ÉTUDE DROIT BANCAIRE ET FINANCIER

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ÉTUDE DROIT BANCAIRE ET FINANCIER"

Transcription

1 ÉTUDE DROIT BANCAIRE ET FINANCIER ÉTUDES ET COMMENTAIRES AFFAIRES 1324 COMMISSAIRE AUX COMPTES Un manquement à la bonne information financière du public relevant du contrôle de l AMF qui revêt une dimension comptable entraîne la recherche d une éventuelle responsabilité des commissaires aux comptes, conjointement à tout manquement qui pourra être reproché à la société cotée concernée et à ses dirigeants La mise en cause des commissaires aux comptes par l AMF pour diffusion de fausse information 1. Une responsabilité qui dépend d une obligation de moyens plus ou moins forte L Étude rédigée par Frédéric Peltier Frédéric Peltier est docteur en droit, avocat associé Dethomas Peltier Kopf Juvigny NdA : L auteur tient à remercier chaleureusement Madame Sophie Largeaud-Proust, commissaire aux comptes, pour sa contribution essentielle à la rédaction de cette étude. 1 - Les états financiers des sociétés dont les titres sont admis aux négociations sur les marchés réglementés sont essentiels à l information des investisseurs, ils en sont la substance même. Principalement financière, l information délivrée aux investisseurs est d essence comptable. Dès lors, le contrôle exercé par l AMF sur l information des investisseurs conduit le régulateur boursier à opérer un contrôle des informations comptables qui fondent l in- Page 35

2 1324 ÉTUDES ET COMMENTAIRES AFFAIRES formation financière délivrée par les sociétés cotées. Ce contrôle s exerce aussi bien a priori, dans le cadre de la délivrance de ses visas d opérations d appel au marché, qu a posteriori, à l occasion de la révision des documents de référence ou dans le cadre d enquêtes sur l information délivrée par les émetteurs, notamment à la suite de révisions brutales de prévisions financières. 2 - À cet égard, l AMF entend se situer en tant qu autorité de contrôle de l information financière dans une dimension très large qui englobe le contrôle de l application des normes comptables. Pour ce faire, elle vérifie si les commissaires aux comptes ont correctement veillé à l application des règles comptables au regard de leurs normes d exercice professionnel. Néanmoins, si l article du règlement général de l AMF mentionne des diligences spécifiques attendues des commissaires aux comptes des sociétés dont les titres sont admis aux négociations sur un marché réglementé ou qui procèdent à une offre au public au sens de l article L du Code monétaire et financier 1, aucun texte légal ne vient ajouter des dispositions particulières aux dispositions générales relatives à l exercice du contrôle légal telles qu elles sont définies pour l ensemble des sociétés par le Code de commerce (C. com., art. L à L ). Il n en demeure pas moins vrai que les décisions de la commission des sanctions de l AMF, quand elles abordent une question comptable, participent dans une certaine mesure de la jurisprudence du droit comptable. Au demeurant, la plupart des manquements à l information du public que la COB, puis l AMF, ont sanctionné, et notamment s agissant des plus graves qualifiés d abus de marché 2, ont une dimension comptable Lorsqu un manquement à la bonne information du public s accompagne d une remise en question des comptes, la recherche d une éventuelle responsabilité des commissaires aux comptes par l AMF, conjointement à tout manquement qui pourra être reproché à la société cotée concernée et à ses dirigeants, est quasi systématique. 4 - La responsabilité des commissaires aux comptes devant l AMF repose sur le même texte que celui applicable aux émetteurs et à leurs dirigeants, lequel ne fait aucune distinction quant à la qualité de la personne susceptible d être sanctionnée. En vertu de l article L , II du Code monétaire et financier : «La commission des sanctions peut, après une procédure contradictoire, prononcer une sanction à l encontre des personnes suivantes : ( ) «d) Toute personne qui, sur le territoire français, s est livrée ou a tenté de se livrer à une opération d initié ou s est livrée à une manipulation de cours, à la diffusion d une fausse information ou à tout autre manquement mentionné au dernier alinéa du I de l article L , dès lors que ces actes concernent : un instrument financier ou un actif mentionné au II de l article L admis aux négociations sur un marché réglementé d un autre État membre de l Union européenne ou partie à l accord sur l Espace économique européen ou pour lequel une demande d admission aux négociations sur un tel marché a été présentée ; un instrument financier lié à un ou plusieurs instruments mentionnés à l alinéa précédent ( )» Les commissaires aux comptes peuvent donc être poursuivis et sanctionnés sur le fondement de ce texte (C. monét. fin., art. L , II) comme co-auteurs ou coresponsables d un manquement commis par l émetteur sur le fondement des dispositions de l article du règlement général de l AMF. Mais les commissaires aux comptes, ainsi que l illustre désormais de manière très claire la jurisprudence, seront surtout jugés responsables au regard de leur incapacité à avoir pu déjouer la diffusion d une fausse information résultant d irrégularités comptables, car leurs diligences ont notamment pour but d identifier les erreurs significatives dans les comptes. 5 - Dans sa décision du 29 juin , la commission des sanctions de l AMF a ainsi rappelé que : «la mission des commissaires aux comptes, telle que définie par l article L du code de commerce, est de certifier que les comptes annuels sont réguliers et sincères ( ) à la fin de l exercice contrôlé ; ( ) le contenu de cette obligation est précisé par la norme d exercice professionnel 320 exigeant des commissaires aux comptes qu ils s assurent que les comptes pris dans leur ensemble ne comportent pas d anomalie significative par leur montant et leur nature 6». 6 - Il faut d emblée préciser que les commissaires aux comptes ne contribuent à l information du public qu au titre de leur mission, 1 C est-à-dire les personnes définies à l article 211 du règlement général de l AMF. 2 La notion d abus de marché correspond à la diffusion de fausse information, RG AMF, art : «Toute personne doit s abstenir de communiquer, ou de diffuser sciemment, des informations, quel que soit le support utilisé, qui donnent ou sont susceptibles de donner des indications inexactes, imprécises ou trompeuses sur des instruments financiers (Arrêté du 2 avril 2009) (...), y compris en répandant des rumeurs ou en diffusant des informations inexactes ou trompeuses, alors que cette personne savait ou aurait dû savoir que les informations étaient inexactes ou trompeuses». 3 Au plan délictuel, il en résulte d ailleurs une grande proximité entre le délit de présentation de comptes ne donnant pas une image fidèle tel que défini à l article L , 2 du Code de commerce et le délit de diffusion d information fausse ou trompeuse défini au deuxième alinéa de l article L du Code monétaire et financier. 4 Extrait de RG AMF, art : «Toute personne doit s abstenir de communiquer, ou de diffuser sciemment, des informations, quel que soit le support utilisé, qui donnent ou sont susceptibles de donner des indications inexactes, imprécises ou trompeuses sur des instruments financiers, y compris en répandant des rumeurs ou en diffusant des informations inexactes ou trompeuses, alors que cette personne savait ou aurait dû savoir que les informations étaient inexactes ou trompeuses». 5 À l égard de la société Bricorama SA, de MM. Jean Claude Bourrelier, A, B et du cabinet X. 6 Souligné par les auteurs. Page 36

3 ÉTUDES ET COMMENTAIRES AFFAIRES 1324 c est-à-dire dans la stricte limite prévue par la loi de l exercice du contrôle des comptes ou des informations fournies à l occasion de certaines opérations. L information diffusée par les commissaires aux comptes n est autre que leur certification des comptes, c est-à-dire leur opinion sur la régularité, la sincérité et l image fidèle des comptes assortie, le cas échéant, de réserves ou d observations. En aucun cas les commissaires aux comptes ne peuvent être substitués à la société ou à ses dirigeants dans leur obligation de sincérité et de transparence. Il n existe donc aucune confusion possible entre les obligations de communication des émetteurs, lesquelles pèsent sur les sociétés et sur leurs dirigeants, et les obligations des commissaires aux comptes qui sont bien distinctes. 7 - Le régime de la responsabilité des commissaires aux comptes au regard de la diffusion d information au public est dès lors un régime spécifique. Il repose sur le respect des normes d exercice professionnel du contrôle des comptes auquel cette profession est tenue pour émettre son opinion. Le respect de ces normes permet aux commissaires aux comptes de s assurer de la régularité et la sincérité des comptes et de leur capacité à donner une image fidèle de la situation financière et du patrimoine de l émetteur, ainsi que du résultat de ses opérations tel que l entend l article L du Code de commerce. La diffusion d une fausse information par un commissaire aux comptes s assimile, dès lors, sur le fondement des dispositions de l article du règlement général de l AMF, à un manquement à ses obligations professionnelles. 8 - La responsabilité des commissaires aux comptes devant la commission des sanctions de l AMF dépend de deux séries de critères qui trouvent application de manière cumulative. Tout d abord cette mise en cause dépendra de la nature des travaux qu il leur appartient d effectuer sur l information «contestable» diffusée par l émetteur, laquelle est variable en fonction des documents ou informations communiqués par l émetteur, mais qui demeure, en application de normes professionnelles, dans le strict champ d une obligation de moyens (1 re partie). Elle résultera également des conditions concrètes de mise en œuvre de leurs travaux qui permettent de mesurer la qualité des diligences accomplies par rapport au référentiel applicable, c est-à-dire aux normes d exercice professionnel, et qui permettent de distinguer des éléments à charge ou à décharge (2 e partie ; à paraître dans le prochain numéro). 1. Le contexte des interventions des commissaires aux comptes 9 - Les commissaires aux comptes des sociétés cotées interviennent dans la plupart des situations où l émetteur diffuse une information à destination du marché, en l occurrence : rapport financier annuel, rapport financier semestriel, document de référence, prospectus, etc. L assurance donnée par les commissaires La responsabilité des CAC au regard de la diffusion d information au public est un régime spécifique aux comptes sur les informations communiquées par les émetteurs est variable. Elle pourra aller d une lecture d ensemble visant à s assurer d une simple cohérence des informations, jusqu à la certification. Les commissaires aux comptes contribuent donc à assurer la qualité de cette information, en tant que contrôleurs des données comptables et financières, avec un degré plus ou moins élevé de diligences selon la nature des informations communiquées par l émetteur L article du règlement général de l AMF expose les interventions des commissaires aux comptes des sociétés dont l information financière est soumise au contrôle du régulateur boursier. Ces dispositions particulières sont descriptives et il ne découle pas avec évidence de cet article l étendue des diligences requises des commissaires aux comptes, et donc la nature de leur responsabilité en cas de diffusion de fausse information au sens de l article dudit règlement général de l AMF. Les articles L à L du Code de commerce qui précisent les modalités d exercice de la mission des commissaires aux comptes ne font aucun cas particulier pour les sociétés entrant dans le champ de la compétence réglementaire de l AMF. L objectif premier de la mission des commissaires aux comptes étant la certification des comptes annuels et consolidés, c est autour de cette mission que se concentre leur risque de se voir reprocher d avoir communiqué une information inexacte ou trompeuse ou participé à une telle communication, à l occasion de la délivrance de leur rapport sur les comptes qui peut ou non être assorti de réserves ou d observations. L avis émis sur les comptes intermédiaires à la suite de leur examen limité n est cependant pas exempt de tout risque de mise en cause, mais à un degré moindre que pour l opinion sur les comptes Les commissaires aux comptes sont également appelés à intervenir dans le cadre de l élaboration des prospectus établis à l occasion d offres au public ou d admission de titres financiers aux négociations sur un marché réglementé ou des documents d information publiés notamment pour les opérations de fusion, de scission ou d apports d actifs ou à l occasion des OPA. Dans ce type d opérations, en particulier s agissant des prospectus d admission aux cotations, les travaux de relecture des commissaires aux comptes qui interviennent préalablement à la délivrance du visa de l AMF peuvent les conduire à formuler des observations dont l article du règlement général précise qu il revient à ladite AMF d en tirer les conséquences dans l instruction du prospectus. Cette formule elliptique du règlement général de l AMF pose, semble-t-il, le principe d un éclairage, par les travaux opérés par les commissaires aux comptes, attendu de l autorité en charge de la délivrance des visas sur d éventuelles incohérences dans l information contenue dans les documents destinés aux investisseurs. Page 37

4 1324 ÉTUDES ET COMMENTAIRES AFFAIRES 12 - En tout état de cause, c est en fonction de la nature des obligations légales et réglementaires incombant aux commissaires aux comptes, lesquelles sont plus ou moins étendues selon leurs interventions, qu est appréciée leur responsabilité en matière de diffusion de l information au sens du règlement général de l AMF Les diligences que doivent accomplir les commissaires aux comptes sont définies par des normes d exercice professionnel (NEP) élaborées par la Compagnie nationale des commissaires aux comptes et homologuées par le Garde des Sceaux, après avis du Haut Conseil au commissariat aux comptes Ces normes professionnelles s appliquent aux principales interventions qui participent de l information des investisseurs diffusée par un émetteur (opinion sur les comptes annuels et consolidés, examen limité sur les comptes intermédiaires, etc.) Pour encadrer le contenu de la mission des commissaires aux comptes, pas moins de quarante-six normes d exercice professionnel précisent les principes applicables notamment à l audit des comptes, le partage de l audit entre plusieurs commissaires, le caractère probant des éléments collectés, l appréciation des estimations comptables, la prise de connaissance et l utilisation des travaux d audit interne, la justification des appréciations 15 - Il convient dès lors d analyser les différentes interventions des commissaires aux comptes prévues par la loi et le règlement général de l AMF ainsi que les diligences qui leur sont applicables, au cas par cas. 2. La certification des comptes annuels et consolidés 16 - Les griefs de manquement à l information du public articulés à l encontre des commissaires aux comptes sont dans la quasi-totalité des cas centrés sur le caractère erroné ou incomplet des informations figurant dans des comptes annuels sociaux ou consolidés, en ce compris leurs annexes. Il peut s agir d erreurs, mais aussi d inexactitudes ou omissions qui altèrent leur régularité, la sincérité ou l image fidèle qu ils donnent de la situation financière de la société, de son patrimoine et du résultat de ses opérations La mission légale principale des commissaires aux comptes est, aux termes des articles L et suivants du Code de commerce, la certification «que les comptes annuels sont réguliers et sincères et donnent une image fidèle du résultat des opérations de l exercice écoulé ainsi que de la situation financière et du patrimoine de la personne ou de l entité à la fin de cet exercice». La même obligation s impose pour les comptes consolidés. Il convient d ailleurs de rappeler que dans l exercice de cette mission de certification, les commissaires aux comptes ont, en application de l article L du Code monétaire et financier, une obligation d information de l AMF «de tout fait ou décision justifiant leur intention de refuser la certification des comptes» 7. Les comptes annuels et consolidés ainsi que les rapports correspondants des commissaires aux comptes sont inclus dans le rapport financier annuel, lequel figure parmi les informations réglementées prévues par l article du règlement général de l AMF. L article du règlement général de l AMF précise donc sans grande originalité, dans la lignée des dispositions du Code de commerce relatives à la certification des comptes, que : «les contrôleurs légaux des comptes se prononcent sur la régularité, la sincérité et l image fidèle des comptes annuels, consolidés ( ) qui ont fait l objet d un audit ( ) et qui sont présentés dans un prospectus, un document de référence ( )». Cet article du règlement général de l AMF pris en application des dispositions du Code monétaire et financier se superpose aux dispositions du Code de commerce, ajoutant donc une responsabilité administrative aux responsabilités civile, pénale et disciplinaire qui peuvent être mises en œuvre en cas de manquement des commissaires aux comptes aux obligations résultant des dispositions de l article L du Code de commerce. Néanmoins, cette superposition de régime de responsabilité repose sur un référentiel normatif unique lorsqu il s agit de mesurer la qualité des diligences des commissaires aux comptes. Qu il s agisse de la certification des comptes stricto sensu ou de son prolongement dans la diffusion d une information financière qui ne soit pas fausse ou trompeuse au travers de l opinion sur les comptes, l appréciation des diligences des commissaires aux comptes s effectue au regard du respect ou non de leurs normes d exercice professionnel. La certification des comptes est la mission la plus réglementée, c est-à-dire encadrée par des normes d audit permettant d obtenir une assurance raisonnable de régularité des comptes. Elle requiert, en d autres termes, des commissaires aux comptes, un grand nombre de diligences Pour la commission des sanctions de l AMF, l application des normes d exercice professionnel est le critère principal à prendre en considération pour mesurer si les commissaires aux comptes ont mis en œuvre les diligences nécessaires pour vérifier que les informations communiquées dans les comptes annuels et consoli- 7 Cette obligation d information de l AMF va de pair avec l inopposabilité du secret professionnel à l AMF, elle a fait l objet d une position commune entre l AMF et la CNCC sur les relations entre les commissaires aux comptes et l AMF : actualisation du guide de lecture de l article L du Code monétaire et financier en date du 10 juillet Page 38

5 ÉTUDES ET COMMENTAIRES AFFAIRES 1324 dés ne sont pas susceptibles d être concernées par les dispositions de l article de son règlement général relatif à la diffusion de fausse information. Ainsi, même si cette décision a été annulée par la cour d appel de Paris pour mauvaise appréciation des faits, la commission des sanctions avait jugé pour sanctionner des commissaires aux comptes que 8 : «Les commissaires aux comptes s ils avaient recouru à des vérifications et diligences appropriées, auraient été à même de déceler l existence au moins des irrégularités comptables. En certifiant les comptes, ils ont commis un manquement à l obligation d information du public». Elle posait donc dans sa décision un principe : les diligences appropriées doivent permettre de prévenir la diffusion d une information fausse ou trompeuse. Ce principe méritait d être encadré par des critères objectifs permettant d apprécier si les diligences des commissaires aux comptes sont conformes aux normes. C est donc ce qu elle s est attachée à faire dans ses décisions depuis quelques années. Ainsi, dans une décision du 31 mars , la commission des sanctions a prononcé la mise hors de cause des commissaires aux comptes au terme d une analyse rigoureuse des diligences mises en œuvre en soulignant que la norme d exercice professionnel qui, selon la notification des griefs n avait pas été appliquée au cas d espèce, n était en réalité pas applicable, et donc qu elle ne pouvait pas être considérée comme «une diligence normale exigée par les textes, ni qu elle aurait permis aux commissaires aux comptes de constater que l information délivrée n était pas exacte, précise et sincère». Il était reproché dans cette affaire aux commissaires aux comptes le fait de ne pas avoir apprécié la réalité des créances clients et leur recouvrabilité, en ne mettant pas en œuvre une procédure de confirmation des tiers. Or, compte tenu de la nature particulière de la clientèle de la société, la commission des sanctions a reconnu que l absence de procédure de confirmation des tiers (qui n est pas obligatoire) ne caractérisait pas une carence des contrôles de la réalité et la recouvrabilité des créances qui avaient été vérifiées par d autres méthodes, au demeurant. Par ailleurs, dans cette même décision, s agissant d une autre information litigieuse contenue dans les comptes semestriels de l émetteur sanctionné (à savoir ici la comptabilisation d un chiffre d affaires alors que la livraison du bien n était pas intervenue), la commission des sanctions, après avoir rappelé la norme d exercice professionnel 2410 («Examen limité des comptes intermédiaires») applicable, a exposé comment les commissaires aux comptes avaient accompli les diligences prévues par celle-ci, pour conclure qu il ne pouvait être reproché à ces derniers de ne pas avoir En matière de contrôle des comptes on demeure dans les limites d une obligation de moyens effectué les diligences requises par la norme, les commissaires aux comptes ayant pu démontrer que les diligences requises par la NEP 2410 entretien avec la Direction, procédures analytiques, principaux cadrages comptables, travaux spécifiques sur les créances en compte, etc. - avaient bien été conduites Rappelons qu on demeure en matière de contrôle des comptes (annexe incluse) dans les limites d une obligation de moyens et non d une obligation de résultat. La certification des comptes ne correspond pas à un certificat d exactitude des comptes, mais comme l exprime la norme d exercice professionnel 200 («Principes applicables à l audit des comptes mis en œuvre dans le cadre de la certification des comptes»), elle apporte «une assurance raisonnable» de la sincérité, de la régularité des comptes et de l image fidèle qu ils donnent. En application de la norme d exercice professionnel 320 («Application de la notion de caractère significatif lors de la planification et de la réalisation d un audit»), ces critères qui s appliquent aux comptes pris dans leur ensemble doivent au demeurant «s apprécier au regard des anomalies significatives par leur montant ou par leur nature qu un contrôle diligent aurait permis de déceler et de signaler». Il ne peut en être autrement dans la mesure où l audit ne saurait consister en la revue exhaustive de la comptabilité, et qu il repose pour de nombreuses vérifications sur la technique du sondage C est clairement ce qu a rappelé la cour d appel de Paris dans un arrêt particulièrement important qui a annulé la sanction infligée aux commissaires aux comptes de la société Carrere 10 en date du 30 janvier En se référant à la NEP 320, la cour d appel de Paris a confirmé le principe selon lequel les commissaires aux comptes : «mettent en œuvre un audit leur permettant d obtenir l assurance, élevée mais non absolue 11, que les comptes pris dans leur ensemble ne comportent pas d anomalies significative par leur montant ou par leur nature.». 3. La publication des comptes intermédiaires et leur examen limité 21 - Les comptes intermédiaires semestriels des sociétés dont les titres sont admis aux négociations sur un marché réglementé ne sont pas certifiés, ils font l objet d un examen limité par les commissaires aux comptes. Les comptes intermédiaires relatifs à une autre période que le semestre ou établis par des sociétés cotées sur Alternext n ont pas, de par la loi, à être soumis à un examen limité. Ils peuvent toutefois faire l objet d un tel examen, à la demande de l émetteur mars MM. Didier Cazeaux, Jérôme Cao, Jean Piéchaud, Patrick Fondevila, et des cabinets MC2 et Fondevila et Marque. 10 Carrere Group, AMF, 19 juill Souligné par les auteurs. Page 39

6 1324 ÉTUDES ET COMMENTAIRES AFFAIRES Cette mission d examen limité est encadrée par une norme d exercice professionnel spécifique 12 qui souligne le degré moindre des diligences à accomplir par rapport à la mission de certification, c est-à-dire l audit. Dès lors que l avis exprimé par les commissaires aux comptes sur ces comptes intermédiaires ne repose pas sur le même standard de contrôle que celui applicable aux comptes annuels ou consolidés établis pour l exercice complet, l obligation de moyens est en retrait par rapport à celle qui a trait à la certification. Ainsi, l examen limité n apporte qu une «assurance modérée», là où la norme d exercice professionnel relative à la certification procure une «assurance raisonnable». «L assurance modérée» appliquée aux comptes intermédiaires, si elle est moins forte que «l assurance raisonnable» applicable pour les comptes annuels ou consolidés, telle qu elle est aujourd hui consacrée par l arrêt de la cour d appel de Paris du 30 janvier 2014, n est toutefois pas vidée de sa substance. En effet, le commissaire aux comptes doit mettre en œuvre des contrôles, certes moins étendus que lors d un audit, mais lui permettant d exprimer son avis sur l absence dans les comptes intermédiaires, pris dans leur ensemble, d anomalies significatives, notamment à la suite d entretiens avec la direction et de procédures analytiques et contrôles de cohérence C est donc dans cette logique que la commission des sanctions a jugé 13 que la revue de comptes intermédiaires n implique pas un examen aussi approfondi de l information financière qu une certification des comptes. Les diligences menées par les commissaires aux comptes conformément aux dispositions de la NEP 2410 ne leur ont pas permis d identifier la comptabilisation de facturations fictives (factures comptabilisées sans qu aucune livraison n ait lieu ou qu aucune commande client n ait été émise, etc.). En particulier, les travaux des commissaires aux comptes reposaient essentiellement, comme prévu par la NEP 2410, sur les déclarations du dirigeant (celui-ci ayant d ailleurs spécifiquement rédigé une note sur les «factures à émettre et travaux en cours»), celle-ci ne prévoyant pas que les travaux effectués dans le cadre d un examen limité incluent habituellement la «confirmation des tiers», contrairement aux travaux requis dans le cadre de la certification. L AMF a donc justifié la mise hors de cause des commissaires aux comptes dans cette affaire en précisant : «d une part, que leurs travaux dans le cadre d une revue limitée, sont réduits par rapport à ceux mis en œuvre à l occasion d une certification des comptes annuel, et, d autre part, que c est sur la foi et au vu des indications données par le dirigeant et des engagements pris par ce dernier qu ils ont effectué les travaux relatifs aux comptes intermédiaires et prévisionnels en l espèce inexacts, les commissaires aux comptes n ont pas méconnu la portée de leurs obligation professionnelles» Les travaux sur les prospectus et documents de référence 23 - S il n existe pas de norme d exercice professionnel spécifique applicable au contrôle des prospectus en tant que telle, l intervention des commissaires aux comptes dans le cadre de ce type de travaux est cependant soumise à la doctrine CNCC et à la réglementation en vigueur relatives à chaque élément composant le prospectus, ainsi qu aux dispositions du règlement européen (CE) n 809/2004 et de l article , I du règlement général de l AMF Plus spécifiquement sur les prévisions ou estimations de bénéfice, les commissaires aux comptes délivrent une assurance raisonnable que les prévisions ou estimations ont été adéquatement établies sur la base des hypothèses énoncées et que la base comptable utilisée à cette fin est conforme aux méthodes comptables utilisées par l émetteur. Pour autant, leur intervention ne vise pas à valider les hypothèses retenues par l émetteur, ni à apporter un quelconque confort sur ces hypothèses, mais seulement à apprécier les procédures mises en place par la direction pour les établir et vérifier la conformité des méthodes comptables utilisées pour préparer ces prévisions et estimations avec les méthodes comptables utilisées par l émetteur pour l établissement des comptes L approche est identique sur les informations pro forma 15 (dans le cas d acquisitions par exemple), les commissaires aux comptes concluent sur le fait que les informations financières pro 12 NEP 2410 Examen limité des comptes intermédiaires en application des dispositions légales et règlementaires et NEP 9020 Examen limité entrant dans le cadre de diligences directement liées à la mission de commissaire aux comptes. 13 Integral Media, AMF, 5 avr «Les contrôleurs légaux des comptes se prononcent sur la régularité, la sincérité et l image fidèle des comptes annuels, consolidés, ou intermédiaires qui ont fait l objet d un audit ou d un examen limité et qui sont présentés dans un prospectus, un document de référence ou, le cas échéant, dans leurs actualisations ou leurs rectifications. Lorsque les comptes intermédiaires sont résumés, les contrôleurs légaux se prononcent sur leur conformité au référentiel comptable. Ils attestent que les informations prévisionnelles, estimées ou pro forma, éventuellement présentées dans un prospectus, un document de référence ou, le cas échéant, leurs actualisations ou leurs rectifications, ont été adéquatement établies sur la base indiquée et que la base comptable utilisée est conforme aux méthodes comptables appliquées par l émetteur. Ils procèdent à une lecture d ensemble des autres informations contenues dans un prospectus, un document de référence ou, le cas échéant, leurs actualisations ou leurs rectifications. Cette lecture d ensemble ainsi que, le cas échéant, les vérifications particulières sont effectuées conformément à une norme de la Compagnie nationale des commissaires aux comptes relative à la vérification des prospectus. Ils établissent à destination de l émetteur une lettre de fin de travaux sur le prospectus, dans laquelle ils font état des rapports émis figurant dans le prospectus, le document de référence ou, le cas échéant, leurs actualisations ou leurs rectifications et indiquent, au terme de leur lecture d ensemble et des éventuelles vérifications particulières effectuées conformément à la norme professionnelle visée ci-dessus leurs éventuelles observations». 15 Les comptes pro forma désignent les états financiers historiques d une société ou d un groupe, retraités afin de permettre leur comparabilité, par exemple à la suite de variations de périmètre (acquisition, cession) ou de changement de méthodes comptables. Page 40

7 ÉTUDES ET COMMENTAIRES AFFAIRES 1324 Un contrôle de cohérence est attendu des commissaires aux comptes forma ont été adéquatement établies sur la base indiquée et que cette base est conforme aux méthodes comptables de l émetteur. Dans les deux cas, ces travaux donnent lieu à un rapport inclus dans le prospectus, qui ne contient pas une opinion d audit sur les prévisions ou sur les informations pro forma mais une autre forme de conclusion portant exclusivement sur les procédures suivies par l émetteur L article du règlement général de l AMF exige en outre des commissaires aux comptes qu ils procèdent à la lecture d ensemble du prospectus, aux fins d identifier d éventuelles incohérences manifestes par rapport aux informations obtenues dans le cadre de leur mission générale, et conduisent des vérifications spécifiques. Une lettre de fin de travaux, non incluse dans le prospectus, est établie à destination de l émetteur, qui en transmet une copie à l AMF. Dans sa lettre de fin de travaux, le commissaire aux comptes, sans donner une opinion sur les informations contenues dans le prospectus, indique les diligences mises en œuvre et mentionne, le cas échéant, les problèmes de concordance ou les incohérences manifestes relevés dans le prospectus ou document de référence et qui n auraient pas pu être résolus Dans sa décision du 10 novembre , la commission des sanctions a apporté un éclairage intéressant sur la vigilance dont doivent faire preuve les commissaires aux comptes dans leur mission de contrôle des prospectus au regard de la cohérence des informations publiées. Elle a ainsi considéré : «qu on ne saurait soutenir que la certification ( ) porte uniquement sur les comptes à l exclusion de tous autres éléments du document de référence ou du prospectus, alors que ceux-ci ont déclaré dans leur rapport d audit public, appliquer les normes internationales, ce qui implique le respect de la norme ISA 720 qui requiert d un auditeur qu il lise les autres informations pour identifier les incohérences significatives entre les comptes et les documents dans lesquels ils sont intégrés, comme, par exemple le prospectus d introduction ( )». Il était reproché au commissaire aux comptes dans cette affaire le fait de ne pas avoir mentionné dans son rapport un paragraphe d observation décrivant l incohérence significative entre, d une part, l information figurant dans l annexe des comptes annuels certifiés (concernant notamment l absence de garanties sur prêts accordés au dirigeant) et, d autre part, l information indiquée dans le document de référence (ce dernier précisant notamment que les prêts accordés au dirigeant étaient garantis par une sûreté sur les actions ainsi acquises). Le contrôle de cohérence qui est attendu des commissaires aux comptes, lequel suppose une grande rigueur et l exercice de leur esprit critique dans la lecture d ensemble des informations incluses au sein du prospectus, n est donc pas exempt de risque. 5. Les travaux sur les communiqués et l information trimestrielle de l émetteur 28 - Les textes légaux et réglementaires ne prévoient pas d obligation pour les commissaires aux comptes de vérifier l information financière trimestrielle ou les communiqués publiés par les émetteurs. Cependant, même en l absence de toute démarche active de vérification, les commissaires aux comptes peuvent avoir connaissance de telles publications, notamment lorsqu elles leur sont transmises par l émetteur ou au cours de l accomplissement de leur mission. Il leur appartient, par prudence, s il leur apparaît à l issue d une lecture de ces informations que certaines d entre elles sont manifestement erronées ou que des faits susceptibles d avoir une incidence significative sur les comptes ne sont pas communiqués, de s en entretenir avec la direction et de demander les rectifications qui leur semblent nécessaires. Aucune obligation d alerte de la société n étant requise par la loi ou la réglementation, les commissaires aux comptes ne sauraient être tenus responsables par le régulateur des communiqués de presse trompeurs publiés par des émetteurs. La responsabilité des commissaires aux comptes en matière de diffusion d information fausse ou trompeuse ne saurait toutefois déborder le strict cadre de leur mission légale. S ils interviennent dans le contrôle des comptes, ils ne sont pas contrôleurs de la communication financière, c est-à-dire du contenu des communiqués diffusés par les sociétés pour présenter leur performance financière L encadrement des diligences des commissaires aux comptes par des normes d exercice professionnel, qui constituent le critère d appréciation de leur responsabilité dans les manquements à l information du public au titre des dispositions de l article du règlement général de l AMF, est donc le point d ancrage pour apprécier l éventuel manquement. Les espèces jugées par la commission des sanctions et la cour d appel de Paris permettent désormais de distinguer des principes qui viennent éclairer la matière. La jurisprudence applique ces normes d exercice professionnel dans le contexte des obligations d information édictées par le règlement général de l AMF. 16 Anonymisée, confirmée par un arrêt de la cour d appel de Paris du 20 mai Page 41

Evaluation des risques et procédures d audit en découlant

Evaluation des risques et procédures d audit en découlant Evaluation des risques et procédures d audit en découlant 1 Présentation des NEP 315, 320, 330, 500 et 501 2 Présentation NEP 315, 320, 330, 500 et 501 Les NEP 315, 320, 330, 500 et 501 ont fait l objet

Plus en détail

Nouvelle norme de révision: Contrôle du rapport de gestion sur les comptes annuels (ou consolidés)

Nouvelle norme de révision: Contrôle du rapport de gestion sur les comptes annuels (ou consolidés) Nouvelle norme de révision: Contrôle du rapport de gestion sur les comptes annuels (ou consolidés) INTRODUCTION Historique 1. Le 6 octobre 1989, le Conseil de l IRE a approuvé une recommandation de révision

Plus en détail

TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF

TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF Chapitre I : Les Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières Section I : Dispositions générales Article 264 : Les dispositions du présent chapitre

Plus en détail

aux Comptes et Attestation

aux Comptes et Attestation Rapports des Commissaires aux Comptes et Attestation page.1. Rapport des Commissaires aux Comptes sur les comptes annuels* 186.2. Rapport des Commissaires aux Comptes sur les comptes consolidés* 188.3.

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION

NOTE DE PRESENTATION Rabat, le 13 octobre 2005 NOTE DE PRESENTATION sur la circulaire n 06 /05 relative à la publication et à la diffusion d informations financières par les personnes morales faisant appel public à l épargne

Plus en détail

Textes de référence : articles 223-1, 223-2 et 223-9 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 223-1, 223-2 et 223-9 du règlement général de l AMF Position AMF n 2009-14 Information financière diffusée par les sociétés en difficulté Textes de référence : articles 223-1, 223-2 et 223-9 du règlement général de l AMF L Autorité des marchés financiers,

Plus en détail

Le commissaire aux comptes et le premier exercice d un nouveau mandat

Le commissaire aux comptes et le premier exercice d un nouveau mandat Le commissaire aux comptes et le premier exercice d un nouveau mandat Objectifs de la conférence n Préciser les modalités pratiques de mise en œuvre de la NEP 510 - Contrôle du bilan d ouverture du premier

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe

Plus en détail

3. NORMES RELATIVES A LA CERTIFICATION DES COMPTES ANNUELS CONSOLIDES

3. NORMES RELATIVES A LA CERTIFICATION DES COMPTES ANNUELS CONSOLIDES 3. NORMES RELATIVES A LA CERTIFICATION DES COMPTES ANNUELS CONSOLIDES Considérant que la révision des comptes consolidés doit s exercer conformément aux normes générales de révision; que ses caractéristiques

Plus en détail

RAPPORT DES COMMISSAIRES AUX COMPTES SUR LES COMPTES ANNUELS

RAPPORT DES COMMISSAIRES AUX COMPTES SUR LES COMPTES ANNUELS RAPPORT DES COMMISSAIRES AUX COMPTES SUR LES COMPTES ANNUELS Société Générale Exercice clos le 31 décembre 2014 Aux Actionnaires, En exécution de la mission qui nous a été confiée par votre assemblée générale,

Plus en détail

MANUEL DES NORMES Audit légal et contractuel

MANUEL DES NORMES Audit légal et contractuel 325 MANUEL DES NORMES TITRE 6 NORMES RELATIVES AUX INTERVENTIONS CONNEXES A LA MISSION GENERALE 326 6000. NORMES ET COMMENTAIRES DES NORMES RELATIFS AUX INTERVENTIONS CONNEXES A LA MISSION GENERALE SOMMAIRE

Plus en détail

Quelles nouveautés pour les rapports à présenter à l assemblée générale ordinaire annuelle?

Quelles nouveautés pour les rapports à présenter à l assemblée générale ordinaire annuelle? Pratique d experts 9 Assemblées générales 2014 (sociétés cotées et sociétés non cotées) Toutes les nouveautés pour la préparation de vos assemblées générales : rapports à présenter, décisions à prendre,

Plus en détail

Charte d audit du groupe Dexia

Charte d audit du groupe Dexia Janvier 2013 Charte d audit du groupe Dexia La présente charte énonce les principes fondamentaux qui gouvernent la fonction d Audit interne dans le groupe Dexia en décrivant ses missions, sa place dans

Plus en détail

I. LES RAPPORTS DU COMMISSAIRE AUX COMPTES SUR LES COMPTES ANNUELS ET CONSOLIDÉS

I. LES RAPPORTS DU COMMISSAIRE AUX COMPTES SUR LES COMPTES ANNUELS ET CONSOLIDÉS COLLECTION NOTES D INFORMATION I. LES RAPPORTS DU COMMISSAIRE AUX COMPTES SUR LES COMPTES ANNUELS ET CONSOLIDÉS FÉVRIER 2010 SERVICES DÉPARTEMENT ÉDITION 3 SOMMAIRE SYNTHÉTIQUE AVANT-PROPOS... 19 1. TEXTES

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

www.ifec.fr Septembre 2008 OUTIL PRATIQUE DE L INSTITUT FRANÇAIS DES EXPERTS-COMPTABLES ET DES COMMISSAIRES AUX COMPTES Copyright IFEC

www.ifec.fr Septembre 2008 OUTIL PRATIQUE DE L INSTITUT FRANÇAIS DES EXPERTS-COMPTABLES ET DES COMMISSAIRES AUX COMPTES Copyright IFEC www.ifec.fr Septembre 2008 OUTIL PRATIQUE DE L INSTITUT FRANÇAIS DES EXPERTS-COMPTABLES ET DES COMMISSAIRES AUX COMPTES Copyright IFEC IFEC - La démarche générale d audit et les nouvelles normes - septembre

Plus en détail

Guide des contrôles périodiques

Guide des contrôles périodiques Guide des contrôles périodiques 2 Guide des contrôles périodiques Le Haut Conseil du commissariat aux comptes a adopté le présent guide des contrôles périodiques le 12 juillet 2012 (décision 2012-02).

Plus en détail

1. COMPOSITION ET CONDITIONS DE PREPARATION ET D ORGANISATION DES TRAVAUX DU CONSEIL D ADMINISTRATION

1. COMPOSITION ET CONDITIONS DE PREPARATION ET D ORGANISATION DES TRAVAUX DU CONSEIL D ADMINISTRATION RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION PREVU A L ARTICLE L. 225-37 DU CODE DE COMMERCE SUR LES CONDITIONS DE PREPARATION ET D ORGANISATION DES TRAVAUX DU CONSEIL ET SUR LES PROCEDURES DE CONTROLE

Plus en détail

Les DDL. Les Attestations. (Diligences Directement Liées) Grenoble jeudi 4 juin 2009 Valence mardi 9 juin 2009 Gap vendredi 10 juin 2009

Les DDL. Les Attestations. (Diligences Directement Liées) Grenoble jeudi 4 juin 2009 Valence mardi 9 juin 2009 Gap vendredi 10 juin 2009 Les DDL (Diligences Directement Liées) Les Attestations animation : Marc FERAUD Commissaire aux Comptes à Aix en Provence Conception et Organisation : Compagnie Régionale des Commissaires aux Comptes de

Plus en détail

NOTE COMPLEMENTAIRE en date du 3 juin 2015 au Prospectus ayant reçu visa n 15-222 le 27 mai 2015

NOTE COMPLEMENTAIRE en date du 3 juin 2015 au Prospectus ayant reçu visa n 15-222 le 27 mai 2015 WALLIX GROUP Société anonyme à Directoire et Conseil de surveillance Au capital de 303 468 Euros Siège social : 118, rue de Tocqueville 75017 Paris 428 753 149 R.C.S. PARIS NOTE COMPLEMENTAIRE en date

Plus en détail

Violation du «Transitional Rule Book» (Swiss Blue Chip Segment) de SIX Swiss Exchange et de la «Blue Chip Segment Directive 19» de SIX Swiss Exchange

Violation du «Transitional Rule Book» (Swiss Blue Chip Segment) de SIX Swiss Exchange et de la «Blue Chip Segment Directive 19» de SIX Swiss Exchange Violation du «Transitional Rule Book» (Swiss Blue Chip Segment) de SIX Swiss Exchange et de la «Blue Chip Segment Directive 19» de SIX Swiss Exchange La Commission des sanctions a constaté que le participant

Plus en détail

Les relations entre les commissaires aux comptes et l AMF : Actualisation du guide de lecture de l article L.621-22 du code monétaire et financier

Les relations entre les commissaires aux comptes et l AMF : Actualisation du guide de lecture de l article L.621-22 du code monétaire et financier Les relations entre les commissaires aux comptes et l AMF : Actualisation du guide de lecture de l article L.621-22 du code monétaire et financier Juillet 2010 * La loi de sécurité financière du 1 er août

Plus en détail

Responsabilité pénale de l association

Responsabilité pénale de l association Responsabilité pénale de l association Infractions limitativement définies : Le code pénal prévoit la responsabilité pénale des personnes morales à raison des infractions réalisées pour leur compte et

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 11 mars 2015 relative à la communication aux administrations publiques et aux organismes exerçant une prérogative de puissance publique d informations ou copies de pièces issues des procédures

Plus en détail

CNAC. Appel à commentaires. Missions d examen. préparé par le Conseil des normes d audit et de certification

CNAC. Appel à commentaires. Missions d examen. préparé par le Conseil des normes d audit et de certification Appel à commentaires Missions d examen préparé par le Conseil des normes d audit et de certification Date limite de réception des commentaires : le 11 avril 2011 CNAC APPEL À COMMENTAIRES MISSIONS D EXAMEN

Plus en détail

Mise à jour juin 2013. Référentiel. normatif. des professionnels de l expertise comptable

Mise à jour juin 2013. Référentiel. normatif. des professionnels de l expertise comptable 2012 Référentiel normatif des professionnels de l expertise comptable Mise à jour juin 2013 Avant-propos Avant-propos LE REFERENTIEL NORMATIF 2012 MIS A JOUR LE REFERENTIEL NORMATIF 2012 MIS A JOUR Le

Plus en détail

Norme ISA 200, Objectifs généraux de l auditeur indépendant et réalisation d un audit conforme aux Normes internationales d audit

Norme ISA 200, Objectifs généraux de l auditeur indépendant et réalisation d un audit conforme aux Normes internationales d audit IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 200, Objectifs généraux de l auditeur indépendant et réalisation d un audit conforme aux Normes internationales

Plus en détail

Rapport d audit interne

Rapport d audit interne Exercice social clos au 31/12/2004 Rapport d audit interne du Président du Conseil d administration de la Compagnie Financière de Deauville en application de l article 117 de la loi n 2003-706 du 1 er

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Exercice 2005. Mesdames, Messieurs,

Exercice 2005. Mesdames, Messieurs, SQLI Société anonyme à Directoire et Conseil de surveillance Au capital social de 1.332.339,15Euros Siège social : Immeuble Le Pressenssé 268, avenue du Président Wilson 93200 La Plaine Saint-Denis RCS

Plus en détail

La responsabilité de l évaluateur

La responsabilité de l évaluateur La responsabilité de l évaluateur MARIE-MANUELE SAMION / AVOCATE DIDIER FAURY / CNECJ THIERRY SAINT-BONNET / CNEJFD 1 Plan de l intervention Typologie des missions d évaluation Les fondements de la responsabilité

Plus en détail

Rapport annuel commun. Système belge de supervision publique des réviseurs d entreprises

Rapport annuel commun. Système belge de supervision publique des réviseurs d entreprises Rapport annuel commun Système belge de supervision publique des réviseurs d entreprises Le Conseil supérieur des Professions économiques tient à remercier le SPF Economie, P.M.E., Classes moyennes et Energie

Plus en détail

LES LE DDL : DES DE MISSIONS ACCE A SSIBLE CCE S SSIBLE A TOUS U! Dates

LES LE DDL : DES DE MISSIONS ACCE A SSIBLE CCE S SSIBLE A TOUS U! Dates LES DDL : DES MISSIONS ACCESSIBLES A TOUS! Dates SOMMAIRE Référentiels normatifs des 2 professions NEP DDL : généralités Pé Présentation des 8 DDL EC et CAC : beaucoup de ressemblances de normes Utilité

Plus en détail

Règlement intérieur. de la Commission de surveillance

Règlement intérieur. de la Commission de surveillance Règlement intérieur de la Commission de surveillance L a loi du 28 avril 1816 dote la Caisse des Dépôts et Consignations d un statut particulier destiné à assurer à sa gestion une indépendance complète

Plus en détail

LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE

LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE Septembre 2011 Page 1 Au sommaire Préambule Le nouveau référentiel sur la forme Le nouveau référentiel sur le

Plus en détail

PRINCIPES GENERAUX ET CRITERES ORDINAUX D APPLICATION DE L ARTICLE L.4113-6 DU CODE DE LA SANTE PUBLIQUE

PRINCIPES GENERAUX ET CRITERES ORDINAUX D APPLICATION DE L ARTICLE L.4113-6 DU CODE DE LA SANTE PUBLIQUE 21/06/2007 PRINCIPES GENERAUX ET CRITERES ORDINAUX D APPLICATION DE L ARTICLE L.4113-6 DU CODE DE LA SANTE PUBLIQUE I PRINCIPES GENERAUX L article L 4113-6 du CSP pose le principe d une interdiction pour

Plus en détail

PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE RAPPORT CONTROLE INTERNE. Enjeux du Contrôle interne au sein du Groupe Cegedim

PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE RAPPORT CONTROLE INTERNE. Enjeux du Contrôle interne au sein du Groupe Cegedim RAPPORT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LES CONDITIONS DE PRÉPARATION ET D ORGANISATION DES TRAVAUX DU CONSEIL AINSI QUE SUR LES PROCÉDURES DE CONTRÔLE INTERNE MISES EN PLACE PAR LA SOCIÉTÉ

Plus en détail

Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie

Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie 2014-R-01 du 3 juillet 2014 1. Contexte L analyse des pratiques et des conventions observées sur le marché de

Plus en détail

Note à Messieurs les : Objet : Lignes directrices sur les mesures de vigilance à l égard de la clientèle

Note à Messieurs les : Objet : Lignes directrices sur les mesures de vigilance à l égard de la clientèle Alger, le 08 février 2015 Note à Messieurs les : - Présidents des Conseils d Administration ; - Présidents Directeurs Généraux ; - Directeurs Généraux ; - Présidents des Directoires ; - Directeur Général

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE

CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE I. Organisation de la profession comptable Profession comptable Comptable s salariés Comptable s libéraux Comptable s publics A. Comptables salariés 1. La profession

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE

RAPPORT DE TRANSPARENCE RAPPORT DE TRANSPARENCE 2013 21, rue de Sarre B.P 75857 57078 METZ CEDEX 03 En application des dispositions de l article 40 de la directive 2006/43/CE du Parlement Européen et du conseil du 17 mai 2006

Plus en détail

IFAC Board. Prise de position définitive. Mars 2012. Norme internationale d audit (ISA)

IFAC Board. Prise de position définitive. Mars 2012. Norme internationale d audit (ISA) IFAC Board Prise de position définitive Mars 2012 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 315 (révisée), Compréhension de l entité et de son environnement aux fins de l identification et de l évaluation

Plus en détail

Document d information

Document d information Document d information Direction des finances municipales Janvier 2008 ISBN 978-2-550-51851-8 (PDF seulement) (3 e édition) ISBN 978-2-550-49637-3 (PDF seulement) (1 re édition) La consolidation des états

Plus en détail

UE 4 Comptabilité et Audit. Le programme

UE 4 Comptabilité et Audit. Le programme UE 4 Comptabilité et Audit Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Information comptable

Plus en détail

PROFESSIONNEL AUPRES DE L ENTITE

PROFESSIONNEL AUPRES DE L ENTITE AVANT-PROPOS MISSION D EXAMEN LIMITE : UNE MISSION QUI CONSOLIDE LE ROLE DU PROFESSIONNEL AUPRES DE L ENTITE La mission d examen limité des comptes est une mission d assurance de niveau modéré, sur la

Plus en détail

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers IFRS 9 Chapitre 1 : Objectif 1.1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière en matière d

Plus en détail

Lignes directrices relatives à la relation d affaires et au client occasionnel

Lignes directrices relatives à la relation d affaires et au client occasionnel Avril 2012 Lignes directrices relatives à la relation d affaires et au client occasionnel Document de nature explicative (Version actualisée avec mise à jour des dispositions législatives et réglementaires

Plus en détail

Norme comptable internationale 33 Résultat par action

Norme comptable internationale 33 Résultat par action Norme comptable internationale 33 Résultat par action Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire les principes de détermination et de présentation du résultat par action de manière à améliorer

Plus en détail

PROFESSION COMPTABLE ET FINANCEMENT EXPORT

PROFESSION COMPTABLE ET FINANCEMENT EXPORT PROFESSION COMPTABLE ET FINANCEMENT EXPORT Rôle de certificateur Jean SAPHORES C.S.O.E.C. 1 Handicaps des PME La chaîne de l information financière des PME est moins sécurisée que pour les entreprises

Plus en détail

Norme ISA 510, Audit initial Soldes d ouverture

Norme ISA 510, Audit initial Soldes d ouverture IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 510, Audit initial Soldes d ouverture Le présent document a été élaboré et approuvé par le Conseil des normes internationales

Plus en détail

DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE

DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE Les versions courantes des documents sont mises à jour en ligne. Les copies imprimées ne sont pas contrôlées. Page 1 de 5 DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE POUR LES PERSONNES SOUMISES À DES RESTRICTIONS

Plus en détail

Hubert de Vauplane avocat associé. Contrôle interne: les apports de la jurisprudence. Sommaire. Jurisprudence AMF.

Hubert de Vauplane avocat associé. Contrôle interne: les apports de la jurisprudence. Sommaire. Jurisprudence AMF. Hubert de Vauplane avocat associé Contrôle interne: les apports de la jurisprudence des commissions de sanction ACP/AMF Sommaire Jurisprudence ACP Indépendance La fonction de contrôle des risques doit

Plus en détail

Ouvrage conçu et coordonné par HERVÉ HUTIN TOUTE LA FINANCE. Éditions d Organisation, 1998, 2002, 2005 ISBN : 2-7081-3239-3

Ouvrage conçu et coordonné par HERVÉ HUTIN TOUTE LA FINANCE. Éditions d Organisation, 1998, 2002, 2005 ISBN : 2-7081-3239-3 Ouvrage conçu et coordonné par HERVÉ HUTIN TOUTE LA FINANCE, 1998, 2002, 2005 ISBN : 2-7081-3239-3 CHAPITRE 4 AUDIT Il ne peut y avoir d analyse financière sans états financiers fiables. Le but de l audit

Plus en détail

Missions connexes du Commissaires aux comptes

Missions connexes du Commissaires aux comptes Missions connexes du Commissaires aux comptes Le commissaire aux comptes Le commissaire aux comptes intervient sur des missions d audit légal pour certifier les comptes des entreprises et garantir la fiabilité

Plus en détail

LA MISSION D AUDIT LEGAL

LA MISSION D AUDIT LEGAL MANUEL DES NORMES LA MISSION D AUDIT LEGAL ET CONTRACTUEL La mission d'audit légal et contractuel Les normes relatives au comportement professionnel Les normes de travail Les normes de rapports Les normes

Plus en détail

III.2 Rapport du Président du Conseil

III.2 Rapport du Président du Conseil III.2 Rapport du Président du Conseil de Surveillance sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques Rapport du directoire rapports du conseil de surveillance 2012 1 Obligations légales

Plus en détail

Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES COMBINES

Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES COMBINES CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés Le Conseil national de la comptabilité réuni en formation de Section des entreprises le 28 octobre 1994,

Plus en détail

AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010

AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010 AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010 Relatif aux modalités de première application du règlement du CRC n 99-02 par les sociétés dont les instruments

Plus en détail

POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT D ACTIONS INCITATIVES

POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT D ACTIONS INCITATIVES POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT Champ d application de la politique Les options d achat d actions incitatives servent à récompenser les titulaires d option pour les services qu ils fourniront à l émetteur.

Plus en détail

Exposé-sondage. Novembre 2014. Projet de prise de position conjointe

Exposé-sondage. Novembre 2014. Projet de prise de position conjointe Exposé-sondage Projet de prise de position conjointe Prise de position conjointe sur les communications avec les cabinets d avocats au sujet des réclamations en cours et des réclamations éventuelles lors

Plus en détail

Principales dispositions du projet de règlement

Principales dispositions du projet de règlement Principales dispositions du projet de règlement (TEXTE VOTÉ PAR LA COMMISSION JURI LE 21 JANVIER 2014) Février 2014 1 Honoraires d audit (article 9) (1/3) Limitation des services non audit Si un contrôleur

Plus en détail

Exercice 2007. Mesdames, Messieurs,

Exercice 2007. Mesdames, Messieurs, SQLI Société anonyme à Directoire et Conseil de surveillance Au capital social de 1.534.525,45 uros Siège social : Immeuble Le Pressenssé 268, avenue du Président Wilson 93200 La Plaine Saint-Denis RCS

Plus en détail

Rapport du Président du Conseil d'administration

Rapport du Président du Conseil d'administration SOCIETE ANONYME DES BAINS DE MER ET DU CERCLE DES ETRANGERS A MONACO (S.B.M.) Société anonyme monégasque au capital de 18 160 490 euros Siège social : Monte-Carlo - Place du Casino, Principauté de Monaco

Plus en détail

CONTROLE GÉNÉRAL ÉCONOMIQUE ET FINANCIER

CONTROLE GÉNÉRAL ÉCONOMIQUE ET FINANCIER CONTROLE GENERAL ECONOMIQUE ET FINANCIER MISSION AUDIT 3, boulevard Diderot 75572 PARIS CEDEX 12 CONTROLE GÉNÉRAL ÉCONOMIQUE ET FINANCIER CHARTE DE L'AUDIT Validée par le comité des audits du 4 avril 2012

Plus en détail

Chapitre 1 : Consolidation et image fidèle

Chapitre 1 : Consolidation et image fidèle Chapitre 1 : Consolidation et image fidèle I -Notion de consolidation et de groupe A - Définition B - Motivation de la consolidation C - Comment la notion de contrôle doit-elle se comprendre? Exemple simplifié

Plus en détail

1. QUELS SONT LES MARCHES CONCERNES?... 2 2. QUELS SONT LES INSTRUMENTS FINANCIERS CONCERNES?... 2 3. QUI DOIT DECLARER?... 2

1. QUELS SONT LES MARCHES CONCERNES?... 2 2. QUELS SONT LES INSTRUMENTS FINANCIERS CONCERNES?... 2 3. QUI DOIT DECLARER?... 2 Position AMF n 2006-14 Questions réponses sur les obligations de déclaration des opérations réalisées par les dirigeants, leurs proches et les personnes assimilées Textes de référence : articles L. 621-18-2

Plus en détail

Norme ISA 330, Réponses de l auditeur à l évaluation des risques

Norme ISA 330, Réponses de l auditeur à l évaluation des risques IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 330, Réponses de l auditeur à l évaluation des risques Le présent document a été élaboré et approuvé par le Conseil

Plus en détail

NORME INTERNATIONAL D AUDIT 550 PARTIES LIEES

NORME INTERNATIONAL D AUDIT 550 PARTIES LIEES Introduction NORME INTERNATIONAL D AUDIT 550 PARTIES LIEES (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe Champ d application de

Plus en détail

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Objectif 1 Une entité peut exercer des activités à l international de deux manières. Elle peut conclure des transactions

Plus en détail

EVALUATION DU CONTRÔLE INTERNE POUR APPRECIER LE RISQUE D AUDIT

EVALUATION DU CONTRÔLE INTERNE POUR APPRECIER LE RISQUE D AUDIT EVALUATION DU CONTRÔLE INTERNE POUR APPRECIER LE RISQUE D AUDIT Pourquoi une approche par les risques? L approche par les risques en résumé Généralités sur le contrôle interne Définitions du C.I 5 composantes

Plus en détail

Les présentes sont la traduction d un document en langue anglaise réalisée uniquement pour votre convenance. Le texte de l original en langue

Les présentes sont la traduction d un document en langue anglaise réalisée uniquement pour votre convenance. Le texte de l original en langue Les présentes sont la traduction d un document en langue anglaise réalisée uniquement pour votre convenance. Le texte de l original en langue anglaise régira à tous égards vos droits et obligations. L

Plus en détail

Commissaires aux comptes et surveillance prudentielle des établissements du secteur bancaire et financier

Commissaires aux comptes et surveillance prudentielle des établissements du secteur bancaire et financier ÉTUDES Commissaires aux comptes et surveillance prudentielle des établissements du secteur bancaire et financier L a mise en place par le législateur d un commissariat aux comptes obligatoire repose sur

Plus en détail

le Fichier central des chèques (FCC) et le Fichier national des chèques irréguliers (FNCI),

le Fichier central des chèques (FCC) et le Fichier national des chèques irréguliers (FNCI), Le rôle du Fichier central des chèques et du Fichier national des chèques irréguliers Note d information La Banque de France a reçu du législateur la mission de «veiller au bon fonctionnement et à la sécurité

Plus en détail

«A R A P L de HAUTE NORMANDIE» Association déclarée, régie par la Loi du 1 er juillet 1901 ============ REGLEMENT INTERIEUR TITRE I

«A R A P L de HAUTE NORMANDIE» Association déclarée, régie par la Loi du 1 er juillet 1901 ============ REGLEMENT INTERIEUR TITRE I «A R A P L de HAUTE NORMANDIE» ASSOCIATION REGIONALE AGREEE DES PROFESSIONS LIBERALES de HAUTE NORMANDIE Association déclarée, régie par la Loi du 1 er juillet 1901 ============ REGLEMENT INTERIEUR TITRE

Plus en détail

LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE

LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE Suite à l examen des modalités de service élaborées par différentes entreprises offrant des services de téléphonie cellulaire, l Union des consommateurs a constaté que

Plus en détail

Code civil local art. 21 à 79

Code civil local art. 21 à 79 Code civil local art. 21 à 79 Toute association qui fixe son siège, ou qui transfère son siège en Alsace-Moselle doit rédiger des statuts conformes aux présents articles du Code civil local. 1. Dispositions

Plus en détail

Charte de contrôle interne

Charte de contrôle interne Dernière mise à jour : 05 mai 2014 Charte de contrôle interne 1. Organisation générale de la fonction de contrôle interne et conformité 1.1. Organisation Le Directeur Général de la Société, Monsieur Sébastien

Plus en détail

Commissaire aux comptes

Commissaire aux comptes Fédération Internationale des Ligues des Droits de l Homme F.I.D.H. ASSOCIATION RECONNUE D UTILITÉ PUBLIQUE 17, passage de la Main d Or 75011 PARIS Rapports du Exercice clos le 31 décembre 2005 18 rue

Plus en détail

I-1 : Principes clés de la consolidation des comptes I-2 : Périmètre et méthodes de consolidation

I-1 : Principes clés de la consolidation des comptes I-2 : Périmètre et méthodes de consolidation I-1 : Principes clés de la consolidation des comptes I-2 : Périmètre et méthodes de consolidation I-3 : pourcentage de contrôle et pourcentage d intérêt II-1 : les missions de l auditeur des comptes consolidés

Plus en détail

NOTE SUR LES SUBVENTIONS. - Récapitulatif des obligations des associations subventionnées

NOTE SUR LES SUBVENTIONS. - Récapitulatif des obligations des associations subventionnées NOTE SUR LES SUBVENTIONS - Récapitulatif des obligations des associations subventionnées - Les produits de la tarification ne sont pas des subventions A. Récapitulatif des obligations des associations

Plus en détail

Norme ISA 260, Communication avec les responsables de la gouvernance

Norme ISA 260, Communication avec les responsables de la gouvernance IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 260, Communication avec les responsables de la gouvernance Le présent document a été élaboré et approuvé par le

Plus en détail

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES PPB-2006-8-1-CPA ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES Introduction 0. Base légale 1. Le contrôle interne 1.1. Définition et éléments constitutifs 1.2. Mesures

Plus en détail

OPÉRATIONS INDIVIDUELLES POLICE D ABONNEMENT

OPÉRATIONS INDIVIDUELLES POLICE D ABONNEMENT ASSURANCE CHANGE EXPORT OPÉRATIONS INDIVIDUELLES POLICE D ABONNEMENT ENVI TYPE 15-01 CONTRAT CONDITIONS GÉNÉRALES SOMMAIRE Préambule page 04 Chapitre I - Définitions page 05 Chapitre II - Principes généraux

Plus en détail

Les sondages de marché

Les sondages de marché ÉTUDE SOCIÉTÉS ET PROCÉDURES COLLECTIVES MARCHÉ FINANCIER La technique du sondage de marché consiste pour un prestataire de services d investissement (PSI) qui réalise pour le compte d un émetteur une

Plus en détail

CODE DE CONDUITE DES AGENTS IMMOBILIERS CHARTE DE DÉONTOLOGIE

CODE DE CONDUITE DES AGENTS IMMOBILIERS CHARTE DE DÉONTOLOGIE CODE DE CONDUITE DES AGENTS IMMOBILIERS ET CHARTE DE DÉONTOLOGIE 26 AVENUE VICTOR HUGO 75116 PARIS Tél.: 01-53-64-91-91 Fax.: 01-53-64-91-92 www.snpi.com PRÉAMBULE Le SNPI, organisme professionnel national

Plus en détail

Responsabilité des dirigeants d entreprise en société

Responsabilité des dirigeants d entreprise en société Responsabilité des dirigeants d entreprise en société François MOISES, avocat Un des objectifs de la constitution d une société est de mettre son patrimoine privé à l abri des poursuites des créanciers

Plus en détail

POLITIQUE DE DANAHER CORPORATION EN MATIERE DE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION

POLITIQUE DE DANAHER CORPORATION EN MATIERE DE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION POLITIQUE DE DANAHER CORPORATION EN MATIERE DE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION I. OBJET La corruption est interdite par le droit de presque tous les pays et territoires de la planète. Danaher Corporation («Danaher»)

Plus en détail

ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS

ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS Le 12 septembre 2013 Introduction ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS PRINCIPE DIRECTEUR N O 2 DE L ACFM NORMES MINIMALES DE SURVEILLANCE DES COMPTES Le présent Principe directeur fixe

Plus en détail

1. Qu est-ce que MiFID (Markets in Financial Instruments Directive)?

1. Qu est-ce que MiFID (Markets in Financial Instruments Directive)? 1. Qu est-ce que MiFID (Markets in Financial Instruments Directive)? 2. Afin de fournir un service d investissement à ses clients, Delta Lloyd Bank est tenue de catégoriser ses clients 3. L un des fondements

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE SUD RHONE ALPES

CREDIT AGRICOLE SUD RHONE ALPES CREDIT AGRICOLE SUD RHONE ALPES Société coopérative à capital et personnel variables Siège social : 15-17, rue Paul Claudel - 381 GRENOBLE Siret 42 121 958 19 - APE 651 D Note d information émise à l occasion

Plus en détail

CONVENTION CONCERNANT L ASSISTANCE ADMINISTRATIVE MUTUELLE EN MATIÈRE FISCALE

CONVENTION CONCERNANT L ASSISTANCE ADMINISTRATIVE MUTUELLE EN MATIÈRE FISCALE CONVENTION CONCERNANT L ASSISTANCE ADMINISTRATIVE MUTUELLE EN MATIÈRE FISCALE Texte amendé conformément aux dispositions du Protocole d amendement à la Convention concernant l assistance administrative

Plus en détail

UE 4 Comptabilité et audit 2 Identification du candidat (prénom, nom) : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

UE 4 Comptabilité et audit 2 Identification du candidat (prénom, nom) : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Diplôme Supérieur de Comptabilité et de Gestion DSCG D é c r e t N 2 0 0 6-1 7 0 6 d u 2 2 d é c e m b r e 2 0 0 6 - A r r ê t é d u 8 m a r s 2 0 1 0 Validation des Acquis de l Expérience VAE R é f é

Plus en détail

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière IFRS 1 Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière Objectif 1 L objectif de la présente Norme est d assurer que les premiers

Plus en détail

Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010

Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010 Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010 Âge Accès aux crédits à la consommation Recommandations L établissement de crédit X, filiale de F, a refusé d attribuer une carte de paiement adossée à une

Plus en détail

Opérations entre apparentés

Opérations entre apparentés exposé-sondage CONSEIL SUR LA COMPTABILITÉ DANS LE SECTEUR PUBLIC PROJET DE NORMES COMPTABLES Opérations entre apparentés Septembre 2012 DATE LIMITE DE RÉCEPTION DES COMMENTAIRES : LE 21 NOVEMBRE 2012

Plus en détail

Annexe IV : rapport du Président du Conseil d Administration

Annexe IV : rapport du Président du Conseil d Administration Annexe IV : rapport du Président du Conseil d Administration joint au rapport de gestion rendant compte des conditions de préparation et d organisation des travaux du Conseil ainsi que des procédures de

Plus en détail

Directive cadre du groupe. Protection des données des clients et des partenaires.

Directive cadre du groupe. Protection des données des clients et des partenaires. Directive cadre du groupe. Protection des données des clients et des partenaires. 02 Préface Mesdames, Messieurs, chères collaboratrices et chers collaborateurs, Face au traitement largement électronique

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 275 28 décembre 2012. S o m m a i r e

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 275 28 décembre 2012. S o m m a i r e MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 4317 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 275 28 décembre 2012 S o m m a i r e Loi du 21 décembre 2012 portant

Plus en détail

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Objectif 1 L objectif de la présente norme est de spécifier la comptabilisation d

Plus en détail