I. LE PROJET DE RENOUVELLEMENT DES SUPPORTS D ARCHIVAGE ÉLECTRONIQUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "I. LE PROJET DE RENOUVELLEMENT DES SUPPORTS D ARCHIVAGE ÉLECTRONIQUE"

Transcription

1 SUIVI D UN PROJET D ARCHIVAGE ÉLECTRONIQUE : LES DIFFICULTÉS D APPLICATION DU CADRE NORMATIF DANS LE MONDE BANCAIRE Le poste que j occupe au sein du service d archives du Crédit Lyonnais qui sont désormais les archives du groupe Crédit Agricole m a donné l occasion à plusieurs reprises de participer à des groupes de travail chargés de projets intégrant des problématiques d archivage électronique. L un de ces projets m a particulièrement marquée en raison des difficultés qu il a soulevées. En juin 2003, j ai été contactée par le département organisation de la direction des Marchés Particuliers et Professionnels qui est en charge de la banque de détail. L organisation m informait que le département production informatique devait mener une étude en vue de renouveler les supports d archivage électronique et me proposait de faire partie du groupe de projet en formation. Cette intervention a pour objectifs de rendre compte des travaux effectués et des difficultés rencontrées en s attachant plus particulièrement aux difficultés d application du cadre normatif tout en dégageant des pistes de réflexion sur les préoccupations des banques en matière d archivage électronique. I. LE PROJET DE RENOUVELLEMENT DES SUPPORTS D ARCHIVAGE ÉLECTRONIQUE 1.1 Contexte Le système d archivage en place au Crédit Lyonnais reposait sur le stockage des données sur disques optiques numériques, disques magnétiques et cassettes. Tous les documents dont la durée de conservation résulte d une obligation légale étaient conservés sur disques optiques numériques non réinscriptibles comme préconisé dans la norme AFNOR Z En parallèle, ces documents étaient conservés sous forme papier. Les documents dont la conservation répondaient uniquement à des besoins internes étaient conservés sur cassettes. Les disques magnétiques étaient utilisés pour recopier certaines données et permettre une restitution plus rapide de documents très consultés. L espace de stockage arrivait à saturation fin De surcroît, le fournisseur évoquait la possibilité de cesser la commercialisation des disques optiques numériques.

2 1.2 Objectifs Il devenait donc nécessaire de réaliser une étude comparative et prospective du matériel disponible sur le marché. Cette étude devait permettre de proposer la meilleure évolution possible du matériel et de choisir une solution qui garantisse à l entreprise de pouvoir répondre à ses obligations légales de conservation et de restitution en lui offrant la possibilité de fournir comme preuve des documents issus de ce système. A terme, la solution retenue devait permettre d envisager la suppression de la conservation des documents sur support papier. 1.3 Participants L organisation s est chargée d identifier puis de contacter les différents collaborateurs nécessaires au déroulement de ce projet et de définir leurs rôles respectifs. Les services informatiques étaient chargés de conduire le projet, prospecter le marché, évaluer les qualités techniques des solutions proposées et mettre en œuvre le système retenu. Un membre de l organisation devait définir et valider les besoins de la DMPP en matière d archivage électronique. Les services juridiques en la personne d un membre de la Direction juridique du groupe et le service des archives que je représentais avaient à définir les obligations juridiques et les critères d archivage à respecter pour garantir la valeur probatoire des documents issus du système d archivage. Nous devions aussi valider la solution retenue. Enfin, le service achats devait valider la solution adoptée. II. MET EN ÉVIDENCE LES DIFFICULTÉS D APPLICATION DU CADRE NORMATIF 2.1 Un marché en constante évolution L étude des différents types de matériels disponibles où à venir sur le marché par les informaticiens a démontré que les fournisseurs ne s appuient plus forcément pour leurs solutions d archivage électronique sur des disques optiques numériques non réinscriptible. Ils proposent d autres supports de stockage pouvant être une alternative aux disques optiques numériques notamment dans le cadre d une utilisation particulièrement importante en terme de consultation. Le choix des informaticiens s est porté vers une solution d archivage électronique dite de stockage adressé par contenu (Content-Addressed Storage) qui permet d organiser le stockage des données indépendamment

3 de leur localisation. Cette solution appelée Centera est commercialisée par une société américaine EMC Corporation (EMC²) et utilise comme support de stockage des disques magnétiques non réinscriptible. 2.2 Une norme aux spécifications techniques contraignantes A ce stade les informaticiens se sont tournés vers le juriste et l archiviste pour savoir s ils pouvaient utiliser des supports de stockage autres que ceux préconisés dans la norme AFNOR Z sans altérer la valeur probante des documents issus du système d archivage électronique. Cette norme, en vigueur depuis 1999, définit des spécifications techniques visant à assurer la conservation et l intégrité des documents stockés. Elle reste la référence en matière de supports de stockage. Or, elle préconise l utilisation de supports non réinscriptible par altération physique du support et cite le CD Worm (Write Once Read Many). La solution d archivage retenue par les informaticiens n utilise pas ce type de support de stockage. Nous appuyant sur les textes en vigueur, nous avons essayé de répondre à cette interrogation. La loi sur la confiance dans l économie numérique n avait pas été promulguée alors mais les problématiques développées ici et le raisonnement que nous avons tenu à l époque restent d actualité. 2.3 Interprétation de la norme et solution retenue Deux solutions s offraient à nous étayées par deux raisonnements différents. Nous pouvions considérer que la norme préconisant un type de support de stockage, seul ce type de support répondait aux exigences de la norme. Cette interprétation, basée sur le respect d un principe de précaution, nous aurait conduits à refuser toute solution n utilisant pas ce type de support donc toutes les solutions qui avaient retenu l attention des informaticiens. La seule possibilité aurait été l accroissement de l espace de stockage par ajout de disques optiques numériques. Nous aurions alors risqué de nous retrouver dans la même situation à court ou moyen terme. Nous avons adopté un autre raisonnement partant du principe que la loi du 13 mars 2000 portant adaptation du droit de la preuve aux technologies de l information et relative à la signature électronique en posant un principe d indépendance entre l écrit et son support a consacré la valeur probante du document électronique. Le document électronique a la même valeur juridique qu un écrit sur support papier à condition que son auteur soit dûment identifié et que le document soit établi dans des conditions de nature à en garantir l intégrité. Le législateur ne définit pas la notion d intégrité et ne l associe pas à des critères précis relativement à l archivage électronique ou aux moyens à employer pour y parvenir. Une mosaïque de texte (normes, standards et recommandations) a pour but de définir les critères de mise en place d un archivage

4 électronique fiable et définissent des spécifications techniques visant à conserver et à préserver l intégrité des documents électroniques. Tous ces textes considèrent que la fiabilité de l'archivage électronique dépend avant tout de la mise en place de processus concourant à l'intégrité du document électronique en assurant la traçabilité du document (association de métadonnées de description aux données, mise en place d'un droit d'accès) et une restitution fiable (procédures de protection contre la perte et la corruption de données). Le tout de façon pérenne (procédures de protection contre la détérioration des supports et l'obsolescence technologique en assurant la migration des données). Il nous a semblé que si les informaticiens en charge de ce projet d'évolution des supports pouvaient s assurer que le système d'archivage électronique choisi répond à l essentiel de ces exigences alors il pourrait être retenu en remplacement de l'actuel système d'archivage bien qu il n utilise pas la même technologie de stockage que celle préconisée par la norme. Les garanties présentées par ce système en matière d intégrité des données ont été vérifiées et appréciées concrètement par les services informatiques. La solution Centera a été retenue et est aujourd hui en place au Crédit Lyonnais mais la seconde phase du projet qui consistait à se satisfaire uniquement de l archivage électronique a été abandonnée. Les deux systèmes d archivage papier et électronique continuent à coexister. On peut s étonner des raisons d une telle attitude qui génère des coûts importants. III. ET SOULIGNE UN PROBLEME DE CONFIANCE DE L ENTREPRISE DANS LES PROCÉDÉS DE CONSERVATION ÉLECTRONIQUE 3.1 Les causes de cette attitude Au regard des travaux accomplis au cours de ce projet, nous constatons un réel problème de confiance des acteurs dans les procédés de conservation électronique des documents pour les raisons suivantes : La capacité à établir de manière certaine la valeur probatoire des documents conservés sur support électronique est jugée insuffisante. Les techniques préconisées dans les normes et manuels d archivage sont perçues comme lourdes et coûteuses. Ces réticences sont toujours d actualité et ne sont pas le fait uniquement du Crédit Lyonnais. J ai eu l occasion depuis de participer à un groupe de travail de la Fédération Bancaire Française qui réfléchit sur les besoins et les attentes des banques en matière d archivage électronique. Ce groupe est composé de juristes et d archivistes de plusieurs banques et nous avons tous effectué le même constat : alors que l archivage électronique représente un enjeu important pour les banques en termes

5 financier et juridique, elles continuent le plus fréquemment à conserver en parallèle des systèmes d archivage papier. Cette attitude paradoxale, à l heure où le cadre législatif mis en place par les pouvoirs publics encourage l utilisation des nouvelles technologies, est inhérente pour une part aux insuffisances du cadre normatif. 3.2 Les lacunes du cadre normatif La loi du 13 mars 2000 et son décret d application du 31 mars 2001 ainsi que désormais la loi sur la confiance dans l économie numérique réglementent la preuve électronique et indiquent que l intégrité de l écrit électronique doit être préservée tout au long de son cycle de vie pour en maintenir la force probante. La validité probatoire du document électronique dépend donc de la fiabilité de la conservation et les critères de mise en place d un système d archivage fiable sont définis dans différents types de textes : normes, standards, recommandations, manuels. Pourtant ces textes ne suffisent pas toujours à inspirer la confiance nécessaire à la mise en place d un archivage électronique au détriment d autres supports. Essentiellement parce qu ils n ont pas, sur le plan probatoire, de valeur juridique spécifique reconnue en tant que telle et sont souvent trop contraignants sur le plan technique donc rapidement obsolètes. Concrètement, en l absence de jurisprudence et de textes réglementaires, il est difficile de convaincre des dirigeants d entreprise d adopter un système d archivage électronique en remplacement de l archivage papier, ce qui implique des investissements importants, sans pouvoir garantir en contrepartie la valeur probatoire des documents issus de ce système. 3.3 La nécessité de mettre en place un cadre réglementaire souple Au moment où les pouvoirs publics non seulement tentent d encourager l utilisation des nouvelles technologies de l information, notamment vis-à-vis du consommateur, mais également imposent dans certains cas la conservation des contrats en ligne, à charge que cette conservation soit effectuée par le seul cybercommerçant, il est indispensable d instaurer, pour les acteurs, un degré de confiance suffisant afin que dans le premier cas les entreprises recourent, sans risque à la conservation électronique des documents et que dans le second, elles proposent effectivement la conclusion de tels contrats en ligne (sans que les contraintes de la conservation ne les en fassent abandonner le projet) Pour instaurer le degré de confiance nécessaire afin d encourager les entreprises à conserver leurs documents en format électronique et surtout permettre réellement la signature électronique en ligne de contrats dématérialisés avec un consommateur lambda, un cadre réglementaire souple est indispensable. Il ne doit pas freiner le recours aux technologies de l information et devrait pouvoir être adapté au cours du temps en

6 fonction des difficultés rencontrées, notamment compte tenu des litiges, des pratiques ou des innovations technologiques. L enjeu sera, alors, de fixer les limites de ce cadre réglementaire, ce qui revient à définir les limites des contraintes au-delà desquelles les entreprises renoncent à recourir au procédé de conservation électronique des documents.

L ARCHIVAGE LEGAL : CE QU IL FAUT SAVOIR

L ARCHIVAGE LEGAL : CE QU IL FAUT SAVOIR L ARCHIVAGE LEGAL : CE QU IL FAUT SAVOIR INTRODUCTION A la suite de grands scandales financiers qui ont ébranlés le monde des affaires, les instances législatives et réglementaires des Etats Unis ont remis

Plus en détail

Les archives de l entreprise à l ère du numérique. Présentée par: HAMMA Mustapha

Les archives de l entreprise à l ère du numérique. Présentée par: HAMMA Mustapha Les archives de l entreprise à l ère du numérique Présentée par: HAMMA Mustapha Définition des archives Toute information enregistrée, produite ou reçue dans la conduite d'une activité institutionnelle

Plus en détail

Groupe de travail «TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION» Réunion du 26 janvier 2006. L archivage électronique

Groupe de travail «TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION» Réunion du 26 janvier 2006. L archivage électronique Département Administration et Gestion Communale AP/DB N 11 Paris, le 25 janvier 2006 Groupe de travail «TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION» Réunion du 26 janvier 2006 L archivage électronique

Plus en détail

I La conservation des dossiers médicaux répond à un triple intérêt :

I La conservation des dossiers médicaux répond à un triple intérêt : mai 2009 DOSSIERS MEDICAUX CONSERVATION ARCHIVAGE Article 45 (article R.4127-45 du code de la santé publique) «, le médecin doit tenir pour chaque patient une fiche d'observation qui lui est personnelle

Plus en détail

informatique - BANQUE POPULAIRE Symposium Microsoft Présentation : Programme Archivage

informatique - BANQUE POPULAIRE Symposium Microsoft Présentation : Programme Archivage informatique - BANQUE POPULAIRE Symposium Microsoft Présentation : Programme Archivage Notre mission 17 Banques Populaires régionales 3 Crédits Maritimes Mutuels La Banque de Savoie Plus de 2 600 agences

Plus en détail

Chapitre 5 La sécurité des données

Chapitre 5 La sécurité des données 187 Chapitre 5 La sécurité des données 1. Les risques de perte des données La sécurité des données La sauvegarde des données est essentielle pour une entreprise, quelle que soit sa taille, à partir du

Plus en détail

Archivage électronique et valeur probatoire

Archivage électronique et valeur probatoire Archivage électronique et valeur probatoire Livre blanc Archivage électronique et valeur probatoire Livre blanc 2 Sommaire 1 Introduction 3 2 Archive et archivage 5 2.1 Qu est-ce qu une archive? 5 2.2

Plus en détail

Gestion Electronique des Documents et la qualité documentaire au cœur du développement durable.

Gestion Electronique des Documents et la qualité documentaire au cœur du développement durable. Gestion Electronique des Documents et la qualité documentaire au cœur du développement durable. Introduction La Gestion Electronique des Documents est la mémoire de l entreprise. La mémoire existante qui

Plus en détail

Pensez socle d'archivage électronique unifié pour un ROI rapide

Pensez socle d'archivage électronique unifié pour un ROI rapide Pensez socle d'archivage électronique unifié pour un ROI rapide Paul TERRAY, Consulting Manager, SOLLAN Alexis FRITEL, System Engineer, EMC 16/06/2015 Sommaire Partie 1 : Présentation de la problématique

Plus en détail

Les outils «cloud» dédiés aux juristes d entreprises. Cadre juridique

Les outils «cloud» dédiés aux juristes d entreprises. Cadre juridique Les outils «cloud» dédiés aux juristes d entreprises Cadre juridique Présenté par Béatrice Delmas-Linel et Céline Mutz Cabinet De Gaulle Fleurance & Associés 29 juin 2012 1 Introduction La dématérialisation

Plus en détail

CONSERVATION DES DOCUMENTS ELECTRONIQUES SANS SYSTEME D ARCHIVAGE ELECTRONIQUE

CONSERVATION DES DOCUMENTS ELECTRONIQUES SANS SYSTEME D ARCHIVAGE ELECTRONIQUE Cadre législatif et règlementaire Code du patrimoine Code général des collectivités territoriales Décret n 79-1037 du 3 décembre 1979 modifié relatif à la compétence des services d publics et à la coopération

Plus en détail

Ce que dit la norme 2009

Ce que dit la norme 2009 Mettre en œuvre un système d archivage électronique : les apports de la norme révisée Ce que dit la norme 2009 Formation APROGED 2009 1 Domaine d application de la norme Politique et pratiques d archivage

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Sécurité sociale» CSSS/10/134 AVIS N 09/23 DU 6 OCTOBRE 2009, MODIFIÉ LE 9 NOVEMBRE 2010, CONCERNANT LA DEMANDE DE L INSTITUT NATIONAL D

Plus en détail

I partie : diagnostic et proposition de solutions

I partie : diagnostic et proposition de solutions Session 2011 BTS assistant de manager Cas Arméria: barème et corrigé Remarque: la 1 ère partie doit être cohérente avec les éléments déterminants du contexte décrit dans cet encadré, qui n est pas attendu

Plus en détail

CIMAIL SOLUTION: EASYFOLDER SAE

CIMAIL SOLUTION: EASYFOLDER SAE 01100011 01101001 01101101 01100001 01101001 01 CIMAIL SOLUTION: EASYFOLDER SAE IRISLINK le 15 Février 2012 01100011 01101001 01101101 01100001 01101001 01101100 Un monde d informations en toute confiance

Plus en détail

SEQUENCE 09 THÈME 2 : NÉCESSITÉ ET EFFICACITÉ DU DROIT DE LA CONSOMMATION

SEQUENCE 09 THÈME 2 : NÉCESSITÉ ET EFFICACITÉ DU DROIT DE LA CONSOMMATION SEQUENCE 09 THÈME 2 : NÉCESSITÉ ET EFFICACITÉ DU DROIT DE LA CONSOMMATION Les documents présentés ci-dessous représentent un exemple de revue de presse que vous pouvez constituer sur le thème «nécessité

Plus en détail

Les factures dématérialisées

Les factures dématérialisées ANNEXE 8 Les factures dématérialisées Les sources de droit en matière de factures. Deux sources de droit définissent la facture : le Code de commerce et le Code général des impôts. Article 441-3 du Code

Plus en détail

CF - Droit de communication et procédures de recherche et de lutte contre la fraude - Délai et mode de conservation des documents

CF - Droit de communication et procédures de recherche et de lutte contre la fraude - Délai et mode de conservation des documents Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-CF-COM-10-10-30-20120912 DGFIP CF - Droit de communication et procédures

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée contributive : Transformation numérique de l action publique Junior ESSEC 19/01/2015

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée contributive : Transformation numérique de l action publique Junior ESSEC 19/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 3ème journée Synthèse de l atelier 5 : La souveraineté numérique Thème de la journée contributive : Transformation numérique

Plus en détail

SONUMA : quel avenir pour les archives de la RTBF?

SONUMA : quel avenir pour les archives de la RTBF? SONUMA : quel avenir pour les archives de la RTBF? Thierry Dosimont - SONUMA La SONUMA Société anonyme, créée par la Région wallonne (50%), la RTBF (40%) et la Communauté française (10%) Mission : conserver,

Plus en détail

Archivage électronique et Protection des à caractère re personnel

Archivage électronique et Protection des à caractère re personnel Archivage électronique et Protection des données à caractère re personnel 7 février 2008 Université AFCDP Correspondants Informatique & Libertés Arnaud BELLEIL, Directeur Associé Cecurity.com abl@cecurity.com

Plus en détail

Maison du Barreau - Colloque du 14 novembre 2008

Maison du Barreau - Colloque du 14 novembre 2008 LA RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE DE L AVOCAT ET SON ASSURANCE DES PISTES A EXPLOITER INTERVENTION DE MONSIEUR LE BATONNIER ALAIN MARTER PRESIDENT DE L UNCA Société de Courtage des Barreaux Maison

Plus en détail

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe ÉTUDES L externalisation des activités bancaires en France et en Europe Si l externalisation des activités (outsourcing) est un phénomène courant au sein des entreprises non financières en Europe, comme

Plus en détail

Les collections audiovisuelles à l heure du Numérique

Les collections audiovisuelles à l heure du Numérique Les collections audiovisuelles à l heure du Numérique 1 Un cas unique, une expérience à partager BnF, département de l Audiovisuel : Les collections audiovisuelles de la Bibliothèque nationale de France

Plus en détail

Sauvegarde Version 1.0. 25/05/2015 BTS SIO SISR Brochard Florent

Sauvegarde Version 1.0. 25/05/2015 BTS SIO SISR Brochard Florent Sauvegarde Version 1.0 25/05/2015 BTS SIO SISR Brochard Florent Sommaire I. Introduction... 3 II. Définition de la sauvegarde... 3 III. Stratégie de sauvegarde... 3 IV. Types de sauvegarde... 4 A. La sauvegarde

Plus en détail

Conférence EDIFICAS. Le document électronique et sa valeur probante

Conférence EDIFICAS. Le document électronique et sa valeur probante Conférence EDIFICAS Le document électronique et sa valeur probante 26 mai 2011 Le document électronique Quels normes/standards adopter pour être le plus conforme à la législation française? Les grands

Plus en détail

Livre blanc. Archivage Electronique et Conformité Réglementaire

Livre blanc. Archivage Electronique et Conformité Réglementaire Livre blanc Octobre 2010 Archivage Electronique et Conformité Réglementaire Comprendre et mettre en œuvre des systèmes d archivage électronique à valeur probatoire 17 quai Joseph Gillet 69004 Lyon - France

Plus en détail

! "! #! $%& '( )* &#* +,

! ! #! $%& '( )* &#* +, !"#$ % & '! "! #! $%& '( )* &#* +, ( )' *!- + Le Système d Information AUJOURD HUI : à tous les Acteurs «DEMAIN La révolution : à tous digitale les inverse «Citoyens les défauts» : ce qui était autrefois

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ Avril 2009 Table des matières Préambule... 3 Introduction... 4 Champ d application... 5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour... 6 1. Cadre de gestion de la conformité...

Plus en détail

Dématérialisation des données. Partage d expériences, Evolutions dans le domaine de l accréditation, échanges d auditeurs internes PROGRAMME

Dématérialisation des données. Partage d expériences, Evolutions dans le domaine de l accréditation, échanges d auditeurs internes PROGRAMME Les petits déjeuner du CT M Réunion n 4 du Club de Laboratoires Accrédités Dématérialisation des données Partage d expériences, Evolutions dans le domaine de l accréditation, échanges d auditeurs internes

Plus en détail

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS Consultation publique : veuillez adresser vos réponses avant le 27 février 2013 à l adresse électronique hcp@dgtresor.gouv.fr.

Plus en détail

LE COFFRE FORT NUMÉRIQUE AVEC SOLUTIONS INTÉGRÉES.

LE COFFRE FORT NUMÉRIQUE AVEC SOLUTIONS INTÉGRÉES. LE COFFRE FORT NUMÉRIQUE AVEC SOLUTIONS INTÉGRÉES. SÉCURISEZ VOS DOCUMENTS ET VOS BACKUP SAUVEGARDES SÉCURISÉES STOCKAGE INDÉLÉBILE Boîtier ultra résistant aux normes E.T.U. et UL qui permet de conserver

Plus en détail

REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE HONNEUR FRATERNITE JUSTICE INSPECTION GENERALE D'ÉTAT TERMES DE REFERENCE

REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE HONNEUR FRATERNITE JUSTICE INSPECTION GENERALE D'ÉTAT TERMES DE REFERENCE REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE HONNEUR FRATERNITE JUSTICE INSPECTION GENERALE D'ÉTAT TERMES DE REFERENCE POUR LA MISE EN PLACE D UN SYSTEME DE GESTION DES MISSIONS DE L IGE Liste des abréviations IGE

Plus en détail

NOTE D INFORMATION 2008/06 du 26 mai 2008 DELAIS ET CONSERVATION DES PIECES JUSTIFICATIVES RAPPEL

NOTE D INFORMATION 2008/06 du 26 mai 2008 DELAIS ET CONSERVATION DES PIECES JUSTIFICATIVES RAPPEL NOTE D INFORMATION 2008/06 du 26 mai 2008 DELAIS ET CONSERVATION DES PIECES JUSTIFICATIVES RAPPEL 1) Les pièces justificatives doivent être conservées pendant dix ans (C. com. Art. l 123-22). Quels sont

Plus en détail

Les Ateliers Info Tonic

Les Ateliers Info Tonic Les Ateliers Info Tonic La dématérialisation des processus documentaires Mardi 9 octobre 2012 8h30-10h30 Grand Salon La Gestion Electronique de l Information et des Documents d Entreprise Environnement

Plus en détail

La gestion électronique de l information et des documents entreprise. Présentation

La gestion électronique de l information et des documents entreprise. Présentation FAVRE Consuting Ingénierie des Systèmes d Information La gestion électronique de l information et des documents entreprise Dossier réalisé en novembre 2014 Version 1 Références GF/100110 V2 FAVRE Consulting

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée contributive : La société face à la métamorphose numérique Junior ESSEC 04/02/2015

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée contributive : La société face à la métamorphose numérique Junior ESSEC 04/02/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 4ème journée Compte-rendu de l atelier 7 : «Justice et numérique» Thème de la journée contributive : La société face à

Plus en détail

Gestion electronique de document

Gestion electronique de document Gestion electronique de document Gestion electronique de document (GED) Introduction La gestion électronique de documents (GED) permet de remplacer des "documents papier" par leur forme "électroniques".

Plus en détail

MINISTERE DE L HABITAT, DE L URBANISME ET DE LA POLITIQUE DE LA VILLE

MINISTERE DE L HABITAT, DE L URBANISME ET DE LA POLITIQUE DE LA VILLE MINISTERE DE L HABITAT, DE L URBANISME ET DE LA POLITIQUE DE LA VILLE JOURNEE PORTES OUVETRES Jeudi 27 septembre 2012 DEMATERIALISATION DES ARCHIVES Pour un meilleur accès à l information 1 PLAN Archivage

Plus en détail

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC Garantir une organisation performante pour satisfaire ses clients et ses partenaires, telle est la finalité d une certification «qualité». On dénombre de nombreux référentiels dont le plus connu et le

Plus en détail

La présentation qui suit respecte la charte graphique de l entreprise GMF

La présentation qui suit respecte la charte graphique de l entreprise GMF La présentation qui suit respecte la charte graphique de l entreprise GMF Approche du Groupe GMF Besoins d archivage de la messagerie d entreprise Introduction Présentation du Groupe GMF Secteur : assurance

Plus en détail

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC Lorraine Garantir une organisation performante pour satisfaire ses clients et ses partenaires, telle est la finalité d une certification «qualité». On dénombre de nombreux

Plus en détail

Archivage des e-mails : présentation à l'intention des décideurs

Archivage des e-mails : présentation à l'intention des décideurs Archivage des e-mails : présentation à l'intention des décideurs La mise en œuvre d'une solution d archivage d e-mails peut apporter de nombreux avantages, tant sur le plan juridique et technique que financier,

Plus en détail

Le contrôle fiscal informatisé PAROLE D EXPERTS. De la contrainte règlementaire à la création de valeur par la maîtrise des processus de l entreprise

Le contrôle fiscal informatisé PAROLE D EXPERTS. De la contrainte règlementaire à la création de valeur par la maîtrise des processus de l entreprise Le contrôle fiscal informatisé PAROLE D EXPERTS De la contrainte règlementaire à la création de valeur par la maîtrise des processus de l entreprise UN SUJET NOUVEAU? Les premières dispositions légales

Plus en détail

Les temps changent! Tout fout le camp? La conservation à l'ère du numérique

Les temps changent! Tout fout le camp? La conservation à l'ère du numérique Les temps changent! Tout fout le camp? La conservation à l'ère du numérique Textes exposés Partie 2 : Thèmes THÈME PAGE ÉVALUATION 2 LE PLAN DE CLASSEMENT 2 LE CALENDRIER DE CONSERVATION 2 LE VERSEMENT

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION

PROGRAMME DE FORMATION F-5.04 : METHODOLOGIE D UN PROJET DE DEMATERIALISATION ET D ARCHIVAGE ELECTRONIQUE, APPLICATION AUX MAILS /// Objectifs pédagogiques Apporter aux participants les informations essentielles pour aborder

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Compte-rendu de l atelier 5 : Souveraineté numérique

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Compte-rendu de l atelier 5 : Souveraineté numérique JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 3ème journée Compte-rendu de l atelier 5 : Souveraineté numérique Thème de la journée contributive : Transformation numérique

Plus en détail

Solutions d archivage d e-mails Gamme FileNet Software Capitalisez pleinement sur vos investissements existants en matière de gestion des e-mails

Solutions d archivage d e-mails Gamme FileNet Software Capitalisez pleinement sur vos investissements existants en matière de gestion des e-mails Minimisation des risques liés aux e-mails, conformité et reconnaissance Solutions d archivage d e-mails Gamme FileNet Software Capitalisez pleinement sur vos investissements existants en matière de gestion

Plus en détail

«Une approche globale de la protection des données à caractère personnel dans l'union européenne» Contribution du Groupe Carrefour - Janvier 2011

«Une approche globale de la protection des données à caractère personnel dans l'union européenne» Contribution du Groupe Carrefour - Janvier 2011 «Une approche globale de la protection des données à caractère personnel dans l'union européenne» Contribution du Groupe Carrefour - Janvier 2011 Numéro au registre des représentants d intérêts : 2921139621-18

Plus en détail

Glossaire. Arborescence : structure hiérarchisée et logique qui permet d organiser les données dans un système informatique.

Glossaire. Arborescence : structure hiérarchisée et logique qui permet d organiser les données dans un système informatique. Cadre législatif et règlementaire Code du patrimoine Code général des collectivités territoriales. Décret n 79-1037 du 3 décembre 1979 modifié relatif à la compétence des services d publics et à la coopération

Plus en détail

Nos formations sont conçues pour vous permettre de gagner en autonomie sur ces thématiques au coeur de votre quotidien :

Nos formations sont conçues pour vous permettre de gagner en autonomie sur ces thématiques au coeur de votre quotidien : Nouvelles technologies, nouvelles pratiques, nouvelles normes dans un environnement de plus en plus complexe, se former pour maîtriser les concepts clés de l archivage physique, numérique et de la dématérialisation

Plus en détail

Depuis 1537, nous pensons que préserver notre patrimoine intellectuel et culturel est vital.

Depuis 1537, nous pensons que préserver notre patrimoine intellectuel et culturel est vital. Depuis 1537, nous pensons que préserver notre patrimoine intellectuel et culturel est vital. Le service d Archivage numérique de la Bibliothèque nationale de France 1. Les enjeux 2. Le système SPAR 3.

Plus en détail

Dossier de presse L'archivage électronique

Dossier de presse L'archivage électronique Dossier de presse L'archivage électronique Préambule Le développement massif des nouvelles technologies de l information et de la communication (TIC) a introduit une dimension nouvelle dans la gestion

Plus en détail

Conservation des bulletins de salaire. L approche du Groupe Total

Conservation des bulletins de salaire. L approche du Groupe Total Conservation des bulletins de salaire L approche du Groupe Total DRHC/DS/DORS/DOM/ARM Service Archives et Records Management Contexte 2 - DRHC/DS/DORS/DOM/ARM 1 Contexte Ressources Humaines Système d Information

Plus en détail

Solutions logicielles d'archivage répondant à des contraintes légales et réglementaires. 2009 IBM Corporation

Solutions logicielles d'archivage répondant à des contraintes légales et réglementaires. 2009 IBM Corporation Solutions logicielles d'archivage répondant à des contraintes légales et réglementaires. IBM SWG IM-ECM 2009 Nicolas Coscino Agenda (45mn) Stratégie IBM : SWG Information On Demand. Enjeux, normes et standards.

Plus en détail

Premier arrêt de la Cour de Cassation sur la preuve électronique Cour de Cassation, Civ. 2, 4 décembre 2008 (pourvoi n 07-17622)

Premier arrêt de la Cour de Cassation sur la preuve électronique Cour de Cassation, Civ. 2, 4 décembre 2008 (pourvoi n 07-17622) Page 1 Premier arrêt de la Cour de Cassation sur la preuve électronique Cour de Cassation, Civ. 2, 4 décembre 2008 (pourvoi n 07-17622) Le 15 février 2009 - Résumé - L arrêt rendu par la deuxième chambre

Plus en détail

VALEUR JURIDIQUE DES ECRITS SUR SUPPORT ELECTRONIQUE

VALEUR JURIDIQUE DES ECRITS SUR SUPPORT ELECTRONIQUE VALEUR JURIDIQUE DES ECRITS SUR SUPPORT ELECTRONIQUE 14/11/2008 L écrit est associé depuis des siècles à son support, le papier. Le développement des nouvelles technologies de l information et de la communication

Plus en détail

Dématérialisation du courrier: à éviter

Dématérialisation du courrier: à éviter Dématérialisation du courrier: idées reçues et pièges à éviter Jean-Marc Rietsch Expert en archivage électronique Chargé de cours à Mines ParisTech Président de FEDISA (Fédération Européenne de l ILM du

Plus en détail

Jean-Marc Rietsch, PCI DSS Roadshow Paris juillet 2013 1

Jean-Marc Rietsch, PCI DSS Roadshow Paris juillet 2013 1 Dématique*, stockage, archivage gouvernance! Jean-Marc Rietsch, Ingénieur Civil des Mines Expert en dématique et archivage électronique Chargé de cours à Mines ParisTech Président de FEDISA (Fédération

Plus en détail

Les ressources numériques

Les ressources numériques Les ressources numériques Les ressources numériques sont diverses et regroupent entre autres, les applications, les bases de données et les infrastructures informatiques. C est un ensemble de ressources

Plus en détail

Le patrimoine numérique : vers une meilleure conservation de notre mémoire?

Le patrimoine numérique : vers une meilleure conservation de notre mémoire? Le patrimoine numérique : vers une meilleure conservation de notre mémoire? Publié le 16 mai 2005Tags : Management de l'information, Patrimoine numérique. Le numérique constitue une véritable révolution

Plus en détail

Université de Lausanne

Université de Lausanne Université de Lausanne Records management et archivage électronique : cadre normatif Page 2 Ce qui se conçoit bien s énonce clairement Nicolas Boileau Page 3 Table des matières Qu est- ce que le «records

Plus en détail

Cour d appel de Caen - 3ème chambre. Arrêt du 23 septembre 2011

Cour d appel de Caen - 3ème chambre. Arrêt du 23 septembre 2011 Cour d appel de Caen - 3ème chambre Arrêt du 23 septembre 2011 Société Benoist Girard c./ CHSCT et syndicat CFDT des salariés des industries de la métallurgie caennaise Décision déférée : Tribunal de grande

Plus en détail

Fahrenheit 2451 * Votre message vers le futur

Fahrenheit 2451 * Votre message vers le futur Fahrenheit 2451 * Votre message vers le futur www.fahrenheit2451.fr AvecleprojetFahrenheit2451,lessociétésArnanoetXYALIS,encollaborationavecla société Kolor, veulent sensibiliser le grand public sur le

Plus en détail

Guide pratique de la copropriété

Guide pratique de la copropriété ANCC Association Nationale de la Copropriété et des Copropriétaires 13 rue Littré 75006 PARIS Téléphone : 01.42.22.14.14 Télécopie : 01.42.22.69.69 Guide pratique de la copropriété Ce guide a été réalisé

Plus en détail

DESCRIPTION FONCTIONNELLE ET TECHNIQUE DE LA CHAÎNE HOMOLOGUEE CHAINE DE COLLECTE CC_ EEEUROTOLL_RAO3

DESCRIPTION FONCTIONNELLE ET TECHNIQUE DE LA CHAÎNE HOMOLOGUEE CHAINE DE COLLECTE CC_ EEEUROTOLL_RAO3 DESCRIPTION FONCTIONNELLE ET TECHNIQUE DE LA CHAÎNE HOMOLOGUEE CHAINE DE COLLECTE CC_ EEEUROTOLL_RAO3 Version de la chaîne : [EESIEMENS 1.3.4].[PROXYSIEMENS 1.6.1].[LAC 1.38].[SCOL 0.25.100].[Map CAT_RT_27092013_V01].[ARCH

Plus en détail

Présentation du cadre technique de mise en œuvre d un Service d Archivage Electronique

Présentation du cadre technique de mise en œuvre d un Service d Archivage Electronique Présentation du cadre technique de mise en œuvre d un Service d Archivage Electronique Isabelle GIBAUD Consultante au Syndicat Interhospitalier de Bretagne Co-chair vendor IHE-FRANCE Sommaire 1 Périmètre

Plus en détail

Consultation de la CNIL. Relative au droit à l oubli numérique. Contribution du MEDEF

Consultation de la CNIL. Relative au droit à l oubli numérique. Contribution du MEDEF Consultation de la CNIL Relative au droit à l oubli numérique Contribution du MEDEF 2 Réflexions de la CNIL sur le droit à l oubli numérique Les origines du droit à l oubli numérique Réaffirmée par les

Plus en détail

La baisse des coûts liés au

La baisse des coûts liés au AVIS D EXPERT Paris, le 27 mai 2013 ILM (Information Lifecycle Management) : comment garantir la disponibilité des données à l heure du Big Data conformément aux exigences règlementaires tout en réduisant

Plus en détail

(Document adopté par la Commission le 19 janvier 2006)

(Document adopté par la Commission le 19 janvier 2006) Bilan de l application de la recommandation de la Commission nationale de l informatique et des libertés du 29 novembre 2001 sur la diffusion de données personnelles sur Internet par les banques de données

Plus en détail

Archivage électronique sécurisé MÉMENTO. Version du 16 mai 2006

Archivage électronique sécurisé MÉMENTO. Version du 16 mai 2006 PREMIER MINISTRE Secrétariat général de la défense nationale Direction centrale de la sécurité des systèmes d information Sous-direction des opérations Bureau conseil Archivage électronique sécurisé MÉMENTO

Plus en détail

L EXPERIENCE TUNISIENNE EN MATIERE D ADMINISTRATION ELECTRONIQUE. Mexico city, novembre 2003

L EXPERIENCE TUNISIENNE EN MATIERE D ADMINISTRATION ELECTRONIQUE. Mexico city, novembre 2003 L EXPERIENCE TUNISIENNE EN MATIERE D ADMINISTRATION ELECTRONIQUE Mexico city, novembre 2003 PLAN 1- Les Préalables 2- Les applications en INTRANET 3- Le développement de l infrastructure 4- Les Grands

Plus en détail

1 - Plus de bobines film à charger ou décharger, cela libère un poste de travail

1 - Plus de bobines film à charger ou décharger, cela libère un poste de travail La Ficam a édité en partenariat avec la CST un document visant à énoncer un certain nombre de bonnes pratiques concernant la sécurisation et la conservation des rushes lorsqu'on tourne une oeuvre à l'aide

Plus en détail

Le modèle européen MoReq mars 2001

Le modèle européen MoReq mars 2001 Le modèle européen MoReq mars 2001 présentation de la version française Marie-Anne Chabin Réunion PIN 01/09/04 1 Model Requirements for the Management of Electronic Records Modèle d exigences pour l organisation

Plus en détail

Les enjeux du stockage de masse sur bande vidéo

Les enjeux du stockage de masse sur bande vidéo Les enjeux du stockage de masse sur bande vidéo et les alternatives 15 mars 2006 1 Rappels sur le travail d archivage Des procédures définies par les organisations internationales Procédures identiques

Plus en détail

Dématérialisation et document numérique (source APROGED)

Dématérialisation et document numérique (source APROGED) Dématérialisation et document numérique (source APROGED) La dématérialisation se répand très rapidement dans tous les domaines d'activités. Depuis l'origine, le concept de dématérialisation repose sur

Plus en détail

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Ce document vous est offert par la Banque Carrefour de la sécurité sociale. Il peut être diffusé librement, à condition de mentionner la source et l URL Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Chaussée

Plus en détail

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE Ministère de la Communauté française Administration générale de l enseignement et de la

Plus en détail

Le premier bilan de la médiation bancaire

Le premier bilan de la médiation bancaire Depuis plusieurs années, certains établissements avaient désigné, de leur propre initiative, des médiateurs pour régler les différends avec leur clientèle. La médiation bancaire, qui a été généralisée

Plus en détail

Paris, le 3 septembre 2009

Paris, le 3 septembre 2009 Sophie Martinet Société d Avocat inscrite au barreau de Paris 73, bd de Clichy - 75009 Paris Tel :01 48 74 52 61 - fax : 01 53 01 38 19 Palais : J 125 sophie.martinet@cassiopee-avocats.fr Paris, le 3 septembre

Plus en détail

L archivage pérenne des documents numériques

L archivage pérenne des documents numériques L archivage pérenne des documents numériques Introduction Il est tout d abord essentiel de bien s accorder sur le sens des mots. Dans le contexte informatique, le terme «archivage» recouvre aujourd hui

Plus en détail

V1.0 du 16/03/15 Par JL ERCOLANI. Guide de visite. m aarch R m

V1.0 du 16/03/15 Par JL ERCOLANI. Guide de visite. m aarch R m V1.0 du 16/03/15 Par JL ERCOLANI Sommaire 1 INTRODUCTION...3 2 UN PETIT TOUR DANS L'ADMINISTRATION...4 2.1 UTILISATEURS, 2.2 GESTION GROUPES ET ORGANISATIONS... 4 DU STOCKAGE... 7 2.3 PROFILS D'ARCHIVAGE...

Plus en détail

la Facture électronique mes premiers pas

la Facture électronique mes premiers pas b X la Facture électronique mes premiers pas 2 e SOMMAIRE INTRODUCTION Pourquoi émettre des factures?... 5 Pourquoi passer à l électronique?... 6 Etape 1 La facture électronique : qu est-ce que c est?

Plus en détail

la Facture électronique mes premiers pas

la Facture électronique mes premiers pas b e X la Facture électronique SOMMAIRE INTRODUCTION Pourquoi émettre des factures?... 5 Pourquoi passer à l électronique?... 6 Etape 1 : qu est-ce que c est? 8 Définition... 8 Modes d échange... 8 Etape

Plus en détail

DESCRIPTION FONCTIONNELLE ET TECHNIQUE DE LA CHAÎNE HOMOLOGUEE CHAINE DE COLLECTE CC_EEAXXES_RAO3

DESCRIPTION FONCTIONNELLE ET TECHNIQUE DE LA CHAÎNE HOMOLOGUEE CHAINE DE COLLECTE CC_EEAXXES_RAO3 DESCRIPTION FONCTIONNELLE ET TECHNIQUE DE LA CHAÎNE HOMOLOGUEE CHAINE DE COLLECTE CC_EEAXXES_RAO3 Version de la chaîne : [EEKAPSCH 1.11.10].[PROXYAXXES 1.00].[LAC 1.38].[SCOL 0.25.100].[Map CAT_RT_27092013_V01].[ARCH

Plus en détail

LA DEFINITION DES COMPETENCES : QUEL ROLE POUR LES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES?

LA DEFINITION DES COMPETENCES : QUEL ROLE POUR LES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES? LA DEFINITION DES COMPETENCES : QUEL ROLE POUR LES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES? INTRODUCTION Depuis quelques années, un certain nombre d évolutions à la fois sociétales et professionnelles nous poussent,

Plus en détail

TABLE RONDE N 4 : ACCELERER LE RETOUR DE LA CROISSANCE PAR L INVESTISSEMENT

TABLE RONDE N 4 : ACCELERER LE RETOUR DE LA CROISSANCE PAR L INVESTISSEMENT Juillet 2014 TABLE RONDE N 4 : ACCELERER LE RETOUR DE LA CROISSANCE PAR L INVESTISSEMENT La table ronde n 4 présidée par Arnaud MONTEBOURG travaillera sur les moyens d accélérer le retour de croissance

Plus en détail

Sage 100 Suite Comptable et Financière : la clé de l équilibre

Sage 100 Suite Comptable et Financière : la clé de l équilibre 6 7 Gestion quotidienne performante Pilotage et analyse Automatisation des processus Sage 100 Suite Comptable et Financière : la clé de l équilibre Centre névralgique de l entreprise, le système comptable

Plus en détail

EXCHANGE 2010 VS ARCHIVAGE

EXCHANGE 2010 VS ARCHIVAGE EXCHANGE 2010 VS ARCHIVAGE OPTRIUM SAS www.optrium.fr 171 avenue Georges Clémenceau 92000 Nanterre Tel. : 01 55 17 35 00 Fax : 01 47 29 84 81 Capital de 151 625-477 909 493 00025 RCS Nanterre TVA : FR

Plus en détail

Pour des collections numériques durables

Pour des collections numériques durables Pour des collections numériques durables L archivage Larchivage des documentsnumériques numériques Alain Boucher Directeur de la numérisation Bibliothèque et Archives nationales du Québec Stage pratique

Plus en détail

Rapport de la commission sur l organisation du marché de l électricité présidée par Paul Champsaur Observations de la FNCCR

Rapport de la commission sur l organisation du marché de l électricité présidée par Paul Champsaur Observations de la FNCCR Rapport de la commission sur l organisation du marché de l électricité présidée par Paul Champsaur Observations de la FNCCR Le rapport de la commission Champsaur préconise le maintien, à l aval du système

Plus en détail

La gestion globale des contenus d entreprise

La gestion globale des contenus d entreprise Gonzague Chastenet de Géry La gestion globale des contenus d entreprise Le projet ECM, une nouvelle approche de la gestion de l information é d i t i o n s Les Editions de l ADBS publient des ouvrages

Plus en détail

L ENQUETE DE SATISFACTION 2007 AUPRES DES EMPLOYEURS

L ENQUETE DE SATISFACTION 2007 AUPRES DES EMPLOYEURS L ENQUETE DE SATISFACTION 2007 AUPRES DES EMPLOYEURS L ACOSS, caisse nationale des Urssaf, vous a interrogé en 2007 afin d évaluer la qualité de service de la branche du recouvrement. Retour sur l enquête

Plus en détail

EXTERNALISATION DE LA CONSERVATION DES ARCHIVES PUBLIQUES INTERMÉDIAIRES SUR SUPPORT NUMÉRIQUE : un panorama des coûts?

EXTERNALISATION DE LA CONSERVATION DES ARCHIVES PUBLIQUES INTERMÉDIAIRES SUR SUPPORT NUMÉRIQUE : un panorama des coûts? Service interministériel des Archives de France Sous-direction de la politique interministérielle et territoriale pour les archives traditionnelles et numériques EXTERNALISATION DE LA CONSERVATION DES

Plus en détail

Les Tiers de Confiance

Les Tiers de Confiance ANR LISE - ADIJ Preuve informatique : quelles nouveautés techniques pour quelles évolutions juridiques? Bibliothèque de l Ordre, Paris, 8 décembre 2011 Les Tiers de Confiance Eric A. CAPRIOLI Avocat à

Plus en détail

Système d'information Page 1 / 7

Système d'information Page 1 / 7 Système d'information Page 1 / 7 Sommaire 1 Définition... 1 2 Fonctions du système d information... 4 2.1 Recueil de l information... 4 2.2 Mémorisation de l information... 4 2.3 Traitement de l information...

Plus en détail

CONTRAT D INTERCHANGE EDI

CONTRAT D INTERCHANGE EDI CLUB INFORMATIQUE DES GRANDES ENTREPRISES FRANCAISES 21, avenue de Messine - 75008 PARIS Tél. : 01 56 59 70 00 - Fax : 01 56 59 70 01 http://www.cigref.fr cigref@cigref.fr CONTRAT D INTERCHANGE EDI Janvier

Plus en détail

Proposition de décret relatif à l instauration d un examen d entrée en médecine et en sciences dentaires

Proposition de décret relatif à l instauration d un examen d entrée en médecine et en sciences dentaires Proposition de décret relatif à l instauration d un examen d entrée en médecine et en sciences dentaires déposée par M. J.BROTCHI, Mme F. BERTIEAUX et M. O. MAROY 1 Résumé: En Fédération Wallonie-Bruxelles,

Plus en détail

Sage 100 Suite Comptable et Financière : la clé de l équilibre

Sage 100 Suite Comptable et Financière : la clé de l équilibre 6 7 Gestion quotidienne performante Pilotage et analyse Automatisation des processus Sage 100 Suite Comptable et Financière : la clé de l équilibre Centre névralgique de l entreprise, le système comptable

Plus en détail

Arc r h c i h va v g a e g E lect c r t o r n o i n qu q e u à valeur probatoire

Arc r h c i h va v g a e g E lect c r t o r n o i n qu q e u à valeur probatoire Archivage Electronique à valeur probatoire Tiers archiveur Tiers de confiance.2 Visionnaire, la Caisse des Dépôts crée CDC Arkhinéo en 2001 avec pour mission la conservation à long terme des documents

Plus en détail