Au-delà de la "Gestion Électronique des Documents" le "Records Management"

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Au-delà de la "Gestion Électronique des Documents" le "Records Management""

Transcription

1 OPUS Conseils Le 26 Mars 2013 JL Au-delà de la "Gestion Électronique des Documents" le "Records Management" Bonnes Pratiques et Recommandations, par Jacques LERET INTRODUCTION Alors qu'afnor Services finit de mettre en place le Label NF461 qui permettra de délivrer des Certificats de Conformité aux Entreprises pour leurs Infrastructures d'archivage Électronique respectant la Norme NF Z42-013, il nous parait utile de rappeler les principes de la démarche de Records Management, les avantages et apports qu'elle procure, et lever quelques idées reçues à propos d'archivage à Valeur Probatoire. La méthodologie attachée au Records Management 1 (GDA), fournit le cadre général pour une démarche d'analyse et de mise en œuvre de la Dématérialisation, depuis les Flux Entrants jusqu'à l'archivage à Valeur Probatoire. Elle permet de structurer et d'organiser de manière simple et claire, les différentes étapes et phases de déploiement, ainsi que l'organisation nécessaire à la gestion quotidienne des informations au profit des Activités Métiers. Les Bonnes Pratiques que nous délivrons dans ce Guide apportent des réponses très concrètes et très pratiques aux questions qui se posent aux Entreprises pour intégrer la Dématérialisation des Documents dans les S.I. 2 : les analyses préalables qu'il est nécessaire d'effectuer, les Activités qu'il faut impliquer pour mettre en place de nouvelles pratiques, les éléments d'architectures fonctionnelles et techniques à implanter, avec pour objectifs, l'efficacité des Activités et du S.I., la Conformité en matière documentaire. Les dernières études de marché sur l'archivage des Contenus Électroniques 3 montrent en particulier que 77% des décideurs interrogés attendent en premier lieu un accompagnement pour la Mise en Œuvre des nouvelles pratiques documentaires. 1 L'expression anglo-saxonne "Records Management" est traduite par "Gestion des Documents d'activités" ou "GDA". 2 S.I. Système d'informations.3 MARKESS International REFERENTIEL DE PRATIQUES OPUSConseils_BonnesPratiquesDocumentaires_31Mars2013JL.docx Page 1 / 9

2 RÉSUMÉ OPÉRATIONNEL 4 : Par Jacques LERET, DG d'opus Conseils Tel : Les principes du Records Management ont été introduits par la norme ISO en Ils sont développés aujourd'hui au travers de la série de normes ISO 30.30X concernant la Gestion des Documents d'activités (GDA). Les principes du Records Management reposent sur le constat que les Activités Métiers nécessitent, utilisent et produisent des documents. Ces documents alimentent et/ou tracent les processus, les procédures, les opérations qui ont été effectués. De ce fait, en accordant une très haute attention à la gestion de ces Documents d'activité 5, en termes de cycle de vie, de disponibilité, de protection, de conservation, de valeur probante, on s'assure d'une vision globale historique et pérenne dans le temps, des Activités de l'entreprise. Démarche similaire au principe de "Traçabilité" de l'assurance Qualité 6 ou de la "Compliance" anglo-saxonne développée suite aux différents scandales financiers révélés aux USA, débuts des années 2000, tels ceux d'enron et de Worldcom. Les principes du Records Management conduisent à mettre en place conjointement une Organisation GDA et une Infrastructure GED/SAE 7 : Une Organisation GDA pour assurer la Maîtrise d'ouvrage transversale et consolidée des besoins des Activités et des Exigences en termes de "Gestion des Documents d'activité" ou "GDA" 8. L'une des principales missions du groupe GDA sera de constituer le Référentiel Documentaire, qui doit regrouper les dictionnaires des Activités, des Typologies de Documents, des Cycles de Vie et des Exigences Légales et Règlementaires, partagé avec l'ensemble des composants du SI. Une Infrastructure Fonctionnelle et Technique GED/SAE pour couvrir l'ensemble des besoins opérationnels associés à la Gestion du Cycle de Vie des Documents et qui devra être conforme au Label NF461, pour sa partie Archivage Électronique. Cette infrastructure sera constituée : d'un Référentiel Documentaire, d'un Socle GED, du Dispositif d'archivage et de l'ensemble des procédures d'exploitation tels que le Label NF 461 l'exige. Les impacts d'une mise en œuvre d'une telle démarche sont importants, dans la mesure où ce sont l'ensemble des pratiques et des processus documentaires traditionnels qui sont visés avec des gains opérationnels directement liés à la suppression des tâches à faible valeur ajoutées. << Ces évolutions représentent des opportunités de gains plus importants, que ceux obtenus dans les années 80-90, avec le déploiement massif des ERP dans les Entreprises. >> (Debra Logan9). 4 "Executive Summary" pour les Anglo-Saxons 5 "Documents d'activité" est la traduction retenue pour "Records" une autre traduction est "Documents Engageants" 6 D où est tiré le terme de "Records" similaires aux "Enregistrements Qualité" qui tracent les opérations et les contrôles effectués. 7 GED pour "Gestion Électronique des Documents" SAE pour "Système d'archivage Électronique" 8 GDA pour "Gestion des Documents et des Archives" 9 Gartner Group, Oct << What is Information Governance? And Why is it So Hard? >> OPUSCONSEILS_BONNESPRATIQUESDOCUMENTAIRES_31MARS2013JL.DOCX Page 2 / 9

3 SOMMAIRE 1. Lever quelques idées reçues... 4 << La Valeur Probatoire des Archives est liée à la nature des Supports de Conservation >>... 4 << L'Archivage Électronique n'est pas une obligation >>... 4 << L'Archivage Électronique à Valeur Probatoire ne concerne que les seuls "Écrits Électroniques" >>.. 4 << Les Contextes Juridique et Normatif de l'archivage Électronique sont complexes et inapplicable. >>5 << La Valeur Probatoire des Archives Électronique nécessite le recours aux Tiers Archiveurs >> Quatre Recommandations essentielles pour la GDA... 7 La Constitution du "Groupe GDA"... 7 L'Analyse et l'inventaire des Activités et des Fonds Documentaires... 7 La Constitution d'un Référentiel Documentaire... 7 Architecture pour une Infrastructure Fonctionnelle et Techniques GED/SAE Schéma en Y Conclusion : de l'adaptation des S.I. à la GDA... 9 Les chapitres qui suivent se proposent de rappeler les Bonnes Pratiques pour la conduite et la mise en œuvre de la "Gestion des Documents d'activité", avec d'une part, l'organisation d'une MOA transverse et d'autre part, l'adaptation des infrastructures des SI aux principes du "Records Management". OPUSCONSEILS_BONNESPRATIQUESDOCUMENTAIRES_31MARS2013JL.DOCX Page 3 / 9

4 1. LEVER QUELQUES IDÉES REÇUES << La Valeur Probatoire des Archives est liée à la nature des Supports de Conservation >> Non, la valeur probatoire n'est pas attachée à la nature du support, plus depuis le 13 Mars La loi du 13 Mars 2000 a consacré une "Valeur Probante" aux "Écrits", quel que soit leur support 10. Ainsi, seules les conditions d'élaboration et de conservation des documents sont retenues pour juger de leur recevabilité d'un document et de sa Valeur Probatoire. D'un point de vue juridique, la modification du code civil par la loi du 13 mars 2000 a consacré une totale indépendance entre la valeur probante d'une archive et le support sur lequel elle est conservée. La "Valeur Probatoire" d'un document est définie et acquise à la création du document et en fonction de sa nature. Selon qu'il s'agit : d'un écrit électronique, d'un original électronique, d'une copie numérique, sa valeur probatoire sera différente 11. Pendant toute la période de conservation, il convient de garantir la pérennité et l'intégrité du document par tous les moyens possibles, afin de préserver sa valeur probatoire originelle. La Norme NF Z et le Label NF461 ont pris en considération les évolutions technologiques en matière de supports de conservation des Archives. Initialement limitée aux supports "Worm Physiques", en 1999, la norme recommande d'adapter les mécanismes de sécurisation des archives en fonction de leur nature et des supports utilisées, pour préserver leur valeur probatoire. En effet, la pérennité et l'intégrité des Archives Électroniques ne peuvent plus être recherchées uniquement à travers un type de support 13, mais par un ensemble de procédés de sécurisation des containers d'archives qui pourront ainsi être placés indifféremment sur différents supports, ceux les mieux adaptés en matière de volumétrie, de disponibilité, de coûts. De ce fait, les questions opérationnelles pour la collecte, la gestion et l'administration des Archives doivent être traitées en totale indépendance des questions relatives aux moyens et supports de conservation des Archives. Tous ces éléments nécessitent et justifient la production d'archives électroniques dès lors que l'information est à l'origine électronique, ce qui est le cas pour 99,99% des informations. C'est une obligation d'autant plus grande que les entreprises produisent depuis longtemps des documents "originaux électroniques", en grande quantité, qu'elles devraient en toute rigueur archiver en tant que tels. Or, ce sont le plus souvent les "copies papiers" de ces "originaux électroniques" qui sont conservées, quand elles le sont effectivement. En matière d'archivage Électronique, les entreprises sont donc aujourd'hui confrontées à une "double obligation" : Celle de se préoccuper de l'archivage des documents électroniques existants et produits, pour lesquels aucun archivage légal ou règlementaire n est encore effectué, le plus souvent. Celle d'apurer leur S.I. des 80% d'informations inutilisées qui encombrent et ralentissent les applications et qui, en toute rigueur, constituent une bonne partie des documents à archiver. Les justifications pour lancer un projet d'archivage Électronique sont donc claires : des obligations légales et réglementaires non respectées, une masse importante de documents immédiatement concernés, des gains opérationnels. << L'Archivage Électronique à Valeur Probatoire ne concerne que les seuls "Écrits Électroniques" >> Non. Le droit de la preuve définit une hiérarchie des preuves. Tout document peut être une preuve, mais sa valeur probatoire dépendra de la recevabilité que le juge accordera à cette pièce selon le droit de la preuve et le régime du droit concerné. Un "Écrit Électronique" est par définition associé à un Acte Juridique. L'écrit recueille et trace le consentement mutuel des parties qui l'ont signé. La preuve d'un acte juridique requiert une preuve parfaite. L'écrit qu'il soit papier ou électronique est une preuve parfaite. << L'Archivage Électronique n'est pas une obligation >> Faux. En cas de litiges et de contentieux, les preuves apportées devant les juges doivent être "recevables" par lui. Elles doivent constituer des pièces (écrits, témoignages, ) qui permettent sans contestations possibles d'identifier : le contenu, l'origine, la date de production, de qui elles émanent, voire d'être une copie conforme du document qui a été délivré initialement. 10 << ( ), sous réserve que puisse être dûment identifiée la personne dont il émane et qu il soit établi et conservé dans des conditions de nature à en garantir l intégrité. >> Art du Code Civil. 11 Selon le droit de la preuve : "preuve parfaite", "preuve imparfaite", "commencement de preuve", "copie fidèle et durable", 12 Dans sa version de Mars Aucun support informatique ne peut prétendre garantir une pérennité audelà de quelques années. La loi du 13 mars 2000 a modifié le Code Civil pour reconnaitre la même valeur probante aux écrits qu'ils soient papier ou électroniques. À partir de cette évolution, l'ensemble des autres textes et règlementations ont été adaptés afin de prendre en compte tous les cas et toutes les situations ; en particulier, les documents autres que les "écrits", les originaux électroniques, les copies numériques, les actes authentiques, Les définitions des Cycles de Vie et des Exigences Archivistiques, qui constituent le Référentiel Documentaire, doivent traiter la globalité des types et natures de documents et donc aussi bien les "écrits électroniques", que les "copies fidèles et durables" (issues des flux entrants papier), les "commencements de preuve" (documents produits en interne, à destination des clients, flux sortants). Pour ces derniers, la signature électronique n'est pas requise, mais d'un point de vue juridique, tous ces flux OPUSCONSEILS_BONNESPRATIQUESDOCUMENTAIRES_31MARS2013JL.DOCX Page 4 / 9

5 constituent des preuves, pour lesquels le dispositif d'archivage doit assurer la préservation. L'archivage électronique est donc explicitement et majoritairement à vocation probatoire et ne cible pas seulement les écrits électroniques mais aussi la masse très importante des fonds documentaires constitués des originaux ayant également une valeur probatoire comme les flux sortants, les éléments de comptabilité informatisée 14, voire les copies numériques des flux entrants. << Les Contextes Juridique et Normatif de l'archivage Électronique sont complexes et inapplicable. >> Faux. La législation depuis 2000 a été notablement modifiée pour s'adapter aux impacts et conséquence de la Loi du 13 mars Plus de 10 dix après, ils restent peu de domaine ou la dématérialisation de l'information n'a pas été transposée dans les textes. loin d'être appliquées, pour définir les périmètres organisationnels et fonctionnels du SAE, avant même de se préoccuper des aspects techniques et informatiques, en particulier à cause d'une réflexion préalable communément absente. Pourtant, les étapes de la Norme RM ISO sont claires, et adressent, en premier, l'analyse des Activités et l'inventaire des Fonds Documentaire et des Exigences : Quels Documents sont produits par les Activités Métiers, Quelles exigences Opérationnelles sont attachées à ces fonds documentaires, Comment sont-ils produits et à partir de quelle Application sont-ils disponibles, Quelles Exigences Archivistiques y sont attachées, Quelles en sont les Valeurs Probantes originales, En revanche, de très nombreuses normes relèvent du domaine de la dématérialisation directement ou indirectement. Et il est difficile de les appréhender toutes. C'est la démarche et le rôle des Référentiels et des Labels de consolider ces exigences sous des formes compréhensibles et applicables. De nombreuses normes nationales et internationales ont vu le jour depuis 2000, sur des thèmes directement en relation avec la mise en œuvre des Dispositifs d'archivage Électronique et concernant, par exemple : les Métadonnées, les Fonctionnalités, les Méthodologies, certaines très techniques, d'autres très générales (ISO 30300). La liste de ces normes peut donner une impression de complexité et laisser craindre des difficultés pour la mise en œuvre d'un Système d'archivage Électronique. La réalité est différente. Aujourd'hui, 3 normes regroupent l'essentiel des concepts ISO RM 15489, ISO OAIS ISO et ISO (ex NF Z42-013). Elles couvrent respectivement chacune les aspects suivants : Méthodologie, Architecture Fonctionnelle, Exigences globales. Les aspects fonctionnels et techniques des recommandations des normes NF Z et OAIS ISO sont aujourd'hui repris et implémentés par la plupart des logiciels du marché. En revanche, en matière de méthodologie, les étapes de réalisation A à H exposées par la norme RM ISO sont 14 Ainsi que l'instruction "13 L-2-08 du 6 MARS 2008 CONTROLE DES COMPTABILITES INFORMATISEES" l'exige. La mise en place du Label NF461 par AFNOR Services, participe à la nécessaire diffusion des principes et des exigences en matière d'archivage Électronique. << La Valeur Probatoire des Archives Électronique nécessite le recours aux Tiers Archiveurs >> Faux. Contrairement aux Tiers de Confiance 15, les Tiers Archiveurs n'ont pas d'exclusivité sur la Valeur Probatoire des Archives. La Valeur Probatoire des archives n'est pas conditionnée par le fait que les Archives soient prises en charge par un Tiers Archiveur. Les méthodologies, les solutions, les techniques et les infrastructures informatiques nécessaires pour l'archivage électroniques sont à la portée des Entreprises. De plus, le Label NF 461 a justement pour objectif de permettre à toutes Entreprises de faire certifier son dispositif d'archivage. Comme pour les Archives Traditionnelles Papier, l externalisation des Archives Électroniques ne se justifiera que par les gains financiers qu elle peut apporter, sous réserve de prendre en compte et de comparer l'ensemble des coûts directs et indirects induits. 15 Les Tiers de Confiance, sont des organismes reconnus, contrôlés et certifiés par l'état, dont le rôle est de délivrer des "Certificats Numériques" et d'en garantir l'authenticité et la pérennité par rapport à la personne physique qu'il représente. OPUSCONSEILS_BONNESPRATIQUESDOCUMENTAIRES_31MARS2013JL.DOCX Page 5 / 9

6 D'autre part, l'externalisation des archives ne peut pas être totale. En effet, les Cycles de Vie des documents qui s'achèvent par les Archives, relèvent nécessairement de processus internes, d'une identification, d'un recensement, d'une collecte et d'un conditionnement interne 16. Seul le stockage des Archives constituées (dans des Containers), pourra utilement être externalisé, fournissant, par exemple, un niveau de sécurisation supplémentaire. Comme l'externalisation ne peut être totale, il restera toujours en interne à mettre en place, les mécanismes d'identification, d'authentification, de collecte, de traçabilité, d'affectation des profils d'archivage, jusqu'au versement dans le Système d'archivage Électronique. Or, cette partie est communément la plus difficile à mettre en œuvre, du fait de l'analyse préalable qu'elle suppose (inventaire des activités et des fonds), du nombre et de la variété des interlocuteurs, du champ d'intervention très large des Activités concernées (Direction/Services Métiers et Directions/Services Supports transversaux). Si les Tiers Archiveurs représentent des opportunités de services immédiats, toutes entreprises a la possibilité de constituer ses propres archives électroniques, avec beaucoup plus de facilité qu'elle ne pouvait le faire pour les archives traditionnelles qui exigent des locaux très spécifiques. L'archivage électronique est a la portée de toutes les entreprises. 16 Exactement similaire à ce qui est fait pour les archives papiers lorsqu'elles sont externalisées. OPUSCONSEILS_BONNESPRATIQUESDOCUMENTAIRES_31MARS2013JL.DOCX Page 6 / 9

7 2. QUATRE RECOMMANDATIONS ESSENTIELLES POUR LA GDA La mise en œuvre de la Gestion des Documents d'activité, justifie les quatre recommandations essentielles suivantes : La Constitution du Groupe GDA, L'Analyse et l'inventaire des Activités et des Fonds Documentaires La mise en œuvre d'un Référentiel Documentaire par le Groupe GDA, Une Infrastructure GDA pour la Gestion des Documents et l'archivage La Constitution du "Groupe GDA" La dématérialisation des documents implique le déploiement d'outils informatiques de type Gestion Électronique des Documents et Système d'archivage Électronique. Comme tous projets cela suppose une MOA (Maîtrise d'ouvrage) et un MOE (Maîtrise d'œuvre). La DSI prend en charge la Maîtrise d'œuvre. Le Groupe GDA a pour objectif de constituer la MOA des projets touchant aux Besoins Documentaires et aux Archives aussi bien traditionnels qu'électronique. Le Responsable GDA, ou Records Manager, regroupera autour de lui, les représentants des différentes Activités Métiers et des Services Supports (juridique) afin d'exprimer besoins documentaires communs et les contraintes opérationnelles, et au final, conduire les phases de déploiement. L'inventaire des Fonds Documentaires, des Cycles de Vie qui leur sont attachés, des Exigences légales et Règlementaires pour la conservation. De constituer le Référentiel Documentaire qui consolider l'ensemble des Typologies, des Responsabilités, et des Exigences opérationnelles. D'assurer la MOA des Infrastructures GED/Système d'archivage Électronique D'assurer l'exploitation au quotidien des moyens mis en œuvre pour la Gestion Électronique des Documents et des Archives Électroniques. faire place à une vraie gestion du "Cycle de Vie des Documents". Elles impliquent également un panel très large d'interlocuteurs : les MOA Métiers, Applications et Organisation, les MOE DSI, le Juridique ainsi que les personnes en charge des archives traditionnelles. L'inventaire doit porter sur : L identification des Fonds Documentaires qui sont produits et leurs Activités associées : Natures, Structures des fonds et, implicitement, les responsabilités impliquées. L identification des Niveaux d'exigences et des Niveaux de Services attachés à ces fonds : Exigences archivistiques, Valeur Probante des fonds, Mode d'utilisation et d'accès attendus. L identification des Applications productrices et/ou détentrices de ces Fonds leur forme, leur nature : Identification des documents, mécanismes de collecte, intégration avec la GED Répondre à ces 3 interrogations et dresser un inventaire complet sont les seules démarches possibles pour définir, en amont, le périmètre cible du Dispositif d'archivage Électronique, indépendamment des considérations techniques pouvant perturber l'analyse. Le résultat de cette analyse amont constitue une Expression des Besoins à la fois fonctionnelle et organisationnelle. L'Analyse et l'inventaire des Activités et des Fonds Documentaires Les tâches d'analyse préalables des Activités et des Fonds Documentaires sont essentielles à la réussite d'un projet d'archivage Électronique. Ce sont les phases A à C de la norme RM ISO Cette analyse conditionne en effet toutes les définitions et descriptions des mécanismes et des besoins qui justifient la mise en œuvre de la solution SAE informatique. Ces tâches sont particulièrement difficiles à conduire, ce qui explique qu'elles sont le plus souvent ignorées, car elles impliquent un travail d'inventaire, un diagnostic et une remise en cause importante des schémas retenus, afin de La Constitution d'un Référentiel Documentaire Le référentiel documentaire regroupe l'ensemble des données nécessaires et utiles aux applications métiers comme aux outils documentaires, afin de parler un même langage, de traiter les mêmes objets métiers, les mêmes types de documents, les mêmes flux, de respecter les règles de gestion, communes et partagées. Il revient au Groupe GDA en charge de la Gestion des Documents et des Archives, de définir et constituer ce référentiel, avec, en particulier : OPUSConseils_BonnesPratiquesDocumentaires_31Mars2013JL.docx Page 7 / 9

8 L'inventaire et l'identification des Fonds Documentaires Cette inventaire identifie et associe les fonds documentaires aux Activités et donc implicitement aux propriétaires, aux juridictions, aux droits attachés. Les Règles de gestion : Cycles de Vie et les Exigences légales et règlementaires de conservation Les règles de gestion sont attachées aux Typologies et aux Natures. Elles définissent tout au long du cycle de vie, les évènements, les étapes des différentes phases et leurs durées. Les Typologies et Natures des Documents Les typologies et natures servent de référence pour appliquer les règles de gestion des cycles de vie et des exigences de conservation. Les Profils d'archivage Les profils d'archivage décrivent les étapes attachées strictement aux archives. Ces informations seront directement applicables par le Système d'archivage Électronique. Architecture pour une Infrastructure Fonctionnelle et Techniques GED/SAE Schéma en Y L'architecture fonctionnelle et technique cible, pour répondre aux besoins GED/SAE, doit respecter les 4 niveaux opérationnels, fonctionnels et techniques suivants : (1) le niveau Référentiel et le Pilotage de la GDA (2) le niveau de la production documentaire et des processus de collecte, de production, de circulation des documents côtés Activités et Applications Métiers (3) le niveau des ressources transversales pour la Gestion des Documents et des Archives (4) le niveau des Infrastructures de stockage dédiées, aux Documents et aux Archives Par ailleurs, il convient de distinguer les périmètres fonctionnels GED et SAE : Le socle GED ne doit répondre qu'aux seuls besoins opérationnels, quotidiens des gestionnaires et des Applications Métiers, pour délivrer les documents dans les meilleures conditions En revanche, le dispositif SAE ne doit répondre qu'aux seuls besoins archivistiques (à valeur probante ou non) archives courantes, intermédiaires et définitives. Cette distinction fondamentale des périmètres GED et SAE est la seule manière d'appliquer les principes du "Records Management" les moyens GED relèvent de la même criticité que ceux affectés aux applications métiers (disponibilité, redondance), alors que pour les moyens SAE seules les exigences du Records Management et du Label NF 461 s'appliquent. Cette distinction des périmètres fonctionnels conduit naturellement au "Schéma en Y", pour une alimentation en parallèle du SAE et de la GED, à partir des sources internes ou externes des documents. Le "Schéma en Y" entérine la distinction GED/SAE de la manière suivante : La durée de vie des documents dans la GED sera limitée à la durée d'usage courant, ceci afin de répondre de "manière raisonnable" aux besoins des gestionnaires métiers. Le dispositif SAE, collecte les documents au plus tôt, et assurera leur conservation sur toute la période d'archives (courantes, intermédiaires et définitives). Les ressources respectives de stockage affectées à chacun seront différentes et strictement définies selon les contraintes propres à chacun. OPUSCONSEILS_BONNESPRATIQUESDOCUMENTAIRES_31MARS2013JL.DOCX Page 8 / 9

9 3. CONCLUSION : DE L'ADAPTATION DES S.I. À LA GDA Les recommandations formulées pour la mise en œuvre d'une Organisation GDA et d'une Infrastructure GED/SAE, constituent un challenge pour toutes les entreprises dans les 10 années à venir, et une obligation d'adapter leur S.I. à la Gestion des Documents d'activité. D'une part, les entreprises sont toutes confrontées à l'accroissement massif des documents sous formes électroniques, auquel elles doivent faire face avec des infrastructures et des S.I. qui ne sont pas encore adaptées à la Gestion des Documents et des Archives, sous leur forme électronique. Reporter l'échéance de cette adaptation représente des pertes opérationnelles et financières très importantes : chute des performances des applications, perte de temps de recherche, perte de documents, coûts des infrastructures de stockage inutiles, risques attachés aux non-conformités, D'autre part, l'approche globale de la dématérialisation des documents et des archives ainsi que l'évolution des S.I. dans ce sens, représentent des opportunités sérieuses en matière d'efficacité et de qualité des Activités. << Cette adaptation représente des opportunités de gains plus importants, que ceux obtenus dans les années 80-90, lors du déploiement massif des ERP dans les Entreprises. >> Debra LOGAN 17 Par Jacques LERET, DG d'opus Conseils Tel : Gartner Group, Oct << What is Information Governance? And Why is it So Hard? >> OPUSConseils_BonnesPratiquesDocumentaires_31Mars2013JL.docx Page 9 / 9

Une Architecture simple pour la Pérennité des Archives Électroniques

Une Architecture simple pour la Pérennité des Archives Électroniques OPUS Conseils Le 24 Juin 2013 JL Une Architecture simple pour la Pérennité des Archives Électroniques Bonnes Pratiques et Recommandations, par Jacques LERET INTRODUCTION : La validation prochaine de la

Plus en détail

"Le Référentiel des Métadonnées Documentaires" ou "le MDM appliqué au Records Management"

Le Référentiel des Métadonnées Documentaires ou le MDM appliqué au Records Management OPUS Conseils Le 27 Mai 2013 V2 "Le Référentiel des Métadonnées Documentaires" ou "le MDM appliqué au Records Management" Stratégie en matière Documentaire, par Jacques LERET INTRODUCTION Les Entreprises

Plus en détail

Bien comprendre les fonctionnalités d'une GED

Bien comprendre les fonctionnalités d'une GED Bien comprendre les fonctionnalités d'une GED StarXpert 2011 STARXPERT - Siège social : 100 rue des Fougères 69009 LYON SAS au capital de 40 000 - Siret : 449 436 732 00035 - NAF : 723Z Table des matières

Plus en détail

Dossier de presse L'archivage électronique

Dossier de presse L'archivage électronique Dossier de presse L'archivage électronique Préambule Le développement massif des nouvelles technologies de l information et de la communication (TIC) a introduit une dimension nouvelle dans la gestion

Plus en détail

Le modèle de conseil docuteam 3 x 3. Déroulement d un projet en gestion des documents

Le modèle de conseil docuteam 3 x 3. Déroulement d un projet en gestion des documents Le modèle de conseil docuteam 3 x 3 Déroulement d un projet en gestion des documents 1 docuteam 3 x 3 : Le modèle Projet Mise en service V V V Analyse Conception Mise en œuvre Suivi Niveau stratégique

Plus en détail

Nos formations sont conçues pour vous permettre de gagner en autonomie sur ces thématiques au coeur de votre quotidien :

Nos formations sont conçues pour vous permettre de gagner en autonomie sur ces thématiques au coeur de votre quotidien : Nouvelles technologies, nouvelles pratiques, nouvelles normes dans un environnement de plus en plus complexe, se former pour maîtriser les concepts clés de l archivage physique, numérique et de la dématérialisation

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION

PROGRAMME DE FORMATION F-5.04 : METHODOLOGIE D UN PROJET DE DEMATERIALISATION ET D ARCHIVAGE ELECTRONIQUE, APPLICATION AUX MAILS /// Objectifs pédagogiques Apporter aux participants les informations essentielles pour aborder

Plus en détail

I. LE PROJET DE RENOUVELLEMENT DES SUPPORTS D ARCHIVAGE ÉLECTRONIQUE

I. LE PROJET DE RENOUVELLEMENT DES SUPPORTS D ARCHIVAGE ÉLECTRONIQUE SUIVI D UN PROJET D ARCHIVAGE ÉLECTRONIQUE : LES DIFFICULTÉS D APPLICATION DU CADRE NORMATIF DANS LE MONDE BANCAIRE Le poste que j occupe au sein du service d archives du Crédit Lyonnais qui sont désormais

Plus en détail

Introduction à la conduite de projet "systèmes d'information"

Introduction à la conduite de projet systèmes d'information Centre national de la recherche scientifique Direction des systèmes d'information REFERENTIEL QUALITE Guide méthodologique Introduction à la conduite de projet "systèmes d'information" Référence : CNRS/DSI/conduite-projet/principes/guide-introduction

Plus en détail

La gestion de la documentation

La gestion de la documentation La gestion de la documentation Des aspects méthodologiques & organisationnels.vers la mise en œuvre d un outil de GED M S. CLERC JOSY 13 OCTOBRE 2015 PLAN Définition d un projet de gestion de la documentation

Plus en détail

Le Workflow comme moteur des projets de conformité

Le Workflow comme moteur des projets de conformité White Paper Le Workflow comme moteur des projets de conformité Présentation Les entreprises sont aujourd'hui soumises aux nouvelles régulations, lois et standards de gouvernance les obligeant à mettre

Plus en détail

Groupe de travail «TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION» Réunion du 26 janvier 2006. L archivage électronique

Groupe de travail «TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION» Réunion du 26 janvier 2006. L archivage électronique Département Administration et Gestion Communale AP/DB N 11 Paris, le 25 janvier 2006 Groupe de travail «TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION» Réunion du 26 janvier 2006 L archivage électronique

Plus en détail

Les temps changent! Tout fout le camp? La conservation à l'ère du numérique

Les temps changent! Tout fout le camp? La conservation à l'ère du numérique Les temps changent! Tout fout le camp? La conservation à l'ère du numérique Textes exposés Partie 2 : Thèmes THÈME PAGE ÉVALUATION 2 LE PLAN DE CLASSEMENT 2 LE CALENDRIER DE CONSERVATION 2 LE VERSEMENT

Plus en détail

Conférence EDIFICAS. Le document électronique et sa valeur probante

Conférence EDIFICAS. Le document électronique et sa valeur probante Conférence EDIFICAS Le document électronique et sa valeur probante 26 mai 2011 Le document électronique Quels normes/standards adopter pour être le plus conforme à la législation française? Les grands

Plus en détail

Soutien aux projets de mise en place de systèmes d'archivage numérique

Soutien aux projets de mise en place de systèmes d'archivage numérique MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION Direction générale des Patrimoines Service interministériel des Archives de France Soutien aux projets de mise en place de systèmes d'archivage numérique

Plus en détail

Université de Lausanne

Université de Lausanne Université de Lausanne Records management et archivage électronique : cadre normatif Page 2 Ce qui se conçoit bien s énonce clairement Nicolas Boileau Page 3 Table des matières Qu est- ce que le «records

Plus en détail

LES ARCHIVES ELECTRONIQUES

LES ARCHIVES ELECTRONIQUES Les Petits Déjeuners Thématiques LES ARCHIVES ELECTRONIQUES Lundi 25 avril 2016 QUELQUES DEFINITIONS ARCHIVES NUMERIQUES : Scan d un document original papier ARCHIVES ELECTRONIQUES : Document natif électronique,

Plus en détail

La gestion du cycle de vie des documents dans la banque de détail Société Générale : GED et Archivage électronique

La gestion du cycle de vie des documents dans la banque de détail Société Générale : GED et Archivage électronique Décembre 2007 JJ Mois Année La gestion du cycle vie s documents dans la banque détail Société Générale : GED et Archivage électronique 2 Sommaire Contexte : les projets GED et archivage électronique Constat

Plus en détail

Rencontres ERFA Records Management

Rencontres ERFA Records Management Rencontres ERFA Records Management Comité international de la Croix-Rouge Division des archives et de la gestion de l'information Genève 5 novembre 2010 Programme 13.30 13.40 13.50 Accueil et introduction

Plus en détail

Politique numéro 42 POLITIQUE DE GESTION DOCUMENTAIRE

Politique numéro 42 POLITIQUE DE GESTION DOCUMENTAIRE COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL MARIE-VICTORIN Politique numéro 42 POLITIQUE DE GESTION DOCUMENTAIRE Adoptée le 24-avril 2013 CA-13-184-1536 L usage du genre masculin inclut le genre féminin;

Plus en détail

MINISTERE DE L HABITAT, DE L URBANISME ET DE LA POLITIQUE DE LA VILLE

MINISTERE DE L HABITAT, DE L URBANISME ET DE LA POLITIQUE DE LA VILLE MINISTERE DE L HABITAT, DE L URBANISME ET DE LA POLITIQUE DE LA VILLE JOURNEE PORTES OUVETRES Jeudi 27 septembre 2012 DEMATERIALISATION DES ARCHIVES Pour un meilleur accès à l information 1 PLAN Archivage

Plus en détail

VALEUR JURIDIQUE DES ECRITS SUR SUPPORT ELECTRONIQUE

VALEUR JURIDIQUE DES ECRITS SUR SUPPORT ELECTRONIQUE VALEUR JURIDIQUE DES ECRITS SUR SUPPORT ELECTRONIQUE 14/11/2008 L écrit est associé depuis des siècles à son support, le papier. Le développement des nouvelles technologies de l information et de la communication

Plus en détail

Etabli le : 19.12.14 Par : Hervé De Nicola Remplace la version du :

Etabli le : 19.12.14 Par : Hervé De Nicola Remplace la version du : CAHIER DES CHARGES 1. Actualisation Etabli le : 19.12.14 Par : Hervé De Nicola Remplace la version du : Motif d actualisation : Internalisation ressources 2. Identification du poste Département : INFRASTRUCTURES

Plus en détail

Devenir Responsable de la sécurité des systèmes d'information (RSSI)

Devenir Responsable de la sécurité des systèmes d'information (RSSI) Titre de la formation Devenir Responsable de la sécurité des systèmes d'information (RSSI) Date prévue de la formation Week-end : 31 Mars et 01 Avril, Milieu de semaine : 27 et 28 Mars Objectifs : 2 Jours

Plus en détail

L archivage numérique

L archivage numérique L archivage numérique Françoise BANAT-BERGER Direction des Archives de France 01 40 27 62 65 francoise.banat-berger@culture.gouv.fr Jeudi 1 Archivage électronique - Nice La direction des Archives de France

Plus en détail

deno DATA ENGINEERING AND OPERATIONAL WISDOM PERFORMANCE DES FLUX D INFORMATIONS, VALEUR DES SAVOIR-FAIRE

deno DATA ENGINEERING AND OPERATIONAL WISDOM PERFORMANCE DES FLUX D INFORMATIONS, VALEUR DES SAVOIR-FAIRE Que la stratégie soit belle est un fait, mais n oubliez pas de regarder le résultat. Winston Churchill PERFORMANCE DES FLUX D INFORMATIONS, VALEUR DES SAVOIR-FAIRE Conseil en Organisation, stratégie opérationnelle

Plus en détail

MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE

MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/SEC//BR/DS/PP/DSA/N 12-04 Danielle SOULAT 01 43 93 84 77 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : CHEF DE PROJET ARCHIVAGE ET SYSTEME D

Plus en détail

GDD GESTION DOCUMENTAIRE DEPARTEMENTALE

GDD GESTION DOCUMENTAIRE DEPARTEMENTALE Gestion Documentaire Départementale Matinée Cercle de L Adminisration Numérique Janvier 2012 Organiser et partager l information Gérer le cycle de vie des documents Renforcer la sécurité des acteurs du

Plus en détail

L ILM, revue de presse 2006 Cycle de vie de l information et ILM Atouts et faiblesse de l ILM aujourd hui L ILM et la diplomatique numérique

L ILM, revue de presse 2006 Cycle de vie de l information et ILM Atouts et faiblesse de l ILM aujourd hui L ILM et la diplomatique numérique Marie-Anne Chabin, Archive 17 groupe PIN,11 mai 2006 L ILM, revue de presse 2006 Cycle de vie de l information et ILM Atouts et faiblesse de l ILM aujourd hui L ILM et la diplomatique numérique 1 L ILM,

Plus en détail

Ce que dit la norme 2009

Ce que dit la norme 2009 Mettre en œuvre un système d archivage électronique : les apports de la norme révisée Ce que dit la norme 2009 Formation APROGED 2009 1 Domaine d application de la norme Politique et pratiques d archivage

Plus en détail

GED, dématérialisation du courrier. Quelles solutions et quelle valeur ajoutée?

GED, dématérialisation du courrier. Quelles solutions et quelle valeur ajoutée? GED, dématérialisation du courrier Quelles solutions et quelle valeur ajoutée? Jeudi 2 avril 2015 Rencontre 2 avril 2015 GED, dématérialisation du courrier : Quelles solutions et quelle valeur ajoutée?

Plus en détail

Management des processus opérationnels

Management des processus opérationnels Ecole Nationale Supérieure de Management Master Management des organisations Management des processus opérationnels Dr TOUMI Djamila Cours n 1: La vision processus dans le management des organisations

Plus en détail

Les factures dématérialisées

Les factures dématérialisées ANNEXE 8 Les factures dématérialisées Les sources de droit en matière de factures. Deux sources de droit définissent la facture : le Code de commerce et le Code général des impôts. Article 441-3 du Code

Plus en détail

Outils d archivage de l UNIL: du papier à l électronique

Outils d archivage de l UNIL: du papier à l électronique écoles suisses - 16 octobre Outils d archivage de l UNIL: du papier à l électronique Qui suis-je? Raphael Mottier, ingénieur HES en électronique A l UNIL depuis août 2009: 60% Service des archives gestion

Plus en détail

وزارة السكنى والتعمير وسياسة المدينة

وزارة السكنى والتعمير وسياسة المدينة وزارة السكنى والتعمير وسياسة المدينة Phase 3 Planification de la solution retenue et stratégie de changement Elaboration du Schéma Directeur du Système d Information des agences urbaines 2013 Sommaire

Plus en détail

du point de vue organisationnel

du point de vue organisationnel La mise en œuvre du Records Management au sein de l Administration l valaisanne du point de vue organisationnel Association des archivistes suisses Journée professionnelle 2010 Un travail préalable d organisation

Plus en détail

Section 13 - Synthèse

Section 13 - Synthèse Section 13 - Synthèse FRANÇOISE BANAT-BERGER CLAUDE HUC version 1 22 novembre 2011 Table des matières Chapitre 1. Objet de cette section 5 Chapitre 2. Avancées constatées durant ces dernières années 7

Plus en détail

ENTREPRISE CONTENT MANAGEMENT & RECORDS MANAGEMENT ECM & RM

ENTREPRISE CONTENT MANAGEMENT & RECORDS MANAGEMENT ECM & RM ENTREPRISE CONTENT MANAGEMENT & RECORDS MANAGEMENT PLAN Introduction Partie I : le records management Qu est ce que le RM? Les principes du RM Les objectifs du RM Les enjeux du RM Les étapes de la mise

Plus en détail

I partie : diagnostic et proposition de solutions

I partie : diagnostic et proposition de solutions Session 2011 BTS assistant de manager Cas Arméria: barème et corrigé Remarque: la 1 ère partie doit être cohérente avec les éléments déterminants du contexte décrit dans cet encadré, qui n est pas attendu

Plus en détail

K alpa. Documents électroniques, recherchez l équivalence fonctionnelle. Conseils Billling Éditique LIVRE BLANC

K alpa. Documents électroniques, recherchez l équivalence fonctionnelle. Conseils Billling Éditique LIVRE BLANC K alpa Conseils Billling Éditique LIVRE BLANC Documents électroniques, recherchez l équivalence fonctionnelle. NOV. 2015 Introduction Publié il y a presque deux ans, en juillet 2014, la nouvelle réglementation

Plus en détail

Etabli le : 30.04.15 Par : F. Genoud / V. Borin Remplace la version du :

Etabli le : 30.04.15 Par : F. Genoud / V. Borin Remplace la version du : CAHIER DES CHARGES 1. Actualisation Etabli le : 30.04.15 Par : F. Genoud / V. Borin Remplace la version du : Motif d actualisation : Mise au concours du poste 2. Identification du poste Département : INFRASTRUCTURES

Plus en détail

ITIL, une approche qualité pour la gestion des services(*) informatiques. Pourquoi et comment introduire ITIL dans son organisation

ITIL, une approche qualité pour la gestion des services(*) informatiques. Pourquoi et comment introduire ITIL dans son organisation Livre blanc Le pragmatisme de votre système d information Rédacteur : Marc LORSCHEIDER / Expert ITIL Mise à jour : 05/06/2013 ITIL, une approche qualité pour la gestion des services(*) informatiques Pourquoi

Plus en détail

La présentation qui suit respecte la charte graphique de l entreprise GMF

La présentation qui suit respecte la charte graphique de l entreprise GMF La présentation qui suit respecte la charte graphique de l entreprise GMF Approche du Groupe GMF Besoins d archivage de la messagerie d entreprise Introduction Présentation du Groupe GMF Secteur : assurance

Plus en détail

E-mail : contact@omc.be

E-mail : contact@omc.be ENSEMBLE VERS LE SOMMET Organisation & Management Consulting SPRL Rue Monrose 5 1030 Bruxelles http://www.omc.be Tel & Fax : + 32 2 242 19 68 E-mail : contact@omc.be TVA : BE.864.436.383 RPM Bruxelles

Plus en détail

L ARCHIVAGE LEGAL : CE QU IL FAUT SAVOIR

L ARCHIVAGE LEGAL : CE QU IL FAUT SAVOIR L ARCHIVAGE LEGAL : CE QU IL FAUT SAVOIR INTRODUCTION A la suite de grands scandales financiers qui ont ébranlés le monde des affaires, les instances législatives et réglementaires des Etats Unis ont remis

Plus en détail

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS V2. 3/23/2011 1 / 7 SOMMAIRE DU REFERENTIEL INTRODUCTION PREAMBULE POURQUOI UN REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU? P.

Plus en détail

Migration et consolidation de systèmes d archivage de documents électroniques

Migration et consolidation de systèmes d archivage de documents électroniques Migration et consolidation de systèmes d archivage de documents électroniques 26/10/2013 Page 1 sur 8 Sommaire : Pourquoi décider de migrer les documents vers un système d archivage unique?... 3 Une migration

Plus en détail

Gagnez en compétences et en autonomie avec nos 15 modules de formation!

Gagnez en compétences et en autonomie avec nos 15 modules de formation! La transition vers le numérique est en marche! La dématérialisation, l archivage numérique et la gestion électronique sont plus que jamais d actualité, avec leurs enjeux d optimisation, de sécurisation

Plus en détail

Dématérialisation des factures en PME : Mythe ou Réalité?

Dématérialisation des factures en PME : Mythe ou Réalité? Dématérialisation des factures en PME : Mythe ou Réalité? Magali Michel, Directrice Business Unit Yooz (Groupe ITESOFT) www.yooz.fr Un livre blanc dédié, pour quelles réponses? Répondre aux interrogations

Plus en détail

EXCHANGE 2010 VS ARCHIVAGE

EXCHANGE 2010 VS ARCHIVAGE EXCHANGE 2010 VS ARCHIVAGE OPTRIUM SAS www.optrium.fr 171 avenue Georges Clémenceau 92000 Nanterre Tel. : 01 55 17 35 00 Fax : 01 47 29 84 81 Capital de 151 625-477 909 493 00025 RCS Nanterre TVA : FR

Plus en détail

Améliorer votre approche processus

Améliorer votre approche processus Améliorer votre approche processus Décrire de manière complète les processus, Mettre en place des tableaux de bord de manière à en surveiller le fonctionnement et à en déterminer l efficacité, Réaliser

Plus en détail

Management des processus opérationnels

Management des processus opérationnels Ecole Nationale Supérieure de Management Master Management des organisations Management des processus opérationnels Dr TOUMI Djamila Cours n 4: l approche processus et le management du système d informations

Plus en détail

Introduction à l'iso 27001

Introduction à l'iso 27001 HERVÉ SCHAUER CONSULTANTS Cabinet de Consultants en Sécurité Informatique depuis 1989 Spécialisé sur Unix, Windows, TCP/IP et Internet Introduction à l'iso 27001 Séminaire sur la Sécurité Informatique

Plus en détail

Comité réglementation et simplification du conseil national de l industrie 16 mai 2014

Comité réglementation et simplification du conseil national de l industrie 16 mai 2014 Comité réglementation et simplification du conseil national de l industrie 16 mai 2014 Transposition de l article 8 de la directive européenne 2012/27 relatif à l obligation d audit énergétique Yann MENAGER

Plus en détail

Un audit de fonctionnement de PAC : Démarche et retour d expérience. Olivier Rouchon olivier.rouchon@cines.fr 21 janvier 2010 PIN

Un audit de fonctionnement de PAC : Démarche et retour d expérience. Olivier Rouchon olivier.rouchon@cines.fr 21 janvier 2010 PIN Un audit de fonctionnement de PAC : Démarche et retour d expérience Olivier Rouchon olivier.rouchon@cines.fr 21 janvier 2010 PIN Sommaire 1. LE CONTEXTE Rappel : la mission archivage du CINES Intérêt d

Plus en détail

Transposition de l article 8 de la directive européenne 2012/27 relative à l efficacité énergétique

Transposition de l article 8 de la directive européenne 2012/27 relative à l efficacité énergétique RENCONTRE SOLUTIONS ENERGIE ENTREPRISE CCI Grand Lille, 20 mai 2014 Atelier «Audit énergétique obligatoire : quelles sont les entreprises concernées?» Transposition de l article 8 de la directive européenne

Plus en détail

Repenser le SI à l'ère du numérique : apports des solutions de big data, cloud computing et confiance numérique

Repenser le SI à l'ère du numérique : apports des solutions de big data, cloud computing et confiance numérique Repenser le SI à l'ère du numérique : apports des solutions de big data, cloud computing et confiance numérique Extraits d analyses publiées par MARKESS International Emmanuelle Olivié-Paul epaul@markess.com

Plus en détail

RECUEIL POLITIQUE DES

RECUEIL POLITIQUE DES RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE DE GESTION INTÉGRÉE DES DOCUMENTS (PO-24) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE DE GESTION INTÉGRÉE DES DOCUMENTS (PO-24) Adoptée par le Conseil d'administration

Plus en détail

Projet en entreprise Cadrage du Projet de Fin d Etudes «Un projet informatique.»

Projet en entreprise Cadrage du Projet de Fin d Etudes «Un projet informatique.» Projet en entreprise Cadrage du Projet de Fin d Etudes «Un projet informatique.» Projet de fin d études 2 Sommaire OBJET DU DOCUMENT... 3 LES ETAPES DU PROJET... 4 ETUDE PREALABLE...5 1 L étude d opportunité...

Plus en détail

Présentation du cadre technique de mise en œuvre d un Service d Archivage Electronique

Présentation du cadre technique de mise en œuvre d un Service d Archivage Electronique Présentation du cadre technique de mise en œuvre d un Service d Archivage Electronique Isabelle GIBAUD Consultante au Syndicat Interhospitalier de Bretagne Co-chair vendor IHE-FRANCE Sommaire 1 Périmètre

Plus en détail

La signature électronique au service de l'émission de factures dématérialisées. Un cas B-to-C

La signature électronique au service de l'émission de factures dématérialisées. Un cas B-to-C La signature électronique au service de l'émission de factures dématérialisées Un cas B-to-C 1 Plan de la présentation Les origines de dématérialisation des factures Enjeux de la dématérialisation Rappel

Plus en détail

ETUDE SERDALAB SOMMAIRE «GED ET GESTION DE CONTENU : MARCHE, BESOINS ET TENDANCES 2009-2010»

ETUDE SERDALAB SOMMAIRE «GED ET GESTION DE CONTENU : MARCHE, BESOINS ET TENDANCES 2009-2010» ETUDE SERDALAB SOMMAIRE «GED ET GESTION DE CONTENU : MARCHE, BESOINS ET TENDANCES 2009-2010» PARUTION DECEMBRE 2009 SOMMAIRE...3 PRESENTATION DE L APROGED...7 REMERCIEMENTS...8 INTRODUCTION...9 METHODOLOGIE

Plus en détail

Etabli le : 05.01.14 Par : Pascal Kramer/Monique Losey Remplace la version du :

Etabli le : 05.01.14 Par : Pascal Kramer/Monique Losey Remplace la version du : CAHIER DES CHARGES 1. Actualisation Etabli le : 05.01.14 Par : Pascal Kramer/Monique Losey Remplace la version du : Motif d actualisation : Mise au concours du poste 2. Identification du poste Département

Plus en détail

Référentiel de compétences en système d'information

Référentiel de compétences en système d'information ANTICIPER ET COMPRENDRE Référentiel de compétences en système d'information OCTOBRE 2013 Publication réalisée dans le cadre du programme national Hôpital numérique Métiers Management des soins Cadre responsable

Plus en détail

Plan de formation Personnel de l UCE

Plan de formation Personnel de l UCE Plan de formation Personnel de l UCE Juin 2015 Sommaire Contexte Termes de référence du consultant Environnementales et Sociales Termes de référence pour l archivage électronique des documents Proposition

Plus en détail

FILIÈRE METHODOLOGIE & PROJET

FILIÈRE METHODOLOGIE & PROJET FILIÈRE METHODOLOGIE & PROJET 109 Gestion de projet METHODOLOGIE ET PROJET Durée 3 jours Conduite de projet COND-PRO s Intégrer les conditions de réussite d une démarche de management par projet. Impliquer

Plus en détail

Conformité aux exigences de la réglementation "21 CFR Part 11" de la FDA

Conformité aux exigences de la réglementation 21 CFR Part 11 de la FDA Conformité aux exigences de la réglementation "21 CFR Part 11" de la FDA Définition de la réglementation 21 CFR partie 11 Au cours de la dernière décennie, l'industrie pharmaceutique a très rapidement

Plus en détail

Le fonctionnement d un service d archives en entreprise. Le Service national des archives

Le fonctionnement d un service d archives en entreprise. Le Service national des archives L archivage électronique : Le fonctionnement d un service d archives en entreprise Le Service national des archives un module de du La système Poste d information du Service national des archives du Groupe

Plus en détail

PHASE SOUS-PHASE MOA MOE POINTS A TRAITER. besoins. charges. I.A.2 Échéances. I.A.3 Utilisateurs. I.A.4 Besoin fonctionnels. I.A.5 Évolutions à venir

PHASE SOUS-PHASE MOA MOE POINTS A TRAITER. besoins. charges. I.A.2 Échéances. I.A.3 Utilisateurs. I.A.4 Besoin fonctionnels. I.A.5 Évolutions à venir PHASE SOUS-PHASE MOA MOE POINTS A TRAITER I. La définition des I.A. L'expression des besoins Rédige (spécifie les besoins). Consulte / utilise pour rédiger le cahier des I.A.1 Positionnement stratégique

Plus en détail

QUELS SONT LES DEFIS DE L OUTSOURCING? 3 INTEGRATION DE L OFFRE PROFECI DANS LE CADRE DE LA MISE EN PLACE D UNE RELATION D OUTSOURCING 6

QUELS SONT LES DEFIS DE L OUTSOURCING? 3 INTEGRATION DE L OFFRE PROFECI DANS LE CADRE DE LA MISE EN PLACE D UNE RELATION D OUTSOURCING 6 QUELS SONT LES DEFIS DE L OUTSOURCING? 3 DEFINIR VOS REGLES DU JEU 3 CONTROLER L APPLICATION DES REGLES 3 VOUS OBLIGER A JOUER LE JEU : «RECONNAITRE ET ACCEPTER LES CONTRAINTES S IMPOSANT A VOUS» 4 CONCLUSION

Plus en détail

NOTE DE CADRAGE DES SERVICES INTRANET / INTERNET D ETABLISSEMENTS SCOLAIRES ET D ECOLES

NOTE DE CADRAGE DES SERVICES INTRANET / INTERNET D ETABLISSEMENTS SCOLAIRES ET D ECOLES NOTE DE CADRAGE DES SERVICES INTRANET / INTERNET D ETABLISSEMENTS SCOLAIRES ET D ECOLES SDTICE/SDITE Version : 1.0 - Date création : 09/01/09 1. Périmètre des S2i2e Les S2i2e ont pour objectif principal

Plus en détail

MANAGEMENT DES SYSTEMES D INFORMATION

MANAGEMENT DES SYSTEMES D INFORMATION MANAGEMENT DES SYSTEMES D INFORMATION TROISIEME PARTIE LES PROGICIELS DE GESTION INTEGREE TABLE DES MATIERES Chapitre 1 : LA PLACE DES PGI... 3 Chapitre 2 : LE CYCLE DE VIE DES PGI... 6 Questions de cours...

Plus en détail

Université de Lausanne

Université de Lausanne Université de Lausanne Règles de nommage des documents électroniques Page 2 Ce qui se conçoit bien s énonce clairement Nicolas Boileau Page 3 Table des matières Qu est- ce que le «records management»?...

Plus en détail

Conférence CRESTEL. Du risque SI aux risques business v1.0 09/03/2015

Conférence CRESTEL. Du risque SI aux risques business v1.0 09/03/2015 Conférence CRESTEL Du risque SI aux risques business v1.0 09/03/2015 1 Bonnes pratiques de certification, de conformité En matière de SSI, la «perfection», un «système sans faille», est toujours l objectif

Plus en détail

CIMAIL SOLUTION: EASYFOLDER SAE

CIMAIL SOLUTION: EASYFOLDER SAE 01100011 01101001 01101101 01100001 01101001 01 CIMAIL SOLUTION: EASYFOLDER SAE IRISLINK le 15 Février 2012 01100011 01101001 01101101 01100001 01101001 01101100 Un monde d informations en toute confiance

Plus en détail

Olivier Terrettaz, Expert diplômé en finance et controlling 1

Olivier Terrettaz, Expert diplômé en finance et controlling 1 Olivier Terrettaz Expert diplômé en finance et controlling Economiste d'entreprise HES Olivier Terrettaz, Expert diplômé en finance et controlling 1 Gouvernement d'entreprise Définition Le gouvernement

Plus en détail

INFORMATIQUE ET SYSTEMES D INFORMATION

INFORMATIQUE ET SYSTEMES D INFORMATION INFORMATIQUE ET SYSTEMES D INFORMATION VOS CONTACTS : Sandrine LIEBART Christine JOLLY Conseillère Formation Génie Technique et Ecologique, Systèmes d'information Géographique sandrine.liebart@cnfpt.fr

Plus en détail

Ecole IN2P3 «Conduite de projets» Paris, novembre 2015. Qualité & projet(s) Sandrine Pavy, Responsable Qualité / Assurance Produit pavy@llr.in2p3.

Ecole IN2P3 «Conduite de projets» Paris, novembre 2015. Qualité & projet(s) Sandrine Pavy, Responsable Qualité / Assurance Produit pavy@llr.in2p3. Ecole IN2P3 «Conduite de projets» Paris, novembre 2015 Qualité & projet(s) Sandrine Pavy, Responsable Qualité / Assurance Produit pavy@llr.in2p3.fr Page 2 SOMMAIRE 1. (Pré)Histoire de la Qualité 2. ISO

Plus en détail

Le modèle européen MoReq mars 2001

Le modèle européen MoReq mars 2001 Le modèle européen MoReq mars 2001 présentation de la version française Marie-Anne Chabin Réunion PIN 01/09/04 1 Model Requirements for the Management of Electronic Records Modèle d exigences pour l organisation

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : CONTROLE FISCAL DES COMPTABILITES INFORMATISEES : PRECAUTIONS A PRENDRE

Fiche conseil. Nom du Document : CONTROLE FISCAL DES COMPTABILITES INFORMATISEES : PRECAUTIONS A PRENDRE CONTROLE FISCAL DES COMPTABILITES INFORMATISEES : PRECAUTIONS A PRENDRE Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Certifié ISO 9001 Comptables

Plus en détail

Enseignement Informatique. Classe de Bac Pro SAPAT -----------------------------------------------------------------------

Enseignement Informatique. Classe de Bac Pro SAPAT ----------------------------------------------------------------------- Enseignement Informatique Classe de Bac Pro SAPAT ----------------------------------------------------------------------- MP4: Communication en situation professionnelle. -----------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Quelles signatures pour quels effets?

Quelles signatures pour quels effets? Quelles signatures pour quels effets? KEYNECTIS et la signature électronique Signature électronique en Algérie Signature électronique en Europe La Directive Européenne France Signature électronique avec

Plus en détail

Forum panafricain sur le leadership et le management de l action gouvernementale. Forum des secrétaires généraux de gouvernement

Forum panafricain sur le leadership et le management de l action gouvernementale. Forum des secrétaires généraux de gouvernement Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le développement Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) Forum panafricain sur le leadership et le management de

Plus en détail

La gouvernance des documents électroniques

La gouvernance des documents électroniques La gouvernance des documents électroniques Cycle pratique archivistique suisse 2014 Anouk Dunant Gonzenbach Emmanuel Ducry 3 octobre 2014 03.10.2014 - Page 1 De l'archivage électronique à long terme (vision

Plus en détail

informatique - BANQUE POPULAIRE Symposium Microsoft Présentation : Programme Archivage

informatique - BANQUE POPULAIRE Symposium Microsoft Présentation : Programme Archivage informatique - BANQUE POPULAIRE Symposium Microsoft Présentation : Programme Archivage Notre mission 17 Banques Populaires régionales 3 Crédits Maritimes Mutuels La Banque de Savoie Plus de 2 600 agences

Plus en détail

N 04/D/30: Documentaliste

N 04/D/30: Documentaliste Domaine d'activités Famille professionnelle Autres appellations Correspondances ROME, RIME, FPH, NSF/CNIS N 04/D/30: Documentaliste Emplois liés Facteurs d'évolution Services à la population Bibliothèques

Plus en détail

Software Asset Management Savoir optimiser vos coûts licensing

Software Asset Management Savoir optimiser vos coûts licensing Software Asset Management Savoir optimiser vos coûts licensing A propos d Insight Insight est le spécialiste en gestion des contrats de licences, en fourniture de logiciels et services associés. Nous accompagnons

Plus en détail

Retour d expérience pour la mise en œuvre d un projet BPM. Emmanuel CARBENAY François VANDAELE

Retour d expérience pour la mise en œuvre d un projet BPM. Emmanuel CARBENAY François VANDAELE Retour d expérience pour la mise en œuvre d un projet BPM Emmanuel CARBENAY François VANDAELE Sommaire Description du projet Objectifs du projet Démarche suivie Solution mise en œuvre Résultats obtenus

Plus en détail

REFERENTIEL DE QUALIFICATION

REFERENTIEL DE QUALIFICATION REFERENTIEL Pour l attribution et le suivi d une qualification d entreprise 11, rue de la Vistule 75013 PARIS tel 01 43 21 09 27 www.qualipropre.org Date d application : Avril 2013 1/7 SOMMAIRE 1. Objet

Plus en détail

Solutions logicielles d'archivage répondant à des contraintes légales et réglementaires. 2009 IBM Corporation

Solutions logicielles d'archivage répondant à des contraintes légales et réglementaires. 2009 IBM Corporation Solutions logicielles d'archivage répondant à des contraintes légales et réglementaires. IBM SWG IM-ECM 2009 Nicolas Coscino Agenda (45mn) Stratégie IBM : SWG Information On Demand. Enjeux, normes et standards.

Plus en détail

Votre Infrastructure est-elle? La gestion de contenus d entreprise. mieux structurée et connectée

Votre Infrastructure est-elle? La gestion de contenus d entreprise. mieux structurée et connectée Votre Infrastructure est-elle? La gestion de contenus d entreprise mieux structurée et connectée Tous les contenus d entreprise à portée de main Aujourd hui, au sein de toutes les organisations, l information

Plus en détail

Manuel Qualité Page 1 sur 10 16 Février 2012 MQ-Indice G

Manuel Qualité Page 1 sur 10 16 Février 2012 MQ-Indice G Page 1 sur 10 Ce manuel Qualité est enregistré et mis à jour dans la base de données «Qualité» de MPL, dont une copie est accessible sur demande. C'est la version originale informatisée qui fait foi. Les

Plus en détail

Agrément des Hébergeurs de données de Santé Exemple d Audit de conformité Sécurité et Technique «ASIP Santé»

Agrément des Hébergeurs de données de Santé Exemple d Audit de conformité Sécurité et Technique «ASIP Santé» Agrément des Hébergeurs de données de Santé Exemple d Audit de conformité Sécurité et Technique «ASIP Santé» Sommaire 1 Glossaire et abréviations... 3 1.1 Glossaire... 3 1.2 Abréviations... 3 2 Liminaire...

Plus en détail

Passez au bulletin de salaire électronique grâce à la solution Novapost RH

Passez au bulletin de salaire électronique grâce à la solution Novapost RH Passez au bulletin de salaire électronique grâce à la solution Novapost RH Ressources Humaines Salariés Recevoir, archiver, consulter "Depuis que je me suis inscrite au service, je reçois mes bulletins

Plus en détail

ARCHIVES COMMERCIALES

ARCHIVES COMMERCIALES ARCHIVES COMMERCIALES 26/04/2013 L'exercice d une activité commerciale génère un nombre important de documents (registres, correspondances, factures, bordereaux, quittances, talons de chèques, relevés

Plus en détail

Gestionnaire d applications

Gestionnaire d applications FONCTION DE LA FILIERE SI INTITULE : Gestionnaire d applications CLASSIFICATION / GROUPE : 3.3 A CODE RH :.. FAMILLE PROFESSIONNELLE : Filière SI - Exploitation et Services au client Date de mise en application

Plus en détail

DOCSaaS Cloud Computing Solutions

DOCSaaS Cloud Computing Solutions DOCSaaS Cloud Computing Solutions LA Plateforme Multiservices Documentaires spécialisée dans le document d entreprise www.docsaas.fr Gagnez en sérénité Mettez du «SMART» dans votre gestion documentaire.

Plus en détail

ARCHIVAGE. FastScan Archiving

ARCHIVAGE. FastScan Archiving ARCHIVAGE FastScan Archiving Principales Fonctionnalités de l application FastScan Archivage FastScan est un programme d archives sécurisées adaptable à tout métier. Les documents peuvent être importés

Plus en détail

GROUPE PIN. Réunion du 21 janvier 2010. Certification des systèmes d'archivage numérique. Jean-Louis Pascon Vice-Président de FEDISA

GROUPE PIN. Réunion du 21 janvier 2010. Certification des systèmes d'archivage numérique. Jean-Louis Pascon Vice-Président de FEDISA GROUPE PIN Réunion du 21 janvier 2010 Certification des systèmes d'archivage numérique Jean-Louis Pascon Vice-Président de FEDISA Les constats Des besoins en matière de validation de fonctionnement des

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail