Effets sur la santé des fibres de substitution à l'amiante

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Effets sur la santé des fibres de substitution à l'amiante"

Transcription

1 Effets sur la santé des fibres de substitution à l'amiante Rapport établi à la demande de la Direction Générale de la Santé et de la Direction des Relations du Travail (Ministère de l'emploi et de la Solidarité) Paris: INSERM, (Expertise collective) Les Éditions INSERM, , rue de Tolbiac Paris ISBN ISSN

2 Présentation Réalisée la demande de la Direction Générale de la Santé et de la Direction des Relations du Travail, la présente expertise collective de l INSERM, consacrée aux fibres de substitution à l amiante, analyse leurs effets sur la santé par différentes approches qui font l objet des chapitres de ce rapport (propriétés physicochimiques, métrologie/expositions, effets sur la santé de l homme, études expérimentales). La synthèse qui clôt cet ouvrage résume brièvement ces différents chapitres. Consistant en une analyse approfondie de la littérature scientifique publiée jusqu à la fin de 1997, ce travail a porté sur les principales fibres utilisées en remplacement de l amiante: fibres minérales artificielles (laines de verre, de roche et de laitier, fibres de verre à filament continu, microfibres de verre, fibres céramiques réfractaires), fibres organiques (para aramides, cellulose). Le cas des polyvinylalcools n a pas été abordé en raison de la pauvreté de la littérature scientifique les concernant. On peut en effet souligner que sont utilisées massivement, en remplacement de l amiante aujourd hui, des fibres pour lesquelles très peu de données toxicologiques existent; la nouveauté de leur emploi dans ces applications se traduit pareillement par une absence de données concernant leurs effets potentiels sur la santé humaine.

3 Groupe d experts Le groupe d expertise collective réuni par l INSERM comportait: Haudrey ASSIER Marie-Annick BILLON-GALLAND Paolo BOFFETTA Paul DE VUYST Pascal DUMORTIER Marcel GOLDBERG Joëlle GUIGNARD Jacques HAKIM Marie-Claude JAURAND Claude LAMBRÉ Claude LESNÉ Danièle LUCE Jean-Claude PAIRON Isabelle STÜCKER Jean-Claude TOURAY E. ORLOWSKI a été sollicitée pour ses connaissances particulières concernant les expositions. Personnalités auditionnées Ont été auditionnés par le groupe d expertise collective: C. MORSCHEIDT Isover St-Gobain J. ROTHUIZEN Rothuizen Consulting, représentant DuPont de Nemours P. SEBASTIEN et R. BROWN Kerlane St-Gobain / E.C.F.I.A. E. KAUFFER Chercheur, INRS P. BROCHARD Professeur, Médecine du travail, Université de Bordeaux M. ROLLER Chercheur, Institut fur Umwelthygiene, Dusseldorf J. SIEMIATYCKI Professeur, IARC G.W. GIBBS Safety Health Environment International Consultants Corp, Adjunct Professor, University of Alberta Nous remercions B. CARPENTIER (Isover Saint-Gobain), président du FILMM, et C. BRASERO (Rockwool) pour les informations qu ils nous ont communiquées. Équipe INSERM chargée de l expertise Cette expertise a été réalisée sous la responsabilité du service commun 15 de l INSERM: PAUL JANIAUD, directeur DOMINIQUE DOUGUET, chef de projet CATHERINE CHENU, assistante HÉLÈNE CARTERON, Annie COURTALON, documentalistes

4 Effets sur la santé des fibres de substitution à l'amiante Expertise Collective INSERM Les Editions INSERM, 1999 Sommaire Groupe d experts Glossaire VI XIII 1 -Généralités - Propriétés physicochimiques 1 Introduction 3 Etudes sur la solubilité des fibres de verre 8 Réactivité physicochimique des fibres minérales artificielles 19 Références 31 Annexe Métrologie des fibres dans l air - Production, utilisation Environnement 55 Introduction 57 Méthodes utilisées pour la métrologie des fibres dans l air 58 Données métrologiques 67 Mesures gravimétriques 87 Références 91 Annexes 97 Dépôt des particules et des fibres inhalées dans les voies respiratoires 97 Exposition à la wollastonite Effets sur la santé humaine - Cancers 99 Etudes épidémiologiques: aspects méthodologiques essentiels 102 Description des études épidémiologiques sur l exposition aux fibres de substitution 118 Cancer 131 Synthèse des conclusions concernant les données épidémiologiques sur les risques de cancer associés à l exposition aux fibres de substitution 177 Références Effets sur la santé humaine - Maladies respiratoires non tumorales 187 Fibrose pulmonaire (pneumoconiose) 189 Pathologie pleurale bénigne 204 Maladies respiratoires chroniques non spécifiques 212 Biométrologie 232 Maladies associées à d autres substances présentes au poste de travail 236 Conclusion 237 Glossaire 240 Références Effets sur la santé humaine-dermatoses induites par les fibres artificielles 247 Laines de verre 249 Laines de roche 256 Fibres «minérales» 257 Fibres de céramique 258 Cellulose 258 Fibres d aramide 259 Résumé et recommandations 259 Glossaire des termes dermatologiques 261 Références 262

5 6 -Effets sur la santé humaine - Autres causes de décès 267 Laine de roche/laitier 269 Laine de verre 271 Filaments continus 272 Autres fibres 274 Expositions mixtes 274 Conclusion 275 Références Physiopathologie expérimentale 277 Introduction 281 Moyens d étude 283 Echantillons étudiés 288 Pathologies résultant d études expérimentales in vivo avec des laines d isolation 289 Pathologies résultant d études expérimentales in vive avec des fibres de céramique 318 Conclusions sur les résultats obtenus avec les laines d isolation et les céramiques 330 Pathologies résultant d études expérimentales in vive avec d autres fibres 341 Devenir des fibres inhalées 343 Conclusions générales sur les études expérimentales chez l animal 358 Etudes sur les mécanismes d action au niveau cellulaire 359 Références 365 Annexe: Réaction inflammatoire et fibres 381 Synthèse 397 Introduction 398 Propriétés physicochimiques 398 Métrologie/Expositions 402 Effets de l exposition aux fibres de substitution à l amiante sur la santé de l homme 406 Cancers 406 Maladies respiratoires chroniques non malignes 411 Affections dermatologiques 418 Autres causes de décès 419 Etudes expérimentales 420 Recommandations 426 Addendum à la synthèse 429

6 Effets sur la santé des fibres de substitution à l'amiante Expertise Collective INSERM Les Editions INSERM, 1999 Glossaire On trouvera dans ce glossaire les principales définitions et abréviations des termes utilisés dans les chapitres développés dans ce rapport; les définitions des termes techniques propres à un chapitre figurent à la fin du chapitre considéré. Fibre: Il s agit d une particule ayant un rapport Longueur/Diamètre 3/1 (aspect ratio) et des côtés approximativement parallèles. Le rapport L/d 3/1 est essentiellement basé sur un consensus établi par les hygiénistes. Les minéralogistes préfèrent souvent utiliser un rapport 5/1, voire 10/1, pour définir une structure fibreuse. Fibre OMS: Les caractéristiques des fibres prises en compte dans les comptages de fibres dans les filtrages d air par microscopie optique à contraste de phase telles que définies dans la méthode OMS sont les suivantes: diamètre 3 mm, L 5 µm, L/D 3. Notons que la résolution du microscope optique limite l observation à des fibres de diamètre 0,25 mm. Les fibres OMS sont fréquemment qualifiées de «fibres respirables» dans la littérature. Cette assimilation est erronée puisque la définition de fibres OMS implique que les fibres dont le diamètre est < 0,25,mm et la longueur < 5µm ne sont pas comptabilisées. Fibre de Stanton ou fibre «S»: Stanton et al. (1981) 1 ont montré que les échantillons comportant le plus de fibres longues et fines et en particulier ceux comportant le plus de fibres de longueur 8µm et de diamètre 0,25 µm, sont les plus pathogènes en implantation intrapleurale chez le rat et ceci quelle que soit la nature des fibres. Un effet peut déjà être observé avec des fibres de longueur 4µet de diamètre 1,5µm. Dans les études de concentration en FMS dans l air, les fibres de Stanton ou fibres «S» sont définies comme ayant une longueur 8µm et un diamètre 1,5µ. Cette définition est différente de celle adoptée pour fibres de «Stanton» dans les études biométrologiques où il est habituellement fait référence à des fibres ayant un diamètre inférieur ou égal à 0,25 µm et une longueur supérieure ou égale 8µm. 1.Stanton ME, Layard M, Tegeris A, Miller E. May M, Morgan E. Smith A. Relation of partiels dimension to carcinogenicity in amphibole asbestos and other fi brous m inerals. J Natl Cancer Inst : Fibre respirable: L acception courante de ce terme dans la littérature anglo-saxonne concerne les fibres qui peuvent se déposer dans le poumon profond (zone alvéolaire). D après les travaux de Timbrell (1965) 2 on attribue, chez l homme, à ces fibres, un diamètre inférieur à 3,5µm et une longueur maximum de 200 à 250 µm. 2.Timbrell V. The inhalation of fibrous dusts. Ann NY Acad Sci : Fibre inhalable ou inspirable: Notons que des fibres de diamètre supérieur à 3µm peuvent pénétrer et se déposer dans les voies respiratoires supérieures (zones naso-pharyngée et trachéo-bronchique) (Tretowhan et al. 1995) 3. 3.Tretowhan WN, Burge PS, Rossiter CE, Harrington JM, Calvert IA. Study of the respiratory health of employées in seven european plants that manufacture ceramic fibres. Occup Environ Med :

7 Fibre naturelle: Fibre dont la structure ne résulte pas d un procédé industriel mais dont la préparation en vue de son utilisation peut inclure divers traitement. Fibre artificielle: Fibre n existant pas à l état naturel et résultant d un procédé industriel. Le terme «synthétique» est également utilisé dans le même sens. Dans ce document le terme «artificiel» sera retenu. La dénomination de «fibres manufacturées» parfois utilisée est considérée comme inadéquate dans la mesure où les fibres naturelles font la plupart du temps l objet d un traitement entre leur extraction du sol et leur application industrielle. Fibre minérale: Le terme ne s appliquera qu aux fibres non organiques naturelles. Fibre inorganique: Fibre artificielle pouvant présenter une structure cristalline ou vitreuse. Filaments continus: Fibres dont le procédé de fabrication aboutit à une génération de matière d une longueur suffisante pour être compatible avec une utilisation sous forme de textiles. Elles sont disposées sous formes orientées parallèles. Laine: Masse de fibres enchevêtrées dont les utilisations ne nécessitent pas qu elles soient organisées dans l espace selon une disposition particulière (pas de tissage). Liant: Produit chimique éventuellement associé aux fibres en cours de fabrication pour leur conférer une texture adaptée à l application à laquelle elles sont destinées et/ou pour éviter la libération de poussières en cours d usage. Structure vitreuse: Arrangement sous forme cristalline réelle ou apparente constitué de structures ressemblant au verre. Amorphe est un synonyme. Structure cristalline: Structure moléculaire constituant un arrangement régulier dans l espace. On distingue des structures mono et polycristalline. Diamètre nominal: Diamètre médian pondéré par rapport à la longueur. Les longueurs de toutes les fibres de l échantillon sont additionnées par diamètre croissant; le diamètre à mi-chemin de la longueur totale est le diamètre nominal. C est une mesure du diamètre pratique à utiliser dans le cas des fibres minérales artificielles: en effet, cette mesure est indépendante du degré de fracturation (broyage) des fibres (ICPS 1988). On peut également définir une moyenne arithmétique et une moyenne géométrique pondérées par rapport à la longueur (TIMA 1991). FMA: Fibres minérales artificielles FVS: Fibres vitreuses synthétiques MF: Man-made minerai fibres VF: Man-made vitreous fibres

Présentation d une matrice emplois-expositions aux fibres céramiques réfractaires

Présentation d une matrice emplois-expositions aux fibres céramiques réfractaires Santé travail Maladies chroniques et traumatismes Présentation d une matrice emplois-expositions aux fibres céramiques réfractaires Quelques applications à un échantillon de population en France Groupe

Plus en détail

Campagne de mesures d exposition aux fibres d amiante par microscopie électronique à transmission analytique (META)

Campagne de mesures d exposition aux fibres d amiante par microscopie électronique à transmission analytique (META) Campagne de mesures d exposition aux fibres d amiante par microscopie électronique à transmission analytique (META) Synthèse des résultats et recommandations F. CLERC 1, C. EYPERT- BLAISON 1, M. GUIMON

Plus en détail

Évaluation des risques relatifs au talc seul et au talc contaminé par des fibres asbestiformes et non asbestiformes

Évaluation des risques relatifs au talc seul et au talc contaminé par des fibres asbestiformes et non asbestiformes Évaluation des risques relatifs au talc seul et au talc contaminé par des fibres asbestiformes et non asbestiformes Avis de l Anses Rapport d expertise collective Février 2012 Édition scientifique Évaluation

Plus en détail

Risque amiante. La Sécurité sociale au service de la prévention R 387

Risque amiante. La Sécurité sociale au service de la prévention R 387 La Sécurité sociale au service de la prévention R 387 Risque amiante Caisse nationale de l assurance maladie des travailleurs salariés - Département prévention des accidents du travail - Tour Maine Montparnasse

Plus en détail

L Institut universitaire romand de Santé au Travail vous propose des services spécifi ques dans un contexte pluridisciplinaire:

L Institut universitaire romand de Santé au Travail vous propose des services spécifi ques dans un contexte pluridisciplinaire: L Institut universitaire romand de Santé au Travail vous propose des services spécifi ques dans un contexte pluridisciplinaire: Expertises, conseils et chantiers Sylvain L Eplattenier, Maude Favre Analyses

Plus en détail

REPERTOIRE NUMERIQUE

REPERTOIRE NUMERIQUE REPERTOIRE NUMERIQUE Organisme de recherche : Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (Ministères de la Recherche et des Affaires sociales) Sommaire : Dossiers des expertises collectives

Plus en détail

L amiante est une substance minérale naturelle1

L amiante est une substance minérale naturelle1 2009 2013 Mesure 12 prévention Amiante et mésothéliome pleural malin COLLECTION Fiches repère État des connaissances en date du 19 janvier 2012 L amiante est une substance minérale naturelle1 fibreuse

Plus en détail

Les membres du groupe de travail déclarent ne pas avoir de liens d intérêt en relation avec le contenu de cette information.

Les membres du groupe de travail déclarent ne pas avoir de liens d intérêt en relation avec le contenu de cette information. ACADÉMIE NATIONALE DE MÉDECINE 16, rue Bonaparte - 75272 PARIS CEDEX 06 Tél. : 01 42 34 57 70 Séance du 24 février 2015 INFORMATION L amiante : le point en 2014 Asbestos: An up-to-date general review MOTS-CLÉS:

Plus en détail

Maladies chroniques et traumatismes Présentation d une matrice emplois-expositions aux fibres d amiante

Maladies chroniques et traumatismes Présentation d une matrice emplois-expositions aux fibres d amiante Décembre 2010 Santé travail Maladies chroniques et traumatismes Présentation d une matrice emplois-expositions aux fibres d amiante Quelques applications à un échantillon de population en France A. Lacourt,

Plus en détail

Amiante Protection des travailleurs

Amiante Protection des travailleurs COLLECTION DES AIDE-MÉMOIRE JURIDIQUES aide-mémoire TJ 4 Ces aide-mémoire présentent de manière synthétique la réglementation sur un sujet précis. Selon les thèmes, certains d entre eux sont publiés dans

Plus en détail

Emissions des moteurs diesel : Nouveau classement par le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC)

Emissions des moteurs diesel : Nouveau classement par le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) Emissions des moteurs diesel : Nouveau classement par le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) SNCF DRH EPIC Prévention et Santé COMPOSITION DES EMISSIONS DIESEL MELANGE COMPLEXE DE SUBSTANCES

Plus en détail

L APSAM APSAM L AMIANTE : dangers et mesures de prévention ATTENTION. L APSAM Spécial amiante

L APSAM APSAM L AMIANTE : dangers et mesures de prévention ATTENTION. L APSAM Spécial amiante Travaux à risque élevé : friables, sauf si un sac à gants est utilisé ou si le volume de débris n excède pas 1 pi pour chaque rénovation mineure nettoyage ou enlèvement d un système de ventilation dans

Plus en détail

LES GAZ D ECHAPPEMENT DES MOTEURS DIESEL CANCEROGENES

LES GAZ D ECHAPPEMENT DES MOTEURS DIESEL CANCEROGENES COMMUNIQUE DE PRESSE N 213 12 Juin 2012 LES GAZ D ECHAPPEMENT DES MOTEURS DIESEL CANCEROGENES A l issue d une réunion d une semaine regroupant des spécialistes internationaux, le Centre international de

Plus en détail

Épidémiologie des maladies interstitielles diffuses

Épidémiologie des maladies interstitielles diffuses Épidémiologie des maladies interstitielles diffuses 3 à 5/100 000 habitants Augmente avec l age 175 /100 000 >70 ans Notre file active toutes les maladies interstitielles confondues plus de 120 patients

Plus en détail

Tout le monde est potentiellement

Tout le monde est potentiellement DOCUMENT DESTINÉ AUX PROFESSIONNELS DE SANTÉ Détection des cancers d origine professionnelle: quelques clés pour agir CANCERS PROFESSIONNELS Cette année, vous avez vu 10 nouveaux patients atteints de cancer

Plus en détail

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Pr Jean Trédaniel Service de pneumologie et oncologie thoracique Groupe Hospitalier Paris Saint Joseph Université Paris Descartes Sources Données

Plus en détail

Amiante Suivi des risques professionnels

Amiante Suivi des risques professionnels Paul Becquart, Journaliste Santé Le petit Site Santé PRESENTATION du document ci-joint www.lepetitsitesante.fr Des centaines d'actualités, reportages et dossiers Santé et Environnement Amiante Suivi des

Plus en détail

Évaluation de l exposition professionnelle aux fibres céramiques réfractaires des

Évaluation de l exposition professionnelle aux fibres céramiques réfractaires des VU DU TERRAIN TF 227 professionnelle aux fibres céramiques réfractaires des techniciens chauffagistes finistériens en résumé AUTEURS : D. Lucas 1, V. Clamagirand 2, P. Capellmann 1, A. Herve 3, V. Launay

Plus en détail

A-ESSE s.p.a. FICHE DE SÉCURITÉ

A-ESSE s.p.a. FICHE DE SÉCURITÉ A-ESSE s.p.a. USINE OXYDES de ZINC FICHE DE SÉCURITÉ Oxyde de zinc 1. IDENTIFICATION DU PRODUIT CHIMIQUE ET DE LA SOCIÉTÉ NOM DU PRODUIT: DÉNOMINATION COMMUNE, COMMERCIALE ET SYNONYMES: UTILISATION DE

Plus en détail

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/ informations sur les composants

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/ informations sur les composants Date d impression : 23/08/02 Valable à partir du : 08.08.01 Page: 1/7 1. Identification de la substance ou préparation et de la Société Données relatives au produit : Nom commercial : KNAUF ZADUR Mortier

Plus en détail

Les composites thermoplastiques

Les composites thermoplastiques Les composites thermoplastiques Définition Par définition, un thermoplastique (anglais :thermoplast) est un matériau à base de polymère (composé de macromolécules) qui peut être mis en forme, à l état

Plus en détail

galités s sociales de cancer chez les travailleurs

galités s sociales de cancer chez les travailleurs Inégalit galités s sociales de cancer chez les travailleurs Annie Thébaud baud-mony INSERM/GISCOP93, Université Paris13 Rencontres francophones internationales sur les inégalit galités s sociales et de

Plus en détail

Factsheet Nanoparticules et particules ultrafines au poste de travail

Factsheet Nanoparticules et particules ultrafines au poste de travail Version septembre 2012 Factsheet Nanoparticules et particules ultrafines au poste de travail Dr Marcel Jost, Dr Claudia Pletscher, Dr Michael Koller Les nanotechnologies ouvrent de nouvelles voies aux

Plus en détail

LA A RESPIRATION CELLULAIRE

LA A RESPIRATION CELLULAIRE Instructions aux professeurs Domaine : 1.1 Le transport de substances, réaction chimique de la respiration cellulaire, p. 6 Travail à réaliser : Les élèves répondent aux questions. Matériel : Feuilles

Plus en détail

Amiante. On se protège! Aide-mémoire sur les dangers d exposition à l amiante et sur les mesures de prévention

Amiante. On se protège! Aide-mémoire sur les dangers d exposition à l amiante et sur les mesures de prévention Amiante On se protège! Aide-mémoire sur les dangers d exposition à l amiante et sur les mesures de prévention Le Québec est un important producteur et exportateur d amiante, un minerai reconnu pour ses

Plus en détail

INFORMATION & PRÉVENTION. Les dangers de l amiante

INFORMATION & PRÉVENTION. Les dangers de l amiante INFORMATION & PRÉVENTION Les dangers de l amiante G R A N D P U B L I C Les dangers de l amiante Le caractère cancérogène de l amiante est connu depuis les années 50. Des cancers du poumon ou de la plèvre

Plus en détail

Recherche Information - prévention - dépistage Actions pour les malades et leurs proches. Les dangers de l amiante

Recherche Information - prévention - dépistage Actions pour les malades et leurs proches. Les dangers de l amiante Recherche Information - prévention - dépistage Actions pour les malades et leurs proches Les dangers de l amiante G R A N D P U B L I C Les dangers de l amiante Le caractère cancérogène de l amiante est

Plus en détail

Amiante, danger mortel

Amiante, danger mortel Amiante, danger mortel brochure coordonnée par Claudio Sonda de la Fondation André Renard (F.A.R.) amiante, danger mortel Conscients des difficultés de compréhension de certains termes utilisés dans ce

Plus en détail

Consensus Scientifique sur. les. Champs statiques

Consensus Scientifique sur. les. Champs statiques page 1/8 Consensus Scientifique sur Source : OMS (2006) les Champs statiques Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - Les équipements d imagerie médicale par résonance magnétique (IRM), les trains et les

Plus en détail

Factsheet Maladies professionnelles causées par l amiante

Factsheet Maladies professionnelles causées par l amiante Version mars 2013 Factsheet Maladies professionnelles causées par l amiante Dr Marcel Jost, Dr Susanna Stöhr, Dr Claudia Pletscher, Dr Hanspeter Rast 1. Maladies professionnelles causées par l amiante

Plus en détail

Développement d un outil de gestion graduée des risques spécifique au cas des nanomatériaux. Rapport d appui scientifique et technique

Développement d un outil de gestion graduée des risques spécifique au cas des nanomatériaux. Rapport d appui scientifique et technique Développement d un outil de gestion graduée des risques spécifique au cas des nanomatériaux Rapport d appui scientifique et technique Janvier 2011 Édition scientifique Développement d un outil de gestion

Plus en détail

Docteur José LABARERE

Docteur José LABARERE UE7 - Santé Société Humanité Risques sanitaires Chapitre 3 : Epidémiologie étiologique Docteur José LABARERE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Méthodes de laboratoire Évaluation de structures mycologiques par examen microscopique

Méthodes de laboratoire Évaluation de structures mycologiques par examen microscopique Méthodes de laboratoire Évaluation de structures mycologiques par examen microscopique MÉTHODE ANALYTIQUE 360 Applicabilité Cette méthode est utilisée pour l évaluation semi-quantitative des structures

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE

FICHE DE DONNEES DE SECURITE Page 1 sur 5 FICHE DE DONNEES DE SECURITE 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE Nom du Produit : Utilisations identifiées pertinentes : Fabricant Nom Toner Noir pour FS-4020DN

Plus en détail

HUMI-BLOCK - TOUPRET

HUMI-BLOCK - TOUPRET FICHE DE DONNEES DE SECURITE Révision antérieure : (Selon l annexe II du Règlement REACH de l UE 1907/2006) Mise à jour : 19 janvier 2010 Version : 1 HUMI-BLOCK - TOUPRET 1-IDENTIFICATION DU PRODUIT ET

Plus en détail

EVALUATION DU RISQUE CHIMIQUE

EVALUATION DU RISQUE CHIMIQUE EVALUATION DU RISQUE CHIMIQUE Cette évaluation doit être systématique, quelle que soit l activité de l entreprise, même s il n y a pas d exposition a priori du fait des activités de travail. L'objectif

Plus en détail

Chapitre 2 : Respiration, santé et environnement.

Chapitre 2 : Respiration, santé et environnement. Chapitre 2 : Respiration, santé et environnement. Rappels : L air qui nous entoure contient 3 gaz principaux: 71% d azote, 21% d oxygène, 0,03 % de CO2 et quelques gaz rares. L eau de chaux se trouble

Plus en détail

Recommandations de la Société de Pneumologie de Langue Française sur le mésothéliome pleural

Recommandations de la Société de Pneumologie de Langue Française sur le mésothéliome pleural Conférence d experts Recommandations de la Société de Pneumologie de Langue Française sur le mésothéliome pleural Conférence d experts texte long Comité d organisation Pr P. GODARD : Pneumologue, Montpellier,

Plus en détail

Prise de position sur les biosimilaires. Résumé

Prise de position sur les biosimilaires. Résumé Prise de position sur les biosimilaires Résumé Les médicaments biotechnologiques, appelés également biomédicaments, occupent une place importante dans le traitement de maladies comme le cancer, la polyarthrite

Plus en détail

ÉVALUATION DES RISQUES TOXICOLOGIQUES POUR LA SANTÉ HUMAINE POSÉS PAR LA DISPERSION DES ÉMISSIONS ATMOSPHÉRIQUES DE SILICE CRISTALLINE

ÉVALUATION DES RISQUES TOXICOLOGIQUES POUR LA SANTÉ HUMAINE POSÉS PAR LA DISPERSION DES ÉMISSIONS ATMOSPHÉRIQUES DE SILICE CRISTALLINE ÉVALUATION DES RISQUES TOXICOLOGIQUES POUR LA SANTÉ HUMAINE POSÉS PAR LA DISPERSION DES ÉMISSIONS ATMOSPHÉRIQUES DE SILICE CRISTALLINE Projet d exploitation minière Dumont (Launay, Québec) Présentée à

Plus en détail

Fonds. Indemnisation. Victimes. Amiante. Mission. Procédure. Préjudice. Pathologie

Fonds. Indemnisation. Victimes. Amiante. Mission. Procédure. Préjudice. Pathologie Fonds Mission Indemnisation Victimes Pathologie Préjudice Procédure Amiante Préambule Devant l ampleur du drame de l amiante, le législateur a mis en place au début des années 2000, deux dispositifs spécifiques

Plus en détail

Suivi post-professionnel après exposition à l amiante

Suivi post-professionnel après exposition à l amiante AUDITION PUBLIQUE Suivi post-professionnel après exposition à l amiante TEXTE COMPLET Avril 2010 1 Les recommandations et synthèse des recommandations sont téléchargeables sur www.has-sante.fr Haute Autorité

Plus en détail

BDL2, BDL3 Enviro Liner Part A. Dominion Sure Seal FICHE SIGNALÉTIQUE. % (p/p) Numéro CAS. TLV de l' ACGIH 28182-81-2 70-100 Non disponible

BDL2, BDL3 Enviro Liner Part A. Dominion Sure Seal FICHE SIGNALÉTIQUE. % (p/p) Numéro CAS. TLV de l' ACGIH 28182-81-2 70-100 Non disponible FICHE SIGNALÉTIQUE 1. PRODUIT CHIMIQUE ET IDENTIFICATION DE L'ENTREPRISE Adresse du fournisseur/distributeur : Dominion Sure Seal Group of Companies 6175, chemin Danville, Mississauga (Ontario) Canada,

Plus en détail

RNV3P Recherche de pathologies émergentes

RNV3P Recherche de pathologies émergentes EPSP Ecole Doctorale Ingénierie Santé Cognition Environnement RNV3P Recherche de pathologies émergentes V Bonneterre, L Faisandier, DJ Bicout, R De Gaudemaris pour les membres du RNV3P Laboratoire Environnement

Plus en détail

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION TOUT PUBLIC 1. Source de rayonnements ionisants 2. Les différents rayonnements ionisants et leur capacité à traverser le corps humain 3. Ecran de protection absorbant

Plus en détail

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer Information importante pour les personnes atteintes d un cancer du poumon non à petites cellules de stade avancé Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic

Plus en détail

L amiante en un coup d œil

L amiante en un coup d œil L amiante en un coup d œil Claudio Sonda de la Fondation André Renard (F.A.R.) guide pratique MODE D EMPLOI Ce guide pratique est encarté dans la brocure «Amiante, danger mortel». Il reprend, en quelques

Plus en détail

Campagne de mesures d exposition aux fibres d amiante par microscopie électronique à transmission analytique (META)

Campagne de mesures d exposition aux fibres d amiante par microscopie électronique à transmission analytique (META) Campagne de mesures d exposition aux fibres d amiante par microscopie électronique à transmission analytique (META) Rapport final F. CLERC 1, C. EYPERT- BLAISON 1, M. GUIMON 2, A. ROMERO-HARIOT 2, R. VINCENT

Plus en détail

appliquée aux emballages alimentaires

appliquée aux emballages alimentaires La méthode HACCP La méthode HACCP appliquée aux emballages alimentaires 1- La réglementation des matériaux au contact des aliments Quels contaminants issus des emballages dans les aliments? Des contaminants

Plus en détail

Valeurs limites d exposition aux postes de travail 2015

Valeurs limites d exposition aux postes de travail 2015 Valeurs limites d exposition aux postes de travail 2015 Suva Protection de la santé Renseignements Case postale, 1001 Lausanne Tél. 021 310 80 40 Fax 021 310 80 49 Commandes Case postale, 6002 Lucerne

Plus en détail

Amiante : risques, prévention et formation

Amiante : risques, prévention et formation Entreprises artisanales de plomberie-chauffage Amiante : risques, prévention et formation L amiante c est quoi? L amiante est un matériau : Naturel Minéral Fibreux Utilisé massivement pendant plus de 130

Plus en détail

entreprises de 0 à 9 salariés emploient environ 500 000 salariés et 20 000 entreprises de 10 à 49 salariés emploient environ 400 000 personnes.

entreprises de 0 à 9 salariés emploient environ 500 000 salariés et 20 000 entreprises de 10 à 49 salariés emploient environ 400 000 personnes. LES DECAPANTS HST PR 29-208 POINT DE REPÈRE L AMIANTE ET LES MÉTIERS DU SECOND ŒUVRE DU BÂTIMENT Campagne de sensibilisation et d'information h Michèle GUIMON, INRS, chef du Projet transversal institutionnel

Plus en détail

Cahier des bonnes pratiques pour un nettoyage écologique des locaux du Conseil Général de la Gironde

Cahier des bonnes pratiques pour un nettoyage écologique des locaux du Conseil Général de la Gironde Le Conseil Général ménage votre santé! Cahier des bonnes pratiques pour un nettoyage écologique des locaux du Conseil Général de la Gironde Sommaire 1. Pourquoi créer ce cahier pratique du nettoyage écologique?

Plus en détail

Formations à la prévention des risques liés à l amiante (sous-section 4)

Formations à la prévention des risques liés à l amiante (sous-section 4) Formations à la prévention des risques liés à l amiante (sous-section 4) DOCUMENT DE REFERENCE Ce document présente le contexte relatif à l organisation des formations «amiante sous-section 4» : Les compétences

Plus en détail

Mathématiques financières

Mathématiques financières Mathématiques financières Table des matières 1 Intérêt simple 1 1.1 Exercices........................................ 1 2 Intérêt composé 2 2.1 Taux nominal, taux périodique, taux réel.......................

Plus en détail

Pistes pour une évaluation économique des politiques de prévention en santé au travail

Pistes pour une évaluation économique des politiques de prévention en santé au travail Pistes pour une évaluation économique des politiques de prévention en santé au travail Hélène Sultan-Taïeb Laboratoire d Economie et Gestion (UMR CNRS 5118) Université de Bourgogne Travaux menés en collaboration

Plus en détail

METROLOGIE. I. Généralités - code du travail...2. Mesures au poste de travail...5. Stratégie d échantillonnage...5. Conditions de prélèvement...

METROLOGIE. I. Généralités - code du travail...2. Mesures au poste de travail...5. Stratégie d échantillonnage...5. Conditions de prélèvement... QUESTIONS-REPONSES DECRET 2012-639 DU 4 MAI 2012 ARRETE DU 14 AOUT 2012 METROLOGIE I. Généralités - code du travail...2 II. Mesures au poste de travail...5 Stratégie d échantillonnage...5 Conditions de

Plus en détail

Thérapies ciblées en Onco-Hématologie

Thérapies ciblées en Onco-Hématologie Thérapies ciblées en Onco-Hématologie 1 er au 4 avril 2014 salle de séminaire Institut Universitaire d Hématologie Hôpital Saint-Louis, Paris Coordination: Dr Guilhem Bousquet Comité scientifique: Philippe

Plus en détail

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 17 èmes Journées des Statisticiens des Centres de Lutte contre le Cancer 4 ème Conférence Francophone d Epidémiologie Clinique Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 Q Picat, N

Plus en détail

Liste des maladies professionnelles de l OIT. (révisée en 2010)

Liste des maladies professionnelles de l OIT. (révisée en 2010) Liste des maladies professionnelles de l OIT (révisée en 2010) CONFÉRENCE INTERNATIONALE DU TRAVAIL Recommandation 194 Recommandation concernant la liste des maladies professionnelles et l enregistrement

Plus en détail

FICHE SIGNALÉTIQUE. Dénomination chimique et synonymes : Ciment composé (ciment mélangé)

FICHE SIGNALÉTIQUE. Dénomination chimique et synonymes : Ciment composé (ciment mélangé) FICHE SIGNALÉTIQUE SECTION 1 IDENTIFICATION DU PRODUIT CHIMIQUE ET DE LA SOCIÉTÉ Noms des produits : St. Marys Ciment à la fumée de silice, Ciment Portland composé à la fumée de silice, Type CSA GUb, MSb,

Plus en détail

PRESENTATION STRATEGIQUE

PRESENTATION STRATEGIQUE Programme «Accidents du travail Maladies professionnelles» 7 PRESENTATION STRATEGIQUE DU PROGRAMME DE QUALITE ET D EFFICIENCE «ACCIDENTS DU TRAVAIL MALADIES PROFESSIONNELLES» La branche «accidents du travail

Plus en détail

MEMOIRE TECHNIQUE & METHODOLOGIQUE

MEMOIRE TECHNIQUE & METHODOLOGIQUE République Française Institut National de la Recherche Agronomique Centre de Recherche de Clermont-Ferrand Theix Lyon MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX MEMOIRE TECHNIQUE & METHODOLOGIQUE Document à remplir et

Plus en détail

Etude Elfe, Le de de e v nir de 20 000 en a f n a t n s

Etude Elfe, Le de de e v nir de 20 000 en a f n a t n s Etude Elfe, Le devenir de 20 000 enfants Le projet ELFE I Quelques informations sur le projet ELFE Objectifs scientifiques Echantillon des enfants ELFE Outils de communication Perspectives du déroulement

Plus en détail

STENTS ET FLOW-DIVERTERS : la porosité finale peut différer de la porosité théorique

STENTS ET FLOW-DIVERTERS : la porosité finale peut différer de la porosité théorique STENTS ET FLOW-DIVERTERS : la porosité finale peut différer de la porosité théorique Bing Fabrice, Darsaut Tim, Tieu Tai, Salazkin Igor, Guylaine Gevry, Guilbert François, Roy Daniel, Weill Alain, Raymond

Plus en détail

II. QUAND UN DIAGNOSTIC AMIANTE AVANT TRAVAUX DOIT-IL ÊTRE RÉALISÉ?

II. QUAND UN DIAGNOSTIC AMIANTE AVANT TRAVAUX DOIT-IL ÊTRE RÉALISÉ? REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département de l'intérieur, de la mobilité et de l'environnement Service de toxicologie de l'environnement bâti Version 1 août 2013 DIRECTIVE DIAGNOSTIC AMIANTE AVANT TRAVAUX

Plus en détail

PLAN DE PARTENARIAT 2014-2015

PLAN DE PARTENARIAT 2014-2015 PLAN DE PARTENARIAT 2014-2015 LA FONDATION INITIA Fondée en 1992 sous le nom de Fondation des Gouverneurs, la Fondation Initia est un OSBL qui a comme mission d aider les entreprises en agroalimentaire

Plus en détail

SECTION 1- Identification de la substance/du mélange et de la société / entreprise

SECTION 1- Identification de la substance/du mélange et de la société / entreprise Famille : AMENDEMENT MINERAL BASIQUE ENGRAIS AVEC ADDITIF AGRONOMIQUE NF U 44-204 Amendement calcaire, dolomie et gypse NFU 44-203 avec préparation microbienne : RHIZOCELL (AMM n 1110014) AGRI-BIOTECH

Plus en détail

Synthèse et recommandations. Collection Avis et Rapports

Synthèse et recommandations. Collection Avis et Rapports Repérage de l amiante, mesures d empoussièrement et révision du seuil de déclenchement des travaux de retrait ou de confinement de matériaux contenant de l amiante Synthèse et recommandations Collection

Plus en détail

:SPECIMEN SPECIMEN SUPPLÉMENT AU DIPLÔME (ANNEXE DESCRIPTIVE AU DIPLÔME)

:SPECIMEN SPECIMEN SUPPLÉMENT AU DIPLÔME (ANNEXE DESCRIPTIVE AU DIPLÔME) ########### : La présente annexe descriptive au diplôme (supplément au Université de La Rochelle diplôme) suit le modèle élaboré par la Commission européenne, le Conseil de l Europe et l UNESCO/CEPES.

Plus en détail

Smart and Emotional Surfaces

Smart and Emotional Surfaces Smart and Emotional Surfaces Jean-Luc Bazin November 6th 2013 Smart and Emotional Surfaces P 2 CORPORATE COMMUNICATIONS 1 Smart and Emotional Surfaces P 3 Smart and Emotional Surfaces P 4 CORPORATE COMMUNICATIONS

Plus en détail

Sensibilisation à la Sécurité LASER. Aspet, le 26/06/2013

Sensibilisation à la Sécurité LASER. Aspet, le 26/06/2013 Sensibilisation à la Sécurité LASER Aspet, le 26/06/2013 Modes d émission LASER P c P 0 P moy 0 Emission pulsée Salve ou train de N impulsions Emission continue Q i t i t Longueur d onde λ Emission continue

Plus en détail

CANCERS PROFESSIONNELS ET COLLECTIVITÉS TERRITORIALES 2 - Elaborer une démarche de prévention du risque amiante

CANCERS PROFESSIONNELS ET COLLECTIVITÉS TERRITORIALES 2 - Elaborer une démarche de prévention du risque amiante SANTE ET ACTION SOCIALE N 3/JANVIER 2014 CANCERS PROFESSIONNELS ET COLLECTIVITÉS TERRITORIALES 2 - Elaborer une démarche de prévention du risque amiante Un guide opérationnel pour prévenir les risques

Plus en détail

DU COMITE TECHNIQUE NATIONAL DES INDUSTRIES DES TRANSPORTS, DE L EAU, DU GAZ, DE L ELECTRICITE, DU LIVRE ET DE LA COMMUNICATION

DU COMITE TECHNIQUE NATIONAL DES INDUSTRIES DES TRANSPORTS, DE L EAU, DU GAZ, DE L ELECTRICITE, DU LIVRE ET DE LA COMMUNICATION RECO DU COMITE TECHNIQUE NATIONAL DES INDUSTRIES DES TRANSPORTS, DE L EAU, DU GAZ, DE L ELECTRICITE, DU LIVRE ET DE LA COMMUNICATION Mise en œuvre du dispositif CATEC : Certificat d aptitude à travailler

Plus en détail

de l air pour nos enfants!

de l air pour nos enfants! B u l l e t i n d e l O Q A I n 1 Crèches et lieux d enseignement : de l air pour nos enfants! Le programme de l OQAI «Lieux de vie fréquentés par les enfants» a débuté en 2006. Une première phase de recueil

Plus en détail

Pourquoi étudier l aérosol atmosphérique?

Pourquoi étudier l aérosol atmosphérique? Pourquoi étudier l aérosol atmosphérique? Impact Climatique Impact sanitaire Les particules atmosphériques sont avant tout étudiées pour leurs impacts sur le climat et sur la santé humaine. 39 Réchauffement

Plus en détail

L'AMIANTE : RÉGLEMENTATION

L'AMIANTE : RÉGLEMENTATION L'AMIANTE : RÉGLEMENTATION Dernière révision du document : juillet 2012 L'amiante (asbeste) est à l origine une roche naturelle composée de minéraux fibreux. Pour ses nombreuses propriétés, dont la résistance

Plus en détail

Surveillance épidémiologique de la mortalité et investigation d agrégats spatio-temporels en entreprise PRINCIPES GÉNÉRAUX ET DONNÉES NÉCESSAIRES

Surveillance épidémiologique de la mortalité et investigation d agrégats spatio-temporels en entreprise PRINCIPES GÉNÉRAUX ET DONNÉES NÉCESSAIRES Surveillance épidémiologique de la mortalité et investigation d agrégats spatio-temporels en entreprise PRINCIPES GÉNÉRAUX ET DONNÉES NÉCESSAIRES et investigation d agrégats spatio-temporels en entreprise

Plus en détail

A B C Eau Eau savonneuse Eau + détergent

A B C Eau Eau savonneuse Eau + détergent 1L : Physique et chimie dans la cuisine Chapitre.3 : Chimie et lavage I. Les savons et les détergents synthétiques 1. Propriétés détergentes des savons Le savon est un détergent naturel, les détergents

Plus en détail

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs!

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! Conseils généraux : Entre 25 et 60 pages (hormis références, annexes, résumé) Format d un

Plus en détail

MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES I

MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES I MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES I Quinzième cours Détermination des valeurs actuelle et accumulée d une annuité de début de période pour laquelle la période de paiement est plus courte que la période de capitalisation

Plus en détail

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Indicateur n 2-3 : Indicateurs sur le dépistage du cancer 1 er sous-indicateur : taux de participation au

Plus en détail

Fiche documentaire FAIRE LES PRODUITS D USAGE DOMESTIQUE SANS DANGER POUR L AIR

Fiche documentaire FAIRE LES PRODUITS D USAGE DOMESTIQUE SANS DANGER POUR L AIR Fiche documentaire FAIRE LES PRODUITS D USAGE DOMESTIQUE SANS DANGER POUR L AIR Les produits d usage domestique comprennent les produits de nettoyage (p. ex., les nettoie-vitres et les produits de nettoyage

Plus en détail

L évaluation des biocides à l Anses

L évaluation des biocides à l Anses L évaluation des biocides à l Anses Catherine Gourlay-Francé Direction des produits réglementés 23 juin 2015 L Anses Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail

Plus en détail

Ingrédients No cas % Contrôlé par SIMDUT. Propane 74-98-6 >90 Oui Propylène 115-07-1 <5 Oui Hydrocarbures, C4+ 68476-44-8 <2.5 Oui

Ingrédients No cas % Contrôlé par SIMDUT. Propane 74-98-6 >90 Oui Propylène 115-07-1 <5 Oui Hydrocarbures, C4+ 68476-44-8 <2.5 Oui FICHE SIGNALÉTIQUE 1. IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA COMPAGNIE NOM COMMERCIAL : PROPANE SYNONYMES : Diméthylméthane UTILISATION DU PRODUIT : Carburant NUMÉRO DE LA FS : 251-300 NOM DU FOURNISSEUR NUMÉROS

Plus en détail

Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants

Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants & INNOVATION 2014 NO DRIVER! Logiciel embarqué Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants contact@ovio-optics.com www.ovio-optics.com Spectromètre

Plus en détail

Cancer et environnement

Cancer et environnement PATHOLOGIES Cancer et environnement Le cancer est une maladie caractérisée par une prolifération importante et anarchique de cellules anormales qui ont la capacité d envahir et de détruire les tissus sains

Plus en détail

faits marquants et chiffres clés >> 2010

faits marquants et chiffres clés >> 2010 faits marquants et chiffres clés >> 2010 >> 1 Les comptes de l Assurance Maladie - Risques Professionnels Les recettes et les dépenses en 2010 L évolution des comptes Les cotisations des entreprises La

Plus en détail

ANNUITES. Les annuités définissent une suite de versements identiques ou non effectués à intervalles de temps égaux. -annuités non constantes

ANNUITES. Les annuités définissent une suite de versements identiques ou non effectués à intervalles de temps égaux. -annuités non constantes ANNUITES I Notions d annuités a.définition Les annuités définissent une suite de versements identiques ou non effectués à intervalles de temps égaux. Le processus de versements dépend du montant de l annuité,

Plus en détail

Production scientifique et technique. Plan. quinquennal

Production scientifique et technique. Plan. quinquennal Production scientifique et technique Plan quinquennal 2013 2017 IRSST - Plan quinquennal 2013-2017 i AVANT-PROPOS C est avec fierté, mais surtout avec beaucoup de confiance en l avenir, que je dévoile

Plus en détail

L ensilage de maïs en Ardenne? D un point de vue alimentaire. Isabelle Dufrasne Ferme expérimentale Service de Nutrition FMV Université de Liège

L ensilage de maïs en Ardenne? D un point de vue alimentaire. Isabelle Dufrasne Ferme expérimentale Service de Nutrition FMV Université de Liège L ensilage de maïs en Ardenne? D un point de vue alimentaire Isabelle Dufrasne Ferme expérimentale Service de Nutrition FMV Université de Liège Plan L ensilage de maïs en général Caractéristiques anatomiques

Plus en détail

Les Fibres naturelles pour les architectes - La réaction au feu des matériaux à base de fibres naturelles

Les Fibres naturelles pour les architectes - La réaction au feu des matériaux à base de fibres naturelles Don t let the market leave without you Our know-how makes your success Les Fibres naturelles pour les architectes - La réaction au feu des matériaux à base de fibres naturelles Mardi 27 Mai 2014 - Namur

Plus en détail

1. GES 5 : Production de céramiques pour l'électronique et de céramiques à fonctionnement thermique contenant du Ni

1. GES 5 : Production de céramiques pour l'électronique et de céramiques à fonctionnement thermique contenant du Ni 1. GES 5 : Production de céramiques pour l'électronique et de céramiques à fonctionnement thermique contenant du Ni Cycle de vie Utilisation finale DU de NiO Titre libre et court Production de céramiques

Plus en détail

Radiologie Interven/onnelle sur les nodules pulmonaires. J. Palussière, X. Buy Département imagerie

Radiologie Interven/onnelle sur les nodules pulmonaires. J. Palussière, X. Buy Département imagerie Radiologie Interven/onnelle sur les nodules pulmonaires J. Palussière, X. Buy Département imagerie Radiofréquence Interac*on courant électro- magné*que ma*ère agita*on ionique chaleur Coagula*on Nécrose

Plus en détail

Premiers pas dans le «nano-monde»

Premiers pas dans le «nano-monde» Premiers pas dans le «nano-monde» Pascale Launois Directeur de Recherche au CNRS Laboratoire de Physique des Solides, Université Paris Sud, Orsay launois@lps.u-psud.fr Nano : qu est-ce que c est? quel

Plus en détail

Prothésistes dentaires. Aide au cahier des charges d un nouveau laboratoire

Prothésistes dentaires. Aide au cahier des charges d un nouveau laboratoire Prothésistes dentaires Aide au cahier des charges d un nouveau laboratoire Carsat Centre Ouest Assurance des risques professionnels 37, avenue du Président René Coty 87048 LIMOGES CEDEX LOCAUX DE TRAVAIL

Plus en détail

MODIFICATIONS DES PRINCIPES DIRECTEURS CONCERNANT LA RÉDACTION DES DÉFINITIONS RELATIVES AU CLASSEMENT

MODIFICATIONS DES PRINCIPES DIRECTEURS CONCERNANT LA RÉDACTION DES DÉFINITIONS RELATIVES AU CLASSEMENT ANNEXE VI MODIFICATIONS DES PRINCIPES DIRECTEURS CONCERNANT LA RÉDACTION DES DÉFINITIONS RELATIVES AU CLASSEMENT RECOMMANDATIONS GÉNÉRALES Les utilisateurs s attendent à trouver dans les définitions des

Plus en détail

Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence de clôture OUI Biomasse. www.oui-biomasse.info 1 26.06.2015

Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence de clôture OUI Biomasse. www.oui-biomasse.info 1 26.06.2015 Umweltauswirkungen durch Biomassenutzung Etude d impact de l utilisation de la biomasse sur l environnement 26.Juni 2015 / 26 juin 2015 Akademiehotel Karlsruhe Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence

Plus en détail

Objet : Radiofréquences émises par les compteurs intelligents : position des directeurs régionaux de santé publique du Québec

Objet : Radiofréquences émises par les compteurs intelligents : position des directeurs régionaux de santé publique du Québec Le 5 décembre 2013 Objet : Radiofréquences émises par les compteurs intelligents : position des directeurs régionaux de santé publique du Québec Vous retrouverez ci-dessous la position des directeurs régionaux

Plus en détail