ATEXinfo BULLETIN D INFORMATION SUR LES ATMOSPHÈRES EXPLOSIVES. De la Certification Réglementaire à la Certification Volontaire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ATEXinfo BULLETIN D INFORMATION SUR LES ATMOSPHÈRES EXPLOSIVES. De la Certification Réglementaire à la Certification Volontaire"

Transcription

1 N 9 ATEXinfo BULLETIN D INFORMATION SUR LES ATMOSPHÈRES EXPLOSIVES MARS 2005 Sommaire De la Certification Réglementaire à la Certification Volontaire 1 Evolution des normes des matériels électriques pour ATmosphères EXplosives 2 La certification au service des secteurs industriels 3 Approche des risques d inflammation d atmosphères explosives par phénomène électrostatique associés principalement aux matériels non électiques Certification volontaire des Installateurs, Concepteurs et Maintenanciers d installations électriques en ATEX 6 Espagne : première Entreprise de réparation certifiée Saqr-ATEX 7 Bilan de la Certification Saqr-ATEX 7 Comité de Pilotage 7 Comité de Validation Agenda 8 CERTIFICATION CERTIFICATION De la Certification Réglementaire à la Certification Volontaire Les textes de transposition des Directives ATEX 94/9/CE et ATEX 1999/92/CE, relatives, entre autre, à la sécurité des travailleurs exposés aux risques d'atmosphères explosives, imposent aux exploitants une période transitoire durant laquelle ils vont devoir mettre en conformité leurs installations (lieux de travail, équipements de travail et matériels utilisables en ATEX, mesures organisationnelles, etc. Au 1er juillet 2006, toutes les installations devront être conformes aux textes de transposition de ces directives dans chaque Etat membre de l'union Européenne. Les textes réglementaires issus de la transcription dans chaque Etat membre imposent une traçabilité des actions réalisées par les fabricants et les utilisateurs. Cette traçabilité, pour les fabricants est concrétisée dans certains cas par la présence de Systèmes d'assurance Qualité et pour les utilisateurs, la tenue à jour d'un Document Relatif à la Protection Contre les Explosions (DRPCE). Pour tous les autres acteurs de l'atex, -Concepteurs, Installateurs, Bureaux d'etudes, Réparateurs, Organismes de contrôle, etc- il n'existe aucun texte réglementaire vis à vis des ATEX. A partir de 1998, en collaboration avec Charbonnages de France Lorraine, l'ineris a mis au point une démarche de certification volontaire des Réparateurs de matériels utilisés dans les ATEX. Un référentiel, déposé au SQUALPI (Sous-Direction de la Qualité Pour l'industrie et de la Normalisation) définissant les exigences pour la certification volontaire des entreprises et des personnes responsables de l'entreprise intervenant sur les matériels ATEX a été établi. Un "Avis de publication" est paru au Journal Officiel de la République Française le 27 juillet Fort de l'expérience de certification volontaire Saqr-ATEX, et compte tenu des exigences minimales concernant les mesures organisationnelles et les compétences des personnes, (que les établissements soient ICPE ou non), imposées par la Directive ATEX 1999/92/CE, l'ineris a mis au point une démarche de certification volontaire des entreprises et des personnes intervenant dans la conception, la réalisation et la maintenance d'installations électriques en atmosphères explosives. Comme pour la Certification de Conformité au référentiel Saqr-ATEX, cette procédure de certification inclue entre autres l'évaluation des personnes formées dans le cadre des installations électriques ATEX. Ces démarches de certification volontaire permettent ainsi à tous les acteurs de l'atex de montrer leurs compétences et de répondre aux exigences introduites dans le code du travail par la transcription en France de la Directive ATEX 1999/92/CE. André MALLET Délégué aux Prestations Direction de la Certification INERIS

2 Evolution des normes des matériels électriques pour ATmosphères EXplosibles (suite du n 7) Dans ce numéro précédent d'atex-info nous vous faisions part de l'évolution des normes pour les matériels électriques pour atmosphères explosibles et des normes qui leurs sont associées (installation, maintenance ). Le changement le plus important est l'adoption, par le CENELEC des normes établies par la commission électrotechnique internationale (CEI). Ainsi, les normes bien connues de la série EN seront progressivement remplacées par les normes de la série CEI qui porteront la référence EN En ce qui concerne les normes pour les matériels destinés aux atmosphères explosibles formées par les poussières, le CENELEC reprendra les normes CEI de la série CEI Le tableau suivant fait le point sur les normes les plus utilisées. De plus amples informations sont disponibles sur le site web du CENELEC ou sur le site Normes CENELEC Remarques actuelle future Matériels pour ATEX gaz et vapeurs Règles générales EN EN Harmonisation en cours Immersion dans l'huile " o " EN EN Harmonisation en cours Surpression interne " p " EN EN Harmonisation en cours Remplissage pulvérulent " q " EN EN Harmonisation en cours Enveloppe antidéflagrante " d " EN EN Harmonisation en cours Sécurité augmentée " e " EN EN Norme publiée Sécurité intrinsèque " i " EN EN En cours d'élaboration Encapsulage " m " EN EN Harmonisation en cours Systèmes de SI EN EN Harmonisation en cours Caissons ventilés transportables EN Pas de nouvelle norme prévue dans l'immédiat Matériel de catégorie M1 EN Pas de nouvelle norme prévue dans l'immédiat Matériel de catégorie 1 EN EN Harmonisation en cours Matériel de catégorie 3 EN EN Harmonisation en cours Matériels pour ATEX poussières Règles générales EN Harmonisation en cours Protection par enveloppe td EN Harmonisation en cours Surpression interne pd EN Harmonisation en cours Sécurité intrinsèque id EN En cours d'élaboration Encapsulage md EN Harmonisation en cours Toutes ces normes seront harmonisées au titre de la Directive ATEX 94/9/CE avant la fin de cette année. Cela signifie qu'un matériel conforme à ces normes sera présumé conforme à la directive. D'un point de vue technique, ces nouvelles normes reflètent l'évolution de la technique et sont plus universelles puisque toute la communauté ATEX internationale travaille à leur élaboration. L'approche européenne est prise en compte puisque les experts européens participent très activement aux travaux de la CEI. Il existera toutefois une différence dans le marquage prévu par la norme, puisque le EEx sera remplacé par Ex. Ainsi, on ne verra plus EEx d IIB T4 mais Ex d IIB T4 sur les plaques de marquage des nouveaux matériels. Actuellement le comité technique de la CEI qui a en charge les normes des matériels pour atmosphères explosibles travaille à la fusion des normes pour atmosphères explosibles formées par les gaz et les poussières et à la prise en compte d'une classification qui s'apparente aux catégories de la Directive ATEX 94/9/CE. Les prochaines éditions, actuellement en cours d'élaboration, des normes CEI , et seront communes aux gaz et poussières et devraient donner les règles pour 3 niveaux de sécurité. Par exemple, la prochaine édition de la EN : sécurité intrinsèque " i ", donnera 3 niveaux de sécurité ia, ib et ic correspondant aux catégories 1, 2 et 3 et, d'une manière identique, celle de la EN (encapsulage " m ") définira les niveaux ma, mb et mc. Alain CZYZ et Thierry HOUEIX Direction de la Certification 2

3 La certification au service des secteurs industriels Dans un contexte économique en mutation rapide où l'industrie est confrontée à de nombreux défis, deux évolutions se font jour : l'approfondissement progressif des exigences réglementaires et techniques en matière de protection de l'environnement et le développement continu de la référence aux normes ; évolutions qui vont dans le sens d'une harmonisation européenne. Dans ce contexte, de nouveaux besoins sont exprimés par les différents acteurs, pouvoirs publics prescripteurs ou régulateurs, producteurs, associations, médias et utilisateurs finaux. La certification trouve toute sa place dans un tel schéma, en tant que maillon de la chaîne de prévention des risques, qu'il s'agisse d'une certification réglementaire ou volontaire. Dans le champ des risques technologiques, l'ineris est l'un des grands spécialistes mondiaux des phénomènes d'explosion. En effet, l'institut est engagé de longue date sur des problématiques aussi variées que les atmosphères explosives, les produits chimiques dangereux susceptibles d'être à l'origine d'explosions, ou encore les dispositifs de sécurité dans les processus industriels. L'INERIS est ainsi un organisme notifié pour le marquage CE et intervient aussi dans la qualification de produits et la certification volontaire. Il est partenaire des industriels et des pouvoirs publics dans sa contribution au renforcement de la sécurité environnementale. A ceci s'ajoute son rôle dans la mise en œuvre de la nouvelle approche, concept qui a la faveur des industriels. Dans un monde où la connaissance des effets des produits est fondamentale dans la perspective du développement durable, la métrologie de l'environnement, autre champ d'intervention de l'ineris, revêt une importance grandissante, dans les différents milieux considérés : air, eau et sols. Il en est de même pour l'environnement électromagnétique qui peut avoir un impact aussi bien sur les équipements industriels que sur les personnes. C'est à ce double enjeu, d'un développement technologique maîtrisé et de la protection de l'environnement, qu'est confronté l'ineris dans sa démarche de certification. Une démarche au service de la Société. De façon à favoriser l'accès à l'information, l'ineris a créé sur son site internet une rubrique " Certification " qui reliée à des rubriques déjà largement consultées : rubrique "ATEX", rubrique " Dispositifs de sécurité ", a pour principal objet de développer le service aux utilisateurs. Sur son cœur de métier que constitue la connaissance et la prévention des phénomènes d'explosion, la Direction de la Certification -à l'instar des organismes de certification agissant dans des champs de compétence analogues- comporte sa propre capacité de Recherche et Développement sur les facettes du risque "EXPLOSION" Atmosphères Explosives ATEX - Matériaux énergétiques - Dispositifs technologiques de sécurité. Il n'est donc pas surprenant qu'elle agisse sur des champs différents de l'atex. - Analyse du risque foudre et qualification des acteurs : L'INERIS a récemment mis en place un référentiel qui servira de base à cette qualification. - Evaluation des dispositifs de sécurité : Evaluation du niveau de sécurité, par exemple au travers de la norme EN en sûreté de fonctionnement : SIL, Safety Integrity Level pour le dispositif et son architecture, certification de ces dispositifs et production d'avis techniques relatifs à des fonctions de sécurité. Christian MICHOT Directeur de la Certification Approche des risques d'inflammation d'atmosphères explosives par phénomène électrostatique associés principalement aux matériels non électriques - l'utilisation de matériaux isolants et/ou de produits résistifs, empêchant un écoulement vers la terre des charges produites et favorisant ainsi une accumulation de ces charges. 1 Lien entre le phénomène électrostatique et l'atex Les phénomènes de décharge électrostatique sont reconnus comme l'une des causes d'inflammation fréquente des atmosphères explosives (ATEX) ; ils sont d'ailleurs cités explicitement comme une source d'inflammation à éliminer dans la Directive ATEX 1999/92/CE relative à l'amélioration de la sécurité des travailleurs exposés aux risques des ATEX. Il est établi qu'un phénomène de décharge électrostatique (cf. figure 1) peut se produire au cours de l'exploitation d'un procédé si plusieurs conditions sont réunies, dont au moins - la réalisation d'opérations génératrices de charges électrostatiques, Figure 1 : Etincelles de décharge électrostatique 3

4 2 Origine du phénomène dans les situations industrielles Le remplissage d'un récipient par un liquide résistif est une opération industrielle courante qui, selon la vitesse de remplissage et la résistivité du matériau du récipient, peut conduire à l'accumulation d'une charge dans le liquide ; ce liquide peut rester fortement chargé lorsque sa résistivité est élevée et, si un corps conducteur relié à la terre est approché de sa surface, un phénomène de décharge électrostatique peut se produire, avec libération d'une énergie suffisante pour enflammer une ATEX présente dans le ciel du récipient. Il existe bien d'autres opérations industrielles où des produits combustibles (pulvérulents ou liquides résistifs), sont mis en œuvre en présence de matériaux isolants et où il peut exister un risque d'inflammation des ATEX formées, par un phénomène d'étincelles de décharge électrostatique : c'est par exemple le cas lorsque des sondes de niveau ou des détecteurs de métaux sont installés dans les trémies de réception de produits pulvérulents. Hors matériels, la sécurité des travailleurs est menacée au niveau de postes de travail semi-confinés (à l'ensachage, l'introduction manuelle de produits pulvérulents dans un récipient par une trappe, l'ouverture de trappes de visite pour le contrôle et la surveillance du bon fonctionnement des installations) où les opérateurs se trouvent exposés aux risques des ATEX. Dans la plupart des cas, l'opérateur lui-même est porteur de charges électrostatiques : - génération de charges du fait de son déplacement ou chargement par influence, - accumulation de charges du fait de son isolement (chaussures ou sol isolant), et devient de ce fait une source potentielle active vis à vis des ATEX et cible en même temps des conséquences physiques d'un flash (éclats de produits chauds, flammes ) : - décharge de l'opérateur et inflammation d'une ATEX à proximité de laquelle il se trouve, - blessure de l'opérateur par brûlure ; l'utilisation de matériaux isolants et/ou de produits résistifs, empêchant un écoulement vers la terre des charges produites et favorisant ainsi une accumulation de ces charges. 3 Matériel non électrique : besoin de définition pour l'approche certification La maîtrise du risque électrostatique nécessite : - de comprendre les mécanismes qui sont à l'origine, d'une part de la génération des charges et, d'autre part de la dissipation des charges sous forme de décharge électrostatique, - d'identifier les paramètres qui influent sur ces mécanismes, - de savoir évaluer précisément l'énergie susceptible d'être dissipée dans ces décharges, de connaître l'énergie d'inflammation des ATEX et l'influence des paramètres qui influent sur cette énergie (concentration des ATEX en produit combustible, gaz, vapeur ou pulvérulent, granulométrie des pulvérulents mis en œuvre, hygrométrie, etc.) L'INERIS est un organisme notifié habilité à certifier les matériels électriques et non-électriques, dans le cadre de la Directive ATEX 94/9/CE. Les matériels non-électriques se prêtent difficilement à la certification à la demande des constructeurs de ces matériels (Directive 94/9/CE), lorsqu'il s'agit de prendre en compte le risque électrostatique. En effet, ce risque n'apparaît pas tant que le matériel n'est pas utilisé et, lorsqu'il est utilisé, il ressort que l'importance du risque dépend de la nature du produit mis en œuvre, ce qui relève davantage de l'utilisateur que du constructeur. L'INERIS est fréquemment sollicité pour donner son avis sur cette difficulté de répartition entre les champs respectifs des Directives ATEX 94/9/CE et 1999/92/CE. Le besoin est réel de pouvoir appuyer cet avis sur un plan plus technique qui concernerait la mise en situation du matériel et l'évaluation par des essais d'analyse du risque électrostatique. Si l'on admet que la source d'inflammation d'origine électrostatique est difficilement appréciable par les industriels dans l'état actuel de l'art, il n'en demeure pas moins que l'autre aspect lié à la définition du matériel non électrique reste à clarifier : Où commence et où s'arrête cette classification sachant que le risque électrostatique touche aussi bien des petits matériels (sondes, pelles, cuves mobiles) en passant par les emballages (sacs, fûts, big bags pour les pulvérulents, Grands Récipients Vrac liquides), les flexibles, les manchettes de raccordement et les vannes. Comment et où classe-t'on les vêtements de travail, les chaussures de l'opérateur, les équipements de protection individuelle si l'on considère l'ensemble de la sécurité au poste de travail? 4 Méthodes d'approche pour la certification des matériels 4.1 Règles au stade construction des matériels Des méthodes normalisées existent pour couvrir un ensemble de situations ; elles reposent sur des méthodes de laboratoire qui cherchent à déterminer la résistance électrique du matériel et éprouver parfois l'effet du 'compound antistatique' d'aditivation de la matière ou par des méthodes d'intégration de conducteurs à l'aide de techniques de maillage de fils fins, de spiralé ou de fibrilles carbonées réparties dans la masse du matériel (médias filtrants, conteneurs souples, flexibles etc.). Des seuils de résistance à ne pas dépasser existent et sont publiés dans les normes, les guides et les recommandations générales. Toute la question est : si on s'en tient à ces seuils de résistance électrique, on se heurte à la difficulté que des matériels pourraient se trouver exclus des utilisations industrielles lorsqu'ils sont construits en matériau plastique ou autres matières difficilement conductrices de charges électrostatiques. 4

5 Par ailleurs, le respect de certains seuils à ne pas dépasser peut conduire à des conditions industrielles difficilement exploitables dans des situations variées, parce que souvent sous ou surdimensionnées, d'après l'évaluation du risque réel associé à la situation industrielle concernée (présence d'atex, sensibilité à l'inflammation de l'atex, occurrence et potentiel d'inflammation des étincelles électrostatiques etc ). Pour dépasser ce type de difficultés, il existe des approches réalistes comme celle préconisée par la norme récente EN qui définit une méthode d'essai destinée à examiner les matériaux qui sont peu conducteurs et de surface au-delà de seuils admis pour juger du risque de décharge électrostatique. Cette méthode utilise le principe de dépôt de charges électrostatiques sur le matériau par effet corona ou par frottement triboélectrique. L'objectif est de mesurer les quantités de charge transférées dans l'étincelle de décharge de surface du matériel "aigrette". Cette méthode délicate acquiert toute sa pertinence lorsqu'elle se complète d'épreuves réelles d'inflammation exécutées sur des pré mélanges gaz appartenant aux groupes IIA, IIB et IIC définis dans la norme EN du moins au plus sensible. Comment classer une poussière du point de vue inflammabilité? Où situer la valeur de l'énergie d'inflammation d'une poussière au-delà de laquelle le risque électrostatique peut être exclu? Une seule donnée est essentielle pour approcher et classer ce risque à partir d'une caractéristique de la poussière déterminée dans les inflammateurs standards (figures 2 et 3) qui consiste à évaluer de manière qualitative l'énergie minimale d'inflammation 'EMI' selon les normes en vigueur CEI : 1994, ASTM E 2019 : 2002 et EN 2003 pour la plus récente. Pour cerner le risque d'avoir des étincelles de décharge électrostatique, il est nécessaire d'opérer un examen des matériels et de l'installation complète. On procède à une analyse détaillée des conditions de fonctionnement d'une part et à un ensemble de mesures d'évaluation dans le but de mieux appréhender les accumulations de charge dans l'installation et son environnement et dans les conditions de traitement des produits. 4.2 Règles au stade utilisation des matériels S'il est aisé pour l'utilisateur de classer d'une part les zone 0, 1 et 2 et d'autre part le liquide inflammable traité dans les groupes précités IIA, IIB et IIC, il est difficile par contre de pouvoir mettre en place, de manière simple et aussi complète, un classement pour les poussières. Lorsqu'il s'agit de milieux poussiéreux, le classement de zones est requis par la Directive ATEX 1999/92/CE ; il permet de caractériser le risque d'explosion dans les locaux et dans les installations de production, quel que soit le type de poussière inflammable mis en œuvre ; cependant, il se pose la question de savoir : Figure 3 : Inflammateur HARTMANN modifié Mohamed BOUDALAA Responsable du Laboratoire Electricité Statique INERIS Figure 2 : Inflammateur MIKE 3 5

6 Certification volontaire des Installateurs, Concepteurs et Maintenanciers d'installations électriques en ATEX Des textes de transposition de la Directive ATEX 1999/92/CE, relative à la sécurité des travailleurs exposés aux risques d'atmosphères explosives, impose aux exploitants une période transitoire durant laquelle ils vont devoir mettre en conformité leurs installations (lieux de travail, équipements de travail et matériels électriques). Au 1er juillet 2006, toutes les installations devront être conformes aux arrêtés et décrets de transposition de cette directive. En plus de la mise en conformité technique de ces installations, il est important de noter que la Directive ATEX 1999/92/CE impose, entre autre, que le personnel appelé à travailler dans les zones à risque d'explosion reçoive une formation lui permettant d'opérer en toute sécurité. La compétence des entreprises et des personnes intervenantes dans la conception, la réalisation et la maintenance d'installations électriques en atmosphères explosives va ainsi être fortement sollicitée. Bien qu'ayant un rôle d'interface entre les constructeurs et les utilisateurs, tous deux soumis aux nouvelles directives européennes, aucun texte réglementaire ne s'applique cependant directement aux "installateurs" et aux gens de la maintenance. Un besoin déjà exprimé De fait, les exploitants ont déjà exprimé leur besoin de qualifier leurs soustraitants dans le domaine de la sécurité au travers de certifications (MASE et UIC par exemple) qui impliquent que chaque salarié extérieur ait la formation nécessaire à son intervention, sans toutefois en exprimer le contenu. - Certificat de conformité Conception d'installations électriques en ATEX ; - Certificat de conformité Réalisation d'installations électriques en ATEX ; - Certificat de conformité Maintenance d'installations électriques en ATEX ; et de 4 niveaux de compétence pour les intervenants : - Niveau Agent d'exécution = monteur, câbleur, etc. ; - Niveau Personne Autorisée = chef chantier, chargé d'affaire, etc. ; - Niveau Formateur ; - Niveau Auditeur ; Les principales exigences à respecter par les entreprises sollicitant la certification seront liées à la formation et à la qualification des intervenants, à la traçabilité des interventions réalisées et au respect des normes et règles techniques existantes dans le domaine. La procédure de certification inclura donc l'évaluation des personnes formées dans le cadre d'ism-atex et des audits de conformité au futur référentiel. Les formations, évaluations et certifications des différents intervenants s'effectueront alors suivant les schémas suivants : Formations & Évaluations Formateur Niveau 3 Forme et évalue* Personne Autorisée Niveau 2 Agent d'exécution Niveau 1 Forme et évalue* Certification des Personnes INERIS Forme et évalue Auditeur Niveau 4 * sous responsabilité de l'ineris De même, les constructeurs de matériels électriques utilisables en ATEX spécifient bien souvent que leurs équipements ne peuvent être installés et entretenus que par des gens compétents et formés aux spécificités des ATEX. Dès lors, de nombreux "installateurs" sont déjà demandeurs de formation dans le domaine des atmosphères explosives. Certains, ayant déjà entamé ces démarches, sollicitent l'ineris afin d'obtenir sa reconnaissance et mettre ainsi en avant leurs compétences. Sans réponse officielle INERIS Certifie Formateur Niveau 3 Personne Autorisée Niveau 2 "Autorise" Auditeur Niveau 4 Des formations spécifiques installateurs existent déjà chez la plupart des acteurs du marché. Si certains intitulent déjà, mais de façon abusive, leurs formations comme étant des "habilitations", aucune réponse officiellement reconnue n'est apportée. C'est pourquoi, l'ineris a souhaité mettre en place une démarche de certification volontaire des entreprises et des personnes intervenantes dans les domaines de la conception, de la réalisation et de la maintenance d'installations électriques en ATEX. Cette certification a pour nom Ism-ATEX (Installation, Service et Maintenance en ATEX). Agent d'exécution Niveau 1 En complément de la qualification de personnes intervenant sur le terrain, le référentiel introduit la certification "technique" de formateurs et d'auditeurs dans le cadre d'ism-atex qui, respectivement, assureront les formations et les audits de conformité inhérents à la procédure de certification. L'INERIS assurera alors un rôle de surveillance de l'ensemble de la démarche. Les premières certifications interviendront au cours du premier semestre Les détenteurs d'une telle certification pourraient ainsi prouver qu'ils satisfont à un minimum d'exigences. Afin de prendre en compte l'avis de l'ensemble des parties prenantes, l'ineris a mis en place un groupe de travail comprenant des exploitants, des constructeurs, des installateurs et des organismes de contrôle, avec pour objectif le dépôt du règlement de certification Ism-ATEX au cours du premier semestre 2005 auprès du SQUALPI (Sous-direction à la QUAlité des Produits Industriels du Ministère chargé de l'industrie). La démarche s'articule ainsi autour de 3 certificats de conformité différents pour les entreprises Olivier COTTIN Ingénieur à la Direction Certification Responsable du Projet 6

7 -actu Espagne : première Entreprise de réparation certifiée Saqr-ATEX La société d'installation de maintenance et de réparation de machines tournantes électriques et de leurs accessoires - OMEGA ELECTRICIDAD, S.L.u située à CADIX en Espagne, dirigée par Juan Manuel Marchante Regueira- a sollicité la Certification de conformité au Référentiel Saqr-ATEX de ses ateliers. C'est après une demande de certification des clients de cette société et une sollicitation d'un certain nombre d'organismes Notifiés européens que l'ineris a été retenu. En effet, la certification volontaire Saqr-ATEX est à ce jour, la seule démarche qui réponde aux exigences du client. En conséquence, 5 personnes ont été formées et évaluées ; elles ont obtenu un Certificat de Compétence de niveau "Personnes Autorisées". Une formation et une évaluation complémentaires en sécurité intrinsèque 'i' sont en cours. Compte tenu de la certification ISO du Système d'assurance Qualité de cette entreprise, la réponse aux exigences du référentiel pour la qualification a été plus aisée. C'est la première société hors de France à obtenir cette certification de conformité au Référentiel Saqr-ATEX, qui pour l'occasion a été traduit en espagnol. ainsi que les supports de formation et d'évaluation André MALLET Juan MARCHANTE REGUEIRA, Franscisco MARCHANTE REGUEIRA, Primitivo CASTILLO PAREJA, Juan CASTILLO PAREJA, Juan PEREZ CAMAS, Renate FITZNER, traductrice, Francisco FERNANDEZ ZACHARIAS, responsable Qualité. Bilan de la Certification Au cours de l'année 2004, 32 nouveaux ateliers de réparation ont été certifiés, ce qui porte le nombre total d'ateliers certifiés en cours de validité début 2005 à 54. Le nombre d'ateliers en cours de certification (ceux entrés dans la procédure d'évaluation des personnes formées et de l'atelier) est de 40. Par ailleurs, 80 ateliers de réparation sont entrés dans la démarche : 20 dont le personnel est formé mais n'ont pas à ce jour demandé l'évaluation, et 60 dont le personnel n'est pas formé. Plusieurs contrats en cours de négociation devraient permettre de certifier plusieurs dizaines d'ateliers de réparation supplémentaires. NOTA : Seuls sont en possession de leur Certificat de Conformité au référentiel Saqr-ATEX en cours de validité les ateliers listés sur le site web de l'ineris à la rubrique ATEX, Certification Volontaire. Comité de Pilotage Un comité de pilotage Saqr-ATEX s'est tenu le 13 décembre 2004 à l'ineris. 25 personnes y ont participé. Ce référentiel version 2 intégrera la réparation des matériels non électriques. Il sera simplifié afin de faciliter l'accès de chacune des principales informations nécessaires, tant du point de vue de la gestion de la certification au quotidien par les ateliers de réparation, que pour les procédures de réparation elles-mêmes. 7

8 Comité de Validation -actu Celui-ci s'est déroulé le 24 février 2005 dans les locaux de l'ineris à Verneuil en Halatte. Sont concernés par ce comité tous les décideurs ou personnes responsables des ateliers certifiés en cours de validité, les utilisateurs volontaires ou sollicités par l'ineris, les représentants des ministères concernés ainsi que les représentants des associations de consommateurs. Le résultat de ce comité et les répercutions sur le quotidien de la réparation seront décrits plus en détail dans le prochain article. Toutes vos suggestions sont à adresser à : tél. n Olivier MIRABEL Responsable de la certification Saqr-ATEX et Notification des Systèmes Assurance Qualité Direction de la certification Journée de la Certification : Jeudi 10 mars 2005 sur notre site à Verneuil-en-Halatte L'objectif de cette journée est de dresser un état de l'art réglementaire et technique du domaine de la certification ATEX, S d F, EIPS et "Matériaux énergétiques". Elle est également l'occasion de mettre en lumière l'intérêt des démarches de certification volontaire (Saqr-ATEX, Ism-ATEX, QUALIFOUDRE, etc.) développées par l'ineris avec des référentiels déposés au SQUALPI (Sous- Direction de la Qualité Pour l'industrie et de la Normalisation) du Ministère chargé de l'industrie. A la suite des conférences du matin, ce sont les essais en grand/démonstrations sur site qui retiennent sans nul doute, l'attention des partipants. Après un déjeuner convivial les participants se répartissent en 4 ateliers : ATEX : certification réglementaire et certification volontaire CEM : Compatibilité électromagnétique et protection contre la foudre MATIERES DANGEREUSES : Transport des matières dangereuses, pyrotechnie "Grand Public" SURETE DE FONCTIONNEMENT : Dispositifs de sécurité et EIPS Contact : AGENDA avril : Eco Rhena au Parc Expo Mulhouse Infos : juin : Forums INFOVRAC au Palais des Congrès à Paris Infos : septembre : Envirorisk à l Arbois, Aix en Provence Infos : Quelques unes de nos formations catalogue 2005 : RA13 La sécurité intrinsèque - les matériels et systèmes électriques RA18 La sûreté de fonctionnement appliquée aux installations SEVESO RA19 La sûreté de fonctionnement des dispositifs de sécurité ; les normes EN954 & RA20 Les règles d'installation de matériels en ATEX RA21 Saqr-ATEX : matériel protégé par enveloppe et le référentiel RA27 Saqr-ATEX : matériel de sécurité intrinsèque et le référentiel RA29 La conception de matériel non électrique RA33 Le classement des zones en ATEX RA35 Les matériels en ATEX Infos : Conception et réalisation : IMPRIMERIE NOUVELLE CREIL BP 2 - F VERNEUIL-en-HALATTE Tél. : +33 (0) Fax : +33 (0)

Caractéristiques techniques

Caractéristiques techniques Marque de commande Caractéristiques Possibilité de positionner la tête du détecteur par rotations successives 40 mm, non noyable Fixation rapide Propre à l'emploi jusqu'à SIL 2 selon IEC 61508 Accessoires

Plus en détail

Marquage Ex 5. Informatique mobile en et hors zone Ex 17. Communication en et hors zone Ex 29. Technique de mesure et de calibrage en zone Ex 37

Marquage Ex 5. Informatique mobile en et hors zone Ex 17. Communication en et hors zone Ex 29. Technique de mesure et de calibrage en zone Ex 37 Contenu Page Marquage Ex 5 Informatique mobile en et hors zone Ex 17 Communication en et hors zone Ex 29 Technique de mesure et de calibrage en zone Ex 37 Technique de mesure et de calibrage hors zone

Plus en détail

RECONNAISSANCES OFFICIELLES DE L'INERIS

RECONNAISSANCES OFFICIELLES DE L'INERIS RECONNAISSANCES OFFICIELLES DE L'INERIS L UNION EUROPEENNE L INERIS est organisme notifié auprès de l'union européenne par différents ministères, au titre de plusieurs directives : 1 PAR LE MINISTERE CHARGE

Plus en détail

GUIDE POUR LA MISE SUR LE MARCHÉ DE DISPOSITIFS MÉDICAUX SUR MESURE APPLIQUE AU SECTEUR DENTAIRE

GUIDE POUR LA MISE SUR LE MARCHÉ DE DISPOSITIFS MÉDICAUX SUR MESURE APPLIQUE AU SECTEUR DENTAIRE Actualisation Mai 2012 Direction de l'evaluation des Dispositifs Médicaux Département Surveillance du Marché GUIDE POUR LA MISE SUR LE MARCHÉ DE DISPOSITIFS MÉDICAUX SUR MESURE APPLIQUE AU SECTEUR DENTAIRE

Plus en détail

Séminaire marquage CE

Séminaire marquage CE Séminaire marquage CE 17 mai 2011 Caroline Mischler Chef du bureau de la libre circulation des produits Sous-direction de la qualité, de la normalisation, de la métrologie et de la propriété industrielle

Plus en détail

Marquage CE des enrobés bitumineux à chaud QUESTIONS - REPONSES SUR LE MARQUAGE CE DES ENROBES BITUMINEUX A CHAUD

Marquage CE des enrobés bitumineux à chaud QUESTIONS - REPONSES SUR LE MARQUAGE CE DES ENROBES BITUMINEUX A CHAUD Marquage CE des enrobés bitumineux à chaud QUESTIONS - REPONSES SUR LE MARQUAGE CE DES ENROBES BITUMINEUX A CHAUD (Version 11 juillet 2008) 1- Quels enrobés doivent être marqués? Tous les enrobés bitumineux

Plus en détail

Qu'est-ce que la normalisation?

Qu'est-ce que la normalisation? NORMALISATION 1 Qu'est-ce que la normalisation? La normalisation est un outil élémentaire et efficace des politiques européennes, ses objectifs étant de : contribuer à la politique visant à mieux légiférer,

Plus en détail

Marquage CE Mode d emploi SOMMAIRE : I. Les produits concernés

Marquage CE Mode d emploi SOMMAIRE : I. Les produits concernés Marquage CE Mode d emploi Août 2014 SOMMAIRE : I. Les produits concernés II. Les acteurs concernés a. Le fabricant b. Le mandataire c. L importateur d. Le distributeur III. La mise en conformité des produits

Plus en détail

Mise en œuvre de la réglementation relative aux atmosphères explosives

Mise en œuvre de la réglementation relative aux atmosphères explosives Mise en œuvre de la réglementation relative aux atmosphères explosives Guide méthodologique L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels,

Plus en détail

FEDERATION DE RUSSIE Certification GOST R INTRODUCTION OBJECTIFS PRINCIPAUX DE LA CERTIFICATION GOST R CERTIFCAT DE CONFORMITE GOST R

FEDERATION DE RUSSIE Certification GOST R INTRODUCTION OBJECTIFS PRINCIPAUX DE LA CERTIFICATION GOST R CERTIFCAT DE CONFORMITE GOST R INTRODUCTION La certification GOST R a été instaurée par le gouvernement russe en 1993 avec l objectif principal d assurer la sécurité et de protéger la santé et l environnement de la population russe.

Plus en détail

Electrification statique - Problèmes et solutions L application des sources ionisantes. Auteur: Dr Mark G Shilton, CChem, MRSC. (Copie du document

Electrification statique - Problèmes et solutions L application des sources ionisantes. Auteur: Dr Mark G Shilton, CChem, MRSC. (Copie du document Electrification statique - Problèmes et solutions L application des sources ionisantes. Auteur: Dr Mark G Shilton, CChem, MRSC. (Copie du document présenté à la Conférence sur la sécurité et la fiabilité

Plus en détail

SYSTEME INFORMATIQUE DES DECHETS INDUSTRIELS ET DANGEREUX «SIDID «Sommaire

SYSTEME INFORMATIQUE DES DECHETS INDUSTRIELS ET DANGEREUX «SIDID «Sommaire Exposé relatif au SYSTEME INFORMATIQUE DES DECHETS INDUSTRIELS ET DANGEREUX «SIDID «Sommaire 1 Introduction 1.1 Réglementation portant sur le traitement et l élimination des déchets industriels dans le

Plus en détail

Série sur les Principes de Bonnes Pratiques de Laboratoire et Vérification du Respect de ces Principes Numéro 4 (version révisée)

Série sur les Principes de Bonnes Pratiques de Laboratoire et Vérification du Respect de ces Principes Numéro 4 (version révisée) Non classifié ENV/JM/MONO(99)20 ENV/JM/MONO(99)20 Or. Ang. Non classifié Organisation de Coopération et de Développement Economiques OLIS : 22-Oct-1999 Organisation for Economic Co-operation and Development

Plus en détail

1 la loi: la loi du 4 août 1996 relative au bien-être des travailleurs lors de l'exécution de leur travail;

1 la loi: la loi du 4 août 1996 relative au bien-être des travailleurs lors de l'exécution de leur travail; Arrêté royal du 30 août 2013 fixant des dispositions générales relatives au choix, à l'achat et à l'utilisation d'équipements de protection collective (M.B. 7.10.2013) Chapitre I er. - Dispositions relatives

Plus en détail

La réglementation Incendie en Belgique

La réglementation Incendie en Belgique La réglementation Incendie en Belgique Formation incendie F. HENRY 1 La réglementation Incendie en Belgique Formation incendie F. HENRY 2 Cpt ing. F. HENRY 1 Les differents niveaux de pouvoir - Fédéral

Plus en détail

LIBRE CIRCULATION DES MARCHANDISES

LIBRE CIRCULATION DES MARCHANDISES LIBRE CIRCULATION DES MARCHANDISES La libre circulation des marchandises, la première des quatre libertés fondamentales du marché intérieur, est garantie par la suppression des droits de douane et des

Plus en détail

Sont assimilées à un établissement, les installations exploitées par un employeur;

Sont assimilées à un établissement, les installations exploitées par un employeur; Arrêté royal du 4 décembre 2012 concernant les prescriptions minimales de sécurité des installations électriques sur les lieux de travail (M.B. 21.12.2012) Section I er. - Champ d'application et définitions

Plus en détail

Systèmes de transport public guidés urbains de personnes

Systèmes de transport public guidés urbains de personnes service technique des Remontées mécaniques et des Transports guidés Systèmes de transport public guidés urbains de personnes Principe «GAME» (Globalement Au Moins Équivalent) Méthodologie de démonstration

Plus en détail

II 2G EEx ia IIC T6. Mode de protection

II 2G EEx ia IIC T6. Mode de protection Informations générales Selon la directive 94/9/CE, un appareil destiné à être utilisé en zone à atmosphère explosible ne doit être mis sur le marché que s il satisfait aux caractéristiques définies dans

Plus en détail

POLITIQUE ET LIGNES DIRECTRICES EN MATIERE DE TRACABILITE DES RESULTATS DE MESURE

POLITIQUE ET LIGNES DIRECTRICES EN MATIERE DE TRACABILITE DES RESULTATS DE MESURE BELAC 2-003 Rev 1-2014 POLITIQUE ET LIGNES DIRECTRICES EN MATIERE DE TRACABILITE DES RESULTATS DE MESURE Les versions des documents du système de management de BELAC telles que disponibles sur le site

Plus en détail

Marquage CE des Granulats

Marquage CE des Granulats REFERENTIEL SECTORIEL POUR LA Page 1 sur 11 MAÎTRISE DE LA PRODUCTION DES GRANULATS (Système d'attestation de conformité 2+) SOMMAIRE : Article 1 Objet et domaine d application Article 2 Intervenants dans

Plus en détail

Instruction de montage avec notice d'utilisation et données techniques

Instruction de montage avec notice d'utilisation et données techniques BA 4.3 - M/NSK Boîtier de fin de course type NSK et MSK Instruction de montage avec notice d'utilisation et données techniques selon la directive CE relative à la basse tension 73/23/CEE selon la directive

Plus en détail

RAPPORT DE LA PRESIDENTE DU CONSEIL DE SURVEILLANCE A L'ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ANNUELLE DU 15 JUIN

RAPPORT DE LA PRESIDENTE DU CONSEIL DE SURVEILLANCE A L'ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ANNUELLE DU 15 JUIN " PRECIA " Société Anonyme à Directoire et à Conseil de Surveillance Au capital de 2 200 000 Siège social à VEYRAS - 07000 PRIVAS R.C.S. AUBENAS B. 386.620.165 (1966 B 16) RAPPORT DE LA PRESIDENTE DU CONSEIL

Plus en détail

REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF DENTAIRE PARTIE 3 OBTENTION DE LA CERTIFICATION

REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF DENTAIRE PARTIE 3 OBTENTION DE LA CERTIFICATION REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF DENTAIRE PARTIE 3 OBTENTION DE LA CERTIFICATION SOMMAIRE 3.1. Constitution du dossier de demande 3.2. Processus d'évaluation initiale Rev. 9 mai 2012 PROCESSUS D'OBTENTION

Plus en détail

En outre 2 PDD sont impliqués dans le développement de politiques locales destinées à favoriser l'insertion des personnes handicapées.

En outre 2 PDD sont impliqués dans le développement de politiques locales destinées à favoriser l'insertion des personnes handicapées. PHOES Version : 2.0 - ACT id : 3813 - Round: 2 Raisons et Objectifs Programme de travail et méthodologie Dispositions financières Dispositions organisationnelles et mécanismes décisionnels Procédures de

Plus en détail

INSTITUT DE SÉCURITÉ

INSTITUT DE SÉCURITÉ INSTITUT DE SÉCURITÉ Electricité statique Fiche de sécurité 1431-00.f précédemment Feuille SPI EL 5 Page 1 Généralités 1.1 But 2 1.2 Terminologie 2 2 Notions de base 2.1 Origine des charges 2 2.2 Exemples

Plus en détail

AUDIT ÉNERGÉTIQUE ET SYSTÈMES DE MANAGEMENT DE L ÉNERGIE ISO 50001: Quels sont les liens et comment évoluer de l un à l autre?

AUDIT ÉNERGÉTIQUE ET SYSTÈMES DE MANAGEMENT DE L ÉNERGIE ISO 50001: Quels sont les liens et comment évoluer de l un à l autre? Réunion CCI Franche-Comté - Besançon 13 mai 2014 AUDIT ÉNERGÉTIQUE ET SYSTÈMES DE MANAGEMENT DE L ÉNERGIE ISO 50001: Quels sont les liens et comment évoluer de l un à l autre? Paule.nusa @afnor.org Nour.diab@afnor.org

Plus en détail

Annexe sur la maîtrise de la qualité

Annexe sur la maîtrise de la qualité Version du 09/07/08 Annexe sur la maîtrise de la qualité La présente annexe précise les modalités d'application, en matière de maîtrise de la qualité, de la circulaire du 7 janvier 2008 fixant les modalités

Plus en détail

CODE DU TRAVAIL Art. R. 233-15 Art. R. 233-16 Art. R. 233-17 Art. R. 233-18

CODE DU TRAVAIL Art. R. 233-15 Art. R. 233-16 Art. R. 233-17 Art. R. 233-18 CODE DU TRAVAIL Art. R. 233-15.- Les éléments mobiles de transmission d'énergie ou de mouvements des équipements de travail présentant des risques de contact mécanique pouvant entraîner des accidents doivent

Plus en détail

La politique de sécurité

La politique de sécurité La politique de sécurité D'après le gestionnaire Master 2 Professionnel Informatique 1 Introduction Depuis les années 2000, la sécurité informatique s'est généralisée dans les grandes structures Maintenant,

Plus en détail

Fiche conseil n 16 Audit

Fiche conseil n 16 Audit AUDIT 1. Ce qu exigent les référentiels Environnement ISO 14001 4.5.5 : Audit interne EMAS Article 3 : Participation à l'emas, 2.b Annexe I.-A.5.4 : Audit du système de management environnemental SST OHSAS

Plus en détail

Normes CE Equipements de Protection Individuelle

Normes CE Equipements de Protection Individuelle E. P. I D O C U M E N T D I N F O R M A T I O N Normes CE Equipements de Protection Individuelle Normes CE EQUIPEMENTS DE PROTECTION INDIVIDUELLE Définitions : E.P.I : Tout dispositif ou moyen destiné

Plus en détail

Évaluation de la conformité Certification des produits OEM (mise à jour : octobre 2010)

Évaluation de la conformité Certification des produits OEM (mise à jour : octobre 2010) Évaluation de la conformité Certification des produits OEM (mise à jour : octobre 2010) Traduction non officielle du document "Antworten und Beschlüsse des EK-Med" 3.9 1010 B 16 publié sur le site internet

Plus en détail

Partie IV. Identifier les carences informationnelles d'une PME / PMI

Partie IV. Identifier les carences informationnelles d'une PME / PMI Partie IV. Identifier les carences informationnelles d'une PME / PMI 222 Partie IV. Identifier les carences informationnelles d'une PME / PMI Chapitre A. Représentation de l'utilisation de l'information

Plus en détail

Organisme luxembourgeois de normalisation (OLN)

Organisme luxembourgeois de normalisation (OLN) Présentation des différents services de l Institut luxembourgeois de la normalisation, de l accréditation, de la sécurité et qualité des produits et services ILNAS Conférence de presse 22 septembre 2008

Plus en détail

Carrefour ARRAS. Expertise réalisée par : Vincent Cordonnier

Carrefour ARRAS. Expertise réalisée par : Vincent Cordonnier Carrefour ARRAS Expertise réalisée par : Vincent Cordonnier Page / 4 Site : Carrefour ARRAS Expertise Identité complète Responsable : M. Bidon Paul rue des Sachets 600 ARRAS Date d'audit : 06/05/00 Consultant

Plus en détail

POLITIQUE SUR LA SÉCURITÉ LASER

POLITIQUE SUR LA SÉCURITÉ LASER Date d entrée en vigueur: 30 aout 2011 Remplace/amende: VRS-51/s/o Origine: Vice-rectorat aux services Numéro de référence: VPS-51 Les utilisateurs de lasers devront suivre les directives, la politique

Plus en détail

ÉLECTRICITÉ STATIQUE

ÉLECTRICITÉ STATIQUE Chapitre 3 ÉLECTRICITÉ STATIQUE Ce chapitre décrit les dangers associés à la génération d'électricité statique pendant le chargement et le déchargement de la cargaison et pendant le nettoyage, sondage,

Plus en détail

Etablissement et dépôt des comptes consolidés et du rapport de gestion consolidé

Etablissement et dépôt des comptes consolidés et du rapport de gestion consolidé Département Informations micro-économiques Service Centrale des bilans boulevard de Berlaimont 14 - BE-1000 Bruxelles tél. 02 221 30 01 - fax 02 221 32 66 e-mail: centraledesbilans@nbb.be - site Internet:

Plus en détail

DECLARATION ISO/CEI SUR LA PARTICIPATION DES CONSOMMATEURS AUX TRAVAUX DE NORMALISATION

DECLARATION ISO/CEI SUR LA PARTICIPATION DES CONSOMMATEURS AUX TRAVAUX DE NORMALISATION ISO/CEI/GEN 01:2001 DECLARATION ISO/CEI SUR LA PARTICIPATION DES CONSOMMATEURS AUX TRAVAUX DE NORMALISATION Avant-propos Parallèlement à l'essor rapide du commerce international des biens et services,

Plus en détail

DIALOGUE AVEC LES CONSTRUCTEURS DE VEHICULES

DIALOGUE AVEC LES CONSTRUCTEURS DE VEHICULES CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES MINISTRES DES TRANSPORTS EUROPEAN CONFERENCE OF MINISTERS OF TRANSPORT 2 rue André Pascal, F-75775 PARIS CEDEX 16 TEL. 33 (0)1 45 24 97 10 / FAX: 33 (0)1 45 24 97 42 e-mail: ecmt.contact@oecd.org

Plus en détail

REFERENTIEL POUR L ATTRIBUTION DE LA MENTION RGE :

REFERENTIEL POUR L ATTRIBUTION DE LA MENTION RGE : REFERENTIEL POUR L ATTRIBUTION DE LA MENTION RGE : RECONNU GARANT DE L ENVIRONNEMENT Date de mise en application : 20/02/2014 QUALIFELEC RE/0010 indice A 1 SOMMAIRE 1. DOMAINE D APPLICATION... 4 1.1 Objet...

Plus en détail

Modalités de candidature et de certification. Niveau 1. Certification de personnes Expert méthode HACCP/SMSDA

Modalités de candidature et de certification. Niveau 1. Certification de personnes Expert méthode HACCP/SMSDA Modalités de candidature et de certification Niveau 1 Certification de personnes Expert méthode HACCP/SMSDA La certification d'expert méthode HACCP/SMSDA s adresse à des professionnels confirmés qui veulent

Plus en détail

Extinction. Choisissez votre système d extinction. Qu'est-ce qu'un système d extinction? Les principes du feu

Extinction. Choisissez votre système d extinction. Qu'est-ce qu'un système d extinction? Les principes du feu Extinction Choisissez votre système d extinction Qu'est-ce qu'un système d extinction? Dans un système de protection incendie, il ne suffit pas de détecter et de mettre en sécurité. Il est souvent nécessaire

Plus en détail

Etude de faisabilité

Etude de faisabilité Etude de faisabilité Modèle de cahier des charges pour chaufferie dédiée Ce modèle de cahier des charges d étude de faisabilité a été réalisé dans le cadre de la Mission Régionale Bois-Energie Il est un

Plus en détail

Page 1. Le Plan de Prévention

Page 1. Le Plan de Prévention Page 1 Le Plan de Prévention 01 LA REGLEMENTATION Rappel : Le document Unique d Evaluation des Risques Dans toute entreprise, le chef d entreprise a pour obligation d assurer la sécurité et la santé de

Plus en détail

Arrêté royal du 12 août 1993 concernant l'utilisation des équipements de travail (M.B. 28.9.1993)

Arrêté royal du 12 août 1993 concernant l'utilisation des équipements de travail (M.B. 28.9.1993) Arrêté royal du 12 août 1993 concernant l'utilisation des équipements de travail (M.B. 28.9.1993) Modifié par: (1) arrêté royal du 17 juin 1997 concernant la signalisation de sécurité et de santé au travail

Plus en détail

Le Responsible Care, une démarche accessible aux PME - PMI: Les 9 principes du Responsible Care illustrés par des actions simples et efficaces

Le Responsible Care, une démarche accessible aux PME - PMI: Les 9 principes du Responsible Care illustrés par des actions simples et efficaces Le Responsible Care, une démarche accessible aux PME - PMI: Les 9 principes du Responsible Care illustrés par des actions simples et efficaces 1 Origine du Responsible Care Démarche volontaire de l'industrie

Plus en détail

LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT. Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec

LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT. Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec Introduction L'un des principes directeurs de la politique

Plus en détail

SPECIFICATION "E" DU CEFRI CONCERNANT LES ENTREPRISES EMPLOYANT DU PERSONNEL DE CATEGORIE A OU B TRAVAILLANT DANS LES INSTALLATIONS NUCLEAIRES

SPECIFICATION E DU CEFRI CONCERNANT LES ENTREPRISES EMPLOYANT DU PERSONNEL DE CATEGORIE A OU B TRAVAILLANT DANS LES INSTALLATIONS NUCLEAIRES 92038 PARIS LA DEFENSE CEDEX Page 1 / 11 SPECIFICATION "E" DU CEFRI CONCERNANT LES ENTREPRISES EMPLOYANT DU PERSONNEL DE CATEGORIE A OU B TRAVAILLANT DANS LES INSTALLATIONS NUCLEAIRES 29/11/00 13 Indice

Plus en détail

Une réussite : Les prix de rachat garantis soutiennent les énergies renouvelables en Allemagne

Une réussite : Les prix de rachat garantis soutiennent les énergies renouvelables en Allemagne Une réussite : Les prix de rachat garantis soutiennent les énergies renouvelables en Allemagne Ce document illustrera comment cette réussite est arrivée, il est composé des parties suivantes : 1. Qu'est

Plus en détail

CHAÎNE DE TRACABILITÉ GLOSSAIRE DES TERMES ET DÉFINITIONS

CHAÎNE DE TRACABILITÉ GLOSSAIRE DES TERMES ET DÉFINITIONS CHAÎNE DE TRACABILITÉ GLOSSAIRE DES TERMES ET DÉFINITIONS Mars 2014 Sustainable Agriculture Network (SAN) and Rainforest Alliance, 2012-2014. Ce document est disponible sur les sites suivants: www.sanstandards.org

Plus en détail

Notice explicative du formulaire CERFA n 12571*01 relatif au bordereau de suivi des déchets dangereux

Notice explicative du formulaire CERFA n 12571*01 relatif au bordereau de suivi des déchets dangereux Notice explicative du formulaire CERFA n 12571*01 Décret n 2005-635 du 30 mai 2005 Arrêté du 29 juillet 2005 Notice explicative du formulaire CERFA n 12571*01 relatif au bordereau de suivi des déchets

Plus en détail

Rapport d'évaluation CCMC 12835-R IGLOO Wall Insulation

Rapport d'évaluation CCMC 12835-R IGLOO Wall Insulation CONSTRUCTION Rapport d'évaluation CCMC 12835-R IGLOO Wall Insulation RÉPERTOIRE Révision Jamais Réévaluation Non : NORMATIF : 07 21 23.06 Publication en de l'évaluation : 1997-12-08 Réévaluation cours

Plus en détail

Conditions Générales Location d équipements terminaux

Conditions Générales Location d équipements terminaux Conditions Générales Location d équipements terminaux Vous trouverez dans le présent document les conditions générales qui s'appliquent à la location des équipements terminaux de Orange. Elles peuvent

Plus en détail

Avis d Energie-Cités. Cette proposition est disponible sur : http://europa.eu.int/eur-lex/fr/com/dat/2001/fr_501pc0226.html

Avis d Energie-Cités. Cette proposition est disponible sur : http://europa.eu.int/eur-lex/fr/com/dat/2001/fr_501pc0226.html Avis d Energie-Cités Projet de Directive Performance énergétique des bâtiments Octobre 2001 Proposition de Directive du Parlement européen et du Conseil présentée par la Commission [COM(2001) 226 final

Plus en détail

Luxembourg-Luxembourg: Services de traduction AMI14/AR-RU 2014/S 059-098331. Appel de manifestations d'intérêt

Luxembourg-Luxembourg: Services de traduction AMI14/AR-RU 2014/S 059-098331. Appel de manifestations d'intérêt 1/5 Cet avis sur le site TED: http://ted.europa.eu/udl?uri=ted:notice:98331-2014:text:fr:html Luxembourg-Luxembourg: Services de traduction AMI14/AR-RU 2014/S 059-098331 Appel de manifestations d'intérêt

Plus en détail

Sécuriser une intervention sur un poste de travail

Sécuriser une intervention sur un poste de travail Sécuriser une intervention sur un poste de travail Dominique Pagnier Table des matières 1. Introduction... 3 2. Sécurisation logique... 3 2.1. Environnement logiciel (pilotes, applications, )... 3 2.2.

Plus en détail

La législation est très stricte sur la sécurité des portes automatiques d où un grand nombre de normes et de règlementations.

La législation est très stricte sur la sécurité des portes automatiques d où un grand nombre de normes et de règlementations. La législation est très stricte sur la sécurité des portes automatiques d où un grand nombre de normes et de règlementations. Portes automatiques de garage Les normes relatives à la sécurité des portes

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

La contrefaçon par équivalence en France

La contrefaçon par équivalence en France BREVETS La contrefaçon par équivalence en France I. Introduction Si l'on considère une revendication de brevet qui remplit les conditions de validité au regard de l'art antérieur, le cas de contrefaçon

Plus en détail

RÈGLES DE CERTIFICATION D ENTREPRISE

RÈGLES DE CERTIFICATION D ENTREPRISE RÈGLES DE CERTIFICATION D ENTREPRISE Fabrication et transformation de matériaux et d emballages destinés au contact des aliments : respect des règles d hygiène (méthode HACCP) Réf. Rédacteur LNE PP/GLB

Plus en détail

Comité réglementation et simplification du conseil national de l industrie 16 mai 2014

Comité réglementation et simplification du conseil national de l industrie 16 mai 2014 Comité réglementation et simplification du conseil national de l industrie 16 mai 2014 Transposition de l article 8 de la directive européenne 2012/27 relatif à l obligation d audit énergétique Yann MENAGER

Plus en détail

REFERENTIEL DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES

REFERENTIEL DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES PREAMBULE Le baccalauréat professionnel Electrotechnique Energie Equipements Communicants traite des secteurs d activités : de l industrie, des services, de l habitat, du tertiaire et des équipements publics.

Plus en détail

Texte de l'arrêté "Site e-business"

Texte de l'arrêté Site e-business Texte de l'arrêté "Site e-business" Arrêté relatif à l'octroi d'une prime aux entreprises qui créent un site e-business tel que modifié par l'arrêté du 15 juin 2006 (MB 12.07.2006) Le Gouvernement wallon,

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS a RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS Synthèse de l'inventaire des accidents pour le secteur d'activité de la société MARIE DIDIER AUTOMOBILES Il ressort de l inventaire des accidents technologiques

Plus en détail

ISMA StuvEx PAGG IExT. Product Guide

ISMA StuvEx PAGG IExT. Product Guide ISMA StuvEx PAGG IExT Product Guide Main Office Belgium Heiveldekens 8 B-2550 Kontich Tél. +32-3-458 25 52 Fax +32-3-458 25 27 E-mail: info@irmaco.be www.irmaco.be Préface Depuis plus de 30 ans déjà, le

Plus en détail

Chapitre Ier : Qualifications.

Chapitre Ier : Qualifications. G / Vte fds comm forma Décret n 98-246 du 2 avril 1998 relatif à la qualification professionnelle exigée pour l'exercice des activités prévues à l'article 16 de la loi n 96-603 du 5 juillet 1996 relative

Plus en détail

Les capteurs et leurs branchements

Les capteurs et leurs branchements bts mi 2 \ COURS\Technologie des capteurs et leurs branchements 1 1. Les Modules Entrées Les capteurs et leurs branchements Module d extension d Entrées/Sorties TOR Module réseau : communication entre

Plus en détail

REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF REACTION AU FEU MANCHONS ET PLAQUES D ISOLATION THERMIQUE EN ELASTOMERE EXPANSE PARTIE 4

REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF REACTION AU FEU MANCHONS ET PLAQUES D ISOLATION THERMIQUE EN ELASTOMERE EXPANSE PARTIE 4 REGLES DE CERTIFICATION MARQUE MANCHONS ET PLAQUES D ISOLATION THERMIQUE EN ELASTOMERE EXPANSE PARTIE 4 PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES MODIFICATIONS ET EVOLUTION SOMMAIRE 4.1. Processus

Plus en détail

Fiche 1 (Observation): Définitions

Fiche 1 (Observation): Définitions Fiche 1 (Observation): Définitions 1. Introduction Pour définir et expliquer de manière simple les notions d'électricité, une analogie est faite cidessous avec l écoulement de l'eau dans une conduite.

Plus en détail

Aide à l'application EN-1 Part maximale d'énergies non renouvelables dans les bâtiments à construire Edition janvier 2009

Aide à l'application EN-1 Part maximale d'énergies non renouvelables dans les bâtiments à construire Edition janvier 2009 Aide à l'application EN-1 Part maximale d'énergies non renouvelables dans les bâtiments à construire Contenu et but Cette aide à l application traite des exigences à respecter concernant la part maximale

Plus en détail

Informations sur la NFS 61-933

Informations sur la NFS 61-933 Les évolutions apportées par la nouvelle norme NFS 61-933 relative à l exploitation et la maintenance des systèmes de sécurité incendie. Intervention Olivier BUFFET Ingénieur sécurité CHU ANGERS Sommaire

Plus en détail

portnox pour un contrôle amélioré des accès réseau Copyright 2008 Access Layers. Tous droits réservés.

portnox pour un contrôle amélioré des accès réseau Copyright 2008 Access Layers. Tous droits réservés. portnox Livre blanc réseau Janvier 2008 Access Layers portnox pour un contrôle amélioré des accès access layers Copyright 2008 Access Layers. Tous droits réservés. Table des matières Introduction 2 Contrôle

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX REGLEMENT DE LA CONSULTATION (RC)

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX REGLEMENT DE LA CONSULTATION (RC) MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX REGLEMENT DE LA CONSULTATION (RC) Pouvoir adjudicateur exerçant la maîtrise d'ouvrage Ministère de l'intérieur Préfecture de Belfort Représentant du Pouvoir Adjudicateur (RPA)

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION

PROGRAMME DE FORMATION Innovation - Prévention conseil - accompagnement - formation Innovation-Prévention 19 rue Paul Séramy 77300 Fontainebleau N SIRET : 48155965600030 Tel : 09.88.99.99.59 www.innoprev.com Contact Direct avec

Plus en détail

SOMMAIRE Thématique : Matériaux

SOMMAIRE Thématique : Matériaux SOMMAIRE Thématique : Matériaux Rubrique : Connaissances - Conception... 2 Rubrique : Essais... 7 Rubrique : Matériaux...11 1 SOMMAIRE Rubrique : Connaissances - Conception Connaître les matières plastiques...

Plus en détail

Les enjeux de la dématérialisation en assurance

Les enjeux de la dématérialisation en assurance Colloque de l'ajar 4 décembre 2012 Les enjeux de la dématérialisation en assurance Philippe POIGET, Directeur des affaires juridiques, fiscales et de la concurrence Fédération Française des Sociétés d'assurances

Plus en détail

Destinataires d'exécution

Destinataires d'exécution Information Direction générale de la performance économique et environnementale des entreprises Service Gouvernance et gestion de la PAC Sous-direction Gestion des aides de la PAC Bureau des Soutiens Directs

Plus en détail

Dématérialisation et document numérique (source APROGED)

Dématérialisation et document numérique (source APROGED) Dématérialisation et document numérique (source APROGED) La dématérialisation se répand très rapidement dans tous les domaines d'activités. Depuis l'origine, le concept de dématérialisation repose sur

Plus en détail

Décharge électrostatique

Décharge électrostatique Décharge électrostatique F. Rachidi École Polytechnique Fédérale de Lausanne Groupe Compatibilité Électromagnétique Farhad.Rachidi@epfl.ch http://emcwww.epfl.ch 1 Contenu Génération des charges statiques

Plus en détail

++++++++++++++++++++++++++++++++++++ Présenté par : Imed ENNOURI

++++++++++++++++++++++++++++++++++++ Présenté par : Imed ENNOURI ++++++++++++++++++++++++++++++++++++ Présenté par : Imed ENNOURI Réglementation de la profession d expert comptable en Tunisie - Loi 88-108 du 18 août 1988, portant refonte de la législation relative à

Plus en détail

Organisation. le big bag idéal pour votre application. Notre organisation en pôles d'expertise est source de créativité et de compétitivité.

Organisation. le big bag idéal pour votre application. Notre organisation en pôles d'expertise est source de créativité et de compétitivité. Savoir faire 2 BAOBAG est issue de la fusion de Framapack et de Sacherie du Midi et commercialise des conteneurs souples et des sacs en polypropylène. Leader européen de la fourniture de big-bag, nous

Plus en détail

PARTIE 1 CHAMP D'APPLICATION MARQUAGE NF

PARTIE 1 CHAMP D'APPLICATION MARQUAGE NF REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF Tubes en polyéthylène pour réseaux de distribution de gaz combustibles, réseaux de distribution d'eau potable, irrigation et applications industrie, eau non potable et

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Les Bases de Données occupent aujourd'hui une place de plus en plus importante dans les systèmes informatiques. Les Systèmes de Gestion de Bases de Données

Plus en détail

Fiche méthodologique Rédiger un cahier des charges

Fiche méthodologique Rédiger un cahier des charges Fiche méthodologique Rédiger un cahier des charges Plan de la fiche : 1 : Présentation de la fiche 2 : Introduction : les grands principes 3 : Contenu, 1 : positionnement et objectifs du projet 4 : Contenu,

Plus en détail

TEXT MINING. 10.6.2003 1 von 7

TEXT MINING. 10.6.2003 1 von 7 TEXT MINING 10.6.2003 1 von 7 A LA RECHERCHE D'UNE AIGUILLE DANS UNE BOTTE DE FOIN Alors que le Data Mining recherche des modèles cachés dans de grandes quantités de données, le Text Mining se concentre

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2009-084

LETTRE CIRCULAIRE N 2009-084 Montreuil, le 03/11/2009 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION, DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE LETTRE CIRCULAIRE N 2009-084 OBJET : Loi de simplification et clarification du droit et d allègement des procédures

Plus en détail

L'AMIANTE : RÉGLEMENTATION

L'AMIANTE : RÉGLEMENTATION L'AMIANTE : RÉGLEMENTATION Dernière révision du document : juillet 2012 L'amiante (asbeste) est à l origine une roche naturelle composée de minéraux fibreux. Pour ses nombreuses propriétés, dont la résistance

Plus en détail

MODALITES D'APPLICATION DE LA KEYMARK. "Refroidisseurs de lait en vrac à la ferme "

MODALITES D'APPLICATION DE LA KEYMARK. Refroidisseurs de lait en vrac à la ferme Organisme certificateur 11, avenue Francis Le Pressensé F 93571 SAINT-DENIS LA PLAINE CEDEX MODALITES D'APPLICATION DE LA KEYMARK "Refroidisseurs de lait en vrac à la ferme " N d identification AFAQ AFNOR

Plus en détail

11.09.08 www.ueapme.com 1.

11.09.08 www.ueapme.com 1. UNION EUROPEENNE DE L ARTISANAT ET DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES EUROPÄISCHE UNION DES HANDWERKS UND DER KLEIN- UND MITTELBETRIEBE EUROPEAN ASSOCIATON OF CRAFT, SMALL AND MEDIUM-SIZED ENTERPRISES

Plus en détail

Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET

Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET Glossaire La terminologie propre au projet, ainsi que les abréviations et sigles utilisés sont définis dans le Glossaire. Approbation Décision formelle, donnée

Plus en détail

Partie 1 : Introduction

Partie 1 : Introduction Objectifs de la formation L'intérêt des organisations informatiques pour les meilleures pratiques ITIL est maintenant prouvé au niveau mondial. Outre l'accent mis sur l'alignement de l'informatique sur

Plus en détail

Fiche de données de Sécurité

Fiche de données de Sécurité Page: 1/6 ETIQUETTE DU PRODUIT ETIQUETAGE (d'usage ou CE): Concerné Phrases de risque : Conseils de prudence : F+ Extrêmement inflammable R-12 Extrêmement inflammable. S-2 Conserver hors de la portée des

Plus en détail

Mise en œuvre de la radioprotection dans les entreprises: Certification d'entreprise et formation du personnel.

Mise en œuvre de la radioprotection dans les entreprises: Certification d'entreprise et formation du personnel. Mise en œuvre de la radioprotection dans les entreprises: Certification d'entreprise et formation du personnel. Alain BONTEMPS, Directeur du CEFRI -NOMBRE DE TRAVAILLEURS EXPOSES (Nucléaire): Total: 60

Plus en détail

TITRE Ier DISPOSITIONS GENERALES. Article 1 er

TITRE Ier DISPOSITIONS GENERALES. Article 1 er DECISION REGLEMENTAIRE N 12 DU 2 MARS 1948 DU CENTRE NATIONAL DE LA CINEMATOGRAPHIE RELATIVE AUX AUTORISATIONS D'EXERCICE DE LA PROFESSION modifiée par décisions n 12 bis du 18 mai 1949, 12 ter du 3 août

Plus en détail

LOI du 4 FEVRIER 2000 relative à la création de l'agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire (Mon. 18.II.2000) (1)

LOI du 4 FEVRIER 2000 relative à la création de l'agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire (Mon. 18.II.2000) (1) LOI du 4 FEVRIER 2000 relative à la création de l'agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire (Mon. 18.II.2000) (1) Modifications: L. 13 juillet 2001 (Mon. 4.VIII.2001) L. 24 décembre 2002

Plus en détail

Cahier des Charges Techniques Particulières

Cahier des Charges Techniques Particulières Cahier des Charges Techniques Particulières Entretien et maintenance des groupes frigorifiques ORIGINAL SOMMAIRE 1. OBJET DU CCTP 1 2. NATURE DES INSTALLATIONS 1 3. NATURE DES PRESTATIONS 1 3.1. details

Plus en détail

CATALOGUE DE hformation GAZ

CATALOGUE DE hformation GAZ CATALOGUE DE hformation GAZ 6 Rue des Bonnes Gens 68025 COMAR CEDEX Tél : 03.69.28.89.00 Fax : 03.69.28.89.30 Mail : contact@coprotec.net Site : www.coprotec.net SOMMAIRE PRESENTATION... 3 NOS FORMATIONS

Plus en détail

AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS. ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 )

AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS. ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) Le présent texte pris dans le cadre de l'article 19 du décret n 77-608

Plus en détail