NOTE DE PRESENTATION DU PROJET DE LOI PORTANT CREATION DE L AUTORITE DE CONTROLE DES ASSURANCES ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "NOTE DE PRESENTATION DU PROJET DE LOI PORTANT CREATION DE L AUTORITE DE CONTROLE DES ASSURANCES ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE"

Transcription

1 Royaume du Maroc DIRECTION DES A DIRECTION DES ASSURANCES ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE NOTE DE PRESENTATION DU PROJET DE LOI PORTANT CREATION DE L AUTORITE DE CONTROLE DES ASSURANCES ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le secteur des assurances a enregistré, à compter de la fin des années quatre vingt dix, plusieurs avancées résultant de l application d un programme de mise à niveau dont l une des principales mesures était la liquidation de cinq sociétés d assurances en 1995 et la mise en œuvre d un certain nombre d actions visant à organiser ce secteur et à améliorer ses performances. Ces évolutions ont porté notamment sur : - la refonte du cadre juridique en vue de son adaptation aux développements et aux nouvelles exigences de l industrie d assurance à l échelle national et international. Cette refonte a permis par ailleurs d arabiser et de regrouper l ensemble des textes concernant ce secteur sous forme d un code des assurances promulgué en 2002 ; - la libéralisation progressive des tarifs d assurances achevée en 2006 par la libéralisation du tarif de la responsabilité civile automobile ; - l harmonisation de certaines dispositions des textes réglementant l industrie des assurances avec les normes internationales à travers notamment, l introduction des règles prudentielles relatives à la solvabilité, la gouvernance, le contrôle et la gestion efficace des risques ; - le renforcement du réseau de distribution des produits d assurances par la réouverture du courtage après vingt années de gel et l institution de la 1

2 bancassurance. De plus, les associations de micro crédit ont été autorisées à commercialiser des produits d assurances répondant aux besoins des personnes à faible revenu ; - les opérations de regroupement et de fusion entre certaines entreprises d assurances ce qui a permis de renforcer et d améliorer l assise financière de ces entreprises pour faire face aux évolutions accélérées que connaît ce secteur et aux exigences de l ouverture de ce marché à l extérieur et en particulier aux pays ayant conclu ou sur le point de conclure des accords de libre échange avec notre pays. Par ailleurs, les indicateurs de l évolution du marché des assurances montrent des progrès notables et continus lui permettant d occuper actuellement une position centrale dans le secteur financier national. Ainsi, les primes émises par les entreprises d assurances et de réassurance ont enregistré une augmentation de 139% entre 1997 et 2008 passant de 8,3 milliards à 19,7 milliards de dirhams. D autre part, et durant la même période, les provisions techniques ont progressé de 161% passant de 32,3 milliards à 84,2 milliards de dirhams et les fonds propres se sont accrus de 413% passant de 4,4 milliards à 22,7 milliards de dirhams. Eu égard au progrès et performances que connaît actuellement ce secteur et dans le cadre de la poursuite de la modernisation de son encadrement et en vue d une plus grande convergence avec les normes et standards internationaux en matière de supervision, il est devenu impératif de rendre autonome l administration chargée du contrôle de ce secteur. La création d une autorité de contrôle autonome permettra à l ensemble du secteur financier marocain d être soumis à des autorités de contrôle indépendantes (Bank Al-Maghrib et l autorité des marchés de capitaux), garantissant ainsi un contrôle plus efficace et une meilleure coordination dans la supervision du secteur financier considéré comme vital pour l économie nationale. Ainsi, il est proposé la création d une autorité autonome chargée du contrôle du secteur des assurances actuellement dévolu à la direction des assurances et de la prévoyance sociale. 2

3 Il est, en outre, proposé de charger cette autorité du suivi et du contrôle des régimes de retraite et des organismes de prévoyance sociale confiés actuellement à cette direction, appelée à disparaître de l organigramme du ministère de l économie et des finances. Le projet de loi instituant l autorité de contrôle des assurances et de la prévoyance sociale comporte 148 articles répartis sur six titres portant sur les éléments suivants : - le premier titre qui comporte les dispositions relatives à la création de l autorité de contrôle des assurances et de la prévoyance sociale, fixe son statut, ses missions, son champ d intervention et les modalités de son organisation et de son fonctionnement (52 articles) ; - le deuxième titre qui comporte les dispositions concernant la création d un nouveau cadre pour l exercice et la gestion des opérations de retraite autres que celles régies actuellement par un texte de loi (81 articles); - le troisième, le quatrième et le cinquième titres sont consacrés à l harmonisation des dispositions de la loi n portant code des assurances (7 articles), de la loi n portant code de la couverture médicale de base (un seul article) et du dahir portant loi n relatif à l assurance à l exportation (deux articles), avec les impératifs de l autonomie de l autorité de contrôle proposée. Le sixième titre traite de certaines dispositions transitoires (5 articles). I- TITRE PREMIER : L AUTORITE DE CONTROLE DES ASSURANCES ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Ce titre est réservé aux dispositions relatives à la création de l autorité de contrôle des assurances et de la prévoyance sociale. Il comprend 9 chapitres qui traitent des éléments ci-après : 1) statut et missions de l autorité (articles 1 à 9) : ce chapitre crée l autorité de contrôle des assurances et de la prévoyance sociale sous forme de personne morale publique dotée de l autonomie financière, à l instar de la forme juridique adoptée pour Bank Al-Maghrib. 3

4 Cette autorité est chargée d exercer le contrôle sur les opérations d assurances, de retraite et de prévoyance sociale. De plus, pour lui permettre de mettre en place les règles du contrôle nécessaires pour l accomplissement de ses missions, le projet permet à l autorité de prendre des circulaires en application des dispositions légales et réglementaires. Ces circulaires sont homologuées par arrêtés du ministre chargé des finances et publiées au Bulletin officiel. 2) l étendue du contrôle de l autorité (articles 10 à 13): le contrôle de l autorité s exerce, selon les textes législatifs et réglementaires en vigueur, sur les entités intervenant dans les secteurs des assurances, de retraite et de la prévoyance sociale. 3) organisation et fonctionnement de l autorité (articles 14 à 25): ce chapitre définit les trois organes de l autorité, à savoir le conseil, le président et la commission de discipline : - le conseil se compose en plus du président de l autorité, du vice-gouverneur ou le directeur général de Bank Al-Maghrib, du directeur du Trésor et des finances extérieures et du directeur général du Conseil déontologique des valeurs mobilières, de trois membres indépendants nommés par décret et choisis pour leur compétence dans les domaines d'assurance et de la prévoyance sociale. Le conseil administre l autorité et il est chargé notamment d approuver son budget et d arrêter ses comptes, son organigramme et le statut du personnel ; - le président est nommé dans les conditions prévues par l article 30 de la Constitution et prête serment entre les mains de Sa Majesté le Roi. Il dirige l autorité et préside son conseil et il est chargé notamment d organiser ses services, de prendre les circulaires nécessaires à l exercice de ses missions et toutes les décisions de sanctions résultant du contrôle et de représenter l autorité à l égard des tiers ; - la commission de discipline se compose de deux membres choisis parmi les membres indépendants du conseil, d un autre membre indépendant choisi pour sa compétence dans les domaines relevant du champ d intervention de l autorité et un membre représentant chaque secteur soumis au contrôle de l autorité. Ce dernier membre ne prend part aux réunions de cette commission que lorsque l objet de la consultation concerne une entité pratiquant une opération relevant 4

5 de ce secteur. Cette commission est chargée de donner un avis sur les sanctions à prendre par l autorité en application des dispositions législatives et réglementaires et sur les plans de financement, de rétablissement ou de redressement présentés par les entreprises d assurances et de réassurance et les organismes de retraite de droit privé. 4) la commission de régulation (articles 26 à 28) : en plus des organes de cette autorité, le projet prévoit une commission de régulation chargée de donner au président de l autorité un avis consultatif sur les projets de textes législatifs ou réglementaires en relation avec son champ d intervention ainsi que sur les projets de circulaires émis par l autorité. Elle reprend l essentiel des attributions actuelles du comité consultatif des assurances qui est supprimé et elle est composée en majorité des représentants des trois secteurs soumis au contrôle de l autorité en plus de deux membres représentant cette autorité. 5) les dispositions financières et comptables (articles 29 à 34) : le projet prévoit que les ressources de l autorité sont constituées essentiellement d une contribution des entreprises d assurances et que ses dépenses comprennent les dépenses de fonctionnement et d investissement. Le conseil de l autorité fixe le taux de contribution des entreprises d assurances sous forme d un pourcentage des primes émises et ce, en tenant compte des dépenses nécessaires au fonctionnement de l autorité sans pour autant recourir au budget de l Etat. Par ailleurs, le projet prévoit que la comptabilité de l autorité est tenue conformément aux dispositions de la loi n 9-88 relative aux obligations comptables des commerçants. 6) le contrôle de l autorité (articles 35 à 38): ce projet soumet l autorité au contrôle d un commissaire du gouvernement et au contrôle de la cour des comptes. Ses comptes sont également soumis à un audit annuel réalisé sous la responsabilité d un commissaire aux comptes désigné par le conseil à cet effet, en plus de l obligation, pour l autorité, de se doter d une structure d audit interne chargée de contrôler le respect, par ses différents services, des normes et procédures s appliquant à leurs activités. 5

6 7) le personnel de l autorité (articles 39 à 44): afin d assurer la continuité du contrôle des secteurs concernés, le projet prévoit que les fonctionnaires de la direction des assurances et de la prévoyance sociale sont détachés d'office pour une période de deux ans auprès de l autorité à compter de la date d entrée en vigueur de la loi, tout en leur accordant le droit d intégrer l autorité conformément à son statut du personnel. 8) déclaration du patrimoine, incompatibilité et secret professionnel (articles 45 à 49) : le projet soumet le président de l autorité, les membres indépendants du conseil et de la commission de discipline et les membres du personnel à la déclaration de patrimoine prévue par la loi n instituant une déclaration obligatoire de patrimoine de certains élus des conseils locaux et des chambres professionnelles ainsi que de certaines catégories de fonctionnaires ou agents publics. Ce chapitre prévoit également les cas d incompatibilité pouvant exister entre les fonctions de ces personnes et l exercice d autres fonctions ainsi que les mesures à prendre en cas de détention par ces mêmes personnes d un intérêt direct ou indirect dans les entités soumises au contrôle de l autorité. De plus, le projet soumet ces personnes au secret professionnel aussi bien pour les informations relatives à l autorité que celles afférentes aux entités soumises à son contrôle. 9) dispositions diverses (articles 50 à 52) : ce chapitre porte sur la participation de l autorité dans la commission de coordination des organes de supervision du secteur financier instituée par la loi n relative aux établissements de crédit et organismes assimilés, les moyens appropriés pour la publication des sanctions prononcées à l encontre des entités soumises à son contrôle ainsi que sur les instances devant lesquelles seront portés les recours contre les décisions de cette autorité. 6

7 TITRE II : CONTROLE DES OPERATIONS DE RETRAITE FONCTIONNANT PAR REPARTITION OU PAR REPARTITION ET CAPITALISATION (articles 53 à 133) Les dispositions de ce titre prévoient la mise en place d un nouveau cadre juridique pour l exercice et la gestion des opérations de retraite fonctionnant par répartition ou par répartition et capitalisation par des organismes du secteur privé et ce, dans le but d élargir la base des bénéficiaires pour couvrir soit les personnes qui ne disposent pas actuellement d une couverture retraite ou celles qui désirent constituer une retraite complémentaire à celle offerte par les régimes de retraite de base existants. Ce nouveau cadre prévoit également de soumettre au contrôle les organismes qui exercent actuellement les opérations précitées tel que l association de gestion de la caisse interprofessionnelle marocaine de retraite (CIMR) qui a été exclue du champ d application des dispositions de la loi n portant code des assurances ainsi que les organismes qui seront autorisés à cet effet dans le futur. Ce titre comporte deux chapitres : 1) le premier chapitre (articles 54 à 62) porte sur la définition des opérations de retraite fonctionnant par répartition ou par répartition et capitalisation et sur l obligation des organismes chargés de leur gestion d établir un règlement général de retraite qui doit préciser les conditions et modalités de l adhésion, de l acquisition des droits, du bénéfice des prestations et de calcul des cotisations. En plus, ce chapitre prévoit un ensemble de dispositions régissant notamment la liquidation des droits acquis que ce soit au profit de l affilié lui-même ou au profit de ses conjoints et enfants en cas de son décès et la prescription des droits; 2) le deuxième chapitre porte sur les conditions d exercice des opérations de retraite précitées et notamment celles se rapportant à l approbation préalable, par l autorité, des statuts des organismes de retraite qui envisagent de pratiquer ces opérations (articles 63 à 65). Il porte également sur la forme de ces organismes, les garanties financières dont ces organismes doivent disposer, la tenue de leur comptabilité et sur les règles de leur contrôle et de leur liquidation (articles 66 à 132). Ainsi, l organisme doit être constitué sous forme de société mutuelle de retraite à but non lucratif. Elle assure, moyennant le versement de cotisations, le service de pensions 7

8 de retraite au profit de ses affiliés, ne répartit pas les excédents de recettes, n attribue aucune rémunération aux membres de son conseil de surveillance et ne fait appel à aucun intermédiaire pour les opérations d'adhésion ou d'affiliation. La société mutuelle de retraite doit justifier d'un nombre minimum d'affiliés de cinquante mille personnes mais sans, toutefois, avoir l obligation de disposer d un capital. Le nombre minimum d affilés est exigé eu égard à la particularité de ce type d opérations dont l équilibre dépend principalement de la garantie d une base très large d affiliés cotisants. Concernant les dispositions régissant les règles de constitution, de gestion et d administration des sociétés mutuelles de retraite, elles ont été rédigées en procédant à l adaptation des dispositions de la loi sur la société anonyme pour qu elles répondent aux particularités des activités de ces sociétés mutuelles. Quant au contrôle de l autorité sur les organismes de retraite, il s exerce sur les pièces et sur place. Pour ce qui est des règles prudentielles applicables à un organisme de retraite, elles portent notamment sur l obligation de cet organisme à produire annuellement un bilan actuariel et de réaliser, périodiquement, un audit actuariel de sa situation. Il doit également, à toute époque, inscrire à son passif et représenter à son actif des provisions techniques. Le montant de ces provisions techniques ne peut être inférieur ni à 12% du montant de la provision mathématique ni à cinq fois le montant des prestations servies au cours de l'exercice écoulé. Le projet de loi stipule que l organisme de retraite qui ne satisfait pas ces conditions est tenu de présenter à l'autorité, selon l ampleur des déséquilibres constatés, un plan de rétablissement ou un plan de redressement. Le projet de loi prévoit également des sanctions disciplinaires et pénales en cas du non respect des dispositions de ce titre. De même, il offre à l autorité la possibilité de recourir au retrait d approbation des statuts d un organisme de retraite si cet organisme ne fonctionne pas conformément à ses statuts ou s il ne respecte pas la législation ou la réglementation en vigueur ou s il ne remplit pas les garanties financières prévues par le présent titre. Dans ce cas, l organisme concerné est soumis à la procédure de la liquidation judiciaire. 8

9 III- TITRE TROIS : CODE DES ASSURANCES (articles 134 à 140) : Ce titre est réservé aux dispositions relatives aux amendements de la loi n portant code des assurances en vue de leur mise en conformité avec la situation d autonomie de l autorité de contrôle proposée ainsi qu à l ajout de certaines dispositions nécessaires pour plus de précision et de clarté. S agissant de la mise en conformité, elle concerne les points suivants : 1) habiliter l autorité de contrôle à exercer les pouvoirs et attributions de l administration en ce qui concerne le contrôle des entreprises d assurances à l exception de l octroi d agrément. Cet agrément va continuer à être octroyé par l administration représentée par le ministre chargé des finances après avis de l autorité sans consulter le secteur. 2) la suppression du comité consultatif des assurances et son remplacement par un nouveau cadre de consultation comme suit : a- la commission de régulation chargée de donner un avis consultatif sur les projets de textes législatifs ou réglementaires rentrant dans le champ d intervention de l autorité dont le secteur des assurances, ainsi que sur les projets de circulaires à prendre par cette autorité (articles 26 à 28) ; b- la commission de discipline chargée de donner un avis consultatif sur les sanctions à prendre par l autorité en application des dispositions législatives et réglementaires et sur les programmes de financement et les plans de redressement présentés par les entreprises d assurances et de réassurance (articles 21 à 24) ; c- les associations professionnelles des entreprises et des intermédiaires d assurances à propos desquelles le projet de loi prévoit qu elles peuvent être consultées par le ministre chargé des finances ou par l'autorité sur toute question intéressant la profession. De même, ces associations peuvent leur soumettre des propositions dans ce domaine. Par ailleurs, et en vue de renforcer leur rôle, ces associations seront dotées de l exclusivité de représenter les acteurs de ce secteur qui ont désormais 9

10 l obligation d y adhérer et ce, à l instar de ce qui est actuellement prévu pour le «Groupement professionnel des banques du Maroc». Par ailleurs, dans le but de clarifier certaines dispositions du code des assurances, le projet prévoit ce qui suit : 1) l extension du contrôle de l autorité aux souscripteurs de contrats d assurances groupe en vue de veiller au respect par ces derniers des dispositions dudit code et des clauses contractuelles et ce, en raison du rôle grandissant qu ils sont appelés à jouer dans le bon fonctionnement desdits contrats ; 2) l extension de la spécialisation des entreprises d assurances et de réassurance au crédit-caution. En effet, ces opérations revêtent un caractère spécifique notamment en ce qui concerne leur fonctionnement et leur gestion qui nécessitent des structures spécifiques pour l évaluation des risques et le recouvrement des créances. En outre, la pratique internationale montre que, malgré l absence de dispositions législatives ou réglementaires les préconisant, ces opérations sont toujours pratiquées par des entreprises spécialisées ; 3) l extension de l objet du contrôle qui porte actuellement sur la préservation des droits des assurés, souscripteurs et bénéficiaires de contrats et ce, pour couvrir le contrôle des opérations de réassurance qui vise la protection des entreprises qui cèdent une partie ou la totalité de leur portefeuille. IV- TITRE QUATRE : CODE DE COUVERTURE MEDICALE DE BASE : Ce titre a pour objet d adapter les dispositions de la loi n portant code de couverture médicale de base à la situation d autonomie de l autorité de contrôle proposée en prévoyant le transfert, à cette autorité, des missions exercées actuellement par le ministre chargé des finances en ce qui concerne le contrôle technique des organismes gestionnaires de l assurance maladie obligatoire (article 141). V- TITRE V : ASSURANCE A L EXPORTATION (articles 142 et 143) : Ce titre se rapporte à l amendement de certaines dispositions du dahir relatif à l assurance à l exportation et ce, dans le but de transférer, à l autorité de contrôle 10

11 proposée, les pouvoirs dévolus au ministre chargé des finances en matière de contrôle de la société marocaine d assurance à l exportation (SMAEX) désignée actuellement pour assurer la gestion de l assurance à l exportation pour le compte de l Etat. Ces amendements visent également de mettre les opérations d assurance crédit pratiquées par la SMAEX, à l exception des opérations exercées par l Etat ou gérées pour son compte, dans leur cadre normal et ce, à l instar de ce qui est en vigueur pour les autres entreprises d assurances et de réassurance. Par ailleurs, le projet prévoit de charger l autorité de s assurer, pour le compte de l Etat, du respect par la SMAEX des dispositions relatives à l assurance à l exportation quand elle agit pour le compte de l Etat. VI- TITRE VI : DISPOSITIONS TRANSITOIRES Ce titre concerne les dispositions transitoires se rapportant à ce qui suit : - le transfert en plein propriété à l autorité, des archives, des licences et brevets ainsi que des biens meubles et immeubles du domaine privé de l'etat, nécessaires au fonctionnement de l'autorité, ainsi que la prise en charge par le budget du ministère chargé des finances de l ensemble des dépenses nécessaires au fonctionnement de ladite autorité jusqu à l expiration du sixième (6) mois suivant la date de l adoption de son premier budget et ce, pour garantir la continuité du service public (articles 144 et 145); - l octroi d un délai de vingt-quatre (24) mois, à compter de la date d entrée en vigueur de cette loi, aux organismes de retraite pratiquant ou gérant les opérations de retraite fonctionnant par répartition ou par répartition et capitalisation ainsi qu à la société marocaine d assurance à l exportation (SMAEX) pour se conformer aux dispositions de ce projet (articles 146 et 147); - la fixation de la date d entrée en vigueur de cette loi et le maintien en vigueur des textes d application du code des assurances et du code de la couverture médicale de base jusqu à leur remplacement par des circulaires de la nouvelle autorité (article 148). 11

12 Projet de loi n... portant création de l autorité de contrôle des assurances et de la prévoyance sociale, instituant le contrôle sur les opérations de retraite fonctionnant par répartition ou par répartition et capitalisation et modifiant et complétant la loi n portant code des assurances, la loi n portant code de la couverture médicale de base et le dahir portant loi n du 30 rebia I 1394 (23 avril 1974) relatif à l assurance à l exportation. TITRE PREMIER L AUTORITE DE CONTROLE DES ASSURANCES ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Article premier CHAPITRE PREMIER STATUT ET MISSIONS DE L AUTORITE Il est institué une autorité dénommée «autorité de contrôle des assurances et de la prévoyance sociale», ci-après désignée l Autorité, personne morale publique dotée de l autonomie financière. Son objet, ses fonctions, ainsi que les modalités de son administration, de sa direction et de son contrôle sont arrêtés par la présente loi ainsi que par les textes pris pour son application. Article 2 L Autorité exerce le contrôle sur les personnes de droit public ou de droit privé, à l'exception de l'etat, qui pratiquent ou gèrent : 1 les opérations d assurances ou de réassurance ; 2 la présentation des opérations d assurances ; 3 les opérations de retraite ; 4 les rentes provisionnées. Sont soumises au contrôle de l Autorité les sociétés mutualistes régies par les dispositions du dahir n du 24 joumada II 1383 (12 novembre 1963) portant statut de la mutualité, à l exception des sociétés mutualistes visées à l article 32 dudit dahir. Sont également soumis à ce contrôle les organismes de gestion de l assurance maladie obligatoire de base régie par les dispositions de la loi n portant code de la couverture médicale de base, promulguée par le dahir n du 25 rejeb 1423 (3 octobre 2002). L'Autorité peut soumettre à son contrôle toute personne qui agit en tant que souscripteur à un contrat d'assurance de groupe. V 2 08/07/2009 1

13 Article 3 L Autorité peut proposer au gouvernement ou élaborer à sa demande des projets de textes législatifs et réglementaires en relation avec son champ d intervention. Elle donne également un avis consultatif sur tout projet de texte législatif ou réglementaire concernant son champ d intervention. L Autorité prend des circulaires en application de la présente loi et des dispositions légales et réglementaires en vigueur. Ces circulaires sont homologuées par arrêtés du ministre chargé des finances et publiées au Bulletin officiel. Article 4 L Autorité peut représenter le gouvernement en matière de coopération bilatérale, multilatérale et régionale dans les domaines relevant de son champ d intervention. Article 5 L Autorité est habilitée à conclure, avec les instances chargées, dans des Etats étrangers, d une mission similaire à celle qui lui est confiée par la présente loi, des conventions bilatérales ayant pour objet la définition des conditions dans lesquelles chacune des parties peut transmettre et recevoir les informations utiles à l exercice de sa mission. La conclusion des conventions susvisées ne peut intervenir qu après accord du ministre chargé des finances. Article 6 L Autorité œuvre au développement des activités relevant de son champ d intervention et au respect des bonnes pratiques pour leur conduite. Article 7 L Autorité dispose, à l égard des entités soumises à son contrôle, du pouvoir d instruire toute réclamation relative aux opérations visées à l article 2 ci-dessus. Article 8 L'Autorité s'assure du respect des dispositions de la loi n relative à la lutte contre le blanchiment de capitaux promulguée par le dahir n du 28 rabii I 1428 (17 avril 2007) par les entités visées à l article 2 ci-dessus et assujetties auxdites dispositions. Article 9 L Autorité établit un rapport annuel sur ses activités et le présente au Premier ministre. Ce rapport est publié au Bulletin officiel. V 2 08/07/2009 2

14 L Autorité communique au ministre chargé des finances, à sa demande, des données statistiques et financières se rapportant aux entités soumises à son contrôle. L Autorité élabore et publie annuellement un rapport sur les secteurs des assurances et de la prévoyance sociale. CHAPITRE II ETENDUE DU CONTROLE DE L AUTORITE Article 10 Le contrôle de l Autorité est exercé selon les textes législatifs et réglementaires en vigueur. Pour les opérations de retraite régies par un texte de loi, le contrôle de l Autorité est exercé selon les dispositions législatives et réglementaires qui leur sont applicables. Le contrôle de l Autorité sur les opérations de retraite fonctionnant par répartition ou par répartition et capitalisation, pratiquées ou gérées par des entités de droit privé autres que celles visées à l alinéa précédent, est exercé conformément aux dispositions de la présente loi. Article 11 Pour les opérations de retraite visées au 2 e alinéa de l article 10 ci-dessus, le contrôle de l Autorité s exerce sur pièces et sur place dans le but de s assurer de leur équilibre financier et actuariel. Les conditions et modalités de ce contrôle sont fixées par circulaire de l Autorité. Ce contrôle peut être étendu, dans les mêmes conditions et modalités, aux autres activités exercées par les entités pratiquant ou gérant les opérations de retraite précitées. L Autorité adresse annuellement au Premier ministre un rapport sur les résultats de ce contrôle. Article 12 Les pouvoirs et attributions dévolus au ministre des finances en vertu du dahir n du 24 joumada II 1383 (12 novembre 1963) précité sont exercés par l Autorité à compter de la date de l entrée en vigueur de la présente loi, à l exception de ceux prévus par l article 32 de ce dahir. Toutefois, pour les actes donnant lieu à un arrêté conjoint du ministre délégué au travail et aux affaires sociales et du ministre des finances, ce dernier agit sur proposition de l Autorité. Article 13 La responsabilité de l Autorité, agissant dans le cadre du contrôle qu elle exerce en V 2 08/07/2009 3

15 application de la présente loi, ne peut être substituée à celles des personnes ou entités soumises à son contrôle. Article 14 CHAPITRE III ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DE L AUTORITE Les organes de l Autorité sont : Article 15 a) le conseil de l Autorité désigné ci-après le Conseil ; b) le président de l Autorité désigné ci-après le Président ; c) la commission de discipline. SECTION I LE CONSEIL Le Conseil est chargé de l administration de l Autorité conformément aux dispositions de la présente loi. A cet effet, le Conseil : - arrête la politique générale de l Autorité ; - approuve les règlements d ordre intérieur ; - fixe la contribution des entités soumises au contrôle de l Autorité ; - approuve le rapport annuel d activité de l Autorité, ses états financiers, son budget et les modifications apportées à celui-ci en cours d exercice ; - désigne le commissaire aux comptes chargé de l audit annuel des comptes de l Autorité et fixe sa rémunération ; - statue sur le rapport du commissaire aux comptes et sur tout rapport d audit ; - statue sur l acquisition, la vente et l échange d immeubles ; - arrête le règlement fixant les règles et modes de passation des marchés ; - approuve le statut et le régime général de rémunération, des indemnités et avantages du personnel de l Autorité, sur proposition du Président ; - arrête, sur proposition du Président, l organigramme de l Autorité ; V 2 08/07/2009 4

16 - nomme les directeurs de l Autorité sur proposition du Président. Article 16 Le conseil de l Autorité est composé comme suit : 1 le président de l Autorité, président ; 2 le vice-gouverneur ou le directeur général de Bank Al-Maghrib ; 3 le directeur du Trésor et des finances extérieures au sein du ministère chargé des finances ; 4 le directeur général du Conseil déontologique des valeurs mobilières ; 5 trois (3) membres nommés par décret pour une période de quatre (4) ans renouvelable une fois et choisis pour leur compétence dans les domaines d'assurance ou de mutualité ou de retraite. Il ne peut être mis fin, avant terme, aux fonctions de l un de ces trois membres que s il devient incapable d exercer celles-ci ou commet une faute grave. Dans ces cas, le mandat du membre concerné prend fin sur demande motivée du Conseil statuant à la majorité des membres autres que l intéressé. Le membre nommé en remplacement d un membre démissionnaire, révoqué ou décédé achève le mandat de celui qu il remplace. A la fin de leur mandat, les membres du Conseil demeurent en fonction jusqu à ce qu ils soient nommés de nouveau ou remplacés. Le Conseil peut, à la demande du Président, s'adjoindre sans voix délibérative, toute personne dont il estime l'avis utile. Article 17 Le Conseil se réunit, à l initiative de son président, aussi souvent que les circonstances l'exigent et au moins deux fois par an pour approuver les états de synthèse de l'exercice clos et le budget de l'exercice suivant. Il se réunit également chaque fois que trois (3) au moins de ses membres le demandent. Un membre peut donner mandat à un autre membre de le représenter à une séance du Conseil. Chaque membre ne peut disposer, au cours d une même séance, que d une seule procuration. Le Conseil délibère valablement lorsqu au moins quatre (4) de ses membres dont le Président, sont présents. Les décisions du Conseil sont prises à la majorité des voix des membres présents. En cas de partage égal des voix, la voix du Président est prépondérante. Les modalités de fonctionnement du Conseil sont fixées par un règlement intérieur. V 2 08/07/2009 5

17 SECTION II LE PRESIDENT DE L AUTORITE Article 18 Le Président est nommé dans les conditions prévues par l article 30 de la Constitution. Il prête serment entre les mains de Sa Majesté le Roi. Sa rémunération est fixée par décret. Article 19 Sous réserve des attributions dévolues par la présente loi au Conseil, le Président administre et dirige l Autorité. A cet effet : - il préside le Conseil, le convoque et arrête l ordre du jour de ses séances ; - il prend les circulaires nécessaires à l exercice des missions de l Autorité après avis de la commission de régulation prévue à l article 26 ci-dessous ; - il prend toutes les décisions de sanctions ; - il prépare les projets de budget annuel et des modifications apportées à celui-ci en cours d exercice et arrête les comptes de l Autorité ; - il organise les services de l Autorité et définit leurs fonctions ; - il propose au Conseil la nomination des directeurs, recrute et nomme à tous autres grades et emplois ; - il fait procéder à toutes acquisitions, aliénations ou échanges immobiliers approuvés par le Conseil ; - il approuve toute convention conclue par l Autorité ; - il représente l Autorité à l égard des tiers. Il intente les actions en justice, les poursuit et les défend. Il prend toutes mesures d exécution et toutes mesures conservatoires qu il juge utiles ; - il prépare le projet de rapport annuel d activité de l Autorité visé à l article 9 ci-dessus qu il soumet à l examen et à l approbation du Conseil ; - il tient le Conseil informé de la conduite de l activité de l Autorité et de la réalisation de ses missions ; - il exécute les délibérations du Conseil et prend toutes les mesures nécessaires à cette fin et en assure le contrôle ; V 2 08/07/2009 6

18 - il prend toute autre décision nécessaire pour l exécution des missions et attributions conférées par la loi à l Autorité. Le Président peut déléguer à des membres du personnel de l Autorité des actes d administration et de gestion des services et du personnel de l Autorité. Article 20 En cas d empêchement du Président, le vice-gouverneur ou le directeur général de Bank Al- Maghrib remplace le Président et exerce tous ses pouvoirs à l exception des décisions de sanctions et de la prise de circulaires. SECTION III COMMISSION DE DISCIPLINE Article 21 Il est institué une commission, dénommée «commission de discipline», chargée de donner au président de l Autorité un avis consultatif sur : - les sanctions à prendre par l Autorité en application des dispositions législatives et réglementaires à l exception de celles prévues par les articles 167, 241, 278, 279-1, 308, 320, 323 et 325 de la loi n portant code des assurances promulguée par le dahir n du 25 rajeb 1423 (3 octobre 2002) et par les articles 65 et 124 de la présente loi ; - les programmes de financement présentés par les entreprises d assurances et de réassurance en application des dispositions de l article 253 de la loi n précitée ; - les plans de redressement présentés par les entreprises d assurances et de réassurance en application de l article 254 de la loi n précitée et leur éligibilité, à ce titre, au Fonds de solidarité des assurances créé par l'article 39 du dahir portant loi n du 6 rabii II 1404 (10 janvier 1984) édictant des mesures d'ordre financier en attendant la promulgation de la loi de finances pour l'année 1984 ; - les plans de rétablissement et les plans de redressement présentés par les organismes de retraite en application respectivement des articles 119 et 121 de la présente loi. Article 22 La commission de discipline est composée de : 1 deux (2) des membres visés au 5 de l article 16 ci-dessus désignés par le Conseil en tant que président et vice-président de cette commission ; 2 une personne choisie pour sa compétence dans les domaines relevant du champ d intervention de l Autorité, membre ; V 2 08/07/2009 7

19 3 un membre représentant les entreprises d assurances et de réassurance sur proposition de l association professionnelle prévue par le premier alinéa de l article 285 de la loi n précitée. A défaut de proposition par cette association de son représentant dans le délai qui lui est imparti, le Conseil procède d office à sa désignation. Ce membre ne prend part aux réunions de cette commission que lorsque l objet de la consultation concerne une entité pratiquant l une des opérations visées aux 1, 2 et 4 du 1 er alinéa de l article 2 ci-dessus ; 4 un membre choisi parmi les dirigeants des sociétés mutualistes visées au 2 e alinéa de l article 2 ci-dessus. Ce membre ne prend part aux réunions de cette commission que lorsque l objet de la consultation concerne l une desdites sociétés ; 5 un membre choisi parmi les dirigeants des entités pratiquant les opérations de retraite visées au 3 du 1 er alinéa de l article 2 ci-dessus. Ce membre ne prend part aux réunions de cette commission que lorsque l objet de la consultation concerne l une de ces entités. Un membre suppléant est désigné, dans les mêmes conditions, pour chaque membre titulaire visé aux 3, 4 et 5 du présent article qui le remplace en cas d empêchement. Les membres visés aux 2 à 5 du présent article ainsi que les membres suppléants, sont désignés par le Conseil pour une durée de trois (3) ans renouvelable. A la fin de leur mandat, ces membres demeurent en fonction jusqu à ce qu ils soient nommés de nouveau ou remplacés. La liste des membres de la commission de discipline est fixée par décision du président de l Autorité, publiée au Bulletin officiel. Article 23 Lorsque le président de la commission de discipline estime qu un membre titulaire ou suppléant a un intérêt direct ou indirect dans une affaire inscrite à l ordre du jour, ce membre n assiste pas aux travaux de la commission. La commission de discipline peut s adjoindre sans voix délibérative, toute personne dont elle estime l avis utile. La commission de discipline, si elle le juge utile, peut entendre la personne concernée ou le représentant légal de l entité concernée. Article 24 La commission de discipline se réunit sur convocation de son président et délibère valablement lorsque trois (3) au moins de ses membres titulaires ou suppléants sont présents. Si le quorum n est pas atteint, la commission se réunit une deuxième fois et délibère valablement avec les membres présents. V 2 08/07/2009 8

20 Les décisions de la commission de discipline sont prises à la majorité des membres présents et, en cas de partage égal des voix, celle du président est prépondérante. Un règlement intérieur détermine les modalités de fonctionnement et d organisation de la commission de discipline. SECTION IV RETRIBUTIONS DES MEMBRES DES ORGANES DE L AUTORITE Article 25 Les membres du Conseil et de la commission de discipline ne bénéficient d aucune rétribution au titre de leurs fonctions à l exception des indemnités pour frais de déplacement et des indemnités forfaitaires représentatives des frais assumés dans le cadre de leurs missions pour l Autorité. Ces indemnités sont fixées par le Conseil. Toutefois, les membres visés au 5 de l article 16 et au 2 de l article 22 ci-dessus, perçoivent une indemnité fixée par décret. Article 26 CHAPITRE IV COMMISSION DE REGULATION Il est institué une commission, dénommée «commission de régulation», chargée de donner au président de l Autorité un avis consultatif sur les projets de textes législatifs ou réglementaires ainsi que sur les projets de circulaires visés à l article 3 ci-dessus. Article 27 La commission de régulation est composée de : 1 deux (2) membres représentant l Autorité en tant que président et vice président de cette commission ; 2 six (6) membres représentant les entreprises d'assurances et de réassurance sur proposition de l association professionnelle prévue par le premier alinéa de l article 285 de la loi n précitée; 3 deux (2) membres représentant les intermédiaires d assurances sur proposition de l association professionnelle prévue par le deuxième alinéa de l article 285 de la loi n précitée; V 2 08/07/2009 9

Loi n 43-95 promulguée par dahir n 1-96-106 du 21 rabii I 1417 (7 août 1996), portant réorganisation de la Caisse Marocaine des Retraites 1.

Loi n 43-95 promulguée par dahir n 1-96-106 du 21 rabii I 1417 (7 août 1996), portant réorganisation de la Caisse Marocaine des Retraites 1. Loi n 43-95 promulguée par dahir n 1-96-106 du 21 rabii I 1417 (7 août 1996), portant réorganisation de la Caisse Marocaine des Retraites 1. Titre premier Dénomination et objet Article premier La Caisse

Plus en détail

DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution.

DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution. DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution. Le Président de la République Vu la Constitution, Vu la loi n 90-07 du 28 juin 1990 relative à l organisation

Plus en détail

Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20)

Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20) PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20) Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec

Plus en détail

Article 57. Article 58

Article 57. Article 58 Article 57 Ilestcréé, sous la dénomination de «Agence nationale de l'assurance maladie», un établissement public doté de la personnalité morale et de l'autonomie financière. Article 58 L'Agence nationale

Plus en détail

Association pour la Réalisation des Actions et des Missions Sociales

Association pour la Réalisation des Actions et des Missions Sociales Association pour la Réalisation des Actions et des Missions Sociales STATUTS OBJET SIEGE SOCIAL DUREE ARTICLE 1 Dénomination Il est fondé une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret

Plus en détail

Statuts de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH)

Statuts de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH) Statuts de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH) (statuts de la SCH) du xx juin 2015 L assemblée générale de la SCH (société), vu l art. 12, al. 1, de la loi fédérale du 20 juin 2003 sur l encouragement

Plus en détail

Fondation MAAF Assurances Fondation d entreprise (mis à jour du conseil d administration du 13 novembre 2013)

Fondation MAAF Assurances Fondation d entreprise (mis à jour du conseil d administration du 13 novembre 2013) STATUTS Fondation MAAF Assurances Fondation d entreprise (mis à jour du conseil d administration du 13 novembre 2013) Les FONDATEURS soussignés : MAAF Assurances Société d'assurance mutuelle à cotisations

Plus en détail

III L allégement de la loi n 12-96 La loi n 12-96 contient des dispositions diverses et transitoires conçues, au départ, pour assurer l application

III L allégement de la loi n 12-96 La loi n 12-96 contient des dispositions diverses et transitoires conçues, au départ, pour assurer l application ROYAUME DU MAROC Note de présentation du projet de loi modifiant et complétant la loi n 12-96 portant réforme du Crédit Populaire du Maroc telle que modifiée et complétée Depuis la promulgation de la loi

Plus en détail

Décret exécutif n 04-103. Du 15 Safar 1425. Correspondant au 5 avril 2004. Portant création et fixant les statuts du. Fonds de Garantie Automobile.

Décret exécutif n 04-103. Du 15 Safar 1425. Correspondant au 5 avril 2004. Portant création et fixant les statuts du. Fonds de Garantie Automobile. JOURNAL OFFICIEL N 21 DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE Du 7 avril 2004 Décret exécutif n 04-103 Du 15 Safar 1425 Correspondant au 5 avril 2004 Portant création et fixant les statuts du Fonds de Garantie Automobile.

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Arrêté du 24 avril 2015 relatif au règlement intérieur de la commission administrative paritaire compétente à l égard du corps d encadrement et d application du personnel de surveillance de l administration

Plus en détail

DISCLAIMER: As Member States provide national legislations, hyperlinks and explanatory notes (if any), UNESCO does not guarantee their accuracy, nor

DISCLAIMER: As Member States provide national legislations, hyperlinks and explanatory notes (if any), UNESCO does not guarantee their accuracy, nor 2 STATUTS DE LA FONDATION DU PATRIMOINE TITRE II ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DE LA FONDATION Article 6- Organes Les organes de la Fondation sont : - le Conseil de Fondation ; - l Administration général.

Plus en détail

Projet de loi n o 58. Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec

Projet de loi n o 58. Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 58 Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec Présentation Présenté

Plus en détail

Fondée le 12 juin 1979 à la demande de Sœur Emmanuelle, l association ne poursuit pas de but politique, confessionnel ou commercial.

Fondée le 12 juin 1979 à la demande de Sœur Emmanuelle, l association ne poursuit pas de but politique, confessionnel ou commercial. STATUTS ASASE ASSOCIATION SUISSE DES AMIS DE SŒUR EMMANUELLE 19, rue du Rhône 1204 Genève T: +41 (0)22 311 20 22 F: + 41 (0)22 310 21 93 info@asase.org www.asase.org VERSION 2011 A. Raison sociale, but,

Plus en détail

Textes Juridiques Décret exécutif n 98-355 du 20 Rajab 1419 correspondant au 10 novembre 1998 portant création, organisation et fonctionnement du

Textes Juridiques Décret exécutif n 98-355 du 20 Rajab 1419 correspondant au 10 novembre 1998 portant création, organisation et fonctionnement du Textes Juridiques Décret exécutif n 98-355 du 20 Rajab 1419 correspondant au 10 novembre 1998 portant création, organisation et fonctionnement du fonds national de développement de l apprentissage et de

Plus en détail

Statuts de l Association du Pôle scientifique et technologique du canton de Fribourg (PST-FR)

Statuts de l Association du Pôle scientifique et technologique du canton de Fribourg (PST-FR) Page 1 / 8 Statuts de l Association du Pôle scientifique et technologique du canton de Fribourg (PST-FR) Art. 1 Constitution I. Constitution, siège Sous la dénomination «Pôle scientifique et technologique

Plus en détail

STATUTS Association des collectivités du Grand Roissy

STATUTS Association des collectivités du Grand Roissy STATUTS Association des collectivités du Grand Roissy Article 1 er Dénomination Durée Siège Objet Accusé de réception Ministère de l intérieur 68488072 I. Il est constitué, une Association régie par la

Plus en détail

La participation au financement de la protection sociale complémentaire

La participation au financement de la protection sociale complémentaire F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 La participation au financement de la protection sociale complémentaire L E S S E N T I E L Le décret n 2011-1474 du 8 novembre 2011 (JO du 10 novembre 2011) pris pour

Plus en détail

Charte du comité de direction et d évaluation des risques du conseil d administration de La Banque de Nouvelle-Écosse

Charte du comité de direction et d évaluation des risques du conseil d administration de La Banque de Nouvelle-Écosse Charte du comité de direction et d évaluation des risques du conseil d administration de La Banque de Nouvelle-Écosse Attributions, obligations et responsabilités du Comité de direction et d évaluation

Plus en détail

Arrêtés et Décrets d application du Dahir portant loi n 1-93-212.

Arrêtés et Décrets d application du Dahir portant loi n 1-93-212. Arrêtés et Décrets d application du Dahir portant loi n 1-93-212. Bourse de Casablanca DECRET N 2-93-689 DU 27 REBIA II 1414 (14 OCTOBRE 1993) PRIS POUR L APPLICATION DU DAHIR PORTANT LOI N 1-93-212 DU

Plus en détail

Note de présentation

Note de présentation Note de présentation Objet : Projet de décret d application de la loi n 24-09 relative à la sécurité des produits et des services et complétant le dahir du 9 ramadan 1331 (12 aout 1913) formant code des

Plus en détail

LOI D ORIENTATION n 2009-20 du 4 mai 2009 sur les agences d exécution.

LOI D ORIENTATION n 2009-20 du 4 mai 2009 sur les agences d exécution. LOI D ORIENTATION n 2009-20 du 4 mai 2009 LOI D ORIENTATION n 2009-20 du 4 mai 2009 sur les agences d exécution. EXPOSE DES MOTIFS La complexité des procédures administratives et l exigence accrue des

Plus en détail

«Pour une formation professionnelle duale en Suisse»

«Pour une formation professionnelle duale en Suisse» «Pour une formation professionnelle duale en Suisse» Statuts I. Nom, siège et buts 1. Nom et siège Sous le nom de «Pour une formation professionnelle duale en Suisse» est constituée une Association au

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. Aucune disposition du règlement intérieur ne peut être adoptée si elle n est pas en conformité avec les statuts du syndicat.

REGLEMENT INTERIEUR. Aucune disposition du règlement intérieur ne peut être adoptée si elle n est pas en conformité avec les statuts du syndicat. CHAMBRE DE L INGENIERIE ET DU CONSEIL DE FRANCE REGLEMENT INTERIEUR TITRE I DISPOSITIONS PRELIMINAIRES Article 1 er OBJET Le présent règlement, établi en vertu des dispositions de l article 4 des statuts

Plus en détail

DECRET N 99-821. fixant les statuts de l Aviation Civile de Madagascar

DECRET N 99-821. fixant les statuts de l Aviation Civile de Madagascar DECRET N 99-821 fixant les statuts de l Aviation Civile de Madagascar Le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Vu la Constitution, Vu la Convention relative à l Aviation Civile Internationale signée

Plus en détail

Fonds d entraide familiale conditions et procédures pour bénéficier des prestations

Fonds d entraide familiale conditions et procédures pour bénéficier des prestations Fonds d entraide familiale conditions et procédures pour bénéficier des prestations DAHIR N 1-10-191 DU 7 MOHARREM 1432 (13 DECEMBRE 2010) PORTANT PROMULGATION DE LA LOI N 41-10 FIXANT LES CONDITIONS ET

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 23 septembre 2014 MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 1. Introduction La Banque du Canada (la «Banque») est l administrateur du Régime de pension de la Banque du Canada (le «Régime de pension»)

Plus en détail

Circulaire d'informations N 2012/02 du 19 janvier 2012

Circulaire d'informations N 2012/02 du 19 janvier 2012 Circulaire d'informations N 2012/02 du 19 janvier 2012 LA PARTICIPATION DES EMPLOYEURS TERRITORIAUX AU FINANCEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE Textes de référence : - Loi n 83-634 du 13 juillet

Plus en détail

Siège social : 12, rue Jacquemont 75017 Paris TITRE I. Dénomination, Objet, Siège

Siège social : 12, rue Jacquemont 75017 Paris TITRE I. Dénomination, Objet, Siège Statuts de l Association Françoise et Eugène MINKOWSKI pour la santé mentale des migrants Siège social : 12, rue Jacquemont 75017 Paris Article I Constitution, Dénomination TITRE I Dénomination, Objet,

Plus en détail

Note de présentation relative au Projet de Décret portant création du Conseil Consultatif Supérieur de la Consommation

Note de présentation relative au Projet de Décret portant création du Conseil Consultatif Supérieur de la Consommation Note de présentation relative au Projet de Décret portant création du Conseil Consultatif Supérieur de la La loi n 31-08 édictant des mesures de protection du consommateur promulguée par le Dahir 1.11.03

Plus en détail

Décrète : Chapitre I Dénomination - Objet - Siège

Décrète : Chapitre I Dénomination - Objet - Siège Décret exécutif n 10-227 du 21 Chaoual 1431 correspondant au 30 septembre 2010 portant création, organisation et fonctionnement du centre algérien de développement du cinéma. Le Premier ministre, Sur le

Plus en détail

LES AMIS DE CIRCUL LIVRE Association régie par la loi du 1 er juillet 1901 Siège social : 16 rue Dagorno 75012 Paris STATUTS

LES AMIS DE CIRCUL LIVRE Association régie par la loi du 1 er juillet 1901 Siège social : 16 rue Dagorno 75012 Paris STATUTS LES AMIS DE CIRCUL LIVRE Association régie par la loi du 1 er juillet 1901 Siège social : 16 rue Dagorno 75012 Paris STATUTS Article 1 Constitution Il est constitué entre les adhérents aux présents statuts

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2012-1366 du 6 décembre 2012 modifiant certaines dispositions relatives au compte épargne-temps et

Plus en détail

LES FONDS LIES AU SECTEUR DES ASSURANCES. Création d'un Fonds de Garantie des Assurés

LES FONDS LIES AU SECTEUR DES ASSURANCES. Création d'un Fonds de Garantie des Assurés LES FONDS LIES AU SECTEUR DES ASSURANCES Création d'un Fonds de Garantie des Assurés Loi n 2000-98 du 31 décembre 2000 portant loi de finances pour l année 2001 (1). Article 35 Est crée un fonds intitulé

Plus en détail

Décret n 2008-355 du 11 Février 2008, relatif à l organisation et au fonctionnement de la caisse de prévoyance Et de retraite des avocats

Décret n 2008-355 du 11 Février 2008, relatif à l organisation et au fonctionnement de la caisse de prévoyance Et de retraite des avocats Décret n 2008-355 du 11 Février 2008, relatif à l organisation et au fonctionnement de la caisse de prévoyance Et de retraite des avocats Le Président de la République; Sur proposition du ministre des

Plus en détail

APPROBATION DES MODIFICATIONS DES STATUTS DE LA MNRA Modification des articles 27, 30, 50 et 51

APPROBATION DES MODIFICATIONS DES STATUTS DE LA MNRA Modification des articles 27, 30, 50 et 51 Modalités d élection Modalités d élection Les déclarations de candidature aux fonctions d administrateurs effectuées dans le cadre des Sections de vote visées à l article 25 des présents statuts, doivent

Plus en détail

STATUTS. Il pourra être transféré par simple décision du Conseil d Administration ; la ratification par l Assemblée Générale sera nécessaire.

STATUTS. Il pourra être transféré par simple décision du Conseil d Administration ; la ratification par l Assemblée Générale sera nécessaire. STATUTS ARTICLE 1- TITRE de l ASSOCIATION Il est fondé entre les adhérents, actuels et futurs, aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901, ayant

Plus en détail

Dahir n 1-09-16 du 22 safar 1430 (18 février 2009) portant promulgation de la loi n 42-08 portant création de l'agence pour le développement agricole.

Dahir n 1-09-16 du 22 safar 1430 (18 février 2009) portant promulgation de la loi n 42-08 portant création de l'agence pour le développement agricole. Dahir n 1-09-16 du 22 safar 1430 (18 février 2009) portant promulgation de la loi n 42-08 portant création de l'agence pour le développement agricole. LOUANGE A DIEU SEUL! (Grand Sceau de Sa Majesté Mohammed

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR De l Orchestre Universitaire de Lille

REGLEMENT INTERIEUR De l Orchestre Universitaire de Lille REGLEMENT INTERIEUR De l Orchestre Universitaire de Lille Conformément à l article 14 de ses statuts, le «Orchestre Universitaire de Lille» arrête son Règlement Intérieur d association. ARTICLE 14 - Règlement

Plus en détail

LOI n 2014-288 du 5 mars 2014 «relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale» : les impacts (2)

LOI n 2014-288 du 5 mars 2014 «relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale» : les impacts (2) LOI n 2014-288 du 5 mars 2014 «relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale» : les impacts (2) Le Parlement a adopté, le jeudi 27 février, une loi dont l article 30 procède

Plus en détail

Comité des Fêtes d Oulins

Comité des Fêtes d Oulins Comité des Fêtes d Oulins Association loi 1901- Statuts du COMITE DES FETES D OULINS ARTICLE 1 : CONSTITUTION Création Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par

Plus en détail

EUTERPE ASSOCIATION POUR LE RAYONNEMENT DE L ORCHESTRE PHILHARMONIQUE DE STRASBOURG STATUTS

EUTERPE ASSOCIATION POUR LE RAYONNEMENT DE L ORCHESTRE PHILHARMONIQUE DE STRASBOURG STATUTS EUTERPE ASSOCIATION POUR LE RAYONNEMENT DE L ORCHESTRE PHILHARMONIQUE DE STRASBOURG STATUTS DISPOSITIONS GENERALES ARTICLE 1 Entre les adhérents aux présents statuts est constituée une association qui

Plus en détail

STATUTS DU FONDS DE DOTATION DU MUSEE DU LOUVRE

STATUTS DU FONDS DE DOTATION DU MUSEE DU LOUVRE STATUTS DU FONDS DE DOTATION DU MUSEE DU LOUVRE (modifiés par la délibération du 9 avril 2010) - TITRE I - CONSTITUTION Article 1. Objet du Fonds Il est constitué par l Etablissement public du Musée du

Plus en détail

Statuts de la CFHM. Article 1 - Dénomination. Article 2 - Durée. Article 3 - Siège C.F.H.M. 10/26

Statuts de la CFHM. Article 1 - Dénomination. Article 2 - Durée. Article 3 - Siège C.F.H.M. 10/26 C.F.H.M. 10/26 Article 1 - Dénomination Il est formé entre les membres qui adhèrent aux présents statuts une fédération, régie par les dispositions du Livre IV du code du Travail, qui prend la dénomination

Plus en détail

Association Régie de Quartier de Blois. Association régie par la loi du 1 er juillet 1901. Statuts

Association Régie de Quartier de Blois. Association régie par la loi du 1 er juillet 1901. Statuts Association Régie de Quartier de Blois Association régie par la loi du 1 er juillet 1901 Statuts Statuts arrêtés par le Conseil d Administration du 8 Juillet 2004 Adoptés par l Assemblée Générale Extraordinaire

Plus en détail

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET 2004 LOI ORGANIQUE N 2004-42 DU 13 MAI 2004 PORTANT MODIFICATION ET COMPLETANT LA LOI ORGANIQUE DU BUDGET N 67-53 DU 8 DECEMBRE 1967

Plus en détail

MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE PATRIMONIALE. TITRE Ier - DISPOSITIONS GENERALES

MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE PATRIMONIALE. TITRE Ier - DISPOSITIONS GENERALES MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE PATRIMONIALE TITRE Ier - DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er - Création Il est créé entre : - la (les) collectivité(s)

Plus en détail

2. Dénomination Sa dénomination est : «Association paritaire de l édition phonographique» (APEP).

2. Dénomination Sa dénomination est : «Association paritaire de l édition phonographique» (APEP). MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3361 Convention collective nationale IDCC : 2770. ÉDITION PHONOGRAPHIQUE ACCORD

Plus en détail

MODELE DE STATUTS D UNE ASSOCIATION SPORTIVE OU D UNE ASSOCIATION DE JEUNESSE ET D EDUCATION POPULAIRE

MODELE DE STATUTS D UNE ASSOCIATION SPORTIVE OU D UNE ASSOCIATION DE JEUNESSE ET D EDUCATION POPULAIRE MODELE DE STATUTS D UNE ASSOCIATION SPORTIVE OU D UNE ASSOCIATION DE JEUNESSE ET D EDUCATION POPULAIRE OBJET ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION Article 1 : constitution, dénomination, objet Il est fondé entre

Plus en détail

Statuts de l association Electrolab

Statuts de l association Electrolab Statuts de l association Electrolab Mardi 16 Novembre 2010 Article 1 : Titre Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 juillet 1901 relative au contrat

Plus en détail

TITRE I DISPOSITIONS GENERALES

TITRE I DISPOSITIONS GENERALES STATUTS ACTUALISES AU 18.12.2014 ASSEMBLEE GENERALE EXTRAORDINAIRE TITRE I DISPOSITIONS GENERALES ARTICLE 1 : Il est créé, conformément à la loi du 1 er Juillet 1901 une association dénommée «COMITE INTERCOMMUNAL

Plus en détail

Togo. Loi relative aux entreprises d investissement à capital fixe

Togo. Loi relative aux entreprises d investissement à capital fixe Loi relative aux entreprises d investissement à capital fixe Loi uniforme n 2009-23 du 14 octobre 2009 [NB - Loi uniforme n 2009-23 du 14 octobre 2009 relative aux entreprises d investissement à capital

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Décret n o 2004-486 du 28 mai 2004 relatif aux règles prudentielles applicables aux mutuelles et unions pratiquant

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Décret n o 2006-651 du 2 juin 2006 relatif à la formation pharmaceutique continue et modifiant la quatrième partie

Plus en détail

Statut de l Association Cenabumix

Statut de l Association Cenabumix Statut de l Association Cenabumix Lange Sébastien 4 décembre 2005 Table des matières 1 ARTICLE 1 : Constitution et dénomination 2 2 ARTICLE 2 : Buts 2 3 ARTICLE 3 : Siège social 2 4 ARTICLE 4 : Durée de

Plus en détail

Elle peut également animer, gérer, administrer et représenter d autres structures de spectacles similaires ou apparentées.

Elle peut également animer, gérer, administrer et représenter d autres structures de spectacles similaires ou apparentées. Association loi 1901- Statuts type avec objet plus large ARTICLE 1 : CONSTITUTION Création Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi du 1er juillet 1901,

Plus en détail

ASSOCIATION DES AMIS DU COMPA

ASSOCIATION DES AMIS DU COMPA ASSOCIATION DES AMIS DU COMPA Association déclarée conformément à la loi du 1 er juillet 1901 et au décret du 16 août 1901, portant règlement d Administration publique pour exécution de la loi du 1 er

Plus en détail

DÉCRET n. relatif aux comptes des comités interentreprises, à la désignation du trésorier et à la procédure d alerte du commissaire aux comptes

DÉCRET n. relatif aux comptes des comités interentreprises, à la désignation du trésorier et à la procédure d alerte du commissaire aux comptes RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social DÉCRET n relatif aux comptes des comités interentreprises, à la désignation du trésorier et

Plus en détail

Décret n 2-77-738 du 13 chaoual 1397 (27 septembre 1977) portant statut particulier du personnel communal (B.O n 3387 du 28 septembre 1977).

Décret n 2-77-738 du 13 chaoual 1397 (27 septembre 1977) portant statut particulier du personnel communal (B.O n 3387 du 28 septembre 1977). 587 Décret n 2-77-738 du 13 chaoual 1397 (27 septembre 1977) portant statut particulier du personnel communal (B.O n 3387 du 28 septembre 1977). Le Premier Ministre, Vu le dahir n 1-58-008 du 4 chaabane

Plus en détail

STATUTS. Swissstream (Association suisse des prestataires de services de streaming)

STATUTS. Swissstream (Association suisse des prestataires de services de streaming) Statuts Swissstream du 8 mars 2007 STATUTS Swissstream (Association suisse des prestataires de services de streaming) 1. Nom et siège Article premier Sous le nom «Swissstream», il est créé une association

Plus en détail

FONDATION UNIVERSITAIRE

FONDATION UNIVERSITAIRE FONDATION UNIVERSITAIRE Fondation Paris-Sud Université Le meilleur pour tous Statuts Préambule Vu le code de l éducation, et notamment son article L.719-12: «les établissements publics à caractère scientifique,

Plus en détail

TITRE I BUT DE L ASSOCIATION

TITRE I BUT DE L ASSOCIATION STATUTS ADOPTÉS EN ASSEMBLÉE GÉNÉRALE EXTRAORDINAIRE LE 6 JUILLET 2015 TITRE I BUT DE L ASSOCIATION ARTICLE 1: 1-1 Il est créé à HENDAYE une association d éducation populaire régie par la loi du 1 er juillet

Plus en détail

Décret n du.fixant le modèle de statut-type des associations de protection du consommateur susceptibles d'être reconnues d'utilité publique

Décret n du.fixant le modèle de statut-type des associations de protection du consommateur susceptibles d'être reconnues d'utilité publique Note de présentation relative au Projet de Décret fixant le modèle de statut-type des associations de protection du consommateur susceptibles d'être reconnues d'utilité publique La loi n 31-08 édictant

Plus en détail

STATUTS. Tennis Club Municipal du Tampon 1. OBJET ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION

STATUTS. Tennis Club Municipal du Tampon 1. OBJET ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION Tennis Club Municipal du Tampon STATUTS 1. OBJET ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION Article premier L association dite Tennis Club Municipal du Tampon, fondée en 1962, a pour objet la pratique physique du

Plus en détail

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Guide juridique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations de sécurité sociale

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. «ADASP des YVELINES»

REGLEMENT INTERIEUR. «ADASP des YVELINES» REGLEMENT INTERIEUR «ADASP des YVELINES» ARTICLE PREMIER - AGREMENT DES MEMBRES 1.1 Membres actifs du 1er collège : Le 1 er collège est composé au plus de 15 membres. Sont admis de droit les membres actifs

Plus en détail

GT CNAS DU 5 MARS 2015 Règlement intérieur du CNAS. Sans changement. Sans changement. Sans changement

GT CNAS DU 5 MARS 2015 Règlement intérieur du CNAS. Sans changement. Sans changement. Sans changement GT CNAS DU 5 MARS 2015 Règlement intérieur du CNAS RI de 2012 Règlement intérieur applicable au conseil national de l action sociale du ministère de l économie, des finances et de l industrie et du ministère

Plus en détail

JORF n 0273 du 25 novembre 2011. Texte n 20. ARRETE Arrêté du 23 novembre 2011 relatif au plan d épargne retraite populaire NOR: EFIT1105446A

JORF n 0273 du 25 novembre 2011. Texte n 20. ARRETE Arrêté du 23 novembre 2011 relatif au plan d épargne retraite populaire NOR: EFIT1105446A JORF n 0273 du 25 novembre 2011 Texte n 20 ARRETE Arrêté du 23 novembre 2011 relatif au plan d épargne retraite populaire NOR: EFIT1105446A Publics concernés : les entreprises d assurance, les institutions

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION

NOTE DE PRESENTATION NOTE DE PRESENTATION Projet de décret pris pour l'application de la loi n 62-12 relative à l'organisation de la profession de conseiller agricole Le projet de ce présent décret s inscrit dans le cadre

Plus en détail

ANNEXE G MANDAT DU COMITÉ RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

ANNEXE G MANDAT DU COMITÉ RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION Mis en place par conseil d administration, le comité responsable des ressources humaines et de la rémunération (le «comité») a pour mission d élaborer la philosophie et les lignes directrices de la société

Plus en détail

Statuts CODALIMENT CODALIMENT

Statuts CODALIMENT CODALIMENT Statuts CODALIMENT CODALIMENT 30 avenue Franklin Roosevelt 75 008 Paris Tél : 01.55.65.04.00 Fax : 01.55.65.10.12 Mail : codaliment@codinf.fr Association Loi 1901 N TVA CEE : FR 42 398 222 646 2 COMITE

Plus en détail

ASSOCIATION FRANÇAISE DE LA MALADIE DE BLACKFAN-DIAMOND A.F.M.B.D.

ASSOCIATION FRANÇAISE DE LA MALADIE DE BLACKFAN-DIAMOND A.F.M.B.D. ASSOCIATION FRANÇAISE DE LA MALADIE DE BLACKFAN-DIAMOND A.F.M.B.D. 1. But et composition de l association ARTICLE 1 : DENOMINATION Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une Association

Plus en détail

STATUTS ASSOCIATION : ECOLE ET FAMILLE : CENTRE DE PROXIMITE ET DE RESSOURCES SIEGE SOCIAL : RUELLE DARRAS 95310 Saint Ouen L Aumône

STATUTS ASSOCIATION : ECOLE ET FAMILLE : CENTRE DE PROXIMITE ET DE RESSOURCES SIEGE SOCIAL : RUELLE DARRAS 95310 Saint Ouen L Aumône STATUTS ASSOCIATION : ECOLE ET FAMILLE : CENTRE DE PROXIMITE ET DE RESSOURCES SIEGE SOCIAL : RUELLE DARRAS 95310 Saint Ouen L Aumône 1 ARTICLE 1 - TITRE DE L ASSOCIATION Il est fondé entre les adhérents

Plus en détail

ASSOCIATION DE FINANCEMENT DU PARTI NOUS CITOYENS STATUTS

ASSOCIATION DE FINANCEMENT DU PARTI NOUS CITOYENS STATUTS ASSOCIATION DE FINANCEMENT DU PARTI NOUS CITOYENS STATUTS Article 1er : Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret

Plus en détail

Amis du Chant Lyrique Associés en Europe. Association loi 1901

Amis du Chant Lyrique Associés en Europe. Association loi 1901 Amis du Chant Lyrique Associés en Europe. Association loi 1901 Statuts TITRE PREMIER ARTICLE 1 : CONSTITUTION ET DENOMINATION Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie

Plus en détail

Statuts de l Association Sportive Lycée PÂRIS

Statuts de l Association Sportive Lycée PÂRIS Statuts de l Association Sportive Lycée PÂRIS A. Objet et composition de l association Article 1 : Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi du

Plus en détail

RÉGLEMENT INTÉRIEUR. Approuvé par l Assemblée Générale du 7 Décembre 2010 TITRE 2 - FORMATION ET COMPOSITION DE LA MUTUELLE

RÉGLEMENT INTÉRIEUR. Approuvé par l Assemblée Générale du 7 Décembre 2010 TITRE 2 - FORMATION ET COMPOSITION DE LA MUTUELLE RÉGLEMENT INTÉRIEUR Approuvé par l Assemblée Générale du 7 Décembre 2010 TITRE 1 - PRÉAMBULE ARTICLE 1 OBJET DU RÉGLEMENT INTÉRIEUR Le présent règlement intérieur, établi en vertu de l article 1 des statuts,

Plus en détail

Statuts. de la Chambre de commerce, d industrie et des services de Genève

Statuts. de la Chambre de commerce, d industrie et des services de Genève Statuts de la Chambre de commerce, d industrie et des services de Genève Avril 2010 1 I. DÉNOMINATION, SIÈGE, BUT Article 1 er : Dénomination Il est constitué, sous la dénomination «Chambre de commerce,

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU FONDS DE SOLIDARITE DES AGENTS DU TRESOR DE COTE D IVOIRE

REGLEMENT INTERIEUR DU FONDS DE SOLIDARITE DES AGENTS DU TRESOR DE COTE D IVOIRE REGLEMENT INTERIEUR DU FONDS DE SOLIDARITE DES AGENTS DU TRESOR DE COTE D IVOIRE Le présent Règlement Intérieur a pour objet de déterminer les modalités d application des Statuts : organisation des structures

Plus en détail

I. Raison sociale But Durée Siège

I. Raison sociale But Durée Siège VAUDOISE ASSURANCES HOLDING SA Statuts I. Raison sociale But Durée Siège Art. 1 Art. 2 Art. 3 VAUDOISE ASSURANCES HOLDING SA VAUDOISE VERSICHERUNGEN HOLDING AG VAUDOISE ASSICURAZIONI HOLDING SA VAUDOISE

Plus en détail

et le Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget,

et le Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget, Arrêté Conjoint du Ministre de la Communication Porte parole du Gouvernement et du Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget, N 2491.12 du 2 Doulkeada 1433 (19

Plus en détail

STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE)

STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE) STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE) Circulaire 31 août 2012 Références : - Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations

Plus en détail

«Association Maison des lycéens du lycée (Nom du lycée)»

«Association Maison des lycéens du lycée (Nom du lycée)» «Association Maison des lycéens du lycée (Nom du lycée)» Statut-type Article 1 Création Il est créé, à compter du (Jour/Mois/Année), conformément aux dispositions de la loi du 1 er juillet 1901 relative

Plus en détail

Règlement d organisation. Commission de prévoyance

Règlement d organisation. Commission de prévoyance Règlement d organisation Commission de prévoyance Valable à partir du 1 er janvier 2012 Table des matières Art. 1 Généralités... 3 Art. 2 Composition... 3 Art. 3 Constitution... 3 Art. 4 Séances... 3 Art.

Plus en détail

REGLEMENT DU STAGE. Vu l arrêté du Ministre des finances du 26/07/1991 portant approbation du code des devoirs professionnels des experts comptables,

REGLEMENT DU STAGE. Vu l arrêté du Ministre des finances du 26/07/1991 portant approbation du code des devoirs professionnels des experts comptables, REGLEMENT DU STAGE Vu la loi n 88-108 du 18/08/1988 portant refonte de la législation relative à la profession d Expert Comptable, et notamment l article 12, Vu le décret n 89-541 du 25 Mai 1989 fixant

Plus en détail

NOR: PMEA0420017D. Version consolidée au 5 août 2011. Sur le rapport du ministre d Etat, ministre de l économie, des finances et de l industrie,

NOR: PMEA0420017D. Version consolidée au 5 août 2011. Sur le rapport du ministre d Etat, ministre de l économie, des finances et de l industrie, Le 5 août 2011 DECRET Décret n 2004-1165 du 2 novembre 2004 relatif aux c onseils de la formation institués auprès des chambres de métiers et de l artisanat de région, des chambres régionales de métiers

Plus en détail

------------------ Travail Justice - Solidarité SECRETARIAT GENERAL DU GOUVERNEMENT

------------------ Travail Justice - Solidarité SECRETARIAT GENERAL DU GOUVERNEMENT PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPUBLIQUE DE GUINEE ------------------ Travail Justice - Solidarité SECRETARIAT GENERAL DU GOUVERNEMENT DECRET D/2012/ /PRG/SGG PORTANT ORGANISATION ET MODALITÉS DE FONCTIONNEMENT

Plus en détail

Vu la loi n 94-117 du 14 novembre 1994, portant réorganisation du marché financier,

Vu la loi n 94-117 du 14 novembre 1994, portant réorganisation du marché financier, Décret n 99-2773 du 13 décembre 1999 relatif à la fixation des conditions d ouverture des «Comptes Epargne en Actions», des conditions de leur gestion et de l utilisation des sommes et titres qui y sont

Plus en détail

SERVICE DE SANTE AU TRAVAIL

SERVICE DE SANTE AU TRAVAIL SERVICE DE SANTE AU TRAVAIL SERVICE MEDICAL INTERENTREPRISES DE CHATEAUBRIANT ET SA REGION Association régie par la Loi du 1 er juillet 1901 8, rue des Tanneurs - 44110 CHATEAUBRIANT Règlement Intérieur

Plus en détail

REFERENCE: BULLETIN OFFICIEL N 3771-15 joumada I 1405 (6-2-85).,

REFERENCE: BULLETIN OFFICIEL N 3771-15 joumada I 1405 (6-2-85)., REFERENCE: BULLETIN OFFICIEL N 3771-15 joumada I 1405 (6-2-85)., Décret n 2-82-668 du 17 rebia II 1405 (9 janvier 1985) portant statut particulier du corps Interministériel des Ingénieurs et des architectes

Plus en détail

Règlement de placement

Règlement de placement Règlement de placement Valable dès le 1 er mars 2014 Page 1 de 7 A. Table des matières A. Table des matières 2 B. But et contenu 3 Art. 1 But 3 Art. 2 Objectifs et principes du placement de la fortune

Plus en détail

STATUTS DE l ASSOCIATION «CASTELMAUROU CITOYENNE ET DEMOCRATE»

STATUTS DE l ASSOCIATION «CASTELMAUROU CITOYENNE ET DEMOCRATE» 1 STATUTS DE l ASSOCIATION «CASTELMAUROU CITOYENNE ET DEMOCRATE» 2 ARTICLE 1 DESIGNATION Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le

Plus en détail

Comores. Modalités de gestion et d administration des sociétés à capitaux publics

Comores. Modalités de gestion et d administration des sociétés à capitaux publics Modalités de gestion et d administration des sociétés à capitaux publics Décret n 07-151 [NB - Décret n 07-151 de 2007 fixant certaines modalités de gestion et d administration des sociétés à capitaux

Plus en détail

Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C

Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la fonction publique Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C Le ministre de la fonction publique à

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION DES MAIRES ET DES PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE

STATUTS DE L ASSOCIATION DES MAIRES ET DES PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE STATUTS DE L ASSOCIATION DES MAIRES ET DES PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE (mis à jour Assemblée générale extraordinaire du 26 juin 2015) (Conseil d Administration du 8 juin 2015) Article

Plus en détail

STATUTS DU GROUPEMENT D EMPLOYEURS DES ASSOCIATIONS DU PAYS D AIX Modification du 12 septembre 2005

STATUTS DU GROUPEMENT D EMPLOYEURS DES ASSOCIATIONS DU PAYS D AIX Modification du 12 septembre 2005 STATUTS DU GROUPEMENT D EMPLOYEURS DES ASSOCIATIONS DU PAYS D AIX Modification du 12 septembre 2005 Article 1 : Dénomination. Il est fondé, entre les personnes morales adhérentes aux présents statuts,

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION MOBSYA. Art. 3 Le siège de l Association est à Lausanne. Sa durée est illimitée.

STATUTS DE L ASSOCIATION MOBSYA. Art. 3 Le siège de l Association est à Lausanne. Sa durée est illimitée. STATUTS DE L ASSOCIATION MOBSYA Forme juridique, but et siège Art. 1 Alinéa 1 Sous le nom d association Mobsya est créée une association à but non lucratif régie par les présents statuts et par les articles

Plus en détail

Article 1. Article 2. Article 3

Article 1. Article 2. Article 3 STATUTS Création Article 1 30 janvier 2013 Il est fondé entre les adhérents, aux présents statuts, une association régie par la loi du 1 juillet 1901 et le décret du 16 août 1901 ayant pour nom «Association

Plus en détail

LE CUMUL D ACTIVITÉS DES AGENTS À TEMPS NON COMPLET (Mode d emploi)

LE CUMUL D ACTIVITÉS DES AGENTS À TEMPS NON COMPLET (Mode d emploi) République française Polynésie française www.cgf.pf LE CUMUL D ACTIVITÉS DES AGENTS À TEMPS NON COMPLET (Mode d emploi) (Applicable depuis le 15 novembre 2011) I L autorisation du cumul SOMMAIRE p. 2 A

Plus en détail

En vigueur à partir du 06 Février 2010

En vigueur à partir du 06 Février 2010 INTERNATIONALER MUSIKBUND CONFÉDÉRATION INTERNATIONALE DES SOCIÉTÉS MUSICALES INTERNATIONAL CONFEDERATION OF MUSIC SOCIETIES RÈGLEMENT (RE) COMITÉ DE DIRECTION DOMAINES TECHNIQUES REVISEURS AUX COMPTES

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail