De la Shoah à Douadic

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "De la Shoah à Douadic"

Transcription

1 1/7 De la Shoah à Douadic Introduction : les équivoques du vocabulaire Shoah est un terme hébreu signifiant «catastrophe». Il s'est imposé pour qualifier l'extermination des Juifs d'europe par les Nazis après la sortie, en 1985, du film fleuve de ce nom réalisé par le cinéaste Claude Lanzman. Il succède à «Holocauste», terme employé couramment dans les années 1970 (et toujours prédominant chez les anglo-saxons), mais dont le sens de sacrifice religieux avait une portée équivoque dans le contexte du judéocide (d'autant que les nazis ne se référaient à aucun dieu dans leur volonté d'anéantissement des prétendues «races inférieures»). Toutefois le mot «shoah» n'est lui-même pas exempt d'ambigüité : il crée un effet d'absolutisation qui rend incomparable le martyre juif, «peuple élu» jusque dans l'horreur absolue, et le singularise des «génocides ordinaires» dont le XXe siècle a été trop riche (Arménie, Cambodge, Rwanda). Nombre d'historiens ont donc tendance à préférer la notion de Génocide juif, qui historicise l'extermination sans la relativiser d'une part, ni lui conférer un caractère exclusif d'autre part. Selon la définition adoptée par la convention de l'onu en 1948, est considéré comme un génocide «tout acte commis avec l'intention de détruire, totalement ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux». I- Les nazis et le génocide juif a) la genèse de l'extermination Consubstantiel de son obsession idéologique de la pureté raciale, le meurtre de masse est une des composantes majeures du nazisme. Il a d'abord frappé sa propre population : victimes de l'eugénisme nazi, quelque handicapés physiques et mentaux allemands sont ainsi éliminés entre janvier 1940 et août 1941 par l'»action T4». Le savoir-faire technique et le personnel expérimenté issus de cette politique d'euthanasie furent ensuite recyclés dans la mise en service des camps d'extermination. La guerre va amplifier démesurément les tendances criminelles du régime hitlérien, dont la politique antisémite se déploie dès Même si des exactions massives avaient déjà été commises auparavant en Pologne, le conflit ne prend toutefois un caractère génocidaire avéré qu'à partir de l'invasion de l'urss en juin 1941, qui est délibérément conçue comme une guerre d'anéantissement. L'éradication du judéo-bolchevisme et la conquête de l'espace vital indispensable à l'épanouissement de la race germanique (le fameux «Lebensraum») sont son objectif central, indissociablement lié aux opérations militaires. La brutalité de celles-ci est favorisée par un cadre juridique spécial que les historiens ont dénommé les «ordres criminels». Ces consignes prévoient l'élimination immédiate et sans jugement des commissaires politiques de l'armée Rouge, ordonnent d'agir impitoyablement contre les partisans, les saboteurs et les Juifs, et limitent drastiquement les poursuites judiciaires contre les militaires allemands en cas de crimes commis contre les civils ou les prisonniers de guerre ennemis. Naturalisée par la «brutalisation de la guerre», la politique d'occupation banalise la terreur à l'égard des populations civiles ennemies ainsi que la répression sauvage à l'encontre de toute forme de résistance. Les PG et les civils soviétiques meurent par millions, mais les Juifs sont déjà la cible principale des exactions. La cristallisation ultime

2 2/7 de la persécution antisémite en extermination de masse s'opère probablement en décembre Elle suppose une décision politique prise au plus haut niveau. Même s'il n'en existe aucune trace, rien n'est concevable sans l'accord d'adolf Hitler. Il semble très probable que la transgression fatale soit une réaction à la déclaration de guerre américaine, interprétée comme une agression de la «finance juive internationale». Le premier signe avant-coureur concret de cette nouvelle orientation est la mise en place, dès l'automne 1941, du ferroutage des Juifs allemands vers les ghettos de l'est par le service logistique du RSHA (ministère de la sécurité du Reich) que dirige Adolf Eichmann. Ultime étape exécutive, la planification technique de ce qui est dénommé par périphrase la «Solution finale» s'effectue lors de la conférence de Wannsee, qui réunit à Berlin le 20 janvier 1942 quinze hauts responsables du Troisième Reich sous la présidence de Heydrich, chef du RSHA et bras droit de Himmler. b) le génocide par tuerie L'anéantissement des Juifs prend d'abord la forme d'un génocide passif, avec la création de ghettos où l'entassement, la sous-alimentation, les épidémies et les mauvais traitements provoquent une sévère sélection naturelle qui fait au moins victimes. Le principal ghetto d'europe est celui de Varsovie, où s'entassent jusqu'à habitants, et qui est finalement liquidé en avril 1943 après l'insurrection armée de ses derniers occupants. Amplifiant et accélérant cette destruction lente, la «Shoah par balles», selon l'expression de son historien le père Patrick Desbois, prend le relais dès l'invasion de l'urss. Cette forme active de génocide est l'œuvre de détachements spéciaux, les Einsatzgruppen, qui ont déjà sévi en Pologne avant d'agir dans les territoires occupés à l'arrière du front de l'est. Ces unités d intervention (4 furent déployés en URSS) étaient composées de SS, d'agents du RSHA (Gestapo, Kripo, SD) et de troupes de réserve de la police (cf. Des Hommes ordinaires, 1994, la remarquable étude de l'historien américain Christopher Browning sur le comportement, les motivations et des actes du 101e bataillon de réserve de la police allemande), renforcés par des auxiliaires locaux. Leurs missions d'extermination ont pour objet l'élimination en masse des élites polonaises, des cadres soviétiques, puis des Juifs et des Tziganes. De 1940 à 1943, on leur impute l'assassinat d'un million et demi de personnes, essentiellement des Juifs. Le massacre collectif le plus emblématique perpétré par les Einsatzgruppen est celui de Babi Yar, où Juifs sont exécutés les 29 et 30 septembre Mais ces meurtres massifs présentent plusieurs défauts : la lenteur, la visibilité (témoins et traces physiques) et aussi le caractère traumatisant de la besogne des tueurs sur le plan psychologique et moral. c) le génocide industriel Le stade suprême de la politique génocidaire est atteint avec la création des machines de mort plus efficaces et plus rapides que sont les camps d extermination. Il en a existé six au total : Belzec, Chelmno, Maïdanek, Sobibor, Treblinka et Auschwitz-Birkenau. Durant leurs trois années d'existence, leur unique finalité fut le gazage industriel des déportés raciaux. Toutefois, ces usines de la mort n'étaient pas de la même importance et n'employaient pas les mêmes techniques. Les cinq premières sont affectées à l'action Reinhardt (extermination des Juifs de Pologne) et utilisent le monoxyde de carbone, à l'exception de Maïdanek où l'on s'est servi comme à Auschwitz du tristement célèbre Zyklon-B. Le sixième camp est donc celui d'auschwitz, qui occupe une place à part dans l'organisation et la mémoire du judéocide nazi, dont il est devenu le symbole. Il s'agissait d'un immense complexe concentrationnaire formé de trois unités principales et d'une quarantaine d'installations annexes. On y trouvait un camp de concentration (qui était le camp principal d'auschwitz à proprement parler), un camp de travail forcé (Auschwitz- Monowitz), et un camp d'extermination, celui de Birkenau. Équipé de quatre chaînes de

3 3/7 mise à mort associant des chambres à gaz d'une capacité de 2000 personnes à un crématorium, celui-ci est le plus vaste et le plus perfectionné des camps de la mort. Son organisation rationalisée fondée sur la division du travail remplit une double finalité : la performance technique au service de la destruction intensive des êtres humains, et la banalisation du meurtre de masse. C'est à Birkenau que le gaz Zyklon-B, 36 fois plus rapide que le monoxyde de carbone, a été testé pour la première fois sur 600 prisonniers soviétiques le 3 septembre Sa localisation idéale sur un nœud ferroviaire en a fait le principal centre de l'extermination des Juifs déportés depuis toute l'europe (c'est notamment la principale destination des Juifs déportés depuis la France). Sur les 2,7 millions de Juifs morts dans les chambres à gaz, 1 million ont péri à Birkenau. A leur arrivée dans les camps, une minorité des déportés raciaux ( à Auschwitz) ont pourtant échappé à la mise à mort immédiate. Jugés aptes au travail lors de la «sélection» effectuée à la descente du train, ils étaient orientés vers les camps de concentration pour se fondre dans la masse des esclaves du nazisme dont le taux de mortalité, de 50% en moyenne, leur laissait une chance de survie. d) un bilan homicide Au total, entre 5 et 6 millions de Juifs (soit les 3/5 des Juifs d Europe) ont ainsi été exterminés : le chiffre «consacré» des 6 millions a été cité lors du procès de Nuremberg mais, depuis, les historiens ont eu tendance à réduire cette estimation ; le principal auteur de référence actuel est l'historien juif américain Raul Hilberg, qui aboutit dans son ouvrage monumental sur La Destruction des Juifs d'europe au chiffre de 5,1 millions de morts (en incluant ceux assassinés par les alliés de l'allemagne). Le drame des Juifs ne doit toutefois pas éclipser totalement le sort des Tsiganes, qui ont subi un processus d'anéantissement similaire qui a fait environ victimes. On ajoutera enfin que, sans avoir été soumis à une extermination systématique, les Slaves, considérés comme des êtres inférieurs, ont eux aussi connu d'épouvantables souffrances et une mortalité massive qui se chiffre par millions d'individus. II- La place de la France dans l'extermination a) la politique antisémite du régime de Vichy La participation de Vichy à la persécution antijuive de la 2e Guerre Mondiale est double : elle superpose un volet franco-allemand à une dimension exclusivement francofrançaise. L'antisémitisme d'état impulsé par le régime maréchaliste a pour socle le premier statut des Juifs, promulgué dès le 18 octobre 1940 et complété par un second statut en juin Ces textes organisent une discrimination systématique à l'encontre des Juifs, en particulier sur le plan professionnel : carrières administratives, professions libérales et accès aux études supérieures sont soit interdits, soit drastiquement restreints. Un décret d'internement frappe les Juifs étrangers. L'abolition du décret Crémieux de 1871 dépouille de la nationalité française les dizaines de milliers de Juifs algériens. S'y ajoutent des mesures de spoliation patrimoniale organisées en juillet 1941 : «l'aryanisation» des biens juifs touche ainsi entreprises confisquées et 7000 liquidées dans la seule zone nord, mais cette loi s'applique aussi aux propriétés immobilières. Le Commissariat général aux Questions juives, créé en mars 1941 et dirigé successivement par Xavier Vallat puis par Louis Darquier de Pellepoix, est chargé de veiller à l'application de ces législations répressives. Ces décisions, qui s'appliquent non seulement en zone occupée mais aussi en zone sud et dans les colonies, c'est à dire dans des lieux où les forces allemandes ne sont pas

4 4/7 physiquement présentes, sont prises à l'initiative des autorités de Vichy. Elles ne répondent nullement à une exigence de l'occupant, qui mène lui-même par ailleurs sa propre politique d'exclusion des Juifs dans les régions qu'il contrôle militairement : port de l'étoile jaune en zone nord, interdictions d'accès à divers lieux publics et de spectacle, tampon Juif sur les papiers d'identité (il semble que plus de personnes se soient soumises à cette obligation par légalisme). La persécution antisémite de Vichy s'inscrit en fait dans la logique de l'antijudaïsme idéologique traditionnel, qui s'était manifesté spectaculairement à l'occasion de l'affaire Dreyfus, et qu'avait incarné à la fin du XIXe siècle la figure hystériquement judéophobe d'édouard Drumont. C'est un antisémitisme discriminatoire par essence, mais sans dimension génocidaire. Même s'il s'y additionne, il ne doit pas être amalgamé avec le second volet de l'action anti-juive de Vichy, à savoir sa complicité criminelle dans la mise en œuvre de la «Solution Finale». b) la participation de l'état français à la déportation des Juifs En effet, Vichy va encore plus loin en prêtant le concours de ses forces de l'ordre à la persécution puis à la déportation des Juifs organisée par les nazis. Il s'agit d'un choix qui n'est nullement inscrit dans les termes de l'armistice de juin 1940, que certains vichystes anti-allemands (tel le général Weygand) auraient d'ailleurs voulu se contenter d'appliquer a minima. Mais la collaboration devient la ligne officielle du régime à partir de l'entrevue de Montoire le 24 octobre Elle résulte essentiellement d'un calcul opportuniste qui tient pour acquise la victoire inéluctable de l'allemagne. Elle cherche donc à s'attirer les faveurs de Hitler (lequel n'est pas demandeur) de manière à assurer à la France régénérée un sort adouci dans l'europe allemande de demain (espoir illusoire qui fait de la Collaboration un marché de dupes). Sus cet angle, contribuer à la déportation des Juifs est donc un moyen de se concilier les bonnes grâces de l'occupant. Mais cela traduit aussi la nécessité institutionnelle, pour l'état de Vichy, de ménager la tolérance allemande afin de faire reconnaître son autorité en zone occupée, paradoxe pervers qu'incarne parfaitement le secrétaire général à la police René Bousquet. Politiquement marqué au centre gauche (il est lié au Parti Radical) et de sensibilité anti-allemande, ce commis de l'état issu du corps préfectoral et dépourvu de sens moral conçoit l'exercice de la répression au service de l'ennemi comme un moyen de réaffirmation de la souveraineté nationale. C'est ainsi que les 79 trains formés en France au profit de la Solution Finale ont été peuplés avec le concours parfois zélé des forces de l'ordre françaises, formalisé en août 1942 par les accords Bousquet-Oberg (chef suprême des SS et de la police allemande en France). Un recensement systématique identifie en amont les futures victimes des arrestations : le fameux fichier des Juifs de la préfecture de Paris est le symbole de ce préalable administratif de la déportation. La police et la gendarmerie participent activement aux rafles ordonnées par les autorités allemandes d'occupation. La plus emblématique est celle dite du Vel d'hiv (du nom du Vélodrome d'hiver où sont rassemblées les personnes arrêtées). Cette opération, qui mobilise 9000 policiers et gendarmes pour arrêter Juifs parisiens les 16 et 17 juillet 1942, est l'exemple le plus connu du rôle des forces françaises dans la déportation, mais c'est aussi le plus parlant pour mettre en évidence les enjeux ambigus de leur implication. Les personnes internées ne représentent qu'une grosse moitié des arrestations prévues : il y a donc eu des fuites préalables massives alertant les futures cibles, et un manque de zèle caractérisé chez un nombre significatif de policiers chargés des interpellations. Il n'empêche que le chiffre atteint représente, malgré tout, beaucoup plus de gens que les allemands n'auraient été en mesure d'en arrêter par leurs propres moyens. Sur un plan plus général, Vichy est également coupable de la livraison de dizaines de milliers de Juifs étrangers internés en zone Sud, ainsi que de la déportation des enfants décidée personnellement par Laval. La participation de l'état français à la déportation des Juifs n'est donc absolument

5 5/7 pas subalterne. Elle est au contraire essentielle : au total, les forces de police françaises sont responsables de 85 à 90% des arrestations de Juifs. Elles ont aussi assumé, en aval, la surveillance des sites de détention qui servaient d'antichambre aux convois pour l'allemagne, dont les trois principaux - s'agissant des Juifs - étaient les camps de Drancy, Pithiviers et Beaune-la-Rolande (anecdote fameuse concernant le film Nuit et brouillard d'alain Resnais, dont avait été censurée l'image dénonciatrice du képi d'un gendarme gardant le camp de Pithiviers). En tout, 79 convois de déportés juifs sont partis en direction des camps de la mort, le premier de Compiègne le 27 mars 1942, et le dernier de Clermont-Ferrand le 18 août Près de 90 % de ces voyageurs sans retour ont été dirigés vers Auschwitz. Sur les Juifs, dont enfants, déportés de France dans cet intervalle (aux 2/3 étrangers ou apatrides, en vertu de la logique juridique vichyste qui prétendait préserver les ressortissants français), survivants ont été comptabilisés à la Libération en 1945, soit environ 3 % des déportés. En y incluant les décès survenus dans les camps d'internement avant la déportation et le millier de Juifs exécutés, le bilan de la «solution finale» en France atteint victimes. c) les réactions de la population française De façon significative à partir de 1942, les persécutions antisémites (port de l'étoile jaune, premières rafles) soulèvent une émotion certaine, rapportée par les sondages du contrôle postal étudiés par Pierre Laborie. Ce sentiment sourd de répulsion dans l'opinion est en résonance avec la protestation publique que certaines autorités religieuses osent élever contre des actes qu'elles flétrissent comme contraires à la morale et à l'humanité (lettre pastorale de l'archevêque de Toulouse Mgr Jules Saliège, lue dans les églises de son diocèse le 23 août 1942, protestations du pasteur Marc Boegner, président de la Fédération protestante de France, notamment auprès du maréchal Pétain). Contrairement aux stéréotypes qui ont longtemps eu cours sur une France occupée supposée s'être vautrée avec complaisance dans l'abjection, un colloque historique réuni au Mémorial de Caen en novembre 2008 a sérieusement réévalué à la baisse l'ampleur supposée des lettres de dénonciation (dont les historiens ramènent le nombre de 5 millions à !), ce qui réhabilite la dignité d'une population dont la soumission n'avait pas valeur de complicité. Au demeurant, par-delà les citoyens français officiellement honorés du titre de «Juste parmi les Nations» pour leur aide active au sauvetage de Juifs, seule la solidarité au moins passive de la masse des Français peut justifier que les 3/4 des Juifs de France aient échappé à leurs bourreaux, ce qui constitue le taux de survie le plus élevé de toute l'europe occupée. III- L'Indre et la Shoah a) la persécution des Juifs dans l'indre Le département de l'indre constitue un cas particulier dans la problématique de la persécution, dans la mesure où, pour la seule et unique fois de son histoire, il est devenu un territoire frontalier trois ans durant, en vertu du tracé de la ligne de démarcation. Cette situation explique notamment le taux élevé d'arrestations de Juifs opéré dans l'indre jusqu'en 1942 par les forces de l'ordre françaises, en raison de la concentration de réfugiés ayant réussi à traverser clandestinement la ligne. Il est possible que cette affluence ait aussi suscité une forme de tension avec la population locale, si l'on se fie à un rapport du préfet en date du 1er août 1942 relatant que «de nombreux Juifs qui fuient la zone occupée continuent d affluer dans le département de l Indre. Possédant beaucoup d argent en général, ils se ravitaillent dans les fermes en payant les denrées au-dessus de la taxe. [...]

6 6/7 Dans la plupart des villes, il est impossible de trouver le moindre logement ni aucune chambre dans les hôtels. [Le] ravitaillement [est] souvent désaxé dans les villes par cet afflux de bouches à nourrir». Malgré la virulence manifestée par le milieu conservateur local à l'encontre de Léon Blum lors du Front Populaire, les efforts de la propagande collaborationniste et la concurrence pour les ressources en temps de pénuries, rien de probant n'atteste pourtant l'existence d'un antisémitisme plus marqué dans l'indre qu'ailleurs. D'ailleurs il y avait un Juif, Max Hymans, parmi les députés du Front Populaire élus par l'indre en En revanche, il semble qu'un réel sentiment de xénophobie s'y soit diffusé indistinctement à l'encontre des étrangers quelle que soit leur origine. En dehors de l'effet de frontière lié à la ligne de démarcation, le sort des Juifs dans l'indre rejoint le cas commun de toute la zone sud. Jusqu'à l'invasion de novembre 1942, l'antisémitisme d'état du régime de Vichy s'y applique dans toute sa rigueur. Les Juifs domiciliés dans le département font l'objet d'un recensement général en juillet Les réfugiés Juifs étrangers sont victimes de mesures d'internement. Après novembre 1942, l'occupation allemande fait peser un péril de mort sur les uns comme sur les autres, à qui obligation est imposée de faire apposer le tampon Juif sur leurs papiers d'identité. La déportation prélève au total 460 habitants de l Indre tous motifs confondus, qu'ils soient raciaux et/ou politiques. Les deux tiers d'entre eux ne sont jamais revenus des camps. Leurs destinations finales permettent d'entrevoir la place des Juifs dans ce martyrologue : 113 déportés ont été dirigés sur Auschwitz-Birkenau et 72 autres vers Maïdaneck. Ces deux camps d'extermination représentent donc 40% des déportés de l'indre, ce qui fait des Juifs le principal contingent des arrestations parmi les résidents du département. Mais ce bilan est incomplet car il ne prend en compte que les habitants de l Indre. Il faut y ajouter le sort de plusieurs centaines de Juifs d origine étrangère (peut-être un millier?) réfugiés ou internés dans l Indre, qui y sont arrêtés lors de trois rafles importantes organisées en août 1942, février 1943 et mars La plupart furent ensuite déportés en Allemagne après une étape intermédiaire au camp de triage de Nexon, près de Limoges en Haute-Vienne. L'anonymat des chiffres estompe de multiples tragédies humaines. Pour rendre un visage à la persécution des Juifs de l'indre, on peut mettre en avant le cas emblématique du négociant Raymond Katz et de sa famille. Né à Châteauroux en 1888, cet ancien combattant de la Grande Guerre, propriétaire d'un important commerce de vêtements et président du tribunal de commerce de Châteauroux jusqu'en 1940, était un notable économique de la cité. Il fut d'abord marginalisé socialement et professionnellement par la législation de Vichy. Le 11 février 1944, il est arrêté par la Gestapo à son domicile de Châteauroux avec sa femme et sa fille Françoise, lycéenne de 17 ans. La famille est ensuite internée au camp de Drancy, puis déportée par le convoi N 72 qui arriva au camp d'extermination d'auschwitz-birkenau le 1er mai 1944 ; elle y fut anéantie. Seul survécut le fils aîné Jean Katz, clandestin entré dans la Résistance. Le nom de sa jeune soeur a été donné à l'école primaire des Capucins à Châteauroux en b) le camp de Douadic Douadic est l'un des trois camps d'internement pour étrangers installés dans l'indre par le régime de Vichy. Des familles catholiques polonaises ont été placées à Bagneux, près de Vatan. Le Groupement de Travailleurs Etrangers de Montgivray (près de La Châtre) réunit des hommes seuls de toutes origines, parmi lesquels un certain nombre de Juifs qui furent déportés par la suite. Douadic est principalement un camp pour familles juives. Il a connu auparavant de multiples affectations. Il semble que la commune ait déjà accueilli un lieu d'internement lors de la Première guerre Mondiale. Un nouveau camp y est ouvert en Installé à proximité de l'étang de la Gabrière, ce site de 2,5 hectares est occupé par une vingtaine de baraquements initialement destinés à recevoir des prisonniers de guerre allemands. Mais les choses ne se déroulent pas tout à fait comme prévu, et il sert de lieu

7 7/7 d'hébergement pour les réfugiés de l'exode. À partir de novembre 1940, il est placé sous la houlette du Commissariat à la lutte contre le chômage et se mue en «Centre de séjour surveillé» destiné aux ressortissants étrangers : espagnols, allemands et polonais s'y succèdent. En février 1941, le camp prend la dénomination de «Centre d'accueil de Douadic». Supervisé par le Service social des étrangers, il héberge des travailleurs étrangers, puis des prisonniers de guerre français libérés en instance de démobilisation. Sans perdre sa raison sociale, il élargit sa vocation en Il est en effet alors utilisé comme camp de ramassage et de triage des Juifs étrangers ramassés dans l'indre lors de la grande rafle d'août 1942 (210 individus). On y sépare les internés déportables, rapidement dirigés vers Nexon, des cas pouvant bénéficier d'exemptions. Le 26 octobre 1942, Douadic devient un «Centre de regroupement d Israélites en vue de leur transfert en zone occupée», tout en demeurant simultanément «Centre d'accueil pour les étrangers». Il sert à nouveau de camp de regroupement lors des rafles de février 1943 et mars 1944 dans l'indre. En dehors de ces périodes, où les personnes arrêtées ne séjournent que brièvement à Douadic avant leur transfert vers Nexon, le camp connaît un flux constant de départs et d arrivées, alimenté par des transferts incessants d un camp à l autre. A la date du 14 octobre 1942, 139 israélites étrangers séjournent à Douadic, dont 45 hommes, 78 femmes et 16 enfants de moins de 12 ans. Les hébergés sont 74 en mai 1943, puis 233 (dont 122 juifs) en octobre suivant, et 75 en juillet Les conditions de vie conjuguent promiscuité et privations, mais les résidents ne sont pas maltraités physiquement. Les lieux ne sont gardés par les GMR que momentanément lors des grandes rafles. Le reste du temps, seuls sont présents à demeure les employés civils du Service social des étrangers. Les internés travaillent dans le camp, et quelques-uns dans les fermes d'alentour. Au fil du temps, la population hébergée est de plus en plus hétéroclite et pas seulement juive. Jusqu'à 22 nationalités sont représentées simultanément à Douadic (y compris même un Chinois). En 1944, un contingent de prostituées venues du camp de Brens (dans le Tarn) est l'objet des soucis de la sous-préfecture du Blanc en raison de la turbulence de ces dames! Peu avant la Libération, le camp, dont plusieurs employés sont membres de la Résistance, sert de lieu de stockage pour du matériel de guerre parachuté, et un poste émetteur clandestin y est même implanté. Douadic demeure Centre d accueil pour étrangers jusqu en octobre A cette date, il retrouve sa vocation originelle de camp de prisonniers de guerre allemands placé sous la garde des F.F.I., puis finit sa carrière comme Centre départemental d internement des collaborateurs. Il est définitivement fermé au printemps Guillaume LÉVÊQUE. Sélection bibliographique : Philippe BARLET & Jacques MERLAUD : La Nasse, Douadic (DVD, 5e Planète, 2006) Jacques BLANCHARD : Le camp de Douadic. Centre de triage avant déportation et centre n 11 bis du service social des étrangers, (Celles-sur-Belle, 1994) Bernard BRUNETEAU : Le siècle des génocides (Armand Colin, 2004) Sébastien DALLOT : L Indre sous l occupation allemande, (De Borée, 2001) Patrick DESBOIS : Porteur de mémoires (Michel Lafon, 2007) Raul HILBERG : La Destruction des Juifs d'europe (3e édition, Folio-histoire, 2006)

I) La politique nazie d extermination

I) La politique nazie d extermination I) La politique nazie d extermination La Seconde guerre mondiale a été marquée par l extermination de 10 millions de personnes par les nazis. Les Juifs en particulier ont été les victimes d un génocide

Plus en détail

Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement

Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement Chanson : Nuit et brouillard de Jean Ferrat http://www.youtube.com/watch?v=94yoxycqo6s

Plus en détail

Dans nos classes. La Résistance et la Déportation dans les manuels. Classe de troisième. Les leçons : Collection. Auteurs (sous la direction de)

Dans nos classes. La Résistance et la Déportation dans les manuels. Classe de troisième. Les leçons : Collection. Auteurs (sous la direction de) Dans nos classes La Résistance et la Déportation dans les manuels Classe de troisième Les leçons : Belin, avril 2003. Eric Chaudron, Remy Knafou. Leçons La 2 guerre mondiale. * Les grandes phases de la

Plus en détail

III. Comment les nazis ont-ils organisé ces deux génocides?

III. Comment les nazis ont-ils organisé ces deux génocides? III. Comment les nazis ont-ils organisé ces deux génocides? Dans les régions occupées par l URSS, des divisions SS les Einsatzgruppen) massacrent systématiquement les Juifs à partir de 1941. Ils sont gazés

Plus en détail

Glossaire 3 : 3 Ressources :

Glossaire 3 : 3 Ressources : Le vocabulaire concernant l extermination des Juifs d Europe par les nazis Le régime nazi a, de 1941 à 1945, mis en œuvre sa décision planifiée de destruction des populations juives d Europe. L objectif

Plus en détail

De la discrimination à l extermination

De la discrimination à l extermination De la discrimination à l extermination La crise des années trente a réveillé en France l antisémitisme qui sommeillait depuis l affaire Dreyfus. Les groupes d extrême-droite mènent des campagnes dont la

Plus en détail

La IIe Guerre mondiale, une guerre d anéantissement et génocides Introduction : «radicalisation de la violence» une guerre d anéantissement

La IIe Guerre mondiale, une guerre d anéantissement et génocides Introduction : «radicalisation de la violence» une guerre d anéantissement H2.1 : Guerres mondiales et espoirs de paix. La II e Guerre mondiale, une guerre d anéantissement et génocides. Introduction : Si la 1 ère guerre mondiale fut la première guerre totale, la 2 ème GM, par

Plus en détail

Chronologie comparée de la Shoah

Chronologie comparée de la Shoah Chronologie comparée de la Shoah Cadre général Le sort des Juifs en Europe En France 1933 1933 1933 30 janvier : Adolf Hitler chancelier 1 avril : journée de boycott des magasins juifs 7 avril : révocation

Plus en détail

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important?

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important? Pages 77-78. Passage en italique. «Je crois devoir attirer votre attention sur le fait qu en exécution des ordres reçus du commandeur des SS, les arrestations ont été opérées uniquement par la police française

Plus en détail

Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) Dates : 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche

Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) Dates : 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche Septembre 1939 : début de la deuxième guerre mondiale Anschluss : annexion

Plus en détail

CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème

CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème LE NAZISME (1933-1945) DU TRAITE DE VERSAILLES A L ARRIVEE D HITLER AU POUVOIR PAGES 4-5 Comment Mussolini, nouveau dirigeant de l Italie est-il mis en valeur

Plus en détail

1er sept. 1939 Les troupes allemandes... C'est le début de la Seconde Guerre mondiale.

1er sept. 1939 Les troupes allemandes... C'est le début de la Seconde Guerre mondiale. Le contexte historique : la France pendant la Seconde Guerre mondiale Complétez la chronologie suivante. Vous pouvez vous référer au site http://www.e-chronologie.org/monde/ww2.php 1er sept. 1939 Les troupes

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 41 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1992-1993 Annexe au prunes verbal Je la séance du 10 novembre 1992. PROPOSITION DE LOI relative à la reconnaissance des crimes contre I'humanité commis par le régime

Plus en détail

Exposition Camps d internement du Limousin (1940-1944)

Exposition Camps d internement du Limousin (1940-1944) COMMUNIQUE DE PRESSE Exposition Camps d internement du Limousin (1940-1944) Du 11 mars au 20 avril 2013 au musée Edmond-Michelet Destinés à l origine à regrouper les étrangers «indésirables», les camps

Plus en détail

La politique d'extermination nazie. Les ghettos

La politique d'extermination nazie. Les ghettos La politique d'extermination nazie Les ghettos Le regroupement des Juifs dans les ghettos (ici : le ghetto de Varsovie) Vivre dans le ghetto de Varsovie Les plus pauvres ne pouvaient se protéger du froid

Plus en détail

L A P O L I C E A L L E M A N D E E N F R A N C E O C C U P E E ( 1 9 4 0-1 9 4 4 )

L A P O L I C E A L L E M A N D E E N F R A N C E O C C U P E E ( 1 9 4 0-1 9 4 4 ) 1 L A P O L I C E A L L E M A N D E E N F R A N C E O C C U P E E ( 1 9 4 0-1 9 4 4 ) Une étude des camps d'internement français ayant existé durant l'occupation ne peut, à mon sens, être faite sans que

Plus en détail

L'Holocauste. Table des matières. L Holocauste : aperçu

L'Holocauste. Table des matières. L Holocauste : aperçu L'Holocauste Table des matières The Holocaust: Theme Overview 1 Objets personnels Helena Zaleska 2 Auschwitz-Birkenau, 1944 3 Étoile de David 4 Gobelet de métal 5 Chaussure d enfant 6 L Holocauste : aperçu

Plus en détail

L antisémitisme et les premières actions contre les juifs

L antisémitisme et les premières actions contre les juifs L idéologie nazie Basée sur l idée d une race aryenne supérieure, l idéologie nazie s imposera à tous les niveaux dans l état allemand. Le parti nazi se base sur toute une série de principes. L ensemble

Plus en détail

CHAPITRE 2 La Seconde Guerre mondiale : Guerre d anéantissement et génocide des juifs et des Tziganes.

CHAPITRE 2 La Seconde Guerre mondiale : Guerre d anéantissement et génocide des juifs et des Tziganes. CHAPITRE 2 La Seconde Guerre mondiale : Guerre d anéantissement et génocide des juifs et des Tziganes. INTRODUCTION ET RAPPELS Comme la Première Guerre mondiale, la seconde est une Guerre Totale qui implique

Plus en détail

MAUS par Art SPIEGELMAN

MAUS par Art SPIEGELMAN HISTOIRE DES ARTS MAUS par Art SPIEGELMAN I. IDENTIFIER ET PRESENTER L ŒUVRE L œuvre présentée ici est une bande-dessinée intitulée Maus, l intégrale, un survivant raconte réalisée par Art Spiegelman en

Plus en détail

De l Etat français à la IVème République (1940-1946)

De l Etat français à la IVème République (1940-1946) De l Etat français à la IVème République (1940-1946) Introduction : Présentation de la défaite : -En juin 1940, la chute de la IIIème République (1875-1940) accompagne la déroute militaire. -Le 10 juillet

Plus en détail

La Seconde Guerre mondiale : guerre d anéantissement et génocide des Juifs et des Tziganes.

La Seconde Guerre mondiale : guerre d anéantissement et génocide des Juifs et des Tziganes. Première S, histoire LMA, 2011-2012 Thème 2 La guerre au XXe siècle Question 1 Guerres mondiales et espoirs de paix Cours 2 La Seconde Guerre mondiale : guerre d anéantissement et génocide des Juifs et

Plus en détail

CORRECTION BREVET BLANC 2015 PREMIER PARTIE/HISTOIRE

CORRECTION BREVET BLANC 2015 PREMIER PARTIE/HISTOIRE CORRECTION BREVET BLANC 2015 PREMIER PARTIE/HISTOIRE 1/ en 1804 2/ le second empire 3/JULES FERRY 4/régime de Vichy : 1940/1944 La collaboration caractérise ce régime. Par exemple, la milice française

Plus en détail

Chapitre 4 LA SECONDE GUERRE MONDIALE

Chapitre 4 LA SECONDE GUERRE MONDIALE Chapitre 4 LA SECONDE GUERRE MONDIALE Pourquoi la Seconde guerre mondiale est-elle une guerre d anéantissement? I. Un affrontement planétaire A. Les grandes phases de la guerre ...................... 1

Plus en détail

TROISIEME PARTIE LA FRANCE DE 1945 A NOS JOURS. Bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale

TROISIEME PARTIE LA FRANCE DE 1945 A NOS JOURS. Bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale TROISIEME PARTIE LA FRANCE DE 1945 A NOS JOURS Bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale Qu est-ce que ce film nous apprend sur l évolution de la mémoire de la Seconde Guerre mondiale en France?

Plus en détail

27 Janvier : Journée internationale de commémoration en mémoire des victimes de l'holocauste

27 Janvier : Journée internationale de commémoration en mémoire des victimes de l'holocauste 27 Janvier : Journée internationale de commémoration en mémoire des victimes de l'holocauste "Le bourreau tue toujours deux fois, la seconde fois par l'oubli" (Elie Wiesel) Quand ils ont arrêté les communistes,

Plus en détail

Documents et pistes d utilisation sur le thème «les mémoires de la Seconde Guerre Mondiale.

Documents et pistes d utilisation sur le thème «les mémoires de la Seconde Guerre Mondiale. Documents et pistes d utilisation sur le thème «les mémoires de la Seconde Guerre Mondiale. Approfondissement en accompagnement personnalisé T L / ES. Il s agit de deux journaux de la Résistance et d un

Plus en détail

Thème 3 : La Seconde Guerre mondiale, une guerre d anéantissement (1939-1945)

Thème 3 : La Seconde Guerre mondiale, une guerre d anéantissement (1939-1945) Proposition de mise en œuvre des nouveaux programmes d histoire-géographie en 3 ème 2 ème partie : guerres mondiales et régimes totalitaires (1914-1945) Thème 3 : La Seconde Guerre mondiale, une guerre

Plus en détail

Révision de l ombudsman du texte sur le camp d extermination nazi de Sobibor en Pologne, diffusé au Téléjournal le 30 novembre 2009.

Révision de l ombudsman du texte sur le camp d extermination nazi de Sobibor en Pologne, diffusé au Téléjournal le 30 novembre 2009. Révision de l ombudsman du texte sur le camp d extermination nazi de Sobibor en Pologne, diffusé au Téléjournal le 30 novembre 2009. SOMMAIRE Un plaignant estime que le Téléjournal du 30 novembre a commis

Plus en détail

Guide des expositions temporaires. Service Educatif Édition 2015

Guide des expositions temporaires. Service Educatif Édition 2015 Guide des expositions temporaires Service Educatif Édition 2015 Résistance et Monde rural en Zone interdite 1940-1944 Le Musée de la Résistance de Bondues Le musée a pour vocation de transmettre ce que

Plus en détail

Présentation du DVD Une petite fille privilégiée Un témoignage de Francine Christophe Une histoire dans l Histoire

Présentation du DVD Une petite fille privilégiée Un témoignage de Francine Christophe Une histoire dans l Histoire Présentation du DVD Une petite fille privilégiée Un témoignage de Francine Christophe Une histoire dans l Histoire Ce témoignage de Francine Christophe, expérience douloureuse d une partie de sa vie, «croise»

Plus en détail

III) La Seconde Guerre mondiale (5)

III) La Seconde Guerre mondiale (5) III) La Seconde Guerre mondiale (5) 1) La Seconde Guerre Mondiale : une radicalisation de la guerre totale? (3) 1.1) les grandes phases de la guerre a) les victoires de l'axe (1939-1942) b) le reflux de

Plus en détail

Dossier VI. Le XX ème siècle et le monde actuel (1 ère partie) Questions appelant des réponses concises

Dossier VI. Le XX ème siècle et le monde actuel (1 ère partie) Questions appelant des réponses concises 1 Dossier VI Le XX ème siècle et le monde actuel (1 ère partie) Questions appelant des réponses concises A/ Les guerres au XX ème siècle 1 La Première Guerre mondiale (la «Grande Guerre») a) Quelles sont

Plus en détail

Ancienne gare de déportation de Bobigny. Rencontre avec les enseignants de Bobigny Connaître les ressources locales 05.12.2012

Ancienne gare de déportation de Bobigny. Rencontre avec les enseignants de Bobigny Connaître les ressources locales 05.12.2012 Ancienne gare de déportation de Bobigny Rencontre avec les enseignants de Bobigny Connaître les ressources locales 05.12.2012 Sommaire : 1. Bobigny, une gare entre Drancy et Auschwitz 2. Après la guerre,

Plus en détail

LA SHOAH. Document du Mémorial de la Shoah. 2007

LA SHOAH. Document du Mémorial de la Shoah. 2007 LA SHOAH Document du Mémorial de la Shoah. 2007 Au cours de la Seconde Guerre mondiale, 5 à 6 millions de Juifs européens ont été assassinés par l Allemagne nazie et ses complices. Le nombre des victimes,

Plus en détail

Carrière des Fusillés Musée de la Résistance de Châteaubriant

Carrière des Fusillés Musée de la Résistance de Châteaubriant INFORMATIONS Carrière des Fusillés Musée de la Résistance de Châteaubriant Le musée est situé route de Laval, à 2 km environ du centre de Châteaubriant (44), à la Sablière, carrière des fusillés. Horaires

Plus en détail

Brève histoire de l Holocauste aux Pays-Bas

Brève histoire de l Holocauste aux Pays-Bas Brève histoire de l Holocauste aux Pays-Bas La présence juive aux Pays-Bas En 1579, l abolition de l Inquisition par la République hollandaise fait de ce pays une terre d accueil par excellence pour les

Plus en détail

HISTOIRE. Chapitre 1. Lecture historique de mémoires : l historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France

HISTOIRE. Chapitre 1. Lecture historique de mémoires : l historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France HISTOIRE Chapitre 1 Lecture historique de mémoires : l historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France Je révise et je me perfectionne Structure de la leçon I. Une mémoire sélective (1945

Plus en détail

La seconde guerre mondiale

La seconde guerre mondiale CM2 Découverte du monde Histoire Compétences : La violence du XXe siècle : les deux conflits mondiaux La seconde guerre mondiale - À partir de l étude de cartes et de documents statistiques, comprendre

Plus en détail

Les jeunes contre l oubli

Les jeunes contre l oubli Ici, il y a des gens qui : Fabriquent de faux-papiers, Tout en restant discrets ; Aident des enfants, Même pas pour un franc. Ils sont cachés dans les maisons, Au lieu d être dans les camps de concentration.

Plus en détail

COMPTE RENDU DU STAGE ACADEMIQUE AU MEMORIAL DE LA SHOAH A PARIS ET A CRACOVIE (I)

COMPTE RENDU DU STAGE ACADEMIQUE AU MEMORIAL DE LA SHOAH A PARIS ET A CRACOVIE (I) COMPTE RENDU DU STAGE ACADEMIQUE AU MEMORIAL DE LA SHOAH A PARIS ET A CRACOVIE (I) du 11 au 14 février 2010 G. Sabatier, Lycée Claude Fauriel et IUFM de Saint-Etienne (42) L objectif de ce compte-rendu

Plus en détail

Films à la Fiche. NUIT ET BROUILLARD Un dispositif d alerte NUIT ET BROUILLARD

Films à la Fiche. NUIT ET BROUILLARD Un dispositif d alerte NUIT ET BROUILLARD Films à la Fiche NUIT ET BROUILLARD Un dispositif d alerte TH6790 Présentation Musique de l allemand Eisler, commentaire écrit par l ex-déporté Jean Cayrol et lu par Michel Bouquet, ce court métrage «de

Plus en détail

DISCOURS MADAME SIMONE VEIL. Présidente de la FONDATION POUR LA MEMOIRE DE LA SHOAH

DISCOURS MADAME SIMONE VEIL. Présidente de la FONDATION POUR LA MEMOIRE DE LA SHOAH DISCOURS DE MADAME SIMONE VEIL Présidente de la FONDATION POUR LA MEMOIRE DE LA SHOAH Athènes, le 30 janvier 2006 Journée nationale à la mémoire des héros et des martyrs de l Holocauste en Grèce Monsieur

Plus en détail

L INSTITUT NATIONAL POUR L ETUDE DE L HOLOCAUSTE EN ROUMANIE,,Élie Wiesel SERGE KLARSFELD. Le sort des Juifs roumains en France pendant l Occupation

L INSTITUT NATIONAL POUR L ETUDE DE L HOLOCAUSTE EN ROUMANIE,,Élie Wiesel SERGE KLARSFELD. Le sort des Juifs roumains en France pendant l Occupation L INSTITUT NATIONAL POUR L ETUDE DE L HOLOCAUSTE EN ROUMANIE,,Élie Wiesel SERGE KLARSFELD Le sort des Juifs roumains en France pendant l Occupation -Bucarest 2007-1 Institut National pour l Etude de l

Plus en détail

1 ère partie - Avant la libération, le contexte historique

1 ère partie - Avant la libération, le contexte historique A l'est - En janvier 1944, débute l'offensive soviétique qui entraîne la retraite de la Wehrmarcht de ses alliés. En juillet 1944, l'armée rouge, désormais supérieure en effectifs et en armements, pénètre

Plus en détail

Journée de la mémoire de l Holocauste et de la prévention des crimes contre l Humanité

Journée de la mémoire de l Holocauste et de la prévention des crimes contre l Humanité Journée de la mémoire de l Holocauste et de la prévention des crimes contre l Humanité Lycée Français de Varsovie Dossier réalisé par A. Léonard, professeur d Histoire-Géographie. «Il y a soixante ans,

Plus en détail

Le régime de Vichy et les enfants juifs

Le régime de Vichy et les enfants juifs Le régime de Vichy et les enfants juifs Émilie Lochy Selon les historiens, le nombre d enfants juifs victimes du génocide oscille entre un million et un million et demi. Trente-trois pour cent des Juifs

Plus en détail

Communiqué de presse. Les Voies de la Liberté. Exposition temporaire 2015 Mémorial National de la Prison de Montluc

Communiqué de presse. Les Voies de la Liberté. Exposition temporaire 2015 Mémorial National de la Prison de Montluc Exposition temporaire 2015 Mémorial National de la Prison de Montluc Les Voies de la Liberté Du 15 septembre 2015 au 28 mai 2016 Communiqué de presse Mémorial de la Shoah, CDLV82017 Le Mémorial En 2009,

Plus en détail

AVANT-PROPOS PAR JEAN-PAUL BODIN, SECRÉTAIRE GÉNÉRAL POUR L'ADMINISTRATION DU MINISTÈRE DE LA DÉFENSE ET DES ANCIENS COMBATTANTS

AVANT-PROPOS PAR JEAN-PAUL BODIN, SECRÉTAIRE GÉNÉRAL POUR L'ADMINISTRATION DU MINISTÈRE DE LA DÉFENSE ET DES ANCIENS COMBATTANTS AVANT-PROPOS PAR JEAN-PAUL BODIN, SECRÉTAIRE GÉNÉRAL POUR L'ADMINISTRATION DU MINISTÈRE DE LA DÉFENSE ET DES ANCIENS COMBATTANTS Voilà plus de 70 ans, une tragédie effroyable ravagea notre continent. Au

Plus en détail

HISTOIRE : 18 points dont 10 pour le paragraphe argumenté

HISTOIRE : 18 points dont 10 pour le paragraphe argumenté Collège René Long 74 540 Alby-sur-Chéran Page 1 Brevet blanc d Histoire et d Education Civique * Durée : 2 heures * Présentation et Orthographe : 4 points * Le candidat/ la candidate traitera l un de deux

Plus en détail

Les dernières lettres de Marie Jelen

Les dernières lettres de Marie Jelen Les dernières lettres de Jelen Histoire de Jelen Jelen a dix ans lorsqu elle est arrêtée avec sa mère, le 16 juillet 1942, lors de la rafle du Vel d Hiv. Sa famille était juive, d origine polonaise. Elle

Plus en détail

Retrouver l état signalétique ou le passé militaire d un combattant des armées françaises nés en France

Retrouver l état signalétique ou le passé militaire d un combattant des armées françaises nés en France Retrouver l état signalétique ou le passé militaire d un combattant des armées françaises nés en France Origine, composition des fonds d archives C est la loi Jourdan du 15 septembre 1798 qui substitue

Plus en détail

Ressources pour Faire la classe MÉMOIRE ET HISTOIRE DE LA SHOAH À L ÉCOLE

Ressources pour Faire la classe MÉMOIRE ET HISTOIRE DE LA SHOAH À L ÉCOLE Ressources pour Faire la classe MÉMOIRE ET HISTOIRE DE LA SHOAH À L ÉCOLE Ressources pour faire la classe Mémoire et histoire de la Shoah à l école Ministère de l Éducation nationale Pour aller plus loin

Plus en détail

Timothy Snyder La réalité ignorée de l'extermination des juifs

Timothy Snyder La réalité ignorée de l'extermination des juifs Timothy Snyder La réalité ignorée de l'extermination des juifs À nous focaliser sur Auschwitz et le goulag généralement considérés comme les symboles adéquats, voire ultimes, du fléau des massacres collectifs,

Plus en détail

SOUVIENS-TOI, N OUBLIE PAS ZAKHOR LO TICHKA H

SOUVIENS-TOI, N OUBLIE PAS ZAKHOR LO TICHKA H Fiche pédagogique n 3.2 SOUVIENS-TOI, N OUBLIE PAS ZAKHOR LO TICHKA H Une seule chose serait pire qu Auschwitz C est si le monde oubliait que cela a existé! Henry Appel, survivant de l Holocauste La cérémonie

Plus en détail

Les Républicains Espagnols sous Vichy et l occupation

Les Républicains Espagnols sous Vichy et l occupation Les Républicains Espagnols sous Vichy et l occupation Après le drame de l agression contre leur République par une partie de l armée soutenus par les dictateurs européens, après l épreuve de l exode et

Plus en détail

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous?

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous? Les textes de l exposition «Dictature et démocratie» et le questionnaire pédagogique sont assez longs. Nous vous conseillons donc de répartir les fiches de travail entre vos élèves et de mettre les réponses

Plus en détail

Fiche de travail n 1 : la mise en place des régimes totalitaires (corrigé)

Fiche de travail n 1 : la mise en place des régimes totalitaires (corrigé) Fiche de travail n 1 : la mise en place des régimes totalitaires (corrigé) Activité n 1 : compléter la chronologie en s appuyant sur les extraits de K7 vidéo Le MONDE L URSS L Italie L Allemagne 1914 Début

Plus en détail

Code de conduite pour les responsables de l'application des lois

Code de conduite pour les responsables de l'application des lois Code de conduite pour les responsables de l'application des lois Adopté par l'assemblée générale des Nations Unies le 17 décembre 1979 (résolution 34/169) Article premier Article 2 Les responsables de

Plus en détail

Le Journal d Anne Frank. De Julian Y. Wolf et Nagaoka Akiyoshi 1999. France/Grande-Bretagne/Irlande/Japon. 89 min. Animation. Couleurs.

Le Journal d Anne Frank. De Julian Y. Wolf et Nagaoka Akiyoshi 1999. France/Grande-Bretagne/Irlande/Japon. 89 min. Animation. Couleurs. Le Journal d Anne Frank De Julian Y. Wolf et Nagaoka Akiyoshi 1999. France/Grande-Bretagne/Irlande/Japon. 89 min. Animation. Couleurs. En juin 1942, Anne Frank fête ses 13 ans à Amsterdam. Son père lui

Plus en détail

Pour en savoir plus sur l histoire des Juifs de Vire, sur Lublin, Majdanek, Belzec, l Aktion Reinhard rdv sur www.memoire-viretuelle.fr.

Pour en savoir plus sur l histoire des Juifs de Vire, sur Lublin, Majdanek, Belzec, l Aktion Reinhard rdv sur www.memoire-viretuelle.fr. La «Shoah» qu est-ce que c est? Un génocide. Presque six millions de morts. Difficile de réaliser. Personne peut-être ne parvient à le faire Contre toute attente, la Shoah s est aussi passée à Vire. Vingt

Plus en détail

Brevet Blanc d'histoire Géographie Education Civique Mardi 17 Avril 2012

Brevet Blanc d'histoire Géographie Education Civique Mardi 17 Avril 2012 Brevet Blanc d'histoire Géographie Education Civique Mardi 17 Avril 2012 (Rappel : la maîtrise de la langue (orthographe et expression écrite) est notée sur 4 points) Pour la première partie, le candidat

Plus en détail

UNIVERSITE DE PARIS 1 - PANTHEON SORBONNE

UNIVERSITE DE PARIS 1 - PANTHEON SORBONNE UNIVERSITE DE PARIS 1 - PANTHEON SORBONNE INSTITUT DE RECHERCHE ET D ETUDES SUPERIEURES DU TOURISME LA VALORISATION DES LIEUX DE MEMOIRE DE LA SHOAH EN FRANCE, ENTRE MEMOIRE ET PATRIMOINE CULTUREL Mémoire

Plus en détail

CONCOURS DE LA RÉSISTANCE ET DE LA DÉPORTATION 2 005

CONCOURS DE LA RÉSISTANCE ET DE LA DÉPORTATION 2 005 CONCOURS DE LA RÉSISTANCE ET DE LA DÉPORTATION 2 005 Le Comité creusois du concours de la Résistance et de la Déportation se propose, cette année encore, de vous aider à préparer le concours dont le thème

Plus en détail

II. La mise en place d un régime totalitaire, fasciste et raciste. 1. Comment Hitler met en place un État totalitaire et raciste?

II. La mise en place d un régime totalitaire, fasciste et raciste. 1. Comment Hitler met en place un État totalitaire et raciste? II. La mise en place d un régime totalitaire, fasciste et raciste 1. Comment Hitler met en place un État totalitaire et raciste? Extrait du film de propagande réalisé par Leni Riefenstahl, Le Triomphe

Plus en détail

Les camps de concentration et d extermination nazis : quelle organisation spatiale? L exemple d Auschwitz. DIAPO I :

Les camps de concentration et d extermination nazis : quelle organisation spatiale? L exemple d Auschwitz. DIAPO I : Les camps de concentration et d extermination nazis : quelle organisation spatiale? L exemple d Auschwitz. DIAPO I : Les camps de concentration et d extermination nazis : quelle organisation spatiale?

Plus en détail

27 janvier 2015 Journée de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l Humanité

27 janvier 2015 Journée de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l Humanité Monsieur le Maire, Eric LEJOINDRE Mesdames et Messieurs Les enseignants et représentants de l Education Nationale Mesdames et Messieurs les Présidents et représentants d associations patriotiques Mesdames

Plus en détail

Chapitre 1 L historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale

Chapitre 1 L historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN IMPRESSION DU 23 septembre 2014 Chapitre 1 L historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale Table des matières 1 L élaboration d une mémoire résistancialiste

Plus en détail

Symphonie n 13. ou «Babi Yar» Dimitri Chostakovitch sur un poème de Evgueni Evtouchenko.

Symphonie n 13. ou «Babi Yar» Dimitri Chostakovitch sur un poème de Evgueni Evtouchenko. Symphonie n 13. ou «Babi Yar» Dimitri Chostakovitch sur un poème de Evgueni Evtouchenko. Né en 1906 et mort à Moscou en 1975, Dimitri Chostakovitch est un compositeur russe et un pianiste majeur du 20

Plus en détail

L ordre nazi : exploitation et extermination

L ordre nazi : exploitation et extermination C h a p i t r e 1 4 L ordre nazi : exploitation et extermination Point du programme Ce chapitre porte sur l occupation de l Europe pendant la Seconde Guerre mondiale et l instauration d un ordre nouveau

Plus en détail

QUESTIONS FRÉQUENTES MÉMORIAL DE LA SHOAH, PARIS

QUESTIONS FRÉQUENTES MÉMORIAL DE LA SHOAH, PARIS QUESTIONS FRÉQUENTES MÉMORIAL DE LA SHOAH, PARIS Quand on parle de Shoah, de quoi et de quelle période historique parlet-on? Shoah est un terme hébreu signifiant catastrophe. Il est utilisé pour caractériser

Plus en détail

CORRECTION BREVET BLANC 2

CORRECTION BREVET BLANC 2 CORRECTION BREVET BLANC 2 PARTIE 1: Histoire Question 1: Expliquer les repères qui correspondent aux dates suivantes: 622 / 1598. 622: l'hégire, Mahomet et ses compagnons quittent La Mecque pour Médine,

Plus en détail

Les enfants juifs déportés dans les camps d extermination

Les enfants juifs déportés dans les camps d extermination FEVRIER 2009 D o s s i e r s e t d o c u m e n t s d I z i e u Concours National de la Résistance et de la Déportation Session 2009 «Les enfants et les adolescents dans le système concentrationnaire nazi»

Plus en détail

Association déclarée régie par la Loi de 1901. Siège Social : 48, Boulevard Jourdan -75014 PARIS S T A T U T S TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

Association déclarée régie par la Loi de 1901. Siège Social : 48, Boulevard Jourdan -75014 PARIS S T A T U T S TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES C.E.P.R.E.M.A.P. Décembre 2004 CENTRE POUR LA RECHERCHE ECONOMIQUE ET SES APPLICATIONS C.E.P.R.E.M.A.P. Association déclarée régie par la Loi de 1901 Siège Social : 48, Boulevard Jourdan -75014 PARIS S

Plus en détail

Sommaire. Séquence 7 Histoire. Thème 1 : La Seconde Guerre mondiale, une guerre d anéantissement, 1939-1945

Sommaire. Séquence 7 Histoire. Thème 1 : La Seconde Guerre mondiale, une guerre d anéantissement, 1939-1945 Sommaire Histoire Thème 1 : La Seconde Guerre mondiale, une guerre d anéantissement, 1939-1945 Séance 1 La Seconde Guerre mondiale, un affrontement aux dimensions planétaires Séance 2 Séance 3 La bataille

Plus en détail

ENSEIGNER LA DEPORTATION ET L EXTERMINATION

ENSEIGNER LA DEPORTATION ET L EXTERMINATION ENSEIGNER LA DEPORTATION ET L EXTERMINATION Enseigner la déportation n est pas une tâche facile et ce pour différentes raisons. Mais deux approches sont fondamentales et complémentaires pour faire en sorte

Plus en détail

Notions et principes à maîtriser

Notions et principes à maîtriser Capacités Connaître et utiliser les repères suivants : - La Seconde Guerre mondiale : 1939-1945 - La libération des camps d extermination : 1945 - Fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe : 8 mai 1945

Plus en détail

L approche du TPIY des massacres à «grande échelle» : Réflexion sur l affaire Lukić & Lukić

L approche du TPIY des massacres à «grande échelle» : Réflexion sur l affaire Lukić & Lukić PORTAIL JUDICIAIRE DE LA HAYE L approche du TPIY des massacres à «grande échelle» : Réflexion sur l affaire Lukić & Lukić Andrea Ewing Introduction Même dans le contexte de la brutale guerre de Bosnie-Herzégovine

Plus en détail

La répression durant la Seconde Guerre mondiale

La répression durant la Seconde Guerre mondiale La répression durant la Seconde Guerre mondiale dossier pedagogique archives nationales Département de l action culturelle et éducative Service éducatif Couverture : Détail d'une affiche signée Simo -

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture POURQUOI

Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture POURQUOI Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture POURQUOI enseigner l Holocauste? Publié en 2013 par l Organisation des Nations unies pour l éducation, la science et la culture

Plus en détail

l HOLOCAUSTE Un guide de référence

l HOLOCAUSTE Un guide de référence Brève histoire de l HOLOCAUSTE Un guide de référence 1 Centre commémoratif de l Holocauste à Montreal 5151, chemin de la Côte-Sainte-Catherine (Maison Cummings) Montréal (Québec) H3W 1M6 Canada Téléphone

Plus en détail

1ère partie - Guerres mondiales et régimes totalitaires (1914-1945)

1ère partie - Guerres mondiales et régimes totalitaires (1914-1945) REPÈRES HISTOIRE programme des années précédentes 2014 Amérique Cet homme politique de l Antiquité a dirigé la cité d Athènes et associé son nom à la démocratie : Nom Dates Ce ministre de la IIIè République

Plus en détail

DORA LEVI. (1930-1944) Jeune Vouzinoise, morte en déportation

DORA LEVI. (1930-1944) Jeune Vouzinoise, morte en déportation DORA LEVI (1930-1944) Jeune Vouzinoise, morte en déportation Edition du 14 avril 1987 école maternelle Dora Levi C est ainsi que se dénomme cette école depuis une décision du conseil municipal du 12 mars

Plus en détail

SHOAH Repères et histoire

SHOAH Repères et histoire SHOAH Repères et histoire «Vous qui vivez en toute quiétude, bien au chaud dans vos maisons, n'oubliez pas que cela fut, non ne l'oubliez pas.» Primo LEVI Réalisation : Jacques DECALO, avec le concours

Plus en détail

Distr. GENERAL. HCR/GIP/02/02 Rev.1 Date: 8 juillet 2008. FRANÇAIS Original: ENGLISH

Distr. GENERAL. HCR/GIP/02/02 Rev.1 Date: 8 juillet 2008. FRANÇAIS Original: ENGLISH Distr. GENERAL HCR/GIP/02/02 Rev.1 Date: 8 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ENGLISH PRINCIPES DIRECTEURS SUR LA PROTECTION INTERNATIONALE: «L appartenance à un certain groupe social» dans le cadre de l'article

Plus en détail

Tableau méthodique des mots matières contenus dans l'index alphabétique

Tableau méthodique des mots matières contenus dans l'index alphabétique Tableau méthodique des mots matières contenus dans l'index alphabétique Administration générale - Administration communale - Administration départementale - Administration préfectorale - Bâtiment administratif

Plus en détail

STATUTS DU CENTRE DE RENSEIGNEMENT ET D INFORMATION BUREAU D INFORMATION JEUNESSE TITRE I : OBJET ET BUT DE L ASSOCIATION

STATUTS DU CENTRE DE RENSEIGNEMENT ET D INFORMATION BUREAU D INFORMATION JEUNESSE TITRE I : OBJET ET BUT DE L ASSOCIATION STATUTS DU CENTRE DE RENSEIGNEMENT ET D INFORMATION BUREAU D INFORMATION JEUNESSE ( CRI BIJ ) TITRE I : OBJET ET BUT DE L ASSOCIATION Article 1 : Il est formé à Metz, entre les personnes physiques et collectives

Plus en détail

MODE D'EMPLOI DE LA CALCULATRICE POUR LES COURTS SÉJOURS DANS L'ESPACE SCHENGEN

MODE D'EMPLOI DE LA CALCULATRICE POUR LES COURTS SÉJOURS DANS L'ESPACE SCHENGEN MODE D'EMPLOI DE LA CALCULATRICE POUR LES COURTS SÉJOURS DANS L'ESPACE SCHENGEN 1. Introduction Le règlement (UE) n 610/2013 du 26 juin 2013 a modifié la convention d'application de l'accord de Schengen,

Plus en détail

LA DEFENSE DEVANT LES JURIDICTIONS PENALES INTERNATIONALES

LA DEFENSE DEVANT LES JURIDICTIONS PENALES INTERNATIONALES LA DEFENSE DEVANT LES JURIDICTIONS PENALES INTERNATIONALES PAR François ROUX Depuis Nuremberg jusqu au Tribunal spécial pour le Liban, la défense devant les tribunaux pénaux internationaux a subi une évolution

Plus en détail

Charte d éthique et d évaluation de la Vidéosurveillance municipale

Charte d éthique et d évaluation de la Vidéosurveillance municipale PREAMBULE Charte d éthique et d évaluation de la Vidéosurveillance municipale - La vidéosurveillance est un outil au service de la politique de sécurité et de prévention de la Ville de Rouen dans le cadre

Plus en détail

Leçon n 5 : «La Seconde Guerre Mondiale, une guerre d anéantissement (1939-1945)»

Leçon n 5 : «La Seconde Guerre Mondiale, une guerre d anéantissement (1939-1945)» Leçon n 5 : «La Seconde Guerre Mondiale, une guerre d anéantissement (1939-1945)» Introduction : Le 1 er septembre 1939, l Allemagne nazie attaque puis envahit la Pologne, c est le début de la Seconde

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

Dr Marcel Tenenbaum rescapé de la Shoah

Dr Marcel Tenenbaum rescapé de la Shoah D ix questions à Dr Marcel Tenenbaum rescapé de la Shoah La Caserne Dossin en bref... La Caserne Dossin est située à Malines en Belgique. C est à cet endroit que l on regroupa les Juifs de ce pays avant

Plus en détail

Critique littéraire de Emmanuel Le Roy Ladurie parue dans le Figaro Littéraire du 16/01/1997

Critique littéraire de Emmanuel Le Roy Ladurie parue dans le Figaro Littéraire du 16/01/1997 Critique littéraire de Emmanuel Le Roy Ladurie parue dans le Figaro Littéraire du 16/01/1997 HOLOCAUSTE : PEUT-ON ACCUSER LE PEUPLE ALLEMAND? Dans un ouvrage polémique, l'américain Daniel Goldhagen conclut

Plus en détail

Préparation à la visite du Mémorial de la Résistance. A l attention des enseignants

Préparation à la visite du Mémorial de la Résistance. A l attention des enseignants Préparation à la visite du Mémorial de la Résistance A l attention des enseignants En Préambule Afin que les élèves puissent pleinement profiter de leur visite Nous attirons votre attention sur le fait

Plus en détail

Histoire Thème I : L historien et les mémoires de la seconde guerre mondiale Instructions officielles

Histoire Thème I : L historien et les mémoires de la seconde guerre mondiale Instructions officielles Histoire Thème I : L historien et les mémoires de la seconde guerre mondiale Instructions officielles Les effets du contexte sur l élaboration des mémoires de la seconde Guerre mondiale en France. Les

Plus en détail

L épiscopat français, le régime de Vichy et la persécution des juifs. Table-ronde de l IRER, Maison de la Recherche, 17 janvier 2013

L épiscopat français, le régime de Vichy et la persécution des juifs. Table-ronde de l IRER, Maison de la Recherche, 17 janvier 2013 L épiscopat français, le régime de Vichy et la persécution des juifs Table-ronde de l IRER, Maison de la Recherche, 17 janvier 2013 Jean Pierre Guérend 1 En 1939, le cardinal Suhard, encore archevêque

Plus en détail

MODALITÉS DE TRANSFERT

MODALITÉS DE TRANSFERT 14 novembre 2003. ARRÊTÉ ROYAL portant exécution de la loi du 28 avril 2003 relative aux pensions complémentaires et au régime fiscal de celles-ci et de certains avantages complémentaires en matière de

Plus en détail

STATUT ACTUALISÉ DU TRIBUNAL PÉNAL INTERNATIONAL POUR L EX-YOUGOSLAVIE

STATUT ACTUALISÉ DU TRIBUNAL PÉNAL INTERNATIONAL POUR L EX-YOUGOSLAVIE NATIONS UNIES Tribunal international chargé de poursuivre les personnes présumées responsables de violations graves du droit international humanitaire commises sur le territoire de l ex-yougoslavie depuis

Plus en détail