Rétrospective

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rétrospective 1964-2015"

Transcription

1

2 Rétrospective Présentée à la maison Hamel-Bruneau du 8 avril au 31 mai 2015 Don Darby et l Homme de Java, L Homme et la matière 1

3 Mot de la ministre Entre délicatesse et robustesse, entre mouvement et immobilité, les œuvres de Don Darby sont traversées par des tensions insolubles qui leur confèrent leur énergie caractéristique. Les sculptures d acier de cet artiste représentent la beauté, mais aussi l impermanence de notre monde. Avec doigté, Don Darby inscrit dans des matériaux industriels l image évanescente d une société en perpétuel mouvement. Il témoigne ainsi de l impitoyable passage du temps. Poétique, son œuvre ouvre une brèche dans l espace et nous permet d observer tant nos origines qu une fin hypothétique de notre univers tel que nous le connaissons. L engagement de Don Darby est palpable. Par ses nombreuses années d enseignement, qui l ont amené à former notre jeune relève artistique, tout comme par la force avec laquelle ses œuvres interrogent le monde, le sculpteur laisse une marque indélébile dans le paysage artistique québécois. Parce qu il en célèbre toute la beauté, Don Darby nous rappelle l importance de mesurer les répercussions de nos actes sur notre environnement. Il ne tient qu à nous, semble-t-il nous confier, d assurer la pérennité de ce magnifique héritage. L exposition Don Darby : l homme et la matière met en lumière le parcours exemplaire de cet artiste établi à Québec et permet de reconnaître son important legs. De ses œuvres d art public à son magnifique bestiaire, qui attire notre attention sur des espèces menacées, l artiste a su mettre en scène une représentation touchante de notre monde. Cette exposition rétrospective nous invite à découvrir ou à redécouvrir des œuvres qui aujourd hui rayonnent sur la scène internationale. C est avec une grande fierté que je souligne l apport considérable de ces œuvres à notre culture. Mot du maire de Québec «Je dois sentir la matière pour en faire quelque chose de vivant», a jadis déclaré Don Darby. Aujourd hui, le présent ouvrage nous donne la chance de garder vivantes en notre mémoire les créations uniques de l artiste, et ce, bien après que cette première rétrospective de son parcours aura pris fin. Précurseur de cette volonté d intégrer un courant de modernité au paysage de la ville, Don Darby est aussi de ceux pour qui engagement social et exploration artistique vont de pair. De ses gigantesques sculptures à son émouvant bestiaire, toute son œuvre est empreinte d une sensibilité évocatrice de ses convictions. S il a su mettre son art à la portée du public, il s est également assuré de transmettre sa passion et son savoir aux générations suivantes tout au long de ses années d enseignement. Merci à toutes les personnes responsables de la réalisation de ce magnifique catalogue qui rend hommage à l œuvre de Don Darby et en favorise le rayonnement. Merci aussi à la maison Hamel-Bruneau, un lieu unique de diffusion, de rencontre et de développement de la culture. Le maire de Québec, Régis Labeaume Hélène David Ministre de la Culture et des Communications et ministre responsable de la Protection et de la Promotion de la langue française 2 Don Darby L Homme et la matière 3

4 par Hélène Matte Né à Montréal en 1937 dans une famille catholique irlandaise, Don Darby grandit à Baie-Comeau, qu il quitte en 1957 pour étudier à l École des beaux-arts de Montréal. Sa sensibilité aux matériaux, son habileté et sa robustesse le conduisent à choisir la sculpture comme moyen d expression. Il revient en région plusieurs années, y travaille sur des chantiers, enseigne et pratique la sculpture. En 1969, il retourne à Montréal pour obtenir son diplôme et vit l effervescente fin de l École des beaux-arts. Celle-ci disparaît au profit des universités en 1970, année où Darby s établit définitivement à Québec. Il donne des cours dans quelques institutions avant d accéder à un poste au département d arts plastiques du Cégep de Sainte-Foy, où il enseigne de 1978 à Initiateur du symposium de sculptures de Manicouagan (1970), «artiviste» de la première heure à l Îlot Fleurie ( ), l homme s engage tout au long de sa carrière au sein de sa communauté. Il réalise plusieurs projets d intégration des arts à l architecture à travers le Québec et prend part à de nombreuses expositions. Ses œuvres, vues partout au Québec, mais également aux États-Unis et en Hollande, sont représentées par la Galerie Lacerte depuis Plusieurs d entres elles ont été acquises par des collections privées et publiques, notamment celles du Conseil des arts du Canada, de Loto-Québec et du Musée national des beaux-arts du Québec. Don Darby et l Homme de Java, Don Darby L Homme et la matière 5

5 Passant de l abstraction postindustrielle à la figuration, ses œuvres font montre d une puissante intuition et d une touche de prosaïsme. Monumentales ou de tailles réduites, elles nous parlent de la destinée humaine. Elles ouvrent un panorama historique sur l évolution de l espèce et son rapport à l environnement, de sa création jusqu à l errance industrielle. D abord par des installations mobiles, puis avec des pièces telles que Astéroïde ou Éclatement (fig.1), les gigantesques sculptures de Darby mettent en scène la dynamique des corps célestes et des forces telluriques : l espace dans son universalité. La force des éléments et la matière brute sont mises de l avant (Chute, fig.3). Enfin, de ce chaos premier, apparaissent l Homme de Pékin (cat. 10) et la Femme de Pékin (cat.11). Œuvres charnières, le couple primitif «grandeur nature» donnera naissance à des dizaines de masques, forgés et martelés à même leur visage. C est ainsi toute la création du monde que l artiste rejoue par son œuvre. Démiurge fertile, possesseur du feu, il devient d autre part le juge inquiet des aboutissants de l humanité. C est ce qu attestent certaines œuvres aux titres évocateurs, telles que Terre oxydée, Pluie acide ou Rebut nucléaire. En dernières instances, les conséquences de l action humaine sur l environnement préoccupent l artiste. À partir de 2005, il crée des séries d animaux en voie de disparition, dénonçant les entraves faites à la nature tout en mettant à profit une technique sculpturale unique qu il nomme «dessin spatial». De l artiste ouvrier manipulant les poutres d acier et les déchets industriels dans le vertige des villes, il devient le sage aux mains de maître, orfèvre animalier dont l œuvre enrichit les galeries. De même, que sa pratique se manifeste au grand air par un art public offert à tous ou qu elle prenne place dans les collections par le biais de figures et de bêtes mises à mal, Don Darby fait montre d une maîtrise technique autant que d une posture engagée. Fig. 1 Éclatement, Acier Corten, 124 x 140 x 170 cm. Fig. 2 Fusée, Acier et aluminium, 187 x 38 x 38 cm. Matière à transformation Utilisant divers matériaux tels que la fibre de verre ou le béton armé, c est surtout l acier que le sculpteur soudeur et forgeron affectionne. L artiste développe un rapport particulier à la matière. Confrontant sa résistance, il s engage dans un corps-à-corps, un duel par lequel les corps rencontrent leurs limites physiques et les éconduisent. Tantôt, les trouvailles et les jeux d associations amusants provoquent des mutations. Par ce que les surréalistes ont nommé le «hasard objectif», l imagination alliée à la chance décide du sort de certains objets. Les plus banals deviennent parfois sources de création. Une boîte de conserve écrasée se transforme en paire de culottes (Sous-Vêtements, cat. 67) ; une vieille selle de bicyclette en cuir fait une tête lupine (Loup, cat. 6) ; un tuyau d échappement devient le support d un haut-relief. Darby s explique ainsi : «L objet usé me suggère une transformation en un objet d art, c est-à-dire une œuvre d art ex-objet usuel et utilitaire. Par un travail de création, je leur donne une nouvelle vie» 1. Plus que la fonction pratique, le potentiel métaphorique de la forme et la propriété du matériau sont privilégiés. L objet industriel trouve un caractère singulier auprès de l artiste dont le regard et les mains possèdent le pouvoir de transformation. D une part, la manière de percevoir modifie à elle seule ce qui était un simple déchet. D autre part, le travail artisanal de bricolage, de soudure ou de forge fait de l objet sériel une pièce unique, marquée d une signature. Or, l œuvre n est pas l aboutissement de la pratique. Couramment, Darby récupère des œuvres antérieures pour en générer de nouvelles. Fusée (fig.2), longtemps plantée devant la coopérative d Oz à Québec, a ainsi connu des permutations et emprunté plusieurs titres. L immense Chute (fig.3), faite d un bel acier Corten bleuté, s est, une fois corrodée, transformée en Biofilm (fig.4), une installation elle-même protéiforme. Suivant un processus ininterrompu, sensible aux métamorphoses de la matière, la pratique de Darby emprunte la logique qui régit le substrat organique. L œuvre demeure un état provisoire que le temps ou l action humaine ne manquent pas d altérer. La matière, qui n a pas d âge, stimule pourtant un rapport au temps et à l existence. L artiste est le passeur, par lui la matière transite, les substances malléables et les surfaces remuées deviennent signifiantes. Les chimies patinent le métal, ravissent les apparences. La couleur dorée du laiton ou du bronze laisse place au vert, évoquant les turquoises incrustées des masques funéraires mexicains précolombiens (Masque, fig.5), ou encore la feuille d arbre (Bonobos : faites l amour pas la guerre, cat. 44). L acier poli s effrite sous l impitoyable 1 Don Darby, L Atelier 18, 25 ans déjà, Québec, Atelier 18, p Don Darby L Homme et la matière 7

6 action de l air. Darby, qui met en valeur la nature du métal, en favorise l oxydation. Les qualités plastiques participent à l œuvre en tant que telles. Elles en travaillent le sens. Parmi plusieurs exemples se trouve le Masque à la brouette (cat. 17) auquel l érosion confère l aspect d une pièce archéologique. Le masque esquinté, particulièrement lorsqu il est modelé à même un outil moderne, projette simultanément le regard vers la préhistoire et le futur. Le présent est un passé en devenir : c est aussi ce que Darby nous rappelle. Descendance Que la rouille donne à l œuvre l allure d un artéfact est significatif pour Darby, qui, très tôt, développe un intérêt pour l étude des civilisations anciennes. Un visage primitif façonné dans l aluminium d une pelle porte le titre Hommage à Teilhard de Chardin, D. Black, Dr. Weidenreich et Pei Wen Chung, faisant référence aux archéologues et aux instruments rudimentaires nécessaires à leurs découvertes. Déjà, en 1964, Darby assemblait l Homme de Java 2 (cat. 9), un Homo erectus dont le gabarit est similaire au sien. La sculpture, costaude, du haut de ses cinq pieds et neuf pouces, nous fait face. Elle défie quiconque d envisager ses origines à hauteur d homme, de s y reconnaître fièrement et humblement à la fois. Fig. 4 Biofilm, Acier, 213,5 x 244 x 183 cm. Fig. 3 Chute, Acier Corten, 366 x 90 x 61 cm. Fig. 5 Masque, Laiton, 28 x 25,4 x 18 cm. Fig. 6 Hommage à Teilhard de Chardin, D. Black, Dr. Weidenreich et Pei Wen Chung (détail), Aluminium, bois, acier. L Homo erectus est l étape antérieure de l Homo sapiens dont nous sommes. La découverte dans les années 1930 des os de spécimens datant de ans, près de Pékin, est prépondérante à tout un versant de la démarche de l artiste. À la fin de la décennie 1980, Darby entreprend la création de l Homme de Pékin (cat.10). La statue figure en 1996 dans le film Le Polygraphe de Robert Lepage. Suit la Femme de Pékin (cat 11), aux yeux bridés et au corps linéaire elle aussi. L accent est mis sur les têtes, les physionomies plus que sur les expressions faciales. Chez la femme, le visage poncé retrouve l éclat d avant l oxydation. La chevelure dynamique, raide comme les baguettes de métal qui la garnissent, s apparente aux rastas africains. Chez l homme, le torse et la main sont imposants, arborant force et agilité. La masse musculaire, comme à vif, est composée de fils d acier enchevêtrés, filaments coriaces et pétulants. Le couple debout est l emblème de la vie qui surgit, de l émergence de l espèce humaine et de son évolution. Toute une descendance est engendrée à partir des visages du couple. Darby y trouve l inspiration pour explorer plus encore des médiums et des techniques inédites. Il modèle les figures dans une panoplie d alliages qu il martèle, les étampe dans des objets trouvés, en prélève l empreinte dans un papier fait main, réalise une version en céramique et crée un moule de plâtre. Ce dernier, ne résistant pas à l extrême chaleur de l acier liquide dont il est le réceptacle, se brise mais dégage un autre visage, comme fait de boue. En plus des portraits lithographiques et d une tête de bronze (cat. 13), des dizaines de masques sont ainsi produits par Darby à partir des figures de l homme et de la femme de Pékin. Puisés à une même source, ils se multiplient sans jamais être identiques. 2 Projet d intégration des arts à l architecture, la pièce se trouve au Cégep de Baie-Comeau depuis Don Darby L Homme et la matière 9

7 L étymologie du mot «masque» est dérivée du latin masqua qui signifie «démon». Cela explique peut-être le fait que l église catholique en ait interdit l usage au Moyen Âge. En revalorisant le masque et en promulguant les théories évolutionnistes par son duo d australopithèques, Darby se pose à contre-courant d une Église pour qui la sélection naturelle ne serait pas indifférente à la volonté divine. La méfiance que la religion a entretenue avec le socialisme et le scientisme ne s accorde pas avec la pratique matérialiste de l artiste. Pourtant ce dernier a esquissé quelques Jésus-Christ (cat.1). L un d eux s est fait sculpture : suspendu au plafond, les bras en l air, mais sans croix. Empalé, le Jésus de Darby s accroche au vide, le corps entier fait couronne d épines. De la Trinité, il ne reste qu un corps dont le cœur à l ouvrage se passe des bénédictions paternelles instituées. Darby, qui a grandi à l époque où les curés urgeaient les femmes d enfanter et lors de laquelle le pardon et le ciel se monnayaient, s en est offusqué. Ses œuvres affirment que l incidence de l agir humain est tangible, et qu elle n est pas différée dans l au-delà. En outre, l artiste a réalisé quelques masques «de guerrier» (fig.7, cat. 22 et 23) à partir de métal récupéré. Puisqu ils ne sont pas conçus pour être portés, que leurs anfractuosités ne servent ni la traversée des regards, ni la réverbération des voix, ses masques se comparent davantage aux masques votifs ou funéraires qu à ceux dédiés au théâtre. Qu importe, l artiste remarque que le masque est le «signe de toutes les civilisations et de toutes les cultures passées et présentes» 3. De part et d autre, le masque est l objet rituel par excellence. Moyen de communiquer l invisible par le visible, agent de transfiguration, il protège et incarne les lois non écrites ou dénonce les travers. Il invite au passage, sinon le provoque. Il n est jamais qu un symbole : il est un moyen d action. Sa fonction est opératoire. Par lui, l humain prend conscience de son double. Or, parmi les maintes traditions autour du masque, l une correspond singulièrement avec l œuvre de Darby puisqu elle en anticipe la suite de sa pratique. Chez les tribus Kwakitl et Haïda de Colombie-Britannique, le masque «à transformation» personnifie les ancêtres totémiques. Le porteur peut changer d apparence indéfiniment. En dansant, il se transforme, répétant le geste de l ancien qui, raconte-t-on, a découvert sa figure humaine en jetant son masque d animal 4. Fig. 7 Masque de guerrier, Acier galvanisé, 38 x 30 x 14 cm. Dessin spatial Dans les années 2000, le rythme de production de Darby s accélère. Il développe et perfectionne une technique de soudure qu il utilise depuis les années Le «dessin spatial», comme il le nomme, devient vite sa marque de commerce. Il conçoit une série de mammifères par l accumulation de fines tiges d acier, rappelant les peaux coriaces, les pelages, la vivacité sauvage. Première exposition individuelle en 12 ans, In Extremis est présentée chez Lacerte en Elle est suivie par Disparitions en Pachydermes, grands singes, cétacés, ongulés et fauves peuplent les galeries et entrent rapidement dans de nombreuses collections. Tous les animaux représentés sont en voie d extinction. Darby s inquiète : «La disparition possible de ces animaux m attriste car, après eux, ce sera l être humain qui connaîtra le même sort, leur destin étant lié l un à l autre» 5. Girafe, rhinocéros blanc, noir ou gris, hippopotame, singe bonobo, gorille ou orang-outan, guépard, jaguar, tigre du Bengale, okapi et bœuf musqué, ours polaire et grue du Canada, loup gris, baleine bleue ou béluga, Darby embarque un vaste bestiaire dans son arche de sollicitude. Porté par une urgence tranquille, il garde le cap sur l espoir dans le déluge des catastrophes et des bêtises humaines. «Bientôt, à cause de l homme, ces animaux n existeront plus que par les images, les films ou dans des zoos [ ]. Par mes œuvres, je tente de montrer la beauté et l utilité de ces animaux en espérant les sauvegarder dans leur habitat naturel» 6. Comme pour d autres projets, de multiples esquisses ont précédé la confection de cette horde animale. Avec plus d évidence cependant, la ligne du dessin se prolonge dans l œuvre tridimensionnelle. L objet créé affirme sa propre prémisse, il est conçu du soulignage, du surlignage de la forme. Darby s exécute à l aide d une machine à souder de 200 ampères, munie d un pistolet MIG (Metal Inert Gas). Le canon de celui-ci lance un mince flux d acier incandescent servant d ordinaire à ligaturer des morceaux de métal. Darby l utilise par enchevêtrement et addition. Manipulé comme un crayon, le pistolet tire des traits dans l espace. Les extrémités fusionnent au contact du métal. L action réitérée constitue des masses denses, des surfaces gribouillées. Dans l écheveau des traits fugitifs, se dressent les postures, s animent les pattes, se profilent les têtes. Les animaux prennent vie mais demeurent immobiles, indifférents. Solitaires malgré leur nature grégaire, leurs regards de billes sont lointains, profonds et glacials. Par cette technique particulière qui amalgame dessin et orfèvrerie, Darby allie plus que jamais puissance et délicatesse. 3 Don Darby, L Atelier ans déjà, Québec, Atelier 18, p Geneviève Allard, Pierre Lefort, Le Masque, Paris : Presse universitaires de France. 5 Don Darby, L Atelier 18, 25 ans déjà, Québec, Atelier 18, p ibid 10 Don Darby L Homme et la matière 11

8 De l esquisse à la statue, le dessin permet à Darby de mémoriser la forme avant de la réaliser en trois dimensions. De l italien disegno, «dessin» partage la même étymologie que «dessein». Il est trace d un acte passé autant que direction d avenir. Ce double sens résonne avec le processus de création et les aspirations de l artiste qui, esquissant maintes fois la bête pour s en imprégner, sait la sculpter de mémoire. La pratique de Don Darby n est pas sans rappeler les motifs rupestres et sa passion pour les hommes primitifs. Ses dessins rejoignent son dessein de marquer nos consciences en rappelant le péril pesant sur la splendeur animale. Chacun des spécimens du bestiaire de Darby est un poème, un hymne au vivant. Des quelques dizaines réalisés, certains piquent la curiosité davantage, soit par leur fabrication distinctive, soit par leur pouvoir d évocation. Parmi eux, Cheval et Roue (cat. 7) est seule en son genre. L œuvre est inspirée par la fable de La Fontaine, Le Cheval et le Chevreuil, racontant comment le cheval s est piégé lui-même en voulant utiliser l homme qui l a finalement asservi. Traversant un cerceau de feu, l animal de Darby a figé son action à mi-chemin. Il s élance vers la liberté, transperçant de son bronze rutilant la carcasse rubigineuse d une roue éteinte. De la matière récupérée au raffinement, du labeur persistant à la reconnaissance, Cheval et Roue initie le bestiaire de Darby et annonce le cortège des bêtes subséquentes. parviendrons-nous jamais à rebrousser les millénaires qui nous séparent de la vivacité des allures de la véhémence des mouvances de la véracité des attitudes enfouies depuis plus de douze mille ans parmi les lézardes des mémoires caverneuses et là, devant nous, à longue portée de nos caméramages toutes les bêtes environnantes rassemblées en notre faveur dans le mystère des laines et la chevalerie des cornes semblent tout droit surgir de la longue nuit des temps où elles ont fraternisé avec les grands mammouths d ivoire et avec les lourds rhinocéros laineux dont ils ont dit qu ils existaient déjà il y a plus de deux millions d années Pierre Perrault, L Oumigmatique ou L Objectif documentaire, Montréal, L Hexagone, p Une quinzaine d années plus tard, passant de l âge de bronze à celui du cuivre, Darby façonne un stupéfiant rhinocéros vert (fig. 8) à partir de quelques morceaux de toit du Château Frontenac alors en réfection 7. Plus délicat que l acier, le cuivre répond promptement à la chaleur. La noblesse du matériau connaît alors la sauvagerie. Les surfaces et les soudures s altèrent, leurs discordes laissent des marques qui ajouteront aux qualités esthétiques de la pièce. Après plus de deux mois de fignolage, Darby donne le jour à l un de ses plus beaux spécimens. Roi incontestable de l ordre des périssodactyles, il domine ses compères d acier ou de béton. Certains grands mammifères représentés par Darby nous concernent d autant plus que nous partageons avec eux un même territoire. Le béluga fait la manchette en 2014 car un projet de port pétrolier met en péril son espèce et l écologie du fleuve Saint-Laurent. Darby, lui, y porte attention depuis plusieurs années 8 (cat. 39). Autre habitant du Québec, le bœuf musqué (cat. 65), malgré son silence de plomb, n est pas sans invoquer la parole du poète et cinéaste Pierre Perreault qui en a décrit la rencontre lors de ses légendaires prises de vues. Personne d autre, sauf peut-être dans les langues qui coulent plus au nord, n a si bien décrit l oumigmag : «la superbe arrogance des crinières la selle creusée des dos la houleuse robe laineuse l entêtement des fronts rebelles» 9 que Darby a caractérisé avec virtuosité. Les amoncèlements d acier ont aussi donné lieu à quelques hominoïdes. En 2009, le Gorille (cat. 41 et 42) entame sa marche. Un Bonobo (cat. 45) est debout, pensif. En 2014, un Bonobo assis réfléchit toujours (cat.43). L Orang-Outan (cat. 40) suspendu cherche une liane. Parmi ses esseulés, Darby met en scène, sur un lit de bronze verdoyant, les étonnants ébats sexuels d un couple prenant la position du missionnaire. Ces Bonobos : faites l amour pas la guerre (cat. 44) ne sont pas une projection anthropomorphiste, ils exhibent une position effectivement privilégiée par leur espèce nymphomane. Force est d admettre que, plus qu ailleurs, nous nous y reconnaissons. Ni le primate à la verticale, ni le macaque songeur ne révèlent mieux que ces singes lascifs notre commune généalogie. Enfin, têtes d affiche des expositions In Extremis et Disparitions, les éléphants de Darby sont l emblème des grands mammifères fragilisés. L un tient ses propres défenses au creux de sa trompe (cat. 38), un autre les porte pendues à son cou. Un autre encore est victime du félin prédateur soudé à son dos (cat. 47). Ces détails sadiques exemplifient le destin tragique de ces bêtes et font de nous des témoins. L éléphant est le premier animal réalisé par dessin spatial. C est aussi le modèle qui sera utilisé lorsque l artiste alliera sa technique de filage à celle du rapiéçage. De minces feuilles de métal rouillé viennent alors combler les espaces à la surface de l animal, créant une peau accidentée. Pourtant triviales, les matières utilisées par l artiste sont ennoblies par la finesse de l application et la beauté des textures. L éléphant sacrifié devient symbole sacré. Représentant tous les animaux en danger, il réfère également à l artiste lui-même dont l âge vénérable et l expérience, l œuvre costaude et la «mémoire d éléphant», suscitent un profond respect. Fig. 8 Rhinocéros vert, Cuivre récupéré du toit du Château Frontenac. Collection privée. Photo : Richard Émond. 7 On trouve les détails de l événement organisé par l organisme Unis vert l art à cette adresse : 8 En 2015, l œuvre Béluga est mise en vente pour soutenir la municipalité de Ristigouche, qui fait face à la justice pour avoir voulu protéger son eau potable contre un projet de la pétrolière Gastem. 9 Pierre Perrault, L Oumigmatique ou L Objectif documentaire, Montréal, L Hexagone, p Don Darby L Homme et la matière 13

9 Volume et mouvement Résolument moderniste, Don Darby réalise d abord des œuvres abstraites, gigantesques, à une époque où l abstraction, encore marginale, est perçue comme un symbole de non-conformisme, voire de révolte. Liberté, matière et mouvement gouvernent ses œuvres. Lames dans l espace (fig.9), réalisée en 1970, présente un ensemble de pièces d acier découpées, pliées et peintes qui, paradoxalement, ressemble à un collier de plumes. L immense guirlande est suspendue à des tréteaux sur lesquels les lames d acier glissent à volonté. Cette installation, intégrée à la Banque d œuvres d art du Conseil des arts du Canada, combine deux caractéristiques récurrentes dans les grandes œuvres de Darby : la suspension et le cinétisme. L artiste réalise en effet plusieurs mobiles ou structures amovibles. En tournant une manivelle, un mécanisme synoptique se déploie dans Cercles de couleurs (vers 1975). Par traction manuelle, les tiges de la sculpture 90-8 (vers 1975) s actionnent. Incidence reproduite avec précision dans l étonnante Screen Machine (fig.10) dont les morceaux de l imposante architectonie quadrillée s emboitent exactement. Des segments du Satellivent (fig.11) sont actionnés par le vent. Encore, la «sculpture jeu» Trois Colonnes (1982, CLSC de Montmagny-Sud) divertit les patients d une salle d attente. Puis Flic-Flac (fig. 12), sans se mouvoir, décompose le mou vement d une gymnaste afin de créer une armature en montagne russe. Fig. 9 Lames dans l espace, Acier peint. Collection Conseil des arts du Canada. Photo : Y. Boulerice. Fig. 10 Screen Machine, Acier inoxydable, 122 x 122 x 183 cm. Collection de l artiste. Fig.13 Rebut fluvial, Acier oxydé. Au cours des années 1990, principalement à l Îlot Fleurie, Don Darby réalise ses dernières œuvres monumentales. Fidèles aux principes de l artiste, leurs surfaces corrodées mettent en valeur la relation symbiotique entre matière et environnement. L une d entre elles, Rebut fluvial (fig.13), est constituée de feuilles d acier découpées au chalumeau, suspendues à un mât. Soudée au nickel, La Grosse Bertha (fig. 14) ressemble à un cœur debout sur ses artères. Elle représente en fait l immense trou causé par l artillerie lourde du même nom lors de la Première Guerre mondiale. En son centre, l obus est tenu par des câbles. Enfin, du haut de ses longues pattes, Thelonious Monk (fig. 15) n est pas sans rappeler un volumineux piano sur lequel l artiste a installé un système de roue permettant le déplacement des modules. Défiant l espace et la gravité, se jouant du poids et de l immobilité des métaux, Darby s amuse et invite à faire comme lui : à s engager dans la matière et à faire corps avec l œuvre, à habiter l espace avec elle. De même, l intérêt marqué pour le mouvement n est pas le résultat d un engouement pour la technique tel que manifesté chez les futuristes au début du XX e siècle. Si le dynamisme de la société est un moteur chez Darby, c est la vie plus que la vitesse qu il célèbre. Fig. 14 La Grosse Bertha,1993. Acier oxydé, câble, tendeur à écrous, 305 x 366 x 293 cm. Fig. 12 Flic-Flac, Acier inoxydable. Hôpital de L Enfant-Jésus, Québec. Photo : Jean Simard. Fig. 11 Satellivent, Acier inoxydable, aluminium, 11 x 2,4 x 1,8 m. Photo : Mike Darby. Fig. 15 Thelonious Monk, Acier, 365 x x 183 cm. 14 Don Darby L Homme et la matière 15

10 Matière à s engager L amour du mouvement inclut celui du progrès social et l engagement de Don Darby dans sa pratique artistique va de pair avec une participation à la vie communautaire. Son apport au regroupement de l Îlot Fleurie est révélateur à cet égard. En 1991 à Québec, auprès de Louis Fortier et Irénée Lemieux, il participe au mouvement qui donne naissance à l Îlot Fleurie dans le quartier Saint-Roch. Cette première initiative de revitalisation d un territoire laissé à l abandon depuis de nombreuses décennies entraine un changement radical du paysage urbain en même temps qu une vitalité sociale contagieuse. Artistes et citoyens s unissent pour créer un parc de sculptures et de fleurs, un potager, un atelier social à ciel ouvert, un lieu d art et d utopie. En 1995, Darby y organise le premier événement Émergence (fig. 16 et 17) aux côtés des artistes Henry Saxe, Grant Mathieu, Michel Saint-Onge, André Bécot et d une jeune relève formée de Nancy St-Hilaire et Laurent Gagnon. À cette époque, Darby récupère dans le Vieux-Port de Québec de lourds déchets industriels que les autorités nonchalantes se contentent d enfouir sous quelques cailloux. Il réalise des œuvres revendicatrices qui, conçues pour dénoncer plus que pour faire joli, cherchent à provoquer la réflexion, à instaurer une conscience. Il n en demeure pas moins que, porteuse d espoir et de persévérance, une certaine beauté surgit de ces œuvres ainsi que de l Îlot Fleurie qui les accueille. Forcé de déménager en 1997, l organisme se réfugie en dessous des bretelles d autoroute et connaît un sursaut d activité au début des années L Îlot Fleurie est finalement démantelé en De la cinquantaine de sculptures et des installations artistiques et communautaires qui s y trouvent alors, peu seront conservées. Darby voit notamment disparaître Spirale (1995) et retrouve son Arbre, parmi d autres œuvres, dans un dépotoir. Fig. 16 L îlot Fleurie, Fig. 17 Œuvre de Don Darby lors de l événement Émergence, à l Îlot Fleurie, Fig. 18 Jaillissement métallique, Aluminium anodisé, 213 x 122 x 183 cm. Fig. 19 La Matière et l Homme, Acier peint, 10,4 m. Or, ce n est pas l unique outrage que les œuvres de l artiste connaissent. Des morceaux du Satellivent (fig.11) sont volés lors de la réfection de la sculpture dans les années En 2011, un même sort est réservé au Monument aux morts réalisé par Darby en 1964 à Baie-Comeau. Les receleurs emportent la plaque commémorative sans toutefois abîmer l immense coquelicot sur croix, dont le cœur consiste judicieusement en un casque de soldat. Plus douloureux sont sans doute les sabotages effectués par les institutions hôtesses des oeuvres : détruite, puis recons truite en 1977, la murale réalisée à la polyvalente de Hauterive, intitulée La Matière et l Homme (fig. 19), est redémolie dans les années 2000 pour faire place aux casiers des élèves. De même, par ses œuvres sur la guerre autant que par la guerre menée contre ses œuvres, Darby est témoin de l hommerie. C est peut-être pour cette raison qu il délaisse la réalisation d œuvres d art public et se tourne vers les premiers hommes pour interroger leur évolution. Et qu en dernière instance, il s associe aux animaux en péril. Ainsi, sans coup d éclat, mais avec la patience d une vie entière, il a constamment choisi la résistance au détriment de l abdication. L Homme, face à la matière De la fureur primitive du cosmos incarnée par l éclatement des formes et l écume des matières aux structures modernistes porteuses du progrès auquel contribuent les mouvements sociaux, l œuvre de Darby célèbre l immanence et l autodétermination. Elle nous met «face à la matière» comme devant notre destin, devant un passé et un futur condensés dans un présent allègre ; face à la matière comme devant nos responsabilités environnementales et notre devoir de mémoire. Au-delà des idéologies, elle nous ouvre à un monde d avant le langage selon lequel les formes entrent perpétuellement en métamorphose, où la vie s adapte et la survie trace, où les bêtes silencieuses manifestent leur beauté éphémère. «Face à la matière», c est considérer que rien, ni matière, ni espèce, n est immuable ; c est, comprendre la vie labile et se jouer des transformations ; c est, sans nostalgie, avoir confiance qu il y aura toujours à faire et, dans une urgence tranquille, savoir qu il faut faire avec. Face à la matière tel que Don Darby nous l enseigne, c est avoir le don de création à portée de main et de regard. 16 Don Darby L Homme et la matière 17

11 Cat. 2 Pichnotchet, Métaux récupérés, 145 x 43 x 38 cm. Collection de l artiste. Cat. 3 Aplatikanis, Boîtes en acier, aluminium, 152,5 x 48,5 x 11,5 cm. Collection de l artiste. Cat. 1 Jésus-Christ, vers Acier, 33 x 30,5 x 18 cm. Collection de l artiste. Cat. 4 Cheminée, vers Acier, 48 x 33 x 23 cm. Collection Nicole Thibault. Cat. 5 Pluie acide, Acier, 127 x 23 x 30,5 cm. Collection Nicole Thibault. 18 Don Darby L Homme et la matière 19

12 Cat. 6 Loup, Selle de bicyclette en cuir, plâtre, fil d acier, 47 x 26 x 23 cm. Collection privée. Cat. 7 Cheval et Roue, Bronze et roue de camion, 74 x 54 x 46 cm. Collection de l artiste. Cat. 8 Sans titre, Acier Corten, 100 x 287 x 28 cm. Collection de l artiste. Cat. 9 Homme de Java, Acier soudé,180 x 61 x 30,5 cm. Cégep de Baie-Comeau. 20 Don Darby L Homme et la matière 21

13 Cat. 10 Homme de Pékin, Acier soudé, 170 x 60 x 13 cm. Collection de l artiste. Cat. 11 Femme de Pékin, Acier soudé, 146 x 54 x 60 cm. Collection de l artiste. 22 Don Darby L Homme et la matière 23

14 Cat. 13 Homme de Pékin, Bronze avec patine à l oxyde de fer et au nitrate d argent, 28 x 28 x 18 cm. Collection de l artiste. Cat. 15 Femme de Pékin, Tuyau de poêle en acier, 43 x 30,5 x 10 cm. Collection de l artiste. Cat. 16 Femme de Pékin, Acier, 22 x 28 x 10,5 cm. Collection Henry Saxe. Cat. 12 L Homme de Pékin, Morceau de toit en acier, 56 x 20 x 12 cm. Collection de l artiste. Cat. 14 Homme de Pékin, Acier martelé, 20 x 25,5 x 23 cm. Collection privée. Cat. 17 Masque, Femme de Pékin, Acier oxydé (brouette), 92 x 69 x 25 cm. Collection Prêt d œuvres d art, Musée national des beaux-arts du Québec, CP Cat. 18 Femme de Pékin, Cuivre patiné, 19 x 16,5 x 10 cm. Collection de l artiste. 24 Don Darby L Homme et la matière 25

15 Cat. 22 Masque de guerrier I, Acier, 71 x 35,5 x 16,5 cm. Collection de l artiste. Cat. 23 Masque de guerrier, Acier galvanisé, 35 x 27 cm. Collection Michèle Bernatchez. Cat. 19 Femme de Pékin (détail), Acier trempé, chauffé et martelé, 120,5 x 28 x 11,5 cm. Collection de l artiste. Cat. 20 Ying Yang (détail), Aluminium, bois, acier, 134,5 x 60 x 13 cm. Collection de l artiste. Cat. 21 Femme de Pékin, Pelle en acier trempé, 29 x 13 x 6,5 cm. Collection de l artiste. Cat. 24 Femme de Pékin, Acier, 40,5 x 13 x 9 cm. Collection de l artiste. Cat. 25 Femme de Pékin, vers Acier galvanisé, acier, 47 x 18 x 9 cm. Collection de l artiste. 26 Don Darby L Homme et la matière 27

16 Cat. 26 Femme de Pékin, vers Acier (couvercle de boite à pellicule cinématographique ), 48 cm de diamètre. Collection Julian Darby. Cat. 27 Femme de Pékin, Aluminium, 35,5 x 25,5 x 9 cm. Collection Jocelyn Gasse. Cat. 31 Homo (quatre millions d années), Laiton, acier soudé, étau, 48 x 38 x 23 cm. Collection de l artiste. Cat. 30 Homme de Pékin, vers Acier, 30 x 29 x 11 cm. Collection André Bécot. Cat. 32 Femme de Pékin, vers Acier, 25 x 57 x 26 cm. Collection privée. Cat. 28 Femme de Pékin, Plomb, 31 x 30 x 13 cm. Collection de l artiste. Cat. 29 Femme de Pékin, Acier, 35 x 24 X 6 cm. Collection de l artiste. 28 Don Darby L Homme et la matière 29

17 Cat. 33 Femme de Pékin, vers Acier galvanisé, 25,5 x 18 x 7,5 cm. Collection privée. Cat. 34 Femme de Pékin, Aluminium, 53 x 25 x 5 cm. Collection de l artiste. Cat. 35 Femme de Pékin, Aluminium, 23 x 16,5 x 24 cm. Collection privée. Cat. 36 Femme de Pékin, Aluminium, 81 x 20 x 5 cm. Collection privée. Cat. 37 Femme de Pékin, Cuivre patiné, 49 x 55 cm. Collection de l artiste. 30 Don Darby L Homme et la matière 31

18 Cat. 38 Mémoire d éléphant II, Métal soudé, os et acrylique, 40 x 23 x 53 cm. Collection Loto-Québec. Cat. 39 Béluga, Fil d acier soudé, 30 x 145 x 46 cm. Collection de l artiste. 32 Don Darby L Homme et la matière 33

19 Cat. 41 Gorille, Fil d acier soudé, 20 x 20 x 15 cm. Collection privée. Cat. 43 Bonobo, Fil d acier soudé, 30,5 x 25,5 x 25,5 cm. Galerie Lacerte. Cat. 40 Orang-Outang, Fil d acier soudé, 44,5 x 48 x 21,5 cm. Galerie Lacerte. Cat. 42 Gorille, Fil d acier soudé, 37 x 32 x 30,5 cm. Galerie Lacerte. Cat. 44 Bonobos : faites l amour pas la guerre, Fil d acier soudé, 44,5 x 34 x 16,5 cm. Collection privée. Cat. 45 Bonobo, Fil d acier soudé, 52 x 38 x 38 cm. Galerie Lacerte. 34 Don Darby L Homme et la matière 35

20 Cat. 46 Rhinocéros, Béton. 17 x 37 x 10 cm. Galerie Lacerte. Cat. 47 Éléphant et Tigre, Fil d acier soudé, 57 x 28 x 48 cm. Galerie Lacerte. 36 Don Darby L Homme et la matière 37

21 Cat. 48 Jaguar, Fil d acier soudé, 13,5 x 29 x 9 cm. Galerie Lacerte. Cat. 51 Guépard, Acier, 56 x 28 x 10 cm. Collection de l artiste. Cat. 49 Léopard des neiges, Fil d acier soudé, 38 x 31,5 x 18 cm. Collection Mia K. Bellemare. Cat. 50 Tigre, Fil d acier soudé, 44,5 x 23 x 28 cm. Galerie Lacerte. 38 Don Darby L Homme et la matière 39

22 Cat. 52 Étude pour Homme de Pékin. Crayon gras, 28 x 21,5 cm. Collection de l artiste Cat. 53 Études pour Homme de Pékin, Graphite, 35,5 x 28 cm. Collection de l artiste. 40 Don Darby L Homme et la matière 41

23 Cat. 55 Études de gorilles. Graphite, 28 x 21,5 cm. Collection de l artiste. Cat. 54 Étude pour Homme de Pékin. Graphite, 43 x 35,5 cm. Collection de l artiste. 42 Don Darby L Homme et la matière 43

24 Cat. 57 Étude d éléphant, Graphite, 28 x 35,5 cm. Collection de l artiste. Cat. 56 Éléphant, Fusain, 193 x 137 cm. Collection Marco Bellemare. Cat. 58 Étude d éléphant, Graphite, 35,5 x 43 cm. Collection de l artiste. 44 Don Darby L Homme et la matière 45

25 Cat. 59 Étude de rhinocéros, Graphite, 43 x 35,5 cm. Collection de l artiste. Cat. 60 Études de rhinocéros, Graphite et encre, 35,5 x 28 cm et 28 x 21,5 cm. Collection de l artiste. 46 Don Darby L Homme et la matière 47

26 Cat. 62 Études de chevaux, Graphite, 35,5 x 28 cm. Collection de l artiste. Cat. 61 Étude de cheval. Graphite, 35,5 x 28 cm. Collection de l artiste. 48 Don Darby L Homme et la matière 49

27 Cat. 63 Lionne. Graphite, 35,5 x 28 cm. Collection de l artiste. Cat. 64 Études de lions, Graphite, 28 x 21,5 cm (haut) et 43 x 35,5 cm (bas). Collection de l artiste. 50 Don Darby L Homme et la matière 51

28 Cat. 65 Études de bœufs musqués, 2007 et Graphite, 28 x 21,5 cm. Collection de l artiste. Cat. 66 Étude de léopard des neiges, Graphite, 28 x 21,5 cm. Collection de l artiste. 52 Don Darby L Homme et la matière 53

29 Don Darby - Curriculum Vitae Formation professionnelle Diplôme de l école des beaux-arts de Montréal Sculpture, psychopédagogie et langage plastique École des beaux-arts de Montréal Expositions individuelles 2015 Don Darby: l homme et la matière, maison Hamel-Bruneau, Québec 2014 Disparitions, Galerie Lacerte, Montréal 2009 In extremis, Galerie Lacerte, Québec 1997 Bar «Fourmi atomique», Québec 1995 Créations récentes, Galerie Rien, Jamais, Nulle Part, Québec 1993 Œuvres récentes, Galerie Madeleine Lacerte, Québec 1990 Évolution éphémère, La Chambre blanche, Québec 1988 Œuvres récentes, atelier de Jocelyn Gasse, Québec 1975 Œuvres récentes, Atelier de Réalisations graphiques, Québec Expositions collectives 2015 Le bronze et la bête, l empreinte d un terroir, musée du bronze, Inverness 2013 atelier 18, Québec Galerie André Bécot, Québec musée du bronze, Inverness 2012 Galerie André Bécot, Québec musée du bronze, Inverness Château Frontenac, Québec 2011 maison des arts de Laval Galerie André Bécot, Québec moulin de la Lorraine, Lac-Etchemin 2010 musée du Bronze, Inverness maison Sir-Étienne-Paschal-Taché, Montmagny Galerie André Bécot, Québec 2008 ateliers ouverts, Québec Galerie des arts visuels de l université Laval, Québec atelier Bécot, Québec matéria, Québec 2007 Galerie André Bécot, Québec Galerie Joyce Yahouda, Montréal 2006 Galerie André Bécot, Québec ateliers ouverts, Québec 2005 Présences figuratives, Galerie Trompe-l œil, Cégep de Sainte-Foy, Québec exposition itinérante organisée par le Musée national des beaux-arts du Québec 2004 Galerie Trompe-l œil, Cégep de Sainte-Foy, Québec Galerie S.O.F.A., Québec Le Faubourg en vitrine, quartier St-Jean-Baptiste, Québec 2003 Quatre poids, quatre mesures, bibliothèque Étienne-Parent, Québec Le Faubourg en vitrine, Vitrine rue St-Jean, Québec Galerie Trompe-l œil, Cégep de Sainte-Foy, Québec Événement «Sculpture», Baie-Comeau 2002 Galerie Rouge, collectif d artistes, Québec Événement «Sculpture», Baie-Comeau 2001 Événement «Sculpture», Baie-Comeau Galerie Trompe-l œil, Cégep de Sainte-Foy, Sainte-Foy Galerie Rouge, Québec 2000 Galerie Trompe-l œil, Cégep de Sainte-Foy, Sainte-Foy 1999 Galerie Magenta, Nijmegen, Hollande 1998 La Fontaine : L Abeille et le Papillon, Collaboration de l Espace France et Galerie Rouge, Pigment Plus, Complexe Méduse, Québec Fille en fil, Galerie Trompe-l œil, Cégep de Sainte-Foy, Sainte-Foy Galerie Rouge, Québec Galerie rue Saint-Jean, Québec 1997 Galerie B.A.I., Broadway, New York ateliers ouverts, Québec 1996 Îlot Fleurie, Québec 1995 Émergence, Îlot Fleurie, Québec Œuvres récentes (duo avec Édith Croft), Galerie Madeleine Lacerte, Québec ateliers ouverts, Québec 1994 Collectif d artistes, LE DON, Galerie Rien, Jamais, Nulle Part, Québec 1993 Imaginaires d architecture, maison Hamel-Bruneau, Sainte-Foy 1992 Ateliers ouverts, Québec Lévis en œuvre, fort sur la ville, Symposium de sculptures Centre Regart, Lévis 1991 Espace sculptural, Galerie de la maison Louise-Carrier, Lévis Cénacle, Ateliers Imagine, Québec Les béliers, les poissons et les autres..., Ateliers Imagine, Québec 54 Don Darby L Homme et la matière 55

30 1990 Ateliers ouverts, Québec Crescendo, Ateliers Imagine, Québec Chants printaniers, Ateliers Imagine, Québec 1989 Bicyclette d artiste, Hull, Montréal et Shawinigan, Québec 1988 S les et moissons, Ateliers Imagine, Québec Lèche-vitrines, rue Saint-Jean, Québec Bicyclette d artiste, Galerie d art de Matane Masques, Ateliers Imagine, Québec 1980 Confrontation, hôtel de ville de Québec 1979 Confrontation, Mont-Royal, Montréal Conseil de la sculpture de Québec Édifice La Laurentienne à Québec Université du Québec à Chicoutimi Bourses 1990 ministère des affaires culturelles, bourse de projet 1976 ministère des affaires culturelles, programme «Aide aux artistes professionnels» 1975 ministère des affaires culturelles, programme «Aide aux artistes professionnels» 1971 ministère des affaires culturelles, programme «Bourse de courte durée» Collections publiques Collection Loto-Québec Collection Prêt d œuvres d art du Musée national des beaux-arts du Québec Conseil des arts du Canada 1976 atelier des Sables, Québec Galerie Médi, Montréal Galerie Véhicule, Montréal attitudes, Galerie La Sauvegarde, Montréal Centre d art Manicouagan, Hauterive Projet d intrégration des art à l architecture 1986 Flic-Flac, Hôpital de l Enfant-Jésus, Québec 1983 Satellivent, Bibliothèque Gabrielle-Roy, Québec 1982 Trois Colonnes, CLSC de Saint-Fabien-de-Panet 1979 Sans titre, Sûreté du Québec à Sept-Îles 1977 La Matière et l Homme et l Homme et la Matière, Polyvalente de Hauterive (maintenant école secondaire Serge-Bouchard) 1970 L Homme et la Matière, école secondaire et technique de Hauterive Autres activités pertinentes 2012 encan Croix-Rouge 2011 encan Croix-Rouge 2004 membre du jury de sélection, Conseil des arts et des lettres du Québec 2000 Participation au film Duel au canyon, Alpha-Zoulou Films 1998 organisateur de la relocalisation de l Îlot Fleurie (responsable, comité sculpture) 1996 réalisation de trois sculptures à l Îlot Fleurie Sculpture Homme de Pékin apparaissant dans le film Le Polygraphe de Robert Lepage Cat. 67 Sous-Vêtements, Boîtes de conserve oxydées, 46 x 20 cm. Collection de l artiste. 56 Don Darby L Homme et la matière 57

31 Maison Hamel-Bruneau. Photo : Félix Genêt Laframboise. Propriété de la Ville de Québec et gérée par l Arrondissement de Sainte-Foy-Sillery-Cap-Rouge, la maison Hamel-Bruneau est un lieu de diffusion, de rencontre, d animation et de développement, centré sur la vie culturelle. Elle offre aux citoyens une programmation axée sur des intérêts actuels où s unissent la qualité, la variété et la nouveauté. La maison Hamel-Bruneau est : un lieu patrimonial exceptionnel classé par le ministère de la Culture et des Communications ; un lieu d expression et de diffusion des arts, de la musique, du patrimoine, des sciences et de la haute technologie ; un lieu d échanges et de découvertes grâce aux expositions, aux conférences et autres activités culturelles. Vues de l exposition Don Darby : l homme et la matière présentée du 8 avril au 31 mai 2015 à la maison Hamel-Bruneau. 58 Don Darby L Homme et la matière 59

32 Vue de l exposition Don Darby : l homme et la matière présentée du 8 avril au 31 mai 2015 à la maison Hamel-Bruneau. En couverture : Femme de Pékin (détail), Cuivre patiné, 49 x 55 cm. Collection de l artiste. Rédaction : Hélène Matte Photographie : Guy Couture Conception graphique et infographie : Laframboise Design Scénographie de l exposition : Danièle Lessard Remerciements : André Bécot, Marc Bellemare, Marco Bellemare, Mia K. Bellemare, Michèle Bernatchez, Alain Bourgeois, Julian Darby, Maryann Darby, Jocelyn Gasse, Yves Gendron, Céline Gingras, Marie-Claude Lehoux, Jacques Sylvain, René Taillefer, Nicole Thibault, Cégep de Baie-Comeau, Collection Loto-Québec, Galerie Lacerte, Musée national des beaux-arts du Québec. A Réalisation et édition : Division de la culture, du loisir et de la vie communautaire Avril 2015 Dépôt légal : 2015 Bibliothèque et Archives nationales du Québec Bibliothèque et Archives du Canada ISBN Don Darby

33 Don Darby avec l Homme de Java et l Homme de Pékin, Photo : Guy Couture.

SERGE BOUCHARD ANTHROPOLOGUE ET COMMUNICATEUR, CONFÉRENCE INAUGURALE DU FORUM SUR LE PLAN NORD, MAI 2012

SERGE BOUCHARD ANTHROPOLOGUE ET COMMUNICATEUR, CONFÉRENCE INAUGURALE DU FORUM SUR LE PLAN NORD, MAI 2012 Pour réaliser ses ambitions, notre ville s est dotée d un positionnement porteur et d une identité puissante et évocatrice. Ce document présente les fondements de notre marque, qui servira de tremplin

Plus en détail

Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002

Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002 Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002 I Christian Gattinoni : travail personnel A Travail plastique L œuvre créatrice de Christian Gattinoni se voit dirigée vers

Plus en détail

LE SCULPTEUR MICHEL ZADOUNAISKY A L HONNEUR CHEZ ARTCURIAL LYON LES 5, 7 ET 18 JUIN 2012

LE SCULPTEUR MICHEL ZADOUNAISKY A L HONNEUR CHEZ ARTCURIAL LYON LES 5, 7 ET 18 JUIN 2012 Communiqué de presse Avril 2012 LE SCULPTEUR MICHEL ZADOUNAISKY A L HONNEUR CHEZ ARTCURIAL LYON LES 5, 7 ET 18 JUIN 2012 Figure artistique incontournable à Lyon, le sculpteurferronnier Michel Zadounaïsky

Plus en détail

GREGORY MARKOVIC Dessins

GREGORY MARKOVIC Dessins Dossier de presse GREGORY MARKOVIC Dessins Exposition du 5 février au 28 mars 2010 Vernissage le 4 février à partir de 18h30 La Galerie Particulière 16 rue du Perche 75003 Paris +33.(0)1.48.74.28.40 www.lagalerieparticuliere.com

Plus en détail

Situation d apprentissage et d évaluation en ARTS PLASTIQUES 1 er cycle primaire

Situation d apprentissage et d évaluation en ARTS PLASTIQUES 1 er cycle primaire Situation d apprentissage et d évaluation en ARTS PLASTIQUES 1 er cycle primaire : Durée : 3-4 périodes ½ période : préparation 2-3 périodes : réalisation ½ période : intégration Proposition de création

Plus en détail

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP)

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) CDCPP (2012) 9 le 20 mars 2012 lère Session Plénière Strasbourg, 14-16 mai 2012 CONVENTION EUROPEENNE DU PAYSAGE 10e Réunion du Conseil

Plus en détail

PRÉSENTATION DU PROGRAMME 2014

PRÉSENTATION DU PROGRAMME 2014 PRÉSENTATION DU PROGRAMME 2014 10 ANS DE CULTURE CÉLÉBRÉ AVEC LA NATURE! Grâce à votre fidèle participation et celle de plus de 100 institutions culturelles, le programme Cultivez le Jour de la Terre célébrera

Plus en détail

Quality Street Nicolas Chardon

Quality Street Nicolas Chardon La vitrine frac île-de-france, le plateau, paris Quality Street Nicolas Chardon 14.10 22.11.15 Entretien entre Nicolas Chardon et Gilles Baume Gilles Baume : Pour la vitrine, tu proposes un projet contextuel,

Plus en détail

BACCARAT HOTEL NEW YORK : LES VITRINES HARCOURT PAR BARDULA

BACCARAT HOTEL NEW YORK : LES VITRINES HARCOURT PAR BARDULA BACCARAT HOTEL NEW YORK : LES VITRINES HARCOURT PAR BARDULA Communiqué de presse Paris Mai 2015 Le projet des Vitrines Harcourt de BARDULA a été réalisé pour l Hôtel Baccarat à New York. Il se situe sur

Plus en détail

POLITIQUE D ACQUISITION ET

POLITIQUE D ACQUISITION ET POLITIQUE D ACQUISITION ET DE GESTION D OEUVRES D ART VILLE DE LÉVIS RÉSOLUTION CV-2010-13-14 Le préambule Le 9 février 2004, le conseil de la Ville adoptait la nouvelle Politique culturelle de la Ville

Plus en détail

Yves Levesque. Mot du maire de Trois-Rivières

Yves Levesque. Mot du maire de Trois-Rivières Mot du maire de Trois-Rivières Yves Levesque Une réalisation dont tous les Trifluviens, Trifluviennes et tous les gens de la Mauricie peuvent être très fiers. Première grande réalisation sur le site de

Plus en détail

Tania Mignacca. Nom 1 Nom 2 Nom 3 Nom 4 Nom du collectif Nom de l'institution Courriel Téléphone

Tania Mignacca. Nom 1 Nom 2 Nom 3 Nom 4 Nom du collectif Nom de l'institution Courriel Téléphone Question Présentez-vous : Nom Nom 1 Nom 2 Nom 3 Nom 4 Nom du collectif Nom de l'institution Courriel Téléphone Ville Biographie Mot clé choisi Résumé Answer Individu Tania Mignacca Montréal Illustratrice

Plus en détail

Le mont Royal Leçons de Montréal. Gabrielle Korn, directrice des communications Sommet Héritage Canada, le 12 octobre 2012

Le mont Royal Leçons de Montréal. Gabrielle Korn, directrice des communications Sommet Héritage Canada, le 12 octobre 2012 Le mont Royal Leçons de Montréal Gabrielle Korn, directrice des communications Sommet Héritage Canada, le 12 octobre 2012 Présentation Qu est-ce que le mont Royal? Une histoire d amour et d engagement

Plus en détail

Dossier pédagogique Ateliers pour les collèges

Dossier pédagogique Ateliers pour les collèges M u s é e d u V i e u x N î m e s Dossier pédagogique Ateliers pour les collèges Contact Charlotte Caragliu, Chargée de projet pour les collèges, les lycées et les écoles supérieures Isaline Portal, Responsable

Plus en détail

Ça va barder! L univers des débardeurs du port de Montréal FEUILLET PÉDAGOGIQUE POUR LES ENSEIGNANTS ET LES ENSEIGNANTES

Ça va barder! L univers des débardeurs du port de Montréal FEUILLET PÉDAGOGIQUE POUR LES ENSEIGNANTS ET LES ENSEIGNANTES Ça va barder! BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA, E000760632 FEUILLET PÉDAGOGIQUE POUR LES ENSEIGNANTS ET LES ENSEIGNANTES Programme scolaire en Univers social pour les élèves du 3 e cycle du primaire SVPM

Plus en détail

[HDA HDA] La Statue de la Liberté au Musée des arts et métiers NOM : PRENOM :... ... Source photo : wikipedia.org. Parcours élève CORRIGE

[HDA HDA] La Statue de la Liberté au Musée des arts et métiers NOM : PRENOM :... ... Source photo : wikipedia.org. Parcours élève CORRIGE [HDA HDA] La Statue de la Liberté au Musée des arts et métiers Parcours élève CORRIGE Source photo : wikipedia.org Xavier Marliangeas Fanny Hermon-Duc NOM :... PRENOM :.... EGLISE Où est située la statue

Plus en détail

Devenons partenaires

Devenons partenaires Bureau Des Arts Bureau des Arts Chimie ParisTech Chimie Devenons partenaires BDA ENSCP - Chimie ParisTech 11, rue Pierre et Marie Curie 75005 Paris Chimie ParisTech Créée en 1896, Chimie ParisTech est

Plus en détail

les voyages immobiles

les voyages immobiles les voyages immobiles Roland Görgen & Skander ZOUAOUI au T66 Kulturwerk à Freiburg en partenariat avec Schaufenster, Sélestat du 06 avril au 20 avril 2014 Les voyages immobiles présente les travaux de

Plus en détail

Avant d être des notions abstraites faisant l objet d analyses savantes, la gestion et le leadership relèvent d actions foncièrement humaines.

Avant d être des notions abstraites faisant l objet d analyses savantes, la gestion et le leadership relèvent d actions foncièrement humaines. Préface «On m a parfois défini comme un entrepreneur ou un leader culturel. Il est vrai que j aime entreprendre, convaincre, entraîner et diriger. Pour ce qui est du qualificatif culturel, je l assume

Plus en détail

Des rencontres avec Des séances réservées. et les professionnels. Un accueil personnalisé. Enseignants, élèves, étudiants et nouveaux publics

Des rencontres avec Des séances réservées. et les professionnels. Un accueil personnalisé. Enseignants, élèves, étudiants et nouveaux publics Enseignants, élèves, étudiants et nouveaux publics Un accueil personnalisé. Des rencontres avec Des séances les cinéastes réservées. et les professionnels. Du 7 au 15 avril 2015 au Cinéma Luminor-Hôtel

Plus en détail

Les Aimants en cycle 2

Les Aimants en cycle 2 E Plé IUFM CA Centre de Troyes 1 Les Aimants en cycle 2 Représentations initiales des enfants Pour les enfants de cet âge, un aimant est un objet magique du fait de sa capacité à attirer les objets à distance

Plus en détail

(1) Le conseil municipal privilégie :

(1) Le conseil municipal privilégie : 2.13 PATRIMOINE ET CULTURE Préambule Les attraits historiques et culturels de Fredericton au nombre desquels il faut compter son emplacement, ses bâtiments, ses lieux, ses établissements culturels et son

Plus en détail

Otarie. Titre Mimer un animal : l otarie. Domaine Agir et s exprimer avec son corps.

Otarie. Titre Mimer un animal : l otarie. Domaine Agir et s exprimer avec son corps. Otarie Titre Mimer un animal : l otarie. Domaine Agir et s exprimer avec son corps. Objectifs Développer l imagination et un geste maîtrisé. Oser s exprimer gestuellement devant les autres. Accepter le

Plus en détail

WWW.LAITA-BAPARIS.COM

WWW.LAITA-BAPARIS.COM WWW.LAITA-BAPARIS.COM LES CRÉATEURS Luli Rodriguez Gugliotta, argentine, est à lorigine de la marque "Laïta from Buenos Aires to Paris" créée en Janvier 2013. C'est le mélange entre la richesse culturelle

Plus en détail

Remarque : les séances 3 à 7 qui suivent sont des exemples de défis, il n y a pas véritablement de progression, on peut donc choisir celles qui

Remarque : les séances 3 à 7 qui suivent sont des exemples de défis, il n y a pas véritablement de progression, on peut donc choisir celles qui «Permettre aux élèves d accéder à des notions scientifiques et technologiques en acquérant des compétences transversales notamment dans les domaines... De l autonomie, De l apprentissage de la vie sociale

Plus en détail

Exposition Thibault Hazelzet

Exposition Thibault Hazelzet Exposition Thibault Hazelzet 11 septembre au 30 octobre 2010 _ vernissage le samedi 11 septembre de 15h à 22h rencontre à la galerie avec François Jaudon (philosophe) et Thibault Hazelzet le mercredi 13

Plus en détail

Journées Portes Ouvertes

Journées Portes Ouvertes Journées Portes Ouvertes Samedi 26 janvier Samedi 2 mars Samedi 15 juin ECOLE Classe préparatoire aux concours des écoles supérieures d art et des formations en conservation-restauration des biens culturels

Plus en détail

Philippe Pastor, Art Grandeur Nature.

Philippe Pastor, Art Grandeur Nature. PHILIPPE PASTOR 2 Philippe Pastor, Art Grandeur Nature. Philippe Pastor, c est un fait, vit dans un état de tension continue et de perpétuels questionnements. Sa révolte contre la destruction de l environnement

Plus en détail

NOTES À L INTENTION DES INTERVENANTS

NOTES À L INTENTION DES INTERVENANTS Le baptême le début d un cheminement! PARCOURS POUR ACCOMPAGNER LES PARENTS QUI DEMANDENT LE BAPTÊME POUR LEUR ENFANT Service de la catéchèse Archidiocèse de Saint-Boniface PARCOURS POUR ACCOMPAGNER LES

Plus en détail

ENTREPRENEURIATÉTUDES. Découvrez votre profil d entrepreneur et bâtissez votre projet d entreprise par un accompagnement personnalisé!

ENTREPRENEURIATÉTUDES. Découvrez votre profil d entrepreneur et bâtissez votre projet d entreprise par un accompagnement personnalisé! MÉTIERS D ART CÉRAMIQUE PROGRAMME TECHNIQUE CÉGEP LIMOILOU CAMPUS DE QUÉBEC, MAISON DES MÉTIERS D ART DE QUÉBEC SÉJOURS À L INTERNATIONAL Vivez l un des Projets Monde offerts à tous les étudiants. ENTREPRENEURIATÉTUDES

Plus en détail

Les maisons haut de gamme UNE VOCATION. Une présentation de

Les maisons haut de gamme UNE VOCATION. Une présentation de Les maisons haut de gamme UNE VOCATION Une présentation de PUBLIREPORTAGE PAR LOUISE BOUCHARD PHOTOS: STÉPHANE DUMAIS Fière d avoir été choisie comme partenaire par la Corporation Proment promoteur du

Plus en détail

BALSAN : un entrepreneur, une entreprise entre 1860 et 1920

BALSAN : un entrepreneur, une entreprise entre 1860 et 1920 BALSAN : un entrepreneur, une entreprise entre 1860 et 1920 Le corpus présenté s appuie sur des documents iconographiques originaux tels que les plans des architectes et les documents émanant du fonds

Plus en détail

20 ANS DE PASSION. C.P. 1276, Château-Richer, Qc G0A ln0 418-564-4676 info@artsetreflets.com

20 ANS DE PASSION. C.P. 1276, Château-Richer, Qc G0A ln0 418-564-4676 info@artsetreflets.com 20 ANS DE PASSION Le 19 juillet 2012 La présidente d Arts et Reflets de Château-Richer, madame Lynda Tanguay, annonce que la 20 e édition du plus important Symposium de peinture en plein air au Québec

Plus en détail

CÉRAMISTE DOSSIER DE PRESSE. contact@nathaliederouet.com - T. +33 (0)2 98 92 33 79 - nathaliederouet.com - FRANCE

CÉRAMISTE DOSSIER DE PRESSE. contact@nathaliederouet.com - T. +33 (0)2 98 92 33 79 - nathaliederouet.com - FRANCE CÉRAMISTE DOSSIER DE PRESSE contact@nathaliederouet.com - T. +33 (0)2 98 92 33 79 - nathaliederouet.com - FRANCE Nathalie Dérouet vit et travaille à Douarnenez en Bretagne. Après des études à l école supérieure

Plus en détail

Son père pendant son immobilisation, avait fait installer des miroirs au dessus de son lit. Elle s est tout naturellement prise comme modèle

Son père pendant son immobilisation, avait fait installer des miroirs au dessus de son lit. Elle s est tout naturellement prise comme modèle MEXIQUE ETATS-UNIS Le drapeau mexicain Le fait qu elle le tienne dans sa main gauche indique qu elle préfère son pays d origine Le drapeau américain Il flotte dans la fumée des cheminées d usine C est

Plus en détail

Quel artiste ce Matisse!

Quel artiste ce Matisse! Quel artiste ce Matisse! Une exposition-jeu conçue et réalisée par Sylvie Girardet et Norbert Journo PRÉSENTATION DE L EXPOSITION Cette exposition présente, sous forme pédagogique et ludique, la vie d

Plus en détail

L ABRIS Réalisation et performance. Festival Les grands chemins en Minervois 2014 Site du moulin de Félines-Minervois (Hérault)

L ABRIS Réalisation et performance. Festival Les grands chemins en Minervois 2014 Site du moulin de Félines-Minervois (Hérault) SANDRA BIGNON Par mes réalisations éphémères, actions, rites, j habite les lieux, traversant les espaces qui m environnent, y laissant une trace. J y puise ma matière. A travers l histoire, l archéologie

Plus en détail

POLITIQUE DES COMMUNICATIONS

POLITIQUE DES COMMUNICATIONS Cégep de Sept-Îles POLITIQUE DES COMMUNICATIONS Service émetteur : Direction des communications Instance décisionnelle : Conseil d administration Date d approbation : Le 7 mars 2006 Dernière révision :

Plus en détail

PLAN D ACTION CULTUREL

PLAN D ACTION CULTUREL 2016 Loisirs PLAN D ACTION CULTUREL Volets, objectifs et actions en lien avec la politique INTRODUCTION Le 23 février 2009, après avoir consulté le milieu culturel de Verchères, il était apparu que de

Plus en détail

Le bois est une fibre naturelle et renouvelable parmi les plus résistantes au monde.

Le bois est une fibre naturelle et renouvelable parmi les plus résistantes au monde. Le bois est une fibre naturelle et renouvelable parmi les plus résistantes au monde. Le savoir-faire humain conjugué à cette noble matière nous démontre encore aujourd hui comment la nature sait prendre

Plus en détail

ARTS PLASTIQUES. «La relation entre la forme et l idée» "Le talent, c est avoir l envie de faire quelque chose" Jacques Brel

ARTS PLASTIQUES. «La relation entre la forme et l idée» Le talent, c est avoir l envie de faire quelque chose Jacques Brel ARTS PLASTIQUES Programmation des classes de 2 nde : année scolaire 2014-2015 «La relation entre la forme et l idée» "Le talent, c est avoir l envie de faire quelque chose" Jacques Brel Nature morte d

Plus en détail

Le Droit à la Non Discrimination

Le Droit à la Non Discrimination CM1 B -2014- Le Droit à la Non Discrimination Le 5 décembre 2013, Nelson Mandela est décédé à l âge de 94 ans dans son village natal en Afrique du Sud. Une pensée particulière à ce grand pionnier des droits

Plus en détail

Les rondelles. 1h30 72

Les rondelles. 1h30 72 Sites préhistoriques de la vallée de la Vézère Actions éducatives Second degré Programme 2015 Cycle 4 Parcours découverte Les rondelles 1h30 72 De petites rondelles en os, ivoire de mammouth...parfaitement

Plus en détail

LE FULGURANT PASSAGE DE LA PRESENCE

LE FULGURANT PASSAGE DE LA PRESENCE LE FULGURANT PASSAGE DE LA PRESENCE «et en plus, il faut faire un tableau.» Alberto Giacometti Ecrire sur la peinture pourrait signifier écrire «par-dessus», recouvrir des signes arbitraires de l écriture

Plus en détail

Sommet 2007 Montréal, métropole culturelle

Sommet 2007 Montréal, métropole culturelle Sommet 2007 Montréal, métropole culturelle Sciences et technologies, œuvres de culture Mémoire présenté par Septembre 2006 Sciences et technologies, œuvres de culture Sommet 2007 Montréal, métropole culturelle

Plus en détail

Document réalisé par Laëtitia Kadur d après le travail de l équipe enseignante d Exideuil De la TPS au CM2 Année scolaire 2013-2014 En juin 2014 avait lieu la projection du film d animation «Les trois

Plus en détail

Répertoire culturel. Comité arts et culture d Eastman (CACE) Municipalité d Eastman 01/03/2015

Répertoire culturel. Comité arts et culture d Eastman (CACE) Municipalité d Eastman 01/03/2015 2015 Répertoire culturel Comité arts et culture d Eastman (CACE) Municipalité d Eastman 01/03/2015 La culture, un art de vivre à Eastman Nul doute que la notoriété d Eastman comme village de culture n

Plus en détail

DOSSIER ARTISTIQUE 2014 Charlotte Barry

DOSSIER ARTISTIQUE 2014 Charlotte Barry DOSSIER ARTISTIQUE 2014 Charlotte Barry BARRY Charlotte 25 ans 4 rue Laennec 44 000 Nantes 06 98 80 08 09 barrycharlotte30@gmail.com www.barrycharlotte.free.fr FORMATION Juin 2012 Obtention du Diplôme

Plus en détail

APPEL À CANDIDATURE ET INFORMATIONS SUPPLÉMENTAIRES : WWW.DAUPHINEARTCONTEMPORAIN.COM - 5 BINÔMES SÉLECTIONNÉS PAR UN JURY DE PROFESSIONNELS DU MONDE

APPEL À CANDIDATURE ET INFORMATIONS SUPPLÉMENTAIRES : WWW.DAUPHINEARTCONTEMPORAIN.COM - 5 BINÔMES SÉLECTIONNÉS PAR UN JURY DE PROFESSIONNELS DU MONDE APPEL À CANDIDATURE ET INFORMATIONS SUPPLÉMENTAIRES : WWW.DAUPHINEARTCONTEMPORAIN.COM - 5 BINÔMES SÉLECTIONNÉS PAR UN JURY DE PROFESSIONNELS DU MONDE DE L ART 2 LIEUX / 2 EXPOSITIONS (MARS & JUIN) - 2

Plus en détail

Une nouvelle muséologie pour le musée moderne

Une nouvelle muséologie pour le musée moderne Une nouvelle muséologie pour le musée moderne André Desvallées, dir., Vagues, une anthologie de la nouvelle muséologie André Desvallées, dans cet extrait de Vagues, une anthologie de la nouvelle muséologie

Plus en détail

Chapitre 4. Ressources et tableaux de correspondance. Programme d études - Arts plastiques - 4 e Année (2010) 121

Chapitre 4. Ressources et tableaux de correspondance. Programme d études - Arts plastiques - 4 e Année (2010) 121 RESSOURCES Chapitre 4 Ressources et tableaux de correspondance Programme d études - Arts plastiques - 4 e Année (2010) 121 Ressources 122 Programme d études - Arts plastiques - 4 e Année (2010) RESSOURCES

Plus en détail

POLITIQUE D UTILISATION ET DE PROMOTION DU CHRYSOTILE

POLITIQUE D UTILISATION ET DE PROMOTION DU CHRYSOTILE POLITIQUE D UTILISATION ET DE PROMOTION DU CHRYSOTILE Politique d utilisation et de promotion du chrysotile L histoire de la ville de Thetford Mines tient ses origines de l exploitation minière, et continue

Plus en détail

APPEL A PROJET POUR LA CREATION D UNE ŒUVRE MEMORIELLE CITOYENNE COMMEMORANT LES VICTIMES DES ATTENTATS DU 13 NOVEMRE 2015 A PARIS

APPEL A PROJET POUR LA CREATION D UNE ŒUVRE MEMORIELLE CITOYENNE COMMEMORANT LES VICTIMES DES ATTENTATS DU 13 NOVEMRE 2015 A PARIS APPEL A PROJET POUR LA CREATION D UNE ŒUVRE MEMORIELLE CITOYENNE COMMEMORANT LES VICTIMES DES ATTENTATS DU 13 NOVEMRE 2015 A PARIS Arnaud LECONTE / Xavier JANUS mémoire libre convergence énergie intemporel

Plus en détail

Qu est-ce que la pérennité? Quels en sont

Qu est-ce que la pérennité? Quels en sont Formations Automne 2014 / Hiver 2015 Explorer la pérennité pour des changements durables MONTRÉAL QUAND : 15 et 16 octobre 2014 (Durée de 2 jours) ANIMATION : Marie-Denise Prud Homme et François Gaudreault,

Plus en détail

La collection J apprends les maths Quelques points-clés

La collection J apprends les maths Quelques points-clés La collection J apprends les maths Quelques points-clés Sommaire Distinguer les compétences numériques quotidiennes et les compétences scolaires Conceptualiser, c est pour l essentiel accéder à la conviction

Plus en détail

Projet Personnel en Humanités - Scénographie d exposition

Projet Personnel en Humanités - Scénographie d exposition promotion 52-2012 Projet Personnel en Humanités - Scénographie d exposition I N S A de Lyon Tristan Delizy Introduction Présentation du projet Ce PPH s intéresse à la scénographie de musée (mettre en espace

Plus en détail

Patrimoine à Roulettes asbl

Patrimoine à Roulettes asbl Patrimoine à roulettes asbl QUI SOMMES - NOUS? Patrimoine à roulettes est une association sans but lucratif qui œuvre pour le développement et la promotion d une pédagogie active dans l approche du patrimoine

Plus en détail

La propagande pendant la 1 ère guerre mondiale à travers la carte postale

La propagande pendant la 1 ère guerre mondiale à travers la carte postale La propagande pendant la 1 ère guerre mondiale à travers la carte postale Niveaux Nombre d élèves Collège 4 e et 3 e Classe entière 1) Objectifs : - Expliquer pourquoi, comment et dans quel contexte la

Plus en détail

Politique de développement et de gestion des ressources humaines

Politique de développement et de gestion des ressources humaines RÈGLEMENT N 3 Politique de développement et de gestion des ressources humaines Adopté par le Conseil d administration Le 26 mars 1996 - Résolution n o 1931 Table des matières I. Préambule... 3 II. Objectifs

Plus en détail

Ville de Fleurance. 62, rue Gambetta - FLEURANCE. Renseignements :

Ville de Fleurance. 62, rue Gambetta - FLEURANCE. Renseignements : 62, rue Gambetta - FLEURANCE Renseignements : Ville de Fleurance Service Culturel - 100, rue Pasteur 32500 FLEURANCE 05 62 06 18 96 - bibliotheque3@villefleurance.fr Mot de Raymond VALL senateur-maire

Plus en détail

PLAN DE LA RÉUSSITE 2013-2017. Un milieu de vie, une réussite

PLAN DE LA RÉUSSITE 2013-2017. Un milieu de vie, une réussite PLAN DE LA RÉUSSITE 2013-2017 Un milieu de vie, une réussite LE CÉGEP ET LA RÉUSSITE Tributaire d une longue histoire éducative, le Cégep 1, depuis sa création, se distingue par la qualité de sa formation

Plus en détail

PROJET DE POLITIQUE DU PATRIMOINE

PROJET DE POLITIQUE DU PATRIMOINE PROJET DE POLITIQUE DU PATRIMOINE Plan de la présentation Élaboration du projet de politique Objet de la Politique Fondements de la Politique Définition de patrimoine Axes d intervention 1 Élaboration

Plus en détail

REPERES PASTORAUX POUR LES ECOLES PRIMAIRES

REPERES PASTORAUX POUR LES ECOLES PRIMAIRES REPERES PASTORAUX POUR LES ECOLES PRIMAIRES «J attends des chefs d établissements qu ils participent à l exercice de ma charge de pasteur en assurant une présentation de la foi chrétienne à tous les élèves,

Plus en détail

Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt

Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt 13 CHAPITRE 2 Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt Pendant les premières années de leur vie, tous les enfants, y compris les enfants malentendants, apprennent rapidement et facilement les

Plus en détail

Le Petit Musée Fiche pédagogique - à découvrir en classe ou à la maison

Le Petit Musée Fiche pédagogique - à découvrir en classe ou à la maison Le Petit Musée Fiche pédagogique - à découvrir en classe ou à la maison Nom : Prénom : Classe : Naissance du collage Pablo Picasso, Nature morte à la chaise cannée, 1912 Max Ernst, Le Rossignol chinois,

Plus en détail

MODULE 5 5 ASTUCES _

MODULE 5 5 ASTUCES _ MODULE 5 5 ASTUCES Préambule Ce document reprend un ensemble d astuces que j ai développé au cours de ma pratique photographique. Ces astuces concernent de nombreux aspects allant de la gestion de la lumière

Plus en détail

Le Culte moderne des monuments

Le Culte moderne des monuments Le Culte moderne des monuments aloïs riegl La Culte moderne des monuments sa nature et ses origines Traduit de l allemand par mat thieu dumont & arthur lochmann Éditions allia 16, rue charlemagne, paris

Plus en détail

LES 4 OPERATIONS PLASTIQUES 1

LES 4 OPERATIONS PLASTIQUES 1 LES 4 OPERATIONS PLASTIQUES 1 ISOLER REPRODUIRE TRANSFORMER ASSOCIER - priver de contexte : copier - modifier, dissocier, - rapprocher, juxtaposer, Supprimer doubler fragmenter, effacer, ajouter, superposer,

Plus en détail

s investir pour la relève

s investir pour la relève s investir pour la relève campagne majeure de financement 2009-2013 objectif : 2 000 000 $ S investir pour la relève Mot de la présidente de campagne En Estrie, les étudiants ont la chance de recevoir

Plus en détail

Les Français et le développement durable

Les Français et le développement durable Les Français et le développement durable Baromètre Louis-Harris Club RmD2 CLUB R m D 2 Luc BALLEROY DGA 01 55 33 20 54 luc.balleroy@lharris.fr NOTE TECHNIQUE Étude réalisée par l Institut Louis-Harris

Plus en détail

Académie de Créteil. Projet présenté autour de l album «Trois souris peintres» d Ellen Stoll Walsh

Académie de Créteil. Projet présenté autour de l album «Trois souris peintres» d Ellen Stoll Walsh Projet académique 2013-2014 «Des boîtes à histoires» Comment créer un outil au service de la mise en mémoire et de la compréhension des textes littéraires Académie de Créteil Projet présenté autour de

Plus en détail

DU 4 au 25 juin 2016

DU 4 au 25 juin 2016 Exposition des élèves de l Atelier de Formation aux Arts Plastiques de la Ville de Colmar DU 4 au 25 juin 2016 Espace d Art Contemporain André Malraux 4 rue Rapp - 68000 COLMAR Renseignements : 03 89 24

Plus en détail

Petite enfance et éveil musical

Petite enfance et éveil musical Petite enfance et éveil musical Objectifs : Donner aux professionnels de la petite enfance les moyens de mettre en place un éveil sonore et musical pour le tout petit dans leurs structures d accueil. MOYENS

Plus en détail

LES ATELIERS PEDAGOGIQUES EN 2014/2015 AU MUSEAL-SITE ANTIQUE D ALBA-LA-ROMAINE

LES ATELIERS PEDAGOGIQUES EN 2014/2015 AU MUSEAL-SITE ANTIQUE D ALBA-LA-ROMAINE LES ATELIERS PEDAGOGIQUES EN 2014/2015 AU MUSEAL-SITE ANTIQUE D ALBA-LA-ROMAINE Le MuséAl a ouvert ses portes au début du mois d Octobre 2013. Il permet d accueillir les élèves dans un cadre contemporain

Plus en détail

L histoire des arts à l école

L histoire des arts à l école Renseignements et réservations Les réservations sont à effectuer à la maison du patrimoine au moins quinze jours à l avance : 02 98 95 52 48. Tarif : 50e / classe Les projets sont élaborés avec les médiateurs

Plus en détail

Une carte postale coloriée à la main de la première école publique de Cobalt, circa 1906

Une carte postale coloriée à la main de la première école publique de Cobalt, circa 1906 1 re leçon : Reproduire une carte postale coloriée à la main Une carte postale coloriée à la main de la première école publique de Cobalt, circa 1906 Matière Une occasion d apprentissage pluridisciplinaire

Plus en détail

Les Petits Débrouillards présentent

Les Petits Débrouillards présentent Les Petits Débrouillards présentent Un programme éducatif pour développer et accompagner la pratique d activités scientifiques et techniques sur les territoires. Soutenu par les investissements d avenir

Plus en détail

aurélie gravelat sélection de travaux 2009-2014

aurélie gravelat sélection de travaux 2009-2014 aurélie gravelat sélection de travaux 2009-2014 dessiner Mes dessins ne montrent presque rien. Je cherche à éliminer les tracés, à ne réduire le sujet, ou le dessin, qu à un essentiel. Une, quelques lignes,

Plus en détail

ASSOCIATION L ETAPE PROJET ASSOCIATIF 2013 2018

ASSOCIATION L ETAPE PROJET ASSOCIATIF 2013 2018 ASSOCIATION L ETAPE PROJET ASSOCIATIF 2013 2018 PREAMBULE Le projet associatif constitue avec les statuts, les fondements de toute association. Il est l expression collective des personnes qui décident

Plus en détail

Plan d accès. 2 - Les Archives Municipales de la Ville d Hyères

Plan d accès. 2 - Les Archives Municipales de la Ville d Hyères Plan d accès 2 - Les Archives Municipales de la Ville d Hyères Archives : Le terme s emploie toujours au pluriel pour désigner un ensemble de documents, produits ou reçus par toute personne physique ou

Plus en détail

Carnet de jeux. musée des beaux-arts de Liège

Carnet de jeux. musée des beaux-arts de Liège Carnet de jeux musée des beaux-arts de Liège Luis Enrique Salazar est né en 9 à San Sebastian (Pays Basque Espagne). L enfance de l artiste est marquée par l atmosphère tendue qui règne dans l Espagne

Plus en détail

Le directeur général et la greffière sont présents.

Le directeur général et la greffière sont présents. PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE BOISBRIAND Séance spéciale du 16 septembre 2005 Séance spéciale du conseil de la Ville de Boisbriand tenue le 16 septembre 2005 à 8 h 30 dans la salle des délibérations du conseil

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

PREALABLES AU PROJET (enfants) Acquisitions antérieures Situations, notions, comportements, culture Activités du projet

PREALABLES AU PROJET (enfants) Acquisitions antérieures Situations, notions, comportements, culture Activités du projet PROJET PEDAGOGIQUE (enseignant) PREALABLES AU PROJET (enfants) Acquisitions antérieures Situations, notions, comportements, culture Activités du projet OBSERVATIONS PROJET PEDAGOGIQUE ACTIVITES DU PROJET

Plus en détail

Technique de la peinture

Technique de la peinture Supports pédagogiques: Fiches de travail n 1, 2 et 4 (lycée), fiche de travail n 3 (école primaire et collège). ENSEIGNANT E : Michel Haider (retable de Hohenlandenberg), Triptyque de la Crucifixion, panneau

Plus en détail

DISCOURS DE SON EXCELLENCE MONSIEUR BEDOUMA ALAIN YODA MINISTRE D ETAT, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES ET DE LA COOPERATION REGIONALE, A LA

DISCOURS DE SON EXCELLENCE MONSIEUR BEDOUMA ALAIN YODA MINISTRE D ETAT, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES ET DE LA COOPERATION REGIONALE, A LA DISCOURS DE SON EXCELLENCE MONSIEUR BEDOUMA ALAIN YODA MINISTRE D ETAT, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES ET DE LA COOPERATION REGIONALE, A LA CEREMONIE D OUVERTURE DES TRAVAUX DE LA SIXIEME SESSION DE

Plus en détail

L approche Bases de données

L approche Bases de données L approche Bases de données Cours: BD. Avancées Année: 2005/2006 Par: Dr B. Belattar (Univ. Batna Algérie) I- : Mise à niveau 1 Cours: BDD. Année: 2013/2014 Ens. S. MEDILEH (Univ. El-Oued) L approche Base

Plus en détail

Forces et mouvement. Suite: la dynamique

Forces et mouvement. Suite: la dynamique Les forces Forces et mouvement Tout ce qui se passe dans l Univers est provoqué par des forces. Une force est une poussée ou une traction qui provoque le déplacement ou la rotation des objets. Il faut

Plus en détail

CYCLE DES APPROFONDISSEMENTS CE2, CM1, CM2 Compétences attendues à la fin du CM2

CYCLE DES APPROFONDISSEMENTS CE2, CM1, CM2 Compétences attendues à la fin du CM2 CYCLE DES APPROFONDISSEMENTS CE2, CM1, CM2 Compétences attendues à la fin du CM2 FRANÇAIS 1- Langage oral 2- Lecture, écriture (lecture, littérature, rédaction) 3 - Étude de la langue française (vocabulaire,

Plus en détail

Quadrilatère St-Laurent

Quadrilatère St-Laurent Quadrilatère St-Laurent Mémoire présenté à l attention de l Office de consultation publique de Montréal Par Alain Vranderick Juin 2009 Introduction Étant résidant de la grande région métropolitaine de

Plus en détail

Module 4 Tablettes et lieux de culture, musées, bibliothèques, universités

Module 4 Tablettes et lieux de culture, musées, bibliothèques, universités Module 4 Tablettes et lieux de culture, musées, bibliothèques, universités Titre de l atelier : Ecrire devant une œuvre d art avec la tablette Rappel de sa problématique : A la rencontre d une architecture

Plus en détail

Faites un don. Participez à l histoire du Louvre

Faites un don. Participez à l histoire du Louvre Faites un don Participez à l histoire du Louvre Salle des Caryatides,département des Antiquités grecques, étrusques et romaines musée du Louvre / Olivier Berrand Ancien palais des rois, le Louvre accompagne

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT Décembre 2014 CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT 1. CRÉATION Le Conseil d administration de la Banque du Canada (le «Conseil») est constitué en vertu de l article 5 de la Loi sur la Banque du Canada (la «Loi»).

Plus en détail

LA RÉGION ACCOMPAGNE LES JEUNES POUR UNE MOBILITÉ RÉUSSIE

LA RÉGION ACCOMPAGNE LES JEUNES POUR UNE MOBILITÉ RÉUSSIE LA RÉGION RÉUNION S ENGAGE POUR LA RÉUSSITE DES JEUNES LA RÉGION ACCOMPAGNE LES JEUNES POUR UNE MOBILITÉ RÉUSSIE Garante de l ouverture d esprit de nos jeunes, la mobilité représente l un des axes forts

Plus en détail

Nous sommes des reflets du Canada Notre peuple, nos lieux et nos paysages

Nous sommes des reflets du Canada Notre peuple, nos lieux et nos paysages Nous sommes des reflets du Canada Notre peuple, nos lieux et nos paysages Développé par Durée suggérée Niveau(x) scolaire(s) suggéré(s) Matières scolaires Elizabeth MacPherson Quatre leçons de 50 minutes

Plus en détail

LES 7 SECRETS DE SORCIERS

LES 7 SECRETS DE SORCIERS Auteur : Michel MAGIE & SORCIERS LES 7 SECRETS DE SORCIERS www.magie-sorciers.com et www.devenir-sorciers.fr Michel Préface Lorsque l on pratique la magie, ou encore plus lorsque l on désire pratiquer

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

Bruno Gavard et Bernard Hébert «Are you experiencing»

Bruno Gavard et Bernard Hébert «Are you experiencing» Bruno Gavard et Bernard Hébert «Are you experiencing» Exposition présentée tous les jours de 10h à 12h et de 13h45 à 18h30 Du 4 au 30 avril 2015 Maison du patrimoine Atelier Perret au Havre Bruno Gavard

Plus en détail

Le web dans la formation des enseignants

Le web dans la formation des enseignants Fatiha Mamache amamache@ushb.dz USTHB Avril 2013 Plan Introduction Pourquoi parle-t-on de formation des enseignants du supérieur? Comment accueillir et encadrer les enseignants débutants? L université

Plus en détail