Le Centre Léon Bérard Equité, globalité, qualité, innovation. Juin 2011

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le Centre Léon Bérard Equité, globalité, qualité, innovation. Juin 2011"

Transcription

1 Le Centre Léon Bérard Equité, globalité, qualité, innovation Juin

2 Sommaire Présentation institutionnelle... 3 Un projet stratégique : le projet d établissement... 5 Un hôpital certifié par la Haute Autorité en santé... 5 Une Organisation en départements... 6 Le développement de la recherche... 8 Le financement de la recherche les dons et legs L enseignement, la 3 e mission du CLB Accompagnement de carrières Quelques spécificités Quelques spécificités (suite) Quelques données sur l établissement

3 Présentation institutionnelle Le Centre Léon Bérard est le Centre de lutte contre le cancer de Lyon et Rhône Alpes. Sa vocation : offrir une prise en charge de qualité aux personnes souffrant d un cancer. Etablissement de soins privé à but non lucratif, participant au service public hospitalier (PSPH), il est affilié à la Fédération française des centres de lutte contre le cancer, qui regroupe vingt centres, la FFCLCC. Ces Centres ont été créés par une ordonnance du 1er octobre Le statut de "centre de lutte contre le cancer" donne au CLB une vocation régionale qui couvre les huit départements de la région administrative Rhône Alpes (Ain, Ardèche, Drôme, Isère, Loire, Rhône, Savoie, Haute Savoie) mais son rayonnement va bien au delà puisqu'il prend aussi en charge des malades venant d'autres départements français et même de l'étranger. Le schéma régional d'organisation sanitaire (SROS) reconnaît le CLB comme pôle de référence régional de cancérologie. Le Centre Léon Bérard a été certifié par la Haute autorité en santé (HAS) en mai 2011 (dans la version V2010 de la certification des établissements de santé). Aucune réserve ni recommandation ne lui ont été faites. Les missions du CLB Le diagnostic Le traitement Les soins La réinsertion des personnes malades Le dépistage et la prévention L'innovation, avec un Institut dédié à la recherche fondamentale et de transfert, ainsi que des programmes de recherche clinique L'enseignement et la formation en cancérologie personnes travaillent actuellement au Centre Léon Bérard. Plus de personnes malades différentes sont suivies chaque année. Une prise en charge multidimensionnelle et pluridisciplinaire Le CLB propose aux personnes malades une offre strictement publique, une prise en charge le plus en amont dans leur parcours de soins, un accès à l innovation à tous les stades de la prise en charge ainsi qu une offre multidimensionnelle prenant en compte leur état de santé mais également les aspects sociaux de leur situation ainsi que leurs besoins en termes de prévention par exemple. La pluridisciplinarité est la caractéristique majeure des centres. C'est une démarche médicale collégiale au bénéfice du malade. Les spécialistes des différentes disciplines échangent leurs points de vue pour établir le diagnostic et le traitement d'un patient. Toutefois, pour un patient donné, un seul médecin est responsable de sa prise en charge. Le cancer reste un des enjeux majeurs de ce début de XXIe siècle, tant au plan humain, que socioéconomique, médical et scientifique. En Rhône Alpes, le cancer demeure la première cause de mortalité chez l homme et chez la femme avant 65 ans. Le cancer représente nouveaux cas 3

4 par an (dont 200 enfants), et malheureusement décès. Le traitement des cancers représente, toujours dans notre région, séjours annuels (dont en pédiatrie) en moyenne, dont séances de radiothérapie, plus de séjours chirurgicaux et séjours pour la chimiothérapie. Quelques mots d histoire Le Centre Léon Bérard a été créé, en 1923, par le professeur Léon Bérard (l un des pionniers de la chirurgie thoracique et de la lutte contre le cancer dans notre pays). Il inaugurait en novembre 1923, sous le grand dôme de l Hôtel Dieu de Lyon, le deuxième centre anticancéreux français qui disposait alors de 60 lits. Grâce à l association lyonnaise de lutte contre le cancer, le centre va bénéficier de l une des premières dotations importantes de radium, arme puissante contre le cancer du col utérin et les cancers de la muqueuse buccale. Les patients affluent et le centre de l Hôtel Dieu devient vite trop petit. En 1935, un nouveau centre est aménagé dans l un des pavillons de l hôpital Edouard Herriot à Lyon. Il est doté d appareils de radiothérapie à grand rendement et d un service de chirurgie moderne. Lorsque le professeur Léon Bérard prend sa retraite en 1940, le nouveau centre est déjà saturé. Un nouveau projet de centre pouvant accueillir 300 malades est alors monté, avec le professeur Paul Santy. La construction de ce nouveau centre commence en 1950, il sera inauguré en 1958, et depuis n a plus déménagé. 4

5 Un projet stratégique : le projet d établissement Validé par les différentes instances de l'établissement (conseil d'administration, commission médicale et comité d'entreprise lors du premier semestre 2009) et approuvé par l'agence régionale d'hospitalisation Rhône Alpes, le Projet d établissement qui porte la stratégie du Centre Léon Bérard pour les cinq années à venir, correspond aux grandes lignes du Plan cancer II, annoncé le 2 novembre 2009 par le Président de la République. L'accueil de la personne malade et son suivi tout au long de la maladie en lien avec les différents partenaires de l'hôpital, la coordination de soins entre les professionnels de santé de l'hôpital et de la ville, la prise en compte des inégalités face aux cancer et des spécificités des enfants comme des personnes âgées atteintes de cancer, le développement de la recherche de transfert grâce à un contact direct entre chercheurs et médecins... font partie intégrante du Projet d'établissement Le Projet d établissement , élaboré par le Pr Sylvie Négrier, directeur général du CLB comprend différents chapitres : un Projet médico scientifique (PMS), un Plan pluriannuel d investissement (PPI), mais également un Projet social, un Projet environnemental, un Projet pilotage médico économique et financier, un Projet des systèmes d'information et un Chapitre communication et formation. Un hôpital certifié par la Haute Autorité en santé Le Centre de lutte contre le cancer Léon Bérard (CLB) a obtenu, en mai 2011, la V2010 de la Certification des établissements de santé, par la Haute Autorité de Santé (HAS). Cette décision de la HAS fait suite à la visite d experts indépendants qui sont venus au CLB du 24 au 28 janvier Le rapport met en exergue les 6 points forts de l établissement (sur 8 thématiques traitées) : L évaluation des pratiques professionnelles, le management stratégique, le management des ressources, le management de la qualité et de la sécurité des soins, les droits et la place des patients, la gestion des données du patient obtiennent ainsi des résultats supérieurs à 90%. Les deux autres critères, pour lesquels le CLB reste très bien noté, sont le parcours du patient et les prises en charge spécifiques. Le CLB a une longue expérience de la qualité. Il était un des premiers établissements de santé à avoir reçu, en 2006, la certification de la HAS, deuxième version de l accréditation ou V2, avec 90% de critères placés en A. Il est certifié sans recommandation. En novembre 2000, le CLB avait déjà été accrédité, une première fois, sans réserve ni recommandation par l Agence nationale d accréditation en santé. Depuis 2005 et la V2, les personnes malades et leurs représentants sont intégrés à la démarche de certification. Ils participent à l auto évaluation mise en œuvre dans l établissement. 5

6 Une Organisation en départements Sur le plan médical et scientifique, le Centre Léon Bérard est actuellement organisé en départements. Le département de biopathologie a un rôle essentiel pour le diagnostic des tumeurs, opérées ou non, ainsi qu'un rôle dans le dépistage et pour l'aide à la recherche. Le département d'anesthésie Réanimation s'occupe non seulement d'anesthésie proprement dite mais aussi des soins post opératoires, de la nutrition, de la pose de dispositifs implantables, de cathéters et de la douleur. Le département de Cancérologie Médicale a une activité de soins et de recherche. Il propose des traitements contre le cancer, tels que la chimiothérapie, l hormonothérapie ou des traitements ciblés. La thérapie cellulaire fait également partie des traitements développés dans ce département. Le département de Chirurgie Cancérologique est essentiellement axé sur le traitement primaire des cancers, la chirurgie reconstructrice et la chirurgie des métastases. Le département de Coordination des soins externes et des interfaces (DCSEI) organise la prise en charge des personnes malades suivies en soins à domicile (SAD) et gère les 60 places d hospitalisation à domicile du Centre (HAD). Le département de Médecine Nucléaire et de Radioprotection a une activité de diagnostic prédominante, en particulier en examens osseux. Il met également en œuvre des traitements radio métaboliques, dans le cadre des cancers de la thyroïde par exemple. Il dispose d un TEP Scan. La Pharmacie assure toute la gestion de la Pharmacie Centrale. Le département de Radiologie réalise la plupart des actes d'imagerie médicale (échographie, mammographie, scanner, IRM), les gestes de radiologie interventionnelle ainsi que les prélèvements guidés par microbiopsie ou par ponction à l'aiguille fine. Le département de Radiothérapie accueille chaque année près de 2000 patients pour des traitements de radiothérapie en ambulatoire ou en hospitalisation complète et 270 personnes pour des curiethérapies. Il est doté d'un plateau technique qui est un des plus modernes de la région avec 5 accélérateurs et d un Cyberknife VSI System, unique en Rhône Alpes. Le département de Santé Publique a notamment un rôle clé dans tous les processus d'évaluation du Centre Léon Bérard, la recherche clinique et l éducation thérapeutique. Le département des Soins Infirmiers regroupe l'ensemble des soignants : Aides soignantes et infirmières. Il est chargé, entre autres, de la prise en charge globale et de la coordination des soins du patient. Le Département de Soins de support du patient en oncologie (DISSPO) qui regroupe : l'unité de Psychologie Médicale, les soins de supports: psycho oncologie, douleur, sophrologie, kinésithérapeutes, diététiciens, service social des malades. Le laboratoire d'analyses biologiques réalise des examens de biochimie, d'hématologie, de bactériologie, de virologie pour le diagnostic des cancers et le suivi des traitements. L activité est réalisée en collaboration avec l hôpital Edouard Herriot (Hospices Civils de Lyon). 6

7 La pédiatrie Un grand projet en marche : L Institut d Hématologie et d Oncologie Pédiatrique IHOP Depuis début février 2008, les équipes du Département de pédiatrie du Centre Léon Bérard et du Service d hématologie de l Hôpital Debrousse (Hospices Civils de Lyon) travaillent ensemble selon une organisation pensée de longue date dans le cadre de groupes de travail mixtes pour une prise en charge optimale des enfants et adolescents souffrant de cancer (tumeurs solides et hémopathies) et d hématologie bénigne. Deux cents patients seront accueillis chaque année dans l institut dont l activité s organise sur deux sites : d une part les hospitalisations qui sont réalisées dans le nouveau bâtiment construit sur le site du CLB et d autre part les consultations qui sont installées dans le nouvel Hôpital Femme Mère Enfant (HFME) des HCL. Les équipes de l IHOP travaillent en relation étroite avec les autres équipes de spécialistes du CLB et des HCL pour assurer l ensemble des activités de diagnostic et la mise en œuvre des traitements : imagerie, biologie, chimiothérapie, radiothérapie, chirurgie Les enfants et adolescents pris en charge suivent leur traitement de chimiothérapie dans le secteur hospitalisation de l IHOP et leur traitement de radiothérapie au CLB. Ils bénéficient également des plateaux techniques d examens (radiologie, IRM, scanner, anatomie et cytologie pathologiques) du CLB. Les interventions chirurgicales sont réalisées dans les établissements des HCL. 7

8 Le développement de la recherche Le Centre Léon Bérard est un des 20 Centres de lutte contre le cancer français, établissements privés participant au service public hospitalier. A ce titre l une de ses trois principales missions, avec les soins aux personnes malades et l enseignement, est la recherche. Historiquement, dès les années 60, le CLB a toujours été fortement impliqué dans la recherche clinique. Dans les années 90, les moyens humains et matériels alloués à la recherche fondamentale et de transfert ont été considérablement renforcés. Le CLB a accueilli son premier laboratoire de recherche fondamentale dès 1993 avec l installation d une unité labellisée Inserm. Aujourd hui, il héberge une quinzaine d entités labellisées par le CNRS, l Inserm et l Université de Lyon pour la plupart. En termes de résultats, en 2010, 206 articles ont été diffusés dans des revues scientifiques à comité de lecture par des chercheurs hébergés au CLB. Ces dernières années, les résultats de travaux menés au Centre ont ainsi été publiés dans Nature, Cancer Cell, New England Journal of Medicine, etc. Concernant la recherche clinique 72 nouveaux essais cliniques ont été lancés et 913 patients inclus dans un protocole clinique en 2010 (139 protocoles d essais actifs). Le CLB a aujourd hui pour ambition d être un acteur majeur de la recherche en cancérologie. Pour ce faire, il développe et favorise une recherche interdisciplinaire à visées diagnostique et thérapeutique en gardant comme préoccupation essentielle et moteur d innovation : la personne malade. La proximité entre chercheurs et cliniciens permet de faciliter les échanges et d accélérer le transfert des avancées entre le laboratoire et l hôpital. Le secteur recherche du CLB s étend actuellement sur m², répartis au sein de quatre bâtiments, baptisés Cheney 1 A, B, C et D. Il compte plus de 300 personnes, dont 100 statutaires et plus de 100 post doctorants, doctorants et étudiants, ainsi que 80 cliniciens chercheurs, représentant plus de la moitié des médecins du CLB. Il se structure en deux grands secteurs : d une part un Pôle des sciences cliniques, d autre part une partie des équipes du Centre de recherche en cancérologie de Lyon. La recherche menée au CLB concerne plusieurs disciplines : biologie moléculaire et cellulaire, radiothérapie, chirurgie mais aussi économie de la santé et évaluation des pratiques médicales. La recherche du CLB dispose également de plateaux techniques et d équipements de pointe, avec un Centre de ressources biologiques institutionnel, un laboratoire de type L3 et un Institut de chirurgie expérimentale. L augmentation des surfaces dédiées à la recherche permet aussi au Centre Léon Bérard d héberger des chercheurs porteurs de projet désirant créer leur entreprise à partir de leurs travaux scientifiques. Cette étape d incubation, menée en lien avec l incubateur de Rhône Alpes Ouest, CREALYS, aide à l émergence de jeunes entreprises (ou start up). Plusieurs start up sont déjà nées au CLB : NETRIS Pharma, DRIVE Implant, ERYtech Pharma, ImmunID 1 Augusta et Bruno Cheney, deux Savoyards très engagés dans la lutte contre le cancer, ont donné leur nom aux bâtiments de recherche du Centre Léon Bérard, créés notamment grâce à leur soutien financier. Bruno et Augusta Cheney sont respectivement décédés en 1991 et

9 Enfin, ce développement répond aussi à un objectif de valorisation de la recherche menée dans le département et la région. Il favorise en effet la production scientifique, la propriété intellectuelle, les collaborations avec la recherche privée et, par conséquent, la création de richesse et d emploi. Le Pôle des Sciences Cliniques est placé sous la coordination de Jean Yves Blay et Patrick Mehlen. Ce pôle multidisciplinaire rassemble la recherche translationnelle et appliquée développée du CLB, tant dans les domaines du diagnostic moléculaire (Laboratoire de recherche translationnelle), des thérapeutiques innovantes (Plateforme d innovation en immunomonitoring et immunothérapie, la chirurgie expérimentale, l étude sur les rayonnements et l imagerie en Oncologie, la recherche sur les risques environnementaux, en économie de la santé et en sciences sociales (Département Cancer et Environnement), ainsi que des activités de recherche clinique. Les équipes de ce pôle sont : Plateforme de recherche translationnelle Plateforme d Innovation en Immunomonitoring et Immunothérapie (PI3) (Christophe Caux) Institut de Chirurgie Expérimentale (Pr Michel Rivoire) Rayonnement, images et oncologie (David Sarrut) Equipe de prévention et épidémiologie génétique (Dr Christine Lasset) Évaluation Médicale et Sarcomes (EMS) (Dr Isabelle Ray Coquard) Département «Cancer et Environnement / Economie de la Santé" (Pr Thierry Philip) Recherche clinique (Dr David Pérol) Le CLB fait également partie des 16 centres français labellisés par l'institut national du cancer comme "Centre Labellisé INCa de Phase Précoce" (CLIP2) afin de faciliter l accès aux molécules innovantes dans le traitement des cancers pour les patients français. Le Centre de Recherche en Cancérologie de Lyon (CRCL), créé depuis le 1 er janvier 2011, est une nouvelle structure de recherche labellisée par l Inserm, le CNRS, l Université Lyon 1 et avec pour partenaires hospitaliers le Centre Léon Bérard (CLB) et les Hospices Civils de Lyon (HCL). Le CRCL est placé sous la direction d Alain Puisieux (PUPH Université Claude Bernard Lyon 1 CLB), avec pour directeur adjoints Patrick Mehlen (Directeur de Recherche CNRS) et Jean Yves Scoazec (PUPH Université Claude Bernard Lyon 1 HCL). Cette création fait suite à une évaluation par l Agence d évaluation de la recherche et de l enseignement supérieur (AERES) en janvier Lors de son évaluation, le CRCL a obtenu la note la plus élevée : A+. Il est composé de 16 équipes, abritant plus de 360 personnes dont 103 chercheurs et enseignantschercheurs, sur trois sites localisés à proximité immédiate : le Centre Léon Bérard (bâtiments Cheney A et Cheney D), les bâtiments Inserm du Cours Albert Thomas et la faculté de Médecine et de Pharmacie Rockefeller, tous basés sur le pôle Est de Lyon. La structuration du CRCL repose sur trois départements scientifiques, porteurs d axes de recherche prioritaires : Echappement tumoral (Direction : Patrick Mehlen, Directeur Adjoint : Jean Yves Scoazec), Perturbation des flux d information dans la cellule cancéreuse (Direction : Gilles Thomas, Directeur Adjoint : Didier Auboeuf) Immunité, Microenvironnement, Virus (Direction : Christophe Caux & Fabien Zoulim). 9

10 Le financement de la recherche les dons et legs Les équipes de recherche qui travaillent au Centre obtiennent la majeure partie de leur financement en répondant à des appels à projets provenant : - d organismes publics (Inserm, CNRS, Institut National du Cancer, Agence Nationale de la Recherche ) - d associations caritatives (Ligue contre le Cancer, ARC, ) - d entreprises privées (laboratoire pharmaceutiques, ) Les financements complémentaires proviennent des dons et des legs reçus des particuliers, à titre individuel ou regroupés en association. Les dons et legs jouent un rôle vraiment essentiel dans le financement de ces équipes car ils permettent le recrutement de post doctorants, l achat de matériel et le financement de leur maintenance et même la construction de bâtiments. Pour plus d informations : Elise Tabet chargée de mission collecte de fonds

11 L enseignement, la 3 e mission du CLB L enseignement est une des trois missions du Centre Léon Bérard, mission qui lui est conférée dans le cadre de l Ordonnance de 1945 du Général De Gaulle qui a créé les Centres de lutte contre le cancer. Un inventaire réalisé en 2004 a permis de montrer qu en une année, 700 personnes ont bénéficié d un enseignement ou d une formation au Centre Léon Bérard. Un grand nombre de thèses et de mémoires, environ 70 dans l'année, sont encadrées ou dirigées par des membres du personnel du CLB. La formation est faite dans le cadre d'un Centre de Formation déclaré en Préfecture et dans celui dans l'ecole Francophone Européenne de Cancérologie (EFEC) La direction de l enseignement pilote cette activité en lien avec la direction des ressources humaines et la direction de la recherche. La transmission des savoirs s organise en effet sur plusieurs plans. D une part en interne avec l offre de formation proposée par la direction des ressources humaines, d autre part à l extérieur du Centre avec notamment l enseignement universitaire et supérieur, mais aussi d autres formations externes sur les différentes spécialités du Centre. Accompagnement de carrières Le Centre Léon Bérard a reçu deux fois le prix de l innovation en accompagnement de carrière dans le cadre du Prix du management des ressources humaines organisé par «Le Quotidien du médecin» et «Décision Santé». Il développe en effet plusieurs actions pour accompagner ses salariés lors des différentes étapes de leur carrière. Pour répondre aux problématiques RH de l hôpital : déficit de personnel soignant (infirmières, manipulateurs, kinés, aides soignants et médecins), féminisation des professionnels de santé, «seniorisation», usure et stress, la Direction des ressources humaines du Centre Léon Bérard met en place une plate forme compétences qui comprend plusieurs outils : La création de parcours professionnels organisés sur le principe du développement et de l évaluation des compétences. L accompagnement Senior : un accord vient d être signé avec les organisations syndicales sur un aménagement de fin de carrière spécifique avec des propositions de valorisation des compétences pour ne pas perdre les savoirs acquis et de missions d expertise. La crèche d entreprise ouverte en décembre 2006 qui fonctionne sur des horaires atypiques correspondant aux métiers de l hôpital contribuant à rendre compatibles carrière professionnelle et vie familiale. 11

12 Quelques spécificités La personne malade La personne malade est au cœur des préoccupations du CLB. Afin de répondre à sa demande d accompagnement et d information, tout est mis en œuvre pour améliorer en permanence son accueil, son confort, son bien être et son information. Un espace «bien être» est installé dans l entrée principale de l hôpital. Il offre les services d une coiffeuse, d une socio esthéticienne et d une podologue. Ces prestations sont gratuites pour les personnes suivies au CLB. Un Espace de rencontres et d information (ERI), installé dans l entrée principale de l hôpital, offre aux personnes malades et à leurs proches un lieu ouvert, accessible à tous sans rendez vous, où ils peuvent trouver des informations générales sur la maladie, ses traitements, ses aspects sociaux. Centre expert et projets labellisés Le CLB est reconnu pour ses expertises par l Institut national du cancer : Centre expert national de référence des cancers de l ovaire (Dr Isabelle Ray Coquard) Centre expert national de référence des sarcomes (Pr Jean Yves Blay) Plusieurs projets du CLB ont également été retenus dans le cadre d'appels d'offre de l'institut national du cancer (INCa) en 2010 : Projet "Prise en charge du risque de surpoids ou d obésité par un programme nutritionnel combinant une activité physique adaptée et une alimentation saine, chez des patientes atteintes d un premier cancer du sein et traitées par chimiothérapie adjuvante". Projet "Expérimentation du parcours personnalisé des patients pendant et après le cancer". Le CLB fait également partie des 16 centres français labellisés par l'institut national du cancer comme "Centre Labellisé INCa de Phase Précoce" (CLIP2) afin de faciliter l accès aux molécules innovantes dans le traitement des cancers pour les patients français (en savoir plus). La protection de l environnement Le Centre Léon Bérard a obtenu en janvier 2011, la certification ISO «Système de management environnemental». Il a reçu plusieurs prix et trophées en récompense de son engagement dans une démarche de développement durable. Notamment, le label «Lyon, Ville équitable et durable», décerné en février 2010 par la Ville de Lyon, l Award Développement Durable dans la Catégorie des Centres de lutte contre le cancer, deux années de suite, en avril 2010 puis en avril 2011, ainsi que le Prix «Prévention et santé» des Trophées du Développement durable créés par le Groupe Progrès, en mai Par ailleurs, en septembre 2009, le CLB a également créé une nouvelle unité de recherche et soins «Cancer, Environnement et Nutrition». Les répercussions des modifications de l environnement et des habitudes alimentaires sur l homme, et plus particulièrement sur l augmentation constatée de l incidence de certains cancers, constituent en effet une préoccupation majeure de santé publique et nécessitent des études et programmes de prévention approfondis qui sont développés dans le cadre de ce nouveau service. 12

13 Quelques spécificités (suite) La Coordination des soins et hospitalisation à domicile Cette unité, créée en 1993, est capable d'organiser la prise en charge à domicile des malades qui nécessitent des soins médicaux et infirmiers (toilette, injections, perfusions, chimiothérapies...). Elle s'adresse uniquement aux personnes traitées par les médecins du CLB, quel que soit leur lieu de résidence. Réseaux Le CLB s'intègre dans plusieurs réseaux. Il est à l'origine de la création, en 1994, du réseau Oncora, désormais Réseau régional de cancérologie Rhône Alpes (RRC RA) qui réunit aujourd'hui une soixantaine d'autres hôpitaux publics et privés de la région. Le CLB coopère aussi avec les centres hospitalo universitaires (CHU) de Lyon, Grenoble et Saint Étienne. Enfin, il travaille dans le cadre d'un réseau territorial SOURCE (Ville / Hôpital) pour la prise en charge des malades à domicile. L annonce de la maladie L annonce du diagnostic est une étape importante pour les personnes malades et leurs proches. Il s agit d'une consultation médicale spécifique destinée à annoncer son diagnostic à la personne malade. Au cours de celle ci, la maladie est expliquée et un projet thérapeutique est proposé. Elle est relayée par l'équipe soignante, l assistante sociale et les psycho oncologues. Dans ce dispositif, deux assistantes de soins, référentes pour les maladies du sein, les cancers digestifs et l hématologie, proposent aux malades de les rencontrer après l'annonce de leur maladie par le chirurgien ou le médecin. Elle les accompagne et leur offre information et documentation sur la maladie, et ses traitements. 13

14 Quelques données sur l établissement Le Centre Léon Bérard (CLB) est l un des vingt Centres de lutte contre le cancer français. Il est affilié à la Fédération française des centres de lutte contre le cancer (FFCLCC). Il propose sur un seul site tous les examens diagnostiques, les traitements et un suivi de la personne pendant et après la maladie. Le Centre est reconnu comme un pôle de référence régional de cancérologie. Ses laboratoires de recherche constituent la plateforme «génomique fonctionnelle et structurale» du Cancéropôle Lyon Auvergne Rhône Alpes. Les Centres de lutte contre le cancer (CLCC) sont au nombre de 20 et sont répartis dans 16 régions françaises. Ils sont regroupés au sein du Groupe UNICANCER. Ce sont des établissements privés à but non lucratif participant au service public hospitalier. Ils sont, à ce titre, régis par le Code de la santé publique et financés par la Sécurité sociale. Ils assurent des missions de soins, de recherche et d'enseignement, avec la volonté permanente d'accroître la qualité et l'accessibilité aux soins. Constituant un réseau à la fois régional et national, les Centres sont porteurs d'un modèle de prise en charge globale et multidisciplinaire des personnes atteintes d'un cancer. Président du conseil d'administration : M. Jean François Carenco, préfet de région, préfet du Rhône Directeur général : Pr. Sylvie Négrier Directeur général adjoint, en charge des affaires administratives : M. Jean Robert Greslin Directeur de la recherche : Pr. Alain Puisieux Le CLB en quelques chiffres 1300 salariés Nombre de lits et places installés (hors HAD) : 245 Médecine : 96 Pédiatrie : 18 Chirurgie : 52 Chirurgie ambulatoire (ACA) : 5 Soins continus : 8 Radiothérapie : 20 Hôpital de jour : 51 HAD : 120 Activité en nouvelles tumeurs malignes diagnostiquées Durée moyenne de séjour : 5,88 jours (hors hôpital de jour) File active PMSI : patients différents venus au moins 1 fois au CLB dans le cadre d'une hospitalisation (complète ou de jour) ou 1 séance de radiothérapie (dont nouveaux dossiers) Nombre de séjours (hospitalisation complète et de jour) : Nombre de consultations : *Données chiffrées : 2010 Situation géographique : 28 rue Laennec Lyon, 8 e arrondissement 14

Découvrez L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE

Découvrez L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE Découvrez L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE 2014 L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE L Institut universitaire du cancer de Toulouse (IUCT) est un nouveau modèle français d organisation

Plus en détail

L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest

L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest Cancers, Individu id & Société L état des lieux d un pari Le Rapport Cordier 1 Biomarqueurs prédictifs 2 L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest Cancers, Individu & Société

Plus en détail

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours lat ransplantation hépatique p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s Contact presse Anne-Karen Nancey - Direction de la communication

Plus en détail

Qu est-ce qu un sarcome?

Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu une tumeur? Une tumeur est une prolifération anormale de cellules. Les tumeurs ne devraient donc pas automatiquement être associées à un cancer. Certaines tumeurs

Plus en détail

Charte régionale des Réunions de Concertation Pluridisciplinaire de PACA, Corse et Monaco

Charte régionale des Réunions de Concertation Pluridisciplinaire de PACA, Corse et Monaco Réseau Régional de Cancérologie ONCOPACA-Corse Charte régionale des Réunions de Concertation Pluridisciplinaire de PACA, Corse et Monaco 1. CONTEXTE ET OBJECTIF Contexte : Cette présente charte a été définie

Plus en détail

CRITERES DE REMPLACEMENT

CRITERES DE REMPLACEMENT ANATOMIE ET CYTOLOGIE PATHOLOGIQUES - 7 semestres dans des services agréés pour le DES d anatomie et cytologie pathologiques, dont au moins 5 doivent être accomplis dans des services hospitalouniversitaires

Plus en détail

Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron. à Saint-Louis

Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron. à Saint-Louis Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron à Saint-Louis Cancers & imagerie médicale Un progrès majeur pour une meilleure prise en charge des patients. Accroitre les possibilités

Plus en détail

G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge de votre mélanome cutané

G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge de votre mélanome cutané G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre mélanome cutané Mars 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer sur le mélanome

Plus en détail

GHUPC Projet de transformation du site Hôtel Dieu. Pr S CHAUSSADE, Dr I. FERRAND

GHUPC Projet de transformation du site Hôtel Dieu. Pr S CHAUSSADE, Dr I. FERRAND GHUPC Projet de transformation du site Hôtel Dieu Pr S CHAUSSADE, Dr I. FERRAND PREAMBULE - Déçisions du directoire de l APHP : 1) le site de l HTD ne serait pas fermé 2) le site de l HTD ne serait pas

Plus en détail

DOSSIER DE PRÉSENTATION

DOSSIER DE PRÉSENTATION DOSSIER DE PRÉSENTATION GUSTAVE ROUSSY ET LE CANCER DU SEIN OCTOBRE 2013 Gustave Roussy et le cancer du sein octobre 2013 page 1 DOSSIER DE PRÉSENTATION Gustave Roussy et le cancer du sein GUSTAVE ROUSSY,

Plus en détail

Le Centre Léon Bérard ouvre un nouveau pôle pour la prise en charge du futur

Le Centre Léon Bérard ouvre un nouveau pôle pour la prise en charge du futur Communiqué de presse Le Centre Léon Bérard ouvre un nouveau pôle pour la prise en charge du futur Penser la prise en charge de demain pour les personnes malades atteintes de cancer, leur proposer une offre

Plus en détail

Les soins infirmiers en oncologie : une carrière faite pour vous! Nom de la Présentatrice et section de l'acio

Les soins infirmiers en oncologie : une carrière faite pour vous! Nom de la Présentatrice et section de l'acio Les soins infirmiers en oncologie : une carrière faite pour vous! Nom de la Présentatrice et section de l'acio Grandes lignes Pourquoi les soins en cancérologie sont-ils un enjeu de santé important? Les

Plus en détail

Fondation PremUp. Mieux naître pour mieux vivre

Fondation PremUp. Mieux naître pour mieux vivre Fondation PremUp Mieux naître pour mieux vivre Une fondation de coopération scientifique initiée par les pouvoirs publics en 2007 6 membres fondateurs : L Assistance Publique des Hôpitaux de Paris, l Inserm,

Plus en détail

La Mutualité. Française. Rhône. dans le. Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire

La Mutualité. Française. Rhône. dans le. Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire La Mutualité Française Rhône dans le Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire Des valeurs qui font la différence Edito La Mutualité Française Responsabilité CHACUN

Plus en détail

CERTIFICATIONS EN SANTE

CERTIFICATIONS EN SANTE CERTIFICATIONS EN SANTE INSTITUT CLAUDIUS REGAUD Délégation Qualité David VERGER 20-24, rue du Pont Saint-Pierre 31052 TOULOUSE cedex 05-61-42-46-22 Verger.david@claudiusregaud.fr CLAUDIUS REGAUD, PÈRE

Plus en détail

Mention : STAPS. Sport, Prévention, Santé, Bien-être. Objectifs de la spécialité

Mention : STAPS. Sport, Prévention, Santé, Bien-être. Objectifs de la spécialité Mention : STAPS Sport, Prévention, Santé, Bien-être Objectifs de la spécialité L'objectif de la spécialité «Sport, Prévention, Santé, Bien être» est de doter les étudiants de compétences scientifiques,

Plus en détail

INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE

INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE Contact presse : Cathy Josse 03 22 66 87 83 / 06 86 30 46 57 josse.cathy@chu-amiens.fr 1 COMMUNIQUE DE SYNTHESE Le 16 février

Plus en détail

L hôpital dans la société. L expérience du CHU de Paris, l AP HP. Pierre Lombrail, Jean-Yves Fagon

L hôpital dans la société. L expérience du CHU de Paris, l AP HP. Pierre Lombrail, Jean-Yves Fagon L hôpital dans la société. L expérience du CHU de Paris, l AP HP. Pierre Lombrail, Jean-Yves Fagon Colloque Santé et Société Quels déterminants de santé et quel système de soins pour la santé de toute

Plus en détail

CONGRES HOPITECH AMIENS OCTOBRE 2012

CONGRES HOPITECH AMIENS OCTOBRE 2012 CONGRES HOPITECH AMIENS OCTOBRE 2012 NOUMBISSIE Emmanuel, ingénieur en organisation et méthodes à la direction générale de l hôpital marne la vallée ( Lagny) Transfert d activités sur un nouveau site :

Plus en détail

Plan Cancer : 2003 2007. Mission. Interministérielle pour la Lutte contre le. Cancer

Plan Cancer : 2003 2007. Mission. Interministérielle pour la Lutte contre le. Cancer Mission Interministérielle pour la Lutte contre le Cancer Préface 3 Cancer : le Plan de mobilisation nationale 5 Les mesures du Plan Cancer 15 Les chiffres du cancer 43 1 Jean-François Mattei Ministre

Plus en détail

Secteur Protégé d Hématologie

Secteur Protégé d Hématologie INFORMATIONS PATIENTS Secteur Protégé d Hématologie Centre accrédité de greffe de moelle osseuse et de cellules souches d hématopoïétiques Le Secteur d Hématologie est destiné à des patients atteints de

Plus en détail

A l Assistance Publique - Hôpitaux de Marseille, Octobre Rose est l occasion de mettre en valeur la filière de soins dédiée au cancer du sein.

A l Assistance Publique - Hôpitaux de Marseille, Octobre Rose est l occasion de mettre en valeur la filière de soins dédiée au cancer du sein. OCTOBRE ROSE 2013 La campagne Octobre Rose a pour but d inciter les femmes de 50 à 74 ans à participer au dépistage organisé du cancer du sein. Une femme sur trois ne se fait pas dépister ou pas de manière

Plus en détail

Le dispositif d annonce. Information destinée aux patients atteints de cancer. édition actualisée Octobre 2009

Le dispositif d annonce. Information destinée aux patients atteints de cancer. édition actualisée Octobre 2009 Le dispositif d annonce Information destinée aux patients atteints de cancer G R A N D P U B L I C 2 édition actualisée Octobre 2009 Sommaire Introduction 1 Le dispositif d annonce 2 Le temps médical L

Plus en détail

- 2 - faire industriel dans la mise au point des produits biologiques. L Institut Roche de Recherche et Médecine Translationnelle (IRRMT, basé à

- 2 - faire industriel dans la mise au point des produits biologiques. L Institut Roche de Recherche et Médecine Translationnelle (IRRMT, basé à Information presse Roche, l Agence Nationale de Recherches sur le Sida et les hépatites virales (ANRS), le Baylor Research Institute (BRI) et Inserm Transfert mettent en place une coopération stratégique

Plus en détail

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer Information importante pour les personnes atteintes d un cancer du poumon non à petites cellules de stade avancé Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic

Plus en détail

REPERTOIRE TELEPHONIQUE

REPERTOIRE TELEPHONIQUE REPERTOIRE TELEPHONIQUE Centre de Lutte Contre le Cancer RENNES Etablissement de Santé Privé d Intérêt Collectif (ESPIC) Activité médicale : secteur 1 Centre Eugène Marquis www.centre-eugene-marquis.fr

Plus en détail

GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. La prise en charge du cancer du rein

GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. La prise en charge du cancer du rein GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge du cancer du rein Novembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer sur le cancer du rein, son

Plus en détail

Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir

Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir Extrait Communiqué de presse Saint-Denis, le 12 avril 2012 Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir La dynamique du plan greffe 2000-2003 a généré un essor sans précédent de près de 50 % de

Plus en détail

GUIDE MASTER 2. Radiothérapie-Oncologie

GUIDE MASTER 2. Radiothérapie-Oncologie GUIDE MASTER 2 Radiothérapie-Oncologie Master 2 (M2) : carte d identité -Niveau requis : Bac + 5 -Durée : Un an -S inscrit dans le cadre de la réforme dite LMD (Licence Master Doctorat) Remplace le DEA

Plus en détail

INAUGURATION DU CESU Centre d Enseignement des Soins d Urgence

INAUGURATION DU CESU Centre d Enseignement des Soins d Urgence Centre Hospitalier Universitaire Groupe Hospitalo-Universitaire Carémeau Place du Professeur R. Debré - 30009 Nîmes cedex 9-04 66 68 68 68 www.chu-nimes.fr INAUGURATION DU CESU Centre d Enseignement des

Plus en détail

Cahier des charges des maisons de santé pluri-professionnelles pouvant bénéficier d un soutien financier

Cahier des charges des maisons de santé pluri-professionnelles pouvant bénéficier d un soutien financier DGOS/PF3/CdC MSP PF3 R2 DSS RB 21 07 10 Cahier des charges des maisons de santé pluri-professionnelles pouvant bénéficier d un soutien financier L article L. 6323-3 du code de la santé publique prévoit

Plus en détail

Physiopathologie : de la Molécule à l'homme

Physiopathologie : de la Molécule à l'homme Mention Sciences du Vivant Spécialité de Master : Physiopathologie : de la Molécule à l'homme Pourquoi, comment, combien, contourner, greffer, restaurer, inhiber, suppléer Responsables : Dr Gilles Prévost

Plus en détail

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques?

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? L Fournier, D Balvay, CA Cuénod Service de radiologie, Hôpital Européen Georges Pompidou Laboratoire de Recherche en Imagerie, Equipe

Plus en détail

l'institut Paoli-Calmettes (IPC) réunit à la Villa Méditerranée les 29 et 30 mai 2015

l'institut Paoli-Calmettes (IPC) réunit à la Villa Méditerranée les 29 et 30 mai 2015 ANNONCE PRESSE Un donneur pour chaque patient en attente d'une greffe de moelle osseuse, de la chimère à la réalité grâce à la révolution de la greffe haplo mismatch Marseille, le 26 mai 2015. L'Institut

Plus en détail

Service d Hématologie clinique et Thérapie cellulaire Bâtiment Médico-Chirurgical - 3 ème et 4 ème étages

Service d Hématologie clinique et Thérapie cellulaire Bâtiment Médico-Chirurgical - 3 ème et 4 ème étages Centre Hospitalier Pontoise Service d Hématologie clinique et Thérapie cellulaire Bâtiment Médico-Chirurgical - 3 ème et 4 ème étages Chef de service : Dr Hugo GONZALEZ Accueil secrétariat 01 30 75 49

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ _ Direction de la recherche, des études, de l évaluation et des statistiques _ Sous-direction observation de la santé et de l assurance maladie _ Bureau établissements

Plus en détail

2È JOURNÉE NATIONALE DE FORMATION DES PHARMACIENS CANCER ET ACCOMPAGNEMENT DU PHARMACIEN : UN PREMIER PAS VERS LA RÉSILIENCE.

2È JOURNÉE NATIONALE DE FORMATION DES PHARMACIENS CANCER ET ACCOMPAGNEMENT DU PHARMACIEN : UN PREMIER PAS VERS LA RÉSILIENCE. 2È JOURNÉE NATIONALE DE FORMATION DES PHARMACIENS Avec le Haut Patronage de Madame Roselyne BACHELOT-NARQUIN, Ministre de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative CANCER ET ACCOMPAGNEMENT

Plus en détail

Dr L Verzaux Pr Elisabeth Schouman-Claeys

Dr L Verzaux Pr Elisabeth Schouman-Claeys Dr L Verzaux Pr Elisabeth Schouman-Claeys Dépasser une approche normative Se mettre à la place du patient Bonne pratique, bientraitance Démarches qualité structurées Thématiques clés (dont exigences réglementaires)

Plus en détail

Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge Pôle de santé du Canton d Aulnay de Saintonge MSP Aulnay et Néré PROJET D AULNAY PSP

Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge Pôle de santé du Canton d Aulnay de Saintonge MSP Aulnay et Néré PROJET D AULNAY PSP Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge PROJET D AULNAY MSP PSP Réseau de santé de proximité Historique Objectifs Particularités Avenir Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge MAISON DE SANTE

Plus en détail

Soutien pour la formation à la recherche translationnelle en cancérologie

Soutien pour la formation à la recherche translationnelle en cancérologie APPEL A CANDIDATURES 2011 Soutien pour la formation à la recherche translationnelle en cancérologie Action 1.2 Date limite de soumission en ligne du dossier : 06 décembre 2010 http://www.e-cancer.fr/aap/for2011

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CLINIQUE CHIRURGICALE DU LIBOURNAIS

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CLINIQUE CHIRURGICALE DU LIBOURNAIS ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CLINIQUE CHIRURGICALE DU LIBOURNAIS 119 rue de la marne - 33500 - Libourne NOVEMBRE 2014 SOMMAIRE PREAMBULE 1. Présentation du document 2. Les niveaux de certification

Plus en détail

Mars 1999-2ème édition. Na""""'" Hooprt_ """'" do CW'ocOroIogoo ~ UNHPC. Unon

Mars 1999-2ème édition. Na' Hooprt_ ' do CW'ocOroIogoo ~ UNHPC. Unon Mars 1999-2ème édition. Unon ~ UNHPC Na""""'" Hooprt_ """'" do CW'ocOroIogoo s o m m ai re INTRODUCTION A LA DEUXIEME EDITION PREFACE PREAMBULE 1 Des grands principes fondamentaux de la prise en charge

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes.

DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes.fr DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES Crédit Photo : Nicolas MASSON Cannes, le 6 avril 2011

Plus en détail

Création d une plateforme mutualisée de soins associée à une offre touristique

Création d une plateforme mutualisée de soins associée à une offre touristique Pôle Santé Méditerranée Création d une plateforme mutualisée de soins associée à une offre touristique Marseille, le 12 juillet 2011 Fruit d une réflexion et d une vision partagée, le Pôle Santé Méditerranée

Plus en détail

Thérapies ciblées en Onco-Hématologie

Thérapies ciblées en Onco-Hématologie Thérapies ciblées en Onco-Hématologie 1 er au 4 avril 2014 salle de séminaire Institut Universitaire d Hématologie Hôpital Saint-Louis, Paris Coordination: Dr Guilhem Bousquet Comité scientifique: Philippe

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC. Ministère de l Eductaion Nationale, de l Enseignement Supérieur de la Formation des Cadres et de la Recherche Scientifique

ROYAUME DU MAROC. Ministère de l Eductaion Nationale, de l Enseignement Supérieur de la Formation des Cadres et de la Recherche Scientifique ROYAUME DU MAROC Ministère de l Eductaion Nationale, de l Enseignement Supérieur de la Formation des Cadres et de la Recherche Scientifique UNIVERSITE : Hassan II ETABLISSEMENT : Faculté de Médecine &

Plus en détail

D O S S I E R D E P R E S S E

D O S S I E R D E P R E S S E La Fondation Lenval présente le bilan des réalisations financées grâce aux dons et lance sa campagne d information 2014 Mon ISF pour nos enfants D O S S I E R D E P R E S S E 16 avril 2014 Sommaire P 2/4

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du foie

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du foie G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer du foie Décembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

«La rapidité ne doit pas primer sur la qualité»

«La rapidité ne doit pas primer sur la qualité» Interview avec le Prof. Dr Fernando Schmitt «La rapidité ne doit pas primer sur la qualité» Prof. Dr Fernando Schmitt Anatomopathologiste En septembre 2014, le Prof. Fernando Schmitt a rejoint le Laboratoire

Plus en détail

COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE

COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE Chemin de la Bretèque 76230 BOIS-GUILLAUME Mois de juin 2001 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE

Plus en détail

Inauguration de Seine BIOPOLIS par la CREA, pour favoriser le. développement des entreprises spécialisée dans les biotechnologies

Inauguration de Seine BIOPOLIS par la CREA, pour favoriser le. développement des entreprises spécialisée dans les biotechnologies DOSSIER DE PRESSE Lundi 4 février 2013 Inauguration de Seine BIOPOLIS par la CREA, pour favoriser le développement des entreprises spécialisée dans les biotechnologies Contacts presse : CREA : Marie Mahieu-Rivals

Plus en détail

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique.

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi NOR : ARRÊTÉ du relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. Le ministre

Plus en détail

Etat des lieux de l accès aux plateformes de génétique moléculaire

Etat des lieux de l accès aux plateformes de génétique moléculaire 12 juin 2014 Etat des lieux de l accès aux plateformes de génétique moléculaire CONTEXTE ET OBJECTIFS DE l ETUDE : L action 6.2 du plan cancer 3 «conforter l accès aux tests moléculaires» stipule en particulier

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

Entretien avec le Pr. Franck CHAUVIN... 2. Un projet stratégique pour St-Etienne, la Loire et les Régions Rhône-Alpes Auvergne...

Entretien avec le Pr. Franck CHAUVIN... 2. Un projet stratégique pour St-Etienne, la Loire et les Régions Rhône-Alpes Auvergne... TABLE DES MATIERES 1 LA GENESE D UNE PLATEFORME UNIQUE EN FRANCE... 2 Entretien avec le Pr. Franck CHAUVIN... 2 Un projet stratégique pour St-Etienne, la Loire et les Régions Rhône-Alpes Auvergne... 3

Plus en détail

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit :

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit : Secrétariat du Grand Conseil PL 10267 Projet présenté par le Conseil d Etat Date de dépôt: 22 mai 2008 Projet de loi ouvrant un crédit au titre d'indemnité cantonale d'investissement de 3 000 000 F, pour

Plus en détail

Cancer du sein in situ

Cancer du sein in situ traitements et soins octobre 2009 recommandations professionnelles Cancer du sein COLLECTION recommandations & référentiels Recommandations de prise en charge spécialisée Carcinome canalaire et carcinome

Plus en détail

Conférence de presse «Bientôt le nouvel hôpital» - Toulon - Lundi 4 avril 2011. Sommaire. 1 > Relever les défis de la santé du futur...

Conférence de presse «Bientôt le nouvel hôpital» - Toulon - Lundi 4 avril 2011. Sommaire. 1 > Relever les défis de la santé du futur... 1 Sommaire 1 > Relever les défis de la santé du futur... 3 Assurer les missions de santé publique du territoire... 3 Une tradition séculaire en santé publique... 3 Une réponse à la hauteur des besoins

Plus en détail

SADIR assistance, Prestataire de Santé à Domicile (PSAD)

SADIR assistance, Prestataire de Santé à Domicile (PSAD) SADIR assistance, Prestataire de Santé à Domicile (PSAD) 1 PSAD: qui sommes nous - 1 200 000 patients toutes prestations confondues, pris en charge tous les jours à domicile en : oxygénothérapie ventilation

Plus en détail

admission directe du patient en UNV ou en USINV

admission directe du patient en UNV ou en USINV Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : admission

Plus en détail

«Améliorer les parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie»

«Améliorer les parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie» DOSSIER PAERPA «Améliorer les parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie» 1 _ SOMMAIRE Quelques données chiffrées 3 Les initiatives déjà engagées pour améliorer les parcours de

Plus en détail

Ministère de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative

Ministère de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative Ministère de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Sous-direction qualité et fonctionnement des établissements de santé

Plus en détail

STACCINI Pascal UFR Médecine Nice Université Nice-Sophia Antipolis

STACCINI Pascal UFR Médecine Nice Université Nice-Sophia Antipolis 3.2 : S initier à l organisation, la mise en œuvre et l utilisation d un système d information Chapitre 3 : Systèmes d information Systèmes d information hospitaliers (S.I.H.) STACCINI Pascal UFR Médecine

Plus en détail

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Maisons de Santé Pluridisciplinaires Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Les maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) visent à offrir à la population, sur un même lieu, un ensemble de

Plus en détail

Hôpital performant et soins de qualité. La rencontre des extrêmes estelle

Hôpital performant et soins de qualité. La rencontre des extrêmes estelle Hôpital performant et soins de qualité. La rencontre des extrêmes estelle possible? 18 octobre 2012 Professeur Philippe KOLH CIO, Directeur du Service des Informations Médico-Economiques CHU de LIEGE Plan

Plus en détail

Maurene McQuestion, IA, BScN, MSc, CON(C) John Waldron, MD, FRCPC

Maurene McQuestion, IA, BScN, MSc, CON(C) John Waldron, MD, FRCPC Séance plénière 2 : La collaboration interprofessionnelle entre médecins et infirmières Nous examinerons durant cette séance les questions clés liées à la collaboration interprofessionnelle entre médecins

Plus en détail

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris)

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) 1. Contexte local Géographie La psychiatrie adulte de l hôpital Sainte-Anne est orientée vers 7 secteurs psychiatriques adultes, que ce soit pour les hospitalisations,

Plus en détail

Guide de Mobilisation. de cellules souches pour mon. Autogreffe AVEC LE SOUTIEN DE. Carnet d informations et de suivi pour le patient et sa famille

Guide de Mobilisation. de cellules souches pour mon. Autogreffe AVEC LE SOUTIEN DE. Carnet d informations et de suivi pour le patient et sa famille Guide de Mobilisation de cellules souches pour mon Autogreffe Carnet d informations et de suivi Carnets pour d informations le patient et sa et famille de suivi pour le patient et sa famille AVEC LE SOUTIEN

Plus en détail

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession Position adoptée par Conseil national de l Ordre des infirmiers le 14 septembre 2010 Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Plus en détail

Organisation - Organisatie. Avantages - Voordelen Accompagnement des personnes hospitalisées

Organisation - Organisatie. Avantages - Voordelen Accompagnement des personnes hospitalisées Organisation Organisatie Mutualité socialiste de Namur 325 Chaussée de Waterloo 182 5002 NAMUR Tél. : (081) 77 77 77 Fax : (081) 74 25 25 Avantages Voordelen Accompagnement des personnes hospitalisées

Plus en détail

P atients S anté T erritoires

P atients S anté T erritoires H ôpital P atients S anté T erritoires L exercice regroupé dans les services de santé Une action coordonnée des professionnels en faveur des patients De plus en plus de professionnels de santé ont depuis

Plus en détail

Entretiens Pharmaceutiques en Oncologie : Où en sommes nous en 2014, au CHPC

Entretiens Pharmaceutiques en Oncologie : Où en sommes nous en 2014, au CHPC Entretiens Pharmaceutiques en Oncologie : Où en sommes nous en 2014, au CHPC 2éme Journée des Infirmiers de Basse-Normandie Jeudi 9 Octobre 2014 Florence BANNIE, Pharmacien CHPC, CHERBOURG Déclarations

Plus en détail

Appel à Projets. Constitution de bases clinicobiologiques multicentriques à visée nationale en cancérologie. Action 3.1 et 23.2

Appel à Projets. Constitution de bases clinicobiologiques multicentriques à visée nationale en cancérologie. Action 3.1 et 23.2 Appel à Projets Constitution de bases clinicobiologiques multicentriques à visée nationale en cancérologie Action 3.1 et 23.2 Soumission en ligne: http://www.e-cancer.fr/aap/bcb11 Date limite de candidature

Plus en détail

DON DE SANG. Label Don de Soi

DON DE SANG. Label Don de Soi DON DE SANG Label Don de Soi 2015 SOMMAIRE Les différents types de dons p.3 Le don de sang total Le don de plasma Le don de plaquettes Le don de moelle osseuse Que soigne-t-on avec un don de sang? p.7

Plus en détail

PLAQUETTE D INFORMATION

PLAQUETTE D INFORMATION Mutuelle du personnel du groupe Société Générale PLAQUETTE D INFORMATION Registre National des Mutuelles N 784 410 805 Juillet 2010 Comment calculer un taux de remboursement de Mutuelle? Les remboursements

Plus en détail

Communiqué de presse. Créée il y a 25 ans, l Association Charles Nicolle devient «Fondation reconnue d utilité publique»

Communiqué de presse. Créée il y a 25 ans, l Association Charles Nicolle devient «Fondation reconnue d utilité publique» Communiqué de presse Lundi 26 novembre 2012 Créée il y a 25 ans, l Association Charles Nicolle devient «Fondation reconnue d utilité publique» Il s agit d un événement majeur dans la vie associative de

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne Les patients ont besoin d une réponse de proximité et d une prise en charge globale qui nécessite une

Plus en détail

La Mutualité en chiffres

La Mutualité en chiffres La Mutualité en chiffres Édition 2012 La Mutualité en chiffres Édition 2012 La Mutualité, acteur principal de la complémentaire santé page 5 La complémentaire santé dans l activité des mutuelles Les prestations

Plus en détail

Le patient traceur comme outil de développement de la culture qualitérisques-sécurité. CAPPS Bretagne Rennes 12 juin 2015

Le patient traceur comme outil de développement de la culture qualitérisques-sécurité. CAPPS Bretagne Rennes 12 juin 2015 Le patient traceur comme outil de développement de la culture qualitérisques-sécurité CAPPS Bretagne Rennes 12 juin 2015 Contexte HIA Clermont Tonnerre Hôpital de 200 lits, MCO adulte, psychiatrie et SSR,

Plus en détail

RECHERCHE CLINIQUE : L INNOVATION POUR TOUS LES PATIENTS

RECHERCHE CLINIQUE : L INNOVATION POUR TOUS LES PATIENTS RECHERCHE CLINIQUE : L INNOVATION POUR TOUS LES PATIENTS DOSSIER DE PRESSE Septembre 2012 DOSSIER DE PRESSE RECHERCHE CLINIQUE : L INNOVATION POUR TOUS LES PATIENTS PAGE 1 RECHERCHE CLINIQUE : L INNOVATION

Plus en détail

Quel avenir pour les équipes mobiles de soins palliatifs?

Quel avenir pour les équipes mobiles de soins palliatifs? Quel avenir pour les équipes mobiles de soins palliatifs? Aude Le Divenah Praticien hospitalier, chargée de mission, Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins Les soins palliatifs se

Plus en détail

ZOOM ETUDES Les études paramédicales. Auditorium de l Institut Français du Bénin 9 novembre 2013

ZOOM ETUDES Les études paramédicales. Auditorium de l Institut Français du Bénin 9 novembre 2013 ZOOM ETUDES Les études paramédicales Auditorium de l Institut Français du Bénin 9 novembre 2013 L enseignement supérieur français - santé Études de médecine, pharmacie et odontologie : Universités en partenariat

Plus en détail

Ordonnance du DFI sur les prestations dans l assurance obligatoire des soins en cas de maladie

Ordonnance du DFI sur les prestations dans l assurance obligatoire des soins en cas de maladie Ordonnance du DFI sur les prestations dans l assurance obligatoire des soins en cas de maladie (Ordonnance sur les prestations de l assurance des soins, OPAS) Modification du 14 juin 2010 Le Département

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Offre de santé : Le groupe Malakoff Médéric et le régime minier de Sécurité sociale signent un accord de partenariat

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Offre de santé : Le groupe Malakoff Médéric et le régime minier de Sécurité sociale signent un accord de partenariat COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 28 janvier 2009 Offre de santé : Le groupe Malakoff Médéric et le régime minier de Sécurité sociale signent un accord de partenariat Le groupe Malakoff Médéric et la Caisse

Plus en détail

STAGE D'INITIATION AUX SOINS INFIRMIERS D'ACCES EN PCEM2 ou en 2ème ANNEE DE CHIRURGIE DENTAIRE

STAGE D'INITIATION AUX SOINS INFIRMIERS D'ACCES EN PCEM2 ou en 2ème ANNEE DE CHIRURGIE DENTAIRE FACULTÉ DE MÉDECINE FACULTÉ DE CHIRURGIE DENTAIRE Université de Strasbourg STAGE D'INITIATION AUX SOINS INFIRMIERS D'ACCES EN PCEM2 ou en 2ème ANNEE DE CHIRURGIE DENTAIRE JUILLET ou AOUT ou SEPTEMBRE 2012

Plus en détail

Ligue Algérienne pour la Défense des droits de l Homme الرابطة الجزائرية للدفاع عن حقوق السنسان. Le calvaire sans fin des malades du cancer

Ligue Algérienne pour la Défense des droits de l Homme الرابطة الجزائرية للدفاع عن حقوق السنسان. Le calvaire sans fin des malades du cancer Ligue Algérienne pour la Défense des droits de l Homme الرابطة الجزائرية للدفاع عن حقوق السنسان http://droitdelhomme.over-blog.com laddhchlef@yahoo.fr laddhchlef@gmail.com http://facebook.com/laddhchlef

Plus en détail

Domaine : Sciences, Technologies et Santé Mention : Nutrition, Sciences des aliments, Agroalimentaire

Domaine : Sciences, Technologies et Santé Mention : Nutrition, Sciences des aliments, Agroalimentaire Contexte Domaine : Sciences, Technologies et Santé Mention : Nutrition, Sciences des aliments, Agroalimentaire Fédération des spécialités de Master des 5 pôles universitaires partenaires de la région Nord-Pas-de-Calais

Plus en détail

PARAMEDICAL. Métiers et formations. Centre d information et d orientation de NOUMEA

PARAMEDICAL. Métiers et formations. Centre d information et d orientation de NOUMEA PARAMEDICAL Métiers et formations Centre d information et d orientation de NOUMEA Santé et paramédical Soins médicaux médecin, chirurgien dentaire, pharmacien, sage-femme Soins paramédicaux infirmier,

Plus en détail

UN PROGRAMME POUR LA GERIATRIE

UN PROGRAMME POUR LA GERIATRIE UN PROGRAMME POUR LA GERIATRIE 5 objectifs, 20 recommandations, 45 mesures pour atténuer l impact du choc démographique gériatrique sur le fonctionnement des hôpitaux dans les 15 ans à venir Rapport rédigé

Plus en détail

La santé. Les établissements de l entité Mutualité Santé Services

La santé. Les établissements de l entité Mutualité Santé Services 1 solidaire Apporter une réponse concrète aux besoins de la population en matière de santé, selon des principes fondamentaux de solidarité et d entraide. Développer un important réseau d œuvres sanitaires

Plus en détail

ARRÊTÉ du. Projet d arrêté fixant le programme d'enseignement de santé et social en classe de seconde générale et technologique

ARRÊTÉ du. Projet d arrêté fixant le programme d'enseignement de santé et social en classe de seconde générale et technologique RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l Éducation nationale NOR : MENE1007267A ARRÊTÉ du Projet d arrêté fixant le programme d'enseignement de santé et social en classe de générale et technologique Le Ministre

Plus en détail

Rapport du comité d'experts

Rapport du comité d'experts Section des Unités de recherche Rapport du comité d'experts Unité de recherche : Centre du droit de l entreprise, EA 3397 de l'université Strasbourg 3 avril 2008 Section des Unités de recherche Rapport

Plus en détail

Maître de cérémonie Christian Fillatreau, Président du Cluster TIC Aquitaine

Maître de cérémonie Christian Fillatreau, Président du Cluster TIC Aquitaine Challenge start-up Maître de cérémonie Christian Fillatreau, Président du Cluster TIC Aquitaine Sanilea Régulation des transports et des soins Performance, simplicité, connectivité, intuitivité, mobilité

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

Pr. Pierre FUMOLEAU Directeur Général du Centre de Lutte Contre le Cancer Georges-François Leclerc (CGFL)

Pr. Pierre FUMOLEAU Directeur Général du Centre de Lutte Contre le Cancer Georges-François Leclerc (CGFL) C Ouverture INTRODUCTION RENCONTRES DES 25 et 26 JUIN 2014 Accueil des Participants Pr. Pierre FUMOLEAU Directeur Général du Centre de Lutte Contre le Cancer Georges-François Leclerc (CGFL) 25 juin 9h30

Plus en détail

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin Jeudi 25 Septembre 2008 Un peu d histoire

Plus en détail

Accès aux soins. avec couverture maladie. ACCèS AUX SOINS AVEC COUVERTURE MALADIE. d examens de santé. (CES) pour adultes Saint-Vincent

Accès aux soins. avec couverture maladie. ACCèS AUX SOINS AVEC COUVERTURE MALADIE. d examens de santé. (CES) pour adultes Saint-Vincent Accès aux soins avec couverture maladie Les centres d examens de santé Ce sont des structures qui proposent un «examen périodique de santé» qui représente un droit pour tout assuré social. L examen périodique

Plus en détail