Code déontologique à l attention des professionnels de l information - Projet

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Code déontologique à l attention des professionnels de l information - Projet"

Transcription

1 VVBAD Beroepscode voor informatieprofessionnals - Ontwerp proposition de traduction - K. Bergé Code déontologique à l attention des professionnels de l information - Projet Code déontologique pour bibliothécaires/ gestionnaires de l information et bibliothécaires adjoints/ médiateurs de l information Avant-propos Le code déontologique est rédigé par un groupe de travail de la Vlaamse Vereniging voor Bibliotheek, Archief en Documentatie vzw (VVBAD) à la demande du Conseil d administration de l organisation. Ce document contient une première ébauche de ce code. Celle-ci est soumise au secteur pour avis, du 16 mars au 30 avril Les commentaires sont attendus sur le site de la VVBAD, sous la rubrique concernée Les réactions peuvent être adressées à Bruno Vermeeren Le GT est composé de : - Els Bervoets, Katholieke Hogeschool Mechelen (bibliothèques des hautes écoles) ; - Paul Heyvaert, ABD-BVD (bibliothèques scientifiques et centres de documentation) ; - Steven Van Impe, Erfgoedbibliotheek Hendrik Conscience (bibliothèques patrimoniales) ; - Patrick Vanhoucke, Hoofdstedelijke Openbare Bibliotheek (bibliothèques publiques) ; - Patrick Vanouplines,VUB (bibliothèques universitaires) ; - Bruno Vermeeren, Vlaamse Vereniging voor Bibliotheek, Archief en Documentatie vzw (VVBAD). Introduction Portée Le secteur de la «veille de l information couvre le champ entre la production et la demande d information. En fait le secteur est l intermédiaire qui assure le transfert de l information dans le processus élargi du développement des connaissances et du développement culturel, dont l objectif principal est d accompagner de façon professionnelle les utilisateurs à la recherche d information. Les activités centrales du secteur consistent à : 1

2 sélectionner l information ; rassembler l information ; faciliter l accès à l information (catalogage & indexation); offrir des possibilités d information, de rencontre et/ ou de divertissement; détecter et stimuler la demande d information ; conserver l information. (basé sur les profils de compétence professionnelle bibliothécaire/ gestionnaire de l information et bibliothécaire adjoint/ médiateur de l information) Objectifs Ce code comporte les lignes directrices de bonnes pratiques à l usage des bibliothécaires/ gestionnaires de l information et bibliothécaires adjoints/ médiateurs de l information. Il constitue un document de référence concernant le comportement attendu des professionnels de l information. Vu que le code professionnel ne contient que des principes généraux, ils devront toujours l interpréter eux-mêmes. Ils devront donc traduire le code en fonction de la situation concrète à laquelle ils seront confrontés. Ces principes leur permettent de s évaluer, et d apporter si nécessaire une réponse appropriée à leur comportement? Dans ce sens le professionnel de l information peut aussi utiliser le code pour justifier son mode opératoire envers des tiers. Pour le monde extérieur, le code professionnel constitue un critère d évaluation du comportement des professionnels de l information. Le code détermine également l image que les utilisateurs, les autorités et les autres intéressés se font du «professionnel de l information». En résumé on peut dire que ce code offre des garanties pour un contrôle de la qualité dans l exercice du métier. On attend des bibliothécaires/ gestionnaires de l information et des bibliothécaires adjoints/ médiateurs de l information qu ils se tiennent aux principes exprimés dans ce code. Il est évident qu ils doivent aussi se conformer au règlement d application dans leur propre organisation et à la législation en vigueur. Ils agissent donc dans un champ de tension complexe, déterminé par les règles de la profession, de l organisation et de la société. En général la législation sera prioritaire sur la réglementation de l organisation mère et le professionnel de l information devra s y adapter. Il est tout à fait possible que le code professionnel offre des arguments pour remettre en question ces règles et la législation. Une pareille discussion se produira toujours dans le cadre réglementaire et juridique en vigueur. Terminologie 2

3 Le GT préfère l appellation : code professionnel pour professionnels de l information Le GT choisit la dénomination «code professionnel» qui indique clairement ce que le document veut être : une ligne de conduite pour un groupe professionnel spécifique. Par la dénomination «professionnel de l information» le GT entend bibliothécaires adjoints/ médiateurs de l information et bibliothécaires/ gestionnaires de l information. Ces dénominations renvoient explicitement vers les profils de compétence professionnelle bibliothécaire/ gestionnaire de l information et bibliothécaire adjoint/ médiateur de l information qui ont été rédigés en 2009 par le SERV en collaboration avec le secteur (www.vvbad.be/node/55). Ces profils sont d application pour les collaborateurs de tous les types de bibliothèques et centres de documentation. Ils décrivent en d autres mots les professionnels qui devraient respecter ce code. Par le renvoi vers les deux profils de compétence professionnelle, le GT indique que le code est d application pour toute personne qui travaille sur le plan du contenu ou sur le plan technique du métier dans une bibliothèque, un service d information ou un centre de documentation. Dans ce document nous utilisons le terme «professionnel de l information» comme dénomination qui recouvre tous ces «praticiens de la profession». Partout où est noté «il», peut aussi être lu «elle». Dans le document présent le terme «bibliothèques» est utilisé pour les centres de documentation, les bibliothèques patrimoniales, les bibliothèques publiques, les bibliothèques scolaires et universitaires. Le document utilise le terme «utilisateur» (actuel et futur) plutôt que «client». Car l information ne peut être «consommée» tout simplement. Le professionnel de l information doit aussi tenir compte des utilisateurs futurs et des exigences de la collection en soi. Le code donne à chaque fois un principe général et en outre un commentaire plus précis. La profession 1. Le professionnel de l information contribue par son rayonnement à l image positive de la profession. Le professionnel de l information connaît le code déontologique et le propage/ divulgue. Il a un large intérêt pour les développements sur le plan économique, politique, social, culturel et scientifique. Il suit les évolutions sur le plan professionnel, e.a. en étant membre d organisations de bibliothécaires et de réseaux professionnels, et par la participation à des activités et réunions. Le professionnel de l information défend les valeurs de la bibliothèque. 2. Le professionnel de l information défend l accès libre à l information et la culture. Il rejette la censure et ne discrimine pas. Il agit en accord avec la législation pertinente en 3

4 vigueur, comme le droit d auteur et la loi sur la protection de la vie privée. 3. Le professionnel de l information assure des services de qualité à tous les niveaux. Le professionnel de l information est garant de services impartiaux, dynamiques et efficaces. Sur base d évaluations périodiques, il améliore/ corrige l offre et la qualité des services. 4. Le professionnel de l information met continuellement en pratique le principe de formation continue. Le professionnel de l information suit les évolutions récentes par la littérature (professionnelle), des journées d étude, des cours et d autres sources d information. Si nécessaire, il prend l initiative lui-même. 5. Le professionnel de l information entretient un standard élevé d intégrité professionnelle. Il s efforce de fournir des informations fiables. Il exécute ses tâches en conformité avec les principes d ouverture, de publicité et d impartialité. 6. Le professionnel de l information a une attitude ouverte et sans préjugés envers ses collègues et reconnaît que cela conditionne le fonctionnement efficace de l organisation et de l entièreté/l ensemble du groupe professionnel. Le professionnel de l information délègue et encourage la prise de responsabilités. Il communique avec ses collègues sur l évolution des évènements dans la bibliothèque et est disposé à partager ses connaissances et expériences professionnelles. Il collabore avec les autres bibliothécaires pour atteindre de meilleures compétences (professionnelles) et encourage les collègues à participer à des activités professionnelles. Les collections 1. Le professionnel de l information prend soin des collections et de leur accessibilité. Il pourvoit/ crée des conditions de conservation et d utilisation correctes et assure l accessibilité des collections tant physique que virtuelle, en cohérence avec la nature de la collection et la communauté d utilisateurs de la bibliothèque. 2. Le professionnel de l information veille à ce que le contenu de la collection corresponde/ soit conforme aux missions de l institution et réponde aux besoins des utilisateurs. Il est souhaitable que la politique des collections soit fixée dans un plan de développement des collections. 3. Le professionnel de l information cherche à atteindre par sa politique de développement des collections la plus grande objectivité et le plus grand pluralisme possibles. Il prête attention aux différentes visions et points de vue. En outre il ne laisse pas entrer en ligne de compte ses propres préférences, souhaits ou opinions. 4

5 4. Le professionnel de l information a une bonne connaissance du profil de la collection et des collections apparentées dans d autres institutions. Il utilise cette connaissance au profit/ bénéfice de son institution et de ses utilisateurs. 5. Le professionnel de l information documente l origine, le contexte et le traitement (ajouts, enlèvements, ou manipulations) du matériel confié à son institution dans la mesure où les objectifs de celle-ci le requièrent. Le professionnel de l information fait ceci pour le matériel à valeur patrimoniale, en dépit du caractère et des objectifs de son institution. Si le matériel n entre pas dans l institution propre, il cherche une destination appropriée. L organisation de coordination 1. Le professionnel de l information est loyal envers son organisation de coordination. Il propage/ divulgue sa mission et vision. Il s efforce de l améliorer continuellement et respecte ses lignes d action/ sa stratégie/ sa ligne politique et ses procédures. La loyauté n exclut pas une attitude critique. 2. Le professionnel de l information informe son organisation de coordination de l existence du code de déontologie et lui demande de le respecter. 3. Le professionnel de l information défend la valeur de la bibliothèque dans l institution. Il promeut sa bibliothèque dans l organisation et met son expertise à disposition de l ensemble de l organisation. Ainsi la bibliothèque peut jouer pleinement son rôle dans l organisation. L utilisateur 1. Le professionnel de l information met à disposition de l utilisateur un cadre de travail adapté à ses besoins. Le professionnel de l information veille à proposer à l utilisateur un environnement de travail sain et sûr, qui permet de lui offrir un service professionnel répondant à ses besoins ergonomiques et technologiques. 2. Le professionnel de l information a une attitude ouverte et impartiale/ sans préjugés envers les utilisateurs. Le professionnel de l information reconnaît l autonomie de l utilisateur, qui détermine lui-même dans quel but il se sert de l information et des services obtenus. 3. Le professionnel de l information encourage l usage de la bibliothèque. Le professionnel de l information encourage l utilisation de la bibliothèque par la proclamation auprès des usagers et des usagers potentiels, aussi bien des individus que des groupes, de ses sources d information et de ses services, de façon active et créative et les promeut par le biais d un éventail de canaux physiques et virtuels. 5

6 4. Le professionnel de l information pratique la médiation documentaire active et stimule la maîtrise de l information de l utilisateur. Le professionnel de l information accompagne l utilisateur dans sa recherche d information pertinente. Il aide l utilisateur à formuler/ exprimer ses besoins d information. Il encourage l usage des outils de recherche les plus adéquats. Il aide à apprécier la fiabilité, la représentativité et la valeur d actualité de l information fournie. Il permet à l utilisateur de consulter les sources documentaires de façon la plus autonome possible et fournit, si nécessaire, des formations e.a. pour garantir cette autonomie. A cette fin, il peut collaborer avec des partenaires. 5. Le professionnel de l information oriente. Le professionnel de l information dirige vers des experts internes ou externes, si la réponse à une question d information requiert une compétence spécifique qui dépasse sa propre connaissance. Il veille à la mise en place d une procédure de traitement des demandes, basée sur le travail d équipe et le partage du savoir, par l inventaire et la mobilisation de la connaissance disponible. 6. Le professionnel de l information enseigne le respect pour les biens de la bibliothèque. Ainsi il attire l attention sur le fait que chaque utilisateur a le droit à l information et sur l importance de préserver l information documentaire comme une forme de patrimoine culturel pour les générations futures. 6

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

DECRET N /PM DU portant Code de déontologie des communicateurs des administrations publiques et parapubliques

DECRET N /PM DU portant Code de déontologie des communicateurs des administrations publiques et parapubliques REPUBLIQUE DU CAMEROUN PAIX TRAVAIL PATRIE -------------- --------------- DECRET N /PM DU portant Code de déontologie des communicateurs des administrations publiques et parapubliques LE PREMIER MINISTRE,

Plus en détail

Politique de gestion des ressources humaines

Politique de gestion des ressources humaines Politique de gestion des ressources humaines Adopté au conseil d administration le 18 octobre 2005 Résolution numéro 2068 Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro 2592

Plus en détail

Charte de Compliance ERGO Insurance sa

Charte de Compliance ERGO Insurance sa Charte de Compliance ERGO Insurance sa Introduction Sur la base de la circulaire PPB/D. 255 du 10 mars 2005 sur la compliance adressée aux entreprises d assurances, une obligation légale a été imposée

Plus en détail

Stages en documentation pendant l apprentissage d agent-e en information documentaire liste de contrôle

Stages en documentation pendant l apprentissage d agent-e en information documentaire liste de contrôle Stages en documentation pendant l apprentissage d agent-e en information documentaire liste de contrôle De nombreux documentalistes se sont déjà interrogés sur la manière d organiser un stage en documentation

Plus en détail

FIT EUROPE CODE DE PRATIQUE PROFESSIONNELLE

FIT EUROPE CODE DE PRATIQUE PROFESSIONNELLE CODE DE PRATIQUE PROFESSIONNELLE Considérant le rôle majeur que jouent les traducteurs et les interprètes dans la facilitation et la promotion de la communication et de la compréhension internationales,

Plus en détail

Sélection des experts de l'aeres

Sélection des experts de l'aeres Sélection des experts de l'aeres Les missions dévolues à l AERES par le législateur requièrent l intervention de très nombreux experts, de formation, de culture et de nationalité différentes. Cette diversité

Plus en détail

évolution vers un système de gestion de la qualité en kinésithérapie Promotion de la Qualité en Kinésithérapie

évolution vers un système de gestion de la qualité en kinésithérapie Promotion de la Qualité en Kinésithérapie évolution vers un système de gestion de la qualité en kinésithérapie Promotion de la Qualité en Kinésithérapie Sommaire Introduction 04 Un système qualité pour notre profession 05 La gestion de la qualité

Plus en détail

Rapport relatif à la procédure de mobilisation des experts pour la production d expertise dans le champ sanitaire

Rapport relatif à la procédure de mobilisation des experts pour la production d expertise dans le champ sanitaire Rapport relatif à la procédure de mobilisation des experts pour la production d expertise dans le champ sanitaire Document soumis au conseil d administration du 19 décembre 2013 En tant qu agence sanitaire

Plus en détail

AIDE FAMILIAL : STAGE D INTEGRATION

AIDE FAMILIAL : STAGE D INTEGRATION MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L'ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION AIDE

Plus en détail

éq studio srl Gestion des informations pour un choix- consommation raisonnée - GUIDE EXPLICATIVE

éq studio srl Gestion des informations pour un choix- consommation raisonnée - GUIDE EXPLICATIVE Résumé PREFACE 2 INTRODUCTION 2 1. BUT ET CHAMP D APPLICATION 2 2. REFERENCES DOCUMENTAIRES ET NORMES 3 3. TERMES ET DEFINITIONS 3 4. POLITIQUE POUR UNE CONSOMMATION RAISONNEE (PCC) 3 5. RESPONSABILITE

Plus en détail

OPTION CREATION D INTERIEURS

OPTION CREATION D INTERIEURS BACHELIER EN ARTS PLASTIQUES, VISUELS ET DE L ESPACE OPTION CREATION D INTERIEURS Les cours de «bachelor en arts plastiques, visuels et de l espace option création d intérieurs» sont susceptibles de se

Plus en détail

CODE DE DEONTOLOGIE INTERIEUR. exercice du service relations externes. relations verticales. relations internes. valeurs de base

CODE DE DEONTOLOGIE INTERIEUR. exercice du service relations externes. relations verticales. relations internes. valeurs de base CODE DE DEONTOLOGIE exercice du service relations externes relations internes relations verticales valeurs de base SERVICE PUBLIC FEDERAL INTERIEUR Au cours des dernières années, la société a fortement

Plus en détail

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs Appendice 2 (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs NOTE Dans les propositions de Texte identique, XXX désigne un qualificatif de norme

Plus en détail

GREP (10) 2 FR FR FR

GREP (10) 2 FR FR FR FR GREP (10) 2 FR FR REGLEMENT INTERIEUR REGLEMENT INTERIEUR DUGROUPE DES REGULATEURS EUROPEENS DANS LE DOMAINE DES SERVICES POSTAUX (GREP) LE GROUPE DES REGULATEURS EUROPEENS DANS LE DOMAINE DES SERVICES

Plus en détail

CODE DE CONDUITE ET D ÉTHIQUE DES ADMINISRATEURS

CODE DE CONDUITE ET D ÉTHIQUE DES ADMINISRATEURS CODE DE CONDUITE ET D ÉTHIQUE DES ADMINISRATEURS Référence : Type de politique : Références juridiques : Autres références : INTRODUCTION Gouvernance autonome Code des professions, Code civil du Québec

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION Commission de la culture Consultation en ligne Vers une politique

Plus en détail

Code déontologique du CII pour la profession infirmière

Code déontologique du CII pour la profession infirmière Code déontologique du CII pour la profession infirmière Tous droits réservés, y compris la traduction en d'autres langues. Il est interdit de polycopier ou de photocopier cette publication, de l'enregistrer

Plus en détail

Olivier Huart Directeur Général

Olivier Huart Directeur Général J ai souhaité, dès mon arrivée à la tête du Groupe TDF, doter l entreprise de valeurs fortes pour rassembler les collaborateurs et créer la confiance de nos partenaires. Ces valeurs, au nombre de cinq

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

Section 3. Promouvoir une utilisation responsable des ressources informatiques. Assurer une protection des renseignements personnels.

Section 3. Promouvoir une utilisation responsable des ressources informatiques. Assurer une protection des renseignements personnels. SECTION 3 : ADMINISTRATION CENTRALE Titre de la procédure: Utilisation des médiaux sociaux Politique : En vertu de la politique 3.1 : Relations : La direction de l éducation doit assurer le traitement

Plus en détail

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT Direction des affaires académiques et internationales Études supérieures COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE

Plus en détail

Vous disposez d un diplôme universitaire Si vous réussissez la sélection, à la date d'entrée en service, vous devrez:

Vous disposez d un diplôme universitaire Si vous réussissez la sélection, à la date d'entrée en service, vous devrez: Attaché - Gestionnaire de dossiers 22/07/2009 Direction Générale de l'office des étrangers - Commissariat Général aux Réfugiés et Apatrides SPF Intérieur Niveau de formation Conditions Vous disposez d

Plus en détail

ACTIVITES PROFESSIONNELLES DE FORMATION : BACHELIER EN GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

ACTIVITES PROFESSIONNELLES DE FORMATION : BACHELIER EN GESTION DES RESSOURCES HUMAINES MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION ACTIVITES

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS B - TECHNICIEN TERRITORIAL BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS B - TECHNICIEN TERRITORIAL BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/LL/FG/DEJ/N 13-25 (1 bis) Equipe RH4 01 43 93 82 93 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

Avis d'emploi vacant. Poste(s) supervisé(s) : Date d'affichage : 18 mars 2015. À propos de CATIE

Avis d'emploi vacant. Poste(s) supervisé(s) : Date d'affichage : 18 mars 2015. À propos de CATIE Titre du poste : Service : Relève de : Poste(s) supervisé(s) : Statut : Endroit : Courtier en connaissances, Programmes de santé sexuelle des hommes gais Échange des connaissances Directrice associée,

Plus en détail

Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI

Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI 1 GUIDE DES POINTS FOCAUX NATIONAUX RSI Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI 1. Introduction Le Règlement sanitaire international (2005) (RSI(2005)) définit un point focal national

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

BACHELIER EN INFORMATIQUE DE GESTION : ACTIVITES PROFESSIONNELLES DE FORMATION

BACHELIER EN INFORMATIQUE DE GESTION : ACTIVITES PROFESSIONNELLES DE FORMATION MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION BACHELIER

Plus en détail

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION DROIT

Plus en détail

«MÉMORANDUM DE CRACOVIE» d EUROSHNET La normalisation au service de produits sûrs

«MÉMORANDUM DE CRACOVIE» d EUROSHNET La normalisation au service de produits sûrs 3e Conférence européenne sur la normalisation, les essais et la certification Des produits plus sûrs pour des lieux de travail compétitifs Cracovie, Pologne, 11 12 septembre 2008 «MÉMORANDUM DE CRACOVIE»

Plus en détail

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 2 ème année bachelor

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 2 ème année bachelor Semestre automne printemps Répétition Lieu de période de formation pratique Institution : Nom de l'étudiant-e : Service : Promotion : Site de formation : Période du / au : PFP 3 PFP 4 ÉVALUATION DES COMPÉTENCES

Plus en détail

1 Objectif des commentaires explicatifs. 1.1 Objectif

1 Objectif des commentaires explicatifs. 1.1 Objectif Commentaires explicatifs concernant les documents de base Examen professionnel d Assistant/e spécialisé/e en soins de longue durée et accompagnement (Projet du 27.9.2012) 1 Objectif des commentaires explicatifs

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3)

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Remarque : Le masculin est utilisé pour faciliter la lecture. PRINCIPES FONDAMENTAUX Les incidents provoqués par des conduites intimidantes ou violentes

Plus en détail

BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES

BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES 1 FINALITÉ 1 Soutien à la communication et aux relations internes et externes L assistant facilite la communication à tous les niveaux (interpersonnel,

Plus en détail

FORMATION ET QUALITÉS REQUISES DES ADMINISTRATEURS ATTENTES ET MÉTHODOLOGIE D ÉVALUATION DE LA SOAD ET EXEMPLES DE STRATÉGIES DE MISE EN ŒUVRE

FORMATION ET QUALITÉS REQUISES DES ADMINISTRATEURS ATTENTES ET MÉTHODOLOGIE D ÉVALUATION DE LA SOAD ET EXEMPLES DE STRATÉGIES DE MISE EN ŒUVRE AVIS AU SECTEUR Novembre 2012 FORMATION ET QUALITÉS REQUISES DES ADMINISTRATEURS ATTENTES ET MÉTHODOLOGIE D ÉVALUATION DE LA SOAD ET EXEMPLES DE STRATÉGIES DE MISE EN ŒUVRE Objet La Société ontarienne

Plus en détail

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») 1. Généralités CHARTE DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité la gouvernance

Plus en détail

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Janvier 2005 This document is available in English under

Plus en détail

Jean-Francois DECROOCQ - 03/01/2012

Jean-Francois DECROOCQ - 03/01/2012 www.varm.fr Solvabilité 2 commentaires sur l ORSA Jean-Francois DECROOCQ - 03/01/2012 Sommaire Introduction... 2 Principes pour une gestion intégrée des risques... 3 La mise en place de l ORSA... 5 Introduction

Plus en détail

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL 1. Généralités GROUPE TMX LIMITÉE (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE 15 MAI 2012 Document 212021 POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE A. INTRODUCTION Le présent document énonce le processus et les critères définis par le Conseil des normes

Plus en détail

CODE DE DÉONTOLOGIE DES OFFICIELS

CODE DE DÉONTOLOGIE DES OFFICIELS CODE DE DÉONTOLOGIE DES OFFICIELS CODE DE DÉONTOLOGIE DES OFFICIELS OBJET DU DOCUMENT Le présent code de déontologie a été rédigé dans le but d aider à définir le rôle des officiels dans le contexte de

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Table des matières CONTEXTE...5 OBJET...7 CHAMP D APPLICATION...7 PRINCIPES GÉNÉRAUX ET VALEURS...7 OBJECTIFS GÉNÉRAUX...8 OBJECTIFS PARTICULIERS...8 DISPOSITIONS

Plus en détail

Réformes dans la Fonction Publique

Réformes dans la Fonction Publique Réformes dans la Fonction Publique Précisions et propositions supplémentaires I.- Les avancements automatiques Il est précisé que le Gouvernement, en utilisant les termes «peut» ou «peuvent» dans les textes

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien avec

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE...

CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE... Faculté de médecine Bureau de l éthique clinique CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE...6 JUSTICE

Plus en détail

SECRETARIAT : ATELIER DE PROJET PROFESSIONNEL

SECRETARIAT : ATELIER DE PROJET PROFESSIONNEL MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION SECRETARIAT

Plus en détail

CHARTE ETHIQUE SOMMAIRE

CHARTE ETHIQUE SOMMAIRE CHARTE ETHIQUE SOMMAIRE AVANT PROPOS 3 I. POURQUOI UNE? 4 II. LES VALEURS COMMUNES ET REGLES 5 III GUIDES DE BONNE CONDUITE 7 IV. MISE EN ŒUVRE DE LA CHARTE 9 Mis à jour le 27/06/2013 2 AVANT PROPOS QUALITROPIC

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

PROGRAMME DE MENTORAT

PROGRAMME DE MENTORAT CONSEIL SCOLAIRE ACADIEN PROVINCIAL PROGRAMME DE MENTORAT ÉNONCÉ PRATIQUE Le Conseil scolaire acadien provincial désire promouvoir un programme de mentorat qui servira de soutien et d entraide auprès des

Plus en détail

INFORMATIQUE - ANALYSE ET CONCEPTION D APPLICATIONS

INFORMATIQUE - ANALYSE ET CONCEPTION D APPLICATIONS MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION INFORMATIQUE

Plus en détail

ANNEXE 6. Veuillez demander la version word au Ministère NOM DU SECTEUR DE FORMATION NOM DU PROGRAMME PROJET DE FORMATION DATE - ANNÉE

ANNEXE 6. Veuillez demander la version word au Ministère NOM DU SECTEUR DE FORMATION NOM DU PROGRAMME PROJET DE FORMATION DATE - ANNÉE ANNEXE 6 Veuillez demander la version word au Ministère NOM DU SECTEUR DE FORMATION NOM DU PROGRAMME PROJET DE FORMATION DATE - ANNÉE ÉQUIPE DE PRODUCTION Responsabilité et coordination Nom Titre Organisation

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CECI/CONF.10/1 Distr. générale 23 novembre 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration

Plus en détail

EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE

EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE Plan Introduction I : Définition des concepts A. : la communication (com. Interne) B. : la motivation II : la communication dans l entreprise A.

Plus en détail

REFERENTIEL DE CERTIFICATION

REFERENTIEL DE CERTIFICATION REFERENTIEL DE CERTIFICATION DU TITRE PROFESSIONNEL Technicien(ne) Médiation Services Niveau IV Site : http://www.emploi.gouv.fr REFERENTIEL DE CERTIFICATION D'UNE SPECIALITE DU TITRE PROFESSIONNEL DU

Plus en détail

ANNEE PROPEDEUTIQUE SANTE INSTITUTION / SERVICE / UNITE : NOM / PRENOM DU STAGIAIRE PRE-HES : Stage du EVALUATION DU STAGE. Acquis.

ANNEE PROPEDEUTIQUE SANTE INSTITUTION / SERVICE / UNITE : NOM / PRENOM DU STAGIAIRE PRE-HES : Stage du EVALUATION DU STAGE. Acquis. ANNEE PROPEDEUTIQUE SANTE INSTITUTION / SERVICE / UNITE : NOM / PRENOM DU STAGIAIRE PRE-HES : Stage du au EVALUATION DU STAGE Acquis Non acquis Absences pendant le stage : jours Date et Signatures : Stagiaire

Plus en détail

Statuts Association Ethno-médias Suisse

Statuts Association Ethno-médias Suisse Statuts Association Ethno-médias Suisse (Version à l intention de l assemblée constituante du 1 ier nov. 2012) 0. MISSION Une bonne information et une participation sociale authentique des migrants et

Plus en détail

Code d éthique de la recherche pour les Hautes Ecoles pédagogiques

Code d éthique de la recherche pour les Hautes Ecoles pédagogiques pour les Hautes Ecoles pédagogiques adopté par la CDHEP, le 31 mai 2002 Préambule 1 Un code d éthique n est pas assimilable à un ensemble de règles applicables à la lettre. En sciences humaines, la recherche

Plus en détail

POLITIQUE DE FORMATION

POLITIQUE DE FORMATION POLITIQUE DE FORMATION ET DE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES Table des matières 1. Préambule... - 2-2. Buts généraux... - 2-3. Objectifs... - 2-4. Axes et typologie de formation... - 3-4.1 Axes de formation...

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION APERÇU La compétence de communication englobe l ensemble des aptitudes

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ÉDITION 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. À propos du CETEQ 2. Politique de développement durable 3. Notre vision du développement durable 4. L intégration de la responsabilité

Plus en détail

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger (Mai 1983) I. Introduction Ce rapport 1 expose certains principes qui, de l avis du Comité, devraient régir le contrôle, par les autorités

Plus en détail

Conseil d administration 319 e session, Genève, 16-31 octobre 2013 GB.319/INS/14/2

Conseil d administration 319 e session, Genève, 16-31 octobre 2013 GB.319/INS/14/2 BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 319 e session, Genève, 16-31 octobre 2013 GB.319/INS/14/2 Section institutionnelle INS Date: 2 septembre 2013 Original: anglais QUATORZIÈME QUESTION

Plus en détail

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Emploi privé- âge- procédure de recrutement-rejet de la candidature sans entretien profil surdimensionné- diplôme- compétences managériales expérience professionnelle

Plus en détail

EPREUVE INTEGREE DE LA SECTION : BACHELIER EN INFORMATIQUE DE GESTION

EPREUVE INTEGREE DE LA SECTION : BACHELIER EN INFORMATIQUE DE GESTION MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION EPREUVE

Plus en détail

Note de service. Processus officiel d adoption des normes de pratique Date limite pour commentaires : Le 30 avril 2007 Document 207024

Note de service. Processus officiel d adoption des normes de pratique Date limite pour commentaires : Le 30 avril 2007 Document 207024 Note de service À : De : Tous les Fellows, affiliés, associés et correspondants de l Institut canadien des actuaires Geoff Guy, président Conseil des normes actuarielles Date : Le 29 mars 2007 Objet :

Plus en détail

RÉUSSIR UNE DEMANDE DE SUBVENTION

RÉUSSIR UNE DEMANDE DE SUBVENTION RÉUSSIR UNE DEMANDE DE SUBVENTION Bonjour! Bienvenue à l atelier : «Comment réussir une demande de subvention» Cet atelier a pour but de vous familiariser avec divers éléments de base liés à la demande

Plus en détail

TERMES DE RÉFÉRENCE POUR LA RÉALISATION D UN DOCUMENTAIRE AUTOUR DE LA PROBLEMATIQUE DES MIGRANTS SUBSAHARIENS AU MAROC

TERMES DE RÉFÉRENCE POUR LA RÉALISATION D UN DOCUMENTAIRE AUTOUR DE LA PROBLEMATIQUE DES MIGRANTS SUBSAHARIENS AU MAROC TERMES DE RÉFÉRENCE POUR LA RÉALISATION D UN DOCUMENTAIRE AUTOUR DE LA PROBLEMATIQUE DES MIGRANTS SUBSAHARIENS AU MAROC Programme : «Développement économique, social et humain de groupes vulnérables, femmes,

Plus en détail

RECUEIL DES POLITIQUES EED01-DA ÉDUCATION DE L ENFANCE EN DIFFICULTÉ Protocole de collaboration pour la prestation de services auprès des élèves

RECUEIL DES POLITIQUES EED01-DA ÉDUCATION DE L ENFANCE EN DIFFICULTÉ Protocole de collaboration pour la prestation de services auprès des élèves RÉSOLUTION : 245-10 Date d adoption : 23 novembre 2010 En vigueur : 23 novembre 2010 À réviser avant : Directives administratives et date d entrée en vigueur : EED-DA1 23 novembre 2010 RECUEIL DES POLITIQUES

Plus en détail

La définition de l examen critique par les pairs dans le contexte du processus AEO

La définition de l examen critique par les pairs dans le contexte du processus AEO Module 5 Examen critique par les pairs Aperçu Ce module souligne l importance de l examen critique par les pairs de l évaluation et du rapport environnemental intégrés, notamment pour en assurer la crédibilité

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers présenté à l Autorité des marchés financiers dans le cadre de la consultation relative à la distribution de produits d assurance par les concessionnaires et autres marchands d automobiles Octobre 2006

Plus en détail

STAGE : TECHNICIEN EN BUREAUTIQUE

STAGE : TECHNICIEN EN BUREAUTIQUE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION STAGE

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL

PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL DATE : 1 er juillet 2013 SECTION : Programme NUMÉRO : PG301 PAGES : 6 RESPONSABLE : Direction des ressources humaines

Plus en détail

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé Les défis du développement du gouvernement électronique Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé La révolution numérique a engendré une pression sur les gouvernements qui doivent améliorer leurs prestations

Plus en détail

Securex : L humain avant tout

Securex : L humain avant tout Securex : L humain avant tout Qui sommes-nous? Spécialistes des ressources humaines, nous sommes à vos côtés pour vous conseiller et ce, quelles que soient les questions que vous vous posez en la matière.

Plus en détail

INTRODUCTION. Cadre d évaluation de la qualité des données (CEQD) (juillet 2003)

INTRODUCTION. Cadre d évaluation de la qualité des données (CEQD) (juillet 2003) INTRODUCTION Cadre d évaluation de la qualité des données (CEQD) (juillet 2003) Le cadre d évaluation des données (CEQD) propose une structure qui permet d évaluer la qualité des données en comparant les

Plus en détail

EVALUATION 360 MODE D EMPLOI

EVALUATION 360 MODE D EMPLOI EVALUATION 60 MODE D EMPLOI NARRATIF EVALUATION 60 Définition L entretien annuel d appréciation est la méthode la plus répandue actuellement. Or, une autre pratique se développe, il s agit de l évaluation

Plus en détail

PROFIL DE COMPÉTENCES DU GROUPE DE SOUTIEN ADMINISTRATIF

PROFIL DE COMPÉTENCES DU GROUPE DE SOUTIEN ADMINISTRATIF PROFIL DE COMPÉTENCES DU GROUPE DE SOUTIEN ADMINISTRATIF 00 Introduction Qu est-ce qu un profil de compétences? Les compétences sont des manifestations comportementales spécifiques des connaissances, des

Plus en détail

sur l archivage et les Archives de l Etat (LArch)

sur l archivage et les Archives de l Etat (LArch) Loi du 10 septembre 2015 Entrée en vigueur :... sur l archivage et les Archives de l Etat (LArch) Le Grand Conseil du canton de Fribourg Vu les articles 19 al. 2, 22 al. 1 et 73 al. 3 de la Constitution

Plus en détail

Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015. 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière

Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015. 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière 1.1 Le Comité d Innovation Routes et Rues (CIRR) est

Plus en détail

Formation complémentaire à la pédagogie professionnelle destinée aux personnes autorisées à enseigner au Gymnase Selon l art. 46, al.3, let.

Formation complémentaire à la pédagogie professionnelle destinée aux personnes autorisées à enseigner au Gymnase Selon l art. 46, al.3, let. Formation complémentaire à la pédagogie professionnelle destinée aux personnes autorisées à enseigner au Gymnase Selon l art. 46, al.3, let. b, OFPr Filière d études Certificat complémentaire pour la maturité

Plus en détail

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Arrêtés du 21 et 22 octobre 2003, JO du 08/11/03 Pour rappel les titres professionnels constituent

Plus en détail

ORIENTATIONS POUR L ANIMATION FRATERNELLE 1

ORIENTATIONS POUR L ANIMATION FRATERNELLE 1 ORIENTATIONS POUR L ANIMATION FRATERNELLE 1 1. INTRODUCTION L OFS, en vertu de sa propre vocation, doit veiller à partager sa propre expérience de vie évangélique avec les jeunes qui se sentent attirés

Plus en détail

Règlement de l assurance qualité et du development de la qualité des conseillères et conseillers bso

Règlement de l assurance qualité et du development de la qualité des conseillères et conseillers bso Association professionnelle de coaching, de conseil et organisation Règlement de l assurance qualité et du development de la qualité des conseillères et conseillers bso Pages Contenus 2 Introduction et

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités Stratégie de recherche axée sur le patient Cadre de renforcement des capacités 2015 Remerciements Les Instituts de recherche en santé du Canada tiennent à souligner la contribution des experts ayant siégé

Plus en détail

LexisNexis Compliance Assurance

LexisNexis Compliance Assurance LexisNexis Compliance Assurance La nouvelle solution opérationnelle pour piloter et sécuriser votre gestion de la conformité Exhaustivité des normes assurance Diagnostic et aide à la décision Tableaux

Plus en détail

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines?

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Chapitre 1 La gestion des ressources humaines (GRH) peut être définie comme la gestion des hommes au travail dans des organisations (Martory et Crozet,

Plus en détail

AEC en Techniques d éducation à l enfance

AEC en Techniques d éducation à l enfance (JEE.0K) 322-101-MV Introduction à la profession Ce cours permet à l étudiant d explorer la profession d éducatrice à l enfance dans son ensemble et de bien cerner le contexte des services de garde au

Plus en détail

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006 AVIS Réf. : CWEDD/06/AV.371 Liège, le 06 avril 2006 Objet : - Avant-projet de décret portant transposition de la Directive 2003/98/CE du Parlement européen et du Conseil du 17 novembre 2003 concernant

Plus en détail

Plan d action annuel

Plan d action annuel Plan d action annuel Mise en contexte La Coordination ATL a pour objectif de développer l offre d accueil Temps libre sur le territoire de la Commune afin de répondre aux besoins des familles, de développer

Plus en détail

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Neuf pôles d activité La majorité des assistantes ont des activités couvrant ces différents pôles, à des niveaux différents, à l exception

Plus en détail

DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE

DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Apprendre pour le travail, la citoyenneté et la durabilité DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Suggestions à l UNESCO pour la planification d actions en matière

Plus en détail