Scotese REPRESENTATION DE LA TECTONIQUE DES PLAQUES EN 3D ET CARTES PALEOGEOGRAPHIQUES Par Chris Scotese www.scotese.com chris@scotese.com Introduction Christopher SCOTESE de l Université du Texas est l'auteur

Plus en détail

Chapitre II Les volcans 1

Chapitre II Les volcans 1 Les volcans 1 I/ Les volcans sont une autre manifestation de l activité interne du globe. A/ Le volcanisme à la surface du globe 2 3 3 Le volcanisme est l arrivée à la surface de la terre de laves et de

Plus en détail

GLISSEMENTS DE TERRAIN DANS LES DÉPÔTS MEUBLES

GLISSEMENTS DE TERRAIN DANS LES DÉPÔTS MEUBLES 5 2 GLISSEMENTS DE TERRAIN DANS LES DÉPÔTS MEUBLES 2.1 Contexte géologique général En raison de l immensité de son territoire et des divers environnements géologiques qui le composent, le Québec est exposé

Plus en détail

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante En résumé Évaluation de l impact sur la qualité de l air des évolutions de circulation mises en oeuvre par la Mairie de Paris entre 2002 et 2007 Ce document présente les résultats de l évolution entre

Plus en détail

La géothermie, une source d énergie parmi d autres Corrigé de la fiche élève

La géothermie, une source d énergie parmi d autres Corrigé de la fiche élève La géothermie, une source d énergie parmi d autres Corrigé de la fiche élève Ressources à disposition : http://www.explorateurs energie.com/explo_ens/anim.php# http://www.edf.com/html/ecole_energie/ L

Plus en détail

Diagramme de phases binaire liquide-solide

Diagramme de phases binaire liquide-solide hivebench francoise PROTOCOL ENSCM_S5_INORG Diagramme de phases binaire liquide-solide https://www.hivebench.com/protocols/6885 Created by francoise (user #1271) the Tue 30 June 2015 1. Introduction Diagramme

Plus en détail

Chapitre IV LA LUNE I LES CARACTERES PHYSIQUES ET ASTRONOMIQUES DE LA LUNE

Chapitre IV LA LUNE I LES CARACTERES PHYSIQUES ET ASTRONOMIQUES DE LA LUNE Chapitre IV LA LUNE I LES CARACTERES PHYSIQUES ET ASTRONOMIQUES DE LA LUNE Forme : - sphère presque parfaite - zones sombres = mare (" mer ") = vastes plaines, lisses constituées de basaltes Elles caractérisent

Plus en détail

L équilibre Macro-Economique

L équilibre Macro-Economique L équilibre Macro-Economique Jean-Pierre Damon, octobre 1985. La position de départ des théoriciens est la situation d équilibre qui permet à la totalité de la production d être soit consommée, soit utilisée

Plus en détail

TP16 : de l élaboration de la théorie aux mouvements absolus.

TP16 : de l élaboration de la théorie aux mouvements absolus. TP16 : de l élaboration de la théorie aux mouvements absolus. Matériel : - logiciels informatiques( le fichier Hawai.kmz ; le dossier TP GPS 1S) - Du papier calque - Un globe terrestre ( activité 1) Objectif

Plus en détail

LE DOMAINE CONTINENTAL ET SA DYNAMIQUE

LE DOMAINE CONTINENTAL ET SA DYNAMIQUE Thèmes 4 et 5 1ère PARTIE : Mobilisation des connaissances (8 points). LE DOMAINE CONTINENTAL ET SA DYNAMIQUE Les zones de subduction sont le siège d'une importante activité magmatique qui aboutit à la

Plus en détail

1ère partie de l épreuve Dossier. DORSALE ET LITHOSPHERE OCEANIQUE

1ère partie de l épreuve Dossier. DORSALE ET LITHOSPHERE OCEANIQUE 1ère partie de l épreuve Dossier. DORSALE ET LITHOSPHERE OCEANIQUE DORSALE ET LITHOSPHERE OCEANIQUE Niveau : 1 ère S - TS Extrait du programme : Divergence et phénomènes liés (durée indicative : 3 semaines)

Plus en détail

LES FAILLES ET LES SEISMES : CAUSES OU SONSEQUENCES?

LES FAILLES ET LES SEISMES : CAUSES OU SONSEQUENCES? LES FAILLES ET LES SEISMES : CAUSES OU SONSEQUENCES? Classe : 4 ème durée : 50 minutes la situation-problème Tu viens de découvrir les manifestations et les conséquences d un séisme, mais tu ne sais pas

Plus en détail

Bepac eau chaude sanitaire à capteur sol. Bepac. Ecs 300LT CAPTEUR SoL

Bepac eau chaude sanitaire à capteur sol. Bepac. Ecs 300LT CAPTEUR SoL Ecs 300LT CAPTEUR SoL 1 Pose du Capteur Manuel d installation et utilisation Le capteur se pose à 80 cm de profondeur, il doit être installé dans le sol et sera recouvert de terre.(tolérance du terrassement

Plus en détail

Le gaz de schistes : sa genèse Une vieille histoire géologique

Le gaz de schistes : sa genèse Une vieille histoire géologique Le gaz de schistes : sa genèse Une vieille histoire géologique La genèse du gaz de schistes se confond avec la genèse du pétrole, du gaz naturel et du charbon. Dans tous ce cas, ces matériaux se sont formés

Plus en détail

Equilibre solide-liquide des systèmes binaires

Equilibre solide-liquide des systèmes binaires Equilibre solide-liquide des systèmes binaires I. Introduction La matière présente généralement trois états: solide, liquide et gazeux. Les phases et les structures sous lesquelles peuvent exister les

Plus en détail

C3. Produire de l électricité

C3. Produire de l électricité C3. Produire de l électricité a. Electricité : définition et génération i. Définition La matière est constituée d. Au centre de l atome, se trouve un noyau constitué de charges positives (.) et neutres

Plus en détail

EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS

EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS L HUMIDITÉ DANS LE BÂTI B EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Pour comprendre comment agit l humiditl humidité,, il faut d abord d connaître Comment s effectuent la pénétration et la propagation

Plus en détail

ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE

ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE 562 ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE 563 TABLE DES MATIÈRES ANNEXE J... 562 POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS

Plus en détail

A1-1 L eau dans tous ces états Extraire des infos d un texte. I. Omniprésence de l eau sur la Terre

A1-1 L eau dans tous ces états Extraire des infos d un texte. I. Omniprésence de l eau sur la Terre A1-1 L eau dans tous ces états Extraire des infos d un texte Eau constituants nécessaire à la vie Pourquoi l eau est-elle si importante? Comment l eau est répartie sur la Terre? Sous quelle forme existe

Plus en détail

Nées du feu. Nées d un magma, une masse de roche fondue. Volcans

Nées du feu. Nées d un magma, une masse de roche fondue. Volcans Nées du feu Nées d un magma, une masse de roche fondue. Volcans L origine des magmas De l eau à 90 C ne bout pas au niveau du sol parce que le poids de l air qui se trouve audessus, la pression, garde

Plus en détail

3. Les limites d inflammations ou d explosivités.

3. Les limites d inflammations ou d explosivités. L explosimétrie 1. Qu est ce qu une explosion? L explosion est due à la présence d un combustible mélangé à un comburant dans des proportions données, qui en présence d une source d ignition ou de chaleur,

Plus en détail

Le méthane (CH4) Polluants. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd)

Le méthane (CH4) Polluants. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd) Le méthane (C4) Polluants Fiche détaillée Niveau (A partir de la 2nd) I. La molécule de Méthane C Le méthane est un hydrocarbure de la famille des alcanes de formule brute C4. C'est un gaz que l'on trouve

Plus en détail

CORRIGES Plan de la séance

CORRIGES Plan de la séance CORRIGES Plan de la séance 1. Corriges Compréhension écrite 2. Corriges Compréhension orale 3. Corriges grammaire 4. Corriges vocabulaire 5. Corriges conjugaison 6. Corriges orthographe 7. Corriges Lecture

Plus en détail