LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION"

Transcription

1 LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION Face à une rationalisation croissante du secteur social et médico-social, accentuée par les effets de crise, comment un directeur de structure sociale peut-il répondre aux enjeux d efficience, de performance et de qualité, tout en préservant la motivation et l engagement des équipes qui reposent sur des valeurs humanistes? (la solidarité, la justice sociale, l éthique, la bienveillance). Quelle alternative pour ces dirigeants pour maintenir l implication des professionnels au service des bénéficiaires? Comment développer l engagement des équipes face aux défis d un environnement complexe et instable? C est à ces questions que se propose de répondre cet article dont les illustrations seront tirées d un service de protection de l enfance dans lequel nous avons réalisé des entretiens avec les professionnels au cours d une recherche précédente. La sociologie des organisations nous enseigne que c est le principe de coopération qui permet à celles-ci de se maintenir et de se développer : «Sans coopération il n y a qu une issue à la relation, c est la rupture. La coopération n est donc pas un échange du type troc, mais elle naît lorsque l un des membres, en donnant quelque chose, va créer une dette 1.» Norbert Alter dans son ouvrage «Donner et prendre» (2010, La Découverte) se réfère au concept de don de Marcel Mauss pour expliquer les ressorts de la coopération dans les entreprises. Il explique que les échanges d informations, les conseils, les idées, les coups de main, les différentes transactions du monde de l entreprise sont comparables aux dons qui «circulent» dans les sociétés dites primitives. C est à partir de ce postulat qu il va utiliser le triptyque «donner-recevoir-rendre» pour l appliquer au monde de l entreprise d aujourd hui, démontrant ainsi la persistance et la pertinence du don au sein de celle-ci. N. Alter va plus loin en affirmant que c est l absence de don qui provoquerait le mal être au travail. La coopération ne se décrète pas, ne s ordonne pas. Elle dépend de la volonté des acteurs de coopérer. C est l ingéniosité dont font preuve les professionnels, l écart entre la tâche prescrite et celle réalisée, qui permet aux organisations de fonctionner. Ce postulat oblige donc les directeurs à regarder au-delà du cadre contractuel et formel pour rechercher les leviers de la coopération, à laquelle l engagement des professionnels est subordonné. 1

2 Un don! Mais quel don? Le don existe encore aujourd hui dans nos sociétés modernes. Qui n a jamais entendu «j ai déjà donné» lorsqu une personne regrette que l effort qu elle a fourni n ait pas été reconnu. Le don agit sur l engagement des professionnels selon qu il est alimenté ou non dans les organisations. S il favorise l engagement de ces derniers, son absence se traduit par le retrait de la relation, le refus de la coopération, le retranchement derrière les règles formelles. N. Alter dans son ouvrage définit le don comme un acte couteux, qui nécessite un effort, qui implique un risque ou une privation. Ce n est ni le bien échangé ni sa valeur qui sont importants, mais la valeur que le donateur y met et la relation dans laquelle s inscrit cet échange. Cette relation implique les deux parties dans une relation de réciprocité en créant un «endettement». Ce qui veut dire que tour à tour donateur et donataire occuperont ces deux places. Dans cette relation il y a la volonté de faire lien, mais aussi de tirer parti de ce lien. Par exemple : Les travailleurs sociaux du service de protection de l enfance acceptent en travaillant dans cette organisation de faire face à des situations difficiles (incuries ménagères, maltraitance d enfants, abus sexuels, maladie psychiatrique des parents, réalisation de placements de mineurs). Ils acceptent d avoir des horaires souples pour adapter leur intervention à la situation. Ils acceptent enfin une rémunération plus faible que les professionnels bénéficiant des primes d internat. En contrepartie de ces «dons», les travailleurs sociaux jouissent du prestige qu il y a à travailler dans un service de protection de l enfance du fait du savoir faire reconnu de ces professionnels par les autres acteurs sociaux. Ils sont autonomes et disposent d une certaine marge de liberté dans leur action, d horaires de «bureau» sans week-end ni jour férié travaillé. Schéma du processus du don 2

3 A leur tour les professionnels vont rendre ce qu ils auront reçu auprès des bénéficiaires : en se rendant aux audiences pendant leurs congés au bénéfice des familles, en s engageant dans la réflexion autour des projets du service, en proposant des innovations dans l accompagnement. C est ce qui s appelle une «chaîne des dons». Le don créateur de lien Dans le don, on donne une part de soi même. Celui qui reçoit le don accepte le lien avec l autre. Cet échange s inscrit dans la durée : il ne s agit pas de rendre tout de suite, ce qui serait un refus de la relation. Prendre le temps de recevoir, manifester de l émotion à recevoir permet de créer le lien. Le don est producteur de lien social. Les liens tissés au sein d un cadre professionnel produisent pour N. Alter la compétence collective d une organisation mise au service d un tiers dénommé mission, métier ou projet. Il ne s agit pas d un échange contractuel, mais d un processus. Peu importe le bien rendu, N. Alter conseille donc aux organisations de s appuyer sur la volonté de donner des professionnels plutôt que de prendre. Le don pour une prise en compte de l individu «total» Le modèle du don appliqué au management permet de considérer le professionnel dans l ensemble de ses dimensions : affective, identitaire, sociale, relationnelle, symbolique. Ce sont ces dimensions entremêlées qui lient l individu à son emploi. Mme C. directrice du service de protection de l enfance explique qu il y a toujours un fond de réparation personnelle dans le fait de devenir travailleur social. Exercer dans le champ de l enfance en danger constitue un cran supplémentaire. Ce qui lui fait dire au sujet de ses salariés : «j ai à travailler avec chacun de leur place dans le respect de ce qu ils sont, d une évolution de leur personne ou de l évolution de leur situation personnelle». Au-delà de l aspect matériel, organisationnel, financier, la dimension du lien social existant dans une organisation est un facteur déterminant de l engagement des professionnels tant dans l intensité que dans la durée. L un des travailleurs sociaux interrogé expliquait : «c est aussi ce qui m a donné envie d y rester, en plus des collègues et des gens avec lesquels je partage des affinités.» Ce qui fait dire à Mme C. : «L entreprise ne peut vivre que si chaque personne donne quelque chose de soi d une part et qu elle donne quelque chose du meilleur de soi.» Enjeux du management par le don La nécessité de rendre compte, d évaluer, les contraintes de l action conditionnées par l imprégnation du marché dans le travail social, imposent aux directeurs de penser leur fonctions comme le point d articulation entre les enjeux environnementaux et les enjeux «humains» des professionnels impliqués dans l accompagnement des personnes. 3

4 Maintenir une position qui met l accent sur les valeurs partagées avec les équipes est le gage d un renouvellement de l engagement des professionnels : «Quand c est désincarné, ça sert à rien et on est pas efficient, pas efficace avec les gens» (Nils, travailleur social). L autre enjeu est de ne pas rompre la «chaîne des dons» au risque de menacer la circulation des échanges entre les professionnels : «Moi les gens que je vois en souffrance dans le service je dis bien en souffrance, je dis pas en difficultés, en souffrance ce sont des gens qui par la force des choses ils se sont trouvés seuls, isolés et qui savent plus par quel bout sortir de la situation et ça c est dramatique. Et là on peut passer à côté de collègues qui sont pris dans les mêmes difficultés de masse de travail, de manque de moyens, de disponibilités, on se néglige les uns les autres et ça c est terrible. Ca peut passer à l as aussi par rapport à des chefs de service qui se rendent pas compte de la difficulté dans laquelle se trouvent les gens» (Paul, travailleur social). Ne pas rompre la «chaîne des dons» c est aussi l assurance pour l organisation de la stabilité d une équipe, qui lui permet d enrichir l expérience collective. Cette expérience capitalisée sur la durée est un atout pour l organisation, une ressource pour se démarquer des autres acteurs qui structure son champ d action. Quels leviers pour le management dans le processus de don? Le processus de don au sein des organisations doit être alimenté. C est au directeur qu il revient à la fois de ne pas perdre de vue la mission, le projet et de permettre aux acteurs de coopérer. Les leviers qu il va pouvoir mobiliser sont : La confiance : faire confiance aux salariés, ne pas savoir où ils se trouvent pour les professionnels d un service de protection de l enfance, c est prendre un risque. Lorsque les professionnels sont en famille le directeur ne sait pas ce qui se dit, ni comment c est dit. Le postulat est le soutien au professionnel (don) pour qu il puisse s exprimer sur ce qu il fait et comment il le fait (contre don). Mme C. estime que pour que les professionnels fassent correctement leur métier ils font forcément des erreurs. Il faut qu ils puissent le dire pour s améliorer (rendu au bénéficiaire). La reconnaissance : «Il y a un potentiel en chacun de nous, tant un potentiel humain que professionnel. C est le potentiel qui est intéressant» (Mme C. directrice). N. Alter explique que ce qui est à prendre en compte ce sont les capacités, le potentiel de chaque salarié, pas seulement le résultat final de leur action. C est aussi reconnaître la difficulté de la tâche, tenir compte de la situation des professionnels. Mme C. évoque la «politique» de la porte ouverte: «On peut venir à mon bureau à tout moment, des gens qui reviennent d une situation difficile, c est lourd. On parle un moment de la situation, faut faire un rapport d incident je propose qu on le fasse ensemble. Je le tape et les professionnels racontent. C est un moment important pour la personne, une forme de décharge et puis ça lui évite aussi de faire un truc supplémentaire. Pour moi c est une manière de reconnaître la difficulté de ce qui a été vécu, d allier la nécessité de le rapporter (mission) et d essayer d alléger un peu la tâche du TS.» Le conflit : la confrontation est aussi un moyen pour aller plus loin ensemble au service de la mission. 4

5 Pour Mme C. la crise dit quelque chose : «Quand il y a conflit ça me dit qu il y a quelque chose à comprendre. Je crois que ça me remet toujours en question, ça m atteint personnellement. Je me demande ce que j ai fait, ce qui fait que ça réagisse.» Se laisser influencer et enrichir par l autre fait partie de la dynamique du don (P. Poirier). Pour aller plus loin : C est à ce prix que la coopération existe. La valeur ajoutée du don pour l organisation Pour Mme C. le directeur doit aider chacun à développer ses potentialités pas seulement au seul bénéfice de l organisation mais aussi au bénéfice d un bien être des professionnels pour qu ils fassent leur travail le mieux possible. Aujourd hui la valeur d une organisation se définit aux 2/3 par ses biens immatériels dont l un d eux est le capital humain. Plusieurs dirigeants ont fait le pari de développer leur entreprise sur les principes du développement durable. Le label LUCIE rassemble les entreprises qui ont choisi d inscrire leur gouvernance dans cette démarche. Le don est donc une forme innovante d envisager le management de demain vers un monde de l entreprise plus juste. Peggy REJASSE, Educatrice Spécialisée en AEMO 1 BERNOUX Philippe, Sociologie du changement, Paris, Editions du Seuil, 2010, p

avec le responsable de la cellule auquel il/elle rend compte de son travail, avec la secrétaire de la cellule au quotidien,

avec le responsable de la cellule auquel il/elle rend compte de son travail, avec la secrétaire de la cellule au quotidien, Direction des Ressources Humaines PSYCHOLOGUE J PSYCHOLOGUE A LA CELLULE ACCUEIL FAMILIAL ET MISSION ADOPTION POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Direction : Direction des Solidarités Service : Direction

Plus en détail

LES PRATIQUES D EVALUATION DE LA PERFORMANCE AU SEIN DES ORGANISMES FAISANT APPEL A LA GENEROSITE DU PUBLIC

LES PRATIQUES D EVALUATION DE LA PERFORMANCE AU SEIN DES ORGANISMES FAISANT APPEL A LA GENEROSITE DU PUBLIC LES PRATIQUES D EVALUATION DE LA PERFORMANCE AU SEIN DES ORGANISMES FAISANT APPEL A LA GENEROSITE DU PUBLIC Octobre 2008 Mesurer son efficacité, évaluer son efficience, donner à voir l impact de ses actions

Plus en détail

ORIENTATIONS POLITIQUES STRATEGIE DE RENFORCEMENT DES RESSOURCES HUMAINES : MIEUX ANTICIPER ET GERER LE CHANGEMENT 8 octobre 2013

ORIENTATIONS POLITIQUES STRATEGIE DE RENFORCEMENT DES RESSOURCES HUMAINES : MIEUX ANTICIPER ET GERER LE CHANGEMENT 8 octobre 2013 Introduction : ORIENTATIONS POLITIQUES STRATEGIE DE RENFORCEMENT DES RESSOURCES HUMAINES : MIEUX ANTICIPER ET GERER LE CHANGEMENT 8 octobre 2013 1. Dans sa réponse au Livre vert de la Commission européenne

Plus en détail

Lieu d Accueil et S.H.E.D. Solutions d Hébergement Educatif Diversifiées

Lieu d Accueil et S.H.E.D. Solutions d Hébergement Educatif Diversifiées Lieu d Accueil et S.H.E.D. Solutions d Hébergement Educatif Diversifiées 25 Chemin de villeneuve 69130 ECULLY Tél 04.78.33.71.00 Fax 04.78.33.71.09 lieudaccueil@adsea69.fr Depuis son renouvellement d habilitation

Plus en détail

ASSOCIATION L ETAPE PROJET ASSOCIATIF 2013 2018

ASSOCIATION L ETAPE PROJET ASSOCIATIF 2013 2018 ASSOCIATION L ETAPE PROJET ASSOCIATIF 2013 2018 PREAMBULE Le projet associatif constitue avec les statuts, les fondements de toute association. Il est l expression collective des personnes qui décident

Plus en détail

Formations obligatoires pour les nouveaux directeurs de services agréés en Aide à la Jeunesse dispositif pilote 2013 Présentation :

Formations obligatoires pour les nouveaux directeurs de services agréés en Aide à la Jeunesse dispositif pilote 2013 Présentation : Formations obligatoires pour les nouveaux directeurs de services agréés en Aide à la Jeunesse dispositif pilote 2013 Présentation : Suite aux réunions de concertations relatives au «Plan de renforcement

Plus en détail

MIEUX ANTICIPER ET GÉRER LE CHANGEMENT

MIEUX ANTICIPER ET GÉRER LE CHANGEMENT EUPAE AISBL / European Public Administration Employers TUNED Trade Union s National and European Delegation ORIENTATIONS POLITIQUES STRATÉGIES DE RENFORCEMENT DES RESSOURCES HUMAINES MIEUX ANTICIPER ET

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

L'usine du futur : quel travail dans quel modèle économique?

L'usine du futur : quel travail dans quel modèle économique? Conférences ATEMIS L'usine du futur : quel travail dans quel modèle économique? Tommaso Pardi sociologue GERPISA, ENS-Cachan Sandro De Gasparo ergonome ATEMIS ESCP - Paris, le 2 avril 2015 L'usine du futur

Plus en détail

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches.

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches. Don d organes. Donneur ou pas à mes proches. Le guide Pourquoi et comment je le dis Don d organes. Pourquoi est-ce si important d en parler? En matière de don et de greffe d organes, la loi française prévoit

Plus en détail

Améliorer la communication Transmettre l information Mener une politique d évaluation

Améliorer la communication Transmettre l information Mener une politique d évaluation Anne Kolasinski Coach de Vie certifiée Améliorer la communication Transmettre l information Mener une politique d évaluation Prendre vos fonctions Atteindre vos objectifs Améliorer vos performances Renforcer

Plus en détail

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE :

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : DECRYPTAGE ET TEMOIGNAGE Le coaching en entreprise est souvent source de questionnement sur différents aspects : quelles populations concernées? Dans

Plus en détail

La résolution générale

La résolution générale La résolution générale Placer la solidarité au cœur de nos ambitions! S ajoutant aux difficultés structurelles, la crise financière internationale, qui frappe également notre pays, renforce la fréquence

Plus en détail

avec le chef de service, qui donne les orientations à suivre et auquel il/elle rend compte de son travail,

avec le chef de service, qui donne les orientations à suivre et auquel il/elle rend compte de son travail, Direction des Ressources humaines TRAVAILLEUR SOCIAL I ASSISTANT SOCIO-EDUCATIF A LA MAISON DES ENFANTS (pôle 2-6 ans) Direction Générale Adjointe : Solidarités Direction : Enfance Famille Santé Service

Plus en détail

INVESTIR POUR L AVENIR

INVESTIR POUR L AVENIR Employers in Education THE EUROPEAN FEDERATION OF EDUCATION EMPLOYERS INVESTIR POUR L AVENIR Déclaration conjointe sur l éducation, la formation et la recherche La présente déclaration conjointe a pour

Plus en détail

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ;

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ; Livre III Action sociale et médico-sociale mise en œuvre par des établissements et des services Titre Ier : Établissements et services soumis à autorisation Chapitre Ier : Dispositions générales Section

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE Août 2003 80, rue Paradis 13006 Marseille 04 91 33 39 86 : 04 91 54 15 09 v.c.m@wanadoo.fr CONTEXTE DU DEBAT En premier lieu, il faut procéder à un certain nombres de rappels

Plus en détail

ÉTHIQUE Violences au travail Comité de la condition féminine Décembre 2001

ÉTHIQUE Violences au travail Comité de la condition féminine Décembre 2001 ÉTHIQUE et Violences au travail Comité de la condition féminine Décembre 2001 INTRODUCTION Pourquoi un code d éthique relatif aux violences au travail? Comment un code d éthique peut-il nous aider, nous

Plus en détail

1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère

1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère Sommaire 1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère 1. Contexte et enjeux du PPE 1.1 Une loi et des orientations départementales 1.2 Les enjeux du PPE 2. La démarche

Plus en détail

Management Interculturel

Management Interculturel Management Interculturel La mondialisation et l ouverture des marchés ont permis l interconnexion des mondes. Ces phénomènes ont en même temps accéléré la mutation des modes de pensée et de consommation.

Plus en détail

Jean-Paul Bouchet. Le rôle du manager La finalité de l entreprise en question

Jean-Paul Bouchet. Le rôle du manager La finalité de l entreprise en question Jean-Paul Bouchet Le rôle du manager La finalité de l entreprise en question Le cadre juridique ne peut pas tout régler. Pour permettre aux managers de tenir leur rôle, il faut s interroger sur la finalité

Plus en détail

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Université d été de la performance en santé - 29 août 2014- Lille Monsieur le président, Monsieur le directeur général,

Plus en détail

SEMINAIRE ANMECS, Paul FUSTIER 31 mai 2013

SEMINAIRE ANMECS, Paul FUSTIER 31 mai 2013 SEMINAIRE ANMECS, Paul FUSTIER 31 mai 2013 Paul FUSTIER est professeur émérite de psychologie à l Université Lumière-Lyon 2. Il est aussi docteur en musicologie et spécialiste de la vielle à roue à l époque

Plus en détail

Intervention colloque MFP 7 décembre 2011

Intervention colloque MFP 7 décembre 2011 Intervention colloque MFP 7 décembre 2011 Mesdames, Messieurs, chers amis, Je vous remercie au nom de la MFP de votre présence à ce colloque sur la protection sociale des fonctionnaires. Merci à la MGEN

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 (PONDICHERY) SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 (PONDICHERY) SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 (PONDICHERY) SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE ÉLÉMENTS INDICATIFS DE CORRIGÉ Ce dossier comporte des

Plus en détail

PROGRAMME A LA CARTE. MODULES DE PERFECTIONNEMENT en RESSOURCES HUMAINES

PROGRAMME A LA CARTE. MODULES DE PERFECTIONNEMENT en RESSOURCES HUMAINES PROGRAMME A LA CARTE MODULES DE PERFECTIONNEMENT en UNE INDIVIDUALISATION DES PARCOURS DE FORMATION Les modules de perfectionnement de CAPITOLIS permettent à une personne qui exerce ou va exercer des responsabilités

Plus en détail

Non déterminante ORGANISATION. Cliquer ici pour visualiser le planning détaillé cours par cours

Non déterminante ORGANISATION. Cliquer ici pour visualiser le planning détaillé cours par cours Niveau : Section : CONTEXTE DE L UNITÉ DE FORMATION 428 98 30 08 U36 D1 (DOMAINE 903) Enseignement supérieur pédagogique de type court Bachelier en éducation spécialisée en accompagnement psycho-éducatif

Plus en détail

Moyens d'action sous la proposition de Règlement relatif à un droit commun européen de la vente point de vue des entreprises françaises

Moyens d'action sous la proposition de Règlement relatif à un droit commun européen de la vente point de vue des entreprises françaises DIRECTION GENERALE DES POLITIQUES INTERNES DEPARTEMENT THEMATIQUE C: DROITS DES CITOYENS ET AFFAIRES CONSTITUTIONNELLES AFFAIRES JURIDIQUES Moyens d'action sous la proposition de Règlement relatif à un

Plus en détail

Freins et leviers au changement de comportements vers une réduction de l usage de la voiture individuelle

Freins et leviers au changement de comportements vers une réduction de l usage de la voiture individuelle Freins et leviers au changement de comportements vers une réduction de l usage de la voiture individuelle Anaïs ROCCI 6T bureau de recherche Colloque «Bougeons autrement», 30/11/2011 CNFPT, Région Haute-Normandie

Plus en détail

60 salariés. 3 MINISTÈRE est une agence Web, experte en CRM, e-commerce, data et analytics. Elle compte à ce. jour 25 salariés.

60 salariés. 3 MINISTÈRE est une agence Web, experte en CRM, e-commerce, data et analytics. Elle compte à ce. jour 25 salariés. Laurent HABIB réunit les agences LIGARIS 1, PLAN CRÉATIF 2 et MINISTÈRE 3 pour créer la 1 ère agence globale indépendante du marché. Une agence de 180 personnes, à 60% digitale, intégrant tous les métiers

Plus en détail

La Mesure Judiciaire d Aide à la Gestion du Budget Familial

La Mesure Judiciaire d Aide à la Gestion du Budget Familial Service Accompagnement Social et Budgétaire La Mesure Judiciaire d Aide à la Gestion du Budget Familial une intervention qui vient enrichir le dispositif d assistance éducative SOMMAIRE p.3 p.4 p.5 p.6

Plus en détail

Dans le cadre du décret Education Permanente. La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE. (11 074 signes espaces compris)

Dans le cadre du décret Education Permanente. La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE. (11 074 signes espaces compris) 1 Dans le cadre du décret Education Permanente La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE (11 074 signes espaces compris) Le volontariat et ses limites dans le secteur social et des soins

Plus en détail

Diplôme Universitaire

Diplôme Universitaire Création : Plan Créatif Corporate - Réalisation : Pellicam productions - Impression : Grenier - Avril 2013 Crédits photo : Jean Moulin, Didier Adam, Diane Grimonet. Diplôme Universitaire Le Diplôme universitaire

Plus en détail

Une réponse au défi Création de richesses collectives durables

Une réponse au défi Création de richesses collectives durables 29 Une réponse au défi Création de richesses collectives durables La question de la propriété est au centre des valeurs qui animent l économie sociale. L économie est devenue guerrière lorsqu elle a mis

Plus en détail

La finalité de cet appel à projet est de favoriser la fluidité des parcours en augmentant la capacité d accompagnement de ce type de mesures.

La finalité de cet appel à projet est de favoriser la fluidité des parcours en augmentant la capacité d accompagnement de ce type de mesures. Cahier des charges de l appel à projet lancé par le Conseil général pour la création de 0 places de PEAD (placement éducatif à domicile) dans le département du Finistère I - identification des besoins

Plus en détail

ASSISTANT(E) FAMILIAL(E) DEVENEZ

ASSISTANT(E) FAMILIAL(E) DEVENEZ Le Département de Seine-et-Marne recrute et forme des assistants familiaux, un vrai métier au service des enfants et des adolescents. Édito L enfance est une période cruciale pour l épanouissement de l

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Les souffrances des adolescents sont réelles et conséquentes, dans une période du développement de la personne, empreinte de bouleversements.

Plus en détail

EDUCATEUR: APPROCHE CONCEPTUELLE 2

EDUCATEUR: APPROCHE CONCEPTUELLE 2 MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L'ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION EDUCATEUR:

Plus en détail

AIDE MÉDICO-PSYCHOLOGIQUE. ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL 1.1. Définition de la profession et du contexte de l intervention

AIDE MÉDICO-PSYCHOLOGIQUE. ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL 1.1. Définition de la profession et du contexte de l intervention AIDE MÉDICO-PSYCHOLOGIQUE ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL 1.1. Définition de la profession et du contexte de l intervention L aide médico-psychologique (A.M.P.) exerce une fonction d accompagnement

Plus en détail

C. DAVID, C. PAITRAULT, B. LEVOIVENEL, R.E NOTO L'Analyse de la Pratique 1

C. DAVID, C. PAITRAULT, B. LEVOIVENEL, R.E NOTO L'Analyse de la Pratique 1 de la Pratique 1 1. Objectifs Sensibiliser l étudiant à l intérêt et aux objectifs de l APP Structurer la rédaction de l APP : pertinence du choix de la situation et de sa description, pertinence du questionnement

Plus en détail

MISSION ET FONCTIONNEMENT DU CHSCT

MISSION ET FONCTIONNEMENT DU CHSCT MISSION ET FONCTIONNEMENT DU CHSCT Le CHSCT (comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail) est une instance souvent mal connue des salariés et qui ne peut fonctionner convenablement sans

Plus en détail

OBJECTIFS ET APPRENTISSAGES

OBJECTIFS ET APPRENTISSAGES La formation Notre approche Intervalle est un cabinet de conseil, d étude et de formation qui accompagne les dynamiques humaines et organisationnelles. Nous intervenons pour des entreprises, des collectivités

Plus en détail

PREVENTION DES TMS DANS LA DUREE : DES ACTEURS INSTITUTIONNELS FACILITENT UNE DEMARCHE D ENTREPRISE RESUME

PREVENTION DES TMS DANS LA DUREE : DES ACTEURS INSTITUTIONNELS FACILITENT UNE DEMARCHE D ENTREPRISE RESUME PREVENTION DES TMS DANS LA DUREE : DES ACTEURS INSTITUTIONNELS FACILITENT UNE DEMARCHE D ENTREPRISE Texte de communication 2 ème Congrès Francophone sur les TMS. Mobilisation et pratiques des organismes

Plus en détail

L'Autonomie des Jeunes en question. Youg People's autonomy / Junge leute autonomie. Contact / Contact / Berührung

L'Autonomie des Jeunes en question. Youg People's autonomy / Junge leute autonomie. Contact / Contact / Berührung Ján Figel Commissaire européen en charge de l Education, de la Formation, de la Culture et du Multilinguisme Bruxelles p. 2 L'Autonomie des Jeunes en question Youg People's autonomy / Junge leute autonomie

Plus en détail

Après quatre tests d évaluation passés dans des pays différents (USA et Amérique latine), la norme SA 8000 a été validée et diffusée.

Après quatre tests d évaluation passés dans des pays différents (USA et Amérique latine), la norme SA 8000 a été validée et diffusée. LA NORME SA 8000 Les origines de la norme SA 8000 La norme SA 8000 est le résultat, entre autre, du constat de la multiplication des normes et des standards existants sur le marché. C est en octobre 1997

Plus en détail

Education en vue du développement durable : Une définition

Education en vue du développement durable : Une définition Education en vue du développement durable : Une définition Contenu : Le développement durable : Une définition 1. Historique et contexte Suisse 2. Le développement durable Le lien entre développement durable

Plus en détail

Dép. 30 «Service d adaptation progressive en milieu naturel»

Dép. 30 «Service d adaptation progressive en milieu naturel» Dép. 30 «Service d adaptation progressive en milieu naturel» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation Le Service d adaptation progressive en milieu naturel SAPMN- du Gard a

Plus en détail

La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche

La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche I - Un historique du modèle de la compétence II - Les enjeux de la GPEC III - Une démarche reliant stratégie/compétences/organisation

Plus en détail

La première partie de l étude analyse la loi RCT et met en évidence tant les silences de la loi que les garanties qu elle apporte.

La première partie de l étude analyse la loi RCT et met en évidence tant les silences de la loi que les garanties qu elle apporte. SYNTHESE Dans le contexte actuel de recherche d une administration territoriale toujours plus efficiente, la loi de réforme des collectivités territoriales (loi RCT) a pour objectif principal de faire

Plus en détail

AUDIT DE CULTURE. Introduction au rapport de culture d entreprise. Simple software to manage your company culture. www.vadequa.com

AUDIT DE CULTURE. Introduction au rapport de culture d entreprise. Simple software to manage your company culture. www.vadequa.com AUDIT DE CULTURE Introduction au rapport de culture d entreprise + Simple software to manage your company culture. www.vadequa.com 2 Audit de Culture A PROPOS La démarche Vadequa Vadequa permet aux sociétés

Plus en détail

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes Questionnaire Université du Luxembourg, Version novembre 2013 Ulla Peters, Julia A. Jäger, Danielle Lellinger sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE - ÉDITION 2009

GUIDE PRATIQUE - ÉDITION 2009 coopératives agricoles : les associés coopérateurs, un capital à cultiver GUIDE PRATIQUE - ÉDITION 2009 document réalisé avec la participation financière du Ministère de l Alimentation, de l'agriculture

Plus en détail

CEPB. Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1. Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador

CEPB. Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1. Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1 2007 2006 #49F #42E CEPB Pamela Gough Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador La responsabilité première

Plus en détail

INTERVENTION CLIMAT SCOLAIRE. Pierre Roques, IA-IPR EVS, Bernard Pallec, IA-IPR EVS, Jérôme Coutellier, CPE ESPE

INTERVENTION CLIMAT SCOLAIRE. Pierre Roques, IA-IPR EVS, Bernard Pallec, IA-IPR EVS, Jérôme Coutellier, CPE ESPE INTERVENTION CLIMAT SCOLAIRE Pierre Roques, IA-IPR EVS, Bernard Pallec, IA-IPR EVS, Jérôme Coutellier, CPE ESPE QUELQUES PREALABLES LE CLIMAT SCOLAIRE N EST PAS UNE MANIÈRE DE PENSER LA REGULATION DES

Plus en détail

2016 formation. qualifiante

2016 formation. qualifiante 2016 formation qualifiante Surveillant(e)s de nuit qualifié(e)s Maître(sse)s de maison CREAI ChAmpAgnE-ARdEnnE : Cité Administrative Tirlet - Bât. 3-51036 ChAlons en ChAmpAgne Cedex tél. : 03 26 68 35

Plus en détail

La formation continue en enfance : réflexions pour construire un cadre qualitatif

La formation continue en enfance : réflexions pour construire un cadre qualitatif La formation continue en enfance : réflexions pour construire un cadre qualitatif Introduction Depuis la stratégie de Lisbonne, la formation continue tout au long de la vie fait l objet de diverses mesures

Plus en détail

La place des seniors dans le bénévolat

La place des seniors dans le bénévolat La place des seniors dans le bénévolat On sait que les seniors jouent un rôle très important dans le bénévolat, notamment en qualité d élus aux seins des associations, bénéficiant de l expérience qu ils

Plus en détail

La politique de l emploi des travailleurs handicapés au cœur des préoccupations du gouvernement pour favoriser leur inclusion sociale

La politique de l emploi des travailleurs handicapés au cœur des préoccupations du gouvernement pour favoriser leur inclusion sociale La politique de l emploi des travailleurs handicapés au cœur des préoccupations du gouvernement pour favoriser leur inclusion sociale Sommaire Chiffres clé : l emploi des travailleurs handicapés La politique

Plus en détail

CANDIDATURE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR GENERAL DE L ENSAM

CANDIDATURE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR GENERAL DE L ENSAM CANDIDATURE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR GENERAL DE L ENSAM 1 ère partie Déclaration d intention JEAN-PAUL HAUTIER ADMINISTRATEUR PROVISOIRE ET DIRECTEUR DE LA RECHERCHE DE L ENSAM DIRECTEUR ES QUALITE DE

Plus en détail

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance Introduction L assurance est une technique qui repose sur un contrat, le contrat d assurance, en vertu duquel un assureur s engage, en contrepartie du versement régulier d une prime, d indemniser les sinistres

Plus en détail

Aspects déontologiques en santé mentale

Aspects déontologiques en santé mentale Aspects déontologiques en santé mentale Nancy Guilbeault Conseillère en soins infirmiers France Ouellet Conseillère clinicienne en soins infirmiers, Santé mentale Juin 2012 Plan de la présentation Introduction

Plus en détail

Gérer les rapports de pouvoir

Gérer les rapports de pouvoir Gérer les rapports de pouvoir Marc Thiébaud Novembre 1995 L'analyse des relations de pouvoir est importante à deux titres au moins: a) Pour développer la coopération que peuvent avoir les autres entre

Plus en détail

Communication DPJJ / ODAS à partir d un séminaire organisé sur la complémentarité des rôles.

Communication DPJJ / ODAS à partir d un séminaire organisé sur la complémentarité des rôles. 4 ème assises de la protection de l enfance 28 et 29 juin 2010 Version définitive du 25 juin 2010 Communication DPJJ / ODAS à partir d un séminaire organisé sur la complémentarité des rôles. Damien Mulliez,

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI Le 7 septembre 2012 Contact : ministère du Travail, de l emploi, de la formation professionnelle

Plus en détail

Chapitre 16 Comment les entreprises fonctionnent-elles?

Chapitre 16 Comment les entreprises fonctionnent-elles? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 7 mai 2015 à 13:59 Chapitre 16 Comment les entreprises fonctionnent-elles? Introduction Regards croisés? car apports de la science économique (économie de la firme)

Plus en détail

TRANSMISSION et PÉRENNITÉ de l'entreprise. Enquête

TRANSMISSION et PÉRENNITÉ de l'entreprise. Enquête TRANSMISSION et PÉRENNITÉ de l'entreprise Enquête Préambule La transmission de son entreprise est le dernier acte du dirigeant et souvent l un des plus importants de sa vie professionnelle. Au plan macro

Plus en détail

LA FORMATION CONTINUE DES SOIGNANTS EN EHPAD

LA FORMATION CONTINUE DES SOIGNANTS EN EHPAD LA FORMATION CONTINUE DES SOIGNANTS EN EHPAD Renato SAIU (2009). En ligne sur detour.unice.fr Master 2 de psychologie clinique et gérontologique Résumé : La formation professionnelle du personnel en EHPAD

Plus en détail

La tarification et la solvabilisation des services d aide et d accompagnement à domicile

La tarification et la solvabilisation des services d aide et d accompagnement à domicile La tarification et la solvabilisation des services d aide et d accompagnement à domicile Le contexte du rapport Ce rapport, publié en janvier 2011, est issu d une mission menée conjointement par l IGAS

Plus en détail

Questionnaire diffusé aux adhérents Printemps 2012. Dépouillement par le Comité d Ethique Juin-Septembre 2012

Questionnaire diffusé aux adhérents Printemps 2012. Dépouillement par le Comité d Ethique Juin-Septembre 2012 Questionnaire diffusé aux adhérents Printemps 2012 Dépouillement par le Comité d Ethique Juin-Septembre 2012 1/ Texte intégral du dépouillement et de l analyse du questionnaire en vue d une communication

Plus en détail

FICHES PRATIQUES CONTRAT DE GÉNÉRATION RÉUSSIR LE BINÔME SENIOR/JEUNE

FICHES PRATIQUES CONTRAT DE GÉNÉRATION RÉUSSIR LE BINÔME SENIOR/JEUNE FICHES PRATIQUES CONTRAT DE GÉNÉRATION RÉUSSIR LE BINÔME SENIOR/JEUNE LE CONTRAT DE GÉNÉRATION POURSUIT TROIS OBJECTIFS INDISSOCIABLES : l intégration durable des jeunes en entreprise, le maintien dans

Plus en détail

Notre offre de service : un accompagnement par des experts sur l ensemble des problématiques liées au diagnostic financier

Notre offre de service : un accompagnement par des experts sur l ensemble des problématiques liées au diagnostic financier SANTE Diagnostic financier et aide à l élaboration d un plan de redressement Comment s approprier la démarche de diagnostic? Les enjeux Depuis la mise en place de la T2A, les établissements de santé sont

Plus en détail

> En 2009, 2 996 Informations Préoccupantes (IP) concernent 4 101 enfants parisiens, dont 467 de moins de 6 ans.

> En 2009, 2 996 Informations Préoccupantes (IP) concernent 4 101 enfants parisiens, dont 467 de moins de 6 ans. L enfant en danger Repérage de l enfance en danger > En 2009, 2 996 Informations Préoccupantes (IP) concernent 4 101 enfants parisiens, dont 467 de moins de 6 ans. L accueil d urgence > 216 enfants de

Plus en détail

ISO 17799 : 2005/ISO 27002. Bonnes pratiques pour la gestion de la sécurité de l information. White Paper

ISO 17799 : 2005/ISO 27002. Bonnes pratiques pour la gestion de la sécurité de l information. White Paper White Paper ISO 17799 : 2005/ISO 27002 Bonnes pratiques pour la gestion de la sécurité de l information Éric Lachapelle, CEO Veridion René St-Germain, Président Veridion Sommaire Qu est-ce que la sécurité

Plus en détail

Référentiel. comportementales. de compétences. de la filière Chimie-Environnement

Référentiel. comportementales. de compétences. de la filière Chimie-Environnement Référentiel de compétences comportementales de la filière Chimie-Environnement Édito Le référentiel des compétences comportementales a été conçu par et pour les acteurs de la filière Chimie-Environnement

Plus en détail

DEVENIR UN PRATICIEN RÉFLEXIF ET CONGRUENT. I) Qu est-ce qu un praticien réflexif et congruent?

DEVENIR UN PRATICIEN RÉFLEXIF ET CONGRUENT. I) Qu est-ce qu un praticien réflexif et congruent? DEVENIR UN PRATICIEN RÉFLEXIF ET CONGRUENT I) Qu est-ce qu un praticien réflexif et congruent? Dans la lettre que j ai adressé début 2007 aux membres de la SFC et qui figure sur le site de la SFC, j énonçais

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D EDUCATEUR DE JEUNES ENFANTS 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL

Plus en détail

Projet national. de développement pour le CNFPT 2010-2015

Projet national. de développement pour le CNFPT 2010-2015 Projet national de développement pour le CNFPT 2010-2015 Conseil d administration du 15 septembre 2010 Table des matières Introduction................................................. 5 I/ Le cadre rénové

Plus en détail

Sommaire. Introduction...3. 1. Les principes d action de l effort éthique...4. 2. Les valeurs... 5. 3. La philosophie de gestion...

Sommaire. Introduction...3. 1. Les principes d action de l effort éthique...4. 2. Les valeurs... 5. 3. La philosophie de gestion... Adopté par le conseil d administration le 31 mars 2009 CADRE DE RÉFÉRENCE EN MATIÈRE D ÉTHIQUE Sommaire Introduction...3 1. Les principes d action de l effort éthique...4 2. Les valeurs................................

Plus en détail

Les obstacles : Solutions envisageables :

Les obstacles : Solutions envisageables : 1. Quels sont les obstacles auxquels les citoyens européens doivent faire face dans l exercice de leurs droits? Que pourrait-on faire pour alléger ces obstacles? Les obstacles : Tout d abord, il y a un

Plus en détail

Quelle rémunération pour les dépôts à vue? (EB) Professeur Didier MAILLARD Octobre 2004

Quelle rémunération pour les dépôts à vue? (EB) Professeur Didier MAILLARD Octobre 2004 Conservatoire National des Arts et Métiers Chaire de BANQUE Document de recherche n 10 Quelle rémunération pour les dépôts à vue? (EB) Professeur Didier MAILLARD Octobre 2004 Avertissement La chaire de

Plus en détail

PROCES-VERBAL DE LA SEANCE DU 27 MARS 2015

PROCES-VERBAL DE LA SEANCE DU 27 MARS 2015 COMITE D ENTREPRISE ENFANCE ET FAMILLE 3, Rue de l Ancien Hôpital 44600 SAINT-NAZAIRE Tél : 02 40 22 99 33 PROCES-VERBAL DE LA SEANCE DU 27 MARS 2015 Etaient présents : Mr O. MIRA Directeur Général Mme

Plus en détail

CATALOGUE D OFFRES DE FORMATION «handicap» 2015

CATALOGUE D OFFRES DE FORMATION «handicap» 2015 Le Centre de formation et de de Rééducation Professionnelle de Saint-Étienne (AREPSHA-CREPSE) est heureux de vous présenter son CATALOGUE D OFFRES DE FORMATION «handicap» 2015 Formations à destination

Plus en détail

«Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»?

«Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»? Carlos Guevara «Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»? La phrase du titre de mon exposé est de Lacan, le signe d interrogation est de moi. Cette phrase, vous pouvez la trouver dans

Plus en détail

Procédure de prévention et d intervention Gestion des crises de colère et d agressivité

Procédure de prévention et d intervention Gestion des crises de colère et d agressivité Procédure de prévention et d intervention Gestion des crises de colère et d agressivité Un service de garde de qualité est un service qui est capable de reconnaître les besoins des enfants et d y répondre.

Plus en détail

Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT)

Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) 1) 0rientations générales L enseignement de «management et sciences de gestion» intègre des approches

Plus en détail

Mme Lambremon (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président

Mme Lambremon (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président Le : 16/02/2015 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 17 décembre 2014 N de pourvoi: 13-23645 ECLI:FR:CCASS:2014:SO02387 Non publié au bulletin Cassation partielle Mme Lambremon (conseiller

Plus en détail

Bulletin officiel n 12 du 22 mars 2012 Annexe 4 SCIENCES DE GESTION - CLASSE TERMINALE SPÉCIALITÉ : RESSOURCES HUMAINES ET COMMUNICATION

Bulletin officiel n 12 du 22 mars 2012 Annexe 4 SCIENCES DE GESTION - CLASSE TERMINALE SPÉCIALITÉ : RESSOURCES HUMAINES ET COMMUNICATION Annexe 4 SCIENCES DE GESTION - CLASSE TERMINALE SPÉCIALITÉ : RESSOURCES HUMAINES ET COMMUNICATION Présentation générale 1. La spécialité «Ressources humaines et communication» L appellation «Ressources

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

La démarche marketing

La démarche marketing La démarche marketing «Ça, c est encore du marketing!» Marc-Alexandre Legrain Source : La boîte à culture Sommaire I. Découvrir le Marketing Etape 1 : A quoi sert le Marketing? Etape 2 : La démarche Marketing

Plus en détail

«L ESS, une réponse à la crise?» Rencontre territoriale de l ESS. Lunel, 12 novembre 2009 Eléments de synthèse

«L ESS, une réponse à la crise?» Rencontre territoriale de l ESS. Lunel, 12 novembre 2009 Eléments de synthèse «L ESS, une réponse à la crise?» Rencontre territoriale de l ESS. Lunel, 12 novembre 2009 Eléments de synthèse Ce titre, «l économie sociale et solidaire, une réponse à la crise?» aurait pu être trompeur.

Plus en détail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail Services à la personne Agir pour améliorer les conditions de travail Expériences d entreprises de moins de 20 salariés Propositions d axes de travail Des problématiques des Des petites entités souvent

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DE L OBSERVATOIRE DE PSYCHOLOGIE ÉVOLUTIONNAIRE

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DE L OBSERVATOIRE DE PSYCHOLOGIE ÉVOLUTIONNAIRE CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DE L OBSERVATOIRE DE PSYCHOLOGIE ÉVOLUTIONNAIRE L Observatoire de psychologie évolutionnaire est l organe central des activités de la formation Le Créateur. L Observatoire

Plus en détail

Conference Introductory Keynote

Conference Introductory Keynote Conference Introductory Keynote Mr. Christian Waeterloos, European Commission Director, Directorate General Energy and Transport Nuclear Safety and Safeguards La place de l énergie nucléaire L énergie

Plus en détail

justice dans les affaires impliquant les enfants victimes et témoins Lignes directrices de l Organisation des Nations Unies en matière de

justice dans les affaires impliquant les enfants victimes et témoins Lignes directrices de l Organisation des Nations Unies en matière de Lignes directrices de l Organisation des Nations Unies en matière de justice dans les affaires impliquant les enfants victimes et témoins d actes criminels VERSION POUR ENFANTS Table des matières Commençons

Plus en détail

COLLOQUE INTERNATIONAL. Lieu : Faculté de droit et sciences politiques Nantes. Date : 24 et 25 septembre 2015

COLLOQUE INTERNATIONAL. Lieu : Faculté de droit et sciences politiques Nantes. Date : 24 et 25 septembre 2015 COLLOQUE INTERNATIONAL PENSER ET METTRE EN ŒUVRE LES TRANSITIONS ECOLOGIQUES Lieu : Faculté de droit et sciences politiques Nantes Date : 24 et 25 septembre 2015 APPEL À CONTRIBUTION : COLLOQUE ET OUVRAGE

Plus en détail

Livret de formation. Diplôme d Etat d éducateur spécialisé. Ministère chargé des affaires sociales. Etablissement de formation.

Livret de formation. Diplôme d Etat d éducateur spécialisé. Ministère chargé des affaires sociales. Etablissement de formation. Ministère chargé des affaires sociales Etablissement de formation Nom du candidat Prénoms du candidat Livret de formation Diplôme d Etat d éducateur spécialisé LE PRESENT LIVRET COMPREND 1 Présentation

Plus en détail

PRÉVENIR POUR PRÉSERVER LA SANTÉ PSYCHOLOGIQUE: UNE INTERVENTION SUR DIFFÉRENTS FRONTS ET NIVEAUX

PRÉVENIR POUR PRÉSERVER LA SANTÉ PSYCHOLOGIQUE: UNE INTERVENTION SUR DIFFÉRENTS FRONTS ET NIVEAUX PRÉVENIR POUR PRÉSERVER LA SANTÉ PSYCHOLOGIQUE: UNE INTERVENTION SUR DIFFÉRENTS FRONTS ET NIVEAUX Roland FOUCHER Docteur en psychologie du travail et des organisations Président 2012-2013, Société québécoise

Plus en détail

Sommaire. Introduction...p 2. Le 4ème schéma départemental Enfance - Famille - Jeunesse 2011-2015.p 3

Sommaire. Introduction...p 2. Le 4ème schéma départemental Enfance - Famille - Jeunesse 2011-2015.p 3 Sommaire Introduction...p 2 Le 4ème schéma départemental Enfance - Famille - Jeunesse 2011-2015.p 3 Présentation des structures au programme de la journée thématique Enfance-Famille..p 4 Le service éducatif

Plus en détail

Animateurs Elus Associatifs. Parents. Educateurs. Elus Associatifs. Parents ATSEM. Assistantes Maternelles. Enseignants. Educateurs.

Animateurs Elus Associatifs. Parents. Educateurs. Elus Associatifs. Parents ATSEM. Assistantes Maternelles. Enseignants. Educateurs. Educateurs Educateurs Bénévoles Bénévoles Assistantes Maternelles Assistantes Maternelles Enseignants ATSEM ATSEM Animateurs Parents Parents Elus Associatifs Enseignants Animateurs Elus Associatifs PORTEFEUILLE

Plus en détail