CANDIDATURE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR GENERAL DE L ENSAM

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CANDIDATURE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR GENERAL DE L ENSAM"

Transcription

1 CANDIDATURE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR GENERAL DE L ENSAM 1 ère partie Déclaration d intention JEAN-PAUL HAUTIER ADMINISTRATEUR PROVISOIRE ET DIRECTEUR DE LA RECHERCHE DE L ENSAM DIRECTEUR ES QUALITE DE L INSTITUT CARNOT ARTS

2 Jean Paul Hautier, Professeur des Universités, Le 7 octobre 2006 Monsieur le Ministre de l Education Nationale, de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Candidature aux fonctions de Directeur Général de l Ecole Nationale Supérieure d Arts et Métiers (Avis de vacance MENH V du 12 septembre 2006) Déclaration d Intention Aux membres du Conseil d Administration, aux personnels de l ENSAM, aux élèves ingénieurs, doctorants et autres usagers, aux anciens élèves, à la Société des Ingénieurs Arts et Métiers, Fondée en 1780 par le duc de La Rochefoucauld Liancourt, l Ecole Nationale Supérieure d Arts et Métiers a formé plus de ingénieurs qui ont participé activement au développement industriel de la France. Basée au départ sur le concept d ascenseur social, la notoriété de l Ecole s est donc bâtie en deux siècles, au cours desquels les ingénieurs de l ENSAM ont acquis une réputation sans précédent. Cette renommée, ils le doivent évidemment à la qualité de leur formation aux technologies, mais également à leurs valeurs humanistes ; en effet, bien des anciens élèves ont contribué et contribuent encore aujourd hui au prestige de la France, soit par leurs inventions ou découvertes, soit par leur implication sociétale remarquable. Aujourd hui l ENSAM reste incontestablement un établissement prestigieux, atypique dans le paysage des formations supérieures françaises : elle est l Ecole Nationale des Produits et Procédés, composée de huit Centres de formation, de trois Instituts spécialisés, lui conférant une présence dans 11 régions, avec seulement 1000 personnels enseignants, techniques et administratifs, ce qui représente une véritable optimisation en matière de potentiel humain. L ENSAM apparaît donc comme un instrument extraordinaire, capable de mobiliser les efforts nécessaires à la compétitivité nationale ; d abord par la dissémination de ses savoirs avec un flux annuel de 1000 ingénieurs formés et de plus de 500 autres usagers (doctorat, master recherche, mastère spécialisé, formation continue, formation en alternance), ensuite grâce à la relation optimale 1

3 permanente qu entretient le corps professoral avec le milieu industriel. Elle est également en excellente position pour atteindre une réelle dimension internationale, non seulement par l adaptation de sa formation généraliste originale, mais également par son label Institut Carnot qui va l emmener bien au delà des frontières hexagonales dans le cadre de ses activités partenariales. Enfin, les recrutements de personnels de ces dernières années montrent que le pouvoir d attraction de l ENSAM est de plus en plus affirmé, ce qui est très profitable à l excellence et au maintien de son prestige. Suite à la nomination de Madame Marie Reynier, comme Rectrice de la Martinique le 13 juillet 2006, c est dans cet esprit que j ai accepté d assurer l Administration Provisoire de l ENSAM, mes fonctions de Directeur de la Recherche étant reconduites en concomitance. Dans l hypothèse du renouvellement de Mme M. Reynier comme Directrice Générale, je me serais alors porté candidat au renouvellement de mes propres fonctions, d autant que je me sentais totalement en phase avec l évolution de l Ecole, étant Directeur es qualité de l Institut Carnot ARTS. L analyse de la situation nouvelle de Juillet 2006 a évidemment forcé la réflexion et c est en toute sérénité que j ai choisi de déposer ma candidature aux fonctions de Directeur Général. Dans cette démarche, je n ai d autre motivation que la volonté d atteindre quelques objectifs qui me paraissent aujourd hui fondamentaux pour l avenir de l ENSAM, dans le cadre de l espace européen de formation supérieure. Je décline ci dessous ces objectifs, le développement pourra être consulté par la suite sur un site Internet conçu à cet effet. Mettre en place une gouvernance afin d être en mesure d assurer le programme décrit par la suite : o Renforcer l Equipe de Direction Générale en proposant une fonction de Directeur Général Adjoint. o Affirmer le rôle stratégique du Comité de Direction et la place des Directeurs de CER. o Assurer le rôle fonctionnel des Responsables pédagogiques nationaux de Département et des Directeurs de Laboratoires dans la mise en cohérence de tous les moyens humains et matériels, pour la formation scientifique aux technologies et la recherche technologique. Maintenir de la continuité dans l action, notamment sur le plan du cursus de formation initiale : o Prendre en compte des attentes socioéconomiques en matière de maîtrise de technologies et de leadership de la part des ingénieurs ENSAM. o Prendre en compte des retours d expérience dans le processus de formation. o S adapter à la dimension européenne, plus largement internationale (maîtrise des langues et des savoirs culturels). o Être présent sur le terrain de la formation continue pour les cadres, face à l internationalisation de la connaissance et des échanges. Apporter une sérénité à l établissement grâce à un dialogue suivi, régulier et construit avec tous les personnels et les usagers (élèves ingénieurs, élèves en masters, doctorants,..), mettre en place une démarche qualité : o Placer le Directeur Général comme moteur du dialogue. o Mettre l établissement sous un label qualité dans la majorité de ses processus concernant les usagers, mais également les processus internes. 2

4 Accélérer le renforcement de la dimension internationale de l ENSAM grâce à la synergie évidente qui peut s établir entre formation, recherche et valorisation : o L ENSAM doit devenir un établissement totalement inscrit dans le système européen des formations à la Technologie, tout en conservant sa spécificité d École des Produits et Procédés. o L ENSAM doit viser à ce que tout élève ingénieur puisse rapidement bénéficier d une expérience internationale, sous le contrôle de l établissement, avec le concours de la Société Arts et Métiers. o L ENSAM a aujourd hui les atouts pour un développement international élargi : le label Institut Carnot préfigure une large ouverture, y compris en terme de recherche partenariale avec des entreprises étrangères ou dans des cadres collaboratifs (avec les instituts Fraunhofer par exemple). Donner à l établissement de grands projets d avenir, à forts enjeux sociétaux, visibles tant sur le plan national qu international et qui pourront asseoir le socle des formations technologiques, donner de nouveaux horizons aux activités de recherche menées par les laboratoires et aux partenariats de toute nature avec les entreprises et plus généralement avec le monde socioéconomique : o Les projets concernent l environnement, la santé, l énergie, mais devront s inscrire dans le coeur de cible de l ENSAM qui doit nécessairement rester l École des Produits et Procédés et qui doit affirmer cette position plus que jamais. o Ces projets seront construits dans un esprit «évolution incrémentale» visant à infléchir progressivement le caractère de la formation et de la recherche technologique, afin de ne pas rester en marge de grands enjeux sociétaux d avenir. Oeuvrer au mieux auprès des pouvoirs publics, pour étudier les conditions de meilleure reconnaissance des personnels qui contribuent à la valeur ajoutée, tant sur le plan de la formation que de la recherche, en particulier partenariale. Il me semblerait inutile et fallacieux que d accroître cette liste qui, dans les faits, détermine une consolidation d avenir. En effet, l expérience suffit à me persuader que, dans notre système fort complexe, j y reviendrai, atteindre ces objectifs suffira à positionner l établissement comme maillon d excellence, dans le dispositif européen des formations technologiques supérieures. Un système de formation et de recherche comme le nôtre pourra faire bien davantage, lorsque ces quelques objectifs seront atteints (je parle bien de consolidation) ; je pense que des acteurs motivés autour de grands projets acceptés de tous ne peuvent que contribuer à une réaction en chaîne, ce qui amène alors une dynamique d évolution par éclatement d idées. C est dans cet esprit que je n irai pas trop au delà de cette liste d objectifs ; dans l enjeu de telles fonctions, il me semble essentiellement utile de juger des capacités de réaction en situation. Pourquoi avoir choisi ces objectifs? A bien des égards, nous sommes désormais entrés dans une époque de bouleversements permanents. Je ne souhaite pas m aventurer dans un débat de sociologie politique, mais il convient de prendre conscience que les établissements d enseignement supérieur n échappent pas aux effets de plusieurs 3

5 processus dynamiques complexes : parmi ceux ci, des classiques d aujourd hui, comme la révolution technologique constante ou la construction européenne, les problèmes d approvisionnement énergétique, de matières premières, mais également les chocs culturels, la mondialisation de la connaissance (effet Internet) avec la guerre des communiqués, des indicateurs (classement de Shanghai), autant de facteurs de bouleversements qu il convient de maîtriser avec grande sérénité. Les écoles d ingénieurs se trouvent aujourd hui confrontées à un choix dichotomique : soit s inscrire dans les mouvements nouveaux, de masse, motivés par la visibilité en taille critique et en effet d échelle (les Pôles de Recherche et d Enseignement Supérieur), soit maintenir leur position marginale en développant continuellement leur excellence, notamment par la sélection et les perspectives d employabilité. Même si certains pourraient me croire crédule, je pense qu au milieu de cette effervescence, la qualité et l originalité l emporteront toujours ; toutefois, il serait illusoire d imaginer que l établissement soit intouchable et qu il puisse s installer dans l autarcie, mais en concomitance, il serait tout autant illusoire d imaginer qu un quelconque projet puisse être mené sans l adhésion de ses acteurs et usagers. Ainsi, tout paraît possible, mais sur la base d un dialogue solide qui, selon moi, est indispensable pour avancer sur des projets qui renforceront l établissement dans ses missions et sa visibilité. Je terminerais cette déclaration d intention en invitant, ceux qui le souhaitent, à redécouvrir celle qui avait été rédigée en 2001 pour ma candidature au poste de Directeur de la Recherche de l ENSAM, de manière à en dresser l écart avec les résultats obtenus. Finalement, le retour d expérience prend ici tout son sens et dans le cadre de cette nouvelle déclaration d intention, je souhaiterais insister simplement sur le caractère sincère et engagé de ma candidature à la Direction Générale de cette prestigieuse Ecole, découverte au fil du temps depuis 1990 et qui m a toujours enthousiasmé. Jean Paul HAUTIER Le 7 octobre

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

Atelier de formation en «Genre»

Atelier de formation en «Genre» RESEAU OUEST ET CENTRE AFRICAIN DE RECHERCHE EN EDUCATION (ROCARE), SECRETARIAT EXECUTIF Atelier de formation en «Genre» Termes de Référence Programme des subventions pour la recherche en éducation Octobre

Plus en détail

- les Commissions Hygiène et Sécurité La mise en place du document unique la saisie de la DASH-CT 4 - Points positifs - Points négatifs

- les Commissions Hygiène et Sécurité La mise en place du document unique la saisie de la DASH-CT 4 - Points positifs - Points négatifs Délégation Académique «Sécurité Hygiène et Conditions de Travail (DASH-CT) septembre 2011 Tel/répondeur : 04 42 95 29 72 mail : dash-ct@ac-aix-marseille.fr Bilan et Reconsidération de la désignation d

Plus en détail

STAGE D OBSERVATION CLASSE DE 3 : DÉCOUVERTE DES INDUSTRIES ALIMENTAIRES GUIDE : ACCUEILLIR UN JEUNE STAGIAIRE, MODE D EMPLOI

STAGE D OBSERVATION CLASSE DE 3 : DÉCOUVERTE DES INDUSTRIES ALIMENTAIRES GUIDE : ACCUEILLIR UN JEUNE STAGIAIRE, MODE D EMPLOI STAGE D OBSERVATION CLASSE DE 3 : DÉCOUVERTE DES INDUSTRIES ALIMENTAIRES GUIDE : ACCUEILLIR UN JEUNE STAGIAIRE, MODE D EMPLOI Introduction L Association Nationale des Industries Alimentaires (ANIA) s associe

Plus en détail

RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL]

RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL] RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE 1 RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL] Le Conseil des Ministres des Transports de la CEMT, réuni à Varsovie,

Plus en détail

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS V2. 3/23/2011 1 / 7 SOMMAIRE DU REFERENTIEL INTRODUCTION PREAMBULE POURQUOI UN REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU? P.

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

PROJET ASSOCIATIF. Octobre 2009

PROJET ASSOCIATIF. Octobre 2009 APAJH 78 Association Pour Adultes et Jeunes Handicapés des Yvelines 11, rue Jacques Cartier 78280 GUYANCOURT 01.61.37.08.00-01.61.37.08.01 - APAJH-YVELINES@wanadoo.fr site internet : www.apajh78.org PROJET

Plus en détail

Master Professionnel Sciences de l éducation

Master Professionnel Sciences de l éducation Anjot Simon 12, rue Leroy 14000 Caen simon.anjot@gmail.com Téléphone : 0632181851 Master Professionnel Sciences de l éducation Projet professionnel pour le Master 2 Pro : Education, formation et mutations

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE

INTRODUCTION GENERALE INTRODUCTION GENERALE Contrôle de Gestion I. Le Contrôle de Gestion 1. Définition Le contrôle de gestion est une forme de contrôle organisationnel. C est une forme de contrôle adaptée aux structures d

Plus en détail

Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant!

Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant! Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant! Regroupés autour d une enseigne commune, les commerçants associés sont des distributeurs grâce à une organisation amont forte et structurée qui

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes. Evaluation des masters de l Université de Technologie de Belfort-Montbéliard

Section des Formations et des diplômes. Evaluation des masters de l Université de Technologie de Belfort-Montbéliard Section des Formations et des diplômes Evaluation des masters de l Université de Technologie de Belfort-Montbéliard 2011 Section des Formations et des diplômes Evaluation des masters de l Université de

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Mathématiques de l Université Paris 6 - Pierre et Marie Curie Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations

Plus en détail

Schéma directeur du Système d information et du numérique de l Université de Caen Basse Normandie

Schéma directeur du Système d information et du numérique de l Université de Caen Basse Normandie Schéma directeur du Système d information et du numérique de l Université de Caen BasseNormandie Dans son projet de développement stratégique 20122016 adopté par le Conseil d Administration du 4 novembre

Plus en détail

COLLEGE SAINT-HUBERT Avenue Charle-Albert, 9 1170 Bruxelles Téléphone : 02 660 19 40 www.collegesaint-hubert.be

COLLEGE SAINT-HUBERT Avenue Charle-Albert, 9 1170 Bruxelles Téléphone : 02 660 19 40 www.collegesaint-hubert.be COLLEGE SAINT-HUBERT Avenue Charle-Albert, 9 1170 Bruxelles Téléphone : 02 660 19 40 www.collegesaint-hubert.be PROGRAMME GENERAL Le collège Saint-Hubert est un établissement d enseignement secondaire

Plus en détail

Séminaire académique. Enseigner à l ère du numérique. 8 Octobre 2014 Lycée Jacques DUHAMEL, Dole

Séminaire académique. Enseigner à l ère du numérique. 8 Octobre 2014 Lycée Jacques DUHAMEL, Dole Séminaire académique 8 Octobre 2014 Lycée Jacques DUHAMEL, Dole L école se doit de faire réussir chaque élève, quelle que soit sa situation sociale, culturelle ou personnelle. Hors la classe, la société

Plus en détail

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir Dossier de presse Vendredi 23 novembre 2012 Contact presse : Cabinet de Sylvia PINEL Nadhéra BELETRECHE 01

Plus en détail

Alternance et formation post-concours. Intérêt et principaux points de vigilance dans sa mise en œuvre par les services

Alternance et formation post-concours. Intérêt et principaux points de vigilance dans sa mise en œuvre par les services Ministère de l Equipement, des Transports et du Logement CEDIP Centre d Evaluation, de Documentation et d Innovation Pédagogiques Alternance et formation post-concours Intérêt et principaux points de vigilance

Plus en détail

-=-=- Alain Coulon, Chef du service : Stratégie de l enseignement supérieur et de la recherche (DGESIP)

-=-=- Alain Coulon, Chef du service : Stratégie de l enseignement supérieur et de la recherche (DGESIP) Conférence organisée par le CIEP, Sèvres, le 5 mai 2009 «LES SYSTEMES D ENSEIGNEMENT SUPERIEUR : COMPARAISONS INTERNATIONALES, COOPERATIONS UNIVERSITAIRES, POLITIQUE D ATTRACTIVITE» -=-=- Alain Coulon,

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestion de travaux et encadrement de chantier de l Université de Perpignan Via Domitia - UPVD Vague E 2015-2019

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE A- LA REGLEMENTATION

LE DOCUMENT UNIQUE A- LA REGLEMENTATION Fédération Autonome de la Fonction Publique Territoriale Cette fiche est consacrée au «Document Unique». Le Document Unique d évaluation des risques professionnels est : le premier outil de gestion des

Plus en détail

LE GESTIONNAIRE LEADER : SON RÔLE, SES RESPONSABILITÉS DE GESTION ET SON AUTORITÉ DÉCISIONNELLE

LE GESTIONNAIRE LEADER : SON RÔLE, SES RESPONSABILITÉS DE GESTION ET SON AUTORITÉ DÉCISIONNELLE SON RÔLE, SES RESPONSABILITÉS DE GESTION ET SON AUTORITÉ DÉCISIONNELLE CLARIFIER SA CONTRIBUTION À SON ORGANISATION. SITUER SON RÔLE DANS SON ORGANISATION ET INVENTORIER SES RESPONSABILITÉS DE GESTION.

Plus en détail

Comité régional de l Europe Cinquante-huitième session. Désignation d un groupe de prospection régional

Comité régional de l Europe Cinquante-huitième session. Désignation d un groupe de prospection régional Comité régional de l Europe Cinquante-huitième session Tbilissi (Géorgie), 15-18 septembre 2008 Point 9 d) de l ordre du jour provisoire EUR/RC58/Inf.Doc./2 28 juillet 2008 80849 ORIGINAL : ANGLAIS Désignation

Plus en détail

CHARTE DE L ACTION SOCIALE

CHARTE DE L ACTION SOCIALE CHARTE DE L ACTION SOCIALE Préambule En adhérant au CNAS, votre collectivité ou établissement a choisi de mettre en place une politique d action sociale pour son personnel conformément aux dispositions

Plus en détail

Rentrée 2014 : L évaluation par compétences en accompagnement personnalisé

Rentrée 2014 : L évaluation par compétences en accompagnement personnalisé rue de Kerichen - BP 62506-29225 Brest Cedex 02 - Tél 02 98 80 88 00 - Fax 02 98 80 88 07 www.lycee-vauban-brest.ac-rennes.fr Rentrée 2014 : L évaluation par compétences en accompagnement personnalisé

Plus en détail

P. 1 FITZGERALD.RH. ICMCB 21 septembre 2012

P. 1 FITZGERALD.RH. ICMCB 21 septembre 2012 P. 1 FITZGERALD.RH ICMCB 21 septembre 2012 Présentation de FITZGERALD. RH P. 2 Date de création Le cabinet Fitzgerald. RH a été créé à Bordeaux en juillet 2006 par Alexandre Le Maire. Domaines d activité

Plus en détail

Charte d Entreprise. 1. UN ENGAGEMENT AU SERVICE DES HOMMES Des «Hommes» au service des «Hommes»

Charte d Entreprise. 1. UN ENGAGEMENT AU SERVICE DES HOMMES Des «Hommes» au service des «Hommes» Charte d Entreprise 1. UN ENGAGEMENT AU SERVICE DES HOMMES Des «Hommes» au service des «Hommes» Pour répondre à cet engagement fondamental, notre choix s est porté naturellement vers le recrutement de

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3246 Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION AVENANT N 150 DU

Plus en détail

Actions pédagogiques. Sous convention avec le Grand Lyon. Acoucité, le 29 Octobre 2004

Actions pédagogiques. Sous convention avec le Grand Lyon. Acoucité, le 29 Octobre 2004 Education à l Environnement Actions pédagogiques Sous convention avec le Grand Lyon Acoucité, le 29 Octobre 2004 I -Présentation de l association Les nuisances sonores représentent une préoccupation de

Plus en détail

Evaluation des masters de l'ecole nationale supérieure des sciences de l information et des bibliothèques (ENSSIB)

Evaluation des masters de l'ecole nationale supérieure des sciences de l information et des bibliothèques (ENSSIB) Section des Formations et des diplômes Evaluation des masters de l'ecole nationale supérieure des sciences de l information et des bibliothèques (ENSSIB) Juillet 2010 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Nouvelles logiques de travail à l hôpital : opportunité pour la profession infirmière?

Nouvelles logiques de travail à l hôpital : opportunité pour la profession infirmière? Nouvelles logiques de travail à l hôpital : opportunité pour la profession infirmière? Vers une synergie entre la direction du département infirmier et la direction des ressources humaines : pistes de

Plus en détail

NOTE DE SERVICE DGER/SDEPC/N2006-2030 Date: le 6 mars 2006

NOTE DE SERVICE DGER/SDEPC/N2006-2030 Date: le 6 mars 2006 Direction Générale de l'enseignement et de la Recherche MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DE LA PECHE Sous-direction des établissements et de la politique contractuelle Suivi par : 1 ter avenue Lowendal 75700

Plus en détail

Phase 2 inter-régionale : Aquitaine Poitou Charentes Limousin Midi Pyrénées DOSSIER DE PRESENTATION DE L OPERATION

Phase 2 inter-régionale : Aquitaine Poitou Charentes Limousin Midi Pyrénées DOSSIER DE PRESENTATION DE L OPERATION Phase 2 inter-régionale : Aquitaine Poitou Charentes Limousin Midi Pyrénées DOSSIER DE PRESENTATION DE L OPERATION Contacts APESA Magali SILVA Tél : 05 59 30 46 63 - magali.silva@apesa.fr FEB Maxime Marion

Plus en détail

Projet de contribution du Cercle Ecole et Société. La formation des enseignants

Projet de contribution du Cercle Ecole et Société. La formation des enseignants «La refondation de l Ecole» Projet de contribution du Cercle Ecole et Société Sur le thème : La formation des enseignants La mission de l Ecole est de transmettre des savoirs et des connaissances mais

Plus en détail

OPEN a très vite intégré les réseaux sociaux dans son dispositif de recrutement afin d être en phase avec la génération de candidats recherchés.

OPEN a très vite intégré les réseaux sociaux dans son dispositif de recrutement afin d être en phase avec la génération de candidats recherchés. Avec plus de 3 000 collaborateurs, OPEN se positionne comme un acteur de la Transformation et de la Performance des Directions Informatiques des grandes entreprises. Elle figure parmi les premières Entreprises

Plus en détail

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire avec des paramédicaux du chu d Amiens La Communication et la Relation d aide: une compétence de l infirmière Situation: mise en place du

Plus en détail

Département de la Drôme

Département de la Drôme Département de la Drôme Mise en place des Programmes Personnalisés de Réussite Educative. Comment cibler les élèves? Les procédures de choix des élèves sont essentielles Certaines interprétations peuvent

Plus en détail

PLANIFICATION STRATÉGIQUE. 2014 à 2016. Planification stratégique Consortium en foresterie Version avril 2014 Page 1

PLANIFICATION STRATÉGIQUE. 2014 à 2016. Planification stratégique Consortium en foresterie Version avril 2014 Page 1 PLANIFICATION STRATÉGIQUE 2014 à 2016 Version avril 2014 Page 1 1. INTRODUCTION La forêt occupe une place importante pour la région de la Gaspésie et des Îles-de-la- Madeleine. Par conséquent, les besoins

Plus en détail

Attractivité de l enseignement supérieur et de la recherche pour le développement de l Aquitaine

Attractivité de l enseignement supérieur et de la recherche pour le développement de l Aquitaine CONSEILÉCONOMIQUE,SOCIALET Séanceplénièredu20octobre2010 ENVIRONNEMENTALRÉGIONALD AQUITAINE AVISDUCONSEILECONOMIQUE,SOCIALETENVIRONNEMENTALREGIONAL Attractivitédel enseignementsupérieuretdelarecherche

Plus en détail

Au cœur de la santé en entreprise. Prestations 2016.

Au cœur de la santé en entreprise. Prestations 2016. Au cœur de la santé en entreprise. Prestations 2016. La prévention de la santé en entreprise comprend différentes facettes. Découvrez neuf de nos prestations actuelles. Bienvenue! La santé en entreprise

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi» Discours du Préfet à l occasion de la. conférence du CECOGEB

«seul le prononcé fait foi» Discours du Préfet à l occasion de la. conférence du CECOGEB «seul le prononcé fait foi» Discours du Préfet à l occasion de la conférence du CECOGEB le lundi 7 octobre 2013 Monsieur le Président du Conseil régional, Messieurs les Présidents des Chambres consulaires,

Plus en détail

Politique relative à l emploi de la langue française et à sa qualité

Politique relative à l emploi de la langue française et à sa qualité Politique relative à l emploi de la langue française et à sa qualité Préambule Le Collège André-Grasset est un établissement d enseignement supérieur privé de langue française. Sa mission est d offrir

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Ingénierie économique et statistique de l Université Panthéon-Assas Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations

Plus en détail

2 Pour l exercice terminé le 31 décembre 2013

2 Pour l exercice terminé le 31 décembre 2013 Rapport du vérificateur général de la Ville de Montréal au conseil municipal et au conseil d agglomération 2 Pour l exercice terminé le 31 décembre 2013 Situation du Bureau du vérificateur général Rapport

Plus en détail

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN (approuvée par le 8 ème congrès français de la nature 26 mai 2008) L Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) est le plus important

Plus en détail

Etablissement scolaire privé hors contrat* Etudier au Cours Molière c est l assurance d une prise en charge totale de votre enfant.

Etablissement scolaire privé hors contrat* Etudier au Cours Molière c est l assurance d une prise en charge totale de votre enfant. Cours Molière Etablissement scolaire privé hors contrat* Etudier au Cours Molière c est l assurance d une prise en charge totale de votre enfant. * Etablissement indépendant financièrement, il n est pas

Plus en détail

Attractivité des Mastères Spécialisés du Centre Arts et Métiers ParisTech de LILLE : Les candidats doivent s inscrire avant le 15 juillet 2012

Attractivité des Mastères Spécialisés du Centre Arts et Métiers ParisTech de LILLE : Les candidats doivent s inscrire avant le 15 juillet 2012 Lille, 22 juin 2012 Attractivité des Mastères Spécialisés du Centre Arts et Métiers ParisTech de LILLE : Les candidats doivent s inscrire avant le 15 juillet 2012 C est en octobre 2012 que débuteront les

Plus en détail

Dans l attente de votre réponse, favorable je l espère, veuillez agréer, Madame, Monsieur, l expression de mes sentiments les meilleurs.

Dans l attente de votre réponse, favorable je l espère, veuillez agréer, Madame, Monsieur, l expression de mes sentiments les meilleurs. Je suis actuellement en cinquième année d études universitaires pour la préparation d un Master 2 en Fiscalité et Droit des Affaires au Groupe Ecole des Hautes Etudes Commerciales à X. Je désire poursuivre

Plus en détail

Titres compréhensibles à l échelle internationale pour. la formation professionnelle supérieure

Titres compréhensibles à l échelle internationale pour. la formation professionnelle supérieure Titres compréhensibles à l échelle internationale pour la formation professionnelle supérieure Diplômes de la formation professionnelle supérieure La formation professionnelle supérieure contribue de manière

Plus en détail

JEREMIE AUVERGNE. I. Présentation de l action. Contexte Développement de l action et enjeux. Politique partenariale

JEREMIE AUVERGNE. I. Présentation de l action. Contexte Développement de l action et enjeux. Politique partenariale JEREMIE AUVERGNE I. Présentation de l action Le programme JEREMIE Auvergne (Joint European Ressources For Micro To Medium Entreprises) a été créé à partir d une initiative de la Commission européenne et

Plus en détail

Dossier de recherche Titre : «Les domaines de la communication»

Dossier de recherche Titre : «Les domaines de la communication» 1 Dossier de recherche Titre : «Les domaines de la communication» Auteurs : Maria Barbara Carroll De Obeso Rocke Rajaofetra Cours OIP 505 A «Sémiotique de la culture et communication interculturelle» INALCO

Plus en détail

Délégué/e/s à la formation. Rôle et missions. (version 2012) INAP rôle et missions du délégué à la formation Page 1

Délégué/e/s à la formation. Rôle et missions. (version 2012) INAP rôle et missions du délégué à la formation Page 1 Délégué/e/s à la formation Rôle et missions (version 2012) INAP rôle et missions du délégué à la formation Page 1 Sommaire: 1. Considérations générales sur le rôle et les missions du délégué/e à la formation...

Plus en détail

Colloque «Ensemble pour le bien-être de tous» Evaluations et perspectives du Plan de Cohésion Sociale en Wallonie Namur 14 mars 2013

Colloque «Ensemble pour le bien-être de tous» Evaluations et perspectives du Plan de Cohésion Sociale en Wallonie Namur 14 mars 2013 Colloque «Ensemble pour le bien-être de tous» Evaluations et perspectives du Plan de Cohésion Sociale en Wallonie Namur 14 mars 2013 La cohésion sociale et la coresponsabilité Samuel Thirion Division Recherche

Plus en détail

Le Département de l Aisne améliore la sécurité informatique grâce aux capacités analytiques temps réel de Nexthink

Le Département de l Aisne améliore la sécurité informatique grâce aux capacités analytiques temps réel de Nexthink SUCCESS STORY Le améliore la sécurité informatique grâce aux capacités analytiques temps réel de Nexthink ENTREPRISE Le DOMAINE D ACTIVITÉ Secteur Public Nexthink a été sélectionnée par le pour fournir

Plus en détail

Politique de développement et de gestion des ressources humaines

Politique de développement et de gestion des ressources humaines RÈGLEMENT N 3 Politique de développement et de gestion des ressources humaines Adopté par le Conseil d administration Le 26 mars 1996 - Résolution n o 1931 Table des matières I. Préambule... 3 II. Objectifs

Plus en détail

Efforts comparables, influence sur les politiques

Efforts comparables, influence sur les politiques Les réseaux et les domaines de programme du CRDI Efforts comparables, influence sur les politiques Mars 2006 En 2006, le CRDI a procédé à une évaluation d envergure du soutien qu il a accordé aux réseaux

Plus en détail

CHIMIE, GÉNIE INDUSTRIEL, GÉNIE DES PROCÉDÉS, MATÉRIAUX, MÉCANIQUE, ROBOTIQUE, STRUCTURES

CHIMIE, GÉNIE INDUSTRIEL, GÉNIE DES PROCÉDÉS, MATÉRIAUX, MÉCANIQUE, ROBOTIQUE, STRUCTURES CHIMIE, GÉNIE INDUSTRIEL, GÉNIE DES PROCÉDÉS, MATÉRIAUX, MÉCANIQUE, ROBOTIQUE, STRUCTURES Édito Allier Chimie et Mécanique : une fusion unique en France Née de la fusion de l ENSCCF et de l IFMA, SIGMA

Plus en détail

Charte de déontologie. Janvier 2004

Charte de déontologie. Janvier 2004 Charte de déontologie Janvier 2004 Charte de déontologie Janvier 2004 1 Indépendance de jugement < Compétence < Adaptation des moyens Transparence < Qualité scientifique et technique < Devoir d information

Plus en détail

ACCES DES ASSOCIATIONS & FONDATIONS

ACCES DES ASSOCIATIONS & FONDATIONS ACCES DES ASSOCIATIONS & FONDATIONS AUX ANTENNES DE FRANCE TELEVISIONS Le Conseil supérieur de l audiovisuel a adopté le 4 janvier 2011 le rapport au Premier ministre élaboré par une commission de réflexion,

Plus en détail

Accompagnement des établissements scolaires vers des actions de prévention

Accompagnement des établissements scolaires vers des actions de prévention Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr R4 Accompagnement des établissements scolaires vers des actions de prévention Pour rappel, les collèges sont de la compétence des conseils généraux,

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

Actions en Régions de Coopération Universitaire et Scientifique Programme ARCUS : 7 ème appel à projets 2012-2013

Actions en Régions de Coopération Universitaire et Scientifique Programme ARCUS : 7 ème appel à projets 2012-2013 Actions en Régions de Coopération Universitaire et Scientifique Programme ARCUS : 7 ème appel à projets 2012-2013 Le Ministère des Affaires Étrangères (MAE), en partenariat avec les Régions de France et

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH Juillet 2012 Contexte Les prix et les bourses spéciales du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) forment

Plus en détail

Mieux être, recrutement, information et management des talents: Les préférences des employés

Mieux être, recrutement, information et management des talents: Les préférences des employés 16ème Université d'été: Mieux être au travail et performance de l entreprise Mieux être, recrutement, information et management des talents: Les préférences des employés Raouf Mhenni, General Manager HR

Plus en détail

Séminaire. Démarche de clustering : Stratégie et animation. 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière

Séminaire. Démarche de clustering : Stratégie et animation. 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière Séminaire Démarche de clustering : Stratégie et animation 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière En partenariat avec la Grappe d entreprises INOVAGRO et animé par France Clusters L innovation agroalimentaire

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Création et développement numérique en ligne de l Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis Vague D 2014-2018

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Langues du monde et formation appliquée en relations internationales de l Institut National des Langues et Civilisations Orientales

Plus en détail

Université Paris Est Marne La Vallée. Conduite de projet. Synthèse de cours. Matthieu Alcime

Université Paris Est Marne La Vallée. Conduite de projet. Synthèse de cours. Matthieu Alcime Conduite de projet Synthèse de cours Matthieu Alcime 2013 Table des matières 1 Introduction... 2 2 Les approches managériales et organisationnelles des projets... 3 3 Le métier d ingénieur... 4 4 Le travail

Plus en détail

Cégep de Sherbrooke. Les objectifs Les objectifs qui ont guidé ce projet sont :

Cégep de Sherbrooke. Les objectifs Les objectifs qui ont guidé ce projet sont : The following information is an excerpt from the Letter of Intent submitted to the J.W. McConnell Family Foundation in response to the RECODE Request for Proposals of Spring 2014. Cégep de Sherbrooke Description

Plus en détail

ADMINISTRATEUR GENERAL AGENCE WALLONNE A L EXPORTATION ET AUX INVESTISSEMENTS ETRANGERS (AWEX)

ADMINISTRATEUR GENERAL AGENCE WALLONNE A L EXPORTATION ET AUX INVESTISSEMENTS ETRANGERS (AWEX) LETTRE DE MISSION ADMINISTRATEUR GENERAL AGENCE WALLONNE A L EXPORTATION ET AUX INVESTISSEMENTS ETRANGERS (AWEX) 1. DESCRIPTION DE FONCTION ET PROFIL DE COMPETENCES A. DESCRIPTION DE FONCTION A.1. Missions

Plus en détail

POLITIQUE. la Ville de La Pocatière

POLITIQUE. la Ville de La Pocatière POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE de la Ville de La Pocatière Février 2013 TABLE DES MATIÈRES 1. Objet... 3 2. Interprétation... 3 3. Mesures visant à assurer que tout soumissionnaire ou l un de ses représentants

Plus en détail

+ Une Junior-Entreprise

+ Une Junior-Entreprise Expertise financière Au sein de l Université Paris-Dauphine, Dauphine Junior Conseil s est créé un pôle d expertise en finance qui bénéficie de la reconnaissance du monde professionnel. Une Junior-Entreprise

Plus en détail

L Entretien Professionnel. Jean Marc DURIEZ 06.24.55.39.27

L Entretien Professionnel. Jean Marc DURIEZ 06.24.55.39.27 L Entretien Professionnel Jean Marc DURIEZ 06.24.55.39.27 Contexte de la demande L ATELIER pour L Entreprise du Groupe SIADEP Formation est bien au fait de ce sujet d importance pour les entreprises. Notre

Plus en détail

CADRE INSTITUTIONNEL DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DÉVELOPPEMENT D UNE ÉCONOMIE VERTE AU QUÉBEC

CADRE INSTITUTIONNEL DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DÉVELOPPEMENT D UNE ÉCONOMIE VERTE AU QUÉBEC CADRE INSTITUTIONNEL DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DÉVELOPPEMENT D UNE ÉCONOMIE VERTE AU QUÉBEC Depuis 2004, le gouvernement du Québec met en œuvre une démarche de développement durable structurée en vue,

Plus en détail

Formation organisée avec le soutien de la Région Haute-Normandie

Formation organisée avec le soutien de la Région Haute-Normandie ================================== Espace Régional de Formation des Professions de Santé 14, rue du Professeur Stewart 76042 ROUEN Cedex 1 02.32.88.85.45/46 Fax : 02.32.88.83.72 Secretariat.IFCS@chu-rouen.fr

Plus en détail

GDF SUEZ CHARTE DE L ENVIRONNEMENT

GDF SUEZ CHARTE DE L ENVIRONNEMENT GDF SUEZ CHARTE DE L ENVIRONNEMENT SOMMAIRE INTRODUCTION > Chapitre 1 L environnement et le Développement durable 9 S engager > Chapitre 2 Principes de mise en œuvre 19 Comprendre Savoir-faire Partager

Plus en détail

Appel à projets 2013

Appel à projets 2013 IdEx Bordeaux Université de Bordeaux Campus d excellence Appel à projets 2013 Axe 2. Innover en matière de formation Objectif 2.1 Développer et promouvoir, sur la base de l excellence de la recherche scientifique

Plus en détail

Les membres d ENQA adhèrent aux principes qui suivent et invitent tous les participants au Processus de Bologne à les prendre en considération.

Les membres d ENQA adhèrent aux principes qui suivent et invitent tous les participants au Processus de Bologne à les prendre en considération. Document de politique d ENQA sur la garantie de la qualité dans l espace européen de l enseignement supérieur à l occasion de la conférence des ministres responsables de l enseignement supérieur à Leuven

Plus en détail

L évaluation du personnel

L évaluation du personnel Convention sectorielle 2005-2006 Pacte pour une fonction publique locale et provinciale solide et solidaire Formation du personnel des pouvoirs locaux et provinciaux L évaluation du personnel Ann LENAERTS

Plus en détail

Pourquoi et comment investir dans le sport?

Pourquoi et comment investir dans le sport? CONFERENCE-DEBAT ORGANISEE PAR LE MASTER MOSES* EN PARTENARIAT AVEC LA VILLE D ORLEANS Pourquoi et comment investir dans le sport? MARDI 26 FEVRIER 2008 DE 14H A 17H A L AUDITORIUM DE LA MEDIATHEQUE D

Plus en détail

Cet entretien n est pas une évaluation mais un outil de dialogue et de préparation d évolution du collaborateur.

Cet entretien n est pas une évaluation mais un outil de dialogue et de préparation d évolution du collaborateur. L avenant n 1 du 20 juillet 2005 à l Accord National Interprofessionnel du 5 décembre 2003 relatif à l accès des salariés à la formation tout au long de la vie professionnelle prévoit que «pour lui permettre

Plus en détail

Mini Mobile Story Dossier de presse - Juillet 2013

Mini Mobile Story Dossier de presse - Juillet 2013 Dossier de presse - Juillet 2013 «Racontez de petites histoires sur vos smartphones» Introduction «Avez-vous déjà flashé un Qr Code avec votre smartphone?» «Vous êtes tombés sur un site fait pour un écran

Plus en détail

SECTION 3 LE PROGRAMME D ACTIVITES PEDAGOGIQUES A L ORDINATEUR

SECTION 3 LE PROGRAMME D ACTIVITES PEDAGOGIQUES A L ORDINATEUR SECTION 3 LE PROGRAMME D ACTIVITES PEDAGOGIQUES A L ORDINATEUR Le programme ordinateur consiste à utiliser l ordinateur comme outil d apprentissage lors des interventions en soutien scolaire réalisées

Plus en détail

FONDS DE ROULEMENT : NIVEAU ET ADMINISTRATION PRÉSENTATION. Source : Articles 5.1, 5.6, et 6.2 à 6.4 du Règlement financier.

FONDS DE ROULEMENT : NIVEAU ET ADMINISTRATION PRÉSENTATION. Source : Articles 5.1, 5.6, et 6.2 à 6.4 du Règlement financier. 38 e session, Paris 2015 38 C 38 C/39 11 août 2015 Original anglais Point 9.5 de l ordre du jour provisoire FONDS DE ROULEMENT : NIVEAU ET ADMINISTRATION PRÉSENTATION Source : Articles 5.1, 5.6, et 6.2

Plus en détail

Pourquoi se faire superviser?

Pourquoi se faire superviser? Pourquoi se faire superviser? La supervision a pour but de fournir l'encadrement professionnel nécessaire pour parvenir, avec l'aide d'un professionnel expérimenté, à la maîtrise de l'intervention pratique

Plus en détail

L ENTRETIEN de BILAN ET D EVOLUTION PROFESSIONNELLE GUIDE

L ENTRETIEN de BILAN ET D EVOLUTION PROFESSIONNELLE GUIDE L ENTRETIEN de BILAN ET D EVOLUTION PROFESSIONNELLE GUIDE Nom du salarié: Prénom, Nom : Direction/Service : Niveau de classification : Emploi : Année d entrée dans l entreprise : Nom du Responsable : Fonction

Plus en détail

L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE (ISR)

L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE (ISR) L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE (ISR) Notre démarche ISR La gestion dite de "stock-picking" de Financière de l Echiquier est une gestion qui s appuie avant tout sur la connaissance approfondie

Plus en détail

Qu'est-ce que l'innovation?

Qu'est-ce que l'innovation? Qu'est-ce que l'innovation? Résumé : L innovation est avant tout un état d esprit. C est un processus vivant qui amène la direction à chercher à tous les niveaux la manière d être la plus performante pour

Plus en détail

Objet : Mise en œuvre du plan d efficience de TransÉnergie. Établir une démarche d efficience de votre organisation structurée;

Objet : Mise en œuvre du plan d efficience de TransÉnergie. Établir une démarche d efficience de votre organisation structurée; Rapport d étape HYDRO-QUÉBEC MISE EN ŒUVRE DU PLAN D EFFICIENCE DE TRANSÉNERGIE Raymond Chabot Grant Thornton & Cie Conseillers en administration Société en nom collectif Le 29 juin 2007 Monsieur Pierre

Plus en détail

REMERCIEMENTS INTRODUCTION

REMERCIEMENTS INTRODUCTION REMERCIEMENTS INTRODUCTION Ces dernières années, une enquête a été réalisée par la Direction des Hôpitaux. Nous savons désormais que chaque année en France, 1.4 millions d enfants sont hospitalisés. Leur

Plus en détail

TECHNICIEN TERRITORIAL

TECHNICIEN TERRITORIAL Cadrage actualisé 01/01/16 Document élaboré par les membres d une cellule pédagogique nationale associant des représentants des centres de gestion de la fonction publique territoriale Note de cadrage indicatif

Plus en détail

GUIDE DU TUTEUR EN ENTREPRISE

GUIDE DU TUTEUR EN ENTREPRISE GUIDE DU TUTEUR EN ENTREPRISE Pour les employeurs, à partager avec leurs collaborateurs! Le rôle du tuteur dans l entreprise est primordial. Le tuteur est chargé d accueillir, d aider, d informer et de

Plus en détail

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER L Association France Alzheimer est une association de familles créée par des familles et des professionnels du soin en 1985. A cette époque il n existe aucun traitement

Plus en détail

JE SUIS INGÉNIEUR HOSPITALIER. Elections CTE/CAP

JE SUIS INGÉNIEUR HOSPITALIER. Elections CTE/CAP JE SUIS INGÉNIEUR HOSPITALIER Elections CTE/CAP le 4 Décembre 2014 Lettre aux Ingénieurs Hospitaliers La fonction d ingénieur hospitalier est née d un processus général de modernisation de l hôpital, devenu

Plus en détail

«L art d accompagner les dirigeants» COACHING CROISÉ ACCOMPAGNEMENT DE DIRIGEANTS ET MENTORAT. Le partenaire de votre réussite

«L art d accompagner les dirigeants» COACHING CROISÉ ACCOMPAGNEMENT DE DIRIGEANTS ET MENTORAT. Le partenaire de votre réussite «L art d accompagner les dirigeants» COACHING CROISÉ ACCOMPAGNEMENT DE DIRIGEANTS ET MENTORAT F A I S O N S CONNAISSANCE > VOUS ÊTES Dirigeant d une petite ou moyenne entreprise Repreneur d une entreprise

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Sécurité informatique de l Université d'artois Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

Conseil d administration 319 e session, Genève, 16-31 octobre 2013 GB.319/INS/14/2

Conseil d administration 319 e session, Genève, 16-31 octobre 2013 GB.319/INS/14/2 BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 319 e session, Genève, 16-31 octobre 2013 GB.319/INS/14/2 Section institutionnelle INS Date: 2 septembre 2013 Original: anglais QUATORZIÈME QUESTION

Plus en détail

La gestion durable des eaux au service des habitants des Hauts-de-Seine

La gestion durable des eaux au service des habitants des Hauts-de-Seine La gestion durable des eaux au service des habitants des Hauts-de-Seine Schéma départemental 2005-2020 Le mot du Président Lors de sa réunion du 16 décembre 2005, l Assemblée départementale a approuvé

Plus en détail

Politique relative à l emploi et à la qualité de la langue française

Politique relative à l emploi et à la qualité de la langue française Politique relative à l emploi et à la qualité de la langue française Direction des études Août 2009 Préambule Fondé en 1917, le Collège Bart est un établissement d enseignement collégial privé autorisé

Plus en détail