LA DEFINITION DES COMPETENCES : QUEL ROLE POUR LES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA DEFINITION DES COMPETENCES : QUEL ROLE POUR LES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES?"

Transcription

1 LA DEFINITION DES COMPETENCES : QUEL ROLE POUR LES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES? INTRODUCTION Depuis quelques années, un certain nombre d évolutions à la fois sociétales et professionnelles nous poussent, nous les archivistes, à nous interroger sur ce que nous sommes, entre scientifiques et gestionnaires de l information. Cette question, évoquée lors du congrès international des Archives de Vienne en 2004, et plus récemment, de la dernière Conférence européenne des archives en mai 2006, comme prélude à une possible mobilité professionnelle en Europe, apparaît, au delà des problèmes techniques qui se posent à nous, comme l un des enjeux essentiels de ces prochaines années. L exercice consistant à définir nos compétences a donc été entrepris dans un certain nombre de pays, avec des résultats parfois très divers. Mais à qui revient-il de mener cette réflexion? Quel est le rôle des associations professionnelles dans la définition des compétences professionnelles face aux employeurs, ou aux institutions de formation initiale? Sommes-nous capables, en tant que communauté professionnelle, de nous définir comme groupe dans la société? 1. DE L UTILITE D UN MODELE DE COMPETENCES Je suis de ceux qui pensent qu il faut de tout pour faire un monde d archivistes : «responsable de fonds patrimonial», gestionnaire d information, expert en conservation, scientifique ou manager, président de société savante, animateur culturel, concepteur de système de gestion électronique des documents, bâtisseur Rarement une profession aura offert tant de perspectives tout en s appuyant sur une si riche tradition. Et pourtant à travers sa diversité elle présente une spécificité cohérente. C est cette spécificité qui doit être définie et soulignée par la création de modèles de compétences. Leur utilité est devenue une évidence et une urgence. Au-delà de la définition de cette spécificité professionnelle, encore mal comprise ou mal perçue, plusieurs objectifs peuvent être fixés au «référentiel» ou modèle de compétences : - Parmi les premiers, je citerai la nécessité, pour une coopération inter-professionnelle mieux conçue, de nous positionner clairement par rapport aux «professions-sœurs, bibliothécaires, documentalistes et autres «gestionnaires de l information» qui ne travaillent pas sur l objet «archives». Les professionnels français ne seront pas les seuls, j imagine, à être jugé comme «interchangeable» avec un bibliothécaire et à voir confier à des documentalistes des missions et des responsabilités qui lui reviennent parfois faute de moyens, le plus souvent par ignorance des compétences qui sont les nôtres. - Le modèle de compétences doit être considéré comme la base essentielle sur laquelle s appuie une formation professionnelle bien conçue, qu elle soit initiale ou continue : il nous revient à nous, les professionnels, d éclairer les institutions et organismes de formation sur les réalités du métier et de guider les ajustements des programmes d enseignements liés à son évolution. - De même, lorsqu ils existent, l organisation des concours spécialisés de la fonction publique d Etat ou territoriale devrait prendre en compte les spécificités de la profession à

2 tous les niveaux où elle s exerce, de la fonction de cadre à celle d exécutant. Il existe trop souvent des décalages entre des épreuves trop générales et les réalités de l exercice de la profession. - C est également sur le référentiel métier que devrait s appuyer une procédure de validation des acquis par l expérience bien conçue, en partenariat avec les organismes habilités à la mener. - Le référentiel est également indispensable à la gestion des ressources humaines des services que nous dirigeons, en nous aidant à définir les compétences des équipes professionnelles qui nous entourent. - Il contribue à clarifier nos rapports avec les professions partenaires, en nous permettant de réfléchir à nos propres limites : nous travaillons avec des architectes, mais nous n en sommes pas, et il en va de même avec les informaticiens, les juristes, les restaurateurs, etc. - Le référentiel s adresse également aux professionnels en activité, qui souhaitent faire évoluer leur carrière, prendre de nouvelles responsabilités : il les aide à faire un choix, à réfléchir à une adaptation parfois nécessaire grâce à la formation continue. - Il aide enfin les jeunes qui souhaiteraient entrer dans la profession à se faire une meilleure idée de ce qui sera attendu d eux dans le cadre de leurs futures activités professionnelles. Ce rappel sur la nécessité qu il y a à développer un modèle de compétence n est pas sans utilité. Il fait apparaître clairement l intérêt propre des professionnels pour cette démarche, et par là le rôle essentiel qu ils doivent jouer dans sa conception. Mais prenons le problème à l envers: qui pourrait mieux que les associations professionnelles s investir dans la réalisation d un modèle de compétences? 2. LA DEFINITION DES COMPETENCES : QUI FAIT QUOI? 2.1. Les autres. - Le législateur Pour ceux d entre nous qui travaillent dans le secteur public, nous sommes la plupart du temps (à quelques exceptions près) amener à exercer nos activités dans un cadre juridique. Plus ou moins précis quant à nos missions, il donne cependant dans un certain nombre de cas des indications quant à nos responsabilités. Si la loi nous dit que les services d archives publics sont responsables de la conservation des documents, alors il nous revient de développer des compétences qui nous permettent de mener cette mission à bien. Si le règlement 1049 de la Commission européenne définit les conditions d accès aux documents produits par la Commission, pour tout citoyen européen, alors les archivistes de la Commission doivent montrer les compétences nécessaires pour mettre en place les procédures et les systèmes qui permettront la mise en œuvre de ce règlement. La loi est donc un premier point de départ, et il faut tenir compte de ce qu elle nous dit dans notre réflexion pour la définition des compétences. Mais elle ne suffit pas, loin de là : en effet rien de technique dans tout cela, et si on nous dit bien quoi faire, on ne nous dit pas comment.

3 - Le formateur universitaire Son rôle est essentiel dans le transfert des savoirs. Mais en a-t-il un dans la définition de ce qui fait un bon professionnel? Nous rejoignons là la question de l accréditation des programmes d études, qui vise à réduire l écart entre les programmes proposés et la réalité des activités professionnelles, et qui est prise en charge dans les pays où elle existe par les associations professionnelles. Dans certains contextes, et certains pays, l éducation initiale est donnée par des professionnels, parfois même dans le cadre universitaire, mais parfois aussi par des universitaires qui ne sont pas au contact direct des pratiques. Les universités ont également leurs exigences dans la conception des programmes, et par exemple en France, où sont proposées près de 10 formations universitaires à l archivistique, chacune propose une approche et un programme différents. Le formateur ne peut donc en aucun cas avoir l initiative de la définition des compétences, mais devrait au contraire définir ses programmes d éducation en fonction de celle-ci. - Les institutions publiques Elles ont bien entendu un intérêt certain à définir les compétences de métiers dont elles gèrent l organisation et l évolution. Mais elles ont, là encore, une perspective tronquée, car elles ne maîtrisent pas l ensemble d un secteur donné, et réfléchissent dans le cadre de structures et d une organisation données et réglées parfois par des textes, par exemple en France les «corps» de la fonction publique. Les archivistes publics français font ainsi partie du «corps des conservateurs du Patrimoine», ou de celui des «attachés de conservation», etc. Lorsque le ministère français de la Culture a voulu réaliser ce qu il a appelé un «cartographie des métiers» au ministère, il a confié la charge de cette enquête à deux ingénieurs qui ont identifié, dans un domaine général, un profil de «responsable de fonds patrimoniaux», 5 profils de documentalistes, mais aucun d archiviste. - L employeur (public, mais aussi privé) En définissant un profil de poste, l employeur répond à un besoin. Il recherche un professionnel capable de mener telle ou telle mission à bien, qu il s agisse de diriger la salle de lecture d un service d archives, d évaluer un système de gestion des documents et de proposer des solutions, ou de superviser la construction d un nouveau bâtiment. L employeur n est pas forcément lui-même un professionnel, ni le responsable des ressources humaines qui sera chargé de recruter. Voici l exemple d un prestataire de service en ingénierie documentaire recherchant «un archiviste confirmé, dont la mission consisterait à 1) assurer l étude du contexte de production des documents, quels que soient leurs supports, et des activités du client ; 2) évaluer les contraintes archivistiques ; 3) concevoir, mettre en œuvre et contrôler les procédures de gestion des documents en fonction des obligations légales et contractuelles ainsi que des besoins exprimés par les clients. Le profil exigé par cette société est défini comme suit : «spécialiste du métier, ayant une formation supérieure. Les qualités exigées sont :»adaptation à des organisation existantes, synthèse et reformulation, qualités rédactionnelles, maîtrise des logiciels spécifiques et des principaux outils de bureautiques. Ce profil pourrait convenir à l exception de la mention «spécialiste du métier», qui reste vague, à pratiquement n importe quelle profession dans le secteur de la gestion de l information. Or les missions correspondant à l emploi sont bien celles d un archiviste. Ainsi, l employeur s il n est pas un professionnel lui-même- n a qu une vision parfois déformée de la profession qui se limite à son champ d action. Cependant il donne, à travers les exigences qu il exprime, des éléments de contexte qui permettent d ajuster la définition des compétences à l évolution du monde du travail. Aussi est-ce un élément à prendre en compte lorsqu on élabore un modèle de compétences.

4 - Les autres professions Certaines des professions sœurs (documentalistes, bibliothécaires) ont établis des modèles de compétences, y compris au niveau international. Un certain nombre de ces démarches ont été recensées par Colleen MacEwen dans un document de synthèse qu elle a réalisé pour SPA. Dans certains cas, les professions-sœurs incluent les archivistes dans leur description des champs de compétences. Voici par exemple un extrait de l introduction de l Euroréférentiel, modèle de compétences pour les métiers de l information et de la documentation, établi par différentes associations professionnelles dans le domaine de l information et de la documentation, et sur lequel s appuie le système européen de certification «CERTIDOC» : «Le terrain et les modalités d action des archivistes, des documentalistes, etc., sont sans doute différenciés, de même que leur langage technique ou leurs relations avec les objets qu ils ont à manipuler. Mais si l on va au bout des choses, les compétences qu ils doivent mettre en oeuvre, de même que les principes déontologiques sur lesquels ils s appuient, sont fondamentalement les mêmes. Ces associations voulaient donc que cet ouvrage reflétât, ou éclairât, à la fois les compétences des uns et des autres». En tant qu archiviste, j ai du mal à cautionner ce type d assertion, et il me semble que tant dans le domaine des compétences que des principes déontologiques, des différences marquantes tenant justement à la nature de l objet que nous manipulons, font que nous avons une place à part dans le domaine des métiers de l information. Ce même document fait état de «nouveaux métiers», dont celui de records manager, qu il qualifie de mal définis, en particulier dans les pays de tradition latine. Nous ne pouvons pas laisser le soin à d autres professions de combler cette lacune, voire d occuper le terrain en prétendant exercer ces «nouveaux métiers». Ce n est pas sur le champ des archives historiques que les revendications d identités des archivistes devraient se jouer, mais bien sur celui du records management Et nous Nous avons fait le tour des partenaires potentiels dans l élaboration et la mise en œuvre d un modèle de compétences. Il ressort de cette courte analyse que chacun d entre eux doit être mis à contribution dans la définition d un modèle de compétences : chacun a en effet une approche extérieure à la profession qui est intéressante, et par rapport à laquelle il est utile de se définir. Cependant seuls les professionnels des archives regroupés en associations professionnelles ont la maîtrise des spécificités techniques du métier, et la vision d ensemble des différentes types de situations professionnelles permettant de fournir un outil cohérent et complet. Les associations professionnelles en effet, par la diversité de leurs membres, les situations professionnelles multiples qu ils représentent, sont évidemment les mieux placées pour réaliser cette démarche. Cependant, si cette situation est fréquente les pays anglo-saxons, où les associations professionnelles ont réalisé ce type d exercice (cf synthèse de Colleen MacEwen), force est de constater que cela n est pas le cas dans la plupart des autres pays, soit que le concept de modèle de compétences ne soit pas répandu, soit que les associations professionnelles n aient pas l audience suffisante pour réaliser ou promouvoir un tel outil. Nous avons pourtant la responsabilité de réfléchir à l élaboration de référentiels. C est dans ce contexte que se définit le projet que SPA souhaiterait mettre en œuvre, visant à travailler sur les modèles de compétences. Ce projet devrait être développé avec la branche européenne de

5 l ICA, EURBICA, qui a été chargée lors de la Conférence européenne de Varsovie en mai 2006 de réfléchir à la faisabilité d un modèle de compétences européen. L existence de référentiels nationaux dans un certain nombre de pays, les différences culturelles et les contextes administrations et réglementaires variés, font qu il semble difficile d imposer un modèle commun à tous les pays, même par exemple dans le cadre européen. Et c est bien peut-être ce qui fait notre différence avec d autres professions, qui n ont pas une aussi forte dépendance que nous par rapport aux contextes politique, administratif et stratégique -dépendance qui a des conséquences sur la définition et la mise en œuvre des compétences. Il s agirait plutôt de réfléchir à une méthodologie permettant de développer un modèle de compétences quel que soit le contexte local. Cette étude pourrait s appuyer sur la définition d un certain nombre de concepts essentiels qui peuvent constituer en tout ou partie ce que nous pourrions appeler le «cœur de métier», et qui font de notre profession une profession spécifique. La méthodologie doit aussi prendre en compte l étude du contexte particulier d exercice de la profession, les partenaires potentiels à consulter, etc. Une démarche pour la réflexion pourrait être proposée, illustrée par des études de cas, ou le commentaire de modèles existants. Des conseils de promotion de l outil pourraient accompagner l étude : quels objectifs particuliers lui assigner, comment le présenter, quels types d arguments utiliser en fonction de l audience à laquelle il est présenté. A ce stade, le projet n est pas encore avancé, et un groupe de réflexion profitera de cette conférence pour en tracer les principaux axes. La première étape a été réalisée pour SPA par notre collègue australienne Colleen MacEwen, dont j ai cité l étude à plusieurs reprises, étude disponible en anglais et en espagnol, et bientôt en français. Cette étude devrait être enrichie par de nouvelles contributions proposées par d autres pays. La nécessité d une telle démarche au sein de l ICA, communauté professionnelle internationale, est cependant urgente. Associer l ensemble des associations professionnelles à la réflexion sur les compétences, les doter d un outil qui devrait leur permettre, en élaborant leur propre référentiel métier, de se définir en tant que profession spécifique, est l objectif principal que s est fixé SPA en développant ce projet. La méthodologie pour élaborer un modèle de compétences, et les référentiels qui en découleront, seront autant d outils de promotion de la profession qui permettront de nous positionner dans notre contexte proche, mais aussi plus largement dans la société. Il est de notre responsabilité à nous les professionnels, de définir ce que nous sommes, et ce que nous serons au XXIe siècle. Car notre métier est ce que nous en faisons, ou nous déciderons d en faire.

CONSEIL INTERNATIONAL DES ARCHIVES

CONSEIL INTERNATIONAL DES ARCHIVES CONSEIL INTERNATIONAL DES ARCHIVES SECTION DES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES DE RECORDS MANAGEMENT ET D ARCHIVISTIQUE Questionnaire sur le Code de déontologie de l ICA : Résultats et recommandations Juin

Plus en détail

Nos formations sont conçues pour vous permettre de gagner en autonomie sur ces thématiques au coeur de votre quotidien :

Nos formations sont conçues pour vous permettre de gagner en autonomie sur ces thématiques au coeur de votre quotidien : Nouvelles technologies, nouvelles pratiques, nouvelles normes dans un environnement de plus en plus complexe, se former pour maîtriser les concepts clés de l archivage physique, numérique et de la dématérialisation

Plus en détail

Les langues étrangères en travail social : Qu en est-il des étudiants en formation de niveau 3 et des cadres pédagogiques?

Les langues étrangères en travail social : Qu en est-il des étudiants en formation de niveau 3 et des cadres pédagogiques? Les langues étrangères en travail social : Qu en est-il des étudiants en formation de niveau 3 et des cadres pédagogiques? Quel est le cadre législatif? Quelles réticences? Est-ce un frein à la mobilité?

Plus en détail

Bastia Lucciana / 9 12 octobre 2008 Samedi 11 Octobre 2008

Bastia Lucciana / 9 12 octobre 2008 Samedi 11 Octobre 2008 La conservation, la restauration et l étude du patrimoine en milieu isolé sous les aspects opérationnels dans le cadre d un projet de réalisation (constructions, rénovations, aménagements, équipements

Plus en détail

Licence professionnelle Banque, fiscalité, vente de produits financiers, gestion de patrimoine

Licence professionnelle Banque, fiscalité, vente de produits financiers, gestion de patrimoine Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Banque, fiscalité, vente de produits financiers, gestion de patrimoine Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES CAS LIBERCLIC

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES CAS LIBERCLIC BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES CAS LIBERCLIC La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés

Plus en détail

Le Formateur en Institut de Formation en Soins Infirmiers

Le Formateur en Institut de Formation en Soins Infirmiers INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS Mission du formateur I.F.S.I. REDACTEUR : Christine BELOEIL : Directeur IFSI DATE : le 21 JANVIER 2005 MIS A JOUR LE 15 SEPTEMBRE 2005 MIS A JOUR LE 31 AOUT 2007

Plus en détail

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE Commission paritaire nationale de l'emploi de la Métallurgie Qualification : MQ 2007 10 89 0264 FICHE D IDENTITE DE LA QUALIFICATION VALIDEE TITRE DE LA QUALIFICATION : Coordonnateur (trice) du développement

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Histoire - métiers de la culture, des archives et du document (MECADOC) de l Université de Haute-Alsace Vague C 2013-2017 Campagne

Plus en détail

Questionnaire sur la situation de l archivage dans les laboratoires du CNRS

Questionnaire sur la situation de l archivage dans les laboratoires du CNRS Questionnaire sur la situation de l archivage dans les laboratoires du CNRS Une mission Les archives scientifiques ont toujours représenté un patrimoine d'une richesse inestimable : elles sont le témoignage

Plus en détail

CONSEIL INTERNATIONAL DES ARCHIVES GROUPE DE TRAVAIL SUR LES DROITS DE L HOMME

CONSEIL INTERNATIONAL DES ARCHIVES GROUPE DE TRAVAIL SUR LES DROITS DE L HOMME CONSEIL INTERNATIONAL DES ARCHIVES GROUPE DE TRAVAIL SUR LES DROITS DE L HOMME PRINCIPES DE BASE RELATIFS AU RÔLE DES ARCHIVISTES POUR LA DÉFENSE DES DROITS DE L HOMME PROJET 21-06-2014 INTRODUCTION Les

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D EDUCATEUR DE JEUNES ENFANTS 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL

Plus en détail

Synthèse du portrait prospectif approfondi de la branche des cabinets d avocats

Synthèse du portrait prospectif approfondi de la branche des cabinets d avocats Synthèse du portrait prospectif approfondi de la branche des cabinets d avocats Observatoire des Métiers des Professions Libérales 52-56, rue Kléber - 92309 LEVALLOIS-PERRET Cedex Tél. 01 46 39 38 77 -

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

Master of Science HES-SO en Sciences de l information Rentrée Année académique 2015

Master of Science HES-SO en Sciences de l information Rentrée Année académique 2015 Master of Science HES-SO en Sciences de l information Rentrée Année académique 015 Formulaire relatif aux enseignements en prérequis en vue de demandes d équivalence Seuls les étudiants devant effectuer

Plus en détail

Guide du Tuteur Banque et Assurance

Guide du Tuteur Banque et Assurance Guide du Tuteur Banque et Assurance QU EST-CE QUE LE BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES? Il s agit d une formation en 2 ans proposée aux titulaires d un baccalauréat technologique ou général. Elle

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestion de contenus numériques et stratégie web de l Université Paris 13 - Paris-Nord Vague D 2014-2018 Campagne

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION. Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile

CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION. Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile A.N.F.A. Département Ingénierie et Compétences Mars 2013 SOMMAIRE INFORMATIONS

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO)

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) Former des urbanistes Le master Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) s appuie sur

Plus en détail

FICHE METIER Responsable de service

FICHE METIER Responsable de service DOCUMENT DE TRAVAIL FICHE METIER Responsable de service METIER RESPONSABLE DE SERVICE Date de création/modification Janvier 2011 Définition du métier En relation et en cohérence avec les objectifs de la

Plus en détail

APPUI INDIVIDUEL A L ORIENTATION ET AUX PROJETS. Université d Artois - SEPIA 1

APPUI INDIVIDUEL A L ORIENTATION ET AUX PROJETS. Université d Artois - SEPIA 1 APPUI INDIVIDUEL A L ORIENTATION ET AUX PROJETS - SEPIA 1 SOMMAIRE MODULE 1 «ENTRETIEN APPROFONDI ET CONTRACTUALISATION» MODULE 2 «INTERETS, MOTIVATIONS ET VALEURS» MODULE 3 «COMPETENCES» MODULE 4 «METHODOLOGIE

Plus en détail

En partenariat avec RH & organisation

En partenariat avec RH & organisation En partenariat avec RH & organisation FORMATION D EVALUATEUR EXTERNE EN ETABLISSEMENT SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL PROGRAMME PEDAGOGIQUE 3 e promotion 2012/2013 ESTES -3 rue Sédillot BP 44 67065 STRASBOURG

Plus en détail

les 4 étapes de l'ingénierie de formation

les 4 étapes de l'ingénierie de formation Le responsable de doit coordonner et piloter 4 étapes principales dans la démarche d ingénierie de. les 4 étapes de l'ingénierie de Analyser Concevoir Evaluer Réaliser 1 ANALYSER Une première étape consiste

Plus en détail

Thèmes du programme. 1. L archivage à l ère du numérique

Thèmes du programme. 1. L archivage à l ère du numérique Conférence quadriennale du Conseil international des Archives Séoul, Corée du Sud, 5-10 septembre 2016 Archives, Harmonie et Amitié : gages de sensibilisation culturelle, de justice et de collaboration

Plus en détail

LE TEMPS EST VENU. de préparer notre avenir

LE TEMPS EST VENU. de préparer notre avenir LE TEMPS EST VENU de préparer notre avenir CADRE D UNIFICATION DE LA PROFESSION COMPTABLE CANADIENNE VISION DE LA PROFESSION Incarner le titre comptable canadien par excellence, reconnu internationalement

Plus en détail

Le métier des conservateurs en crise

Le métier des conservateurs en crise Le métier des conservateurs en crise Conservateur des musées de la Vendée et président de l Association Générale des Conservateurs des Collectivités Publiques de France (AGCPF) Un domaine en développement,

Plus en détail

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS LE DEVENIR DES DIPLOMÉS Master Communication des entreprises et des institutions Finalité : Professionnelle Situation professionnelle deux après l obtention d un master 2 Les enquêtes sur le devenir des

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Ocean indien : géographie et histoire de l Université de la Réunion Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE

MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/SEC//BR/DS/PP/DSA/N 12-04 Danielle SOULAT 01 43 93 84 77 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : CHEF DE PROJET ARCHIVAGE ET SYSTEME D

Plus en détail

Consolider le doctorat

Consolider le doctorat Consolider le doctorat Éléments de travail pour l élaboration de positions sur le système doctoral Texte adopté par le Conseil d Administration de l ANDèS en mai 2007 Les recommandations qui suivent s

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestion et édition de fonds photographiques et audiovisuels de l Université Lille 3 Sciences humaines et sociales

Plus en détail

Conseils pour la rédaction du CV et la préparation à l entrevue. par Stéphan Fournier, conseiller carrière au Mouvement Desjardins

Conseils pour la rédaction du CV et la préparation à l entrevue. par Stéphan Fournier, conseiller carrière au Mouvement Desjardins Conseils pour la rédaction du CV et la préparation à l entrevue par Stéphan Fournier, conseiller carrière au Mouvement Desjardins Les facteurs de succès de votre démarche Tout en reconnaissant que votre

Plus en détail

CONCOURS. Intitulé réglementaire :

CONCOURS. Intitulé réglementaire : NOTE DE CADRAGE QUESTIONNAIRE PORTANT SUR LA SPECIALITE CONCOURS EXTERNE, INTERNE ET TROISIEME VOIE D ASSISTANT TERRITORIAL QUALIFIE DE CONSERVATION DU PATRIMOINE ET DES BIBLIOTHEQUES (Durée : 3 heures

Plus en détail

Module 1 LES ARCHIVES ET LEUR IMPORTANCE

Module 1 LES ARCHIVES ET LEUR IMPORTANCE Module 1 LES ARCHIVES ET LEUR IMPORTANCE 1. Qu est-ce que les archives? 1.1 Une question à poser 1.2 Les archives, là où les choses commencent 2. L objet de l archivistique 2.1 Information et archives

Plus en détail

Liste des emplois types, extraite des référentiels métiers de la branche

Liste des emplois types, extraite des référentiels métiers de la branche ingénierie + numérique + études + conseil + métiers de l événement Liste des emplois types, extraite des référentiels métiers de la branche 1. INFORMATIQUE 1.1. Conseil A 1.1.1. Métier 1.1.1.1. Consultant

Plus en détail

Ministère de l éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative

Ministère de l éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative Ministère de l éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative Secrétariat général Direction générale des ressources humaines Sous-direction du recrutement CONCOURS INTERNE COMMUN POUR LE

Plus en détail

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010 Référentiel métier de Directeur(trice) des soins Ce référentiel intègre à la fois le métier Directeur(trice) des soins en établissement et celui de Directeur(trice) des soins en institut de formation paramédicale.

Plus en détail

Le référentiel de compétences à l'université, outil d'une politique Qualité : exemple en formation d ingénieurs.

Le référentiel de compétences à l'université, outil d'une politique Qualité : exemple en formation d ingénieurs. Le référentiel de compétences à l'université, outil d'une politique Qualité : exemple en formation d ingénieurs. Philippe Bouillard 1, Frédéric Robert 2, Nadine Postiaux 3 1 BATir (Building, Architecture

Plus en détail

sommaire L organisation et la gestion des archives d entreprise...7

sommaire L organisation et la gestion des archives d entreprise...7 sommaire La formation continue à l EBAD... 3 Niveau i... 4 La chaine de traitement archivistique... 4 Initiation aux techniques documentaires... 5 Organisation et gestion des bibliothèques... 6 Niveau

Plus en détail

La gestion globale des contenus d entreprise

La gestion globale des contenus d entreprise Gonzague Chastenet de Géry La gestion globale des contenus d entreprise Le projet ECM, une nouvelle approche de la gestion de l information é d i t i o n s Les Editions de l ADBS publient des ouvrages

Plus en détail

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement?

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? 1 Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? Livre blanc Objectif du document : Ce document a pour objectif de présenter les principaux éléments de choix d un cabinet de reclassement collectif

Plus en détail

Rénovation de la voie professionnelle Pour la filière vente

Rénovation de la voie professionnelle Pour la filière vente Document de synthèse Rénovation de la voie professionnelle Pour la filière vente I - Présentation générale de la rénovation a) Les enjeux de la rénovation de la voie professionnelle A travers cette réforme,

Plus en détail

Guide pour aider à l évaluation des actions de formation

Guide pour aider à l évaluation des actions de formation Guide pour aider à l évaluation des actions de formation Pourquoi évaluer? L évaluation constitue la dernière étape du service d ingénierie que le conseiller de l AGEFOS PME Bretagne peut apporter à l

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Coordinateur-trice du personnel de l Université Paris Descartes Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013

Plus en détail

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT Direction des affaires académiques et internationales Études supérieures COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE

Plus en détail

«ATOUT COMPETENCES MOBILITE»

«ATOUT COMPETENCES MOBILITE» IRA de Lille DIRECTION DE LA FORMATION CONTINUE «ATOUT COMPETENCES MOBILITE» Offre pour les services RH [Tapez un texte] JuJuibn 2 Edito Gilbert Elkaïm Directeur de l Institut Régional d Administration

Plus en détail

Grille d autoévaluation

Grille d autoévaluation Introduction Grille d autoévaluation de la qualité des pratiques de soutien à la parentalité en hébergement social Cette grille d auto-évaluation s inscrit dans la démarche d évaluation interne préconisée

Plus en détail

Pourquoi s engager dans une démarche de certification sur le management de la qualité?

Pourquoi s engager dans une démarche de certification sur le management de la qualité? Pourquoi s engager dans une démarche de certification sur le management de la qualité? La Cellule de Restructuration des Hôpitaux Universitaires de Strasbourg C est l entité en charge de la maîtrise d

Plus en détail

Affaires générales Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 165

Affaires générales Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 165 Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 165 COORDONNATEUR D ADMINISTRATION GÉNÉRALE Code : ADM01 Coordonnateur d administration générale FPEADM01 Il organise, coordonne et supervise le

Plus en détail

Enquête Projet CERTIDoc. Mesdames, Messieurs,

Enquête Projet CERTIDoc. Mesdames, Messieurs, Enquête Projet CERTIDoc Mesdames, Messieurs, Le projet CERTIDoc est l oeuvre commune d un consortium regroupant trois associations de professionnels de l information et documentation : ADBS 1, DGI 2 et

Plus en détail

Guide manager pour l entretien professionnel

Guide manager pour l entretien professionnel Guide manager pour l entretien professionnel Le présent guide a pour objet de faciliter la mise en oeuvre de l entretien professionnel et, de rappeler pour chacune des étapes les activités à conduire et

Plus en détail

ASSISTANT TERRITORIAL DE CONSERVATION DU PATRIMOINE ET DES BIBLIOTHÈQUES PRINCIPAL DE 2 e CLASSE

ASSISTANT TERRITORIAL DE CONSERVATION DU PATRIMOINE ET DES BIBLIOTHÈQUES PRINCIPAL DE 2 e CLASSE Cadrage actualisé 15/10/15 Document élaboré par les membres d une cellule pédagogique nationale associant des représentants des centres de gestion de la fonction publique territoriale ASSISTANT TERRITORIAL

Plus en détail

Préambule. Les Partenaires

Préambule. Les Partenaires Préambule Les caractéristiques de l environnement économique et les conditions d accès au marché de l emploi imposent aux jeunes diplômés de disposer de compétences particulières pour mener à bien leur

Plus en détail

PLAN DE CONTROLE EXTERNE DU REFERENTIEL AFAQ Service Confiance

PLAN DE CONTROLE EXTERNE DU REFERENTIEL AFAQ Service Confiance PLAN DE CONTROLE EXTERNE DU REFERENTIEL AFAQ Service Confiance REF 13201 Activités d accueil, d information, de conception, de mise en œuvre et de suivi des formations professionnelles agricoles REFERENCE

Plus en détail

MANUEL DES STAGES Master professionnel Option : Gestion Scolaire

MANUEL DES STAGES Master professionnel Option : Gestion Scolaire Université Saint-Joseph Faculté des Sciences de l Éducation MANUEL DES STAGES Master professionnel Option : Gestion Scolaire 2014 2015 Faculté des Sciences de l Education, mis à jour 26 novembre 2014 TABLE

Plus en détail

Qu est ce que le coaching professionnel? 08/07/2008

Qu est ce que le coaching professionnel? 08/07/2008 Qu est ce que le coaching professionnel? 08/07/2008 Organisation de la soirée Faisons connaissance Le coaching professionnel : qu est ce que c est? Témoignage de Laurent BESSE Questions / réponses, partage

Plus en détail

OBJECTIF FORMATION ANIMATION QUALITE

OBJECTIF FORMATION ANIMATION QUALITE OBJECTIF FORMATION ANIMATION QUALITE Des animations de qualité pour les enfants 10 Allée du Cortil La Vacherie 74230 THÔNES Téléphone : 04 50 63 10 64 Messagerie : ofaq@aliceadsl.com Formations continues

Plus en détail

GESTION DES COMPÉTENCES ET GPEC

GESTION DES COMPÉTENCES ET GPEC Cécile Dejoux GESTION DES COMPÉTENCES ET GPEC 2 e édition Pour aller plus loin, voir le site de l auteur : http://ceciledejoux.com Professeur à l Insead Dunod, Paris, 2 e édition, 2013 ISBN 978-2-10-058928-9

Plus en détail

INRA-DRH numconcours externes 2011

INRA-DRH numconcours externes 2011 INRA-DRH numconcours externes 2011 http://www.inra.fr/drh/ce2011-ferme/bdd/profil.php?numprofil=ie11-drh-3 Page 1 of 2 10/02/2011 IE Chargé d'animation et d'ingénierie en formation continue profil n :

Plus en détail

La validation des acquis de l expérience dans une Formation d Ingénieur en Partenariat

La validation des acquis de l expérience dans une Formation d Ingénieur en Partenariat DAROUX Géraldine (7109) La validation des acquis de l expérience dans une Formation d Ingénieur en Partenariat Ce texte relate l expérience conduite au sein de l Institut Supérieur des Techniques Productiques

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Audit, contrôle, finance de l Université Montpellier 1 UM1 Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

Éducation et Formation tout au long de la vie

Éducation et Formation tout au long de la vie Éducation et Formation tout au long de la vie 53 RESPONSABLE DE SERVICE DE SCOLARITÉ Code : EDU06B Responsable de l accompagnement des jeunes FPEEDU06 Il est responsable du service scolarité de l entité.

Plus en détail

Association des archivistes français. Référentiel métiers. [Archiviste manager]

Association des archivistes français. Référentiel métiers. [Archiviste manager] Page1 2009 Association des archivistes français Référentiel métiers [Archiviste manager] Vous trouverez dans ce document la liste des activités, savoirs, savoir-faire et savoir-etre correspondant au métier

Plus en détail

Finalités de l ouvrage

Finalités de l ouvrage Introduction Il est commun de souligner que la fonction ressources humaines a subi des évolutions rapides et profondes depuis les années qui ont suivi la seconde guerre mondiale. Le rôle du DRH n a cessé

Plus en détail

LA LICENCE PROFESSIONNELLE DE L EBAD : LIDO

LA LICENCE PROFESSIONNELLE DE L EBAD : LIDO LA LICENCE PROFESSIONNELLE DE L EBAD : LIDO On y entre en première année (L1), en deuxième année (L2) ou en troisième année (L3), on en sort avec un Bac +3 et des compétences qui facilitent l'accès à l'emploi.

Plus en détail

I- L état des lieux fait le constat global d une offre de formation continue en design balbutiante, peu lisible et peu accessible.

I- L état des lieux fait le constat global d une offre de formation continue en design balbutiante, peu lisible et peu accessible. Mars 2010 Synthèse de l étude de faisabilité sur la mise en place d une offre structurée de formation continue en matière de design, répondant aux besoins des entreprises I- L état des lieux fait le constat

Plus en détail

!"##""" $%$ &"'$# 1. Modéliser et qualifier la relation entre les tuteurs et les formateurs

!## $%$ &'$# 1. Modéliser et qualifier la relation entre les tuteurs et les formateurs !"##""" $%$ &"'$# F.S.E. Demandé F.S.E. Accordé 1. CONTEXTE Le projet collectif relation / Entreprises par l approche compétences vise à donner une suite et créer de nouveaux liens transversaux entre les

Plus en détail

ACCORD DU 14 NOVEMBRE 2008

ACCORD DU 14 NOVEMBRE 2008 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord national interprofessionnel GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES

Plus en détail

Philosophie. Parcours d études proposés à l Institut Catholique de Paris Métiers associés

Philosophie. Parcours d études proposés à l Institut Catholique de Paris Métiers associés Institut Catholique de Paris Service Communication Fiche Filière / parcours Philosophie Parcours d études proposés à l Institut Catholique de Paris Métiers associés Collection «Orientation à l ICP : Fiches

Plus en détail

Gestion Participative Territoriale :

Gestion Participative Territoriale : !!" #!#$ # % #% Touiza Solidarité Evaluation ex post et externe Gestion Participative Territoriale : François Durand Consultant ITG Paris Foued Chehat Expert associé 1 Le cadre de l évaluation Le projet

Plus en détail

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis Version 2 : 20 juillet 2012 L expérimentation conduite par l Agence nationale de lutte contre l illettrisme

Plus en détail

Pour un projet d élaboration d une base de données terminologiques multilingues en Roumanie enjeux, obstacles, détermination

Pour un projet d élaboration d une base de données terminologiques multilingues en Roumanie enjeux, obstacles, détermination Pour un projet d élaboration d une base de données terminologiques multilingues en Roumanie enjeux, obstacles, détermination Corina Cilianu-Lascu lascu_corina@yahoo.fr Plan de l exposé 1. Introduction

Plus en détail

Les poursuites d études en lettres modernes? I Que faire après une L2?

Les poursuites d études en lettres modernes? I Que faire après une L2? Les poursuites d études en lettres modernes? I Que faire après une L2? Si vous visez une insertion professionnelle à court terme, vous pouvez postuler pour entrer dans certaines licences professionnelles

Plus en détail

Tuteurs à distance : vers une professionnalisation?

Tuteurs à distance : vers une professionnalisation? Tuteurs à distance : vers une professionnalisation? Viviane GLIKMAN Enseignant-chercheur en sciences de l éducation viviane.g1@free.fr QUATRE IDÉES-FORCE L importance de la fonction tutorale La situation

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA RENCONTRE ORGANİSÉE PAR LE CABİNET MAZARS SUR LE COMMİSSARİAT AUX COMPTES DANS LES UNİVERSİTÉS

COMPTE RENDU DE LA RENCONTRE ORGANİSÉE PAR LE CABİNET MAZARS SUR LE COMMİSSARİAT AUX COMPTES DANS LES UNİVERSİTÉS COMPTE RENDU DE LA RENCONTRE ORGANİSÉE PAR LE CABİNET MAZARS SUR LE COMMİSSARİAT AUX COMPTES DANS LES UNİVERSİTÉS Le 31 mars 2010 le cabinet MAZARS a organisé une rencontre portant sur les premiers retours

Plus en détail

Coaching professionnel & life-coaching

Coaching professionnel & life-coaching Coaching professionnel & life-coaching Karim M. Reggad, Directeur de l IFGAP et : - Psychothérapeute, Médiateur Coach Consultant - Spécialiste en communication et relations humaines - 30 ans d expérience

Plus en détail

Atelier "INVENTAIRES" - PARIS 10-12 décembre 2008 DOCUMENT DE REFERENCE

Atelier INVENTAIRES - PARIS 10-12 décembre 2008 DOCUMENT DE REFERENCE Euromed Heritage IV Un programme financé par l Union Européenne EUROMED HERITAGE Cadre institutionnel et légal Atelier "INVENTAIRES" - PARIS 10-12 décembre 2008 DOCUMENT DE REFERENCE Coordination : Frank

Plus en détail

PREAMBULE. Cet accord renforce la mise en place d un ENTRETIEN DE SECONDE PARTIE DE CARRIERE (article 5.22).

PREAMBULE. Cet accord renforce la mise en place d un ENTRETIEN DE SECONDE PARTIE DE CARRIERE (article 5.22). GUIDE PRATIQUE DU COLLABORATEUR L entretien de 2 nde partie de carrière SOMMAIRE PREAMBULE... 3 1. ENJEU ET OBJECTIFS DE L'ENTRETIEN... 4 2. CONTENU DE L ENTRETIEN DE 2 NDE PARTIE DE CARRIERE... 4 3. MODALITES

Plus en détail

Les données primaires Les données traitées

Les données primaires Les données traitées 1 Madame, Messieurs, Au cours de mon DEA portant sur la refonte de bdb, base de données Beuvray, je me suis aperçue qu une réflexion plus générale serait à menée sur le traitement de l information archéologique.

Plus en détail

UN PLAN D ACTION POUR L AVENIR LE RÔLE DE L AIIT DANS LA RÉALISATION D UNE INSPECTION RENFORCÉE ET PROFESSIONNELLE PARTOUT DANS LE MONDE

UN PLAN D ACTION POUR L AVENIR LE RÔLE DE L AIIT DANS LA RÉALISATION D UNE INSPECTION RENFORCÉE ET PROFESSIONNELLE PARTOUT DANS LE MONDE 3 UN PLAN D ACTION POUR L AVENIR LE RÔLE DE L AIIT DANS LA RÉALISATION D UNE INSPECTION RENFORCÉE ET PROFESSIONNELLE PARTOUT DANS LE MONDE Proposition de Michele Patterson, Présidente, juin 2008 Introduction

Plus en détail

Extrait du référentiel Métiers de la Branche :

Extrait du référentiel Métiers de la Branche : OPIIEC OBSERVATOIRE PARITAIRE DES METIERS DE L, DE L INGENIERIE, DES ETUDES ET DU CONSEIL REFERENTIEL METIERS Extrait du référentiel Métiers de la Branche : Etudes et développement Référentiel Métiers

Plus en détail

FORMATION CONTINUE Programme

FORMATION CONTINUE Programme Arsi Prog2015-BAT3:PF 2011 12/08/14 11:34 Page1 2 0 1 5 FORMATION CONTINUE Programme Association de Recherche en Soins Infirmiers agréée pour la formation continue 109, rue Negreneys 31200 TOULOUSE Tél.

Plus en détail

Code déontologique à l attention des professionnels de l information - Projet

Code déontologique à l attention des professionnels de l information - Projet VVBAD Beroepscode voor informatieprofessionnals - Ontwerp http://www.vvbad.be/views/beroepscode proposition de traduction - K. Bergé - 07.06.2010 -----------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

La fonction publique en France

La fonction publique en France MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE édition 2013 La fonction en France Des métiers au service des citoyens les essentiels Dans la fonction, tous les agents

Plus en détail

Titre du MASTER : Lettres, Langues et Sciences humaines Mention : Sciences de l Information et Métiers de la Culture Spécialité : Archivistique

Titre du MASTER : Lettres, Langues et Sciences humaines Mention : Sciences de l Information et Métiers de la Culture Spécialité : Archivistique Titre du MASTER : Lettres, Langues et Sciences humaines Mention : Sciences de l Information et Métiers de la Culture Spécialité : Archivistique Objectifs et Débouchés Ce Master professionnel propose, outre

Plus en détail

Défi Science 2012/2013. Cycle 3

Défi Science 2012/2013. Cycle 3 Défi Science 2012/2013 Cycle 3 Le véhicule Trappe à Souris Le véhicule doit être construit uniquement avec du matériel de récupération (pas de roues de jouets) (sauf pour la trappe) Le véhicule doit être

Plus en détail

ORGANISATION DES POINTS D ETAPE

ORGANISATION DES POINTS D ETAPE Projet de note méthodologique ANRU Janvier 2008 ORGANISATION DES POINTS D ETAPE Note méthodologique 1. PRESENTATION GENERALE 1. Enjeux et objectifs des points d étape Les points d étape, réalisés deux

Plus en détail

Assurer une plus grande protection du public par une industrie compétente, saine et durable

Assurer une plus grande protection du public par une industrie compétente, saine et durable Assurer une plus grande protection du public par une industrie compétente, saine et durable Mémoire présenté au Ministère des Finances du Québec Dans le cadre de la consultation sur le Rapport sur l application

Plus en détail

Licence professionnelle Droit, procédures, métiers du contentieux

Licence professionnelle Droit, procédures, métiers du contentieux Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Droit, procédures, métiers du contentieux Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes

Plus en détail

Guide Tuteur Commerce et Distribution

Guide Tuteur Commerce et Distribution Guide Tuteur Commerce et Distribution QU EST-CE QUE LE BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES? Il s agit d une formation en 2 ans proposée aux titulaires d un baccalauréat technologique ou général. Elle

Plus en détail

Fiche de fonction responsable Relais Assistants Maternels

Fiche de fonction responsable Relais Assistants Maternels Fiche de fonction responsable Relais Assistants Maternels Les Relais assistants maternels (Ram) ont été créés en 1989 par la Caisse Nationale des Allocations Familiales. L existence et les missions des

Plus en détail

Accompagnement des élèves en situation de handicap : la reconnaissance d un vrai métier. Jeudi 22 août 2013. Conférence de presse

Accompagnement des élèves en situation de handicap : la reconnaissance d un vrai métier. Jeudi 22 août 2013. Conférence de presse Accompagnement des élèves en situation de handicap : la reconnaissance d un vrai métier Jeudi 22 août 2013 Conférence de presse Sommaire Accompagnement des élèves en situation de handicap : la reconnaissance

Plus en détail

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience «Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience UNIVERSITE PARIS 8 ENTREPRISE FNAIM Monter les salariés

Plus en détail

RESPONSABLE DE LA DOCUMENTATION DU CONSEIL GENERAL

RESPONSABLE DE LA DOCUMENTATION DU CONSEIL GENERAL Direction des Ressources humaines RESPONSABLE DOCUMENTALISTE J RESPONSABLE DE LA DOCUMENTATION DU CONSEIL GENERAL POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Service : Documentation Poste de rattachement

Plus en détail

MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE CQP / CQPI AU SEIN D UNE BRANCHE

MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE CQP / CQPI AU SEIN D UNE BRANCHE MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE CQP / CQPI AU SEIN D UNE BRANCHE Guide méthodologique à usage des CPNE Guide validé par le CPNFP du 16 mars 2012 1 PLAN De quoi parle-t-on? Synthèse du processus d élaboration

Plus en détail

FICHE D'IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE. TITRE DE LA QUALIFICATION : Gestionnaire de flux de commandes à l international

FICHE D'IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE. TITRE DE LA QUALIFICATION : Gestionnaire de flux de commandes à l international Commission paritaire nationale de l'emploi de la métallurgie Qualification : MQ 90 12 38 0079 (Cette fiche annule et remplace, à compter du 6 juin 2007, la précédente fiche d identité) FICHE D'IDENTITÉ

Plus en détail

Dossier de Reconnaissance des Acquis de l Expérience Professionnelle. (RAEP) Direction de la Formation CAFA de Bordeaux 2011

Dossier de Reconnaissance des Acquis de l Expérience Professionnelle. (RAEP) Direction de la Formation CAFA de Bordeaux 2011 Dossier de Reconnaissance des Acquis de l Expérience Professionnelle. (RAEP) Composition du dossier Première partie : L identité du candidat et sa situation administrative. Deuxième partie : Le parcours

Plus en détail

MODALITES DE CERTIFICATION DE LA PSE pour la session 2016

MODALITES DE CERTIFICATION DE LA PSE pour la session 2016 MODALITES DE CERTIFICATION DE LA PSE pour la session 2016 1. L épreuve de PSE au baccalauréat professionnel : 1.1. Les modifications : BO n 30 du 23 juillet 2015 À partir de la session 2016, l épreuve

Plus en détail

Cette unité d'enseignement comprend les activités d'apprentissage suivantes : SORH1B08INTR Introduction à la GRH 30 h / 2 C

Cette unité d'enseignement comprend les activités d'apprentissage suivantes : SORH1B08INTR Introduction à la GRH 30 h / 2 C Haute École Louvain en Hainaut www.helha.be Année académique 2015-2016 Bachelier en gestion des ressources humaines HELHa Tournai 1 Rue Frinoise 12 7500 TOURNAI Tél : +32 (0) 69 89 05 06 Fax : +32 (0)

Plus en détail