CONFÉRENCE DES PARTIES À LA CONVENTION SUR LA CONSERVATION DES ESPÈCES MIGRATRICES APPARTENANT À LA FAUNE SAUVAGE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONFÉRENCE DES PARTIES À LA CONVENTION SUR LA CONSERVATION DES ESPÈCES MIGRATRICES APPARTENANT À LA FAUNE SAUVAGE"

Transcription

1 CONFÉRENCE DES PARTIES À LA CONVENTION SUR LA CONSERVATION DES ESPÈCES MIGRATRICES APPARTENANT À LA FAUNE SAUVAGE CONFÉRENCE DES PARTIES - CHANGEMENTS ORGANISATIONNELS Introduction 1. Suite à la dixième session de la Conférence des Parties à la CMS (novembre 2011, Bergen Norvège), le Secrétariat de la CMS a diffusé un questionnaire aux participants, sollicitant leurs avis sur la manière d améliorer l organisation de la COP. Lors de la 40 ème réunion du Comité permanent de la CMS (StC40), le Secrétariat a présenté le document UNEP/CMS/StC40/11.2.1: Changements organisationnels de la COP basé sur les résultats du questionnaire. Ce document proposait un certain nombre de modifications pouvant entraîner des «améliorations de l efficacité» dans le déroulement de la réunion. 2. Le document a été examiné au cours du StC40 (novembre 2012). Un groupe de travail a été mis en place lors de la réunion, avec notamment pour mandat «..d examiner les propositions de modifications des dispositions d organisation de la COP de la CMS, et de faire des recommandations à la 41 ème réunion du Comité permanent». 3. Le présent document est divisé en deux parties. La première partie propose un ensemble de principes visant à soutenir l organisation de la COP de la CMS. Ces principes peuvent être utilisés comme base pour guider l examen des 13 propositions spécifiques formulées par le Secrétariat lors du StC La deuxième partie du document traite de chacune des 13 propositions. Après une première présentation de chaque proposition, une recommandation est formulée pour chaque point. Les recommandations s appuient sur les questions soulevées lors du StC40. Principes d organisation et de fonctionnement de la Conférence des Parties 5. L Article VII de la Convention établit la Conférence des Parties comme organe de décision de la présente Convention et établit des conditions juridiquement contraignantes pour la COP devant être mises en œuvre. Pour guider le groupe de travail et le Comité permanent dans l examen de ce point, les principes supplémentaires suivants sont proposés. 6. Les principes qui sous-tendent l organisation de la COP sont: a. Objectif principal de la COP: Le but de la Conférence des Parties est de traiter de manière efficace et efficiente les affaires requises pour la mise en œuvre et le fonctionnement de la Convention. Les réunions tenues immédiatement avant ou après la COP ainsi que les réunions et les évènements parallèles organisés au cours de la COP sont complémentaires, mais secondaires dans l atteinte de cet objectif. Les réunions régionales, tenues à la veille de la Conférence des Parties, font exception.

2 b. Responsabilité budgétaire: La durée de la Conférence des Parties est limitée par le budget disponible mais n est normalement pas inférieure à cinq jours. c. Préparation rigoureuse: L efficacité de l organisation et du déroulement de la Conférence des Parties est significativement renforcée par une préparation rigoureuse et par une bonne communication entre le Secrétariat, le Comité permanent et les Parties, avant et pendant la Conférence. d. Représentation et participation: L efficacité et l efficience de la Conférence des Parties sont améliorées par la participation d un Bureau actif qui oriente les présidents de séances plénières, le COW et d autres comités et groupes de travail, et qui assure le retour d information aux réunions régionales pendant la Conférence (voir la proposition énoncée dans le document relatif au règlement intérieur examiné par le groupe de travail). e. Communication: Les représentants régionaux élus au Comité permanent convoquent des réunions régionales pour les délégués immédiatement avant et pendant la COP, afin de les informer des discussions au Bureau et d informer le Bureau des points de vue des délégués. 7. Le Comité permanent approuve le point suivant: a. Les cinq principes énoncés ci-dessus sont adoptés comme Principes d organisation et de fonctionnement de la COP. 8. Propositions formulées par le Secrétariat soumises à examen. Proposition 1: Mise en ligne des documents finaux et des projets de résolutions six semaines avant la COP 9. Cette proposition est remplacée par des propositions présentées dans le document concernant le règlement intérieur actuellement examiné par groupe de travail. L un des articles proposés fait de la diffusion anticipée des documents officiels une obligation plutôt qu un changement organisationnel. 10. Le Comité permanent approuve le point suivant: a. Cette proposition devrait être résolue dans le document relatif au règlement intérieur et ne devrait donc plus être examinée ici. Proposition 2: Encourager les discussions régionales, par courrier électronique ou par téléconférence, en amont de la COP 2 2

3 11. Les membres du Comité permanent sont déjà tenus de: maintenir une communication permanente et fluide avec les Parties de leur région et avec le Secrétariat (UNEP/CMS/Résolution 9.15 para5 (a)). Les moyens à utiliser pour cela ne sont pas précisés. 12. Le maintien de la communication - surtout en amont de la COP - doit être encouragé. Pour que de telles discussions soient les plus utiles, il serait intéressant qu elles puissent se poursuivre tout au long de la COP. Des discussions pré-cop efficientes et efficaces peuvent être un défi. Des échanges par courrier électronique ou par téléconférence ont été proposés comme des options possibles. Les réunions régionales tenues avant la COP sont peu probables au regard des dépenses supplémentaires importantes qu elles impliqueraient pour les Parties, à moins que des donateurs soient prêts à couvrir les coûts de ces réunions. 13. Le document relatif au règlement intérieur actuellement à l étude propose que le Comité permanent intègre le Bureau de la COP. Cela donnerait l opportunité aux membres du Comité permanent de transmettre au Bureau des conseils émanant des potentielles réunions régionales. De plus, les membres du Comité permanent pourraient ainsi informer les réunions régionales tenues au cours de la COP des questions examinées par le Bureau Une réunion du Bureau tenue le matin du jour précédant le début de la COP, ainsi que des réunions régionales organisées dans l après-midi de ce même jour (c.-à-d. après la réunion du Bureau) permettraient aux membres du Comité permanent d informer leurs régions sur les questions examinées par le Bureau et permettraient aux délégués de mener des discussions régionales. Cela améliorerait la coordination régionale et supprimerait la nécessité d une réunion des Chefs de délégations. (NB: d autres AEM utilisent ce système: CDB, Ramsar et CITES). 15. Le Comité permanent approuve les points suivants: a. Les membres du Comité permanent sont encouragés à mener avant la COP des discussions régionales par courrier électronique ou par téléconférence. b. Le Bureau se réunit dans la matinée du jour précédant le début de la COP et des réunions régionales sont organisées dans l après-midi de ce même jour (c.-à-d après la réunion du Bureau). c. Les membres du Comité permanent convoquent des réunions régionales dans l aprèsmidi du jour précédant le début de la COP, ainsi que des réunions régionales régulières au cours de la COP. d. Le Président du Comité permanent demande aux membres du Comité de convoquer de telles réunions au titre de leurs fonctions identifiées dans la Résolution 9.15, le Secrétariat se chargeant de veiller à la disponibilité des salles de réunion. Proposition 3: Faire appel à des traducteurs de qualité supérieure 16. La qualité des documents traduits et des services d interprétation ont fait l objet de remarques. Le Secrétariat a informé qu il fait à présent appel à des traducteurs de qualité supérieure. 3

4 17. Le Comité permanent approuve le point suivant: a. La qualité des services de traduction et d interprétation fait l objet d une surveillance continue par le Secrétariat et de commentaires transmis au Bureau. Proposition 4: Préparer un ordre du jour plus clair dont les points sont liés à ceux des numéros des documents 18. Après la COP10, les délégués ont signalé des confusions dans le système de numérotation utilisé par le Secrétariat lors de la publication des documents. 19. Lors du StC40, le Secrétariat a mis en place un nouveau système dans lequel les numéros des documents sont liés aux numéros des points de l ordre du jour (c.-à-d. un système identique à celui utilisé par la CITES). Cette amélioration devrait être utilisée dans toutes les réunions de la CMS. 20. Le Comité permanent approuve le point suivant: a. Le Secrétariat continue à utiliser le système dans lequel les numéros de documents sont liés aux numéros des points de l ordre du jour. Proposition 5: Fournir des documents sur une clé USB 21. La mise à disposition de documents sur une clé USB / carte mémoire pour les délégués, à leur arrivée à la Conférence des Parties, réduira le besoin de copies imprimées des documents avant le début de la réunion. Toutefois, cela ne devrait pas se substituer ou réduire la nécessité de mise en ligne de tous les documents sur le site web avant la COP à une date limite définie. 22. De nouveaux documents sont générés au cours de la COP, et il est souhaitable qu ils soient également mis à disposition par voie électronique dans les langues de travail de la Convention, au moins trois heures avant le début de la session au cours de laquelle le document sera examiné. Cela laissera aux délégués le temps d examiner son contenu, et de s engager dans la coordination régionale, si nécessaire. Dans le premier cas, ces documents devront être disponibles sur le site web en tant que documents de session. Il serait également utile de prévoir un équipement permettant aux délégués de télécharger ces documents sur une clé USB s ils le souhaitent. Par ailleurs, les documents et autres pièces devraient toujours être fournis à la fois dans les formats MS Word et PDF. 23. La nécessité d un contrôle minutieux des documents est notée, afin d éviter toute confusion quant au document en cours d examen. D autres AEM présentent les documents de session sur une seule page web (les documents CMS étaient disponibles sur plusieurs pages, ce qui a pu entraîner des confusions). Des liens figurant sur la page d accueil CMS et menant vers la page contenant les documents de session seraient utiles. 24. Bien que la disponibilité des documents électroniques réduise le besoin de documents imprimés, il sera toujours nécessaire d imprimer certains documents pour les délégués. Le Secrétariat devra s assurer que des dispositions adéquates pour l impression figurent dans l accord 4 4

5 avec le pays hôte. En outre, des dispositions devront être prises avec le pays hôte afin de s assurer que les services internet fournis sur le lieu de la COP (en particulier dans la salle plénière) présentent une bande passante et une capacité de serveur suffisantes pour répondre à la demande accrue des délégués. 25. Le Comité permanent approuve les points suivants: a. Les documents de la réunion devraient de préférence être pré-chargés sur des clés USB ou sur un média équivalent, et distribués aux délégués à leur arrivée à la réunion. Un équipement permettant la mise à jour de la clé USB lors de la réunion devrait être disponible. b. Les documents de session devraient être disponibles sur le site web de la CMS (accessibles grâce à un lien figurant sur la page d accueil) au cours de la réunion et des systèmes appropriés devraient être mis en place pour assurer de bonnes pratiques de contrôle des documents. c. Le Secrétariat, par le biais des négociations avec le pays hôte, s assure que le service internet fourni sur le lieu de la réunion a une capacité suffisante pour répondre à la demande accrue des délégués pour un accès en temps opportun aux documents disponibles en ligne. d. Le Secrétariat est prié de prendre des mesures appropriées pour assurer la mise en œuvre des recommandations a à c ci-dessus. Proposition 6: Tenue de réunions adossées à la COP 26. Il a été proposé (voir paragraphe 1.1 ci-dessus) comme principe directeur que le but principal de la Conférence soit de traiter de manière efficace et efficiente les affaires de la Convention, et que les réunions pré ou post-cop ne détournent pas l attention de cet objectif. 27. Ces dernières années, la tenue de réunions adossées à la Conférence des Parties - par exemple des réunions d autres instruments de la CMS - s est généralisée, pour des raisons d efficacité. Le principal gain d efficacité semble être la possibilité donnée aux Parties d être représentées à plusieurs réunions par un même délégué, ce qui permet des économies de frais de déplacement. Cette pratique impose au Secrétariat une charge de travail supplémentaire dans le contexte des préparatifs de la COP, et il a été constaté que les délégués présents à la COP ne sont souvent pas les mêmes que ceux assistant aux autres réunions. 28. Néanmoins, les événements ciblés de la COP constituent, en général, d importantes contributions à la COP. Ils sont les bienvenus tant que leurs résultats ne sont pas contraignants pour la COP et que les charges supplémentaires pour le Secrétariat -occasionnées par leur organisation ou la participation - ne détournent pas ce dernier de la préparation ou de la participation à la Conférence des Parties. 29. Le Comité permanent approuve les points suivants: 5

6 a. La pratique de la tenue de réunions adossées à la COP est déconseillée, et il est recommandé aux organisateurs de réunions de ne pas organiser de telles réunions lorsque les charges d organisation ou de participation reposant sur le Secrétariat le détournent de la préparation ou de la participation à la COP. b. Le Secrétaire exécutif est prié de transmettre cette demande aux administrateurs concernés, en particulier ceux en charge des accords relatifs aux espèces. Proposition 7: Élaboration des résolutions par les Parties 30. Le groupe de travail a été invité à examiner une suggestion proposant que les Parties jouent un rôle plus important dans la proposition et la rédaction de résolutions. Aucune justification particulière n est donnée à cette suggestion, mais lors de la discussion tenue au cours du StC40, il a été suggéré que cela pourrait augmenter la participation directe des Parties aux travaux de la Convention et réduire la charge de travail du Secrétariat. 31. Il est à noter que rien n empêche actuellement une Partie de proposer une résolution ou une recommandation à la COP comme cela s est déjà produit dans le passé. 32. L article IX de la Convention donne au Secrétariat, en partie, les fonctions de: a. Prendre les dispositions nécessaires à la tenue des sessions de la Conférence des Parties et fournir les services nécessaires à la tenue des sessions: i. de la Conférence des Parties; et ii. du Conseil scientifique; b. Attirer l attention de la Conférence des Parties sur toute question portant sur les objectifs de la présente Convention; et c. Remplir toutes autres fonctions qui lui sont attribuées aux termes de la présente Convention ou par la Conférence des Parties. 33. Un plus grand engagement des Parties à la Convention doit être encouragé car il permettra d augmenter potentiellement le nombre d actions positives en faveur de la gestion des espèces migratrices. Cependant, ce ne peut être qu un encouragement car il n existe aucun mécanisme pour exiger un engagement dans la préparation des résolutions. 34. Le Comité permanent approuve les points suivants: a. Les Parties sont encouragées à s engager dans la préparation des résolutions et des recommandations de la Conférence des Parties, suivant la procédure proposée dans le document relatif au règlement intérieur en cours d examen. b. Les documents soumis par les Parties doivent suivre une procédure et des délais permettant un examen par le Conseil scientifique et le Comité permanent. Proposition 8: Réunion spéciale du Comité permanent pour clarifier les documents 6 6

7 35. Le groupe de travail a été invité à examiner l éventualité d une téléconférence ou d une réunion en ligne du Comité permanent (ou d un groupe de travail sur les documents établis par le Comité permanent), afin de commenter et clarifier les documents avant la tenue de la COP. Cette proposition a été formulée avant la préparation du document proposant un nouveau règlement intérieur pour la Conférence des Parties. 36. Il est suggéré que le groupe de travail termine l examen du document relatif au nouveau règlement intérieur de la COP avant de traiter cette question. La décision du Comité permanent sur le règlement intérieur déterminera la nécessité d examiner les procédures de préparation de documents. 37. Le Comité permanent approuve le point suivant: a. Cette question ne sera pas traitée tant que l examen du document relatif à de la révision du règlement intérieur de la COP est en cours. Proposition 9: Réunion des Chefs de délégation 38. Le groupe de travail a été invité à donner son avis sur la convocation d une réunion plus formelle des Chefs de délégations, la veille de la Conférence des Parties. Cette réunion avait pour but d aider les délégués à préparer la réunion et à encourager les candidatures aux postes électifs à pourvoir. 39. Dans la section concernant la Proposition 2 (Encourager les discussions régionales, par courrier électronique ou par téléconférence, en amont de la COP), il est suggéré aux membres du Comité permanent de convoquer des réunions régionales l après-midi du jour précédant le début de la COP. De telles réunions permettraient d atteindre les objectifs de la réunion des Chefs de délégation, sans engendrer de frais d accueil d une telle réunion. Si la recommandation concernant les réunions régionales à tenir avant la COP est agréée, alors la nécessité d une réunion des Chefs de délégation sera superflue. 40. Le Comité permanent approuve le point suivant: a. Cette question ne sera pas examinée tant que l examen des questions soulevées dans les paragraphes 13 à 17 n a pas été complété. Proposition 10: Séances d ouverture plus courtes et plus concises 41. Le groupe de travail a été invité à donner son avis sur l ouverture de la COP par une cérémonie d ouverture de haut niveau le premier jour, ne dépassant pas deux heures au total, avec des discours plus courts et moins nombreux, et incluant les questions administratives. 42. L adoption d une telle pratique est en accord avec les principes proposés au début du présent document et conforme à la pratique adoptée par d autres conventions. Elle permet également 7

8 d utiliser la veille de la réunion pour le Bureau et les réunions régionales, comme proposé précédemment. 43. Le Comité permanent approuve le point suivant: a. La cérémonie d ouverture de la Conférence des Parties a lieu le matin du premier jour de la réunion et ne dure pas plus de deux heures. Les discours présentés par les principales autorités sont plus courts et moins nombreux, incluant des questions administratives. Proposition 11: Prolongation de la COP d une ou deux journées 44. Le groupe de travail a été invité à examiner la possibilité de prolonger la COP d un ou deux jours complets, la décision étant prise une fois l ordre du jour provisoire établi. La principale raison de l extension d une journée est de permettre au Secrétariat de disposer d une journée complète pour finaliser les résolutions avant leur adoption lors de la dernière séance plénière (pendant que les délégués participent à une excursion et/ou un évènement social). Si une seconde journée supplémentaire était approuvée, elle laisserait davantage de temps au Comité plénier (COW), aux discussions plénières et aux réunions des groupes de travail. 45. Le document du Secrétariat a suggéré que la décision sur la durée de la réunion soit prise ultérieurement, une fois l ordre du jour provisoire établi. L impact de cette incertitude au moment de négocier un accord avec le pays hôte n a pas été examiné. 46. Les principes énoncés au début de ce document établissent l efficacité et l efficience, ainsi que les considérations budgétaires comme les principaux éléments permettant de fixer la durée des réunions. Le Secrétariat n a pas présenté d analyse des impacts d une COP prolongée sur l efficacité, l efficience ou le coût. Il n est pas certain qu il y ait des gains à cet égard. 47. Le Comité permanent approuve le point suivant: a. La durée de la COP reste de cinq jours. Proposition 12: Évènements parallèles et réunions des groupes de travail 48. Le groupe de travail est invité à examiner la façon de rendre les évènements parallèles accessibles à autant de délégués que possible, en amont des prises de décisions, et en tenant compte des réunions des groupes de travail.la question se pose en raison des difficultés d emploi du temps, des limitations du nombre de salles adaptées, et d éventuels chevauchements d horaire pour les délégués. 49. Les principes énoncés au début du présent document identifient le traitement des affaires de la réunion comme le but principal de la tenue de la réunion, les événements parallèles ou les réunions associées étant secondaires. Par définition, les événements parallèles sont des événements qui se déroulent si possible en marge de l activité principale. Par conséquent, en termes d attribution de temps et/ou de lieux, la Conférence des Parties et ses réunions subsidiaires seront toujours prioritaires. 8 8

9 50. En tant qu orientations données au Secrétariat, le groupe de travail pourrait décider que, lors de l attribution de créneaux horaires aux événements parallèles, la priorité soit accordée aux événements soutenant directement des questions importantes devant être traitées par la COP. Cependant, comme la plupart des délégations des Parties arrivent à la réunion avec des instructions officielles convenues en amont de la réunion, la possibilité d influer sur leur position à un tel stade tardif est susceptible d être limitée. 51. Le Comité permanent approuve le point suivant: a. Les réunions de la COP et ses réunions subsidiaires (COW, groupes de travail, comités) ont la priorité sur les événements parallèles en termes d emploi du temps et de lieux. b. La durée proposée de cinq jours de la COP n est pas prolongée pour allouer du temps aux événements parallèles au cours de la COP. Des manifestations peuvent être organisées avant ou après la COP si elles n occasionnent aucune charge supplémentaire pour le Secrétariat. c. Les principaux événements parallèles auront lieu au début de la Conférence des Parties afin d éviter des chevauchements potentiels avec le Comité plénier et les groupes de travail. d. Lors de l attribution de créneaux horaires à des événements parallèles au cours de la COP, le Secrétariat accordera la priorité aux événements soutenant directement des questions importantes devant être abordées par la COP. Proposition 13: Timing pour les dispositions relatives aux Pouvoirs 52. Les difficultés des délégués à fournir des informations d identification appropriées et en temps opportun ont constitué un problème important induisant des charges de travail élevées et inutiles pour le Secrétariat et le Comité des pouvoirs à la COP. De plus, il s est avéré que certains délégués parrainés n ont pu participer à l activité de la réunion car ils ne disposaient pas de lettre de Pouvoir valide. 53. Si une copie transmise par voie électronique (scannée) des lettres de pouvoirs peut être fournie avant la réunion, cela donne la possibilité au Secrétariat de commencer leur l examen au nom du Comité des pouvoirs. Les points nécessitant une clarification ou une correction peuvent être renvoyés à la Partie si nécessaire, et la charge de travail lors de la réunion peut ainsi être réduite. Il est à noter que les lettres de pouvoirs finales et originales devront toujours être soumises au début de la COP pour la procédure finale. 54. Certaines délégations pourraient ne pas être en mesure d obtenir de lettre de pouvoirs finales signées avant la COP. Dans de tels cas, elles peuvent toujours les présenter au début de la COP. D autres délégations peuvent ne pas souhaiter envoyer de lettres de pouvoirs par la poste ou par messagerie, par crainte qu elles ne se perdent dans le système de correspondance. Dans ces cas, les délégations devraient être encouragées à faire parvenir une version électronique des informations d identification pour le traitement initial, et à apporter l original à la réunion. 9

10 55. Le Comité permanent approuve le point suivant: a. Les délégués sont priés de transmettre au Secrétariat par voie électronique (c.-à-d. numériser et envoyer) une copie de leurs lettres de pouvoirs afin d en permettre l examen préliminaire avant la réunion. La présentation des lettres de pouvoirs finales signées, au Secrétariat au début de la COP, sera toujours nécessaire. b. Les délégués parrainés sont particulièrement encouragés à transmettre, si possible, leurs informations d identification comme indiqué ci-dessus avant que les billets et les autorisations de voyage ne soient émis par le Secrétariat

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CECI/CONF.10/1 Distr. générale 23 novembre 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CECI/CONF.5/1 17 mars 2009 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DE LA COOPÉRATION ET DE L INTÉGRATION ÉCONOMIQUES

Plus en détail

Accord négocié régissant les relations entre la Cour pénale internationale et l Organisation des Nations Unies. Préambule

Accord négocié régissant les relations entre la Cour pénale internationale et l Organisation des Nations Unies. Préambule Accord négocié régissant les relations entre la Cour pénale internationale et l Organisation des Nations Unies Préambule La Cour pénale internationale et l Organisation des Nations Unies, Ayant à l esprit

Plus en détail

ORGANE INTERGOUVERNEMENTAL DE NEGOCIATION A/FCTC/INB6/DIV/4 DE LA CONVENTION-CADRE DE L OMS 28 janvier 2003 POUR LA LUTTE ANTITABAC Sixième session

ORGANE INTERGOUVERNEMENTAL DE NEGOCIATION A/FCTC/INB6/DIV/4 DE LA CONVENTION-CADRE DE L OMS 28 janvier 2003 POUR LA LUTTE ANTITABAC Sixième session ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTE ORGANE INTERGOUVERNEMENTAL DE NEGOCIATION A/FCTC/INB6/DIV/4 DE LA CONVENTION-CADRE DE L OMS 28 janvier 2003 POUR LA LUTTE ANTITABAC Sixième session Participation des organisations

Plus en détail

(texte en vigueur le 1 er janvier 2008) LISTE DES INSTRUCTIONS

(texte en vigueur le 1 er janvier 2008) LISTE DES INSTRUCTIONS INSTRUCTIONS ADMINISTRATIVES POUR L APPLICATION DE L ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES ET DU PROTOCOLE Y RELATIF (texte en vigueur le 1 er janvier 2008) LISTE

Plus en détail

Association Suisse des Brass Bands Statuts

Association Suisse des Brass Bands Statuts S T A T U T S Association Suisse des Brass Bands I. Nom, siège et but Article 1 Nom et siège L Association Suisse des Bras Bands (ASBB) est une association dans le sens de l article 60 SS CC. L ASBB n

Plus en détail

GUIDE DE LA PROCÉDURE D ADMISSION COMPLÉMENTAIRE

GUIDE DE LA PROCÉDURE D ADMISSION COMPLÉMENTAIRE GUIDE DE LA PROCÉDURE D ADMISSION COMPLÉMENTAIRE Guide PC 2015 Version du 23/04/2015 QUI EST CONCERNÉ PAR LA PROCÉDURE COMPLÉMENTAIRE La procédure complémentaire a pour but de mettre en relation les établissements

Plus en détail

Assemblée des États Parties

Assemblée des États Parties Cour pénale internationale Assemblée des États Parties Distr. : générale 29 octobre 2013 ICC-ASP/12/47 FRANÇAIS Original : anglais Douzième session The Hague, 20-28 novembre 2013 Rapport de la Commission

Plus en détail

Association METROPOLIS Association française Loi 1901 RÈGLEMENT INTÉRIEUR

Association METROPOLIS Association française Loi 1901 RÈGLEMENT INTÉRIEUR Association METROPOLIS Association française Loi 1901 RÈGLEMENT INTÉRIEUR 20 mai 2015 Ce règlement intérieur complète et précise certains articles des statuts de l association modifiés et approuvés le

Plus en détail

Appel d offres pour la mise en place de cursus intégrés franco-allemands binationaux et trinationaux à compter de l année universitaire 2015-2016

Appel d offres pour la mise en place de cursus intégrés franco-allemands binationaux et trinationaux à compter de l année universitaire 2015-2016 Appel d offres pour la mise en place de cursus intégrés franco-allemands binationaux et trinationaux à compter de l année universitaire 2015-2016 Date limite pour l annonce du dépôt d une demande de soutien

Plus en détail

Comité permanent du droit des marques, des dessins et modèles industriels et des indications géographiques

Comité permanent du droit des marques, des dessins et modèles industriels et des indications géographiques F SCT/30/4 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 12 AOUT 2013 Comité permanent du droit des marques, des dessins et modèles industriels et des indications géographiques Trentième session Genève, 4 8 novembre 2013

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES

UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES F UPOV/INF/8 UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES GENÈVE ACCORD entre l Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle et l Union internationale pour la protection des

Plus en détail

Règlement intérieur du Conseil d administration

Règlement intérieur du Conseil d administration Règlement intérieur du Conseil d administration Le présent règlement intérieur a été adopté par le Conseil d administration à sa première session, le 14 décembre 1977. À sa cinquante-quatrième session,

Plus en détail

Guide d auto-évaluation

Guide d auto-évaluation REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE ----------- Autorité nationale d Assurance Qualité de l Enseignement supérieur ANAQ-Sup Guide d auto-évaluation

Plus en détail

Guide d utilisation de la plateforme internet sécurisée des traitements de substitution pour les centres de traitement (04.03.

Guide d utilisation de la plateforme internet sécurisée des traitements de substitution pour les centres de traitement (04.03. Service de la santé publique Bâtiment administratif de la Pontaise Av. des Casernes 2 1014 Lausanne Guide d utilisation de la plateforme internet sécurisée des traitements de substitution pour les centres

Plus en détail

Politique de gestion documentaire

Politique de gestion documentaire Politique de gestion documentaire Responsabilité de gestion : Secrétariat général Date d approbation : 24 avril 1979 C.A. C.E. Direction générale Direction Date d'entrée en vigueur : 24 avril 1995 Date

Plus en détail

Système de gestion des inscriptions en ligne pour les Expo-sciences du Québec

Système de gestion des inscriptions en ligne pour les Expo-sciences du Québec Système de gestion des inscriptions en ligne pour les Expo-sciences du Québec Guide des étapes à suivre pour l inscription en ligne pour un projet SOLO. Bienvenue au système de gestion des inscriptions

Plus en détail

Ce texte est une version provisoire. Seule la version qui sera publiée dans la Feuille officielle

Ce texte est une version provisoire. Seule la version qui sera publiée dans la Feuille officielle Ce texte est une version provisoire. Seule la version qui sera publiée dans la Feuille officielle (https://www.admin.ch/gov/fr/accueil/droit-federal/feuille-federale.html) fait foi. Directives du Conseil

Plus en détail

GUIDE DE LA PROCEDURE D ADMISSION COMPLEMENTAIRE

GUIDE DE LA PROCEDURE D ADMISSION COMPLEMENTAIRE GUIDE DE LA PROCEDURE D ADMISSION COMPLEMENTAIRE Guide PC 2014 Version du 26/06/2014 QUI EST CONCERNE PAR LA PROCEDURE COMPLEMENTAIRE Qui peut participer à la procédure complémentaire et pour quel type

Plus en détail

Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats

Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats Rapport du Secrétaire général Résumé Lors du Sommet mondial de septembre 2005, les dirigeants des pays

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION SUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE CULTUREL SUBAQUATIQUE

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION SUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE CULTUREL SUBAQUATIQUE 5 MSP UCH/15/5.MSP/INF4.3 REV 15 janvier 2015 Original : anglais Distribution limitée ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION SUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE

Plus en détail

I Buts, Composition et Ressources de l'association

I Buts, Composition et Ressources de l'association I Buts, Composition et Ressources de l'association Article 1. Il est fondé entre les différents adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août

Plus en détail

1.1 Les conditions suivantes s appliquent à l étendue de la prestation, sauf stipulation contraire, convenue par écrit.

1.1 Les conditions suivantes s appliquent à l étendue de la prestation, sauf stipulation contraire, convenue par écrit. Conditions générales de vente 1. Etendue de la prestation 2. Honoraires 3. Livraison 4. Cas de force majeure 5. Garantie 6. Dommages-intérêts 7. Paiement 8. Secret professionnel 9. Tribunal compétent 10.

Plus en détail

Mécanisme d examen de l application de la Convention des Nations Unies contre la corruption Documents de base

Mécanisme d examen de l application de la Convention des Nations Unies contre la corruption Documents de base Mécanisme d examen de l application de la Convention des Nations Unies contre la corruption Documents de base NATIONS UNIES Office DES NATIONS UNIES CONTRE LA DROGUE ET LE CRIME Vienne Mécanisme d examen

Plus en détail

Convention sur la conservation des espèces migratrices appartenant à la faune sauvage

Convention sur la conservation des espèces migratrices appartenant à la faune sauvage Convention sur la conservation des espèces migratrices appartenant à la faune sauvage Guide d utilisation du Système de rapport en ligne de la CMS Préparé par le Secrétariat de la Convention sur la conservation

Plus en détail

OFFICE DE L'HARMONISATION DANS LE MARCHÉ INTÉRIEUR (MARQUES, DESSINS ET MODÈLES) AVIS DE VACANCE CONCERNANT LE POSTE :

OFFICE DE L'HARMONISATION DANS LE MARCHÉ INTÉRIEUR (MARQUES, DESSINS ET MODÈLES) AVIS DE VACANCE CONCERNANT LE POSTE : OFFICE DE L'HARMONISATION DANS LE MARCHÉ INTÉRIEUR (MARQUES, DESSINS ET MODÈLES) DEPARTEMENT «RESSOURCES HUMAINES» Secteur «Administration du personnel» AVIS DE VACANCE CONCERNANT LE POSTE : Administrateur:

Plus en détail

Questions et réponses sur la cote de rendement au collégial

Questions et réponses sur la cote de rendement au collégial Questions et réponses sur la cote de rendement au collégial Mars 2013 QUESTIONS ET RÉPONSES SUR LA COTE DE RENDEMENT AU COLLÉGIAL CREPUQ AVANT-PROPOS Ce document apporte des réponses aux principales questions

Plus en détail

Cahier des charges. Prestation de nettoyage des locaux. Comité régional du tourisme de Bretagne 1 rue Raoul Ponchon 35069 RENNES Cedex France

Cahier des charges. Prestation de nettoyage des locaux. Comité régional du tourisme de Bretagne 1 rue Raoul Ponchon 35069 RENNES Cedex France Cahier des charges Prestation de nettoyage des locaux Comité régional du tourisme de Bretagne 1 rue Raoul Ponchon 35069 RENNES Cedex France 01/12/2009 SOMMAIRE Objet du marché... 3 Détails des prestations

Plus en détail

Contrat d agence commerciale

Contrat d agence commerciale http://www.droitbelge.net infos@droitbelge.net Contrat d agence commerciale Auteur: Me Frédéric Dechamps, avocat AVERTISSEMENT Ce document est une version d évaluation du contrat. Il a pour seul objectif

Plus en détail

ACCORD DU 5 AVRIL 2006

ACCORD DU 5 AVRIL 2006 MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective nationale IDCC : 7501. CRÉDIT AGRICOLE (4 novembre 1987) ACCORD DU 5 AVRIL 2006 RELATIF AUX MODALITÉS D APPLICATION

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

QUESTIONS D ORGANISATION. Ordre du jour provisoire annoté INTRODUCTION

QUESTIONS D ORGANISATION. Ordre du jour provisoire annoté INTRODUCTION CBD Distr. GÉNÉRALE UNEP/CBD/WG-ABS/7/1/Add.1/Rev.1 25 mars 2009 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS GROUPE DE TRAVAIL SPÉCIAL À COMPOSITION NON LIMITÉE SUR L'ACCÈS ET LE PARTAGE DES AVANTAGES Septième réunion

Plus en détail

FONDS DE SOUTIEN À L INNOVATION. Règlement du Programme d Appui à l Innovation et au Développement Technologique PTR - Appel à projet ouvert -

FONDS DE SOUTIEN À L INNOVATION. Règlement du Programme d Appui à l Innovation et au Développement Technologique PTR - Appel à projet ouvert - FONDS DE SOUTIEN À L INNOVATION Règlement du Programme d Appui à l Innovation et au Développement Technologique PTR - Appel à projet ouvert - 2014 Sommaire 1. Introduction!... 3 2. Règles de participation!...

Plus en détail

OIE 12, rue de Prony 75017 Paris France Tel.: 33 (0)1 44 15 18 88 Fax: 33 (0)1 42 67 09 87 www.oie.int oie@oie.int

OIE 12, rue de Prony 75017 Paris France Tel.: 33 (0)1 44 15 18 88 Fax: 33 (0)1 42 67 09 87 www.oie.int oie@oie.int Original : anglais Juillet 2006 RAPPORT DE LA RÉUNION DU BUREAU DE LA COMMISSION SCIENTIFIQUE POUR LES MALADIES ANIMALES Paris, 3-4 juillet 2006 Une réunion du Bureau de la Commission scientifique de l

Plus en détail

Obligation de publication des comptes annuels et consolidés de sociétés étrangères

Obligation de publication des comptes annuels et consolidés de sociétés étrangères Département Informations micro-économiques Service Centrale des bilans boulevard de Berlaimont 14 - BE-1000 Bruxelles tél. 02 221 30 01 - fax 02 221 32 66 e-mail: centraledesbilans@nbb.be - site Internet:

Plus en détail

NOGENT PERCHE HABITAT Office Public de l Habitat

NOGENT PERCHE HABITAT Office Public de l Habitat NOGENT PERCHE HABITAT Office Public de l Habitat B. P. 10021 14, Rue du Champ-Bossu 28402 NOGENT-le-ROTROU Cedex Tél : 02.37.52.15.28 Télécopie : 02.37.52.85.50 Courriel : oph.direction@nogent-perche-habitat.fr

Plus en détail

Conditions Générales du RME

Conditions Générales du RME 1. Champ d application 1 2. Règlement RME 1 3. Prestations du RME 1 3.1 Généralités 1 3.2 Enregistrement 1 3.3 Liste des Méthodes 2 3.4 Conditions d Enregistrement 2 3.5 Demandes d enregistrement 2 3.6

Plus en détail

Choisir une pointeuse, badgeuse ou système de gestion des temps

Choisir une pointeuse, badgeuse ou système de gestion des temps Choisir une pointeuse, badgeuse ou système de gestion des temps Ce guide a été conçu pour vous assister dans votre démarche de sélection d un système de gestion des temps. Nous souhaitons ici vous faire

Plus en détail

MARCHÉ PUBLIC DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES RÈGLEMENT DE LA CONSULTATION

MARCHÉ PUBLIC DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES RÈGLEMENT DE LA CONSULTATION VILLE DE MIOS Service Commande publique Place du XI novembre BP 13 33380 MIOS MARCHÉ PUBLIC DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES RÈGLEMENT DE LA CONSULTATION MARCHÉ DE MAÎTRISE D ŒUVRE A PROCEDURE ADAPTEE EN

Plus en détail

Statuts de l Association des Amis de BD-FIL

Statuts de l Association des Amis de BD-FIL Statuts de l Association des Amis de BD-FIL I - Nom, siège et durée Article 1 - Constitution Selon décision de l Assemblée constitutive du 16 juillet 2012 l Association des Amis de BD-FIL a été fondée,

Plus en détail

RÉVISION DU PLAN D OCCUPATION DES SOLS ET SA TRANSFORMATION EN PLAN LOCAL D URBANISME

RÉVISION DU PLAN D OCCUPATION DES SOLS ET SA TRANSFORMATION EN PLAN LOCAL D URBANISME 1/6 PROCEDURE ADAPTEE RÉVISION DU PLAN D OCCUPATION DES SOLS ET SA TRANSFORMATION EN PLAN LOCAL D URBANISME MARCHÉ PUBLIC D ETUDES ET D ASSISTANCE [MARCHE DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES] passé selon la

Plus en détail

B2V lance le Prix Solidarité Autonomie Seniors

B2V lance le Prix Solidarité Autonomie Seniors DOSSIER DE PRESSE B2V lance le Prix Solidarité Autonomie Seniors Sommaire Page 2 : Le Prix B2V en quelques dates Page 3 : Un prix destiné à encourager l innovation sociale en matière d accompagnement du

Plus en détail

Instructions relatives à la soumission d une question sur le sujet d étude

Instructions relatives à la soumission d une question sur le sujet d étude Programme de bourses de recherche Amy Mahan pour évaluer l impact de l accès public aux TIC Instructions relatives à la soumission d une question sur le sujet d étude Table des matières À propos la Question

Plus en détail

Accréditation des médias pour les événements qui auront lieu au Luxembourg dans le cadre de la Présidence luxembourgeoise

Accréditation des médias pour les événements qui auront lieu au Luxembourg dans le cadre de la Présidence luxembourgeoise Accréditation des médias pour les événements qui auront lieu au Luxembourg dans le cadre de la Présidence luxembourgeoise Le portail d accréditation pour les représentants des médias est désormais en ligne!

Plus en détail

S T A T U T S LA QUADRATURE DU NET

S T A T U T S LA QUADRATURE DU NET S T A T U T S LA QUADRATURE DU NET Association loi 1901 Article 1 - Constitution I DENOMINATION OBJET - SIEGE Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une Association régie par la loi du 1er

Plus en détail

CRM PERFORMANCE CONTACT

CRM PERFORMANCE CONTACT CRM PERFORMANCE CONTACT PREMIUM 3ème génération Un concentré de haute technologie pour augmenter de 30 % vos rendez-vous Le Vinci, 2 place Alexandre Farnèse 84000 Avignon Tél : + 33 (0)4 90 13 15 88 Télécopie

Plus en détail

S T A T U T S (Version française) Association pour la gestion d un centre de renseignements sur le crédit à la consommation (IKO)

S T A T U T S (Version française) Association pour la gestion d un centre de renseignements sur le crédit à la consommation (IKO) S T A T U T S (Version française) Association pour la gestion d un centre de renseignements sur le crédit à la consommation (IKO) V2.2014-04-04 1 Nom, siège et but Art. 1 Sous le nom de Verein zur Führung

Plus en détail

Définition. Caractéristiques. - Du partage des ressources : espace de stockage, imprimantes, lignes de communication.

Définition. Caractéristiques. - Du partage des ressources : espace de stockage, imprimantes, lignes de communication. CONNECTER LES SYSTEMES ENTRE EUX L informatique, au cœur des tâches courantes, a permis de nombreuses avancées technologiques. Aujourd hui, la problématique est de parvenir à connecter les systèmes d information

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE. : Consultant gestion de l information et des bases de données protection de l enfance (consultation nationale)

TERMES DE REFERENCE. : Consultant gestion de l information et des bases de données protection de l enfance (consultation nationale) TERMES DE REFERENCE Titre Type de contrat Durée : Consultant gestion de l information et des bases de données protection de l enfance (consultation nationale) : SSA : 06 mois Date de clôture : 0 Juin 201

Plus en détail

GUIDE DU CANDIDAT BAC S CONCOURS AVENIR 2015 GUIDE DU CANDIDAT BAC «S» 2015. Page 1 sur 6

GUIDE DU CANDIDAT BAC S CONCOURS AVENIR 2015 GUIDE DU CANDIDAT BAC «S» 2015. Page 1 sur 6 GUIDE DU CANDIDAT BAC «S» 2015 Page 1 sur 6 CANDIDATURE Eligibilité : Peuvent s inscrire au Concours AVENIR : - Les élèves en terminale S (quelle que soit la spécialité), inscrits dans un lycée français

Plus en détail

MBA MANAGEMENT, RISQUES ET CONTRÔLE DOSSIER DE CANDIDATURE

MBA MANAGEMENT, RISQUES ET CONTRÔLE DOSSIER DE CANDIDATURE MBA MANAGEMENT, RISQUES ET CONTRÔLE DOSSIER DE CANDIDATURE Procédure d admission L admission au programme MBA, et s effectue à la suite d un processus sélectif qui se déroule en trois phases : 1. Les personnes

Plus en détail

I - Synthèse des travaux des 2 groupes

I - Synthèse des travaux des 2 groupes 1 Rencontre des délégués du territoire de Menton Vallée de la Roya -Nice La ligue de l enseignement - 11 décembre 2012 I - Synthèse des travaux des 2 groupes 1. Eléments de contenu pour la fiche de présentation

Plus en détail

RÈGLEMENT. sur la collaboration avec les intermédiaires

RÈGLEMENT. sur la collaboration avec les intermédiaires RÈGLEMENT sur la collaboration avec les intermédiaires Fédération Internationale de Football Association Président : Joseph S. Blatter Secrétaire Général : Jérôme Valcke Adresse : FIFA FIFA-Strasse 20

Plus en détail

Statuts. Article I Désignation

Statuts. Article I Désignation Statuts Article I Désignation Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er Juillet 1901 et le décret du 16 Août 1901, ayant pour titre : Association des

Plus en détail

Assurance perte de salaire (LAMal).

Assurance perte de salaire (LAMal). Assurance perte de salaire (LAMal). Règlement Edition 2010 Table des matières I Bases V Assurance-accidents Art. 1 Art. 2 Art. 3 Art. 4 Art. 5 Art. 6 Bases du contrat But Personnes assurées Preneur d assurance

Plus en détail

(9 ème promotion Année universitaire 2015-2016) (à remplir et faire signer par le candidat et son employeur) TOUT DOSSIER INCOMPLET SERA REJETE

(9 ème promotion Année universitaire 2015-2016) (à remplir et faire signer par le candidat et son employeur) TOUT DOSSIER INCOMPLET SERA REJETE DOSSIER DE CANDIDATURE AU MASTER MAITRISE D OUVRAGE PUBLIQUE ET PRIVEE SPECIALITE DU MASTER ECONOMIE ET DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL DE L UNIVERSITE D AUVERGNE (9 ème promotion Année universitaire 2015-2016)

Plus en détail

TITRE IER DISPOSITIONS GENERALES

TITRE IER DISPOSITIONS GENERALES ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE ----- NOR : SAA0402629DL DELIBERATION N 2005-13 APF DU 13 JANVIER 2005 portant modification de la délibération n 2001-200 APF du 4 décembre 2001 portant code de procédure

Plus en détail

Association Suisse de Médecine Equine (ASME) Statuts

Association Suisse de Médecine Equine (ASME) Statuts Association Suisse de Médecine Equine (ASME) Statuts 2 Article 1 Nom et siège 1.1. L Association Suisse de Médecine Equine (ASME) est une association selon les articles 60 et suivants du Code Civil Suisse

Plus en détail

Proposition de modification des statuts de l Association INTERPRET à l attention de l Assemblée générale du 11 juin 2015

Proposition de modification des statuts de l Association INTERPRET à l attention de l Assemblée générale du 11 juin 2015 Proposition de modification des statuts de l Association INTERPRET à l attention de l Assemblée générale du 11 juin 2015 Présentation synoptique des changements proposés Légende: Colonne de gauche: version

Plus en détail

PROCEDURE D ADMISSION COMPLEMENTAIRE

PROCEDURE D ADMISSION COMPLEMENTAIRE PROCEDURE D ADMISSION COMPLEMENTAIRE 2012 LES QUATRE ETAPES La procédure complémentaire a pour but de mettre en relation les établissements qui ont encore des places vacantes et les candidats n ayant pas

Plus en détail

Article 2 Siège L ACS constitue une association au sens du Code civil suisse. Son domicile est au siège de l administration centrale à Berne.

Article 2 Siège L ACS constitue une association au sens du Code civil suisse. Son domicile est au siège de l administration centrale à Berne. I. BUT ET SIÈGE Article 1 But L Automobile Club de Suisse, ACS, Automobil Club der Schweiz, ACS, Automobile Club Svizzero, ACS, fondé à Genève le 6 décembre 1898, a pour but de grouper les automobilistes

Plus en détail

Applicable sur le site www.clicinformatique62.fr, à compter du 1 Février 2015

Applicable sur le site www.clicinformatique62.fr, à compter du 1 Février 2015 CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D'UTILISATION Applicable sur le site www.clicinformatique62.fr, à compter du 1 Février 2015 PRÉAMBULE : Le site est la propriété de THERIEZ Clément en sa totalité, ainsi

Plus en détail

Conseil supérieur du logement

Conseil supérieur du logement Conseil supérieur du logement Avis n 29 du Conseil supérieur du logement du 31 août 2011 sur l avantprojet d arrêté du Gouvernement wallon modifiant l arrêté du Gouvernement wallon du 6 septembre 2007

Plus en détail

Statuts de l AGASSC. I. Nom de l association

Statuts de l AGASSC. I. Nom de l association Statuts de l AGASSC I. Nom de l association Article 1 : Sous la dénomination «Association Genevoise des Assistant(e)s en Soins et Santé Communautaire (AGASSC) est constituée une association au sens des

Plus en détail

Artisans, commerçants et professionnels libéraux. L'auto-entrepreneur. Édition 2011

Artisans, commerçants et professionnels libéraux. L'auto-entrepreneur. Édition 2011 Artisans, commerçants et professionnels libéraux L'auto-entrepreneur Édition 2011 2 L auto-entrepreneur 3 Qui peut devenir auto-entrepreneur? Ce dispositif permet à toute personne de créer, avec des formalités

Plus en détail

Article 1. Article 2. Article 3

Article 1. Article 2. Article 3 ENTENTE RELATIVE AUX COMITÉS DE SANTÉ ET DE SÉCURITÉ DU TRAVAIL ET AU TEMPS DE LIBÉRATION ALLOUÉ AUX REPRÉSENTANTS À LA PRÉVENTION DANS L EXERCICE DE LEURS FONCTIONS (Juin 1992) Article 1 En vue de prévenir

Plus en détail

MANUEL UTILISATEUR SOPISAFE V 3.5

MANUEL UTILISATEUR SOPISAFE V 3.5 MANUEL UTILISATEUR SOPISAFE V 3.5 Sommaire PREMIERE PARTIE : INSTALLATION DE SOPISAFE... 3 INSTALLATION SOUS WINDOWS... 3 DEUXIEME PARTIE : L INTERFACE UTILISATEUR DE SOPISAFE V3.5... 5 PARAMETRAGE PAR

Plus en détail

OFFICE DES NATIONS UNIES CONTRE LA DROGUE ET LE CRIME Vienne

OFFICE DES NATIONS UNIES CONTRE LA DROGUE ET LE CRIME Vienne OFFICE DES NATIONS UNIES CONTRE LA DROGUE ET LE CRIME Vienne Mécanisme d examen de l application de la Convention des Nations Unies contre la corruption Documents de base NATIONS UNIES Vienne, 2010 Résolutions

Plus en détail

STATUTS GROUPEMENT SUISSE DU FILM D ANIMATION SCHWEIZER TRICKFILMGRUPPE

STATUTS GROUPEMENT SUISSE DU FILM D ANIMATION SCHWEIZER TRICKFILMGRUPPE STATUTS GROUPEMENT SUISSE DU FILM D ANIMATION SCHWEIZER TRICKFILMGRUPPE I - NOM, SIÈGE, DURÉE, BUTS ET ACTIVITÉS Article 1 Sous la dénomination GROUPEMENT SUISSE DU FILM D ANIMATION (GSFA), il a été fondé

Plus en détail

CONVENTION POUR LA SAUVEGARDE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL COMITÉ INTERGOUVERNEMENTAL DE SAUVEGARDE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL

CONVENTION POUR LA SAUVEGARDE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL COMITÉ INTERGOUVERNEMENTAL DE SAUVEGARDE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL 5 COM ITH/10/5.COM/CONF.202/INF.7 Paris, le 27 octobre 2010 Original : anglais/français CONVENTION POUR LA SAUVEGARDE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL COMITÉ INTERGOUVERNEMENTAL DE SAUVEGARDE DU PATRIMOINE

Plus en détail

NOTE D ORIENTATION 2015

NOTE D ORIENTATION 2015 NOTE D ORIENTATION 2015 Introduction 1. Le Fonds de l OIM pour le développement, créé en 2001, vient en aide aux Etats Membres en développement et à ceux dont l économie est en transition en vue de l élaboration

Plus en détail

L ANALYSE COUT-EFFICACITE

L ANALYSE COUT-EFFICACITE L ANALYSE COUT-EFFICACITE 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L analyse coût-efficacité est un outil d aide à la décision. Il a pour but d identifier la voie la plus efficace, du point de vue

Plus en détail

Statuts centraux. de la Société Suisse des Troupes Sanitaires. Version: V01.11. Groupe de travail AVO / CC. Edition du: 05 avril 2014

Statuts centraux. de la Société Suisse des Troupes Sanitaires. Version: V01.11. Groupe de travail AVO / CC. Edition du: 05 avril 2014 SMSV SSTS Statuts centraux de la Société Suisse des Troupes Sanitaires Version: V0. Auteurs: Edition du: 05 avril 0 Groupe de travail AVO / CC Remplace édition du: 8 septembre 00 Service de distribution:

Plus en détail

INFORM@TIQUE PROGRAMME PROVISOIRE. Degré 9 (1CO)

INFORM@TIQUE PROGRAMME PROVISOIRE. Degré 9 (1CO) INFORM@TIQUE PROGRAMME PROVISOIRE Degré 9 (1CO) DECS SE, mai 2011 PREAMBULE L ordinateur et les moyens multimédias en général font partie du quotidien des élèves. Ils sont utilisés comme instruments de

Plus en détail

BNC Express EDI-TDFC

BNC Express EDI-TDFC BNC Express EDI-TDFC (revenus 2014) Procédure de dématérialisation de la déclaration 2035, des tableaux OG et de la balance générale Attestation EDIFICAS n 2008.03.0200 Notice d'utilisation 1 bnc express

Plus en détail

Coût de fabrication ou d achat. Calcul des besoins Management Industriel et Logistique (4) (2) (1) (2)

Coût de fabrication ou d achat. Calcul des besoins Management Industriel et Logistique (4) (2) (1) (2) Etude de cas 1 : La société Lebreton fabrique un produit A dont la nomenclature est la suivante (les chiffres entre parenthèses indiquent le nombre de composants dans un composé de niveau immédiatement

Plus en détail

CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL

CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL Coopératives de services financiers Publication initiale : Décembre 2007 Mise à jour : TABLE DES MATIÈRES 1. Introduction... 3 2. Principes généraux...

Plus en détail

MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE. PRESTATION DE SERVICE ENREGISTREMENT SONORE DU MAGAZINE MUNICIPAL Années 2015 et 2016. CAHIER DES CHARGES

MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE. PRESTATION DE SERVICE ENREGISTREMENT SONORE DU MAGAZINE MUNICIPAL Années 2015 et 2016. CAHIER DES CHARGES SERVICE COMMUNICATION Tél. : 03.24.32 41 20 Fax : 03.24. 32 41 29 Courriel : com@mairie-charlevillemezieres.fr Affaire suivie par : Christelle MARECHAL Brigitte SAURA MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE PRESTATION

Plus en détail

STATUTS DE L'ASSOCIATIONS DES AMIS DE BERNARD GARO

STATUTS DE L'ASSOCIATIONS DES AMIS DE BERNARD GARO STATUTS DE L'ASSOCIATIONS DES AMIS DE BERNARD GARO I BUTS, AFFILIATION, RESSSOURCES, SIEGE, DUREE I.1 Sous le nom de ASSOCIATION DES AMIS DE, ci-après «ASSOCIATION» est créée une association régie par

Plus en détail

ASSOCIATION «HABITER ENFIN!» Loi de 1901 STATUTS

ASSOCIATION «HABITER ENFIN!» Loi de 1901 STATUTS 1 ASSOCIATION «HABITER ENFIN!» Loi de 1901 STATUTS ARTICLE 1 - DENOMINATION La présente Association a pour dénomination : «Habiter Enfin!». ARTICLE 2 - SIEGE Le siège de l association est fixé au : 14

Plus en détail

Artisans, commerçants et professionnels libéraux. L'auto-entrepreneur. Édition janvier 2012

Artisans, commerçants et professionnels libéraux. L'auto-entrepreneur. Édition janvier 2012 Artisans, commerçants et professionnels libéraux L'auto-entrepreneur Édition janvier 2012 2 L auto-entrepreneur Qui peut devenir auto-entrepreneur? Ce dispositif permet à toute personne de créer, avec

Plus en détail

OCRCVM Règles des courtiers membres Règle 2800 (auparavant le Principe directeur n o 5 de l ACCOVAM)

OCRCVM Règles des courtiers membres Règle 2800 (auparavant le Principe directeur n o 5 de l ACCOVAM) OCRCVM Règles des courtiers membres Règle 2800 (auparavant le Principe directeur n o 5 de l ACCOVAM) CODE DE CONDUITE À L INTENTION DES SOCIÉTÉS RÉGLEMENTÉES PAR L OCRCVM QUI NÉGOCIENT SUR LES MARCHÉS

Plus en détail

Constitution Ultimate New Brunswick. Article I Nom

Constitution Ultimate New Brunswick. Article I Nom Constitution Ultimate New Brunswick Article I Nom 1.1 La présente association doit légalement être connue sous le nom de New Brunswick Disc Sport Association, ci-après nommée Ultimate New Brunswick (U.N.B.)

Plus en détail

STATUTS de l'association des chargés* de communication des communes de Suisse romande «A3C Romandie»

STATUTS de l'association des chargés* de communication des communes de Suisse romande «A3C Romandie» STATUTS de l'association des chargés* de communication des communes de Suisse romande «A3C Romandie» DENOMINATION, BUTS ET SIEGE DE L'ASSOCIATION Article 1 Dénomination L'Association des chargé-e-s de

Plus en détail

CaRMS en ligne Guide d aide pour les candidats Connexion à la plateforme CaRMS en ligne et remplir votre candidature

CaRMS en ligne Guide d aide pour les candidats Connexion à la plateforme CaRMS en ligne et remplir votre candidature CaRMS en ligne Guide d aide pour les candidats Connexion à la plateforme CaRMS en ligne et remplir votre candidature Le 22 juillet 2015 Ce guide a été conçu afin de faciliter votre utilisation de la plateforme

Plus en détail

MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES

MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES SICTOM PEZENAS-AGDE - Service Finances et Marchés Publics 27 avenue de Pézenas BP 112 34120 NEZIGNAN L EVÊQUE Tél: 04 67 98 58 05 PRESTATION DE TELESURVEILLANCE,

Plus en détail

Statuts du Collectif des Plateformes d Affiliation

Statuts du Collectif des Plateformes d Affiliation I - BUT ET COMPOSITION Art. 1 : DENOMINATION Il est fondé un syndicat régi par les présents statuts, sous la dénomination de : Collectif des Plateformes d Affiliation (CPA). Art. 2 : OBJET Ce syndicat

Plus en détail

La Commission Permanente du Conseil Régional Nord - Pas de Calais réunie le 15 octobre 2012, sous la présidence de Monsieur Daniel PERCHERON,

La Commission Permanente du Conseil Régional Nord - Pas de Calais réunie le 15 octobre 2012, sous la présidence de Monsieur Daniel PERCHERON, REGION NORD - PAS DE CALAIS COMMISSION PERMANENTE DU CONSEIL REGIONAL Délibération n 20122339 Réunion du 15 octobre 2012 Exercice Budgétaire : 2012 Programme : 12 Apprentissage Thème : Apprentissage Objet

Plus en détail

ASSOCIATION LOI DU 1er JUILLET 1901 COMITE DE COOPERATION AVEC LE LAOS ( C.C.L. )

ASSOCIATION LOI DU 1er JUILLET 1901 COMITE DE COOPERATION AVEC LE LAOS ( C.C.L. ) ASSOCIATION LOI DU 1er JUILLET 1901 COMITE DE COOPERATION AVEC LE LAOS ( C.C.L. ) ARTICLE 1 : FORMATION Il est créé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er Juillet

Plus en détail

Analyse structurée de solutions pour BMC Remedy IT Service Management v 7

Analyse structurée de solutions pour BMC Remedy IT Service Management v 7 LIVRE BLANC SUR LES PRATIQUES ITIL Analyse structurée de solutions pour BMC Remedy IT Service Management v 7 Exploiter le potentiel des pratiques ITIL grâce aux ateliers d analyse de solutions organisés

Plus en détail

Ecole nationale supérieure d architecture de Grenoble BIENVENUE

Ecole nationale supérieure d architecture de Grenoble BIENVENUE Ecole nationale supérieure d architecture de Grenoble BIENVENUE Guide pratique pour les étudiants étrangers souhaitant s'inscrire à l'école nationale supérieure d'architecture de Grenoble, dans le cadre

Plus en détail

SOINS INFIRMIERS EN ONCOLOGIE GENEVE : SOGE STATUTS

SOINS INFIRMIERS EN ONCOLOGIE GENEVE : SOGE STATUTS SOINS INFIRMIERS EN ONCOLOGIE GENEVE : SOGE STATUTS ARTICLES 1 ET 2 : Nom et siège Sous le nom de soins infirmiers en oncologie Genève, est fondée une association professionnelle sans but lucratif au sens

Plus en détail

Assemblée des États Parties

Assemblée des États Parties Cour pénale internationale Assemblée des États Parties ICC-ASP/6/INF.3 Distr.: générale 4 décembre 2007 FRANÇAIS Original: Anglais Sixième session New York 30 novembre - 14 décembre 2007 Conférence de

Plus en détail

Table des matières. I. Nom et siège 3. II. But - Généralités 3. III. Affiliations 4. IV. Droits et obligations des membres 6. V.

Table des matières. I. Nom et siège 3. II. But - Généralités 3. III. Affiliations 4. IV. Droits et obligations des membres 6. V. Statuts Table des matières Page I. Nom et siège 3 II. But - Généralités 3 III. Affiliations 4 IV. Droits et obligations des membres 6 V. Organisation 7 1. L Assemblée générale 8 2. Le Conseil 10 3. La

Plus en détail

STATUTS DE L'UNION SUISSE DES FIDUCIAIRES SECTION VALAIS

STATUTS DE L'UNION SUISSE DES FIDUCIAIRES SECTION VALAIS STATUTS DE L'UNION SUISSE DES FIDUCIAIRES SECTION VALAIS CHAPITRE I DENOMINATION, SIEGE ET DUREE DE L'ASSOCIATION 1.1 L'Union Suisse des Fiduciaires Section Valais est une association régie par l'art.

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR I- FONCTIONNEMENT INTERNE DE L ASSOCIATION. Article 1 er. Association loi 1901

REGLEMENT INTERIEUR I- FONCTIONNEMENT INTERNE DE L ASSOCIATION. Article 1 er. Association loi 1901 Association loi 1901 REGLEMENT INTERIEUR I- FONCTIONNEMENT INTERNE DE L ASSOCIATION Article 1 er L Association Fréquence3 comporte trois pôles qui travaillent ensemble pour mener à bien les projets de

Plus en détail

guide du stagiaire Comment démarcher les entreprises, se présenter, décrocher un stage.

guide du stagiaire Comment démarcher les entreprises, se présenter, décrocher un stage. guide du stagiaire Comment démarcher les entreprises, se présenter, décrocher un stage. Un stage en entreprise réussi, c est une vocation professionnelle qui prend vie. Ce petit guide pratique t accompagne

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPT1412044R Intitulé des textes : projet d ordonnance relative à la réforme du taux d intérêt légal et projet d arrêté fixant les catégories de prêts

Plus en détail

Extrait gratuit du guide Formulaire Social BTP commenté

Extrait gratuit du guide Formulaire Social BTP commenté Extrait gratuit du guide Formulaire Social BTP commenté Chap. 03/1 : Élaborer les règles de discipline dans l entreprise N o 03/1-060 Note de service sur la rémunération des temps de trajet Vous gérez

Plus en détail