Comportements alimentaires et vieillissement,

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Comportements alimentaires et vieillissement,"

Transcription

1 Inserm Institut national de la santé et de la recherche médicale Comportements alimentaires et vieillissement, approche épidémiologique Exemple du projet Compalimage étude SUVIMAX 2 Emmanuelle Kesse-Guyot UMR Inra U1125/Inserm U557/Cnam Cnam/Paris 13 CRNH Ile-de de-france

2 Le vieillissement : généralités Processus complexe, multifactoriel, progressif et hétérogh rogène Modifications : Physiques : composition corporelle Biologiques Psychologiques Sociales Dépendance, perte d autonomied Mécanismes nombreux : Perturbation du statut inflammatoire, glycation des protéines, stress oxydant (théorie radicalaire du vieillissement, rôle des facteurs génétiques g

3 Enjeux du vieillissement (1) Enjeu de santé publique : améliorer la qualité de vie des «années gagnées» (action gouvernementale programme bien vieillir) dépister et prévenir les facteurs de risque liés s au vieillissement Données INSEE

4 Enjeux du vieillissement (2) Gains de l espérance de vie : +2,5 ans en 10 ans La santé des plus de 60 ans s améliore En 2020, le nombre de personnes dépendantes pourrait atteindre 24,8 à 42,6% Dépense annuelle moyenne : / personne Plus de 65 ans : / personne ans : / personne ans : / personne Augmentation du poids de la tranche d âge «forte consommatrice de soins»

5 Nutrition et vieillissement Etudes sur le vieillissement et la nutrition encore peu nombreuses (comparé à MCV, cancers.) Etudes longitudinales encore moins fréquentes Quelques données de la littérature : La plupart des études ont portés sur des facteurs nutritionnels spécifiques : B6 et B12, folates : maladies neurodégénératives, cancers, maladies CV, AGPI n-3 : dépression, maladies CV et neurodégénératives, Antioxydants : maladies neurodégénératives, cataracte, DMLA et système immunitaire, cancers, Calcium et vitamine D : ostéoporose, Apports énergétiques et protéiques : sarcopénie,

6 Epidémiologie nutritionnelle L approche épidémiologique de la nutrition implique : Mesure adéquate de l exposition : méthodes de recueil Table de composition : Table de composition des aliments adaptés aux études épidémiologiques (Table SU.VI.MAX) : 900 aliments 35 nutriments Validation des données recueillies Principe : étude de l association l entre un événement de santé ou un critère re intermédiaire et un ou quelques aliment(s) un ou quelques nutriment(s)

7 Limites de l approche nutritionnelle traditionnelle Traditionnellement : Mortalité, Aliment Pathologie, Nutriment Critère intermédiaire Limites: Un apport en nutriment n est pas isolé, un aliment est rarement consommé seul corrélation interaction synergie Effet spécifique difficilement identifiable L alimentation est un comportement global : Combinaison complexe de nutriments et d aliments d où un effet de confusion dans la relation entre alimentation et événements de santé

8 Méthodes alternatives L approche globale de l alimentation est de plus en plus utilisée en épidémiologie. Elle semble la mieux adaptée en terme de message de santé publique. Deux méthodes d approche : «A priori» : Construction d indice (échelle ou score) de diversité alimentaire de qualité de l alimentation d adéquation (recommandations, alimentation méditerranéenne) «A posteriori» : Identification de scores «naturels» (méthodes factorielles) Mise au point de typologies alimentaires Méthode basée sur les corrélations existantes entre les consommations au sein d une population

9 Construction d une typologie a posteriori a priori Nuage de points α Construction d indices d Visualisation dans le «meilleur» espace réduit Méthodes factorielles Regroupement dans l'espace des individus Méthodes de regroupement selon le score ou les consommations

10 Objectifs du projet COMPALIMAGE Etude des relations entre les comportements alimentaires globaux et les facteurs nutritionnels spécifiques (vitamines et oligo-éléments antioxydants, folates et vitamines B, AGPI ω3, ) évalués en sur une large cohorte et : Pathologies liées au vieillissement (cancers, MCV, DMLA, cataracte, ostéoporose, sarcopénie, ) Qualité globale du vieillissement estimé en 2007 (indicateur composite / composantes) Mise en relations des facteurs nutritionnels et de la qualité du vieillissement avec : stress antioxydant statut inflammatoire insulino-résistance en sous populations

11 Organisation de COMPALIMAGE Cohorte globale: 7200 sujets Évaluation des comportements alimentaires et de la qualité du vieillissement Sous-cohorte : 3500 Sujets Facteurs génétiques : polymorphismes Statut inflammatoire Sélection de 200 sujets selon leur alimentation (100/100) non fumeurs de plus de 65 ans Sélection de 240 sujets selon la qualité de leur vieillissement (120/120) non fumeurs de plus de 65 ans stress oxydant, état inflammatoire, insulino-résistance, fonction osseuse, variants génétiques Métabolisme protéique Métabolisme osseux Sélection de 20 sujets en fonction de leur statut inflammatoire (10/10) Sélection de 30 sujets en fonction de leur statut inflammatoire (15/15) sensibilité à l insuline, acétylation des protéines, régulation de gènes par l insuline

12 Etude de cohorte Matériel et méthodes Population source: sujets volontaires ayant participé à l étude SU.VI.MAX sujets adultes inclus entre octobre 1994 et juin 1995 Fin de la supplémentation en 2002 (11241 sujets) 7200 sujets ont accepté de participer à SUVI.MAX2

13 SUVIMAX 1 Objectif Tester l impact d un apport en micronutriments antioxydants (vit. C, E, bêta-carotène, zinc et sélénium), à doses nutritionnelles sur : l incidence des cancers, des cardiopathies ischémiques sur la mortalité Constituer une banque de données sur l alimentation et la santé d adultes en France.

14 Recrutement des participants (1) Campagne nationale multi-médias (télévision, radio, presse écrite nationale et régionale) r mars-juillet 1994 : «candidats» hommes ans femmes ans

15 Recrutement des participants (2) Chaque «candidat» a reçu : 1) informations sur l étude et formulaire de consentement 2) 15 capsules (test d acceptabilité) 3) questionnaire (données socio-démographiques, santé,...)

16 Recrutement des participants (3) campagne nationale multimédia (mars-juillet 1994) : «candidats» hommes ans femmes ans questionnaire et formulaire de consentement retournés complets et exploitables : sélection : «éligibles» personnes venues à la visite d inclusion (octobre 1994 juin 1995)

17 Etude SU.VI.MAX 1 : essai d intervention randomisé en «double aveugle» à sujets : 2 groupes égaux : = cancers maladies cardio-ischémiques décès antioxydants 6 mg bêta-carotène 120 mg vit C, 30 mg vit E 20 mg zinc, 100 µg selenium/j 8 années placebo Suivi annuel clinique ou biologique + questionnaire par courrier + minitel (santé et alimentation)

18 Evaluation des composantes de la qualité du vieillissement (n= 7200) U557 Inserm/U1125 Inra/Cnam/P13 Envoi postal: Consentement Convocation Note d information Autoquestionnaire Retour des données (formulaires) + consentement + aliquots Autoquestionnaire rempli Consentement signé Bilan du vieillissement dans un centre partenaire

19 Population SU.VI.MAX 2 (n= 7200) Échantillon globale Échantillon plus de 60 ans

20 Mise à jour et aide au clinicien Bilan du vieillissement 1. Autoquestionnaire (n = 7200) Données générales : situation de famille, environnement, situation professionnelle, lieu d habitation Troubles de l humeur (échelle CES-D) Troubles de la mémoire (questionnaire Mac Nair) Antécédents familiaux (MCV, HTA, cancers, diabète, problèmes osseux, ORL, oculaires, neurologiques & psychiques) Etat de santé ressenti, douleurs Antécédents personnels Questions sur la vision, l audition, la conduite automobile, les anomalies sensorielles, santé bucco-dentaire, sommeil, problèmes veineux, mobilité, sexualité Dépistage Ménopause/andropause Consommation de soins (consultations et médicaments) Consommation de tabac et d alcool Qualité de vie (SF36, Duke)

21 Bilan du vieillissement 2. Examen clinique standardisé (n = 7200) Bilan standardisé complet en hospitalisation de jour (janvier 2007-mars 2008):clinique et biologique Troubles mnésiques, attentionnels, fonctions cognitives (test de Mc Nair, test des 5 mots, test MMSE, test de l horloge) Examen de la sensibilité superficielle épicritique au fil de nylon, Test au diapason Évaluation de l autonomie Évaluation de l équilibre (vitesse de marche, station unipodale, tandem, semi-tandem) Audiométrique Mesure de la force : Grip-test Pression artérielle et fréquence cardiaque Mesures anthropométriques : tour de taille, tour de hanche, circonférence du mollet et du bras Prélèvement sanguin + technicage

22 Bilan neuropsychologique Tests adaptés à la population : comité décisionnel Recrutement régional (10 neuropsychologues) Entretien avec un neuropsychologue (1h30) TMT D-KFES Empan chiffré Fluence verbale RI-48 Test d attention KT

23 Collecte de nouvelles données alimentaires Questionnaire de fréquence semi-quantitatif en cours Mise en place d une étude de validation n = 7200 Recueil en cours Saisie des données en cours

24 72 Centres COMPALIMAGE Acceptation promotion INSERM (expertise COSSEC) Approbation CCPPRB, CNIL Lettre de soutien de la DHOS aux directeurs des hôpitaux Décembre 2006 : proposition des centres aux participants Janvier 2007 : convocation pour les premières consultations Février 2007 : début des consultations cliniques Octobre 2007 : début des consultations neuropsychologiques

25 Profils alimentaires a priori : Score de qualité nutritionnelle A partir de 3 enregistrements de 24h chez les sujets sans antécédents de cancers ou de MCV, calcul du nombre moyens de portions consommées par jour et cotation Mise au point d un score d adéquation aux recommandations du PNNS à partir des données recueillies entre recommandations du PNNS, bonus + pénalités Fruits et légumes, Pain, céréales, pommes de terre et légumes secs, Lait et produits laitiers, Viande, poissons et œufs, Graisses ajoutées, Produits sucrés, Boissons, Sel, Activité physique + points additionnels (céréales complètes, activité physique + pénalité pour un apport énergétique > recommandations) Validation du score par rapports aux apports en nutriments et aux marqueurs du statut nutritionnel Estaquio C et al. Validation of a diet quality index based on the French dietary guidelines - programme national nutrition santé (PNNS) in the SU.Vi.MAX cohort.

26 Qualité du vieillissement Réflexion en cours sur les données à utiliser pour la construction d un score de qualité du vieillissement Mesure de la force MMSE 5 mots Horloge Mac Nair Up-and-Go Chair stand CES-D Vitesse de marche

27 Etat d avancement Acceptation promotion INSERM (expertise COSSEC) Approbation CCPPRB, CNIL Lettre de soutien de la DHOS aux directeurs des hôpitaux Décembre 2006 : proposition des centres aux participants Janvier 2007 : convocation pour les premières consultations Février 2007 : début des consultations Octobre 2007 : début des bilans neuropsychologiques Au 1 mars 2008 : 5600 volontaires vus en consultation clinique

28 Données alimentaires : FFQ Données sur les déterminants socio-économiques des comportements alimentaires et sur les préférences alimentaires Données d activité physique Sang total pour lignées cellulaires : témoins (CNG) Recueil d urine Autres données et protocoles Echographie cardiaque Composition corporelle

29 Perspectives Influence des facteurs environnementaux dont nutritionnels dans le déterminisme de la qualité du vieillissement à partir d une étude de qualité : taille de l étude, recueil des données, facteurs d ajustement Prévention à un stade précoce du vieillissement Contribution aux recommandations

L'alimentation des seniors

L'alimentation des seniors L'alimentation des seniors Et le bien vieillir Mercredi 27 novembre 2013 Relation à long-terme entre l alimentation globale et les performances cognitives : Résultats de l étude SU.VI.MAX Dr Monique Ferry

Plus en détail

CNEG. L étude SU.VI.MAX 2. Comportement alimentaire et qualité du vieillissement Projet COMPALIMAGE. Inserm

CNEG. L étude SU.VI.MAX 2. Comportement alimentaire et qualité du vieillissement Projet COMPALIMAGE. Inserm Inserm Institut national de la santé et de la recherche médicale L étude SU.VI.MAX 2 Comportement alimentaire et qualité du vieillissement Projet COMPALIMAGE CNEG COMPALIMAGE: équipes impliquées 1 1.1

Plus en détail

Compléments alimentaires : bénéfiques ou délétères?

Compléments alimentaires : bénéfiques ou délétères? Compléments alimentaires : bénéfiques ou délétères? Dr Mathilde Touvier, PhD, HDR Camille Pouchieu, Philippine Fassier, Ludivine Ursule, Manon Egnell Equipe de Recherche en Epidémiologie Nutritionnelle

Plus en détail

Les habitudes alimentaires dans Constances perceptions subjectives et adéquation aux recommandations nutritionnelles

Les habitudes alimentaires dans Constances perceptions subjectives et adéquation aux recommandations nutritionnelles Les habitudes alimentaires dans Constances perceptions subjectives et adéquation aux recommandations nutritionnelles Marie PLESSZ INRA Aliss, UMS 011 Cohortes en population INSERM/UVSQ En collaboration

Plus en détail

Un outil essentiel d analyse

Un outil essentiel d analyse L étude nationale nutrition santé, ENNS 2006-2007 Un outil essentiel d analyse Katia Castetbon, Usen Colloque «De l assiette au champ : le retour de la qualité», 22 octobre 2009, Montpellier Contexte Programme

Plus en détail

C. Pouchieu, M. Deschasaux, S. Hercberg, N. Druesne Pecollo, P. Latino Martel, et M. Touvier

C. Pouchieu, M. Deschasaux, S. Hercberg, N. Druesne Pecollo, P. Latino Martel, et M. Touvier Étude prospective des liens entre consommation de viande rouge et de charcuterie et risque de cancer du sein Modulation par une supplémentation en antioxydants C. Pouchieu, M. Deschasaux, S. Hercberg,

Plus en détail

Politique sectorielle à l égard de problèmes de santé : exemple de la nutrition.

Politique sectorielle à l égard de problèmes de santé : exemple de la nutrition. Politique sectorielle à l égard de problèmes de santé : exemple de la nutrition Ldauchet@yahoo.fr Politique Sectorielle en matière Diagnostic: de santé publique Définition et mesure du problème (épidémiologie,

Plus en détail

Aurélie Lampuré. Directeurs de thèse : Pr Serge Hercberg et Dr Caroline Méjean

Aurélie Lampuré. Directeurs de thèse : Pr Serge Hercberg et Dr Caroline Méjean Relations entre l attirance sensorielle des consommateurs pour le gras, le salé et le sucré et leurs comportements alimentaires et leur état nutritionnel. Rôle modulateur des facteurs sociodémographiques,

Plus en détail

Adapter l alimentation

Adapter l alimentation Centre Jean Perrin Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne Clermont-Ferrand - France - LE CANCER DU SEIN Comment puis-je mieux vivre après? Adapter l alimentation Marie-Paule Vasson, PU-PH Marilyn

Plus en détail

Les pathologies liées au vieillissement

Les pathologies liées au vieillissement Les pathologies liées au vieillissement 1 Les pathologies liées au vieillissement Le vieillissement est un processus dynamique qui commence dès le début de la vie. L âge biologique de l entrée dans la

Plus en détail

L ALIMENTATION DE L ENFANT ET ADOLESCENT SPORTIF. le 29/03/08 WIECZOREK Valérie 1

L ALIMENTATION DE L ENFANT ET ADOLESCENT SPORTIF. le 29/03/08 WIECZOREK Valérie 1 L ALIMENTATION DE L ENFANT ET ADOLESCENT SPORTIF le 29/03/08 WIECZOREK Valérie 1 PLAN LES NUTRIMENTS MACRONUTRIMENTS MICRONUTRIMENTS HYDRATATION LA JOURNEE ALIMENTAIRE DU JEUNE SPORTIF DEPISTAGE DES TCA

Plus en détail

Journée d étude LEA : La psychologie est-elle soluble dans l alimentation?

Journée d étude LEA : La psychologie est-elle soluble dans l alimentation? 1 Journée d étude LEA : La psychologie est-elle soluble dans l alimentation? 13 février 2015 Les habitudes alimentaires des personnes âgées à domicile: Enquête PRAUSE Identification de profils et relations

Plus en détail

Les Maladies Non Transmissibles (Île Maurice) Dr M. R. Aumeerally Medecine d Urgence Santé Publique et Épidémiologie ( Bordeaux) NCD Coordinator

Les Maladies Non Transmissibles (Île Maurice) Dr M. R. Aumeerally Medecine d Urgence Santé Publique et Épidémiologie ( Bordeaux) NCD Coordinator Les Maladies Non Transmissibles (Île Maurice) Dr M. R. Aumeerally Medecine d Urgence Santé Publique et Épidémiologie ( Bordeaux) NCD Coordinator Vers une mode de vie plus saine Adopting A Healthy Lifestyle

Plus en détail

Impact économique de la prévention nutritionnelle : exemple des produits laitiers. Bruno LESOURD Faculté de Médecine de Clermont-Ferrand

Impact économique de la prévention nutritionnelle : exemple des produits laitiers. Bruno LESOURD Faculté de Médecine de Clermont-Ferrand Impact économique de la prévention nutritionnelle : exemple des produits laitiers Bruno LESOURD Faculté de Médecine de Clermont-Ferrand Les études d intervention doivent Analyser le coût-efficacité coût

Plus en détail

Vieillir en bonne santé: quelles leçons de la recherche en gériatrie pour les personnes vivant avec le VIH?

Vieillir en bonne santé: quelles leçons de la recherche en gériatrie pour les personnes vivant avec le VIH? Vieillir en bonne santé: quelles leçons de la recherche en gériatrie pour les personnes vivant avec le VIH? Carole Dufouil INSERM et CIC EC7, Bordeaux 3/12/2012 25 ans GECSA 1 EVOLUTION DE L'ESPÉRANCE

Plus en détail

Master M2. TD : Elaboration d un protocole en épidémiologie : Proposition de correction *************************

Master M2. TD : Elaboration d un protocole en épidémiologie : Proposition de correction ************************* Master M2 TD : Elaboration d un protocole en épidémiologie : Proposition de correction ************************* 1. Justification : Contexte : Malathion très utilisé : milieu professionnel, agricole, sphère

Plus en détail

Facteurs de risque et prévention

Facteurs de risque et prévention Facteurs de risque et prévention Congrès s sur le cancer de la prostate Montréal, 18 novembre 2005 François Meyer Taux d incidence d et de mortalité pour le cancer de la prostate au Canada 2005 180 160

Plus en détail

Survol de l Enquête nationale sur la santé de la population. Andrew MacKenzie Bernard Paquet

Survol de l Enquête nationale sur la santé de la population. Andrew MacKenzie Bernard Paquet Survol de l Enquête nationale sur la santé de la population Andrew MacKenzie Bernard Paquet Objectifs Aider au développement des politiques publiques ; Comprendre les déterminants de la santé ; Cueillette

Plus en détail

PAQUID - Cohorte de sujets de plus de 65 ans: "PERSONNES AGEES QUID"

PAQUID - Cohorte de sujets de plus de 65 ans: PERSONNES AGEES QUID PAQUID - Cohorte de sujets de plus de 65 ans: "PERSONNES AGEES QUID" Responsable(s) : Dartigues Jean François, U897- Unité Epidémiologie et Neuropsychologie du Vieillissement Cérébral Date de modification

Plus en détail

Programme en souscription. Evolution de l importance et de la composition du petit déjeuner en France chez les enfants

Programme en souscription. Evolution de l importance et de la composition du petit déjeuner en France chez les enfants Programme en souscription Evolution de l importance et de la composition du petit déjeuner en France chez les enfants Pôle Consommation et Entreprises Pascale HEBEL hebel@credoc.fr 06 42 02 77 94 Aurée

Plus en détail

L a p r é v e n t i o n p r i m a i r e d e l a D M L A Dr BOULET JF 2009

L a p r é v e n t i o n p r i m a i r e d e l a D M L A Dr BOULET JF 2009 La prévention primaire de la D M L A La prévention primaire de la Définition DMLA Stades de la prévention Moyens de la prévention L identification des facteurs de risque La mise au point des tests de prédisposition

Plus en détail

L Étude longitudinale canadienne sur le vieillissement (ELCV) : comprendre la complexité du vieillissement par la recherche interdisciplinaire

L Étude longitudinale canadienne sur le vieillissement (ELCV) : comprendre la complexité du vieillissement par la recherche interdisciplinaire L Étude longitudinale canadienne sur le vieillissement () : comprendre la complexité du vieillissement par la recherche interdisciplinaire Parminder Raina, Ph.D. Professeur agrégé, Département d épidémiologie

Plus en détail

Nutrition et Ostéoporose

Nutrition et Ostéoporose Objectifs Nutrition et Ostéoporose Que faut-il savoir? Savoir conseiller une alimentation adéquate pour prévenir l ostéoporose Identifier les patients à risque Intégrer à une consultation au cabinet une

Plus en détail

Etude NutriNet-Santé

Etude NutriNet-Santé Etude NutriNet-Santé ETUDE DE COHORTE SUR LES RELATIONS NUTRITION-SANTE, LES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES ET LEURS DETERMINANTS Equipe de recherche en Epidémiologie Nutritionnelle (EREN) U 1153 Inserm /

Plus en détail

Statut socio-économique et modification de l association entre symptomatologie dépressive et maladie coronarienne dans la cohorte Constances

Statut socio-économique et modification de l association entre symptomatologie dépressive et maladie coronarienne dans la cohorte Constances Statut socio-économique et modification de l association entre symptomatologie dépressive et maladie coronarienne dans la cohorte Constances Emmanuel Wiernik Cédric Lemogne Pierre Meneton Jean-Philippe

Plus en détail

Leçon 5: Vitamines et minéraux

Leçon 5: Vitamines et minéraux Leçon 5: Vitamines et minéraux 1. Généralités sur les micronutriments 2. Les vitamines 3. Les minéreaux Généralités sur les micronutriments Les vitamines et les minéraux sont essentiels pour de nombreuses

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Introduction Chapitre 1. Croissance et maturation... 11

TABLE DES MATIÈRES. Introduction Chapitre 1. Croissance et maturation... 11 TABLE DES MATIÈRES Introduction... 9 Chapitre 1. Croissance et maturation... 11 1 Croissance... 11 1.1. Croissance osseuse... 14 1.2. Croissance musculaire... 16 1.3. Croissance du tissu adipeux... 17

Plus en détail

Alimentation et état nutritionnel des bénéficiaires de l aide alimentaire :

Alimentation et état nutritionnel des bénéficiaires de l aide alimentaire : Alimentation et état nutritionnel des bénéficiaires de l aide alimentaire : Etude Abena 2011-2012 et évolutions depuis 2004-2005 C. Vincelet 1 D. Grange 1, K. Castetbon 2, G. Guibert 1, M. Vernay 2, H.

Plus en détail

L essor des maladies chroniques liées à l alimentation dans les pays du Sud: le cas du Maghreb

L essor des maladies chroniques liées à l alimentation dans les pays du Sud: le cas du Maghreb L essor des maladies chroniques liées à l alimentation dans les pays du Sud: le cas du Maghreb B. Maire, avec la collaboration de J. El Ati, P. Traissac, A. Gartner, M. Atek, S. Tessier, H. Ben Romdhane

Plus en détail

Le Carnet du triathlète - FFTRI Identité

Le Carnet du triathlète - FFTRI Identité LIVRET MEDICAL DU TRIATHLETE Identité Nom : Prénom : Date de naissance : Sexe : M F : Adresse personnelle: Téléphone Domicile E-Mail : Etudes ou niveau d études Téléphone portable Personne à prévenir en

Plus en détail

Une alimentation équilibrée:

Une alimentation équilibrée: Grandes Conférences de l ULg à Verviers 2016 2017 Espace Duesberg Une alimentation équilibrée: Est-ce utile? Est-ce possible? Pr Nicolas PAQUOT Département de Médecine Interne Service de Diabétologie,

Plus en détail

Prévenir... par une alimentation équilibrée

Prévenir... par une alimentation équilibrée Prévenir... par une alimentation équilibrée 12 L alimentation, la meilleure alliée pour notre santé Notre alimentation joue un rôle essentiel pour construire notre santé. En revanche, une «alimentation

Plus en détail

Nutrition et maladies chroniques

Nutrition et maladies chroniques La nutrition : des constats aux politiques Rôle de la nutrition comme déterminant de pathologies L alimentation est un facteur important dans l apparition et le développement de nombreuses pathologies

Plus en détail

Mise en place d études cliniques au Sud

Mise en place d études cliniques au Sud Mise en place d études cliniques au Sud EricOuattara, MD, PhD ISPED, Inserm U1219 Eric.Ouattara@isped.u-bordeaux2.fr Plan 1. Etudes en recherche clinique : Epidémiologie descriptive Etudes observationnelles

Plus en détail

Programme Post Universitaire Cycle de Formation à la Physionutrition

Programme Post Universitaire Cycle de Formation à la Physionutrition Programme Post Universitaire 2009-2010 Cycle de Formation à la Physionutrition SESSION 1 L ÉQUILIBRE OXYDATIF I. Introduction II. Les systèmes de défense antioxydants d origine nutritionnelle Les oligo-éléments

Plus en détail

Prévenir... par une alimentation équilibrée

Prévenir... par une alimentation équilibrée Prévenir... par une alimentation équilibrée 12 Qu est-ce que l équilibre alimentaire? Un apport suffisant en nutriments Les aliments apportent à l organisme diverses substances dénommées nutriments (glucides,

Plus en détail

Enjeux de la prise en charge du tabagisme chez les patients infectés par le VIH Aspects cardiovasculaires

Enjeux de la prise en charge du tabagisme chez les patients infectés par le VIH Aspects cardiovasculaires Enjeux de la prise en charge du tabagisme chez les patients infectés par le VIH Aspects cardiovasculaires Dr Caroline Dourmap Prévention CV CHU Rennes Journée Régionale de Tabacologie 28 janvier 2016 Epidémiologie

Plus en détail

ASPECTS NUTRITIONNELS

ASPECTS NUTRITIONNELS ASPECTS NUTRITIONNELS L équilibre énergétique Substrats + O 2 = énergie + Eau + C0 2 Substrats: glucides, lipides, protides Énergie: métabolisme basal, APS, thermorégulation De cet équilibre dépend le

Plus en détail

SOMMAIRE. Page 4 PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX - CONFERENCE. Page 5 LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX ET LE DOCUMENT UNIQUE NIVEAU 1

SOMMAIRE. Page 4 PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX - CONFERENCE. Page 5 LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX ET LE DOCUMENT UNIQUE NIVEAU 1 AJOUT CATALOGUE SOMMAIRE SANTE ET TRAVAIL Page 3 ÉTUDE DIAGNOSTIC DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX Page 4 PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX - CONFERENCE Page 5 LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX ET LE DOCUMENT UNIQUE

Plus en détail

Facteurs de risque, exposition, environnement

Facteurs de risque, exposition, environnement CECILE - Etude cas-témoins sur la relation environnement et cancer du sein en Côte d'or et en Ille-et-Vilaine Responsable(s) : Guénel Pascal, CESP - UMR S 1018 Epidémiologie environnementale des cancers

Plus en détail

Général. Identification. Alimentation et état nutritionnel des bénéficiaires de l'aide alimentaire (Etude Abena) et.

Général. Identification. Alimentation et état nutritionnel des bénéficiaires de l'aide alimentaire (Etude Abena) et. ABENA - Alimentation et état nutritionnel des bénéficiaires de l'aide alimentaire (Etude Abena) 2004-2005 et 2011-2012 Responsable(s) : Verdot Charlotte, Unité de surveillance et d'épidémiologie nutritionnelle

Plus en détail

EUROPAC-2. Prise en charge des douleurs pancréatiques chroniques ou récidivantes au cours des pancréatites génétiques ou sans cause connue

EUROPAC-2. Prise en charge des douleurs pancréatiques chroniques ou récidivantes au cours des pancréatites génétiques ou sans cause connue EUROPAC-2 Prise en charge des douleurs pancréatiques chroniques ou récidivantes au cours des pancréatites génétiques ou sans cause connue Dr Vinciane Rebours, Pr Philippe Ruszniewski Hôpital BEAUJON Service

Plus en détail

Consommation de viande et risque de cancer?

Consommation de viande et risque de cancer? Consommation de viande et risque de cancer? Etat des lieux et décryptage des éléments mis en avant en santé publique ALIMENTATION ET CANCER Les principaux rapports 2 Les rapports du Fonds Mondial contre

Plus en détail

Le tabagisme: Envisagez l arrêt Cédulez vous une date! Défi-Tabac. Centre d aide aux fumeurs. Traitements médicamenteux disponibles

Le tabagisme: Envisagez l arrêt Cédulez vous une date! Défi-Tabac. Centre d aide aux fumeurs. Traitements médicamenteux disponibles Le tabagisme: Envisagez l arrêt Cédulez vous une date! Défi-Tabac Centre d aide aux fumeurs Traitements médicamenteux disponibles 15 e colloque de Solareh à Mont-Tremblant du 14 au 16 mai 2012 VIN A des

Plus en détail

Général. Identification. Etude nationale nutrition santé. Sigle ou acronyme. Numéro d'enregistrement (CNIL, CPP, CCTIRS etc.)

Général. Identification. Etude nationale nutrition santé. Sigle ou acronyme. Numéro d'enregistrement (CNIL, CPP, CCTIRS etc.) ENNS - Etude nationale nutrition santé Responsable(s) : Salanave Benoit, Equipe de surveillance et d'épidémiologie nutritionnelle (ESEN) Date de modification : 05/09/2017 Version : 3 ID : 7773 Général

Plus en détail

Le Programme National Nutrition Santé

Le Programme National Nutrition Santé Le PNNS c'est quoi? La mise en place d une politique nutritionnelle est apparue, au cours des dernières années, comme une priorité de santé publique. Contexte } Le rôle joué par la nutrition comme facteur

Plus en détail

Nutrition et problème de. Nicole Tremblay

Nutrition et problème de. Nicole Tremblay Nutrition et problème de poids: obésité Nicole Tremblay INTRODUCTION Problème de santé publique: la proportion de la population mondiale a augmenté de façon considérable Facteur de risque de plusieurs

Plus en détail

Médecine. Nutrithérapie. NUTRITHERAPIE «Nourrir sa vie pour un équilibre essentiel» Formation. Objectifs. Moyens et outils pédagogiques

Médecine. Nutrithérapie. NUTRITHERAPIE «Nourrir sa vie pour un équilibre essentiel» Formation. Objectifs. Moyens et outils pédagogiques Formation NUTRITHERAPIE «Nourrir sa vie pour un équilibre essentiel» La nutrithérapie est la discipline médicale utilisant des techniques de correction, d adaptation du comportement alimentaire et l administration

Plus en détail

Présentation Générale

Présentation Générale Observation des Risques et de la Santé Cardio rdio-vasculaire au Luxembourg ORISCAV-LUX 2007-2008 2008 3 ème Conférence Nationale Santé «Vers un Plan National Santé» Marie-Lise LAIR Ala a ALKERWI 7 mai

Plus en détail

PNNS. Axes majeurs Recherche. Dr M. Chauliac Direction générale de la santé Fevrier 2016

PNNS. Axes majeurs Recherche. Dr M. Chauliac Direction générale de la santé Fevrier 2016 PNNS Axes majeurs Recherche Dr M. Chauliac Direction générale de la santé Fevrier 2016 Le déterminant nutrition pèse très lourd en santé publique Il existe de fortes inégalités sociales de santé en nutrition

Plus en détail

lyondellbasell.com Manger ceci Pas cela Pour une Meilleure Santé

lyondellbasell.com Manger ceci Pas cela Pour une Meilleure Santé Manger ceci Pas cela Pour une Meilleure Santé Changer Ses Choix; Changer Sa Vie Cette présentation est destinée à aider à prendre de meilleures décisions en matière de nutrition afin d'améliorer sa santé.

Plus en détail

SYMPOSIUM CHIRURGIE BARIATRIQUE PRÉ-OPÉRATOIRE

SYMPOSIUM CHIRURGIE BARIATRIQUE PRÉ-OPÉRATOIRE SYMPOSIUM CHIRURGIE BARIATRIQUE PRÉ-OPÉRATOIRE Investigation pré-opératoire Présentée par Annick Dallaire et Ann Bilodeau Infirmières cliniciennes Objectif de la présentation Décrire le déroulement de

Plus en détail

ATELIER Réunion de Concertation Multidisciplinaire (RCP) (ETUDE IDEM ):

ATELIER Réunion de Concertation Multidisciplinaire (RCP) (ETUDE IDEM ): Recherche en Etablissement d Hébergement pour Personnes Âgées (REHPA) ATELIER Réunion de Concertation Multidisciplinaire (RCP) Intérêt t d un repérage rage de la DEMence en EHPAD (ETUDE IDEM ): Apport

Plus en détail

RISQUES ET PREVENTION DES MALADIES CARDIOVASCULAIRES. Vendredi 10 juin 2005 JOURNEES D ETUDES DE L ADLF 2005 CLERMONT FERRAND 17

RISQUES ET PREVENTION DES MALADIES CARDIOVASCULAIRES. Vendredi 10 juin 2005 JOURNEES D ETUDES DE L ADLF 2005 CLERMONT FERRAND 17 RISQUES ET PREVENTION DES MALADIES CARDIOVASCULAIRES Vendredi 10 juin 2005 JOURNEES D ETUDES DE L ADLF 2005 CLERMONT FERRAND 17 Facteurs de risque et conduites à tenir Docteur Pascal MOTREFF, Cardiologue,

Plus en détail

Voici : Bien manger avec le Guide alimentaire canadien

Voici : Bien manger avec le Guide alimentaire canadien Voici : Bien manger avec le Guide alimentaire canadien Objectifs Examiner les données probantes et le processus utilisés pour élaborer le document Bien manger avec le Guide alimentaire canadien (2007)

Plus en détail

Etiologies de l'obésité de l'adulte

Etiologies de l'obésité de l'adulte Etiologies de l'obésité de l'adulte Dr Ariane Sultan Equipe Nutrition, Diabète CHU Lapeyronie, Montpellier DIPLÔME UNIVERSITAIRE «PRISE EN CHARGE DES PATIENTS ATTEINTS D'OBESITE SEVERE» Génétique ou Environnement?

Plus en détail

ALIMENTATION EQUILIBRÉE. - IFSI Étudiants 1ère année

ALIMENTATION EQUILIBRÉE. - IFSI Étudiants 1ère année ALIMENTATION EQUILIBRÉE - IFSI Étudiants 1ère année 1 Rôle de l IDE Extrait du référentiel d activités: Observation et recueil de données cliniques Mesure des paramètres corporels Recueil de données portant

Plus en détail

L ALIMENTATION SANTÉ JEUDI 23 OCTOBRE LES HALLES SOLANID - LODÈVE

L ALIMENTATION SANTÉ JEUDI 23 OCTOBRE LES HALLES SOLANID - LODÈVE L ALIMENTATION SANTÉ JEUDI 23 OCTOBRE 2014 - LES HALLES SOLANID - LODÈVE LA CHARTE DES HALLES SOLANID Une origine des produits : frais, de saison, à maturité, prioritairement locaux, de bonnes filières

Plus en détail

Communiqué de presse du Comité de Coordination de l étude SU.VI.MAX

Communiqué de presse du Comité de Coordination de l étude SU.VI.MAX Communiqué de presse du Comité de Coordination de l étude SU.VI.MAX DES APPORTS NUTRITIONNELS ADEQUATS EN VITAMINES ET MINERAUX ANTIOXYDANTS REDUISENT SIGNIFICATIVEMENT L INCIDENCE DES CANCERS ET LA MORTALITE

Plus en détail

AMI : Approche Multidisciplinaire intégrée. retraités inscrits à la mutualité sociale agricole / Agrica MSA

AMI : Approche Multidisciplinaire intégrée. retraités inscrits à la mutualité sociale agricole / Agrica MSA AMI : Approche Multidisciplinaire intégrée - Cohorte de retraités inscrits à la mutualité sociale agricole / Agrica MSA IFR Santé publique 99 Responsable(s) : Dartigues Jean-Francois, Unité INSERM U897:

Plus en détail

EPP1 - Enquête prospective parisienne 1

EPP1 - Enquête prospective parisienne 1 EPP1 - Enquête prospective parisienne 1 Responsable(s) : Ducimetière Pierre Date de modification : 05/09/2017 Version : 2 ID : 60043 Général Identification Nom détaillé Enquête prospective parisienne 1

Plus en détail

Fragilitédu sujet âgé

Fragilitédu sujet âgé Fragilitédu sujet âgé Dépistage et diagnostic Éléments de prise en charge Dr Marc Harboun, Clinique médicale de la Porte Verte, Versailles Paradigme de la fragilité La fragilitépeut se définir comme une

Plus en détail

Dépister la DÉNUTRITION. des patients Insuffisants Rénaux Chroniques PARCOURS IRC. Quantité et qualité de vie dans l Insuffisance Rénale Chronique

Dépister la DÉNUTRITION. des patients Insuffisants Rénaux Chroniques PARCOURS IRC. Quantité et qualité de vie dans l Insuffisance Rénale Chronique Dépister la DÉNUTRITION des patients Insuffisants Rénaux Chroniques PARCOURS IRC Quantité et qualité de vie dans l Insuffisance Rénale Chronique en dehors de l enquête alimentaire et du dépistage des erreurs,

Plus en détail

Étude nationale nutrition santé ENNS, 2006

Étude nationale nutrition santé ENNS, 2006 Maladies chroniques et traumatismes Étude nationale nutrition santé ENNS, 6 Situation nutritionnelle en France en 6 selon les indicateurs d objectif et les repères du Programme national nutrition santé

Plus en détail

Effets du bruit des avions sur la santé : présentation de DEBATS

Effets du bruit des avions sur la santé : présentation de DEBATS Effets du bruit des avions sur la santé : présentation de DEBATS Discussion sur les Effets du Bruit des Aéronefs Touchant la Santé Anne-Sophie EVRARD Chargée de Recherche (Ifsttar) CCE Lyon Saint-Exupéry

Plus en détail

Effets du bruit des avions sur la santé des riverains des aéroports français

Effets du bruit des avions sur la santé des riverains des aéroports français Effets du bruit des avions sur la santé des riverains des aéroports français Anne-Sophie EVRARD Chargée de Recherche UMRESTTE (UMR Ifsttar-Université Lyon 1) Plan 1. Présentation de l Ifsttar et de l Umrestte

Plus en détail

Devenir des jeunes adultes ayant une hypothyroidie congénitale : étude de cohorte longitudinale

Devenir des jeunes adultes ayant une hypothyroidie congénitale : étude de cohorte longitudinale Devenir des jeunes adultes ayant une hypothyroidie congénitale : étude de cohorte longitudinale B Larroque 1, E Ecosse 2, JL Lanoë 3, l ADPHE 4, J Léger 2 1 INSERM U953, Villejuif. Unité d Epidémiologie

Plus en détail

REFERENTIEL DE CERTIFICATION

REFERENTIEL DE CERTIFICATION REFERENTIEL DE CERTIFICATION FONCTIONS : EXPERTISE ET CONSEIL TECHNOLOGIQUES COMPETENCES - C1.1 : Assurer une veille technique, scientifique et juridique - C1.4 : Réaliser une étude technique dans les

Plus en détail

NUTRITION EN RESTAURATION SCOLAIRE EXIGENCES REGLEMENTAIRES. Nicole MINATCHY - Frédérique STEIN DAAF de la Réunion / Service Alimentation

NUTRITION EN RESTAURATION SCOLAIRE EXIGENCES REGLEMENTAIRES. Nicole MINATCHY - Frédérique STEIN DAAF de la Réunion / Service Alimentation NUTRITION EN RESTAURATION SCOLAIRE EXIGENCES REGLEMENTAIRES Nicole MINATCHY - Frédérique STEIN DAAF de la Réunion / Service Alimentation EXIGENCES REGLEMENTAIRES EN RESTAURATION SCOLAIRE Décret n 2011-1227

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Groupe CCPA (Hall 5, Allée B, Stand n 47) INNOVATIONS VOLAILLES «SPÉCIAL SPACE»

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Groupe CCPA (Hall 5, Allée B, Stand n 47) INNOVATIONS VOLAILLES «SPÉCIAL SPACE» COMMUNIQUÉ DE PRESSE Groupe CCPA (Hall 5, Allée B, Stand n 47) INNOVATIONS VOLAILLES «SPÉCIAL SPACE» Axiscale : Nouveau diagnostic nutritionnel permettant d évaluer le stress oxydatif des poussins en vue

Plus en détail

Votre participation à l étude Esteban.

Votre participation à l étude Esteban. Votre participation à l étude Esteban www.esteban.invs.sante.fr Pourquoi participer? Vous avez été tiré au sort pour participer à Esteban. Pour assurer la qualité et la représentativité de cette étude,

Plus en détail

De l indépendance à la dépendance, comment évoluent les besoins nutritionnels du senior?

De l indépendance à la dépendance, comment évoluent les besoins nutritionnels du senior? De l indépendance à la dépendance, comment évoluent les besoins nutritionnels du senior? Virginie VAN WYMELBEKE, Docteur en Nutrition, CHU de Dijon Virginie.vanwymelbeke@chu dijon.fr Le contexte démographique

Plus en détail

Intérêt et spécificités de la prise en charge oncogériatrique. Dr Stéphane GERARD, hôpital Garonne, Gérontopôle, CHU de Toulouse

Intérêt et spécificités de la prise en charge oncogériatrique. Dr Stéphane GERARD, hôpital Garonne, Gérontopôle, CHU de Toulouse Intérêt et spécificités de la prise en charge oncogériatrique Dr Stéphane GERARD, hôpital Garonne, Gérontopôle, CHU de Toulouse Le vieillissement La fragilité Questionnaire G8 L évaluation gériatrique

Plus en détail

EVALUATION GERIATRIQUE STANDARISE

EVALUATION GERIATRIQUE STANDARISE 1 EVALUATION GERIATRIQUE STANDARISE Pr: GRAINAT.N Dr: MESSAOUDI.T CHU BATNA 2 Définition 1 3 Epstein Ann Intern Med 1987: l évaluation gériatrique standardisée est une méthode de diagnostic multidimensionnelle

Plus en détail

General. Identification. Cohorte de sujets à faibles revenus recevant des coupons alimentaires et des conseils diététiques.

General. Identification. Cohorte de sujets à faibles revenus recevant des coupons alimentaires et des conseils diététiques. - Cohorte de sujets à faibles revenus recevant des coupons alimentaires et des conseils diététiques Head : Bihan Hélène, Human Nutrition Mejean Caroline, UMR 1125 UREN Nutritional Epidemiology. Jouy-en-Josas

Plus en détail

Des fruits et légumes à l effet santé des polyphénols: l une longue route.

Des fruits et légumes à l effet santé des polyphénols: l une longue route. Des fruits et légumes à l effet santé des polyphénols: l une longue route. Claire DUFOUR Unité Sécurité et Qualité des Produits d Origine Végétale INRA PACA Avignon 9 octobre 2015 FRUITS & LÉGUMES (F&L):

Plus en détail

Bioénergétique II. Rations alimentaires. Introduction. Lebilan énergétique. Perte de poids

Bioénergétique II. Rations alimentaires. Introduction. Lebilan énergétique. Perte de poids Bioénergétique II Rations alimentaires Introduction Lebilan énergétique protides Prise de poids Perte de poids ADS 10% Lipides Glucides Activité physique Métabolisme de base 15-20% 70-75% Apports Dépenses

Plus en détail

EQUILIBRE ALIMENTAIRE & ACTIVITÉ PHYSIQUE

EQUILIBRE ALIMENTAIRE & ACTIVITÉ PHYSIQUE EQUILIBRE ALIMENTAIRE & ACTIVITÉ PHYSIQUE 2 3 4 L ÉQUILIBRE ALIMENTAIRE L ÉQUILIBRE ALIMENTAIRE 5 LE RYTHME ALIMENTAIRE JOURNALIER D UN ADOLESCENT EN FRANCE 6 LE RYTHME ALIMENTAIRE JOURNALIER D UN ADOLESCENT

Plus en détail

Programme régional de prévention des risques cardio-vasculaires. Je t aime mon cœur 13 janvier 2010

Programme régional de prévention des risques cardio-vasculaires. Je t aime mon cœur 13 janvier 2010 Programme régional de prévention des risques cardio-vasculaires Je t aime mon cœur 13 janvier 2010 POURQUOI Prévalence élevée des MCV en Lorraine et notamment en Moselle est Surmortalité en Lorraine de

Plus en détail

Benzodiazépines et apparentées et mortalité cardiovasculaire dans la cohorte E3N

Benzodiazépines et apparentées et mortalité cardiovasculaire dans la cohorte E3N 7 ème colloque de pharmaco-épidémiologie Paris, 11 juin 2015 Benzodiazépines et apparentées et mortalité cardiovasculaire dans la cohorte E3N A. Fournier, G. Gusto, F. Clavel-Chapelon, MC. Boutron-Ruault,

Plus en détail

NUTRITION ET VIELISSEMENT

NUTRITION ET VIELISSEMENT NUTRITION ET VIELISSEMENT Agathe Raynaud-Simon Service de Gériatrie, Hôpital Bichat APHP, Paris Faculté de Médecine Denis Diderot, Paris 7 Laboratoire de Biologie de la Nutrition, Faculté de Pharmacie,

Plus en détail

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Informer et accompagner les professionnels de l éducation CYCLES 2 3 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Mettre en œuvre son enseignement dans la classe L équilibre alimentaire et le microbiote Validation

Plus en détail

L évaluation nutritionnelle chez le patient insuffisant cardiaque. Joanne Larocque diététiste Septembre 2011

L évaluation nutritionnelle chez le patient insuffisant cardiaque. Joanne Larocque diététiste Septembre 2011 L évaluation nutritionnelle chez le patient insuffisant cardiaque Joanne Larocque diététiste Septembre 2011 Plan de présentation Dénutrition et cachexie cardiaque L évaluation nutritionnelle : pour qui,

Plus en détail

INTRODUCTION DEFAILLANCES ORGANIQUES ET PROCESSUS DEGENERATIFS UE 2.7 S4. Dr Camille LOISEAU-BRETON

INTRODUCTION DEFAILLANCES ORGANIQUES ET PROCESSUS DEGENERATIFS UE 2.7 S4. Dr Camille LOISEAU-BRETON INTRODUCTION DEFAILLANCES ORGANIQUES ET PROCESSUS DEGENERATIFS UE 2.7 S4 Dr Camille LOISEAU-BRETON DEFINITIONS DEFAILLANCE ORGANIQUE: - Fonctionnement anormal d un organe - Se caractérise par une anomalie

Plus en détail

CNIL n / Réf CCTIRS Endocrinologie et métabolisme Psychologie et psychiatrie

CNIL n / Réf CCTIRS Endocrinologie et métabolisme Psychologie et psychiatrie AGEPSA - Etude cas-témoins sur la préférence pour le sucre dans l'alcoolo-dépendance Responsable(s) : Gorwood Philippe, INSERM U894, Centre Psychiatrie et Neurosciences Dereux Alexandra Date de modification

Plus en détail

Etude épidémiologique du cancer de sein et du col utérin Au niveau d une province située au sud-est du Maroc Pendant les deux années 2011 et 2012

Etude épidémiologique du cancer de sein et du col utérin Au niveau d une province située au sud-est du Maroc Pendant les deux années 2011 et 2012 Etude épidémiologique du cancer de sein et du col utérin Au niveau d une province située au sud-est du Maroc Pendant les deux années 2011 et 2012 INTRODUCTION épidemiologie du cancer feminin dans le Monde

Plus en détail

Vieillissement : définitions

Vieillissement : définitions Vieillissement Vieillissement : définitions Le vieillissement : -l ensemble des processus physiologiques et psychologiques qui modifient la structure et les fonctions de l organisme à partir de l âge mûr.

Plus en détail

les acquis d une démarche

les acquis d une démarche Colloque «Transversalité et nutrition dans les politiques territoriales» Ministère de la Santé SFSP, 17 mars 2009 Le Programme National Nutrition Santé (PNNS): les acquis d une démarche Pr Serge Hercberg

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS 9. Chapitre 1 LIPIDES Les graisses dans notre alimentation 15

TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS 9. Chapitre 1 LIPIDES Les graisses dans notre alimentation 15 001-320-BienManger-DER 23/10/07 13:42 Page 311 TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS 9 Chapitre 1 LIPIDES Les graisses dans notre alimentation 15 INTRODUCTION 17 COMPRENDRE LE CONCEPT DE LIPIDE (GRAISSE/ACIDE

Plus en détail

LA DENSITE CALORIQUE. Damien GALTIER, diététicien

LA DENSITE CALORIQUE. Damien GALTIER, diététicien LA DENSITE CALORIQUE LA DENSITE CALORIQUE 1. Diététique et équilibre alimentaire 2. Balance calorique et régulation pondérale 3. Manger plus pour contrôler son poids 4. La régulation de la prise alimentaire

Plus en détail

ITEM 247. Modifications thérapeutiques du mode de vie (alimentation et activité physique) chez l adulte et l enfant.

ITEM 247. Modifications thérapeutiques du mode de vie (alimentation et activité physique) chez l adulte et l enfant. ITEM 247 Modifications thérapeutiques du mode de vie (alimentation et activité physique) chez l adulte et l enfant. Clarisse Belvisi (Internes DES) Dr Marion Prats (CCU-AH) Dr Claire Jourdan, Pr Isabelle

Plus en détail

Cohorte E3N - Etude Epidémiologique auprès de femmes de la MGEN (Mutuelle Générale de l'education Nationale)

Cohorte E3N - Etude Epidémiologique auprès de femmes de la MGEN (Mutuelle Générale de l'education Nationale) Cohorte E3N - Etude Epidémiologique auprès de femmes de la MGEN (Mutuelle Générale de l'education Nationale) Responsable(s) : Clavel-Chapelon Françoise, Equipe 9 du CESP, Centre de recherche en épidémiologie

Plus en détail

REPÈRES MÉDICAUX. Annexe n 1 Le mot de la Diet

REPÈRES MÉDICAUX. Annexe n 1 Le mot de la Diet REPÈRES MÉDICAUX Activités Physiques et Sportives et Alimentation Annexe n 1 Le mot de la Diet 1. Et si on goûtait! Après un séjour dans le liquide amniotique, l allaitement constitue pour le bébé une

Plus en détail

coeur Quiz aux vrai pourquoi? comment? TOUT SAVOIR POUR PRENDRE SOIN DE SON COEUR

coeur Quiz aux vrai pourquoi? comment? TOUT SAVOIR POUR PRENDRE SOIN DE SON COEUR ? TOUT SAVOIR POUR PRENDRE SOIN DE SON COEUR coeur Quiz aux vrai? pourquoi? comment? Avec 180 000 décès par an, les maladies cardiovasculaires sont la première cause de mortalité en France. Les différentes

Plus en détail

Sarcopénie Ostéoporose

Sarcopénie Ostéoporose Promotion Hamilton 2016-17 U.E 2.7 - S4 Sarcopénie Ostéoporose S. Jaffeux Le vieillissement Définition Ensemble de processus physiologiques et psychologiques qui modifient la structure et les fonctions

Plus en détail

Maladies cardiovasculaires. mercredi 17 avril 2013

Maladies cardiovasculaires. mercredi 17 avril 2013 Maladies cardiovasculaires? Maladies cardiovasculaires et équilibre alimentaire Plan : Facteurs de risque Objectifs nutritionnels du PNNS en lien avec les MCV Contenu de la prévention nutritionnelle Hypertension

Plus en détail

Les Mémos Roche de l Insuffisant Rénal Chronique. Le dépistage des maladies rénales au laboratoire

Les Mémos Roche de l Insuffisant Rénal Chronique. Le dépistage des maladies rénales au laboratoire Les Mémos Roche de l Insuffisant Rénal Chronique Le dépistage des maladies rénales au laboratoire Les reins sont formés de milliers d unités fonctionnelles élémentaires, appelées néphrons. Ils filtrent

Plus en détail

ALIMENTATION DU JEUNE JOUEUR DE TENNIS

ALIMENTATION DU JEUNE JOUEUR DE TENNIS ALIMENTATION DU JEUNE JOUEUR DE TENNIS LES ENFANTS QUI FONT DU SPORT ET SONT EN PÉRIODE DE CROISSANCE ONT-ILS DES BESOINS NUTRITIONNELS PARTICULIERS? Croissance + Sport = Besoins énergétiques Besoins en

Plus en détail

Prévention après cancer

Prévention après cancer Prévention après cancer dispositif de fin de traitement Dr Florence BURGAUD Département d anticipation et de suivi du cancer Déclaration de liens d intérêt :aucun En 30 ans nombre de cancers : + 100% Mortalité

Plus en détail

Un enjeu de santé publique encore souvent méconnu

Un enjeu de santé publique encore souvent méconnu Un enjeu de santé publique encore souvent méconnu 12,5 millions de personnes de plus de 65 ans Une population en pleine expansion démographique Problème méconnu: alcoolisation au domicile, pas d arrêt

Plus en détail