LES TUMULUS NEOLITHIQUES DE LA FORET DE BENON

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES TUMULUS NEOLITHIQUES DE LA FORET DE BENON"

Transcription

1 GROUPE VENDEEN D'ETUDES PREHISTORIQUES, 27, 1992 LES TUMULUS NEOLITHIQUES DE LA FORET DE BENON par F. BOUIN* A Maurice MARSAC Au nord de la Charente Maritime, entre Marais Poitevin et Marais de Rochefort, s'étend, quasi dénudée, une petite région naturelle, l'aunis, au relief peu prononcé. De l'importante couverture forestière qui en couvrait autrefois le nord-est, prolongeant les massifs de Chizé (79), d'aulnay (17) et de Tusson (16) (R. Joseph 1987), ne demeure plus que la forêt de Benon. R.P. LESSON rapporte en 1942 que "Monsieur QUOY a le premier signalé à La Laigne, en forêt, 2 tombelles celtiques placées à 40 pas environ et à gauche de la route La Rochelle Mauzé". La suite du texte nous apprend que ce sont 2 ch irons oblongs très rapprochés qui paraissent avoir été fouillés ou avoir fourni des pierres pour ferrer les chemins voisins. Ces deux tumulus vont ensuite être oubliés jusque dans les années 1980, avec une petite parenthèse toutefois, due à la recherche systématique de ce type de monument dans le Centre-Ouest dans les années 60 par C. BURNEZ. Il retrouvera, non loin de là, le tumulus de La Grosse Motte à Bouhet, également porté à notre connaissance par R.P. LESSON en 1840, et dont on avait depuis perdu toute trace, mais pas ceux signalés par M. QUOY En 1979, au cours d'un entretien, j'informais C.GENDRON, Conservateur des Musées de Niort, de l'existence d'un possible tumulus dans les bois de Benon, au lieu-dit Champ Châlon... Peu après, J.P. PAUTREAU, à qui l'information avait été transmise, venait examiner le monticule. Son interprétation eut pour conséquence quelques temps au plus tard le passage de R. JOUSSAUME, qui confirmera le caractère artificiel et néolithique de ce tertre qu'il fouillera en avril Suite à la fouille de ce monument j'apprenais l'existence d'une autre "bosse" dans ces mêmes bois, à quelques dizaines de mètres de là. C'était un second tumulus, celui-là même qui permettait d'entrevoir l'existence d'autres tertres insoupçonnés dans cette forêt. D'où prospections. D'où découvertes. Nous avons ainsi tiré de leur oubli 15 tumulus, la plupart inédits, regroupés en 5 nécropoles, toutes situées sur la commune de Benon. Depuis certains d'entre eux ont été fouillés et ont atteint une certaine notoriété, tant auprès du grand public que de la communauté scientifique. Les autres, plus nombreux, demeurés intacts, sont restés inconnus, hormis quelques citations générales (R. JOUSSA UME et R. CADOT 1986 et R. JOUSSAUME 1990). Nous nous proposons ici de décrire ces monuments, nécropole par nécropole, puis de livrer quelques observations et réflexions. * Frédéroc BOUIN, rue Chauveau Courçon. 21

2 La nécropole de Champ Châlon 1 Elle est constituée de 5 monuments baptisés A, B, C, D, et E d'ouest en est, alignés sur une même hauteur orientée nord-ouestfsud-est. Le tertre D, connu dès 1978 au moins, est le monument Qui fut signalé en 1979 à C. GENDRON et fouillé l'année suivante. En 1980 toujours, F. PARPA Y m'informait de l'existence du tumulus C, Qui devait m'amener à découvrir les autres monuments de la nécropole. Le E exepté, tous les tumulus ot été fouillés, de 1980 à 1986, sous la direction de R. JOUSSAUME et de R. CA DOT. Je ne vais pas donner une description détaillée des monuments fouillés, cela a déjà été fait ailleurs (R. JOUSSAUME et R. CADOT 1986 et R. JOUSSAUME 1990) mais simplement reprendre l'essentiel, me semble-t-il. Le tumulus A Juste découvert ce monument avait l'aspect d'une calotte de 18 mètres de long sur 12 mètres de large, sensiblement orientée est-ouest, plus élevée à l'est Qu'à l'ouest. Les fouilles ont exhumé de ce tertre une construction Quadrangulaire de 15 m de long sur 7,60 m de large, quasiment orientée nord-ouestjsud-est, composée de 2 parties distinctes: - à l'est, sur 10 m de long environ, se trouve une masse de pierraille divisée par des murets internes prenant appui les uns sur les autres, placés de part et d'autre d'une arête centrale axiale. Un parement ceinture cette partie de la construction et délimite là un ensemble. Il n'y fut pas retrouvé de matériel archéologique, à l'exception de Quelques restes humains dans la partie supérieure du tertre. - l'extrémité ouest, longue de 5 m a été accolée à la partie sus-décrite. Elle constitue la partie funéraire de la construction : il y fut en effet retrouvé un dolmen à couloir. Ce dernier, long d'un peu plus de 3 m, désaxé par rapport à la chambre, part de l'angle nordouest de celle-ci pour déboucher sur le parement nord. La chambre a en plan la forme d'un Quadrilatère d'environ 2 m de côté, aux angles arrondis. A la différence du couloir il n'y fut pas retrouvé de dallage. Elle devait être recouverte d'un montage en encorbellement. Une petite niche, en position secondaire dans le mur est, livra les restes de 6 personnes. Très peu d'os humains furent découverts dans la chambre, Qui semble avoir été vidée de son contenu. Huit individus furent néanmoins reconnus. La chambre a livré une hachette polie en fibrolithe, une canine de canidé perforée à la racine, une perle taillée dans une dent de bovidé et un petit vase, trouvé devant la niche. Deux autres vases, dont une coupe à socle droit (vase-support) entièrement décoré de triangles à champ pointillé, et une pointe de flèche tranchante à retouches abruptes des bords, ont été trouvés au passage du couloir à la chambre. Un Quatrième vase fut trouvé écrasé sous l'extrémité est du tumulus. Tous ces objets sont attribuables à un chasséen atlantique à "vase-support" (coupe à socle). Les deux parties de la construction sont entourées par le parement extérieur Quadrangulaire, Qui dissimule cet assemblage. Un fossé-carrière a été creusé le long du monument, au nord et au sud, sur parfois 2,50 m de profondeur. Vingt cinq mètres séparent ce tumulus de B. 22

3 Le tumulus B Placé au sud-est du A, le tumulus B n'était au moment de sa découverte qu'un petit monticule vaguement circulaire de 15 m de diamètre environ, atteignant 1 m de hauteur maximum en son centre. Les fouilles devaient y mettre au jour une construction trapézoïdale orientée nord-ouestjsud-est de 15 m de long sur 8 m de large à l'est et 6,70 m de large à l'ouest. Deux dolmens à couloir, placés l'un à côté de l'autre, furent découverts à l'intérieur. Leurs chambres, quadrangulaires, étaient recouvertes d'un montage en encorbellement. Deux dalles échancrées formant hublot se trouvaient au passage du couloir à la chambre du dolmen est. Les couloirs, de 3 m de long, ouverts au sud-ouest, sont désaxés vers l'est par rapport aux centres des chambres, donnant à chaque dolmen un plan en "Q". Ils étaient bouchés par un muret prolongeant le mur de façade. De la poterie fut trouvée sous ces bouchons de pierre, ainsi que devant l'entrée et dans le couloir du dolmen ouest. Au total les fragments de 3 vases non décorés et de 3 coupes à socles, dont 2 ont 1 décor pointillé non limité par une ligne incisée. L'un de ces derniers a un socle à paroi concave. Chambres et couloirs étaient entièrement dallés en opus incertum. Seules les chambres fournirent des restes humains, bouleversés par l'effondrement des voûtes, appartenant respectivement à 8 et 6 individus. De nombreuses connections ont été observées dans les deux dolmens. les crânes étaient près des parois des chambres. Peu d'objets accompagnaient les défunts : dans la chambre ouest furent retrouvés 2 pointes de flèche tranchantes à retouches abruptes des bords et un fragment osseux poli. La chambre est livra relativement plus d'objets : 4 pointes de flèche du même type que celle décrit précédemment, une lame brute, 6 déchets de taille, tout cela en silex bien sûr, 8 fragments de lamelles polies de défenses de suidés, dont 2 portent une perforation circulaire, et 3 fragments osseux appointés, interprétés comme étant des aiguilles. Les fragments de 3 vases, dont une coupe à socle non décorée, furent retrouvés dans cette chambre. Le dolmen ouest est placé au centre de 2 parements circulaires concentriques. Les fouilles ont montré que ce dolmen, dans un premier temps, avait fonctionné seul à l'intérieur d'un cairn circulaire à double parements concentriques dont le plus important mesurait environ 8,60 m de diamètre. Le dolmen est fut construit dans une seconde phase : le muret interne qui enveloppe sa chambre est plaqué sur l'ex mur extérieur du cairn circulaire. En même temps était construit le cairn trapézoïdal qui curieusement reprendra dans sa masse en l'occultant, en le dissimulant, le premier cairn circulaire, donnant l'illusion d'une construction trapézoïdale homogène comparable à celles qui l'encadrent. Bel exemple d'intégration et de perennit6 de la fonction funéraire d'une même construction. Tous les objets retrouvés à l'intérieur de cette architecture appartienner.t au Néolithique moyen atlantique à coupe à socle. Une dépression (carrière?) est visible à quelques mètres au sud-est de la construction. Le tumulus C se trouve à 100 m à l'est du B. Le tumulus C Les fouilles ont dégagé de cet amas de pierres oblong de 25 m de long sur une dizaine de mètre de large, plus élevé à l'ouest qu'à l'est, orienté est-ouest, une constrution trapézoïdale de même longueur et de même orientation mesurant Il m de large à l'est pour 9,50 m de large à l'ouest. 23

4 Deux parties constituent ce monument: - près de l'extrémité orientale fut mis au jour un petit dolmen dont le couloir, long de 2,70 m, construit tout en pierre sèche à l'exception de 2 blocs dressés de part et d'autre de l'entrée, ouvre à l'est. Cette structure d'accès, au sol dallé, débouche dans l'angle nord- est d'une petite chambre quadrangulaire à angles arrondis et aux parois constituées d'une alternance de dalles dressées et de murettes en pierre sèche. Une voute en encorbellement couvrait autrefois cette chambre dallée en opus incertun, à l'intérieur de laquelle furent retrouvés en tout et pour tout quelques restes humains épars attribuables à 6 individus, et un fragment de coupe à socle décoré de triangles aux champs poinçonnés. Le couloir livra, tout près de la chambre, à mi hauteur du remplissage, les restes de 5 personnes. Ce dolmen est inclus dans un cairn sensiblement circulaire d'environ 6 m de diamètre qui ne se referme pas complètement à l'ouest, mais se prolonge en une construction qui vient reposer contr.e la deuxième partie du monument. Un blocage de pierraille extérieur, compartimenté par des murets internes, s'appuye sur les côtés nord et sud de ce cairn circulaire. Quelques restes humains furent découverts sous le prolongement du tumulus circulaire et, au nord, entre le blocage de pierres et le parement extérieur. - à l'ouest de cet ensemble les fouilles mirent au jour, de part et d'autre d'un mur axial servant de point d'appui initial, plusieurs rangs de parements internes appuyés successivement les uns sur les autres. L'espace compris entre tous ces parements était totalement comblé de pierrailles. Aucune structure funéraire ne fut trouvée à l'intérieur ou sous cette partie de la construction. Il fut seulement découvert 2 petites fosses en surface, contenant chacune les restes d'un individu. Le parement extérieur du tumulus, construit en dernier, réunit en un même ensemble ces deux parties de la construction. Le matériel archéologique retrouvé tant dans la chambre qu'en dehors de celle-ci, est attribuable à un Néolithique moyen à vase-support. Une dépression le long des côtés nord et sud du tumulus marque l'emplacement de fosséscarrières dont un, le sud, a fait l'objet d'un sondage. Il était large ici de 20 m et atteignait 2 m de profondeur maximum. Le tumulus D est à 70 m de là, en direction du sud-est. Le tumulus D Le tumulus D est le plus abimé de tous les monuments de la mécropole : il est amputé de ses deux extrémités, rases au bulldozer au cours d'une opération d'arrachage mécanique du couvert forestier naturel avant plantation de résineux. La partie résiduelle de ce monument mesure une quinzaine de mètres de long sur une douzaine de mètres de large. Elle est orientée nord-ouest/sud-est. Une dépression marquant l'emplacement d'un fossécarrière était bien visible au nord et au sud de la construction. L'étude de la coupe est résultant du passage des bulldozers a montré qu'à cet endroit le tumulus avait été bati par apports successifs de matériaux maintenus par endroits par des murets internes. C'était, présenté en coupe cette fois, le système de construction reconnu dans la partie est du tumulus A et ouest du tumulus C. 24

5 Un décapage à l'emplacement de la partie rasée à permis de retrouver la façade ouest du tumulus, mais pas celle de l'est. Ce monument, long d'environ 40 m, mesurait un peu plus de 5 m de large à l'ouest, pour une largeur est estimée à 9 m. Quelques tessons, peut-être néolithiques, furent recueillis au pied du parement nord. Aucune structure funéraire ne fut mise au jour. Une section a été réalisée dans chacun des fossés carrières dans le prolongement de la coupe étudiée. Ils sont larges de 4 m à 4,50 m au fond, pour une profondeur atteignant l,50 m, et ont été creusés à 3 m environ de part et d'autre du monument. R. JOUSSA UME et R. CADOT (1986) notent qu'à la différence des fossés des tumulus A et C, en forme de larges cuvettes, ceux-ci sont longs et étroits, et paraisent entourer complètement le tumulus. De la même façon selon eux, la forme longue et étroite du tumulus D le sépare des monuments A et C, trapézoïdaux certes, mais plus massifs. Le tumulus E se trouve à 140 m au nord-est du D. Le tumulus E Ce tertre sensiblement circulaire mesure environ 15 m de diamètre. Sa hauteur atteind 0,70 m. Aucune dépression n'est visible autour. Il n'a pas été fouillé. Ce tumulus est morphologiquement très proche du tumulus B avant qu'il n'ait été fouillé. Légende - M. L. SACRE confirme dans son ouvrage (L. SACRE, 1989, p. 16) ce que m'avait dit sa soeur, née en 1902 : leur grand-mère qui le promenait enfants dans ces bois, leur racontait qu'il ne fallait pas marcher sur ces bosses, sous lesquelles étaient enterrés des anciens. Au terme de la description des monuments qui composent la nécropole de Champ Châlon 1, plusieurs remarques s'imposent. Nous remercions R. JOUSSA UME de nous avoir aimablement autorisé à publier certaines d'entre elles. Le tumulus - Les tumulus, avant la fouille, pouvaient être regroupés en deux ensembles:. entrent dans le premier les monuments nettement allongés, assez élevés et possédant un fossé bien marqué de part et d'autre de leurs longs côtés. Les tumulus A, C et D formaient cet ensemble.. le second comprenait les monuments sensiblement circulaires, peu élevés et sans fossés apparents autour. les tumulus B et E composaient ce groupe. Malgré cette différence d'apparence, déjà notée par R. JOUSSAUME en 1980, chaque tertre fouillé a livré une construction trapézoïdale orientés nord-ouest/sud-est ayant sa base au sudest. - La longueur des constructions va croissante d'ouest en est jusqu'au tumulus D. Les tumulus B et E exceptés, chaque monument croit des deux tiers de la longueur des monuments précédents: 15, 25 et 41 m. Ceci semble exclure le fait que le monument C ait pu être rallongé vers l'ouest, comme l'a exprimé R. JOUSSAUME en Ces trois mêmes constructions ont un rapport longueur Ilargeur décroissant d'ouest en est: elles sont de moins en moins massives, ou de plus en plus effilées, comme l'on voudra, d'ouest en est. - les tumulus A, C et D sont placés sur un même axe orienté nord-ouest/sud-est les tumulus B et E s'en écartent. 25

6 Les dolmens - Les dolmens par rapport aux tumulus. Deux cas de figure sont observables:. Tumulus A, C et peut-être D : un seul dolmen par monument, de petites dimensions, polaire et disproportionné par rapport au tumulus. Le dolmen a été adjoint au reste de la construction et semble presque secondaire comparé à celle-ci.. Tumulus B : deux dolmens occupent le centre de la construction. Il y a un juste équilibre entre les dolmens et le tumulus qui les contient. Toutefois la phase d'agrandissement de la construction sera l'occasion de rallonger le monument vers l'ouest, ce qui n'était pas indispensable pour réaliser un monument trapézoïdal, mais accentuait le caractère polaire du dolmen est, et permettait d'intrégrer la construction à la nécropole (cf. infra). Seule la longueur de la partie alvéolaire distingue les tumulus A et C : les dolmens qu'ils contiennent, très proche, occupent sensiblement la même surface. Ces dolmens A et C se trouvaient, au moment de leur découverte, à l'extrémité la plus basse du tertre qui les contenait. - Le plan des dolmens Tous les couloirs sont désaxés par rapport aux chambres, et toujours de la même façon : à droite de la chambre en regardant le fond de celle-ci depuis l'entrée du couloir. La longueur des couloirs est pratiquement invariable d'un monument à l'autre. Les chambres ont toutes un plan quadrangulaire, mais tantôt les angles sont arrondis, (tumulus A et C), tantôt ils sont droits ou presque (tumulus B). Ces deux derniers dolmens sont de ce fait des dolmens angoumoisins. Le dolmen ayant la plus petite chambre est le dolmen C, logé dans le plus grand tumulus intact fouillé. Inversement les dolmens B sont les plus grands fouillés à Champ Châlons 1. Le contenu des dolmens - Les restes humains Les chambres des dolmens A et C n'ont livré que quelques os épars de plusieurs individus. Dans les dolmens B par contre, les os étaient beaucoup plus nombreux, les connections fréquentes. Les bouleversements constatés dans ces deux chambres semblent en bonne partie dûs à l'effondrement des voutes en pierre sèche. Les objets déposés Tous les dolmens ont livré des vases-supports. Mais seuls les fragments retrouvés dans les dolmens B ne sont pas décorés ou ont un décor partiel non limité par une incision, et l'un d'eux a un socle à paroi concave. La chambre la plus récente de ce même tumulus possédait un mobilier relativement plus abondant que sa voisine. Les dolmens A et B ont en commun d'avoir livré des armatures à tranchant transversal à retouches abruptes des bords. Elles étaient en plus grand nombre dans les dolmens B. Il semble que le reste du mobilier s'exclue d'un dolmen à l'autre. 26

7 Synthèse sur la nécropole de Champ Châlon 1 Le tumulus B au vu des différences qui l'opposent constamment aux tumulus A, C et D, doit être dinstingué de ces monuments. Cette construction, sur la seule base du plan de ses chambres, est sans aucun doute postérieur (de combien?) aux tumulus qui l'encadrent. Champ Châlon 1 semble donc avoir été construit en deux phases successives: -la première voit la construction des monuments A, C et D. On ne sait lequel de ces monuments construits les uns par rapport aux autres, et dans un ordre bien précis dont on ignore s'il est chronologique ou tout autre. Cet ensemble est en tout cas parfaitement structuré. - dans un second temps furent construits les monuments B et E, à l'intérieur d'une trame qui leur était forcément antérieure. Mais volonté d'intégration ou tradition oblige, le tumulus B aura dans sa phase terminale un plan trapézoïdal. Le tumulus E n'a pas été dressé sur le même axe que les autres monuments. A ce titre il est moins intégré à la nécropole que le tumulus B. Ce monument pourrait être la construction la plus récente de l'ensemble. A chacun de ces sous-ensemble correspond des pratiques funéraires particulières et, à Champ Châlons 1 seulement, un type de vase-support. Les tumulus de Champs Châlon 2 sont à 600 m au sud-est de là, de milieu de nécropole à milieu de nécropole. Champ Châlon 2 Ces deux tumulus ont été découverts fortuitement en Octobre 1982 au cours d'une prospection... mycologique. Ils sont au sud de la D 114 qui va de Courçon d'aunis à La Laigne, à l'ouest du chemin vicinal n 1 dit "de Benon à La Grève", qu'il faut suivre sur un kilomètre environ depuis la Dl14, jusqu'à un layon transversal bien visible sur la gauche, mais complètement bouché à droite. Le tumulus B est à 100 m environ à l'ouest du chemin et au nord du layon bouché. Les tumulus A C'est le plus à l'ouest des deux. Il est orienté nord-ouest/sud-est. Sa longueur atteind 32 m pour II m de large et 0,70 m de haut environ. Il est plus bas à l'ouest qu'à l'est. Un fossé longe le monument au nord et au sud. Le tumulus B est à 100 m environ à l'est/sud-est du tumulus A. La densité du couvert forestier ne permet pas de connaître avec plus de précision la distance exacte qui sépare les deux monuments. Le tumulus B Ce monument est légèrement plus court et plus élevé que son voisin: 26 m de long sur 13 m de large et 0,85 m de haut en moyenne. Sa hauteur décroît d'ouest en est. Il est orienté ouest-nord-ouest/est-sud-est. Un fossé a été creusé au nord et au sud du monument, sur toute sa longueur. Ces deux tumulus sont très semblables: le B paraît seulement plus massif que le A. Rien ne prouve que la faible hauteur de ces monuments résulte de prélèvement postnéolithiques des matériaux qui les constituaient. 27

8 Cette faible élévation les distingue des tumulus des Biarnes, érigés à un kilomètre au sud/sud-est. La nécropole des Biarnes Deux monuments constituent cette nécropole, découverte en 1981 je crois, placée au nord de l'actuelle RN Il qui va de Niort à La Rochelle, sensiblement à mi-distance entre le croi~ement de la nationale avec la D 116 et l'ancienne maison de garde-chasse dite "La Faisanderie". Ces deux tumulus sont portés sur la cate I.G.N. au 25 OOOème n 1429 est, dite Surgères est. Le tumulus A Ce tertre est le plus au nord des deux. Orienté nord-nord-est/ sud-sud-ouest, il mesure 35 m de long sur 18 m de large. Sa hauteur atteind 2,50 m. Il est plus élevé au nord qu'au sud. Aucun fossé ne longe ce monument. Par contre une dépression est visible au nord-ouest de l'extrémité nord. Un trou de 5 m de diamètre environ sur 1,30 m de profondeur a été creusé à une époque indéterminée en surface de ce monument. Trente cinq mètres le séparent de son voisin. Le tumulus B Ce tertre est plus petit que le précédent: il mesure en effet 30 m de long sur 15 m de large. Sa hauteur et son orientation sont sensiblement indentiques à son voisin. Il est plus élevé au sud qu'au nord. Deux fossés bien visibles encadrent ce monument à l'ouest et à l'est sans en faire le tour complet. Le fossé est au moins est une vaste cuvette comparable aux fossés fouillés à Champ Chalon 1 A. Une fosse d'environ 2,50 m de diamètre, profonde de 0,50 m à également été creusée au sommet de ce monument. Ce tumulus est à 32 m au nord du fossé qui marque la fin de l'espace occupé par la RN Il. Ces deux monuments, par leur emplacement, leur proximité, la présence de fosses à leurs surfaces, me paraissent correspondre aux monuments décrits par R.P. LESSON en A 280 m à l'est/nord-est de ces tumulus et à environ 150 m du fossé dont il a déjà été question, se trouve un petit tumulus circulaire que nous avons découvert avec F. PARPA Y. Ce monument a l'aspect d'une.calotte circulaire d'une dizaine de m de diamètre, haute de 0,75 m environ. Ce tumulus isolé, d'âge incertain, n'a peut-être rien à voir avec les deux monuments que nous venons de décrire. La nécropole des Biarnes; comme celle de Champ Chalon 2, est constituée de 2 tumulus morphologiquement identiques. Pourtant, à l'intérieur de ces deux groupes, les monuments n'ont pas exactement la même taille ni la même orientation, et l'extrémité la plus élevée n'est pas la même d'un tumulus à l'autre. Le monument le plus important se trouve dans les deux cas au nord du groupe. La composition de ces deux nécropoles diffère de celle de La Pointe. La nécropole de La Pointe Cet ensemble se trouve à 1600 m environ à l'est/ sud-est des tumulus des Biarnes. Il est constitué de deux tumulus placés de part et d'autre de la D 207 peu avant qu'elle ne rejoigne la N Il. 28

9 R. SACRE nous avait signalé l'existence du tumulus B dés 1976 au moins, mais dans une version "historique" : ce monticule marquait l'emplacement de tombes mérovingiennes. Selon une autre légende le même tumulus est à l'emplacement des "Portes de Fer", entrée ou sortie de souterrain providentielle ayant permis à DU GUESCLIN de reprendre le château de Benon, ou de s'en échapper, selon les versions. Le tumulus A Ce tumulus, découvert en 198 l, se trouve à environ 80 m au nord de la 0 207, en bordure d'un chemin forestier axé est-ouest. II mesure 30 m de long sur 10 m de large et 0,85 m de haut. Son orientation est nord-ouest/sud-est. Une fosse de 7 m de long, large de 4 m et profonde de 0,60 m le prolonge au nord-ouest: peut-être s'agit-il d'une fouille ancienne qui aurait tronqué de monument de 7 m maximum? L'extrémité est est plus élevée que celle de l'ouest. Aucun fossé n'est visible. Le tumulus B Il est situé immédiatement au sud de la 0 207, et est bien visible de la route. Ce tumulus, également orienté nord-ouest/sud-est, mesure 17 m de long sur II m de large et environ 2 m de haut. Il a été fouillé au début du siècle par un artisan de La Laigne m'a-t-on dit : une tranchée nord-est/sud-ouest, à profil en V, le traverse en effet de part en part, sur toute l'épaisseur de la construction et probablement un peu plus. Cette tranchée atteind 5,50 m de large à l'embouchure. De grosses (?) pierres étaient visibles il y a quelques années à l'extrémité sudouest de cette section. Il est possible que les déblais de ces travaux aient modifié l'aspect du tumulus, qui pouvait avant ces "fouilles", être plus bas et avoir une toute autre forme (arrondie?). Le demi -tumulus est est plus élevé que l'ouest. Une vaste dépression est visible à l'est/nord-est du site. Les quatre nécropoles que nous venons de décrire sont à faible distance les unes des autres: seulement 3 km à vol d'oiseau séparent les deux groupes les plus éloignés. Cet ensemble est à distinguer de la nécropole de Bois de Mille Ecus, implantée à 6 km des tumulus de La Pointe, dans un autre secteur de la forêt de Benon. La nécropole de Bois de Mille Ecus Elle se trouve à 3 kilomètres au sud de Benon, à l'est de la avant qu'elle ne croise la Les trois tumulus, baptisés A, B et C d'ouest en est, sont alignés sur une même hauteur orientée ouest-nord -ouest/ est -sud -est. J. GRASSIOT, qui tenait l'information de M. BAYLE, ancien garde-chasse de ces bois, nous a signalé en 1981 l'existence d'un tumulus, le B, en ce lieu. Nous rendant tous trois sur place, nous passons d'abord voir un monticule dont il n'avait jusque là pas été question, tant sa qualité de tumulus paraissait douteuse aux yeux de nos guides. Plusieurs observations feront disparaître toute hésitation: ce sera le tumulus A. Nous découvrirons ensemble le tumulus C, simplement en suivant l'axe du tumulus B sur plusieurs dizaines de mètres, entre deux rangs de "sapins". Les tumulus A et B sont portés sur la carte I.G.N. au 25 OOOème n 1429 est, dite Surgères est. Le tumulus A Il occupe l'angle nord-est d'un champ, en bordure de forêt, en partie gagné sur celle-ci durant l'entre deux guerres. 29

10 Hormis l'extrémité est recouverte d'un petit bois jusqu'au cours de l'hiver , tout le tumulus était en 1981, et est toujours!, labouré au même titre que le champ environnant. Le tertre, orienté ouest-nord-ouestjest-sud-est, mesurait au moment de sa découverte environ 30 m de long sur 18 m de large et 1 m de haut. Un fossé était bien visible de part et d'autre des longueurs du monument. R. JOUSSAUME effectuera un sondage sur ce monument en aoot Les fouilles reprirent de 1986 à 1990 sous notre responsabilité. Le tumulus, de forme trapézoïdale allongée, est orienté pratiquement est-ouest, la plus grande façade, long de Il m, se trouvait à l'est. Des sondages ayant montré qu'il ne restait rien de l'extrémité ouest, totalement arasée par les labours, la longueur du monument dot être estimée d'après celles des fossés qui l'encadrent, mesurées à l'aide d'un résistivimètre : elle devait atteindre 38 m pour une longueur de façade ouest estimée sur cette base à un peu plus de 5 m. Nous avons également pu constater que les deux fossés ne se rejoignaient pas à l'ouest du monument. L'extrémité orientale du tertre, fouillé sur 9 m de long et sur toute sa largeur, peut être divisée en deux parties distinctes : - l'extrème est de la construction, sur 5 m de long environ, n'est qu'une accumulation de terre mélangée en plus ou moins grande quantité à de la pierraille, en fonction des apports, simplement limitée par le parement extérieur. A l'exception d'un massif de grosses pierres dans l'angle nord-est du tumulus, qui renforce ce point sensible de la construction. - cet ensemble s'appuie à l'ouest sur une partie du tertre étudiée sur 4 m de long seulement, parfaitement structurée par des parements internes. Au sud de l'axe longitudinal du tumulus fut découvert un unique parement interne rectiligne pratiquement parallèle au parement extérieur sud. Au nord, par contre, furent dégagés plusieurs parements semi-circulaires successivement appuyés les uns sur les autres, comme à Champ Châlon 1 A par exemple. Le matériel archéologique recueilli au cours de ces fouilles, presque entièrement médiéval, témoigne de perturbations anciennes. Plusieurs grosses pierres remontées par un labour profond permirent de retrouver en 1989, près de l'extrémité ouest du monument, le dolmen à l'origine du tumulus. La chambre avait été creusée dans le sol en place, ce qui explique qu'elle n'ait pas été totalement arasée, comme l'ont été le couloir et l'extrémité ouest du tumulus. Cette fosse, pratiquement rectangulaire mesure environ 3,50 m de long sur 2,50 m de large et 0,50 m de profondeur. Son axe est celui du tumulus. Deux tranchées parallèles d'un peu plus d' 1 m de long, espacées d' 1 m environ, partent du côté nord de la tombe: c'est tout ce qui reste du couloir de ce dolmen. Une étroite bande de terre argileuse, quasi vierge de toute pierre, s'interposait par endroits entre le bord de la Sépulture et son remplissage de grosses pierres. Un dallage parfait, constitué de pierres parfois importantes entre lesquelles avaient été enfoncées de force d'autres pierres plus petites en forme de coins, couvrait en partie le fond de la chambre. Il n'était jamais en contact avec les parois de la tombe et était également absent de l'extrémité est de la sépulture, témoignant ainsi d'une structuration de l'espace funéraire. Le dallage remonte en direction du débouché du couloir, formant un palier entre le fonds de la chambre et le couloir. 30

11 Plusieurs indices permettent d'affirmer qu'au moins les parois de la chambre de ce dolmen était en bois. La tombe a livré les restes épars de 6 personnes d'après l'étude des dents retrouvées, réalisée par le Dr J.M. GILBERT. Quelques objets furent découverts: un long poinçon en os, entier, les fragments d'un second, 2 dentales, une cyprée perforée, une canine de canidé également perforée, une pointe de flèche tranchante à retouches abruptes des bords, plusieurs éclats de silex, une molaire de suidé et, peut-être intrusives, 5 dents de renard ou de blaireau. Les quelques tessons de poterie retrouvés sont de petites dimensions et souvent mal conservés. Aucun n'est attribuable à un vase-support. Trois cents mètres séparent ce monument du tumulus B. Le tumulus B Ce tertre, orienté ouest-nord-ouest/est-sud-est, mesure 40 m de long sur 18 m de large et 0,90 m de haut. Les fossés qui longent le monument au nord et au sud ne paraissent pas se rejoindre aux extrémités. Ce monument est plus élevé à l'est qu'à l'ouest. Un peu plus de 400 m le séparent du tumulus C. Le tumulus C Il mesure 23 m de long sur 10 m de large et 1,10 m de haut. Son orientation est est-ouest. Il est plus élevé à l'ouest qu'à l'est. Un fossé est bien marqué au nord, plus profond à l'est qu'à l'ouest. Le symétrique au sud est bien moins visible. Ce monument a été abimé lorsque les bois qui couvraient le terrain où il se trouve, furent arrachés au bulldozer pour être remplacés par des alignements de résineux. Plusieurs pierres plates d'environ 0,50 m X 0,50 m gisent sur et autour du tumulus. Une meule dormante fut trouvée à un peu moins de 100 m au sud de ce tertre. Elle est actuellement la propriété de M. J. GAUTIER, du Gué d'alleré. Le dolmen du tumulus A de Bois de Mille Ecus, comme celui de Champ Chalon 1 A, fait unique dans la région, ouvre au nord. Ces deux dolmens se trouvent à l'extrémité ouest des tumulus les plus à l'ouest des deux ensembles. Ceci n'est certainement pas un hasard et prouve, s'il en était encore besoin, combien ces nécropoles sont structurées. La description de chaque nécropole de tumulus néolithique retrouvée en forêt de Benon terminée, il nous reste maintenant à voir si cet ensemble ne se prète pas à quelques observations, et s'il est bien homogène. Les tumulus néolithiques de la forêt de Benon Les tumulus néolithiques de la forêt de Benon sont tous regroupés en nécropoles: aucun n'est isolé. Toutes les nécropoles se dressent sur des hauteurs. Cette observation, qui a valeur de règle absolue pour les tumulus néolithiques allongés et pour beaucoup de dolmens, a déjà été notée par de nombreux auteurs (c. BURNEZ, 1976, par exemple) ; Ce choix des emplacements explique que les tumulus que nous venons de décrire se trouvent actuellement au milieu des bois, ce qui les a préservé : la forêt a tant reculé pour laisser place aux champs, que maintenant elle n'occupe plus que les hauteurs, ses derniers retranchements. Une situation topographique identique: voila tout le rapport qu'il y a de nos jours entre la forêt de Benon et les tumulus qu'elle recèle. 31

12 Onze des quinze tumulus que nous venons de décrire sont des tumulus de forme nettement allongée. Toutes les nécropoles ont en commun de posséder au moins un monument ayant cette morphologie. Pour autant ces monuments n'ont pas exactement le même aspect: ils peuvent être très bas (Champ Châlon 2 par exemple) ou très élevés (Les Biarnes). Tous n'ont pas un fossé-carrière parallèle à leurs long côtés. Lorsqu'il existe le fossé peut être étroit et régulier (Champ Châlon 1 D par exemple), ou bien "en cuvette", comme à Champ Châlon 1 A. Aucun de ces tumulus nettement allongé n'atteint 60, 80 voire plus de 100 m de long, alors que des monuments de ces tailles sont connus à quelques kilomètres de là. En ce sens l'ensemble de la forêt de Benon est homogène. Les plus longs monuments que nous venons de décrire atteignent une quarantaine de mètres de long. Comme c'est fréquemment le cas, les monuments allongés sont orientés pratiquement estouest, à l'exception des tumulus des Biarnes orientés quasiment nord-sud. En tous cas les tumulus suivent l'axe de la hauteur sur laquelle ils se trouvent. De faibles différences d'orientation sont discernables à l'intérieur des nécropoles de Champ Châlon 2 et des Biarnes notamment. Les 5 nécropoles peuvent être divisées en 2 groupes: - celles ayant 2 monuments : c'est le cas de Champ Châlon 2, des Biarnes et de La Pointe. Rien ne permet d'affirmer que les différentes formes de tumulus rencontrés dans ces ensembles correspondent à différentes étapes d'une évolution sur place des constructions. Ces 3 ensembles peuverit très bien être contemporains et correspondre, par exemple, aux nécropoles de 3 groupes humains vivant de part et d'autre des hauteurs où se trouvent les tumulus. Ces ensembles sont à peu près également espacés. - celles ayant 3 monuments: à Bois de Mille Ecus peu de choses distinguent les tumulus A et B, qui diffèrent du C. De fait cette nécropole pourrait bien être une évolution d'un ensemble à 2 monuments à l'origine. Champs Châlon 1 première phase appartient également à ce groupe. Par la suite cet ensemble a évolué pour finalement compter 5 tumulus. Ces nécropoles sont elles toutes synchrones, ou certaines d'entre elles seulement, ou bien sont elles toutes successives? Il est bien difficile de répondre à cette question tant que n'auront pas été fouillés tous les monuments. Et encore la construction successive de tous ces tumulus, ou de certains d'entre eux, avec quelques années d'écart seulement, pourrait ne pas transparaître dans le mobilier retrouvé à l'intérieur de chaque monument, voire dans des datations C 14 : tout au plus pourrait-on peut-être distinguer le plus ancien de la série du plus récent. Les 15 tumulus de la forêt de Benon, découverts il y a quelques années seulement, constituent un ensemble exceptionnel. La fouille, parfois totale, de quelques uns d'entre eux s'est révélée d'un grand intérêt, tant du point de vue architectural, fonctionnel, que chronologique. Ces travaux ont permis d'établir une chronologie relative des monuments entre eux et ont montré combien étaient structurées ces nécropoles. Les tumulus restés intacts ne se prètent qu'à une étude comparative d'après leur aspect extérieur. Il n'est pas sûr que nos observations faites aient quelques valeur en dehors des ensembles décrits. Ce serait à vérifier. Peu d'ensembles permettent de telles études comparatives, qui mériteraient d'être poussées - delà des simples observations réalisées jusqu'à maintenant. 32

13 BIBLIOGRAPHIE BOUIN F., Précisions sur les fouilles menées en forêt de Benon in Que se passe-t-il dans le Parc, p. 2-3 BURNEZ c., Le Néolithique et le Chalcolithique dans le Centre Ouest de la France GILBERT J.M., Odontologie et archéologie. Contribution taphonomique des vestiges dentaires in Bulletin de Groupe Vendéen d'etudes Préhistoriques (G.V.E.P.) n 21, p JOSEPH R., La forêt de Benon JOUSSAUME R., Les tumulus de Champ-Châlon à Benon in Bulletin du G.V.E.P. n 4, p JOUSSAUME R., Le Néolithique de l'aunis et du Poitou occidental JOUSSAUME R., Les tumulus de Champ-Châlon à Benon in Bulletin du G.V.E.P. n 8, p JOUSSAUME R., Compte rendu des fouilles réalisées à Champ-Châlon, commune de Benon, en 1985 In Bulletin de l'association des Archéologues du Poitou-Charantes (A.A.P.C.) n 15, p JOUSSAUME R., Compte-rendu des fouilles réalisées à Champ-Châlon, commune de Benon, en 1986 in Bulletin. de l'a.a.p.c. n 16, p JOUSSAUME R., Les tumulus néolithiques de Champ-Châlon à Benon Communication au 23ème Congrès de la Société Préhistorique Française, Paris, 4 nov JOUSSAUME R. (sous la direction de), Mégalithisme et société Table-ronde C.N.R.S. des Sables d'olonne, 2-4 novembre 1987 JOUSSAUME R. et CADOT R., Les tumulus de Champ-Châlon à Benon, Charente Maritime. Présentation préliminaire in ArQuéologia n 14, p JOUSSAUME R., GROS J.P., GILBERT J.M., Questions relatives au fonctionnement de la chambre funéraire d'un tumulus du Néolithique moyen atlantique à Benon (Chte Mme) in compte-rendu de la table ronde "Méthodes d'études des sépulture" tenue à Saint-Germain-en-Laye les 20 et 21 mai P JOUSSAUME R., PAUTREAU J.P., La Préhistoire du Poitou LESSON R.P., Lettres historiques et archéologiques sur la Saintonge et sur l'aunis LESSON R.P., Fastes historiques, archéologiques, biographiques.. du département de la Charente Inférieure SACRE L., Chouan et maraichin 33

14 pports entre la topographie, la forêt de Benon et les nécropoles néolithiques = Forêt 0 1 km 0 = Nécropole 1 1,. "... 1 ~ \ ~ ~ ~... ~ "'~ t- "',.. 1 Il ",.. (J'- ~flj~.. " ~ ~B ~,/ po. ~ JI',..J ~ m]jip-~... r-- 1 "< ~ "''''.. ~ ~ ~ '1.. ) ) \ )

15 ~ E... o ~; :;11) E E :J :J... III ri) ", ri) (Il :J -c 0... "":> t: _ ~a: QI... > (Il o c.~ en ]1.Qj CIl... E CU :J ::!!: III - ~..- :J t: 0 0"":> 'Ill - ~a: y", Q.-G) E " III Q. ~.cu ü~ E :t3-i ~ 0 ~I

16 ., or, ',-. ] '''''.. -" _.. -

REGION POITOU-CHARENTE DEPARTEMENT DE LA CHARENTE

REGION POITOU-CHARENTE DEPARTEMENT DE LA CHARENTE REGION POITOU-CHARENTE DEPARTEMENT DE LA CHARENTE COMMUNE DE GRASSAC 16267 DEPARTEMENT DE LA CHARENTE, COMMUNE DE GRASSAC Compte rendu de diagnostic sur une nécropole, suite à une découverte fortuite.

Plus en détail

Le palais des ducs à Dijon Surveillance archéologique

Le palais des ducs à Dijon Surveillance archéologique REGION BOURGOGNE Rapport d activités 2013 prospection thématique Hervé Mouillebouche Le palais des ducs à Dijon Surveillance archéologique Code INSEE de la commune : 21000 Date de rédaction du rapport

Plus en détail

Le grand cairn de Barnenez Carnet de visite

Le grand cairn de Barnenez Carnet de visite Le grand cairn de Barnenez Carnet de visite Virginie Lepage monuments-nationaux Sommaire LE GRAND CAIRN DE BARNENEZ 2 PL I : PLAN DES CAIRNS PRIMAIRE ET SECONDAIRE 3 PL II : COUPE DES CAIRNS PRIMAIRE ET

Plus en détail

Patrick ANDRE ALEXANDRE LE PONTOIS. (Rempart romain) Rue Alexandre le Pontois.Ancienne caserne des pompiers.

Patrick ANDRE ALEXANDRE LE PONTOIS. (Rempart romain) Rue Alexandre le Pontois.Ancienne caserne des pompiers. Patrick ANDRE f SAUVETAGE ARCHEOLOGIQUE Rue ALEXANDRE LE PONTOIS VANNES. Morbihan. (Rempart romain) 0 0 0 Département Commune Lieu-dit Morbihan Vannes Rue Alexandre le Pontois.Ancienne caserne des pompiers.

Plus en détail

Sublaines, Le Grand Ormeau : des occupations du Néolithique à la période romaine

Sublaines, Le Grand Ormeau : des occupations du Néolithique à la période romaine ATLAS ARCHÉOLOGIQUE DE TOURAINE IV LES LIEUX Sublaines, Le Grand Ormeau : des occupations du Néolithique à la période romaine Éric Frénée 2010 Le site de Sublaines Le Grand Ormeau a été fouillé en 2005

Plus en détail

Fabrice RIGAULT. Les sondages.

Fabrice RIGAULT. Les sondages. LES SONDAGES SUR LE SITE DE LA COUR DE LA MAIRIE DE TOUQUIN ENTRE 2004 ET 2006 Nouvelles données sur l occupation antique et médiévale de Touquin (Seine-et-Marne) Fabrice RIGAULT Le village de Touquin

Plus en détail

Mas-Saintes-Puelles Bernardis

Mas-Saintes-Puelles Bernardis ADLFI. Archéologie de la France - Informations une revue Gallia Languedoc-Roussillon 1992 Mas-Saintes-Puelles Bernardis Michel Passelac Édition électronique URL : http://adlfi.revues.org/12142 DOI : 10.4000/adlfi.12142

Plus en détail

Département : 77 Référence : IA

Département : 77 Référence : IA Département : 77 Référence : IA77000495 Aire d'étude Commune : Melun : Melun Adresse : Paul-Doumer (rue) 12 Titre courant Dénomination : : Cartographie : Lambert1 0623989 ; 1093269 Cadastre : 1985 AS 287

Plus en détail

LA COMMUNE : TERRITOIRE ET VILLAGE

LA COMMUNE : TERRITOIRE ET VILLAGE LA COMMUNE : TERRITOIRE ET VILLAGE LE TERRITOIRE Le territoire de la commune de Bézaudun-les-Alpes comporte plusieurs implantations antiques ou du haut Moyen Age. Il faut en particulier mentionner trois

Plus en détail

ADLFI. Archéologie de la France - Informations une revue Gallia Nord-Pas-de-Calais Éditeur Ministère de la culture

ADLFI. Archéologie de la France - Informations une revue Gallia Nord-Pas-de-Calais Éditeur Ministère de la culture ADLFI. Archéologie de la France - Informations une revue Gallia Nord-Pas-de-Calais 1988 Coquelles La Grande et la Petite Rouge Cambre, site J Yves Desfossés Édition électronique URL : http://adlfi.revues.org/10046

Plus en détail

Les premiers monuments?...

Les premiers monuments?... Les premiers monuments?... Les mégalithes sont d énormes blocs de pierre avec lesquels l homme réalise des constructions diverses. Il a été nécessaire que l homme s organise et travaille en équipe pour

Plus en détail

Bonifacio Église Sainte-Marie-Madeleine

Bonifacio Église Sainte-Marie-Madeleine ADLFI. Archéologie de la France - Informations une revue Gallia Corse 2014 Bonifacio Église Sainte-Marie-Madeleine 2014 Opération préventive de diagnostic n 1316 Isabelle Commandré Édition électronique

Plus en détail

Les alignements de Carnac Carnet de visite

Les alignements de Carnac Carnet de visite Les alignements de Carnac Carnet de visite AL monuments-nationaux Sommaire LES ALIGNEMENTS DE CARNAC...3 PL I : PLAN DES ALIGNEMENTS DE CARNAC...3 L ENVIRONNEMENT GÉOLOGIQUE...7 PL II : PIERRE DRESSÉE

Plus en détail

Courcoury-Portublé-Chauveau Fleuve Charente

Courcoury-Portublé-Chauveau Fleuve Charente ADLFI. Archéologie de la France - Informations une revue Gallia DRASSM (subaquatique terrestre) 2004 Courcoury-Portublé-Chauveau Fleuve Charente Xavier Barraud Édition électronique URL : http://adlfi.revues.org/587

Plus en détail

Promenade n 8 : Les Mégalithes : Durbuy Balise :

Promenade n 8 : Les Mégalithes : Durbuy Balise : Promenade n 8 : Les Mégalithes : Durbuy Balise : 1 Cet itinéraire propose un voyage dans le temps de 5.000 ans, à la rencontre des célèbres dolmens et menhirs érigés sur la Calestienne par les agriculteurs

Plus en détail

Les piles funéraires gallo-romaines

Les piles funéraires gallo-romaines ATLAS ARCHÉOLOGIQUE DE TOURAINE III LES DYNAMIQUES DE L OCCUPATION DU SOL Mourir Les piles funéraires gallo-romaines Jacques Seigne UMR 7324 CITERES-LAT 2007 Le territoire des Turons a livré de nombreux

Plus en détail

RAPPORT SUR LES DÉCOUVERTES FAITES LORS DE LA RESTAURATION DU PALAIS DU RECTEUR A DUBROVNIK Edda Portolan La tremblement de terre qui a frappé Dubrovnik le 15 avril 1979 a fortement endommagé le Palais

Plus en détail

Des archéologues à Dormans : reportage de 2008 issu de l'ancien site du collège.

Des archéologues à Dormans : reportage de 2008 issu de l'ancien site du collège. Des archéologues à Dormans : reportage de 2008 issu de l'ancien site du collège. Jeudi 20 et vendredi 21 mars 2008 des archéologues sont venus à Dormans et ils ont fait une découverte! Un terrain situé

Plus en détail

Restauration d une île monastique : Saint-Honorat de Lérins (Cannes, Alpes-Maritimes) Michel Trubert, architecte en chef des monuments historiques

Restauration d une île monastique : Saint-Honorat de Lérins (Cannes, Alpes-Maritimes) Michel Trubert, architecte en chef des monuments historiques Restauration d une île monastique : Saint-Honorat de Lérins (Cannes, Alpes-Maritimes) Michel Trubert, architecte en chef des monuments historiques Synthèse historique et archéologique Les premières études

Plus en détail

ADLFI. Archéologie de la France - Informations une revue Gallia Languedoc-Roussillon Éditeur Ministère de la culture

ADLFI. Archéologie de la France - Informations une revue Gallia Languedoc-Roussillon Éditeur Ministère de la culture ADLFI. Archéologie de la France - Informations une revue Gallia Languedoc-Roussillon 1996 Nîmes Quick Nîmes, Grézan Michel Piskorz Édition électronique URL : http://adlfi.revues.org/12029 DOI : 10.4000/adlfi.12029

Plus en détail

Les vues des incisives maxillaires et mandibulaires

Les vues des incisives maxillaires et mandibulaires Les vues des incisives maxillaires et mandibulaires INCISIVES MAXILLAIRES INCISIVES MANDIBULAIRES Couronnes plus larges mésio-distalement Couronnes moins symétriques Angles incisifs M et D plus arrondis

Plus en détail

Croix de chemin. Etude du petit patrimoine coordonnée par le Pays Uzège-Pont du Gard. STATUT : propriété de la commune

Croix de chemin. Etude du petit patrimoine coordonnée par le Pays Uzège-Pont du Gard. STATUT : propriété de la commune Croix de chemin Implantation : isolé Lieu, adresse : Cimetière, Départementale 3 bis Cadastre : 2006 B domaine public aire de stationnement à 2 mètres Vue d ensemble Epoque : 19e siècle (?) Cimetière,

Plus en détail

Ecole supérieure, dite station d'études hydrologiques et vivier, dit aquarium

Ecole supérieure, dite station d'études hydrologiques et vivier, dit aquarium Rhône-Alpes, Savoie Aix-les-Bains Les Bords du lac 200 avenue Petit-Port Ecole supérieure, dite station d'études hydrologiques et vivier, dit aquarium Références du dossier Numéro de dossier : Date de

Plus en détail

Falaise ZA Expansia (tranche 1)

Falaise ZA Expansia (tranche 1) ADLFI. Archéologie de la France - Informations une revue Gallia Basse-Normandie 2007 Falaise ZA Expansia (tranche 1) Chris-Cécile Besnard-Vauterin Édition électronique URL : http://adlfi.revues.org/7320

Plus en détail

Saint-Nectaire Église de Saint-Nectaire (choeur)

Saint-Nectaire Église de Saint-Nectaire (choeur) ADLFI. Archéologie de la France - Informations une revue Gallia Auvergne 2007 Saint-Nectaire Église de Saint-Nectaire (choeur) Élise Nectoux et Arnaud Alexandre Édition électronique URL : http://adlfi.revues.org/5890

Plus en détail

CETE de l'ouest DLRC d'angers. Description générale

CETE de l'ouest DLRC d'angers. Description générale CETE de l'ouest DLRC d'angers Contexte général Cholet Visites du 29 octobre et du 8 novembre 2012 La réunion s'est tenue avec M. Thierry Roy de la direction de la Population et de la Sécurité et M. Jean

Plus en détail

Nice L occupation militaire du mont Alban et du mont Boron

Nice L occupation militaire du mont Alban et du mont Boron ADLFI. Archéologie de la France - Informations une revue Gallia Provence-Alpes-Côte d'azur 2007 Nice L occupation militaire du mont Alban et du mont Boron Henri Geist Édition électronique URL : http://adlfi.revues.org/6318

Plus en détail

Sondage, au li'eudt'4- Lornane.o

Sondage, au li'eudt'4- Lornane.o Sondage, au li'eudt'4- Lornane.o Gildas BERNIER Professeur au Lvcée de Bréquigny. / " Rapport sur le sondage effectué à "Lomarec"(en CRACH X76J L le 07.09.1973 V ^ 7 Autorisation de Mr. le Directeur de

Plus en détail

Nouveau couvent d'ursulines, dites Filles de la Vierge, devenu école et collège Sainte-Clotilde

Nouveau couvent d'ursulines, dites Filles de la Vierge, devenu école et collège Sainte-Clotilde Hauts-de-France, Somme Amiens 54 rue des Jacobins, rue Emile-Zola Nouveau couvent d'ursulines, dites Filles de la Vierge, devenu école et collège Sainte-Clotilde Références du dossier Numéro de dossier

Plus en détail

Site des mégalithes de Locmariaquer Table des Marchands Carnet de visite

Site des mégalithes de Locmariaquer Table des Marchands Carnet de visite Site des mégalithes de Locmariaquer Table des Marchands Carnet de visite Philippe Berthé monuments-nationaux, Paris Sommaire SITE DES MEGALITHES DE LOCMARIAQUER 2 PL I : PLAN DU SITE 3 1 - LE TUMULUS D

Plus en détail

Le Prêcheur - L Anse Couleuvre

Le Prêcheur - L Anse Couleuvre Le Prêcheur - L Anse Couleuvre Benoit Berard To cite this version: Benoit Berard. Le Prêcheur - L Anse Couleuvre. Bilan scientifique de la région Martinique, 2002, 2001, pp.20-23. HAL Id:

Plus en détail

Salle C. Vue de l entrée de la Bauge aux Ours à gauche et du surplomb ouvrant sur la Salle C à droite. Grotte d El Castillo Salle C.

Salle C. Vue de l entrée de la Bauge aux Ours à gauche et du surplomb ouvrant sur la Salle C à droite. Grotte d El Castillo Salle C. Salle C Vue de l entrée de la Bauge aux Ours à gauche et du surplomb ouvrant sur la Salle C à droite Mur aux Caprinés Copyright Marc & Marie-Christine Groenen 1 N d inventaire : SC 1 Date d enregistrement

Plus en détail

Les mégalithes et les sépultures néolithiques

Les mégalithes et les sépultures néolithiques ATLAS ARCHÉOLOGIQUE DE TOURAINE III LES DYNAMIQUES DE L OCCUPATION DU SOL Mourir Les mégalithes et les sépultures néolithiques Jean-Claude Marquet Chercheur associé 2008 Les mégalithes sont des blocs de

Plus en détail

Nous vous présentons les premières pages du chapitre 4

Nous vous présentons les premières pages du chapitre 4 L'ART NÉO-CALÉDONIEN Ce livre de G. H. Luquet édité par l'institut d'ethnologie se compose de cinq chapitres. Les trois premiers, La parure corporelle, la sculpture sur bois et la gravure sur bambous,

Plus en détail

Moutier-Rozelle Le Pauquet, Larbre

Moutier-Rozelle Le Pauquet, Larbre ADLFI. Archéologie de la France - Informations une revue Gallia Limousin 2006 Moutier-Rozelle Le Pauquet, Larbre Vincent Ard Édition électronique URL : http://adlfi.revues.org/5116 ISSN : 2114-0502 Éditeur

Plus en détail

Arpaillargues-et-Aureillac

Arpaillargues-et-Aureillac ADLFI. Archéologie de la France - Informations une revue Gallia Languedoc-Roussillon 1998 Arpaillargues-et-Aureillac Pré de Mière Jean-Michel Pène Édition électronique URL : http://adlfi.revues.org/11938

Plus en détail

Département : 77 Référence : IA

Département : 77 Référence : IA Département : 77 Référence : IA77000558 Aire d'étude Commune : Melun : Melun Adresse : René-Pouteau (rue) 50 Titre courant Dénomination : : Cartographie : Lambert1 0624012;1093201 Cadastre : 1985 AT 251

Plus en détail

CETE de l'ouest DLRC d'angers. Description générale

CETE de l'ouest DLRC d'angers. Description générale CETE de l'ouest DLRC d'angers Luigné Visite du 22 novembre 2012 Contexte général La réunion s'est tenue en présence de M. Moreau, maire de la commune. M. Moreau a signalé un léger affaissement de terrain

Plus en détail

Département : 91 Référence : IA Adresse : Terrasse (avenue de la) 48 ; Général-de-Gaulle (avenue du) 51

Département : 91 Référence : IA Adresse : Terrasse (avenue de la) 48 ; Général-de-Gaulle (avenue du) 51 Département : 91 Référence : IA91000769 Aire d'étude Commune Lieu-dit : Juvisy-sur-Orge : Juvisy-sur-Orge : Parc (Le) Adresse : Terrasse (avenue de la) 48 ; Général-de-Gaulle (avenue du) 51 Edifice contenant

Plus en détail

Antigny Grotte du Taillis des Coteaux

Antigny Grotte du Taillis des Coteaux ADLFI. Archéologie de la France - Informations une revue Gallia Poitou-Charentes 2009 Antigny Grotte du Taillis des Coteaux Jérôme Primault Édition électronique URL : http://adlfi.revues.org/3137 ISSN

Plus en détail

Mes outils de numération

Mes outils de numération Mes outils de numération Les nombres entiers 2 Les nombres jusqu'à 999 999 3 Comparer les nombres 4 Orthographier les nombres () Doubles et moitiés 6 Décomposer un nombre 7 Encadrer un nombre 8 Orthographier

Plus en détail

ADLFI. Archéologie de la France - Informations une revue Gallia Limousin Éditeur Ministère de la culture

ADLFI. Archéologie de la France - Informations une revue Gallia Limousin Éditeur Ministère de la culture ADLFI. Archéologie de la France - Informations une revue Gallia Limousin 2013 Les Cars Le château n 3253 Patrice Conte Édition électronique URL : http://adlfi.revues.org/16042 ISSN : 2114-0502 Éditeur

Plus en détail

LA COHABITATION DANS LA FORET

LA COHABITATION DANS LA FORET Pour en savoir plus sur les mégalithes de Wéris, pourquoi ne pas commencer par une petite visite du musée, consacré au mégalithisme et à la vie quotidienne au Néolithique? C est là que vous trouverez le

Plus en détail

Saint-Georges-sur-Layon

Saint-Georges-sur-Layon CETE de l'ouest LRPC Angers Saint-Georges-sur-Layon Visite du 31 mai 2010 Contexte général La réunion s'est tenue avec M. Chalon, 1er adjoint. Il n'y a pas eu d'évènement particulier sur la commune. Cette

Plus en détail

Bonifacio Caserne de Montlaur 2014 Opération préventive de diagnostic n 1292

Bonifacio Caserne de Montlaur 2014 Opération préventive de diagnostic n 1292 ADLFI. Archéologie de la France - Informations une revue Gallia Corse 2014 Bonifacio Caserne de Montlaur 2014 Opération préventive de diagnostic n 1292 Patrick Ferreira Édition électronique URL : http://adlfi.revues.org/19063

Plus en détail

Échiré Château du Coudray-Salbart

Échiré Château du Coudray-Salbart ADLFI. Archéologie de la France - Informations une revue Gallia Poitou-Charentes 2009 Échiré Château du Coudray-Salbart Adrien Montigny Édition électronique URL : http://adlfi.revues.org/3217 ISSN : 2114-0502

Plus en détail

LA PRÉHISTOIRE RÉCENTE À COËX ET L AIGUILLON-SUR-VIE (VENDÉE) DANS SON CONTEXTE RÉGIONAL DU CENTRE-OUEST ATLANTIQUE

LA PRÉHISTOIRE RÉCENTE À COËX ET L AIGUILLON-SUR-VIE (VENDÉE) DANS SON CONTEXTE RÉGIONAL DU CENTRE-OUEST ATLANTIQUE LA PRÉHISTOIRE RÉCENTE À COËX ET L AIGUILLON-SUR-VIE (VENDÉE) DANS SON CONTEXTE RÉGIONAL DU CENTRE-OUEST ATLANTIQUE Synthèse de Mémoire de Diplôme de l E.H.E.S.S. par Olivier GANDRIAU Résumé : La zone

Plus en détail

magasin de commerce dit Tout pour le bâtiment

magasin de commerce dit Tout pour le bâtiment Provence-Alpes-Côte d'azur, Alpes-Maritimes Villefranche-sur-Mer Saint-Estève 20 avenue Maréchal-Foch Références du dossier Numéro de dossier : Date de l'enquête initiale : 2004 Date(s) de rédaction :

Plus en détail

Le site du Camp de la Tour

Le site du Camp de la Tour Le site du Camp de la Tour by Florian Couderc - mardi, novembre 03, 2015 http://epmp.huma-num.fr/le-site-du-camp-de-la-tour/ Auteur : Florian Couderc Localisation : Couffouleux (Tarn) Nom du site : Camp

Plus en détail

BASTIDE DE VESCAGNE LE LOGIS

BASTIDE DE VESCAGNE LE LOGIS Cadastre de 1981, section E, parcelles 12 Cadastre de 1841, section E, parcelles 119 à 121 Coordonnées : Lambert zone 3, x = 982,56 y = 175,82 La bastide de Vescagne occupe un replat du versant nord, par

Plus en détail

maison, puis parfumerie Jean Court, puis Jean Court Ossola, puis fromagerie industrielle, actuellement immeuble à logements

maison, puis parfumerie Jean Court, puis Jean Court Ossola, puis fromagerie industrielle, actuellement immeuble à logements Provence-Alpes-Côte d'azur, Alpes-Maritimes Grasse quartier Porte neuve 3, 5 place Ossola maison, puis parfumerie Jean Court, puis Jean Court Ossola, puis fromagerie industrielle, actuellement immeuble

Plus en détail

ALESIA. La basilique Sainte-Reine et la chapelle Saint-Léger

ALESIA. La basilique Sainte-Reine et la chapelle Saint-Léger ALESIA La basilique Sainte-Reine et la chapelle Saint-Léger Société des Sciences historiques et naturelles de Semur-en-Auxois* LA BASILIQUE SAINTE-REINE Partiellement mise au jour au début de ce siècle,

Plus en détail

Rapport de visite 19 avril 2008 Ravine Sainte-Marie à Capesterre-Belle-Eau Un site précolombien de débitage d andésite pour la fabrication de haches?

Rapport de visite 19 avril 2008 Ravine Sainte-Marie à Capesterre-Belle-Eau Un site précolombien de débitage d andésite pour la fabrication de haches? Rapport de visite 19 avril 2008 Ravine Sainte-Marie à Capesterre-Belle-Eau Un site précolombien de débitage d andésite pour la fabrication de haches? Christian STOUVENOT Maxence BAILLY Avril 2008 Avec

Plus en détail

ADLFI. Archéologie de la France - Informations une revue Gallia Champagne-Ardenne Lamotte, Bois communaux et Bois de Charmoi, Fort Bévaux

ADLFI. Archéologie de la France - Informations une revue Gallia Champagne-Ardenne Lamotte, Bois communaux et Bois de Charmoi, Fort Bévaux ADLFI. Archéologie de la France - Informations une revue Gallia Champagne-Ardenne 2004 Andelot-Blancheville Lamotte, Bois communaux et Bois de Charmoi, Fort Bévaux Denis Schmitter Édition électronique

Plus en détail

Limite Frahier-Champagney. Bornes anciennes (XVI siècle) Acte 2

Limite Frahier-Champagney. Bornes anciennes (XVI siècle) Acte 2 Limite Frahier-Champagney Bornes anciennes (XVI siècle) Acte 2 Le 13 décembre 2009, une équipe de la SHAARL est retournée sur le tracé des bornes de la limite Frahier-Champagney (Alain Guillaume, Jean-Jacques

Plus en détail

ADLFI. Archéologie de la France - Informations une revue Gallia Midi-Pyrénées Éditeur Ministère de la culture

ADLFI. Archéologie de la France - Informations une revue Gallia Midi-Pyrénées Éditeur Ministère de la culture ADLFI. Archéologie de la France - Informations une revue Gallia Midi-Pyrénées 2013 Cazavet Château Denis Mirouse Édition électronique URL : http://adlfi.revues.org/17179 ISSN : 2114-0502 Éditeur Ministère

Plus en détail

ADLFI. Archéologie de la France - Informations une revue Gallia Provence-Alpes-Côte d'azur Éditeur Ministère de la culture

ADLFI. Archéologie de la France - Informations une revue Gallia Provence-Alpes-Côte d'azur Éditeur Ministère de la culture ADLFI. Archéologie de la France - Informations une revue Gallia Provence-Alpes-Côte d'azur 2007 Fréjus Les Claus 2 Pierre Excoffon Éditeur Ministère de la culture Édition électronique URL : http://adlfi.revues.org/6462

Plus en détail

Journée d initiation à l Archéologie préhistorique

Journée d initiation à l Archéologie préhistorique Journée d initiation à l Archéologie préhistorique Cahier de l enseignant (corrigé) Soumont-Saint-Quentin, Service départemental d Archéologie du Calvados Attention : avant la visite, contacter M. Margueritte,

Plus en détail

https://inclassables.wordpress.com/

https://inclassables.wordpress.com/ Le Stonehenge Un stonehenge se compose de 4 ensembles concentriques de pierres : Un stonehenge («les pierres suspendues», en vieil anglais) est un grand monument mégalithique circulaire, construit entre

Plus en détail

Détail des pièces. Longerons

Détail des pièces. Longerons Détail des pièces Longerons les deux longerons sont fait en tube alu de 27,5 X 15,5mm et 1,5mm d'épaisseur que l'on trouve en magasin de bricolage. la longueur est de 751mm (dont 50mm qui rentre dans le

Plus en détail

Patentamt. J JEuropaisches. » European Patent Numéro de publication: Office européen des brevets ^ DEMANDE DE BREVET EUROPEEN

Patentamt. J JEuropaisches. » European Patent Numéro de publication: Office européen des brevets ^ DEMANDE DE BREVET EUROPEEN Patentamt J JEuropaisches» European Patent Office @ Numéro de publication: 0 1 2 6 681 Office européen des brevets ^ ^ @ DEMANDE DE BREVET EUROPEEN Numéro de dépôt: 84400957.1 Int. Cl.3: E 04 F 11/14 @

Plus en détail

La Rochelle Rue du Docteur-Schweitzer

La Rochelle Rue du Docteur-Schweitzer ADLFI. Archéologie de la France - Informations une revue Gallia Poitou-Charentes 2009 La Rochelle Rue du Docteur-Schweitzer Guillaume Pouponnot Édition électronique URL : http://adlfi.revues.org/3343 ISSN

Plus en détail

Pavillon virtuel avec Google Sketchup 1/8. PAVILLON TECHNOLOGIE Conception de l'objet technique N

Pavillon virtuel avec Google Sketchup 1/8. PAVILLON TECHNOLOGIE Conception de l'objet technique N Objectif : A partir d'une maquette de pavillon au 1/20 ème, réaliser le modèle numérique correspondant à la réalité à l'aide du logiciel Google Sketchup. Remarque : Le modèle numérique permettra : d'étudier

Plus en détail

Intégral des leçons. Cours de sixième. Ce document regroupe les versions imprimables des leçons de sixième. c

Intégral des leçons. Cours de sixième. Ce document regroupe les versions imprimables des leçons de sixième. c Intégral des leçons Cours de sixième Ce document regroupe les versions imprimables des leçons de sixième. c http://maths.schwan.free.fr Chapitre 1 Tableaux et diagrammes I. Tableaux de données 1. Dans

Plus en détail

Nom du site : Place de la République. Cause de l'intervention : Moderne et contemporaine, moyen Âge, antiquité Thème(s) : Début de l'opération :

Nom du site : Place de la République. Cause de l'intervention : Moderne et contemporaine, moyen Âge, antiquité Thème(s) : Début de l'opération : Nom du site : Place de la République Commune : Luxeuil-les-Bains Département : Haute-Saône Région : Franche-Comté Cause du chantier : Réaménagement de la place Cause de l'intervention : diagnostic Période(s)

Plus en détail

Senlis École Notre-Dame du Sacré-Coeur

Senlis École Notre-Dame du Sacré-Coeur ADLFI. Archéologie de la France - Informations une revue Gallia Picardie 2007 Senlis École Notre-Dame du Sacré-Coeur Gilles Laperle Édition électronique URL : http://adlfi.revues.org/5497 ISSN : 2114-0502

Plus en détail

Archéologie préventive

Archéologie préventive 1 sur 9 16/07/2014 15:56 Published on La CUB (http://www.lacub.fr) Archéologie préventive Thématiques: Grands projets Poids: 0 L'archéologie préventive est depuis avril 2013 une compétence de La Cub. Ce

Plus en détail

Vocabulaire de la géométrie

Vocabulaire de la géométrie GEOM 1 Vocabulaire de la géométrie 1 Le point Le point est un endroit précis du plan. On le représente par une croix dont il est le centre et on le nomme avec une lettre majuscule. 2 Droite Trois points

Plus en détail

CLÔTURES, HAIES ET MURETS

CLÔTURES, HAIES ET MURETS CLÔTURES, HAIES ET MURETS Le présent document n a aucune portée réglementaire et ne saurait faire l'objet d'une interprétation visant à se soustraire aux règlements dont il fait mention, ou ayant pour

Plus en détail

Département : 77 Référence : IA

Département : 77 Référence : IA Département : 77 Référence : IA77000413 Aire d'étude Commune Adresse : Melun : Melun : Fabriques (rue des) Titre courant Dénomination : église paroissiale Saint-Liesne : église paroissiale Cartographie

Plus en détail

Vallée du Gambon. Le Vexin normand

Vallée du Gambon. Le Vexin normand Le Vexin normand La Vallée du Gambon Situation Située à l extrême est du méandre des Andelys, la vallée du Gambon prend sa source au cœur du plateau du Vexin. Orientée est/ouest, elle rejoint la Seine

Plus en détail

Communauté d agglomération du Grand Rodez. Druelle. Moulin de Rival. Inventaire du patrimoine. Diane Joy

Communauté d agglomération du Grand Rodez. Druelle. Moulin de Rival. Inventaire du patrimoine. Diane Joy Communauté d agglomération du Grand Rodez Druelle Moulin de Rival Inventaire du patrimoine Diane Joy Février 2014 Le moulin de Rival à Druelle Le moulin du Rival est implanté en rive gauche de l Aveyron

Plus en détail

LA PLAINE. Page Sur ces deux photos, voit-on des bosses, des montées ou des descentes? Comment est le terrain?

LA PLAINE. Page Sur ces deux photos, voit-on des bosses, des montées ou des descentes? Comment est le terrain? LA PLAINE - Sur ces deux photos, voit-on des bosses, des montées ou des descentes? Comment est le terrain? - Les routes sont-elles droites ou sinueuses? Serait-il fatigant de se promener en vélo sur ces

Plus en détail

SUR UN POIGNARD EN SILEX PRESSIGNIEN (commune de Puy-de-Serre, Vendée)

SUR UN POIGNARD EN SILEX PRESSIGNIEN (commune de Puy-de-Serre, Vendée) SUR UN POIGNARD EN SILEX PRESSIGNIEN (commune de Puy-de-Serre, Vendée) par Jean-Marc LARGE et Roger CANTET Résumé : En 1944, un poignard en silex pressignien, d une taille exceptionnelle, fut trouvé dans

Plus en détail

Athesans. Bornes XVIII siècle et plus anciennes

Athesans. Bornes XVIII siècle et plus anciennes Athesans Bornes XVIII siècle et plus anciennes Le 11 mai 2011, une sortie à Athesans nous a permis de découvrir toute une série de bornes identiques, datées de 1782, et d autres plus anciennes, ou plus

Plus en détail

Les Gravures rupestres de l'incrucichjata De Forci à Santa Riparata di Moriani

Les Gravures rupestres de l'incrucichjata De Forci à Santa Riparata di Moriani Les Gravures rupestres de l'incrucichjata De Forci à Santa Riparata di Moriani Ghjiseppu Leoni Adecec 1998 (Deuxième édition) Plusieurs personnes, certains membres de l'adecec ont demandé s'il nous était

Plus en détail

MENHIR GRAVE DE LENET-KERMAILARD

MENHIR GRAVE DE LENET-KERMAILARD MENHIR GRAVE DE LENET-KERMAILARD SARZEAU-56 Joël LECORNEC Corre»pofidHn< Départemental l>* Aniiquiitfi Préhistoriques 2 rue A. Rodlra 56000 VANNES Tél. : (97) MENHIR DE KERMAILLARD SARZEAU- MORBIHAN. Le

Plus en détail

espaces périurbains en France, des espaces urbains ou des espaces ruraux?

espaces périurbains en France, des espaces urbains ou des espaces ruraux? Exercice sur documents en Géographie... assez rare en 1ere pour être signalé!!! Sujet : Les espaces périurbains en France, des espaces urbains ou des espaces ruraux? La lecture du libellé ne laisse pas

Plus en détail

ROESCHWOOG, Bas-Rhin,

ROESCHWOOG, Bas-Rhin, RAPPORT DE FOUILLE PRÉVENTIVE ROESCHWOOG, Bas-Rhin, Lotissement «Am Wasserturm» Habitat rural et ensemble funéraire du haut e e siècle) Etude géomorphologique d une portion de la plaine alluviale du Ried

Plus en détail

SOMMAIRE... SOMMAIRE... SOMMAIRE... SOMMAIRE... SOMMAIRE... SOMMAIRE... GÉOMÉTRIE. Points, lignes, droites et segments Tableaux et quadrillages

SOMMAIRE... SOMMAIRE... SOMMAIRE... SOMMAIRE... SOMMAIRE... SOMMAIRE... GÉOMÉTRIE. Points, lignes, droites et segments Tableaux et quadrillages SOMMIRE... SOMMIRE... SOMMIRE... SOMMIRE... SOMMIRE... SOMMIRE... GÉOMÉTRIE GÉOM 0 GÉOM 1 GÉOM 2 GÉOM 3 GÉOM 4 GÉOM 5 GÉOM 6 GÉOM 7 GÉOM 8 GÉOM 9 GÉOM 10 GÉOM 11 GÉOM 12 GÉOM 13 Points, lignes, droites

Plus en détail

Hôtel de voyageurs, puis immeuble Panoramic

Hôtel de voyageurs, puis immeuble Panoramic Rhône-Alpes, Savoie Aix-les-Bains Saint Pol-Biollay chemin Honoré de Balzac Références du dossier Numéro de dossier : Date de l'enquête initiale : 2006 Date(s) de rédaction : 2006 Cadre de l'étude : inventaire

Plus en détail

ensemble de lambris de hauteur, bancs de choeur, 2 troncs à quêter et tambour de porte

ensemble de lambris de hauteur, bancs de choeur, 2 troncs à quêter et tambour de porte Provence-Alpes-Côte d'azur, Alpes-de-Haute-Provence Allos chapelle de pénitents blancs, église paroissiale Saint-Sébastien ensemble de lambris de hauteur, bancs de choeur, 2 troncs à quêter et tambour

Plus en détail

Les Cadrans Solaires... Et si on s'en fabriquait un?

Les Cadrans Solaires... Et si on s'en fabriquait un? Les Cadrans Solaires... Et si on s'en fabriquait un? Installer un cadran solaire, ça doit être facile! On enfonce une tige dans le mur, on note le passage de l'ombre au cours de la journée, et voilà. -

Plus en détail

Les Défis scolaires sur Internet La préhistoire

Les Défis scolaires sur Internet La préhistoire Les Défis scolaires sur Internet La préhistoire http://www.ac-grenoble.fr/webeleves/defis/ Souris d'or Souris d'argent Souris de bronze CE 49 40 31 CM 49 40 31 Comment comptabiliser les points de la partie

Plus en détail

Stonehenge. Une visite pédagogique pour les groupes scolaires

Stonehenge. Une visite pédagogique pour les groupes scolaires Stonehenge Une visite pédagogique pour les groupes scolaires Bienvenue à Stonehenge! Nous espérons que votre visite sera intéressante. Cette visite suit les marqueurs numérotés que vous trouverez en marchant

Plus en détail

Département : 77 Référence : IA

Département : 77 Référence : IA Département : 77 Référence : IA77000454 Aire d'étude Commune : Melun : Melun Adresse : Eugène-Briais (rue) 2 Titre courant Dénomination : : Cartographie : Lambert1 0623926 ; 1093000 Cadastre : 1826 C2

Plus en détail

Aoit CIRCONSCRIPTION ARCHEOLOGIQUE DE BRETAGNE DIRECTION DES ANTIQUITES PREHISTORIQUES. Date d'envoi. RAPPORT DE. Fwills M.

Aoit CIRCONSCRIPTION ARCHEOLOGIQUE DE BRETAGNE DIRECTION DES ANTIQUITES PREHISTORIQUES. Date d'envoi. RAPPORT DE. Fwills M. CIRCONSCRIPTION ARCHEOLOGIQUE DE BRETAGNE DIRECTION DES ANTIQUITES PREHISTORIQUES 75620 Date d'envoi 1 - SEP. 197 : RAPPORT DE. Fwills M. LIEU Département. Commune Lieuiit Cadastre Finistère QPIKPERIB

Plus en détail

ADLFI. Archéologie de la France - Informations une revue Gallia Aquitaine Éditeur Ministère de la culture

ADLFI. Archéologie de la France - Informations une revue Gallia Aquitaine Éditeur Ministère de la culture ADLFI. Archéologie de la France - Informations une revue Gallia Aquitaine 2007 Bayonne Hôtel des Basses-Pyrénées, 12-13 rue Tour-de-Salt Jean-Pascal Fourdrin et Mélanie Chaillou Édition électronique URL

Plus en détail

Effondrement d'un château d'eau rue du Mouton à Vierzon (Cher)

Effondrement d'un château d'eau rue du Mouton à Vierzon (Cher) Ministère de l'industrie, de la Poste et des Télécommunications Effondrement d'un château d'eau rue du Mouton à Vierzon (Cher) Expertise géotechnique Etude réalisée dans le cadre des actions de Service

Plus en détail

Rempotage. Article de Michel Bernard (ginkgo) 23/02/2012

Rempotage. Article de Michel Bernard (ginkgo) 23/02/2012 Rempotage Article de Michel Bernard (ginkgo) 23/02/2012 http://artbonsai.alloforum.com/ Mise en page et publication : llcreation Archivage : http://bossvert.net/ Un exemple de rempotage Un Fraxinus excelsior

Plus en détail

1. Un échangeur, c'est quoi?

1. Un échangeur, c'est quoi? Ir. Jacques Michotte - 3j-Consult s.a. Articles de fond en vue d'une publication dans "Le REactif", en deux parties. "Différents types d'échangeurs de chaleurs" Première partie : Possibilités et limites

Plus en détail

Poitiers Hypogée des Dunes

Poitiers Hypogée des Dunes ADLFI. Archéologie de la France - Informations une revue Gallia Poitou-Charentes 2009 Poitiers Hypogée des Dunes Bénédicte Palazzo-Bertholon Édition électronique URL : http://adlfi.revues.org/3160 ISSN

Plus en détail

La fouille subaquatique de l épave du 15ième siècle de Beutin dans la Canche

La fouille subaquatique de l épave du 15ième siècle de Beutin dans la Canche Archéologie - Pas-de-Calais le Département - le 17 janvier 2017-13h54 Les informations contenues dans cette page ne sont valables avec certitude que jusqu'à cette date et heure. La fouille subaquatique

Plus en détail

immeubles à logements à loyer modéré, dit Tour Bleue des Cerclades

immeubles à logements à loyer modéré, dit Tour Bleue des Cerclades immeubles à logements à loyer modéré, dit Tour Bleue des Cerclades place des Cerclades Cergy Dossier IA95000415 réalisé en 2012 Copyrights Copyrights Auteurs (c) Région Ile-de-France - Inventaire général

Plus en détail

PROLONGEMENT DE LA FRANCILIENNE DE MERY-SUR-OISE A ORGEVAL ---- TRACE DIRECT DANS UN FUSEAU SUD-EST ---- TRACE VERT (ERAGNY-ACHERES)

PROLONGEMENT DE LA FRANCILIENNE DE MERY-SUR-OISE A ORGEVAL ---- TRACE DIRECT DANS UN FUSEAU SUD-EST ---- TRACE VERT (ERAGNY-ACHERES) DREIF/DIT - GEIT/Environnement Janvier 2006 PROLONGEMENT DE LA FRANCILIENNE DE MERY-SUR-OISE A ORGEVAL ---- TRACE DIRECT DANS UN FUSEAU SUD-EST ---- TRACE VERT (ERAGNY-ACHERES) PRESENTATION GENERALE DEFINITION

Plus en détail

La Courbe du Dragon. Déplions tout en conservant les angles droits et observons sur la bordure de la feuille le résultat suivant:

La Courbe du Dragon. Déplions tout en conservant les angles droits et observons sur la bordure de la feuille le résultat suivant: La Courbe du Dragon Par Suichen WANG et Marie LIN 1 S Lycée Louise M ichel (BOBIGNY) Depuis le plus jeune âge, beaucoup d entre nous ont certainement aimé les jeux de pliages. En effet, la plupart des

Plus en détail

ADLFI. Archéologie de la France - Informations une revue Gallia Haute-Normandie 1995

ADLFI. Archéologie de la France - Informations une revue Gallia Haute-Normandie 1995 ADLFI. Archéologie de la France - Informations une revue Gallia Haute-Normandie 1995 Évreux rue de la Justice et gymnase 600, rue Armand-Benet Florence Carré, Dominique Guillot, Frédéric Gerber et Bruno

Plus en détail

Réserve Naturelle BAIE DE SAINT-BRIEUC

Réserve Naturelle BAIE DE SAINT-BRIEUC Réserve Naturelle BAIE DE SAINT-BRIEUC Le cordon sableux de St Maurice Il est apparu au cours de l hiver 2009-2010 sous la chapelle de St Maurice. En quelques mois, il s est élargi et allongé pour atteindre

Plus en détail

Principes Généraux de Construction 1 TECHNOLOGIE DU BATIMENT - GROS OEUVRE LES RADIERS

Principes Généraux de Construction 1 TECHNOLOGIE DU BATIMENT - GROS OEUVRE LES RADIERS Principes Généraux de Construction 1 TECHNOLOGIE DU BATIMENT - GROS OEUVRE LES RADIERS Le radier est une semelle générale étendue à toute la surface du bâtiment en contact avec le sol. Elle comporte parfois

Plus en détail