Bertrand Müller, «Le passé au présent. Tradition, mémoire et histoire dans les sciences sociales»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Bertrand Müller, «Le passé au présent. Tradition, mémoire et histoire dans les sciences sociales»"

Transcription

1 Bertrand Müller, «Le passé au présent. Tradition, mémoire et histoire dans les sciences sociales» (Les Annuelles, 1997, n 8, pp ) Le passé au présent. Tradition, mémoire et histoire dans les sciences sociales. L ambition des remarques qui suivent est de soulever un problème : celui des rapports multiples qu une discipline intellectuelle entretien avec son passé. C est la relation particulière qu une discipline entretient avec sa propre histoire qui est en jeu. Toute histoire est histoire contemporaine, disait Croce. Est-ce à dire qu une histoire des sciences sociales est condamnée à s écrire au présent? Une question préalable précède cette interrogation. Elle concerne la signification de l émergence récente d une réflexion rétrospective sur les sciences sociales. À quoi tient-elle? Faut-il n y voir qu un effet de la crise générale desdites sciences sociales dont chacun s efforce de dresser le diagnostic en cherchant dans leur passé les raisons de cette crise et d éventuelles issues à celle-ci? D une autre manière, et le constat vaut au moins pour la France, les sciences sociales qui s étaient détournées de l histoire, cherchant à fonder leur scientificité en s éloignant précisément de la dimension temporelle des phénomènes qu elles étudiaient, marquent depuis quelque temps un singulier retour sur l histoire. On assisterait donc à un double mouvement d historicisation qui semble affecter l objet de l enquête d une part, et de l autre, les disciplines elles-mêmes. Ces deux processus concomitants ne sont d ailleurs pas nécessairement convergents. Cependant il n est pas indifférent de noter qu historicité et scientificité ont partie liée. Tout semble se passer comme si à la crise de scientificité des sciences sociales correspondait une historicisation de leurs procédures. C est en tout cas l hypothèse qu il nous faudrait prendre en compte pour comprendre et rendre compte du développement d une histoire des sciences sociales. Encore faudrait-il préciser que ce mouvement, s il est repérable dans de nombreuses 60 disciplines, ne les concerne pas toutes de la même manière. Il n est pas isolable non plus du développement de l histoire de l histoire et de l histoire des sciences, à laquelle d ailleurs l histoire des sciences sociales doit se rattacher si elle entend constituer une connaissance en soi. Ici je me limiterai à mettre en évidence l une des dimensions de la question qui me paraît problématique : celle de la relation présent-passé. La plupart des chercheurs sont préoccupés de rapprocher leur démarche et d unifier leur concepts et leurs procédures. Partant, c est le sens même du passé qui est oblitéré et réduit le plus souvent à une simple dimension temporelle. Or précisément, les controverses qui opposent les chercheurs à propos de la légitimité de l histoire des sciences sociales ne sont pas que des querelles de position mais proviennent aussi d un usage flou de la notion de passé et de son articulation avec le présent. Chacun conviendra que le passé n est pas une dimension univoque. Il faut prendre en compte plusieurs dimensions et significations. Ici j en retiendrai trois : l histoire, comme forme intellectuelle d objectivation de la durée des phénomènes sociaux. Elle se distingue et s oppose à la tradition, qui sous-tend généralement l idée d un rapport désuet au passé, mais qui en fait constitue, par le biais de l héritage et de la transmission, une forme importante de la présence du passé dans le présent. Enfin, nous retiendrons un troisième niveau qui est celui de la mémoire. Depuis quelque temps, d ailleurs, les relations entre histoire et mémoire ont été réévaluées. En particulier, l entreprise de Pierre Nora sur Les lieux de mémoire mais aussi les travaux sur la guerre ont montré qu entre ces deux conceptions apparemment antinomiques les rapports étaient plus complexes. Pour Pierre Nora, l émergence d un momentmémoire dans lequel nous sommes, a permis également la naissance d une histoire de l histoire. Faut-il dès lors en déduire que l histoire des sciences sociales est également tributaire de ce moment-mémoire? Quelles sont d autre part les relations qu entretiennent les sciences sociales avec leur mémoire? L idée que je tenterai de soutenir dans ce texte peut s exprimer de la manière suivante. La distinction que je pose entre ces trois dimensions du passé permet de rendre compte de la complexité que les sciences sociales entretiennent avec leur propre passé. Par ailleurs, il me semble que cette distinction, même si elle ne peut pas être absolue, permet de B. Muller pour cette version. Ne faites qu'un usage strictement personnel de ce texte. 1

2 quelques-unes des difficultés qui se posent aux historiens des sciences sociales lorsqu ils sont confrontés avec les praticiens eux-mêmes. Le présentisme Une expression a à un moment donné désigné quelques-uns des aspects principaux de la problématique en cause ici. Il s agit du présentisme, terme qui désigne de façon simple l idée que le passé est toujours reconstruit en fonction du présent ou, dans le cadre plus précis qui nous occupe, qui désigne une forme d objectivation de la science en fonction de ses problématiques, ses schèmes conceptuels ou ses outils actuels reproduits dans le passé. L historien un peu désabusé n y verra qu une forme plus ou moins savante d anachronisme. Voire. Car dans un univers où la science sanctionne précisément la vérité comme une catégorie transhistorique et scande le temps comme une série d étapes conduisant vers le progrès (i.d. le progrès scientifique), l histoire se décline aisément dans et pour le présent. À dire vrai, le présentisme se comprend mieux à partir de ce à quoi il s oppose, c est-à-dire l historicisme. Sous cette forme, ce vieux débat historiographique a été thématisé dans les années 1960 par un historien de l anthropologie, George W. Stocking, dans un texte désormais classique : On the limits of presentism and historicism in the historiography of the behavioral sciences 1. Depuis sa parution en 1965, les termes de la problématique sont familiers ; par ailleurs la solution suggérée par Stocking continue à faire l objet de controverses 2. Le présentisme constitue toujours une référence même sous la forme de la stigmatisation. Il n est donc pas inutile de résumer ici rapidement les positions du problème. Présentisme et historicisme renvoient à deux démarches antagoniques à la fois par les stratégies de recherches et par les modes d intelligibilité qu elles mettent en jeu. D un côté, le présentisme assujettit le passé au présent : c est en fonction des problématiques et des acquis actuels de la science que le passé doit être réévalué. Anachronique et normative, cette démarche décontextualise son objet et linéarise les processus historiques. À l inverse, l historicisme s efforce précisément de prendre en compte la complexité des contextes et des processus historiques, historicise les enjeux, met l accent sur la compréhension. Or cette opposition, même enrichie d autres arguments, est loin de résoudre tous les problèmes et apparaît comme une approximation grossière et peu vraisemblable de la réalité de la recherche. Replacée dans son contexte d énonciation, cette dichotomie servait à désigner deux groupes de chercheurs, les praticiens et les historiens, et à légitimer une certaine forme de professionnalisation de l histoire des sciences sociales et à déterminer le choix possible entre une histoire intéressée et une histoire intéressante. Cependant, on aurait tort de voir dans chaque praticien qui se fait historien de sa discipline un présentiste naïf, ou, à l inverse, dans chaque historien, un historiciste obtus ignorant des enjeux disciplinaires. Stocking avait bien compris la difficulté, adoptant d ailleurs une position intermédiaire. Refusant de sacrifier le développement scientifique sur l autel de la critique du progrès, conscient aussi de l impossibilité pour l historien de s extraire complètement de son présent, il propose le parti d un présentisme éclairé qui s efforce de concilier des motivations présentistes avec une stratégie de recherche historiciste 3 : Stocking admet en particulier que la recherche historique doit permettre une meilleure compréhension des problématiques actuelles des sciences sociales, ainsi qu elle doit enrichir l activité théorique des professionnels travaillant dans le domaine 4. Une autre question pointe dès lors qui n est pas seulement celle de l intéressement et de l intéressant ; elle est soucieuse de distinguer dans l histoire même ce qui relève d un intérêt purement historique de ce qui est réellement historiquement significatif. Cette problématique rejoint celle posée par Bachelard lorsqu il s efforçait de ne pas confondre story et history de la science, histoire sanctionnée et histoire 1. Le texte a paru d abord dans le Journal of the Behavioral Sciences, 1, 1965, N 3, pp ; il 3. Ce faisant, Stocking s installait, comme le lui reprocha Yves Winkin, dans le rôle de l arbitre, a été repris dans George W. Jr Stocking, Race, Culture and Evolution : Essays in the History of du sage, du savant dominant la mêlée : il n est ni historien, ni anthropologue, il est est au-dessus des Anthropology. New York, The Free Press, uns et des autres. Il est la référence canonique en histoire de l anthropologie, Yves Winkin, 2. Cf. Maria Beatrice Di Brizio, Présentisme et Historicisme dans l historiographie de G.W. George W. Stocking, Jr et l histoire de l anthropologie, Actes de la recherche en sciences sociales, Stocking, Gradhiva, 1995, N 18, pp Voir aussi Yves Winkin, George W. Stocking, Jr et 1986, 64, p. 82. l histoire de l anthropologie, Actes de la recherche en sciences scoiales, 1986, N 64, pp M.B. Di Brizio, art. cité, p. B. Muller pour cette version. Ne faites qu'un usage strictement personnel de ce texte. 2

3 comprise 5. L enjeu de l histoire des sciences c est, écrivait Bachelard, l efficacité actuelle de cette histoire dans la culture scientifique 6. L histoire intéressante du point de vue du savant c est une histoire jugée qui se doit de distinguer l erreur de la vérité, l inerte et l actif, le nuisible et le fécond 7. Et c est bien ce que suggèrent les deux notions récemment conceptualisées par Stocking : le purement historique se distingue de l historiquement significatif précisément par la sanction d une histoire soucieuse de ne retenir que ce qui a un intérêt constant à être connu théoriquement, à être élucidé épistémologiquement, à être enfin incorporé dans un corps de concepts spécialisés, comme l écrivait encore Bachelard. Le clivage n est plus celui des usages spécifiques du passé, mais celui qui distingue les notions ou les problématiques capables d échapper au passé, de transcender leur contexte d énonciation pour être toujours réactualisées dans des schèmes et des contextes nouveaux. Toutefois, en déplaçant la question du chercheur à l objet, Stocking réintroduit en même temps le point de vue normatif et évaluatif sur la science elle-même qu il avait précisément voulu contourner dans ses premiers textes. La question qui est ainsi soulevée est bien celle de la continuité, de la durée, voire de la pérennité des phénomènes scientifiques. À l évidence, à cette question souscrit autant l historien que le praticien. Car la raison à des thèmes de fidélités. Elle distingue fort bien les notions qui engagent un avenir de pensée, les notions qui sont des gages d avenir pour la culture 8. Aussi bien, les critères qui permettent précisément de distinguer ce qui est historiquement significatif permettent également de décider de ce qui dans le passé reste positif et continue d agir dans le présent. C est précisément cette part d héritage positif d un passé actuel, selon l expression de Bachelard, qui continue d agir dans le présent et qui constitue pour le praticien son intérêt pour le passé. En tout cas, il s agit bien d une question de liaison historique (op. cit., p. 26) mais elle n est pas nécessairement la même pour le praticien et pour l historien. C est précisément cette question de liaison que je voudrais maintenant tenter de décliner en introduisant deux notions nouvelles : la tradition, d abord, puis la mémoire. Tradition et histoire des sciences sociales En évoquant ici la notion de tradition, je n ai pas l intention de réduire et d opposer tradition et modernité, ni même de réduire une partie des sciences sociales à un état archaïque voire à un passé immémorial. C est dans une perspective différente que je voudrais introduire ici la notion de tradition, comme une manière de penser l historicité sans pour autant l enfermer dans le seul trajet linéaire et univoque qui chemine du passé au présent. Car, aujourd hui, en nous inspirant des travaux des anthropologues, il faut considérer la tradition comme un point de vue que les hommes d aujourd hui développent sur ce qui les a précédés 9. Cette perspective inverse le rapport de la tradition et du présent, en faisant du présent le point de départ d une tradition dont nous n héritons pas passivement mais que nous construisons. En d autres termes, nous choisissons ce par quoi nous nous déclarons déterminés, nous nous présentons comme les continuateurs de ceux dont nous avons fait nos prédécesseurs 10. Or, comme le fait remarquer judicieusement Lenclud, cette inversion de perspective n est pas seulement inversion de sens, elle est aussi fonctionnelle. Car la tradition est un dispositif qui fournit à une culture une caution de son état contemporain. Sa tradition, ce sont ses références, ses états de service, ses témoins de moralité ; son héritage [ ] 11. Elle offre par ailleurs à ceux qui s en 5. Gaston Bachelard, L'activité rationnaliste de la physique contemporaine. Paris, PUF, Voir en particulier le premier chapitre. 6. Ibidem, p Ibidem, p Ibidem, p L expression est de Jean Pouillon, elle est citée dans Gérard Lenclud, Qu est-ce que la tradition?, in: Transcrire les mythologies. Tradition, écriture, historicité, sous la dir. de Marcel Detienne, Paris, Albin Michel, 1996, p. 33. Voir aussi de ce dernier, La tradition n est plus ce qu elle était Sur les notions de tradition et de société tradtionnelle en ethnologie, Terrains, octobre, 1987, 9, pp Ibidem, p Ibidem, p. B. Muller pour cette version. Ne faites qu'un usage strictement personnel de ce texte. 3

4 réclament, l énoncent, ou la reproduisent, un moyen d affirmer leur différence et d asseoir leur autorité. Or ces éléments, nul n est besoin d aller les chercher dans les sociétés traditionnelles, car l univers savant en regorge. Un exemple emprunté à l histoire de la sociologie me paraît suffisamment significatif de l invention d une tradition. Il s agit de l ouvrage que le sociologue américain Nisbet a consacré à la Tradition sociologique, déclinée ici au singulier 12. Nisbet n avait aucunement l intention de rédiger une histoire de la sociologie, il souhaitait à l inverse décrire le contenu de la tradition sociologique organisé autour de cinq concepts fondamentaux. Toute tradition intellectuelle, écrit-il, s organise autour d un noyau d idées centrales grâce auxquelles elle se perpétue de générations en générations tout en se distinguant de toutes les autres disciplines consacrées à l étude de l homme, qu elles soient humanistes ou scientifiques 13. L auteur ne réduit pas la sociologie à ces éléments mais, à ses yeux, ils ont été constitutifs de la cohérence et de la continuité de la discipline depuis le premier tiers du XIX e siècle. C est à une conception particulière de l histoire des idées, celle de Lovejoy, qui oppose une histoire des systèmes de pensée à la pensée des penseurs, que se référait Nisbet. En sélectionnant ainsi des idées élémentaires constitutives du système de pensée sociologique, Nisbet donnait à lire sa propre conception de la tradition, définie par quatre caractéristiques : la généralité, qui rattache les idées à une époque plutôt qu à un penseur particulier ; leur durabilité, qui les fait traverser les générations ; leur caractère distinctif ; leur statut intellectuel de concept élémentaire au sens de structure élémentaire. La construction rétrospective de Nisbet sanctionne un âge d or de la sociologie, celui précisément où la pensée sociologique s est construite sur les ruines des sociétés traditionnelles ; pourtant elle n a pas valeur mémoriale puisqu elle ne retient du passé que les concepts qui agissent toujours sur le présent. Ici à l évidence la tradition n est pas une histoire, elle n est ni une histoire des idées, ni même une Begriffsgeschichte, elle est construction intellectuelle qui s alimente de sa propre logique celle de concepts antonymes, qui lui assure sa pérennité. Ignorant totalement l essai de Nisbet, un autre sociologue américain a repris récemment la notion de tradition sociologique, en lui conférant une plus grande extension. Il s agit de Randall Collins, qui a cherché à isoler et à opposer dans un premier temps trois traditions sociologiques auxquelles il a ajouté plus récemment une quatrième 14. L argument n est pas différent de celui de Nisbet puisqu il s agit ici aussi de montrer les progrès de la sociologie et son enracinement dans la pensée d auteurs classiques. La sociologie contemporaine, selon Collins, est caractérisée par un nombre limité de traditions antagoniques et concurrentes 15. Le contenu de chacune de ces traditions importe moins pour mon propos que la signification de leur mise en forme 16. Ici, comme chez Nisbet, la tradition, qu elle soit déclinée au singulier ou au pluriel, constitue un principe d identification mais aussi de sélection et de classement des concepts et des théories sociologiques. Rapportée à des auteurs et à des textes, elle désigne et définit avant tout des traditions intellectuelles. Collins d ailleurs reconnaît non sans ironie que l ensemble des traditions qu il a repérées et isolées ne pourraient constituer qu une série de fictions conventionnelles, des manières de décrire une histoire de la sociologie dans un continuum et sous l angle du progrès scientifique. L addition d une quatrième tradition (tradition utilitariste/rationnelle) qui n est pas ajoutée à la suite des trois autres mais qui s insère pour prendre la seconde place constitue à cet égard une forme d aveu. Car, érigée en tradition autonome, elle n est pourtant pas la plus récente, puisqu elle a puisé sa source aux écrits de Locke voir même au-delà. Son inscription comme tradition constitue à la fois une consécration et la reconnaissance d un état de fait présent qui trouve dans un passé reconstitué sa généalogie spécifique. 14. Cf. Randall Collins, Four Sociological Traditions. Revised and expanded edition of Three Sociological Traditions, New York Oxford, Oxford UP, 1994 (1985). 15. La perspective est donc plus riche que celle de Nisbet qui réduisait l histoire de la sociologie à un antagonisme entre deux traditions opposées. L une issue de Tocqueville, l autre de Marx et du 12. Cf. Robert A. Nisbet, La tradition sociologique, Paris, PUF, L édition anglaise parue sous socialisme. le titre The Sociological Tradition date de Collins distingue 1) la tradition du conflit ; 2) la tradition utilitariste/ rationnelle ; 3) la tradition 13. Ibidem, p. 9. durkheimienne ; 4) la tradition B. Muller pour cette version. Ne faites qu'un usage strictement personnel de ce texte. 4

5 Mais Collins définit aussi son ouvrage comme une tentative de remise en ordre d une discipline aujourd hui éclatée en une myriade de savants et de spécialisations différentes. La réorganisation de la discipline en quatre traditions constitue un principe d abstraction par lequel s effectue la recomposition d un paysage éclaté en même temps que le point de vue historique sur la discipline. Pourtant Collins ne recourt nullement à des concepts historiques pour caractériser les traditions, mais il emprunte à la géopolitique et surtout à la géographie fluviale sa représentation du passé. Chacune de ces traditions constitue comme un long fleuve chargé de ses affluents, nombreux, et teint de sa couleur propre. Ainsi conçue, l histoire de la sociologie pourrait s identifier à un guide hydrographique. Même très succinctement évoquées, ces deux tentatives de mise en forme de la tradition sociologique avouent également un rapport particulier au passé. Si la tradition, ou plus exactement l usage de la tradition voire le geste traditionnant constitue bel et bien une construction intellectuelle du passé, elle s oppose à l histoire proprement dite, même si elle peut lui emprunter ses résultats. La tradition lorsqu elle se réfère à des auteurs anciens ou à des textes canoniques n a pas pour objectif de les historiciser, c est-à-dire de les restituer dans leur contexte d émergence ; elle vise au contraire à les présentifier, c est-à-dire à retenir prioritairement du passé non pas la part immémoriale inerte ni même la formule d origine répétée mais l élément encore vivant et agissant. De ce point de vue, la tradition se présente comme une résistance à l historicisation de la pensée, mais elle résiste d une manière paradoxale non pas en niant le temps, ni même en le réduisant au présent, mais en inscrivant le présent dans un indéfinissable passé. C est donc dans sa temporalité propre que la tradition s oppose à l histoire. Aujourd hui, celle-ci se décline en fonction de temporalités et de durées multiples, alors que la tradition privilégie un temps abstrait, souvent linéaire et progressif. Par contre la tradition ne s identifie pas nécessairement à l ancien, ou à l ancestral. Au contraire, et l exemple de Collins le montre, c est la traditionnalité [qui] fabrique l ancienneté, en d autres termes la nécessité d inscrire toute nouveauté dans une tradition implique que lui soit assignée un passé et une généalogie 17. Ces quelques éléments permettent, me semble-t-il, d identifier le rapport spécifique au passé qu instaure la tradition. Il nous faut en préciser et en systématiser encore certains des traits principaux. Une contribution récente de Collins nous y aidera dans un premier temps. En effet, alors qu il avait surtout fait usage de la notion de tradition comme principe plus ou moins défini de clarification de la pensée sociologique, le sociologue américain a pris une autre voie en s intéressant à l usage même de la notion et à son fonctionnement. Renonçant à évoquer le contenu des traditions, il s est attaché à décrire les relations sociales que des communautés intellectuelles entretenaient avec leur propre symbolisme traditionnel 18. Organisation sociale et imaginaire du souvenir et de l identité sociale, la tradition se présente comme la mise en forme des relations que développent, au niveau de leur représentations symboliques, des collectivités antagonistes. La mise en forme de la tradition devient ainsi l une des composantes importantes de l activité des communautés intellectuelles et scientifiques dans la gestion de leur relation avec des communautés concurrentes. Collins en est venu à redéfinir complètement les quatre traditions qu il avait identifiées comme des représentations de l histoire de la discipline. Il distingue essentiellement deux ensembles : 1) des traditions loyalistes ou héroïques (centrées autour d une figure fondatrice à partir de laquelle s organise des lignages qui se disputent l héritage, exemple : la tradition dukheimienne, ou sous une forme un peu différente, la tradition weberienne ; 2) des traditions impersonnelles ou anonymes (nées d idées et de techniques autour desquelles s organisent des controverses, exemple : la théorie du choix rationnel) Une tradition serait une rhétorique de ce qui est supposé avoir été, un point de vue rétrospectif, une filiation inversée, autant dire une reconnaissance en paternité, G. Lenclud, op. cit., 1996, p Randall Collins, Les traditions sociologiques, Enquête, 1995, 2, pp Le numéro entier est consacré à la notion de tradition. 19. Celles-ci se complètent encore par des traditions avortées et des antitraditions. L expression me paraît d ailleurs un peu contradictoire car ce qui définit une tradition, c est précisément le fait qu elle parvienne à s imposer dans le temps. Ne pas y arriver, c est tout simplement ne pas B. Muller pour cette version. Ne faites qu'un usage strictement personnel de ce texte. 5

6 Ce sont donc deux ensembles organisés différemment mais liés dans le temps puisque des traditions loyalistes peuvent se transformer en traditions anonymes. Par certains aspects d ailleurs, la notion de tradition s apparente bien à la notion khunienne de paradigme. Les traditions identifient et distinguent des communautés intellectuelles. Qu elles soient héroïques ou anonymes, elles contiennent bien l ensemble des problèmes, des objets de recherche des ressources matérielles et institutionnelles qui permettent à ceux qui s en réclament de faire carrière. À l évidence, Collins a porté la notion de tradition au-delà du classement des auteurs et des œuvres sociologiques. Elle n apparaît plus seulement comme un ensemble de représentations du passé organisant les clivages intellectuels du présent, mais comme une notion ordonnant le présent lui-même et comme une tâche à laquelle s adonne une partie de la communauté scientifique. En d autres termes, une partie du travail des savants consiste précisément à réactualiser leur tradition. Bien que cela ne soit pas précisé, on retiendra ici l idée d une pluralité des traditions caractérisée non seulement par des problématiques distinctes mais aussi par un travail sur le passé distinct. Dans le cadre de la tradition loyaliste, il s agit de consacrer les figures fondatrices et d établir l exégèse des textes fondateurs. Le problème majeur est un problème de filiation et d héritage partagé, les enjeux sont des enjeux quasi-religieux du dogme et de l hérésie. La tradition s apparente à l arbre généalogique car, autant qu une filiation, elle est une recherche en paternité. Pour autant, le retour au passé n a pas qu une vertu d hommage et n a pas non plus de signification que passéiste. Car le retour aux pères fondateurs, le ressourcement aux grands textes de la tradition s imposent surtout dans les moments de crise, lorsque l unité de la tradition paraît floue ou menacée. Dans le second cas, celui de la tradition anonyme, c est la forte convergence des conflits autour d une famille de problèmes, en particulier des problèmes techniques, qui unit la tradition. Ce que Collins nous suggère en filigrane, notamment lorsqu il indique qu une tradition anonyme peut se fabriquer des pères fondateurs, c est l idée en tant que tradition. Quant à l idée d une antitradition, elle me paraît un peu tautologique puisque Collins définit les traditions précisément comme des ensembles concurrents, en conflits, irréductibles en tout cas les uns aux autres. Toute tradition génère en quelque sorte son antitradition. que l une ou l autre des traditions qu il a ainsi définies ne sont peut-être que des stades différents d un même processus de traditionnement. À cet égard les deux traditions s inventent bel et bien des ancêtres respectables et fréquentables, se constituent un corpus de textes canoniques. Il s agit dans les deux cas de tradition inventée au sens qu E. J. Hobswam a donné à la formule. Ainsi il me semble qu entre les deux traditions décrites par Collins, ce sont précisément des processus de formalisation et de ritualisation situés à des stades différents qui s orientent de façon différente sur des référents qui peuvent se retrouver dans les deux cas. Prenons le cas du référence à la figure fondatrice et l exemple de la sociologie durkheimienne. Chacun convient aisément que l œuvre et l engagement personnel de Durkheim dans la construction de la sociologie française l ont situé d emblée au point de départ de l institutionnalisation de la sociologie française. Mais pour qu il puisse faire figure aujourd hui de père fondateur et que le nom propre devienne un nom commun, il aura fallu que sa conception de la sociologie puisse être réduite à ce nom propre et s imposer comme le courant dominant de la sociologie française. Et d une certaine manière la sociologie durkheimienne s est imposée comme tradition dès lors que sa transmission anonyme ne suffisait plus à l identifier et à la reconnaître comme telle face à la concurrence d autres traditions naissantes. En d autres termes, même lorsqu il sont déjà là, les pères fondateurs sont toujours à réinventer pour assurer à la tradition son efficace, puisque, comme l écrit Pierre-Antoine Fabvre, il n est de fondation que rétrospectivement consacrée par une tradition 21. La difficulté réside ici dans l indécision du concept de tradition qui désigne à la fois un rapport du présent au passé et une forme d organisation sociale de l activité intellectuelle. C est d ailleurs sans doute parce qu elle ne se rapporte pas d abord à une représentation figée du passé, mais qu elle en est une. L invention des traditions est essentiellement un processus de formalisation et de ritualisation caractérisé par la référence au passé, ne serait-ce que par le biais d une répétition imposée cf. Eric Hobsbawn, Inventing traditions, Enquête, 1995, 2, p Ce texte est la traduction française de l introduction de l ouvrage intitulé The Inventing of Traditions. 21. Pierre-Antoine Fabre, L institution du texte fondateur. La tradition orale des écrits d Ignace de Loyola dans l histoire et dans l historiographie de la Compagnie de Jésus au XVI e siècle, Enquête, 1995, 2, p. B. Muller pour cette version. Ne faites qu'un usage strictement personnel de ce texte. 6

7 réactualisation permanente, que la tradition tient un rôle important non seulement dans les sciences sociales mais aussi dans les sciences naturelles. Michael Polanyi l avait déjà relevé : The whole system of scientific life [is] rooted in a scientific tradition. [ ] The premisses of science [ ] are embodied in a tradition, the tradition of science 22. Et Heisenberg notait de son côté : one cannot doubt that in the selection of problems, the tradition, the historical development, plays an essential role 23. Avec Edward Shils, l un des premiers à s être intéressé à la notion de tradition en lui consacrant un ouvrage entier 24, je voudrais distinguer deux niveaux où la tradition agit dans l univers scientifique. A priori, tradition et science semblent antinomiques puisque la découverte scientifique est un déni permanent de la tradition. Or si le savant lui-même a le sentiment très fort de n entretenir aucun rapport avec la tradition, sinon un rapport folklorique ou cérémoniel, c est précisément parce que, dans le domaine scientifique plus qu ailleurs, la tradition a fait l objet d un travail de transformation, de sélection, de condensation et de codification. L activité scientifique comporte bien évidemment de nombreux éléments traditionnels, dans ce sens qu elle contient des éléments d âge et de durée variables. Ainsi certaines théories ou certains dispositifs expérimentaux occupent très longtemps des positions privilégiées dans la recherche scientifique, tandis que d autres ont perdu de leur force de suggestion mais conservent une valeur de résultats. Mais il importe peu au scientifique qui s y réfère constamment dans sa pratique quotidienne de les dater, de les restituer dans leur contexte d apparition ; seul lui importe leur champ de validité. Aucun scientifique ne perd son temps à vérifier toutes les ressources qu il mobilise, il en accepte la plus grande part comme des propositions admises. Celles-ci constituent en quelque sorte une tradition écrite qui fait autorité et à laquelle le scientifique se réfère mais qu il ne lit généralement pas. Mais pour que la tradition puisse prendre cette forme qui semble la nier, une immense organisation sociale et scientifique est nécessaire, qui efface la marque du passé en le réactualisant continuellement. 22. Cité par Edward Shils, p Voir la référence de l ouvrage de Shils ci-dessous, note Ibidem, p Cf. Edward Shils, Tradition. London, Boston : Faber & Faber, À cette forme toujours fluctuante correspond une forme beaucoup plus stable, composée d éléments symboliques qui ne sont pas nécessairement les éléments actifs de la science, mais qui constituent l une des conditions de son fonctionnement. Ce sont en particulier les éléments fondamentaux qui orientent les valeurs de la science, que l on désigne comme l ethos scientifique et qui constituent une matrice remarquablement stable au travers des générations, à l inverse du corpus toujours changeant des théories, des hypothèses ou des observations empiriques consacrées, parfois éphémères. Comme le note Edward Shils : These overtones of ancestral voices say vague things about probity, about exertion, about the obligation to be imaginative and the obligation to be exigent towards what has been imagined, about the obligation to trust what the past has handed down and the obligation to be exigently demanding towards it and critical of it, to extend knowledge but to do so under very limiting conditions 25. Une partie des éléments retenus par T.S. Kuhn dans la constitution des paradigmes constituent d autres vecteurs très puissants de la tradition, puisqu ils sont également transmis d une génération à l autre. Parmi ceux-ci, les généralisations symboliques, ces expressions spontanées admises sans interprétation que sont par exemple les formules, les axiomes, etc., ainsi que les exemples-types, définis comme des problèmes concrets déjà résolus et à partir desquels on peut espérer obtenir des solutions à de nouveaux problèmes. Ces derniers sont particulièrement importants puisqu ils constituent les problèmes que chacun rencontre au cours de ses études, apprend à résoudre et répète afin de disposer à la fois des outils intellectuels et des savoir-faire qui lui seront nécessaires par la suite. Dans la transmission intergénérationnelle, les manuels qui contiennent précisément ces éléments dans un ordre qui n est pas celui de l histoire mais celui de la science sont des agents essentiels d une tradition écrite ; les cours et les séminaires, eux, sont ceux d une tradition orale. Dans cette perspective, histoire et tradition ne se superposent pas, mais l enjeu historiographique sous-jacent est celui de la constitution de la tradition. On ne s étonnera pas que l histoire des sciences ait été écrite d abord par les savants eux-mêmes et que cette forme d histoire presque exclusivement interne, 25. Cf. E. Shils, op. cit., p. B. Muller pour cette version. Ne faites qu'un usage strictement personnel de ce texte. 7

8 souvent de haute technicité, peu soucieuse de contextualiser son objet, continue à exister. Mais si l on convient aujourd hui que ce type d écriture ne correspond pas aux critères de la discipline historique, il faut admettre qu elle participe d une entreprise différente qui est précisément celle de la mise en forme de la tradition, lorsqu elle n est pas elle-même un point de départ instaurant une nouvelle tradition. Histoire et mémoire Pour constituer leur identité, les disciplines ont moins besoin d une histoire que d un passé et d une mémoire. À l history des historiens, les scientifiques préfèrent la story qui les (ré)confortent dans les finalités de la science (la raison, la vérité, la technique) et par sa valeur pédagogique. Le livre de l histoire des sciences se nourrit d abord de ce récit de valorisations 26 que l on retrouve à toutes ses pages. En se dotant d un corpus d œuvres consacrées comme textes canoniques, en sélectionnant ses annales et ses chroniques scandant l épopée de sa réussite, en s ornant d une galerie de prestigieux précurseurs et pères fondateurs, en fabriquant enfin sa propre généalogie remontant aux temps les plus reculés, la discipline se constitue une histoire qui est prioritairement une histoire-mémoire. Et cette histoire n a pas pour vocation de constituer un écart critique mais au contraire elle s impose comme une confirmation et une légitimation de la discipline. Elle produit en quelque sorte, selon l expression de T. S. Kuhn, une histoire officielle qui remplit en particulier les préambules historiques des manuels. Elle a sa raison d être qui n est pas celle de la raison historienne. Nous y reviendrons. Arrêtons-nous un instant sur ce couple histoire - mémoire. Pour l historien, au moins depuis l avènement d une histoire-science à la fin du XIX e siècle, les deux notions s opposent et sont la négation l une de l autre. Ainsi Jacques Le Goff qualifiait la mémoire vécu de ce rapport jamais fini entre le présent et le passé, comme une forme mythique, déformée, anachronique du passé, une histoire traditionnelle fausse qu il incombe à l histoire de redresser et de corriger cf. Bachelard, op. cit., p Cf. Jacques Le Goff, Histoire et mémoire, Paris, Gallimard (Folio), 1988, p À cette réciproque dénégation, Pierre Nora a fourni une réponse spectaculaire en ouvrant la mémoire comme un champ d investigation à l historien, initiant aussi l une des entreprises éditoriales les plus considérables de cette fin de siècle. Sa formulation des rapports entre histoire et mémoire est désormais classique. La mémoire est multiple, démultipliée, collective, plurielle, elle est liée à des groupes, évolue et se transforme en même temps qu eux. L histoire, en revanche, est unitaire, née d une tradition savante et scientifique, elle a vocation d universalité. La mémoire collective est globalisante, floue, elle installe le souvenir dans le sacré. L histoire est une opération intellectuelle laïcisante, elle se fonde sur l analyse et la critique, elle prosaïse toujours. La mémoire conserve, efface, recompose, dispose du souvenir à sa guise, mais toujours en fonction des besoins du présent, elle actualise le vécu au présent. L histoire sélectionne, accumule, elle est une représentation du passé et ne cesse de (dé)construire le présent 28. Je ne vais pas reprendre l argument dans tous les registres déployés par Pierre Nora et me limiterai à deux aspects qui me paraissent centraux : le rapport de la mémoire au temps présent à tarvers lequel se manifeste l histoire du temps présent, d une part et, d autre part, le rapport qu établit la mémoire avec l histoire de l histoire. Pour Pierre Nora, l opposition entre mémoire et histoire est d abord l expression de la prise de conscience de la fin de l histoire-mémoire, le sentiment d une rupture profonde dans notre rapport au passé : un basculement de plus en plus rapide dans un passé définitivement mort, la perception globale de toute chose comme disparue une rupture d équilibre 29. Elle s est manifestée d abord par l effondrement d une adéquation pourtant tenue longtemps pour évidente entre mémoire et histoire, et se traduit par le sentiment de plus en plus net de la distance qui sépare le présent et le passé, perçu comme le lieu de l achevé et du révolu. La mémoire privilégie le continu et fait du présent, par la remémoration, une sorte de passé reconduit, actualisé, conjuré en tant que présent. La distance que ne cesse de nous conter le roman des origines est celle de l intervalle vécu plutôt que de la différence 28. Cf. Pierre Nora, La fin de l histoire-mémoire, in: Les lieux de mémoire, t. 1., Paris, Gallimard, 1984, p. XVIII-XX. 29. Ibidem, p. XVII.. Ibidem, p. B. Muller pour cette version. Ne faites qu'un usage strictement personnel de ce texte. 8

9 radicale. Comme le dit si joliment Nora, ce n est pas seulement l avenir qui s est obscurci, mais c est aussi le passé qui est devenu invisible. Le passé se présente à nous sous le signe de l étrangeté, de la radicale altérité. Mais ce nouveau rapport change aussi la perception du présent solidaire de la mémoire. Dans un présent omniprésent et coupé de son passé, c est à la mémoire qu incombe la tâche d administrer la présence du passé dans le présent. Comme le relève François Hartog, commentant l entreprise de Pierre Nora, tout notre horizon se trouve envahi par un présent de plus en plus gonflé, hypertrophié : On est donc passé, dans notre rapport au temps, du futurisme au présentisme : à un présent qui est lui-même son propre horizon. Sans futur et sans passé, ou générant, presque au jour le jour, le passé et le futur dont il a besoin quotidiennement 31. Mais ce présent impérieux est aussi inquiet, parce qu il n a de cesse de se regarder comme déjà historique ; aspirant à la mémoire, il laisse partout sourdre les traces du passé. De ce nouveau rapport entre passé et présent traduit par le besoin de mémoire, P. Nora et F. Hartog perçoivent conjointement les signes précisément dans l émergence d un besoin de mémoire dans les disciplines, soucieuses de leur passé et de leur histoire. Pierre Nora percevait précisément l irruption d un moment-mémoire dans la conjonction de deux mouvements : l un qui signifiait la fin d une tradition de mémoire, l autre qui marquait l émergence d une histoire de l histoire. Mais quelque chose de fondamental commence quand l histoire commence à faire sa propre histoire. La naissance d un souci historiographique, c est l histoire qui se met en devoir de traquer en elle ce qui n est pas elle, se découvrant victime de la mémoire et faisant effort pour s en délivrer 32. Depuis une quinzaine d années au moins, c est un mouvement général qui semble s emparer des savoirs en les plaçant sous le regard de la mémoire. Le devoir de mémoire fait de chacun l historien de soi. [ ] C est tous les corps constitués, intellectuels ou non, savants ou non, qui, à l instar des ethnies et des minorités sociales éprouvent le besoin de partir à la recherche de leur propre 31. Cf. François Hartog, Temps et histoire. Comment écrire l histoire de France?, Annales HSS, 1995, N 6, p Hartog donne d ailleurs une définition différente du présentisme : Quant au présentisme, ainsi nommé par préférence et opposition au futurisme, je le comprends comme l expression d une profonde remise en cause du régime d historicité. (Ibidem, p. 1235). 32. Cf. P. Nora, op. cit., p. XXI. constitution, de retrouver leurs origines 33. La mémoire disciplinaire se constitue d abord comme une réaction à l éclatement infini des savoirs, elle est quête d identité : elle est, comme le dit Judith Schlanger, à la fois un effet et un enjeu d institution et une institution en soi 34. Dans ce contexte, l histoire historienne a peu de place, elle reste dépendante du récit traditionnel de l aventure, les textes fondateurs, les précurseurs, le récit des origines demeurent des enjeux de mémoire qui obstruent l histoire disciplinaire. On ne s étonnera donc pas que celle-ci s efforce de prendre la mémoire à contre-pied, même s il est malaisé de prendre à revers ce récit de valorisations qui se retrouvent à toutes les pages de l histoire des sciences 35. Assurément story et history sont difficilement conciliables, mais plutôt que de les tenir dans une opposition vigoureuse, P. Nora nous fait voir ce que la prise en compte de la mémoire, et j ajoute de la tradition, dans le questionnement historique lui-même peut apporter à la compréhension du passé des disciplines. Claude Blanckaert en a fait à juste titre l une des composantes de l institution disciplinaire 36. Mémoire et tradition ne sont pas que des éléments anecdotiques, mais des composantes qui contribuent à fixer fortement l institution disciplinaire en la dotant d une histoire officielle. Mais cette histoire officielle n est autre chose que la cristallisation momentanée des rapports de force qui se jouent dans les luttes entre des traditions différentes revendiquant leur mémoire spécifique. C est aussi la raison pour laquelle l histoire historienne des sciences n est jamais une opération innocente. Traquant dans la tradition ce qu elle a d arbitraire et de conventionnel, elle subvertit l histoire-mémoire en l investissant d une histoire-critique 37. Elle est, comme l écrit Pierre Bourdieu, 33. Ibidem, p. XXIX. 34. Judith Schlanger, Fondation, nouveauté, limites, mémoire, Communication, 1992, B. Muller pour cette version. Ne faites qu'un usage strictement personnel de ce texte. 9 p Cf. G. Bachelard, op. cit., p. 28. Judith Schlanger note : Il nous est très difficile de ne pas adhérer aux options qui nous formés, ainsi que de relativiser cette histoire du savoir : elle est notre socle et, le plus souvent, ses répartitions sont encore les nôtres., art. cité, p Claude Blanckaert, Fondements disciplinaires de l anthropologie française au XIX e siècle, Politix, 1995, N 29, p Cf. P. Nora, op. cit., p. XXI.

10 l instrument privilégié de la réflexivité critique, condition impérative de la lucidité collective, et aussi individuelle 38. Bertrand Müller 38. Pierre Bourdieu, La cause de la science. Comment l histoire sociale des sciences sociales peut servir le progrès de ces sciences, Actes de la recherche en sciences sociales, 1995, , p. B. Muller pour cette version. Ne faites qu'un usage strictement personnel de ce texte. 10

féminisme et de nuire aux femmes et à leurs intérêts. A partir de l intention de contrer ce danger, un certain nombre d études ont été menées sur le

féminisme et de nuire aux femmes et à leurs intérêts. A partir de l intention de contrer ce danger, un certain nombre d études ont été menées sur le 1. Introduction Cette étude porte sur le sujet des hommes en mouvement 1 en Suisse. Son objectif général est de décrire et de comprendre l affirmation, à la fois identitaire et politique, de ce mouvement,

Plus en détail

CLASSICISME ET INTERDISCIPLINAIRTÉ Une brève analyse bibliométrique des références à Paul Ricœur

CLASSICISME ET INTERDISCIPLINAIRTÉ Une brève analyse bibliométrique des références à Paul Ricœur CLASSICISME ET INTERDISCIPLINAIRTÉ Une brève analyse bibliométrique des références à Paul Ricœur Cette note vise à évaluer la diffusion de l œuvre de Paul Ricœur dans l univers des revues scientifiques.

Plus en détail

PENSER LA MONDIALISATION. Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation

PENSER LA MONDIALISATION. Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation 1 PENSER LA MONDIALISATION Par Zaki LAÏDI (CERI-Sciences Po Paris) I Problématique Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation exerce sur le sens et l action

Plus en détail

Chapitre 2 LE CAS PRATIQUE

Chapitre 2 LE CAS PRATIQUE Chapitre 2 LE CAS PRATIQUE Demande de conseil. Le cas pratique est un exercice juridique qui, à l instar d une personne se trouvant en situation de litige avec autrui, demande conseil. C est un exercice

Plus en détail

Le cas pratique *** La lecture et la relecture du sujet

Le cas pratique *** La lecture et la relecture du sujet Le cas pratique Présentation. Le cas pratique vous demande de résoudre un problème posé par une situation de fait. Deux règles préalables : première règle préalable : l essentiel est moins la solution

Plus en détail

Qui a peur du virtuel? ISASLB 5 e architecture Damien CLAEYS 2004-2005. L architecture à l époque du temps pur

Qui a peur du virtuel? ISASLB 5 e architecture Damien CLAEYS 2004-2005. L architecture à l époque du temps pur ISASLB 5 e architecture Damien CLAEYS 2004-2005 Qui a peur du virtuel? L architecture à l époque du temps pur Défense orale du mémoire de fin d études Qui a peur du virtuel? L architecture à l époque du

Plus en détail

Baccalauréat STG Sciences et technologies de la gestion Document d accompagnement de l épreuve d économie droit.

Baccalauréat STG Sciences et technologies de la gestion Document d accompagnement de l épreuve d économie droit. Baccalauréat STG Sciences et technologies de la gestion Document d accompagnement de l épreuve d économie droit. I - AVANT-PROPOS II - DÉFINITION DE L ÉPREUVE DU BACCALAURÉAT III - QU EST-CE QUE DÉMONTRER

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

Publications de la Sorbonne 212, rue Saint-Jacques, 75005 Paris Tél. : 01 43 25 80 15 Fax : 01 43 54 03 24

Publications de la Sorbonne 212, rue Saint-Jacques, 75005 Paris Tél. : 01 43 25 80 15 Fax : 01 43 54 03 24 Publications de la Sorbonne 212, rue Saint-Jacques, 75005 Paris Tél. : 01 43 25 80 15 Fax : 01 43 54 03 24 Ethnog raphie, pragmatique, histoire Michel Na e p e l s Au-delà de la mise en discussion d une

Plus en détail

MASTER 2 PROFESSIONNEL

MASTER 2 PROFESSIONNEL UNIVERSITE DE NICE - SOPHIA ANTIPOLIS Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines Département «SCIENCES DE LA COMMUNICATION» MASTER 2 PROFESSIONNEL Ingénierie de la Création Multimédia et Direction

Plus en détail

Description des orientations spécifiques De la Maîtrise universitaire (Master) en sciences sociales

Description des orientations spécifiques De la Maîtrise universitaire (Master) en sciences sociales Description des orientations spécifiques De la Maîtrise universitaire (Master) en sciences sociales Parcours de vie, inégalités et politiques sociales, p. 2 Droits humains, Diversité et Globalisation,

Plus en détail

La définition des critères de scientificité : un débat philosophique et sociologique

La définition des critères de scientificité : un débat philosophique et sociologique La définition des critères de scientificité : un débat philosophique et sociologique Mathieu Albert, Ph.D. Université de Toronto Ontario, Canada Résumé La définition des critères de scientificité fait

Plus en détail

Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines

Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines 1 DEFINITION Un cas est une histoire racontée à propos d un ou plusieurs problèmes de gestion qui appelle une réflexion à propos des

Plus en détail

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

Communication DPJJ / ODAS à partir d un séminaire organisé sur la complémentarité des rôles.

Communication DPJJ / ODAS à partir d un séminaire organisé sur la complémentarité des rôles. 4 ème assises de la protection de l enfance 28 et 29 juin 2010 Version définitive du 25 juin 2010 Communication DPJJ / ODAS à partir d un séminaire organisé sur la complémentarité des rôles. Damien Mulliez,

Plus en détail

CANDIDATURE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR GENERAL DE L ENSAM

CANDIDATURE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR GENERAL DE L ENSAM CANDIDATURE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR GENERAL DE L ENSAM 1 ère partie Déclaration d intention JEAN-PAUL HAUTIER ADMINISTRATEUR PROVISOIRE ET DIRECTEUR DE LA RECHERCHE DE L ENSAM DIRECTEUR ES QUALITE DE

Plus en détail

Partie I. Le principe de bonne administration construit par la pluralité des sources de l espace administratif européen... 49

Partie I. Le principe de bonne administration construit par la pluralité des sources de l espace administratif européen... 49 Table des matières Remerciements... 11 Sommaire... 13 Liste des principales abréviations... 15 Préface... 19 Introduction générale... 23 I. L enrichissement de la conception de l administration au sein

Plus en détail

Résumé. Mots-clés. Structure, famille, rôles, parenté, fonctions familiales, parentalité, bouleversements, filiation, société, reproduction sociale

Résumé. Mots-clés. Structure, famille, rôles, parenté, fonctions familiales, parentalité, bouleversements, filiation, société, reproduction sociale Table des matières Table des matières... 2 Résumé... 3 Mots-clés... 3 Introduction... 4 Comment définir la famille?... 4 Histoire(s) de famille(s)... 5 La désaffection du mariage... 6 L union libre...

Plus en détail

L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES

L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES Questions et éléments de réponse Principales références dans les encadrements ministériels Questions Éléments de réponse 1) L

Plus en détail

Méthode du commentaire de document en Histoire

Méthode du commentaire de document en Histoire Méthode du commentaire de document en Histoire I. Qu est-ce qu un commentaire de document? En quelques mots, le commentaire de texte est un exercice de critique historique, fondé sur la démarche analytique.

Plus en détail

Introduction Individus ou groupes, nous sommes faits de lignes

Introduction Individus ou groupes, nous sommes faits de lignes «L éclair par exemple se distingue du ciel noir, mais doit le traîner avec lui, comme s il se distinguait de ce qui ne se distingue pas.» Gilles Deleuze, Différence et répétition Introduction Individus

Plus en détail

d un réflexe d action chez ce dernier. Garante à la fois de l amélioration de la situation de l usager, de l atténuation de son problème, de la

d un réflexe d action chez ce dernier. Garante à la fois de l amélioration de la situation de l usager, de l atténuation de son problème, de la La pratique professionnelle du travailleur social en Centre de santé et de services sociaux : entre logique thérapeutique et logique d accompagnement. Isabelle Chouinard L importance de la dimension relationnelle

Plus en détail

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET?

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? 61 POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? L école de Pinay est connectée depuis deux ans et demi à l Internet. Cela laisse suffisamment de recul pour une réflexion sur cette pratique. Il convient pour

Plus en détail

COLLOQUE INTERNATIONAL. Lieu : Faculté de droit et sciences politiques Nantes. Date : 24 et 25 septembre 2015

COLLOQUE INTERNATIONAL. Lieu : Faculté de droit et sciences politiques Nantes. Date : 24 et 25 septembre 2015 COLLOQUE INTERNATIONAL PENSER ET METTRE EN ŒUVRE LES TRANSITIONS ECOLOGIQUES Lieu : Faculté de droit et sciences politiques Nantes Date : 24 et 25 septembre 2015 APPEL À CONTRIBUTION : COLLOQUE ET OUVRAGE

Plus en détail

Les Seniors et la place de l automobile dans leurs déplacements : mieux connaître et anticiper leurs besoins en termes de mobilité

Les Seniors et la place de l automobile dans leurs déplacements : mieux connaître et anticiper leurs besoins en termes de mobilité Les Seniors et la place de l automobile dans leurs déplacements : mieux connaître et anticiper leurs besoins en termes de mobilité Etude réalisée par Sociovision Cofremca Pour La Prévention Routière et

Plus en détail

LA RÉUSSITE SCOLAIRE EN MILIEUX POPULAIRES OU LES CONDITIONS SOCIALES D UNE SCHIZOPHRÉNIE HEUREUSE

LA RÉUSSITE SCOLAIRE EN MILIEUX POPULAIRES OU LES CONDITIONS SOCIALES D UNE SCHIZOPHRÉNIE HEUREUSE Ville-Ecole-Intégration, n 114, septembre 1998 LA RÉUSSITE SCOLAIRE EN MILIEUX POPULAIRES OU LES CONDITIONS SOCIALES D UNE SCHIZOPHRÉNIE HEUREUSE Bernard LAHIRE (*) L enfant de milieu populaire en difficulté

Plus en détail

BTS Tertiaires, les référentiels de situations :

BTS Tertiaires, les référentiels de situations : «Les compétences et leur évaluation» Stage des 2 et 3 décembre 2009 Intervention de Didier Michel, IGEN 1 BTS Tertiaires, les référentiels de situations : Vers une nouvelle approche de la professionnalisation

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION DES NOMBRES par Jean-Luc BREGEON professeur formateur à l IUFM d Auvergne LE PROBLÈME DE LA REPRÉSENTATION DES NOMBRES On ne conçoit pas un premier enseignement

Plus en détail

Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur

Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur Thierry WIEDEMANN-GOIRAN Frédéric PERIER François LÉPINEUX Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur Préface de Frédéric Tiberghien Président de l ORSE (Observatoire sur

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

Faire entrer le chien en sciences sociales.

Faire entrer le chien en sciences sociales. Des travaux et des jours : Faire entrer le chien en sciences sociales. MARION VICART : Doctorante à l Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (Paris) et rattachée au laboratoire du Groupe de Sociologie

Plus en détail

Lutter contre le sentiment d impuissance

Lutter contre le sentiment d impuissance ANALYSE 2010 Lutter contre le sentiment d impuissance Publié avec le soutien de la Communauté française Lutter contre le sentiment d impuissance Les phénomènes sociétaux et les conflits qui font l actualité

Plus en détail

Pour une Pédagogie de Projet émancipatrice

Pour une Pédagogie de Projet émancipatrice http://gfen.langues.free.fr Pour une Pédagogie de Projet émancipatrice Maria-Alice Médioni Le projet, autrefois combattu, est aujourd hui à la mode. Il apparaît même incontournable dans la mesure où il

Plus en détail

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive.

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive. L ANALYSE ET L INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS Une fois les résultats d une investigation recueillis, on doit les mettre en perspective en les reliant au problème étudié et à l hypothèse formulée au départ:

Plus en détail

STAGE. La place du dessin dans le cours d'arts plastiques SALLE 306

STAGE. La place du dessin dans le cours d'arts plastiques SALLE 306 STAGE La place du dessin dans le cours d'arts plastiques SALLE 306 Les évolutions en arts plastiques - Académie de Nice année 2012/2013 La place du dessin dans le cours d'arts plastiques Les évolutions

Plus en détail

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir Annie Claude Sortant-Delanoë L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir À sa naissance, l enfant est un organisme dont le cri exprime un besoin. Ce cri n a aucune intention de signification.

Plus en détail

OBJECTIFS ET APPRENTISSAGES

OBJECTIFS ET APPRENTISSAGES La formation Notre approche Intervalle est un cabinet de conseil, d étude et de formation qui accompagne les dynamiques humaines et organisationnelles. Nous intervenons pour des entreprises, des collectivités

Plus en détail

Les projets de piscine 2012-2016

Les projets de piscine 2012-2016 Les projets de piscine 2012-2016 1. Le cadre institutionnel Article L. 112-1 à L. 112-5 du code de l éducation Article L. 122-1-1 du code l éducation Article D 122-1, D 122-2, D 122-3 et article annexe

Plus en détail

VOUS AVEZ DIT LOGIQUE?

VOUS AVEZ DIT LOGIQUE? N 263 - DURAND-GUERRIER Viviane VOUS AVEZ DIT LOGIQUE? Il est fréquent de considérer que la logique formelle qui gouverne le raisonnement mathématique s oppose de manière radicale à la logique de sens

Plus en détail

Le Projet éducatif du Réseau officiel subventionné

Le Projet éducatif du Réseau officiel subventionné Le Projet éducatif du Réseau officiel subventionné "S'il n'y avait pas l'enfant à élever, à protéger, à instruire et à transformer en homme pour demain, l'homme d'aujourd'hui deviendrait un non-sens et

Plus en détail

La VAE à l Université : Le nécessaire accompagnateur

La VAE à l Université : Le nécessaire accompagnateur La VAE à l Université : Le nécessaire accompagnateur État de la question Ce que nous ont appris les recherches antérieures. Michel Vial UMR ADEF Aix-en-Provence 1/ Sur la VAE à l Université La question

Plus en détail

ESPACE ET TEMPS AU CYCLE 2

ESPACE ET TEMPS AU CYCLE 2 ESPACE ET TEMPS AU CYCLE 2 Animation pédagogique. Circonscription de Brest Nord 10 Avril 2013 Pierrick FRIQUET- Yann TY COZ «Les montres molles doivent s adapter au temps qui passe!» Dali. xemples de séquences

Plus en détail

Intervention de Thierry LEPAON lors de la conférence de presse confédérale sur la formation professionnelle.

Intervention de Thierry LEPAON lors de la conférence de presse confédérale sur la formation professionnelle. Intervention de Thierry LEPAON lors de la conférence de presse confédérale sur la formation professionnelle. La formation professionnelle constitue un atout pour la personne, pour l entreprise, pour la

Plus en détail

Maine de Biran : mémoire et intériorité 1

Maine de Biran : mémoire et intériorité 1 http://www.unicaen.fr/services/puc/revues/thl/questionsdestyle/print.php?dossier=seminaires&file=04devarieux.xml Maine de Biran : mémoire et intériorité 1 Anne Devarieux Université de Caen Basse-Normandie

Plus en détail

- Mobiliser les résultats sur le second degré dans le cadre de la résolution d un problème.

- Mobiliser les résultats sur le second degré dans le cadre de la résolution d un problème. Mathématiques - classe de 1ère des séries STI2D et STL. 1. Analyse On dote les élèves d outils mathématiques permettant de traiter des problèmes relevant de la modélisation de phénomènes continus ou discrets.

Plus en détail

Annexe 3 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles

Annexe 3 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Annexe 3 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Filière : économique et commerciale Option : Economique (ECE) Discipline : Economie, sociologie et histoire du monde contemporain (ESH)

Plus en détail

Objectifs généraux. Explications. 2. Disciplines fondamentales

Objectifs généraux. Explications. 2. Disciplines fondamentales Index Plan d'études Gymnase français de Bienne 69 2. Disciplines fondamentales sciences humaines géographie histoire introduction à l économie et au droit enseignement interdisciplinaire (EISH) Sciences

Plus en détail

Université de Tunis Ecole Supérieure des Sciences Economiques et Commerciales de Tunis. Guide

Université de Tunis Ecole Supérieure des Sciences Economiques et Commerciales de Tunis. Guide Université de Tunis Ecole Supérieure des Sciences Economiques et Commerciales de Tunis Guide 1- Elaboration du Rapport de Stage 2- Conditions d encadrement 3- Grille d évaluation 2013-2014 Table des matières

Plus en détail

Les Gares au Miroir de l'urbain. Individus et expériences de l urbanité

Les Gares au Miroir de l'urbain. Individus et expériences de l urbanité Séminaire Doctoral, Ecole des Ponts ParisTech, 2013-2014 Organisé par Nacima Baron-Yellès (LVMT) et Nathalie Roseau (LATTS) Les Gares au Miroir de l'urbain Individus et expériences de l urbanité Séance

Plus en détail

INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL

INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL 1/ Le phénomène criminel est un fait inhérent au groupe social et à la nature humaine. Dans le temps, il remonte aux origines de l humanité, dans l espace aucun pays n y échappe.

Plus en détail

Le problème C est le problème. Sommaire. Des problèmes Quels problèmes? 24/01/11 RÉSOUDRE UN PROBLÈME DE PHYSIQUE UN VRAI CASSE- TÊTE?

Le problème C est le problème. Sommaire. Des problèmes Quels problèmes? 24/01/11 RÉSOUDRE UN PROBLÈME DE PHYSIQUE UN VRAI CASSE- TÊTE? Le problème C est le problème 2 RÉSOUDRE UN PROBLÈME DE PHYSIQUE UN VRAI CASSE- TÊTE? «Ne me dite pas que ce problème est difficile. S il n était pas difficile, ce ne serait pas un problème!» Ferdinand

Plus en détail

LES PRATIQUES D EVALUATION DE LA PERFORMANCE AU SEIN DES ORGANISMES FAISANT APPEL A LA GENEROSITE DU PUBLIC

LES PRATIQUES D EVALUATION DE LA PERFORMANCE AU SEIN DES ORGANISMES FAISANT APPEL A LA GENEROSITE DU PUBLIC LES PRATIQUES D EVALUATION DE LA PERFORMANCE AU SEIN DES ORGANISMES FAISANT APPEL A LA GENEROSITE DU PUBLIC Octobre 2008 Mesurer son efficacité, évaluer son efficience, donner à voir l impact de ses actions

Plus en détail

Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes

Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes Le projet de socle de connaissances, de compétences et de culture,

Plus en détail

Attendus du mémoire de Master 2 en Droit

Attendus du mémoire de Master 2 en Droit Attendus du mémoire de Master 2 en Droit Le mémoire de Master 2 doit permettre au lecteur d apprécier la maîtrise d ensemble des compétences pratiques et théoriques attendues d un(e) diplômé(e), et la

Plus en détail

Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle

Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle Aurélien Troisœufs, doctorant en anthropologie Bonjour. Je m appelle Aurélien Troisoeufs. Je suis doctorant en anthropologie au laboratoire du CERMES 3

Plus en détail

Manuel de recherche en sciences sociales

Manuel de recherche en sciences sociales Résumé de QUIVY R; VAN CAMPENHOUDT L. 95, "Manuel de recherches en sciences sociales", Dunod Cours de TC5 du DEA GSI de l intergroupe des écoles Centrales 11/2002 Manuel de recherche en sciences sociales

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Islam et droit de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

43 BARY Raphaël. Les avatars de la notion d autonomie

43 BARY Raphaël. Les avatars de la notion d autonomie 43 BARY Raphaël Equipe de Recherche sur les Processus Innovants ENSGSI Institut National Polytechnique de Lorraine & Equipe de Recherche sur les Acteurs de l Education et de la Formation UFR Connaissance

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

Une nouvelle muséologie pour le musée moderne

Une nouvelle muséologie pour le musée moderne Une nouvelle muséologie pour le musée moderne André Desvallées, dir., Vagues, une anthologie de la nouvelle muséologie André Desvallées, dans cet extrait de Vagues, une anthologie de la nouvelle muséologie

Plus en détail

Charte des relations

Charte des relations Charte des relations entre Élus, membres des Conseils consultatifs de quartier et agents des services de la Ville de Brest et de Brest métropole océane Bellevue, Brest-Centre 1 Europe, Lambezellec Quatre

Plus en détail

BAROMETRE D OPINION DES BENEVOLES

BAROMETRE D OPINION DES BENEVOLES BAROMETRE D OPINION DES BENEVOLES LE BENEVOLAT DANS LA LUTTE CONTRE L ILLETTRISME ET LE SOUTIEN SCOLAIRE Cahier n 13 - Septembre 2013 La lutte contre l illettrisme, grande cause nationale en 2013, se construit

Plus en détail

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION Introduction L a question de la rémunération se situe, par nature, au fondement même des pratiques de gestion du personnel. Aussi peu développée soit-elle, toute gestion des ressources humaines s organise

Plus en détail

Une stratégie d enseignement de la pensée critique

Une stratégie d enseignement de la pensée critique Une stratégie d enseignement de la pensée critique Jacques Boisvert Professeur de psychologie Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu La pensée critique fait partie des capacités à développer dans la formation

Plus en détail

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DIVERSITE CULTURELLE CULTURELLE Adoptée par la 31 e session de la Conférence Générale de l UNESCO PARIS, 2 NOVEMBRE

Plus en détail

Analyse réflexive : un outil de questionnement sur la gestion des contenus d apprentissage Outil 3

Analyse réflexive : un outil de questionnement sur la gestion des contenus d apprentissage Outil 3 Analyse réflexive : un outil de questionnement sur la gestion des contenus d apprentissage Outil 3 Yves Lenoir, D. sociologie Professeur titulaire Titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur l intervention

Plus en détail

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

REFERENTIEL BTS COMMUNICATION

REFERENTIEL BTS COMMUNICATION REFERENTIEL BTS COMMUNICATION PRINCIPES GENERAUX Le présent document vise à expliciter et justifier certains choix qui ont présidé à l écriture du projet. L élaboration du référentiel de certification

Plus en détail

AU CŒUR RÈGLES DU JEU. C.Creissels Etudes, conseils et formations en urbanisme

AU CŒUR RÈGLES DU JEU. C.Creissels Etudes, conseils et formations en urbanisme RÈGLES DU JEU C.Creissels Etudes, conseils et formations en urbanisme Présentation et règles du jeu de cartes «La cohésion sociale au cœur du développement durable» Un jeu pour travailler ensemble sur

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D EDUCATEUR DE JEUNES ENFANTS 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL

Plus en détail

Introduction à la méthodologie de la recherche

Introduction à la méthodologie de la recherche MASTER DE RECHERCHE Relations Économiques Internationales 2006-2007 Introduction à la méthodologie de la recherche geraldine.kutas@sciences-po.org Les Etapes de la Recherche Les étapes de la démarche Etape

Plus en détail

Concours externe du Capes et Cafep-Capes. Section langues vivantes étrangères : anglais

Concours externe du Capes et Cafep-Capes. Section langues vivantes étrangères : anglais Concours externe du Capes et Cafep-Capes Section langues vivantes étrangères : anglais Notes de commentaires (Épreuves d admissibilité et d admission) À compter de la session 2014, les épreuves du concours

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Concours externe du Capes et Cafep-Capes. Section langues vivantes étrangères : anglais

Concours externe du Capes et Cafep-Capes. Section langues vivantes étrangères : anglais Concours externe du Capes et Cafep-Capes Section langues vivantes étrangères : anglais Notes de commentaires (Épreuves d admissibilité et d admission) À compter de la session 2014, les épreuves du concours

Plus en détail

FICHE N 9 C réer un carnet de voyage en latin (4 e )

FICHE N 9 C réer un carnet de voyage en latin (4 e ) FICHE N 9 C réer un carnet de voyage en latin (4 e ) Delphine Barbirati, académie de Grenoble Niveaux et thèmes de programme 4 e LATIN ; partie du programme «la construction de l identité : la découverte

Plus en détail

LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL. LI Bin Résumé

LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL. LI Bin Résumé LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL LI Bin Résumé 1. Thème. Le droit de propriété a été l objet de réformes successives en Chine.

Plus en détail

Le multimédia à l école élémentaire

Le multimédia à l école élémentaire Le multimédia à l école élémentaire 1. Evolution de la problématique Notre interrogation initiale concernait la connaissance de l équipement des écoles et, plus particulièrement, des usages générés par

Plus en détail

L étude de paysage en géographie

L étude de paysage en géographie L étude de paysage en géographie Par Stéphane Chauvin, Christophe Desquesnes INTRODUCTION : RESITUER L ÉTUDE DU PAYSAGE DANS LA DISCIPLINE L étude de paysage constitue un des thèmes majeurs à développer

Plus en détail

1 De la logique de l entreprise au projet managérial

1 De la logique de l entreprise au projet managérial De la logique de l entreprise au projet managérial Caisse à outils du manager en quête de performances managériales!. Rappel de ce qu est la logique de l entreprise Une entreprise se définit comme la somme

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

MENER L ENQUÊTE. GUIDE DES ÉTUDES DE PUBLICS EN BIBLIOTHÈQUE #22. sous la direction de Christophe Evans. Découvrir un extrait

MENER L ENQUÊTE. GUIDE DES ÉTUDES DE PUBLICS EN BIBLIOTHÈQUE #22. sous la direction de Christophe Evans. Découvrir un extrait Découvrir un extrait Pour consulter le sommaire : < www.enssib.fr/presses/catalogue/ > PRESSES DE L enssib LA BOÎTE À OUTILS #22 MENER L ENQUÊTE. GUIDE DES ÉTUDES DE PUBLICS EN BIBLIOTHÈQUE sous la direction

Plus en détail

TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE

TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE INSTITUT CATHOLIQUE DE RENNES France LE CHAMP A EXPLORER Longtemps monopole de l univers public et associatif,

Plus en détail

Symposium international

Symposium international Symposium international sur l interculturalisme DIALOGUE QUÉBEC-EUROPE Montréal Du 25 au 27 mai 2011 Interculturalisme et perspectives de l éducation à mieux vivre ensemble Contribution au chapitre 8 :

Plus en détail

Dossier de Validation des Acquis de l expérience

Dossier de Validation des Acquis de l expérience Dossier de Validation des Acquis de l expérience Etape : 2 Guide de réalisation du dossier de présentation de V.A.E. Demande concernant le Diplôme de l Ipag Diplôme de Formation Supérieure au Management

Plus en détail

Sylvie Guessab Professeur à Supélec et responsable pédagogique du Mastère Spécialisé en Soutien Logistique Intégré des Systèmes Complexes

Sylvie Guessab Professeur à Supélec et responsable pédagogique du Mastère Spécialisé en Soutien Logistique Intégré des Systèmes Complexes Préface Toute personne est un jour confrontée à devoir prendre une décision, qu il s agisse de l étudiant qui réfléchit à son orientation académique, du chercheur qui doit privilégier une option scientifique

Plus en détail

La résolution générale

La résolution générale La résolution générale Placer la solidarité au cœur de nos ambitions! S ajoutant aux difficultés structurelles, la crise financière internationale, qui frappe également notre pays, renforce la fréquence

Plus en détail

ENTRE TICE ET PAPIER, IL EST URGENT DE NE PAS CHOISIR!

ENTRE TICE ET PAPIER, IL EST URGENT DE NE PAS CHOISIR! Collège ENTRE TICE ET PAPIER, IL EST URGENT DE NE PAS CHOISIR! par Sébastien HACHE, IREM de Strasbourg Co-responsable de projet «Mathenpoche papier» Modestement mais résolument, Sésamath fait son Manuel

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

Avertissement... 7. Introduction... 9. Première partie À la recherche des clefs sous L Ancien Régime

Avertissement... 7. Introduction... 9. Première partie À la recherche des clefs sous L Ancien Régime Table des matières Avertissement... 7 Introduction... 9 Première partie À la recherche des clefs sous L Ancien Régime Définition et constitution d un objet D étude Qqu est-ce qu une clef? Étude du signifiant....

Plus en détail

Les entreprises familiales vues par les dirigeants.

Les entreprises familiales vues par les dirigeants. Les entreprises familiales vues par les dirigeants. Janvier 2014 Chaire Entrepreneuriat Familial et Société, entre pérennité et changement Contact : Noémie Lagueste Chargée d études Chaire Entrepreneuriat

Plus en détail

Informations sur le programme et description des cours

Informations sur le programme et description des cours SCIENCES HUMAINES - 300.A0 Profil A3 Développement humain et société Informations sur le programme et description des cours Service de la gestion et du développement des programmes d études 2015-2016 SCIENCES

Plus en détail

LICENCE D'HISTOIRE REFERENTIEL

LICENCE D'HISTOIRE REFERENTIEL LICENCE D'HISTOIRE REFERENTIEL I LES OBJECTIFS DE LA FORMATION 1. Objectifs généraux La licence d histoire est un enseignement généraliste et théorique fondé sur la recherche, qui peut faire place à des

Plus en détail

Archivistique et polyvalence professionnelle Dix ans de formation en archivistique à Genève

Archivistique et polyvalence professionnelle Dix ans de formation en archivistique à Genève Archivistique et polyvalence professionnelle Dix ans de formation en archivistique à Genève En 1990, une révolution tranquille Lorsqu en 1990, la vénérable Ecole de bibliothécaires de Genève, fondée en

Plus en détail

«Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»?

«Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»? Carlos Guevara «Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»? La phrase du titre de mon exposé est de Lacan, le signe d interrogation est de moi. Cette phrase, vous pouvez la trouver dans

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

Grille d autoévaluation

Grille d autoévaluation Introduction Grille d autoévaluation de la qualité des pratiques de soutien à la parentalité en hébergement social Cette grille d auto-évaluation s inscrit dans la démarche d évaluation interne préconisée

Plus en détail

Préparer la formation

Préparer la formation Préparer Promouvoir des enseignants Profédus propose des exemples variés de contenus d enseignement en éducation à la santé. Les fiches ne sont pas conçues en «prêt à penser» ; elles restent largement

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Ocean indien : géographie et histoire de l Université de la Réunion Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

PROJET DE DEA ET DE THESE DE DOCTORAT

PROJET DE DEA ET DE THESE DE DOCTORAT PROJET DE DEA ET DE THESE DE DOCTORAT Par le Pr Abbé Louis MPALA Mbabula Il n est un secret pour personne que la rédaction du projet de DEA et de THESE pose problème. Voilà pourquoi nous tenterons de donner

Plus en détail