Extraits de la présentation `de Dan Hanganu, architecte à Rimouski, le 17 mai 2006

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Extraits de la présentation `de Dan Hanganu, architecte à Rimouski, le 17 mai 2006"

Transcription

1 Extraits de la présentation `de Dan Hanganu, architecte à Rimouski, le 17 mai 2006 Adolf Portmann biologiste suisse, montre bien qu il y a dans la vie plus qu un simple désir de survie. Il y a quelque chose en plus qui est le désir d apparaître, de se manifester, de se présenter. Il y a aussi une relation fondamentale de l être et du paraître qui permet de comprendre la richesse infinie des formes animales et même végétales. Il est évident que pour parler de mon métier, je dois le placer dans le contexte contemporain, où tant de questions se posent et où il reste encore tant à définir. En cette époque de changements incessants, la fragmentation sociale, la redistribution des instances de décision et l actuelle crise de participation influencent sans doute notre comportement et notre production. Dans un monde que Philip Johnson décrit «comme un monde absurde et insaisissable, où les certitudes ne sont pas souhaitées et encore moins possibles», dans un monde où l image remplace le mot, l architecture, devient un acte d éclat, un feu d artifice toujours en quête de gloire et de temps d antenne. Eiseman dit: «La société n apprécie pas le fruit réel de notre travail; les gens ne s intéressent qu au résultat médiatique.» Nous sommes fascinés par l image fabriquée, ainsi que par le processus de commercialisation de cette image; d où l importance déterminante du discours. Celui-ci devient de plus en plus pluraliste et on assiste à la participation de plus en plus active de groupes d intérêts à presque tous les niveaux décisionnels. Nous sommes à un seul pas de ce que Jean-François Revel, en citant Tocqueville, appelle dans son livre : «Comment les démocraties finissent» «la douce tyrannie de l opinion publique» Je fais référence à l architecture comme phénomène culturel. Loin d accepter le rôle de service qu on lui réserve aujourd hui, on définit l architecture comme l expression d une culture dans le bâti. Cette architecture que l abbé de Cordemoy définissait en 1706 comme ordonnance, harmonie et bien aisance. En ce qui me concerne, je m intéresse encore à ce qui constitue la différence entre, d une part, le permanent, et, d autre part, ce que George Steiner appelle l unique, l immédiat et le transitoire.

2 La différence entre l architecture qui surmonte l épreuve du temps et l éphémère «menu du jour», soumis au caprices de la mode. Kenneth Frampton dit : «L architecture concerne tout autant la création d un environnement et le passage du temps que l espace et la forme En ce sens, ce n est ni de l Art avec un grand A, ni de la haute technologie. Considérant qu elle défie le temps, elle est anachronique par définition. La durée et la durabilité sont ses valeurs intimes. En bout de ligne, elle ne concerne pas l immédiat et s apparente avec l indicible. En original: «In the last analysis it has nothing to do with immediacy and everything to do with the unsayable». C est sous cet angle que j analyse notre comportement actuel, notre soif d instruction, de connaissance critique, d histoire, d origines et de compréhension. J aimerais mentionner la théorie de l architecture de Semper. Elle tient son origine de l élaboration formelle des arts familièrement nommés «industriels» et, par-dessus tout, du métier des textiles. Semper insiste sur la primauté de la forme tectonique, conseillant vivement de décorer la construction plutôt que de construire la décoration. C est une caractéristique commune aux objets et aux édifices; ou, en d autres mots, le métier et l architecture agissant à deux niveaux; l objet qui peut servir un but, un service et l architecture proposant un espace qui exalte l expérience de l usage. Ces éléments périphériques de l espace contenu accentuent la métamorphose la plus apparente de la production contemporaine. Fidèle à la priorité de la réalité perçue sur la production actuelle, l enveloppe devient volatile, transparente, immatérielle, changeante et obéissante aux contraintes temporaires. À la notion de jeu réciproque s associe celle du contexte dans lequel il se déroule, avec des contraintes imposées de l intérieur ou de l extérieur; acceptation ou défi, l audace d explorer l inconnu.

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14

15

Le thrène sur la mort annoncée des bibliothèques musicales en vrac désertées

Le thrène sur la mort annoncée des bibliothèques musicales en vrac désertées La bibliothèque musicale peut-elle jouer sa partition à l heure du MP3? Laurent Marty Université Paul Sabatier l.marty@biu-toulouse.fr Docteur en lettres, critique musical et conservateur des bibliothèques,

Plus en détail

En général, une recension rendra compte d un nombre de textes ou d ouvrages variant entre trois et dix.

En général, une recension rendra compte d un nombre de textes ou d ouvrages variant entre trois et dix. LA RECENSION DES ÉCRITS Faire une recension de divers écrits, c est produire un texte qui en résume plusieurs autres portant sur un même sujet ou thème, et qui établit des liens entre eux et expose leur

Plus en détail

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde Fiche prolongement 6 Du lien entre environnement et développement au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde 20% de la population mondiale consomme 87 % des ressources

Plus en détail

La pagination du fichier PDF est ainsi demeurée en tous points conforme à celle de l original.

La pagination du fichier PDF est ainsi demeurée en tous points conforme à celle de l original. Avertissement Pour faciliter la consultation à l écran, les pages blanches du document imprimé (qui correspondent aux pages 2, 10,12, 14, 16, 32, 42, 44, 46, 48, 54, 56, 58, 60, 68, 90, 102, 124, 130,

Plus en détail

Liberté pour apprendre Carl Rogers, Ed. Dunod, 1999 (1972), 364 p.

Liberté pour apprendre Carl Rogers, Ed. Dunod, 1999 (1972), 364 p. Liberté pour apprendre Carl Rogers, Ed. Dunod, 1999 (1972), 364 p. EXTRAITS La relation interpersonnelle dans la facilitation de l apprentissage. J éprouve une réaction négative envers l enseignement.

Plus en détail

L É D U C AT I O N : UN TRÉSOR EST CACHÉ D E D A N S. Jacques Delors

L É D U C AT I O N : UN TRÉSOR EST CACHÉ D E D A N S. Jacques Delors Jacques Delors In am Al Mufti Isao Amagi Roberto Carneiro Fay Chung L É D U C AT I O N : Bronislaw Geremek William Gorham UN TRÉSOR Aleksandra Kornhauser Michael Manley EST CACHÉ Marisela Padrón Quero

Plus en détail

Rawls et Habermas : le primat du Juste sur le Bien

Rawls et Habermas : le primat du Juste sur le Bien Culture Générale Rawls et Habermas : le primat du Juste sur le Bien Christophe Cervellon Agré de philosophie, ancien élève de l École Normale Supérieure (Ulm). L américain John Rawls (né en 1921) et l

Plus en détail

Démarches artistiques partagées #1 : des processus culturels plus démocratiques?

Démarches artistiques partagées #1 : des processus culturels plus démocratiques? Démarches artistiques partagées #1 : des processus culturels plus démocratiques? PHILIPPE HENRY * Dans le cadre du projet L art en partage, l association ARTfactories/Autre(s)pARTs est à l initiative d

Plus en détail

Neuf principes actualisés qui fondent l action de l association ARTfactories/Autre(s)pARTs

Neuf principes actualisés qui fondent l action de l association ARTfactories/Autre(s)pARTs Neuf principes actualisés qui fondent l action de l association ARTfactories/Autre(s)pARTs Décembre 2012 Préambule L association Autre(s)pARTs, constituée en septembre 2000, a fusionné avec l association

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. AVANT-PROPOS... iii CADRE THÉORIQUE...1

TABLE DES MATIÈRES. AVANT-PROPOS... iii CADRE THÉORIQUE...1 TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... iii CADRE THÉORIQUE...1 ORIENTATION DU SYSTÈME SCOLAIRE Mission de l éducation...1 Buts et objectifs de l Éducation publique...2 Résultats d apprentissage transdisciplinaires...4

Plus en détail

Le jeu entre éducation et divertissement

Le jeu entre éducation et divertissement Le jeu entre éducation et divertissement Gilles Brougère * Université de Paris XIII & Groupe de recherche sur les ressources éducatives et culturelles (GRÉC) Depuis au moins deux siècles le jeu flirte

Plus en détail

L ÉDUCATION AU DÉVELOPPEMENT DURABLE : APPRENDRE VIABLEMENT LA VIABILITÉ 1

L ÉDUCATION AU DÉVELOPPEMENT DURABLE : APPRENDRE VIABLEMENT LA VIABILITÉ 1 L ÉDUCATION AU DÉVELOPPEMENT DURABLE : APPRENDRE VIABLEMENT LA VIABILITÉ 1 Jean-Pierre LEPRI «Tout le monde veut sauver la planète, mais personne veut descendre les poubelles. 2» (Jean Yanne) Apprenons

Plus en détail

Sciences 10 PROGRAMME D ÉTUDES

Sciences 10 PROGRAMME D ÉTUDES PROGRAMME D ÉTUDES REMERCIEMENTS Le ministère de l Éducation, Direction des services acadiens et de langue française, tient à remercier tous ceux et celles qui ont contribué à la réalisation de ce programme

Plus en détail

Choisir l analyse par théorisation ancrée : illustration des apports et des limites de la méthode

Choisir l analyse par théorisation ancrée : illustration des apports et des limites de la méthode Choisir l analyse par théorisation ancrée : illustration des apports et des limites de la méthode Valérie Méliani, Docteure en SIC Université Montpellier 3 - France Résumé Notre communication propose de

Plus en détail

L EXERC I COMMAN DEMENT L ARMÉE DE TERRE. commandement et FRATERNITÉ

L EXERC I COMMAN DEMENT L ARMÉE DE TERRE. commandement et FRATERNITÉ L EXERC I CE commandement et FRATERNITÉ DU COMMAN DEMENT D A N S L ARMÉE DE TERRE État-major de l armée de Terre Paris, septembre 2003 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Le général chef d état-major de l armée de terre

Plus en détail

Note D2DPE n 51. Pour une région Nord-Pas de Calais résiliente en 2040 Eléments pour une démarche prospective

Note D2DPE n 51. Pour une région Nord-Pas de Calais résiliente en 2040 Eléments pour une démarche prospective Note D2DPE n 51 Pour une région Nord-Pas de Calais résiliente en 2040 Eléments pour une démarche prospective Novembre 2013 2 RÉSUMÉ La résilience territoriale est une notion récente qui rencontre un succès

Plus en détail

PEPELF. Portfolio européen pour les enseignants en langues en formation initiale. Un outil de réflexion pour la formation des enseignants en langues

PEPELF. Portfolio européen pour les enseignants en langues en formation initiale. Un outil de réflexion pour la formation des enseignants en langues Languages for social cohesion Language education in a multilingual and multicultural Europe Les langues pour la cohésion sociale L'éducation aux langues dans une Europe multilingue et multiculturelle Portfolio

Plus en détail

Révélez le manager qui est en vous!

Révélez le manager qui est en vous! RéVéLEZ LE MANAGER QUI EST EN VOUS! Patrice FABART Patrice FABART dirige ARC-EN-CIEL RH (www.arcencielrh.com), distributeur exclusif de la Méthode Arc-en-Ciel qu il a créée et développée après avoir exercé

Plus en détail

Sur la notion de liberté

Sur la notion de liberté Sur la notion de liberté Claude Paul Bruter Universidad de París On se trompera toujours sur la liberté chaque fois qu on l imaginera comme le résultat d une élimination de toutes les entraves possibles

Plus en détail

Quand la peur nous prend, qu est-ce qu elle nous prend? Vivre la crainte, l inquiétude, la panique, l affolement ou la terreur; la peur est

Quand la peur nous prend, qu est-ce qu elle nous prend? Vivre la crainte, l inquiétude, la panique, l affolement ou la terreur; la peur est Quand la peur nous prend, qu est-ce qu elle nous prend? Vivre la crainte, l inquiétude, la panique, l affolement ou la terreur; la peur est une émotion à la fois si commune et si unique que la langue française

Plus en détail

SUR QUOI PEUT-ON FONDER L EFFICACITÉ PÉDAGOGIQUE D UN DISPOSITIF MULTIMÉDIA? Christian Depover Université de Mons-Hainaut

SUR QUOI PEUT-ON FONDER L EFFICACITÉ PÉDAGOGIQUE D UN DISPOSITIF MULTIMÉDIA? Christian Depover Université de Mons-Hainaut SUR QUOI PEUT-ON FONDER L EFFICACITÉ PÉDAGOGIQUE D UN DISPOSITIF MULTIMÉDIA? Christian Depover Université de Mons-Hainaut Résumé : Cette contribution s intéresse aux différents points d entrée à partir

Plus en détail

L éthique en recherche qualitative : quelques pistes de réflexion

L éthique en recherche qualitative : quelques pistes de réflexion L éthique en recherche qualitative : quelques pistes de réflexion Stéphane Martineau, Ph.D. Université du Québec à Trois-Rivières Résumé Cette contribution se présente essentiellement sous la forme d une

Plus en détail

Comment apprend-on? Pédagogie de l Ontario pour la petite enfance

Comment apprend-on? Pédagogie de l Ontario pour la petite enfance 2014 Comment apprend-on? Pédagogie de l Ontario pour la petite enfance Document ressource sur l apprentissage par les relations à l intention des personnes qui travaillent avec les jeunes enfants et leurs

Plus en détail

Série Pestalozzi n 1. Former les enseignants au changement. La philosophie du programme Pestalozzi du Conseil de l Europe

Série Pestalozzi n 1. Former les enseignants au changement. La philosophie du programme Pestalozzi du Conseil de l Europe Série Pestalozzi n 1 Former les enseignants au changement La philosophie du programme Pestalozzi du Conseil de l Europe Former les enseignants au changement La philosophie du programme Pestalozzi du Conseil

Plus en détail

Qu est ce que l anthropologie ou comment ne pas faire de la sociologie et de l ethnologie?

Qu est ce que l anthropologie ou comment ne pas faire de la sociologie et de l ethnologie? Qu est ce que l anthropologie ou comment ne pas faire de la sociologie et de l ethnologie? Albert Piette Professeur à l Université d Amiens (France) Membre de l Institut Marcel Mauss (Paris, Ecole des

Plus en détail

CRC/C/GC/12. Convention relative aux droits de l enfant. Observation générale n o 12 (2009) Nations Unies. Le droit de l enfant d être entendu

CRC/C/GC/12. Convention relative aux droits de l enfant. Observation générale n o 12 (2009) Nations Unies. Le droit de l enfant d être entendu Nations Unies Convention relative aux droits de l enfant Distr. générale 20 juillet 2009 Français Original: anglais CRC/C/GC/12 Comité des droits de l enfant Cinquante et unième session Genève, 25 mai-12

Plus en détail

2 0 1 0-2 0 1 1. Programme d apprentissage à temps plein de la maternelle et du jardin d enfants

2 0 1 0-2 0 1 1. Programme d apprentissage à temps plein de la maternelle et du jardin d enfants 2 0 1 0-2 0 1 1 Programme d apprentissage à temps plein de la maternelle et du jardin d enfants Version provisoire TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION 1 L école de langue française 1 L approche culturelle

Plus en détail

Bertrand Müller, «Le passé au présent. Tradition, mémoire et histoire dans les sciences sociales»

Bertrand Müller, «Le passé au présent. Tradition, mémoire et histoire dans les sciences sociales» Bertrand Müller, «Le passé au présent. Tradition, mémoire et histoire dans les sciences sociales» (Les Annuelles, 1997, n 8, pp. 173-190) Le passé au présent. Tradition, mémoire et histoire dans les sciences

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail