SITUATION DE LA RESSOURCE EN EAU DANS LA DROME

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SITUATION DE LA RESSOURCE EN EAU DANS LA DROME"

Transcription

1 SITUATION DE LA RESSOURCE EN EAU DANS LA DROME Bulletin trimestriel d août Situation été - L Observatoire de l eau informe sur la situation de la ressource dans la Drôme au cours de l été Pluviométrie Après un hiver et un début de printemps bien arrosés, le mois de mai a bénéficié de précipitations très importantes pour la saison, tandis que le début de l été (juin) a été plutôt sec. Le mois de juillet et celui de début août sont marqués par des épisodes orageux. Grâce à toutes ces précipitations hivernales et printanières, le cumul des précipitations sur le département reste excédentaire sur l ensemble du territoire, sur la période d octobre 2012 à juin Au fil des mois Le mois d avril a été particulièrement bien arrosé, avec des précipitations sur l ensemble du territoire, souvent comprises entre 100 et 125% de la normale. Le mois de mai a été extrêmement pluvieux : le total des précipitations a souvent été supérieur au double de la normale sur une grande partie du territoire ; un peu moins dans le Sud Est du département (1,5 fois la normale). Le nombre de jours de pluie a également été important : de 10 à 19 jours, souvent proches des records, voire un record pour le nord de la vallée du Rhône. En juin, les précipitations ont été déficitaires sur tout le département, en général de 10 à 20% de la normale. Sur le Vercors et localement sous formes d orages, on a atteint entre 40 à 80% de la normale. Le mois de juillet a été marqué par des épisodes orageux, parfois violents. Ainsi, le cumul des précipitations a été important, supérieur à la normale, mais avec des précipitations uniquement sous forme d orage à deux ou trois reprises dans le mois. Le cumul des précipitations sur le mois de juillet est excédentaire partout, voire très excédentaire à l Est sur les reliefs et sur l extrême Sud Est où les orages ont été plus fréquents. Début août, des précipitations sous forme d orages ont eu lieu les 7 et 8 août, avec une moyenne de 30 à 50 mm pour cet épisode orageux sur tout le département. Localement, on a relevé un peu moins : 20 mm dans le Nyonsais et en Drôme des Collines ; ou un peu plus : 60 mm dans les Baronnies et 75 mm au niveau de l Enclave des Papes. 200 Précipitations en mm avril mai juin juillet Donzère - Vallée du Rhône Sud St Sorlin en V. - Vallée du Rhône Nord La Chapelle en V. - Vercors Nyons - Nonsais Die - Diois

2 Les nappes souterraines L année hydrologique correspond à une période d un an, de septembre à septembre, et le cycle hydrologique est le suivant : les nappes se rechargent grâce aux pluies efficaces, en général d octobre à début avril. Ensuite, les nappes entament progressivement leur vidange estivale, pour ensuite recommencer une recharge à l automne, et ainsi de suite La recharge automno-hivernale des nappes a été conséquente sur l ensemble d entre elles, particulièrement en novembre et décembre. Puis, compte tenu des précipitations en avril et mail, la recharge des nappes s est aussi poursuivie sur cette période, atteignant ainsi des niveaux particulièrement hauts pour la saison. Ces précipitations ont permis de combler, pour une partie des nappes, le déficit accumulé depuis ces dernières années. Avec un mois de juin sec, on a pu logiquement assister au début de la vidange estivale, logique pour cette saison. A la fin juillet, en fonction du fonctionnement des nappes, les niveaux sont à la baisse ou encore stables, mais restent globalement moyens à hauts. La nappe de la Molasse Miocène Plaine de Valence / Terres froides a bénéficié d une bonne recharge pendant l hiver et le printemps et ses niveaux ont évolué à la hausse pour atteindre des niveaux hauts en mai. En fonction des secteurs, les niveaux sont encore stables fin juillet (secteur de Romans) ; par contre, la vidange estivale habituelle s observe fin juin début juillet dans les secteurs de Montmeyran et Margès. Les niveaux sont hauts voire très hauts, supérieurs à la décennale humide ; excepté pour le secteur de Margès, qui, malgré la recharge, reste à des niveaux bas, proches de la quinquennale sèche, dû à un contexte local. La nappe des Alluvions de la Plaine de la Valloire a vu ses niveaux très fortement augmenter cet hiver et au printemps (jusqu en mai), avec des niveaux supérieurs à la décennale humide à Manthes et des niveaux jamais atteints depuis le début du suivi de l Observatoire (2009) pour les points de suivi à Saint Rambert d Albon et Anneyron. Les niveaux ont baissé en juin et juillet, de façon plus ou moins marquée selon les points de suivi, marquant ainsi le début de la vidange estivale ; mais les niveaux restent hauts. Les nappes des Alluvions de la Plaine de Valence et de l Ancienne Isère ont également bénéficié d une forte recharge hivernale qui a duré jusqu au mois de mai, atteignant des niveaux très élevés. Mi juin, la vidange habituelle estivale s est amorcée, mais les niveaux fin juillet restent élevée pour la saison (supérieurs à la décennale humide à Valence et Romans). La nappe des Alluvions du Rhône a également réagi aux précipitations et les niveaux sont montés en conséquence pendant l hiver et le printemps (jusqu en mai). Fin mai, les niveaux ont commencé à baisser mais ils restent hauts pour la saison (supérieur à la décennale humide pour Livron et supérieur à la quinquennale pour Loriol). Dans tout le sud-est du département, dans la région du Diois / Baronnies, les nappes d accompagnement des rivières (alluvions du Lez, Eygues, Ouvèze et Drôme) ont profité d une bonne recharge cet hiver et au printemps. Les niveaux ont commencé à baisser fin mai début juin (début de la vidange estivale), et ont réagi aux précipitations de juillet. Le niveau des nappes des massifs calcaires (Diois Baronnies et Royans Vercors) s est relevé au cours de l hiver et du printemps à la faveur des épisodes successifs de recharge, avec des pics de débit importants en relation directe avec les précipitations. La baisse des débits s est amorcée en juin, mais ils ont, pour la plupart, à nouveau réagi avec les précipitations orageuses de juillet. Depuis la mi mars, l Observatoire a équipé ses points de suivi de nouvelles sondes avec télétransmission des données : les appareils, placés dans les ouvrages, mesurent en continu le niveau des nappes. Sans générer de déplacement, le Département de la Drôme dispose ainsi de données sur les nappes actualisées tous les 15 jours.

3 Evolution des nappes : AQUIFERES Alluvions de la plaine de Bièvre-Valloire Molasse du Bas Dauphiné Drôme des Collines Molasse du Bas Dauphiné Plaine de Valence Alluvions anciennes de la Plaine de Valence et Terrasses de l Isère Cailloutis d Alixan Alluvions du Rhône Piézomètre de Manthes* Puits à Manthes Puits à Anneyron Puits à St Rambert d Albon Piézomètre de Margès* Piézomètre de Claveyson* Forage à Bourg de Péage Forage à Romans Piézomètre de Montmeyran* Forage à Manthes* Piézomètre de Romans* (N.O) Puits à Romans (Nord Est) Puits à Bourg de Péage Piézomètre de Valence* Puits à Beaumont les Valence Galerie de Chabeuil Puits de l Hôtel à Charpey* Piézomètre de Livron sur Drôme* Piézomètre de Loriol sur Drôme* Piézomètre de Saulce sur Rhône Piézomètre de Pierrelatte* Puits à Châteauneuf du Rhône Tendance récente fin juil / déb. août Hausse Hausse Synclinal de Saoû Forage le Pertuis* Eboulis du bassin versant de la Drôme Source Martrou à Montlaur en Diois Karst du bassin versant du Roubion Source de l Etroit à Crupies Aquifère calcaire de Montélimar Francillon Forage à Soyans Point de suivi Piézomètre à Espenel Calcaires du Diois Alluvions de la Drôme Piézomètre à Eurre* Piézomètre à Grâne* Alluvions du Lez Alluvions de l Eygues Molasse de Valréas Eboulis de l Ouvèze Karst des Baronnies Puits à Taulignan Piézomètre de la Baume de Transit Piézomètre de Nyons* Piézomètre de Tulette AMONT : forage de Mirabel aux Baronnies* AVAL : forage de Tulette Source du Désert à Vercoiran Source du Génisseau à Barret de Lioure Source des Culty à Taulignan Hausse Calcaires urgoniens du Vaucluse Source Millet à Ferrassières * points appartenant à d autres réseaux : DREAL - BRGM Seuls les points suivis depuis plusieurs années (au moins 10 ans) peuvent être comparés aux normales très supérieur à la normale supérieur à la normale conforme à la normale inférieur à la normale très inférieure à la normale

4 Les cours d eau Données hydrologiques fin juin La situation hydrologique a été plutôt favorable en ce début d été, les cours ayant été particulièrement bien alimentés durant tout le printemps. Fin juin, une baisse progressive des débits a cependant été observée, mais les valeurs restent proches des moyennes. Avec les précipitations orageuses de juillet, les débits des cours d eau sont remontés, en réponse à ces précipitations. Quelques indications Pour une hydraulicité : - supérieure à 1,75 : le débit est très supérieur à la moyenne - comprise entre 1,25 et 1,75 : le débit est supérieur à la moyenne - comprise entre 0,75 et 1,25 : le débit est proche de la moyenne - comprise entre 0,25 et 0,75 : le débit est inférieur à la moyenne - inférieure à 0,25 : le débit est très inférieur à la moyenne Données de fin mars Cours d eau Rival Brézins Débit moyen inter annuel VCN3 3 Hydraulicité 2 fréquence du VCN3 Bassin versant : Bièvre Valloire Période de retour Caractère de la période de retour ans Humide Bassin versant : Galaure Galaure Saint-Uze ans Humide Véore Beaumontlès-Valence Adouin St-Martin-en V Méaudret Méaudre Drôme Saillans Drôme Luc-en-Diois Bez Châtillon-en-Diois Gervanne Beaufortsur-Gervanne Bassin versant : Véore - Barberolle à 10 ans Humide Bassin versant : Vercors ans Normal ans Humide Bassin versant : la Drôme ans Normal ans Humide ans Humide ans Humide Bassin versant : Roubion Jabron Roubion Soyans ans Humide Toulourenc Malaucène Bassin versant : Ouvèze ans Humide 2 l hydraulicité est le rapport entre le débit du mois N et le débit moyen mensuel des mois N observés. Quand l hydraulicité est supérieure à 1, le débit moyen du cours d eau pour le mois N considéré est supérieur au débit moyen connu pour ce mois. 3 VCN3 est le débit minimum moyen sur 3 jours consécutifs du mois. Il donne une indication sur l écoulement le moins influencé par la pluviométrie. L analyse de la fréquence de la valeur de cet indicateur est pertinente en période de recharge pour évaluer la tendance, et en été pour caractériser les débits d étiage. Les débits indiqués sont en m 3 /s.

5 En juillet Avec les fortes précipitations orageuses à deux ou trois reprises dans le mois, les cours d eau ont réagi en conséquence, avec des augmentations de débit. Les débits baissent ensuite, mais réagissent aux précipitations. L Observatoire National Des Etiages (ONDE) Le réseau ONDE remplace le réseau ROCA (Réseau d Observation de Crise des Assecs). La finalité reste identique : le réseau permet de suivre l état des cours d eau d un point de vue biologique, avec une attention toute particulière aux interruptions d écoulement pouvant nuire à la vie biologique des cours d eau. Ce réseau, décliné à l échelle nationale de façon identique, a un double objectif : constituer un réseau stable de connaissance et devenir un outil d aide à la gestion de crise. Dans le cadre de ce réseau, l ONEMA (Office National de l Eau et des Milieux Aquatiques) réalise des campagnes d observation sur l ensemble du territoire. A l issue des observations de terrain de chaque campagne, un indice ONDE est déterminé. Celui-ci traduit l état des ruptures d écoulement ou des assecs et permet ainsi d apprécier la fonctionnalité du milieu aquatique en rivière vis à vis des écosystèmes aquatiques et des peuplements piscicoles, et donne une image de la situation. La 1 e campagne du 24 mai et la 2 e du 25 juin ont mis en évidence une situation favorable pour les milieux aquatiques, avec des écoulements visibles dits «acceptables» sur l ensemble des stations, et des indices ONDE de 10/10. Lors de la 3 e campagne du 23 juillet, un écoulement non visible a été observé sur la Gumiane à Bouvières ; mais partout ailleurs, les stations présentaient des écoulements visibles acceptables. D où un indice ONDE de Si elle est moins préoccupante que l année passée (indice ONDE de 6.29 en juillet 2012), la situation n en est pas moins contrastée avec des cours d eau dont l hydrologie devient contraignante à cette période. Lors de la 4 e campagne du 6 août, l ONEMA a observé une baisse générale des débits, plus marquée sur le sud du département et la Drôme des Collines, avec 3 écoulements non visibles (Joyeuse à Montmirail, Gumiane à Bouvières, Ennuyé à Ste Jalle). D où un indice de 9,35. Pour les autres cours d eau, les écoulements visibles sont acceptables ; certains sont visibles, mais plus faibles, notamment en Drôme des Collines et dans le sud. Avec les précipitations orageuses des 7 et 8 août, les écoulements acceptables sont revenus sur tout le territoire. Les campagnes de jaugeages de l Observatoire départemental Compte tenu des précipitations des mois d avril et mai, et des débits des cours d eau en juin et juillet importants pour la saison (conditions hors étiage), l Observatoire de l eau n a pas réalisé de campagnes de jaugeage pendant cette période. La première campagne a débuté début août. L évolution des débits d étiage mesurés pour cette campagne est présentée ci-après pour quelques stations de mesures parmi les 35 que compte le réseau de suivi de l Observatoire. En comparaison à l année 2012, pour la même période, les débits sont plus importants sur l ensemble du département. Aucun assec n a été observé lors de cette campagne. Aout 2012 Août 2013 Bancel à Andancette Lyonne à Saint Thomas en Royans Drôme à Charens Eygues à Saint André de Rosans 2 8 Lez à Montjoux Ouvèze à Sainte Euphémie sur l'ouvèze Roubion à Montélimar Véore à Etoile sur Rhône Châlon à Arthémonay 4 40 Joyeuse à Saint Paul lès Romans En Litres / s

6 Comité de gestion quantitative Comme chaque année, dès le printemps et au cours de l été, le Comité de Gestion Quantitative se réunit régulièrement afin de suivre de plus près la ressource en eau, et de statuer sur un état de la ressource par secteur (normal, vigilance, alerte, alerte renforcée, crise) ainsi que sur les restrictions à prendre (niveau de restriction). La situation étant plutôt favorable avec les précipitations de l hiver et du printemps, le Comité de Gestion quantitative s est réuni pour la première fois le 8 août 2013 pour faire le point sur l état de la ressource en eau. Compte tenu de la situation actuelle, aucune mesure de restriction n a été prise. ****************** Sources des données Eaux souterraines : Observatoire départemental de l eau DREAL BRGM Agence de l Eau Cours d eau : Observatoire départemental de l eau DREAL ONEMA Pluviométrie : Météo France Pour en savoir plus

Fonctionnement hydrodynamique du bassin tertiaire du Bas-Dauphiné entre la Drôme et la Varèze (Drôme et Isère, Sud-Est de la France)

Fonctionnement hydrodynamique du bassin tertiaire du Bas-Dauphiné entre la Drôme et la Varèze (Drôme et Isère, Sud-Est de la France) Académie d Aix Marseille Université d Avignon et des Pays de Vaucluse THESE pour obtenir le grade de Docteur de l Université d Avignon et des Pays de Vaucluse Discipline : Sciences de la Terre Spécialité

Plus en détail

STRATEGIES DE CONDUITE DE L IRRIGATION DU MAÏS ET DU SORGHO DANS LES SITUATIONS DE RESSOURCE EN EAU RESTRICTIVE

STRATEGIES DE CONDUITE DE L IRRIGATION DU MAÏS ET DU SORGHO DANS LES SITUATIONS DE RESSOURCE EN EAU RESTRICTIVE STRATEGIES DE CONDUITE DE L IRRIGATION DU MAÏS ET DU SORGHO DANS LES SITUATIONS DE RESSOURCE EN EAU RESTRICTIVE JM.DEUMIER, B.LACROIX, A.BOUTHIER, JL.VERDIER, M.MANGIN Les cultures irriguées bénéficient

Plus en détail

Les barrages sont-ils un bien pour l environnement?

Les barrages sont-ils un bien pour l environnement? Octobre 2014 Les barrages sont-ils un bien pour l environnement? Document rédigé par Bernard Chocat (LGCIE INSA Lyon) L essentiel Depuis l origine de la civilisation les hommes ont tenté de contrôler les

Plus en détail

n - 009953-01 octobre 2014 Expertise du projet de barrage de Sivens (Tarn)

n - 009953-01 octobre 2014 Expertise du projet de barrage de Sivens (Tarn) n - 009953-01 octobre 2014 Expertise du projet de barrage de Sivens (Tarn) CONSEIL GÉNÉRAL DE L'ENVIRONNEMENT ET DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Rapport n : 009953-01 Expertise du projet de barrage de Sivens

Plus en détail

Bilan électrique 2014

Bilan électrique 2014 Bilan électrique 214 Edition du 29/1/215 215 RTE Réseau de transport d électricité RTE Réseau de transport d électricité se réserve le droit de revendiquer les droits attachés à sa qualité d auteur et

Plus en détail

1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années.

1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années. 1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années. La figure ci-dessous présente la moyenne sur la France des températures minimales et maximales de l'été (période du 1 er juin

Plus en détail

Note sur les enjeux dans le domaine de l eau

Note sur les enjeux dans le domaine de l eau Soutenabilité du Grand Paris juin 2012 Note sur les enjeux dans le domaine de l eau - 3 - Introduction Le projet Grand Paris vise à faire du cœur de l Île de France une métropole de taille mondiale durablement

Plus en détail

Lac du Tolerme suivi de la qualité de l eau Sénaillac-Latronquière - été 2006. Conseil général du Lot. Rapport final. Agence de l'eau Adour Garonne

Lac du Tolerme suivi de la qualité de l eau Sénaillac-Latronquière - été 2006. Conseil général du Lot. Rapport final. Agence de l'eau Adour Garonne Conseil général du Lot Lac du Tolerme suivi de la qualité de l eau Sénaillac-Latronquière - été 2006 Rapport final Agence de l'eau Adour Garonne Avril 2007 SOMMAIRE 1. RAPPEL DU CONTEXTE ET OBJECTIFS DU

Plus en détail

BILAN DES RESSOURCES EN EAU AU SEIN DU BASSIN VERSANT DU JOURDAIN EN JORDANIE EVOLUTIONS ET PROSPECTIVES SUR LA PERIODE 1950-2025 COURCIER REMY &

BILAN DES RESSOURCES EN EAU AU SEIN DU BASSIN VERSANT DU JOURDAIN EN JORDANIE EVOLUTIONS ET PROSPECTIVES SUR LA PERIODE 1950-2025 COURCIER REMY & BILAN DES RESSOURCES EN EAU AU SEIN DU BASSIN VERSANT DU JOURDAIN EN JORDANIE EVOLUTIONS ET PROSPECTIVES SUR LA PERIODE 190- COURCIER REMY & VENOT JEAN-PHILIPPE BILAN DES RESSOURCES EN EAU AU SEIN DU BASSIN

Plus en détail

ORS Centre, Haute-Normandie, Languedoc-Roussillon, Picardie, Provence-Alpes-Côte d'azur. La santé au travail. les régions de France

ORS Centre, Haute-Normandie, Languedoc-Roussillon, Picardie, Provence-Alpes-Côte d'azur. La santé au travail. les régions de France Fédération nationale des observatoires régionaux de la santé ORS Centre, Haute-Normandie, Languedoc-Roussillon, Picardie, Provence-Alpes-Côte d'azur La santé au travail dans les régions de France Collection

Plus en détail

Révision du Schéma Départemental des Carrières de l Aube

Révision du Schéma Départemental des Carrières de l Aube Révision du Schéma Départemental des Carrières de l Aube Prise en compte du SDAGE Seine-Normandie BRGM/RP-60867-FR Version 2 - décembre 2012 M. CHABART, Y. THUON Avec la collaboration de M. LANSIART Étude

Plus en détail

Inventaire départemental des cavités souterraines hors mines du Bas-Rhin. Rapport final

Inventaire départemental des cavités souterraines hors mines du Bas-Rhin. Rapport final Inventaire départemental des cavités souterraines hors mines du Bas-Rhin Rapport final BRGM/RP-60315-FR Septembre 2011 Inventaire départemental des cavités souterraines hors mines du Bas-Rhin Rapport

Plus en détail

La prise en compte du risque d inondation dans les Schémas de Cohérence Territoriale

La prise en compte du risque d inondation dans les Schémas de Cohérence Territoriale Les guides du CEPRI La prise en compte du risque d inondation dans les Schémas de Cohérence Territoriale (SCoT) Les collectivités en Europe pour la prévention du risque d inondation Éditorial Les préoccupations

Plus en détail

Deux ou trois enfants?

Deux ou trois enfants? PopF.4_Breton_Prioux.fm Page 489 Jeudi, 24. novembre 2005 10:04 10 Deux ou trois enfants? Influence de la politique familiale et de quelques facteurs sociodémographiques Didier BRETON* et France PRIOUX**

Plus en détail

DONNÉES DÉTAILLÉES DE L ACCIDENTALITÉ

DONNÉES DÉTAILLÉES DE L ACCIDENTALITÉ PARTIE 6 # DONNÉES DÉTAILLÉES DE L ACCIDENTALITÉ DONNÉES DÉTAILLÉES DE L ACCIDENTALITÉ / LES ACCIDENTS ET LES USAGERS Les accidents et les usagers Selon les modes de déplacement 161 DONNÉES GÉNÉRALES D

Plus en détail

VILLE DE NOISY LE GRAND

VILLE DE NOISY LE GRAND DEPARTEMENT DE SEINE SAINT DENIS VILLE DE NOISY LE GRAND MAILLE HORIZON NORD DOSSIER DE DECLARATION AU TITRE DE LA LOI SUR L EAU EN APPLICATION DES ARTICLES L 214 1 A L214 6 DU CODE DE L ENVIRONNEMENT

Plus en détail

Gérer les inondations par ruissellement pluvial

Gérer les inondations par ruissellement pluvial Les guides du CEPRI Gérer les inondations par ruissellement pluvial Guide de sensibilisation Les collectivités en Europe pour la prévention du risque d inondation Éditorial Alors qu à ce jour 72,5 % des

Plus en détail

RAPPORT SUR LA SITUATION EN MATIÈRE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

RAPPORT SUR LA SITUATION EN MATIÈRE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE RAPPORT SUR LA SITUATION EN MATIÈRE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2014 2 sommaire 01 La démarche développement durable de la Drôme en 2014 7 02 Analyse des politiques conduites par le département de la drôme

Plus en détail

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique Rapport 2014 Table des matières Le rapport 2014... 5 1. Différences salariales générales... 6 1.1 L écart salarial en salaires horaires et annuels...

Plus en détail

Schéma de cohérence territoriale de la Vallée du Grand Morin

Schéma de cohérence territoriale de la Vallée du Grand Morin direction départemental des territoires d Seine-et-Marn Schéma de cohérence territoriale de la Vallée du Grand Morin Note d enjeux 1 direction départementale des territoires de Seine-et-Marne 2 rédaction

Plus en détail

Prix et coûts de production de six grandes cultures : blé, maïs, colza, tournesol, betterave et pomme de terre

Prix et coûts de production de six grandes cultures : blé, maïs, colza, tournesol, betterave et pomme de terre Prix et coûts de production de six grandes cultures : blé, maïs, colza, tournesol, betterave et pomme de terre Dominique Desbois, Bernard Legris* Les prix à la production des principaux produits agricoles

Plus en détail

Le nombre d IVG est stable, mais moins de femmes y ont recours

Le nombre d IVG est stable, mais moins de femmes y ont recours Magali Mazuy*, Laurent Toulemon*, Élodie Baril* Le nombre d IVG est stable, mais moins de femmes y ont recours Chaque année les interruptions volontaires de grossesse (IVG) concernent environ,5 % des femmes

Plus en détail

L office national de l eau et des milieux aquatiques (ONEMA) : une transformation mal préparée, une gestion défaillante

L office national de l eau et des milieux aquatiques (ONEMA) : une transformation mal préparée, une gestion défaillante L office national de l eau et des milieux aquatiques (ONEMA) : une transformation mal préparée, une gestion défaillante PRESENTATION L Office national de l eau et des milieux aquatiques (ONEMA) est un

Plus en détail

SECHERESSE, DESERTIFICATION ET DEVELOPPEMENT EN AFRIQUE

SECHERESSE, DESERTIFICATION ET DEVELOPPEMENT EN AFRIQUE SECHERESSE, DESERTIFICATION ET DEVELOPPEMENT EN AFRIQUE Marc BIED-CHARRETON Professeur émérite de l Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines Président du Comité scientifique français sur la désertification

Plus en détail

Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC

Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Automne 2014 Le point sur la situation économique et financière du québec NOTE La forme masculine utilisée dans le texte désigne

Plus en détail

Bâtir un plan de continuité d activité d un service public

Bâtir un plan de continuité d activité d un service public Les guides du CEPRI Bâtir un plan de continuité d activité d un service public Les collectivités face au risque d inondation Les collectivités en Europe pour la prévention du risque d inondation Éditorial

Plus en détail

L endettement au Canada :

L endettement au Canada : L endettement au Canada : Les consommateurs canadiens ont-ils encore les moyens d être un moteur de l économie? Un rapport de l Association des comptables généraux accrédités du Canada Remerciements CGA-Canada

Plus en détail

Evaluation de la mise en œuvre expérimentale de l indemnité kilométrique pour les vélos

Evaluation de la mise en œuvre expérimentale de l indemnité kilométrique pour les vélos Evaluation de la mise en œuvre expérimentale de l indemnité kilométrique pour les vélos Janvier 2015 Étude réalisée pour le compte de l ADEME par INDDIGO N de contrat : 10003790 Coordination technique

Plus en détail

Enquête 2013 auprès de la Génération 2010 Face à la crise, le fossé se creuse entre niveaux de diplôme

Enquête 2013 auprès de la Génération 2010 Face à la crise, le fossé se creuse entre niveaux de diplôme Bref ducéreq n 319 mars 201 Enquête 2013 auprès de la Génération 2010 Face à la crise, le fossé se creuse entre niveaux de diplôme En 2013, trois ans après leur sortie du système éducatif, 22 % des jeunes

Plus en détail

POURQUOI SE CREUSENT LES GROTTES?

POURQUOI SE CREUSENT LES GROTTES? Jacques CHOPPY POURQUOI SE CREUSENT LES GROTTES? Karstologia Mémoires n 16-2008 Choppy, 182 rue de Vaugirard, 75015 Paris 1 Pourquoi se creusent les grottes? Avertissement et remerciements Jacques Choppy

Plus en détail