Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "http://www.ed-diamond.com"

Transcription

1 Ceci est un extrait électronique d'une publication de Diamond Editions : Ce fichier ne peut être distribué que sur le CDROM offert accompagnant le numéro 100 de GNU/Linux Magazine France. La reproduction totale ou partielle des articles publiés dans Linux Magazine France et présents sur ce CDROM est interdite sans accord écrit de la société Diamond Editions. Retrouvez sur le site tous les anciens numéros en vente par correspondance ainsi que les tarifs d'abonnement. Pour vous tenir au courant de l'actualité du magazine, visitez : Ainsi que : et

2 renons l exemple d un disque dur pointé par le fichier spécial /dev/hda qui contient une partition /dev/hda2 pour le swap, /dev/hda5 pour le /home et /dev/hda6 pour le root (vous pouvez utiliser la commande système sfdisk -l pour lister les partitions de votre machine). Chaque partition possède un type (par exemple, 0x82 pour le swap ou 0x83 pour des partitions Linux) et contient en dehors du swap un système de fichiers (par exemple Ext3 ou Reiserfs). # sfdisk -l LVM ou comment changer d idée sur le stockage de données sous Linux P Disk /dev/hda: 608 cylinders, 255 heads, 63 sectors/track Units = cylinders of bytes, blocks of 1024 bytes, counting from 0 Device Boot Start End #cyls #blocks Id System /dev/hda1 * Extended /dev/hda Linux swap /dev/hda Empty /dev/hda Empty /dev/hda Linux /dev/hda Linux La partition étendue est une contrainte du format de partition de type DOS dans lequel on ne peut créer plus de quatre partitions primaires mais où l on peut, par une partition étendue, créer un grand nombre de partitions logiques : Figure 1 : Partitionnement standard de type DOS Pourquoi utiliser un gestionnaire de volume logique? Sur un système Linux traditionnel, le découpage de l espace disque se fait habituellement par la création de partitions physiques de taille fixe lors de l installation du système. Le système de fichiers (structure logique abritant les fichiers et les répertoires, vos données en l occurrence) prenant place à l intérieur d une partition. Ce mode de mise en œuvre est simple et efficace mais permet difficilement d étendre l espace disponible en cas de saturation d une partition : si vous souhaitez ajouter 2 Go au système de fichiers /home, vous n avez pratiquement pas d autres possibilités que de réinstaller votre machine en choisissant un nouveau découpage lors de l installation. Et si le disque dur ne suffit pas, il vous faudra en ajouter un second mais en sacrifiant toujours à une réinstallation du système. Pour résumer le problème, puisque vous devez créer une partition sur un disque dur avant de pouvoir mettre en place un système de fichiers, ce dernier sera statique et impossible à étendre car il est impossible nativement de créer des partitions, et donc un système de fichiers, qui couvrent plusieurs disques durs (je passe sur la notion de Raid logiciel qui autorise cette fonctionnalité mais qui dépasse le cadre de cet article). Introduction à LVM LVM, dont l acronyme anglo-saxon signifie Logical Volume Manager, est un gestionnaire de volumes logiques qui apporte une vision abstraite du stockage de votre machine. La partition physique devient un composant élémentaire et ne va plus directement supporter le système de fichiers. Entre ces deux couches de bas et de haut niveau (successivement, la partition et le système de fichiers), vont s intercaler une première couche regroupant les partitions physiques (appelée volume groupe ) et une deuxième couche, dans laquelle nous allons créer les systèmes de fichiers (appelés volumes logiques ) mais qui seront dynamiquement retaillables (indifféremment en réduction ou en extension). 18 LM 54

3 Figure 2 : Découpage des données sous LVM L intérêt principal de cette approche est à la fois de pouvoir étendre facilement un volume groupe en ajoutant des partitions physiques (par exemple, un nouveau disque dur) et de changer la taille à chaud des volumes logiques sachant que ces derniers ne possèdent pas un emplacement précis sur un volume groupe et ne sont représentés que par leur nom et leur taille. Vous pouvez vérifier que votre distribution supporte LVM en chargeant le driver (module) lvm-mod et en validant la présence du package lvm (j utilise RPM sur la SuSE 8.0 mais l utilisation du format DEB est similaire) : # modprobe lvm-mod # lsmod grep lvm lvm-mod (unused) # rpm -q lvm lvm Vous pouvez laisser le support par module (plus souple) mais aussi le compiler en dur : Figure 3 : Compilation du support LVM dans le noyau Linux Pour être précis, nous allons parler de volumes physiques comme composant élémentaire du stockage (un disque dur, une partition, un volume Raid logiciel, un device bloc réseau, voire un device en loopback), de volumes groupes comme abstraction de l espace disque (composés de un ou plusieurs volumes physiques présents ou non sur le même disque dur) et de volumes logiques dans lesquels nous allons créer nos systèmes de fichiers. Figure 4 : Couches d abstractions du modèle LVM Nous allons appeler PV un volume physique (Physical Volume), VG un volume groupe (Volume Group) et LV un volume logique (Logical Volume). Le nommage des volumes groupes et logiques est libre même si la convention habituelle est de préfixer un volume groupe par vg_ et un volume logique par lv_. Tout l espace disponible dans un volume groupe peut ne pas être utilisé dans les volumes logiques. Cela permet de garder en réserve de l espace disque pour l ajouter aux volumes logiques qui en auront besoin. Un peu d histoire LVM (dont les principes ont été développés par l Open Software Foundation) est notamment un ticket d entrée incontournable dans le monde de l entreprise actuel. Il faut bien comprendre que les gros Unix propriétaires possèdent tous leurs propres gestionnaires de volumes : Aix, Solaris, HP-UX, Tru64... (l implémentation actuelle LVM de Linux, qui en est à sa version 1.0.7, est très proche de celle de HP- UX). Linux n est donc pas un précurseur en la matière, mais disposer d un LVM est un enjeu primordial pour les décideurs informatiques souhaitant traiter des volumes de données conséquents. LVM 1.0.x (développé principalement par la société Sistina) est directement implémenté au niveau du noyau Linux depuis sa version 2.4 (avec possibilité d implémentation à partir du ) ; la version 2.6 qui devrait arriver fin 2003 va intégrer la version 2.0 de LVM. Cette dernière version repose sur une nouvelle couche du noyau, le device mapper, qui rationalise l implémentation de drivers supportant des devices virtuels en mode blocs comme par exemple le Raid logiciel. On peut donc s attendre à de meilleures performances et une plus grande fiabilité. Pour la petite histoire, il s en est fallu de peu que le LVM Linux ne soit supplanté par un équivalent développé par IBM, appelé du doux acronyme de EVMS, et qui avait pour ambition de modifier la vision que l on pouvait avoir du stockage de données sous Linux en fédérant l essentiel LVM : Stockage de données Octobre

4 des couches dans un même outil : partition, LVM, Raid logiciel, etc. (concept qui avait tout pour séduire). Les développeurs du noyau Linux ont finalement tranché en faveur du LVM2 de la startup Sistina plutôt que de choisir l outil novateur (peut-être un peu trop) du géant IBM : cela est la preuve, s il en est besoin, de l approche démocratique et mature du développement du noyau Linux. Autant être honnête, les fonctionnalités du driver EVMS restent très alléchantes à l heure qu il est ; la preuve en est que le projet continue d être développé, comme vous pourrez le constater sur le site officiel chez IBM. Peut-être entendrons-nous un jour reparler de cet outil sous une forme différente? Cas d utilisation de LVM Après avoir lu le début de cet article, vous avez peut-être la désagréable impression qu utiliser un gestionnaire de volumes est exclusivement réservé aux sociétés qui manipulent de grosses quantités de données. Cette impression est fausse car LVM peut être aussi très utile sur la machine d un particulier, en fait sur n importe quelle configuration. Vous êtes un particulier et vous possédez une machine disposant d un disque dur de 40 Go : vous échangez régulièrement beaucoup de fichiers avec vos amis et cela entraîne une saturation du répertoire /home? Vous installez régulièrement de nouveaux logiciels et votre /usr ne peut plus tenir la cadence? Une utilisation intensive de la machine cause la génération de fichiers de log qui remplissent la partition supportant /var? Avec LVM, il vous sera possible de préparer votre machine avec des tailles de partitions adaptées en prévision de leur occupation théorique et, en cas de nécessité, il vous sera possible d adapter au fur et à mesure des besoins la taille des partitions à leur utilisation réelle. Vous êtes un ingénieur système et le volume de données à traiter de votre société est en continuelle augmentation? Avec LVM, il vous suffira de rajouter un nouveau disque dur (en SCSI, cela peut même être fait à chaud) et de l ajouter dans un de vos volumes groupes. L espace nouvellement affecté pourra être utilisé par les systèmes de fichiers les plus demandeurs en quelques commandes. C est même souvent utilisé pour isoler les applications critiques en créant un volume groupe par application : vous gardez le contrôle de l occupation disque et vous sécurisez votre système en cas de débordement d une application dont la volumétrie a été sous-évaluée. Le LVM Linux n intègre pas directement le support du Raid1 (mode miroir où les données sont dupliquées sur au moins 2 disques pour supporter la perte d un disque). Il faut pour cela utiliser une carte Raid hardware ou plus simplement le driver Linux MD (Linux Multiple Device) : LVM utilise autant des partitions physiques que des partitions créées par Raid logiciel. Par contre, le support du mode striping (les données sont écrites par morcellement sur plusieurs disques durs pour améliorer les performances) est natif. Dans une utilisation professionnelle, l utilisation d une carte Raid est tout de même fortement conseillée vu son faible coût. La plupart des distributions Linux récentes disposent du support LVM. La configuration du volume manager est accessible aussi à l installation de votre machine, au moins sur les distributions RedHat, SuSE et Mandrake (l installation se fait en mode graphique). Cela n est pas possible par défaut sur la distribution Debian. Figure 5 : Installation graphique de LVM sur la SuSE, RedHat et Mandrake Passons maintenant à la mise en œuvre du LVM Linux en passant en revue les commandes disponibles ainsi que des exemples de mise en situation. Un peu de pratique A ce stade de l article, il paraît incontournable de pouvoir tester LVM en conditions réelles et je peux parfaitement concevoir que disposer d une machine vierge ou d un disque dur supplémentaire n est pas à la portée de tout le monde. Heureusement, le couteau suisse Linux va venir à votre service car, comme précisé rapidement en début de cet article, le LVM Linux supporte en particulier les devices en loopback (loop device) : nous allons donc pouvoir créer de faux disques durs (conceptuellement s entend) que vous allez manipuler comme des vrais. # dd if=/dev/zero of=/tmp/lvm0.iso count=50000 # dd if=/dev/zero of=/tmp/lvm1.iso count=50000 # dd if=/dev/zero of=/tmp/lvm2.iso count=50000 # modprobe loop # losetup /dev/loop0 /tmp/lvm0.iso # losetup /dev/loop1 /tmp/lvm1.iso # losetup /dev/loop2 /tmp/lvm2.iso Les commandes précédentes (exécutées sous root) créent trois fichiers vides d approximativement 25 Mo chacun (commande dd) et les montent en loopback sur les devices /dev/loop0 à /dev/loop2 (commande losetup). Pour résumer, 20 LM 54

5 Tableau 1 cela permet de simuler un device en mode bloc (comme l est un disque dur) à partir d un simple fichier ; une astuce très pratique et qui va nous aider à mettre en œuvre la quasi-totalité des commandes disponibles sans crainte de laisser le système instable (vous utiliserez losetup -d /dev/loopx pour supprimer le device). Voici donc une présentation non exhaustive des principales commandes à connaître pour mettre en œuvre LVM sous Linux (nous aborderons ensuite les plus importantes dans des exemples commentés tableau 1) : lvmdiskscan La première étape consiste donc à initialiser les deux pseudo-disques et à les ajouter dans un volume groupe : # pvcreate /dev/loop0 pvcreate physical volume /dev/loop0 successfully created # pvcreate /dev/loop1 pvcreate physical volume /dev/loop1 successfully created # pvscan pvscan reading all physical volumes (this may take a while...) pvscan inactive PV /dev/loop0 is in no VG [24.41 MB] Cette commande donne un aperçu de tous les périphériques utilisables par LVM sur votre machine : liste les disques durs IDE et SCSI, les partitions en Raid logiciel, les devices en loopback (loop device) et les devices bloc réseau (network block device). pvscan Lecture et affichage de tous les volumes physiques disponibles sur le système : utile pour localiser l espace non utilisé. vgscan lvscan pvcreate vgcreate lvcreate vgextend vgreduce lvextend lvreduce pvdisplay vgdisplay lvdisplay lvremove lvrename vgremove pvmove vgchange Lecture et affichage de tous les volumes groupes présents sur le système. Lecture et affichage de tous les volumes logiques présents sur le système. Initialisation d une partition (ou périphérique compatible) pour pouvoir l utiliser en volume physique : mise en place d un descripteur de volume groupe en début de partition. Les partitions doivent être de type 0x8e, à changer avec l utilitaire fdisk. Création d un volume groupe à partir de 1 ou plusieurs volumes physiques. Le VG sera accessible sous /dev/[vg] et peut être créé dans un mode linéaire (par défaut) ou un mode striping. Le volume est automatique activé. Création d un volume logique dans un volume groupe. Le LV sera accessible sous /dev/[vg]/[lv]. Ajout d un volume physique dans un volume groupe. Suppression d un volume physique dans un volume groupe. Extension de la taille d un volume logique. Réduction de la taille d un volume logique. Affiche des informations liées à un volume physique. Affiche des informations liées à un volume groupe. Affiche des informations liées à un volume logique. Supprime un volume logique. Renomme un volume logique. Supprime un volume groupe : vous devez vérifier qu il n y a pas de volume logique présent dans ce VG avant de le supprimer (le VG doit aussi être désactivé). Déplace les données d un volume physique dans un autre volume physique appartenant au même volume groupe. Est souvent utilisé pour pouvoir enlever un disque du gestionnaire de volume sans arrêt de service. Active ou désactive un volume groupe. LVM : Stockage de données Octobre

6 pvscan inactive PV /dev/loop1 is in no VG [24.41 MB] pvscan total: 2 [48.83 MB] / in use: 0 [0] / in no VG: 2 [48.83 MB] # lvmdiskscan lvmdiskscan reading all disks / partitions (this may take a while...) lvmdiskscan /dev/hda1 [ 2.45 GB] DOS extended partition [0x05] lvmdiskscan /dev/hda2 [ 400 MB] Extended LINUX swap partition [0x82] lvmdiskscan /dev/hda5 [ 200 MB] Extended LINUX native partition [0x83] lvmdiskscan /dev/hda6 [ 700 MB] Extended LINUX native partition [0x83] lvmdiskscan /dev/loop0 [ MB] new LVM loop device lvmdiskscan /dev/loop1 [ MB] new LVM loop device lvmdiskscan /dev/loop2 [ MB] free loop device lvmdiskscan 1 disk lvmdiskscan 0 whole disks lvmdiskscan 3 loop devices lvmdiskscan 0 multiple devices lvmdiskscan 0 network block devices lvmdiskscan 4 partitions lvmdiskscan 0 LVM physical volume partitions # vgcreate -s 8k vg01 /dev/loop0 /dev/loop1 vgcreate INFO: maximum logical volume size is Megabyte vgcreate doing automatic backup of volume group vg01 vgcreate volume group vg01 successfully created and activated Vous aurez certainement remarqué que j ai utilisé une taille de bloc élémentaire (Extend Physique, résumé sous l acronyme PE) de 8k avec l option -s. Par défaut, ce dernier est à 4 Mo.Ce paramètre, essentiel, influe directement sur la taille qu il sera possible d atteindre dans un volume logique : pour réduire la trace mémoire dans le noyau Linux, il existe une limitation de PE dans un volume logique (la taille des PE va de 8 Ko jusqu à 16 Go par multiple de 2). La taille théorique (il existe des limitations dans le noyau Linux comme nous allons le voir plus loin) d un volume logique est donc de 16GBx65536PE = ~1 Petabytes. Pour en finir avec les limites du LVM Linux, vous devez savoir qu il est possible de créer jusqu à 99 volumes groupes, 256 volumes logiques et 256 volumes physiques. Il convient donc particulièrement de prévoir ce type de limitation en cas de gros volumes à traiter. Qu est-ce qu un Extend Physique? LVM divise chaque volume physique en unité adressage, appelées extend physique (PE), dont la taille est paramétrable lors de la création du volume groupe. Tous les volumes physiques présents dans un volume groupe possèdent la même taille d extend. Par symétrie, la plus petite unité allouable sur un volume logique est appelée un extend logique (LE). Techniquement, il va en fait y avoir mapping entre un extend logique (LE) d un volume logique et un extend physique (PE) présent dans un volume physique, comme indiqué dans le schéma qui suit (la taille d un extend logique est donc celle de l extend physique) : Figure 6 : Liaison des extends logiques et des extends physiques Un dernier point, si vous utilisez Devfs (notamment sous la Mandrake), vous devez utiliser le nom réel (/dev/ide/host0/bus0/target0/lun0/part1) et non le lien symbolique (par exemple, /dev/hda) lors de la création du volume groupe. Nous allons à présent créer un volume logique de 4 Mo et le renommer en lv_test : # lvcreate -L4M -n lv01 vg01 lvcreate doing automatic backup of vg01 lvcreate logical volume /dev/vg01/lv01 successfully created # vgdisplay vg01 - Volume group - VG Name VG Access VG Status VG # 0 MAX LV 256 Cur LV 1 Open LV 0 MAX LV Size Max PV 256 Cur PV 2 Act PV 2 vg01 read/write available/resizable MB VG Size MB PE Size 8 KB Total PE 6200 Alloc PE / Size 512 / 4 MB Free PE / Size 5688 / MB VG UUID MDAQBd-6wUz-Qwl1-rJqM-Ju8Y-ceRG-YNK6gm # lvrename /dev/vg01/lv01 /dev/vg01/lv_test lvrename doing automatic backup of volume group vg01 lvrename logical volume /dev/vg01/lv01 successfully renamed to /dev/vg01/lv_test Vous pouvez constater que nous avons utilisé 512 PE (4Mo/8Ko) et puisque par défaut un volume est créé dans un mode linéaire, tous les extends utilisés doivent 22 LM 54

7 Tableau 2 logiquement se trouver en début de volume physique /dev/loop0 (en retrouve le nombre d extends 512) : # pvdisplay /dev/loop0 - Physical volume - PV Name /dev/loop0 VG Name vg01 PV Size MB [50000 secs] / NOT usable 200 KB [LVM: 140 KB] PV# 1 PV Status available Allocatable yes Cur LV 1 PE Size (KByte) 8 Total PE 3100 Free PE 2588 Allocated PE 512 PV UUID UblT7g-X295-qL1u-YbJZ-PdGh-7xSF-9h4EDt J ai déjà précisé que le mode striping était natif à LVM : il convient à la création d un volume logique de préciser le nombre de stripes (généralement égal au nombre de volumes physiques) et la taille en ko d un stripe. Ce mode peut amener une amélioration des performances si les volumes physiques sont présents sur des disques durs différents et éventuellement sur des interfaces disques séparées. Dans l exemple suivant, on crée un découpage de 2 stripes de 4ko chacun. # lvcreate -i2 -I4 -n lv01 vg01 Il est de plus possible de préciser, à la création d un volume logique, le ou les volume(s) physique(s) où seront réservés les Extends Physiques (PE). Lire le manuel (man lvcreate) pour connaître les modalités d applications. Le volume logique est configuré, nous allons y mettre en place un système de fichiers : # lvdisplay /dev/vg01/lv01 - Logical volume - LV Name /dev/vg01/lv01 VG Name vg01 LV Write Access read/write LV Status available LV # 1 # open 0 LV Size 4 MB Current LE 512 Allocated LE 512 Allocation next free Read ahead sectors Block device 58: Ext2/3 (*) Il n est pas possible (voir le commentaire en bas du tableau) d étendre la taille d un système de fichiers Ext2/3 à chaud. Il est nécessaire de démonter la partition et d augmenter la taille du système de fichiers à froid (l extension du volume logique peut être faite à chaud) : # lvextend -L+1G /dev/vg01/lv01 # umount /montage # resize2fs /dev/vg01/lv01 # mount /dev/vg01/lv01 /montage # mkfs.ext2 -j /dev/vg01/lv_test... Writing inode tables: done Creating journal (1024 b0 locks): done Writing superblocks and filesystem accounting information: done # mount /dev/vg01/lv_test /mnt On pourra donc désormais ajouter un volume physique par un simple vgextend vg01 /dev/loop2, ou encore supprimer un volume physique avec vgreduce après avoir déplacé les extends physiques utilisés dans un autre volume physique avec pvmove. La suppression d un volume groupe est plus délicate car il faut désactiver le VG avant (il ne doit pas y avoir de VL présents) : # vgchange -a n /dev/vg0x # vgremove /dev/vg0x Extension ou réduction d un volume logique L extension et la réduction d un volume logique est plus complexe car il faut à la fois réduire la taille du volume logique, mais aussi celle du système de fichiers. Et pour compliquer la donne, il y a plusieurs systèmes de fichiers majeurs disponibles (Ext2/3, Reiserfs, JFS ou encore XFS) et tout autant de méthodologies/outils pour étendre ou réduire un volume logique. Si vous initialisez un volume logique avec du swap, il ne vous sera pas possible de l étendre ou de le réduire dynamiquement à moins de reformater la partition après l avoir désactivée. Si vous souhaitez l étendre, il sera même plus simple d ajouter une nouvelle partition de swap (tableau 2). (*) Il existe malgré tout un outil (ext2online) qui permet de faire grossir ou de réduire un volume logique sous Ext2/3 à chaud en une seule commande (pas besoin d utiliser lvextend/lvreduce et de démonter la partition). Par contre, cela demande un patch dans les noyaux 2.4 (cette fonctionnalité semblerait incluse en standard dans le noyau 2.6) : cela dépend donc de la distribution que vous utilisez(tableau 3). Tout comme l extension, il n est pas possible de réduire un volume logique à chaud. Vous devez démonter la partition, réduire le système de fichiers et enfin réduire le volume logique : # umount /montage # resize2fs /dev/vg01/lv01 [taille] # lvreduce -L-1G /dev/vg01/lv01 # mount /dev/vg01/lv01 /montage LVM : Stockage de données Octobre

8 Tableau 3 Tableau 4 Tableau 5 Reiserfs Il est possible d étendre la taille d un système de fichiers Reiserfs à chaud : # lvextend -L+1G /dev/vg01/lv01 # resize_reiserfs /dev/vg01/lv01 JFS Il semble possible (non testé) d étendre un système de fichiers JFS (à partir de la release ) : # lvextend -L+1G /dev/vg01/lv01 # mount -o remount,resize /dev/vg01/lv01 XFS Il est possible d étendre un système de fichiers XFS, par contre cela doit être obligatoirement fait le device monté (fonctionnement atypique qui mérite d être signalé) : # lvextend -L+1G /dev/vg01/lv01 # xfs_growfs /montage Il n est pas possible de réduire la taille d un système de fichiers Reiserfs à chaud. Il est nécessaire de démonter la partition avant de réduire la taille du système de fichiers : # umount /montage # resize_reiserfs -s -1G /dev/vg01/lv01 # lvreduce -L-1G /dev/vg01/lv01 # mount /dev/vg01/lv01 /montage Il n est pas possible de réduire la taille d un système de fichiers JFS. Il n est pas possible de réduire un système de fichiers XFS. Tableau 6 Une fusion de tous ces outils dans une même commande est en cours d étude (ce qui nous simplifierait grandement la vie). Une des grandes questions existentielles que l on est en droit de se poser est : quel système de fichiers utiliser? Outre le côté affectif qui nous lie tous à l utilisation de l un ou de l autre, il vaut mieux s en remettre à la raison et regarder du côté des limitations de chacun (sur une base de 4 KB pour la taille des blocs sachant que cela reste configurable dans la plupart des cas)(tableau 6) : Pour information, 1024 octets équivaut à 1 Kilobytes, 1024 Ko = 1 Megabytes, 1024 Mo = 1 Gigabytes, 1024 Go = 1 Terabytes, 1024 To = 1 Petabytes et enfin 1024 Po = 1 Exabytes (ouf!). Par contre, il faut bien avoir conscience que ces valeurs représentent la taille maximale supportée par le format du système de fichiers en théorie. Elles ne préjugent pas de la capacité du système à exploiter ces tailles : le fait est que, même en jouant avec le type d architecture (32 bits ou 64 bits) et la version du noyau Linux (2.4, voire le futur 2.6) il est assez délicat d atteindre de telles limites. Il faut savoir par exemple que sur architecture 32 bits, la taille d un fichier ne peut excéder 2 Go (2^32-1) pour des raisons d adressage. Afin de casser cette limite, il existe un projet appelé LFS (Large File Size) implémenté moitié dans le noyau, moitié dans la libc, qui permet d adresser en théorie 8 Exabytes (2^64-1). Ext2/3 Reiserfs v3.6 XFS JFS Taille de bloc utilisé 4 KB 4KB 4KB 4KB Taille maximale 2 Terabytes 1 Exabytes 9 Exabytes 4 Petabytes d un fichier Taille maximale du 16 Terabytes 16 Terabytes 18 Exabytes 4 (32?) système de fichiers Petabytes On peut malgré tout avancer les chiffres suivants en appuyant quelques réserves justifiées (les informations présentes sur Internet sont souvent contradictoires, même au sein des développeurs Linux) : Sur un noyau 2.4.x récent sur architecture 32 bits : les systèmes de fichiers, fichiers et devices physiques sont limités à 2 Terabytes par une limitation interne au noyau. Sur un noyau de développement 2.5.x sur architecture 32 bits : la taille d un fichier reste limitée à 2 Terabytes alors qu il n y a presque plus de limitation pour les devices 24 LM 54

9 physiques et les systèmes de fichiers (ces derniers resterait malgré tout limités à 16 Terabytes). Sur architectures 64 bits : virtuellement pas de limite sauf celle de l adressage (8 Hexabytes). Il est évident que l accès à 2 Terabytes de données semble suffisant par rapport aux supports physiques disponibles actuellement (cela est particulièrement vrai pour les particuliers), mais les choses évoluent rapidement et devient indispensable dans l entreprise. Utilisation des Snapshots Un dernier point à aborder (et non des moindres) avant d arriver à la conclusion de cet article : la notion de snapshot. Imaginons que vous deviez sauvegarder des fichiers possédant une forte dépendance entre eux et modifiés quasiment en temps réel (comme les fichiers systèmes d une base de données) : le fichier A est synchronisé avec le fichier B, si le fichier B est sauvegardé 5 minutes plus tard que le fichier A, vos données ne pourront être restaurées car considérées comme inconsistantes. Pour traiter ce cas, il faut arrêter l applicatif, lancer la sauvegarde et attendre la fin de la sauvegarde pour redémarrer l applicatif : d où interruption du service que l on aimerait pouvoir éviter ou réduire. Les snapshots LVM sont la solution : nous allons créer un volume logique virtuel (snapshot) qui sera la copie conforme en lecture seule de celui que vous souhaitez sauvegarder à un instant T. Vous pourrez supprimer un fichier dans le volume logique initial, celui-ci sera toujours présent dans le volume logique virtuel. A l inverse, si vous ajoutez un fichier, ce dernier sera absent du snapshot. En cas de modification des données sur le volume initial, les données resteront consistantes sur le volume virtuel. Pourtant, un snapshot LVM n est pas une copie intégrale des données présentes dans un volume logique. Il n a même pas besoin de disposer de la même quantité d espace disque. L astuce est qu un snapshot ne contient absolument rien, en dehors de la liste des Extends Logiques (LE) modifiés dans le volume initial. Les blocs modifiés ne sont donc pas supprimés, mais simplement référencés dans le volume virtuel : après la suppression du snapshot, ces derniers seront définitivement recyclés. Ce fonctionnement fait que nous allons pouvoir tranquillement lancer la sauvegarde sur les données du volume virtuel et immédiatement après (sans attendre la fin), relancer l applicatif : quelques secondes d interruption en somme. Un snapshot est créé avec une taille initiale dont la volumétrie est calculée en estimant la quantité de données (LE) qui va être modifiée durant toute la durée du snapshot. C est à peu près la seule contrainte en dehors du fait qu un snapshot n est pas persistant (supprimé après redémarrage de votre machine). Voici un exemple de mise en œuvre d un snapshot sur un volume logique vl_data sachant que le volume logique virtuel nouvellement créé sera obligatoirement présent dans le même volume groupe : # lvcreate -size 600M -snapshoot -n lv_snap /dev/vg01/vl_data # mkdir /lv_snap # mount /dev/vg01/lv_snap /lv_snap [sauvegarde des données] # umount /lv_snap # lvremove /dev/vg01/lv_snap Conclusion J espère que cet article vous aura permis d avoir un aperçu pertinent de la mise en œuvre d un volume manager sous Linux. Je souhaite que vous gardiez à l esprit qu il est intéressant, dès l installation de votre machine, de placer toutes vos partitions sous LVM car nul ne peut prédire l avenir, et il n y a rien de plus rageant que de devoir réinstaller une machine suite à la saturation d une partition ou de l ajout d un nouveau disque. Je tiens aussi à remercier Andreas Jaeger (SuSE) et Peter Chubb d avoir si diligemment répondu à mes questions concernant les limites des systèmes de fichiers sous Linux (malgré tout, n hésitez pas à me contacter si vous possédez des informations plus à jour). Lionel Tricon Membre de l association Linux d Aix-en-Provence, Axul Ingénieur caméléon et Linuxien prosélythique dans la société Diginext Liens LVM : HOWTO LVM : LFS : EVMS : ext2online : EXT2/3 : ReiserFS : XFS : JFS : LVM : Stockage de données Octobre

http://www.lea-linux.org/cached/printable=yes/index/leapro-pro_sy...

http://www.lea-linux.org/cached/printable=yes/index/leapro-pro_sy... Sommaire Le LVM (Logical Volume Manager) De l'utilité du LVM Les composants du LVM Utiliser le LVM : ce dont il faut disposer Kernel et utilitaires Sur quels périphériques et systèmes de fichiers puis-je

Plus en détail

Linux. Logical Volume Management

Linux. Logical Volume Management Linux Logical Volume Management LVM, ou gestionnaire de volumes logiques, permet la création et la gestion de volume logique sous Linux. L utilisation de volumes logiques est un système beaucoup plus souple

Plus en détail

Principe. Technologies utilisées. 1. Linux et LVM. Les snapshots (instantannés) sous Linux et FreeBSD. Présentation de LVM. Organisation de LVM

Principe. Technologies utilisées. 1. Linux et LVM. Les snapshots (instantannés) sous Linux et FreeBSD. Présentation de LVM. Organisation de LVM Les snapshots (instantannés) sous Linux et FreeBSD Principe Un instantanné permet de pouvoir figer l'état du système de fichier à un instant t pour des besoins de sauvegarde. Une sauvegarde peux parfois

Plus en détail

Séances n o 6 et 7 : Stockage- Version enseignant

Séances n o 6 et 7 : Stockage- Version enseignant Licence Professionnelle ASRALL Linux - Installation Séances n o 6 et 7 : Stockage- Version enseignant 1 Manipulation de systèmes de fichiers Introduction Les partitions utilisables sous un système Linux

Plus en détail

Formation Partitionnement

Formation Partitionnement Système de fichiers, LVM et RAID Centrale Réseaux Mardi 7 octobre 2008 Sommaire 1 Les partitions Les types de partitions Les systèmes de fichiers 2 Principe de base Physical Volume Volume Group Logical

Plus en détail

Chapitre 4 : Gestion des disques et systèmes de fichiers

Chapitre 4 : Gestion des disques et systèmes de fichiers Gestion des disques et systèmes de fichiers ÉNONCÉSDUCHAPITRE4 33 Chapitre 4 : Gestion des disques et systèmes de fichiers X Durée : 2heures40 X Mots-clés : montage, quotas, disques, partitions, système

Plus en détail

Formation partitionnement et LVM

Formation partitionnement et LVM Formation partitionnement et LVM... une méthode de partitionnement pour les serveurs LeJo (Joël Lopes Da Silva) VIA Centrale Réseaux mercredi 02 octobre 2007 LeJo (Joël Lopes Da Silva) Formation partitionnement

Plus en détail

13/05/2014 Dossier LVM LVM. Anthony MANDRON LYCEE LE CASTEL

13/05/2014 Dossier LVM LVM. Anthony MANDRON LYCEE LE CASTEL 13/05/2014 Dossier LVM LVM Anthony MANDRON LYCEE LE CASTEL Table des matières Schéma... 2 Procédure d installation... 2 Sauvegarde LVM... 11 Allez plus loin...... 15 ANTHONY MANDRON 1 Schéma Procédure

Plus en détail

102.1. Schémas de partitionnement

102.1. Schémas de partitionnement Préparation LPI Exam 101 102.1. Schémas de partitionnement Document sous licence Creative commons «by nc sa» http://creativecommons.org/licenses/by nc sa/2.0/fr/ Sommaire Partitionnement LVM Points de

Plus en détail

Raid logiciel sous Linux

Raid logiciel sous Linux ISET KAIROUAN 2014-2015 TP Raid logiciel sous Linux Installation et configuration du RAID logiciel sous LINUX Auteur Version - Date Nom du fichier N.GRASSA & J.AMMAR Mars 2015 tp-raid A. Sommaire A. SOMMAIRE...

Plus en détail

Logical Volume Manager (LVM)

Logical Volume Manager (LVM) Principe LVM permet de redimensionner très simplement des partitions et s'affranchit des limites "étranges" inhérentes au modèle MBR. Chaque disque est décomposé en une ou plusieurs partitions appelées

Plus en détail

Administration de Parc Informatique TP 05 Installation de Linux Debian

Administration de Parc Informatique TP 05 Installation de Linux Debian Institut Galilée L2 info S1 Année 2008-2009 Administration de Parc Informatique TP 05 Installation de Linux Debian 1 Une machine virtuelle Sur les machines du Sercal, nous ne pouvons pas manipuler les

Plus en détail

Le Raid Logiciel sous GNU/Linux

Le Raid Logiciel sous GNU/Linux Le Raid Logiciel sous GNU/Linux Objectif: implémenter le RAID logiciel sous GNU/Linux Contenu: principes du RAID installation configuration root sur RAID Principes Redundant Array of Independent Disks

Plus en détail

Administration système

Administration système Administration système TP2 : premières installations. L3 Pro R&S - L3I. Guillaume RENIER - 2013 http://depinfo.u-cergy.fr/adminsystem[l3i L3RS] guillaume.renier@u-cergy.fr 1 Installation en mode bloc de

Plus en détail

Administration système

Administration système Administration système TP2 : installations d OS. L3 Pro R&S - L3I. Guillaume RENIER - 2013 http://depinfo.u-cergy.fr/adminsystem[l3i L3RS] guillaume.renier@u-cergy.fr 1 Installation en mode bloc de Windows.

Plus en détail

Administration de Parc Informatique TP06 : Installation de Linux Debian

Administration de Parc Informatique TP06 : Installation de Linux Debian Institut Galilée L2 Info S1 Année 2013 2014 1 Une machine virtuelle Administration de Parc Informatique TP06 : Installation de Linux Debian Le but du TP est d installer Linux (en l occurrence la distribution

Plus en détail

Administration de Parc Informatique TP07 : Installation de Linux Debian

Administration de Parc Informatique TP07 : Installation de Linux Debian Institut Galilée L2 Info S1 Année 2012 2013 1 Une machine virtuelle Administration de Parc Informatique TP07 : Installation de Linux Debian Le but du TP est d installer Linux (en l occurrence la distribution

Plus en détail

Changement de disque LVM2 + Crypto et migration des données» Lefin... Changement de disque LVM2 + Crypto et migration des données

Changement de disque LVM2 + Crypto et migration des données» Lefin... Changement de disque LVM2 + Crypto et migration des données 1 sur 8 25.05.2008 11 Lefinnois.net Changement de disque LVM2 + Crypto et migration des données «Ils ne savaient pas que c'était impossible... alors... ils l'ont fait.» 23 mai 2008 Changement de disque

Plus en détail

Guide d installation de Xen sur Ubuntu 7.10

Guide d installation de Xen sur Ubuntu 7.10 Guide d installation de Xen sur Ubuntu 7.10 Responsable à contacter en cas de problème : Julien Louisy Rédaction et mise en page : Ezequiel Geremia et Julien Louisy Table des matières : 1 1. Installer

Plus en détail

6 - Le système de gestion de fichiers F. Boyer, UJF-Laboratoire Lig, Fabienne.Boyer@imag.fr

6 - Le système de gestion de fichiers F. Boyer, UJF-Laboratoire Lig, Fabienne.Boyer@imag.fr 6 - Le système de gestion de fichiers F. Boyer, UJF-Laboratoire Lig, Fabienne.Boyer@imag.fr Interface d un SGF Implémentation d un SGF Gestion de la correspondance entre la structure logique et la structure

Plus en détail

Disque dur Fichiers Répertoires Partitions Droits d accès Quelques SGF. Système de fichiers. Julien Forget 1

Disque dur Fichiers Répertoires Partitions Droits d accès Quelques SGF. Système de fichiers. Julien Forget 1 Julien Forget 1 Université Lille 1 École Polytechnique Universitaire de Lille Cité Scientifique 59655 Villeneuve d Ascq GIS3 2011-2012 1. Inspiré des slides de Thomas Vantroys 1 / 81 Plan 1 Le disque dur

Plus en détail

L objet de cette faq est de vous décrire la procédure pour installer miniroot version 0.18 sur une DM7020.

L objet de cette faq est de vous décrire la procédure pour installer miniroot version 0.18 sur une DM7020. 1/166 L objet de cette faq est de vous décrire la procédure pour installer miniroot version 0.18 sur une DM7020. Miniroot7020 a 2 utilités : - il permet le multiboot sur stick usb,cf ou hdd - et d installer

Plus en détail

Administration de Parc Informatique TP08 : Installation de Linux Debian

Administration de Parc Informatique TP08 : Installation de Linux Debian Institut Galilée L2 Info S1 Année 2011 2012 1 Une machine virtuelle Administration de Parc Informatique TP08 : Installation de Linux Debian Le but du TP est d installer Linux (en l occurrence la distribution

Plus en détail

Le stockage. 1. Architecture de stockage disponible. a. Stockage local ou centralisé. b. Différences entre les architectures

Le stockage. 1. Architecture de stockage disponible. a. Stockage local ou centralisé. b. Différences entre les architectures Le stockage 1. Architecture de stockage disponible a. Stockage local ou centralisé L architecture de stockage à mettre en place est déterminante pour l évolutivité et la performance de la solution. Cet

Plus en détail

Introduction aux systèmes d exploitation

Introduction aux systèmes d exploitation Introduction aux systèmes d exploitation Le système d exploitation est un ensemble de logiciels qui pilotent la partie matérielle d un ordinateur. Les principales ressources gérées par un système d exploitation

Plus en détail

Plan du cours. - Introduction - Emergence et évolution des systèmes d exploitation - Système de fichiers : FAT - NTFS - Ordonnancement

Plan du cours. - Introduction - Emergence et évolution des systèmes d exploitation - Système de fichiers : FAT - NTFS - Ordonnancement Plan du cours - Introduction - Emergence et évolution des systèmes d exploitation - Système de fichiers : FAT - NTFS - Ordonnancement Systèmes d exploitation 1ère année p. 1 FAT FAT = File Allocation Table

Plus en détail

Disques. 1 er mai 2011

Disques. 1 er mai 2011 de Gilles.Roussel@univ-mlv.fr http://igm.univ-mlv.fr/~roussel/l22/ Licence 2 1 er mai 2011 C est quoi un disque? de C est quoi un disque? de Différents types de disques disques magnétiques (disques durs,

Plus en détail

ResEl 101 : Présentation des fonctionnalités de Linux utilisées au ResEl

ResEl 101 : Présentation des fonctionnalités de Linux utilisées au ResEl ResEl 101 : Présentation des fonctionnalités de Linux utilisées au ResEl Association ResEl Réseau des Élèves de l ENST Bretagne 23 Septembre 2005 Association ResEl (Réseau

Plus en détail

ASR2-S ASR2. Gestion des disques : plan et illustrations. 2 Pour l utilisateur 4 FAT. 3 Catalogue de fichiers. 2.

ASR2-S ASR2. Gestion des disques : plan et illustrations. 2 Pour l utilisateur 4 FAT. 3 Catalogue de fichiers. 2. ASR2-S ASR2-Système Département Informatique IUT Bordeaux 1 ASR2 1 Définition 2 Pour l utilisateur nom du position du fichier premier bloc taille CLIENTS 10 50 PRODUITS 60 500 FACTURES 560 2000 pour l

Plus en détail

Gilles Roussel. Disques. Optimisation. Bas niveau. Partitions. fichiers FAT RAID. Gilles Roussel. Disques. Optimisation. Bas niveau.

Gilles Roussel. Disques. Optimisation. Bas niveau. Partitions. fichiers FAT RAID. Gilles Roussel. Disques. Optimisation. Bas niveau. C est quoi un disque? de Gilles.Roussel@univ-mlv.fr http://igm.univ-mlv.fr/ens/licence/l2/2012-2013/system/ Licence 2 de 7 avril 2015 C est quoi un disque? C est quoi un disque? de Différents types de

Plus en détail

Architecture logicielle des ordinateurs

Architecture logicielle des ordinateurs Architecture logicielle des ordinateurs Yannick Prié UFR Informatique Université Claude Bernard Lyon 1 des ordinateurs Objectifs du cours Notions générales sur le fonctionnement matériel (un peu) et logiciel

Plus en détail

VMware ESX/ESXi. 1. Les composants d ESX. VMware ESX4 est le cœur de l infrastructure vsphere 4.

VMware ESX/ESXi. 1. Les composants d ESX. VMware ESX4 est le cœur de l infrastructure vsphere 4. VMware ESX/ESXi 1. Les composants d ESX VMware ESX4 est le cœur de l infrastructure vsphere 4. C est un hyperviseur, c est à dire une couche de virtualisation qui permet de faire tourner plusieurs systèmes

Plus en détail

Il est courant de souhaiter conserver à

Il est courant de souhaiter conserver à Il est courant de souhaiter conserver à la fois Linux et Windows sur un même ordinateur, en particulier pour découvrir Linux, pour garder un filet de sécurité, ou pour continuer à jouer à des jeux récents

Plus en détail

Projet de semestre 2011. Etude du stockage des Machines Virtuelles VMware sur un système FreeNAS au sein d une architecture SAN

Projet de semestre 2011. Etude du stockage des Machines Virtuelles VMware sur un système FreeNAS au sein d une architecture SAN 11.04.2011 Projet de Semestre 2011 Benoît Chalut Projet de semestre 2011 Etude du stockage des Machines Virtuelles VMware sur un système FreeNAS au sein d une architecture SAN Professeur Responsable :

Plus en détail

Un NetApp F85 à l IFSIC. Les raisons d un choix

Un NetApp F85 à l IFSIC. Les raisons d un choix Un NetApp F85 à l IFSIC Les raisons d un choix Plan Introduction Cahier des charges DAS? NAS ou SAN? Serveur «généraliste» ou appliance? Le choix NetApp Limites du F85 Conclusion 2 Introduction Le constat

Plus en détail

Tutoriel Création d une source Cydia et compilation des packages sous Linux

Tutoriel Création d une source Cydia et compilation des packages sous Linux Tutoriel Création d une source Cydia et compilation des packages sous Linux 1. Pré-requis 1. Quelques connaissances sous Linux 2. Avoir à disposition un Serveur FTP pour héberger votre source 3. Un thème

Plus en détail

Systèmes de fichiers. Didier Verna

Systèmes de fichiers. Didier Verna 1/23 de fichiers didier@lrde.epita.fr http://www.lrde.epita.fr/ didier 2/23 Table des matières 1 2 Structure des fichiers 3 Structure des répertoires 4 Protection et sécurité 4/23 Répondre aux problèmes

Plus en détail

Sauvegarde sur un serveur Scribe

Sauvegarde sur un serveur Scribe Sauvegarde sur un serveur Scribe Note : Les commandes à taper sont entourées de simples quotes ' et doivent être validées par Entrée. Les noms de fichier, utilisateurs, mot de passe et autres labels sont

Plus en détail

Partage de fichier Linux. Raymond RAZAFIMAMONJY Administration LINUX / UNIX Chapitre 9 www.razafimamonjy.fr

Partage de fichier Linux. Raymond RAZAFIMAMONJY Administration LINUX / UNIX Chapitre 9 www.razafimamonjy.fr Partage de fichier Linux 1 Définition : Partage de fichier NFS sous Linux NFS (Network File System) est un protocole permettant de monter des disques en réseau. Ce protocole basé sur le principe client/serveur,

Plus en détail

Multi-boot avec trois systèmes

Multi-boot avec trois systèmes GET Linux A.S.C.T Multi-boot avec trois systèmes Faire cohabité un windows et deux systèmes linux sur un seul disque dur. Préparation Live-CD Debian Mandriva Information : vous êtes a la page 1 sur 11

Plus en détail

INSTALLATION DE BACKUPPC

INSTALLATION DE BACKUPPC INSTALLATION DE BACKUPPC BackupPC est un logiciel très intéressant, très facile à installer, et à gérer et qui permet bien sûr de faire de bonnes sauvegardes de nos PCs. Aujourd'hui, le backup de nos machines

Plus en détail

XEN et l optimisation d espace disque

XEN et l optimisation d espace disque Accueil A propos Nuage de Tags Contribuer Who s who 28 juil 2008 Récoltez l actu UNIX et cultivez vos connaissances de l Open Source XEN et l optimisation d espace disque Catégorie : Administration système

Plus en détail

PPE 1 PRISE EN MAIN DE VMWARE VSPHERE 5.5 & CONFIGURATION D UNE MACHINE VIRTUELLE

PPE 1 PRISE EN MAIN DE VMWARE VSPHERE 5.5 & CONFIGURATION D UNE MACHINE VIRTUELLE PPE 1 PRISE EN MAIN DE VMWARE VSPHERE 5.5 & CONFIGURATION D UNE MACHINE VIRTUELLE Antoine CAMBIEN BTS SIO Option SISR Session 2015 BTS SIO Services Informatiques aux Organisations Session 2014 2015 Nom

Plus en détail

Session 8: Android File System

Session 8: Android File System Session 8: Android File System LO52 - Automne 2014 Fabien BRISSET 2 mai 2014 fabien.brisset@utbm.fr www.utbm.fr Droits de reproduction Copyright 2013-2014, Fabien Brisset, Copyright 2004-2014, Free Electrons

Plus en détail

Licence d Informatique Module 3I015 année 2015 2016. Principes et pratiques de l administration des. Module 3I015. Semaine 5

Licence d Informatique Module 3I015 année 2015 2016. Principes et pratiques de l administration des. Module 3I015. Semaine 5 Licence d Informatique Module 3I015 année 2015 2016 Principes et pratiques de l administration des systèmes Module 3I015 Semaine 5 page 2 1. Sauvegardes des comptes utilisateurs avec rsync 1. Sauvegardes

Plus en détail

Chi rement des postes PC / MAC / LINUX

Chi rement des postes PC / MAC / LINUX Mohammed Khabzaoui UMR 8524 Université Lille1 13 fevrier 2014 Plan Chi rement des portables Outil de chi rement matériel Disque auto-chi rant Outils de chi rement logiciel FileVault pour MAC Dm-crypt pour

Plus en détail

J. Gangloff, Loïc Cuvillon. 28 janvier 2008

J. Gangloff, Loïc Cuvillon. 28 janvier 2008 Systèmes temps réel Linux temps réel : Xenomai sur clé usb J. Gangloff, Loïc Cuvillon Ecole Nationale Supérieure de Physique de Strasbourg 28 janvier 2008 Loïc Cuvillon (ENSPS) Systèmes temps réel Année

Plus en détail

Après avoir réalisé les phases préparatoires, démarré le serveur et mis le DVD Rom dans le serveur, vous arrivez sur :

Après avoir réalisé les phases préparatoires, démarré le serveur et mis le DVD Rom dans le serveur, vous arrivez sur : Installation 1. Serveur ESX4 L installation d un serveur ESX ne présente aucune difficulté et est beaucoup plus simple et rapide (10 à 15 minutes) que l installation d un serveur Windows ou Linux. Dans

Plus en détail

Mise en oeuvre TSM 6.1

Mise en oeuvre TSM 6.1 Mise en oeuvre TSM 6.1 «Bonnes pratiques» pour la base de données TSM DB2 Powered by Qui sommes nous? Des spécialistes dans le domaine de la sauvegarde et de la protection des données 10 ans d expertise

Plus en détail

Compte-rendu. RAID1 Logiciel Linux. (Package mdadm) KAJOUT Wassim 09/02/2013. a b o n n é ( C o m p t e - r e n d u n 2 p a r K A J O U T W a s s i m

Compte-rendu. RAID1 Logiciel Linux. (Package mdadm) KAJOUT Wassim 09/02/2013. a b o n n é ( C o m p t e - r e n d u n 2 p a r K A J O U T W a s s i m Compte-rendu RAID1 Logiciel Linux (Package mdadm) KAJOUT Wassim 09/02/2013 2 4 7 4 1 4 C o m p t e - r e n d u n 2 p a r K A J O U T W a s s i m a b o n n é ( SOMMAIRE I. Le principe général du RAID1 :

Plus en détail

Administration Systèmes et Réseaux

Administration Systèmes et Réseaux Administration Systèmes et Réseaux Pierre BLONDEAU Département Informatique UCBN, Laboratoire GREYC, CRNS UMR 6072, UCBN, ENSICAEN pierre.blondeau@unicaen.fr 19 Janvier 2015 Introduction Wikipedia : Administrateur

Plus en détail

Installation Linux / FreeNas

Installation Linux / FreeNas BTS SIO SISR4 Page 1 Installation Linux / FreeNas D après un document initial de D. Duron FreeNAS est un système d exploitation libre basé sur freebsd et destiné aux serveurs NAS pour le stockage de données

Plus en détail

Cloner un disque dur

Cloner un disque dur Cloner un disque dur Préambule: J'ai testé beaucoup d'outils disponibles sur le Web, pour cloner des disques dur et/ou des partitions, dans de nombreux cas et sur de nombreuses machines, et avec de nombreux

Plus en détail

Fonctions de base d'un système d exploitation

Fonctions de base d'un système d exploitation Chapitre 2 Durée : 12 Heures Type : Théorique Introduction Fonctions de base d'un système d exploitation Ce chapitre s'intéresse aux fonctionnalités de base d'un OS comme : La gestion des processus La

Plus en détail

Cours «système d exploitation» 2 ème année IUT de Caen, Département d Informatique Année 2000 2001 (François Bourdon)

Cours «système d exploitation» 2 ème année IUT de Caen, Département d Informatique Année 2000 2001 (François Bourdon) Cours «système d exploitation» 2 ème année IUT de Caen, Département d Informatique Année 2000 2001 (François Bourdon) Cours Systèmes d exploitation, François Bourdon, IUT département informatique, Caen.

Plus en détail

Template ScribeNG pour xenserver v5

Template ScribeNG pour xenserver v5 MEMO Template ScribeNG pour xenserver v5 Rédacteur Vérificateur Bon pour application Noms : Alyseo AC Créteil AC Créteil Signatures : Référence : ALYSEO-AC CRETEIL-MEMO-002 Version : 04 en date du : 27/01/09

Plus en détail

Déploiement et gestion d ordinateurs avec un outil centralisé (Ghost Serveur 7.5)

Déploiement et gestion d ordinateurs avec un outil centralisé (Ghost Serveur 7.5) Déploiement et gestion d ordinateurs avec un outil centralisé (Ghost Serveur 7.5) QU EST CE Q UN SYSTEME D ADMINISTRATION ET DE DEPLOIEMENT?... 1 1. INSTALLATION SUR LE SERVEUR :... 4 2. PREPARATION DE

Plus en détail

Services orientés réseau

Services orientés réseau Services orientés réseau Christian Bulfone christian.bulfone@gipsa-lab.fr www.gipsa-lab.fr/~christian.bulfone/ic2a-dciss Master IC2A/DCISS Année 2012/2013 Plan du cours Linux en tant que serveur Gestion

Plus en détail

Linux Administration Tome 1 Jean-François Bouchaudy

Linux Administration Tome 1 Jean-François Bouchaudy Linux Administration Tome 1 Les bases de l administration système Jean-François Bouchaudy Tsoft et Groupe Eyrolles, 2007, ISBN : 2-212-12037-0, ISBN 13 : 978-2-212-12037-0 MBR, tag 83 et 82 /dev/hda5,

Plus en détail

Xensource v4.0.1 MEMO. Rédacteur Vérificateur Bon pour application. Noms : Alyseo AC Créteil AC Créteil. Signatures : ALYSEO-AC CRETEIL-MEMO-001

Xensource v4.0.1 MEMO. Rédacteur Vérificateur Bon pour application. Noms : Alyseo AC Créteil AC Créteil. Signatures : ALYSEO-AC CRETEIL-MEMO-001 MEMO Xensource v4.0.1 Rédacteur Vérificateur Bon pour application Noms : Alyseo AC Créteil AC Créteil Signatures : Référence : ALYSEO-AC CRETEIL-MEMO-001 Version : 02 en date du : 14/02/08 Statut : A Valider

Plus en détail

Guide pour l Installation des Disques Durs SATA et la Configuration RAID

Guide pour l Installation des Disques Durs SATA et la Configuration RAID Guide pour l Installation des Disques Durs SATA et la Configuration RAID 1. Guide pour l Installation des Disques Durs SATA... 2 1.1 Installation de disques durs Série ATA (SATA)... 2 2. Guide de Configurations

Plus en détail

Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Médenine, Département TI L1 TI-Année 2014-2015 Système d exploitation Gestion de disques dans Windows

Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Médenine, Département TI L1 TI-Année 2014-2015 Système d exploitation Gestion de disques dans Windows Objectifs Savoir partitionner un disque Formater, défragmenter, nettoyer une partition Créer une image système de windows 1. Les disques durs Un disque dur est une mémoire de masse (de grande capacité,

Plus en détail

Guide de l Utilitaire SiS RAID pour Windows XP / 2000

Guide de l Utilitaire SiS RAID pour Windows XP / 2000 Guide de l Utilitaire SiS RAID pour Windows XP / 2000 1. Général 1. Après l installation de l utilitaire SiS RAID, allez sur le menu Démarrer et choisissez Programmes. Dans le menu Programmes, choisissez

Plus en détail

Sommaire. Admin admin fs raid

Sommaire. Admin admin fs raid Sommaire Raid logiciel sous Linux...1 Introduction...1 Le Raid et Linux...2 Niveaux de RAID disponibles sous Linux...2 Disques de spare...4 Mise en pratique...4 Chunk Size...7 Amélioration des performances...7

Plus en détail

Manuel de référence de la carte HP SC40Ge Host Bus Adapter

Manuel de référence de la carte HP SC40Ge Host Bus Adapter Manuel de référence de la carte HP SC40Ge Host Bus Adapter Référence 453010-051 Septembre 2007 (première édition) Copyright 2007 Hewlett-Packard Development Company, L.P. Les informations contenues dans

Plus en détail

Le partitionnement. Si vous souhaitez utiliser LVM et/ou RAID. Partitionnement classique (sans LVM ni RAID) Étape 1 : Choix du type de partitionnement

Le partitionnement. Si vous souhaitez utiliser LVM et/ou RAID. Partitionnement classique (sans LVM ni RAID) Étape 1 : Choix du type de partitionnement Si vous souhaitez utiliser LVM et/ou RAID La suite du tutoriel se place dans un contexte où l'on n'utilise ni LVM, ni RAID. Si vous utilisez l'un, l'autre ou les deux, vous pouvez vous référer à ce tutoriel

Plus en détail

MODULE 1. Installation de Fedora. Objectifs de ce module : Installer le système d exploitation Linux Fedora. Créer des partitions sur le disque dur.

MODULE 1. Installation de Fedora. Objectifs de ce module : Installer le système d exploitation Linux Fedora. Créer des partitions sur le disque dur. MODULE 1 Objectifs de ce module : Installer le système d exploitation Linux Fedora. Installation de Fedora Créer des partitions sur le disque dur. Préparer votre système pour une première utilisation.

Plus en détail

Systèmes d exploitation. Introduction. (Operating Systems) http://www.sir.blois.univ-tours.fr/ mirian/

Systèmes d exploitation. Introduction. (Operating Systems) http://www.sir.blois.univ-tours.fr/ mirian/ Systèmes d exploitation (Operating Systems) Introduction SITE : http://www.sir.blois.univ-tours.fr/ mirian/ Systèmes d exploitation - Mírian Halfeld-Ferrari p. 1/2 Qu est-ce qu un SE? Ensemble de logiciels

Plus en détail

Fonctionnement d un Système de Gestion de Fichiers (SGF) - les disques. christophe.cerin@iutv.univ-paris13.fr 27 décembre 2012

Fonctionnement d un Système de Gestion de Fichiers (SGF) - les disques. christophe.cerin@iutv.univ-paris13.fr 27 décembre 2012 Fonctionnement d un Système de Gestion de Fichiers (SGF) - les disques christophe.cerin@iutv.univ-paris13.fr 27 décembre 2012 1 Systèmes de fichiers Propriétés attendues : Stocker de très grandes quantités

Plus en détail

Introduction à UNIX et Windows

Introduction à UNIX et Windows 1/39 à UNIX et Windows Thierry Hamon Bureau H202 - Institut Galilée Tél. : 33 1.48.38.35.53 Bureau 150 LIM&BIO EA 3969 Université Paris 13 - UFR Léonard de Vinci 74, rue Marcel Cachin, F-93017 Bobigny

Plus en détail

Ubuntu Hoary 5.04. sur

Ubuntu Hoary 5.04. sur Ubuntu Hoary 5.04 sur PowerMac G3 Beige Les explications qui vont suivre concernent uniquement les PowerMac G3 Beige et peut-être d autres modèles de l ancienne génération. - Ce dont vous avez besoin :

Plus en détail

Oracle 8i Administration INSTALLATION

Oracle 8i Administration INSTALLATION Oracle 8i Administration INSTALLATION ORA_020 Auteur : Jean-Marie Mahé Institut Poly-Informatique (2002) 1 Installation d Oracle 8.1.7 sur Suse 7.3 Cette installation se déroule en 2 temps. Il vous faut

Plus en détail

Tutoriel Info Prog : Installation de l environnement de programmation à l IUT de Montpellier

Tutoriel Info Prog : Installation de l environnement de programmation à l IUT de Montpellier Tutoriel Info Prog : Installation de l environnement de programmation à l IUT de Montpellier Auteur : Fabien Despinoy Date : 12/11/13 Version 1.1 Contact : fabien.despinoy@lirmm.fr 1. Objectifs du tutoriel

Plus en détail

Les sauvegardes de l ordinateur

Les sauvegardes de l ordinateur Les sauvegardes de l ordinateur Les sauvegardes de l ordinateur sont de deux natures : * les sauvegardes de vos documents personnels * les sauvegardes du système d exploitation Vos documents photos, textes,

Plus en détail

Utilisation du RAID logiciel Sur un serveur Windows 2000

Utilisation du RAID logiciel Sur un serveur Windows 2000 BTS INFORMATIQUE DE GESTION Option Administrateur de réseaux développement d applications COMPTE-RENDU D ACTIVITE ACTIVITE N 6 Nom et Prénom : Casanova Grégory Identification (objectif) de l activité Utilisation

Plus en détail

Contexte InfoRéseau50. Charles SAINT-LÔ SIO2 Lycée Notre Dame de la Providence Année 2014-2015

Contexte InfoRéseau50. Charles SAINT-LÔ SIO2 Lycée Notre Dame de la Providence Année 2014-2015 Contexte InfoRéseau50 Charles SAINT-LÔ SIO2 Lycée Notre Dame de la Providence Année 2014-2015 1 Présentation du contexte : Je travaille chez InfoRéseau50, qui est une société spécialisée dans la gestion

Plus en détail

Commandes Linux. Gestion des fichiers et des répertoires. Gestion des droits. Gestion des imprimantes. Formation Use-IT

Commandes Linux. Gestion des fichiers et des répertoires. Gestion des droits. Gestion des imprimantes. Formation Use-IT Commandes Linux Gestion des fichiers et des répertoires Lister les fichiers Lister les fichiers cachés Lister les répertoires d un répertoire Lister les fichiers par date Les droits Types de fichier Supprimer

Plus en détail

La para-virtualisation Xen sur Debian

La para-virtualisation Xen sur Debian Retour d expérience LEGI - Laboratoire des Écoulements Géophysiques et Industriels UMR 5519 - CNRS / Université de Grenoble (UJF/G-INP) - France http://www.legi.grenoble-inp.fr/ 9 juin 2011 Contexte 1

Plus en détail

Linux Administration niveau 3 Dépannage et optimisation

Linux Administration niveau 3 Dépannage et optimisation Linux Administration niveau 3 Dépannage et optimisation Formation Objectif Identifier les différentes possibilités de stockage et leur mise en œuvre Maîtriser la configuration logicielle du système Acquérir

Plus en détail

Linux-DOS-Win95-OS2 mini-howto

Linux-DOS-Win95-OS2 mini-howto Linux-DOS-Win95-OS2 mini-howto Mike Harlan, r3mdh@raex.com v1.3.1, 11 November 1997 Ce document présente la procédure pour faire coexister 4 systèmes d exploitation sur un seul disque dur. Adaptation française

Plus en détail

Fonctionnalités d Acronis :

Fonctionnalités d Acronis : Sommaire Introduction... 2 Fonctionnalités d Acronis :... 2 Concepts de base d'acronis True Image Home... 3 Version d Acronis... 4 Configuration requise pour Acronis True Image Home 2015... 4 Systèmes

Plus en détail

Guide pour l Installation des Disques Durs SATA et la Configuration RAID

Guide pour l Installation des Disques Durs SATA et la Configuration RAID Guide pour l Installation des Disques Durs SATA et la Configuration RAID 1. Guide pour l Installation des Disques Durs SATA... 2 1.1 Installation de disques durs Série ATA (SATA)... 2 2. Guide de Configurations

Plus en détail

Le partitionnement (notions)

Le partitionnement (notions) Introduction C'est l'étape de l'installation qui réclame le plus d'attention. Elle fait intervenir de nombreuses notions et une mauvaise manipulation peut conduire à des pertes de données. C'est pourquoi

Plus en détail

Rapport d activité : Mise en place d un réseau de stockage SAN

Rapport d activité : Mise en place d un réseau de stockage SAN Qu est ce qu un SAN? Rapport d activité : Mise en place d un réseau de stockage SAN Le SAN est un réseau dédié au stockage attaché aux réseaux de communication de l'entreprise. Les ordinateurs ayant accès

Plus en détail

HP OpenView Storage. Data Protector. Solutions HP OpenView. Guide d installation simple et rapide

HP OpenView Storage. Data Protector. Solutions HP OpenView. Guide d installation simple et rapide HP OpenView Storage Data Protector Guide d installation simple et rapide Solutions HP OpenView Ce guide est conçu pour vous offrir une prise en main rapide du logiciel. En utilisant les paramètres par

Plus en détail

Device mapper et loop

Device mapper et loop Dans un précédent article, nous avions fait le tour des manipulations plus ou moins classiques autour des périphériques /dev/loop. Depuis le noyau 2.6.4, le chiffrement des systèmes de fichiers se fait

Plus en détail

Chap. III : Le système d exploitation

Chap. III : Le système d exploitation UMR 7030 - Université Paris 13 - Institut Galilée Cours Architecture et Système Le système d exploitation (ou O.S. de l anglais Operating System ) d un ordinateur est le programme qui permet d accéder

Plus en détail

Administration système

Administration système Administration système TD1 L3 Pro R&S - L3I. Guillaume RENIER - 2012 http://depinfo.u-cergy.fr/adminsystem[l3i L3RS] guillaume.renier@u-cergy.fr 1 Architecture du laboratoire. 1.1 Réseau. Nous travaillerons

Plus en détail

SAN AoE (ATA over Ethernet)

SAN AoE (ATA over Ethernet) Paris - 1 décembre 2010 LEGI - Laboratoire des Ecoulements Geophysiques et Industriels CNRS / UJF / G-INP - Grenoble, France http://www.legi.grenoble-inp.fr/ 1 décembre 2010 1 Généralités sur l AoE 2 3

Plus en détail

LE BIOS : QU EST-CE QUE C EST?

LE BIOS : QU EST-CE QUE C EST? LE BIOS : QU EST-CE QUE C EST? Mewtow 29 octobre 2015 Table des matières 1 Introduction 5 2 Rappels sur le mode réel des processeurs x86 7 2.1 Mémoire en mode réel............................... 7 2.1.1

Plus en détail

NVIDIA RAID-Guide d installation

NVIDIA RAID-Guide d installation NVIDIA RAID-Guide d installation 1. NVIDIA BIOS RAID-Guide d installation... 2 1.1 RAID Introduction... 2 1.2 RAID Configurations Précautions d utilisation.3 1.3 Créer une matrice de disques... 4 2. NVIDIA

Plus en détail

Les systèmes de fichiers

Les systèmes de fichiers Les systèmes de fichiers I Généralités Fichiers : motivation Un disques est une collection de blocs adressables qui peuvent être lus et écrits. Pour utiliser un disque, il faut décider où y placer l information

Plus en détail

En général, on peut rencontrer les problèmes suivants concernant une station de travail :

En général, on peut rencontrer les problèmes suivants concernant une station de travail : NFS-Root Mini-HowTo par Andreas Kostyrka, andreas@ag.or.at Version 8, 8 Août 1997 (Adaptation française par Eric Dumas dumas@linux.eu.org). Ce mini HowTo présente comment configurer une station Linux sans

Plus en détail

1. Introduction 1.1 But du tutoriel

1. Introduction 1.1 But du tutoriel NAS4FREE Solution de stockage Ce document est un tutoriel. Il nécessite de l'adapter en fonction de vos besoins. 1. Introduction 1.1 But du tutoriel Le but du tutoriel est de créer un serveur NAS ou pour

Plus en détail

INSTALL ATION D UNE D I S T RIBUTION

INSTALL ATION D UNE D I S T RIBUTION INSTALL ATION D UNE D I S T RIBUTION LINUX : UBUNTU CONTENU Téléchargement et Préparation... 2 Téléchargement... 2 Création du support d installation... 3 Installation d UBUNTU... 4 L installation de linux...

Plus en détail

GHOST ======= voir peut-être ceci : petite précision pour avoir la disquette au démarrage

GHOST ======= voir peut-être ceci : petite précision pour avoir la disquette au démarrage GHOST ======= On ne va parler que du ghost puisque c'est un pas à pas pour lui, car après une installation toute propre, c'est quand même mieux de faire une image que de toujours formater et réinstaller

Plus en détail

Aujourd hui: gestionnaire de fichiers

Aujourd hui: gestionnaire de fichiers Gestion des fichiers GIF-1001 Ordinateurs: Structure et Applications, Hiver 2015 Jean-François Lalonde Source: http://www.business-opportunities.biz/2014/11/16/40-home-offices-that-are-messier-than-yours/

Plus en détail

A. Présentation. B. Introduction. Chapitre 11

A. Présentation. B. Introduction. Chapitre 11 Chapitre 11 A. Présentation 1. Pré-requis matériel et configuration de l'environnement Pour effectuer toutes les mises en pratique de ce chapitre, vous devez disposer et configurer les machines virtuelles

Plus en détail

David.parize@wanadoo.fr Page 1

David.parize@wanadoo.fr Page 1 I. David.parize@wanadoo.fr Page 1 TABLE DES MATIERES I. Démarrage...3 II. Partitionnement...3 A. Partition primaire & étendue...3 B. Partition logique...3 C. Système de fichiers...4 III. Choix des paquetages...4

Plus en détail