AVANT-PROPOS PAR JEAN-PAUL BODIN, SECRÉTAIRE GÉNÉRAL POUR L'ADMINISTRATION DU MINISTÈRE DE LA DÉFENSE ET DES ANCIENS COMBATTANTS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "AVANT-PROPOS PAR JEAN-PAUL BODIN, SECRÉTAIRE GÉNÉRAL POUR L'ADMINISTRATION DU MINISTÈRE DE LA DÉFENSE ET DES ANCIENS COMBATTANTS"

Transcription

1

2

3

4

5 AVANT-PROPOS PAR JEAN-PAUL BODIN, SECRÉTAIRE GÉNÉRAL POUR L'ADMINISTRATION DU MINISTÈRE DE LA DÉFENSE ET DES ANCIENS COMBATTANTS Voilà plus de 70 ans, une tragédie effroyable ravagea notre continent. Au cours du deuxième conflit mondial, l'allemagne nazie décida une entreprise de destruction délibérée, systématique et organisée, qui conduisit à l'extermination de six millions d'êtres humains, dont le seul crime était d'être nés juifs au nom d'une idéologie criminelle construite sur la brutalité, la peur, le mépris de la dignité humaine et l'inégalité des races. En France, une législation antisémite fut très rapidement mise en place par les Allemands en zone occupée, mais aussi à l'initiative du gouvernement du maréchal Pétain, au mépris des principes fondamentaux de la République française. Dès octobre 1940, un premier statut des Juifs est adopté les excluant de certaines professions (enseignant, journaliste, officier, fonctionnaire de police, ) et des responsabilités politiques ou administratives (mandats électifs, préfets, juges..). Ces interdictions sont renforcées en juin 1941 lors du deuxième statut des Juifs (banquier, agent immobilier, gérant de cinéma ou de salles de spectacle, avocat, médecin ). Une structure spécifique, le commissariat général aux affaires juives, véritable ministère de l'antisémitisme, fut créé et un recensement des biens et des personnes ordonné en organisées en 1941, concernant surtout les hommes. Mais 1942 fut le début de la déportation systématique et massive des Juifs de France. Prés de personnes, hommes, femmes, enfants, furent arrêtées lors de la grande rafle «du Vél d'hiv». Au total, durant la Seconde Guerre mondiale, Juifs furent déportés, dont avaient moins de 18 ans. 3% sont revenus après la guerre. Mais, grâce à l'aide de réseaux et de milliers d'anonymes, 75% de la communauté juive française survécut. L'année 1942 fut donc une année charnière qu'il convient de commémorer pour rappeler aux jeunes générations l'importance du devoir de mémoire, de la lutte contre toute forme de barbarie, de la possibilité qu'a tout individu de dire un jour non. Et c'est tout naturellement avec le Mémorial de la Shoah, auquel un partenariat nous lie depuis 2010, que le ministère de la défense et des anciens combattants s'est associé pour organiser ensemble cette commémoration. Tout au long de l'année 2012, se déroulera une série de manifestations, détaillée dans cette brochure, conçue comme une véritable saison mémorielle et destinée à tous les publics et toutes les générations pour que tous ensemble nous affirmions «plus jamais ça». Ainsi, tout se mit en place pour que la politique d'exclusion débouche sur une politique de déportation. Les premières rafles furent d'ailleurs JEAN-PAUL BODIN _05

6

7 PRÉFACE PAR ÉRIC DE ROTHSCHILD, PRÉSIDENT DU MÉMORIAL DE LA SHOAH Tout au long de l année 2012, l Europe et notamment la France commémore le 70 e anniversaire de l année 1942, une année qui fut déterminante dans l histoire de l assassinat des Juifs d Europe par les nazis et leurs alliés. Après les massacres massifs par fusillades commencés en Ukraine dans le courant de l été 1941, les nazis décident la mise à mort des Juifs de toute l Europe. En 1942, la déportation des Juifs s organise avec la complicité, voire le soutien d un certain nombre d administrations et de gouvernements, notamment celui du maréchal Pétain en France. En France, au terme des négociations conclues entre l administration française et l occupant nazi, les rafles de l été 1942 sont réalisées par la police et la gendarmerie sur l ensemble du territoire, y compris là où l occupant n était pas. Ces arrestations massives qui se soldent par la remise de dizaines de milliers de Juifs aux autorités allemandes en vue de leur déportation, marquent un tournant. 1942, c est le temps de la collaboration d État. Pour la première fois, en plus des hommes, des femmes et des enfants sont arrêtés en plein jour. Ces derniers, les enfants que les nazis ne réclamaient pas, seront finalement déportés. Relisons les pages terribles consacrées par Georges Wellers, à «l épouvantable drame des enfants» pour tenter de prendre la mesure de cette tragédie. Le sort des enfants en constitue un symbole. C est le marqueur du génocide. Un témoin des rafles de l été 1942 fut Isaac Schneersohn. Refugié en Dordogne, il assiste impuissant à l arrestation de dizaines de familles juives à Périgueux. C est en grande partie à la suite de cet événement qu il décide de fonder à Grenoble, dans la clandestinité, le Centre de documentation juive contemporaine (CDJC) afin de recueillir la trace des crimes et pouvoir en demander justice. Ce centre est aujourd hui une composante essentielle du Mémorial de la Shoah, héritier du Mémorial du Martyr Juif inconnu érigé en 1956 par le même Schneersohn et rénové en Le tournant de l année 1942, c est aussi celui d une partie de l opinion. Force est de constater que l indifférence dominait quand les premières mesures antisémites de 1940 et 1941 frappèrent les Juifs, en particulier lors de la promulgation du premier statut des Juifs en octobre 1940, sans pression allemande, par le maréchal Pétain et son gouvernement. Une partie des Français témoigna de sa désapprobation, notamment après le marquage par l étoile jaune en juin 1942, puis lors des arrestations massives de l été Ils se manifestèrent alors au nom de leur conscience, au nom aussi des valeurs humanistes de la France, fondement des valeurs de la République que Vichy n avait pas réussi à extirper du cœur de tous. Il est aujourd hui difficile de le concevoir pour un jeune adulte, mais pendant des décennies, la persécution des Juifs de France durant la Seconde Guerre mondiale fut occultée dans la mémoire collective, au mieux noyée parmi la cohorte des victimes de l occupant nazi. Les arrestations, l internement, les rafles et la déportation de Juifs _07

8 depuis le territoire national furent passés sous silence ou guère mieux. L heure était à la réconciliation nationale après les heures sombres et douloureuses de l Occupation. Le régime de Vichy et la Collaboration n étaient qu une parenthèse. L ancien chef de l État, déchu de son titre de maréchal, Philippe Pétain, avait été jugé comme les principales figures de son régime finalement honni. Le temps de la Libération était celui de la célébration de la Résistance et d une forme d oubli, malgré la voix de celles et ceux qui refusaient d oublier, en vérité si peu nombreux alors. Il aura fallu toute la ténacité des rescapés, mais aussi, d historiens, d écrivains, de cinéastes, d associations, touchés souvent dans leur chair, pour qu au fil des années 1970 et des années suivantes, le drame des Juifs de France émerge du pesant silence qui l entourait. Des hommes, des institutions, ont contribué à mettre en lumière la tragédie de cette époque. Rendons hommage à Henri Bulawko qui, libéré des camps satellites d Auschwitz, fut l une des grandes figures du monde de la Déportation et qui vient de nous quitter. Rendons hommage à tous les déportés qui, ayant vécu l innommable, ont eu la force et la générosité, tant vis-à-vis de leurs compagnons disparus que vis-à-vis des jeunes générations, de témoigner, d enseigner, de transmettre cette terrible histoire. Leurs témoignages ont servi à renforcer l exercice de la tolérance et le respect de l autre dans notre société. Rendons hommage au Mémorial et au CDJC, devenus aujourd hui le Mémorial de la Shoah, qui ayant réuni au cours des temps les archives indispensables à la compréhension de cette époque, éduquent de façon inlassable les jeunes générations. Rendons hommage à l engagement de Serge Klarsfeld, historien, avocat, militant de la mémoire dont le rôle fut déterminant pour faire comprendre à la société française et à ses élites, l étendue de la tragédie perpétrée sur son sol en Rendons hommage aux hommes politiques qui ont eu le courage de prendre en compte cette tragédie et notamment le Président Jacques Chirac qui, au nom de la République française, a reconnu pour la première fois la responsabilité du pays dans ce drame. 70 ans après cette année terrible de 1942, le Mémorial de la Shoah et le ministère de la défense et des anciens combattants ont décidé de s associer afin d en transmettre la mémoire et l histoire. ERIC DE ROTHSCHILD _08

9 1942 LA MISE EN PLACE DU GÉNOCIDE DES JUIFS D EUROPE L année 1942 constitue une année charnière dans la mise en œuvre du génocide des Juifs par le III e Reich. Si l antisémitisme figure au cœur de l idéologie nazie, si la haine des Juifs structure la vision du monde de ses partisans, leurs manifestations vont toutefois évoluer profondément entre 1933 et Certes, l exclusion et la violence les caractérisent dans la durée. Mais après une première phase visant à débarrasser l Allemagne de sa population juive par une politique d émigration forcée, la prise de contrôle de la Pologne en 1939, puis de nouveaux territoires à l Est avec le déclenchement de la guerre contre l URSS en juin 1941, s accompagnent d une radicalisation de la violence perpétrée contre les Juifs. À l automne 1941, alors que la perspective d un effondrement rapide de l Union soviétique s éloigne, les dirigeants nazis lancent un programme d assassinat massif des populations juives, d abord locales puis progressivement étendu à l échelle européenne. La décision de procéder à l assassinat systématique des Juifs d Europe est prise au cours du second semestre de l année 1941, au plus haut niveau du régime nazi par Adolf Hitler et le chef de la SS Heinrich Himmler, mais sa réalisation débute pleinement en Lors d une conférence tenue dans la banlieue de Berlin, à Wannsee, le 20 janvier 1942, quatorze hauts responsables de la SS et des principaux ministères sont réunis autour de Reinhard Heydrich, le chef de l Office central de sécurité du Reich (RSHA), à l origine de l invitation. Cette réunion vise à définir les modalités d application de l extermination des Juifs d Europe en associant l ensemble des administrations allemandes concernées. L extermination à l échelle du continent repose sur la création de sites de mise à mort. Si Chelmno est ouvert en décembre 1941, d autres fonctionnent dans le cadre de l Aktion Reinhard, le programme d assassinat des Juifs de Pologne qui constitue la première communauté juive européenne avec personnes dont 90% sont effectivement tués. Belzec est ouvert le 17 mars 1942, Sobibor en avril et Treblinka en juillet. Le 23 juillet, un premier convoi de Juifs transférés de Varsovie arrive à Treblinka, étape initiale dans la liquidation du plus grand ghetto de Pologne. Le camp d Auschwitz-Birkenau devient à compter du printemps 1942 le centre de la déportation européenne des Juifs et de leur assassinat. _09

10 L année 1942 constitue donc un tournant pour les populations de toute l Europe, notamment en France. Dans ce pays, dès l occupation en 1940, les Juifs sont frappés par les directives allemandes et celles du régime de Vichy qui visent à les mettre au ban de la société en définissant au préalable des critères d identification. Ces mesures se précisent et se radicalisent au fil des mois, provoquant l internement de plusieurs milliers d individus, leur retrait de nombreuses professions comme de pans entiers de la vie quotidienne, légalisant aussi le pillage économique. Des rafles vont frapper dès mai 1941 des hommes juifs étrangers en zone nord, avant de toucher également des personnalités de nationalité française en décembre Les rafles visent à interner et à exclure les Juifs étrangers puis français de la société. Au printemps 1942, l application des décisions radicales adoptées par le régime nazi se met en place, avec la complicité du régime de Vichy qui entend affirmer ses prérogatives et sa loyauté envers les autorités d occupation, plus encore après le retour au pouvoir comme vice-président du Conseil de Pierre Laval en avril 1942, aux côtés du maréchal Pétain. Le responsable des affaires juives de la Gestapo en France, Dannecker, organise le départ d un premier convoi de Juifs à destination d Auschwitz le 27 mars 1942, dans une optique de représailles après les attaques commises contre les troupes allemandes. Il se compose de hommes. Les convois reprendront à partir de juin et plus encore dans les mois suivants. Cette politique est l aboutissement de négociations entamées au printemps 1942 par l Allemagne nazie auprès des autorités françaises afin de s assurer de leur participation pour l arrestation et l internement des Juifs désormais destinés à la déportation et à la mort. Des rafles perpétrées dans les semaines suivantes frappent cette fois des familles entières, à Paris à partir de la mi-juillet et en zone sud à partir du 26 août Juifs venant de la zone non occupée seront remis ainsi au III e Reich. Au cours de la seule année 1942, plus de deux millions et demi de Juifs d Europe sont assassinés. S agissant de la France ou de la Belgique par exemple, près de la moitié du nombre total des Juifs tués durant la totalité de la guerre l'est cette année là. Entre mars et novembre, 43 convois avec Juifs déportés quittent la France. Mais si 1942 marque une étape cruciale dans l accomplissement du génocide, parallèlement des informations vont parvenir auprès des dirigeants alliés sur les crimes en cours. En France, les mesures d exclusion et de persécution, notamment les rafles de l été 1942, suscitent une prise de conscience d une partie grandissante de l opinion qui favorise le sauvetage de la majorité des Juifs de France. DATES DES PREMIERS CONVOIS ARRIVANT À AUSCHWITZ Ghettos avoisinant Auschwitz : mars 1942 Slovaquie : 26 mars 1942 France : 30 mars 1942 Pays-Bas : 17 juillet 1942 Belgique : 5 août 1942 Yougoslavie : 18 août 1942 Camp-ghetto de Theresienstadt (Tchécoslovaquie) : 28 octobre 1942 Norvège : 1 er décembre 1942 Allemagne : 10 décembre 1942 _10

11 LA SHOAH L EXTERMINATION DES JUIFS EN EUROPE Rampe d'arrivée des convois de déportés à Auschwitz-Birkenau. Pologne, Mémorial de la Shoah/CDJC _11

12 LA SHOAH L EXTERMINATION DES JUIFS EN EUROPE La Shoah se caractérise par trois facteurs historiques majeurs : l intention d anéantir entièrement un peuple et une civilisation, la mobilisation de moyens criminels massifs par un appareil d État bureaucratique et centralisé, et le nombre des victimes. L extermination des Juifs d Europe se double d une volonté d effacer toute trace du massacre et d en masquer la réalité jusque dans le vocabulaire employé («Solution finale de la question juive», «transfert à l Est», «traitement spécial»...). Evénement sans équivalent, la Shoah marque une rupture brutale dans l histoire de l espèce humaine que la haine séculaire des Juifs et l antisémitisme viscéral d Adolf Hitler ne suffisent pas à expliquer. Le retour à la chronologie permet de reconstituer les mécanismes historiques ayant conduit de l exclusion juridique des Juifs dans l Allemagne des années 30 à leur extermination programmée et systématique à l échelle du continent européen. L ANTISÉMITISME AU CŒUR DE L IDÉOLOGIE NAZIE La vision nationale-socialiste, largement développée par Hitler dans Mein Kampf, est fondée sur le principe de l existence de races, fondamentalement inégales entre elles, qui déterminent de manière immuable la place de chacun dans une hiérarchie politique, sociale et culturelle. Au sommet de cette classification, «les Aryens, présupposés fondateurs de l humanité, incarnés par les Allemands, peuple de maîtres à qui il revient de dominer le monde». En bas se trouvent les Slaves. Les Juifs sont placés en dehors de l espèce humaine, assimilés à des parasites à éliminer. L antisémitisme est d ailleurs au centre de la conception nazie du monde. Selon les nazis, les Juifs animent une conspiration mondiale et gangrènent les peuples. Ils sont jugés responsables de la défaite de l Allemagne en 1918 et de son déclin. Si Hitler se présente comme un théoricien novateur, le mythe qu il développe à propos des Juifs puise ses racines dans le passé de l antijudaïsme chrétien et dans celui de l antisémitisme moderne né au XIX e siècle. _12

13 .EXCLURE..LES PERSÉCUTIONS ANTISÉMITES..EN ALLEMAGNE ( ). Inscriptions antisémites sur des boutiques appartenant à des Juifs, après la Nuit de Cristal. Allemagne, 10 novembre Mémorial de la Shoah/CDJC En Allemagne, la persécution des Juifs commence dès l arrivée des nazis au pouvoir, dans une société allemande de plus en plus marquée par la violence qui frappe de nombreux groupes sociaux, opposés au III e Reich ou jugés déviants. L égalité civile dont les Juifs bénéficiaient en Allemagne depuis 1871 est brisée. Le champ des interdictions professionnelles s étend progressivement de la fonction publique aux arts, à la culture, à l armée, à la justice, à l enseignement, à la médecine, à la presse et aux professions libérales. De multiples dispositions juridiques frappent les Juifs dans tous les domaines de la vie quotidienne. Au total, plus de 400 lois et décrets anti-juifs sont édictés entre 1933 et 1939, et près de jusqu en En septembre 1935, la Loi pour la défense du sang et de l honneur allemand et la Loi sur la citoyenneté du Reich, communément appelées les Lois de Nuremberg, privent les Juifs de la citoyenneté allemande et de tous les droits civiques qui y sont attachés, comme le droit de vote. Ils sont désormais considérés juridiquement comme des «sujets de l État» et non plus des citoyens. _13

14 Des SA posent avec un panneau appelant au boycott des magasins appartenant à des Juifs. Allemagne, années Mémorial de la Shoah/CDJC Plus de Juifs sont directement concernés par l application de ces lois autres personnes, issues de mariages mixtes, font l objet de dispositions particulières. Jusqu au déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, le pouvoir nazi entend se débarrasser des Juifs en les forçant à émigrer. Contraints à l exil, environ Juifs quittent l Allemagne dans les cinq premières années du régime, mais après l annexion de l Autriche en mars 1938, Juifs sont intégrés au Reich. Toutes les mesures discriminatoires introduites en Allemagne depuis 1933 leur sont immédiatement appliquées. Pour chercher une solution au problème des réfugiés, essentiellement juifs, qui fuient l Allemagne, une conférence internationale est organisée à Evian du 6 au 15 juillet Elle se solde par un échec, aucun des 32 États participants n acceptant d assouplir sa politique d immigration pour les accueillir. L année 1938 marque un nouveau tournant dans la politique antijuive du régime nazi. Le 26 avril, les Juifs sont contraints par décret de déclarer tous les biens qu ils possèdent. C est le début d un processus de spoliation appelé «aryanisation». Les entreprises appartenant à des Juifs sont systématiquement confisquées, les commerces fermés et les travailleurs indépendants contraints de cesser toute activité. De plus, après l exécution à Paris d un conseiller militaire allemand par un jeune Juif polonais, Hershl Grynszpan, en représailles à l expulsion récente des Juifs polonais vivant en Allemagne, une vague de violences anti-juives est organisée en Allemagne et en Autriche dans la nuit du 9 au 10 novembre personnes sont assassinées, 267 synagogues saccagées et incendiées, et plus de magasins pillés. C est la «Nuit de Cristal» hommes, âgés de 16 à 80 ans, sont arrêtés et envoyés dans les camps de concentration. C est la première fois que des Juifs sont placés dans le système concentrationnaire au seul motif de leur judéité. L émigration forcée des Juifs du Reich s accélère. Au total, Juifs environ quittent l Allemagne après la «Nuit de Cristal». Le 30 janvier 1939, Hitler prononce un discours au Reichstag dans lequel il annonce que «si la guerre devait éclater, le résultat en serait l extermination des Juifs européens». _14

15 .DE LA CRÉATION DES GHETTOS..EN POLOGNE OCCUPÉE À L INVASION..DE L URSS ( ). Un enfant dans le ghetto de Varsovie. Pologne, IPN Le 1 er septembre 1939, les troupes allemandes envahissent la Pologne. L Armée rouge prend les défenses polonaises à revers le 17 en application des dispositions secrètes du pacte germanosoviétique, signé le 23 août. Après quatre semaines de combat, l Allemagne et l URSS se partagent le territoire polonais. Les régions de Poznan (Posen) et Lodz (Litzmannstadt) sont annexées au Reich sous le nom de Warthegau, et un «Gouvernement général» créé autour de Cracovie. Au total, Juifs habitent dans ces deux zones. Immédiatement, les violences à leur encontre se multiplient. Dès le mois de septembre, Reinhard Heydrich, nommé à la tête de l Office central de sécurité du Reich (RSHA), décide de transférer les Juifs du Warthegau vers le Gouvernement général, de les regrouper dans les villes et de les parquer dans des quartiers séparés, les ghettos. Les petites communautés de moins de cinq cents personnes sont dissoutes, les villages détruits et les synagogues incendiées. Fin novembre, les Juifs sont contraints de porter un signe distinctif. Tous les hommes âgés de quatorze à soixante ans sont astreints au _15

16 Transfert de population vers le ghetto de Lodz sous la surveillance de soldats nazis. Pologne, 1942 Mémorial de la Shoah/CDJC travail forcé. Les premiers ghettos apparaissent à la fin de l année 1939 dans la zone annexée au Reich, et au printemps 1940 dans le «Gouvernement général». Les plus importants sont créés à Lodz en février 1940, à Varsovie en octobre 1940 et à Cracovie en mars Il n y a pas de plan d ensemble. Le processus d enfermement s opère au gré des décisions locales des forces d occupation. Les Juifs sont brutalement contraints de quitter leur domicile et d aller s entasser dans le quartier le plus pauvre de la ville. Leurs habitations et tous les biens qu ils ne peuvent emporter sont saisis. Les entreprises leur appartenant sont liquidées. Le ghetto est entouré d une enceinte surveillée. La famine organisée, le surpeuplement, le froid et les épidémies provoquent une mortalité très importante, de près de personnes. Toutefois, pour les nazis, l enfermement des Juifs dans les ghettos ne constitue qu une étape intermédiaire avant leur expulsion définitive des territoires sous domination allemande. Dans un premier temps, Heydrich envisage de créer une «réserve juive» dans le district de Lublin, mais ce projet se heurte à la double opposition du chef du Gouvernement général, Hans Frank, et du responsable suprême de l économie allemande, Hermann Göring, également en charge de la question juive. Après l invasion de la France, Adolf Eichmann, qui dirige le Bureau des affaires juives du RSHA (IVb4), étudie l émigration forcée des Juifs vers l île de Madagascar. Mais la poursuite de la guerre contre le Royaume-Uni rend le projet irréalisable. Choisissant la fuite en avant, Hitler décide alors de déclencher l offensive contre l URSS. _16

17 .DÉTRUIRE..L EXTERMINATION PHYSIQUE..( ). Exécution de femmes et d enfants juifs du ghetto de Mizocz par une unité mobile allemande aidée de miliciens ukrainiens. Ukraine, 14 octobre USHMM Le 22 juin 1941, l attaque de l Union soviétique marque un tournant dans le processus génocidaire. Pour Hitler, la guerre contre l URSS n est pas une guerre conventionnelle mais une guerre totale, une «guerre d extermination» ayant pour fin l anéantissement du «judéobolchevisme». Cinq millions de Juifs vivent alors sur le territoire soviétique, dont quatre dans la partie occidentale directement touchée par l invasion. Dès le printemps 1941, quatre unités spéciales, les Einsatzgruppen, ont été constituées pour suivre l avancée des troupes allemandes. Elles comptent près de volontaires : Waffen SS, membres des forces de police, mais aussi auxiliaires baltes et ukrainiens. Ces «unités mobiles de tuerie», selon l expression de l historien américain Raul Hilberg, sont chargées d éliminer les commissaires politiques, les militants communistes et les hommes juifs, puis, rapidement, l ensemble de la population juive, femmes et enfants compris. Derrière un front s étendant de la Baltique à la Mer Noire, les Einsatzgruppen procèdent à des tueries systématiques qui font plus de un million cinq cent mille morts au total. _17

18 Les dirigeants nazis pensent remporter une victoire rapide contre l URSS. La résistance inattendue des troupes soviétiques les amène à remiser, au moins provisoirement, le projet d une expulsion généralisée des Juifs à l Est, en même temps qu elle laisse entrevoir l éventualité d une nouvelle défaite militaire de l Allemagne. C est dans ce contexte qu est prise, à l automne 1941, la décision d assassiner tous les Juifs d Europe. La technique retenue est le gazage, homicide déjà employé en secret depuis le début de l année 1940 dans six centres d euthanasie situés à l intérieur du Reich à l encontre d handicapés mentaux et de malades incurables, lors de l Aktion T4. Dans un premier temps, les Juifs sont asphyxiés à l arrière de camions au moyen des gaz d échappement. Ces camions à gaz sont utilisés à Chelmno à partir du 8 décembre L extermination des Juifs a donc commencé lorsque se tient à Wannsee, le 20 janvier 1942, une conférence au cours de laquelle sont précisées les modalités administratives, politiques et diplomatiques de la «Solution finale de la question juive». La conférence était initialement convoquée pour le 9 décembre Elle fut repoussée en raison de l attaque japonaise contre les États-Unis, provoquant son entrée en guerre et l extension désormais planétaire du conflit. Pour les nazis, onze millions de Juifs, dont ceux présents en Angleterre, en Irlande et sur les territoires liées à la France en Afrique du Nord, sont concernés. La réunion confirme par ailleurs la prééminence administrative et bureaucratique de la SS dans le génocide des Juifs d Europe. L étape suivante est la liquidation des Juifs du Gouvernement général, appelée Aktion Reinhard. Trois «centres de mise à mort», selon l expression de Raul Hilberg, équipés de chambres à gaz fixes, sont construits à Belzec, Treblinka et Sobibor au début de l année Les trois centres de mise à mort fonctionnent selon un même modèle. À l arrivée des convois, les victimes doivent se déshabiller avant d être poussées dans les chambres à gaz à travers un corridor entouré de barbelés. Les chambres à gaz, maquillées en salles de douche, fonctionnent au moyen du monoxyde de carbone produit par des moteurs diesel. Les corps des victimes sont d abord ensevelis dans des fosses communes creusées à proximité, puis brûlés sur des bûchers à ciel ouvert, afin de dissimuler toute trace du massacre. Environ personnes sont tuées à Belzec en l espace de neuf mois entre mars et décembre 1942 ; à Sobibor entre mai 1942 et octobre 1943 ; à Treblinka entre juillet 1942 et novembre Alors que le site de Belzec est abandonné en juin 1943, Treblinka et Sobibor cessent de fonctionner après la révolte du commando juif chargé du fonctionnement des installations, respectivement le 2 août et le 14 octobre L Aktion Reinhard prend fin avec l exécution des détenus juifs du camp de Majdanek et des ateliers de travail de la région de Lublin, entre le 3 et le 5 novembre Parallèlement à l Aktion Reinhard, le camp d Auschwitz est doté de grandes installations de gazage et d incinération, où un million de Juifs, déportés de tous les territoires occupés par les forces du Reich, sont assassinés entre 1942 et Malgré la volonté des nazis de préserver le secret sur ces crimes, des informations circulent rapidement au sein des pays occupés et sont transmises aux principaux gouvernements alliés. Ainsi en mai 1942, un rapport du Bund (Union générale des travailleurs juifs) parvient au gouvernement polonais en exil à Londres, décrivant l extermination des Juifs, fournissant une liste de sites d extermination ainsi qu une estimation du nombre de victimes de , qui s avère inférieure à la réalité. La radio anglaise rapporte ces informations. Tout au long du printemps et jusqu à la fin de l année, de nouveaux messages parviennent à Londres et à Washington. Ainsi, le 8 août 1942, le représentant du congrès juif mondial en Suisse, Gerhart Riegner adresse un télégramme au rabbin Stephen Wise, président du congrès juif mondial aux États-Unis, et à Sidney Silverman, un député britannique, relayant les confidences d Eduard Schulte, un industriel allemand, sur un vaste programme d assassinat des Juifs d Europe. Dans les dernières semaines de 1942, le résistant polonais Jan Karski témoigne de son parcours clandestin au sein du ghetto de Varsovie auprès du premier ministre britannique puis, en 1943, auprès du président américain. Sur la base de ces informations, les gouvernements alliés dénoncent le 17 décembre 1942, pour la première fois expressément, la politique d extermination des Juifs d Europe, sans jamais intervenir directement jusqu à la fin de la guerre. _18

19 RÉPARTITION DES VICTIMES PAR PAYS (DANS LES FRONTIÈRES DE 1937) Les chiffres du bilan établi par Raul Hilberg sont des minima. Pour certains historiens, le nombre des victimes est plus élevé et pourrait atteindre le chiffre de 6,5 millions. Selon R. Hilberg * Selon l Enzyklopädie des Holocaust ** EUROPE DE L EST Pologne environ à Lituanie environ à Lettonie à Estonie à Roumanie à URSS plus de à EUROPE CENTRALE ET BALKANIQUE Allemagne environ à Autriche environ Tchécoslovaquie à Hongrie plus de à Yougoslavie à Grèce à EUROPE OCCIDENTALE France Belgique Pays-Bas environ Luxembourg environ Italie (y compris Rhodes) Norvège environ Total général environ à * D après Raul Hilberg, La destruction des Juifs d Europe, Fayard, ** E. Jäckel, P. Longerich, J.H. Schoeps (dir.), Enzyklopädie des Holocaust, Argon, 1993, 1 re édition, Israël Gutman (dir.), _19

20 CARTE DES CAMPS EN EUROPE Helsinki Camp de concentration NORVÈGE FINLANDE Vaivara Camp d extermination Camp mixte Oslo Stockholm Klooga Ghetto Allemagne et pays annexés Pays occupés par l Allemagne SUÈDE Pays alliés de l Allemagne Pays neutres OSTLAND Riga-Kaiserwald MER DU NORD DANEMARK Copenhague MER BALTIQUE Kauen- Kovno (Kaunas) Vilna URSS Stutthof Minsk District de Bialystok Neuengamme Hambourg Ravensbrück Bialystok Amsterdam Bergen-Belsen Hanovre Oranienburg- Sachsenhausen Berlin Chelmno (Kulmhof) Varsovie Treblinka UKRAINE PAYS-BAS Bruxelles Cologne BELGIQUE LUXEMBOURG Luxembourg Dora-Mittelbau Buchenwald Leipzig Flossenburg ALLEMAGNE Dresde Theresienstadt Gross-Rosen Prague BOHÊME-MORAVIE Wroclaw Auschwitz Lodz Plaszow Cracovie Lublin GOUVERNEMENT GÉNÉRAL DE POLOGNE Sobibor Majdanek Belzec Lvov District de Lemberg Nuremberg ALSACE-LORRAINE SLOVAQUIE FRANCE Natzweiler Strasbourg Dachau Munich Mauthausen Linz Vienne Bratislava HONGRIE AUTRICHE Budapest Berne SUISSE ITALIE BASSE-STYRIE ROUMANIE CROATIE Mémorial de la Shoah _20

Chronologie comparée de la Shoah

Chronologie comparée de la Shoah Chronologie comparée de la Shoah Cadre général Le sort des Juifs en Europe En France 1933 1933 1933 30 janvier : Adolf Hitler chancelier 1 avril : journée de boycott des magasins juifs 7 avril : révocation

Plus en détail

I) La politique nazie d extermination

I) La politique nazie d extermination I) La politique nazie d extermination La Seconde guerre mondiale a été marquée par l extermination de 10 millions de personnes par les nazis. Les Juifs en particulier ont été les victimes d un génocide

Plus en détail

Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement

Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement Chanson : Nuit et brouillard de Jean Ferrat http://www.youtube.com/watch?v=94yoxycqo6s

Plus en détail

De la discrimination à l extermination

De la discrimination à l extermination De la discrimination à l extermination La crise des années trente a réveillé en France l antisémitisme qui sommeillait depuis l affaire Dreyfus. Les groupes d extrême-droite mènent des campagnes dont la

Plus en détail

III. Comment les nazis ont-ils organisé ces deux génocides?

III. Comment les nazis ont-ils organisé ces deux génocides? III. Comment les nazis ont-ils organisé ces deux génocides? Dans les régions occupées par l URSS, des divisions SS les Einsatzgruppen) massacrent systématiquement les Juifs à partir de 1941. Ils sont gazés

Plus en détail

1er sept. 1939 Les troupes allemandes... C'est le début de la Seconde Guerre mondiale.

1er sept. 1939 Les troupes allemandes... C'est le début de la Seconde Guerre mondiale. Le contexte historique : la France pendant la Seconde Guerre mondiale Complétez la chronologie suivante. Vous pouvez vous référer au site http://www.e-chronologie.org/monde/ww2.php 1er sept. 1939 Les troupes

Plus en détail

CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème

CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème LE NAZISME (1933-1945) DU TRAITE DE VERSAILLES A L ARRIVEE D HITLER AU POUVOIR PAGES 4-5 Comment Mussolini, nouveau dirigeant de l Italie est-il mis en valeur

Plus en détail

Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) Dates : 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche

Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) Dates : 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche Septembre 1939 : début de la deuxième guerre mondiale Anschluss : annexion

Plus en détail

Glossaire 3 : 3 Ressources :

Glossaire 3 : 3 Ressources : Le vocabulaire concernant l extermination des Juifs d Europe par les nazis Le régime nazi a, de 1941 à 1945, mis en œuvre sa décision planifiée de destruction des populations juives d Europe. L objectif

Plus en détail

La Seconde Guerre mondiale : guerre d anéantissement et génocide des Juifs et des Tziganes.

La Seconde Guerre mondiale : guerre d anéantissement et génocide des Juifs et des Tziganes. Première S, histoire LMA, 2011-2012 Thème 2 La guerre au XXe siècle Question 1 Guerres mondiales et espoirs de paix Cours 2 La Seconde Guerre mondiale : guerre d anéantissement et génocide des Juifs et

Plus en détail

La IIe Guerre mondiale, une guerre d anéantissement et génocides Introduction : «radicalisation de la violence» une guerre d anéantissement

La IIe Guerre mondiale, une guerre d anéantissement et génocides Introduction : «radicalisation de la violence» une guerre d anéantissement H2.1 : Guerres mondiales et espoirs de paix. La II e Guerre mondiale, une guerre d anéantissement et génocides. Introduction : Si la 1 ère guerre mondiale fut la première guerre totale, la 2 ème GM, par

Plus en détail

LA SHOAH. Document du Mémorial de la Shoah. 2007

LA SHOAH. Document du Mémorial de la Shoah. 2007 LA SHOAH Document du Mémorial de la Shoah. 2007 Au cours de la Seconde Guerre mondiale, 5 à 6 millions de Juifs européens ont été assassinés par l Allemagne nazie et ses complices. Le nombre des victimes,

Plus en détail

Les jeunes contre l oubli

Les jeunes contre l oubli Ici, il y a des gens qui : Fabriquent de faux-papiers, Tout en restant discrets ; Aident des enfants, Même pas pour un franc. Ils sont cachés dans les maisons, Au lieu d être dans les camps de concentration.

Plus en détail

Dans nos classes. La Résistance et la Déportation dans les manuels. Classe de troisième. Les leçons : Collection. Auteurs (sous la direction de)

Dans nos classes. La Résistance et la Déportation dans les manuels. Classe de troisième. Les leçons : Collection. Auteurs (sous la direction de) Dans nos classes La Résistance et la Déportation dans les manuels Classe de troisième Les leçons : Belin, avril 2003. Eric Chaudron, Remy Knafou. Leçons La 2 guerre mondiale. * Les grandes phases de la

Plus en détail

L A P O L I C E A L L E M A N D E E N F R A N C E O C C U P E E ( 1 9 4 0-1 9 4 4 )

L A P O L I C E A L L E M A N D E E N F R A N C E O C C U P E E ( 1 9 4 0-1 9 4 4 ) 1 L A P O L I C E A L L E M A N D E E N F R A N C E O C C U P E E ( 1 9 4 0-1 9 4 4 ) Une étude des camps d'internement français ayant existé durant l'occupation ne peut, à mon sens, être faite sans que

Plus en détail

De l Etat français à la IVème République (1940-1946)

De l Etat français à la IVème République (1940-1946) De l Etat français à la IVème République (1940-1946) Introduction : Présentation de la défaite : -En juin 1940, la chute de la IIIème République (1875-1940) accompagne la déroute militaire. -Le 10 juillet

Plus en détail

Brève histoire de l Holocauste aux Pays-Bas

Brève histoire de l Holocauste aux Pays-Bas Brève histoire de l Holocauste aux Pays-Bas La présence juive aux Pays-Bas En 1579, l abolition de l Inquisition par la République hollandaise fait de ce pays une terre d accueil par excellence pour les

Plus en détail

L'Holocauste. Table des matières. L Holocauste : aperçu

L'Holocauste. Table des matières. L Holocauste : aperçu L'Holocauste Table des matières The Holocaust: Theme Overview 1 Objets personnels Helena Zaleska 2 Auschwitz-Birkenau, 1944 3 Étoile de David 4 Gobelet de métal 5 Chaussure d enfant 6 L Holocauste : aperçu

Plus en détail

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important?

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important? Pages 77-78. Passage en italique. «Je crois devoir attirer votre attention sur le fait qu en exécution des ordres reçus du commandeur des SS, les arrestations ont été opérées uniquement par la police française

Plus en détail

MAUS par Art SPIEGELMAN

MAUS par Art SPIEGELMAN HISTOIRE DES ARTS MAUS par Art SPIEGELMAN I. IDENTIFIER ET PRESENTER L ŒUVRE L œuvre présentée ici est une bande-dessinée intitulée Maus, l intégrale, un survivant raconte réalisée par Art Spiegelman en

Plus en détail

Chapitre 4 LA SECONDE GUERRE MONDIALE

Chapitre 4 LA SECONDE GUERRE MONDIALE Chapitre 4 LA SECONDE GUERRE MONDIALE Pourquoi la Seconde guerre mondiale est-elle une guerre d anéantissement? I. Un affrontement planétaire A. Les grandes phases de la guerre ...................... 1

Plus en détail

Dossier VI. Le XX ème siècle et le monde actuel (1 ère partie) Questions appelant des réponses concises

Dossier VI. Le XX ème siècle et le monde actuel (1 ère partie) Questions appelant des réponses concises 1 Dossier VI Le XX ème siècle et le monde actuel (1 ère partie) Questions appelant des réponses concises A/ Les guerres au XX ème siècle 1 La Première Guerre mondiale (la «Grande Guerre») a) Quelles sont

Plus en détail

TROISIEME PARTIE LA FRANCE DE 1945 A NOS JOURS. Bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale

TROISIEME PARTIE LA FRANCE DE 1945 A NOS JOURS. Bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale TROISIEME PARTIE LA FRANCE DE 1945 A NOS JOURS Bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale Qu est-ce que ce film nous apprend sur l évolution de la mémoire de la Seconde Guerre mondiale en France?

Plus en détail

CHAPITRE 2 La Seconde Guerre mondiale : Guerre d anéantissement et génocide des juifs et des Tziganes.

CHAPITRE 2 La Seconde Guerre mondiale : Guerre d anéantissement et génocide des juifs et des Tziganes. CHAPITRE 2 La Seconde Guerre mondiale : Guerre d anéantissement et génocide des juifs et des Tziganes. INTRODUCTION ET RAPPELS Comme la Première Guerre mondiale, la seconde est une Guerre Totale qui implique

Plus en détail

Présentation du DVD Une petite fille privilégiée Un témoignage de Francine Christophe Une histoire dans l Histoire

Présentation du DVD Une petite fille privilégiée Un témoignage de Francine Christophe Une histoire dans l Histoire Présentation du DVD Une petite fille privilégiée Un témoignage de Francine Christophe Une histoire dans l Histoire Ce témoignage de Francine Christophe, expérience douloureuse d une partie de sa vie, «croise»

Plus en détail

CORRECTION BREVET BLANC 2015 PREMIER PARTIE/HISTOIRE

CORRECTION BREVET BLANC 2015 PREMIER PARTIE/HISTOIRE CORRECTION BREVET BLANC 2015 PREMIER PARTIE/HISTOIRE 1/ en 1804 2/ le second empire 3/JULES FERRY 4/régime de Vichy : 1940/1944 La collaboration caractérise ce régime. Par exemple, la milice française

Plus en détail

Les camps de concentration et d extermination nazis : quelle organisation spatiale? L exemple d Auschwitz. DIAPO I :

Les camps de concentration et d extermination nazis : quelle organisation spatiale? L exemple d Auschwitz. DIAPO I : Les camps de concentration et d extermination nazis : quelle organisation spatiale? L exemple d Auschwitz. DIAPO I : Les camps de concentration et d extermination nazis : quelle organisation spatiale?

Plus en détail

Exposition Camps d internement du Limousin (1940-1944)

Exposition Camps d internement du Limousin (1940-1944) COMMUNIQUE DE PRESSE Exposition Camps d internement du Limousin (1940-1944) Du 11 mars au 20 avril 2013 au musée Edmond-Michelet Destinés à l origine à regrouper les étrangers «indésirables», les camps

Plus en détail

Guide des expositions temporaires. Service Educatif Édition 2015

Guide des expositions temporaires. Service Educatif Édition 2015 Guide des expositions temporaires Service Educatif Édition 2015 Résistance et Monde rural en Zone interdite 1940-1944 Le Musée de la Résistance de Bondues Le musée a pour vocation de transmettre ce que

Plus en détail

Communiqué de presse. Les Voies de la Liberté. Exposition temporaire 2015 Mémorial National de la Prison de Montluc

Communiqué de presse. Les Voies de la Liberté. Exposition temporaire 2015 Mémorial National de la Prison de Montluc Exposition temporaire 2015 Mémorial National de la Prison de Montluc Les Voies de la Liberté Du 15 septembre 2015 au 28 mai 2016 Communiqué de presse Mémorial de la Shoah, CDLV82017 Le Mémorial En 2009,

Plus en détail

LA RÉPARTITION DES SERRURIERS EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/

LA RÉPARTITION DES SERRURIERS EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/ LA RÉPARTITION S EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/ Les tableaux suivants permettent de retrouver les données détaillées de la répartition des entreprises de serrurerie en France métropolitaine et en

Plus en détail

Documents et pistes d utilisation sur le thème «les mémoires de la Seconde Guerre Mondiale.

Documents et pistes d utilisation sur le thème «les mémoires de la Seconde Guerre Mondiale. Documents et pistes d utilisation sur le thème «les mémoires de la Seconde Guerre Mondiale. Approfondissement en accompagnement personnalisé T L / ES. Il s agit de deux journaux de la Résistance et d un

Plus en détail

1 ère partie - Avant la libération, le contexte historique

1 ère partie - Avant la libération, le contexte historique A l'est - En janvier 1944, débute l'offensive soviétique qui entraîne la retraite de la Wehrmarcht de ses alliés. En juillet 1944, l'armée rouge, désormais supérieure en effectifs et en armements, pénètre

Plus en détail

LA RÉPARTITION DES PROFESSIONNELS DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/

LA RÉPARTITION DES PROFESSIONNELS DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/ LA RÉPARTITION DES DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/ Les tableaux suivants permettent de retrouver les données détaillées de la répartition des entreprises de rachat de crédits

Plus en détail

L antisémitisme et les premières actions contre les juifs

L antisémitisme et les premières actions contre les juifs L idéologie nazie Basée sur l idée d une race aryenne supérieure, l idéologie nazie s imposera à tous les niveaux dans l état allemand. Le parti nazi se base sur toute une série de principes. L ensemble

Plus en détail

ANNEXE. LOI DU 28 PLUVIÔSE AN VIII (17 février 1800) Concernant la division du territoire français et l administration

ANNEXE. LOI DU 28 PLUVIÔSE AN VIII (17 février 1800) Concernant la division du territoire français et l administration LOI DU 28 PLUVIÔSE AN VIII (17 février 1800) Concernant la division du territoire français et l administration TITRE Ier. Division du territoire Art. 1er. Le territoire européen de la République sera divisé

Plus en détail

L Agence MD vous présente

L Agence MD vous présente L Agence MD vous présente 4 Millions d emails BtoB disponibles Focus sur les professions libérales Mise à jour de septembre 2014 1 La Meg@baseB2B 4 Millions d emails de décideurs disponibles L Agence MD

Plus en détail

Les Républicains Espagnols sous Vichy et l occupation

Les Républicains Espagnols sous Vichy et l occupation Les Républicains Espagnols sous Vichy et l occupation Après le drame de l agression contre leur République par une partie de l armée soutenus par les dictateurs européens, après l épreuve de l exode et

Plus en détail

L INSTITUT NATIONAL POUR L ETUDE DE L HOLOCAUSTE EN ROUMANIE,,Élie Wiesel SERGE KLARSFELD. Le sort des Juifs roumains en France pendant l Occupation

L INSTITUT NATIONAL POUR L ETUDE DE L HOLOCAUSTE EN ROUMANIE,,Élie Wiesel SERGE KLARSFELD. Le sort des Juifs roumains en France pendant l Occupation L INSTITUT NATIONAL POUR L ETUDE DE L HOLOCAUSTE EN ROUMANIE,,Élie Wiesel SERGE KLARSFELD Le sort des Juifs roumains en France pendant l Occupation -Bucarest 2007-1 Institut National pour l Etude de l

Plus en détail

27 janvier 2015 Journée de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l Humanité

27 janvier 2015 Journée de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l Humanité Monsieur le Maire, Eric LEJOINDRE Mesdames et Messieurs Les enseignants et représentants de l Education Nationale Mesdames et Messieurs les Présidents et représentants d associations patriotiques Mesdames

Plus en détail

Voyage de mémoire. La Pologne. Du 2 au 7 mars 2014

Voyage de mémoire. La Pologne. Du 2 au 7 mars 2014 Voyage de mémoire La Pologne Du 2 au 7 mars 2014 Table des matières AVANT-PROPOS 3 LE PROGRAMME DU VOYAGE 4 LA SHOAH EN POLOGNE 5 CARTE DE LA POLOGNE 6 CRACOVIE 7 LE QUARTIER JUIF (CASIMIR) 7 8 L ANCIEN

Plus en détail

CORRECTION BREVET PONDICHERY 2014

CORRECTION BREVET PONDICHERY 2014 CORRECTION BREVET PONDICHERY 2014 PREMIERE PARTIE : HISTOIRE (13 POINTS) 1. Questions (6 points) 1. A quels siècles correspond l «âge des églises gothiques»? (1 point) L «âge des églises gothiques» va

Plus en détail

ENSEIGNER LA DEPORTATION ET L EXTERMINATION

ENSEIGNER LA DEPORTATION ET L EXTERMINATION ENSEIGNER LA DEPORTATION ET L EXTERMINATION Enseigner la déportation n est pas une tâche facile et ce pour différentes raisons. Mais deux approches sont fondamentales et complémentaires pour faire en sorte

Plus en détail

Ancienne gare de déportation de Bobigny. Rencontre avec les enseignants de Bobigny Connaître les ressources locales 05.12.2012

Ancienne gare de déportation de Bobigny. Rencontre avec les enseignants de Bobigny Connaître les ressources locales 05.12.2012 Ancienne gare de déportation de Bobigny Rencontre avec les enseignants de Bobigny Connaître les ressources locales 05.12.2012 Sommaire : 1. Bobigny, une gare entre Drancy et Auschwitz 2. Après la guerre,

Plus en détail

Saint-Marin Allemagne. Monaco. Saint-Siège Andorre. Norvège. Slovaquie Autriche. Pays-Bas. Slovénie Belgique. Pologne. Suède Bulgarie.

Saint-Marin Allemagne. Monaco. Saint-Siège Andorre. Norvège. Slovaquie Autriche. Pays-Bas. Slovénie Belgique. Pologne. Suède Bulgarie. Jeunes demandeurs d asile tchétchènes jouant au centre d accueil de BialaPodlaska(Pologne). Albanie France Monaco Saint-Marin Allemagne Grèce Norvège Saint-Siège Andorre Hongrie Pays-Bas Slovaquie Autriche

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION Arrêté du 21 décembre 2012 relatif au tarif annuel et aux modalités de publication des annonces judiciaires

Plus en détail

DISCOURS MADAME SIMONE VEIL. Présidente de la FONDATION POUR LA MEMOIRE DE LA SHOAH

DISCOURS MADAME SIMONE VEIL. Présidente de la FONDATION POUR LA MEMOIRE DE LA SHOAH DISCOURS DE MADAME SIMONE VEIL Présidente de la FONDATION POUR LA MEMOIRE DE LA SHOAH Athènes, le 30 janvier 2006 Journée nationale à la mémoire des héros et des martyrs de l Holocauste en Grèce Monsieur

Plus en détail

La seconde guerre mondiale

La seconde guerre mondiale CM2 Découverte du monde Histoire Compétences : La violence du XXe siècle : les deux conflits mondiaux La seconde guerre mondiale - À partir de l étude de cartes et de documents statistiques, comprendre

Plus en détail

La politique d'extermination nazie. Les ghettos

La politique d'extermination nazie. Les ghettos La politique d'extermination nazie Les ghettos Le regroupement des Juifs dans les ghettos (ici : le ghetto de Varsovie) Vivre dans le ghetto de Varsovie Les plus pauvres ne pouvaient se protéger du froid

Plus en détail

Carrière des Fusillés Musée de la Résistance de Châteaubriant

Carrière des Fusillés Musée de la Résistance de Châteaubriant INFORMATIONS Carrière des Fusillés Musée de la Résistance de Châteaubriant Le musée est situé route de Laval, à 2 km environ du centre de Châteaubriant (44), à la Sablière, carrière des fusillés. Horaires

Plus en détail

ARRETE Arrêté du 21 décembre 2012 relatif au tarif annuel et aux modalités de publication des annonces judiciaires et légales

ARRETE Arrêté du 21 décembre 2012 relatif au tarif annuel et aux modalités de publication des annonces judiciaires et légales ARRETE Arrêté du 21 décembre 2012 relatif au tarif annuel et aux modalités de publication des annonces judiciaires et légales NOR: MCCE1240070A Version consolidée au 16 janvier 2015 Le ministre de l'économie

Plus en détail

Thème 3 : La Seconde Guerre mondiale, une guerre d anéantissement (1939-1945)

Thème 3 : La Seconde Guerre mondiale, une guerre d anéantissement (1939-1945) Proposition de mise en œuvre des nouveaux programmes d histoire-géographie en 3 ème 2 ème partie : guerres mondiales et régimes totalitaires (1914-1945) Thème 3 : La Seconde Guerre mondiale, une guerre

Plus en détail

Les dernières lettres de Marie Jelen

Les dernières lettres de Marie Jelen Les dernières lettres de Jelen Histoire de Jelen Jelen a dix ans lorsqu elle est arrêtée avec sa mère, le 16 juillet 1942, lors de la rafle du Vel d Hiv. Sa famille était juive, d origine polonaise. Elle

Plus en détail

SOUVIENS-TOI, N OUBLIE PAS ZAKHOR LO TICHKA H

SOUVIENS-TOI, N OUBLIE PAS ZAKHOR LO TICHKA H Fiche pédagogique n 3.2 SOUVIENS-TOI, N OUBLIE PAS ZAKHOR LO TICHKA H Une seule chose serait pire qu Auschwitz C est si le monde oubliait que cela a existé! Henry Appel, survivant de l Holocauste La cérémonie

Plus en détail

COMPRENDRE CE QU EST L OTAN

COMPRENDRE CE QU EST L OTAN COMPRENDRE CE QU EST L OTAN LES ORIGINES DE L ALLIANCE Au lendemain de la seconde guerre mondiale, l Europe de l Est et l Europe de l Ouest se sont trouvées séparées par les divisions idéologiques et politiques

Plus en détail

Journée de la mémoire de l Holocauste et de la prévention des crimes contre l Humanité

Journée de la mémoire de l Holocauste et de la prévention des crimes contre l Humanité Journée de la mémoire de l Holocauste et de la prévention des crimes contre l Humanité Lycée Français de Varsovie Dossier réalisé par A. Léonard, professeur d Histoire-Géographie. «Il y a soixante ans,

Plus en détail

compl mentaire des dossiers réalisés dans le cadre du Concours national de la Résistance notamment de ceux réalis

compl mentaire des dossiers réalisés dans le cadre du Concours national de la Résistance notamment de ceux réalis Introduction L ensemble ensemble documentaire qui suit est complémentaire compl mentaire des dossiers réalisés r dans le cadre du Concours national de la Résistance R sistance et de la Déportation, D notamment

Plus en détail

CONCOURS DE LA RÉSISTANCE ET DE LA DÉPORTATION 2 005

CONCOURS DE LA RÉSISTANCE ET DE LA DÉPORTATION 2 005 CONCOURS DE LA RÉSISTANCE ET DE LA DÉPORTATION 2 005 Le Comité creusois du concours de la Résistance et de la Déportation se propose, cette année encore, de vous aider à préparer le concours dont le thème

Plus en détail

Droits d enregistrement et taxe de publicité foncière sur les mutations à titre onéreux d immeubles et de droits immobiliers.

Droits d enregistrement et taxe de publicité foncière sur les mutations à titre onéreux d immeubles et de droits immobiliers. DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Droits d enregistrement et taxe de publicité foncière sur les mutations à titre onéreux d immeubles et de droits immobiliers. Taux, abattements et exonérations

Plus en détail

UNIVERSITE DE PARIS 1 - PANTHEON SORBONNE

UNIVERSITE DE PARIS 1 - PANTHEON SORBONNE UNIVERSITE DE PARIS 1 - PANTHEON SORBONNE INSTITUT DE RECHERCHE ET D ETUDES SUPERIEURES DU TOURISME LA VALORISATION DES LIEUX DE MEMOIRE DE LA SHOAH EN FRANCE, ENTRE MEMOIRE ET PATRIMOINE CULTUREL Mémoire

Plus en détail

l HOLOCAUSTE Un guide de référence

l HOLOCAUSTE Un guide de référence Brève histoire de l HOLOCAUSTE Un guide de référence 1 Centre commémoratif de l Holocauste à Montreal 5151, chemin de la Côte-Sainte-Catherine (Maison Cummings) Montréal (Québec) H3W 1M6 Canada Téléphone

Plus en détail

N 13 S É N A T. 30 octobre 2014 PROJET DE LOI

N 13 S É N A T. 30 octobre 2014 PROJET DE LOI N 13 S É N A T SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015 30 octobre 2014 PROJET DE LOI relatif à la délimitation des régions, aux élections régionales et départementales et modifiant le calendrier électoral. (procédure

Plus en détail

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM)

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) Politiques, pratiques et données statistiques sur les mineurs isolés étrangers (MIE) dans les États membres de l UE et en Norvège 1. INTRODUCTION Cette note de synthèse

Plus en détail

III) La Seconde Guerre mondiale (5)

III) La Seconde Guerre mondiale (5) III) La Seconde Guerre mondiale (5) 1) La Seconde Guerre Mondiale : une radicalisation de la guerre totale? (3) 1.1) les grandes phases de la guerre a) les victoires de l'axe (1939-1942) b) le reflux de

Plus en détail

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous?

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous? Les textes de l exposition «Dictature et démocratie» et le questionnaire pédagogique sont assez longs. Nous vous conseillons donc de répartir les fiches de travail entre vos élèves et de mettre les réponses

Plus en détail

De la Shoah à Douadic

De la Shoah à Douadic 1/7 De la Shoah à Douadic Introduction : les équivoques du vocabulaire Shoah est un terme hébreu signifiant «catastrophe». Il s'est imposé pour qualifier l'extermination des Juifs d'europe par les Nazis

Plus en détail

COMPTE RENDU DU STAGE ACADEMIQUE AU MEMORIAL DE LA SHOAH A PARIS ET A CRACOVIE (I)

COMPTE RENDU DU STAGE ACADEMIQUE AU MEMORIAL DE LA SHOAH A PARIS ET A CRACOVIE (I) COMPTE RENDU DU STAGE ACADEMIQUE AU MEMORIAL DE LA SHOAH A PARIS ET A CRACOVIE (I) du 11 au 14 février 2010 G. Sabatier, Lycée Claude Fauriel et IUFM de Saint-Etienne (42) L objectif de ce compte-rendu

Plus en détail

Bénéficiaires du droit d asile dans l UE, par nationalités, 2014. Irak 5% Afghanistan

Bénéficiaires du droit d asile dans l UE, par nationalités, 2014. Irak 5% Afghanistan 82/2015-12 mai 2015 Décisions sur les demandes d asile dans l UE Les États membres de l UE ont accordé la protection à plus de 185 000 demandeurs d asile en 2014 Les Syriens demeurent les premiers bénéficiaires

Plus en détail

Trombinoscope historique de la non-violence. Diaporama complémentaire. «Les Justes» Étienne Godinot.12.03.2015

Trombinoscope historique de la non-violence. Diaporama complémentaire. «Les Justes» Étienne Godinot.12.03.2015 Trombinoscope historique de la non-violence Diaporama complémentaire «Les Justes» Étienne Godinot.12.03.2015 «Les Justes» Sont classées dans cette rubrique des personnes qui ont pris les plus grands risques

Plus en détail

Chapitre 1 L historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale

Chapitre 1 L historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN IMPRESSION DU 23 septembre 2014 Chapitre 1 L historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale Table des matières 1 L élaboration d une mémoire résistancialiste

Plus en détail

Les enfants juifs déportés dans les camps d extermination

Les enfants juifs déportés dans les camps d extermination FEVRIER 2009 D o s s i e r s e t d o c u m e n t s d I z i e u Concours National de la Résistance et de la Déportation Session 2009 «Les enfants et les adolescents dans le système concentrationnaire nazi»

Plus en détail

Révision de l ombudsman du texte sur le camp d extermination nazi de Sobibor en Pologne, diffusé au Téléjournal le 30 novembre 2009.

Révision de l ombudsman du texte sur le camp d extermination nazi de Sobibor en Pologne, diffusé au Téléjournal le 30 novembre 2009. Révision de l ombudsman du texte sur le camp d extermination nazi de Sobibor en Pologne, diffusé au Téléjournal le 30 novembre 2009. SOMMAIRE Un plaignant estime que le Téléjournal du 30 novembre a commis

Plus en détail

Pour en savoir plus sur l histoire des Juifs de Vire, sur Lublin, Majdanek, Belzec, l Aktion Reinhard rdv sur www.memoire-viretuelle.fr.

Pour en savoir plus sur l histoire des Juifs de Vire, sur Lublin, Majdanek, Belzec, l Aktion Reinhard rdv sur www.memoire-viretuelle.fr. La «Shoah» qu est-ce que c est? Un génocide. Presque six millions de morts. Difficile de réaliser. Personne peut-être ne parvient à le faire Contre toute attente, la Shoah s est aussi passée à Vire. Vingt

Plus en détail

Sommaire. Séquence 7 Histoire. Thème 1 : La Seconde Guerre mondiale, une guerre d anéantissement, 1939-1945

Sommaire. Séquence 7 Histoire. Thème 1 : La Seconde Guerre mondiale, une guerre d anéantissement, 1939-1945 Sommaire Histoire Thème 1 : La Seconde Guerre mondiale, une guerre d anéantissement, 1939-1945 Séance 1 La Seconde Guerre mondiale, un affrontement aux dimensions planétaires Séance 2 Séance 3 La bataille

Plus en détail

Dr. Josef Bühler (1904-1948)

Dr. Josef Bühler (1904-1948) Les participants à la Conférence de Wannsee Dr. Josef Bühler (1904-1948) Secrétaire d État Administration du Gouverneur Général à Cracovie En tant qu adjoint permanent du Gouverneur Général Hans Frank

Plus en détail

QUESTIONS FRÉQUENTES MÉMORIAL DE LA SHOAH, PARIS

QUESTIONS FRÉQUENTES MÉMORIAL DE LA SHOAH, PARIS QUESTIONS FRÉQUENTES MÉMORIAL DE LA SHOAH, PARIS Quand on parle de Shoah, de quoi et de quelle période historique parlet-on? Shoah est un terme hébreu signifiant catastrophe. Il est utilisé pour caractériser

Plus en détail

CORRECTION BREVET BLANC 2

CORRECTION BREVET BLANC 2 CORRECTION BREVET BLANC 2 PARTIE 1: Histoire Question 1: Expliquer les repères qui correspondent aux dates suivantes: 622 / 1598. 622: l'hégire, Mahomet et ses compagnons quittent La Mecque pour Médine,

Plus en détail

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie?

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? «En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? Paroles : «En avant les p tits gars». Fragson. 1913.

Plus en détail

LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée

LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée (JO n 4984 p. 13) L assemblée nationale à délibéré et adopté, Le président de la république promulgue la loi dont la teneur suit

Plus en détail

Fiche de travail n 1 : la mise en place des régimes totalitaires (corrigé)

Fiche de travail n 1 : la mise en place des régimes totalitaires (corrigé) Fiche de travail n 1 : la mise en place des régimes totalitaires (corrigé) Activité n 1 : compléter la chronologie en s appuyant sur les extraits de K7 vidéo Le MONDE L URSS L Italie L Allemagne 1914 Début

Plus en détail

27 Janvier : Journée internationale de commémoration en mémoire des victimes de l'holocauste

27 Janvier : Journée internationale de commémoration en mémoire des victimes de l'holocauste 27 Janvier : Journée internationale de commémoration en mémoire des victimes de l'holocauste "Le bourreau tue toujours deux fois, la seconde fois par l'oubli" (Elie Wiesel) Quand ils ont arrêté les communistes,

Plus en détail

Retrouver l état signalétique ou le passé militaire d un combattant des armées françaises nés en France

Retrouver l état signalétique ou le passé militaire d un combattant des armées françaises nés en France Retrouver l état signalétique ou le passé militaire d un combattant des armées françaises nés en France Origine, composition des fonds d archives C est la loi Jourdan du 15 septembre 1798 qui substitue

Plus en détail

SOMMAIRE. I - Synthèse de l'activité 2014... 2. II - Secteur "Logement" métropole... 4

SOMMAIRE. I - Synthèse de l'activité 2014... 2. II - Secteur Logement métropole... 4 SOMMAIRE I - Synthèse de l'activité 2014... 2 II - Secteur "Logement" métropole... 4 ACTIVITE LOGEMENTS NEUFS + EXISTANTS... 4 ACTIVITE LOGEMENTS NEUFS... 9 ACTIVITE LOGEMENTS EXISTANTS... 13 ACTIVITE

Plus en détail

Liste des laboratoires agréés pour la réalisation des analyses officielles dans le domaine de la microbiologie alimentaire

Liste des laboratoires agréés pour la réalisation des analyses officielles dans le domaine de la microbiologie alimentaire A - Dénombrement des micro-organismes aérobies à 30 C (= colonies aérobies = flore aérobie mésophile), Il regroupe les essais - Dénombrement des entérobactéries, suivants: - Dénombrement des Escherichia

Plus en détail

La répression durant la Seconde Guerre mondiale

La répression durant la Seconde Guerre mondiale La répression durant la Seconde Guerre mondiale dossier pedagogique archives nationales Département de l action culturelle et éducative Service éducatif Couverture : Détail d'une affiche signée Simo -

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 41 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1992-1993 Annexe au prunes verbal Je la séance du 10 novembre 1992. PROPOSITION DE LOI relative à la reconnaissance des crimes contre I'humanité commis par le régime

Plus en détail

Bilan de l année 2011

Bilan de l année 2011 LE PERMIS A POINTS Bilan de l année DIRECTION DE LA MODERNISATION ET DE L ACTION TERRITORIALE SOUS-DIRECTION DE LA CIRCULATION ET DE LA SECURITE ROUTIERES BUREAU DE LA SECURITE ET DE LA REGLEMENTATION

Plus en détail

HISTOIRE. Chapitre 1. Lecture historique de mémoires : l historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France

HISTOIRE. Chapitre 1. Lecture historique de mémoires : l historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France HISTOIRE Chapitre 1 Lecture historique de mémoires : l historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France Je révise et je me perfectionne Structure de la leçon I. Une mémoire sélective (1945

Plus en détail

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque 168/2014-4 Novembre 2014 Risque de pauvreté ou d'exclusion sociale dans l'ue28 Plus de 120 millions de personnes menacées de pauvreté ou d exclusion sociale en 2013 Soit près d une personne sur quatre

Plus en détail

Dr Marcel Tenenbaum rescapé de la Shoah

Dr Marcel Tenenbaum rescapé de la Shoah D ix questions à Dr Marcel Tenenbaum rescapé de la Shoah La Caserne Dossin en bref... La Caserne Dossin est située à Malines en Belgique. C est à cet endroit que l on regroupa les Juifs de ce pays avant

Plus en détail

(Document adopté par la Commission le 19 janvier 2006)

(Document adopté par la Commission le 19 janvier 2006) Bilan de l application de la recommandation de la Commission nationale de l informatique et des libertés du 29 novembre 2001 sur la diffusion de données personnelles sur Internet par les banques de données

Plus en détail

CHARTE D ACCESSIBILITÉ POUR RENFORCER L EFFECTIVITÉ DU DROIT AU COMPTE. Procédure d ouverture d un compte dans le cadre du droit au compte

CHARTE D ACCESSIBILITÉ POUR RENFORCER L EFFECTIVITÉ DU DROIT AU COMPTE. Procédure d ouverture d un compte dans le cadre du droit au compte CHARTE D ACCESSIBILITÉ POUR RENFORCER L EFFECTIVITÉ DU DROIT AU COMPTE Préambule Le droit au compte figure dans la législation française comme un principe fondamental. Le code monétaire et financier (article

Plus en détail

Ressources pour Faire la classe MÉMOIRE ET HISTOIRE DE LA SHOAH À L ÉCOLE

Ressources pour Faire la classe MÉMOIRE ET HISTOIRE DE LA SHOAH À L ÉCOLE Ressources pour Faire la classe MÉMOIRE ET HISTOIRE DE LA SHOAH À L ÉCOLE Ressources pour faire la classe Mémoire et histoire de la Shoah à l école Ministère de l Éducation nationale Pour aller plus loin

Plus en détail

memoire-vivante-special - 2.11.04 - page 38

memoire-vivante-special - 2.11.04 - page 38 memoire-vivante-special - 2.11.04 - page 38 memoire-vivante-special - 2.11.04 - page 39 Concours National 2004-2005 de la Résistance et de la Déportation THÈMES 1945 : libération des camps et découverte

Plus en détail

Je suis sous procédure Dublin qu est-ce que cela signifie?

Je suis sous procédure Dublin qu est-ce que cela signifie? FR Je suis sous procédure Dublin qu est-ce que cela signifie? B Informations pour les demandeurs d une protection internationale dans le cadre d une procédure de Dublin en vertu de l article 4 du Règlement

Plus en détail

L ordre nazi : exploitation et extermination

L ordre nazi : exploitation et extermination C h a p i t r e 1 4 L ordre nazi : exploitation et extermination Point du programme Ce chapitre porte sur l occupation de l Europe pendant la Seconde Guerre mondiale et l instauration d un ordre nouveau

Plus en détail

1939-1945 : Les Allemands exterminent les Juifs

1939-1945 : Les Allemands exterminent les Juifs 1939-1945 : Les Allemands exterminent les Juifs Ivan JABLONKA Dans ce qui restera comme son chef-d œuvre, l historien Saul Friedländer retrace l exécution de la «solution finale de la question juive en

Plus en détail

Le régime de Vichy et les enfants juifs

Le régime de Vichy et les enfants juifs Le régime de Vichy et les enfants juifs Émilie Lochy Selon les historiens, le nombre d enfants juifs victimes du génocide oscille entre un million et un million et demi. Trente-trois pour cent des Juifs

Plus en détail

A u t e u r : P e r s o n n a g e s :

A u t e u r : P e r s o n n a g e s : Damien L. 3éme1 Auteur : Anne Frank Livre de poche. Edition Définitive. Personnages : - Anne Frank - Mr Otto Frank ou Pim : son père - Mme Frank ou Edith Hollander : sa mère - Margot : sa soeur - Mr Van

Plus en détail

Convention sur la réduction des cas d apatridie

Convention sur la réduction des cas d apatridie Convention sur la réduction des cas d apatridie 1961 Faite à New York le 30 août 1961. Entrée en vigueur le 13 décembre 1975. Nations Unies, Recueil des Traités, vol. 989, p. 175. Copyright Nations Unies

Plus en détail