LE CADRE LEGAL DES SECTEURS MINIER ET PETROLIER. Présenté par : Thiam Zakaria Conseiller chargé des Affaires Juridiques - MPEM

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE CADRE LEGAL DES SECTEURS MINIER ET PETROLIER. Présenté par : Thiam Zakaria Conseiller chargé des Affaires Juridiques - MPEM"

Transcription

1 LE CADRE LEGAL DES SECTEURS MINIER ET PETROLIER Présenté par : Thiam Zakaria Conseiller chargé des Affaires Juridiques - MPEM

2 SOMMAIRE I- LE CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE MINIER EN MAURITANIE I-A. ÉLÉMENTS SAILLANTS DE LA LOI MINIÈRE 2008 I-B PRINCIPALES NOUVEAUTÉS DE LA LOI DE 2009 I-C NOUVEAUTÉS DE LA LOI ET DE LA CONVENTION MINIÈRE DE 2012 II- LE CADRE LEGISLATIF ET CONTRACTUEL REGISSANT L EXPLORATION ET LA PRODUCTION DES HYDROCARBURES EN MAURITANIE II -A.1. AUTORISATION DE RECONNAISSANCE II -A.2. AUTORISATION DE RECHERCHE II B. DOCUMENTS CONTRACTUELS RELATIFS AUX ACTIVITÉS D EXPLORATION / PRODUCTION. II C. EN CAS DE PARTICIPATION DE LA SMH II -D. FISCALITE II -E. FORMULE CONTRAT D EXPLORATION- PRODUCTION II -F. DISPOSITIONS RELATIVES AU GAZ II -G. AUTRES DISPOSITIONS IMPORTANTES

3 I. Le cadre légal et réglementaire minier en Mauritanie

4 I-A. Éléments saillants de la loi minière 2008

5 Définitions «Code minier» : loi minière + textes d application+convention ; «Convention minière» désigne la convention conclue entre le titulaire d un permis de recherche, d un permis d exploitation d une part et l État d autre part ; «Titre minier» désigne le permis de recherche, le permis de petite exploitation minière et le permis d exploitation ;

6 Définitions La phase de «recherche» s entend du début des travaux de recherche jusqu à la réalisation d une étude de faisabilité d'un projet minier; La phase «d installation» débute à la fin de la phase de recherche et se termine lorsque les travaux de rodage sont commencés. les travaux de rodage commencent le 1 er jour du 2 ème mois qui suit la date où, pour la première fois, la production quotidienne de minerai excède 10% de la production prévue à l étude de faisabilité; La phase de «production» débute après la phase d'installation quand les travaux de rodage sont terminés. Cette phase comprend les deux sous-phases suivantes : -La sous-phase dite de «production préliminaire», ou «sous-phase de grâce fiscale» laquelle se termine 36 mois après le début de la phase de production; -La sous-phase dite de «production normale», débute à la fin du congé fiscal et se termine lorsque la réhabilitation est achevée.

7 Permis de recherche Attribué au premier demandeur, personne physique ou morale, sur paiement des droits et redevances prescrits (Article 18 ); La superficie est plafonnée à 1000 km² pour groupes 1 à 6 et 5000 km² pour groupe 7; La durée est 3 ans, renouvelable 2 fois (Article 22); Le titulaire est tenu de débuter, dans les 90 jours qui suivent la date de l octroi, des travaux dont la nature et le coût minimum sont déterminés par les textes d application (Article 31);

8 Zones promotionnelles Les zones promotionnelles sont créées par arrêté du Ministre. Leur superficie maximale ne peut pas dépasser km². La durée ne peut excéder 2 ans (Article 35) Il ne peut exister simultanément plus de 2 zones promotionnelles détenues par un opérateur public.

9 Régime de l exploitation minière Le permis d exploitation dérive toujours d'un permis de recherche et est attribué par décret, pour une période de 30 ans (Article 40); Il peut être renouvelé plusieurs fois et chaque fois pour une période de 10 ans. Le titulaire doit, dans les 24 mois à compter de l octroi du permis d exploitation, entreprendre des travaux d exploitation minière.

10 La petite exploitation minière Confère à son titulaire jusqu à une profondeur de 150 m, le droit exclusif de prospection, de recherche, d exploitation et de disposition des produits extraits pour les substances demandées (Article 50) Attribué par arrêté du Ministre, pour une durée de 3 ans et sur une superficie n'excédant pas 2km². Son renouvellement pour une durée similaire est de droit s il y a eu exploitation pendant la précédente période avec une production minimale (Article 53) Aucune personne physique ou morale ne peut détenir simultanément plus de 4 permis de petite exploitation minière (Article 54) Le titulaire est tenu d entamer, dans un délai de 12 mois, le passage à l exploitation, faute de quoi, il sera déchu de ses droits (Article 56)

11 Droits, Taxes, Redevances et impôts divers Les biens importés sont classés en 5 catégories (Article 103), généralement admises en ATE, en exonération ou avec des droits de douanes symboliques (voitures 5%) en fonction de la phase d'activité: Catégorie 1 : Les équipements, matériels, machines, appareils, véhicules utilitaires, engins, groupes électrogènes importés ces biens soient destinés à être réexportés à la fin de l expiration du titre à l égard duquel ils ont été importés; Catégorie 2 : Les équipements, matériels, gros outillages, engins et véhicules, à l exception des véhicules de tourisme, qui figurent sur la liste des immobilisations de cette société; Catégorie 3 : Les matières premières et consommables nécessaires à l extraction et à la valorisation du minerai; Catégorie 4 : Les carburants, lubrifiants, et autres produits pétroliers n entrant pas dans la transformation du minerai en produits finis ou semi-finis; Catégorie 5 : Les matières premières et consommables nécessaires à la transformation sur place du minerai en produits finis et semi-finis ainsi que les produits pétroliers servant à produire de l énergie à cet effet.

12 Droits, Taxes, Redevances et impôts divers 1. Un congé fiscal de 3 ans à l'issue duquel le titulaire (exploitant) acquitte le Bic à hauteur de 25%. 2. Le taux de la redevance d exploitation est fixé comme suit (Article 108) : - Groupe 1 : 2% - Groupe 2 : 4% - Groupe 3 : 1,50% - Groupe 4 : 3,50% - Groupe 5 : 2,50% - Groupe 6 : 5% - Groupe 7 : 6%

13 Différends ou litiges et arbitrage En cas de survenance d'un différend ou litige, la solution est recherchée à l'amiable. A défaut, ce dernier sera réglé par les juridictions mauritaniennes compétentes conformément aux lois et règlements de la République Islamique de Mauritanie ou par un tribunal arbitral international découlant : 1 Soit des accords et traités relatifs à la protection des investissements conclus entre la République Islamique de Mauritanie et l État dont la personne physique ou morale concernée est ressortissante; 2 Soit d une procédure de conciliation et d arbitrage dont les parties sont convenues; 3 Soit de la Convention du 18 mars 1965 pour le règlement des différends relatifs aux investissements entre États et ressortissants d autres États, établie sous l égide de la Banque Internationale pour la Reconstruction et le Développement et ratifiée par la République Islamique de Mauritanie en vertu de la Loi n du 30 juillet 1965; 4 Soit, si la personne concernée ne remplit pas les conditions de nationalité stipulées à l article 25 de la convention susvisée, conformément aux dispositions des règlements du mécanisme supplémentaire approuvé par le Conseil d Administration du Centre International pour le Règlement des Différends relatifs aux Investissements (CIRDI).

14 I-B Principales nouveautés de la loi de 2009

15 La nouvelle loi 2009 apporte des modifications à la loi 2008 sur deux questions fondamentales : 1. Le principe de la superposition de titres miniers tel qu institué par la loi minière de 1999 est restauré tant que ladite superposition concerne différents groupes de substances minérales tels que définis à l'article 108; 2. La participation de l État dans le capital de la société d exploitation qui viendrait à être créée sur le territoire national

16 Le cadre réglementaire du Code minier actualisé Les décrets d'application de la loi minière 2008 telle que modifiée en 2009 ont tous été adoptés ( décrets n et respectivement du 04 Novembre 2008 et 04 février 2009) et comportent notamment: 1. les titres miniers et de carrière: avec une description détaillée des procédures d'octroi, renouvellement, mutation, extinction et gestion desdits titres miniers ; 2. les taxes et redevances minières: droits de réception et taxes rémunératoires et redevances superficiaires revues à la hausse pour fermer la porte aux spéculateurs; 3. la police des mines avec les actions de contrôle sur le terrains des engagements et travaux souscrits par les opérateurs et s'assurer de leur conduite conformément à la réglementation en vigueur; 4. le suivi des recettes minières de l'état par un comité interministériel appuyé par un comité technique.

17 Pourquoi introduire la participation de l'état? 1. Pratique largement répandue dans toute la sous région et mérite d être en conséquence instaurée dans notre pays; 2. Permet la présence de l Administration dans la gestion des sociétés d exploitation minière pour une meilleure transparence suivi des activités ; 3. Permet aussi l augmentation des recettes minières de l État. Quelle est la nature de cette forme de participation? 1. Il s agira d un portage d une participation de l État au capital de la société d exploitation de 10% au minimum, libre de toutes charges; 2. L État se réserve aussi le droit d une participation supplémentaire en numéraire jusqu à hauteur de 10% dans un délai de 6 mois de l octroi du permis d exploitation. 3. Les modalités pratiques de cette participation seront détaillées dans la loi portant Convention minière type actuellement en cours de finalisation pour compléter le code minier.

18 Récapitulatif Loi 1999 Loi 2008 Loi 2009 Autorisations de Reconnaissance oui non non Superpositions autorisées entre titres Superficie des permis de recherche (nombre de permis) Obligation pour le titulaire d un permis d exploration de débuter les travaux de recherche dans un délai fixé. Régime des carrières industrielles Évaluation des capacités techniques et financières (VTE) comme critères d octroi Effort financier minimum oui non oui groupe 1 à 6 : 1500 km² (20) groupe7 : km² (10) Non Indépendant du régime cadastral de la propriété minière Tous les groupes : 2000 km² (20) Oui dans les 90 jours qui suivent la date de l octroi Soumis au régime général et cadastral de la propriété minière groupe 1 à 6 : 1000 km² (20) groupe7 : 5000 km² (10) Oui dans les 90 jours qui suivent la date de l octroi Soumis au régime général et cadastral de la propriété minière oui Non sauf renouvellement Non sauf renouvellement Appréciation discrétionnaire UM/km² : 1 ère période UM/km² :2 ème période UM/km² :3 ème période UM/km² : 1 ère période UM/km² :2 ème période UM/km² :3 ème période

19 Récapitulatif (suite) Redevances superficiaires annuelles Loi 1999 Loi 2008 Loi 2009 Loi 2012 Non progressives 250 MRO/km² pour années 1,2 et MRO/km² pour années 4,5 et MRO/km² pour années 7,8 et 9 progressives 1 ère année UM/km² ; 2 ème année UM/km² ; 3 ème année UM/km² ; 4 ème année UM/km² ; 5 ème année UM/km² ; 6 ème année UM/km² ; 7 ème année UM/km² ; 8 ème année UM/km² ; 9 ème année UM/km². progressives 1 ère année UM/km² ; 2 ème année UM/km² ; 3 ème année UM/km² ; 4 ème année UM/km² ; 5 ème année UM/km² ; 6 ème année UM/km² ; 7 ème année UM/km² ; 8 ème année UM/km² ; 9 ème année UM/km². progressives 1 ère année UM/km² ; 2 ème année UM/km² ; 3 ème année UM/km² ; 4 ème année UM/km² ; 5 ème année UM/km² ; 6 ème année UM/km² ; 7 ème année UM/km² ; 8 ème année UM/km² ; 9 ème année UM/km². taux de la redevance d exploitation (Royalties) - Groupe 1 : 1,5 à 2,5% - Groupe 2 : 1,5 à 3% - Groupe 3 : 3% - Groupe 4 : 1,5 à 2,5% - Groupe 5 : 1 à 1,50% - Groupe 6 : 3 à 7% - Groupe 7 : 3 à 7% - Groupe 1 : 2% - Groupe 2 : 4% - Groupe 3 : 1,50% - Groupe 4 : 3,50% - Groupe 5 : 2,50% - Groupe 6 : 5% - Groupe 7 : 6% - Groupe 1 : 2% - Groupe 2 : 4% - Groupe 3 : 1,50% - Groupe 4 : 3,50% - Groupe 5 : 2,50% - Groupe 6 : 5% - Groupe 7 : 6% - Groupe 1 : 2 à 4% - Groupe 2 : 3 à 6,5% - Groupe 3 : 1,50% - Groupe 4 : 3,50% - Groupe 5 : 2,50% - Groupe 6 : 5% - Groupe 7 : 1,4 à 6% Participation de l Etat dans le capital des sociétés d exploitations créées sur le territoire national Non Non Oui De 10 à 20% du capital Oui De 10 à 20% du capital

20 I-C Nouveautés de la loi et de la Convention minières de Loi n abrogeant et remplaçant certaines dispositions de la loi du 27/04/2008, modifiée par la loi du 07/04/2009, portant Code minier ; - Loi n réglementant les conventions miniéres et approuvant la Convention Miniére Type

21 La révision fiscale Application de taux dynamiques pour le calcul des royalties pour le fer, l or, les EGP, les terres rares et le cuivre, indexé sur les prix de matières premières, avec toutefois la fixation d un seuil plafond (Article 108 nouveau) ; Création d une taxe de plus value sur la cession des permis d exploitation ( Article 43 nouveau).

22 La rationalisation et régulation des attributions Réduction par période de renouvellement des superficies maximales autorisées pour les permis de recherche en vue de satisfaire une demande de plus en plus croissante et pour un souci de rendre le service du cadastre minier plus dynamique ( Article 22 nouveau) ; Création de zones spéciales, permettant à l Etat d identifier des zones à intérêt avéré dont l octroi se fera sur la base d appel d offres international (Article 35 et 36 nouveaux);

23 La gestion ouverte Versement à l Etat par les sociétés d exploitation d une contribution à la formation minière d un montant équivalent à 1% de leur résultat net, Amélioration de la gestion des carrières par notamment la création de zones de carrières artisanales gérées par les communes (Article 87 nouveau). Renforcement de la protection environnementale, à travers l institution de zones réservées, soustraites aux opérations minières (Article 37 nouveau).

24 , { II-LE CADRE LEGISLATIF ET CONTRACTUEL REGISSANT L EXPLORATION ET LA PRODUCTION DES HYDROCARBURES EN MAURITANIE

25 REFERENCE: LOI N DU 20 JUIN 2010, TELLE QUE MODIFIEE PAR LA LOI DU 25/10/2011PORTANT CODE DES HYDROCARBURES BRUTS ET LA LOI N DU 25/10/ 2011 PORTANT ABROGATION DE LA LOI N DU 08/03/2011 PORTANT APPROBATION DU CONTRAT TYPE D EXPLORATION- PRODUCTION, DECRET N DU 15/11/2011 PORTANT APPROBATION DU CONTRAT TYPE D EXPLORATION PRODUCTION

26 II-A. LES TITRES DES HYDROCARBURES : EXPLORATION PRODUCTION EXPLORATION : Peut être conduite dans le cadre de l un ou de plusieurs de ces titres. II-A.1. AUTORISATION DE RECONNAISSANCE : Octroyée au maximum pour une année ; Renouvelable une seule fois pour la même durée ( art 13); Non exclusive (art 13 alinéa 2) ; Non cessible (art 13 alinéa 3) ; Des travaux de reconnaissance sont à réaliser.

27 II-A.2. Autorisation de Recherche Accordée pour une période initiale ne pouvant dépasser 10 ans et comprenant 3 phases (art 20 nouveau, alinéa 1), sauf extensions exceptionnelles prévues par les articles 21 et 22 du code. - Possibilité d extension de la période de validité (un maximum de 1 an) (Article 21) négociable - Possibilité d une rétention de surface : 3 ans pour le pétrole et 5 pour le gaz sec ( Article 22) négociable Exclusive ( art 16 ); Engagement de travaux d Exploration : Acquisition sismique, traitement et interprétation d un certain nombre de profils sismiques ; Forage d un certain nombre de puits d exploration (1 ou plusieurs puits d exploration), négociable Période de renouvellement : - Un ou plusieurs puits d exploration; - Un coût estimatif des engagements de travaux durant chaque période de validité de l autorisation.

28 PRODUCTION : En cas de découverte commerciale, une Autorisation d exploitation est accordée : Pour une durée ne pouvant dépasser 25 ans pour les Hydrocarbures bruts et de 30 ans pour le Gaz sec ( Article 20 nouveau). Possibilité d une prorogation de dix ans maximum, sous réserve de sa prévision préalable dans le CEP; Sur la base d un plan de développement approuvé par l Etat; Et soumise à une fiscalité :Bonus, Redevance, Impôts sur les Bénéfices fixés par le Contrat;

29 II-B DOCUMENTS CONTRACTUELS RELATIFS AUX ACTIVITES D EXPLORATION / PRODUCTION. Le contrat d exploration-production est, en principe, conclu suite à un appel à la concurrence ( art. 18 nouveau ). Le Ministre peut, sur rapport motivé, et après autorisation du Conseil des Ministres, déroger à la procédure d appel à la concurrence (art.18.5 nouveau). Un contrat conclu entre l Etat (le Ministère chargé des hydrocarbures), et le contractant, est approuvé par Décret pris en Conseil des Ministres. Le contrat définit les termes et conditions en vertu desquelles l autorisation de Recherche et la ou les autorisations d exploitation sont accordées

30 II-C PARTICIPATION DE L ETAT : o L Etat participe à chaque CEP à raison de 10% dans le permis de recherche (Article 44 nouveau) II-D. FISCALITE : Le Contractant est assujetti à l'impôt sur les bénéfices industriels et commerciaux au moins à 25% au titre des bénéfices nets qu il réalise en relation avec les Opérations Pétrolières ( Article 68 du code) Les redevances superficiaires Un bonus de signature dés l entrée en vigueur du CEP ; Un bonus de production lorsque la quantité d hydrocarbures produite atteint certains seuils fixés dans ce CEP La contribution administrative : Formation, suivi et promotion du secteur

31 II-E. FORMULE CONTRAT D EXPLORATION- PRODUCTION LE CONTRACTANT SE CHARGE DU FINANCEMENT DE LA TOTALITE DES COUTS D EXPLORATION, DE DEVELOPPEMENT ET D EXPLOITATION. PARTAGE DE LA PRODUCTION : PETROLE ET/OU GAZ DE RECOUVREMENT «COST OIL / COST GAS» PRELEVE PAR L OPERATEUR POUR LE RECOUVREMENT DES DEPENSES ; TAUX NEGOCIABLE ET DEFINI DANS LE CONTRAT ( Max. 60% pour le pétrole et 65% pour le Gaz Article 38 du code) PETROLE ET/OU GAZ PROFIT «PROFIT OIL / PROFIT GAS» EST PARTAGE ENTRE LE CONTRACTANT ET L ETAT EST BASE SUR UN INDICATEUR DE RENTABILITE ( RAPPORT R) - le rapport «R» désigne le rapport «Revenus Nets Cumulés» du Contractant sur «Investissements Cumulés»

32 II-F. DISPOSITIONS SPECIFIQUES AU GAZ LE GAZ BENEFICIE D UN ACCES PRIORITAIRE SUR LE MARCHE LOCAL ( Article 39 du code) LE TITULAIRE A LE DROIT D EXPORTER TOUT GAZ EXCEDANT LES BESOINS DU MARCHE LOCAL. LE TITULAIRE A DROIT D UTILISER LE GAZ ASSOCIE OU NON ASSOCIE POUR LA PRODUCTION D ELECTRICITE

33 { II-H. AUTRES DISPOSITIONS IMPORTANTES

34 Renforcement de la protection environnementale, à travers l institution de zones réservées, qui peuvent être interdites aux opérations pétrolières par voie réglementaire. Cette interdiction est prononcée par décret pris en Conseil des Ministres sur rapport conjoint du Ministre et des autres Ministres concernés.(art.8)

35 Le contractant doit dans le cadre des opérations pétrolières: (art 34) accorder la préférence aux entreprises mauritaniennes pour tous les contrats de construction, d approvisionnement ou de prestations de services à conditions équivalentes en termes de qualité, quantité, prix, conditions de livraison et de paiement ; à qualifications égales, employer en priorité du personnel mauritanien ; assurer la formation professionnelle de cadres et techniciens mauritaniens suivant les modalités prévues au contrat d exploration-production.

36 Le brûlage à la torche du gaz naturel est prohibé, sauf pour des impératifs liés à la sécurité des installations et des personnes, ainsi qu en phase de démarrage de la production.(art.40) Le contrat d exploration-production établit les termes et conditions selon lesquelles le contractant doit verser chaque année, sur la base du budget de réhabilitation ainsi approuvé, une provision dans un compte séquestre. Ce montant, destiné au financement, du plan de réhabilitation, est récupérable en tant que coût pétrolier ( art 43.2)

37 Au terme d un contrat d exploration production la propriété de tous les ouvrages permettant la poursuite des activités et de tout matériel ou équipement dont le coût aura été intégralement recouvré par le contractant est transférée à l Etat à titre gratuit (Art. 52).

38 { MERCI DE VOTRE AIMABLE ATTENTION

www.droit-afrique.com concessionnaire, le permissionnaire ou l amodiataire déclare avoir produites au cours du mois précédent.

www.droit-afrique.com concessionnaire, le permissionnaire ou l amodiataire déclare avoir produites au cours du mois précédent. concessionnaire, le permissionnaire ou l amodiataire déclare avoir produites au cours du mois précédent. Pour permettre l établissement des états de liquidation, une déclaration signée, affirmée sincère

Plus en détail

REPUBLIQUE D'HAITI CONVENTION MINIERE TYPE. EN VERTU DU PERMIS D EXPLOITATION N o

REPUBLIQUE D'HAITI CONVENTION MINIERE TYPE. EN VERTU DU PERMIS D EXPLOITATION N o REPUBLIQUE D'HAITI CONVENTION MINIERE TYPE RELATIVE A L EXPLOITATION DU GISEMENT SITUÉ DANS LA COMMUNE DE DANS LE DEPARTEMENT DE EN VERTU DU PERMIS D EXPLOITATION N o OCTROYÉ LE Le, ENTRE L ETAT HAITIEN,

Plus en détail

Loi n 008-92 du 10 avril 1992 portant code des investissements

Loi n 008-92 du 10 avril 1992 portant code des investissements Loi n 008-92 du 10 avril 1992 portant code des investissements Le Conseil Supérieur de la République a délibéré et adopté : Le Président de la République, Chef de l Etat Promulgue la loi dont la teneur

Plus en détail

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 47

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 47 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 47 Ordonnance n 01-03 du Aouel Joumada Ethania1422 correspondant au 20 août 2001 relative au développement de l'investissement. Le Président de la République,

Plus en détail

Permis d exploitation et de la concession minière

Permis d exploitation et de la concession minière Permis d exploitation et de la concession minière CODE: CS/10 DERNIERE ACTUALISATION: Novembre 2012 DESCRIPTION: L exploitation minière se définit comme l ensemble des travaux géologiques et miniers par

Plus en détail

Guinée. Code des investissements

Guinée. Code des investissements Code des investissements Ordonnance n 001/PRG/87 du 3 janvier 1987 [NB - Ordonnance n 001/PRG/87 du 3 janvier 1987, modifiée par la loi n L/95/029/CTRN du 30 juin 1995] Art.1.- La présente Ordonnance portant

Plus en détail

Vu le décret présidentiel n 2014-145 du 28 Joumada Ethania 1435 correspondant au 28 avril 2014 portant nomination du Premier ministre;

Vu le décret présidentiel n 2014-145 du 28 Joumada Ethania 1435 correspondant au 28 avril 2014 portant nomination du Premier ministre; Décret exécutif n 2015-87 du 20 Joumada El Oula 1436 correspondant au 11 mars 2015 définissant le montant et les modalités d'octroi de subvention pour sujétion imposée par l'etat pour l'importation et

Plus en détail

IR Crédit d'impôt sur les intérêts d'emprunt afférent à l'habitation principale Prêts ouvrant droit au crédit d'impôt

IR Crédit d'impôt sur les intérêts d'emprunt afférent à l'habitation principale Prêts ouvrant droit au crédit d'impôt Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-IR-RICI-350-10-30-20140113 DGFIP IR Crédit d'impôt sur les intérêts d'emprunt

Plus en détail

REPUBLIQUE DU SENEGAL CODE MINIER

REPUBLIQUE DU SENEGAL CODE MINIER REPUBLIQUE DU SENEGAL CODE MINIER LOI N 88-06 DU 26 AOÛT 1988 DECRET N 89-907 DU 5 AOÛT 1989 2 EXPOSE DES MOTIFS La législation minière du Sénégal était, jusqu à présent, constituée par deux décrets n

Plus en détail

MESURES INCITATIVES À L INVESTISSEMENT 1

MESURES INCITATIVES À L INVESTISSEMENT 1 1/9 1. Fonds de promotion de l investissement «FPI» 2 Investissement égal ou supérieur à 200 Millions Dh Création d au moins 250 emplois stables Installation dans une des provinces ou préfectures «prioritaires»

Plus en détail

CODE DES INVESTISSEMENTS

CODE DES INVESTISSEMENTS République du Congo MINISTERE DES FINANCES, DU PLAN ET DE L ECONOMIE CODE DES INVESTISSEMENTS ( Loi N 008-92 du 10 Avril 1992 ) INTRODUCTION La loi 26/82 du 7 juillet 1982 portant Code des Investissements

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL Ordonnance n o 2015-380 du 2 avril 2015 relative au portage salarial

Plus en détail

REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE

REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE 1 REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE Union-Discipline-Travail ------------ LOI N 95-553 DU 17 JUILLET 1995 PORTANT CODE MINIER Septembre 1996 2 TITRE I - DES GENERALITES CHAPITRE I - DEFINITIONS ARTICLE PREMIER

Plus en détail

Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015

Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015 CIRCULAIRE N 2015-10 DU 11 JUIN 2015 Direction des Affaires Juridiques INSX011-ACE Titre Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015 Objet Suppression de l attestation spécifique

Plus en détail

IMPÔT SUR LES SOCIÉTÉS ET IMPÔT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES

IMPÔT SUR LES SOCIÉTÉS ET IMPÔT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES 13. Système fiscal Le système fiscal tchèque, décrit ci-après en conformité avec la législation tchèque en vigueur, peut être modifié par un traité destiné à éviter la double imposition. Le système fiscal

Plus en détail

La mission de «tiers de confiance» a été instaurée par l article 68 de la loi 2010-1658 du 29 décembre 2010 de finances rectificative pour 2010.

La mission de «tiers de confiance» a été instaurée par l article 68 de la loi 2010-1658 du 29 décembre 2010 de finances rectificative pour 2010. DROIT FISCAL 64/2012 LES NOUVELLES MISSIONS DES NOTAIRES Les notaires (comme les avocats et les experts comptables) peuvent être habilités par l administration à devenir «tiers de confiance» pour le compte

Plus en détail

ORDONNANCE. relative au portage salarial. NOR : ETST1503259R/Bleue-1 ------ RAPPORT AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

ORDONNANCE. relative au portage salarial. NOR : ETST1503259R/Bleue-1 ------ RAPPORT AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social TEXTE SOUMIS A LA DELIBERATION DU CONSEIL DES MINISTRES ORDONNANCE relative au portage salarial

Plus en détail

Résumé du projet de loi n 43 visant à modifier la Loi sur les mines

Résumé du projet de loi n 43 visant à modifier la Loi sur les mines Actualité juridique Résumé du projet de loi n 43 visant à modifier la Loi sur les mines Juin 2013 Mines et ressources naturelles Le 29 mai dernier, madame Martine Ouellet, ministre québécoise des Ressources

Plus en détail

AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS. ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 )

AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS. ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) Le présent texte pris dans le cadre de l'article 19 du décret n 77-608

Plus en détail

COMMITTED TO BETTERENERGY. TransparenceFinancière2015 L exempledetotalaugabon (Données2014)

COMMITTED TO BETTERENERGY. TransparenceFinancière2015 L exempledetotalaugabon (Données2014) COMMITTED TO BETTERENERGY TransparenceFinancière2015 L exempledetotalaugabon (Données2014) Le cadre contractuel de l activité de Total au Gabon Total est présent en exploration production au Gabon à travers

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE 11 octobre 2013 AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE 11 octobre 2013 AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE 11 octobre 2013 PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014 - (N 1395) Commission Gouvernement Non soutenu AMENDEMENT présenté par M. Lamour ---------- ARTICLE ADDITIONNEL APRÈS L'ARTICLE 34,

Plus en détail

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 56

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 56 14 l établissement de la convention de gestion entre le Trésor et la Banque algérienne de développement ; la gestion et le contrôle des relations de la Banque algérienne de développement avec la Banque

Plus en détail

Le droit et les hydrocarbures «non conventionnels»

Le droit et les hydrocarbures «non conventionnels» Le droit et les hydrocarbures «non conventionnels» Colloque LIED mardi 2 avril 2013 «Une énergie non conventionnelle : les hydrocarbures de roches mères approche interdisciplinaire». Gaz de schiste et

Plus en détail

La Retenue à la source obligatoire en Tunisie : Article 52 du Code de l IS et de l IRPP (à jour jusqu à la Loi de finances 2008)

La Retenue à la source obligatoire en Tunisie : Article 52 du Code de l IS et de l IRPP (à jour jusqu à la Loi de finances 2008) La Retenue à la source obligatoire en Tunisie : Article 52 du Code de l IS et de l IRPP (à jour jusqu à la Loi de finances 2008) Objet Article Dispositions Taux Principe 52-I Règle générale Hôtels Bureaux

Plus en détail

CONTRAT DE LICENCE DE REUTILISATION DES INFORMATIONS PUBLIQUES MONTPELLIER AGGLOMERATION EN ACCES LIBRE

CONTRAT DE LICENCE DE REUTILISATION DES INFORMATIONS PUBLIQUES MONTPELLIER AGGLOMERATION EN ACCES LIBRE CONTRAT DE LICENCE DE REUTILISATION DES INFORMATIONS PUBLIQUES MONTPELLIER AGGLOMERATION EN ACCES LIBRE Pour favoriser la création de nouveaux produits et services et contribuer au développement économique,

Plus en détail

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Texte adopté par la Commission du droit international à sa soixante-troisième session, en 2011, et soumis à l Assemblée générale dans le cadre de

Plus en détail

Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20)

Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20) Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20) I. Définition des entreprises totalement exportatrices (art 10) : L article 10 du code d incitation aux investissements a défini les entreprises

Plus en détail

AVANT PROJET DE LOI PORTANT CODE MINIER

AVANT PROJET DE LOI PORTANT CODE MINIER REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un But - Une Foi AVANT PROJET DE LOI PORTANT CODE MINIER VERSION DU 20 JANVIER 2015 1/48 SOMMAIRE EXPOSE DES MOTIFS... 3 TITRE PREMIER : DISPOSITIONS GENERALES... 5 CHAPITRE

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES

CONDITIONS GÉNÉRALES ASSURANCE PROSPECTION GARANTIE DU REMBOURSEMENT DES CRÉDITS DE FINANCEMENT ASSURANCE PROSPECTION CONDITIONS GÉNÉRALES RÉFÉRENCE : FAP - 01 SOMMAIRE Préambule 5 Article 1 Objet de la garantie 6 Article

Plus en détail

SCPI Renovalys 3. Editorial. SCPI Malraux à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 11 Mars 2014

SCPI Renovalys 3. Editorial. SCPI Malraux à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 11 Mars 2014 SCPI Malraux à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 11 Mars 2014 Editorial Les dernières données statistiques sur le marché locatif révèlent finalement que les loyers ont globalement augmenté

Plus en détail

LICENCE SNCF OPEN DATA

LICENCE SNCF OPEN DATA LICENCE SNCF OPEN DATA Préambule Dans l intérêt de ses utilisateurs, SNCF a décidé de s engager dans une démarche «OPEN DATA», de partage de certaines informations liées à son activité, par la mise à disposition

Plus en détail

GUIDE DES AVANTAGES FISCAUX

GUIDE DES AVANTAGES FISCAUX Mai 2008 REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE DIRECTION GENERALE DES DOUANES DIRECTION DE LA VALEUR ET DE LA FISCALITE SOUS DIRECTION DE LA FISCALITE ET DU TARIF GUIDE DES AVANTAGES FISCAUX

Plus en détail

LE PROJET URBAIN PARTENARIAL (PUP) :

LE PROJET URBAIN PARTENARIAL (PUP) : Paris, le 30 mars 2015 LE PROJET URBAIN PARTENARIAL (PUP) : UN OUTIL DE FINANCEMENT DES EQUIPEMENTS PUBLICS Le projet urbain partenarial -PUP-, outil de financement des équipements publics, créé en 2009,

Plus en détail

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise 1 Une réduction d impôt sur le revenu est applicable en cas de souscription, avant le 31 décembre 2012, au capital d une petite et moyenne

Plus en détail

Réutilisation d informations publiques provenant des Archives départementales de Saône-et-Loire

Réutilisation d informations publiques provenant des Archives départementales de Saône-et-Loire Réutilisation d informations publiques provenant des Archives départementales de Saône-et-Loire Contrat de licence de type ODbL (Open Database Licence) n.. Entre : Le Département de Saône-et-Loire, représenté

Plus en détail

Déclaration Mensuelle des Impôts

Déclaration Mensuelle des Impôts REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES IMPOTS Déclaration Mensuelle des Impôts Code acte (1) Mois Année N de registre de commerce Identifiant fiscal Identifiant T. V. A. Code

Plus en détail

Section 4 : Des exclusions de la participation aux marchés publics 52 31

Section 4 : Des exclusions de la participation aux marchés publics 52 31 REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE PRESSIIDENCE DE LA REPUBLIIQUE SSeeccrrééttaarri iaatt Géénnéérraal l dduu Goouuvveerrnneemeenntt 2O13 SOMMAIRE INTITULE Articles Page TITRE I : DISPOSITIONS

Plus en détail

COMPTES ETRANGERS EN DINARS ET COMPTES ETRANGERS EN DEVISES CONVERTIBLES. sont subordonnés à l'autorisation de la Banque Centrale de Tunisie (1).

COMPTES ETRANGERS EN DINARS ET COMPTES ETRANGERS EN DEVISES CONVERTIBLES. sont subordonnés à l'autorisation de la Banque Centrale de Tunisie (1). AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) * * * * * Le présent texte pris dans le cadre de l'article 19 du décret

Plus en détail

Décret n XXX du XX relatif aux effacements de consommation d électricité

Décret n XXX du XX relatif aux effacements de consommation d électricité Décret n XXX du XX relatif aux effacements de consommation d électricité Le premier ministre, Sur le rapport du ministre de l écologie, du développement durable et de l énergie, Vu le code de l énergie,

Plus en détail

Turquie. Date d adoption de la Loi : 9 novembre 2007 CHAPITRE 1. Objectif, Champ d application, Définitions et Abréviations

Turquie. Date d adoption de la Loi : 9 novembre 2007 CHAPITRE 1. Objectif, Champ d application, Définitions et Abréviations Turquie Traduction non officielle 1 de la Loi n o 5710 2 relative à la construction et à l exploitation de centrales nucléaires et à la vente de l énergie produite par ces centrales Date d adoption de

Plus en détail

Présenté par F. Breitzer MOUNZEO. Jeudi 30 mai 2013, 15h45 16h15 (30 mn)

Présenté par F. Breitzer MOUNZEO. Jeudi 30 mai 2013, 15h45 16h15 (30 mn) Présenté par F. Breitzer MOUNZEO Jeudi 30 mai 2013, 15h45 16h15 (30 mn) 1 Sommaire Introduction au système fiscal congolais Première partie: Dispositif juridique Chapitre I : Structure du système fiscal

Plus en détail

ALGERIE Loi de finances complémentaire pour 2009 Mesures fiscales

ALGERIE Loi de finances complémentaire pour 2009 Mesures fiscales Août 2009 ALGERIE Loi de finances complémentaire pour 2009 Mesures fiscales Comme tous les ans le gouvernement algérien a adopté fin juillet une loi de finances complémentaires (LFC) pour 2009 (Ordonnance

Plus en détail

TERMINOLOGIE. 6 décembre 2006. RÈGLEMENT de la Banque de la République Burundi.- Réglementation des changes (BRB, 6 décembre 2006).

TERMINOLOGIE. 6 décembre 2006. RÈGLEMENT de la Banque de la République Burundi.- Réglementation des changes (BRB, 6 décembre 2006). Article 8 Affichage des cours. Les cours acheteurs et vendeurs sont portés à la connaissance du public à travers un tableau d affichage placé à l entrée du bureau ou à tout autre endroit visible par le

Plus en détail

RESUME ENTREPRISE FRANCHE D EXPORTATION ET DISPOSITIFS INCITATIFS DU CGI

RESUME ENTREPRISE FRANCHE D EXPORTATION ET DISPOSITIFS INCITATIFS DU CGI RESUME ENTREPRISE FRANCHE D EXPORTATION ET DISPOSITIFS INCITATIFS DU CGI Révision : 26/02/13 Impression : 23/04/13 RESUME ENTREPRISE FRANCHE D EXPORTATON ET DISPOSITIFS INCITATIFS DU CGI Révision : 26/02/13

Plus en détail

DECRYPTAGE DE L ACTUALITE FISCALE RECENTE

DECRYPTAGE DE L ACTUALITE FISCALE RECENTE Missions comptables Audit légal Audit Contractuel Missions juridiques et fiscales Missions sociales Expertise et conseil de gestion Conseil en organisation Certification ISO Informatique Formation DECRYPTAGE

Plus en détail

PROJET DE LOI ------ Article 1 er. I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié :

PROJET DE LOI ------ Article 1 er. I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité NOR : MTSX0805954L/Bleue-1 PROJET DE LOI portant modernisation du marché du travail ------ Article 1

Plus en détail

LOIS. LOI n o 2014-617 du 13 juin 2014 relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d'assurance vie en déshérence (1) NOR : FCPX1402615L

LOIS. LOI n o 2014-617 du 13 juin 2014 relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d'assurance vie en déshérence (1) NOR : FCPX1402615L LOIS LOI n o 2014-617 du 13 juin 2014 relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d'assurance vie en déshérence (1) NOR : FCPX1402615L L Assemblée nationale et le Sénat ont adopté, Le Président

Plus en détail

CONVENTION CONCERNANT L ASSISTANCE ADMINISTRATIVE MUTUELLE EN MATIÈRE FISCALE

CONVENTION CONCERNANT L ASSISTANCE ADMINISTRATIVE MUTUELLE EN MATIÈRE FISCALE CONVENTION CONCERNANT L ASSISTANCE ADMINISTRATIVE MUTUELLE EN MATIÈRE FISCALE Texte amendé conformément aux dispositions du Protocole d amendement à la Convention concernant l assistance administrative

Plus en détail

FCPI IDINVEST PATRIMOINE N 3 RÉDUCTION ISF 2013 NOTE FISCALE

FCPI IDINVEST PATRIMOINE N 3 RÉDUCTION ISF 2013 NOTE FISCALE FCPI IDINVEST PATRIMOINE N 3 RÉDUCTION ISF 2013 NOTE FISCALE La présente note fiscale (la Note Fiscale ) doit être considérée comme un résumé des aspects fiscaux du Fonds Commun de Placement dans l Innovation

Plus en détail

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE BAREME TRAITEMENTS ET SALAIRES PEA Fin du gel du barème : Revalorisation de 0,8% de l ensemble des tranches applicables aux revenus de 2013. Plafonnement du

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À L INTÉGRATION DES TI DANS LES PME DES SECTEURS MANUFACTURIER ET PRIMAIRE INVESTISSEMENT QUÉBEC

CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À L INTÉGRATION DES TI DANS LES PME DES SECTEURS MANUFACTURIER ET PRIMAIRE INVESTISSEMENT QUÉBEC CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À L INTÉGRATION DES TI DANS LES PME DES SECTEURS MANUFACTURIER ET PRIMAIRE INVESTISSEMENT QUÉBEC Direction des mesures fiscales Table des matières Société admissible... 3 Société

Plus en détail

HOTEL IBIS VENDREDI 24 JANVIER 2014 AUDITEC- FOIRIER CONSULTING SA. Membre BKR INTERNATIONAL

HOTEL IBIS VENDREDI 24 JANVIER 2014 AUDITEC- FOIRIER CONSULTING SA. Membre BKR INTERNATIONAL HOTEL IBIS VENDREDI 24 JANVIER 2014 AUDITEC- FOIRIER CONSULTING SA Membre BKR INTERNATIONAL Introduction Contexte Objectifs Présentation de la loi N 2013/017 du 16 décembre 2013 portant loi de finances

Plus en détail

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Textes de référence : Article L242-1 et L 871-1 du code de la Sécurité sociale. Article D242-1, R 871-1 et R 871-2 du code de la Sécurité sociale. Loi

Plus en détail

Portage salarial : caractéristiques et formalités obligatoires du CDD

Portage salarial : caractéristiques et formalités obligatoires du CDD Portage salarial : caractéristiques et formalités obligatoires du CDD Article juridique publié le 20/04/2015, vu 986 fois, Auteur : MAITRE ANTHONY BEM Selon l Ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015, le

Plus en détail

Cahier des Clauses Particulières

Cahier des Clauses Particulières MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES Centre Hospitalier du Bois Petit Direction des services économiques, logistique, technique et informatique Services économiques 8 avenue de la Libération

Plus en détail

Le Régime Fiscal des Véhicules

Le Régime Fiscal des Véhicules République Algérienne Populaire et Démocratique Ministère des Finances Direction Générale des Douanes Le Régime Fiscal des Véhicules Séminaire sur l efficacité énergétique dans le transport «promotion

Plus en détail

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 Actualisation du flash sur les dispositions présentées à la presse le 12/04/2011 Le PLFR 2011 sera examiné par

Plus en détail

Clause assurance des conventions de Maîtrise d œuvre > 15 M HT

Clause assurance des conventions de Maîtrise d œuvre > 15 M HT Clause assurance des conventions de Maîtrise d œuvre > 15 M HT Article 00 Assurances. Dans la mesure où les garanties préconisées ou souscrites par le Maître de l ouvrage, sont accordées selon des clauses

Plus en détail

Algérie. Règles applicables aux transactions courantes avec l étranger et aux comptes devises

Algérie. Règles applicables aux transactions courantes avec l étranger et aux comptes devises Règles applicables aux transactions courantes avec l étranger et aux comptes devises Règlement de la Banque d n 07-01 Art.1.- Le présent règlement a pour objet de définir le principe de la convertibilité

Plus en détail

Norme comptable internationale 38 Immobilisations incorporelles

Norme comptable internationale 38 Immobilisations incorporelles Norme comptable internationale 38 Immobilisations incorporelles Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des immobilisations incorporelles qui ne sont pas spécifiquement

Plus en détail

Texte n DGI 2009/36 NOTE COMMUNE N 17/2009

Texte n DGI 2009/36 NOTE COMMUNE N 17/2009 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2009/05/20 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2009/36 NOTE COMMUNE N 17/2009 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

LOI N 2006-01 portant Code des Postes

LOI N 2006-01 portant Code des Postes REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi LOI N 2006-01 portant Code des Postes EXPOSE DES MOTIFS Le secteur postal connaît actuellement des mutations liées notamment aux avancées technologiques,

Plus en détail

Licence ODbL (Open Database Licence) - IdéesLibres.org

Licence ODbL (Open Database Licence) - IdéesLibres.org Licence ODbL (Open Database Licence) - IdéesLibres.org Stipulations liminaires La licence ODbL (Open Database License) est un contrat de licence ayant pour objet d autoriser les utilisateurs à partager,

Plus en détail

Aperçu des principales modifications à la formule de déclaration ainsi qu'aux annexes fiscales pour l'exercice d'imposition 2015

Aperçu des principales modifications à la formule de déclaration ainsi qu'aux annexes fiscales pour l'exercice d'imposition 2015 Aperçu des principales modifications à la formule de déclaration ainsi qu'aux annexes fiscales pour l'exercice d'imposition 2015 Le modèle de la formule de déclaration pour l exercice d imposition 2015

Plus en détail

n 13-09 relative aux énergies renouvelables Royaume du Maroc Ministère de l'energie, des Mines, de l'eau et de l'environnement

n 13-09 relative aux énergies renouvelables Royaume du Maroc Ministère de l'energie, des Mines, de l'eau et de l'environnement Royaume du Maroc Ministère de l'energie, des Mines, de l'eau et de l'environnement n 13-09 relative aux énergies renouvelables énergie, eau et environnement Juin 2010 Loi n 13-09 relative aux énergies

Plus en détail

Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option

Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction repose sur la dissociation de l acquisition du foncier de celle

Plus en détail

Le Conseil supérieur de la Fonction publique d Etat a émis un avis positif sur un nouveau décret modifiant le Compte épargne temps.

Le Conseil supérieur de la Fonction publique d Etat a émis un avis positif sur un nouveau décret modifiant le Compte épargne temps. Fonctions publiques et Assimilées Paris, le 16 avril 2009 Compte Epargne Temps : Une escroquerie à temps plein. Le Conseil supérieur de la Fonction publique d Etat a émis un avis positif sur un nouveau

Plus en détail

Accountants & business advisers. Loi de Finances Pour la gestion. Loi N 54/2013 du 30 décembre 2013

Accountants & business advisers. Loi de Finances Pour la gestion. Loi N 54/2013 du 30 décembre 2013 Loi de Finances Pour la gestion 2014 Loi N 54/2013 du 30 décembre 2013 INTRODUCTION Les principales nouveautés introduites par la loi de finances pour la gestion 2014 prévue par la loi n 54/2013 du 30

Plus en détail

1. Décret exécutif n 09-18 du 20 Janvier 2009, modifié et complété, fixant la réglementation relative à l'exercice de la profession d'agent

1. Décret exécutif n 09-18 du 20 Janvier 2009, modifié et complété, fixant la réglementation relative à l'exercice de la profession d'agent Ministère de l Habitat et de l Urbanisme Direction Générale de l Habitat et de la Construction Direction de la Gestion Immobilière Sous Direction de la Préservation du Patrimoine Immobilier Synthèse des

Plus en détail

Annexe VI au Protocole au Traité sur l Antarctique relatif à la protection de l environnement

Annexe VI au Protocole au Traité sur l Antarctique relatif à la protection de l environnement MESURE 1 - ANNEXE Annexe VI au Protocole au Traité sur l Antarctique relatif à la protection de l environnement Responsabilité découlant de situations critiques pour l environnement Les Parties, Préambule

Plus en détail

LICENCE SNCF OPEN DATA

LICENCE SNCF OPEN DATA LICENCE SNCF OPEN DATA PREAMBULE Dans l intérêt de ses utilisateurs, la SNCF a décidé de s engager dans une démarche de partage de certaines informations liées à son activité, permettant ainsi aux personnes

Plus en détail

- Recettes du Titre I 19 020 200 000 Dinars - Recettes du Titre II 8 052 000 000 Dinars - Recettes des fonds spéciaux du Trésor 952 800 000 Dinars

- Recettes du Titre I 19 020 200 000 Dinars - Recettes du Titre II 8 052 000 000 Dinars - Recettes des fonds spéciaux du Trésor 952 800 000 Dinars Loi n 2013-54 du 30 décembre 2013, portant loi de finances pour l année 2014 (1). Au nom du peuple, L assemblée nationale constituante ayant adopté, Le Président de la République promulgue la loi dont

Plus en détail

Conditions générales d achats - Telespazio France - version du 16/12/2013 1

Conditions générales d achats - Telespazio France - version du 16/12/2013 1 Conditions générales d achats - Telespazio France - version du 16/12/2013 1 1. CHAMP D APPLICATION Les présentes Conditions Générales d Achats (ci-après désignées «CGA») sont applicables à l ensemble des

Plus en détail

Nomination et renouvellement de MCF et PR associé à temps plein

Nomination et renouvellement de MCF et PR associé à temps plein Enseignants associés Référence : décret n 85-733 du 17 juillet 1985 modifié décret n 2007-772 du 10 mai 2007 et arrêté du 10 mai 2007 Le régime de l association régi par le décret n 85-733 du 17 juillet

Plus en détail

- Septième partie : Financement 669.609.000 Dinars Au nom du peuple,

- Septième partie : Financement 669.609.000 Dinars Au nom du peuple, Loi n 2006-85 du 25 décembre 2006, portant loi de finances pour l année 2007 (1). - Septième partie : Financement public 669.609.000 Dinars Au nom du peuple, - Huitième partie : Dépenses de La chambre

Plus en détail

Le PSLA (Prêt Social Locatif Accession) est un dispositif d accession sociale à la propriété.

Le PSLA (Prêt Social Locatif Accession) est un dispositif d accession sociale à la propriété. LE PSLA Le PSLA (Prêt Social Locatif Accession) est un dispositif d accession sociale à la propriété. Le processus d accession se déroule en deux phases : Une phase locative qui dure de 6 mois à 2 ans

Plus en détail

Comment réduire son ISF grâce à l investissement dans les PME

Comment réduire son ISF grâce à l investissement dans les PME Comment réduire son ISF grâce à l investissement dans les PME Plan du guide I- LES INVESTISSEMENTS CONCERNES a) L investissement direct dans une PME b) L investissement grâce à une société holding c) L

Plus en détail

Point sur la régularisation fiscale des avoirs non déclarés situés à l étranger.

Point sur la régularisation fiscale des avoirs non déclarés situés à l étranger. Olivier HOEBANX Associé BMH Avocats Point sur la régularisation fiscale des avoirs non déclarés situés à l étranger. Introduction Depuis quelques années, de nombreux pays se sont engagés dans des démarches

Plus en détail

INVESTIR AU TCHAD. Le Tchad est un pays d agriculture et d élevage, un pays dont le peuple est laborieux, un pays dont le sous sol est promoteur.

INVESTIR AU TCHAD. Le Tchad est un pays d agriculture et d élevage, un pays dont le peuple est laborieux, un pays dont le sous sol est promoteur. INVESTIR AU TCHAD POURQUOI INVESTIR AU TCHAD Des Potentialités Economiques Enormes Un Environnement Politique et Economique Favorable Une Activité Economique Réglementée Un Cadre Indicatif Favorable. DES

Plus en détail

Note commune N 3 / 2014

Note commune N 3 / 2014 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES ETUDES ET DE LA LEGISLATION FISCALES Note commune N 3 / 2014 Objet : Commentaire des dispositions de l article 77 de la loi n 2013-54

Plus en détail

Cahier des Clauses Administratives Particulières

Cahier des Clauses Administratives Particulières MARCHES PRIVES DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES FONDATION IMAGINE 24, Boulevard de Montparnasse 75015 PARIS MARCHE DE CONDUITE, D EXPLOITATION ET DE MAINTENANCE SUR LE BATIMENT DE LA FONDATION IMAGINE

Plus en détail

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS L exécution d un chantier ou d une prestation de service sur une période relativement longue conduit quasi-inévitablement à des divergences de points de vue entre

Plus en détail

MISE À JOUR ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DE L AUTOMNE 2014 QUÉBEC

MISE À JOUR ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DE L AUTOMNE 2014 QUÉBEC MISE À JOUR ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DE L AUTOMNE 2014 QUÉBEC Le 2 décembre 2014 TABLE DES MATIÈRES Introduction Mesures de relance économique Mesures visant l atteinte et le maintien de l équilibre budgétaire

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Décret n o 2014-444 du 29 avril 2014 relatif au fonds de soutien aux collectivités territoriales et à certains

Plus en détail

Harmonisation fiscale dans les pays de la Zone Franc

Harmonisation fiscale dans les pays de la Zone Franc Commission juridique et fiscale Harmonisation fiscale dans les pays de la Zone Franc Réunion du 3 février 2010 au Cabinet CMS Bureau Francis Lefebvre CEMAC = 40,11 millions habitants UEMOA = 92,087 millions

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06. Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit.

CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06. Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit. Tunis, le 20 mai 2011 CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06 Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit. Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie,

Plus en détail

Commentaire des dispositions fiscales de la loi de finances pour l année 2014

Commentaire des dispositions fiscales de la loi de finances pour l année 2014 Bulletin Fiscal Tax Department- KPMG Tunisie Janvier 2014 Commentaire des dispositions fiscales de la loi de finances pour l année 2014 Nouvelles mesures concernant l impôt sur le revenu des personnes

Plus en détail

PRODUITS D EXPLOITATION

PRODUITS D EXPLOITATION RESULTATS FINANCIERS Les principaux résultats financiers de l exercice 2012 ont enregistré une nette augmentation par rapport à l année 2011 due essentiellement à la hausse du prix de vente moyen du brut

Plus en détail

N 110 S É N A T. 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI. relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence.

N 110 S É N A T. 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI. relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence. N 110 S É N A T SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence. (procédure accélérée) Le Sénat a modifié,

Plus en détail

- Dispositifs de défiscalisation des investissements outre-mer

- Dispositifs de défiscalisation des investissements outre-mer - Dispositifs de défiscalisation des investissements outre-mer L article 21 de la loi de finances pour 2014 réforme le régime de défiscalisation des investissements outre-mer des entreprises. Les conditions

Plus en détail

POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT D ACTIONS INCITATIVES

POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT D ACTIONS INCITATIVES POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT Champ d application de la politique Les options d achat d actions incitatives servent à récompenser les titulaires d option pour les services qu ils fourniront à l émetteur.

Plus en détail

IMPOTS DIRECTS AU SENEGAL

IMPOTS DIRECTS AU SENEGAL IMPOTS DIRECTS AU SENEGAL 1. La Contribution Globale Unique (CGU) Régime de fiscalité global représentant les impôts suivants : impôt sur le revenu assis sur les bénéfices industriels et commerciaux, impôt

Plus en détail

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 12 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 05 18 Rabie Ethani 1436 Décret exécutif n 15-54 du 17 Rabie Ethani 1436 correspondant au 7 février 2015 modifiant et complétant le décret exécutif n 06-349

Plus en détail

LA LETTRE DES ADHÉRENTS

LA LETTRE DES ADHÉRENTS LA LETTRE DES ADHÉRENTS NUMÉRO SPÉCIAL LOI DE FINANCES - 15 JANVIER 2014 N 2/2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2013 INTRODUCTION La loi de finances rectificative pour 2013, définitivement adoptée

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT ET DE L AMÉNAGEMENT DURABLES Décret n o 2007-1303 du 3 septembre 2007 fixant les règles nationales d éligibilité

Plus en détail

GUIDE FISCAL DE L INVESTISSEUR

GUIDE FISCAL DE L INVESTISSEUR République Algérienne Démocratique et Populaire MINISTERE DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES IMPOTS DIRECTION DES RELATIONS PUBLIQUES ET DE LA COMMUNICATION GUIDE FISCAL DE L INVESTISSEUR Edition 2013

Plus en détail

Délibération n 2008-35 Conseil d administration de la CGLLS 33 ème séance du 17 décembre 2008

Délibération n 2008-35 Conseil d administration de la CGLLS 33 ème séance du 17 décembre 2008 Délibération n 2008-35 Conseil d administration de la CGLLS 33 ème séance du 17 décembre 2008 relative aux modalités d octroi des garanties accordées par la CGLLS Le conseil d'administration, Vu les articles

Plus en détail

Comores. Gestion du domaine privé de l Etat

Comores. Gestion du domaine privé de l Etat Gestion du domaine privé de l Etat Arrêté du 12 août 1927 [NB - Arrêté du 12 août 1927 réglementant la gestion du domaine privé, non forestier ni minier, de l Etat] Chapitre 1 - Attributions Art.1.- Les

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier les articles 31bis et 36bis ;

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier les articles 31bis et 36bis ; 1/10 Comité sectoriel pour l'autorité Fédérale Délibération AF n 20/2013 du 27 juin 2013 Objet: demande d autorisation d accès à la base de données de la Direction pour l Immatriculation des Véhicules

Plus en détail

GUIDE FISCAL. L essentiel de la fiscalité liée à l achat et à l utilisation professionnelle d une automobile. Guide offert par FAL Fleet Services

GUIDE FISCAL. L essentiel de la fiscalité liée à l achat et à l utilisation professionnelle d une automobile. Guide offert par FAL Fleet Services GUIDE FISCAL L essentiel de la fiscalité liée à l achat et à l utilisation professionnelle d une automobile. «Document à titre indicatif. La responsabilité de FAL Fleet Services ne pourra pas être engagée

Plus en détail